Version classiqueVersion mobile

Apprentissage moteur et difficulté de la tâche

 | 
Jean-Pierre Famose

Chapitre 3. Difficulté et classification des tâches motrices

Texte intégral

Vers un système quantitatif de classification des tâches motrices

1Monter à cheval, exécuter une descente à ski, danser, lancer une fléchette sur une cible, frapper une balle de tennis, faire du trampoline, etc., sont des habiletés différentes et spécifiques. Toutes appartiennent cependant à la catégorie « habileté motrice ». Dès lors, comment énoncer des recommandations générales ou des suggestions sur la manière d’enseigner et de doser la difficulté ? Ces différentes propositions doivent à la fois s’appuyer sur ce que l’on connaît de l’apprentissage moteur humain et être applicables à des habiletés motrices diverses (et non pas, comme c’est souvent le cas, à une seule habileté).

2Les nombreuses tâches motrices que l’on peut observer dans les activités sportives et qui requièrent ces multiples formes d’habileté ne sont donc pas, à première vue, forcément comparables. Non seulement, elles mobilisent des aptitudes ou des processus internes différents, mais elles diffèrent aussi dans leurs propriétés objectives, dans leurs caractéristiques intrinsèques.

3Cette très grande variété semble décourager, a priori, toute tentative de systématisation et de classification. Pourtant, la comparaison des tâches entre elles, appréhendant leurs difficultés en termes de similarité ou de différence, est indispensable. Parvenir à constituer un ou plusieurs systèmes de classification des tâches motrices apparaît ici d’une impérieuse nécessité si l’on veut améliorer l’efficacité de l’enseignement et de l’entraînement, organiser la recherche, assurer la comparaison des résultats et aboutir ainsi à un véritable savoir scientifique dans le domaine de la performance sportive, de l’apprentissage moteur et de l’enseignement des APS.

4La recherche de points communs entre les tâches motrices vise à élaborer un corps de connaissances pratiques générales applicable à l’ensemble des activités physiques et sportives. La mise au point d’un tel système présente en effet plusieurs avantages.

5Il satisfera en premier lieu une exigence d’ordre, c’est-à-dire introduira une logique dans le champ des tâches motrices, en les distribuant selon certaines de leurs caractéristiques reconnues comme pertinentes et en même temps dépourvues d’ambiguïté. Sokal (1974) définit la classification comme l’ordonnancement ou l’arrangement d’objets en groupes ou catégories sur la base de leurs relations. Les relations peuvent reposer sur des propriétés observables ou inférées. Non seulement elle fournira un cadre, les organisant, situant le niveau de difficulté des unes par rapport à celui des autres, les rendant ainsi comparables, mais elle aura aussi une valeur heuristique dans la mesure où elle permettra :

  • d’abord d’inspirer des recherches empiriques pour valider sa structure ;
  • ensuite de découvrir les variables qu’elle laisse prévoir (performance, apprentissage, motivation etc.) ;
  • enfin de construire ou d’identifier des tâches motrices d’un niveau de difficulté désiré. Ce but sera atteint en recherchant les relations entre ce qui est classé (les tâches motrices) et des variables sélectionnées pour leur intérêt, notamment : comment permettre d’apprendre ? Comment motiver ? Comment prédire ? etc. En bref, l’intérêt essentiel d’un système de classification des tâches motrices, surtout si l’on pense au problème de la difficulté évoqué dès l’introduction de ce livre, sera de permettre à l’éducateur physique ou à l’entraîneur une meilleure généralisation et une meilleure conception de son intervention.

Permettre la généralisation

6Les praticiens, en général, découvrent empiriquement des méthodes ou des procédures susceptibles de favoriser l’acquisition des habiletés sportives. Cependant, ces connaissances sont spécifiques à leur discipline. Les généralisations d’une activité à l’autre sont impossibles, sinon très limitées.

7Pour se convaincre du handicap, voire de l’impossibilité de communication entre spécialistes et chercheurs dans le domaine du sport, reprenons les propos de Robb (1972a). Selon cet auteur, l’entraîneur de basket-ball ne parle pas du même mouvement que l’expert en gymnastique. L’entraîneur de natation décrit un autre type de tâches que l’entraîneur de football. L’expert en biomécanique a un langage différent de celui de l’expert en psychologie de l’exercice ou en apprentissage moteur. Les étudiants s’embrouillent dans la compréhension des différents modèles de mouvement. Ainsi, il n’existe aucune communication : « Les experts de différents sports ne communiquent pas de manière efficace entre eux parce que les points communs à l’intérieur des différents sports n’ont pas été identifiés et catégorisés. La communication est possible. Les points communs existent. La communication peut être augmentée si un système rationnel de classification peut être développé. »

8Selon Magill (1985), la généralisation des concepts et des connaissances sur l’apprentissage des habiletés motrices peut être facilitée par les tentatives de classification des habiletés motrices en catégories générales. Cette classification est utile, selon lui, en ce qu’elle permet de considérer les habiletés motrices selon leurs points communs et non leurs divergences : ainsi, piloter un avion et jouer du piano semblent être des habiletés motrices parfaitement étrangères l’une à l’autre. Cependant, si l’on observe leurs composants sous-jacents, des similarités peuvent être dégagées. Ce point retient notre attention pour la conception de l’enseignement. Les deux tâches comportent des réponses sérielles. Autrement dit, pour les mener à bien, un certain nombre de mouvements distincts doivent être réalisés dans un ordre très spécifique. Si une partie des mouvements est oubliée ou si l’ordre est suivi de manière non appropriée, la probabilité de réalisation adéquate de ces habiletés est diminuée. Ainsi, des généralisations peuvent être faites concernant l’apprentissage d’habiletés comprenant des réponses sérielles. Les habiletés « jouer du piano » et « piloter un avion » peuvent ainsi être mises en rapport lorsque ces généralisations sont appliquées aux habiletés motrices spécifiques. Il devient évident que la classification, bien qu’elle ne soit pas un processus aisé et infaillible, aidera à mettre en évidence les facteurs ou éléments communs à toutes les habiletés motrices.

9L’exemple de Magill ne fait pas à proprement parler partie du domaine de l’EPS à l’école. Mais il nous est apparu pertinent ici parce qu’il permet d’illustrer l’idée que le processus de généralisation, indispensable à l’enseignement des habiletés motrices dans leur ensemble, repose sur un système de classification des tâches motrices.

10Fleishman et ses collaborateurs ont eux aussi associé le besoin de généralisation à celui de classification : « Par essence, ce qui est nécessaire, c’est une théorie de l’apprentissage et de la performance qui attribue un rôle central aux dimensions de la tâche. » Par cette formule, Fleishman et Quaintance (1984) expriment le besoin actuel d’un système qui devrait permettre des généralisations et des prédictions meilleures sur la manière dont différents facteurs affectent l’acquisition des habiletés humaines et la performance en général.

Favoriser la conception

11Un système de classification des tâches permet certes de faire des généralisations mais aussi aide l’éducateur à mieux concevoir ses interventions. Connaître toutes les caractéristiques des tâches, ainsi que leurs possibilités de variation et leurs différentes combinaisons, lui assurera une plus grande efficacité. Afin de l’aider dans cette estimation des paramètres de la difficulté et dans la manipulation de ceux-ci, une théorie de l’enseignement des habiletés motrices doit mettre au centre de ses préoccupations la construction de systèmes de classification quantitatifs des caractéristiques objectives des tâches motrices.

12Nous ne considérons pas la classification des tâches motrices comme une fin en soi. Nous la concevons plutôt comme un instrument, un outil, à mettre dans les mains des enseignants et des entraîneurs afin d’augmenter l’efficacité de leur action. Nombreux sont les auteurs qui ont insisté sur ce point.

13Pour Merrill (1972), les systèmes de classification des tâches motrices seraient de simples exercices scolaires si les catégories définies ne pouvaient pas être mises en relation avec les processus d’apprentissage ou si elles ne fournissaient pas des principes prescriptifs susceptibles de guider la conception de l’enseignement : « Chaque fois que nous enseignons en utilisant un environnement artificiellement aménagé, nous manipulons les variables de la tâche dans le but de favoriser l’apprentissage. » Il est donc nécessaire, selon cet auteur, si l’on veut établir une théorie de l’enseignement, d’identifier les variables de la tâche qui se prêtent elles-mêmes à une manipulation facile et de spécifier des principes prescriptifs qui mettent en rapport la manipulation de la tâche avec les stratégies de celui qui apprend et avec sa performance motrice.

14Robb (1972a, 1972b) a exprimé des idées similaires : « L’importance majeure d’une taxonomie est qu’elle aide dans la compréhension de la tâche et affecte ainsi directement la structuration de l’environnement d’apprentissage. » L’enseignant développera des méthodes d’enseignement plus efficaces s’il comprend les facteurs complexes impliqués dans des tâches différentes. Développer ou sélectionner une taxonomie valable est la première étape à franchir si l’enseignant désire augmenter l’efficacité des méthodes d’enseignement et favoriser l’apprentissage moteur de ses élèves. Signalons que Demeny (1903), il y a bien longtemps, soulevait déjà ce même problème : « Le choix des exercices, leur classement et leur gradation, voilà qui importe. On a sur ce sujet des idées encore bien vagues ; l’ordre apparent des classifications usitées généralement cache un désordre et une ignorance profonde. »

15En résumé, le premier intérêt que nous percevons dans l’établissement d’un système de classification des tâches motrices, en plus de favoriser la généralisation, est de fournir aux enseignants une aide à leurs décisions.

16Le choix du niveau de difficulté objective des tâches motrices à proposer aux élèves, ainsi que leur organisation chronologique, constituent l’essentiel de ces décisions. Les prises de décision correspondent aux multiples questions que se pose l’enseignant : quel niveau de difficulté vais-je leur proposer pour qu’ils progressent ? Comment le choisir ? Comment le présenter ? Comment faire si le pratiquant ne réussit pas ? Quelles dispositions vais-je prendre pour organiser la pratique ? L’utilisation la plus fréquente d’un système de classification se justifie par son rapport étroit avec les décisions sur la méthode préférée d’entraînement ou d’apprentissage d’une tâche. « Ce type de classification aide l’enseignant à planifier. Les méthodes d’enseignement sont basées sur des objectifs comportementaux. Une taxonomie des tâches donnera à l’enseignant une perspective sur l’accent à mettre sur certains objectifs comportementaux » (Robb, 1972a).

Une grammaire de la tâche

17Pour élaborer, concevoir et mettre en œuvre une stratégie pédagogique de manipulation de la difficulté, l’enseignant doit être capable d’identifier les alternatives relatives aux tâches, aux exercices qu’il proposera aux élèves, de prendre une décision quant à la plus satisfaisante parmi l’ensemble des possibles. Notre préoccupation s’accompagne d’une exigence : essayer de le doter d’un système qui lui permette de répertorier la totalité des niveaux de difficulté des tâches parmi lesquels il sera amené à faire un choix.

18Une étape essentielle de la prise de décision consiste à formuler l’éventail des choix qui s’offrent. Il est clair que cela exige une grande habileté dans l’identification des différentes éventualités. Ce stade est si important qu’il demande une méthodologie bien rodée permettant la génération et la limitation des décisions possibles. Il semble exister un principe inhérent à la formulation des choix alternatifs. On pourrait définir les choix possibles explicitement ou implicitement. L’éducation physique abonde d’exemples du premier cas. La plupart du temps, les auteurs fournissent des répertoires d’exercices parmi lesquels on peut et même on doit choisir. Ils dressent une liste explicite et exhaustive des décisions qui sont à envisager. La tâche de l’enseignant consiste à choisir la solution la plus acceptable. Dans le cas où le décideur ne souhaite pas limiter les choix possibles, il se trouve amené à énoncer une règle pouvant servir à résumer toutes les possibilités pertinentes et imaginables. Par exemple : combinatoire.

19C’est sur cette deuxième solution que nous avons porté notre choix. Le système de classification des tâches motrices en fonction de leur difficulté que nous essayons de construire doit pouvoir être un instrument de découverte, de création de tâches motrices nouvelles. Notre objectif est de construire une sorte de grammaire de la tâche qui, à partir d’un ensemble limité de règles de construction, permettrait de générer un nombre considérable de tâches motrices.

Une démarche de classification

20Une fois admise la nécessité de classifier les tâches, deux questions se dégagent. Comment peut-on mettre en rapport un système de classification des tâches motrices, reposant notamment sur leur niveau de difficulté, avec les différentes études et théories antérieures sur l’apprentissage ? Comment un tel système peut-il être utile pour formuler une théorie de l’enseignement et une conception des procédures et des matériels d’enseignement ? Pour répondre, il s’avère nécessaire d’étudier au préalable les problèmes généraux des classifications.

21L’étude de la classification en général et des tâches motrices en particulier a toujours eu deux composants principaux qui sont bien sûr en interrelation (Fleishman et Quaintance, 1984). Le premier peut être illustré par la question : comment classifie-t-on ? Le second par : comment devrait-on classifier ? Le premier concerne la perception de la similarité. Comment, par exemple, pouvons-nous reconnaître la similarité de difficulté entre différentes tâches ? Quels sont les critères conscients ou inconscients grâce auxquels les objets, les événements ou les tâches sont regroupés en un système quelconque ? Le second composant est l’objet de la taxonomie, la science de la classification. Il apparaît lorsque l’on désire conceptualiser, théoriser les questions soulevées dans le paragraphe précédent. Connaissant la manière dont les chercheurs classifient (et notamment comment ils ont classifié, dans le passé, les tâches motrices), peut-on, à partir de ces connaissances, en déduire des procédures de classification et, si oui, ces principes sont-ils les meilleurs concevables, étant donné que des choix entre différents principes de classification et de procédures sont possibles ? Dans notre tentative de construire un système de classification dont le critère de comparaison serait le degré de difficulté des tâches motrices, nous avons suivi les différentes étapes et principes énoncés par la science des classifications.

22Mais avant de commencer, nous devons nous garder d’une confusion quant à la signification du terme taxonomie. Leplat et Pailhous (1972) font remarquer que « le terme taxonomie au sens strict est la science des classifications. Par glissement de sens, le mot désigne souvent un principe de classification, voire la classification elle-même ». Ils utilisent le terme taxonomie dans le sens que lui donne Miller (1967) : « Un moyen de classer des objets ou des phénomènes de telle façon que puissent être établies entre eux des relations utiles » ; car c’est moins la taxonomie au sens strict qui les intéresse que les classifications elles-mêmes. Nous utiliserons, quant à nous, la taxonomie dans le sens que lui donnent Sokal (1974), Fleishman (1982), et Fleishman et Quaintance (1984), à savoir l’étude théorique des classifications, qui contient les bases théoriques, les principes, les procédures et les règles.

23Le terme de classification n’échappe pas non plus à une certaine ambiguïté. Nous l’avons vu, la classification est l’arrangement ou l’ordonnancement d’entités en catégories sur la base de leurs propriétés observables ou inférées. Cependant, en plus de désigner un processus, le terme est aussi utilisé pour formuler le produit final de ce processus. Ainsi, le résultat d’une classification est une classification (Sokal, 1974). Sokal (1974) et Fleishman (1982) pensent qu’il est préférable d’appeler le résultat final : système de classification et de réserver le terme de classification pour la procédure.

