Version classiqueVersion mobile

Améliorer sa récupération en sport

 | 
Christophe Hausswirth

Avant-propos

Christophe Hausswirth

Texte intégral

1L'entraînement physique consiste à exposer l'organisme à des charges de travail supérieures aux sollicitations habituelles, afin d'induire des modifications notables des fonctions nécessaires à l'exécution de ces charges. Pour autant, chez les athlètes de haut niveau, soumis à des entraînements particulièrement intenses, la forte quantité d'entraînement n'induit pas nécessairement une performance. En effet, les capacités d'adaptation d'un sportif confirmé peuvent être telles qu'un ensemble complexe de manifestations centrales et périphériques peut induire des baisses importantes de la performance dans la période consécutive à des entraînements intenses. Ainsi, lorsque les périodes de récupération sont insuffisantes, l'état de fatigue peut atteindre un tel degré que seul le repos complet peut s'avérer efficace.

2Au plan physiologique, l'entraînement permet d'améliorer et d'optimiser les capacités physiques d'un athlète. La bonne adaptation à une charge d'entraînement passera obligatoirement par une phase de « perturbation » de l'équilibre biologique de l'organisme. En effet, il faut sans cesse perturber l'équilibre dans lequel se construisent les cellules du muscle squelettique, et ce, en créant un stress qui sera suivi d'une période réfractaire (dite « de récupération ») au cours de laquelle se développeront les processus d'adaptation et de régénération, synonymes, pour un athlète, de (re)construction. L'entraînement est, ainsi, indissociable de l'état de fatigue, phénomène physiologique normal au quotidien. Cependant, celui-ci doit être reconnu, analysé et mis en relation avec des temps de récupération appropriés, couplés à des modalités pratiques de récupération en adéquation avec la charge d'entraînement. Il faut donc entendre et percevoir les signes de la fatigue et y associer, de façon précoce et récurrente, des périodes de récupération. C'est, semble-t-il, une nécessité absolue pour espérer aboutir à une performance ; pour espérer, également, la réitérer de multiples fois.

3Ce nouvel ouvrage sur la récupération en sport, intitulé Améliorer sa récupération en sport, fait état, des toutes nouvelles connaissances scientifiques et pratiques récentes liées aux phénomènes de la récupération du sportif. Suite au premier travail réalisé en 2009, des chercheurs du sport de différentes nationalités, des kinésithérapeutes, des médecins... – se sont réunis une nouvelle fois autour d'articles scientifiques de référence et se sont appliqués à en extraire des informations exhaustives, dans le but de faciliter la compréhension de la pluralité des modes de récupération du sportif. En coordonnant ce groupe de participants, j'ai pu réunir quasiment tous les champs de réflexion autour de la récupération. Ce côté international donne indéniablement à cet ouvrage une vision élargie de la récupération, couvrant intégralement la plupart des modalités. Le lecteur se rendra compte que beaucoup de moyens sont actuellement mis en œuvre, notamment à l'INSEP, pour améliorer la performance de l'athlète par la récupération, mais qu'il faut aussi améliorer la récupération par une meilleure programmation de celle-ci après l'entraînement. On verra également qu'il peut être question de ne pas précipiter sa récupération afin de faciliter des adaptations profondes de l'organisme.

4La récupération n'est pas sous protection médicale et n'est pas l'exclusivité du monde de l'entraînement. S'ouvrir permet sans doute de faire émerger des concepts applicables (les bains froids ont, pour le sportif, davantage de bénéfices que les bains chauds), d'invalider des théories déjà trop mises en pratique (comme les bas de contention après l'exercice), de comprendre l'incidence de nouvelles méthodes de récupération et de trouver leur justification dans ce domaine (comme les chambres de froid à –110 °C).

5La coordination de cet ouvrage aura permis de prendre connaissance de l'importance que revêt la notion de récupération dans le monde du sport. Vingt-trois chapitres viennent réunir tous les acteurs afin de donner des éléments de réponse ou de réflexion avec pertinence et sincérité. L'enjeu, encore une fois, est d'une importance capitale : il s'agit de comprendre et de faire comprendre qu'une bonne récupération, individualisée et justifiée, fait partie intégrante d'une performance améliorée de l'athlète.

Auteur

PhD. Responsable du département de la recherche de l'INSEP. Directeur du laboratoire Sport, Expertise et Performance (SEP). Coordonnateur de l'ouvrage

© INSEP-Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search