Version classiqueVersion mobile

Améliorer sa récupération en sport

 | 
Christophe Hausswirth

Partie 1. Périodisation de la récupération

Chapitre 3. Planification de la récupération en fonction de la charge d'entraînement et de l'approche compétitive à haut niveau

Iñigo Mujika

Texte intégral

Introduction

1Les programmes d'entraînement des sportifs de haut niveau incluent généralement une phase d'entraînement caractérisée par une réduction de la charge lors des jours qui précèdent une compétition majeure. On parle alors d'affûtage. L'objectif de cette période est de diminuer la fatigue résiduelle engendrée par l'entraînement, de maximiser les adaptations physiologiques et, en conséquence, la performance (Bosquet et al. 2007). La réduction de la charge d'entraînement peut varier dans sa durée et peut être obtenue par de multiples modifications du programme d'entraînement de l'athlète, en diminuant la fréquence, le volume et/ou l'intensité des sollicitations. À cet égard, il est important de déterminer la manière dont la charge d'entraînement doit être réduite pour optimiser la récupération, afin de maintenir, voire d'améliorer, la réponse à l'entraînement et la performance sportive.

1. Affûtage et pic de performance dans les activités sportives d'endurance

2Une méta-analyse a été menée par Bosquet et al. (2007) dans le but de déterminer les effets de différentes modalités d'altération des composantes de l'entraînement lors de la période d'affûtage chez des sportifs. Ces auteurs ont fondé leur étude sur six bases de données en utilisant des termes et des stratégies clés. L'inclusion à l'étude était possible si les critères suivants étaient remplis :

  • les participants devaient concourir à des compétitions,

  • une intervention sur l'affûtage devait être répertoriée avec suffisamment de détails pour quantifier la réduction de la charge de travail,

  • des critères de performance fondés sur des données obtenues en compétition ou en entraînement devaient être appliqués plus régulièrement,

  • toutes les données nécessaires pour mesurer les effets de la taille de l'échantillon devaient être rapportées.

3Les données qui figuraient dans plusieurs études publiées ne furent utilisées qu'une fois. Vingt-sept des cent quatre-vingt-deux études potentielles ont répondu à ces critères et furent retenues pour cette analyse. La variable dépendante était la performance ; les variables indépendantes étaient l'intensité d'entraînement, le volume et la fréquence, ainsi que le modèle d'affûtage et sa durée. Les différences moyennes entre pré- et post-période d'affûtage furent calculées, ainsi que le poids engendré par l'hétérogénéité du groupe de référence pour faire émerger un effet global. Cette méta-analyse a révélé que la meilleure stratégie pour optimiser la performance est une période d'affûtage de deux semaines (effet global = 0,59 ± 0,33 ; p < 0,001), lors de laquelle le volume d'entraînement est exponentiellement abaissé de 41 à 60 % (effet global = 0,72 ± 0,36 ; p < 0,001), sans modification de l'intensité d'entraînement (effet global = 0,33 ± 0,14 ; p < 0,001) ou de la fréquence (effet global = 0,35 ± 0,17 ; p < 0,001). À travers cette méta-analyse, Bosquet et al. (2007) ont proposé un modèle potentiellement très utile aux athlètes, entraîneurs et scientifiques qui souhaitent optimiser les stratégies d'affûtage.

