Version classiqueVersion mobile

Améliorer sa récupération en sport

 | 
Christophe Hausswirth

Partie 2. Stratégies pour optimiser la récupération

Chapitre 10. Les massages

Antoine Couturier, Yann Le Meur, Cécile Huiban, Marc Saunier et François-Xavier Férey

Texte intégral

Introduction

1Les massages sont pratiqués depuis l'Antiquité et, en agissant sur la peau, les muscles, les tendons et les ligaments, ils contribuent au bien-être des personnes. On leur alloue de nombreux bienfaits, tant sur le plan physique (circulation sanguine, système musculo-tendineux, douleur, relaxation) que sur le plan psychologique.

2Bien qu'ils soient les actes les plus demandés et les plus pratiqués dans le domaine de la récupération sportive, leurs effets réels sont régulièrement sujets à controverse et de nombreux auteurs remettent clairement en question leur efficacité pour un usage sportif.

3Afin de faire la part des choses entre croyances et réalités, ce chapitre propose un état des connaissances actuelles sur l'usage des massages (qu'ils soient manuels ou mécanisés) dans le but d'améliorer la récupération et la performance. Nous expliquerons, dans un premier temps, les principes physiologiques justifiant leur utilisation, puis nous analyserons les données issues de la littérature scientifique.

4La pratique du massage provient du besoin naturel et intuitif de frotter une partie douloureuse du corps. Que ce soit dans le but de favoriser la performance ou la récupération après un exercice fatigant, on en trouve des descriptions depuis l'Antiquité, en particulier pour le traitement des blessures de sport ou de guerre (Goats 1994a).

5Il est classiquement admis que les massages apportent de nombreux bénéfices, tels qu'une augmentation du flux sanguin, une diminution de la tension et de l'excitabilité musculaire, ou encore une augmentation de la sensation de bien-être. On peut dès lors supposer qu'ils auront un effet positif sur la performance et la prévention des blessures. De fait, ils sont très largement utilisés pour améliorer la récupération entre deux séances d'entraînement, en préparation ou à la suite d'une compétition (Fig. 10.1 et 10.2).

Figure 10.1. Actes de massages, exprimés en pourcentage du total des actes, pour chacun des principaux événements d'athlétisme entre 1987 et 1998. La médiane et l'amplitude sont données pour l'ensemble des données sur la période considérée.

Figure 10.1. Actes de massages, exprimés en pourcentage du total des actes, pour chacun des principaux événements d'athlétisme entre 1987 et 1998. La médiane et l'amplitude sont données pour l'ensemble des données sur la période considérée.

D'après Galloway et Watt (2004), avec l'autorisation du British Journal of Sports Medicine.

Figure 10.2. Procédés de récupération utilisés par les athlètes de la délégation française lors des Jeux olympiques de Pékin 2008 (données CNOSF).

Figure 10.2. Procédés de récupération utilisés par les athlètes de la délégation française lors des Jeux olympiques de Pékin 2008 (données CNOSF).

6De nombreuses hypothèses ont été avancées pour tenter d'expliquer les mécanismes d'action des massages sur la circulation, le système musculo-tendineux et le système nerveux. Cependant, les effets des massages sur la récupération (au sens physiologique et psychologique) et sur la performance restent controversés (Weerapong et al. 2005). Ce chapitre se propose, après avoir défini les techniques de massage classiquement utilisées, de passer en revue les mécanismes d'action supposés, puis les incidences sur la performance et la récupération.

1. Techniques de massage

7Les massages consistent en la manipulation des tissus par des pressions et pétrissages visant à améliorer la santé et le bien-être (Dufour et al 1999). Ces manipulations peuvent être réalisées manuellement ou au moyen d'un appareil.

1.1 Massages manuels

8Les massages manuels peuvent se décomposer en une succession de manœuvres élémentaires constituées des gestes suivants :

9Effleurages : Il s'agit de simples glissements de contact, sans intensité de pression. Le geste d'effleurage est fréquemment utilisé en début et fin de séance. Les pressions graduées permettraient de diminuer le tonus musculaire et de produire un état général de relaxation, préparant la personne à des manipulations plus vigoureuses.

10Pressions : Il s'agit de compressions plus ou moins fortes, glissées ou statiques, des tissus mous contre un plan sous-jacent résistant (en général un plan osseux). Les effets attendus sont une augmentation de la circulation sanguine et lymphatique, une amélioration du drainage et une diminution des œdèmes (Goats 1994b).

11Pétrissages : Il s'agit d'isoler un volume de tissu, cutané ou musculaire, et de lui faire subir une succession de pressions dépressions, généralement au cours d'une progression centimétrique (Dufour et al. 1999).

12Le pétrissage serait efficace pour étirer des tissus contractés ou adhérents, et lutter contre les crampes musculaires. Cette action, plus profonde que celle des pressions, stimulerait la circulation sanguine et lymphatique, favoriserait le drainage et diminuerait l'œdème.

13Frictions : Les frictions provoquent le glissement d'un plan anatomique sur un autre sous-jacent, sans qu'il n'y ait de frottement. Ces manœuvres recherchent généralement la liberté de glissement des différents plans anatomiques ou une action défibrosante, ou encore un effet décontracturant (Dufour et al. 1999).

14Tapotements : Le but des tapotements est de déclencher des réflexes cutanés et une vasodilatation locale. Ils permettraient ainsi une augmentation du tonus musculaire ou encore la dispersion des fluides interstitiels dus aux dommages musculaires et aux processus inflammatoires.

15Vibrations : Il s'agit de pressions statiques intermittentes d'intensité et de fréquence variables. On attribue à cette technique un effet relaxant lorsque la pression est appliquée avec une faible intensité et avec une fréquence élevée, et un effet stimulant lorsque la pression est appliquée avec une forte intensité et une fréquence faible.

16Palper-rouler : Le palper-rouler est une technique de massage qui consiste à mobiliser le tissu cutané par un mouvement de roulage et de palpation. Cette technique permettrait d'éliminer les surplus d'eau et de graisse sous-cutanés et de réaliser un drainage localisé.

