Version classiqueVersion mobile

Améliorer sa récupération en sport

 | 
Christophe Hausswirth

Partie 1. Périodisation de la récupération

Chapitre 5. Les aspects psychologiques de la récupération : état des recherches et outils de mesure

Pierre-Nicolas Lemyre et Jean Fournier

Texte intégral

Introduction

1En psychologie du sport, peu d'études traitent directement de l'intérêt de la récupération (Kellmann et Kallus 2001), domaine principalement investi par la physiologie. Le terme « récupération » (en anglais « recovery ») est utilisé en psychologie du sport pour désigner principalement la convalescence qui suit la blessure (Brewer 2003), ou bien par les athlètes eux-mêmes pour qualifier les jours ou les moments de repos (Gustafsson et al. 2007).

2La littérature, en psychologie du sport, suit le courant général de la psychologie pour s'attacher également aux aspects négatifs de la pratique sportive. Ainsi, l'étude des problèmes psychologiques tels que l'anxiété, le stress ou la perte d'attention, est plus courante que l'examen des facteurs ou des caractéristiques des bonnes performances (par exemple, l'état de performance optimale). Il en va de même pour la récupération ; c'est pourquoi notre exposé repose sur la littérature scientifique existante, qui traite principalement des aspects négatifs de l'entraînement intensif.

3La conception actuelle est que les athlètes élite sont soumis, ces dernières années, à des demandes de plus en plus importantes (Holt 2007). Les recherches en psychologie du sport montrent que la pression de la compétition conduit à une diminution de l'implication dans le sport et à une augmentation du « burnout » (Gould et Dieffenbach 2003). Le « burnout » est défini par Freudenberger (1980) comme un syndrome caractérisé par des désillusions progressives reliées à des symptômes psychologiques et physiologiques qui conduisent à une diminution de l'estime de soi.

4On convient, aujourd'hui, que certains athlètes s'entraînent démesurément ou mal, qu'ils participent à trop de compétitions et qu'ils subissent des pressions très élevées de la part de leurs parents, de leurs proches et de leurs entraîneurs. Les effets se font sentir sur la performance physique, mais également sur la santé et le bien-être. Cependant, les aspects psychologiques du surentraînement, de l'engagement intensif et de la récupération ont été étudiés de manière limitée (Goodger et al. 2007). Ainsi, on ne relève que deux numéros spéciaux de revues de psychologie du sport portant sur le « burnout » (Journal of Applied Sport Psychology, 1990, et International Journal of Sport Psychology, 2007). Dès lors, il est difficile de présenter l'état des recherches sur les aspects psychologiques de la récupération, alors même que les données sur l'entraînement intensif manquent. C'est pourquoi nous avons choisi d'aborder la récupération en sélectionnant trois récents courants de recherche qui reposent sur une perspective psychosociale et qui tiennent compte d'indicateurs biologiques. Le premier - il s'agit d'ailleurs du seul à traiter directement de la récupération - est conduit par Kelmann. Il propose l'hypothèse selon laquelle les athlètes ne souffriraient pas tant de stress que des conséquences d'une mauvaise récupération (Kellmann 2002) : ils ne seraient pas en situation de surentraînement, mais de « sous-récupération ». Le deuxième courant de recherche insiste sur l'importance de la motivation face au risque de « burnout » (Lemyre et al. 2007). Les athlètes confrontés à des difficultés croissantes à cause d'une charge de travail trop importante ou d'une trop forte envie de vaincre seraient moins motivés et se désengageraient de leur pratique. La question de la motivation (ou de l'absence de motivation, puisqu'il s'agit ici de patrons de motivation non adaptés) est donc cruciale, à la fois pour comprendre et pour intervenir sur la récupération. Enfin, un troisième courant, également psychosocial, s'attache à décrire l'engagement de l'athlète et non plus le « burnout ». En effet, lorsque l'on considère qu'un investissement important en temps et en quantité d'entraînements peut conduire au « burnout » à cause d'une motivation non adaptée, l'approche est centrée sur les problèmes. La troisième série d'études s'inscrit davantage dans une perspective de psychologie positive (Seligman et Csikszentmihalyi 2000) en complétant les travaux sur le « burnout » (Raedeke et Smith 2001). L'intérêt des études sur l'engagement de l'athlète et de ses composantes ira probablement croissant à l'avenir, car cette approche vient compléter les études sur son opposé conceptuel, le « burnout ».

5Enfin, nous terminerons cette présentation par un exposé des outils actuellement mis en place à l'INSEP, dans la perspective d'une recherche multidisciplinaire visant à évaluer certains aspects psychologiques liés à la récupération dans le sport.

1. Stress et récupération

6Le modèle de Kellmann (Kellmann 2002) sur le stress et la récupération dans le sport s'appuie sur le questionnaire « Recovery Stress – Questionnary for Sport » (RESTQ-Sport) qui peut détecter les athlètes en situation de sous-récupération. Le RESTQ-Sport s'intègre au suivi psychologique de l'entraînement en permettant de suivre l'évolution des facteurs de stress et de récupération d'un athlète. Les échelles de récupération spécifiques au sport (voir, plus bas, les items 16 à 19) portent sur la condition physique perçue, les relations avec les coéquipiers, la confiance et la motivation. Le questionnaire permet d'identifier les sportifs dont les états de stress-récupération ne correspondent pas à l'intensité de la charge de travail induite par l'entraînement. L'accent est mis sur la nécessité, non pas de réduire la charge d'entraînement, mais bien d'augmenter la qualité ou la quantité de récupération. Nous percevons la notion de récupération de Kellmann, au travers des échelles spécifiques, comme étant orientée vers les aspects émotionnels et sociaux. Les relations sociales, les sorties et soirées entre amis permettraient de « compenser » les stress perçus lors des entraînements intensifs. Il est évident que ce type de récupération psychologique semble bénéfique tant qu'il n'empêche pas une bonne récupération physiologique (soirées trop arrosées et couchers tardifs). D'après Kellmann, une intervention précoce permet d'aider l'athlète à gérer le stress provenant de l'entraînement, d'éviter une sous-récupération et le surentraînement. Indépendamment des aspects sociaux ou distrayants, on peut recommander une planification annuelle de la récupération ou un choix des intensités des pratiques de récupération (partie de tennis, de minigolf ou séance de cinéma).

