Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Univers de la boxe anglaise

 | 
Fabrice Burlot

Quatrième partie. La carrière en boxe anglaise

Chapitre 10. Boxe professionnelle et « miroir aux alouettes »

Texte intégral

1Dans les conditions d'un environnement profondément orienté par la boxe professionnelle et face à l'envie d'aller au bout de leurs rêves, les boxeurs n'ont finalement pas réellement le choix : s'ils veulent satisfaire aux regards des autres, ils doivent quitter l'amateurisme et devenir professionnels, ainsi que l'explique ce jeune boxeur :

« Je m'identifiais à lui parce qu'il est parti de rien et qu'il est arrivé en haut. C'est pour ça que je suis passé professionnel. Moi, c'est pour ça que je suis parti de l'INSEP : j'aurais pu être mensualisé mais bon... je suis parti car, au fond, j'ai envie d’aller au bout de mes rêves. J'ai pas envie d'avoir une médaille, 800 à 900 euros par mois et faire le tour du monde. Moi, je veux tout avoir. Je sais qu'il y a tout à recommencer en professionnel, mais j'ai 20 ans et donc j'ai tout devant moi. C'est maintenant que je dois réaliser mes rêves parce qu'après... Quand je suis parti de l'INSEP, j'avais 19 ans. Mais je ne voulais pas attendre [...]. Je ne regrette pas du tout d'être passé pro. Si on me demande de revenir à l'INSEP, je n'irai pas. De toute façon, je suis ambitieux, je veux une maison sur le bord de mer, un appartement à New York [...]. Je ne parle jamais boxe. La boxe, c'est un moyen. Et ce n'est finalement pas plus dangereux qu'autre chose. Mon père, il a travaillé toute sa vie à l'usine. Aujourd'hui, il a mal au dos. Ce qui est dur, ce n'est pas de prendre quelques coups sur un ring... ce qui est dur, c'est d'aller à l'usine toute sa vie. » (Professionnel, ex-sportif de haut niveau à l'INSEP, 20 ans)

2Passer d'amateur à professionnel équivaut à abandonner un modèle d'employabilité régulé par une logique étatico-sportive (aboutissant, pour les plus performants, au quasi-statut de « boxeur d'État ») pour adhérer à un modèle régulé par le marché... Pour autant, il ne s'agit pas d'un marché traditionnel dans lequel les rémunérations suivraient une progression mesurée et graduée en fonction d'une échelle de performance. Dans ce marché, seuls les meilleurs gagnent bien leur vie et, surtout, raflent toutes les mises. Cette perspective attire les sportifs de haut niveau qui surestiment tous leurs chances d'être celui qui décrochera le titre générateur de super gains, leurs résultats en boxe amateur leur permettant d'envisager une carrière professionnelle prometteuse.

10.1. LE PASSAGE VERS LE PROFESSIONNALISME : ENTRE RAISON ET PASSION

  • 1 Rappelons qu'en boxe amateur, il est obligatoire de réunir un certain nombre de points pour prendr (...)

3Cette situation de surestimation des chances et de passage quasi systématique à la boxe professionnelle, pour ceux qui satisfont aux exigences réglementaires1, ne signifie pas pour autant que les boxeurs sont totalement aveuglés par le rêve de gloire et de richesses que fait miroiter le monde professionnel, ni qu'ils manquent de lucidité dans leur appréciation des réalités de ce monde. À quelques exceptions près, tous ceux qui ont participé aux interviews savent que c'est un univers dangereux et risqué. Ils insistent sur les menaces d'une gestion de carrière hasardeuse, sur la nécessité de prendre le temps de choisir leurs adversaires, de ne pas accepter trop tôt des combats importants et de ne pas succomber à l'attrait des bourses alléchantes de combats médiatisés où ils n'auraient pas le niveau. Une carrière se construit. La défaite est un risque majeur qui provoque une rétrogradation dans le classement officiel et entraîne donc un nouveau temps d'attente avant de pouvoir gravir les différents échelons du classement et être challenger d'un titre. Mais le plus dangereux, aux yeux de beaucoup, c'est surtout d'accumuler les défaites et de progressivement anéantir toute chance de devenir un jour challenger :

« En professionnel, le problème, c'est qu'une fois qu'on se casse la gueule, c'est fini. Alors qu'en amateur, que l'on soit champion du monde ou pas, on ne choisit pas. On prend les combats comme ça vient, on ne calcule pas les combats, à part quand tu rencontres les pointures. » (Amateur, SHN, 24 ans)

  • 2 Cf. tableau no 14 – Le montant des bourses en boxe professionnelle (en 2006).

4Les boxeurs interviewés sont également tous conscients du nombre très restreint des leurs qui parviennent à gagner leur vie dans le monde professionnel2 :

« Les boxeurs qui gagnent leur vie en pro, ils tiennent sur les doigts de ma main ! » (Amateur, SHN, 22 ans)

5Ils évoquent également quasi systématiquement la question des problèmes de reconversion et de vies brisées par la boxe. Mais ces risques et dangers, clairement perçus, ne les empêchent pas de considérer ce passage comme un véritable objectif de carrière, une continuité logique :

« Pourquoi passer professionnel ? [...] c'est comme si tu me demandais pourquoi je mets mes lacets le matin ! Elle est bête ta question !  » (Amateur, 23 ans)

6Par contre, si les boxeurs professionnels (tout comme les boxeurs amateurs) décrivent à peu près dans les mêmes termes les problèmes précédents, on note une grande différence quant à la manière d'appréhender la question de l'intégrité physique. Pour les amateurs, la boxe professionnelle semble particulièrement abordable, alors qu'elle est perçue comme terriblement difficile par les professionnels. D'ailleurs, pour ces derniers, les amateurs n'ont pas réellement conscience de ce que veut dire « mettre son corps en jeu dans un combat ». L'idée les séduit et les attire, mais ils en ont une image souvent faussée.

« Il faut arrêter de rêver : la boxe professionnelle et la boxe amateur, ça n'a rien à voir ! Il y a des choses dont je ne me permettrais pas de parler, mais ça, je peux en parler. J'ai fait cent soixante-dix combats amateur et, aujourd'hui, j'ai vingt-six combats professionnels. J'ai boxé dans le monde entier, j'ai été vice-champion du monde amateur, j'ai fait les plus gros tournois. Je n'ai jamais souffert en amateur avec les gros casques et les gants plus épais. Ils n'imaginent pas les mecs ! Les professionnels, c’est autre chose : ce n'est pas les mêmes coups que tu prends, ça n'a rien à voir. » (Professionnel, ancien SHN, 29 ans)

7Pour les professionnels, seule l'expérience de l'affrontement réel permet de comprendre ce qu'est la souffrance du corps dans un combat. C'est pourquoi ils considèrent que les amateurs n'ont que superficiellement conscience de la réalité des combats professionnels. Cette dernière est impossible à percevoir dans les mises de gants réalisées lors des entraînements avec des professionnels. Ces mises de gants génèrent, en effet, des interprétations erronées, car elles ne reproduisent absolument pas la situation d'un combat réel.

