Version classiqueVersion mobile

Améliorer sa récupération en sport

 | 
Christophe Hausswirth

Partie 2. Stratégies pour optimiser la récupération

Chapitre 11. Les vêtements de compression

Antoine Couturier, Yann Le Meur, Cécile Huiban, Marc Saunier et François-Xavier Férey

Texte intégral

Introduction

1Les méthodes de contention ont depuis longtemps apporté les preuves de leur efficacité dans le traitement thérapeutique des patients présentant des insuffisances veineuses. L'activité sportive reproduisant tous les paramètres pouvant détériorer le système veineux, il pouvait sembler logique que les améliorations constatées dans le domaine de la pathologie s'étendent à celui de la pratique sportive. En se fondant sur cette hypothèse, de nombreux fabricants ont développé des vêtements de compression destinés à l'usage sportif. Ces vêtements techniques sont aujourd'hui largement adoptés par les spécialistes de nombreuses disciplines, qui en attendent des gains substantiels au niveau de la performance et de la qualité de récupération.

1. Principes et bases physiologiques

2Le débit sanguin artériel est assuré par la contraction du cœur et par la pression hydrostatique pour les territoires situés sous le niveau du cœur. Dans la position debout, la circulation veineuse doit alors se faire contre la pression hydrostatique et se trouve ainsi diminuée par rapport à la position allongée. De plus, en fonction de la perméabilité des parois capillaires et des gradients de pression existant entre vaisseaux sanguins et tissus environnants, cette pression hydrostatique peut conduire à l'accumulation de liquide dans le secteur extravasculaire, ce qui formera un œdème (Bringard et al.2007).

3Pour assurer le retour du sang veineux des membres inférieurs vers le cœur, notre organisme dispose de plusieurs mécanismes. Au niveau du pied, ce retour veineux est assuré par la semelle veineuse de Lejars ; à chaque pas, celle-ci propulse vers le mollet une petite quantité de sang veineux. Ensuite, les muscles du mollet vont se comporter comme une véritable pompe (voir le fonctionnement sur la Figure 11.1). Lors de la relaxation, les veines profondes se remplissent du sang des veines superficielles via les veines perforantes pourvues de valves anti-reflux. Quand les muscles du mollet se contractent, le sang veineux est propulsé vers le réseau profond poplité et fémoral, où il sera aspiré vers le cœur par la pompe thoraco-diaphragmatique.

Figure 11.1. Action musculaire (effet de pompe) permettant le retour veineux vers le cœur.

Figure 11.1. Action musculaire (effet de pompe) permettant le retour veineux vers le cœur.

a : valvules proximales et distales ouvertes par le flux sanguin veineux remontant vers le cœur.
b : les muscles contractés du mollet compriment les veines intramusculaires (veines jumelles) et intermusculaires (veine poplitée), et chassent le sang à haut débit vers le cœur dans la circulation profonde. Dans le même temps, le reflux entraîne la fermeture des valvules en aval (distales) du site de compression des veines par les muscles. Le flux veineux ne peut donc aller qu'en direction du cœur.
c : lors de la relaxation des muscles, les veines inter- et intramusculaires se dilatent. Cela s'accompagne d'un bref reflux qui entraîne la fermeture des valvules veineuses (proximales), empêchant le sang de redescendre. La contraction des muscles ayant permis de vider le réservoir veineux, la pression dans ce compartiment a diminué. Cette réduction de la pression veineuse favorise le déplacement du sang des artères vers ces segments veineux où la pression et le volume ont diminué. Le sang est, dans le même temps, aspiré depuis le réseau superficiel à travers les veines perforantes et depuis la région inférieure de la jambe (pied). D'après Bringard et al. (2007), avec l'autorisation de Science & Sports.

4Selon Couzan (2006), la plupart des sports combinent des paramètres favorisant la stase veineuse, tels que :

  • le déséquilibre entre la pompe foulante et la pompe aspirante pour les sports d'endurance,

  • les à-coups d'hyperpression veineuse lors des sports à impulsion,

  • le blocage du retour veineux lors d'efforts brutaux, explosifs, statiques en respiration bloquée ou en apnée,

  • les positions prolongées, associées à la contraction musculaire, ou les équipements spéciaux compressifs ralentissant le retour veineux,

  • les traumatismes fréquents et répétitifs à l'origine d'hématomes et microthromboses, favorisant les dilatations veineuses, les atteintes pariétales et valvulaires.

5De plus, l'entraînement en endurance induit une augmentation de la compliance veineuse, ce qui prédisposerait les athlètes aux varices et à l'insuffisance veineuse (Millet et al. 2006).

6Le principe de la contention-compression élastique est de rétablir une pression transmurale (différence entre la pression extravasculaire et la pression intravasculaire) proche de la normale, en augmentant la pression extravasculaire. Les effets physiologiques attendus sont multiples (Couzan 2006 ; Perrey 2008) :

  • limitation de la dilatation et de la stase veineuse,

  • amélioration du retour veineux et, ainsi, meilleure élimination des métabolites, par dérivation du flux veineux superficiel vers les veines profondes via les veines superficielles,

  • amélioration de la microcirculation,

  • facilitation du passage du fluide en excédent dans la circulation veineuse, grâce à l'augmentation de la pression interstitielle autour des capillaires,

  • amélioration de l'efficacité de la pompe musculaire,

  • réduction des oscillations longitudinales et antéropostérieures dues aux chocs, ce qui diminuerait les altérations de transmission neuromusculaire et optimiserait le pattern de recrutement.

Figure 11.2. Profils des pressions de contention (mm Hg).

Figure 11.2. Profils des pressions de contention (mm Hg).

D'après Couzan (2006), avec l'autorisation de Cardio & Sport.

