Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Univers de la boxe anglaise

 | 
Fabrice Burlot

Troisième partie. Les publics de la boxe anglaise

Chapitre 8. Les élites sociales et les femmes : des publics qui interrogent le monde de la boxe anglaise

Texte intégral

  • 1 Bourdieu (Pierre) – « Comment devient-on sportif ? », in : Questions de sociologie. Paris, Les Édi (...)
  • 2 Bourdieu (Pierre) – La Distinction, critique sociale du jugement, op. cit. L'auteur considère qu'i (...)
  • 3 Pour Bourdieu, le style de vie des individus reflète leur position sociale.
  • 4 Pociello (Christian) – Op. cit. L'espace des sports est une représentation graphique qui positionn (...)
  • 5 Bourdieu (Pierre) – La Distinction, critique sociale du jugement, op. cit.

1En 1984, dans un article1, Pierre Bourdieu émettait l'hypothèse selon laquelle il existe un certain nombre de dispositions sociales déterminantes dans le choix d'une pratique sportive : selon lui, le goût sportif serait une construction sociale. En fonction de la place qu'ils occupent dans l'espace social2, c'est-à-dire de la valeur de leur capital économique et culturel, les individus orientent tendanciellement leurs choix vers certaines pratiques plutôt que vers d'autres3. Parallèlement, cette thèse était développée par Christian Pociello (1981) qui, avec « l'espace des sports4 », montrait que les pratiques physiques et sportives des Français étaient marquées socialement et avaient une place bien déterminée dans l'espace social : selon lui, il existerait des sports populaires (comme le football, la boxe et la lutte) et des sports d'élite (le golf ou encore les sports émergents), les pratiques sportives étant parties intégrantes d'un style de vie qui permet aux individus de se distinguer socialement. Ce phénomène de distinction, dont la pratique sportive est un élément constituant, renvoie à un phénomène d'appropriation/différenciation : les individus s'approprient certaines activités et en rejettent d'autres. Ce processus définit un style de vie cohérent qui leur permet de revendiquer une identité distinctive et renvoie à ce que Bourdieu (1979) définit par la notion d'« habitus de classe » : « un principe unificateur et générateur des pratiques [...] permettant des conditions d'existence homogènes et produisant des systèmes de dispositions homogènes, propres à engendrer des pratiques semblables5 ».

2L'arrivée à la boxe anglaise de publics traditionnellement étrangers à cette activité questionne le phénomène de distinction. Nous l'avons vu, depuis le milieu des années 1990, non seulement la boxe se féminise, mais un processus d'appropriation de l'activité par les catégories supérieures se dessine dans un certain nombre de salles. Certes, ces populations ne sont pas encore numériquement dominantes et restent encore discrètes dans le monde de la boxe, mais cette tendance – repérable dans les statistiques fédérales pour les femmes et observables dans un certain nombre de clubs pour les catégories supérieures –, s'affirme comme un mouvement fort. Cette situation interroge. Comment une activité aussi populaire que la boxe anglaise – dont les fondements culturels reposent sur la force, le travail, la violence, la virilité... – peut-elle attirer des publics aussi inattendus que les femmes et les catégories supérieures ? Comment les femmes intègrent-elles à leur féminité ces caractéristiques profondément masculines ? Comment des cadres ou des représentants de professions libérales, traditionnellement attirés par des activités dites « à prise d'informations », peuvent tout à coup s'intéresser à une pratique « énergétique » dont l'image est aussi « bestiale » ? Et surtout, au-delà de cette interrogation sur la compatibilité des goûts, quelles sont les conditions rendant possible cet accès ? Quel rôle joue la proximité dans le choix d'un club et, surtout, de quels types de proximité est-il question ? Quelle place occupent les médias et la violence dans cette attirance pour la boxe ? La boxe ne serait-elle pas finalement, aujourd'hui, qu'une issue pour des publics contraints à des comportements aseptisés, ou encore pris dans les rouages du capitalisme et des pressions qu'il engendre tant psychologiquement que socialement ?

  • 6 Bourdieu (Pierre) et PASSERON (Jean-Claude) – op. cit.

3Ces interrogations sont pertinentes car elles portent sur la cohérence identitaire des individus et, en ce sens, posent finalement la question de la distinction et de la « reproduction sociale6 ».