7Le RESTQ-Sport consiste à évaluer la fréquence d'événements stressants et récupérateurs d'un sportif durant les trois jours et trois nuits précédant la passation du test. De faibles scores dans les échelles de stress indiquent un faible stress et des scores élevés dans les échelles de récupération signalent une bonne récupération. L'outil comporte soixante-seize questions pour dix-neuf échelles :

Sept échelles générales de stress

1. Stress général :

les sujets ayant des scores élevés à cette échelle se décrivent comme étant actuellement stressés, déprimés, indifférents et contrariés.

2. Stress émotionnel :

des valeurs élevées à cette échelle sont liées à des sentiments d'anxiété, d'inhibition, d'irritabilité, d'agressivité.

3. Stress social :

des valeurs hautes montrent une tendance au conflit et à l'émotivité, une irritabilité face aux autres, un manque d'humour.

4. Conflits/Pression :

des scores élevés peuvent être retrouvés lorsque, dans les trois derniers jours, des conflits n'ont pas été résolus, des tâches non plaisantes ont dû être faites, des objectifs n'ont pas été atteints et certaines pensées négatives n'ont pu être chassées.

5. Fatigue :

échelle caractérisée par des pressions ressenties au travail, à l'entraînement ou à l'école, par une tendance à se sentir toujours perturbé lors de l'exécution de tâches importantes et par une grande fatigue.

6. Manque d'énergie :

échelle qui peut souligner une inefficacité dans le travail avec une incapacité à se concentrer, à prendre des décisions, à être dynamique.

7. Plaintes sur l’état physique :

des valeurs élevées montrent une indisposition physique et de nombreuses plaintes somatiques.

Cinq échelles générales de récupération

8. Succès :

échelle qui évalue les réussites actuelles, le plaisir au travail et à l'entraînement, ainsi que la créativité.

9. Relaxation sociale :

des scores élevés sont retrouvés chez des athlètes ayant eu récemment des contacts et des échanges sociaux plaisants, amusants.

10. Relaxation physique :

cette échelle caractérise la récupération physique avec un bien-être corporel et une bonne forme physique.

11. Bien-être :

les sujets ayant des scores élevés à cette échelle ont récemment été de bonne humeur, se sont souvent sentis bien, détendus et satisfaits.

12. Qualité du sommeil :

des valeurs élevées signifient une absence de troubles du sommeil et une récupération en quantité suffisante.

Trois échelles de stress spécifiquement sportif

13. Pauses perturbées :

des scores élevés montrent une interruption fréquente des périodes de repos et une difficulté à récupérer pendant et en dehors de l'entraînement..

14. Épuisement émotionnel :

des valeurs hautes sont retrouvées chez des athlètes qui se sont sentis dépassés et épuisés, qui ont eu envie d'arrêter leur sport au cours des trois derniers jours.

15. Condition physique/Blessures :

des scores élevés signalent l'existence d'une blessure ou la vulnérabilité à la blessure avec diminution de la forme physique.

Quatre échelles de récupération spécifiquement sportive

16. Condition physique/Être en forme :

les athlètes ayant des scores élevés se décrivent eux-mêmes comme efficaces physiquement, en forme, dynamiques.

17. Épuisement/Accomplissement personnel :

des valeurs élevées sont retrouvées chez les athlètes qui se sentent intégrés dans leur équipe, qui communiquent bien avec leurs équipiers et qui trouvent du plaisir à pratiquer leur sport.

18. Auto-efficacité :

cette échelle reflète le regard que l'athlète porte sur l'efficacité de sa préparation et sur la qualité de son entraînement au cours des trois derniers jours.

19. Autorégulation :

cette échelle évalue la faculté du sportif à utiliser ses habiletés mentales pour préparer sa performance (techniques de motivation et définition des objectifs).

8Soulignons, d'une part, le caractère ponctuel de la passation, puisque le RESTQ-Sport reflète un état à un moment donné de la vie d'un sportif, état susceptible d'évoluer en quelques jours ; et, d'autre part, le caractère individuel et subjectif, notamment du fait de l'interprétation personnelle de chaque question. Il semble donc important de ne pas rechercher l'existence de normes pour les différentes échelles, mais plutôt d'effectuer une comparaison, soit de l'athlète avec son groupe de référence, soit d'un même sportif à deux moments différents (avant et après une période de repos par exemple). Cependant, Kellmann a récemment proposé que des profils indiquant une sous-récupération couplée à un surentraînement puissent servir de référence pour détecter des athlètes momentanément à risque (Kellmann 2009). L'outil fait référence aux événements qui se sont produits au cours des trois derniers jours ou dernières nuits. Il est utile pour suivre des phases d'entraînement intenses ou des périodes de repos (balnéothérapies, vacances) plus longues. Par contre, il est moins adapté à l'étude des variations journalières à cause de la durée de sa passation (soixante-seize questions) et de la formulation des questions (les trois derniers jours et dernières nuits). Nous considérons qu'il est préférable de l'employer sur le long terme, pour la durée d'une saison.