17Parmi la grande diversité des techniques employées, les massages à visée de drainage (retour veineux et lymphatique) et de type suédois sont les plus utilisés sur la population sportive. Ce type de massage dure une trentaine de minutes et consiste en la succession des techniques d'effleurage, de pétrissage, de friction, de tapotement, pour se terminer, de nouveau, par des techniques d'effleurage. Le massage suédois est également le type d'intervention le plus souvent rapporté dans la littérature scientifique relative à la récupération.

1.2 Massages mécanisés

18Il existe divers appareils conçus pour reproduire certains gestes et effets des massages manuels. C'est le cas notamment des appareils de type « roller », reproduisant les gestes de palper-rouler (Fig. 10.3). Ils sont constitués de rouleaux motorisés indépendants montés sur une tête et couplés à un système de dépression par air. Ce procédé forme un pli tissulaire et agit directement sur les tissus (aponévroses, fascias musculaires, muscles, tendons...). L'application se fait directement sur la peau ou au travers d'une combinaison spécifique. On trouve également des lits à eau pour lesquels l'eau est utilisée comme élément massant, par projection sur la peau au travers d'une toile en caoutchouc (Fig. 10.3). Il est possible de programmer la zone à masser, la pression et le mouvement des buses. Enfin, les appareils de compression pneumatique intermittente ont été conçus pour améliorer le retour veineux et le drainage lymphatique.

19Le principe consiste à placer, autour d'un membre, un manchon comportant plusieurs compartiments qui sont gonflés et dégonflés séquentiellement, de la partie distale vers la partie proximale.

Figure 10.3. Deux systèmes de massages mécanisés : système LPG® (image de gauche) et hydromassage sur lit à eau Wellsystem® (image de droite).

Figure 10.3. Deux systèmes de massages mécanisés : système LPG® (image de gauche) et hydromassage sur lit à eau Wellsystem® (image de droite).

2. Bases physiologiques des massages

2.1 Effets sur le système musculo-tendineux

20Les effets recherchés par les pressions mécaniques appliquées lors des massages peuvent concerner la diminution des adhésions tissulaires et de la raideur musculo-tendineuse, évaluées par la mesure de l'amplitude articulaire. Les quelques études ayant mesuré les effets du massage sur l'amplitude articulaire n'ont pas mis en évidence de changements significatifs, ou présentaient des biais rendant hasardeuse l'interprétation des résultats (Weerapong et al. 2005). Plus récemment, Ogai et al. (2008) ont noté une moindre augmentation de la raideur musculaire suite à deux exercices intenses sur bicyclette ergométrique lorsque ceux-ci comprenaient 10 min de pétrissage dans la phase de récupération. Néanmoins, il semble qu'à cet effet, les étirements constituent une méthode bien plus simple et efficace (Weerapong et al. 2005).

2.2 Effets sur la température cutanée et intramusculaire

21Les massages provoquent une augmentation locale de la température, ainsi qu'une hyperémie dans la région massée. Indépendamment de la durée (de 5 à 15 min d'effleurages), une augmentation de la température cutanée et intramusculaire du muscle Vastus lateralis a été rapportée. Cependant, cette élévation de la température reste relativement superficielle et ne se propage pas au-delà d'une profondeur de 2,5 cm (Drust et al. 2003). Les actions mécaniques sur les capillaires sanguins sous-cutanés et sur les tissus pourraient déclencher (de façon mécanique ou réflexe) une libération de substances vasodilatatrices (histamine, sérotonine, acétylcholine) par les mastocytes. Sans que ceci ait pu être mis en évidence, cette vasodilatation superficielle est susceptible d'améliorer les échanges entre le milieu cellulaire et le milieu sanguin (apport nutritif et d'oxygène, élimination des déchets du métabolisme et du gaz carbonique) [Dufour et al. 1999].

2.3 Effets sur la circulation

■ Circulation veineuse

22Les pressions glissées et statiques permettent d'améliorer le retour veineux (Goats 1994b), comme cela a pu être montré au moyen de mesures Doppler (Dufour et al. 1999). L'effet optimal serait obtenu en respectant un rythme lent, de 5 à 10 s entre deux manœuvres successives. Le principe d'action serait d'ordre mécanique : les pressions exercées entraîneraient un collapsus des veines munies de valvules antireflux, forçant le retour veineux. Un rythme de massage lent se justifie alors pour que les troncs veineux puissent se remplir à nouveau, une fois que les manœuvres de massage les ont vidés. Les techniques de massage de type « drainage lymphatique manuel » agissent selon les mêmes principes lorsque les manœuvres sont dirigées en regard du trajet lymphatique, superficiel, afin d'accélérer le flux du retour lymphatique.

■ Circulation artérielle

23Le système circulatoire fonctionnant en circuit fermé, il a longtemps été admis que les massages, en agissant sur le système veineux, auraient une action indirecte sur le système artériel. Afin de quantifier ces effets, Shoemaker et al. (1997) ont utilisé la technique du Doppler par ultrasons pulsés. Les massages ont été réalisés sur des petits (avant-bras) et gros (quadriceps) groupes musculaires et comprenaient des techniques d'effleurage, de pétrissage et de tapotement. Avant, pendant et après les massages, aucune variation significative du débit sanguin ou du diamètre des artères brachiales et fémorales n'a pu être mesurée.

24En revanche, des exercices de faible intensité de préhension et d'extension du genou ont permis de tripler, environ, les valeurs de repos, ce qui a conduit les auteurs à recommander préférentiellement les exercices modérés afin d'augmenter la circulation sanguine. Plus récemment, Hinds et al. (2004) n'ont constaté aucune différence significative entre un groupe massé et un groupe contrôle quant aux valeurs du débit sanguin dans l'artère fémorale (Fig. 10.4), de la lactatémie, de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle. En revanche, la circulation superficielle (Fig. 10.5) et la température cutanée étaient significativement plus élevées pour le groupe ayant reçu des massages. Dans la mesure où ces paramètres ne sont pas accompagnés d'une augmentation du débit sanguin, on peut remettre en question l'efficacité des massages sur la performance et la récupération (Weerapong et al. 2005).

Figure 10.4. Débit artériel fémoral mesuré pour le groupe ayant reçu un massage et le groupe contrôle.