24Conformément à ces auteurs, nous adopterons les définitions suivantes :

  • taxonomie : étude théorique des classifications incluant leurs bases, principes, procédures et règles. C’est la science du « comment classifier et identifier » ;
  • système de classification : produit final du processus de classification, généralement une série de catégories ;
  • classification : ordonnancement ou arrangement d’entités en groupes ou catégories sur la base de leurs propriétés observables ou inférées.

25Nous avons particulièrement insisté sur ces nuances de vocabulaire, parce qu’il nous paraît indispensable d’établir la distinction entre :

  • la classification envisagée sous l’angle du processus ou de la démarche qui permet d’arranger systématiquement un domaine donné en catégories ;
  • la classification en tant que produit ou ensemble de catégories formelles qui sont le résultat de ce processus.

26En d’autres termes, cela nous permet de différencier le processus de classification (c’est-à-dire la démarche à suivre), du produit réalisé (autrement dit, ce qui est atteint à la fin de la procédure et que nous avons appelé système de classification). Nous sommes intéressés par ces deux aspects.

27Lorsque l’on commence un travail de classification, il y a, au niveau de la démarche, des priorités et un ordre qui doivent être établis parmi les opérations à mettre en œuvre. Celles-ci sont au nombre de quatre :

  • l’ensemble de références : qu’entend-on par tâches motrices ? Ce point a déjà été traité au début de ce livre ;
  • les intentions : que voulons-nous réaliser avec notre système de classification ?
  • les bases théoriques : dans quel domaine chercher les descripteurs ?
  • les procédures de classification : quel type de classification adopter et comment le valider ?

Le but de la classification

28La première opération à mettre en œuvre, lorsque l’on s’engage dans une procédure de classification, consiste à énoncer le but ou l’objectif qui a fait naître le désir de classifier. Pourquoi tentons-nous d’établir un système de classification des tâches motrices ? Que sera-t-il accompli à la fin de cette activité et qu’est-ce que le produit permettra de réaliser ?

29Si nous posons au préalable l’intention du système de classification des tâches motrices, c’est tout simplement parce qu’il faut se démarquer de l’idée qu’il y aurait un système de classification meilleur que les autres, une sorte de classification universelle des tâches motrices. Il n’y a pas un système de classification possible, mais des systèmes de classification, et chacun n’a de sens et de valeur que par rapport à l’objectif qui a présidé à sa constitution.

30Pour illustrer cette idée, prenons un exemple dans le domaine des sciences biologiques. Theologus (1973), Fleishman (1982), Fleishman et Quaintance (1984) ont montré, à partir d’un objectif général consistant à mettre de l’ordre à l’intérieur de la multitude d’organismes vivants qu’ils sont amenés à observer, que les biologistes peuvent avoir des intentions ou des objectifs spécifiques différents. Il existe, dans ce domaine, au moins trois intentions différentes :

  • relier les organismes vivants aux variables de l’environnement (il s’agit des classifications écologiques) ;
  • classifier les organismes en fonction de leur utilité pour les êtres humains (animaux qui fournissent de la viande, animaux domestiques, animaux de transport, de garde, etc.) ;
  • relever les interactions entre les organismes à partir de leurs différents attributs ou caractéristiques (classification théorique, par exemple : animaux à sang chaud, animaux à sang froid, etc.).

31Cet exemple des classifications en biologie est d’un grand intérêt car il montre que, par rapport à un ensemble de références donné (les êtres vivants), il n’y a pas une seule classification possible, mais des classifications, et que chacune d’entre elles n’a d’intérêt que par rapport aux intentions qui l’ont fait naître. Cela est valable pour tous les ensembles de références. Utilisons à nouveau un exemple fourni par Fleishman (1982) : les arbres ne seront pas classés de la même manière par un bûcheron, un botaniste et un paysagiste. Pour le botaniste, la base de la classification pourra être les propriétés organiques, pour le bûcheron, la source potentielle de revenu, et pour le paysagiste, la valeur esthétique. Cela signifie que les différents arbres sont regroupés de manière différente (et auront donc une classification différente) selon les trois points de vue. Le point fondamental est que l’intention détermine le choix de la base de classification.

32Nous verrons par la suite les multiples façons dont a été abordée la classification des tâches motrices. Mais ces méthodes sont, d’une part, relativement élémentaires et, d’autre part, ne permettent pas de manipuler la difficulté. Il est donc d’une importance fondamentale de commencer par énoncer clairement l’intention de notre classification : il s’agit pour nous de mettre en relation des suggestions ou des recommandations générales concernant la possibilité de favoriser les acquisitions motrices des élèves et la manipulation de la variable difficulté des tâches. Prenons un exemple. Dans la plupart des articles ou des livres qui abordent le problème de l’apprentissage moteur sous l’angle de la théorie de l’information, le principe prescriptif, le plus souvent avancé, est celui qui consiste à dire : pour faciliter l’apprentissage du débutant, il faut réduire, dans un premier temps, la quantité d’informations qu’il doit traiter. Cependant, ce principe prescriptif sera inefficace si nous ne donnons pas simultanément à l’enseignant le moyen de manipuler les tâches dans le sens d’une réduction effective et contrôlée de la quantité d’incertitude. Ce moyen ne peut être fourni que par un système de classification qui permet d’identifier et de comparer les tâches motrices en fonction de leur difficulté de traitement. De même, depuis le début de ce livre, le principe prescriptif qui a été sans cesse avancé est : « Il faut, pour favoriser l’apprentissage moteur, doser la difficulté de la tâche. » Le système de classification que nous désirons construire doit répondre à cette intention : permettre le choix ou la construction des tâches ayant un niveau de difficulté objective désiré.

33D’autres buts sont possibles : ainsi, classifier les tâches qui requièrent telle ou telle aptitude, classifier les tâches qui sollicitent le processus d’anticipation, etc. Ces intentions sont tout aussi fondamentales, elles sont au centre de l’EPS à l’école. Nous travaillons à de tels systèmes. Mais telle n’est pas l’intention exprimée dans ce livre, centré sur la difficulté.

Les principes de la classification

34La seconde opération consiste à déterminer les principes de la classification. Autrement dit, passons de la question : « Pourquoi cherchons-nous à classer les tâches motrices ? » à « Qu’est-ce que nous allons classer ? ». Il s’agit là d’énoncer le principe ou le critère de classification grâce auquel peut être réalisée une partition de l’ensemble des tâches motrices. Parler de principe de classification, c’est spécifier les attributs ou les propriétés des tâches qui doivent être classées. Il faut les choisir de manière appropriée et en relation avec l’intention. Si nous reprenons l’exemple des classifications biologiques, nous observons que, si l’intention de la classification est écologique, alors les relations des organismes avec les variables de l’environnement constitueront le principe de classification. Si l’intention est téléologique, alors l’utilité des objets pour l’homme constituera le principe de classification (par exemple : animaux qui fournissent viande, protection, animaux de transport, etc.). Enfin, si l’intention est purement théorique, alors les organismes sont classés en fonction de leurs caractéristiques inhérentes (par exemple : chimie sanguine).

35Pour ce qui concerne notre propre classification, sur quoi se fonderont les descripteurs ? Là encore, les principes de classification sont de nature très diverse. La grande majorité des auteurs, Bard et Fleury (1979), McGrath et Altman (1966), Hackman (1969), Farina (1973), Fleishman (1982) et Meister (1976) s’accordent à reconnaître quatre principes différents de classification des tâches.

36Par exemple, Meister écrit : « Les classifications ont été proposées en termes de :

  1. « comportements observés pendant l’exécution de la tâche ». Dans le domaine de l’EPS, Hébert a proposé une classification des exercices qui relève de ce principe : saut, course, lancer, grimper, etc. Il en est de même pour les classifications des tâches en fonction du type de mouvements requis. Par exemple, Brown et Jenkins (1947) classifient trois niveaux de réactions motrices : les réactions statiques, les réactions de positionnement et les réactions de déplacement.
  2. « fonctions ou processus requis de manière présumée pendant l’exécution de la tâche ». Famose (1986) a suggéré la construction d’un système reposant sur ce principe afin de permettre aux enseignants de mieux relier les objectifs de développement des ressources avec les tâches qui les sollicitent (figure 16).
  3. « aptitudes que l’opérateur doit posséder pour exécuter la tâche ». Voir à ce sujet, les systèmes de classification des tâches en fonction des aptitudes requises proposés par Fleishman (1982) et repris par Famose (1988).
  4. « caractéristiques de la tâche en termes de ses propriétés de but et des conditions accompagnant la réalisation de celui-ci ».

Figure 16 — Échelle d’évaluation de la fonction « détecter ».

37Dans ce qui suit, nous passerons en revue quelques-uns des principaux systèmes de classification des tâches motrices proposés par différents auteurs. Nous pourrons ainsi constater l’utilisation très diverse qui a été faite des principes ou critères exposés ci-dessus. Trois points méritent d’être soulignés ici.

  • Dans ces quatre types de principes de classification des tâches, deux reposent sur des propriétés observables :
    l’approche comportementale et l’approche des caractéristiques de la tâche ; deux sur des propriétés inférées :
    l’approche des processus requis et l’approche des aptitudes requises.
  • Il est évident qu’à une extrémité, on trouvera des principes de classification fondés sur des caractéristiques superficielles des tâches et qui n’introduisent qu’une structure pauvre entre les classes, la signification des classes n’allant pas alors au-delà des classements qu’elles permettent. À l’autre extrémité, on trouvera les principes issus de considérations théoriques qui engendreront des classes dont les propriétés seront beaucoup plus riches (voir la différence entre les taxonomies descriptives et taxonomies explicatives proposée par Miller, 1967).
  • Les trois premiers principes portent sur les ressources et/ou les comportements que le pratiquant mobilise pour réaliser la tâche. Le premier, nous l’avons vu, se concentre sur les activités comportementales spécifiques qu’un pratiquant met en œuvre lorsqu’il cherche à atteindre le but. Les deux autres mettent l’accent sur les ressources du pratiquant (ou d’un groupe de pratiquants) qui sont requises pour que la tâche soit accomplie avec succès. Ces ressources peuvent être les processus et fonctions de traitement de l’information ou les aptitudes. Dans ces trois approches, l’accent est placé sur les variables concernant le pratiquant et son intervention dans la réalisation de la tâche. Ainsi, selon ces principes, des tâches différentes évoquent des comportements différents, requièrent des types et des séquences de fonctions divers et placent des demandes différentes quant aux aptitudes.

38L’approche des caractéristiques de la tâche repose sur une analyse totalement différente. Il est en effet possible de conceptualiser les tâches, de les décrire, de les analyser en « tant que telles ». Elle considère la tâche comme une série de conditions qui déclenchent et organisent la réalisation motrice (la définition de la tâche que nous avons donnée au début de cet ouvrage se situe dans le cadre général de cette approche). Ces conditions sont imposées au pratiquant et ont une existence objective totalement à part des activités qu’elles peuvent déclencher, des processus et des aptitudes qu’elles peuvent requérir. En se centrant sur la tâche, on déplace l’attention non pas sur la manière d’atteindre le but projeté mais sur ce qui doit être atteint, sur les exigences à satisfaire.

39En ce qui concerne notre classification des tâches motrices, sur quoi doivent être fondés les descripteurs ? Sur les comportements observés pendant la réalisation de la tâche ? Sur les aptitudes requises ? Sur les processus requis ? Ou enfin sur les propriétés intrinsèques des tâches ?

40C’est l’approche des caractéristiques objectives des tâches qui semble la plus appropriée aux intentions que nous nous sommes fixées. Rappelons qu’il s’agit d’un système qui doit permettre aux enseignants de manipuler la difficulté objective et que celle-ci repose directement sur les propriétés intrinsèques de la tâche.

41Nous avons déjà signalé que différents systèmes de classification des tâches motrices ont été proposés dans le passé. Une revue de ceux-ci s’avère nécessaire. Elle nous permettra, en effet, de mettre en évidence l’utilisation différente qui a été faite des principes de classification. Elle nous permettra aussi de montrer que ces différents systèmes, en général de nature qualitative, ne permettent pas de classifier les tâches en fonction de leur difficulté. Cette revue se limitera uniquement à la fameuse dichotomie ouvert/fermé, qui concerne plus particulièrement les conditions environnementales de nature bio-informationnelle.

42L’observation de ces systèmes, qui ont été proposés antérieurement et qui utilisent la dichotomie ouvert/fermé, montre que deux des principes de classification énoncés ci-dessus ont été tour à tour utilisés : les fonctions requises, d’une part, et les caractéristiques objectives de la tâche, d’autre part.

Système de classification de Poulton

43Poulton (1957) a, dans le domaine de la psychologie du travail, constitué un système de classification non pas des tâches mais des habiletés motrices à partir d’un examen de l’état de stabilité de l’environnement : ce dernier est-il ou n’est-il pas dans un état de changement constant ? En d’autres termes, est-il ou n’est-il pas prévisible ? D’où, selon cet auteur, deux catégories distinctes d’habiletés : les habiletés qui ne réclament pas d’anticipation et celles qui en demandent.

44Son système de classification repose, en effet, sur l’idée que l’acquisition d’une habileté motrice implique la mise en place de configurations de mouvements spécifiques susceptibles de s’ajuster à l’environnement. Ce dernier renferme des objets situés dans l’espace et auxquels le pratiquant doit constamment s’ajuster. S’il peut prédire avec une grande certitude qu’un objet sera à tel endroit, la configuration de mouvement requise sera nécessairement différente que s’il doit s’ajuster à un environnement dans lequel les objets sont mobiles et non prédictibles. Dans le premier cas, il s’agit d’une habileté réalisée dans un environnement prévisible. Le golfeur, par exemple, sait que la balle sera toujours à une certaine distance de son corps et ne se déplace pas dans l’espace. De même pour le gymnaste, la poutre d’équilibre est toujours de la même largeur et ne se déplace pas non plus dans l’espace. Sa tâche consiste à agir sur la poutre selon une configuration préétablie. De même, le tremplin de plongeon est ajusté de telle sorte que le plongeur ait la même tension disponible à chaque plongeon.

45Dans tous ces cas, l’habileté n’exige pas d’anticipation de la part du pratiquant. Elle utilise, selon Poulton, des mouvements stéréotypés qui sont, en général, spatialement contrôlés. Au tir à l’arc, par exemple, le sujet développe une configuration de mouvement unique destinée à adapter les caractéristiques du vol de la flèche aux caractéristiques d’une cible fixe : il lui est conseillé de ne pas bouger les pieds en prenant les flèches successives, de choisir toujours le même point de visée, de reprendre toujours la même position de départ, etc. On s’aperçoit donc que, dans des conditions environnementales stables, la configuration du mouvement est assez stable, bien que tolérant une certaine marge de variation (Higgins et Spaeth, 1972). Poulton a appelé ces habiletés, qui n’exigent pas de la part du sujet une anticipation des changements qui surviennent dans l’environnement, des habiletés fermées.

46À l’opposé, dans les habiletés réalisées dans un environnement instable, le nombre de configurations motrices différentes est nettement plus grand. Cette variété des configurations permet une adaptation aux bouleversements survenant d’un essai à l’autre ou à l’intérieur d’un même essai. Le pratiquant doit anticiper ces bouleversements et choisir le mouvement particulier qui s’ajuste à cette prévision. L’expérience aidant, le sujet peut développer tout un répertoire de configurations motrices adaptées à ces modifications (Higgins et Spaeth, 1972 ; Arnold, 1985). Autrement dit, ici, le sujet doit faire varier de manière approfondie les différents paramètres du mouvement pour atteindre l’objectif. Mais le choix d’une configuration plutôt qu’une autre repose sur l’anticipation des changements qui surviennent dans l’environnement. Poulton a appelé ces habiletés, qui exigent de l’anticipation, des habiletés ouvertes. Ainsi, si nous revenons à l’objet de notre discussion, le principe de classification utilisé dans le système des habiletés de Poulton repose sur les processus d’anticipation requis par l’habileté.

