Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Univers de la boxe anglaise

 | 
Fabrice Burlot

Quatrième partie. La carrière en boxe anglaise

Chapitre 9. De la boxe éducative à la boxe amateur : itinéraire professionnel d'un « boxeur d'État »

Texte intégral

1Au sein de ces différents publics de la boxe (traditionnel, cadres et femmes), tous les pratiquants n'envisagent pas de suivre une carrière compétitive, un certain nombre s'engageant dans la boxe anglaise exclusivement pour exercer une pratique de loisir. Comme nous l'avons vu avec les cadres, il arrive que, parmi ces publics, quelques boxeurs basculent dans la boxe compétitive ; mais la situation reste exceptionnelle. Il est effectivement beaucoup plus fréquent de rencontrer parmi les pratiquants des jeunes qui entrent dans la boxe pour se consacrer à la compétition, mais qui décident progressivement, du fait de l'âge ou en raison d'un manque de réussite, d'arrêter celle-ci et, parfois, de se recentrer sur une pratique de loisir. Cependant, quel que soit le niveau auquel les compétiteurs mettront un terme à leur carrière, cette dernière sera jalonnée d'un certain nombre d'épreuves qui, dans la continuité des épreuves intégratives de la salle, leur permettent de tracer leur chemin dans l'univers de la boxe anglaise...

2L'idée est désormais de centrer l'analyse sur ces compétiteurs et d'essayer de comprendre comment, une fois engagés dans la pratique, ils y font carrière. Autrement dit : comment évoluent-ils dans l'organisation compétitive de la boxe ? Quels y sont les chemins et les étapes possibles ? Et, finalement, quelles sont les épreuves qu'ils vont devoir subir tout au long de cette trajectoire ?

9.1. L'ENTRÉE DANS LA CARRIÈRE PAR LA BOXE ÉDUCATIVE : L'OMBRE DU PROFESSIONNALISME

3L'entrée par la boxe éducative préfigure, en ce début du XXIe siècle, la première étape de la carrière compétitive. Comme nous l'avons précédemment expliqué, cette modalité d'accès à la pratique montre effectivement des décalages identitaires, aussi bien pour le passage de la boxe scolaire à la boxe éducative en club que dans le cas d'une entrée directe en boxe éducative dans un club. Ces décalages entre l'image perçue de l'activité, la réalité de la violence accessible mais aussi de la discipline imposée au boxeur dans le club sont sources de déception et d'abandon.

4Si le taux d'abandon des jeunes pratiquants de boxe éducative est élevé, certains persistent tout de même. D'ailleurs, il est aujourd'hui rare de trouver des compétiteurs performants ayant « échappé » à la boxe éducative. Cette porte d'accès à l'activité constitue donc, pour beaucoup, une des premières étapes de la carrière. Dès lors, et au-delà du contexte et des motivations qui les ont animés (cf. chapitre 7, p. 163 – Le monde traditionnel de la boxe anglaise), pourquoi maintiennent-ils leur engagement dans la pratique ? Comment se projettent-ils dans la carrière, une fois entrés en boxe éducative ?

5Les entretiens menés avec les jeunes pratiquants de boxe éducative mettent à jour deux éléments d'importance qui jouent un rôle fondamental dans les représentations du jeune boxeur et son engagement dans une carrière :

  • cet engagement est fonction du niveau compétitif du club (notamment, de la réussite compétitive des aînés) et, plus particulièrement, de son ancrage professionnel ;
  • le monde professionnel domine le discours des jeunes de la boxe éducative, quel que soit l'environnement du club.
  • 1 À savoir : le club mythique du professionnalisme. Cf. chapitre 7.5., p. 183 – L'entrée par la boxe (...)

6La motivation pour la pratique compétitive est ainsi très forte dans les clubs rendant possible l'accès aux différents mondes de la boxe compétitive, notamment à l'étape ultime : le monde professionnel. Dans le groupe no 61, par exemple, la plupart des jeunes se projettent déjà dans le monde amateur et envisagent ce moment comme un simple passage, une transition avant de devenir professionnels. Les entraînements ont lieu trois fois par semaine. Travail, sérieux, rigueur et discipline sont de mise et des objectifs compétitifs à court, moyen et long termes sont d'emblée établis. Indéniablement, on s'inscrit déjà dans une logique de carrière professionnelle, comme l'explique ce garçon :

« La boxe amateur [...], faire des combats pour se former, prendre de la technique [...], c’est comme un entraînement, une étape à passer avant d'être professionnel. » (Amateur, 15 ans)

7Dans les clubs compétiteurs moins liés au professionnalisme (les groupes nos 3, 4 et 5), la situation est différemment accentuée en fonction de l'âge et de la performance. Les plus jeunes n'envisagent pas encore (ou rarement) de devenir professionnels. Ils ont une séance d'entraînement par semaine et vivent leur activité comme une pratique sportive compétitive. Ils ont des échéances à court terme, parlent beaucoup de leurs compétitions, mais ne se projettent pas pour autant dans un avenir professionnel, contrairement à ceux du groupe no 6. À l'inverse, chez les plus âgés (et surtout les plus performants) de ces clubs, la motivation à rapidement devenir amateurs, pour pouvoir donner des coups et, un jour, devenir professionnels, ressort clairement :

« L'an dernier j'ai fait champion des Hauts-de-Seine. J'ai boxé pour l'Île-de-France, j'ai perdu. Donc, là, je continue à boxer encore, et peut-être que l'année prochaine je serais champion de France. Après j’aimerais bien être professionnel... » (Boxe éducative, garçon, 14 ans)

8Dans ces quatre clubs liés au professionnalisme, il n'est pas rare de trouver des boxeurs qui deviennent prématurément amateurs, du fait de leur engagement physique, comme le justifie un entraîneur à propos de ce jeune pratiquant d'éducative :

« Il portait trop ses coups. Dans les combats, il était souvent sanctionné [...]. Le laisser en éducative, c'était le frustrer. » (Entraîneur de club, 65 ans)

9Qu'il soit ou non influencé par son entourage ou par le club, ce jeune boxeur a des objectifs d'ores et déjà très clairs :

« Si je peux passer pro à 18 ou 20 ans, ce serait bien... c’est un monde plus spectaculaire, plus technique, plus beau. » (Boxe éducative, 15 ans)

10D'ailleurs, il vient s'entraîner sur les créneaux de la boxe adulte, à l'intérieur desquels amateurs et professionnels se retrouvent mélangés.

