Version classiqueVersion mobile

Améliorer sa récupération en sport

 | 
Christophe Hausswirth

Partie 1. Périodisation de la récupération

Chapitre 4. La récupération active

Yann Le Meur et Christophe Hausswirth

Texte intégral

Introduction

1Si les stratégies de récupération adoptées en sport sont multiples, la récupération active constitue à l'évidence l'une des techniques les plus employées en raison de sa facilité de mise en place et des bénéfices que lui attribuent généralement athlètes et entraîneurs. Celle-ci consiste à maintenir un travail sous-maximal à l'issue d'un exercice fatiguant afin de préserver le niveau de performance d'une épreuve à l'autre en accélérant les mécanismes de récupération aux niveaux énergétique, musculaire et psychologique. La récupération active peut être planifiée à différents moments : au cœur même de la séance ou durant la phase de retour au calme. Elle précède alors généralement d'autres méthodes de récupération, comme les étirements ou les massages. Une dernière option consiste à mettre en place la récupération active au cours des jours qui suivent la séance d'entraînement intense ou la compétition. C'est à travers ce prisme temporel que nous aborderons, dans ce chapitre, la récupération active, en interrogeant son efficacité et ses modalités au regard des résultats de la littérature scientifique.

1. Modalités de récupération et travail fractionné

2Dans de nombreuses activités sportives, la performance dépend de la capacité de l'athlète à renouveler en quantité suffisante l'énergie nécessaire aux fonctions organiques mises en jeu par l'exercice, sous la forme d'une molécule appelée adénosine triphosphate (ATP) [Knicker et al. 2011]. En fonction de la durée de l'exercice, de son intensité et de son caractère continu ou intermittent, la performance dépend de la contribution des processus anaérobies et aérobies du sportif (Gastin 2001). Par exemple, les activités brèves de haute intensité, comme les courses de vitesse, sont représentatives d'une sollicitation majoritaire du métabolisme anaérobie, tandis que les courses de fond reposent davantage sur l'expression des qualités aérobies. En fonction de la stratégie d'allure et des changements de rythme imposés par l'activité, bon nombre de disciplines se caractérisent enfin par une sollicitation énergétique mixte qui active significativement aussi bien les voies de resynthèse anaérobie qu'aérobie (Gastin 2001). Il s'agit par exemple des sports collectifs, où les actions décisives sont fréquemment précédées de sprints et entrecoupées de périodes moins intenses (Carling et al. 2008 ; Gray et Jenkins 2010).

3Le développement de certaines qualités physiques du sportif comme la vitesse, l'endurance ou la capacité à répéter des efforts de haute intensité est intimement associé à l'amélioration des capacités de resynthèse anaérobie et aérobie. Les méthodes employées pour y parvenir sont multiples mais reposent très fréquemment sur le principe de « surcharge », d'après lequel il est nécessaire d'imposer à l'athlète des sollicitations quasi maximales pour engendrer chez celui-ci des adaptations physiologiques favorables à l'amélioration de son niveau de performance physique (Issurin 2010 ; Laursen 2010). Pour prolonger ce temps de travail à des intensités supra-maximales et maximaliser les adaptations biochimiques et génétiques favorables à la performance, les entraîneurs et préparateurs physiques privilégient souvent le travail intermittent, lors duquel alternent des phases d'efforts de haute intensité et des périodes de faible intensité. La récupération, à travers sa durée et sa modalité (active ou passive), constitue à cet égard un paramètre à gérer avec précaution, étant donné que sa manipulation influence directement la réponse métabolique associée à l'exercice et, en retour, les adaptations physiologiques chroniques engendrées par l'entraînement.

1.1 Modalités de récupération et développement de la capacité à (re)produire des efforts de haute intensité

4Sur le plan énergétique, la performance anaérobie semble dépendre de la capacité musculaire à dégrader les stocks de phosphocréatine (PCr) [Hirvonen et al. 1987] et de glycogène le plus rapidement ou le plus longtemps possible en fonction de l'intensité et de la durée de l'effort à produire (Ward-Smith et Radford 2000 ; Gastin 2001 ; Glaister 2008). Ces adaptations métaboliques sont liées à l'augmentation de l'activité des enzymes clés impliquées dans les mécanismes de resynthèse de l'énergie, l'augmentation des réserves endogènes de substrat intramusculaire et/ou l'augmentation de la capacité musculaire à lutter contre l'accumulation des métabolites impliqués dans la fatigue (principalement : ions hydrogènes, ou H+ ; phosphates inorganiques, ou Pi ; adénosine diphosphate, ou ADP) [Ross et Leveritt 2001]. Les méthodes d'entraînement visant l'induction de ces mécanismes adaptatifs sont hétérogènes mais consistent, très majoritairement, à répéter des sprints courts ou longs en manipulant le type et la durée de récupération entre chaque répétition (Ross et Leveritt 2001). Ce type de protocole implique généralement une amélioration du niveau de performance et des adaptations positives du métabolisme anaérobie (Nevill et al. 1989 ; Cadefau et al. 1990 ; Linossier et al. 1993 ; McKenna et al. 1993 ; Dawson et al. 1998 ; Harridge et al. 1998 ; Ortenblad et al. 2000), même si quelques études n'ont pas révélé d'effet significatif (Jacobs et al. 1987 ; Allemeier et al. 1994).

■ Récupération et répétition de sprints courts

5Cette méthode se caractérise par la réalisation de sprints de courte durée (de 2 à 6 s) entrecoupés de périodes de récupération passive ou active dont la durée peut varier en fonction de l'objectif recherché (de 10 s environ à 2-3 min). Lors de ce type d'exercices, la resynthèse de l'ATP est très majoritairement de nature anaérobie. L'ATP de réserve, les voies de resynthèse anaérobie alactique et lactique, et la voie aérobie assurent par exemple respectivement 10 %, 55 %, 32 % et 3 % de l'apport énergétique total lors d'un sprint à performance maximale de 3 s (Spencer et al. 2005) et 6 %, 45 %, 41 % et 8 % lors d'un sprint de 6 s (Gaitanos et al. 1993).

6Sur le plan métabolique, plusieurs travaux expérimentaux (Dawson et al. 1995 ; Snow et al. 1998) n'ont pas mis en évidence d'effet de l'augmentation du stock de PCr intramusculaire (par supplémentation orale en créatine) sur la performance en sprint, suggérant ainsi que le progrès, lors d'exercices maximaux de très courte durée, ne dépend pas de ce facteur. D'autres travaux ont en revanche avancé que les progrès en sprint seraient associés pour partie à une amélioration de la capacité à dépléter le stock de PCr en un temps donné (Abernethy et al. 1990). Hirvonen et al. (1987) ont ainsi montré que des sprinteurs très entraînés (vitesse de course maximale : 10,07 ± 0,13 m.s-1) atteignaient un plus haut niveau de déplétion de leur stock de PCr à l'issue de courses maximales sur 80 m et 100 m qu'un groupe d'athlètes moins performants (vitesse de course maximale : 9,75 ± 0,10 m.s-1). Dans cette perspective, il semble donc que la répétition d'exercices brefs (< 6 s) entrecoupés de périodes de récupération complète est susceptible d'améliorer cette capacité en permettant le restockage total de la PCr et, en retour, l'atteinte répétée de la vitesse de déplétion quasi maximale (Dawson et al. 1998). Ce type d'exercices permettrait d'augmenter la vitesse de course maximale de l'athlète et sa capacité à accélérer, en sollicitant de manière répétée la vitesse de course et la capacité d'accélération, proches de leur maximum lors de chaque répétition. Pour ce faire, la gestion de la durée et de la modalité de récupération (active ou passive) est essentielle pour assurer la réplétion quasi totale du stock de PCr, puisque la déplétion de celui-ci suit une évolution exponentielle rapide lors de l'exercice maximal. Tandis que le stock intramusculaire de PCr est d'environ 75-85 mmol.kg-1 de muscle frais, ce turnover peut en effet atteindre jusqu'à 7-9 mmol d'ATP.kg-1.s-1 (Hultman et Sjoholm 1983), de sorte que son stock peut largement être dépiété après seulement 10 s d'exercice (Walter et al. 1997). Un sprint maximal de 10-12,5 s engendre approximativement une déplétion de 40 à 70 % du stock initial (Jones et al. 1985 ; Hirvonen et al. 1992), tandis que la baisse est plus faible pour un exercice maximal de 6 s (35-55 %) [Gaitanos et al. 1993 ; Dawson et al. 1997]. Dans cette perspective, c'est donc principalement le niveau de déplétion engendrée par l'exercice et la cinétique de resynthèse de la PCr qui conditionnent l'optimisation des caractéristiques de la récupération inter-sprints.

Figure 4.1. PCr resynthétisée dans le quadriceps fémoral durant la phase de récupération, à la suite d'un exercice dynamique, avec ou sans occlusion locale du sang.

Figure 4.1. PCr resynthétisée dans le quadriceps fémoral durant la phase de récupération, à la suite d'un exercice dynamique, avec ou sans occlusion locale du sang.

D'après Harris et al. (1976), avec l'autorisation de Pflügers Archiv : European Journal of Physiology.