Système de classification de Knapp

47Knapp (1963) a repris mais modifié un point essentiel de la classification de Poulton (1957). Elle a suggéré que les habiletés motrices devaient être classées, non pas de manière dichotomique (ouverte - fermée), mais le long d’un continuum. Dans les systèmes de classification dichotomiques, les habiletés sont répertoriées comme appartenant à l’une des deux catégories différentes. Celles-ci sont mutuellement exclusives. De tels systèmes de classification conduisent facilement à la confusion en autorisant de nombreux recouvrements de catégories. En effet, chaque tâche sportive contient à la fois des habiletés ouvertes et des habiletés fermées. Knapp a montré qu’il existait des tâches sportives qui ne sont ni des habiletés ouvertes ni des habiletés fermées. Le ski en est un exemple. Le skieur seul sur une pente régulière (pourcentage constant) utilise une habileté fermée. Cependant, lorsque la piste est remplie de skieurs (comme c’est généralement le cas) ou lorsque la configuration du terrain ainsi que la qualité de la neige varient, il utilise une habileté ouverte : il doit traiter l’information environnementale, en plus de l’information interne requise uniquement dans le premier cas.

48On trouve à une extrémité du continuum des habiletés dans lesquelles la conformité à une séquence d’actes moteurs est très importante et, à l’autre extrémité, des habiletés dans lesquelles, à chaque instant, l’activité motrice doit se régler sur la situation extérieure et y être appropriée. Dans ce second type d’habiletés, l’interprétation correcte des messages émanant des récepteurs à distance est capitale. Entre les deux, des habiletés se situent en des points divers du continuum, selon l’importance relative que prend l’habitude ou l’adaptation à l’activité.

49Ainsi, dans ce système, les habiletés sont aussi classifiées en fonction des processus requis. Mais, contrairement à Poulton, l’auteur ne parle pas d’anticipation ou d’absence d’anticipation. Selon elle, d’un côté prédomine l’habitude, de l’autre la perception. Qu’est-ce que cela veut dire ? Prenant l’exemple du lancer de poids, elle affirme que le meilleur exécutant sera celui qui aura le meilleur style, techniquement parlant, celui qui pourra mobiliser le plus de force et utiliser sa technique quelles que soient les circonstances : « Ainsi, les meilleurs exécutants seront probablement ceux qui peuvent ignorer les signaux provenant de l’environnement externe. Le pratiquant devra donc se consacrer d’abord à acquérir une configuration motrice aussi proche que possible de celle qui serait théoriquement la meilleure. » En revanche, dans une activité comme le football, d’autres facteurs prennent de l’importance. Dans ce sport, un individu peut fort bien posséder de bons schémas gestuels, mais s’il n’exécute pas l’action adéquate au moment opportun, il est presque inutile comme joueur. Dans ce cas, c’est le sens du jeu qui est d’une importance capitale. Ici : « Ce dont a besoin le joueur, c’est d’être attentif aux demandes qui viennent du monde extérieur » (Bartlett, 1948) : donc, les messages deviennent essentiels. Par conséquent, il semblerait nécessaire que l’on accorde davantage d’attention à l’apprentissage perceptuel et à la compréhension des signaux importants pendant le jeu. Knapp parle ici d’habileté ouverte. Il s’agit d’une habileté qui doit correspondre, soit à une série imprévisible d’exigences provenant de l’environnement, soit à une série difficile, prévisible ou non.

50D’autres habiletés complexes peuvent se situer entre le football et le lancer de poids, en fonction de l’importance relative qu’ont les facteurs extérieurs par rapport aux autres. La natation ou le 100 mètres sembleraient se situer près du lancer de poids en ce sens que, bien que l’acte moteur soit déclenché par le coup de pistolet du starter, la victoire ou la défaite dépend de la valeur relative des sujets, celle-ci étant fonction de leur supériorité physique ou technique.

51Dans le sprint court, le lancer de poids, ainsi que dans certains exercices gymniques, l’efficience du comportement semble dépendre de la stéréotypie. La course d’endurance ou la natation de fond peut, en revanche, mettre en jeu la tactique. Les aspects perceptifs commencent alors à prendre de l’importance, à un degré moindre que dans les sports collectifs, où la capacité d’adaptation à l’environnement doit être considérable. Knapp soutient donc qu’il y a un continuum qui va des habiletés où domine l’habitude jusqu’à celles où domine l’adaptation.

52La figure 17 présente quelques exemples d’habiletés sportives classifiées selon le système de Knapp. La position d’une habileté sur le continuum est déterminée à partir d’une estimation, d’une part, de l’importance relative des demandes perceptives de la tâche, et d’autre part, des configurations stéréotypées de mouvements.

53Malgré la modification introduite par Knapp par rapport au système de Poulton, le principe de classification reste le même. Bien que faisant référence aux caractéristiques de l’environnement, le positionnement des habiletés motrices sur le continuum se fait en fonction d’un certain type de processus requis de la part du pratiquant. C’est ainsi que le continuum va des habiletés « habituelles » (fermées) à celles qui sont essentiellement perceptibles.

54Les habiletés « habituelles » sollicitent essentiellement le stade effecteur, si l’on se place dans une perspective de la théorie de l’information, tandis qu’à l’autre bout du continuum, les habiletés sollicitent essentiellement le stade perceptif et le stade de décision.

Figure 17 — Classification des disciplines sportives en fonction du continuum habileté ouverte — habileté fermée (d’après Knapp, 1963).

55Ouvrons ici une parenthèse et montrons que même avec ce système ultra simplifié, la classification des tâches ou des habiletés permet de faciliter la planification de l’enseignement. En effet, comme a essayé de le montrer Knapp, la classification d’une habileté ouverte ou fermée peut affecter de manière sensible les méthodes ultérieures d’enseignement. Un sport mettant en jeu une habileté fermée demandera une méthode d’enseignement différente de celui mettant en jeu une habileté ouverte. Ainsi, la manière dont les éducateurs considèrent leur habileté, c’est-à-dire la classifient, peut avoir des conséquences intéressantes sur la façon dont ils l’enseignent. Knapp (1963) a utilisé ici l’exemple du tennis. Elle fait remarquer que quelques éducateurs de tennis classifient ce sport comme étant composé d’une série de coups qui doivent être répétés jusqu’à ce que la configuration correcte du mouvement soit atteinte. En d’autres termes, ces éducateurs considèrent les habiletés utilisées en tennis comme des habiletés fermées. Les méthodes d’instruction qui en découlent consistent à répéter, nous l’avons vu, d’une manière continue jusqu’à ce que les configurations de mouvement soient parfaites. En conséquence, le pratiquant dépensera des heures de pratique sur un même coup. L’accent sera donc principalement mis sur la reproduction du même mouvement à chaque fois.

56Par contre, si l’éducateur classifie les habiletés dans le tennis comme largement ouvertes, l’accent sera porté sur l’environnement changeant et sur les résultats atteints avec la balle plutôt que sur la forme d’exécution. Anticipation, localisation de soi par rapport à la balle, identification du rebond de la balle, placement et stratégie recevront une plus grande attention que l’exécution parfaite d’une configuration de mouvement. Apprendre à ajuster sa propre configuration de mouvement en accord avec le placement de la balle, de même que connaître l’angle à donner à la balle pour la retourner, seront les points essentiels plutôt qu’un mouvement stéréotypé. Dès lors, les habiletés ouvertes inspirent des méthodes d’enseignement qui permettent au pratiquant de traiter, de manière efficace, une série d’événements non prédictibles. Le joueur de tennis doit apprendre à prévoir où la balle rebondira.

57Nombreux sont les systèmes de classification qui reprendront cette distinction habileté ouverte — habileté fermée. Il est intéressant de faire remarquer ici que si l’on observe l’ensemble des systèmes de classification qui ont fait référence au principe « ouvert — fermé », il y a passage incessant entre notion de tâche et notion d’habileté. Ce passage est normal. Lorsque le principe de classification repose sur les processus requis, les auteurs parlent préférentiellement d’habileté. Lorsque le principe s’appuie sur les caractéristiques objectives des tâches, les auteurs parlent essentiellement de tâche (voir ci-après le système de Gentile). Certains auteurs passent indifféremment de l’un à l’autre. Ce va-et-vient est parfaitement illustré par l’exemple de Holding (1981). Cet auteur propose « une brève revue des distinctions concernant les types d’habiletés ». Après avoir observé qu’il y avait beaucoup de recouvrements dans les différentes classifications proposées, il ajoute : « Par exemple, nous pouvons ordonner les tâches le long d’un continuum allant de celles qui sont principalement des demandes perceptives, telles que la surveillance d’un radar, à celles qui ont principalement des demandes motrices, telles que lever un poids. Cette distinction semble recouvrir la division de Poulton (1957) en habiletés ouvertes, qui requièrent une grande quantité d’interaction avec les stimuli externes, et habiletés fermées, qui peuvent se dérouler sans référence à l’environnement. »

58Les variations introduites par les autres systèmes de classification qui font référence à la dichotomie ouvert — fermé vont être de plusieurs types :

  1. glissement, chez certains auteurs, des fonctions requises aux caractéristiques objectives des tâches : système de classification de Gentile ;
  2. introduction de dimensions supplémentaires pour prendre en compte la difficulté (Holding) ;
  3. passage de l’idée de contrôle spatial à celle de contrôle temporel (Robb, Farrell, Singer, Singer et Gerson).

Système de classification de Gentile

59Gentile (1972a, 1972b), puis Gentile et coll. (1975), ont aussi travaillé à partir de la distinction de Poulton. Ils lui ont cependant apporté une transformation intéressante.

60Poulton, nous l’avons vu, a différencié les habiletés en fonction du type de prédiction qu’elles permettaient de faire. Elles étaient ainsi classées selon les processus qu’elles mettaient en jeu. Dans cette classification, il est facile de déterminer à quel moment un pratiquant met en œuvre une habileté ouverte : il s’agit tout simplement d’examiner l’état de l’environnement lorsque la tâche est exécutée. Chaque tâche motrice qui met en jeu des objets qui se déplacent dans l’espace et qui demande un ajustement spatio-temporel de la part du pratiquant exigera de ce dernier la mise en œuvre d’une habileté ouverte. Afin de s’adapter de manière efficace à cet environnement, le pratiquant doit anticiper le moment d’arrivée de l’engin dans une localisation spatiale et ajuster son mouvement à cette prévision. Attraper, frapper des balles mobiles en football, rugby, volley-ball, tennis, esquiver un joueur adverse se précipitant vers vous requièrent l’utilisation d’habiletés ouvertes. Dans chacun de ces exemples, le pratiquant doit apprendre à anticiper un environnement changeant, surtout spatialement. L’ajustement temporel est peu mentionné. Un ajustement des mouvements à cet environnement instable est constamment nécessaire.

61Gentile, Higgins, Miller et Rosen (1975) ont redéfini les deux catégories d’habiletés de Poulton et parlé de tâches motrices. Chez ces auteurs, le principe de classification n’est plus les processus d’anticipation requis, non observables, mais les caractéristiques objectives de la tâche, soit les conditions environnementales dans lesquelles doit s’effectuer le geste. Le principe de classification se réfère ici à des événements clairement observables : « Utilisant le type de prédiction requise pour un mouvement particulier, Poulton a identifié les termes « ouvertes et fermées » aux deux catégories. Cependant, la base de ces distinctions semble être principalement en termes des processus non réellement observables, c’est-à-dire, les processus d’anticipation à l’intérieur de l’organisme. Influencés par les conceptions de Luria (1966), Bernstein (1967) et Bruner (1971), nous avons pensé que ces processus de prédiction pouvaient être mis en rapport presque directement avec les conditions environnementales dans lesquelles les mouvements étaient exécutés. » Puis, à propos de ces conditions : « L’hypothèse importante dont nous sommes partis était que les mouvements devaient rencontrer les contraintes environnementales afin de produire un résultat particulier ou un changement dans cet environnement. » Suit l’exemple d’un sujet cherchant à lancer une balle sur une cible fixe. La configuration du mouvement doit se conformer aux contraintes spatiales inhérentes à la tâche si le résultat de toucher la cible doit être atteint. Dans cet exemple, les caractéristiques spatiales du mouvement sont restreintes ou déterminées par les caractéristiques de la position de la cible ainsi que par la taille, la forme et le poids de la balle. Les événements environnementaux sont donc régulateurs, en ce sens que la configuration du mouvement doit se conformer à ces conditions pour que le but soit atteint. Les auteurs parlent donc de « conditions régulatrices ». Ce qui est remarquable dans cet exemple, c’est que les processus internes, ici les types d’anticipation, peuvent être redéfinis en termes de contraintes environnementales inhérentes à la tâche. Ce même principe de redéfinition en terme objectif des processus ou aptitudes internes nous guidera ultérieurement dans la constitution de notre système de classification des tâches motrices.

62Bien qu’un continuum puisse, ici aussi, être envisagé, deux types de contrôle environnemental ont été identifiés par Gentile (1972a), puis par Gentile et coll. (1975). Ces contrôles ont été appelés « fermé — ouvert ». Les tâches motrices dans lesquelles les conditions environnementales régulatrices sont fixes, stables, immobiles (stationnaires) pendant l’exécution d’un mouvement sont définies comme fermées. Lorsque les conditions régulatrices impliquent des objets ou des personnes se déplaçant dans l’espace et impliquent aussi des événements qui changent de position dans l’espace pendant la réalisation de la tâche, les tâches motrices sont considérées comme ouvertes. Dans les tâches motrices fermées, l’organisation spatiale du mouvement, mais non son organisation temporelle, est supposée être contrôlée par les contraintes spatiales d’un environnement stationnaire. À l’inverse, les caractéristiques spatiales et temporelles des mouvements utilisées dans les tâches motrices ouvertes sont supposées être contrôlées par les caractéristiques spatio-temporelles des conditions régulatrices variables de l’environnement mobile.

63En plus de cette distinction — tâche ouverte, tâche fermée —, Gentile a introduit une autre dimension pour classifier les tâches, à savoir le type de mouvement utilisé dans la tâche. Ici, à première vue, le principe de classification n’est plus le même ; il s’agit de comportements moteurs observables requis pendant la réalisation de la tâche. Selon lui, il existe deux grandes catégories de réponses motrices :

  1. celles utilisées pour les ajustements posturaux, c’est-à-dire celles qui permettent de maintenir ou de modifier la position du corps dans l’espace ;
  2. celles impliquant les membres supérieurs permettant de maintenir ou de changer la position des objets dans l’espace.

64Gentile a employé la posture et la manipulation indépendante des membres supérieurs dichotomisant chacune en deux niveaux : stabilité du corps et transport du corps, avec absence ou présence de manipulation. Le tableau 3 présente quelques exemples d’habiletés au regard de chaque dimension.

65Cependant, contrairement aux apparences, le principe de classification reste, à notre avis, les caractéristiques intrinsèques de la tâche et, notamment, le type de but poursuivi. Lorsque l’objectif réside dans lemaintien de la position du corps, les réponses sont classées en tant que « mouvement, nécessitant la stabilité du corps ». À l’opposé, lorsqu’il s’agit d’apporter des modifications à la position corporelle, les réponses sont classées en tant que « mouvements de transport ».