8Cette situation trompeuse a pourtant une grande influence sur les boxeurs de haut niveau, car elle les conforte souvent dans l'idée qu'ils ont largement l'envergure de boxeurs professionnels. Pourtant, une fois le pas franchi, tous mesurent l'écart entre la réalité et l'image qu'ils s'en faisaient :

« Ils sont comme moi à une époque. Quand j'étais en équipe de France, il y avait des professionnels qui venaient mettre les gants avec nous, dont certains sont devenus champions du monde. On mettait les gants avec eux parce qu’il n’y a pas le même rythme. En amateur, on fait quatre fois deux minutes, et en professionnel, on fait douze fois trois minutes. Et on leur mettait des coups. Et on disait : C’est ça les professionnels ? Ils ne sont pas bons les pros !" Donc, on se dit : "On est meilleur que les pros quand on est en équipe de France amateur [...] non, le niveau amateur, il n'est pas meilleur que le niveau des pros, c'est différent. Mets des bandages durs à un amateur et on fait la transition entre douze fois trois minutes et quatre fois deux minutes... Donc ne comparons pas ce qui n'est pas comparable. » (Professionnel, ancien SHN, 29 ans)

9Du fait de ces malentendus, notamment, le monde professionnel est donc souvent envisagé comme une opportunité pour les meilleurs amateurs. Un boxeur amateur de l'INSEP, lucide, admet que la réalité est parfois déformée :

« Ils ont une image un peu subjective du monde professionnel. Ils ne voient que les combats bien payés, des combats plus longs et une préparation moins stricte qu'en amateur. Parce que l'amateur, contrairement au professionnel, doit être en forme toute l’année. En professionnel, tu peux te préparer à fond juste pour les combats. Mais eux croient que le monde professionnel, c'est plus facile. C'est peut-être plus facile au niveau de la fréquence des combats, mais pour moi, c'est plus dur. Parce qu'il n’y a pas de protections, que les gants sont plus durs et que les combats sont plus longs [...]. À long terme, c’est plus traumatisant que la boxe amateur. Mais, en réalité, il faut savoir gérer. » (Amateur, SHN, 24 ans)

10Cependant, ce même boxeur finira par dire que la boxe professionnelle lui paraît malgré tout abordable :

« Quand je regardais des combats professionnels comme Mohamed Ali, j'étais impressionné. Je me disais que jamais je ne pourrais boxer comme ça. Maintenant, quand je regarde, je me dis que j’ai le niveau, ce n’est pas si loin que ça. En plus, il m’est déjà arrivé de mettre les gants avec des professionnels. Franchement, ce n'est pas si loin que ça. Si je passe professionnel, je ne serai pas ridicule, alors qu'avant je me faisais une image de la boxe professionnelle que je pourrais jamais atteindre, mais je travaillais... » (Amateur, SHN, 24 ans)

11L'image d'un monde apparemment facile d'accès demeure donc forte, même chez ceux qui se veulent les plus lucides. Tous pensent réussir, avoir le niveau et ils n'envisagent les difficultés de la boxe professionnelle qu'à travers les seuls problèmes de l'organisation de la carrière et de l'intégrité financière et sociale.

12La perception est d'ailleurs identique chez les moins brillants, ceux qui n'appartiennent pas à l'élite. La boxe professionnelle leur paraît plus facile ; ils la voient souvent comme une pratique plus posée, donc plus accessible. Souvent tenus en échec par la rapidité des coups du combat amateur, ils pensent que ce type de boxe leur permettra de réussir. Ils justifient souvent leur propos par le fait que, par le passé, de nombreux boxeurs ont réussi en professionnel alors qu'ils avaient échoué en amateur. Ils revendiquent une certaine forme de prédisposition à la boxe professionnelle :

« Dans le milieu professionnel, on a un peu plus de temps pour pouvoir préparer son attaque... on va se regarder. Il y a un autre travail. Je pense que j'aurais pu faire beaucoup mieux en professionnel que je n'ai fait en amateur. Je me serais senti beaucoup plus à l'aise. » (Amateur, 29 ans)

10.2. UN PASSAGE DIFFÉREMMENT ENVISAGÉ SELON LE NIVEAU DU BOXEUR AMATEUR

13Le passage vers le monde professionnel apparaît donc, chez les boxeurs, comme un acte réfléchi et rationnel. En effet, en dehors de la question de l'intégrité physique, c'est en toute conscience que la plupart des boxeurs interviewés présentent ce passage comme une continuité naturelle, logique, et comme l'aboutissement d'une carrière. Ils décrivent certes un monde dangereux, mais un monde dans lequel ils vont néanmoins consciemment s'engager afin d'y tenter leur chance : chance d'accéder au statut de star et de gagner suffisamment d'argent pour assurer leur reconversion. Dernière opportunité pour certains d'accéder à un rêve, véritable défi pour d'autres, ce passage relève d'une décision réfléchie et jugée rationnelle au regard de leur trajectoire : pourquoi resteraient-ils amateurs s'ils ont la possibilité de passer professionnels ?

  • 3 Le fait d'intégrer le pôle France de l'INSEP réduit considérablement les relations avec le monde p (...)

14En réalité, hormis ceux qui intègrent le pôle France et plus particulièrement l'INSEP3, la plupart décident de passer professionnels dès le nombre de points acquis. En ce sens, l'INSEP est quasiment l'un des seuls endroits où l'on va construire des freins forts à ce passage.

15L'entrée à l'INSEP est généralement perçue comme le moment où l'on commence à vivre de son activité. Les boxeurs en sont souvent fiers. Ils sont complètement pris en charge (cf. tableau no 13, p. 236) et payés pour pratiquer leur sport (cf. tableaux no 10, p. 234 et no 12, p. 235). Être rémunéré pour boxer est souvent, à leurs yeux, un véritable indicateur de professionnalisation.

16Les avantages procurés par cette position les font donc réfléchir et remettre en cause l'intérêt de passer professionnels : d'un côté la gloire et l'argent du monde professionnel, certes, mais de l'autre, une situation confortable au sein de l'équipe de France amateur.

17Si le passage est quasi inéluctable pour les bons amateurs non présents à l'INSEP, il n'est donc pas si systématique que cela pour les boxeurs de l'INSEP. La décision de passer ou de rester est dès lors véritablement mûrie. Cette situation met finalement en évidence trois types de boxeurs, au regard de ce passage : les boxeurs de haut niveau amateur, les boxeurs de bon niveau et les autres.

10.2.1. LES BOXEURS DE HAUT NIVEAU AMATEUR : UNE RÉPUTATION POUR MIEUX SE VENDRE

18Certains boxeurs appartiennent effectivement à l'élite amateur : comme nous venons de le voir, ils sont bien souvent à l'INSEP et font partie des trois meilleurs de leur catégorie. Pour eux, le passage vers la boxe professionnelle est sensiblement retardé : ils attendent généralement au minimum une échéance olympique. Ils sont bien encadrés sportivement, matériellement, médicalement, financièrement et socialement, ce qui implique une certaine forme de fidélisation momentanée. La plupart cherchent donc à profiter de cette situation. Ils se fixent souvent des objectifs liés à leur reconversion (formation ou emploi facilités pour les externes) et à leur réputation (être sélectionné olympique, participer aux championnats du monde et d'Europe ainsi qu'aux grands tournois) :

« Tous les boxeurs veulent devenir pro : l'argent, la gloire, etc. Mais il y a peu d'élus. Et comme les médias ne s'occupent que de la boxe pro...
Les boxeurs sont issus d'un milieu défavorisé, donc l'appât de l'argent est fort. Il faut donc les persuader de rester [...]. Donc l'aspect financier et l'aspect social sont importants [...]. On donne des possibilités d’emplois [...] car, à 90 %, ce sont des garçons démunis de diplômes et donc de possibilités d'emplois. Ils sont jeunes, ils aspirent à être connus. On leur promet monts et merveilles [...], il faut se mettre à leur place ! Il y a des moments où c'est difficile de les conserver. » (Entraîneur de haut niveau, 45 ans)

« Dans l'équipe de France, actuellement, la plupart veulent passer professionnel. Pour eux, c'est la suite logique. La suite logique après le haut niveau amateur, c'est le passage en professionnel. À part moi et Xavier, on est plus porté sur la reconversion. Maintenant, si on nous propose une bonne carrière, c'est sûr : on y va. Donc, ce n'est pas dit qu'on fera professionnel, contrairement à d'autres qui se voient déjà professionnels... Être professionnel, pour moi, c'est un bonus. » (SHN, 24 ans)

  • 4 Même si, à la fin des années 2010, ce scénario a été quelque peu remis en cause avec des boxeurs c (...)