  • 7 Lahire (Bernard) – L'Homme pluriel. Les Ressorts de l'action, op. cit.
  • 8 Si l'on considère la nature cohérente du style de vie.

4Pourtant, en 1998, à rebours des théories de Bourdieu et Pociello, Bernard Lahire7 remettait en cause cette cohérence et cette homogénéité distinctive des styles de vie. Selon lui, l'homme n'a pas une identité singulière et cohérente en fonction de son capital économique et culturel. Sa trajectoire sociale et les différents mondes sociaux avec lesquels il est en interaction vont lui offrir des opportunités de pratiques qui vont au contraire le définir comme un homme pluriel pouvant intégrer simultanément des identités a priori contradictoires8, mais dans des espaces sociaux différents. Un individu peut arborer plusieurs identités selon qu'il se trouve dans son monde professionnel, dans sa famille, avec ses amis d'enfance voire dans d'autres univers. Ce à quoi il faut bien entendu ajouter, dans notre cas, celle qu'il affiche au cours de ses activités de loisir sportif ou encore dans sa pratique compétitive. Ainsi, si l'on admet qu'un individu puisse intégrer, au travers de ses différentes « vies », des styles de vie pouvant être différents, on remet en cause la cohérence qui est supposée caractériser le principe de distinction. N'est-ce pas là une des explications possibles de la non-reproduction des différences sociales, c'est-à-dire un éclairage des phénomènes de mobilité sociale ?

  • 9 Peterson (Richard A.) – « Understanding Audience Segmentation: From Elite and Mass to Omnivore and (...)
  • 10 Lahire (Bernard) – La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi. Paris, (...)
  • 11 Lefevre (Brice) et Ohl (Fabien) – « Les choix des pratiques physiques et sportives des Français : o (...)

5Dans une perspective un peu similaire, Peterson9 montre que la question de la distinction renvoie davantage, aujourd'hui, à celle de l'omnivorité qu'à celle de l'appropriation de certaines activités plutôt que d'autres. Il existe certes des activités distinctives, mais il existe surtout une différence de portefeuille d'activités entre les catégories sociales. Les catégories supérieures se distinguent par l'omnivorité de leur style de vie, constat qui sera réaffirmé par Lahire10 à propos des pratiques culturelles des Français, et par Ohl et Lefèvre11 à propos des pratiques sportives. Ces derniers montrent que la multipratique est éminemment liée à la position sociale élevée des individus. La boxe est, à ce titre, très intéressante à analyser, puisqu'elle permet de discuter la singularité et la cohérence des goûts sportifs, ainsi que les phénomènes de distinction et de pluralités identitaires.

8.1. LE CAS DES CATÉGORIES SUPÉRIEURES

6Dans une société aseptisée dite civilisée où l'on tente en permanence de maîtriser la violence (mais où, paradoxalement, la violence symbolique est de plus en plus importante et génère une violence physique qui, cette fois-ci, est bien réelle et se manifeste régulièrement), la violence existe malgré tout entre les communautés, entre les riches et les pauvres... Le cas de ces cadres dynamiques, avocats, marketeurs... qui s'exercent à la boxe, qui viennent éprouver leur corps ou, pour certains, « se battre » physiquement, éclaire cette idée de violence cachée qui ressurgit sous la pression professionnelle et, plus largement, sociale :

« En boxe, je peux enfin utiliser ma violence. Il y a les gants, le casque... Ça protège et ça met en confiance. C'est comme si on endossait un uniforme où là tout est permis. C'est comme un rituel : quand on a mis cet uniforme, on devient vraiment des gens à part. On devient quelqu'un d'autre avec le droit d'être violent. Derrière, il y a de la considération, comme une certaine quête de respect. Tu es celui qui monte sur le ring, qui met les gants et qui n'a pas peur... un peu le petit garçon qui devient un homme. » (Loisir, comédien, 43 ans)

7À New York, les salles ouvertes aux cadres sont de plus en plus nombreuses. Le temps d'une soirée, on vient s'entraîner avec des boxeurs issus la plupart du temps de milieux sociaux fortement éloignés, comme le raconte ce photographe parisien :