Figure 5.1. Graphique de RESTQ-fr produit par la passation en ligne avec le site www.mindeval.com pour la validation de la version française. Reproduit avec l'autorisation de Mindeval, Inc.

Figure 5.1. Graphique de RESTQ-fr produit par la passation en ligne avec le site www.mindeval.com pour la validation de la version française. Reproduit avec l'autorisation de Mindeval, Inc.

2. Motivation et « burnout »

9Les modèles qui précèdent les travaux de Gould sont ceux de Smith (1986), Coakley (1992) ou Silva (1990), qui ont décrit - plus qu'expliqué – les phénomènes de « burnout ». L'intérêt des travaux de Gould repose sur l'hypothèse de l'auteur liée principalement à la motivation. D'après cet auteur, l'engagement initial dans un sport est une conséquence d'une forte motivation ; les succès donnent du plaisir, ce qui incite à davantage d'engagement.

10Gould précise que le « burnout » provient du stress résultant d'une interaction complexe entre des facteurs personnels et situationnels. Le « burnout » se développerait lorsque les sportifs réalisent que leur important investissement dans le sport (sans garantie de succès) menace leur estime de soi. C'est à ce moment que cette motivation bascule. La motivation est jugée démesurée car elle empêche de tenir compte du besoin réel de récupération physique et psychologique. La motivation pousse l'athlète qui avait à l'origine un fort désir de succès et d'engagement vers un désengagement physique et psychologique. L'athlète souffre alors de « burnout », selon Gould (1996), car sa motivation a « mal tourné » (« motivation gone awry »).

11Plus récemment, il a été suggéré par Hall et al. (1997) que ce n'est pas tant le changement de motivation qui mènerait au « burnout », mais de néfastes patrons de motivation adoptés en début de carrière. Le « burnout » apparaîtrait inévitablement à cause de ces patrons non adaptés, non observables, masqués par la progression initiale des bons athlètes.

12Par ailleurs, il a été suggéré qu'il fallait comprendre pourquoi la motivation « tournait mal » et conduisait au « burnout » à partir d'un cadre théorique de la motivation, laquelle donne du sens aux pensées, aux émotions et aux comportements des athlètes. Ainsi, Lemyre et al. (2006) suggèrent que les patrons de motivation qui conduisent les athlètes à s'engager dans leur sport sont adaptés à cause de toutes les conséquences positives des succès initiaux de la pratique. Cependant, on observe de mauvaises adaptations lorsque les athlètes font face à des difficultés croissantes, des défis difficiles et des échecs. C'est ce qui arrive généralement aux athlètes de haut niveau confrontés à l'élévation du niveau de compétition et des quantités d'entraînement nécessaires. Quand ces athlètes ne visent que la réussite, sans se protéger des conséquences sur l'estime de soi des échecs répétés et des difficultés permanentes, ils vont rapidement se désengager de leur pratique. L'importance de la motivation est donc flagrante dans toutes les dimensions qui dépendent des dispositions personnelles et de l'environnement (les objectifs des athlètes, le contexte ou « climat » d'entraînement), et qui dépendent également des variables liées, comme le perfectionnisme. Nous renvoyons le lecteur aux ouvrages plus généraux qui traitent des buts d'accomplissement (Nicholls 1989 ; Roberts 2002), de la théorie de l'autodétermination (Deci et Ryan 2002) et du climat motivationnel (Ames 1992). Ces différentes théories ont été détaillées dans des ouvrages en français (Cury et Sarrazin 2001), et le résumé qui suit ne peut se substituer à la compréhension de ces concepts majeurs en psychologie. Le paragraphe suivant n'est qu'un rappel visant à faciliter la compréhension des lecteurs qui ne sont pas familiers de cette littérature.

13On doit distinguer les états psychologiques des athlètes (états qui varient rapidement et dépendent de la situation sportive par exemple) des traits de personnalité (qui sont des dispositions plus stables de la personnalité). Premièrement, dans les théories des buts, les états de motivation en sport dépendent à la fois des dispositions de l'athlète et de la situation. Les buts d'implication sur la tâche (orientés sur la maîtrise du geste) ou d'implication sur l'ego (orientés sur la réussite sportive) sont adoptés par l'athlète en tenant compte de ses dispositions (ego ou tâche) et de l'environnement (climat motivationnel). Deuxièmement, l'environnement s'organise autour d'un climat de maîtrise et d'un climat de performance. Dans un climat de maîtrise, le sportif doit apprendre, maîtriser des habiletés et faire de son mieux, alors que dans un climat de performance, l'entraîneur et le système valorisent les comparaisons, les résultats et « la gagne ». Troisièmement, la théorie de l'autodétermination considère que la motivation sert à satisfaire les besoins primaires. Deci et Ryan proposent l'idée que les besoins d'autonomie et de compétences sont des besoins fondamentaux que tous les humains cherchent à satisfaire, les athlètes également. Dans leur théorie de l'autodétermination, la satisfaction des besoins primaires pousse les individus à adopter des styles motivationnels autodéterminés – dans les contextes compétitifs. Les individus (ici les sportifs) qui sont peu autodéterminés ressentent généralement de l'anxiété, du stress et se critiquent, alors que ceux qui sont plus autodéterminés ressentiraient plus de joie et d'estime de soi. Dans le contexte des compétitions (« d'accomplissement »), de nombreuses études ont relié l'autonomie à de plus hauts niveaux de performance, de persévérance et de bien-être. Lemyre inscrit ses études dans ces conceptions théoriques qui suggèrent que les athlètes n'arrivant pas à satisfaire le besoin d'autonomie vont ressentir un faible état de motivation autodéterminée, ce qui accroît la probabilité de ressentir du « burnout ».