19Cette situation avantageuse n'empêche cependant pas les boxeurs de passer professionnels s'ils sentent leurs objectifs irréalisables (au moins la sélection) ou au contraire, s'ils les atteignent. À ce titre, et au regard des différentes interviews, l'échéance olympique4 apparaît comme un temps fort du passage vers le professionnalisme : ils attendent rarement une seconde échéance olympique car ils ne doivent pas être trop âgés pour faire une bonne carrière :

« Avant non... mais depuis quelque temps, je l'envisage [...]. J’ai des petits problèmes [entente, financiers] avec la structure ici. Si je pars d’ici, je passe pro [...]. Si la Fédé s'arrange avec moi [problèmes financiers], je veux refaire les Jeux et obtenir une médaille. Je me rends compte que c'est dans quatre ans et les problèmes s'accumulent. » (SHN, 22 ans)

20Une fois la décision prise de passer professionnel, ils tombent alors automatiquement dans le giron des managers et des promoteurs. Il y a alors deux cas de figure : les sélectionnés olympiques et les autres.

21Aux sélectionnés olympiques, les promoteurs n'hésitent pas à proposer des contrats financiers intéressants et une carrière sportive bien encadrée. Les boxeurs se voient offrir tout ce à quoi ils aspirent le plus : la gloire et l'argent. Ils oublient alors très rapidement qu'en France, très peu de boxeurs vivent de la boxe (au moment de notre enquête, ils étaient seulement cinq).

22Pour les autres, la situation en équipe de France est différente : ils sont écartés de la sélection olympique. Le monde professionnel est alors vécu à la fois comme la dernière chance et le moyen de peut-être enfin passer devant le sélectionné olympique. Mieux vaut alors rapidement intégrer le monde professionnel pour progressivement construire sa carrière. Par ailleurs, ils perçoivent souvent le niveau des professionnels comme très inférieur au leur. Il est vrai que les combats télévisés sont souvent de niveau médiocre. Même s'il y a des logiques de carrières sportives, médiatiques et organisationnelles dont ils sont parfaitement conscients et qui expliquent ce faible niveau des matchs, ils en arrivent rapidement à conclure qu'ils ont largement le niveau pour réussir :

« Tu as des boxeurs, ils arrivent jeunes à l'INSEP, ils font des tournois internationaux, tout est pris en charge : le médical, le juridique, les compétitions. Ils ont des entraîneurs nationaux qui leur font découvrir le haut niveau. Donc, derrière eux, une vraie structure qu'on peut appeler amateur, parce qu'elle prépare aux Jeux olympiques. Mais, en fait, très professionnelle, parce que les sportifs ont tout à leur disposition. On pense à leur reconversion, on s'occupe de leur faire passer des diplômes. Donc, la reconversion, pour eux, sera moins compliquée. La plupart peuvent réellement se former et trouver un boulot. Mais ceux qui passent professionnel... Quelques-uns vont être dans une structure professionnelle, avec un promoteur. Les autres retournent dans leur club. Les clubs ont des petits moyens et rares sont ceux qui ont de grands sponsors pour suivre les boxeurs. Là, ils se trouvent livrés à eux-mêmes. Ils travaillent pour une mairie ou bien au chantier, ou bien à l'usine, mais ils sont obligés d'allier les deux. Donc il n'y a pas de réel travail fait avec ces boxeurs qui ont un potentiel. Et encore, ça, c'est pour ceux qui sont passés à l'INSEP. Mais tu as ceux qui restent dans leur club. Généralement, eux, ils passent professionnels dès qu'ils le peuvent. Ils font des petits galas, des petits combats et, de temps en temps, il y en a un qui est repéré par un promoteur. Il mise sur lui et lui propose une carrière – mais aux conditions du promoteur, pas du boxeur ! Ils ne peuvent pas miser sur la boxe pour vivre, donc ils ont un petit boulot à côté. Il faut qu'ils arrivent à jouer avec les horaires de travail, les entraînements et, en général, ils finissent à 17 h ou 18 h le boulot. Ils enchaînent avec les entraînements, ils n'ont pas de liberté. Ils sont pris dans leur travail. Ils ne peuvent pas démissionner. Il y en a qui ne travaillent pas et qui comptent sur leurs maigres bourses professionnelles pour vivre. Ceux qui ne sont pas passés par l'INSEP sont méconnus du grand public et des promoteurs, et ils ne seront jamais médiatisés. » (Professionnel, ancien SHN, 29 ans)

23Au regard de cette situation, on comprend pourquoi la quasi-totalité des boxeurs de haut niveau deviennent professionnels. En 2002, neuf boxeurs sur onze quittent l'INSEP. En 2008, sur les neuf boxeurs ayant participé aux Jeux olympiques, cinq passent professionnels, trois restent à l'INSEP pour préparer l'olympiade suivante et seulement un met un terme à sa carrière. C'est une situation certes dangereuse et inquiétante, mais chacun pense être « l'élu », ce qui accroît bien entendu la concurrence entre les boxeurs et crée un phénomène d'encombrement dans l'accès aux titres professionnels. Contrastant avec la situation de « boxeur d'État », le rêve d'argent, de gloire et de paillettes du candidat au statut de professionnel apparaît comme un défi pimenté, capable de l'extraire de sa condition sociale d'origine... Le boxeur renonce alors à un emploi au sein d'un système régulé par l'État pour un emploi dans un système régulé par le marché. La décision de franchir le pas dépend du rapport entre le temps passé en amateur et l'épuisement des chances de se créer une réputation. Dès lors que le boxeur vieillit et qu'il estime que ses chances d'accéder à un titre international amateur monnayable (championnats d'Europe, du monde ou JO) s'amenuisent – parce qu'il ne réussit pas dans les compétitions internationales ou, tout simplement, parce qu'il est classé no 2 français –, le passage devient quasi systématique. Le monde professionnel lui apparaît comme le lieu de la dernière chance pour réussir dans la boxe. En ce sens, l'acte de passage se veut rationnel :

« Mehdi, je lui avais dit : "Reste amateur ! En n o 2, tu feras autant de combats que Willy Blain !" Non, lui, il avait une seule idée : passer pro. Passer pro, car comme je le disais tout à l'heure, quand on est n o 2, on a tendance à être un peu oublié. On en a marre d’être mis à l'écart. On se prépare, mais on ne fait pas les tournois. Donc "on me prend pour un con, donc je passe pro !" Mehdi, en plus, on ne le payait pas beaucoup... Mais bon... résultat, il galère en professionnel. » (Boxe amateur, SHN, 25 ans)

10.2.2. LES BOXEURS DE BON NIVEAU AMATEUR : LE PASSAGE COMME UN CONTINUUM

24Les bons amateurs restés dans leur club formateur ne sont pas intégrés dans des structures de haut niveau. Ils ne sont pris en charge ni par l'État, ni par la Fédération et ils n'ont droit à aucune aide, matérielle, financière ou sociale. Toutefois, ils bénéficient du soutien – corps et âme – de leur entraîneur. Certes, il est des entraîneurs qui limitent leur action à un rôle purement sportif, mais le cas est plutôt rare et concerne surtout les entraîneurs mercenaires. En règle générale, ceux des clubs sont paternalistes, surtout lorsqu'ils soutiennent le passage de leur boxeur dans le monde professionnel.