11Par contre, chez les pratiquants exerçant en milieu scolaire (groupe nos l et 2), où la logique compétitive est beaucoup moins institutionnalisée et où il n'y a aucune expérience professionnelle, les jeunes boxeurs sont peu nombreux à se projeter dans une carrière professionnelle.

  • 2 De nombreux boxeurs pratiquant en cours d'EPS ne peuvent pas réellement parler de la boxe du fait (...)

12Cependant, quels que soient l'ancrage professionnel et le niveau d'engagement compétitif du club, le monde professionnel domine déjà souvent les discours. La boxe, pour ceux qui peuvent en parler2 au moment de cette étude, c'est avant tout des noms (Tyson, Mohamed Ali, Asloum ou Wartelle), des combats télévisés sur Canal + et un moyen de gagner de l'argent. Même si ce n'est pour eux qu'un rêve d'enfant, certains conçoivent déjà la boxe comme une alternative professionnelle (« Moi, soit je fais pompier, soit je fais boxeur » [Boxe éducative, garçon, 14 ans]) ou une alternative aux études (« Moi, je continue les études. Si ça marche bien je continue. Si ça ne marche pas, je me lance à fond dans la boxe. » [Boxe éducative, garçon, 12 ans]). La boxe est ainsi considérée, par certains, comme une véritable voie de professionnalisation.

13À l'inverse, le monde amateur est quasiment absent des discours. Aucun ne connaît Jérôme Thomas alors qu'il vient d'être sacré champion du monde au moment de l'enquête. Les seuls à le connaître sont finalement ceux qui sont le plus engagés dans une pratique compétitive, c'est-à-dire les boxeurs appartenant aux trois clubs professionnels.

14Dans le discours des jeunes de la boxe éducative, cette domination quasi exclusive des idoles du monde professionnel tient à plusieurs raisons. Tout d'abord, les médias (et plus particulièrement la télévision) apparaissent comme des vecteurs privilégiés dans la construction de l'image de la boxe, et les jeunes de l'éducative n'y échappent pas :

« J'essaie de suivre un peu les matchs à la télé, mais c'est pas évident. J'ai regardé deux ou trois combats. Celui d'Asloum pour son entrée. J’ai regardé Bruno Wartelle, mais c'est dur de regarder des combats de boxe quand on n'a pas le câble. Chez moi, j'ai Mike Tyson, Bruno Wartelle, Holyfield, Trinidad en posters. Tyson, je le déteste, car il a fait un mauvais geste quand il a mordu l'oreille de son adversaire. Asloum, je crois qu'il a un esprit de guerrier. » (Boxe éducative, garçon, 12 ans)

15Ce poids des médias est encore renforcé par les « idoles des murs » (cf. chapitre 5.1., p. 115 – Salle de boxe et tradition professionnelle), c'est-à-dire les multiples affiches de combats et articles de presse décorant la salle et portant presque exclusivement sur l'univers professionnel. Ensuite, il faut ajouter à cela le poids déterminant des boxeurs professionnels exerçant dans les clubs, le profil précédemment défini du « champion local » (cf. chapitre 7, p. 163 – Le monde traditionnel de la boxe) : l'on comprend mieux, alors, pourquoi les boxeurs professionnels sont des références pour les pratiquants de la boxe, et ce, dès le plus jeune âge.

16Dans le groupe no 6, où le culte du professionnalisme est particulièrement fort, les jeunes s'entraînent avant les professionnels et ensuite viennent les voir boxer. Quoi de plus normal si ces différents champions deviennent rapidement leurs idoles et s'ils tiennent une place importante dans leur connaissance de la boxe ?

17Enfin, quand l'un des entraîneurs pratique encore la boxe, il fait également l'objet d'une grande admiration. Les jeunes suivent sa carrière, collectionnent des photos de lui, le regardent à la télévision :

« Moi, je regarde la boxe à la télé... Dès qu'il y a des reportages, je regarde. J'ai regardé l'autre jour mon entraîneur chez un copain sur le câble. Et l'autre jour, on a été le voir au stade Jean-Bouin. Il a gagné facilement. Oui, c'est un bon boxeur. J'aimerais bien devenir comme lui. On le respecte au club. De toute façon, il essaie de faire un maximum pour nous. » (Boxe éducative, garçon, 14 ans)

« Plus tard, je veux continuer. Je veux être comme mon entraîneur, je veux être pareil que lui. Boxer à l'étranger [...], être une star [...], c'est bien. » (Boxe éducative, garçon, 13 ans)

18Les jeunes se projettent donc très tôt dans le monde professionnel, mais ils comprennent également très vite que, pour atteindre cet objectif, il leur faudra franchir un certain nombre d'étapes, notamment celle du passage par la boxe amateur.

9.2. LE PASSAGE PAR LA BOXE AMATEUR

19Aujourd'hui, la plupart des jeunes entrent donc dans le monde de la compétition par le biais de la boxe éducative (on trouve exceptionnellement quelques boxeurs qui s'inscrivent directement en boxe amateur, mais cela est de plus en plus rare). Cette perception du monde pugilistique, cristallisée autour du monde professionnel, est donc particulièrement importante pour comprendre comment et pourquoi, suite à cet engagement, le jeune boxeur va faire carrière.