Figure 10.4. Débit artériel fémoral mesuré pour le groupe ayant reçu un massage et le groupe contrôle.

* : significativement différent de la valeur pré-exercice.
D'après Hinds et al. (2004), avec l'autorisation de Medicine and Science in Sports and Exercise.

Figure 10.5. Débit sanguin cutané pour le groupe « massage » et le groupe contrôle.

Figure 10.5. Débit sanguin cutané pour le groupe « massage » et le groupe contrôle.

* : différence significative avec les valeurs de repos (p < 0,05) ;
** : différence significative entre le groupe contrôle et le groupe « Massage » (p < 0,05).
D'après Hinds et al. (2004), avec l'autorisation de Medicine and Science in Sports and Exercise.

2.4 Effets sur le système nerveux

■ Excitabilité neuromusculaire

25En stimulant les récepteurs sensoriels, les massages diminuent l'excitabilité neuromusculaire, favorisant ainsi la réduction des contractures et des tensions musculaires. Cette relaxation musculaire a pu être mise en évidence en utilisant un appareil de type « roller » (Naliboff et Tachiki 1991), mais également lors de manœuvres d'effleurages, de pressions glissées ou statiques, de tapotements et de pétrissages. Ces manœuvres s'accompagnent d'une diminution du « réflexe H » (Fig. 10.6), témoin de l'excitabilité médullaire réflexe, qui cesse dès l'arrêt des massages (Goldberg et al. 1992 ; Weerapong et al.2005).

Figure 10.6. Amplitude des « réflexes H » (moyenne + écart type) obtenue sur le triceps sural, lors du pré-test (contrôle) et lors des massages ipsilatéraux et controlatéraux du triceps sural et des ischio-jambiers.

Figure 10.6. Amplitude des « réflexes H » (moyenne + écart type) obtenue sur le triceps sural, lors du pré-test (contrôle) et lors des massages ipsilatéraux et controlatéraux du triceps sural et des ischio-jambiers.

26Cette diminution serait la conséquence de la stimulation des mécanorécepteurs musculaires, aponévrotiques et cutanés, ainsi que des boucles de régulation de l'excitabilité motoneuronale (Morelli et al. 1999). Cet effet est majoritairement local et sélectif (Fig. 10.6) [Sullivan et al. 1991], mais pourrait également montrer un effet controlatéral (Dufour et al. 1999).

■ Crampes musculaires

27Une crampe musculaire est une contraction involontaire, prolongée et douloureuse, affectant un ou plusieurs muscles. La douleur associée serait le résultat direct de la stimulation des mécanorécepteurs nociceptifs musculaires, et le résultat indirect de l'ischémie locale puis de l'acidose musculaire, entretenues par la contraction. Les massages peuvent être utilisés pour casser le cercle vicieux à l'origine d'une crampe persistante. Ils pourraient contribuer au réarrangement des fibres musculaires, limitant ainsi la stimulation des récepteurs nociceptifs, et rétablir la microcirculation (Weerapong et al. 2005).

28Ces mécanismes restent cependant hypothétiques : d'une part, les massages ne semblent pas augmenter la circulation artérielle et, d'autre part, il n'existe encore aucune étude publiée relative aux effets des massages sur le réalignement des fibres musculaires.

■ Douleurs

29Les massages sont efficaces pour soulager les douleurs d'intensité faible à modérée, et différents modes d'action ont été suggérés (Dufour et al. 1999 ; Ernst 1998 ; Farr et al. 2002 ; Goats 1994b ; Weerapong et al. 2005 ; Willems et al. 2009 ; Zainuddin et al. 2005). Le premier implique la théorie du portillon, ou Gate Control (Melzack et Wall 1965) : les informations tactiles sont transmises par des fibres nerveuses à conduction rapide de types Aa et Ap. Au niveau de la moelle épinière, celles-ci vont alors inhiber les informations nociceptives en provenance des fibres nerveuses à conduction plus lente de types A6 et C, tant que les stimuli arrivent en plus grand nombre que ceux de la douleur (Fig. 10.7).

Figure 10.7. Représentation schématique de la théorie du Gate Control : au niveau de la corne dorsale de la moelle épinière, il est possible de moduler les afférences nociceptives des fibres A5 et C en stimulant les fibres Aa et Ap.

Figure 10.7. Représentation schématique de la théorie du Gate Control : au niveau de la corne dorsale de la moelle épinière, il est possible de moduler les afférences nociceptives des fibres A5 et C en stimulant les fibres Aa et Ap.

30Le deuxième mécanisme serait de type descendant (du mésencéphale vers la moelle épinière) et résulterait de la sécrétion de substances antalgiques endogènes, telles que la sérotonine ou les ss-endorphines, en réaction à des stimuli nociceptifs plus intenses, tels que ceux qui pourraient être déclenchés par des massages vigoureux sur des zones déjà sensibles (Goats 1994b ; Weerapong et al. 2005). Lorsque les massages sont pratiqués sur des sujets sains et n'ayant pas de douleurs particulières, il n'a pu être montré, à ce jour, d'élévation du taux de (J-endorphine (Bender et al. 2007 ; Day et al. 1987).

2.5 Effets psycho-physiologiques

31Plusieurs études rapportent un effet positif des massages sur les réponses psycho-émotionnelles. Celles-ci peuvent être évaluées à partir de questionnaires tels que le POMS (Profile of Mood States : mesure globale des états d'humeur et de leurs fluctuations), le STAI (State Trait Anxiety Inventory : mesure du degré d'anxiété) ou, plus spécifiquement, par une échelle de « récupération perçue ». Ainsi, Weinberg et Jackson (1988) ont évalué les effets de 30 min de massage suédois, en comparant cette méthode avec la pratique d'activités physiques telles que la natation, le jogging, le tennis ou le racquetball, sur une population de 183 étudiants en éducation physique. Seuls les massages et la pratique du jogging ont conduit à des améliorations significatives de l'humeur, avec des diminutions significatives de la nervosité, de la confusion, de la fatigue, de l'anxiété, de la colère et du découragement (test de POMS), et seuls les massages ont conduit à une diminution du score sur le test de STAI.