Tableau 3 — Système de classification des tâches motrices de Gentile selon la nature du mouvement utilisé (d’après Gentile, 1972).

66Selon le cas, ces deux types de mouvement peuvent être exécutés isolément, combinés avec des mouvements de bras, ou encore avec une manipulation d’objets. On peut donc distinguer les tâches à objectif unique : la stabilité du corps (se tenir sur un seul pied) ou le transport du corps (courir à travers le gymnase), et les tâches avec un objectif principal et un objectif secondaire : ainsi, dans la tâche qui consiste à se maintenir debout sur un pied tout en frappant dans ses mains aussi vite que possible, deux objectifs sont prévus : maintenir la stabilité du corps (but principal) et mobiliser les membres supérieurs (but secondaire).

67En résumé, ce second système de classification de Gentile présente une première dimension caractérisée par le type de mouvement adaptatif impliqué dans une tâche orientée vers un but. Les tâches sont classées à la fois par rapport à l’objectif principal à atteindre (maintenir ou modifier une position du corps) et en fonction d’un objectif secondaire (intervention des membres supérieurs, manipulation d’objets). En combinant ce système de quatre catégories avec la distinction ouverte/fermée, Gentile parvient à un système global de huit catégories (tableau 4).

Tableau 4 — Système de classification des tâches motrices à deux dimensions (d’après Gentile, 1972).

68Gentile a tenté une évaluation empirique de cette approche. La stratégie de recherche utilisée a été une analyse factorielle des mesures de performance sur seize tâches sélectionnées comme étant représentatives de chaque catégorie (deux tâches par catégorie). Les résultats de cette étude (Gentile 1972b) ont offert un support partiel à ce système. Cependant Gentile et coll. (1975) ont été amenés par la suite à modifier ce premier système de classification en intervenant sur les définitions des tâches ouvertes ou fermées et en ajoutant une dimension supplémentaire : la présence ou l’absence de variabilité inter-essais (tableau 5).

69En effet, plusieurs questions importantes sont posées par la catégorisation des tâches ouvertes et fermées. Si nous observons un golfeur, nous remarquons que chaque tir est réalisé sur une balle dont la localisation spatiale par rapport au « green » est unique et nouvelle. Le mouvement s’organise donc à chaque essai par rapport à une nouvelle localisation spatiale même s’il y a certitude et, par conséquent, un haut degré de prévisibilité spatiale et temporelle de la balle pour chaque tir. Autrement dit, la localisation de la balle change de tir à tir, bien que pour un swing donné elle ne change pas de position dans l’espace et le temps. Ainsi, les mouvements du swing s’organisent en fonction de la localisation actuelle de la balle sur le parcours et en fonction du club sélectionné par le pratiquant. Dans de nombreuses habiletés dites fermées, l’environnement de la performance est stable et prévisible. Il y a cependant une variabilité inter-essais dans cet environnement qui détermine une grande variété de mouvements, et non pas la stéréotypie comme le pensent Poulton et Knapp. Par ailleurs, des habiletés ou des tâches dites ouvertes peuvent exiger des mouvements constants. Dans une tâche de tir sur une cible se déplaçant de manière linéaire dans le plan frontal (comme dans les stands de foire), les dimensions spatiales restent inchangées pendant l’essai même si la cible se déplace. Des données récentes suggèrent que des habiletés dans lesquelles les objets se déplacent à une vitesse constante et dans la même localisation spatiale peuvent aussi être appelées habiletés fermées. C’est-à-dire que les mouvements sont organisés de manière similaire tant qu’une dimension de l’environnement, et une seule, varie à l’intérieur d’un essai donné. La prise en compte de la non-variabilité inter-essais fait qu’une habileté précédemment considérée comme ouverte peut, dès lors, être considérée comme fermée. Comment expliquer cela ?

70Les environnements stationnaires imposent uniquement des contraintes spatiales sur l’organisation du mouvement. En revanche, les environnements mobiles imposent simultanément des contraintes spatiales et temporelles. Ces contraintes temporelles requièrent que le pratiquant compense, grâce à l’anticipation, la quantité de temps nécessaire pour traiter l’information. Cependant ce temps requis pour, lors d’un essai, recueillir, sélectionner et exécuter la réponse, peut être fortement réduit si le pratiquant a une information antérieure concernant la nature des contraintes environnementales. Lorsque les conditions ne varient pas d’un essai à l’autre, une telle information est disponible et l’anticipation du déplacement temporel peut faire que la tâche puisse être assimilée à une tâche fermée.

71Remarquons toutefois que, dans la réalité sportive, la variabilité inter-essais semble être la règle. Les objets mobiles varient dans leurs caractéristiques spatio-temporelles d’un essai à l’autre. C’est seulement à travers l’ingéniosité de l’homme que des matériels ont été développés en laboratoire pour permettre aux objets de se déplacer de la même façon à travers des présentations répétées. En réalité, c’est seulement à travers l’intervention de moyens mécaniques (gouttière, par exemple) et électroniques qu’il est possible de produire le même déplacement plusieurs fois de suite.

Tableau 5 — Modification du système de classification des tâches motrices de Gentile (d’après Gentile et coll., 1975).

72Les définitions des tâches ouvertes et fermées ne rendent pas bien compte de ces deux cas. Il semblerait en fait qu’au lieu d’avoir simplement deux niveaux d’une seule variable, il y aurait deux niveaux sur deux dimensions : un des facteurs étant constitué par la variabilité inter-essais des conditions régulatrices, l’autre facteur par les conditions environnementales stationnaires ou mobiles.

73On détient donc ici un système de quatre catégories :

  1. environnement stable : pas de variabilité inter-essais (pratique du golf dans un « practice », saut en longueur) ;
  2. environnement stable avec variabilité inter-essais (saut en hauteur, jeu de golf sur le terrain) ;
  3. environnement instable sans variabilité inter-essais (entraînement au tennis avec lance-balles à vitesse et trajectoire constantes) ;
  4. environnement instable avec variabilité inter-essais (smash au volley sur passe d’un partenaire, tennis, etc.).

74Bien que ce système ait envisagé plusieurs dimensions rendant mieux compte des caractéristiques des tâches, la critique principale que l’on peut lui adresser, toujours dans le cadre de la régulation environnementale, est qu’il ne distingue pas de degré dans cette régulation et, surtout, qu’il ne dissocie pas la part prise par la régulation spatiale et la régulation temporelle. Certes, Gentile et coll. ont ajouté trois sous-catégories dans la catégorie 4 de leur modèle modifié, sous-catégories qui sont une tentative de dissociation de la régulation spatiale et temporelle ; il faut néanmoins remarquer que cela ne concerne, d’une part, que cette catégorie et, d’autre part, que la variabilité inter-essais. L’absence de variabilité inter-essais n’est pas prise en compte dans ce système de classification. Nous verrons plus loin que Higgins a cherché à répondre à cette dissociation des éléments spatiaux et temporels.

75Par la suite, Gentile et coll. ajouteront une dernière dimension : le contrôle temporel externe. Il s’agit, par exemple, des commandements « go », « stop » et « go - stop », ainsi que des éléments rythmiques qui, pour certaines tâches, ont une influence régulatrice sur les mouvements en danse, en GRS où l’exécution requiert un support musical. Ces facteurs d’ordre temporel peuvent être définis comme le commencement d’un mouvement (go), la fin d’un mouvement ou d’une séquence de mouvement (stop), une période à l’intérieur de laquelle les mouvements doivent être accomplis (go - stop) et une structure temporelle à laquelle les mouvements doivent se conformer (rythme).

76Mais cette dimension concerne essentiellement le contrôle temporel du début de l’action ou de sa fin. Est-ce le sujet ou est-ce l’environnement qui contrôle cet aspect temporel ? Nous entrons là dans un autre aspect de la dichotomie « ouvert — fermé ». II concerne, non pas la régulation spatiale, mais plutôt la régulation temporelle du mouvement. Ici, le principe de classification des tâches motrices repose sur « l’allure », c’est-à-dire le type de contrôle temporel imposé au déclenchement du mouvement. Il repose, nous le verrons, sur les caractéristiques objectives des tâches.

Système de classification : « allure libre - allure imposée »

77Farrell (1974) a, lui aussi, repris la dichotomie « fermé — ouvert » de Poulton et Knapp. Il a cependant essayé d’identifier certains déterminants partiels de ces conditions environnementales afin de définir de manière plus spécifique ce continuum. Son système repose sur la notion de contrôle du moment du déclenchement de la réponse.

78Prenons le geste de lancer à bras cassé une balle de hand-ball et considérons trois conditions environnementales dans lesquelles ce geste peut se dérouler :

  • deux joueurs qui s’échauffent en se lançant à tour de rôle la balle ;
  • un tir de penalty ;
  • une passe vers un partenaire en contre-attaque.

79Dans les deux premiers exemples, le lanceur a le contrôle du moment de déclenchement de sa réponse. Dans le troisième, ce sont les conditions extérieures (course du partenaire et des adversaires) qui déterminent le moment du déclenchement et même la sélection de la réponse. La reformulation par Farrell du concept « ouvert — fermé » de Poulton est la suivante : lorsque le mouvement s’éloigne progressivement du contrôle direct du pratiquant, l’habileté devient plus « ouverte ».

80La même idée directrice guide Singer (1972) dans le choix de son principe de classification. Il distingue les activités sous contrôle temporel externe et celles sous contrôle temporel interne. Dans les premières, l’environnement est mobile, ce qui a pour conséquence d’imposer le moment du déclenchement du mouvement. Dans les secondes, l’invariance des conditions entraîne la possibilité pour le sujet de choisir le moment de l’action. À titre d’exemple, Singer ordonne différentes disciplines sportives le long d’un continuum représenté à la figure 18.

81On retrouve encore cette extension du continuum « ouvert — fermé » dans le concept « allure libre — allure imposée » (pacing) que Robb (1972a et b) semble avoir été la première à formuler. Il concerne l’organisation temporelle du mouvement et s’apparente de très près à l’interprétation de Farrell du concept « ouvert — fermé ».

Figure 18 — Classification des disciplines sportives en fonction du continuum allure libre — allure imposée (d’après Singer, 1972).

82Nous avons vu, avec Farrell, que le concept « ouvert — fermé » pouvait être interprété en termes de contrôle temporel du déclenchement du mouvement avec, d’un côté, le contrôle par le pratiquant (fermé) et, de l’autre, le contrôle externe (ouvert). Pour Robb, le concept d’allure se réfère à la manière dont la configuration temporelle du mouvement est régulée. Dans certains cas, le pratiquant n’a aucun pouvoir de choisir le déclenchement du mouvement. Des facteurs extérieurs contrôlent dans une large mesure ce déclenchement. Ainsi, au basket, le joueur doit sans cesse ajuster temporellement son mouvement en relation avec les signaux extérieurs (autres joueurs, balle, etc.). Dans de tels cas, les configurations temporelles du mouvement sont à allure extrinsèque. Le concept d’allure est en relation avec le taux d’information qui arrive. Un mouvement dont l’allure est déterminée extérieurement est un mouvement où le pratiquant n’a pas de contrôle direct sur le taux d’information qui arrive. Un joueur de tennis ne peut pas contrôler le taux d’information entrante et doit ainsi exécuter une tâche à allure extrinsèque. Les mouvements de l’adversaire et de la balle déterminent le moment du déclenchement de l’action du joueur. Le joueur doit donc analyser l’information au rythme déterminé par quelque chose ou quelqu’un d’autre.

83Dans d’autres sports, le déclenchement du mouvement est à allure intrinsèque. Un mouvement dont l’allure est réglée intérieurement permet au joueur de régulariser les informations qui lui arrivent et de déclencher lui-même la séquence de mouvement. Conduire une auto est une tâche à allure intrinsèque parce que le conducteur peut contrôler le taux d’information entrante en jouant sur la vitesse d’accélération du véhicule.

84Il existe enfin une troisième catégorie de tâches : celles dont l’allure est mixte. Pour la conduite automobile, par exemple, le conducteur régularise l’information entrante en contrôlant son accélération, mais, s’il y a beaucoup de trafic, il est aussi extérieurement contrôlé. De la même manière, le skieur peut déclencher le mouvement et/ou contrôler d’une certaine manière le taux d’information entrante : descendre lentement ou vite, tourner à son propre rythme. Mais skier sur une piste noire de monde change la modalité de l’allure. C’est désormais une tâche à allure mixte.

85Les trois systèmes de classification de tâches motrices de Farrell, de Singer et de Robb ont adopté le principe de classification qui repose sur les caractéristiques intrinsèques des tâches et non pas sur les processus que le pratiquant met en œuvre dans leur accomplissement. Singer et Gerson (1981) ont eux aussi adopté la dichotomie allure libre — allure imposée. Mais à l’instar du système de Gentile, ils proposent un système mixte qui utilise simultanément les caractéristiques de la tâche et les fonctions requises chez les sujets. Ces auteurs proposent un modèle de classification des tâches selon trois dimensions.

  • La première inclut les principaux mécanismes de traitement de l’information : le mécanisme sensori-perceptif, le mécanisme de traitement central, le mécanisme générateur de mouvements. Normalement, la théorie de l’information décrit beaucoup plus de mécanismes de traitement que ceux qui sont inclus dans le tableau 6. Mais, pour les besoins de l’analyse, ils ont été regroupés en trois mécanismes principaux. D’autre part, dans la réalisation de n’importe quelle habileté motrice, les trois mécanismes sont impliqués. Cependant, certains sont plus essentiels que d’autres à la réalisation d’une habileté particulière. Le tableau prend donc en considération la demande de traitement la plus critique, c’est-à-dire celle dont le mécanisme correspondant est indispensable pour une performance correcte et efficace.
  • La deuxième dimension inclut l’allure à laquelle s’effectue le mouvement : allure libre, allure imposée et allure mixte.
  • La troisième dimension fait référence aux possibilités d’utilisation de feedback. Il y a deux types de tâches, celles qui mettent en jeu des mouvements balistiques, le feedback n’étant disponible qu’à la fin du mouvement, et celles qui mettent en jeu des mouvements contrôlés, le feedback étant disponible pendant toute la durée du mouvement. En combinant ces trois dimensions, on obtient un tableau de classification des tâches avec dix-huit cases, où toutes les activités motrices, qu’elles soient sportives ou non, peuvent être classées. Le golf, par exemple, peut se situer dans la case 18 (mouvement balistique, allure libre, mécanisme générateur du mouvement). Une activité qui consiste à taper une balle peut être située dans la case 4 (mouvement balistique, allure imposée, mécanisme perceptif). Le ski de descente peut se situer dans la case 14 (mouvement contrôlé, allure libre, mécanisme de traitement central).

Tableau 6 — Système de classification (d’après Singer et Gerson, 1981).

La procédure de classification

86La troisième étape dans l’élaboration de notre système consiste à choisir une procédure particulière de classification. Il s’agit en fait de répondre à la question : comment peut-on ranger systématiquement les tâches motrices en catégories de difficulté ? Pour y parvenir, nous proposons quatre stades d’élaboration.