20S'ils sont nombreux à abandonner rapidement l'activité, une partie entre néanmoins en carrière, au terme d'un processus de sélection constitué de plusieurs étapes et dont l'objectif, en boxe amateur, est : « devenir un champion ». L'expression nous semble préférable, car pour le jeune en début de carrière, « devenir un champion » ne signifie pas toujours obtenir un titre (de champion de France, du monde ou olympique), ou être membre de l'équipe de France, et encore moins occuper un emploi de « boxeur d'État ». « Devenir un champion » signifie parvenir à être le meilleur de sa catégorie d'âge, mais renvoie surtout à l'envie d'être le plus fort et d'être reconnu. La plupart se fixent donc des objectifs de performance qui leur permettront avant tout de briller dans leur catégorie d'âge. Cette épreuve constitue ainsi la première étape de leur vie de compétiteur. Ensuite se dégagent rapidement deux types de trajectoire : la boxe de loisir et la boxe compétitive.

21Certains, malgré leurs efforts, comprennent que leur niveau ne leur permettra jamais de devenir les meilleurs de leur catégorie d'âge, les premières mises de gants, et surtout les premières compétitions, confortant cette perception. S'ils trouvent d'autres sources de motivation (comme « les copains », « la seconde famille », « la pratique exutoire »), ils persistent, mais s'inscrivent alors progressivement dans une logique « semi-compétitive », voire de loisir. Si la concurrence avec d'autres activités sociales (l'école, le travail, la première histoire d'amour...) devient importante et si, de surcroît, surviennent des changements matériels dans leur vie (un déménagement, par exemple), l'abandon est souvent inéluctable.

22À l'inverse, chez ceux qui sont rapidement considérés comme de jeunes boxeurs prometteurs en raison de la domination qu'ils instaurent sur les autres boxeurs de leur catégorie d'âge, l'idée de continuer et d'aller plus loin dans la carrière se dessine progressivement. La réalité de leur domination, mais aussi les regards de leur entourage (l'entraîneur, les autres boxeurs, les copains, la famille et, bientôt, les suiveurs) confortent leur motivation et maintiennent alors leur investissement dans le monde compétitif. À la fois signes de reconnaissance et sources d'attentes, ces regards deviennent essentiels à l'engagement dans la carrière.

23Une fois devenus les meilleurs de leur génération, ces jeunes s'inscrivent dans un schéma classique de changement de catégories d'âge et de type de compétitions. Avec le temps, la salle de boxe va véritablement se muer en une seconde famille et l'entraîneur en un « second papa » pour des jeunes dont nous avons vu qu'ils étaient souvent issus de milieux difficiles et dont les efforts pour intégrer la culture de la salle ont parfois été importants. Et, bien entendu, cette situation quasi familiale va renforcer leur investissement pour rester les meilleurs de leur génération, d'année en année.

  • 3 Cf.Laplante (Benoît) – « L'étude des carrières professionnelles comme production individuelle. La (...)
  • 4 Paradeise (Catherine), Vourc'h (François) et Charby (Jacques) – op. cit.
  • 5 Par comparaison avec certains métiers, cette position pourrait presque être assimilée à un emploi (...)

24L'entrée dans la carrière semble ainsi marquée par un certain nombre de dispositions sociales qui orientent plus ou moins le choix du boxeur et, surtout, confortent son envie de rester dans l'activité. C'est dans ce contexte que le jeune boxeur poursuit sa carrière pugilistique, une carrière courte régie par une certaine forme de convention naturaliste3. Cette dernière impose à la carrière sa durée et – si l'on va plus loin – elle lui donne même, dès le départ, une certaine forme, dans la mesure où n'importe quel individu ne peut exercer n'importe quelle activité sportive : il y a des capacités physiques de départ, des « traits innés4 » qui vont plus ou moins orienter vers certaines activités : fibres rapides et fibres lentes, corpulence musculaire et finesse, taille de l'individu, etc. Sans dire qu'un individu fait nécessairement le choix d'une activité physique dans le but d'en faire sa profession, il n'en reste pas moins qu'un certain nombre de positions lui sont d'emblée quasiment inaccessibles. Un boxeur de moins de 51 kg pourrait difficilement s'engager dans une activité comme le basketball ou le saut à la perche. En outre, à l'intérieur des différentes catégories de poids de la boxe, l'accès à la catégorie reine (celle des poids lourds) lui est naturellement exclu. Les jeunes boxeurs commencent donc à se positionner à l'intérieur de celles qui leur sont accessibles, de manière à maximiser leurs chances de réussite. Comme nous l'avons expliqué dans la partie sur l'organisation compétitive de la boxe, les catégories de poids peuvent être assimilées à des catégories d'emplois dans lesquelles les boxeurs vont exercer leur activité. Parler d'emplois peut certes troubler le lecteur : pour la majorité des boxeurs parvenus à ce stade de leur carrière, il est davantage question de « positions » à l'intérieur de l'organisation compétitive. Il n'en demeure pas moins que celles-ci sont des étapes intermédiaires vers l'accès à de « véritables emplois ». Cependant, vu que nous évoquons ici les boxeurs les plus performants, nous sommes naturellement amenés à commencer à parler d'emploi, car d'une part ces boxeurs sont dans une logique de professionnalisation et, d'autre part, quelques-uns vont progressivement commencer à obtenir des compensations financières ou matérielles pour combattre. Il ne s'agit encore pas à proprement parler d'emploi, c'est-à-dire d'une position leur permettant d'être rémunérés pour leur travail, mais de dynamique de professionnalisation. La catégorie de poids dans laquelle ils vont se positionner devient dès lors partie intégrante de cette dynamique5.