7Dans le cadre de l'insuffisance veineuse, il existe en France quatre classes de contention (norme Afnor G30-102, 1986) correspondant aux différents degrés d'atteinte du système vasculaire : des compressions légères de 10-15 mm Hg à la cheville, préconisées pour une insuffisance veineuse légère et une sensation de lourdeur des jambes, jusqu'aux compressions extrafortes, supérieures à 36 mm Hg à la cheville, prescrites pour une insuffisance veineuse chronique sévère et des ulcères des jambes (Bringard et al. 2007). Si pour les maladies veineuses il existe un principe de dégressivité des pressions de « bas en haut », avec des pressions maximales aux chevilles, l'effet doit être inverse et progressif chez le sportif, avec des pressions plus faibles au niveau du pied et de la cheville, et des pressions maximales au niveau du mollet, sans exercer d'effet garrot (Couzan 2006) [Fig. 11.2].

2. Effets des vêtements de compression

2.1 Effets sur la performance

8À ce jour, la plupart des études connues n'ont rapporté que peu ou pas du tout d'effets des vêtements de compression sur la performance. Sur une épreuve de 400 m, Faulkner et al. (2012) ont comparé les effets de chaussettes, de cuissards et de pantalon de compression par rapport à une situation de contrôle. Les sujets portant les vêtements de compression ont rapporté un confort supérieur, une moindre fatigue perçue et avaient tendance à avoir une meilleure clairance de la lactatémie. Cependant, ces effets n'ont eu aucune incidence significative sur le temps au 400 m et les temps intermédiaires aux 100 m. De même, aucun effet bénéfique n'a été rapporté sur la performance au 60 m, malgré une réduction significative des angles de flexion de la hanche et une amélioration des couples de flexion et d'extension aux angles extrêmes (Doan et al. 2003).

9Ali a testé l'efficacité des chaussettes de compression (20 mm Hg à la cheville, 6 mm Hg au mollet) au cours d'une épreuve de course à pied de 10 km (Ali et al. 2007). Malgré des différences statistiquement non significatives, les fréquences cardiaques et les temps moyens mesurés avaient tendance à être plus faibles pour les sujets équipés de chaussettes de compression (Fig. 11.3), ce qui a conduit les auteurs de l'étude à émettre l'hypothèse d'une légère amélioration du retour veineux. Dans une étude similaire (Ali et al. 2011), la même équipe a cette fois comparé différents niveaux de compression par rapport à une situation de contrôle. Les chaussettes étaient classées en « Low » (15 mm Hg à la cheville, 12 mm Hg au mollet), « Medium » (21 mm Hg à la cheville, 18 mm Hg au mollet) ou « High » (32 mm Hg à la cheville, 23 mm Hg au mollet). Si la douleur perçue à l'issue des 10 km a été jugée moindre avec la condition « High » par rapport aux conditions « Medium », « Low » et « Contrôle », aucune différence significative n'a été mise en évidence sur la fatigue perçue, la fréquence cardiaque, la lactatémie et la performance.

Figure 11.3. Temps moyens aux 5 et 10 km pour les situations expérimentales et contrôle (A), et fréquences cardiaques moyennes lors du premier et du deuxième 5 km pour les situations expérimentales et contrôle (B).

Figure 11.3. Temps moyens aux 5 et 10 km pour les situations expérimentales et contrôle (A), et fréquences cardiaques moyennes lors du premier et du deuxième 5 km pour les situations expérimentales et contrôle (B).

D'après Ali et al. (2007), avec l'autorisation du Journal of Sports Sciences.

10Des résultats comparables ont été rapportés à l'issue d'un trail de 15,6 km (Vercruyssen et al. 2012). Dans cette étude, les auteurs ont mesuré la force maximale volontaire, la hauteur atteinte lors d'un saut en contre-mouvement et l'oxygénation du muscle Vastus Lateralis au moyen d'une NIRS avant et après la course. La fréquence cardiaque a été enregistrée tout au long de la course, et la fatigue perçue et la lactatémie ont été mesurées à 5,2 km et à 10,4 km. Aucune différence significative n'a été mise en évidence entre le groupe portant des chaussettes de compression et le groupe contrôle, ni pour la performance, ni pour aucun des paramètres mesurés. Concernant l'oxygénation musculaire, Menetier et al. (2011) rapportent quant à eux une augmentation de la saturation en oxygène lors du port de chaussettes de compression avant et après 30 minutes de course sur tapis roulant à une intensité correspondant à 60 % de la V̇O2max, et après un temps limite réalisé à 100 % de V̇O2max. Si cette augmentation peut être attribuée à une amélioration de la circulation (en surface tout du moins) et/ou à une température cutanée supérieure, les auteurs notent toutefois que ces mesures pourraient également être le fait d'un biais méthodologique dû à la pression appliquée sur la sonde de mesure par les chaussettes de compression.

11À l'inverse, d'autres auteurs ont rapporté des résultats plus probants. Ainsi, vingt et un athlètes ont effectué un test incrémental de détermination de la V̇O2max sur tapis roulant, avec ou sans chaussettes de contention (Kemmler et al. 2009). Dix jours plus tard, ces athlètes ont refait ce test, en inversant la condition expérimentale (i. e. sans ou avec). Le temps d'exercice, le travail total, les performances aux seuils aérobie et anaérobie ont tous été significativement supérieurs lorsque les athlètes portaient des chaussettes de contention.

12Bien que les vêtements de contention aient été initialement conçus pour améliorer le retour veineux, des effets d'ordre mécanique et neuromusculaire pourraient être bénéfiques à la performance. En comparant les effets de cuissards de compression, de collants élastiques ou d'un short classique sur la consommation d'oxygène pendant la course à différentes allures, Bringard et al. (2006) ont mis en évidence un coût énergétique moindre à 12 km/h et une composante lente de V̇O2 plus faible de 26 % par rapport au collant élastique, et plus faible de 36 % par rapport au short normal (Fig. 11.4), sans observer de différences pour les valeurs de la V̇O2max.