25Leur unique objectif est alors d'accompagner leur poulain dans son nouvel univers. Pour eux, le passage se définit comme un continuum. Sitôt obtenus les points requis, le boxeur prend sa licence professionnelle :

« Même pour un boxeur amateur, il y a l'envie d'essayer la boxe professionnelle. Après cinq ans en amateur, s'il est au top niveau, pourquoi devrait-il rester amateur ? Le monde pro est une autre étape, c'est normal. » (Ancien professionnel, 32 ans)

10.2.3. LES AUTRES BOXEURS AMATEURS : LE PASSAGE COMME UN ABOUTISSEMENT

26On trouve ici deux cas de figure. Tout d'abord, les amateurs de niveau moyen qui, après un long cheminement, obtiennent le nombre de points nécessaires pour passer professionnels, et qui perçoivent ce passage comme l'aboutissement de leur carrière et comme le moyen de gagner un peu d'argent en continuant à boxer. C'est ce qu'explique ce boxeur de l'équipe de France :

« Je connais beaucoup de boxeurs qui ne peuvent même pas être champions de la région et qui passent pro. Ils font des quatre rounds et prennent 600 euros par-ci par-là. Ils s’entraînent trois fois par semaine et un week-end par mois... Le mec, il gagne 900 euros ! » (Amateur INSEP, 22 ans)

27Viennent ensuite, les autres (d'un niveau plus faible) : pour eux le passage vers le monde professionnel ne s'envisage pas. Les plus passionnés prennent le chemin de la boxe loisir et deviennent – surtout au regard de leur expérience – des sparring-partners capables de participer à la progression des bons compétiteurs.

10.3. LA LOGIQUE DE MARCHÉ DU MONDE PROFESSIONNEL

10.3.1. UN MARCHÉ DE TYPE « WINNER TAKE ALL SOCIETY »

  • 5 Ou alors de façon exceptionnelle, comme les néo-pros (depuis la saison 2010-2011) ou les indépenda (...)
  • 6 Cf.Frank (Robert H.) et Cook (Philip J.) – The Winner-Take-All Society. New York (USA), Martin Kes (...)
  • 7 Burlot (Fabrice) – « La carrière en boxe anglaise », in :Bercot (Régine), Divay (Sophie) et Gadéa ( (...)
  • 8 Cf.Sobry (Claude) – Socioéconomie du sport. Structures sportives et libéralisme économique. Bruxel (...)

28Comme nous l'avons déjà expliqué dans un autre ouvrage, « l'entrée dans le marché du monde professionnel est donc marquée par un processus de surestimation des chances de réussite et par des conditions d'accès faciles, surtout pour les boxeurs de haut niveau, mais irréversibles. Prendre une licence professionnelle est en effet un acte définitif, car les règlements de la boxe en France n'autorisent pas le boxeur à redevenir amateur5. Il entre alors dans un univers régulé par un marché de type "Winner take all society6" dont la propriété principale est, dans un système de concurrence fort, doté de beaucoup de prétendants et peu de titres, de voir les meilleurs confisquer l'essentiel des ressources financières et être surexposés médiatiquement7 ». Évidemment, on pense ici aux grands boxeurs du monde professionnel des dernières décennies comme Mike Tyson ou Oscar de la Hoya8. En conséquence, les revenus de la grande majorité des boxeurs sont très faibles, ainsi qu'en témoigne le montant des bourses en boxe professionnelle (cf. tableau no 14, p. 252), et la plupart doivent alors exercer une autre activité pour demeurer professionnels :

« Tous les boxeurs professionnels à part de très rares exceptions ont un travail. Ils peuvent avoir des arrangements avec leur employeur, mais la plupart jonglent avec les horaires du travail et les horaires des entraînements. Pour un boxeur amateur de haut niveau, tout est fait pour qu'il puisse avoir son temps scolaire et son temps d'entraînement...
En professionnel, c'est un arrangement individuel et pas un arrangement organisé. Les boulots qu'ils font, ça va de fraiseur à poseur de pavés. Par exemple, quand Brahim Asloum est devenu champion de France contre Rodriguez, ça a été montré par les médias : Rodriguez pose toute la journée des pavés dans les rues à Montpellier. Il se lève à 6 h, il fait son footing. Il embauche à 8 h, il finit à 15 h s'il a un arrangement. Sinon, il finit à 17 h et va à la salle faire son deuxième entrainement. Sur les boxeurs professionnels, les trois quarts travaillent dans une commune, sont éducateurs sportifs ou ont des métiers manuels. Même quelqu'un comme Monshipour, quand il prépare un combat, il a une disponibilité car il a un accord avec le Conseil général de la Vienne qui le laisse à disposition pendant un mois ou deux. » (Professionnel, ancien SHN, 29 ans)

  • 9 Cf.Rosen (Sherwin) – « The Economies of Superstars ». The American Economic Review, vol. 71, no 5, (...)
  • 10 Cf.Benhamou (Françoise) – L'Économie du star-system. Paris, Odile Jacob, 2002.

29Dans ce marché où les meilleurs sont censés décrocher des gains très importants, l'excellence sportive n'est pas tout car elle n'est pas garante d'un niveau élevé de rémunération. Il ne suffit pas, en effet, d'être champion du monde pour accéder aux « super gains », il faut aussi et surtout être une vedette9 intégrée dans le « star-system10 », avec ce que cela implique en termes d'exposition médiatique. Or, seul un petit nombre de boxeurs est alors concerné.

10.3.2. MÉDIATISATION, RÉPUTATION ET VEDETTARIAT : VERS UN AUTORENFORCEMENT GÉNÉRATEUR DE « SUPER GAINS »

  • 11 Lautman (Jacques) – « Compétences, légitimation, vedettariat », in :Menger (Pierre-Michel) et Passe (...)
  • 12 Burlot (Fabrice) – « La carrière en boxe anglaise », op. cit.
  • 13 Tenario (Rafael) – « The Economies of Professional Boxing Contracts ». Journal of Sport Economies, (...)