  • 6 Rappelons que les catégories de poids ont été créées précisément pour préserver l'intégrité physiq (...)

25Le jeu consiste alors à choisir la bonne catégorie pour avoir une chance de réussir. En fonction de ce que l'on appelle le pourcentage de masse grasse, chaque boxeur possède une catégorie de « poids idéal » Une fois qu'il l'a déterminée, il peut bien sûr jouer à la hausse et à la baisse. Les écarts entre les catégories sont en effet peu importants, surtout pour les plus petites (cf. tableau no 2, p. 74). Les variations sont à ce point fréquentes que les règlements officiels professionnels autorisent des défenses de titres inter-catégories de proximité catégorielle : en effet, la plupart des entraîneurs sont d'avis qu'au-delà de sa catégorie idéale de pratique, n'importe quel boxeur peut faire carrière dans deux ou trois catégories. Outre que cela présente souvent un intérêt médiatique certain, cela permet d'institutionnaliser ce qui était déjà accepté dans les faits : les fédérations ont ainsi officialisé ces rencontres, estimant qu'elles étaient sans danger pour les combattants6. Nombreux sont donc les boxeurs qui jouent avec cette possibilité pour éviter une catégorie où se trouve un boxeur trop talentueux. Cela vaut pour le monde amateur, mais également pour le monde professionnel où les choix peuvent être stratégiques :

« Pour lui, le problème, c'est qu'il est n o  2 d'une catégorie en moins de 51 kg où se trouve Jérôme Thomas, vice-champion olympique, champion du monde [...]. Donc, comme il a vraiment du potentiel, on pense le faire monter en moins de 54 kg. » (Cadre fédéral, 32 ans)

26La carrière en boxe anglaise passe donc nécessairement par des choix portant sur la catégorie de poids. Après avoir été le meilleur de sa génération, le boxeur entre progressivement dans une logique de concurrence intergénérationnelle. Son parcours dans la boxe amateur le fait basculer, quel que soit son âge, du monde des adolescents dans le monde des adultes. Désormais, possibilité lui sera donnée de mettre les gants avec les anciens, les loisirs et les compétiteurs. Ainsi que nous l'avons vu dans la partie consacrée au fonctionnement du club, l'entraîneur joue habilement avec les niveaux et les poids des boxeurs pour mettre en place des affrontements possibles. Cependant, même si, la plupart du temps, le jeune boxeur qui intègre le monde des adultes est déjà connu dans le club, il sera soumis aux inévitables épreuves intégratives. Au même titre que le boxeur débutant, il devra montrer qu'il est capable d'assimiler la culture de la salle, se faire sa place et prouver aux adultes qu'il a intégré leur manière de vivre et de travailler ensemble. Devenir le meilleur du club dans une catégorie de poids déterminée tout en respectant la culture pugilistique constitue alors une étape qui mène aux premières compétitions amateurs et, pour les meilleurs, aux premières marches de la hiérarchie française. À ce stade de la carrière, la catégorie de poids prend une importance considérable : il s'agit, en fonction du talent, d'opter pour celle qui est la plus « rentable », celle dans laquelle les possibilités de devenir le meilleur Français et d'occuper, peut-être, un emploi de boxeur d'État sont réelles. Aujourd'hui, et même si l'on trouve encore quelques boxeurs qui n'envisagent pas d'autres scénarios que le passage dans le monde professionnel, cette situation est la plupart du temps synonyme d'entrée dans une structure de haut niveau.

9.3. LA RÉGULATION PAR L'ÉTAT ET LE SPORT DU MONDE AMATEUR

27Une fois le boxeur positionné à l'intérieur d'une catégorie d'emploi via la catégorie de poids, il inscrit son action dans une logique sportive (système communément admis « de compétition » qui repose sur un tirage aléatoire dans une formule tournoi). C'est cette dernière qui va déterminer son traitement à l'intérieur de la catégorie d'emploi dans laquelle il exerce son activité. En fonction de ses résultats sportifs, deux types de statuts lui sont accessibles : boxeur amateur (dit « normal ») et boxeur amateur de haut niveau.

  • 7 Musso (Denis) et Barreau (Gérard) – « Maîtriser le passage de l'amateurisme au professionnalisme : (...)
  • 8 Cf., à ce propos, la synthèse sur les mesures dont bénéficient les sportifs de haut niveau dans Ir (...)

28Ces deux types d'emplois font référence à un mode de régulation établi par l'État dans le cadre de sa politique dite des « parcours d'excellence sportive » (PES) et qui définit le statut de sportif de haut niveau7. Ils renvoient également à une régulation sportive, car seuls les meilleurs, ceux dont la qualité est jugée à l'aune de leurs performances dans les différents tournois officiels, auront accès au statut légal de « sportif de haut niveau ». En boxe amateur, ce statut confère un certain nombre de droits8 :

29– Une aide personnalisée, allant de 200 euros par mois à 2 500 euros pour les meilleurs (cf. tableau no 10). Cette aide est déterminée en fonction de l'ancienneté, des performances sportives et de la notoriété. Son montant est fixe mais progresse dans le temps.

TABLEAU No 10 – Aides individualisées des boxeurs de haut niveau présents à l’INSEP (de 2006 à 2010)

Nombre de boxeurs de l’équipe de France amateur

Montant de l’aide mensuelle (en euros)

Niveau demandé de performance

1

2 500

Hors catégorie : médaillé olympique + champion du monde + notoriété importante

2

900

Qualifiés olympiques + confirmation de performance

1

750

Qualifié olympique avec plus ou moins de performance

2

600

Qualifié olympique mais contre-performance ou non qualifié mais dynamique de progrès

3

450

Champions de France + médaillés dans tournois importants

4

300

Champions de France

3

200

Finalistes ou partenaires

4

0

Partenaires

30Ainsi, dans le cadre de la préparation aux Jeux olympiques de Londres, ces aides avaient été redéfinies (cf. tableau no 11).