7La resynthèse post-exercice de la PCr est biphasique et se caractérise par une cinétique mono-exponentielle révélant une phase initiale rapide suivie d'une phase plus lente. 50 % du stock de PCr est ainsi resynthétisé en moins de 25 s mais il faut 5 à 8 min pour que ce stock retrouve sa valeur pré-exercice (Harris et al. 1976) [Fig. 4.1].

Figure 4.2. Pourcentages (et écarts types) de phosphocréatine (PCr) après un sprint de 4 s répété six fois (barres noires) au cours d'une récupération active ou d'une récupération passive chez neuf hommes moyennement entraînés. Les valeurs sont présentées en moyenne ± écart-type. Notez que le pourcentage de la concentration musculaire en PCr était plus bas post-exercice (32,6 ± 10,6 vs 45,3 ± 18,6 % ; p = 0,06 ; taille de l'effet = 0,8) et après 21s de récupération (54,6 ±9,6 vs 71,7 ± 14,1 % ; p = 0,06 ; taille de l'effet = 1,2) lors de la récupération active.

Figure 4.2. Pourcentages (et écarts types) de phosphocréatine (PCr) après un sprint de 4 s répété six fois (barres noires) au cours d'une récupération active ou d'une récupération passive chez neuf hommes moyennement entraînés. Les valeurs sont présentées en moyenne ± écart-type. Notez que le pourcentage de la concentration musculaire en PCr était plus bas post-exercice (32,6 ± 10,6 vs 45,3 ± 18,6 % ; p = 0,06 ; taille de l'effet = 0,8) et après 21s de récupération (54,6 ±9,6 vs 71,7 ± 14,1 % ; p = 0,06 ; taille de l'effet = 1,2) lors de la récupération active.

D'après Spencer et al. (2006) avec l'autorisation de Medicine & Science in Sport & Exercise.

8Plusieurs études ont révélé l'existence de multiples facteurs influençant la cinétique de resynthèse de la PCr. Il est intéressant de noter que leurs résultats convergent pour montrer que celle-ci est exclusivement réalisée par voie aérobie (McMahon et Jenkins 2002). Il ressort ainsi que la resynthèse de la PCr dépend de la disponibilité en oxygène (l'apport d'oxygène au niveau musculaire augmente significativement la vitesse de resynthèse de la PCr) [Harris et al. 1976 ; Haseler et al. 1999], de la capacité aérobie des sujets (les athlètes entraînés en endurance resynthétisant plus rapidement les réserves de PCr) [Yoshida 2002 ; da Silva et al. 2010 ; Buchheit et Ufland 2011] et du type de récupération (une récupération passive permettant une resynthèse plus rapide) [Yoshida et al. 1996 ; Spencer et al. 2006, 2008]. Spencer et al. (2006) ont par exemple montré que la concentration intramusculaire de PCr au niveau du muscle Vastus lateralis est plus faible après six sprints sur ergocycle de 4 s entrecoupés de 21 s de récupération lorsque cette dernière est réalisée de manière active (environ 32 % de la V̇O2max) plutôt que passive (Fig. 4.2). L'explication avancée est que la récupération active réduirait davantage la disponibilité de l'oxygène pour la resynthèse de la PCr au niveau des muscles actifs que la récupération passive (McAinch et al. 2004 ; Spencer et al. 2006, 2008). La récupération active diminuerait ainsi la vitesse de réplétion de la PCr après un exercice intense, car une fraction importante de l'oxygène délivré au niveau musculaire serait utilisée pour assurer les mécanismes de resynthèse aérobie de l'ATP nécessaires à la réalisation d'une récupération active. Cette hypothèse a été renforcée par les résultats de Dupont et al. (2004) qui ont montré que l'oxygénation musculaire est plus faible lorsque la récupération est effectuée de manière active plutôt que passive.

9Ces résultats suggèrent de privilégier une récupération complète, passive et d'une durée suffisante lorsqu'il s'agit d'améliorer la capacité de l'athlète à produire des efforts de courte durée (< 6 s) proches de son maximum. Chez des sujets entraînés, une récupération passive de 30 s est suffisante pour maintenir un niveau de performance maximal lors de la répétition de 40 sprints de 15 m (Balsom et al. 1992b) ; en revanche, lors de la répétition de sprints de 40 m, une récupération d'au moins 2 min est nécessaire pour maintenir le niveau de performance (Balsom et al. 1992a). Pour l'entraîneur, l'évolution des performances au cours de la séance constituera un indicateur de la bonne calibration de la durée de récupération, une détérioration de la performance lors des sprints témoignant d'une récupération incomplète et d'une modification importante de la réponse métabolique lors d'une série de sprints répétés (Balsom et al. 1992a).

10Dans de nombreux sports, comme les sports collectifs ou les sports de raquette, c'est en revanche par la répétition d'efforts maximaux que s'exprime la performance, et moins par la réalisation d'une performance unique (Carling et al. 2008 ; Gray et Jenkins 2010). Dans les sports de grand terrain comme le hockey, le rugby et le football, les études révèlent que les efforts de haute intensité durent en moyenne entre 4 et 7 s, dont 2 sont généralement associées à un effort all-out (Bangsbo et al. 1991 ; Carling et al. 2008). Aussi, même si le ratio entre le temps de travail à haute et à basse intensité reste en faveur du temps de récupération, on constate une diminution de la capacité à réitérer des valeurs de performance maximale à l'issue de ces épreuves. Ces résultats démontrent l'importance du développement de la capacité à reproduire des efforts maximaux (Spencer et al. 2005).

11Les travaux menés sur la réponse métabolique lors de sprints répétés entrecoupés de périodes de récupération incomplète (i. e. caractérisée par une baisse du niveau de performance) révèlent une évolution différente de la contribution des voies de resynthèse de l'ATP par rapport aux exercices maximaux continus lorsque l'on compare deux exercices d'un temps de travail effectif identique (Glaister 2005 ; Spencer et al. 2005). Gaitanos et al. (1993) ont ainsi comparé l'évolution de la contribution de l'ATP de réserve, du processus anaérobie alactique et de la glycolyse lors d'une série de dix efforts maximaux sur ergocycle entrecoupés de 30 s de récupération passive. Leurs résultats ont montré que la contribution glycolytique avait chuté de 44 % à 16 % entre le premier et le dixième sprint, tombant même à une valeur nulle lors du dernier sprint chez quatre des sept sujets testés (Fig. 4.3). Durant la même période, la part relative de la voie anaérobie alactique par rapport à la contribution anaérobie globale avait augmenté de 50 % à 80 %. Ces résultats, confortés par d'autres études ultérieures, ont ainsi montré que lors d'une répétition de sprints courts entrecoupés d'une récupération brève, les progressifs changements d'environnements métaboliques engendrés par l'exercice provoquent une inhibition graduelle de la glycolyse (Gaitanos et al. 1993 ; Putman et al. 1995 ; Parolin et al. 1999). Si les causes de ce phénomène restent à élucider (diminution du stock de glycogène, baisse de l'activité de la phosphofructokinase liée à la baisse du pH ou à l'accumulation cytosolique du citrate), ces données suggèrent qu'il est nécessaire d'améliorer les processus de resynthèse de la PCr et d'extraction périphérique de l'oxygène pour accroître la capacité à répéter des efforts brefs, d'intensité maximale (Bishop et Spencer 2004 ; Glaister 2005).

Figure 4.3. Sources de resynthèse anaérobie des réserves d'ATP durant le premier et le dixième sprint d'une série de 10 x 6 s d'efforts maximaux entrecoupés de 30 s de récupération passive. Reproduit avec l'autorisation de Gaitanos et al. (1993), avec la permission du Journal of Applied Physiology.

Figure 4.3. Sources de resynthèse anaérobie des réserves d'ATP durant le premier et le dixième sprint d'une série de 10 x 6 s d'efforts maximaux entrecoupés de 30 s de récupération passive. Reproduit avec l'autorisation de Gaitanos et al. (1993), avec la permission du Journal of Applied Physiology.

Reproduit avec l'autorisation de Gaitanos et al. avec la permission du Journal of Applied Physiology.

12Pour favoriser ces adaptations biochimiques, les protocoles d'entraînement présentés dans la littérature sont très nombreux (Spencer et al. 2005), mais la plupart d'entre eux consistent à répéter des sprints brefs (entre 5 et 15 fois 3 à 6s d'effort), entrecoupés de périodes de récupération active courtes (de 10 à 30 s) [Spencer et al. 2005 ; Glaister 2008 ; Buchheit et al. 2010 ; Hunter et al. 2011]. Le restockage de la PCr est incomplet étant donné que le délai de récupération est trop bref et que le maintien d'un travail sous-maximal diminue la disponibilité de l'oxygène, indispensable à la resynthèse de ce substrat. Le stock de PCr diminue alors progressivement, tandis que la contribution aérobie augmente au cours de l'exercice, permettant à cette méthode d'entraînement d'assurer une sollicitation mixte des voies de resynthèse ATP majoritairement activées lors de ce type d'exercice (Gaitanos et al. 1993).