30La réputation liée au statut de vedette sportive est un élément déterminant du fonctionnement de ce type de marché et une condition nécessaire pour l'obtention de « super gains ». Nous sommes, en effet, dans un système où la réputation permet d'accéder à la médiatisation et où la médiatisation permet de construire la réputation. On assiste ainsi à un mécanisme d'autorenforcement de cette réputation qui explique les sommes astronomiques gagnées par certains boxeurs. Lautman11 parle, à ce sujet, de réputation « organisée », capable de compenser, voire de supplanter les compétences (et dans notre cas, capable de dépasser la valeur sportive du boxeur). Elle permet d'accéder à des combats médiatisés et, ce faisant, assure toujours plus de renommée et des gains de plus en plus conséquents12 : en boxe, en effet, la valeur de la bourse est déterminée, avant le combat, sur la base de la réputation sportive des boxeurs mais aussi en fonction du poids médiatique des promoteurs et des processus de médiatisation que ceux-ci sont à même de mobiliser13.

31Ainsi, les bourses des championnats de monde peuvent descendre jusqu'à 40 000 euros lors de certaines rencontres organisées en Europe par des promoteurs européens dont la réputation est moindre (cf. tableau no 14, p. 252), même si, d'une façon générale, la fourchette se situe plutôt entre 100 000 et 200 000 euros. Par contre, et bien que cela reste exceptionnel, des combats peuvent parfois offrir des bourses de plusieurs dizaines de millions d'euros à des boxeurs ayant le statut de vedette et dont le combat est retransmis sur les cinq continents. À lui seul, Tyson a ainsi gagné, en 1996, 76 millions de dollars en trois combats.

  • 14 Ils le sont d'autant moins qu'en fonction des résultats du combat – et une fois retirées les diffé (...)
  • 15 Menger (Pierre-Michel) – Portrait de l'artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme. Paris, (...)

32Aussi, à l'exception de ceux procurés par les combats exceptionnels, les revenus des boxeurs ne sont pas très élevés14, ainsi que le montre le tableau affichant le montant des bourses en boxe professionnelle (cf. tableau no 14). En France, dans les années 2000, seuls quelques boxeurs étaient bien payés, sans que leurs gains atteignent pour autant les bourses des « championnats du monde exceptionnels ». Jean-Marc Mormeck et Mahyar Monshipour ont gagné plus de 200 000 euros pour défendre leur titre en 2006. Mais, passé le stade des quinze premiers Français les mieux classés (c'est-à-dire présents dans les quinze premières positions d'une des quatre fédérations majeures), les bourses deviennent très faibles. À titre d'exemple, la bourse minimum imposée pour une finale des championnats de France est de 7 000 euros à répartir entre les deux boxeurs. On peut estimer que, durant les années 2000, la grande majorité des boxeurs gagnaient entre 4 000 et 7 000 euros par an. Une situation qui différencie profondément ce monde sportif de la boxe professionnelle de celui des professions artistiques15. De fait, la rémunération d'un boxeur constitue rarement son principal revenu. Il s'agit plutôt d'un revenu complémentaire.

« Peu de boxeurs gagnent leur vie avec la boxe. Quitte à boxer, autant passer professionnel. Pourquoi un bon boxeur resterait amateur s'il peut passer professionnel et gagner un peu d'argent... Ça arrondit les fins de mois  !  » (Entraîneur de club)

TABLEAU No 14 – Le montant des bourses en boxe professionnelle (en 2006)

TABLEAU No 14 – Le montant des bourses en boxe professionnelle (en 2006)

*Depuis 2006, la situation des boxeurs français s’est, d’une façon générale, dégradée (moins de contrats), même si, récemment, pour le combat de Mormeck face à Klitschko, il a été question de 3 millions d’euros versés par la chaîne allemande diffusant le match, et même si N’Dam, lors de son championnat du monde face à Quillin, a empoché 400 000 dollars.
**TALON (Daniel) – « Ligue nationale de boxe professionnelle : trouver la rigueur ».France Boxe, juillet 2005, p. 16-17.

10.4. LA CARRIÈRE EN BOXE PROFESSIONNELLE

33Le marché de la boxe professionnelle (contrairement à celui des comédiens) n'offre pas une multitude de rôles et d'emplois possibles et, pour pallier ce problème, on y a historiquement eu recours à un accroissement des ressources médiatisables au moyen d'une multiplication des fédérations et des catégories de poids (cf. chapitre 3.1., p. 66 – Organisation internationale de la boxe et différenciation des mondes du travail). Le nombre de fédérations, de titres, de catégories de poids et de rôles possibles à jouer sur la scène de la boxe permet alors aux boxeurs d'élaborer des stratégies de carrière multiples, en fonction de leurs forces et de leurs faiblesses. Réputation, soutien d'un promoteur, entraîneur réputé, histoire de vie dramatique font alors partie des éléments avec lesquels les boxeurs peuvent jouer à l'intérieur des différentes logiques inhérentes à la carrière en boxe anglaise.

  • 16 Ainsi que nous l'avons déjà fait remarquer, la logique sportive professionnelle, consistant à choi (...)

34Comme le met en évidence le fonctionnement des galas, la carrière en boxe anglaise repose sur des logiques spécifiques : d'une part, une logique de choix des boxeurs à rencontrer qui, en raison des changements physiologiques et des risques liés au professionnalisme, est davantage renforcée en début de carrière ; d'autre part, un certain nombre d'éléments et de contingences, qui viennent réguler cette logique sportive professionnelle16 :

  • Une envie personnelle renvoyant tout autant à la passion pour le combat qu'à un rêve de promotion sociale par la boxe et à un besoin de progrès.
  • La pression d'un entourage pugilistique, au premier rang desquels l'entraîneur, le manager ou le promoteur qui, pour des raisons de reconnaissance symbolique et d'intérêts financiers, vont engager leurs boxeurs dans différentes rencontres ; mais aussi la famille, les copains, les conseillers, les apprentis managers, qui sont souvent dans l'impatience de voir leur idole ou leur petit « protégé » boxer chez les professionnels.

35« Ensuite interviennent les contraintes réglementaires instituées par la Fédération, qui imposent des délais entre les combats : d'une façon générale, les boxeurs se doivent, en effet, de participer à au moins deux matchs par an. Le tenant d'un titre est contraint de faire dans l'année « un championnat obligatoire » où il rencontre son challenger, et « une mise en jeu volontaire » où il affronte un boxeur de son choix parmi les quinze premiers du classement fédéral. Les boxeurs du classement français des catégories A, B, C, D ne peuvent rencontrer des adversaires que de proximité catégorielle (cf. tableau no 14, p. 252). Ainsi, D ne peut rencontrer B.

36Mais la logique qui finalement va le plus déterminer cette régulation est de nature politico-économique.

  • 17 Burlot (Fabrice) – « La carrière en boxe anglaise », op. cit.