1.1 Entraînement pré-affûtage et modèle d'affûtage

4Des modèles mathématiques des effets de l'entraînement sur la performance ont significativement contribué à la compréhension et à l'optimisation des programmes de récupération en pré-compétition. Des simulations fondées sur les paramètres d'un modèle linéaire ont aidé à établir la durée optimale et la pertinence d'un affûtage progressif par rapport à un affûtage par paliers. Des paramètres variables dose-réponse ont été récemment utilisés pour identifier les caractéristiques d'un affûtage optimal. Une étude de modélisation sur la réduction optimale de la charge d'entraînement durant la période précompétitive a tenté de déterminer les réponses à l'affûtage d'athlètes élite en se fondant sur des simulations par ordinateur (Thomas et al. 2008). Les paramètres d'un modèle non linéaire furent dérivés des données d'entraînement et de performance de huit nageurs élite pendant deux saisons. La relation entre performances modélisées et performances réelles a été statistiquement significative pour chaque nageur (r2 = 0,56 ± 0,06 ; p < 0,01). Les simulations furent utilisées pour estimer les caractéristiques des méthodes progressives d'affûtage ou par paliers à adopter, afin d'optimiser le niveau de performance après une période d'entraînements réguliers ou après une phase de surcharge (charge supérieure de 20 % à la charge d'entraînement habituelle) au cours d'une période de vingt-huit jours. Le pic de performance ainsi obtenu fut plus élevé avec la stratégie d'affûtage par paliers qu'avec la stratégie continue (101,4 ± 1,6 % vs 101,1 ± 1,4 % du record personnel ; p < 0,01), mais la durée d'affûtage requise fut plus longue (22,4 ± 13,4 vs 16,4+ 10,3 jours ; p < 0,05). L'affûtage progressif optimal a mené à une meilleure performance seulement après la période de surcharge (101,5 ± 1,5 % ; p < 0,001). Les influences négatives et positives de l'entraînement furent utilisées comme indicateurs de la fatigue et des adaptations à l'entraînement. Durant l'affûtage optimal, l'influence négative de la fatigue était complètement supprimée, indépendamment de la période précédente d'entraînement, alors que l'influence positive était accrue uniquement après la période de surcharge. Ces simulations par ordinateur montrent que les caractéristiques d'une réduction optimale de la charge d'entraînement chez les athlètes élite dépendent de l'entraînement réalisé avant la période d'affûtage (Thomas et al. 2008).

5Des simulations par ordinateur prédisent aussi qu'une augmentation de la charge d'entraînement de 20-30 % durant les trois derniers jours de la phase d'affûtage ne compromettrait pas la réduction de la fatigue et pourrait même être bénéfique à la performance en favorisant des adaptations supplémentaires. En effet, Thomas et al. (2009) ont appliqué un modèle non linéaire des adaptations à l'entraînement pour déterminer si une période d'affûtage en deux phases pouvait être plus efficace qu'une phase d'affûtage linéaire traditionnelle. Des simulations ont été réalisées en utilisant les paramètres d'un modèle utilisé précédemment auprès de nageurs élite dans des conditions d'entraînement spécifiques à leur activité. La méthode d'affûtage linéaire et celle en deux phases furent comparées après une période de surcharge de vingt-huit jours correspondant à 120 % de la charge habituelle. L'affûtage en deux phases était réalisé de manière similaire à l'affûtage linéaire optimal, sauf au cours des trois derniers jours durant lesquels la charge était modifiée afin de maximiser la performance finale. L'affûtage linéaire optimal était ainsi caractérisé par une réduction de la charge d'entraînement de 49 ± 18 % durant 33 ± 16 jours chez ces nageurs. Les trois derniers jours avant la phase d'affûtage en deux temps étaient caractérisés par une augmentation significative de la charge d'entraînement de 29 ±4,2 % (p < 0,005). La performance maximale atteinte avec la phase d'affûtage en deux temps était supérieure de 0,01 ± 0,01 % par rapport à celle obtenue à l'issue de la période d'affûtage linéaire optimale (p < 0,001). Les influences positives et négatives de l'entraînement sur la performance furent appréciées, comme les indicateurs de l'adaptation à la charge d'entraînement et de la fatigue. L'influence négative était complètement éliminée lors des deux périodes d'affûtage, tandis que l'influence positive était légèrement accrue, uniquement lors de la période d'affûtage en deux temps. En résumé, les simulations montrent qu'une augmentation de 20-30 % de la charge d'entraînement à la fin de la période d'affûtage, comparée à une réduction prolongée de l'entraînement jusqu'à la compétition, permet des adaptations supplémentaires sans compromettre l'effacement de la fatigue (Thomas et al. 2009).

6Des facteurs environnementaux (comme les voyages transméridiens, la chaleur et l'altitude) pourraient interférer avec la préparation d'un athlète à une compétition de niveau international, mais ces interactions entre l'affûtage et ces facteurs de stress environnementaux n'ont pas été étudiées jusqu'à présent. Néanmoins, réduire la charge d'entraînement a été recommandé pour limiter les effets du décalage horaire, de sorte que cette réduction de la charge soit intégrée dans le programme de l'athlète. Ainsi, les bénéfices physiologiques obtenus avec ces adaptations au nouvel environnement transparaîtraient probablement durant la période d'affûtage pour améliorer la performance en compétition. L'affûtage en conditions chaudes avant une compétition semble compatible avec la réduction du volume d'entraînement conseillée pour s'habituer au stress thermique. De manière similaire, les camps d'entraînement en altitude requièrent habituellement une réduction initiale de la charge d'entraînement, ce qui, en soit, pourrait constituer une forme d'affûtage (Pyne et al. 2009).