14Dans la théorie de l'autodétermination, les individus sont motivés pour différentes raisons qui varient sur un continuum d'autonomie allant de l'absence de motivation (amotivation) jusqu'à la forme la plus autonome (motivation intrinsèque). Les motivations intrinsèques se rapportent à l'apprentissage (« Je pratique pour apprendre »), à l'accomplissement (« Je fais du sport pour réussir un nouveau geste ») et aux sensations (« Je pratique parce que j'aime ressentir ces sensations »). Cependant, certaines actions peuvent être motivées par des sources externes. La motivation extrinsèque comporte également plusieurs dimensions qui s'éloignent de la motivation intrinsèque : régulation identifiée, régulation introjectée et régulation externe. La régulation externe correspond à la forme de motivation la plus extrinsèque, dans laquelle les comportements des sportifs sont contrôlés par des facteurs externes (obtenir une récompense ou éviter une punition).

15Quatre études de Lemyre et collègues (Lemyre 2005 ; Lemyre et al. 2006 ; Lemyre et al. 2007 ; Lemyre et al. 2008) sont pertinentes pour illustrer l'importance de la motivation et du perfectionnisme pour la charge d'entraînement. La section suivante rappelle en français les résultats principaux de ces études.

16La première étude (Lemyre et al. 2006) a examiné les processus psychologiques du développement du « burnout ». Le but était d'observer les variations des émotions et de la motivation sur le continuum d'autodétermination (Deci et Ryan 2002). Quarante-quatre nageurs universitaires, nageant en moyenne 35 km par semaine, en plus de leur entraînement physique, ont été suivis au cours d'une saison (20 à 28 semaines). Les émotions étaient mesurées toutes les semaines, la motivation toutes les trois semaines (par le SIMS, voir plus bas) et le « burnout » à la fin de la saison. Les résultats montrent que les nageurs ont obtenu des scores élevés d'autodétermination, mais que la variation des types de motivation était liée au « burnout ». Ainsi, les athlètes dont la motivation est devenue moins autodéterminée au cours de la saison ont obtenu des scores de « burnout » plus élevés que les athlètes avec une motivation plus autodéterminée. La variation de la motivation est considérée comme un précurseur du « burnout », car cette tendance motivationnelle explique une grande part de la variance. De plus, les athlètes dont les émotions sont devenues négatives au cours de la saison ont aussi obtenu des scores plus importants en « burnout ». Ces variations des émotions négatives ont également été rapportées dans d'autres études (Kellmann 2002).

17Ces variations émotionnelles sont censées être liées aux états de récupération : une forte présence d'émotions négatives indique une récupération insuffisante. La récupération incomplète ou inappropriée semble déclencher une réaction chez l'athlète qui va percevoir un changement de motivation et basculer vers une forme plus externe de régulation (motivation extrinsèque). Et lorsque la régulation est externe, l'athlète risque de suivre un plan d'entraînement sans le remettre en question et sans l'adapter. Dans ce cas, l'autonomie nécessaire à l'atteinte d'objectifs élevés diminue. En l'absence de récupération, la fatigue perturbe la régulation personnelle. En résumé, une diminution de l'autodétermination et des changements émotionnels forts sont de bons marqueurs de la fatigue physique et émotionnelle.

18Une deuxième étude de Lemyre et al. (2007) est venue conforter ces résultats. Cent quarante et un athlètes pratiquant des sports d'hiver (dont quarante-cinq athlètes ayant participé aux Jeux olympiques) ont été inclus dans cette étude. Le but était de prédire la propension à ressentir du « burnout » à partir de l'autodétermination et des symptômes du surentraînement. La motivation a été mesurée à l'aide du « Sport Motivation Scale » et les symptômes de surentraînement avec le « Short Overtraining Symptoms Questionnaire ». Les résultats sont à interpréter différemment selon le niveau des athlètes, mais les résultats montrent globalement que la motivation la plus autodéterminée est négativement liée au « burnout » et que les symptômes de surentraînement sont positivement liés au « burnout ». De plus, les athlètes surentraînés conservent leur motivation, alors que les athlètes qui souffrent de « burnout » montrent des signes importants de démotivation.

19La troisième étude choisie pour illustrer l'importance de la motivation pour divers aspects liés à la quantité d'entraînement (« burnout » et récupération) provient de la même équipe de recherche (Lemyre et al. 2008). Des variables sociocognitives ont été mesurées en début de saison et ont été examinées, en relation avec des scores de « burnout » en fin de saison. La batterie de questionnaires portait sur la motivation au sens large et regroupait des outils évaluant les buts d'accomplissement, le climat motivationnel, l'habileté perçue et le « perfectionnisme ». L'étude étant une source majeure d'informations (large effectif d'athlètes suivis toute une saison), nous en recommandons particulièrement la lecture, tout en insistant sur l'importance des patrons de motivation. En effet, Lemyre et al. (2006), ainsi que Hall et al. (1997), questionnent l'hypothèse de la motivation qui « tournerait mal » (Gould 1996) et changerait, pour passer d'une forme adaptée à une forme moins adaptée. Lemyre propose l'hypothèse qu'au cours de leur carrière, les athlètes qui souffrent de « burnout » montreraient une variété de caractéristiques non adaptées, mais qu'elles ne deviendraient saillantes que lorsque les athlètes rencontrent des difficultés croissantes dues à l'élévation du niveau de compétition. C'est pourquoi, il serait préférable de ne pas considérer comme un patron de motivation adapté la motivation des athlètes qui veulent démontrer leurs compétences (patron orienté sur l'ego). Un tel profil réduit la tendance à rechercher les défis et à persévérer face aux obstacles. Même les meilleurs athlètes risquent de souffrir de « burnout » avec ce type de patron de motivation. Les résultats de cette étude montrent que la valorisation de l'accomplissement (associée à d'autres variables sociocognitives) peut jouer un rôle important dans le déclenchement du « burnout ». Les profils de motivation ont permis de classer les athlètes selon leurs résultats aux orientations de buts, de climat motivationnel, de leur habileté perçue et de leurs dispositions au perfectionnisme (valeurs, préoccupations envers les erreurs, doutes vis-à-vis des actions, attentes et critiques parentales). Les athlètes qui présentent un patron de motivation adapté obtiennent des scores plus élevés sur les échelles mesurant les buts d'implication sur la tâche, le climat de maîtrise, l'habileté perçue. De manière symétrique, les athlètes qui présentent un patron de motivation non adapté obtiennent des scores plus élevés sur les échelles mesurant les buts d'implication sur l'ego, le climat de performance et toutes les sous-échelles du perfectionnisme. De plus, les athlètes du profil adapté obtiennent des scores inférieurs à ceux qui présentent un profil non adapté sur toutes les sous-échelles du « burnout ».