37Nous sommes sur un marché fonctionnant sur la négociation de la réputation17. Le jeu, en boxe, consiste à gagner en réputation sportive pour monter dans les classements des fédérations. Cette réputation s'obtient sur la base de la valeur des combats que l'on a disputés. Certes, nous l'avons vu, elle peut être plus ou moins supplantée par les logiques inhérentes au star-system et à son processus de surexposition médiatique. Mais elle a au moins le mérite d'atténuer les perversités d'une réputation trop « organisée » (dans laquelle l'exposition médiatique – c'est-à-dire le plan média – du boxeur créerait une différence indécente entre la valeur affichée du boxeur et sa valeur réelle, au point de générer une forme d'imposture). Par contre, si la valeur des combats est capable de mettre à l'épreuve la réputation organisée et de restituer une forme de justice et d'équité, elle ne constitue cependant pas l'unique élément d'évaluation du niveau du boxeur. Car une fois la réputation obtenue, le boxeur entre (par l'intermédiaire de son promoteur, manager ou entraîneur) dans un processus de négociation de sa place avec les fédérations. C'est sur la base de cette négociation que vont être définis son classement et, donc, ses possibilités de combats. On entre alors dans la dimension véritablement politique de la carrière. Là encore, sans aucun doute, le statut de vedette joue un rôle certain dans cette négociation :

« Il y a ton niveau de boxeur qui te permet de faire des titres, donc d'être plus ou moins médiatisé et plus ou moins demandé. Ensuite il y a plein d'autres éléments comme ton image, ton charisme, ta notoriété, ton parcours, qui sont tout aussi importants et font que tu es médiatisable ou pas. Des garçons comme Oscar de la Hoya qui est beau comme un dieu pour les Américaines... tout cela rentre en jeu. Il ne faut pas croire qu'il n'y a que le niveau de boxe professionnelle.  » (Boxeur professionnel, ancien SHN, 29 ans)

38Évidemment, ce rôle est plus ou moins important. Oscar de la Hoya n'a jamais été considéré comme un imposteur, loin de là, tant il avait fait les preuves de sa performance sportive tout au long de sa carrière, mais il n'en demeure pas moins que, pour de nombreux boxeurs (les initiés), son exposition médiatique a influé sur la détermination de sa place dans les classements, surtout à la fin de sa carrière.

39La boxe professionnelle n'est donc pas une activité dans laquelle la performance est évaluée de façon totalement objective : formule tournoi (comme en boxe amateur) ou somme d'un nombre de points donnés dans des tournois à valeurs variables (comme en tennis). Les classements fédéraux de la boxe anglaise renvoient à un jeu politique qui s'appuie sur la réputation effective et optionnelle des boxeurs. Les acteurs de cette négociation ne sont pas directement les boxeurs, mais des intermédiaires qui ont plus ou moins de pouvoir sur les fédérations.

10.4.1. DES CARRIÈRES À DEUX VITESSES : FAIRE CARRIÈRE OU FAIRE LA CARRIÈRE DES AUTRES

40Cette logique de nature politico-économique va induire des carrières à vitesses variables selon le poids du négociateur de carrière. Pour ce dernier, l'objectif est de gérer au mieux son investissement sur un boxeur. Il faut certes gagner de l'argent, mais il faut également penser à construire un champion physiquement (progressivement lui donner des combats de plus en plus difficiles jusqu'au championnat du monde), psychologiquement (éviter de le mettre en situation d'échec ou en face de boxeurs potentiellement dangereux) et symboliquement (lui forger une réputation). Le poids financier et symbolique des négociateurs est alors déterminant dans le choix des adversaires à rencontrer, et donc dans les possibilités de carrière, ce qui crée un sentiment d'injustice très fort chez certains boxeurs, comme l'illustre cet extrait de discussion entre un ancien professionnel et un boxeur amateur :

« Non, non, mon ami, c'est pas vrai. Tout le monde n'a pas cette chance. La volonté ne suffit pas, tu n'es pas maître de ton destin. Tu ne détiens pas tout ce qu'il y a autour du business de la boxe pour finalement arriver au top. On te fera arriver si on a envie de te faire arriver. Saïd, il aurait pu faire une carrière nettement meilleure s'il avait été encadré. Donc, ce n'est pas forcément l'envie du boxeur ou son potentiel [...]. Si on a envie de sortir la monnaie pour toi, on la sort. Si on n'en a pas envie, hé bien, on ne sort pas la monnaie. Tu peux être meilleur que celui à qui on sort la monnaie pour faire du faux spectacle [...]. Parce que la logique, elle est là. Moi, je suis promoteur et j'ai de l'argent, j'ai un boxeur prometteur, je ne vais pas lui organiser un combat contre un boxeur qui est trop fort. Je vais lui faire rencontrer un boxeur qu'il va pouvoir battre. Je ne vais pas faire combattre mon boxeur s'il n'a aucune chance de gagner. Ça, c’est le monde de la boxe. Mon boxeur progresse. Pourquoi ? Parce que j'ai de l'argent. Donc je lui organise plein de combats dans l'année sans le mettre en danger.
Moi, en fait, je n'ai rien contre la boxe. Bien sûr que c'est bien, mais ce qui me gêne, c'est que le boxeur prend des coups pour rien. Et ce n’est pas ce qu'il gagne qui va lui permettre de rattraper les coups qu'il a pris. C’est clair et net : certains sont là juste pour la carrière des autres. Ils n'ont aucune chance.
Parmi les quatre cents professionnels, il y en a cinq qui vivent de la boxe. Donc mon discours est clair : tu fais des sacrifices, ta meuf, il faut qu'elle supporte, parce que tu vas partout. Il faut rester au poids et pourtant tu n'en vis pas. On t'appelle pour faire 2 francs 6 sous, tu prends des coups, mais ce n'est pas grave...  » (Ancien professionnel, 32 ans)

41Nous l'avons vu, cette situation génère des carrières à deux vitesses : celles des boxeurs sur lesquels on a misé, et celles des boxeurs qui ont des entraîneurs peu influents ; autrement dit, il y a ceux qui font une carrière (les premiers) et ceux qui servent la carrière des autres (les seconds).

42La carrière s'articule autour de deux types d'emplois. Le boxeur peut commencer une carrière, soutenu par un manager de poids financier important et, après une défaite, se retrouver dans le rôle de ceux qui servent la carrière des autres, l'incertitude de l'épreuve sportive jouant en permanence la fonction de redistributeur des rôles donnés aux boxeurs. Le mythe du boxeur dont l'origine sociale est populaire et qui devient un champion adulé joue ici un rôle important pour pérenniser le système compétitif. Exceptionnellement, des boxeurs sur lesquels aucun promoteur n'avait misé se sortent de leur rôle de « chèvre » pour prendre le statut de « star montante ».

« Le contrat, à la base, il est simple : "Tu gagnes, c'est bien. Tu ne gagnes pas, on se quitte." Moi, mon promoteur et mon manager, entre eux et moi, c'était clair : tant que je gagnais, ils me suivaient. Après ma deuxième défaite, Don King m’a lâché. » (Boxeur professionnel, ancien SHN, 29 ans)

43Voici qui questionne le sort de ceux sur lesquels on n'a pas misé... Qu'est-ce qui les anime ? Comment font-ils carrière ? Pour eux, le but initial est de tenter leur chance : ils restent dans une salle et continuent à s'entraîner dur, au moins pendant les premières années. Parmi leurs principaux objectifs : rester en forme et trouver des combats pour, de temps en temps, gagner un peu d'argent. Rester en forme car, évidemment, il est nécessaire de demeurer dans une logique compétitive pour pouvoir saisir sa chance si un combat est proposé. Gagner un peu d'argent, car cela sous-entend une certaine forme de reconnaissance, celle qui consiste à échanger sa prestation pugilistique contre rémunération et à être, en cela, un vrai professionnel...