« J'ai travaillé quelque temps à New York et je suis allé dans une salle à Brooklyn. Il y a eu pas mal de reportages sur cette salle à la télé. C'est là qu'a été tourné Million Dollar Baby. C'est une salle avec des vrais pros, des types qui étaient là pour préparer des combats. Tyson y a préparé plusieurs de ses matchs. Et ce qui était marrant, c'est qu'il y avait plein de mecs qui travaillaient dans le business. Alors, je ne les ai pas vus mettre les gants avec les pros, mais ils ne viennent pas pour rigoler [...] ils mettaient les gants entre eux et ils frappaient forts. » (Loisir, photographe réalisateur, 38 ans)

8À Manhattan, une autre salle propose ce type de conditions de pratique et, certains jours, les « golden boys » peuvent même mettre les gants avec des compétiteurs, voire avec des professionnels. Bien entendu, cela se mérite et les cadres n'échappent pas à cette règle : comme dans toutes les salles de boxe, le pouvoir de la mise de gants appartient à l'entraîneur et la méritocratie est au cœur du traitement du boxeur. Ici, les règles sont les mêmes pour tous. Quel que soit le statut social, pour monter sur le ring, il faut le mériter, en être capable et avoir satisfait aux épreuves intégratives de la salle.

  • 12 Cf. Ben-Ismaïl (Karim) – « Boxe and the city ». L'Équipe magazine, no 1275, 9 décembre 2006.

9On trouve la même situation en Angleterre où un ancien boxeur amateur a monté un programme de coaching personnalisé utilisant pour support l'activité boxe. Le « City Boxer » permet à des cadres de la City de suivre des entraînements réguliers avec la possibilité, s'ils le désirent, de s'engager dans un championnat auquel participent uniquement les cadres de la City12. L'offre trouve actuellement une forte résonance auprès des « cols blancs ».

10En France, le même phénomène est observé dans de nombreux clubs où vient s'inscrire une population de plus en plus aisée. Cet engagement participe d'un processus complexe où il est à la fois question de se libérer de ses tensions, de se remettre en forme, d'engager son corps sur un ring, mais aussi de jouer avec cette image qui colle à la boxe (cf. chapitre 6, p. 143 – Boxe et opinion publique). Dans ce cas, l'acte d'engagement n'est bien sûr aucunement motivé par une construction identitaire (être identifié comme un boxeur) ; mais, au final, le boxeur trouve un intérêt à cette nouvelle identité qu'il endosse et qui, progressivement, se construit dans ses différents environnements sociaux. Le phénomène est ici particulièrement significatif car, au final, la dynamique du cadre est assez proche de celle du public traditionnel de la boxe.

11Le cas du Boxing Club des 1er et 2e arrondissements est particulièrement intéressant pour analyser cette population, son arrivée dans la boxe, ses attentes et son évolution. Tout d'abord, il faut remarquer que ce club s'inscrit dans la continuité des salles mythiques professionnelles du quartier des Halles, l'un des hauts lieux de la boxe parisienne jusque dans les années 1970. Inauguré par Bretonnel et Boivin au milieu des années 1980, en remplacement de la salle de la rue du Faubourg-Saint-Denis (la salle de Jean Bretonnel où se sont préparés la plupart des grands boxeurs professionnels des années 1970, tel, par exemple, Jean-Claude Bouttier), ce club s'est bien sûr inscrit dans une dynamique compétitive, avec la présence, jusque dans les années 1990, de boxeurs professionnels comme Freddy Saïd Skouma. Mais il est situé dans un quartier qui a connu de profondes mutations sociales. Historiquement quartier populaire jusqu'au déménagement des Halles parisiennes, il est devenu aujourd'hui un endroit « branché » de la capitale où les « titis parisiens » ont progressivement été remplacés par de jeunes cadres dynamiques et « bondissants » et des représentants de professions libérales ; en outre, le phénomène s'est encore accentué en ce début de XXIe siècle avec la hausse des prix de l'immobilier :

« Je pense être un des plus anciens ici. J'ai dû venir vers 1985 avec mon frère qui était boxeur chez Bretonnel. À cette époque-là, c'était une vraie salle professionnelle. Des loisirs, tu n'en avais pas. Tu avais soit des pros, soit des amateurs. Les quelques types qui ne voulaient pas faire de compétition, ils avaient intérêt à bosser. "Monsieur Jean", comme on l'appelait, était assis dans le coin où tu es. Et dans la salle, ça rigolait pas. Le premier qui ne bossait pas, il était rappelé à l'ordre et il ne bronchait pas. Bon, à l'époque, c'était pas le même public. C'était surtout popu, « forts des halles », commis boucher... des costauds qui étaient là pour s'entraîner. Moi, après, j’ai quitté le club et quand je suis revenu, tu n’avais plus que des loisirs... Mais surtout le quartier était devenu un quartier bobo. » (Loisir, programmateur télé, 40 ans)