20Enfin, dans une quatrième étude, Lemyre (2005) a étudié le rôle des dispositions motivationelles, de la perception du climat motivationel, de la qualité de la motivation ainsi que la variation des nivaux de cortisol pour prédire l'épuisement chez les athlètes élite. Or, dans cette étude sur des nageurs élite, Lemyre a émis l'hypothèse que des changements motivationnels, correspondant à un changement d'une motivation adaptée vers une motivation inadaptée, associés à une augmentation des niveaux de cortisol au repos, pouvait mieux prédire le surentraînement et le burnout en fin de saison. Dans cette étude, les athlètes ont été évalués avec un test d'effort intense à trois reprises au cours de l'année, correspondant aux périodes d'entraînement de volume de base, d'entraînement de haut volume et de haute intensité, et à la période de compétition en championnats (peu d'heures d'entraînement) de la saison. Un protocole de deux sessions de six efforts intenses a été choisi. Les athlètes l'ont répété à deux reprises au cours d'une journée d'entraînement, les échantillons sanguins ont été prélevés cinq fois sur une période de 24 h et ultérieurement analysés par « radio immuno essay » pour identifier le niveau de cortisol. Les résultats ont démontré que la variation de cortisol au repos ainsi que la perception d'un climat motivationnel trop orienté sur la réussite sportive prédisent ensemble plus de 65 % du niveau subjectif d'épuisement chez l'athlète en fin de saison. Une analyse approfondie des données a permis d'identifier que lorsqu'on regarde la qualité de la motivation chez les nageurs en fin de saison, une augmentation de la motivation intrinsèque était corrélée négativement au burnout, tandis que la régulation externe et l'amotivation lui étaient positivement corrélées. Lemyre suggère qu'une augmentation du niveau de cortisol au repos de façon prolongée était probablement préjudiciable à la récupération physique et mentale, et rendait ainsi les athlètes plus sensibles aux symptômes de surentraînement et de burnout.

21Ainsi, les résultats de ces études illustrent l'intérêt de la prise en compte des variables sociocognitives pour la compréhension des phénomènes psychophysiologiques liés au « burnout » et à la récupération. Le rôle des profils motivationnels est prégnant, mais d'autres variables, comme les variations émotionnelles ou le perfectionnisme, doivent être étudiées avec attention. Si plusieurs variables physiologiques sont habituellement mesurées pour évaluer la récupération, plusieurs variables psychologiques doivent également être considérées en plus des composantes de la motivation.

3. Motivation, « burnout » et engagement

22Dans la même perspective psychosociale, on doit signaler les travaux de Raedeke et Smith (2004). Ces auteurs ont largement étudié le « burnout », mais aussi l'engagement dans le sport. Il semble évident que les stratégies de prévention du « burnout » seront plus efficaces que celles qui visent à le traiter. Mais on peut également proposer une approche positive et pas uniquement corrective en tentant de renforcer l'engagement qui est conceptuellement l'opposé du « burnout ». Une définition du « burnout » a récemment été adoptée en psychologie du sport, d'après une adaptation de la psychologie générale. Raedeke considère que le « burnout » est caractérisé par la présence persistante de trois dimensions : 1) l'épuisement physique et émotionnel, 2) une diminution du sentiment d'accomplissement, et 3) le désintérêt vis-à-vis du sport. L'épuisement physique et émotionnel est associé à un entraînement intense et à des compétitions nombreuses. La diminution du sentiment d'accomplissement se rapporte aux habiletés et aux compétences perçues. Le désintérêt se traduit par une perte d'intérêt, une attitude désinvolte et un ressentiment vis-à-vis du sport (Raedeke et Smith 2001). Ainsi, l'athlète soumis à des pressions, à des contraintes importantes liées à la pratique de son sport, peut ressentir les effets néfastes du surentraînement sur la performance et, simultanément, sur les dimensions physiologiques et psychologiques.

23À l'opposé, l'engagement est défini comme une « expérience cognitivo-affective en sport qui est caractérisée par la confiance, l'implication et la vigueur » (Lonsdale et al. 2007). La confiance est définie comme la croyance dans les capacités personnelles d'atteindre un haut niveau de performance et de buts. La confiance est opposée à la dimension de diminution du sentiment d'accomplissement dans le « burnout ». L'implication est définie par le désir d'investir des efforts et du temps pour l'atteinte d'objectifs considérés comme importants. L'implication est opposée au désintéressement. Enfin, la vigueur est définie comme une composante énergétique, physique, mentale et émotionnelle, que l'on peut qualifier également de « vitalité ». La vigueur semble être à l'opposé de l'épuisement physique et émotionnel.