* : Significativement different (p < 0,05) de la condition « Cuissard de compression ».
D’après Bringard et al. (2006), avec l'autorisation de l'International Journal of Sports Medicine).
Figure 11.4. Composante lente de la VO2 (différence de consommation d’oxygène entre la deuxième et la quinzième minute lors d'un exercice de course à pied réalisé à 80 % de la V̇O2max) pour les trois conditions expérimentales : « Short normal », « Collant élastique » et « Cuissard de compression ».

13L'amélioration du coût énergétique a été expliquée par une meilleure coordination musculaire et une force propulsive plus élevée, résultant d'une réduction des oscillations des muscles et d'une optimisation de la transmission neuromusculaire. Dans une revue de la littérature sur la contention élastique (Bringard et al. 2007), ces mêmes auteurs rapportent des résultats convergents, tels qu'une puissance de saut qui demeure plus élevée que dans la situation contrôle, une force et une puissance développées plus importantes, une diminution de l'oscillation des muscles lors de sauts verticaux successifs, ou encore une diminution de l'activité électromyographique des muscles fléchisseurs de la jambe lors d'exercices de sprint. Ces gains pourraient s'expliquer par une amélioration du cycle étirement-raccourcissement du muscle, grâce aux renforts élastiques placés sur les zones musculaires. Dans ce cas, ce n'est pas le principe de contention du muscle, mais l'effet de ressort externe suppléant le muscle lors de la contraction, qui serait à l'origine du bénéfice.

14Les résultats d'études plus récentes sont cependant contradictoires. Par exemple, le port de chaussettes de compression (par rapport à une situation contrôle) a permis d'atteindre des hauteurs plus élevées lors de sauts en contre-mouvement à l'issue d'une course de 10 km (Ali et al. 2011). Cette préservation de la puissance a été attribuée à une amélioration des mécanismes proprioceptifs et à une limitation des altérations de l'activité neuromusculaire et des dommages résultant des oscillations musculaires. À l'inverse, une étude similaire n'a rapporté aucun effet sur la hauteur de saut après une course de 15,6 km (Vercruyssen et al. 2012). De même, Varela-Sanz et al. (2011) ne rapportent aucune incidence sur l''économie de course, calculée lors de quatre courses de 6 minutes à allure de semi-marathon, ni sur les paramètres cinématiques (temps de contact, temps de vol, hauteur de vol, puissance, fréquence de foulée) lors d'un temps limite réalisé à l'allure d'un 10 km. Dans le cas du cyclisme, les résultats sont tout aussi peu convaincants. Dans une étude de 2008 (Scanlan et al. 2008), des cyclistes entraînés ont dû maintenir un exercice d'une heure à une intensité proche du seuil anaérobie sur bicyclette ergométrique, après avoir réalisé un test incrémental (mesure du seuil anaérobie et de la V̇O2max), avec ou sans collant de contention (20 mm Hg à la cheville, 17 mm Hg au mollet, 15 mm Hg à la cuisse et 9 mm Hg aux fessiers). La comparaison avec une situation de contrôle n'a montré aucune différence significative sur les paramètres tant mécaniques (puissance moyenne, puissance pic, travail total) que physiologiques (lactatémie, fréquence cardiaque, V̇O2, oxygénation musculaire). Plus récemment, MacRae et al. (2012) n'ont observé aucun effet significatif sur les paramètres cardiovasculaires, la thermorégulation et la performance après 1 h de pédalage à 60 % de la V̇O2max ou après une course contre la montre de 6 km.

15Dernièrement, des vêtements de compression chargés d'ions négatifs sont apparus sur le marché. Certaines études antérieures (Inbar et al. 1982 ; Wiszniewski et al. 2008), bien que controversées (Ryushi et al. 1998), ont suggéré que l'inhalation d'ions négatifs influencerait de façon bénéfique le métabolisme aérobie pendant l'exercice, en diminuant la fréquence cardiaque et la consommation d'oxygène. Soulignons, toutefois, que lors de ces études, la méthode utilisée était l'inhalation et que rien ne laissait supposer a priori que des vêtements ionisés auraient des propriétés similaires. Des cuissards de ce type ont été testés par Burden et al. (2012) sur une population de cyclistes bien entraînés. À l'issue de tests supramaximaux ou de tests en endurance, aucune différence significative sur la performance n'a été observée entre le port de cuissards ionisés, non ionisés et une situation contrôle.

16Les vêtements de compression sont largement utilisés en sports collectifs et plusieurs études ont été consacrées à évaluer leurs effets, au cours de matchs, de simulations de match ou d'exercices reproduisant les contraintes spécifiques de ces sports. Dans une population de joueurs de cricket, Duffield et Portus (2007) ont comparé les effets de trois combinaisons complètes de compression sur l'habileté au lancer (cinq lancers maximaux et six lancers de précision) et sur la performance lors de sprints répétés (sprints de 20 m pendant 30 minutes, entrecoupés toutes les minutes d'exercices faciles, modérés et intenses). Aucune différence significative n'a été mise en évidence par rapport à une situation de contrôle. Lors des tests de sprints, les mesures de la lactatémie, du pH, de l'oxygénation musculaire et de la perception de l'effort n'ont pas non plus révélé de différences entre les diverses conditions expérimentales.

17Higgins et al. (2009) n'ont pas non plus mesuré d'effets bénéfiques sur une population de joueurs de netball, que ce soit lors de tests spécifiques (sprints, sauts en contre-mouvement [CMJ]) ou lors d'une simulation de match (mesure par GPS de la vitesse et de la distance parcourue). L'équipe de Houghton (Houghton et al. 2009) s'est intéressée aux effets de cuissards et de tee-shirts de compression sur la thermorégulation lors d'un match de hockey sur gazon (4 x 15 minutes). Ils n'ont mesuré aucun effet significatif sur la température interne, la sudation, la fréquence cardiaque, la lactatémie et la perception de l'effort.