32Des résultats similaires ont été rapportés lors d'une étude réalisée avec une population de boxeurs en période d'entraînement (Weerapong et al. 2005).

33Au-delà de l'effet positif des massages sur l'état émotionnel, certains auteurs se sont intéressés à la perception qu'avaient les sportifs de leur propre récupération. Il est intéressant de noter que la majorité des études connues a mis en évidence une amélioration de la récupération perçue, et ceci, malgré des paramètres physiologiques (lactatémie, glycémie, fréquence cardiaque) et musculaires (force maximale, temps limite, saut vertical, tests spécifiques) ne présentant pas forcément de différences significatives par rapport à un groupe contrôle (Hemmings et al. 2000 ; Micklewright et al. 2005 ; Ogai et al. 2008 ; Weerapong et al. 2005). Selon Keir et Goats (1991), l'effet psychologique d'un massage effectué par une personne experte repose sur le sentiment que le masseur a précisément localisé les zones sensibles : cet effet placebo contribue fortement à la potentialité des techniques de manipulation.

3. Effets sur la récupération

3.1 Effets avant l'exercice ou entre plusieurs exercices consécutifs

34Les massages sont régulièrement pratiqués avant une compétition, notamment parce qu'ils augmenteraient le débit sanguin. Une augmentation du débit sanguin permettrait alors d'accélérer l'approvisionnement des cellules en oxygène et nutriments, d'augmenter la température intramusculaire et le pouvoir tampon du sang, et favoriserait ainsi la performance. À ce jour, les données pouvant étayer ces postulats restent faibles, et nous avons précédemment vu qu'aucune augmentation significative du flux sanguin n'avait pu être montrée pendant ou juste après l'application d'un massage. Ainsi, des massages pratiqués 10 min avant un exercice submaximal (80 % de la fréquence cardiaque maximale) n'ont pas entraîné de différences, par rapport à un groupe contrôle, sur les variables mesurées lors de l'exercice (VO2, volume d'éjection systolique, fréquence cardiaque, pression artérielle, débit cardiaque et différence artérioveineuse en oxygène, lactatémie) [Callaghan 1993]. Appliqués pendant 30 min sur une population de sprinteurs, les massages n'ont pas non plus modifié significativement la fréquence de foulée (Weerapong et al. 2005). Les auteurs rapportent cependant que, comparativement à un groupe contrôle, la plus grande fréquence de foulée a été mesurée sur un sujet massé. On peut dès lors regretter que cette étude ne se soit pas intéressée conjointement à la fréquence de foulée.

35Appliqués entre deux exercices de 5 km sur ergocycle, les massages seuls n'ont pas permis de mieux récupérer, par rapport au repos ou à une récupération active (Monedero et Donne 2000). Dans cette étude, il est intéressant de noter que la modalité la plus efficace était celle combinant massage et récupération active (Fig. 10.8).

* : significativement différent des autres modalités (p < 0,05).
D'après Monedero et Donne (2000), avec l'autorisation de l'International Journal of Sports Medicine.

36À l'inverse, certains auteurs ont mis en évidence une fatigue moindre avec un dispositif de massage mécanisé reproduisant le geste de palper-rouler (Portero et al. 1996). Suite à une épreuve d'épuisement local (30 flexions-extensions maximales du genou à une vitesse de 180°.s-1), les sujets ayant reçu un massage de 15 min ont eu un meilleur temps de maintien (66 % de la force maximale volontaire) et une diminution moins importante de la force maximale par rapport aux sujets ayant eu un simple repos de 15 min. Cette fatigue moindre a été attribuée à une meilleure élimination des métabolites. Cette hypothèse a pu être étayée par les résultats de Ali Rasooli et al. (2012) sur une population de nageurs professionnels. Dans cette étude, seize nageurs ont réalisé deux séries de 200 m en crawl, espacées de 10 min pendant lesquelles la récupération était de type passive, active ou massage. La lactatémie était significativement plus faible pour le groupe massé que pour celui ayant effectué une récupération passive (mais cependant plus élevée que pour le groupe ayant effectué une récupération active). Quant à la performance mesurée lors du deuxième 200 m, les groupes « Récupération active » et « Massage » n'ont pas présenté de différence significative entre eux et ont réalisé de meilleurs temps que les athlètes du groupe « Récupération passive ».

37La comparaison des modalités massage et repos a également été réalisée sur une population de boxeurs, lors d'exercices successifs comportant des tests spécifiques de performance en boxe (Hemmings et al. 2000). Si aucune différence entre les groupes n'a pu être montrée pour des paramètres tels que la fréquence cardiaque, la glycémie ou la performance lors de tests spécifiques, la récupération perçue, de même que la lactatémie, étaient plus importantes pour le groupe massé. Les auteurs ont attribué cette augmentation de la lactatémie à un investissement accru des boxeurs, du fait de leur meilleure récupération perçue. Des résultats comparables ont été observés lors d'exercices fatigants de types isométrique (Fig. 10.9) et dynamique, réalisés sur bicyclette ergométrique (Ogai et al. 2008 ; Robertson et al. 2004). Bien que le groupe ayant fait l'objet de massages n'ait montré aucune différence par rapport au groupe contrôle quant à la lactatémie, à la fréquence cardiaque et aux puissances moyenne et maximale (Robertson et al. 2004), la récupération perçue, la puissance totale (Ogai et al. 2008) ou encore l'index de fatigue (Robertson et al. 2004) étaient meilleurs chez les sujets massés. On peut dès lors avancer l'hypothèse que les massages, par un effet placebo, permettraient d'augmenter la tolérance à un exercice subséquent intense (Goats 1994b).

Figure 10.9. Fatigue perçue après le premier et le second exercice lorsque ceux-ci sont entrecoupés d'une période de massage ou de repos. Les exercices sont des épreuves d'extensions isométriques du tronc de 90 s.

Figure 10.9. Fatigue perçue après le premier et le second exercice lorsque ceux-ci sont entrecoupés d'une période de massage ou de repos. Les exercices sont des épreuves d'extensions isométriques du tronc de 90 s.

* : différence significative (p < 0,05) ;
** : différence significative (p < 0,01).
D'après Mori et al. (2004), avec l'autorisation de Medical Science Monitor.