24Lonsdale et al. (2007) montrent que leur modèle d'engagement dans le sport diffère de celui du monde professionnel. Ils proposent un modèle en quatre facteurs : la confiance, l'implication et la vigueur, mais aussi l'enthousiasme, facteur caractérisé par un sentiment d'excitation et un fort niveau de plaisir. En sport, l'enthousiasme est opposé à l'épuisement physique et émotionnel, tout comme la dimension « vigueur ». Le questionnaire « Athlete Engagement Questionnaire » a donc été conçu pour évaluer les quatre dimensions de l'engagement. On demande aux participants la fréquence de leurs sensations au cours des quatre derniers mois. Ils doivent répondre, sur une échelle en cinq points (allant de « presque jamais » à « presque toujours »), à des affirmations telles que : « Je suis capable d'atteindre mes buts dans mon sport » (pour la confiance), « Je veux m'entraîner pour atteindre mes buts » (pour l'implication), « Je me sens plein d'énergie quand je pratique mon sport » (pour la vigueur) et « Je me fais plaisir quand je pratique mon sport » (pour l'enthousiasme). Cependant, cet outil, qui évalue un aspect positif de l'environnement des athlètes, se rapporte à un aspect stable, puisqu'il fait référence aux sensations au cours des quatre derniers mois. De plus, comme pour la majorité des outils, une traduction et une validation transculturelle sont nécessaires avant son utilisation dans le monde francophone. Enfin, ce n'est pas parce que le « burnout » est conceptuellement opposé à l'engagement que les processus psychosociaux qui mènent à l'engagement sont opposés ou parallèles à ceux qui conduisent au « burnout ». Des recherches supplémentaires sont nécessaires. Les interactions entre l'engagement et la récupération sont donc à examiner. Cependant, les études sur l'engagement montrent la possibilité d'étudier des aspects positifs de l'entraînement et non pas uniquement les effets néfastes. Il est probablement judicieux de continuer à explorer ces thèmes (engagement et « burnout ») simultanément. En effet, de même que le perfectionnisme peut conduire au « burnout », il serait intéressant d'évaluer les liens entre engagement et « burnout ». Un engagement excessif pourrait-il également y conduire ? Ce phénomène existe pour certains employés, mais ces données sont absentes dans le domaine sportif.

4. Les outils : batterie d'évaluation des aspects psychologiques de la récupération

25Dans le cadre d'une étude portant sur « les effets de l'influence de la cryostimulation à-110 °C sur la récupération » menée actuellement à l'INSEP, les outils suivants sont utilisés pour évaluer certains aspects de la récupération. Chaque participant doit répondre à toutes les questions de la batterie avant et après différents types de séances de récupération. Les questionnaires doivent permettre d'évaluer les « états » (et non les traits de personnalité) des athlètes qui participent à l'étude dans le moment présent. C'est pourquoi les athlètes répondent à la question : « Comment vous sentez-vous en ce moment ? », car les états fluctuent très rapidement. La première question de la batterie permet de préciser si les athlètes répondent avant ou après la séance de récupération.

4.1 Perception de la récupération

26Utilisée au service médical de l'INSEP sous sa forme papier, l'EPR (« Échelle de perception de la récupération ») est composée de cinq sous-échelles et n'autorise qu'une seule réponse. Chaque échelle évalue graphiquement les perceptions subjectives de la douleur (Delayed Onset Muscle Soreness, ou DOMS), du bien-être, des courbatures, de la fatigue et des sensations thermiques. Les participants doivent indiquer leurs perceptions à l'aide d'un trait sur la droite non graduée de 10 cm qui relie les deux extrêmes du concept mesuré (par exemple, d'extrêmement chaud à extrêmement froid). Dans son format papier, les résultats sont mesurés au millimètre près avec une règle.

4.2 vitalité

27Le concept de vitalité se rapporte à un état de bien-être dans lequel l'individu se sent alerte et dynamique (Ryan et Deci 2001). C'est le sentiment d'avoir de l'énergie disponible (Ryan et Frederick 1997). Il existe deux versions du questionnaire de vitalité subjective. La version « trait » se rapporte à des dispositions (stables) de la personnalité. C'est une caractéristique des individus qui est liée positivement à l'estime de soi et négativement à la dépression et à l'anxiété. La version « état » mesure les fluctuations de la vitalité subjective plutôt que son aspect stable. L'état de vitalité est lié négativement à la douleur physique et positivement au support d'autonomie - un facteur important de la motivation dans le sport (Nix et al. 1999). Récemment, les recherches ont montré que les participants avec de faibles niveaux d'autonomie étaient plus susceptibles de se sentir émotionnellement et physiquement épuisés par leur investissement dans leur sport. Par exemple, l'échelle de vitalité (état) est utilisée comme un indicateur de bien-être dans le sport (Adie et al. 2008). La version en sept items de Ryan et Frederick (1997) a été perfectionnée par Bostic et al. (2000). Nous avons traduit cette version pour l'intégrer dans le questionnaire d'évaluation de la récupération (traduction et adaptation de Fournier et Lemyre [2009a]) de l'étude en cours à l'INSEP. Afin d'obtenir une version utilisable dans le monde francophone hors de France, nous avons adapté les items (par exemple « En ce moment, je me sens très dynamique ») pour qu'ils puissent être compris à la fois en France et au Québec.