2.2 Effets sur la récupération

18Bien que la recherche de la performance elle-même soit au cœur des préoccupations des athlètes et des scientifiques travaillant dans ce domaine, l'intérêt majeur des vêtements de compression pourrait résider dans l'amélioration et l'accélération de la récupération nécessaire après tout exercice fatigant.

2.2.1 Vêtements de compression portés pendant l'exercice et la récupération

19Dans une étude publiée en 2011, vingt-cinq joueurs semi-professionnels de rugby ont effectué un test sur tapis roulant (avec ou sans pantalon de compression) comprenant 5 minutes de course à 6 km.h-1, 5 minutes à 10 km.h-1, 5 minutes à une vitesse correspondant à 85 % de leur V̇O2max, 5 minutes à 6 km.fr1 (période de récupération active), 5 minutes à une vitesse correspondant à 85 % de leur V̇O2max, et pour finir, 5 minutes à 6 km.h-1 (période de récupération active). Les échanges gazeux ont été mesurés tout au long du test, et la lactatémie, le pH sanguin et la fréquence cardiaque immédiatement après chaque course de 5 minutes (Lovell et al. 2011). Après les périodes de récupération active, la fréquence cardiaque et la lactatémie étaient significativement plus faibles lorsque les rugbymen portaient un pantalon de compression, possiblement par le biais d'une amélioration du retour veineux. Pour tous les autres paramètres, cependant, aucune différence entre les groupes n'a été observée.

20L'équipe de Duffield s'est intéressée à plusieurs reprises aux effets des vêtements de contention sur la récupération, lorsqu'ils étaient portés pendant l'exercice et jusqu'à 24 heures après l'exercice. Ces chercheurs ont évalué l'efficacité des collants de compression (Duffield et al. 2010) et des combinaisons de compression (Duffield et al. 2008) sur une population de rugbymen, en reproduisant des conditions d'entraînement (sprints répétés sur 20 m, sauts pliométriques, scrum machine, simulations de match) à 24 heures d'intervalle. Pendant et après la période de récupération, les résultats n'ont montré aucune différence, par rapport à une situation contrôle, pour les tests de performance (Fig. 11.5), la force maximale, la lactatémie, le pH, la fréquence cardiaque ou les marqueurs des dommages musculaires. En revanche, les douleurs perçues et la fatigue ressentie étaient significativement plus faibles lorsque les rugbymen portaient un collant ou une combinaison de contention.

Figure 11.5. Temps aux sprints sur 20 m (moyenne ± écart type) [A] et hauteur cumulée lors de dix séries de dix sauts pliométriques (moyenne ± écart type) [B], pour les conditions « Contention » et contrôle.

Figure 11.5. Temps aux sprints sur 20 m (moyenne ± écart type) [A] et hauteur cumulée lors de dix séries de dix sauts pliométriques (moyenne ± écart type) [B], pour les conditions « Contention » et contrôle.

D'après Duffield et al. (2010), avec l'autorisation du Journal of Science and Medicine in Sport.

21Dans une autre étude menée avec des joueurs de cricket en ambiance froide (15 °C) [Duffield et Portus (2007)], les auteurs ont obtenu la même absence de résultats sur les tests effectués après 24 heures de récupération, à l'exception d'une température cutanée plus élevée, de marqueurs des dommages musculaires plus faibles, conjointement à des douleurs perçues comme plus faibles. Dans ce cas, le port de chaussettes de contention pendant la phase de récupération aurait pu limiter la formation d'œdèmes et la réponse inflammatoire. Duffield et Portus (2007) soulignent également que ces vêtements compressifs peuvent être bénéfiques en tant qu'isolants thermiques en ambiance froide, ou lorsque les exercices sont entrecoupés de longues phases de repos. Ces facteurs contribuent alors à une meilleure récupération psychologique.

22Quelques études ont comparé le port de vêtements de compression avec d'autres modalités de récupération mises en œuvre en sports collectifs. Au cours d'un tournoi de basket-ball de trois jours, vingt-neuf joueurs ont été répartis en trois groupes de récupération : prise de glucides et étirements, immersion en eau froide ou port de bas de contention (pression moyenne de 18 mm Hg). La comparaison de tests pré- et post-tournoi (sprints, tests d'agilité, sauts verticaux) suggère que l'immersion en eau froide procure la meilleure récupération ; suit la prise de glucides conjointe aux étirements ; puis, enfin, le port de bas de contention (Montgomery et al. 2008). Gill, quant à lui, a comparé, chez vingt-trois joueurs de rugby, l'immersion contrastée, les vêtements de compression, la récupération active et le repos seul, pendant la phase de récupération (jusqu'à J + 3) faisant suite à un match de rugby (Gill et al. 2006). Les différentes méthodes se sont toutes avérées comparables, à l'exception du repos simple qui était moins efficace. Enfin, Bahnert et al. (2012) ont évalué l'efficacité des étirements au sol ou en piscine, de la récupération active sur bicyclette ou en piscine, de l'immersion en eau froide ou en bains contrastés et des vêtements de compression sur quarante-quatre joueurs élite de football australien au cours d'une saison complète. Chaque semaine, les joueurs effectuaient un match d'entraînement (environ 60 min), une à deux séances de fitness (de 30 à 90 min), une à deux séances de résistance (de 30 à 90 min) et, la plupart du temps, un match de compétition. Chaque jour, les joueurs ont évalué leur récupération, fatigue, douleur, qualité de sommeil perçues, ainsi que la difficulté perçue de l'entraînement ou du match précédent. Les auteurs ont également mesuré la performance des joueurs lors de tests spécifiques et lors de matchs de compétition. Aucune des modalités de récupération n'a eu d'influence significative sur la récupération des qualités physiques et sur la performance au cours des matchs. Par contre, les joueurs ayant choisi comme modalité de récupération l'immersion en eau froide, les étirements ou les vêtements de compression présentaient une probabilité plus élevée d'avoir une meilleure récupération perçue.