38Les résultats obtenus par Micklewright et al. (2005) vont dans le sens de cette hypothèse. Avant d'effectuer un test de Wingate, soit les participants au protocole ont été maintenus au repos, soit ils ont bénéficié d'un massage de 30 min. Afin d'étudier spécifiquement les effets psychologiques, le massage n'a été appliqué que sur le dos et évitait tout muscle impliqué dans l'exercice subséquent. Bien que le questionnaire POMS n'ait montré aucune différence entre les groupes, aussi bien avant qu'après l'exercice, le groupe massé a pu maintenir un pic de puissance plus longtemps, et a développé une puissance moyenne significativement supérieure de 2,5 % ainsi qu'un travail total significativement supérieur de 2 % (Fig. 10.10). La puissance moyenne développée lors d'un test de Wingate étant corrélée avec la performance dans des sports tels que le 25 m nage ou le 300 m en course à pied, un gain de 2,5 % apparaît alors comme loin d'être négligeable. Bien que les massages aient permis une meilleure tolérance à l'exercice, les auteurs n'ont pu proposer aucune interprétation au niveau psychologique en l'absence de différences constatées entre les deux groupes aux questionnaires POMS. L'effet pourrait alors être variable selon les individus. Le recours au massage avant ou entre plusieurs exercices doit donc se faire avec précaution, car s'il peut mettre l'athlète dans de bonnes dispositions, les réactions individuelles ne sont toutefois pas prédictibles. Les massages ne devraient alors être prodigués que dans certaines conditions et avec des athlètes sur lesquels une réaction positive a déjà été observée.

Figure 10.10. Puissance développée sur ergocycle après 30 min de repos ou 30 min de massage.

Figure 10.10. Puissance développée sur ergocycle après 30 min de repos ou 30 min de massage.

39Pour appuyer cette mise en garde, il faut également souligner que les massages vigoureux, aussi bien manuels que mécanisés (Barnett 2006), induisent des microlésions musculaires (mises en évidence par une augmentation des concentrations de créatine kinase, lactate déshydrogénase ou encore de myoglobine) nuisibles à la performance (Cafarelli et Flint 1992 ; Callaghan 1993).

3.2 Effets après l'exercice

40L'intérêt majeur des massages sportifs serait de réduire la fatigue et, ainsi, le temps de récupération, en particulier pendant les périodes de compétition. Leur effet relaxant, tant physique que psychique, serait également bénéfique pour éliminer le stress engendré par la compétition (Cafarelli et Flint 1992).

41Si les massages réalisés après des matchs de compétition sur des populations féminine et masculine de basketteurs ont conduit à une diminution significative de la fatigue perçue, ils n'ont eu aucun effet sur des tests de performance (Counter Movement Jump, sprints répétés) 24 h plus tard (Delextrat et al. 2013). De façon comparable, 30 min de massage n'ont pas permis une restauration plus rapide de la force maximale un jour et quatre jours après une épreuve de semi-marathon (Tiidus et al. 2004). Dans une revue consacrée aux effets des massages sur la population sportive, Callaghan ne rapporte aucun bénéfice lors de quatre jours de stage de cyclisme avec 161 km de course par jour (Callaghan 1993). Pendant la récupération, les cyclistes ont été massés ou ont reçu un traitement placebo. Les dosages enzymatiques, les performances lors des épreuves, la récupération perçue et les questionnaires POMS n'ont montré aucune différence significative entre les deux groupes. Dans une autre revue, Weerapong souligne l'absence de résultats probants relatifs à l'effet des massages sur la lactatémie. Les quelques études ayant montré une diminution de la lactatémie ont combiné massage et récupération active, cette dernière permettant d'augmenter le flux sanguin et, ainsi, d'accélérer l'élimination du lactate (Weeraponget al. 2005).

42Selon Barnett, les massages réalisés après l'exercice ne permettent pas de limiter la chute de la force maximale ni d'accélérer sa restauration. En revanche, ils auraient un effet bénéfique sur la douleur et la récupération perçues (Barnett 2006). Ce dernier point soulève toutefois le problème d'un retour précoce à l'entraînement et d'une sous-estimation de l'état de fatigue de l'athlète, pouvant augmenter le risque de blessure.

3.3 Effets sur les DOMS

43Après un exercice intense et inhabituel comportant des contractions excentriques, on observe la survenue de courbatures ou DOMS (Delayed Onset Muscle Soreness) après un délai compris entre 24 et 72 h. Elles constituent un problème important pour les coaches et les athlètes, car la douleur est chronique et s'accompagne d'une altération des fonctions musculaires (baisse de la force et de l'amplitude articulaire, augmentation de la raideur et du métabolisme de repos). Les DOMS sont classiquement imputés aux contraintes mécaniques d'étirement des fibres, provoquant des microlésions au niveau des sarcomères, des membranes musculaires et du réticulum sarcoplasmique. Il en résulte une réponse inflammatoire avec formation d'un œdème. Si la migration de neutrophiles et de macrophages sur le site inflammatoire va aggraver les lésions dans un premier temps (et provoquer des douleurs dont l'intensité culmine 48 h après l'exercice), ces derniers jouent cependant aussi un rôle dans les processus de régénération cellulaire (Cheung et al. 2003 ; Gulick et Kimura 1996).

44Selon certaines études, les massages n'auraient pas d'effets sur l'altération de l'amplitude articulaire et ne permettraient pas de limiter la chute de la force ni d'accélérer sa restauration, suite à des exercices induisant des DOMS (Hilbert et al. 2003 ; Howatson et van Someren 2008 ; Zainuddin et al. 2005). Ainsi, 10 min de massage du bras, 3 h après un exercice excentrique du biceps brachial, n'ont pas permis d'observer de différences significatives dans l'évolution de la force maximale volontaire (par rapport à un groupe contrôle) au cours des 14 jours suivant l'épreuve (Zainuddin et al. 2005) [Fig. 10.11]. Les massages ont néanmoins entraîné une diminution des DOMS (-30 %) et de la concentration plasmatique de créatine kinase à J + 4, ainsi qu'une diminution de la circonférence du bras à J + 3 et J + 4.