1.2 Améliorations de la performance

7L'ultime et principal objectif de l'affûtage est d'optimiser la performance en compétition. La plupart des études ayant traité de cet aspect ont rapporté des améliorations significatives de la performance dans de multiples sports tels que la natation, le cyclisme, l'aviron et le triathlon. Certaines de ces études ont montré des modifications du niveau de performance en compétition, tandis que d'autres étaient fondés sur des résultats obtenus en laboratoire ou en reprenant des critères de terrain. Les gains engendrés par les stratégies d'affûtage, qui peuvent être reliés à l'augmentation des qualités de force et de puissance, à l'amélioration des fonctions neuromusculaire, hématologique et hormonale, et au statut psychologique des athlètes, sont habituellement compris entre 0,5 et 6,0 % lorsque l'on envisage une mesure de performance en compétition, mais peuvent atteindre 25 % pour des critères non reliés à la compétition.

8De plus, les améliorations de la performance associées à l'affûtage semblent être universelles (Mujika et al. 2002) : il n'existe aucune preuve d'un effet du genre sexuel concernant les adaptations physiologiques et les effets de l'affûtage sur la performance ; la durée de l'épreuve et la contribution métabolique relative à la fourniture totale en énergie ne modifient pas les bénéfices potentiels obtenus grâce à l'affûtage ; les aspects techniques et biomécaniques de la compétition ne semblent pas affecter la performance mesurée à l'issue de la période d'affûtage ; des améliorations de la performance ont été observées dans différents sports, mais aussi dans différentes épreuves pour une même discipline (comme la natation) ; enfin, les gains de performance obtenus par l'affûtage peuvent être espérés quel que soit le calibre de l'athlète. Finalement, il semble important de souligner que ces gains de performance peuvent avoir une incidence majeure sur le classement des compétiteurs : une étude des performances des nageurs lors des Jeux olympiques de Sydney (2000) rapporte que le temps différait de 1,62 ± 0,80 % entre la première et la quatrième place, et de 2,02 ± 0,81 % entre la troisième et la huitième place (en considérant toutes les courses), tandis que le gain de performance durant l'affûtage précédant les Jeux olympiques était de 2,18 ± 1,50 % (Mujika et al. 2002).

2. Aspects particuliers de l'affûtage dans les sports par équipe

9Les athlètes spécialisés dans des sports individuels atteignent généralement un pic de forme et de performance lorsqu'ils suivent un affûtage à l'issue de plusieurs mois d'entraînement intensif, en vue d'une compétition cible. Cette approche ne semble cependant pas pouvoir toujours s'appliquer, notamment pour les sports collectifs dans lesquels il s'agit davantage de « performer » à haut niveau, semaine après semaine, pour disputer la tête du championnat. La plupart des études expérimentales et les recherches d'observation répertoriées dans la littérature scientifique sur l'affûtage ont été menées sur des disciplines individuelles. Aucune étude n'a examiné directement l'affûtage dans un contexte de recherche de multiples pics de forme, de sorte qu'on ne sait pas à quelle fréquence un athlète ou une équipe peuvent espérer obtenir des bénéfices d'un affûtage efficient (Mujika 2007a ; Pyne et al. 2009). Les raisons de ce manque d'études sur l'affûtage et la recherche de pic de forme pour les sports collectifs ont été questionnées par Mujika (2007b). Tout d'abord, les déterminants physiologiques de la performance ne sont pas clairement compris dans ces activités sportives par rapport à la plupart des sports individuels. De plus, identifier les qualités physiologiques n'est pas le seul facteur de performance dans les sports collectifs. La performance est en fait un concept difficile à définir dans les sports collectifs : s'agit-il de marquer plus de points que l'adversaire ? Est-ce la capacité à maintenir un plus haut tempo de jeu lors de la durée du match ? Est-ce démontrer des habiletés et des qualités de compétiteur sous la pression ? La performance, dans les sports collectifs, est un concept relativement abstrait. Les sports collectifs sont caractérisés par un panel très diversifié d'activités d'entraînement, et la variabilité interindividuelle dans les réponses et les adaptations à l'entraînement complique l'intégration des variables d'entraînement en unités quantifiables, rendant plus difficile la mise en relation des adaptations observées et de la performance. Les longues saisons compétitives et le calendrier chargé des équipes rendent eux aussi difficile la mise en place d'études qui engendreraient des contraintes physiques supplémentaires pour des joueurs déjà surmenés. Enfin, le risque de blessure relativement élevé associé aux contacts physiques dans la plupart des activités collectives complique la mise en place de ce genre d'études longitudinales au cours de la saison compétitive (Mujika 2007b).