2.2.2 Vêtements de compression portés pendant la récupération

23Lors d'une expérimentation réalisée avec une population de cyclistes bien entraînés, De Pauw et al. (2011) ont évalué les effets de cinq méthodes de récupération. Les sujets ont tout d'abord réalisé un premier exercice fatigant, composé de 30 minutes de pédalage à 55 % de leur puissance maximale et d'une simulation de course contre la montre d'une durée d'environ 30 minutes. La récupération subséquente comprenait soit une récupération active, soit une application de froid conjointe au port de cuissards de compression, soit une combinaison des deux conditions précédentes, soit une récupération passive pendant 20 minutes. Deux heures plus tard, les sujets ont à nouveau réalisé un test similaire au premier. Aucune modalité n'a permis d'améliorer significativement la performance lors du deuxième test, comparativement à la modalité de récupération passive. Si l'élimination du lactate a été accélérée avec la combinaison froid + compression + récupération active, aucun effet significatif n'a pu être observé sur la fatigue perçue ou la fréquence cardiaque.

24Les statistiques classiques permettent de mesurer l'effet d'une condition sur une variable de façon binaire (effet significatif ou pas). Cependant, l'adéquation entre ces statistiques quantitatives et les recherches liées aux activités sportives peut être discutée. En effet, il est parfois difficile de mettre en évidence de petites différences entre les groupes testés, alors que ces dernières seront peut-être déterminantes pour départager la première, la deuxième et la troisième place sur un podium. Récemment, des statistiques qualitatives ont été proposées comme approche alternative ; elles permettent d'avoir une vision plus nuancée des résultats, en distinguant effets incertains, insignifiants et néfastes (avec les nuances « probablement » ou « certainement »), ou bénéfiques (avec les nuances « probablement » ou « certainement »).

25De telles méthodes ont été appliquées pour analyser les résultats obtenus au cours de tests de cyclisme (De Glanville et Hamlin 2012). Dans cette étude, quatorze athlètes entraînés ont réalisé une épreuve contre la montre de 40 km, suivie d'une période de repos de 24 heures au cours de laquelle les sujets ont continuellement porté des bas de compression ou un vêtement placebo, pour ensuite réaliser une deuxième épreuve contre la montre de 40 km (la deuxième épreuve s'effectuant dans les mêmes conditions, c'est-à-dire sans vêtement de compression ou placebo). Une semaine plus tard, les deux groupes ont été intervertis pour répéter le protocole expérimental. À l'issue de la première demi-heure de récupération faisant suite à la première épreuve, les bas de compression ont eu un effet incertain ou insignifiant sur la fréquence cardiaque et la lactatémie. À l'issue de la deuxième épreuve, les bas de compression ont eu des effets qualifiés de probablement bénéfiques sur la performance (avec un gain de 1,2 %), certainement bénéfiques sur la puissance moyenne et incertains sur la consommation d'oxygène. Pour les auteurs, les vêtements de compression pourraient améliorer certains processus de récupération tels que le réapprovisionnement du muscle en glucose, la resynthèse aérobie de l'ATP ou encore l'élimination des métabolites.

26Toujours en utilisant des statistiques qualitatives, Hamlin et al. (2012) ont équipé des joueurs de rugby de pantalons de compression ou de vêtements placebo pendant les 24 heures qui ont suivi des séries d'exercices simulant un match. À l'issue de ces 24 heures, les sujets ont réalisé dix sprints de 40 m et une course de 3 km. Une semaine plus tard, les groupes ont été inversés et les tests répétés. Bien que les effets aient été qualifiés de faibles ou insignifiants, le groupe ayant porté un pantalon de compression a amélioré de 1,2 % en moyenne sa performance aux sprints répétés et a rapporté une fatigue perçue plus faible (de 15,8 % en moyenne). De plus, ce groupe a probablement amélioré sa performance lors de la course de 3 km et vu sa lactatémie diminuer, tant après cette course qu'à l'issue des sprints répétés. Selon les auteurs, l'utilisation de vêtements de compression pendant la phase de récupération est donc digne d'intérêt, même si les bénéfices ne sont pas flagrants.

2.2.3 Clairance de la lactatémie

27Les effets des vêtements de contention sur la lactatémie sont équivoques et si certaines équipes rapportent des effets bénéfiques (De Pauw et al. 2011 ; Hamlin et al. 2012 ; Lovell et al. 2011), d'autres n'ont observé aucune différence par rapport à une situation contrôle (Ali et al. 2011 ; De Glanville et Hamlin 2012 ; Duffield et al. 2008, 2010 ; Faulkner et al. 2012 ; Vercruyssen et al. 2011). Dans une première étude, Berry et McMurray (1987) ont évalué, chez des sujets sains, l'effet du port de chaussettes de contention, initialement destinées à des patients souffrant d'insuffisance veineuse (18 mm Hg sur la cheville et 8 mm Hg sur le mollet), au cours d'exercices épuisants de pédalage. Les sujets ont été répartis de façon à tester les modalités suivantes : contention pendant les exercices uniquement, contention pendant les exercices et la récupération, pas de contention. Pendant la récupération, la lactatémie était systématiquement plus faible lorsque les chaussettes de contention étaient portées pendant les exercices et la récupération. Aucune différence n'a été constatée entre les deux autres conditions expérimentales. En l'absence de changement du volume plasmatique, les auteurs sont arrivés à la conclusion que les chaussettes de contention réduisent la diffusion du lactate hors du lit musculaire après l'exercice. En d'autres termes, le lactate serait retenu dans le milieu intracellulaire, probablement en raison de l'inversion du gradient de pression induit par la contention. L'utilisation de chaussettes de contention destinées aux insuffisants veineux aurait alors l'effet inverse de celui escompté.