4.3 État de motivation

28Les études de Lemyre montrent qu'une baisse de la motivation chez les athlètes élite accroît le risque de « burnout » à la fin de la saison (Lemyre et al. 2006). C'est pourquoi il est souhaitable de mesurer les états de motivation, par exemple avec l'échelle de motivation situationnelle (SIMS, Standage et al. 2003). L'outil est composé de quatorze questions portant sur le continuum d'autodétermination (la motivation intrinsèque et extrinsèque). Cet outil est recommandé pour étudier l'état de motivation liée à la récupération, mais une version plus courte, ou plus ciblée sur l'un des aspects de la motivation, pourrait être développée pour l'aide à l'entraînement. Nous avons également traduit cette version (Fournier et Lemyre 2009b).

4.4 Système d'évaluation

29Différentes solutions d'évaluation des aspects psychologiques sont commercialisées. Le service Recherche de l'INSEP conduit des recherches en psychologie du sport avec le système Mindeval (www.mindeval.com). L'utilisation du système Mindeval assure la confidentialité des données. Un système de clés (codes personnels) permet de ne pas créer un fichier informatique avec des données nominatives. Ce système enregistre toutes les données, évitant aussi le problème des données manquantes lors de la passation des questionnaires papier. Après avoir saisi sa clé personnelle, l'athlète s'évalue seul sur un ordinateur (ou sur certains téléphones portables), évitant ainsi les erreurs de retranscription des résultats du questionnaire papier vers le logiciel de collecte des données. L'EPR, utilisé sous sa forme papier, a été transformé pour présenter des échelles visuelles analogiques (EVA) : avec la souris, l'athlète peut faire coulisser un curseur sur l'écran pour indiquer ses perceptions entre les deux extrêmes proposés. Les résultats sont produits automatiquement et immédiatement, non seulement pour les échelles analogiques visuelles (curseurs), mais aussi pour les calculs de l'indicateur de « vitalité », pour les calculs des scores de chaque sous-échelle de motivation, et pour l'indice global de motivation (index d'autodétermination). Ce système permet une collecte des données simultanément sur les différents sites offrant des séances de récupération (par exemple à l'INSEP) et il peut être étendu à d'autres sites d'entraînement. L'administrateur peut consulter les résultats (graphiques et données brutes) à tout moment.

Conclusion

30En psychologie du sport, la littérature principale liée à la charge d'entraînement porte sur le « burnout » et pas directement sur la récupération. On considère que, pour éviter la fatigue, les athlètes doivent optimiser leur récupération. On peut cependant noter que les aspects principaux du « burnout » (et de l'engagement, si l'on se place dans une perspective positive) sont étudiés dans une approche psychosociale. Les interventions qui favorisent la récupération seront centrées sur des variables personnelles liées principalement à la motivation (établissement de buts, planification annuelle), mais aussi sur des variables comme la vitalité, les émotions ou le perfectionnisme. Les variables du contexte, comme le climat motivationnel, sont prises en compte, mais il reste à intégrer la pression des pairs, des sponsors, des institutions (institution, fédération, club) ou des parents.

31La question n'est pas tant de développer des outils de mesure que de savoir pourquoi et comment les utiliser. Premièrement, de même que la meilleure technique de dosage biologique ne permet pas d'améliorer la récupération, un questionnaire bien fait ne saura prévenir le surentraînement. La mesure d'un indicateur n'est intéressante que si elle s'inscrit dans une problématique d'entraînement ou de recherche. Deuxièmement, les aspects psychologiques sont aujourd'hui souvent évoqués pour expliquer ce que la physiologie n'explique pas (« Ça doit être mental, parce qu'il était prêt sur le plan physique et ça allait bien à l'entraînement »). Paradoxalement, en France, la psychologie du sport n'est pas considérée avec le même intérêt que dans d'autres grandes nations sportives.

32Si la psychologie est importante, il est essentiel de lui donner la place nécessaire ; sinon, il faudra continuer à expliquer l'inexplicable en se contentant d'évoquer l'aspect « mental ». Le défi de l'étude des aspects psychologiques de la récupération est donc directement lié à l'importance donnée à la psychologie du sport en général, importance que l'on pourrait reconnaître en la dotant de moyens financiers, matériels et humains, comme c'est le cas en physiologie. À l'étranger, la psychologie du sport est enseignée dans les formations initiales et continues des entraîneurs, ce qui facilite l'intégration des spécialistes dans les équipes. Il reste à savoir si les particularités culturelles françaises justifient des formations en psychologie du sport à l'égal des autres domaines de l'entraînement. Enfin, nous supposons que des avancées importantes pourront être constatées une fois que les processus physiologiques et psychosociologiques seront étudiés simultanément et non indépendamment (Toussaint 2009). Les équipes multidisciplinaires, qui travaillent actuellement sur la récupération, à l'INSEP, œuvrent en ce sens.

Bibliographie

Bibliographie

Adie WJ, Duda JL, Ntoumanis N (2008) Autonomy support, basic need satisfaction and the optimal functioning of adult male and female sport participants: A test of basic needs theory. Motivation and Emotion 32:189-199.

Ames C (1992) Achievement goals, motivational climate, and motivational processes. In: GC Roberts (Ed). Motivation in sport and exercise, pp. 161-176. Champaign, IL, Human Kinetics.

Bostic TJ, Rubio DM, Hood M (2000) A validation of the subjective vitality scale usingstructural equation modeling. Social Indicators Research 52:313-324.

Brewer B (2003) Developmental differences in psychological aspects of sport-injury rehabilitation. Journal of Athletic Training 38:152-153.

Coakley J (1992) Burnout among adolescents: A personal failure of a social problem? Journal of Sport and Social Issue 9 :271-285.

Cury F, Sarrazin P (2001) Théories de la motivation et pratiques sportives : état des recherches. Paris, PUF.