■ Récupération et répétition de sprints longs

13Si les résultats rapportés par la figure 4.3 montrent l'importante contribution de la voie de resynthèse anaérobie alactique pour des efforts de courte durée (< 6 s), ils révèlent aussi que le délai d'activation de la glycolyse est très bref. Une méta-analyse menée par Gastin (2001) montre ainsi que la contribution anaérobie lactique à la resynthèse de l'ATP est majoritaire lors des exercices maximaux dont la durée est comprise entre 10 s et 1 min. Des recherches ont par exemple montré que la contribution des processus de resynthèse anaérobie alactique, glycolytique et aérobie est respectivement de 22 %, 47 % et 31 %, lors d'un exercice maximal de 12 s (Medbo et al. 1999) et de 38 %, 45 % et 17 %, lorsque cette durée atteint 30 s (Medbo et Tabata 1993). Au-delà de 75 s d'effort, l'énergie est principalement fournie par les mécanismes oxydatifs, mais l'activité glycolytique assure encore 15 % de l'énergie fournie pour une épreuve de 3 000 m chez des athlètes entraînés (Duffield et al. 2004, 2005). Il apparaît, dans cette perspective, que le développement des qualités glycolytiques constitue un axe d'entraînement prioritaire pour de nombreuses disciplines sportives. Les recherches scientifiques montrent que les adaptations métaboliques associées au développement des capacités glycolytiques renvoient principalement à une amélioration du pouvoir-tampon, qui représente la capacité musculaire à limiter la baisse du pH malgré l'accumulation des ions H+ engendrée par l'exercice supramaximal (McKenzie 1984 ; Juel 1998 ; Parkhouse, Ross et Leveritt 2001). D'autres recherches ont par ailleurs montré que la réalisation de sprints longs provoque une augmentation de l'activité des enzymes clés de la glycolyse (Roberts et al. 1982 ; Cadefau et al. 1990 ; MacDougall et al. 1998 ; Parra et al. 2000), mais l'influence directe de ces adaptations pour expliquer les variations du niveau de performance reste controversée (Ross et Leveritt 2001). De même, l'influence de l'entraînement en sprint sur l'augmentation du stock intramusculaire de glycogène reste discutée et peu de preuves scientifiques permettent aujourd'hui d'affirmer que cette augmentation du niveau de performance glycolytique est liée à ce mécanisme adaptatif (Ross et Leveritt 2001).

14Étant donné que l'activité anaérobie lactique est progressivement réduite lors de la répétition de sprints courts (Gaitanos et al. 1993), la stratégie la plus couramment adoptée pour développer les capacités glycolytiques consiste à répéter des sprints longs de 20 s à 2 min entrecoupés de périodes de récupération (Putman et al. 1995 ; Dawson et al. 1998 ; MacDougall et al. 1998). Sur le plan métabolique, l'objectif de ce type de séance est d'accroître les capacités anaérobies de l'athlète en améliorant la capacité musculaire à lutter contre l'accumulation des métabolites (H+, Pi, ADP notamment) et à tolérer celle-ci lors d'exercices supra-maximaux prolongés. La récupération inter-exercice est généralement active et longue si le temps de travail global à haute intensité est long (plus de 2 min), afin de permettre à l'athlète d'atteindre et de maintenir une intensité quasi maximale tout au long de la série. La récupération active permet un retour plus précoce à l'état d'homéostasie en accélérant la clairance des métabolites. Si le nombre de répétitions est modéré (temps de travail global effectif inférieur à 2 min), la récupération peut être réduite mais cela engendre alors une détérioration plus précoce de la performance (Roberts et al. 1982 ; Dupont et al. 2007). Lors de ce type de séance, une récupération active permet d'accélérer le retour à l'état d'homéostasie, de réduire le déficit en oxygène accumulé en début d'exercice (Dupont et al. 2007) et donc de solliciter davantage le métabolisme aérobie. Une récupération passive permet une meilleure resynthèse de la PCr, une meilleure ré-oxygénation de l'hémoglobine et de la myoglobine ainsi qu'un déficit de début d'exercice plus important, propice à une plus grande sollicitation anaérobie lors de chaque sprint (Dupont et al. 2007).

1.2 Modalités de récupération et développement des qualités aérobies

15La V̇O2max est le plus haut niveau de consommation d'oxygène qu'un individu peut atteindre lorsqu'il réalise un exercice au niveau de la mer. Ce paramètre est identifié comme un facteur déterminant de la performance dans les activités d'endurance, de sorte qu'une haute valeur de la V̇O2max est indispensable pour atteindre un haut niveau de performance dans les sports à dominante aérobie (Joyner et Coyle 2008). De nombreuses recherches scientifiques ont étudié les méthodes qui permettent de solliciter et de maintenir un haut pourcentage de la V̇O2max le plus longtemps possible (Billat 2001a, b ; Laursen et Jenkins 2002). Les résultats de ces études ont mis en évidence que les exercices intermittents d'une intensité sollicitant plus de 90 % de la V̇O2max permettent d'améliorer le niveau de performance aérobie chez des athlètes déjà entraînés.

16Le travail intermittent consiste ainsi à alterner des périodes d'exercices de haute intensité avec des périodes de récupération passive ou active. L'introduction de périodes de récupération entre chaque période d'exercices intenses permet aux athlètes de maintenir l'intensité de l'exercice plus longuement que lorsque celui-ci est réalisé en continu jusqu'à épuisement. La durée et la modalité de récupération (active ou passive) influencent significativement la réponse bioénergétique lors d'une séance de travail intermittent. De nombreux entraîneurs ou chercheurs préconisent une récupération active entre les répétitions d'efforts brefs et intenses afin de maintenir la consommation d'oxygène à une valeur élevée, de favoriser le retour à l'état d'homéostasie (élimination des ions lactate et des protons), et de maintenir ainsi plus longtemps l'exercice.

17Cette hypothèse est effectivement validée lorsque la période de récupération atteint 30 s ou plus (Dorado et al. 2004 ; Thevenet et al. 2007). Par exemple, Dorado et al. (2004) ont comparé l'influence de la modalité de récupération (pédalage à 20 % de la V̇O2max, stretching, récupération passive) séparant quatre exercices entrecoupés de 5 min de récupération, consistant à maintenir le plus longtemps possible 110 % de la puissance maximale atteinte lors d'un test maximal incrémenté. Les résultats ont révélé que le temps de maintien global et la contribution aérobie étaient respectivement augmentés de 3-4 % et 6-8 %, dans la condition active par rapport aux deux autres modalités testées. Cette différence était associée à une cinétique de la V̇O2 plus rapide et une valeur pic de la V̇O2 plus élevée pour la récupération active, tandis qu'aucune différence quant à l'énergie anaérobie fournie n'était constatée entre les trois conditions.

18En revanche, lorsque la récupération est courte (5 à 15 s), une récupération passive entre des exercices de haute intensité permet d'atteindre un temps de travail à des valeurs proches de la V̇O2max (plus de 90 % de la V̇O2max) similaire à celui atteint via une récupération active (Dupont et Berthoin 2004). Ces auteurs ont en effet montré que lors d'une série alternant des périodes de course de 15 s à 120 % de la vitesse maximale aérobie (VMA) avec des phases de récupération de 15 s, le plus faible pourcentage de temps passé proche de la V̇O2max avec une récupération passive est compensé par un temps limite d'exercice plus long (43 % du temps écoulé > 90 % de la V̇O2max durant 745 s versus 64 % durant 445 s, pour des modalités de récupération passive et active, respectivement). Le choix d'une récupération passive lors d'un travail intermittent « court-court » ciblant le développement des qualités aérobies (de type 15 s – 15 s) semble donc plus approprié. En effet, les nombreux changements d'allure propres à ce type de travail sont associés à des variations plus importantes de l'extraction périphérique de l'oxygène, étant donné que le temps relatif d'exercice durant lequel le débit cardiaque s'ajuste à l'intensité du travail est plus long.

2. La récupération active dans le cadre d'une répétition de performances

19Dans de nombreuses activités sportives, l'organisation des compétitions oblige les athlètes à reproduire des performances dans une période de temps limité. En judo et en natation par exemple, les compétiteurs doivent ainsi souvent réitérer plusieurs performances maximales au cours d'une même journée, avec un temps de récupération parfois inférieur à 30 min. Dans d'autres disciplines, les tournois ou les manches qualificatives se tiennent au contraire sur des périodes plus longues pouvant atteindre plusieurs semaines, durant lesquelles s'intercalent journées de compétition et phases de récupération. Ainsi, le vainqueur d'un tournoi du Grand Chelem en tennis doit remporter sept victoires pouvant se jouer chacune au meilleur des cinq sets en deux semaines, tandis que les meilleures équipes de la coupe du monde de football disputent environ deux matchs par semaine en un mois. Logiquement, la récupération joue alors un rôle essentiel, d'autant plus que les rencontres les plus difficiles ont généralement lieu vers la fin de ces compétitions. Si la récupération active est souvent réalisée par les joueurs à l'issue des rencontres et le lendemain de celles-ci, la littérature scientifique n'en valide pas l'intérêt.

2.1 Effets sur le retour au niveau de performance de référence

20De nombreux chercheurs ont étudié l'influence de la modalité de récupération (active ou passive) sur la capacité de l'athlète à réitérer une performance maximale. Leurs résultats ont généralement mis en évidence un effet positif de la récupération active sur le maintien du niveau de performance, mais bon nombre des protocoles employés ne reproduisaient pas les conditions de la pratique sportive en compétition. Les résultats issus d'études récentes, davantage en lien avec le contexte réel d'expression de la performance à haut niveau, sont présentés au tableau 4.1.

