Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Univers de la boxe anglaise

 | 
Fabrice Burlot

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Wacquant (Loïc) – « Corps et âme : notes ethnographiques d'un apprenti boxeur », op. cit.

1Comme nous l'avons exposé dans notre introduction générale, le propos de cet ouvrage était d'apporter à l'univers de la boxe anglaise un éclairage qui soit le plus juste possible : il s'agissait de ne pas tomber dans la dénonciation, ni dans le ré-enchantement d'une pratique largement controversée. Il s'agissait également d'aborder dans toute sa complexité l'ensemble des composantes de ce monde, d'en comprendre les fondements et les principes, de poser le décor de l'action et d'expliquer comment le boxeur allait se mettre en scène à l'intérieur de ces différentes réalités et symboliques. Les Carnets ethnographiques d'un apprenti boxeur, de Loïc Wacquant1, avaient montré un visage méconnu du « noble art », loin, finalement, des éternelles remémorations de grands combats ou des biographies de boxeurs. Nous espérons que notre approche aura également contribué à la compréhension de cet univers (avec ses lieux, ses mythes, son histoire, ses croyances, la pluralité de ses pratiques et de ses publics) et aura permis, sous l'angle de la carrière, de réfléchir à ce que signifie devenir boxeur au début du XXIe siècle.

2Mener une telle réflexion, c'était tout d'abord se pencher sur la question de l'engagement : pourquoi l'activité attire ou révulse-t-elle, et qu'espère-t-on devenir à travers la boxe ? Prendre ce chemin, c'était au préalable s'interroger sur les représentations véhiculées par la pratique dans la société, car c'est bien à travers ce que le futur boxeur en perçoit qu'il va décider de s'engager dans l'activité. Certes, la boxe est encore synonyme de violence, de KO, de matchs truqués, de mafia et de milieux défavorisés, voire délinquants. Mais cette boxe-là, la boxe telle que la société se la représente (virilité et affrontement des corps) est très éloignée des valeurs de la boxe éducative et de l'amateurisme. Activité barbare pour les uns, elle n'en demeure pas moins attirante pour d'autres et source d'une revendication identitaire. Si cette revendication est au coeur de l'engagement, elle n'en revêt pas pour autant un caractère exclusif. L'entrée dans la boxe n'est pas uniquement guidée par l'ambition de devenir un homme viril et fort ; elle s'inscrit également dans un processus complexe lié étroitement à la question de la proximité et, contrairement à ce que l'on pourrait penser, pas forcément conditionné par un déterminisme de classe. L'arrivée de nouveaux publics (femmes et représentants des milieux aisés) est là pour confirmer cette thèse. Le choix de la pratique obéit davantage à un mécanisme de proximité et de revendication identitaire qu'à un goût déterminé par l'appartenance sociale et, dans notre cas, à un goût populaire.

3Derrière cette quête identitaire, se trouve également soulevée la question de la part prise par tout acteur dans la construction de son propre chemin. En boxe, cette question se charge d'un sens particulier, car la culture de ce sport pèse sur les individus, et l'intégration dans un club nécessite des efforts et une abnégation considérables qui pourraient laisser penser que le boxeur est emprisonné dans son rôle. Or, bien au contraire, cette culture du travail n'a rien d'aliénant. Elle est plutôt source d'autonomie et de responsabilité. Le passage de la boxe amateur à la boxe professionnelle souscrit à cette idée de liberté de l'acteur. Ce choix tient à un arbitrage personnel du boxeur entre les avantages et les inconvénients des statuts, entre ce qu'il peut gagner et ce qu'il peut perdre. Alors, effectivement, les différents environnements avec lesquels il est en interaction tout au long de sa carrière sont des éléments qui entrent en jeu dans ce choix : la salle de boxe et son idéalisation du monde professionnel, le gala de boxe, avec ses paillettes et son exposition médiatique. Mais, plus que des univers qui « agissent » un être supposé dénué d'autonomie et de stratégie, ils sont des univers qui vont nourrir la réflexion du boxeur et influencer sa prise de décision. On pourrait croire que l'idée de devenir professionnel renvoie à une forme de déterminisme environnemental et culturel, un chemin tout tracé pour qui peut y accéder. Mais la réalité montre que même si la boxe professionnelle est considérée comme la forme ultime pour devenir un vrai boxeur – et, donc, un homme –, elle n'en demeure pas moins un choix consciemment opéré dont les dangers sont très bien analysés.

4Finalement, ce regard porté sur la boxe anglaise des années 2000 témoigne d'un monde en pleine transformation et, sans doute, d'une période charnière de l'histoire de ce sport. Certes le professionnalisme demeure toujours la pratique admirée de tous, certes la culture de la salle semble immuable et venir d'un autre temps ; mais on peut déjà voir s'ébaucher un certain nombre de changements. Le désengagement de Canal + en 2010 et, avec lui, l'effacement progressif du team Acariès ont sans aucun doute précipité un déclin déjà amorcé, selon de nombreux spécialistes, à la fin des années 1970. Tant que la boxe professionnelle était diffusée sur des chaînes à grande audience, l'activité pouvait faire rêver et susciter l'émulation des jeunes boxeurs. Or, si elle disparaît du petit écran, on peut s'interroger sur son avenir. Surtout dans un contexte où les galas sont de plus en plus rares et où la concurrence, en matière de spectacles violents, s'est fortement accrue durant la dernière décennie (combats de free fight, Kl...). Tout porte donc à croire que nous sommes à un tournant de l'histoire de la pratique, d'autant plus que l'arrivée de nouveaux publics (celui des femmes et des catégories aisées), et le développement d'activités plus euphémisées (boxe éducative, boxe de loisir et aéroboxe), s'ils participent activement à la croissance des effectifs de la Fédération, s'accompagnent également de changements profonds dans le fonctionnement des clubs. Certains d'entre eux, nous l'avons vu, intègrent dans leur organisation ces nouvelles attentes sans remettre en cause la culture de la salle. Mais là encore, l'équilibre est délicat et, bien souvent, résiste difficilement au départ des anciens patrons de salles qui, avançant en âge, sont aujourd'hui nombreux à prendre leur retraite. Dernier élément, enfin, d'une mutation progressive qui risque d'accélérer les transformations de ce monde : la sportivisation de l'encadrement et des méthodes d'entraînement, et l'importance, en raison de l'enjeu olympique, du schéma compétitif amateur. Les nouvelles salles en sont des témoins exemplaires.

5Sans aller jusqu'à dire que cet ouvrage témoigne peut-être de la fin d'une époque, celle des salles traditionnelles et du professionnalisme, il n'en demeure pas moins que la boxe telle que nous la décrivons risque, dans les années 2010, de connaître de profonds changements.

Notes

1 Wacquant (Loïc) – « Corps et âme : notes ethnographiques d'un apprenti boxeur », op. cit.

© INSEP-Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540