TABLEAU No 11 – Aides individualisées des boxeurs de haut niveau présents à l’INSEP en 2011, exceptionnellement accordées durant l’année des JO

Nombre de boxeurs de l’équipe de France amateur

Montant de l’aide mensuelle (en euros)

Niveau demandé de performance

5

2 500

Qualifiés olympiques

8

500

Préparation pour la qualification olympique

4

200

Champion de France, finaliste ou partenaire

31– Un système de primes de participation et de primes à la médaille qui tient compte de la performance dans les tournois (cf. tableau no 12). Ces primes à la médaille sont fonction du niveau du tournoi joué et de la médaille obtenue. Elles vont de 100 à 1 000 euros de prime fédérale pour les tournois mineurs, à 10 000 euros de prime fédérale pour une médaille d'or aux Jeux olympiques, auxquels s'ajoute une prime d'État de 40 000 euros.

TABLEAU No 12 – Le système de primes des boxeurs de haut niveau de l’INSEP (en 2010)

TABLEAU No 12 – Le système de primes des boxeurs de haut niveau de l’INSEP (en 2010)

32– Une prise en charge totale de l'hébergement et de la restauration (cf. tableau no 13, p. 236).

33– Un suivi médical et socioprofessionnel.

34– L'accès à des emplois conventionnés avec des entreprises privées ou des administrations publiques.

35– Des contrats images.

36– Des sponsors individuels ou collectifs (équipe de France).

37Au-delà des avantages procurés par le statut de sportif de haut niveau, nous sommes ici en présence d'un véritable emploi de « sportif d'État », comme l'explique un boxeur de l'équipe de France :

« À l'INSEP, on est nourri, logé et il y a des aides trimestrielles [...] 600 euros [...] et, pour ceux qui font plus de combats et qui ont un meilleur palmarès, il y a des mensualisations par la Fédération... Ensuite, en fonction des résultats, il y a des primes pour les combats internationaux (90 euros pour la participation et 90 euros par combat gagné)... » (Amateur, SHN, 30 ans)

TABLEAU No 13 – Aides matérielles et partenaires extérieurs en 2006

TABLEAU No 13 – Aides matérielles et partenaires extérieurs en 2006

*À partir de 2010, le montant du coût pour l’INSEP est passé à 17 000 euros, et le système de prise en charge est désormais fonction de la catégorie du sportif de haut niveau. Les élites sont toujours prises en charges à 1 00 % sur hébergement/restauration/formation, mais les seniors et les jeunes passent respectivement à 80 % et 60 %.

38Ce qui fait dire à certains :

« Les boxeurs, à l'INSEP, deviennent des employés d'État. C'est très bien car ils n'ont que ça pour vivre pendant qu'ils sont là. » (Entraîneur de club)

  • 9 Dubar (Claude) et Tripier (Pierre) – Sociologie des professions. Paris, Armand Colin, 1998.
  • 10 Cf.Defrance (Jacques) – L’Excellence corporelle. La Formation des activités physiques et sportives (...)
  • 11 Cf.Fleurance (Philippe) [sous la direction de], Burlot (Fabrice), Legrand (Claude), Mignon (Patric (...)
  • 12 Cf.Menger (Pierre-Michel)-op. cit. et Paradeise (Catherine), Vourc'h (François) et Charby (Jacques (...)

39Le boxeur devient un travailleur au service du ministère via sa Fédération et, dans la plupart des cas, il est effectivement intégré au pôle France situé à l'INSEP. Il s'entraîne pour fournir une performance dans un spectacle international à caractère hautement stratégique dans lequel son rôle est de nature tout à la fois sportive, représentative et politique. Pourtant, ce sportif est contractuellement considéré comme un amateur. L'idée d'être un « amateur » – que ce soit dans le monde du travail, où la notion est fortement liée à celle de « compétences en construction9 », ou dans le monde sportif où la notion est historiquement liée à celle de l'olympisme – s'oppose radicalement à celle d'être un « travailleur » et, plus particulièrement, un « professionnel » dans son travail. Car, d'un côté l'amateur est assimilé à l'apprenti, au débutant (celui qui ne maîtrise pas encore l'art de sa pratique professionnelle) tandis que, de l'autre, il est rattaché à une culture idéale du fair-play et du désintéressement, dans laquelle les pratiques sportives professionnelles apparaissent souvent comme une « dérive » du sport10. Or, une fine analyse des activités exercées par un sportif de haut niveau11 dans le cadre de son activité quotidienne montre que le contenu de sa pratique renvoie à des formes de travail relativement proches de celles du monde artistique et, plus particulièrement, des métiers de la scène12 : temps d'entraînements/de répétitions important, présence d'un entraîneur/metteur en scène, représentation sportive/théâtrale, dépassement et originalité de la performance... et surtout un rapport à l'activité sur le modèle de la vocation, mettant en avant les notions de plaisir et de liberté.

40Pourtant, malgré ce contexte professionnel, ce sportif est loin d'être considéré comme un travailleur, dans le regard des autres comme dans les faits. Il ne possède aucun contrat de travail, malgré l'échange d'une force de travail contre une série de rémunérations (directes et indirectes), malgré également l'existence d'un lien de subordination avec sa Fédération. Et, surtout, lui-même se considère le plus souvent non pas comme un travailleur, mais comme un sportif qui, dans la continuité de ce qu'il pouvait faire dans son club, est intégré à une structure de haut niveau amateur.