21De l'ensemble de ces travaux, il ressort que les bénéfices de la récupération active semblent principalement dépendants du délai qui s'intercale entre les deux performances à reproduire et du type d'exercice.

22Comme le révèle le tableau 4.1, la récupération active semble généralement avoir un impact positif sur le maintien du niveau de performance lorsque le sportif doit reproduire une performance dans un délai relativement court (entre 10 et 20 min) [Thiriet et al. 1993 ; Franchini et al. 2003, 2009 ; Greenwood et al. 2008 ; Heyman et al. 2009] mais ne semble pas apporter de bénéfices significatifs lorsque les épreuves sont séparées de plusieurs heures, voire de plusieurs jours (Lane et Wenger 2004 ; Tessitore et al. 2007 ; King et Duffield 2009).

23Phénomène intéressant, Heyman et al. (2009) ont montré qu'une récupération active, mobilisant d'importantes masses musculaires, favorise le maintien du niveau de performance, y compris lors de tâches n'impliquant pas les mêmes groupes musculaires (i. e. pédalage des membres inférieurs pour des grimpeurs, principalement confrontés aux effets néfastes de la répétition de contractions isométriques qui provoquent des ischémies temporaires au niveau des muscles de l'avant-bras). Green et al. (2002) ont montré, en effet, que pédaler avec les membres inférieurs implique une augmentation du débit sanguin local au niveau des membres supérieurs. Ce résultat est particulièrement intéressant pour les activités sportives qui imposent le maintien de saisies intenses prolongées comme, par exemple, l'escalade, mais aussi le judo (à travers le kumi-kata), ou encore la planche à voile.

24De même, les résultats rapportés dans le tableau 4.1 révèlent un impact positif de la récupération active pour des exercices associés à une forte contribution anaérobie (Thiriet et al. 1993 ; Franchini et al. 2003, 2009 ; Greenwood et al. 2008 ; Heyman et al. 2009), lors desquels la fatigue est associée à l'accumulation des métabolites aux niveaux musculaire et sanguin (Knicker et al. 2011). L'intérêt de la récupération active, lorsqu'elle est planifiée entre deux exercices de ce type séparés d'un délai court (entre 10 et 20 min), est qu'elle accélère le retour à l'état d'homéostasie.

2.2 Récupération active et retour à l'état d'homéostasie

25Une large majorité des études appréhendant les effets de la récupération active sur la cinétique du retour à l'état d'homéostasie et sur la réduction de la fatigue musculaire s'est focalisée sur la cinétique de clairance du lactate. Toutes ont montré, de manière assez unanime, qu'une récupération active permet de revenir plus rapidement aux valeurs de repos de la lactatémie par rapport à une récupération passive (Gisolfi et al. 1966 ; Hermansen et Stensvold 1972 ; Belcastro et Bonen 1975 ; Stamford et al. 1981 ; Choi et al. 1994 ; Ahmaidi et al. 1996 ; Taoutaou et al. 1996 ; Watts et al. 2000 ; Greenwood et al. 2008). Le maintien d'une activité sous-maximale, après un exercice ayant engendré une augmentation significative de la lactatémie, favorise en effet l'oxydation du lactate, principalement par les fibres musculaires actives (Bangsbo et al. 1994), de sorte que la lactatémie retrouve plus vite ses valeurs de repos qu'en condition passive.

26De nombreuses recherches ont par ailleurs tenté d'identifier l'intensité optimale de la récupération active en étudiant la cinétique de la lactatémie post-exercice. Toutefois, celles ayant étudié l’influence de l'intensité de travail lors de la récupération active ont rapporté des résultats hétérogènes concernant l'identification de l'intensité optimale de la récupération puisque celle-ci était comprise dans un intervalle de 25 à 63 % de la V̇O2max, selon les études (Hermansen et Stensvold 1972 ; Bonen et Belcastro 1976 ; Boileau et al. 1983 ; Dodd et al. 1984). Cependant, l'intensité optimale de la récupération identifiée était exprimée en fonction de la capacité maximale des athlètes à consommer l'oxygène, alors que la production de lactate présente une évolution non linéaire par rapport à l'intensité d'exercice. Des travaux plus récents exprimant l'intensité d'exercice en fonction de paramètres sous-maximaux ont révélé des résultats plus homogènes et identifié le seuil anaérobie comme l'intensité à laquelle la clairance du lactate est la plus efficace (Baldari et al. 2004, 2005 ; Greenwood et al. 2008 ; Menzies et al. 2010). Point intéressant, Menzies et al. (2010) ont par ailleurs montré que l'intensité de récupération à laquelle se placent spontanément des sportifs entraînés est proche de cette intensité cible.

27Plusieurs études ont prolongé ces résultats en montrant que la récupération active permet également un retour plus précoce du pH à sa valeur de repos par rapport à une récupération passive (Yoshida et al. 1996 ; Fairchild et al. 2003). La récupération active permettrait en effet de réduire à court terme les effets de l'acidose induite par l'exercice, tant au niveau périphérique que central, ce qui préserverait le fonctionnement du système neuromusculaire lors d'une épreuve subséquente. Takahashi et Miyamoto (1998) ont montré que la précipitation de ce retour à l'état d'homéostasie pourrait être reliée à une amélioration du retour veineux par la récupération active. Sachant que le transport des ions lactate du milieu intramusculaire vers le milieu circulant repose sur un cotransport avec les ions H+, le maintien d'un débit sanguin local élevé lors de la récupération active permettrait ainsi de revenir plus rapidement à un état d'homéostasie au niveau musculaire au cours de la phase post-exercice.

28À notre connaissance, seule l'étude menée par Yoshida et al. (1996) a investigué l'influence du maintien d'une intensité d'exercice sous-maximale après un exercice à dominante anaérobie sur l'évolution de la concentration intracellulaire du phosphate inorganique (Pi), qui perturbe les mécanismes de la contraction musculaire (Allen et al. 2008). Nous retiendrons que les auteurs ont étudié, de manière conjointe, l'évolution des valeurs pics des concentrations musculaires en protons (H+) et en Pi au cours de l'exercice et de la récupération. En effet, plusieurs études ont montré qu'il existe deux pics du Pi à l'exercice, reliés à la cinétique du pH (Laurent et al. 1992 ; Mizuno et al. 1994) : un premier pic lors de la phase d'exercice et un second pic lors de la phase de récupération. Le premier pic, constaté lors de la phase d'exercice, est dû à la déplétion très importante du stock de phosphocréatine (PCr) en début d'exercice. Lors de la récupération passive, un second pic intervient et les stocks de PCr sont à nouveau dépiétés pour resynthétiser l'ATP dont la cellule a besoin pour assurer son retour à l'état d'homéostasie, car le pH restant bas, l'activité glycolytique demeure alors limitée. À cet égard, l'étude de Yoshida et al. (1996) met en exergue que ce phénomène peut être très significativement atténué grâce à une récupération active. En effet, celle-ci assure un meilleur approvisionnement musculaire en oxygène, ce qui favorise un retour plus rapide du pH à sa valeur de repos. Ceci réactiverait ainsi la voie glycolytique et limiterait, en retour, l'accumulation de Pi au cours de la période de récupération. Cette hypothèse confirmerait les bénéfices de la récupération active sur l'élimination des métabolites post-exercice, via le maintien d'un débit sanguin local suffisant.

Tableau 4.1. Tableau synoptique reprenant les résultats d'exemples d'études ayant comparé les effets sur la performance d'une récupération active par rapport à une récupération passive. Les études répertoriées ont été classées en fonction du délais de récupération séparant les deux tests de performance et lors duquel la modalité de récupération a été placée.

Tableau 4.1. Tableau synoptique reprenant les résultats d'exemples d'études ayant comparé les effets sur la performance d'une récupération active par rapport à une récupération passive. Les études répertoriées ont été classées en fonction du délais de récupération séparant les deux tests de performance et lors duquel la modalité de récupération a été placée.

2.3 Effets de la récupération active sur l'activité hormonale et la réplétion du stock de glycogène musculaire

Figure 4.4. Glycogène musculaire lors d'une récupération active et d'une récupération passive. Les résultats sont exprimés en moyennes et écarts types (n = 8).

Figure 4.4. Glycogène musculaire lors d'une récupération active et d'une récupération passive. Les résultats sont exprimés en moyennes et écarts types (n = 8).

* : différence significative par rapport aux résultats de « pré-exercice » (p < 0,05) ;
** : différence significative par rapport aux résultats à 0 min de récupération (p < 0,05).
D'après Fairchild et al. (2003), avec l'autorisation de Medicine & Science in Sport & Exercise.

29Une autre considération importante, pourtant peu prise en compte lors de la planification de la récupération post-exercice concerne l'influence de la modalité de récupération sur la resynthèse musculaire du glycogène. Plusieurs travaux ont montré que la récupération passive permet une resynthèse plus rapide (Bonen et al. 1985 ; Choi et al. 1994 ; Fairchild et al. 2003) [Fig. 4.4], tandis que d'autres n'ont révélé aucune différence significative en comparant récupération active et récupération passive (Peters Futre et al. 1987 ; Bangsbo et al. 1994 ; McAinch et al. 2004). Cependant, pour deux de ces études, l'absence de différence significative quant à la réplétion du stock intramusculaire de glycogène, après une récupération passive ou active, était probablement due à la trop courte durée de la récupération (10 min pour Bangsbo et al. 1994, et 15 min pour McAinch et al. 2004) pour espérer une resynthèse effective. Bonen et al. (1985) ont par ailleurs montré que la resynthèse glycogénique est plus faible, y compris lorsque les athlètes mettent en place des stratégies nutritionnelles destinées à maximiser ce mécanisme de récupération (1,2 g.kg-1 immédiatement après l'exercice puis 1,2 g.kg-1.h-1 au cours des 4-6 h suivantes). Dans les autres études, aucun apport de carbohydrates n'était proposé aux athlètes.