2.1 Affûtage et pic de performance pour une compétition sous la forme de championnat

10La plupart des entraîneurs comprennent qu'avoir une équipe « au top » de son niveau athlétique pendant toute la durée d'une saison de compétition n'est simplement pas possible. Toutefois, il est important de prescrire des programmes de préparation physique « périodisés » durant la pré-saison pour s'assurer du fait que les joueurs disposent de qualités physiques optimales au début de la période de compétition. Coutts et al. (2007) ont examiné l'influence d'un état de surmenage volontaire suivi d'une phase d'affûtage lors de la pré-saison sur la force musculaire, la puissance, l'endurance et certaines réponses biochimiques chez des joueurs de rugby en ligue semi-professionnelle. Ces sportifs réalisaient six semaines de surcharge progressive avec des périodes de récupération limitées, avant de suivre un affûtage progressif pendant sept jours. À la suite de cette période de surcharge, la performance lors d'un test de course incrémentée était réduite significativement (-12,3 %) et la plupart des performances en force, puissance et vitesse ont tendu à décroître (entre -13,8 % et -3,7 %). Des changements significatifs ont aussi été observés sur certains marqueurs biochimiques comme le ratio plasmatique testostérone/cortisol, la créatine kinase, le glutamate et le ratio glutamine/glutamate (p < 0,05). À la suite de l'affûtage, des augmentations significatives du couple de force et du travail isocinétique des ischio-jambiers furent observées, ainsi qu'une amélioration des performances lors des tests de course incrémentée, de saut vertical, de squat en 3-RM, de développé-coucher en 3-RM, de tractions et de sprint sur 10 m. Tous les marqueurs biochimiques ont tendu à retrouver leur valeur de base. Les auteurs ont conclu que les qualités de force, de puissance et d'endurance étaient réduites après la période de surcharge d'entraînement, indiquant ainsi un état de surmenage. L'explication la plus probable de cette baisse de performance était la réduction des dommages musculaires visibles à travers la balance anabolisme/catabolisme. Toutefois, il était montré qu'un affûtage progressif pourrait engendrer une supercompensation des qualités musculaires de force, de puissance et d'endurance, reliée à un anabolisme accru et à une baisse des dommages musculaires (Coutts et al. 2007).

11La capacité à répéter des sprints, qui est une aptitude de base pour de nombreux sports collectifs, peut aussi être améliorée par des sessions d'entraînement et d'affûtage « périodisées ». Bishop et Edge (2005) ont investigué les effets d'un affûtage exponentiel pendant dix jours, faisant suite à six semaines d'entraînement intensif, sur la performance lors de sprints répétés chez des joueuses de sport collectif de loisir. La capacité des sujets à répéter des sprints (5 x 5 s de sprints à allure maximale chaque 30 s) a été testée avant et après la période d'affûtage. Les dix jours d'affûtage se sont accompagnés d'une augmentation non significative aussi bien du travail total (4,4 % ; p = 0,16) que de la puissance pic (3,2 % ; p = 0,18), et d'une réduction significative de la baisse de la capacité de travail au cours de la série de sprints (10,2 ± 3,5 % vs 7,9 ± 4,3 % ; p < 0,05). Considérées collectivement, ces études montrent que les principes de base de l'entraînement - qui ont démontré leur efficacité dans les sports individuels - peuvent être effectifs pour les sports collectifs. Une fois la saison entamée, la manière dont le pic de forme obtenu grâce à une pré-saison bien menée est maintenu dépend de plusieurs facteurs, comme le délai entre les matchs, les voyages, le niveau de compétition, les blessures, le temps de jeu effectif, les adaptations physiologiques à la compétition, la récupération et l'entraînement du joueur. Toutes ces variables doivent être intégrées dans le plan d'entraînement durant la saison pour maintenir l'état de forme et continuer à l'améliorer tout au long de celle-ci.

2.2 Affûtage et pic de performance pour une compétition majeure

12La plupart des compétitions internationales se déroulent à la fin d'une longue saison de club. Afin d'emmener leurs joueurs à un niveau pic de performance, plusieurs nations ont décidé d'avancer leur calendrier de compétitions domestiques pour permettre aux joueurs de se reposer et de se réentraîner avant de concourir pour leur équipe nationale. Une approche différente est de retarder la fin de la saison domestique, afin que les joueurs demeurent dans une forme compétitive lorsqu'ils rejoignent leur équipe nationale. Ces deux stratégies ont des avantages et des inconvénients, et peu d'études scientifiques ont investigué la meilleure approche à respecter pour être performant lors d'une compétition majeure.