28Les mêmes auteurs ont réalisé un protocole similaire, en utilisant cette fois-ci des collants élastiques à usage sportif et en incluant des exercices de course sur tapis roulant (Berry et al. 1990). Les mesures de la lactatémie, de l'hématocrite, de la consommation d'oxygène et de la fréquence cardiaque, faites avant, pendant les exercices et pendant la récupération, n'ont révélé aucune différence entre les trois conditions. Dans ce cas, les contentions disponibles commercialement auraient exercé des pressions trop faibles pour entraîner des effets probants, comme semblent le confirmer les résultats de l'équipe de Duffield (Duffield et al. 2008, 2010 ; Duffield et Portus 2007).

2.2.4 Effets sur les douleurs musculaires retardées (« Delayed Onset Muscle Damage Soreness », ou DOMS)

29Les études connues ayant spécifiquement analysé l'effet de la contention sur les courbatures comprennent toutes, dans un premier temps, un ou plusieurs exercices à composante excentrique et suffisamment intenses pour provoquer des microlésions musculaires. Dans un deuxième temps, les sujets sont munis de vêtements de contention ou sont dirigés vers une autre modalité de récupération. Ceci permet de comparer sans biais la méthode de contention à une situation de contrôle ou à d'autres modalités de récupération. En revanche, cela n'apporte pas d'informations quant aux éventuels effets préventifs que pourraient avoir les vêtements de contention sur le développement des DOMS, la contention n'étant pas portée lors de l'exercice. Par exemple, après 30 minutes de marche en descente (pente à 25 %) avec un sac à dos (12 % du poids du corps), huit sujets ont porté des chaussettes de contention sur une jambe, 5 heures par jour, pendant trois jours, l'autre jambe servant de contrôle. L'exercice, ressenti comme de faible intensité par les sujets, était toutefois suffisant pour provoquer des dommages musculaires. Le port de chaussettes de contention a permis une diminution des douleurs à J + 3 (Fig. 11.6) et une restauration plus rapide des capacités musculaires (Perrey et al. 2008).

Figure 11.6. Douleur perçue (moyenne ± écart type) suite à un exercice excentrique, pour les modalités de récupération avec chaussette de contention ou contrôle.

Figure 11.6. Douleur perçue (moyenne ± écart type) suite à un exercice excentrique, pour les modalités de récupération avec chaussette de contention ou contrôle.

* : Différence significative entre les deux conditions (p < 0,05).
D'après Perrey et al. (2008), avec l'autorisation de Springer Paris.

30Des effets bénéfiques ont également été rapportés suite à des exercices plus intenses effectués par les membres inférieurs (cinq séries de vingt sauts en contrebas) [Davies et al. 2009 ; Jakeman et al. 2010a, 2010b] et supérieurs (deux séries de cinquante contractions excentriques maximales du biceps, comprenant une contraction concentrique maximale toutes les quatre répétitions) [Kraemer et al. 2001a, 2001b], ou encore suite à une séance de musculation intense impliquant tous les membres du corps (Kraemer et al. 2010). Si certains n'ont pas noté d'amélioration dans la restauration des capacités musculaires, d'autres ont observé une moindre diminution de la force maximale isocinétique et de la hauteur de saut en squat jump et en contre-mouvement. La plupart rapportent cependant une moindre élévation des marqueurs des dommages musculaires, une douleur perçue et des gonflements moins élevés, ainsi qu'une moindre diminution de l'amplitude articulaire. Ces améliorations pourraient s'expliquer par plusieurs facteurs. Au-delà d'une possible amélioration du retour veineux, les pressions externes exercées et la limitation des mouvements suite à la compression pourraient atténuer la réponse inflammatoire. Les dommages cellulaires, normalement aggravés par cette réponse inflammatoire, seraient ainsi diminués, et les processus de régénération seraient accélérés.

31Bien que l'objectif principal n'ait pas concerné l'effet de la contention sur les courbatures, on peut supposer que les expérimentations mises en place par Duffield ou encore Hamlin (voir plus haut) ont toutes provoqué des DOMS (Duffield et al. 2008, 2010 ; Duffield et Portus 2007 ; Hamlin et al. 2012). Ici, l'intérêt de ces protocoles vient de ce que les sportifs portaient les vêtements de contention pendant les exercices fatigants. Les résultats font état de douleurs perçues plus faibles pour ces quatre études et d'une réponse inflammatoire moindre pour l'une d'entre elles. En prolongeant le raisonnement précédent, on peut émettre l'hypothèse que les vêtements de contention, par un effet de maintien et de ressort externe suppléant les muscles, pourraient diminuer les contraintes d'étirement et donc les risques de microlésions, jouant ainsi un rôle préventif sur l'apparition des DOMS.

Conclusion

32Portés pendant l'effort, les vêtements de compression pourraient avoir quelques effets bénéfiques, même si les résultats des études sont pour le moins contradictoires. Ainsi, certains auteurs rapportent un coût énergétique, une fatigue perçue et une lactatémie plus faibles. Par ailleurs, il a été émis l'hypothèse d'une amélioration de la coordination musculaire et du cycle étirement-raccourcissement des muscles grâce à un effet de ressort externe. Enfin, le gainage apporté pourrait diminuer les contraintes d'étirement et donc les risques de microlésions, jouant ainsi un rôle préventif sur l'apparition des DOMS. Notons cependant qu'à ce jour, aucune étude n'a pu mettre en évidence une quelconque amélioration de la performance grâce à des vêtements de compression, qu'il s'agisse de course à pied, de cyclisme ou de sports collectifs.