41L'intérêt pour le boxeur d'intégrer le haut niveau amateur et de se voir paradoxalement identifié comme un « non-professionnel » (celui qui n'a pas encore le niveau ou les compétences, ou celui dont ce n'est pas encore le métier et, la plupart du temps, celui qui n'est pas encore un vrai boxeur) est triple :

  • une réputation pour monnayer sa place dans le monde professionnel.
  • perfectionner dans une structure professionnelle (dans le sens d'accéder aux compétences nécessaires pour être performant) tout en bénéficiant des avantages procurés par le statut de sportif de haut niveau.
  • à préparer sa reconversion d'après-carrière pugilistique (à travers une formation assurée par le double projet).

« La boxe, c'est un passage... Je prépare un brevet d'État, car en boxe, on peut arrêter du jour au lendemain pour une blessure... Ce qui me plaît dans la boxe amateur, c'est qu’il y a plus de sécurité. Ici, on est nourri, logé et il y a des aides [...]. Tu es encadré de partout, alors qu'en pro tu es livré à toi-même. Pour passer pro, il me faut un bon palmarès et, pour l'instant, j'ai pas grand-chose [...]. Je ne sais pas encore si je passerai pro, on verra plus tard, mais quand les promoteurs viennent te voir, tu ne peux bien discuter que si tu as un palmarès... » (Sportif de haut niveau INSEP, 19 ans)

42Pour le boxeur, l'enjeu est d'obtenir la place de no 1 français dans sa catégorie, position qui lui permettra d'accéder aux épreuves phares internationales et de s'y construire une réputation.

43Ce système régulé par l'État offre une certaine sécurité et constitue, dans la carrière qui mène au professionnalisme (au sens d'« avoir une licence professionnelle »), un passage obligatoire (nombre de points pour passer professionnel), nécessaire (réputation), mais pas suffisant sur le strict plan de la carrière (tant du point de vue de la symbolique que du profit financier attendu). En effet, les revenus des « boxeurs d'État », à l'exception des hors catégories (cf. tableau no 13), ne sont pas forcément très importants : ils permettent de vivre de la boxe, mais pas d'accumuler les richesses suffisantes pour aborder en toute sérénité l'après-carrière sportive. En outre, le pratiquant n'aspire qu'à une seule identité : celle de boxeur professionnel. Pourquoi cette identité est-elle si forte ? Parce qu'elle est idéalisée par l'ensemble des mondes pugilistiques avec lequel le boxeur est en interaction...

9.4. ENTOURAGE ET ENCOURAGEMENT AU PASSAGE VERS LE PROFESSIONNALISME

  • 13 Cf. chapitre 6, p. 143 – Boxe et opinion publique.

44Que ce soit dans l'opinion publique13 ou dans les différents univers gravitant autour de la boxe anglaise, la boxe professionnelle est omniprésente. Le boxeur n'échappe pas à ces différents environnements. À partir du moment où il accepte son identité de boxeur et adhère à une logique de carrière sportive, il induit des attentes dans les différents mondes avec lesquels il est en relation. À commencer par les profanes qui croiseront son chemin et qui, connaissant sa passion et son engagement (la quantité de travail qu'il peut produire), ne manqueront pas de lui poser des questions sur ses combats et son avenir avec, en sous-entendu, celle de son devenir professionnel. Mais, pourrait-on dire, ces profanes agissent en toile de fond : ils relaient les idées reçues de l'opinion publique sur la médiatisation, l'argent et le professionnalisme, mais n'influencent pas directement le boxeur, au contraire des « entraîneurs », du « petit cercle de la performance », des autres « boxeurs », de la « famille », des « copains, des amis, de la communauté » et des « managers et promoteurs ». Dans ce petit monde de la boxe, tous ont en effet leur mot à dire sur les orientations de la carrière (à commencer, bien souvent, par les entraîneurs de club), et la plupart (en tout cas unanimement les anciens) sont convaincus que l'entrée dans le monde professionnel représente une fin en soi pour un bon boxeur.

45L'entraîneur de club participe ainsi activement à l'entrée dans le professionnalisme, d'autant plus qu'il est souvent considéré comme un second père et que les boxeurs lui vouent un profond respect et une confiance totale :

« J'ai effectué seize combats amateurs. L'année des JO, mon entraîneur m'a dit que je n'avais plus rien à attendre du monde amateur, les autres JO étaient dans quatre ans [...]. Il m'a donc conseillé de passer pro. » (Boxeur professionnel, 27 ans)

« Moi, si j'avais pas pris la décision de rester amateur, je serais passé professionnel au bout de trente combats. Attention, parce que mon entraîneur, il s'est investi ! C'est quelqu'un qui m'a toujours défendu, qui m'envoyait pas au carton comme ça, mais qui a connu l'époque de Cerdan et des autres. Le professionnalisme, c’était quelque chose ! Et donc lui, il voulait que je passe professionnel, et moi j'ai dit non. » (Ancien pro, ancien SHN, 30 ans)

46Dans la salle, les boxeurs appartenant au « petit cercle de la performance » participent eux aussi à ce processus, surtout les professionnels : nombreux sont ceux qui se disent souvent sollicités par les jeunes boxeurs. On leur demande conseil. On les érige en modèles, comme le raconte ce jeune professionnel :

« A partir de dix ou quinze combats, il y a des boxeurs qui se posent la question du passage vers le professionnalisme. Alors ils viennent me voir : "Comment tu as fait pour passer pro ?" » (Professionnel, 21 ans)

47En dehors de la salle, plusieurs autres acteurs jouent également un rôle important dans l'entourage du boxeur, au premier rang des quels sa famille et, plus particulièrement, son père ou son frère. Comme nous l'avons déjà dit, ce sont souvent d'anciens boxeurs et ils placent beaucoup d'espoir dans la réussite de leur fils ou frère. Ils suivent avec insistance son parcours vers le professionnalisme, et ce, même si le soutien du père, plus tardif et modéré, doit en outre souvent tenir compte du désaccord de la mère (cf. chapitre 7.1., p. 163 – L'engagement dans la boxe anglaise : entre proximité et résistance familiale).