13Bangsbo et al. (2006) ont décrit le programme de préparation de l'équipe nationale danoise de football avant les championnats d'Europe de 2004. Après la saison de club, les joueurs se sont reposés pendant une à deux semaines avant de préparer le championnat. La préparation a duré dix-huit jours (en deux périodes de neuf jours). La proportion d'exercices de haute intensité était similaire lors des deux phases (i. e. l'intensité d'entraînement était maintenue), alors que la charge totale d'entraînement était réduite lors de la seconde phase (i. e. le volume d'entraînement était réduit). Ceci est en accord avec les recommandations concernant l'affûtage issues d'études s'étant focalisées sur des sports individuels (Bosquet et al. 2007 ; Mujika et Padilla 2003). Toutefois, ces auteurs mettent en évidence qu'en raison des grandes différences interindividuelles dans la distribution des périodes de haute intensité durant les entraînements à dominante tactique, une évaluation précise de la charge d'entraînement individuelle est essentielle, y compris durant le temps d'entraînement qui n'est pas consacré au développement de la condition physique (Bangsbo et al. 2006).

14Un exemple peu orthodoxe d'affûtage fut celui de l'équipe nationale danoise de football qui a gagné les championnats d'Europe de football en 1992, après que son équipe a été invitée à concourir dix jours seulement avant le début du tournoi, en raison de l'exclusion de la Yougoslavie. À cette époque, la moitié des joueurs avaient stoppé l'entraînement depuis trois à cinq semaines, tandis que l'autre moitié était encore en activité dans le championnat national danois. Tous les joueurs ne furent finalement disponibles pour le staff que six jours auparavant. Le succès de cette équipe fut partiellement attribué au fait que les joueurs n'étaient pas physiquement et psychologiquement épuisés, comme c'est souvent le cas après un long et difficile championnat interclubs de haut niveau international suivi d'une longue préparation avec l'équipe nationale et d'un tournoi international très exigeant (Bangsbo 1999).

15Il est clair que différentes approches peuvent permettre d'améliorer la performance d'une équipe de sport collectif à l'approche d'une grande compétition. Sur cet aspect, le staff technique doit prendre en compte de multiples variables biologiques, techniques, tactiques, psychologiques et sociologiques pour décider des stratégies les plus susceptibles de mener aux meilleures performances de leur groupe de joueurs.

Bibliographie

Bibliographie

Bangsbo J (1999) Préparation physique en vue de la Coupe du monde de football. Science & Sport 14 :220-226.

Bangsbo J, Mohr M, Poulsen A, Perez-Gomez J, Krustrup P (2006) Training and testing the elite athlete. J Exerc Sci Fit 4:1-14.

Bishop D, Edge J (2005) The effects of a 10-day taper on repeated-sprint performance in females. J Sci Med Sport 8:200-209.

Bosquet L, Montpetit J, Arvisais D, Mujika I (2007) Effects of tapering on performance: a meta-analysis. Med Sci Sports Exerc 39:1358-1365.

Coutts A, Reaburn P, Piva TJ (2007) Changes in selected biochemical, muscular strength, power, and endurance measures during deliberate overreaching and tapering in rugby league players. Int J Sports Med 28:116-124.

Mujika I (2007a) Thoughts and considerations for teamsport peaking. Olympic Coach 18:9-11.

Mujika I (2007b) Challenges of team sport research. Int J Sports Physiol Perf 2 :221-222.

Mujika I, Padilla S (2003) Scientific bases for precompetition tapering strategies. Med Sci Sports Exerc 35:1182-1187.

Mujika I, Padilla S, Pyne D (2002) Swimming performance changes during the final 3 weeks of training leading to the Sydney 2000 Olympic Games. Int J Sports Med 23:582-587.

Pyne DB, Mujika I, Reilly T (2009) Peaking for optimal performance: research limitations and future directions. J Sports Sci 27:195-202.

Thomas L, Mujika I, Busso T (2008) A model study of optimal training reduction during pre-event taper in elite swimmers. J Sports Sci 26:643-652.

Thomas L, Mujika I, Busso T (2009) Computer simulations assessing the potential performance benefit of a final increase in training during pre-event taper. J Strength Cond Res 23 :1729-1736.

© INSEP-Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search