Définir le domaine des descripteurs

87Lorsque l’on cherche à construire un système de classification des tâches motrices, la première opération à réaliser, après avoir défini l’intention et les principes de classification, est de spécifier le domaine et la nature des descripteurs. Le point de départ de cette spécification est évidemment le principe de classification choisi antérieurement. En effet, le domaine des descripteurs ne sera pas du même type si l’approche retenue concerne les ressources requises ou au contraire les conditions objectives de la tâche. Dans l’étape précédente, nous avons sélectionné l’approche des caractéristiques de la tâche comme étant le principe qui convient le mieux à notre intention : classifier les tâches en fonction de leur difficulté objective. Il s’agit maintenant de décider quel va être le domaine particulier de ces caractéristiques, et sur quels éléments de la tâche nous chercherons à les identifier : le but, les conditions environnementales de nature bio-informationnelle ou bio-énergétique, ou bien encore les procédures à respecter. Conformément à ce que nous avons annoncé précédemment, nous limiterons le choix du domaine des descripteurs aux différentes sortes d’incertitude liées au but de la tâche et à celles en provenance de l’environnement ou du corps du pratiquant.

88Dans une publication antérieure (Famose, 1983), nous avons exposé la plupart des types d’incertitude qui, en général, ont été manipulés dans différentes expériences inspirées par la théorie du traitement de l’information :

  • au niveau des conditions environnementales : incertitude spatiale, temporelle, événementielle ; rapport signal - bruit, temps accordé ;
  • au niveau des opérations : transport — non-transport du corps ; compatibilité ; grandeur d’erreur permise d’ordre spatial et d’ordre temporel ;
  • au niveau du but : clarté du but et nombre de sous-buts composants ;
  • au niveau du feedback : caractère balistique ou continu du feedback et nature extéro- ou intéroceptive de celui-ci.

89À la fin de cette étape, nous avons donc une série de descripteurs permettant potentiellement d’identifier les classes et de servir de fondement à un système de classification stable et valide.

Donner des définitions opérationnelles, objectives et fiables

90Dans l’idéal, un système de classification des tâches ne sera valide et fiable que si les descripteurs sont définis de manière très opérationnelle, afin de permettre à tous les utilisateurs de bien situer dans la même classe les tâches qu’ils considèrent. Il paraît donc nécessaire de développer des définitions objectives et concises des descripteurs qui permettent de faire des distinctions nettes entre les différentes catégories de tâches. Les termes choisis seront dépourvus d’ambiguïté. L’exigence d’une telle définition devient critique lorsque le système de classification doit être utilisé par un grand nombre de personnes, ce qui est généralement le cas des éducateurs. Très souvent, les termes retenus ne sont pas familiers (par exemple : l’incertitude temporelle, la compatibilité, etc.). Parfois, au contraire, ils sont trop familiers et chaque utilisateur peut y trouver une signification personnelle (prise de décision, résolution de problème). Par conséquent, il est souhaitable d’entraîner les utilisateurs à la signification de la nomenclature. Cependant, l’efficacité de cet entraînement ne peut être obtenue que si les définitions ont été bien apprises.

91Pour passer rapidement en revue chacune des définitions relatives aux descripteurs précédemment énumérés, nous avons pris l’exemple du tennis, et plus précisément, la tâche à laquelle est confronté celui qui reçoit le service de l’adversaire (le relanceur). Ce choix ne signifie absolument pas que cette classification concerne uniquement l’apprentissage d’habiletés sportives. Il est déterminé uniquement par le fait que cette activité est connue de tous. Nous avons dénombré cinq dimensions sur lesquelles peut varier la tâche au niveau des conditions environnementales de nature bio-informationnelle.

  • L’incertitude spatiale, nous l’avons vu, est en rapport avec la possibilité qu’a le relanceur de prévoir l’endroit OÙ va aller la balle dès qu’elle a été frappée. Cette incertitude est d’autant plus grande que la balle se déplace simultanément dans trois plans dans l’espace. Elle sollicite plus particulièrement le stade perceptif.
  • L’incertitude temporelle se rapporte à la possibilité qu’a le relanceur de prévoir QUAND la balle va arriver à un endroit donné. Ce qui va être déterminant dans cette incertitude, c’est la plus ou moins grande régularité des positions successives de la balle. Une balle qui s’accélère sous l’effet du lift est moins prévisible dans cette dimension qu’une balle dont la progression est régulière. Cette incertitude sollicite aussi essentiellement le stade perceptif.
  • L’incertitude événementielle, ou incertitude inter-essais, représente la probabilité que l’on a de prévoir QUEL événement va survenir. Le relanceur au tennis se trouve par exemple face à trois alternatives, chacune exigeant une réponse différente : son adversaire va servir soit sur son revers, soit sur son coup droit, soit directement sur lui. Plus il y a d’alternatives, plus l’incertitude est élevée. Ce type d’incertitude est en relation à la fois avec le stade perceptif, dans la mesure où le sujet doit formuler des probabilités subjectives, et avec le stade de décision, dans la mesure où le sujet doit choisir un état de préparation de la réponse en rapport avec ces probabilités subjectives.
  • La discrimination est la possibilité de bien distinguer dans l’environnement les signaux pertinents à la réalisation de la tâche. Tout le monde a joué au tennis à la tombée de la nuit et a pu constater, à ce moment-là, une dégradation de la performance à cause, justement, de ce manque de discrimination et de l’incertitude élevée qui en découle. Elle sollicite ici encore le stade perceptif.
  • La durée de présentation du stimulus est le temps disponible au relanceur pour percevoir la trajectoire de la balle. Plus ce temps est court, plus le taux d’informations à traiter augmente. Cette caractéristique représente le temps accordé au stade perceptif pour accomplir les différentes opérations de traitement requises par les différentes sortes d’incertitudes énumérées ci-dessus.

92On peut déjà remarquer que celles-ci peuvent se combiner et accroître ainsi la quantité globale d’informations à traiter. Considérons maintenant les dimensions d’incertitude liées au stade effecteur.

93 La dimension transport — non-transport du corps. À ce niveau, ce qui fait la difficulté de la tâche motrice, c’est, nous l’avons vu, la difficulté de sélectionner et d’assembler les unités motrices qui composeront la réponse. Plus il y a d’alternatives possibles dans le choix de ces unités, plus la tâche devient difficile. Par exemple, notre relanceur au tennis est confronté à moins d’incertitude lorsqu’il frappe une balle en étant stationnaire, que lorsqu’il la frappe en se déplaçant.

94 La dimension grandeur d’erreur permise. Elle est liée à la précision requise de la « paramétrisation » du mouvement. Plus la marge d’erreur est réduite, plus le processus de sélection et d’organisation des unités motrices va être sollicité. Lancer une balle contre un mur ou lancer cette balle sur une cible étroite sollicite différemment ce processus. Pour le joueur de tennis, renvoyer une balle au milieu du court et faire un passing le long du couloir seront deux choses différentes d’un point de vue de la sollicitation de cette opération mentale. La grandeur d’erreur permise peut être soit d’ordre spatial (dans ce cas, elle concerne la paramétrisation du mouvement en direction et en distance), soit d’ordre temporel (elle concerne alors la paramétrisation du mouvement en durée et le moment de déclenchement).

95 La compatibilité. Elle concerne l’association entre un signal ou un objet quelconque et un mouvement. Elle est liée à ce que l’on appelle des stéréotypes de population. Les relations compatibles sont les relations que la plupart des gens croient être les plus naturelles. Si l’on demande à un sujet de répondre à deux signaux lumineux en pressant avec le doigt deux boutons, on dit que cette tâche est compatible si les signaux lumineux sont organisés d’une façon spatialement similaire. Plus une association est stéréotypée, plus elle est compatible. Les relations moins compatibles exigent de la part du sujet un traitement de l’information supplémentaire. Il est possible de manipuler le degré de compatibilité en exigeant, pour un même objet ou un même signal, une réponse différente de celle qui aurait été normalement appropriée. C’est la raison pour laquelle cette dimension de la tâche sollicite plus particulièrement le stade de décision.

96Envisageons à présent les dimensions liées à l’élément but.

97 La clarté du but. Elle fait référence au nombre d’alternatives qui sont possibles pour réaliser le but. Plus il y a d’alternatives, plus la tâche est difficile sur cette dimension. Si le serveur suit son service à la volée, le but de la tâche du relanceur est d’essayer de le passer. Il peut y parvenir soit en lobant, soit en croisant, soit en longeant la ligne du couloir. Si nous généralisons cette définition, nous pouvons dire que plus la consigne est générale et mal définie (donc moins elle est précise), plus il y a d’alternatives possibles.

98 Le nombre de sous-buts. L’atteinte d’un but quelconque suppose généralement la réalisation soit simultanée, soit successive, d’un certain nombre de sous-buts. En aviron, le but principal peut être d’aller droit ; pour l’atteindre, il faut que les deux rames touchent l’eau en même temps, au même endroit, avec la même inclinaison et il faut que le rameur tire sur les deux rames avec la même force. Plus il y a de sous-buts à réaliser en même temps, plus c’est difficile, toujours du point de vue du traitement de l’information. Si les sous-buts doivent être atteints séquentiellement, c’est plus délicat que s’il y en a peu. Au tennis, un coup lifté, par exemple, est plus difficile qu’un coup frappé à plat, du fait de la réalisation simultanée d’une frappe et d’un effet.

99Reste à examiner enfin les deux dimensions accolées à la deuxième source d’incertitude dont nous avons parlé plus haut et qui concernent la partie contrôle du mouvement. L’exécution d’un mouvement précis est composée d’une succession de corrections dépendant de l’analyse du signal d’erreur appelé feedback. Ce signal représente la différence perçue par l’exécutant entre le but désiré du mouvement et le but qui va être atteint. La réponse à ce signal est l’exécution de la correction appropriée. Du point de vue de la théorie de l’information, les dimensions qui peuvent être placées au niveau du feedback sont en rapport avec son incertitude.

100 La dimension mouvement balistique — mouvement contrôlé. L’exécution de mouvements qui n’exigent pas de correction ne fait peser aucune demande sur la capacité de traitement de l’information. Ce sont les mouvements qui se déroulent en boucle ouverte (mouvements balistiques). Par contre, les mouvements contrôlés qui fonctionnent en boucle fermée exigeront un traitement de l’information : plus le contrôle est important, plus la charge est grande. Nous retrouvons ici l’indice de difficulté de la tâche de Fitts décrit plus haut.

101 La dimension feedback extéroceptif — feedback intéroceptif. La charge de traitement de l’information va dépendre, donc, de la détection et de la correction des erreurs. Cette charge est d’abord liée à la détection du feedback, c’est-à-dire à la quantité d’incertitude présente dans ce feedback. L’information pour la détection des erreurs viendra principalement des feedback visuels et proprioceptifs, et la quantité d’information dans de tels signaux dépendra de leur incertitude. Or, nous pouvons affirmer avec Welford (1977) que nous sommes rarement au courant dans le détail des diverses exigences de la tâche, mais plutôt de son objet ou de son but. De façon similaire, nous sommes rarement conscients des actions précises et détaillées que nous entreprenons, mais plutôt des modifications que nos actions apportent à une situation extérieure. De ce point de vue, les signaux extéroceptifs, comparant le but et la réalisation, seront moins incertains, plus facilement détectables que les signaux proprioceptifs. La technique du bio-feedback est d’ailleurs une technique de transformation de signaux intéroceptifs en signaux extéroceptifs facilitant la réalisation de certains mouvements.

102Signalons qu’une fois le signal d’erreur perçu, il y aura une nouvelle charge de traitement de l’information qui va, elle, consister à organiser et déclencher le mouvement qui annulera cette erreur.

103À ces descripteurs d’une tâche motrice à caractère bio-informationnel, identifiés dans un travail antérieur (Famose, 1983), nous ajouterons, par la suite, certaines dimensions identifiées par Billing (1980), Herkowitz (1978), Landers et Boutcher (1986).

Les systèmes de classification qualitatif et quantitatif

104Après avoir choisi le domaine des descripteurs de la tâche, c’est-à-dire les différentes sources d’incertitude en rapport avec le but, les conditions environnementales de nature bio-informationnelle et les procédures, deux solutions se présentent à celui qui cherche à constituer un système de classification. Il s’oriente soit vers un système de type qualitatif, soit vers un système de type quantitatif.

1 — Classification qualitative

105Dans une classification qualitative, le descripteur s’applique ou ne s’applique pas à la tâche qui est examinée. Par exemple, l’environnement est-il instable ou non ? Est-il certain ou non ? Un système de classification qualitatif est construit sur la présence ou l’absence d’une série de descripteurs qui sont considérés comme des attributs des tâches. Le système de classification des situations motrices élaboré par Parlebas (1981) illustre parfaitement ce mode de classification (figure 19). On y trouve trois descripteurs :

  • l’incertitude issue de l’environnement (I),
  • l’interaction praxique avec partenaire (P),
  • l’interaction praxique contre adversaire (A).

« Chaque situation peut être caractérisée par le fait qu’elle possède ou non chacun de ces trois paramètres. La combinatoire de ces trois facteurs, traités de façon binaire en termes de présence ou d’absence, conduit à huit catégories différentes. Cette procédure effectue une partition de l’ensemble des situations motrices en huit classes d’équivalence. »

La classification prend en compte les trois critères de différenciation : I, P et A, traités de façon binaire (un symbole surligné signale la non-présence du critère correspondant). Chacun des huit chemins de l’arbre définit une classe d’équivalence.
Figure 19 — Classification en arbre de l’ensemble des situations motrices (d’après Parlebas, 1981).

106Nous signalons ici, sans développer outre mesure, qu’il existe deux types de système de classification qualitatif : les systèmes monothétique et polythétique.

107Dans les systèmes de classification monothétiques, auxquels appartiennent la plupart des systèmes que nous avons présentés – Poulton (1957), Fitts (1962), Singer (1972), Farrell (1974), Parlebas (1981), etc. –, chaque catégorie de tâche est définie grâce à une série unique d’attributs. Cette série est généralement petite, de sorte que la possession de ces caractéristiques soit à la fois nécessaire et suffisante pour appartenir à la classe ainsi définie. Ainsi, dans le système de Parlebas, pour appartenir à la classe des situations psychomotrices, il faut que le milieu soit certain, et qu’il n’y ait pas d’interaction avec des partenaires et des adversaires.

108De même, nous avons proposé (Famose, 1982a et b) un système de classification qualitatif monothétique des tâches prescrites par l’enseignant ou l’entraîneur (tableau 7). Ce système repose sur l’approche des caractéristiques de la tâche. Ici aussi, il y a trois descripteurs correspondant aux trois éléments de la tâche : but, conditions environnementales, opérations. Chacun de ces éléments peut être spécifié ou non par le maître. Par exemple, pour appartenir à la classe des tâches semi-définies de type II, il faut que le but soit spécifié, que l’aménagement matériel soit spécifié et les opérations non spécifiées. De même, une tâche définie de type II peut être décrite comme une tâche dans laquelle les attributs (but spécifié, opération spécifiée et aménagement matériel spécifié) sont présents ; dans une tâche non définie de type I, les attributs (but non spécifié, opération non spécifiée et aménagement matériel non spécifié) sont présents. En d’autres termes, une pondération de « un » est assignée à ces attributs qui définissent un type particulier de tâche et une pondération de « zéro » à ces attributs non inclus dans la définition de ce même type de tâche. Trouver par exemple les attributs : but non spécifié, opérations non spécifiées et aménagement matériel non spécifié présents dans une tâche spécifique (comme dans « Les enfants, vous faites ce que vous voulez en utilisant le matériel que vous désirez ») indique que la tâche peut être catégorisée comme une tâche non définie de type I. Ainsi, dans ce type de système, chaque classe a une série unique d’attributs qui la définit. « Les classifications monothétiques sont celles dans lesquelles les classes établies diffèrent par au moins une propriété qui est uniforme parmi les membres de chaque classe » (Sokal, 1974).