12Si le BC des 1er et 2e arrondissements se développe donc initialement sur un principe de compétitions et attire surtout les milieux populaires, cette dynamique s'essouffle à partir du milieu des années 1990, comme dans de nombreux clubs, et laisse émerger une logique de loisir. Évidemment, dans la mesure où sa création visait à faire perdurer le « noble art » dans un de ses quartiers mythiques, on peut comprendre que l'évolution de son public et des modalités de pratique de la boxe ait pu poser un certain nombre de problèmes, ainsi que le reconnaît l'entraîneur qui a repris le club à cette époque :

« Moi, j'ai fait le bataillon de Joinville. J'avais donc été un compétiteur puis j'avais arrêté quelques années. Je suis arrivé dans cette salle en 1990 pour me remettre en forme et, progressivement, je me suis mis à entraîner. C'est l'époque où on a commencé à voir arriver les loisirs. Au début, je ne les ai pas acceptés. Pour moi, la boxe, c'était la compétition, donc du travail, de l'entraînement, des objectifs [...] et je n'acceptais pas vraiment qu'on puisse faire de la boxe autrement. Donc, encadrer des types qui ne voulaient pas forcément mettre les gants et surtout pas goûter à la compétition, ça ne m'intéressait pas [...]. Avec le temps, comme il y avait de moins en moins de compétiteurs et de plus en plus de gens qui venaient pour prendre une licence loisir, j'ai fini par les laisser entrer [...] et aujourd'hui, je ne regrette pas, parce que c'est un public vraiment sympa. Il y a une bonne ambiance, ils sont sérieux et ils travaillent. » (Extrait de conversation avec l'entraîneur)

13Aujourd'hui, le BC des 1er et 2e arrondissements est un club particulièrement orienté vers la boxe de loisir et son paysage social s'est transformé. Progressivement, les milieux populaires ont laissé place aux catégories supérieures. Architectes, avocats, cadres supérieurs dans le secteur bancaire ou dans le milieu de l'édition, photographes, caméramans, acteurs, marketeurs, autant de professions qu'il n'était pas coutume de rencontrer habituellement dans le monde de la boxe et qui ont pourtant élu domicile dans ce club. Évidemment, ses membres n'ont pas le même âge que le public traditionnel : la plupart ont entre vingt-cinq et quarante-cinq ans, et on trouve même quelques personnes de plus de cinquante ans. C'est un public professionnellement très investi, qui recherche surtout une pratique de loisir. Mais loisir ne veut pas pour autant dire dilettantisme ou manque de sérieux : nous sommes face à un public travailleur, sérieux, et finalement complètement en phase avec la culture de la salle. Ainsi, le BC des 1er et 2e arrondissements a su conserver tous les rites des salles d'entraînement du monde professionnel – trois minutes d'exercices, une minute de repos. Ici, l'horloge rythme encore le travail des uns et des autres. Pas question de se reposer en dehors des temps de repos si le maître des lieux ne vous y autorise pas. Ici aussi, derrière ce faux-semblant de « bordel organisé », si caractéristique de la boxe anglaise, se dissimule le monde de l'autonomie et de la responsabilité, dans une logique encore une fois empreinte de paternalisme :

« Ici, c'est des gens qui ont des professions importantes, mais ils sont là pour bosser et ils bossent. Moi, je leur explique au début ce qu'il faut faire. On fait un petit programme. Je les corrige mais je n’ai pas besoin d'être derrière eux. La plupart ont des boulots prenants, ils viennent là pour décompresser [...]. Quand je vois qu'ils traînent un peu la patte, c’est que ça va vraiment pas. Donc je vais les voir, je discute avec eux et parfois ils ont juste besoin de ça [...]. Mais c'est rare qu'ils viennent ici pour ne pas bosser. » (Extrait de conversation avec l'entraîneur)

  • 13 Pratiquants de la boxe loisir qui, parfois, jouent le rôle de sparring-partners pour des compétite (...)