33Même si les résultats restent contrastés, l'utilité des vêtements de compression apparaît plus marquée dans le cadre de la récupération. Par une possible amélioration du retour veineux, ils pourraient accélérer certains processus de récupération tels que le réapprovisionnement du muscle en glucose, la resynthèse aérobie de l'ATP ou encore l'élimination des métabolites. Au delà de ces effets, les pressions externes exercées et la limitation des mouvements dues à la compression pourraient limiter les dommages musculaires et la réponse inflammatoire, et accélérer les processus de régénération.

34Pour finir, on pourra retenir la conclusion de Hamlin et al. (2012) : « compresion garments are likely to be worthwhile and unlikely to be harmful » que l'on pourrait approximativement traduire par l'expression « si ça ne fait pas de bien, ça ne peut pas faire de mal »...

Bibliographie

Bibliographie

Ali A, Caine MP, Snow BG (2007) Graduated compression stockings: physiological and perceptual responses during and aller exercise. J Sports Sci 25:413-419.

Ali A, Creasy RH et al. (2011) The effect of graduated compression stockings on running performance. J Strength Cond Res 25(5):1385-1392.Bahnert A, Norton K, Lock P (2012) Association between post-game recovery protocols, physical and perceived recovery, and performance in elite AFL players. J Sci Med Sport.

Berry MJ, Bailey SP, Simpkins LS, TeWinkle JA (1990) The effects of elastic tights on the post-exercise response. Can J Sport Sci 15: 244-248.

Berry MJ, McMurray RG (1987) Effects of graduated compression stockings on blood lactate following an exhaustive bout of exercise. Am J Phys Med 66 :121-132.

Bringard A, Denis R, Belluye N, Perrey S (2007) Compression élastique externe et fonction musculaire chez l'homme. Science & Sports 22:3-13.

Bringard A, Perrey S, Belluye N (2006) Aerobic energy cost and sensation responses during submaximal running exercise-positive effects of wearing compression tights. Int J Sports Med 27:373-378.

Burden RJ, Glaister M (2012) The effects of ionized and nonionized compression garments on sprint and endurance cycling. J Strength Cond Res 26(10) :2837-2843.

Couzan S (2006) Le sportif : un insuffisant veineux potentiel. Cardio&Sport 8 :7-20.

Coza A, Dunn JF et al. (2012) Effects of compression on muscle tissue oxygenation at the onset of exercise. J Strength Cond Res 26(6):1631-1637.

Davies V, Thompson KG, Cooper SM (2009) The effects of compression garments on recovery. J Strength Cond Res 23:1786-1794.

de Glanville KM, Hamlin MJ (2012) Positive effect of lower body compression garments on subsequent 40-kM cycling time trial performance. J Strength Cond Res 26(2) :480-486.

De Pauw K, De Geus B et al. (2011) Effect of five different recovery methods on repeated cycle performance. Med Sci Sports Exerc 43(5):890-897.

Doan BK, Kwon YH et al. (2003) Evaluation of a lower-body compression garment. J Sports Sci 21(8):601-610.

Duffield R, Cannon J, King M (2010) The effects of compression garments on recovery of muscle performance following high-intensity sprint and plyometric exercise. J Sci Med Sport 13(1):136-40.

compression garments on intermittent exercise performance and recovery on consecutive days. Int J Sports Physiol Perform 3:454-468.

Duffield R, Portus M (2007) Comparison of three types of full-body compression garments on throwing and repeatsprint performance in cricket players. Br J Sports Med 41:409-414; discussion 414.

Faulkner JA, Gleadon D, McLaren J, Jakeman JR (2012) Effect of lower limb compression clothing on 400 m sprint performance. J Strength Cond Res 27(3):669-76.

Friesenbichler B, Stirling LM et al. (2011) Tissue vibration in prolonged running. J Biomech 44(1): 116-120.

Gill ND, Beaven CM, Cook C (2006) Effectiveness of post-match recovery in rugby players. Br J Sports Med 40:260-263.

Goh SS, Laursen PB et al. (2011) Effect of lower body compression garments on submaximal and maximal running performance in cold (10 degrees C) and hot (32 degrees C) environments. Eur J Appl Physiol 111(5): 819-826.

Hamlin MJ, Mitchell CJ et al. (2012) Effect of compression garments on short-term recovery of repeated sprint and 3-km running performance in rugby union players. J Strength Cond Res 26(11): 2975-2982.

Higgins T, Naughton GA, Burgess D (2009) Effects of wearing compression garments on physiological and performance measures in a simulated game-specific circuit for netball. J Sci Med Sport 12:223-226.

Houghton LA, Dawson B, Maloney SK (2009) Effects of wearing compression garments on thermoregulation during simulated team sport activity in temperate environmental conditions. J Sci Med Sport 12:303-309.

Inbar O, Rotstein A, Dlin R, Dotan R, Sulman FG (1982) The effects of negative air ions on various physiological functions during work in a hot environment. Int J Biometeorol 26:153-163.

Jakeman JR, Byrne C et al. (2010b) Lower limb compression garment improves recovery from exercise-induced muscle damage in young, active females. Eur J Appl Physiol 109(6): 1137-1144.

manual massage and lower limb compression on symptoms of exercise-induced muscle damage in women. J Strength Cond Res 24(11): 3157-3165.

Kemmler W, von Stengel S, Kockritz C, Mayhew J, Wassermann A, Zapf J (2009) Effect of compression stockings on running performance in men runners. J Strength Cond Res 23:101-105.

Kraemer WJ, Bush JA, Wickham RB, Denegar CR, Gomez AL, Gotshalk LA, Duncan ND, Volek JS, Newton RU, Putukian M, Sebastianelli WJ (2001a) Continuous compression as an effective therapeutic intervention in treating eccentricexercise-induced muscle soreness. J Sport Rehabil 10:11-23.