Tableau 7 — Différents types de tâches selon les spécifications de la consigne (d’après Famose, 1982).

109Dans les systèmes de classification polythétique, on recherche la configuration totale des caractéristiques qui peut être attribuée à chaque tâche. Les tâches qui partagent le plus grand nombre de caractéristiques communes sont placées dans la même catégorie. Il ne s’agit plus ici de considérer uniquement une série d’attributs définis a priori. Aucun attribut simple n’est nécessaire et suffisant pour être membre de la classe : « Dans les classifications polythétiques, les catégories sont des groupes d’individus ou d’objets qui partagent une grande proportion de leurs propriétés mais il n’y a pas nécessairement un agrément pour chacune des propriétés. Aucune propriété simple, uniforme, n’est requise pour la définition d’un groupe donné, ni aucune combinaison de caractéristiques n’est nécessaire pour la définir » (Sokal, 1974). Ce type de classification s’impose surtout lorsque de nombreuses propriétés sont utilisées pour classer les entités. La similarité peut être exprimée ici en termes du nombre d’attributs communs par rapport au nombre total d’attributs sous considération.

110Nous ne développerons pas davantage ce mode de classification dans la mesure où, à notre connaissance, il n’a pas été employé dans les divers systèmes de classification des tâches motrices connus à ce jour. Le mentionner était cependant nécessaire, une telle procédure de classification n’étant pas à exclure a priori.

2 — Classification quantitative

111Dans ce type de classification, les jugements quant à la présence ou l’absence d’éléments sont énoncés en termes de degré. En général, des échelles ordinales sont utilisées pour décrire les attributs, pour établir des différences entre les tâches. La quantité, ou degré, selon lequel les attributs sont présents est alors prise en considération (par exemple, la quantité de force explosive). Nous avons vu que les classifications qualitatives ont toujours traité l’incertitude de l’environnement en termes de présence ou d’absence. Milieu certain ou incertain chez Parlebas (1981), environnement stable ou instable chez Fitts (1962), Gentile (1972a et b), Arnold (1985), environnement prévisible ou imprévisible chez Poulton (1957). Mais on peut aussi différencier les tâches en fonction de la quantité d’incertitude. Toutes les tâches possèdent les mêmes caractéristiques, mais à un degré différent.

112Pour évaluer ce degré, l’utilisation d’échelles est rendue nécessaire. Elles sont du même type que celle que nous avons proposée plus haut à propos de l’incertitude spatiale.

113Dans le cadre de notre préoccupation, un point mérite d’être souligné ici : les systèmes qualitatifs (et surtout de ceux qui introduisent une dichotomie) sont inaptes à rendre compte de la difficulté des tâches motrices. Si nous reprenons le continuum de Knapp : « Le fait qu’une habileté soit située à l’une ou l’autre extrémité du continuum n’implique nullement qu’il soit plus ou moins difficile d’y devenir un champion. Pour devenir un champion dans les habiletés fermées, le sujet doit acquérir des coordinations musculaires synchronisées presque parfaites, et travailler dur ensuite pour développer sa force et sa puissance. Il ne peut masquer ses insuffisances techniques ou physiques. En revanche, pour briller dans des spécialités ouvertes, telles que les jeux de raquette ou d’équipe, l’escrime ou la boxe, l’individu doit être capable de faire face à une grande variété de situations ; mais il peut, s’il est habile, contrôler ces situations dans une certaine mesure. Il peut donc compenser les insuffisances de sa technique ou des aptitudes physiques » (Knapp, 1971).

114Nous sommes donc loin d’un système de classification qui nous permette de distinguer entre les tâches à la fois en nature et en difficulté. On ne peut pas faire la différence entre la difficulté relative des habiletés ouvertes et fermées ni à l’intérieur de chaque catégorie. Ensuite, rien ne nous permet de dire ce qui rend une habileté ouverte plus difficile à réaliser qu’une autre.

Le système de Fitts

115Cette impossibilité à relier les systèmes qualitatifs à la notion de difficulté est parfaitement illustrée par le système de Fitts (1962).

116Dans le domaine des descripteurs en rapport avec les conditions environnementales, la première taxonomie de Fitts cherche à établir la relation système de classification qualitatif — difficulté de la tâche. Il a été l’un des premiers à proposer un système hiérarchique de classification des tâches motrices fondé sur une difficulté croissante. Cette classification repose sur l’état du système sujet - tâche avant le déclenchement du mouvement (tableau 8). Deux caractéristiques de ce système sont prises en compte. Premièrement, le corps de l’exécutant avant le déclenchement du mouvement est-il stationnaire ou en mouvement ? Deuxièmement, l’objet sur lequel va porter l’activité est-il stationnaire ou en mouvement ? Une troisième caractéristique est issue des deux premières : l’objet et le corps sont-ils en même temps stationnaires ou en mouvement ?

Tableau 8 — Système de classification des tâches motrices (d’après Fitts, 1962).

117Fitts a identifié trois niveaux de difficulté dans sa classification hiérarchique. Le niveau 1 de difficulté est considéré comme le moins difficile et le niveau 3 le plus difficile.

118Les tâches de type I (niveau 1) sont celles dans lesquelles l’exécutant et l’objet sont immobiles avant l’exécution du mouvement. Le golf, par exemple, est une activité de type I puisque le corps et la balle sont immobiles avant le déclenchement de l’action. Il en est de même pour le tir à l’arc.

119Les tâches de niveau intermédiaire de difficulté (niveau 2) sont celles dans lesquelles, soit le pratiquant est en mouvement alors que l’objet est immobile (type III), soit l’objet est en mouvement et le corps stationnaire (type II). Un tir de penalty au football ou un coup franc au rugby sont des tâches de type III. Le geste d’un batteur de base-ball appartient au type II. Les types II et III relèvent du même niveau intermédiaire de difficulté de la tâche.

120Les tâches de niveau 3 de difficulté (type IV) impliquent à la fois des mouvements du corps avant le départ de l’action et un déplacement de l’objet. Un joueur de tennis se déplaçant pour frapper une balle de l’adversaire effectue une tâche dont la difficulté est de niveau 3. Ces tâches où à la fois le corps et l’objet sont en mouvement sont plus difficiles que celles où le corps et l’objet sont stationnaires.

121Qu’est-ce qui a permis à cet auteur d’établir cette hiérarchie dans la difficulté ? Dans ce système, la difficulté est considérée de manière objective et n’implique pas le niveau d’habileté du pratiquant. La tâche de type IV appartenant au niveau 3 est la plus difficile du fait de la quantité d’informations essentielles qui doit être traitée par le sujet. Quand le pratiquant est en mouvement au moment du déclenchement de la réponse (mouvement de lancer), peu de temps lui est accordé pour présélectionner la position du corps, d’autant plus que le changement constant de la position de celui-ci augmente considérablement la quantité d’informations à traiter. De même, lorsque les stimuli environnementaux régulateurs sont en mouvement, la complexité de la tâche est accrue du fait des demandes d’enregistrement visuel et d’anticipation auxquelles est confronté le sujet. En conséquence, les tâches de type I peuvent être relativement faciles, celles de type II et de type III de difficulté intermédiaire, et celles de type IV relativement difficiles.

122Un mouvement de lancer exécuté dans les conditions statiques du type de tâche I (corps stable, environnement stable) n’exige des sujets aucune anticipation. Par contre, dans les conditions de type II (corps stable, environnement instable), les sujets sont confrontés à un stress temporel durant lequel ils doivent prédire la durée de leur mouvement de lancer et celle du vol du projectile, ainsi que la position de la cible quand la réponse sera terminée. Les tâches de type III (corps instable, environnement stable) exigent la même série de prédictions avec, cependant, une exception importante : puisque c’est le corps plutôt que la cible qui est en déplacement, le pratiquant doit estimer la position de son corps par rapport à la cible à l’instant précis où se termine la réponse. Les tâches de type IV (corps instable, environnement instable) combinent les demandes d’anticipation des tâches de type II et III.

123Cette classification a le défaut de ne pas distinguer, pour ce qui concerne la difficulté, dans les tâches de niveau 2, celles où le corps est en mouvement et celles où c’est l’objet qui se déplace. Cependant, elle a le mérite d’avoir essayé d’introduire une hiérarchie de difficulté objective facilement manipulable. Mais l’impossibilité à différencier la difficulté des types de tâche II et III illustre bien l’inadéquation des systèmes qualitatifs pour rendre compte de la difficulté. Fitts, lui-même, n’a pas cherché à valider son système.

124Cette validation a été recherchée par Hoffman, Imwold et Koller (1983) qui ont conçu une expérience pour examiner les différences de performance de lancer selon les différentes catégories de tâches énoncées par Fitts. Les sujets ont été confrontés aux quatre conditions dans une tâche de lancer de précision. L’appareillage était constitué par une cible qui, soit restait immobile, soit se déplaçait comme le balancier d’une pendule. Les mouvements du corps étaient contrôlés par un siège balancier. Les mouvements de la cible et du corps se faisaient dans le plan frontal et en sens opposé. Les performances dans la tâche IV ont été significativement plus basses que celles des trois autres types de tâches. Les performances pour les tâches II et III ont été significativement plus basses que celles réalisées pour la tâche I. Par contre, les scores pour les tâches II et III n’ont pas différé significativement.

125Les résultats de cette étude mettent en évidence seulement trois catégories indépendantes dans le système de Fitts : la tâche I, IV et une combinaison des tâches II et III. L’impossibilité d’observer des différences significatives entre les tâches II et III suggère que les variables corps stable — environnement instable et corps instable — environnement stable ne sont pas suffisamment distinctes pour garantir une classification exclusive.

126Cette recherche apporte en outre un argument déterminant concernant l’inaptitude de la classification « ouvert — fermé » à permettre une manipulation de la difficulté. Dans les tâches ouvertes, nous l’avons vu, les pratiquants adaptent leur mouvement à un environnement instable et, dans les tâches fermées, à un environnement stable. Les résultats de l’étude de Hoffman, Imwold et Koller suggèrent que les tâches classées comme ouvertes peuvent différer considérablement. On peut dire la même chose pour les tâches fermées. Dans la taxonomie de Fitts, les types de tâche I et III sont des tâches fermées. Cependant, la performance de lancer était significativement meilleure sur I que sur III. Cela montre que les tâches dans lesquelles le corps est en mouvement sont qualitativement différentes de celles dans lesquelles le corps est stationnaire, même si l’environnement reste stable. Ainsi, pour analyser la structure des habiletés motrices, il y a besoin d’accorder une plus grande attention à l’état du corps au moment de l’accomplissement de la tâche. C’est la raison pour laquelle nous avons introduit (voir chapitre I : Différenciation tâche — activité — performance) l’état du corps au niveau des conditions qui accompagnent la réalisation du but. Par ailleurs, les tâches II et IV appartiennent à la catégorie des tâches « ouvertes ». Elles diffèrent cependant en difficulté.

127Cette insuffisance des systèmes qualitatifs pour rendre compte de la difficulté des tâches motrices a conduit les chercheurs dans deux directions différentes. Parfois les auteurs, conscients de ce problème, ont cherché, tout en maintenant le principe d’une classification qualitative, à rajouter une dimension supplémentaire ou un continuum qui rendrait compte de la difficulté. C’est le cas notamment de Holding (1981), Farrell (1974) ou Parlebas (1986). D’autres, comme Higgins (1977) ou Billing (1980), vont se tourner vers des classifications quantitatives. Considérons tour à tour ces deux types de tentatives.

Le système de Holding

128Holding a repris le continuum de Knapp. Il distingue les habiletés en fonction de ce qui est requis. Il fait cependant remarquer que la terminologie habileté ouverte — habileté fermée est malheureuse, puisque les habiletés fermées sont virtuellement « des boucles ouvertes » en termes de contrôle moteur, et vice versa. Malgré cette objection de détail, cette distinction lui semble néanmoins recouvrir une différence réelle. Il rapproche la distinction « ouverte — fermée » de la vieille dichotomie « habileté — habitude », puisque l’habileté fermée devient facilement habituelle. Il propose donc un premier continuum qui va des habiletés perceptives aux habiletés motrices habituelles.

Figure 20 — Système de classification des tâches motrices (Holding, 1981).

129Cependant, Holding introduit en plus de la distinction ouverte — fermée (perceptive — motrice) une autre dimension, orthogonale à la première et susceptible de rendre compte de la difficulté : il s’agit du continuum simple - complexe (figure 20).

130Les habiletés ouvertes — perceptives peuvent être simples ou complexes. Il en est de même pour les habiletés motrices fermées. Comment rendre compte de ces différences dans la difficulté ? Ces difficultés sont dues, d’une part, à deux caractéristiques concernant ce qui est requis (à savoir : activité globale ou fine) et, d’autre part, à deux caractéristiques intrinsèques de la tâche (à savoir : la distinction entre tâche discrète ou continue). Examinons ces deux types différents de descripteurs.

A) Activité globale ou activité fine

131Holding pense, selon la logique de son principe de classification qui repose sur ce qui est requis par la tâche, que les différences dans la difficulté sont celles que l’on retrouve entre les habiletés globales et fines bien que, selon lui, la correspondance soit loin d’être parfaite.

132Les activités globales sont caractérisées par l’utilisation de groupes musculaires importants et, dans ce type d’activité, la précision du mouvement n’est pas aussi importante pour l’efficacité de la performance que dans des activités fines (marche, course, saut, lancer). Toutefois, l’enchaînement harmonieux et coordonné des différentes séquences de ces activités est essentiel à leur réalisation. Les activités fines exigent, au contraire, le contrôle de petits groupes musculaires. Elles réclament la plupart du temps une coordination visuo-manuelle précise (écrire, dessiner, jouer du piano, tirer au pistolet). Les habiletés globales, c’est-à-dire celles qui mettent en jeu un déplacement total du corps (gymnastique de compétition), sont souvent moins difficiles que certaines habiletés fines qui font intervenir la dextérité manuelle (jouer du piano).

133Bien sûr, ces deux catégories représentent les points extrêmes d’un continuum. Il semble en effet évident qu’un grand nombre d’activités motrices se retrouve au centre de ce continuum. Ainsi, lancer une balle de base-ball ou frapper une balle de tennis sont des activités qui sollicitent simultanément des grosses et des petites masses musculaires, et constituent toutes une coordination visuo-manuelle. Il apparaît donc que ce seul descripteur ne permet pas de distinguer la difficulté entre les tâches. Afin de résoudre ce problème, Holding a ajouté un descripteur supplémentaire pour rendre compte de la difficulté : il s’agit de la différence qui peut être faite entre les tâches motrices discrètes et les tâches motrices continues.

B) Tâche discrète ou tâche continue

134Brown et Jenkins (1947) semblent avoir été les premiers à introduire cette distinction. Ils ont proposé trois catégories de tâches : discrète, sérielle et continue. Qu’est-ce qui différencie ces trois types de tâches ? Il semble que ce soit le rapport temporel entre les caractéristiques du stimulus et celles de la réponse.

135La figure 21 représente une classification relativement approximative de quelques tâches ou activités motrices selon le continuum discret — continu établi par Holding (1981).

Figure 21 — Continuum tâches continues - tâches discrètes (Holding, 1981).