Figure 10.11. Évolution de la force maximale volontaire (% de la valeur pré-exercice) du biceps brachial suite à un exercice excentrique, avec ou sans massage.

Figure 10.11. Évolution de la force maximale volontaire (% de la valeur pré-exercice) du biceps brachial suite à un exercice excentrique, avec ou sans massage.

* : différence significative par rapport à la valeur pré-exercice. D'après Zainuddin et al. (2005), avec l'autorisation du Journal of Athletic Training.

45Pour Hilbert, les massages auraient plutôt un effet psychologique (Hilbert et al. 2003). Deux heures après un exercice excentrique réalisé sur les ischio-jambiers, un groupe a reçu 20 min de massage, tandis qu'un autre a reçu une simulation de massage. Dans les heures suivant l'exercice et jusqu'à 48 h plus tard, les sujets ont effectué des tests de force maximale, des mesures d'amplitude articulaire, des évaluations de type POMS et de la douleur perçue. Les auteurs ont également effectué des prélèvements sanguins pour le comptage des neutrophiles. Seule la douleur perçue s'est avérée moindre pour le groupe massé.

46D'autres auteurs ont montré des effets plus probants avec un protocole de course à pied en descente (Portera et Vernet 2001). Cet exercice a été suivi d'un traitement par massage mécanisé (de type palper-rouler) de 10 min, pendant 6 jours, sur les muscles antérieurs d'une cuisse, l'autre servant de contrôle. Les auteurs ont pu observer une diminution de l'œdème et de la douleur, ainsi qu'une moindre chute de la force maximale à J + 2, comparativement à la cuisse non traitée (Fig. 10.12).

Figure 10.12. Variation de circonférence de la cuisse à J + 2 (A) et évolution du couple de force maximal isométrique (B).

Figure 10.12. Variation de circonférence de la cuisse à J + 2 (A) et évolution du couple de force maximal isométrique (B).

* : différence significative (p < 0,001)
D'après Portera et Vernet (2001), avec l'autorisation des Annales de Kinésithérapie.

47De tels effets positifs ont également été rapportés suite à dix séries de dix sauts pliométriques après lesquelles trente-deux femmes ont été réparties dans un groupe « Contrôle », « Collant de compression » (port pendant 12 h) ou « Collant de compression + Massage » (1/2 h de massage suivie de 11 h 30 de port des collants). Par comparaison au groupe « Contrôle », les auteurs rapportent pour les deux autres groupes une moindre concentration de créatine kinase et des effets bénéfiques sur la douleur perçue, la force maximale isocinétique et les hauteurs de sauts atteintes lors de squat jumps et de counter movement jumps (Jakeman et al. 2010).

48Plusieurs revues ont fait la synthèse des effets des massages sur les DOMS (Cheung et al. 2003 ; Ernst 1998 ; Weerapong et al. 2005). Bien que les résultats soient hétérogènes, il semblerait que les massages permettent de diminuer significativement les DOMS lorsqu'ils sont réalisés peu de temps après l'exercice. Les pressions mécaniques engendrées pourraient améliorer la microcirculation sanguine et lymphatique, et conduire ainsi à une diminution de l'œdème, de l'ischémie locale et de la douleur. Il a également été rapporté un plus grand nombre de neutrophiles dans la circulation sanguine, par rapport à un groupe non massé (Smith et al. 1994). Ces auteurs ont avancé l'hypothèse que les massages empêcheraient la migration des neutrophiles sur les sites des dommages musculaires, ce qui limiterait le processus inflammatoire. Récemment, Crane et al. (2012) ont montré que les massages permettaient de stimuler l'expression des voies de signalisation cellulaires activées par le stress mécanique via les facteurs FAK (Focal Adhesion Kinase) et ERK1/2 (Extracellular Signal-Regulated Kinase 1/2), d'optimiser la biogenèse mitochondriale et de diminuer la production de cytokines et interleukines inflammatoires (TNF-α, IL-6). Si la limitation ou la rupture du processus inflammatoire peut sembler bénéfique dans l'immédiat, il faut cependant garder à l'esprit qu'il fait partie intégrante de la régénération des fibres endommagées. Interrompre un tel processus pourrait alors s'avérer préjudiciable pour l'athlète.

49Pour finir, il est nécessaire de citer l'étude de Moraska (2007) [Fig. 10.13]. Entre 15 et 60 min après une course de 10 km, 317 sportifs ont été répartis dans trois groupes pour recevoir des massages prodigués par 95 étudiants kinésithérapeutes. Les trois groupes étaient différenciés par le nombre d'heures de massage que les étudiants kinésithérapeutes avaient déjà effectués (450, 700 ou 950 h), sans que les sportifs aient connaissance de cette expérience. Pour les trois groupes, la fatigue et la douleur perçues ont diminué immédiatement après le traitement et pendant les 48 h suivantes. Le résultat le plus intéressant est qu'au cours des 48 h suivant la course, la douleur perçue était significativement plus faible pour le groupe correspondant aux masseurs les plus expérimentés, ce qui élimine l'hypothèse d'un effet purement placebo des massages.

Figure 10.13. Évolution des douleurs musculaires à la suite d'une course de 10 km. Au cours des 48 h suivant la course, les participants ayant été massés par des étudiants kinésithérapeutes avec 950 h de pratique ont rapporté des douleurs moindres que ceux ayant été massés par des kinésithérapeutes avec 700 h ou 450 h de pratique.

Figure 10.13. Évolution des douleurs musculaires à la suite d'une course de 10 km. Au cours des 48 h suivant la course, les participants ayant été massés par des étudiants kinésithérapeutes avec 950 h de pratique ont rapporté des douleurs moindres que ceux ayant été massés par des kinésithérapeutes avec 700 h ou 450 h de pratique.

* : différence significative (p < 0,001).
D'après Moraska (2007), avec l'autorisation de Medicine & Science in Sports & Exercise.

Conclusion

50Les effets des massages sur la récupération et la performance s'avèrent peu probants. Certes les massages donnent de bons résultats - tant sur le plan physique que sur le plan psychique - avec une population pathologique. Mais, comme le montre la littérature scientifique sur le sujet, ces résultats bénéfiques ne sont pas directement transposables à une population saine et sportive. Pour résumer les effets constatés des massages, on pourra néanmoins retenir les points suivants :

  • Les massages n'ont pas d'effets sur l'amplitude articulaire, la circulation artérielle et l'élimination des métabolites.