44Si un certain nombre de boxeurs entrent dans le monde professionnel pour y tenter leur chance ou pour y arrondir leurs fins de mois, alors, effectivement, l'attrait d'une bourse peut également constituer un facteur de motivation à jouer des matchs :

« Les boxeurs, il faut bien qu'ils boxent pour se faire un peu d'argent ! Et comme on ne peut concevoir de faire 50 000 combats, il faut bien qu’il y ait des combats faciles de temps en temps. Mais bon, il ne faut pas exagérer. Kamel, par exemple, il aimerait bien avoir des combats un peu plus durs de temps en temps. On lui a proposé un chariot en face de lui. C'était vraiment scandaleux. Il ne faut pas quand même abuser. Ça fait trois fois de suite. C’est pas la faute des boxeurs. Si on te dit : "Tu vas combattre un boxeur facile pour 2 500 euros", tu y vas. C'est de l'argent facile. Il faut bien vivre. C'est comme si tu dis à un mec : "Tiens, tu balayes la pièce et je te donne 2 500 euros". Il le fait. » (Extrait de discussion avec un boxeur amateur)

45Cette situation n'est évidemment pas sans danger pour ceux qui, finalement, vont réellement compter sur cette manne financière, comme l'explique cet ancien professionnel :

« Moi, si j'avais pas pensé à ma reconversion, aujourd'hui je boxerais encore. Pour vivre. Je boxerais pour vivre. Il y a beaucoup de boxeurs qui savent qu'ils ne seront pas champions du monde, qu'ils n'auront jamais de carrière et qui boxent parce qu'ils ont besoin d'argent. J'ai un boxeur pro, ici, qui me dit : "Je suis prêt à boxer pour 600 euros (et encore, lui, il travaille !) pour rembourser ma licence qui vaut 450 euros". Je flippe, je me dis : "Merde, c'est super dangereux !" » (Entraîneur de club, ancien professionnel, 32 ans)

46Naturellement, ces boxeurs sur lesquels on n'a pas misé rencontrent également plus de difficulté à construire leur réputation. À une époque, ne pas être suivi par un promoteur pouvait être compensé par une visibilité accrue dans de multiples galas. Mais la disparition progressive de ces derniers a transformé les pratiques de promotions des boxeurs : à présent, il n'est plus possible de construire sa réputation dans les galas comme ce pouvait être le cas dans les années 1970 où il y avait une véritable hiérarchie entre les salles. Avec l'arrivée de la télévision, la construction de la réputation s'est progressivement modifiée : on est passé d'une réputation uniquement sportive à une réputation orchestrée. Dans les années 1970, un combat télévisé était un véritable enjeu pour la carrière. Le combat était validé par les téléspectateurs. Si ces derniers étaient déçus par la prestation d'un boxeur, il y avait peu de chance pour que l'organisateur mise à nouveau sur lui à l'occasion d'un autre gala.

47La qualité des boxeurs était donc, jusqu'à une certaine époque en France, le résultat d'une carrière construite autour d'un certain nombre de lieux : le Central, la salle Wagram ou le Palais des sports validaient les épreuves. Ce qui pouvait alors poser problème si les promoteurs avaient misé sur un autre boxeur. Dans ce cas, dans un souci de protection, ce boxeur talentueux se voyait quelque peu mis à l'écart.

48Aujourd'hui, les salles d'entraînement font partie des derniers lieux de construction de la réputation pour les initiés. Elles permettent de faire entériner par les pairs les qualités pugilistiques d'un boxeur.

10.4.2. EXERCER UN MÉTIER POUR CONTINUER LA BOXE

49Pour pouvoir continuer à s'adonner à leur passion, beaucoup vont s'inscrire dans une trajectoire professionnelle extérieure à cet univers et exercer en parallèle un métier. Il en va ainsi de cet ancien professionnel :

« Si je n'ai pas été au moins champion d'Europe mais simplement champion de France, c'est que je n'étais pas un vrai professionnel. J'avais juste la carte et, du fait que je n'étais pas un vrai professionnel, je ne me donnais pas à 100 % pour mon métier de boxeur. J'avais une vie professionnelle en parallèle où il fallait que je travaille pour mériter mon salaire et où il fallait que je rende des comptes. C'est pour cela que je dis que je n'étais pas un vrai professionnel. Mais des vrais professionnels, il y en a très peu. Même Bruno Girard, qui a été champion du monde, travaille dans les écoles primaires. Lui aussi, il a compris. Il s'est pris en main et il s'est trouvé un autre métier. Ils ne comptent pas que sur la boxe pour vivre... » (Entraîneur, ancien professionnel, ancien SHN, 32 ans)

50Mais, quelles que soient les difficultés que rencontrent les boxeurs lorsqu'ils doivent concilier leur passion et un métier un peu plus rémunérateur, il est inenvisageable qu'ils arrêtent de boxer. La boxe, comme les métiers de l'art, est une profession à vocation. On s'y engage sans compter et, pour certains, elle peut quasiment être assimilée à une drogue, comme l'illustre cette conversation entre deux boxeurs, enregistrée dans une salle :

Le boxeur amateur (BA) : Attends, la boxe, ça ne t'a pas apporté que des coups, ça t'a apporté plein de choses ! C'est vrai que t'es pas devenu milliardaire, mais, quelque part, ça t'a enrichi.

Ancien boxeur professionnel (ABP) : Je n'ai pas dit le contraire. En gros, il reste des choses ; moi, je te parle de celui qui continue sa carrière. Quand il a fini sa carrière, ce sont les coups qui vont lui rester.

BA : Non, ce n'est pas vrai, ça paye toujours à un moment ou à un autre. La preuve : Saïd, tu vois, il a galéré. Il n’a pas fait grand-chose, mais à Aubervilliers, il est reconnu, il a un statut. La plupart des boxeurs, c'est comme ça.

ABP : La plupart des boxeurs sont comme Saïd ? Combien tu en connais qui sont comme Saïd ?

BA : Par exemple Cherifi...

ABP : Qu'est-ce qu'il a fait Cherifi ? Tu crois que tu as besoin de faire de la boxe pour être éducateur ? BA : Oui, comme ça tu es pris au sérieux comme ancien boxeur.

ABP : Il y a des grands entraîneurs qui n'ont pas besoin de faire de la boxe. Mais Saïd, il a arrêté, il a arrêté au bon moment. Il en sort quand même nickel. Je suis d'accord pour le cas de Saïd, mais imagine le gars qui a cinquante combats amateurs et qui va faire vingt combats pros... Imagine le résultat au niveau des coups...

BA : Oui, mais c'est une passion...

ABP : OK mais il faut voir ce que ça te coûte, ta passion ! La passion, c'est une chose, et les coups que tu prends dans la gueule, c'est une autre chose !

BA : Oui, mais dans la passion, tu perds plein de choses. La passion, par définition, c’est ça. Tu t'investis à fond et tu perds plein de choses. C'est la règle du jeu !

ABP : Mais moi, je te dis que je connais plus de gens qui ont mal réussi que de gens comme Saïd.

BA : Oui, mais ce sont sans doute des petits boxeurs. Des gens qui n'ont pas tout fait pour réussir, qui n'ont pas été sérieux. Tout le monde peut se donner la chance de réussir !

ABP : Non, non, mon ami, ce n'est pas vrai ! Tout le monde n'a pas cette chance. La volonté ne suffit pas, tu n'es pas maître de ton destin. Tu ne détiens pas tout ce qu'il y a autour du business de la boxe pour finalement arriver au top. On te fera arriver si on a envie de te faire arriver. Saïd, il aurait pu faire une carrière nettement meilleure, s'il avait été encadré comme un mec comme Lorcy ; donc, ce n'est pas forcément l'envie du boxeur ou son potentiel. En fait, tu arrives au bon moment, ça marche, tu arrives au mauvais moment, tu es le même, mais ça marche pas !