136Une tâche discrète est celle dans laquelle les éléments stimuli sont séparés par un intervalle de temps considérable. Fitts et ses collaborateurs ont suggéré que tout intervalle de temps entre deux stimuli supérieur à dix secondes définissait une tâche discrète. Taper une balle de golf est une tâche discrète. Lorsque les stimuli, qu’ils soient identiques ou différents, se répètent de manière régulière à des intervalles plus ou moins réguliers allant d’une fraction de seconde à quelques secondes, la tâche peut être considérée comme sérielle. Taper à la machine est un exemple de tâche sérielle. Lorsque les intervalles entre les stimuli sont encore plus réduits, la tâche peut être considérée comme continue. Conduire une voiture est un exemple de tâche continue. On peut aussi déterminer une tâche discrète ou continue en considérant l’organisation temporelle de la réponse. Si l’on peut identifier précisément le début de l’acte et la fin, elle est classée comme discrète (lancer d’une balle, saut sans élan). Toutefois, nous trouvons souvent dans les activités sportives un enchaînement d’activités discrètes exécutées en succession (départ en planche à voile : monter sur la planche, remonter sa voile, saisir le « wishbone »…, maintenir l’équilibre). Il s’agit là d’une tâche sérielle. Une tâche est identifiée comme sérielle quand le début et la fin des unités peuvent être identifiés mais que les événements se suivent dans une séquence rapide. Dans une tâche sérielle, chaque partie ou phase de l’activité est à la fois réponse au mouvement précédent et stimulus pour le mouvement subséquent.

137Les activités de type continu sont celles où l’on ne peut pas identifier de façon précise et objective le début et la fin du mouvement. Plus précisément, ces repères ne sont pas critiques pour l’exécution de la tâche (tenir le volant d’une automobile, suivre un point sur un radar, courir un marathon, faire du ski). Dans ces tâches, le sujet doit s’adapter et répondre à des informations venant de l’environnement. Il doit tenter de garder le système dans un état d’équilibre.

138Holding parvient donc à une classification « intuitive » des tâches ou des habiletés à deux facteurs (le concept de tâche rejoignant, pour cet auteur, celui d’habileté).

Le système de Parlebas

139Nous avons vu plus haut que Parlebas adopte trois critères pour son système de classification des jeux sportifs : l’incertitude de l’environnement, la co-action avec partenaire et la co-action contre adversaires. Un tel système ne permet pas de différencier des degrés de difficulté à l’intérieur des jeux sportifs à partir de la quantité d’incertitude. Parlebas reconnaît lui-même : « Dans la classification présentée (...), on ne différencie pas une incertitude légère de l’environnement (cross, slalom) d’une incertitude très prononcée et chargée de risques (voile au large, raid à l’aventure). C’est la rançon qu’il faut payer pour obtenir un nombre restreint de classes claires et maniables. » Il admet, cependant, que « les variables retenues acceptent de nombreuses modalités et l’une d’elles peut donner lieu à une mise en échelle (dimension domestication/sauvagerie) » (Parlebas, 1986). Malgré cette tentative d’ajouter des échelles à son système qualitatif, ce dernier ne permet pas de rendre compte de la difficulté des jeux sportifs. Ce n’est d’ailleurs apparemment pas son intention. Il est normal, en revanche, que nous nous posions la question de savoir si, éventuellement, un tel système remplit cette fonction. Il semble y avoir plusieurs raisons à cette impossibilité.

  • La mise en échelle de la dimension domestication/sauvagerie n’est pas opérationnalisée. Considérons l’incertitude de l’environnement. Qu’est-ce qui permet de dire que l’alpinisme comporte plus d’incertitude que le canoë de descente ? Ou encore que la soule comporte moins d’incertitude que le jeu de foulard ? Comme ces échelles ne sont pas opérationnalisées, des positionnements différents sont possibles pour différents juges, ce qui diminue leur fiabilité. Rien ne permet, en effet, d’affirmer que tel sport ou tel jeu sportif est plus difficile que tel autre, même du seul point de vue informationnel. De toute façon, la fiabilité de la classification diminue, quel que soit le système de classification, dès que l’on cherche à classifier des activités sportives ou des jeux dans leur globalité, et non pas des tâches spécifiques les composant.
  • L’incertitude de l’environnement, pour ne prendre qu’elle, est considérée comme une entité unique. Or, la revue de littérature scientifique que nous avons déjà effectuée montre que l’incertitude environnementale est polymorphe. Si l’on additionne les différentes dimensions d’incertitude proposées soit par Billing, soit par nous-même, leur nombre dépasse la quinzaine. Toutes peuvent donner lieu à une mise en échelle. Chacune de celles-ci doit être nécessairement prise en compte si nous voulons comparer de manière suffisamment fine les niveaux de difficulté de tâches différentes. D’autant plus que chaque forme d’incertitude sollicite, en général, des étapes différentes de traitement de l’information.

140La tentative qui consiste à ajouter à des systèmes qualitatifs des dimensions de nature qualitative (Holding) ou quantitative (Parlebas) pour rendre compte de la difficulté paraît donc insuffisante, non pas en soi mais par rapport au problème qui nous préoccupe.

Le système de Higgins

141Le système quantitatif de classification des tâches motrices élaboré par Higgins (1977) utilise uniquement deux dimensions en rapport avec les conditions environnementales de nature bio-informationnelle. Il s’agit des caractéristiques spatiales et temporelles de l’environnement. Ces caractéristiques sont en général décrites séparément afin de permettre une analyse appropriée des tâches motrices. Il faut cependant souligner que, « sur le terrain », elles sont inextricablement liées. Les changements temporels qui se produisent dans l’environnement sont intimement associés aux changements spatiaux. En effet, le déplacement d’un objet ou d’une personne dans l’espace entraîne systématiquement des modifications spatiales et temporelles. Pour l’enseignant, et aussi pour le chercheur, séparer les caractéristiques spatiales et temporelles permet de mieux comprendre la contribution relative de chacune d’entre elles dans la réalisation de l’habileté. Il se peut, en effet, que pour certaines tâches, les caractéristiques spatiales jouent un rôle plus important que les caractéristiques temporelles, ou vice versa. Pour Higgins, « jouer un rôle plus important » signifie avoir une influence régulatrice, ou encore un contrôle plus grand sur les actions du pratiquant. Cette influence régulatrice peut varier simplement par degré. Si l’on considère une tâche quelconque, par exemple, lancer une fléchette sur une cible fixe, il est possible de déterminer subjectivement quelles sont, parmi les caractéristiques spatiales ou temporelles, celles qui accomplissent la fonction régulatrice principale. Puisque la cible est stationnaire, il s’agit ici des caractéristiques spatiales. De même, lorsqu’un joueur de tennis se précipite vers le fond du court dans le but de reprendre un lob déclenché par son adversaire, les caractéristiques spatiales de cette tâche sont plus régulatrices que les caractéristiques temporelles. Ici, le facteur important consiste à déterminer précisément l’endroit vers où la balle se dirige. Dans d’autres cas, par exemple lorsque l’on frappe une balle qui roule, les caractéristiques temporelles sont plus régulatrices. Bien que les propriétés spatiales existent, elles sont peu importantes. Cette configuration des caractéristiques a pour conséquence que le « QUAND » frapper est plus important et plus contraignant. En effet, avant de déclencher sa frappe, le sujet doit prédire « OÙ » il doit diriger sa crosse pour rencontrer la balle. Cette prédiction doit se réaliser en fonction d’une série assez restreinte de possibilités. Par contre, « QUAND » déclencher le coup, pour faire coïncider celui-ci avec l’arrivée de la balle, est plus incertain. La prédiction temporelle est plus requise et est ainsi plus importante.

142À la suite de cette analyse, Higgins a identifié quatre catégories possibles de tâches motrices, en fonction de la nature des conditions spatiales et temporelles de l’environnement. Ces catégories se différencient selon l’importance relative des caractéristiques spatiales et temporelles dans le contrôle du mouvement. Plus précisément dans certaines tâches, une des deux caractéristiques environnementales peut jouer un plus grand rôle que l’autre. Par exemple, les propriétés spatiales peuvent constituer le facteur régulateur le plus important du fait du changement de position des objets dans l’environnement, tandis que les éléments temporels restent relativement constants.

143Les quatre catégories décrites par Higgins sont présentées ci-dessous [les symboles « S » (spatial) et « T » (temporel) sont utilisés comme descripteurs de chaque catégorie ; la lettre capitale désigne le type de contrôle le plus important et la lettre minuscule désigne le type le moins important].

  • s/t : les contraintes imposées par les caractéristiques spatiales et temporelles sont minimales. Ce type de contrôle peut être commun à toutes les tâches à allure libre comme écrire ou parler ou comme dans certaines activités d’expression. Ici, les conditions environnementales biomécaniques peuvent avoir plus d’influence régulatrice.
  • S/t : les caractéristiques spatiales de l’environnement sont plus régulatrices que les propriétés temporelles. Dans des activités ou dans des tâches telles que le golf, le saut en hauteur, le plongeon, la gymnastique, les mouvements sont essentiellement sous le contrôle des caractéristiques spatiales de l’environnement. Autrement dit, l’environnement restreint spatialement les mouvements, tandis qu’il n’existe aucune ou peu de restrictions imposées par les propriétés temporelles de l’environnement. D’un point de vue pédagogique, il sera nécessaire, pour ce type de tâche, de développer la perception spatiale, puisque les caractéristiques temporelles ne paraissent pas avoir une influence aussi forte sur l’organisation du mouvement.
  • s/T : les caractéristiques temporelles de l’environnement sont plus régulatrices que les propriétés spatiales. Nous avons déjà vu que, pour être efficace, un mouvement doit satisfaire aux exigences temporelles de l’environnement. Ici, d’un essai à l’autre, les propriétés temporelles sont moins prévisibles. Lancer une fléchette sur une cible mobile (où la position spatiale de la cible est la même pour chaque essai mais où sa vitesse de mouvement varie) et frapper une balle de base-ball sont quelques exemples d’habileté où les aspects temporels de l’environnement paraissent être les conditions les plus régulatrices.
  • S/T : les caractéristiques spatiales et temporelles des conditions environnementales présentent de fortes contraintes sur l’organisation des mouvements. Le mouvement doit se conformer à la fois aux deux sortes d’éléments. Cependant, les caractéristiques de l’espace et du temps varient dans de telles proportions que la prévisibilité des événements à l’intérieur de l’environnement est relativement basse. Des activités telles que le tennis, le badminton en sont des exemples.

144Le système de Higgins présente à nos yeux le mérite de permettre d’identifier, dans une variété de tâches, la nature des caractéristiques de l’environnement (s/t ; S/t ; s/T ; S/T). Néanmoins, il ne s’accorde que deux degrés de variation dans l’importance de la régulation spatiale et temporelle, c’est-à-dire, comme nous l’avons déjà dit, deux degrés dans l’incertitude spatiale et temporelle. On pourrait presque dire qu’il s’agit d’un système qualitatif à deux descripteurs : présence ou absence d’incertitude spatiale ; présence ou absence d’incertitude temporelle. Telle n’est pourtant pas l’intention de cet auteur. Il s’agit pour lui d’un continuum dont il donne les deux extrémités, mais une échelle en quatre, cinq ou sept points aurait permis une description plus fine. En effet, dans les deux niveaux dégagés par Higgins, rien ne permet, par exemple, de distinguer dans la catégorie S/t une balle qui se déplace simultanément sur deux dimensions d’une balle qui se déplace simultanément sur trois dimensions. En outre, le système de Higgins est peu opérationnalisé. Il n’existe pas de critères objectifs et concrets qui permettent d’assigner n’importe quelle tâche à telle catégorie plutôt qu’à telle autre.

145Enfin, bien que les descripteurs se différencient en fonction de leur importance régulatrice, c’est-à-dire en fonction de leur incertitude, ce système rend compte de manière imparfaite de la difficulté. On peut penser, bien que cela ne soit pas suggéré de manière explicite, que s est plus facile que S et que t est aussi plus facile que T. Par contre, rien ne nous permet de formuler un quelconque jugement sur la difficulté relative de S/t par rapport à s/T. Il s’agit là d’un problème important auquel nous essayerons d’apporter ultérieurement une réponse.

Le système de Herkowitz

146Herkowitz (1978) a proposé un système quantitatif de classification des tâches motrices afin de favoriser la conception de l’enseignement des habiletés d’anticipation - coïncidence. Il utilise plusieurs descripteurs en rapport avec les conditions environnementales. Le tableau 9 représente les principaux aspects de l’environnement qui, selon cet auteur, peuvent affecter la difficulté objective d’une tâche d’anticipation - coïncidence (un coup droit au tennis). La ligne horizontale supérieure du tableau énumère les différents facteurs environnementaux considérés : grosseur, vitesse, trajectoire et couleur de la balle ; surface de frappe de la raquette, longueur du manche et poids de la raquette. Les colonnes correspondant à chaque facteur représentent une gradation dans le niveau de complexité. Elles sont constituées par des échelles ordinales ou numériques.

Tableau 9 — Système de classification des tâches motrices (d’après Herkowitz, 1978).

147Ce système est intéressant à plusieurs titres :

  • il s’agit d’un des rares systèmes où sont simultanément considérées des conditions environnementales de type bio-informationnel (vitesse, grosseur, trajectoire, couleur de la balle, surface de frappe) et biomécanique (grandeur du manche, poids du matériel) ;
  • les dimensions sont opérationnalisées (vitesse de la balle) ;
  • en arrangeant les niveaux de difficulté intra- et inter-colonnes, l’éducateur peut créer des progressions d’enseignement. Pour les premières tentatives du débutant, il est possible d’utiliser des tâches dont les caractéristiques se situent en haut de chaque colonne. Par exemple : frapper, avec la main, une grosse balle suspendue à une corde. La couleur de la balle est prégnante par rapport au fond. Aucune cible n’est requise, le but principal est la force. Par la suite, l’éducateur peut rendre la tâche plus difficile en déplaçant une ou plusieurs des caractéristiques environnementales vers le niveau suivant de difficulté. Il peut y parvenir selon des choix différents : le débutant frappe une balle plus petite ou bien encore l’éducateur garde la même grosseur de balle et le sujet doit frapper une balle qui se balance au bout de la corde. Il peut utiliser une raquette à manche court et à grande surface de frappe.

148Ce système correspond tout à fait à deux des objectifs que nous avions annoncés plus haut concernant le but de la classification :

  • créer une grammaire de la tâche permettant de générer des tâches de niveaux de difficulté variés en jouant sur les caractéristiques intrinsèques de la tâche ;
  • favoriser la conception de l’enseignement.

149On peut cependant lui reprocher le petit nombre de descripteurs utilisés et aussi le fait qu’il ne propose pas de méthode de quantification de la difficulté des tâches.

Le système de Billing

150Billing (1980) a identifié plusieurs dimensions de la difficulté objective en relation avec les trois mécanismes de traitement de l’information, à savoir le mécanisme perceptif, le mécanisme de traitement central et le mécanisme générateur de mouvement. Il a pris aussi en considération, nous l’avons vu plus haut, la complexité de la tâche en relation avec la disponibilité du feedback.

151Brièvement, nous conclurons que les descripteurs ne sont pas opérationnels et ne sont pas traduits en termes de degré. Pour qu’un système de classification soit valide, il est indispensable que les tâches soient classifiées aussi objectivement que possible. Par exemple, sur la dimension incertitude spatiale, le degré d’incertitude spatiale d’une tâche motrice quelconque ne peut être estimé que s’il y a un descripteur bien opérationnalisé de manière objective (par exemple : l’objet se déplace sur une dimension, l’objet se déplace sur deux dimensions simultanément, etc.). D’où la nécessité de construire et valider des échelles similaires à celle que nous avons présentée à la figure 10.