  • Ils n'augmentent la température que superficiellement (température cutanée et température musculaire, pour les profondeurs inférieures à 2,5 cm).

  • Les résultats concernant la récupération de la force sont contradictoires.

  • Les massages permettent d'améliorer la récupération perçue. En conséquence, ils pourraient augmenter l'investissement et la tolérance lors d'exercices répétés. La contrepartie serait une sous-estimation de l'état de fatigue et une augmentation des risques de blessure.

  • Quand ils sont appliqués après un exercice excentrique, les massages permettent de diminuer les DOMS. Toutefois, la prudence s'impose, car cette diminution pourrait s'expliquer par une rupture des processus inflammatoires, compromettant les processus de régénération cellulaire.

  • Ils diminuent l'excitabilité neuromusculaire et permettent ainsi la relaxation musculaire, la résorption des crampes et des contractures.

  • Ils permettraient de soulager les douleurs d'intensité faible à modérée.

  • Ils ont des effets bénéfiques sur la sensation de bien-être et sur les réponses psycho-émotionnelles.

Bibliographie

Bibliographie

Ali Rasooli S, Koushkie Jahromi M, Asadmanesh A, Salesi M (2012) Influence of massage, active and passive recovery on swimming performance and blood lactate. J Sports Med Phys Fitness 52(2):122-127.

Attar-Levy D (1998) [Seasonal depression]. Therapie 53:489-498.

Barnett A (2006) Using recovery modalities between training sessions in elite athletes: does it help? Sports Med 36:781-796.

Bender T, Nagy G, Barna I, Tefner I, Kadas E, Geher P (2007) The effect of physical therapy on beta-endorphin levels. Eur J Appl Physiol 100:371-382.

Cafarelli E, Flint F (1992) The role of massage in preparation for and recovery from exercise. An overview. Sports Med 14:1-9.

Callaghan MJ (1993) The role of massage in the management of the athlete: a review. Br J Sports Med 27:28-33.

Cheung K, Hume P, Maxwell L (2003) Delayed onset muscle soreness: treatment strategies and performance factors. Sports Med 33:145-164.

Crane JD, Ogborn D. I, Cupido C, Melov S, Hubbard A, Bourgeois J. M, Tarnopolsky M. A. (2012) Massage therapy attenuates inflammatory signaling after exercise-induced muscle damage. Sci Transi Med 4 (119):119rall3.

Day JA, Mason RR, Chesrown SE (1987) Effect of massage on serum level of beta-endorphin and betalipotropin in healthy adults. Phys Ther 67:926-930.

Delextrat A, Calleja-Gonzalez J, Hippocrate A, Clarke ND (2013) Effects of sports massage and intermittent coldwater immersion on recovery from matches by basketball players. J Sports Sci 31(1): 11-9.

Drust B, Atkinson G, Gregson W, French D, Binningsley D (2003) The effects of massage on intra muscular temperature in the vastus lateralis in humans. Int J Sports Med 24 :395-399.

Dufour M, Colné P, Gouilly P, Chemol G (1999) Massages et massothérapie. Paris, Éd. Maloine.

Ernst E (1998) Does post-exercise massage treatment reduce delayed onset muscle soreness? A systematic review. Br J Sports Med 32:212-214.

Farr T, Nottle C, Nosaka K, Sacco P (2002) The effects of therapeutic massage on delayed onset muscle soreness and muscle function following downhill walking. J Sci Med Sport 5:297-306.

Galloway SD, Watt JM (2004) Massage provision by physiotherapists at major athletics events between 1987 and 1998. Br J Sports Med 38:235-236; discussion 237.

Goats GC (1994a) Massage-the scientific basis of an ancient art: Part 1. The techniques. Br J Sports Med 28:149-152.

Goats GC (1994b) Massage-the scientific basis of an ancient art: Part 2. Physiological and therapeutic effects. Br J Sports Med 28:153-156.

Goldberg J, Sullivan SJ, Seaborne DE (1992) The effect of two intensifies of massage on H-reflex amplitude.

Phys Ther 72:449-457.

Gulick DT, Kimura IF (1996) Delayed onset muscle soreness: what is it and how do we treat it? Journal of Sport Rehabilitation 5:234-243.

Hemmings B, Smith M, Graydon J, Dyson R (2000) Effects of massage on physiological restoration, perceived recovery, and repeated sports performance. Br J Sports Med 34:109-114; discussion 115.

Hilbert JE, Sforzo GA, Swensen T (2003) The effects of massage on delayed onset muscle soreness. Br J Sports Med 37: 72-75.

Hinds T, McEwan I, Perkes J, Dawson E, Ball D, George K (2004) Effects of massage on limb and skin blood flow after quadriceps exercise. Med Sci Sports Exerc 36:1308-1313.

Howatson G, van Someren KA (2008) The prevention and treatment of exercise-induced muscle damage. Sports Med 38:483-503.

Jakeman J. R, Byrne C, Eston RG (2010) Efficacy of lower limb compression and combined treatment of manual massage and lower limb compression on symptoms of exercise-induced muscle damage in women. J Strength Cond Res 24(11): 3157-3165.

Keir KA, Goats GC (1991) Introduction to manipulation. Br J Sports Med 25:221-226.

Melzack R, Wall PD (1965) Pain mechanisms: a new theory. Science 150:971-979.

Micklewright D, Griffin M, Gladwell V, Beneke R (2005) Mood State response to massage and subsequent exercise performance. The Sport Psychologist 19:234-250.

Monedero J, Donne B (2000) Effect of recovery interventions on lactate removal and subsequent performance. Int J Sports Med 21:593-597.

Moraska A (2007) Therapist education impacts the massage effect on postrace muscle recovery. Medicine & Science in Sports & Exercise 39:34-37.

Morelli M, Chapman CE, Sullivan SJ (1999) Do cutaneous receptors contribute to the changes in the amplitude of the H-reflex during massage? Electromyogr Clin Neurophysiol 39:441-447.