30Sur le plan énergétique, la récupération active peut donc potentiellement constituer un inconvénient pour les sportifs qui s'entraînent pluri-quotidiennement ou pour lesquels les compétitions consistent en une répétition d'épreuves au cours d'une même journée. La mobilisation répétée des réserves glycogéniques couplée à l'augmentation du métabolisme basal due au stress de la compétition est en effet susceptible de dépléter significativement ces réserves et de dégrader la performance du sportif. La meilleure stratégie semble alors être de programmer la récupération active lorsque l'intervalle de temps entre deux épreuves est inférieur à 30 min et d'exploiter les périodes plus longues pour privilégier la récupération nutritionnelle via une boisson de récupération (cf. chapitre 8. La nutrition). De prochaines études devront montrer si la consommation de glucides rapidement assimilables lors de la récupération active est susceptible de contrebalancer l'effet négatif de la récupération active sur la réplétion des réserves de glycogène au niveau des fibres oxydatives.

3. Récupérer après une performance ponctuelle : rester actif ?

31Une dernière technique de récupération active communément employée consiste à maintenir une activité de faible intensité immédiatement après le cœur de la séance d'entraînement ou de la compétition voire dans les jours qui suivent. Cette stratégie de récupération, généralement considérée comme une phase de retour au calme lors de laquelle l'intensité d'exercice est progressivement abaissée, repose sur l'emploi d'une activité de locomotion (course, pédalage, nage) à une intensité modérée pour une durée qui oscille habituellement entre 10 et 30 min. À notre connaissance, très peu d'études en ont cependant mesuré l'intérêt, alors qu'il s'agit pourtant d'une stratégie très couramment employée par les athlètes et préconisée par la plupart des entraîneurs, afin de favoriser la récupération sur le plan métabolique (retour à l'état de repos), d'accélérer la récupération musculaire (réduction de la sévérité des courbatures) ou encore de favoriser la sortie de la séance sur le plan psychologique.

3.1 Aspects énergétiques

32Sur le plan métabolique, la récupération active accélère l'élimination des métabolites et le retour à l'état d'homéostasie aux niveaux musculaire et sanguin lorsqu'elle suit un exercice de haute intensité (Gisolfi et al. 1966 ; Hermansen et Stensvold 1972 ; Belcastro et Bonen 1975 ; Stamford et al. 1981 ; Choi et al. 1994 ; Ahmaidi et al. 1996 ; Taoutaou et al. 1996 ; Watts et al. 2000 ; Greenwood et al. 2008). Considérant que les perturbations biochimiques engendrées par l'exercice activent les afférences métabosensibles III et IV et augmentent de la sorte la pénibilité de l'exercice (Gandevia 2001), il apparaît cohérent que la récupération active favorise un meilleur ressenti à l'issue de la séance d'entraînement par rapport au repos. Cette hypothèse est confortée par de nombreuses études qui révèlent une meilleure perception de la récupération lorsque celle-ci est réalisée de manière active plutôt que passive (Suzuki et al. 2004). Ce bénéfice à plus long terme semble cependant questionnable, étant donné qu'un retour des concentrations musculaire et hématologique aux valeurs basales est généralement constaté moins d'une heure après l'arrêt de l'exercice, y compris lorsque la récupération est réalisée passivement (Baldari et al. 2004, 2005).

3.2 Récupération des dommages musculaires

33L'autre principal avantage fréquemment attribué à la récupération active concerne la récupération des dommages musculaires. Celle-ci favoriserait en effet une augmentation du débit sanguin local, ce qui faciliterait l'élimination des débris musculaires, stimulerait le transport des nutriments au niveau des tissus endommagés et accélérerait ainsi les processus de régénération musculaire (Hedrick 1999 ; Ballantyne 2000 ; Mitchell-Taverner 2005). Les résultats issus de la littérature scientifique sur cette question ne permettent pourtant pas à ce jour de confirmer cette hypothèse. Certaines études ont en effet rapporté un effet positif de la récupération active sur la réduction des dommages musculaires (Gill et al. 2006), mais d'autres une absence d'effet (Martin et al. 2004 ; Andersson et al. 2008), voire un effet aggravant (Sherman et al. 1984). Gill et al. (2006) ont ainsi montré qu'une récupération active (i. e. 7 min de pédalage à 150 W) planifiée immédiatement après un match de rugby permettait de réduire significativement la concentration de créatine kinase (mesurée au niveau de l'avant-bras par un prélèvement transdermal) chez des joueurs professionnels. Toutefois, cette technique de mesure n'a pas encore été validée et une étude menée par Suzuki et al. (2004) n'avait précédemment révélé aucun effet significatif de la récupération active réalisée immédiatement après un match de rugby sur l'évolution des dommages musculaires jusqu'à 48 h après la rencontre. Aussi, Martin et al. (2004) ont comparé l'effet de 30 min de course à 50 % de la V̇O2max par rapport à une récupération passive, pendant quatre jours consécutifs à un travail excentrique intense ayant engendré des dommages musculaires importants. Leurs résultats n'ont révélé aucun effet de la modalité de récupération sur l'évolution de la capacité de force maximale volontaire ou imposée par électromyostimulation. De même, Andersson et al. (2008) n'ont pas constaté d'effet significatif d'une récupération active réalisée 24 h et 48 h après une rencontre de football par des joueuses de niveau international, tant au niveau des douleurs musculaires ressenties que des marqueurs biochimiques des dommages musculaires (créatine kinase, urée, acide urique). Récemment, King et Duffield (2009) ont confirmé ce résultat en montrant que la perception des douleurs musculaires était similaire chez des joueurs de netball, 24 h après, qu'ils aient réalisé ou non une course de 20 min à faible intensité (40 % de v V̇O2max) après un match simulé. Ces valeurs étaient en revanche supérieures à celles mesurées lorsque la récupération consistait en une immersion en eau froide ou en alternant chaud et froid.

Figure 4.5. Évolution de la capacité de travail du membre inférieur après un marathon : effet d'une récupération active par rapport à une récupération passive.

Figure 4.5. Évolution de la capacité de travail du membre inférieur après un marathon : effet d'une récupération active par rapport à une récupération passive.

* : significativement différent de la valeur avant le marathon ;
** : significativement différent de la condition « récupération passive ».
D'après Sherman et al. (1984), avec l'autorisation du Journal of Applied Physiology.

34Enfin, une étude de Sherman et al. (1984) a montré que le maintien de courses de 20 à 40 min réalisées à faible intensité (50 % de la V̇O2max) avait retardé le retour de la capacité de travail des membres inférieurs à leur valeur de référence après un marathon (Fig. 4.5). Une différence significative a ainsi été rapportée jusqu'à une semaine après la course en comparant le groupe des coureurs ayant poursuivi son entraînement après la compétition avec un groupe témoin ayant respecté une récupération passive durant la même période.

35Il semble ressortir de ces résultats que la récupération active ne favorise pas la réduction des dommages musculaires engendrés par les contraintes mécaniques et/ou le stress oxydatif lié à l'exercice (Barnett 2006). Il apparaît même préférable d'éviter la course à pied après les exercices engendrant des dommages musculaires importants au niveau des membres inférieurs, étant donné que ce mode de locomotion est susceptible d'accentuer le délai de régénération musculaire (Sherman et al. 1984). Les activités portées comme le cyclisme, la nage et l'aquajogging constituent, dans cette perspective, des modalités d'exercice plus adaptées.

3.3 Récupération active et réponse immunitaire

36De manière plus inattendue, des travaux ont révélé un effet positif de la récupération active après une séance d'entraînement intense sur l'évolution des défenses immunitaires après l'exercice (Wigernaes et al. 2000, 2001). Ces derniers ont montré que le maintien d'une faible activité aérobie en fin de séance (15 min à 50 % de la V̇O2max) permet de limiter la diminution du nombre de globules blancs, alors que l'on observe classiquement une baisse de ceux-ci associée à une réduction des défenses immunitaires après un exercice intense. Ces résultats suggèrent que la récupération active pourrait potentiellement limiter les risques d'infection chez le sportif, notamment dans les périodes où la charge d'entraînement est élevée (les risques d'infection y sont alors significativement accrus). D'autres études devront confirmer cette hypothèse et renforcer notre compréhension de la relation entre immunité et récupération active.