Deci EL, Ryan RM (2002) Handbook of self-determination research. Rochester, The University of Rochester Press.

Fournier JF, Lemyre PN (2009a) Traduction et adaptation de l'échelle de vitalité dans le sport (Bostic, Rubio et Hood 2000). Document non publié.

Fournier JF, Lemyre PN (2009b) Traduction et adaptation de l'échelle de motivation situationnelle (SIMS, Standage et al. 2003). Document non publié.

Freudenberger H (1980) Burnout: The high cost of high achievement. New York, Doubleday.

Goodger K, Gorely T, Lavallee D, Harwood C (2007) Burnout in sport: A systematic review. The Sport Psychologist 21:127-151.

Gould D (1996) Personal motivation gone awry: Burnout in competitive athletes. Quest 48:275-289.

Gould D, Dieffenbach K (2003) Psychological issues in youth sports: Competitive anxiety, overtraining, and burnout. In: RM Malina & MA Clark (Eds), Youth sports: Perspectives for a new venturi, pp. 149-170. Champaign, IL, Human Kinetics.

Gustafsson H, Kenttä G, Hassmén P, Lundqvist C, DurandBush N (2007) The process of burnout: A multiple case study of three elite endurance athletes. International Journal of Sport Psychology 38:388-416.

Hall HK, Cawthra IW, Kerr AW (1997) Burnout: motivation gone awry or a disaster waiting to happen? In: Lidor R, BarEli M (Eds), Innovations in sport psychology: linking theory and practice. Proceedings of the 9th ISSP World Congress in Sport Psychology, vol. 1, pp. 306-308. Netanya (Israel), Ministry of Education, Culture and Sport.

Holt NL (2007) Introduction: Positive youth development through sport. In: NL Holt (Ed), Positive youth development through sport. London, Routledge.

Kellmann M (2002) Enhancing recovery: Preventing underperformance in athletes. Champaign, IL, Human Kinetics.

Kellmann M (2009) Is Recovery Important? Communication orale au 12th ISSP world congress. Marrakesh, Maroc, http://www.issponline.org/documents/001.rar

Kellmann M, Kallus KW (2001) The Recovery-Stress Questionnaire for Athletes. User Manual. Champaign, IL, Human Kinetics.

Lemyre, P.-N. (2005). Determinants of burnout in elite athletes: A multidimensional perspective. Dissertation from the Norwegian School of Sport Sciences, Oslo.

Lemyre PN, Treasure DC, Roberts GC (2006) Influence of variability in motivation and affect on elite athlete burnout. Journal of Sport and Exercise Psychology 28:32-48.

Lemyre PN, Roberts GC, Stray-Gundersen J (2007) Motivation, overtraining and burnout: Can self-determined motivation predict overtraining and burnout in elite athletes. European Journal of Sport Sciences 7:115-132.

Lemyre PN, Hall HK, Roberts GC (2008) A social cognitive approach to burnout in elite athletes. Scand J Med Sci Sports 18:221-234.

Lonsdale C, Hodge K, Jackson SA (2007) Athlete engagement: II. Development and Initial Validation of the Athlete Engagement Questionnaire. International Journal of Sport Psychology 38:471-492.

Lonsdale C, Hodge K, Raedeke TD (2007) Athlete Engagement: I. A qualitative investigation of relevance of dimensions. International Journal of Sport Psychology 38:451-470.

Nicholls JG (1989) The competitive ethos and democratic education. Cambridge, MA, Harvard University Press.

Nix GA, Ryan RM, Manly JB, Deci EL (1999) Revitalization through self-regulation: The effects of autonomous and controlled motivation on happiness and vitality. Journal of Experimental Social Psychology 35:266-284.

Raedeke TD, Smith AL (2001) Development and preliminary validation of an athlete burnout measure. Journal of Sport and Exercise Psychology 23:281-306.

Raedeke TD, Smith AL (2004) Coping resources and athlete burnout: An examination of stress mediated and moderation hypotheses. Journal of Sport and Exercise Psychology 26:525-541.

Roberts GC (2002) Advances in motivation in sport and exercise. Champaign, IL, Human Kinetics.

Ryan RM, Deci EL (2001) On happiness and human potentials: A review of research on hedonic and eudaimonic well-being. Annual Review of Psychology 52:141-166.

Ryan RM, Frederick CM (1997) On energy, personality and health: Subjective vitality as a dynamic reflection of wellbeing. Journal of Personality 65:529-565.

Seligman MEP, Csikszentmihalyi M (2000) Positive psychology: An introduction. American Psychologist 55:5-14.

Silva JM (1990) An analysis of the training stress syndrome in competitive athletics. Journal of Applied Sport Psychology 2:5-20.

Smith RE (1986) Toward a cognitive-affective model of athletic burnout. Journal of Sport Psychology 8:36-50.

Standage M, Treasure DC, Duda, JL, Prusak KA (2003) Validity, reliability, and invariance of the situational motivation scale (SIMS) across diverse physical activity contexts. Journal of Sport and Exercise Psychology 25 :19-43.

Toussaint JF (2009) Neurophysiologie et psychologie de la performance. Rapport relatif à la mission « Mental et performance, constats, hypothèses et recommandations », http://www.insep.fr/FR/activites/Recherchemedicales/Pages/IRMES-INSEP.aspx

Table des illustrations

Titre Figure 5.1. Graphique de RESTQ-fr produit par la passation en ligne avec le site www.mindeval.com pour la validation de la version française. Reproduit avec l'autorisation de Mindeval, Inc.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

Auteurs

PhD. Université norvégienne des sciences du sport

PhD. Département de la recherche - INSEP Laboratoire Sport, Expertise et Performance (SEP)

© INSEP-Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search