  • 14 Parfois, le boxeur peut même devenir un porte-drapeau communautaire, comme Robert Cohen avec la co (...)

48Si la famille proche est parfois amenée à exercer un rôle modérateur dans ce passage, les amis, les copains et les suiveurs, par contre, jouent eux toujours un rôle moteur. Il n'est pas un boxeur qui ne possède un cercle privilégié d'amis et de copains qui suivent de près sa carrière. Leur proximité les rend influents : ils s'informent de sa santé, de sa forme et de ses combats. Une sorte de pression permanente pousse donc le boxeur à se dépasser sans cesse, tel ce jeune professionnel interviewé dont les amis endossaient volontiers le rôle de managers. Non seulement ils venaient le voir s'entraîner, mais ils réfléchissaient également à ses futurs combats : durant l'entretien, ils n'ont d'ailleurs pas hésité à intervenir pour évoquer la carrière future de leur copain14. Indéniablement, le boxeur devient rapidement une « star » familiale, voire locale. L'entrée dans la boxe lui avait déjà donné le sentiment d'exister : il était devenu un boxeur dans le regard des autres. À présent, la réussite le fait passer au rang d'idole :

« À Saint-Denis, tous les jeunes rêvent d'être Kamel. Kamel, à Saint-Denis, c'est une idole, c'est vraiment la star. C'est le meilleur sportif de Saint-Denis. C'est un professionnel. » (Entraîneur de club, 68 ans)

49On suit sa carrière, on va le voir dans les galas, on assiste à ses entraînements :

« Alors, en forme pour samedi, Kamel ? On va venir te voir ! Tu vas voir, on va chauffer la salle ! » (Propos recueillis)

« Quand j'ai commencé à faire des résultats, petit à petit, le contingent des supporteurs de mon quartier s'est agrandi. Les résultats suivaient et hop ! du jour au lendemain, je suis entré au bataillon de Joinville [...]. Quand j'ai fait mes premiers championnats de France, je voulais aller jusqu'au bout et gagner [...], être champion de France. C'était un bonheur pour moi, et en plus de ça, dans le quartier, tout le monde est content. T'es la star de la cité ! Modeste, je frimais, mais voir des copains à moi contents, plein de bonheur, rien que de savoir qu'ils avaient un copain champion de France... Pour moi, c'était important, même super important. » (Ancien professionnel, ancien SHN, 30 ans)

50Cette reconnaissance locale place le boxeur dans une situation de non-retour (il doit toujours faire mieux et ne pas décevoir ceux qui le suivent) qui génère donc une pression par rapport aux « suiveurs ». Les différents entretiens réalisés avec ces « suiveurs » montrent que, là encore, dans leur imaginaire, seule la boxe professionnelle compte :

« Combattre au Palais des sports, passer sur Canal +, ou aller combattre aux USA... c'est quand même autre chose ! » (Père d'un boxeur)

« La boxe professionnelle, c'est les grands combats, devant la foule, à la télévision. Moi, je suis sûr qu'il va réussir en professionnel ! » (Ami d'un boxeur professionnel)

51Quant aux agents, promoteurs, managers, organisateurs ou diffuseurs, la seule issue d'un bon boxeur pour eux c'est, on s'en doute, l'entrée dans le monde professionnel : ils sont en effet partie prenante du boxing business et leur objectif est de produire des combats. Aussi mettent-ils tout en œuvre pour recruter les meilleurs amateurs.

52Au final, l'entourage du boxeur se révèle profondément influent dans le processus de passage vers un monde professionnel souvent idéalisé. Cette envie se construit également dans le regard de l'autre. Ce regard, c'est tout d'abord celui de l'entraîneur, compte tenu des espoirs qu'il a fondés sur le boxeur (par rapport à la réalité de son investissement et à son idéalisation de la carrière professionnelle). C'est également le regard de la famille-à la fois admiratif et inquiet-face au passage. Et c'est, enfin, celui des suiveurs, cet ensemble d'amis, de copains ou de supporteurs voués au boxeur et qui n'attendent qu'une chose : le passage vers le professionnalisme. Le boxeur est alors adulé, reconnu. On le conseille, on le suit, on l'entoure et, surtout, il devient l'objet d'une attente, voire d'une impatience démesurée. Ce contexte pèse finalement très fortement sur sa décision de passer professionnel.

  • 15 Avildsen (John G.) – Rocky. États-Ulnis, 1976, 114 min.

53Si pour l'élite amateur, beaucoup moins soumise à cette pression passive, voire active, le passage est quelque peu retardé par l'intention d'acquérir le maximum de chances pour réussir dans le monde professionnel (une réputation à monnayer dans le monde professionnel et le double projet), pour les autres compétiteurs restés dans leur club et confrontés à cette pression directe de l'entourage, la question est sans équivoque. L'objectif est uniquement le passage vers le professionnalisme avec, ensuite, l'espérance d'y faire une bonne carrière. Des films comme Rocky15, mais aussi l'exemple de boxeurs médiatiques, renforcent l'idée selon laquelle, malgré une carrière amateur moyenne, voire impossible en raison d'un âge avancé, il y a toujours l'espoir de percer en professionnel :

« Pour moi le monde amateur, c'était juste une étape pour ensuite passer pro. Je n'avais aucune chance en équipe de France car j'ai commencé la boxe trop vieux, je ne me suis fait aucune illusion. » (Professionnel, 30 ans)