Le système de Landers et Boutcher

152Un système de classification des tâches motrices a été proposé par Landers et Boutcher (1986) dans le but d’évaluer la complexité des habiletés motrices. Le besoin d’un tel système est apparu dans les recherches actuelles sur la relation activation — performance sportive. On sait que trois variables ont été identifiées comme jouant un rôle considérable. Il s’agit des différences individuelles, notamment au niveau de l’anxiété, du potentiel du sujet et des demandes de la tâche. Il existe des moyens d’évaluer les deux premières variables et aucun pour évaluer la dernière. C’est à la construction d’un tel système d’évaluation de la complexité des tâches que se sont attachés ces auteurs. Comme on peut le voir sur le tableau 11, l’instrument de mesure permettant de mesurer la complexité des tâches ou des activités sportives comprend treize dimensions. Celles-ci correspondent aux dimensions des trois stades, perceptif, décisionnel et effecteur, proposés par Billing pour classifier les tâches motrices en fonction de leur complexité. Pour chaque dimension, une échelle de difficulté en cinq points, de 0 à 4, est proposée. Le niveau global de complexité de la tâche peut être calculé de manière cumulative en faisant la somme de toutes les valeurs recueillies sur chaque dimension. Les tâches motrices peuvent ainsi être rangées à l’intérieur de cinq grandes catégories quantitatives de difficulté, chacune correspondant à une marge de score allant de : 0 à 10 ; 11 à 16 ; 17 à 21 ; 22 à 31 ; et 32 et au-dessus. À titre d’exemple, un score final situé entre 0 et 10 est indicatif d’une tâche de basse complexité alors qu’un score entre 32 et 52 est associé aux tâches les plus complexes.

153Ce système présente un grand intérêt dans la mesure où :

  • il reprend le système proposé par Billing mais tente de l’opérationnaliser ;
  • il propose un moyen de calculer le niveau de difficulté objective d’une tâche. Pour ce faire, les auteurs proposent une série d’opérations :
    • sélectionner une tâche particulière : par exemple, jouer « demi » au football américain. Ils conseillent, à ce propos, d’éviter de choisir, pour cette estimation, des activités globales telles que la gymnastique, le football ou le basket. Plus la tâche sera spécifique mieux cela vaudra ;
    • situer cette tâche sur chacune des dimensions présentées dans le tableau 11 ;
    • totaliser les scores obtenus sur chaque dimension et regarder, à l’aide du tableau 10, dans quelle catégorie se situe la tâche choisie. Par exemple, dans le tir à l’arc, des scores élevés sur les dimensions C1 et C4 des caractéristiques de l’acte moteur produisent un score total élevé. En revanche, en sprint court, les processus perceptifs et décisionnels reçoivent généralement des valeurs basses (1 et 2) et, du fait de la nature non fine de cette activité, le score global de la tâche reste à un niveau relativement bas.

154Ce système proposé par Landers et Boutcher présente à nos yeux le mérite d’être la première tentative sérieuse de construction d’un instrument d’évaluation de la complexité des tâches motrices. Il est plus opérationnel que celui de Billing, dont il reprend néanmoins la plupart des dimensions. Par ailleurs, il propose un moyen simple de calculer la complexité globale d’une tâche.

155Un certain nombre de critiques peuvent cependant lui être faites.

  • Tout d’abord, le mode de calcul de la complexité globale de la tâche fait que chaque dimension a une égale importance dans la détermination de cette complexité. Or, l’expérience de Famose et Genty (1989) a montré que certaines dimensions agissent différemment dans la détermination du niveau total de difficulté objective d’une tâche motrice.
  • Ensuite, des dimensions fondamentales comme l’incertitude spatiale ou l’incertitude temporelle, au cœur d’autres systèmes de classification (notamment celui de Higgins), n’apparaissent pas dans ce système. Si bien que les différentes tâches dont Famose, Durand et Bertsch (1985) ont montré qu’elles différaient réellement en difficulté objective se trouvent situées dans la même catégorie à l’intérieur du système de Landers et Boutcher.
  • Enfin, malgré le désir des auteurs d’opérationnaliser leur système, celui-ci ne l’est, à nos yeux, que très partiellement. Certes, la dimension « durée des stimuli » est, par exemple, bien opérationnalisée. Des critères concrets permettent de situer sans risque d’erreur les tâches sur cette dimension. En revanche, « l’intensité des stimuli » ou encore « la clarté du stimulus » sont beaucoup plus abstraites. Qu’est-ce en effet qu’un stimulus intense ou un stimulus évident ?

Score de complexité

Habileté sportive

0-10

Blocage au football, courir 200 m ou 400 m

11-16

Sprint courts, saut en longueur

17-21

Basket-ball, boxe, judo

22-31

Tennis, escrime, lancer au base-ball

32 +

Tir à l’arc, golf, etc.

Tableau 10 — Exemples de scores de complexité obtenus par Landers et Boutcher à partir de leur instrument d’évaluation de la complexité de la tâche.

Tableau 11 — Estimation de la complexité d’une tâche motrice.

Le système de Famose

156Nous avons, pour notre part, proposé un système quantitatif de classification des tâches motrices de nature bio-informationnelle (figure 22) en opérationnalisant les différentes dimensions dont les définitions sont données dans la partie consacrée à l’évaluation des systèmes de classification (Famose, 1983). Nous pensons cependant que ce système doit être perfectionné :

  • en ajoutant des dimensions pertinentes proposées par Herkowitz, Billing ou Landers et Boutcher ;
  • en supprimant des dimensions qui, sans être erronées, nous semblent peu pertinentes ;
  • en opérationnalisant toutes les dimensions retenues ;
  • en associant ces descripteurs aux différents éléments de la tâche tels que nous les avons proposés dans la première partie ;
  • en mettant en regard de chaque descripteur le stade de traitement qui est plus particulièrement sollicité par une augmentation de la difficulté sur cette dimension.

157Nous présentons dans le tableau 12 ce nouveau système quantitatif de classification des tâches motrices.

158Ce système correspond d’abord à une première intention du système de classification que nous avons énoncé plus haut, à savoir qu’il permet la génération du maximum de tâches motrices différentes. Pour cela, il suffit de faire la combinatoire de l’ensemble des profils possibles de difficulté objective. Un moyen simple d’y parvenir est, par exemple, de reprendre le mode de calcul de Landers et Boutcher et de créer toutes les tâches dont le score de difficulté est 13, puis toutes les tâches dont le score est 14, puis 15, etc. Si nous faisons la combinaison de tous les assemblages possibles, nous voyons les possibilités immenses de création de tâches motrices que renferme ce système.

159Mais il permet aussi de classifier les tâches en catégories qui sont des catégories de niveau de difficulté globale de la tâche. Avant que d’autres recherches ne nous aient permis d’avancer dans ce domaine, nous pensons qu’il est souhaitable de reprendre la méthodologie de Landers et Boutcher pour calculer ce niveau. Comme le nombre et la nature des dimensions proposées est différent de celui de ces deux auteurs, nous ne sommes pas en mesure de proposer actuellement des grandes marges de score délimitant les classes d’appartenance en fonction du niveau de difficulté. Cependant, une recherche que nous menons actuellement devrait déboucher rapidement.

160En outre, non seulement il offre une représentation approximative du niveau de difficulté, mais aussi il permet de localiser le lieu de la tâche où cette difficulté est la plus importante, de manipuler les dimensions afin de diminuer ou d’augmenter la difficulté. Pour ce faire, il est d’abord nécessaire d’établir un profil de la tâche en joignant chaque point de chaque dimension. Prenons un exemple : la tâche du relanceur au tennis. À supposer qu’il ait en face de lui un très grand joueur, nous présentons à la figure 22 le profil de la tâche que nous pourrions établir.

Tableau 12 — Système quantitatif de classification des tâches motrices à caractère bio-informationnel (d’après Famose, 1989).

161Ce système de classification permet donc de percevoir quelles sont les demandes essentielles d’une tâche donnée, c’est-à-dire sur quelles dimensions elles se situent principalement et quelle est la charge totale de la tâche. Nous voyons ainsi tout l’intérêt que peut représenter cette classification d’un point de vue pédagogique, puisqu’elle va nous permettre de manipuler chacune des dimensions afin d’augmenter ou de diminuer la charge de traitement de l’information. Il est, en effet, facile de construire une tâche présentant moins de complexité sur telle ou telle dimension à partir d’une tâche dont on sait qu’elle est trop difficile pour un sujet donné. Par exemple, pour notre tâche de tennis, on peut jouer sur la dimension incertitude spatiale et sur la dimension incertitude événementielle, ou sur toutes les autres dimensions. Et cela est aussi valable dans l’autre sens : celui d’une complexification progressive de la tâche motrice.

Figure 22 — Système de classification quantitatif des tâches motrices.
Profil de difficulté objective de la tâche de retour de service au tennis (Famose, 1983).

162Enfin, ce système laisse envisager un autre moyen d’évaluer le niveau d’habileté des élèves qui ne reposerait pas entièrement sur des comportements significatifs mais aussi sur le niveau de difficulté des tâches. Pour y parvenir, il serait possible d’envisager d’utiliser un certain nombre de tâches différentes dont on a calculé, au préalable, le niveau de difficulté. On en prendrait plusieurs appartenant à la même catégorie, puis d’autres appartenant à des catégories différentes ; par exemple : score de difficulté allant de 0 à 15, puis de 15 à 30, et ainsi de suite…

Évaluation du système de classification

163La dernière question méthodologique concernant la procédure de classification concerne l’évaluation du système produit. Quels critères doit-on utiliser pour cette évaluation ? Fleishman (1982), Fleishman et Quaintance (1984) en ont décrit trois grandes catégories pour évaluer les systèmes de classification une fois ces derniers construits. La première catégorie, ou validation interne, a pour but de vérifier la logique interne du système de classification. La seconde, ou validité externe, vise à vérifier si le système est susceptible d’accomplir les intentions pour lesquelles il a été construit. En ce qui nous concerne, il doit donc permettre de prédire les effets de la manipulation de la difficulté objective d’une tâche motrice sur l’apprentissage moteur des élèves. Le troisième type de validation se propose de vérifier le taux d’utilisation pratique du système. Les validités interne et externe du système sont des conditions nécessaires, mais non suffisantes, pour créer un taux important d’utilisation.

1 — Validité interne

164Plusieurs critères de validité interne peuvent être utilisés.

1651) Le premier concerne la fiabilité du système. La fiabilité rend compte de la manière dont les tâches sont assignées à la même catégorie, une fois les dimensions décrites. Le système sera dit fiable si tous les utilisateurs situent la même tâche dans la même catégorie. Cette fiabilité dépend du caractère opérationnel et précis de la définition des échelles, ainsi que de la différenciation des descripteurs. Nous avons vérifié la fiabilité de plusieurs dimensions du système que nous proposons, notamment : incertitude spatiale, temporelle, événementielle, transport — non-transport du corps. Normalement, si ces échelles sont fiables, des observateurs différents doivent pouvoir situer une tâche à peu près au même niveau sur chaque échelle. Nous avons procédé de la manière suivante : nous avons présenté à un nombre assez important de juges (environ une trentaine), une centaine de tâches prises aussi bien dans la littérature pédagogique que sur le terrain de la pratique sportive. Nous leur avons demandé de situer chacune des tâches sur les différentes échelles. Nous avons ensuite mesuré la concordance des jugements. L’écart entre les jugements de chaque juge a été trouvé statistiquement non significatif, ce qui nous a permis de conclure à la fiabilité de ce système de classification. Dans le cas contraire, l’écart révélerait des définitions ambiguës, des échelles mal opérationnalisées, etc., et l’échelle dans son ensemble serait à reconsidérer.

1662) Le deuxième critère de validation interne concerne l’exclusivité mutuelle des classes. Ce critère implique la possibilité de placer une tâche motrice donnée dans une catégorie et une seule. Bien que ce critère soit plus facilement réalisable dans les systèmes qualitatifs monothétiques que dans les systèmes quantitatifs, le système proposé satisfait à ce critère, la procédure de validation étant la même que pour la fiabilité. Ici, les catégories sont définies par des marges de scores de difficulté obtenues en additionnant le score de chaque échelle. L’expérience ci-dessus montre que, de ce point de vue, le système est fiable.

1673) Le troisième critère de validation interne du système de classification concerne son exhaustivité. Normalement, si le système est exhaustif, toutes les tâches motrices peuvent être placées dans une des différentes catégories proposées. Très souvent, certains systèmes, peu valides avec ce critère, construisent une catégorie pour les tâches laissées pour compte, qu’ils appellent généralement « divers ». Pour ce qui nous concerne, la recherche de l’exhaustivité et la procédure de validation ont été les mêmes que pour les deux autres critères.

168Cette recherche à la fois de la fiabilité, de l’exclusivité et de l’exhaustivité, rarement atteintes dans les stades initiaux de construction d’un système de classification, entraîne des modifications et des révisions constantes. Ces critères constituent l’objectif ultime. Notre système n’en est pas encore à ce stade. Il doit être considéré pour l’instant comme provisoire.

1694) Le dernier critère de validation interne, et certainement le plus important, est celui de la validation empirique. Nous avons longuement débattu du fait qu’un système de classification était une construction théorique, un modèle, et donc justifiable d’une validation empirique.

170Peu de recherches ont été effectuées jusqu’à présent pour valider la plupart des systèmes de classification. Hoffman, Imwold et Koller (1983) font remarquer à juste titre : « Les taxonomies d’habiletés motrices ont longtemps intéressé les théoriciens de l’apprentissage et de l’éducation. Une foule de taxonomies ont été développées… Malheureusement, l’enthousiasme pour la construction de taxonomies n’a pas conduit à une validation méthodique en laboratoire. » Gentile (1972b), puis Gentile et coll. (1975), ont cherché à soumettre Leur système à une investigation systématique. Les expériences conduites par Famose, Durand et Bertsch (1985), par Famose et Genty (1989) (voir chapitre VII) constituent, elles aussi, des tentatives de validation empirique de notre système.

171Par ailleurs, Hoffman, Imwold et Koller (1983) ont cherché, nous l’avons vu, à valider l’indépendance et la complexité relative des quatre catégories du système de Fitts, dont nous avons déjà parlé. Enfin, Arnold (1985) qui voulut valider empiriquement la dimension transport — non-transport du corps de Gentile (1972). L’intérêt de cette dernière recherche est que la variable dépendante qui permet de comparer la difficulté des tâches entre elles est la quantité d’effort dépensée mesurée au moyen de la technique de la double tâche.

2 — Validité externe

172La validation externe du système de classification vise à vérifier si le système atteint les objectifs pour lesquels il a été conçu. Nous avons mené avec d’autres chercheurs plusieurs expériences dans ce domaine. Elles sont décrites dans la sixième partie de ce travail. Les résultats de cette validation confirment la possibilité de faciliter l’acquisition des habiletés motrices en dosant la difficulté objective des tâches motrices. Ce dosage s’effectue en jouant sur les caractéristiques intrinsèques et en utilisant les échelles proposées dans notre système de classification.

173Mais, avant de décrire ces expériences, il nous a semblé utile de consacrer une partie à l’analyse de ce qu’est l’habileté motrice. Cette analyse nous permettra de mieux comprendre la partie consacrée à la manipulation de la difficulté objective.

© INSEP-Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search