Kraemer WJ, Bush JA, Wickham RB, Denegar CR, Gomez AL, Gotshalk LA, Duncan ND, Volek JS, Putukian M, Sebastianelli WJ (2001b) Influence of compression therapy on symptoms following soft tissue injury from maximal eccentric exercise. J Orthop Sports Phys Ther 31:282-290.

Kraemer WJ, Flanagan SD et al. (2010) Effects of a whole body compression garment on markers of recovery after a heavy resistance workout in men and women. J Strength Cond Res 24(3):804-814.

Lovell DI, Mason DG, Delphinus EM, McLellan CP (2011) Do compression garments enhance the active recovery process after high-intensity running? J Strength Cond Res 25(12):3264-3268.

MacRae BA, Laing RM et al. (2012) Pressure and coverage effects of sporting compression garments on cardiovascular fonction, thermoregulatory function, and exercise performance. Eur J Appl Physiol 112(5) : 1783-1795.

Menetrier A, Mourot L et al. (2011) Compression sleeves increase tissue oxygen saturation but not running performance. Int J Sports Med 32(ll):864-868.

Millet G, Perrey S, Divert C, Foissac M (2006) The role of engineering in fatigue reduction during human locomotion - a review. Sports Engineering 19(4):209-220.

Montgomery PG, Pyne DB, Hopkins WG, Dorman JC, Cook K, Minahan CL (2008) The effect of recovery strategies on physical performance and cumulative fatigue in competitive basketball. J Sports Sci 26: 1135-1145.

Perrey S (2008) Compression garments: evidence for their physiological effects. ISEA Conference, Biarritz.

Perrey S, Bringard A, Racinais S, Puchaux K, Belluye N (2008) Graduated compression stockings and delayed onset muscle soreness (ISEA Conference, Biarritz). In: The Engineering of Sport 7, vol. 1, p. 547-554, Springer Paris.

Ryushi T, Kita I, Sakurai T, Yasumatsu M, Isokawa M, Aihara Y, Hama K (1998) The effect of exposure to negative air ions on the recovery of physiological responses after moderate endurance exercise. Int J Biometeorol 41:132-136.

Scanlan AT, Dascombe BJ, Reaburn PR, Osborne M (2008) The effects of wearing lower-body compression garments during endurance cycling. Int J Sports Physiol Perform 3:424-438.

Varela-Sanz A, Espana J et al. (2011) Effects of gradual-elastic compression stockings on running economy, kinematics, and performance in runners. J Strength Cond Res 25(10):2902-2910.

Vercruyssen F, Easthope C, Bernard T, Hausswirth C, Bieuzen F, Gruet M, Brisswalter J (2012) The influence of wearing compression stockings on performance indicators and physiological responses following a prolonged trail running exercise. European Journal of Sport Science:1-7.

Wiszniewski A, Suchanowski A (2008) Influence of air-ions on people subjected to physical effort and rest. Pol J Environ Stud 5 :801-810.

Table des illustrations

Titre Figure 11.1. Action musculaire (effet de pompe) permettant le retour veineux vers le cœur.
Légende a : valvules proximales et distales ouvertes par le flux sanguin veineux remontant vers le cœur.b : les muscles contractés du mollet compriment les veines intramusculaires (veines jumelles) et intermusculaires (veine poplitée), et chassent le sang à haut débit vers le cœur dans la circulation profonde. Dans le même temps, le reflux entraîne la fermeture des valvules en aval (distales) du site de compression des veines par les muscles. Le flux veineux ne peut donc aller qu'en direction du cœur.c : lors de la relaxation des muscles, les veines inter- et intramusculaires se dilatent. Cela s'accompagne d'un bref reflux qui entraîne la fermeture des valvules veineuses (proximales), empêchant le sang de redescendre. La contraction des muscles ayant permis de vider le réservoir veineux, la pression dans ce compartiment a diminué. Cette réduction de la pression veineuse favorise le déplacement du sang des artères vers ces segments veineux où la pression et le volume ont diminué. Le sang est, dans le même temps, aspiré depuis le réseau superficiel à travers les veines perforantes et depuis la région inférieure de la jambe (pied). D'après Bringard et al. (2007), avec l'autorisation de Science & Sports.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 11.2. Profils des pressions de contention (mm Hg).
Légende D'après Couzan (2006), avec l'autorisation de Cardio & Sport.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1361/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 11.3. Temps moyens aux 5 et 10 km pour les situations expérimentales et contrôle (A), et fréquences cardiaques moyennes lors du premier et du deuxième 5 km pour les situations expérimentales et contrôle (B).
Légende D'après Ali et al. (2007), avec l'autorisation du Journal of Sports Sciences.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1361/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende * : Significativement different (p < 0,05) de la condition « Cuissard de compression ».D’après Bringard et al. (2006), avec l'autorisation de l'International Journal of Sports Medicine).Figure 11.4. Composante lente de la VO2 (différence de consommation d’oxygène entre la deuxième et la quinzième minute lors d'un exercice de course à pied réalisé à 80 % de la V̇O2max) pour les trois conditions expérimentales : « Short normal », « Collant élastique » et « Cuissard de compression ».
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1361/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 11.5. Temps aux sprints sur 20 m (moyenne ± écart type) [A] et hauteur cumulée lors de dix séries de dix sauts pliométriques (moyenne ± écart type) [B], pour les conditions « Contention » et contrôle.
Légende D'après Duffield et al. (2010), avec l'autorisation du Journal of Science and Medicine in Sport.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1361/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 11.6. Douleur perçue (moyenne ± écart type) suite à un exercice excentrique, pour les modalités de récupération avec chaussette de contention ou contrôle.
Légende * : Différence significative entre les deux conditions (p < 0,05).D'après Perrey et al. (2008), avec l'autorisation de Springer Paris.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1361/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteurs

© INSEP-Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search