3.4 Parle-t-on de récupération ou d'entraînement ?

37Les bénéfices attendus de la récupération active placée en fin de séance ou le lendemain ne semblent pas confirmés par la littérature scientifique. Il s'agit pourtant d'une stratégie largement employée par les entraîneurs et les athlètes. De notre point de vue, l'ensemble de ces données expérimentales tend à montrer que le maintien d'une activité sous-maximale, le lendemain d'une compétition ou d'un entraînement très intense, constituerait finalement plus une solution pour continuer à s'entraîner sans accroître l'état de fatigue qu'un véritable moyen d'accélérer les processus de récupération. Seiler et al. (2007) ont en effet montré que chez des athlètes très entraînés en endurance, la réalisation d'un exercice de faible intensité (60 % de la V̇O2max) ne perturbe pas l'activité du système nerveux autonome, y compris lorsque sa durée est de plusieurs heures. De récents travaux suggèrent dans le même temps que le travail de faible intensité constitue un stimulus suffisant pour favoriser l'expression du phénotype aérobie en activant l'expression génétique des facteurs musculaires de la performance en endurance (biogénèse mitochondriale, capillarisation, augmentation de l'activité oxydative, etc.) [Coffey et Hawley 2007 ; Laursen 2010]. De futures investigations devront enrichir notre compréhension de ces mécanismes adaptatifs pour permettre de mieux appréhender les réponses physiologiques chroniques associées au travail de faible intensité dont font partie intégrante les techniques de récupération active. Parle-t-on donc finalement de récupération active ou de poursuite de l'entraînement ? La question reste posée.

Figure 4.6. Modélisation simplifiée des voies de signalisation de l'adénosine monophosphate kinase (AMPK) et du calcium-calmoduline kinase (CaMK), ainsi que de leur cible commune (PGC-1α). Cette « commande principale » est connue pour être impliquée dans la promotion du développement du phénotype musculaire aérobie. L'entraînement à intensité élevée serait plus susceptible de signaler la voie de l'AMPK, alors que l'entraînement à volume élevé opérerait plutôt à travers la voie de la CaMK. ATP : adénosine triphosphate ; AMP : adénosine monophosphate ; GLUT4 : transporteur de glucose 4 ; [Ca2+] : concentration intramusculaire en calcium ; PGC-la : régulateur clé du métabolisme énergétique cellulaire.

Figure 4.6. Modélisation simplifiée des voies de signalisation de l'adénosine monophosphate kinase (AMPK) et du calcium-calmoduline kinase (CaMK), ainsi que de leur cible commune (PGC-1α). Cette « commande principale » est connue pour être impliquée dans la promotion du développement du phénotype musculaire aérobie. L'entraînement à intensité élevée serait plus susceptible de signaler la voie de l'AMPK, alors que l'entraînement à volume élevé opérerait plutôt à travers la voie de la CaMK. ATP : adénosine triphosphate ; AMP : adénosine monophosphate ; GLUT4 : transporteur de glucose 4 ; [Ca2+] : concentration intramusculaire en calcium ; PGC-la : régulateur clé du métabolisme énergétique cellulaire.

Bibliographie

Bibliographie

Abernethy PJ, Thayer R, Taylor AW (1990) Acute and chronic responses of skeletal muscle to endurance and sprint exercise. A review. Sports Med 10:365-389.

Ahmaidi S, Granier P, Taoutaou Z, Mercier J, Dubouchaud H, Prefaut C (1996) Effects of active recovery on plasma lactate and anaerobic power following repeated intensive exercise. Med Sci Sports Exerc 28:450-456.

Allemeier CA, Fry AC, Johnson P, Hikida RS, Hagerman FC, Staron RS (1994) Effects of sprint cycle training on human skeletal muscle. J Appl Physiol 77:2385-2390.

Allen DG, Lamb GD, Westerblad H (2008) Skeletal muscle fatigue: cellular mechanisms. Physiol Rev 88:287-332.

Andersson H, Raastad T, Nilsson J, Paulsen G, Garthe I, Kadi F (2008) Neuromuscular fatigue and recovery in elite female soccer: effects of active recovery. Med Sci Sports Exerc 40:372-380.

Baldari C, Videira M, Madeira F, Sergio J, Guidetti L (2004) Lactate removal during active recovery related to the individual anaerobic and ventilatory thresholds in soccer players. Eur J Appl Physiol 93:224-230.

Baldari C, Videira M, Madeira F, Sergio J, Guidetti L (2005) Blood lactate removal during recovery at various intensities below the individual anaerobic threshold in triathletes. J Sports Med Phys Fitness 45:460-466.

Ballantyne C (2000) An off-season preparatory program for women lacrosse athletes. Strength Cond J 22:42-47.

Balsom PD, Seger JY, Sjodin B, Ekblom B (1992a) Maximal-intensity intermittent exercise: effect of recovery duration. Int J Sports Med 13:528-533.

Balsom PD, Seger JY, Sjodin B, Ekblom B (1992b) Physiological responses to maximal intensity intermittent exercise. Eur J Appl Physiol Occup Physiol 65:144-149.

Bangsbo J, Graham T, Johansen L, Saltin B (1994) Muscle lactate metabolism in recovery from intense exhaustive exercise: impact of light exercise. J Appl Physiol 77:1890-1895.

Bangsbo J, Norregaard L, Thorso F (1991) Activity profile of competition soccer. Can J Sport Sci 16:110-116.

Barnett A (2006) Using recovery modalities between training sessions in elite athletes: does it help? Sports Med 36:781-796.

Belcastro AN, Bonen A (1975) Lactic acid removal rates during controlled and uncontrolled recovery exercise. J Appl Physiol 39:932-936.

Billat LV (2001a) Interval training for performance: a scientific and empirical practice. Special recommendations for middle-and long-distance running. Part I: aerobic interval training. Sports Med 31:13-31.

Billat LV (2001b) Interval training for performance: a scientific and empirical practice. Special recommendations for middle-and long-distance running. Part II: anaerobic interval training. Sports Med 31:75-90.

Bishop D, Spencer M (2004) Determinants of repeated-sprint ability in well-trained team-sport athletes and endurance-trained athletes. J Sports Med Phys Fitness 44:1-7.

Boileau RA, Misner JE, Dykstra GL, Spitzer TA (1983) Blood lactic acid removal during treadmill and bicycle exercise at various intensities. J Sports Med Phys Fitness 23:159-167.

Bonen A, Belcastro AN (1976) Comparison of self-selected recovery methods on lactic acid removal rates. Med Sci Sports 8:176-178.

Bonen A, Ness GW, Belcastro AN, Kirby RL (1985) Mild exercise impedes glycogen repletion in muscle. J Appl Physiol 58:1622-1629.

Buchheit M, Mendez-Villanueva A, Delhomel G, Brughelli M, Ahmaidi S (2010) Improving repeated sprint ability in young elite soccer players: repeated shuttle sprints vs. explosive strength training. J Strength Cond Res 24:2715-2722.

Buchheit M, Ufland P (2011) Effect of endurance training on performance and muscle reoxygenation rate during repeated-sprint running. Eur J Appl Physiol 111:293-301.

Cadefau J, Casademont J, Grau JM, Fernandez J, Balaguer A, Vernet M, Cusso R, Urbano-Marquez A (1990) Biochemical and histochemical adaptation to sprint training in young athletes. Acta Physiol Scand 140:341-351.

Carling C, Bloomfield J, Nelsen L, Reilly T (2008) The role of motion analysis in elite soccer: contemporary performance measurement techniques and work rate data. Sports Med 38:839-862.

Choi D, Cole KJ, Goodpaster BH, Fink WJ, Costill DL (1994) Effect of passive and active recovery on the resynthesis of muscle glycogen. Med Sci Sports Exerc 26:992-996.

Coffey V, Leveritt M, Gill N (2004) Effect of recovery modality on 4-hour repeated treadmill running performance and changes in physiological variables. J Sci Med Sport 7:1-10.

Coffey VG, Flawley JA (2007) The molecular bases of training adaptation. Sports Med 37:737-763.

da Silva JF, Guglielmo LG, Bishop D (2010) Relationship between different measures of aerobic fitness and repeated-sprint ability in elite soccer players. J Strength Cond Res 24:2115-2121.

Dawson B, Cutler M, Moody A, Lawrence S, Goodman C, Randall N (1995) Effects of oral creatine loading on single and repeated maximal short sprints. Aust J Sci Med Sport 27:56-61.

Dawson B, Fitzsimons M, Green S, Goodman C, Carey M, Cole K (1998) Changes in performance, muscle metabolites, enzymes and fibre types after short sprint training. Eur J Appl Physiol Occup Physiol 78:163-169.

Dawson B, Goodman C, Lawrence S, Preen D, Polglaze T, Fitzsimons M, Fournier P (1997) Muscle phosphocreatine repletion following single and repeated short sprint efforts. Scand J Med Sci Sports 7:206-213.

Dodd S, Powers SK, Callender T, Brooks E (1984) Blood lactate disappearance at various intensities of recovery exercise. J Appl Physiol 57:1462-1465.

Dorado C, Sanchis-Moysi J, Calbet JA (2004) Effects of recovery mode on performance, O2 uptake, and O2 deficit during high-intensity intermittent exercise. Can J Appl Physiol 29:227-244.

Duffield R, Dawson B, Goodman C (2004) Energy System contribution to 100-m and 200-m track running events. J Sci Med Sport 7:302-313.

Duffield R, Dawson B, Goodman C (2005) Energy System contribution to 1500-and 3000-metre track running. J Sports Sci 23:993-1002.

Dupont G, Berthoin S (2004) Time spent at a high percentage of V̇O2max for short intermittent runs: active versus passive recovery. Can J Appl Physiol 29 Suppl: S3-S16.