14Pour beaucoup, cette formule est attirante car moins contraignante que la participation à une activité déterminée par un créneau horaire précis comme le sont en général les activités sportives. Ici, comme dans les salles traditionnelles, on commence et on finit quand on veut. Les portes de la salle ouvrent à 17 heures et ferment à 21 heures, plusieurs jours par semaine. De 17 heures à 19 heures, le créneau est plutôt réservé aux compétiteurs et aux « loisirs-sparrings13 », alors que de 19 heures à 21 heures, ce sont plutôt les loisirs. Ici, comme dans toutes les salles, il existe une hiérarchie entre les boxeurs en fonction de leur modalité de pratique. Il en va ainsi de la distinction entre les loisirs et les compétiteurs, mais aussi, à l'intérieur des loisirs, entre les boxeurs qui font uniquement des exercices individuels, ceux qui font des exercices avec partenaires et, évidemment, ceux qui accèdent aux combats libres (c'est-à-dire les loisirs dont l'entraîneur a estimé qu'ils avaient un niveau suffisant pour mettre les gants avec des compétiteurs, et qui entrent ainsi dans le « petit cercle de la performance »). Ensuite, dans les limites de ce fonctionnement hiérarchisé, entière liberté est laissée aux boxeurs pour organiser leur temps de travail à l'intérieur de cette temporalité. Un cadre bancaire de dire :

« Moi, ce qui m'intéresse, c'est qu'il n'y a pas vraiment d'heures pour commencer, ni de jours imposés. Moi, je travaille dans la banque et je n'ai pas vraiment d'heures. Je ne peux pas vraiment prévoir, donc c'est une bonne formule. » (Loisir, cadre banque, 35 ans)

15Dans ce contexte, il est important d'essayer de comprendre quelles sont les conditions et les raisons de ce type d'engagement. Même si au regard de l'âge des pratiquants, la question de l'environnement familial est beaucoup moins prégnante, le processus d'entrée dans la pratique est complexe et ne manque pas d'avoir quelques incidences identitaires. Encore une fois, il s'agit d'une pratique de proximité. Pour certains, le domicile est tout près : « J'habite à deux minutes à pied, donc pour moi, c'est pratique, pas de perte de temps, même pas besoin de prendre ma douche ! » (Cadre, édition, 51 ans). Pour d'autres, évidemment, le lieu de travail a été déterminant. Comme nous l'avons dit, cette population est très investie professionnellement et exerce des métiers où l'engagement est particulièrement important : « Mon cabinet est juste à côté, donc c'est facile d'y venir en fin d'après-midi » (Loisir, avocat). On comprend alors comment, par un simple effet de proximité, une pratique peut voir redéfinie sa composition sociale, c'est-à-dire l'origine sociale de ses pratiquants. Lorsque la boxe fait partie des activités culturelles d'un quartier, elle entre dans les conversations et s'immisce dans la culture locale. L'idée de faire de la boxe participe alors d'un processus d'interaction : le collègue de bureau qui pratique, le voisin qui a débuté l'an dernier et qui vante les bienfaits de ce sport. Évidemment, le goût pour la boxe ne se construit pas exclusivement sur une logique de proximité ; la situation est plus complexe. Mais cette question de la proximité permet de discuter le marquage social des activités en tant que conséquence d'un habitus de classe. Le goût pour la boxe n'est pas propre aux milieux populaires, et les migrations et les transformations sociales d'un territoire (comme le quartier des Halles) soulignent particulièrement ce processus de changement : c'est bien parce que la boxe était déjà installée dans ce quartier qu'elle a pu devenir une pratique possible, accessible et appropriée par un public différent de celui traditionnellement engagé dans cette activité.