Mori H, Ohsawa H, Tanaka TH, Taniwaki E, Leisman G, Nishijo K (2004) Effect of massage on blood flow and muscle fatigue following isometric lumbar exercise. Med Sci Monit 10:CR173-178.

Naliboff BD, Tachiki KH (1991) Autonomic and skeletal muscle responses to nonelectrical cutaneous stimulation. Percept Mot Skills 72:575-584.

Ogai R, Yamane M, Matsumoto T, Kosaka M (2008) Effects of petrissage massage on fatigue and exercise performance following intensive cycle pedalling. Br J Sports Med 42 :834-838.

Portera P, Canon F, Duforez F (1996) Massage et récupération : approche électromyographique et biomécanique. Entretiens de Bichat - Journées de médecine physique et de rééducation, p. 114-119.

Portera P, Vernet JM (2001) Effets de la technique LPG® sur la récupération de la fonction musculaire après exercice physique intense. Ann Kinésithér 28:145-151.

Robertson A, Watt JM, Galloway SD (2004) Effects of leg massage on recovery from high intensity cycling exercise. Br J Sports Med 38:173-176.

Shoemaker JK, Tiidus PM, Mader R (1997) Failure of manual massage to alter limb blood flow: measures by Doppler ultrasound. Med Sci Sports Exerc 29:610-614.

Smith LL, Keating MN, Holbert D, Spratt DJ, McCammon MR, Smith SS, Israel RG (1994) The effects of athletic massage on delayed onset muscle soreness, creatine kinase, and neutrophil count: a preliminary report. J Orthop Sports Phys Ther 19:93-99.

Sullivan SJ, Williams LR, Seaborne DE, Morelli M (1991) Effects of massage on alpha motoneuron excitability. Phys Ther 71:555-560.

Tiidus PM, Dawson KA, Dawson L, Roefs A, Bombardier E (2004) Massage does not influence muscle soreness or strength recovery following a half-marathon. Medicine & Science in Sports & Exercise 36: S15-S16.

Weerapong P, Hume PA, Kolt GS (2005) The mechanisms of massage and effects on performance, muscle recovery and injury prevention. Sports Med 35:235-256.

Weinberg R, Jackson A (1988) The relationship of massage and exercise to mood enhancement. The Sport Psychologist 2:202-211.

Willems MET, Hale T, Wilkinson CS (2009) Effects of manual massage on muscle-specific soreness and single leg jump performance after downhill treadmill walking. Medicina Sportiva 13:91-96.

Zainuddin Z, Newton M, Sacco P, Nosaka K (2005) Effects of massage on delayed-onset muscle soreness, swelling, and recovery of muscle function. J Athl Train 40 :174-180.

Table des illustrations

Titre Figure 10.1. Actes de massages, exprimés en pourcentage du total des actes, pour chacun des principaux événements d'athlétisme entre 1987 et 1998. La médiane et l'amplitude sont données pour l'ensemble des données sur la période considérée.
Légende D'après Galloway et Watt (2004), avec l'autorisation du British Journal of Sports Medicine.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 10.2. Procédés de récupération utilisés par les athlètes de la délégation française lors des Jeux olympiques de Pékin 2008 (données CNOSF).
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 10.3. Deux systèmes de massages mécanisés : système LPG® (image de gauche) et hydromassage sur lit à eau Wellsystem® (image de droite).
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 10.4. Débit artériel fémoral mesuré pour le groupe ayant reçu un massage et le groupe contrôle.
Légende * : significativement différent de la valeur pré-exercice.D'après Hinds et al. (2004), avec l'autorisation de Medicine and Science in Sports and Exercise.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 10.5. Débit sanguin cutané pour le groupe « massage » et le groupe contrôle.
Légende * : différence significative avec les valeurs de repos (p < 0,05) ;** : différence significative entre le groupe contrôle et le groupe « Massage » (p < 0,05).D'après Hinds et al. (2004), avec l'autorisation de Medicine and Science in Sports and Exercise.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 10.6. Amplitude des « réflexes H » (moyenne + écart type) obtenue sur le triceps sural, lors du pré-test (contrôle) et lors des massages ipsilatéraux et controlatéraux du triceps sural et des ischio-jambiers.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 10.7. Représentation schématique de la théorie du Gate Control : au niveau de la corne dorsale de la moelle épinière, il est possible de moduler les afférences nociceptives des fibres A5 et C en stimulant les fibres Aa et Ap.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende * : significativement différent des autres modalités (p < 0,05).D'après Monedero et Donne (2000), avec l'autorisation de l'International Journal of Sports Medicine.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 10.9. Fatigue perçue après le premier et le second exercice lorsque ceux-ci sont entrecoupés d'une période de massage ou de repos. Les exercices sont des épreuves d'extensions isométriques du tronc de 90 s.
Légende * : différence significative (p < 0,05) ;** : différence significative (p < 0,01).D'après Mori et al. (2004), avec l'autorisation de Medical Science Monitor.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 10.10. Puissance développée sur ergocycle après 30 min de repos ou 30 min de massage.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 10.11. Évolution de la force maximale volontaire (% de la valeur pré-exercice) du biceps brachial suite à un exercice excentrique, avec ou sans massage.
Légende * : différence significative par rapport à la valeur pré-exercice. D'après Zainuddin et al. (2005), avec l'autorisation du Journal of Athletic Training.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 10.12. Variation de circonférence de la cuisse à J + 2 (A) et évolution du couple de force maximal isométrique (B).
Légende * : différence significative (p < 0,001)D'après Portera et Vernet (2001), avec l'autorisation des Annales de Kinésithérapie.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 10.13. Évolution des douleurs musculaires à la suite d'une course de 10 km. Au cours des 48 h suivant la course, les participants ayant été massés par des étudiants kinésithérapeutes avec 950 h de pratique ont rapporté des douleurs moindres que ceux ayant été massés par des kinésithérapeutes avec 700 h ou 450 h de pratique.
Légende * : différence significative (p < 0,001).D'après Moraska (2007), avec l'autorisation de Medicine & Science in Sports & Exercise.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1356/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Auteurs

© INSEP-Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search