Dupont G, Moalla W, Guinhouya C, Ahmaidi S, Berthoin S (2004) Passive versus active recovery during high-intensity intermittent exercises. Med Sci Sports Exerc 36:302-308.

Dupont G, Moalla W, Matran R, Berthoin S (2007) Effect of short recovery intensities on the performance during two Wingate tests. Med Sci Sports Exerc 39:1170-1176.

Fairchild TJ, Armstrong AA, Rao A, Liu H, Lawrence S, Fournier PA (2003) Glycogen synthesis in muscle fibers during active recovery from intense exercise. Med Sci Sports Exerc 35:595-602.

Franchini E, de Moraes Bertuzzi RC, Takito MY, Kiss MA (2009) Effects of recovery type after a judo match on blood lactate and performance in specific and non-specific judo tasks. Eur J Appl Physiol 107:377-383.

Franchini E, Yuri Takito M, Yuzo Nakamura F, Ayumi Matsushigue K, Peduti Dal'Molin Kiss MA (2003) Effects of recovery type after a judo combat on blood lactate removal and on performance in an intermittent anaerobic task. J Sports Med Phys Fitness 43:424-431.

Gaitanos GC, Williams C, Boobis LH, Brooks S (1993) Human muscle metabolism during intermittent maximal exercise. J Appl Physiol 75:712-719.

Gandevia SC (2001) Spinal and supraspinal factors in human muscle fatigue. Physiol Rev 81:1725-1789.

Gastin PB (2001) Energy system interaction and relative contribution during maximal exercise. Sports Med 31:725-741.

Gill ND, Beaven CM, Cook C (2006) Effectiveness of post-match recovery strategies in rugby players. Br J Sports Med 40:260-263.

Gisolfi C, Robinson S, Turrell ES (1966) Effects of aerobic work performed during recovery from exhausting work. J Appl Physiol 21:1767-1772.

Glaister M (2005) Multiple sprint work: physiological responses, mechanisms of fatigue and the influence of aerobic fitness. Sports Med 35:757-777.

Glaister M (2008) Multiple-sprint work: methodological, physiological, and experimental issues. Int J Sports Physiol Perform 3:107-112.

Gray AJ, Jenkins DG (2010) Match analysis and the physiological demands of Australian football. Sports Med 40:347-360.

Green D, Cheetham C, Reed C, Dembo L, O'Driscoll G (2002) Assessment of brachial artery blood flow across the cardiac cycle: retrograde flows during cycle ergometry. J Appl Physiol 93:361-368.

Greenwood JD, Moses GE, Bernardino FM, Gaesser GA, Weltman A (2008) Intensity of exercise recovery, blood lactate disappearance, and subsequent swimming performance. J Sports Sci 26:29-34.

Harridge SD, Bottinelli R, Canepari M, Pellegrino M, Reggiani C, Esbjornsson M, Balsom PD, Saltin B (1998) Sprint training, in vitro and in vivo muscle function, and myosin heavy chain expression. J Appl Physiol 84:442-449.

Harris RC, Edwards RH, Hultman E, Nordesjo LO, Nylind B, Sahlin K (1976) The time course of phosphorylcreatine resynthesis during recovery of the quadriceps muscle in man. Pflugers Arch 367:137-142.

Haseler LJ, Hogan MC, Richardson RS (1999) Skeletal muscle phosphocreatine recovery in exercise-trained humans is dependent on O2 availability. J Appl Physiol 86:2013-2018.

Hedrick A (1999) Soccer-specific conditioning. Strength Cond J 21:17-21.

Hermansen L, Stensvold I (1972) Production and removal of lactate during exercise in man. Acta Physiol Scand 86:191-201.

Heyman E, De Geus B, Mertens I, Meeusen R (2009) Effects of four recovery methods on repeated maximal rock climbing performance. Med Sci Sports Exerc 41:1303-1310.

Hirvonen J, Nummela A, Rusko H, Rehunen S, Harkonen M (1992) Fatigue and changes of ATP, creatine phosphate, and lactate during the 400-m sprint. Can J Sport Sci 17: 141-144.

Hirvonen J, Rehunen S, Rusko H, Harkonen M (1987) Breakdown of high-energy phosphate compounds and lactate accumulation during short supramaximal exercise. Eur J Appl Physiol Occup Physiol 56:253-259.

Hultman E, Sjoholm H (1983) Energy metabolism and contraction force of human skeletal muscle in situ during electrical stimulation. J Physiol 345:525-532.

Hunter JR, O'Brien B J, Mooney MG, Berry J, Young WB, Down N (2011) Repeated Sprint Training Improves Intermittent Peak Running Speed in Team-Sport Athletes. J Strength Cond Res.

Issurin VB (2010) New horizons for the methodology and physiology of training periodization. Sports Med 40:189-206.

Jacobs I, Esbjornsson M, Sylven C, Holm I, Jansson E (1987) Sprint training effects on muscle myoglobin, enzymes, fiber types, and blood lactate. Med Sci Sports Exerc 19:368-374.

Jemni M, Sands WA, Friemel F, Delamarche P (2003) Effect of active and passive recovery on blood lactate and performance during simulated competition in high level gymnasts. Can J Appl Physiol 28:240-256.

Jones NL, McCartney N, Graham T, Spriet LL, Kowalchuk JM, Heigenhauser GJ, Sutton JR (1985) Muscle performance and metabolism in maximal isokinetic cycling at slow and fast speeds. J Appl Physiol 59:132-136.

Joyner MJ, Coyle EF (2008) Endurance exercise performance: the physiology of champions. J Physiol 586:35-44.

Juel C (1998) Muscle pH regulation: role of training. Acta Physiol Scand 162:359-366.

King M, Duffield R (2009) The effects of recovery interventions on consecutive days of intermittent sprint exercise. J Strength Cond Res 23:1795-1802.

Knicker AJ, Renshaw I, Oldham AR, Cairns SP (2011) Interactive processes link the multiple symptoms of fatigue in sport competition. Sports Med 41:307-328.

Lane KN, Wenger HA (2004) Effect of selected recovery conditions on performance of repeated bouts of intermittent cycling separated by 24 hours. J Strength Cond Res 18:855-860.

Laurent D, Authier B, Lebas JF, Rossi A (1992) Effect of prior exercise in Pi/PC ratio and intracellular pH during a standardized exercise. A study on human muscle using [31P]NMR. Acta Physiol Scand 144:31-38.

Laursen PB (2010) Training for intense exercise performance: high-intensity or high-volume training? Scand J Med Sci Sports 20 Suppl 2:1-10.

Laursen PB, Jenkins DG (2002) The scientific basis for high-intensity interval training: optimising training programmes and maximising performance in highly trained endurance athletes. Sports Med 32:53-73.

Linossier MT, Denis C, Dormois D, Geyssant A, Lacour JR (1993) Ergometric and metabolic adaptation to a 5-s sprint training programme. Eur J Appl Physiol Occup Physiol 67:408-414.

MacDougall JD, Hicks AL, MacDonald JR, McKelvie RS, Green HJ, Smith KM (1998) Muscle performance and enzymatic adaptations to sprint interval training. J Appl Physiol 84:2138-2142.

Martin V, Millet GY, Lattier G, Perrod L (2004) Effects of recovery modes after knee extensor muscles eccentric contractions. Med Sci Sports Exerc 36:1907-1915.

McAinch AJ, Febbraio MA, Parkin JM, Zhao S, Tangalakis K, Stojanovska L, Carey MF (2004) Effect of active versus passive recovery on metabolism and performance during subsequent exercise. Int J Sport Nutr Exerc Metab 14:185-196.

McKenna MJ, Schmidt TA, Hargreaves M, Cameron L, Skinner SL, Kjeldsen K (1993) Sprint training increases human skeletal muscle Na(+)-K(+)-ATPase concentration and improves K+ regulation. J Appl Physiol 75:173-180.

McMahon S, Jenkins D (2002) Factors affecting the rate of phosphocreatine resynthesis following intense exercise. Sports Med 32:761-784.

Medbo Jl, Gramvick P, Jebens E (1999) Aerobic and anaerobic energy release during 10 and 30 s bicycle sprints. Acta Kinesiol Univ Tartuensis: 122-146.

Medbo Jl, Tabata I (1993) Anaerobic energy release in working muscle during 30 s to 3 min of exhausting bicycling. J Appl Physiol 75:1654-1660.

Menzies P, Menzies C, Mclntyre L, Paterson P, Wilson J, Kemi OJ (2010) Blood lactate clearance during active recovery after an intense running bout depends on the intensity of the active recovery. J Sports Sci 28:975-982.

Mitchell-Taverner C (2005) Field hockey techniques and tactics. Human Kinetics, Champaign (IL).

Mizuno T, Takanashi Y, Yoshizaki K, Kondo M (1994) Fatigue and recovery of phosphorus metabolites and pH during stimulation of rat skeletal muscle: an evoked electromyography and in vivo 31P-nuclear magnetic resonance spectroscopy study. Eur J Appl Physiol Occup Physiol 69:102-109.

Monedero J, Donne B (2000) Effect of recovery interventions on lactate removal and subsequent performance. Int J Sports Med 21:593-597.

Nevill ME, Boobis LH, Brooks S, Williams C (1989) Effect of training on muscle metabolism during treadmill sprinting. J Appl Physiol 67:2376-2382.