54Tout dépend ensuite de l'orientation de la structure et, souvent, de son ancienneté : si le club possède une histoire professionnelle dont il demeure encore des acteurs et des traces réelles, les conditions sont propices et, donc, bien différentes de celles d'un club récemment créé sur la base de la boxe éducative. Pour autant, ce facteur n'interagit pas avec les autres environnements sociaux du boxeur (famille, copains, suiveurs). De surcroît, n'étant pas dans une structure de haut niveau, le boxeur ne bénéficie d'aucune aide, qu'elle soit de l'État ou même fédérale. Sa carrière ne s'inscrit alors absolument pas dans un modèle régulé par l'État, mais dans un modèle régulé par le marché, en dépit de son statut d'amateur. Le boxeur devient effectivement un petit entrepreneur, à la différence près qu'il n'a pas accès aux revenus du monde professionnel, c'est-à-dire aux bourses offertes dans les tournois professionnels. Il ne peut qu'espérer les défraiements du sport amateur : frais de déplacement payés par le club, le sponsor local, les collectivités locales (souvent la ville), ressources générées par les événements et, parfois, primes pour combattre lors de galas amateurs. Comme nous allons le voir, sa situation n'est pas très différente de celle des boxeurs professionnels, ce qui fait dire à certains entraîneurs :

« Il a commencé la boxe à 20 ans. À 22 ans, il est finaliste des championnats de France amateur. Il n’attend pas l’année suivante, il passe professionnel. » (Entraîneur, propos recueillis)

« Il n'avait aucun intérêt à rester amateur. Boxer simplement pour boxer, quand on a son niveau, ça n'a aucun intérêt. Passer professionnel, ça lui permettait de gagner un peu d’argent. Il a une femme et des enfants. » (Entraîneur, propos recueillis)

Notes

1 À savoir : le club mythique du professionnalisme. Cf. chapitre 7.5., p. 183 – L'entrée par la boxe éducative : euphémisation et transformation des pratiquants, et notamment l'encadré reproduisant les données de cadrage sur l'environnement des jeunes boxeurs interviewés.

2 De nombreux boxeurs pratiquant en cours d'EPS ne peuvent pas réellement parler de la boxe du fait de leur méconnaissance du milieu. Leur discours est donc très limité. Et s'ils ont quelque connaissance sur le sujet, elle se limite une fois de plus à la boxe professionnelle.

3 Cf.Laplante (Benoît) – « L'étude des carrières professionnelles comme production individuelle. La structure du marché du travail des comédiens », in :Menger (Pierre-Michel) – Les Professions et leurs sociologies. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2003, p. 245-256. Benoît Laplante a travaillé sur le marché des comédiens, régulé, selon lui, par une convention naturaliste. Convention selon laquelle les emplois sont définis en fonction de critères liés à la nature même des individus : jeune, âgé, femme, homme... Un comédien de 60 ans peut difficilement obtenir le rôle d'un jeune homme de 18 ans. Il existe donc une certaine forme de discrimination qui ne rend pas accessibles à tous les comédiens les emplois proposés.

4 Paradeise (Catherine), Vourc'h (François) et Charby (Jacques) – op. cit.

5 Par comparaison avec certains métiers, cette position pourrait presque être assimilée à un emploi d'apprenti, les entraînements ayant alors la fonction de formation.

6 Rappelons que les catégories de poids ont été créées précisément pour préserver l'intégrité physique des combattants, puisqu'il est dangereux de faire se rencontrer des boxeurs dont l'écart de poids est trop important (cf. chapitre 1, p. 21 – Violence, humanisation de la pratique, et question identitaire).

7 Musso (Denis) et Barreau (Gérard) – « Maîtriser le passage de l'amateurisme au professionnalisme : volet juridique » (rapport du projet de recherche no 310-B). Paris, INSEP/ministère de la Jeunesse et des sports, 1999.

8 Cf., à ce propos, la synthèse sur les mesures dont bénéficient les sportifs de haut niveau dans Irlinger (Paul), Augustini (Muriel), Duret (Pascal) et Louveau (Catherine) – « La vie après le sport. Réussir l'insertion sociale et professionnelle quand on a été sportif de haut niveau » (rapport de recherche). INSEP, 1996.

9 Dubar (Claude) et Tripier (Pierre) – Sociologie des professions. Paris, Armand Colin, 1998.

10 Cf.Defrance (Jacques) – L’Excellence corporelle. La Formation des activités physiques et sportives modernes (1770-1914). Rennes, PUR, 1987.

11 Cf.Fleurance (Philippe) [sous la direction de], Burlot (Fabrice), Legrand (Claude), Mignon (Patrick), Musso (Denis), Perez (Sylvie), Glomeron (Frédéric), Grison (Benoît), Nourrit (Deborah) et Riff (Jacques) – « Étude nationale sur les activités rémunérées ou indemnisées autour des sportifs de haut niveau » (rapport d'étude). Observatoire national des métiers de l'animation et du sport (Onmas), 2005.

12 Cf.Menger (Pierre-Michel)-op. cit. et Paradeise (Catherine), Vourc'h (François) et Charby (Jacques) – op. cit.

13 Cf. chapitre 6, p. 143 – Boxe et opinion publique.

14 Parfois, le boxeur peut même devenir un porte-drapeau communautaire, comme Robert Cohen avec la communauté juive, et Franck Winterstein avec la communauté gitane.

15 Avildsen (John G.) – Rocky. États-Ulnis, 1976, 114 min.

Table des illustrations

Titre TABLEAU No 12 – Le système de primes des boxeurs de haut niveau de l’INSEP (en 2010)
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre TABLEAU No 13 – Aides matérielles et partenaires extérieurs en 2006
Légende *À partir de 2010, le montant du coût pour l’INSEP est passé à 17 000 euros, et le système de prise en charge est désormais fonction de la catégorie du sportif de haut niveau. Les élites sont toujours prises en charges à 1 00 % sur hébergement/restauration/formation, mais les seniors et les jeunes passent respectivement à 80 % et 60 %.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© INSEP-Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540