16Il ne faut pas pour autant donner à ce processus d'interaction locale un statut mono-explicatif : l'acte d'engagement s'inscrit également à l'intérieur d'un système d'intérêt et de besoins à satisfaire. Effectivement, la plupart évoquent la proximité, mais ils confient également leur motivation réelle, un désir jamais réalisé de faire de la boxe, ainsi que l'explique ce photographe :

« J'avais toujours eu envie de faire de la boxe, mais j'avais plein d'a priori et là, le hasard a fait qu’il y avait une salle à côté de mon lieu de travail. » (Loisir, photographe, 35-40 ans)

17La recherche d'un exutoire fait alors partie des principales raisons évoquées, comme le confirment l'entraîneur et de nombreux boxeurs :

« Tu en as quand même beaucoup, ils viennent taper dans le sac, ça leur fait du bien, ça les déstresse de leur boulot... et ils tapent fort. » (Extrait de conversation avec l'entraîneur)

« J'ai un boulot qui est très stressant. Je travaille dans le marketing, dans l'édition. Là, je suis sur un projet, j'en peux plus. Il faut que je décompresse et la boxe, ça me fait du bien. C'est vraiment ça que je suis venu chercher et c'est pour ça que je continue l'activité. » (Loisir, cadre marketing, 35 ans)

18Cette idée de boxe exutoire est récurrente. Les boxeurs associent dans leurs discours la mise en jeu de leur corps et la gestion des tensions accumulées : « taper dans un sac jusqu'à épuisement » leur semble une thérapie efficace. Cette boxe exutoire, qu'elle relève d'un processus réel ou d'un effet placebo, est certes une motivation persistante, mais avec le temps, elle ouvre également à d'autres types de motivations. Ce comédien de dire :

« Moi, je suis venu à la boxe parce que j'avais besoin de me défouler, de gérer mon stress, d'avoir plus d'agressivité et, progressivement, je me suis pris au jeu. Aujourd'hui la technique m’intéresse et je commence à mettre les gants. » (Loisir, acteur, 35 ans)

19Après avoir mis leur corps en jeu dans un affrontement imaginaire contre un sac ou devant un miroir, la plupart des boxeurs en viennent souvent à l'idée de monter sur le ring, c'est-à-dire de faire des exercices mesurés avec un partenaire, puis de mettre les gants contre un adversaire. Donc, même si ce nouveau public affiche des motivations spécifiques et se projette essentiellement dans une pratique de loisir, il n'en reste pas moins que, rapidement, il s'engage dans les épreuves intégratives de la salle. Certes, contrairement au public traditionnel, il ne vient pas à la boxe pour mettre son corps en jeu directement dans un combat face à un adversaire, mais cette idée fait progressivement son chemin, se construit, pour finalement devenir une forme d'aboutissement à la fois subie et désirée. En effet, une fois réussies les épreuves de l'engagement et de la leçon, possibilité est donnée au boxeur de faire des exercices sur le ring avec un partenaire et d'accéder ainsi à une nouvelle condition de pratique. La mise de gants au cours de la séance va devenir un objectif que le pratiquant va s'imposer, pour devenir un boxeur à ses yeux et dans le regard des autres.

20Lorsque l'entraîneur estime que ce boxeur loisir a donné toutes les preuves de sérieux, de rigueur et de travail, et que son niveau est, physiquement et techniquement, suffisant, alors il lui propose de mettre les gants dans des combats à thèmes, puis en libre avec les compétiteurs. En devenant sparring-partner des compétiteurs, il fait alors partie des loisirs qui entrent dans le « petit cercle de la performance » :

« Tous les boxeurs en loisir veulent un jour ou l'autre faire des petits exercices d'opposition sur le ring. Ça les motive, tu comprends : ils montent sur le ring, ils font des exercices avec un adversaire. Après, chez les loisirs, ils ne passent pas tous à l'étape suivante. Tous ne veulent pas mettre les gants. Il y en a beaucoup, ils sont attirés mais ils ont en même temps un peu peur. La plupart du temps, quand je vois que les boxeurs commencent à avoir un bon niveau technique, viennent régulièrement, donc ont aussi un bon niveau physique, je leur propose de faire le sparring avec un compétiteur. Il y en a, ils te disent non sur le moment et puis un jour, ou des années plus tard, ils te font comprendre qu'ils aimeraient bien mettre les gants. Ça les travaille. Des fois, tu sens qu'ils ont envie de le faire mais tu ne peux pas vraiment leur dire de le faire car tu sais qu'il y a de la peur quand même derrière. Tu ne peux pas faire comme avec des jeunes, les provoquer un peu pour qu'ils montent sur le ring. Il y en a un, une fois, il m'a dit : "Moi, je n'oserais jamais toucher mon adversaire"... maintenant, il met les gants avec les amateurs. » (Extrait de conversation avec l'entraîneur)