Ortenblad N, Lunde PK, Levin K, Andersen JL, Pedersen PK (2000) Enhanced sarcoplasmic reticulum Ca(2+) release following intermittent sprint training. Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol 279:R152-160.

Parkhouse WS, McKenzie DC (1984) Possible contribution of skeletal muscle buffers to enhanced anaerobic performance: a brief review. Med Sci Sports Exerc 16:328-338.

Parolin ML, Chesley A, Matsos MP, Spriet LL, Jones NL, Heigenhauser GJ (1999) Regulation of skeletal muscle glycogen phosphorylase and PDH during maximal intermittent exercise. Am J Physiol 277:E890-900.

Parra J, Cadefau JA, Rodas G, Amigo N, Cusso R (2000) The distribution of rest periods affects performance and adaptations of energy metabolism induced by high-intensity training in human muscle. Acta Physiol Scand 169:157-165.

Peters Futre EM, Noakes TD, Raine RI, Terblanche SE (1987) Muscle glycogen repletion during active postexercise recovery. Am J Physiol 253:E305-311.

Putman CT, Jones NL, Lands LC, Bragg TM, Hollidge-Horvat MG, Heigenhauser GJ (1995) Skeletal muscle pyruvate dehydrogenase activity during maximal exercise in humans. Am J Physiol 269:E458-468.

Roberts AD, Billeter R, Howald H (1982) Anaerobic muscle enzyme changes after interval training. Int J Sports Med 3:18-21.

Ross A, Leveritt M (2001) Long-term metabolic and skeletal muscle adaptations to short-sprint training: implications for sprint training and tapering. Sports Med 31:1063-1082.

Seiler S, Haugen O, Kuffel E (2007) Autonomic recovery after exercise in trained athletes: intensity and duration effects. Med Sci Sports Exerc 39:1366-1373.

Sherman WM, Armstrong LE, Murray TM, Hagerman FC, Costill DL, Staron RC, Ivy JL (1984) Effect of a 42.2-km footrace and subsequent rest or exercise on muscular strength and work capacity. J Appl Physiol 57:1668-1673.

Snow RJ, McKenna MJ, Selig SE, Kemp J, Stathis CG, Zhao S (1998) Effect of creatine supplementation on sprint exercise performance and muscle metabolism. J Appl Physiol 84:1667-1673.

Spencer M, Bishop D, Dawson B, Goodman C (2005) Physiological and metabolic responses of repeated-sprint activities:specific to field-based team sports. Sports Med 35:1025-1044.

Spencer M, Bishop D, Dawson B, Goodman C, Duffield R (2006) Metabolism and performance in repeated cycle sprints: active versus passive recovery. Med Sci Sports Exerc 38:1492-1499.

Spencer M, Dawson B, Goodman C, Dascombe B, Bishop D (2008) Performance and metabolism in repeated sprint exercise: effect of recovery intensity. Eur J Appl Physiol 103:545-552.

Stamford BA, Weltman A, Moffatt R, Sady S (1981) Exercise recovery above and below anaerobic threshold following maximal work. J Appl Physiol 51:840-844.

Suzuki M, Umeda T, Nakaji S, Shimoyama T, Mashiko T, Sugawara K (2004) Effect of incorporating low intensity exercise into the recovery period after a rugby match. Br J Sports Med 38:436-440.

Takahashi T, Miyamoto Y (1998) Influence of light physical activity on cardiac responses during recovery from exercise in humans. Eur J Appl Physiol Occup Physiol 77:305-311.

Taoutaou Z, Granier P, Mercier B, Mercier J, Ahmaidi S, Prefaut C (1996) Lactate kinetics during passive and partially active recovery in endurance and sprint athletes. Eur J Appl Physiol Occup Physiol 73:465-470.

Tessitore A, Meeusen R, Cortis C, Capranica L (2007) Effects of different recovery interventions on anaerobic performances following preseason soccer training. J Strength Cond Res 21:745-750.

Tessitore A, Meeusen R, Pagano R, Benvenuti C, Tiberi M, Capranica L (2008) Effectiveness of active versus passive recovery strategies after futsal games. J Strength Cond Res 22:1402-1412.

Thevenet D, Tardieu-Berger M, Berthoin S, Prioux J (2007) Influence of recovery mode (passive vs. active) on time spent at maximal oxygen uptake during an intermittent session in young and endurance-trained athletes. Eur J Appl Physiol 99:133-142.

Thiriet P, Gozal D, Wouassi D, Oumarou T, Gelas H, Lacour JR (1993) The effect of various recovery modalities on subsequent performance, in consecutive supramaximal exercise. J Sports Med Phys Fitness 33:118-129.

Walter G, Vandenborne K, McCully KK, Leigh JS (1997) Noninvasive measurement of phosphocreatine recovery kinetics in single human muscles. Am J Physiol 272:C525-534.

Ward-Smith AJ, Radford PF (2000) Investigation of the kinetics of anaerobic metabolism by analysis of the performance of elite sprinters. J Biomech 33:997-1004.

Watts PB, Daggett M, Gallagher P, Wilkins B (2000) Metabolic response during sport rock climbing and the effects of active versus passive recovery. Int J Sports Med 21:185-190.

Wigernaes I, Hostmark AT, Kierulf P, Stromme SB (2000) Active recovery reduces the decrease in circulating white blood cells after exercise. Int J Sports Med 21:608-612.

Wigernaes I, Hostmark AT, Stromme SB, Kierulf P, Birkeland K (2001) Active recovery and post-exercise white blood cell count, free fatty acids, and hormones in endurance athletes. Eur J Appl Physiol 84:358-366.

Yoshida T (2002) The rate of phosphocreatine hydrolysis and resynthesis in exercising muscle in humans using 31P-MRS. J Physiol Anthropol Appl Human Sci 21:247-255.

Yoshida T, Watari H, Tagawa K (1996) Effects of active and passive recoveries on splitting of the inorganic phosphate peak determined by 31P-nuclear magnetic resonance spectroscopy. NMR Biomed 9:13-19.

Table des illustrations

Titre Figure 4.1. PCr resynthétisée dans le quadriceps fémoral durant la phase de récupération, à la suite d'un exercice dynamique, avec ou sans occlusion locale du sang.
Légende D'après Harris et al. (1976), avec l'autorisation de Pflügers Archiv : European Journal of Physiology.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1334/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 4.2. Pourcentages (et écarts types) de phosphocréatine (PCr) après un sprint de 4 s répété six fois (barres noires) au cours d'une récupération active ou d'une récupération passive chez neuf hommes moyennement entraînés. Les valeurs sont présentées en moyenne ± écart-type. Notez que le pourcentage de la concentration musculaire en PCr était plus bas post-exercice (32,6 ± 10,6 vs 45,3 ± 18,6 % ; p = 0,06 ; taille de l'effet = 0,8) et après 21s de récupération (54,6 ±9,6 vs 71,7 ± 14,1 % ; p = 0,06 ; taille de l'effet = 1,2) lors de la récupération active.
Légende D'après Spencer et al. (2006) avec l'autorisation de Medicine & Science in Sport & Exercise.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1334/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 4.3. Sources de resynthèse anaérobie des réserves d'ATP durant le premier et le dixième sprint d'une série de 10 x 6 s d'efforts maximaux entrecoupés de 30 s de récupération passive. Reproduit avec l'autorisation de Gaitanos et al. (1993), avec la permission du Journal of Applied Physiology.
Légende Reproduit avec l'autorisation de Gaitanos et al. avec la permission du Journal of Applied Physiology.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1334/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 4.1. Tableau synoptique reprenant les résultats d'exemples d'études ayant comparé les effets sur la performance d'une récupération active par rapport à une récupération passive. Les études répertoriées ont été classées en fonction du délais de récupération séparant les deux tests de performance et lors duquel la modalité de récupération a été placée.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1334/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Figure 4.4. Glycogène musculaire lors d'une récupération active et d'une récupération passive. Les résultats sont exprimés en moyennes et écarts types (n = 8).
Légende * : différence significative par rapport aux résultats de « pré-exercice » (p < 0,05) ;** : différence significative par rapport aux résultats à 0 min de récupération (p < 0,05).D'après Fairchild et al. (2003), avec l'autorisation de Medicine & Science in Sport & Exercise.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1334/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 4.5. Évolution de la capacité de travail du membre inférieur après un marathon : effet d'une récupération active par rapport à une récupération passive.
Légende * : significativement différent de la valeur avant le marathon ;** : significativement différent de la condition « récupération passive ».D'après Sherman et al. (1984), avec l'autorisation du Journal of Applied Physiology.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1334/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4.6. Modélisation simplifiée des voies de signalisation de l'adénosine monophosphate kinase (AMPK) et du calcium-calmoduline kinase (CaMK), ainsi que de leur cible commune (PGC-1α). Cette « commande principale » est connue pour être impliquée dans la promotion du développement du phénotype musculaire aérobie. L'entraînement à intensité élevée serait plus susceptible de signaler la voie de l'AMPK, alors que l'entraînement à volume élevé opérerait plutôt à travers la voie de la CaMK. ATP : adénosine triphosphate ; AMP : adénosine monophosphate ; GLUT4 : transporteur de glucose 4 ; [Ca2+] : concentration intramusculaire en calcium ; PGC-la : régulateur clé du métabolisme énergétique cellulaire.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1334/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© INSEP-Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search