BA : Il y a des boxeurs bien encadrés, balèzes et tout. Pourtant, ils perdent, mais ils sont toujours suivis.

ABP : Ça revient à ce que je t’ai dit. Si on a envie de sortir la monnaie pour toi, on la sort ! Si on n'en a pas envie, hé bien on ne sort pas la monnaie ! Tu peux être meilleur que celui à qui on sort la monnaie pour faire du faux spectacle.

BA : Mais je ne vois pas pourquoi ! Si tu es bon, si tu es un gagneur, si t’es fort, il n'y a pas de raison qu'ils ne veuillent pas t'aider.

ABP : Ça, c'est ton idée ! Maintenant, il y a plein d'autres raisons dans la boxe...

BA : Julien Lorcy, par exemple, c'est une masse, il est fort... Il a été champion du monde. Il avait un bon entraîneur !

ABP : L'entraîneur, c’est un pion à un moment donné.

BA : Tu sais, dans la vie, il faut choisir. Tu peux boxer ou travailler. Moi, j’ai arrêté la boxe, parce que j'ai trouvé un travail sérieux. J'avais 21 ans à peu près. Là, je suis chef de site sur la sécurité. Je gagne bien ma vie.

ABP : Tu es l'exemple même de ce que je dis ! Si tu n'avais pas arrêté la boxe, qu’est-ce que tu serais devenu ? Là, tu as 26 ans. Si tu avais décidé de continuer la boxe, à ton avis, tu serais à quel niveau, au mieux ?

BA : Je ne sais pas, on ne peut pas savoir...

ABP : Au mieux de ce que tu t'imagines ? Non, parce que tu me dis : "On choisit". C'est là où moi, je te dis qu'on ne choisit pas.

BA : Je ne te dis pas j'aurais été un champion. Peut-être que je n'aurais pas assuré. Quelque part, j'ai senti qu'il valait mieux que je travaille...

ABP : Tu as été raisonnable. Donc je t'applaudis. Parce que la base de ce que je pense c'est... imagine le môme qui délire, qui croit qu'il va devenir champion, qu'il va gagner sa vie avec la boxe. Qu'est-ce qu’il fait ? Il néglige son travail, sa famille. Parce qu'il y en a qui délirent complètement, qui partent en Angleterre ou n'importe où... Ils croient à leur utopie. Pendant toute cette période-là, ils négligent une partie de leur existence.

BA : Mais dans la musique, c'est la même chose ! Et dans plein d'autres trucs...

ABP : Non, la différence avec la boxe, c'est qu'on prend des coups. Quand tu prends des coups, mon frère, tu sais ce que c'est !

BA : Mais ce n'est pas grave...

ABP : Ce n'est pas grave ? Va voir certains boxeurs dont je ne citerai pas les noms, comment ils sont devenus ! Je ne te dis pas dans l'état où ils ont fini leur carrière ! Si tu en trouves dix comme Saïd dans l'Île-de-France, hé bien tu sais quoi... ?

BA : Mais dans d'autres pratiques, tu peux perdre de l'argent ! À partir du moment où tu es passionné, c'est toujours comme ça ! Tu peux perdre ta femme, tes enfants, rien que parce que tu es passionné ! » (Discussion entre boxeurs)

51Certes, au cœur de la motivation des boxeurs, il y a l'idée de vocation, mais le concept n'explique pas complètement cette décision d'engagement dans une carrière aux ressources rares. Les boxeurs choisissent par passion l'activité pugilistique, mais plus encore que cette passion, ce qui importe, c'est l'accès à l'identité de boxeur professionnel et la reconnaissance que cette identité apporte, dans le regard des initiés comme des profanes. On quitte alors le monde amateur en toute conscience, avec l'idée de pouvoir « tenter sa chance »... La chance, peut-être, de s'extraire de sa condition sociale d'origine.

Notes

1 Rappelons qu'en boxe amateur, il est obligatoire de réunir un certain nombre de points pour prendre une licence professionnelle.

2 Cf. tableau no 14 – Le montant des bourses en boxe professionnelle (en 2006).

3 Le fait d'intégrer le pôle France de l'INSEP réduit considérablement les relations avec le monde professionnel présent dans les clubs.

4 Même si, à la fin des années 2010, ce scénario a été quelque peu remis en cause avec des boxeurs comme Jérôme Thomas et Alexis Vastine.

5 Ou alors de façon exceptionnelle, comme les néo-pros (depuis la saison 2010-2011) ou les indépendants.

6 Cf.Frank (Robert H.) et Cook (Philip J.) – The Winner-Take-All Society. New York (USA), Martin Kessler Books at The Free Press, 1995.

7 Burlot (Fabrice) – « La carrière en boxe anglaise », in :Bercot (Régine), Divay (Sophie) et Gadéa (Charles) – Les Groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations. Toulouse, Octarès, coll. « Le travail en débats », 2012, p. 252.

8 Cf.Sobry (Claude) – Socioéconomie du sport. Structures sportives et libéralisme économique. Bruxelles (Belgique), De Boeck, coll. « Sciences et pratiques du sport », 2003.

9 Cf.Rosen (Sherwin) – « The Economies of Superstars ». The American Economic Review, vol. 71, no 5, 1981, p. 845-858.

10 Cf.Benhamou (Françoise) – L'Économie du star-system. Paris, Odile Jacob, 2002.

11 Lautman (Jacques) – « Compétences, légitimation, vedettariat », in :Menger (Pierre-Michel) et Passeron (Jean-Claude) – L'Art de la recherche : essais en l'honneur de Raymonde Moulin. Paris, La Documentation française, 1994, p. 203-218.

12 Burlot (Fabrice) – « La carrière en boxe anglaise », op. cit.

13 Tenario (Rafael) – « The Economies of Professional Boxing Contracts ». Journal of Sport Economies, vol. 1, no 4, novembre 2000, p. 363-384.

14 Ils le sont d'autant moins qu'en fonction des résultats du combat – et une fois retirées les différentes commissions – les boxeurs ne touchent pas plus de 25 % à 40 % de la bourse initiale offerte pour ce combat.

15 Menger (Pierre-Michel) – Portrait de l'artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme. Paris, Le Seuil, coll. « La République des idées », 2002.

16 Ainsi que nous l'avons déjà fait remarquer, la logique sportive professionnelle, consistant à choisir les boxeurs que l'on va faire se rencontrer, s'oppose diamétralement à la logique sportive classique d'un tournoi où les rencontres sont organisées en fonction d'un tirage au sort aléatoire (sauf pour certains sports où il existe des têtes de séries).

17 Burlot (Fabrice) – « La carrière en boxe anglaise », op. cit.

Table des illustrations

Titre TABLEAU No 14 – Le montant des bourses en boxe professionnelle (en 2006)
Légende *Depuis 2006, la situation des boxeurs français s’est, d’une façon générale, dégradée (moins de contrats), même si, récemment, pour le combat de Mormeck face à Klitschko, il a été question de 3 millions d’euros versés par la chaîne allemande diffusant le match, et même si N’Dam, lors de son championnat du monde face à Quillin, a empoché 400 000 dollars.**TALON (Daniel) – « Ligue nationale de boxe professionnelle : trouver la rigueur ».France Boxe, juillet 2005, p. 16-17.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1295/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

© INSEP-Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540