21La mise de gants est donc à la fois subie (elle fait partie des épreuves à réaliser pour être progressivement considéré comme un boxeur), mais aussi désirée (elle permet de connaître sa vraie valeur de pugiliste). Savoir taper dans un sac ou faire des mouvements devant un miroir est une chose, faire des exercices avec un partenaire en est une autre, mais savoir se battre contre un adversaire est une position hautement symbolique. Quel que soit le public concerné – jeunes des classes populaires ou cadres des milieux aisés –, pour tous, devenir boxeur signifie « mettre les gants ». Il ne s'agit pas ici de frapper ni de montrer qu'on est le plus fort, mais de déterminer objectivement, dans un affrontement avec un adversaire, sa propre valeur et celle de la technique acquise. Quelle est notre valeur au jeu de « toucher sans être touché » ?

« La boxe m'a toujours fait rêver. Derrière, c'était le goût du risque, une idée de défonce. On peut dire que la boxe, c'est un mélange détonnant de peur, d'appréhension et de sentiment de plaisir. L'idée de dominer son appréhension, de rencontrer un inconnu et de connaître ses limites. » (Loisir, photographe, 35-40 ans)

22L'épreuve de la mise de gants contre un adversaire constitue donc le passage vers la mise en jeu réelle du corps. Tout le monde n'y accède pas, mais elle confère une légitimité supplémentaire dans la salle. Si la plupart des boxeurs en loisir se contentent de cette épreuve, certains décident cependant d'aller plus loin encore et expriment le désir de passer dans le monde de la compétition. Dès lors, les règles du jeu sont transformées : entraînements quotidiens, créneaux horaires différents... Le boxeur accède alors à l'épreuve du combat réel, comme c'est le cas de cet enseignant :

« Je suis venu à la boxe pour me maintenir en forme. C'est une activité complète mais, progressivement, j'ai eu envie de mettre les gants et puis de faire de vrais combats, mais j'avais un peu peur. Et puis l'année dernière, je me suis lancé, j'ai décidé de faire de la boxe amateur. Vu mon âge (j'avais 29 ans), l'entraîneur n’était pas trop d'accord. Pour moi, c'était pourtant important, car j’avais peur de le faire. C'était un vrai défi, j'avais vraiment envie de savoir si j'en étais capable. Donc, il a fini par accepter pour un an. Là, j’ai fait quatre combats : deux défaites et deux victoires. L'année prochaine j'arrêterai, mais je l’aurai fait... » (Loisir, enseignant en lycée, 34 ans)

23Évidemment, tous les boxeurs loisirs ne suivent pas la totalité de ce parcours de mise en jeu du corps. À l'intérieur des différentes étapes qui font le boxeur, tous vont cependant afficher des objectifs personnels qu'il revient à l'entraîneur de valider ou non. Il ne s'agit pas ici simplement du pouvoir de la mise de gants avec lequel l'entraîneur joue habilement pour « régner » sur les compétiteurs, mais du pouvoir de valider une épreuve permettant d'accéder à une nouvelle condition de boxeur. Finalement, ce nouveau public de la boxe n'est pas si éloigné du public traditionnel. Certes, il n'arrive pas toujours à la boxe avec l'idée d'en découdre sur un ring avec un adversaire, mais cette idée le gagne rapidement et le motive. La mise de gants, avec ce qu'elle implique de mise en jeu du corps, devient attirante, même si elle peut faire effectivement peur – comme toute situation nouvelle. Il est alors autant question de mesurer la valeur de ses apprentissages dans le « noble art » que d'accéder à l'épreuve de la mise de gants qui permet d'être réellement reconnu comme un boxeur dans la salle.

« Moi, si mon métier ne me l’interdisait pas, je mettrais souvent les gants. Si j'avais commencé plus jeune, je pense que j'aurais fait des combats. Quand tu fais de la boxe, tu as envie de mettre les gants. Tu as envie de savoir ce que tu vaux... un combat, c'est encore plus fort qu'une mise de gants. Quand on met les gants, on connaît son adversaire. Donc il n'y a pas trop d'incertitude. Un combat, c'est l'adversité contre l'inconnu. Ça fait peur, mais ça attire. » (Loisir, comédien, 43 ans)

24Ces épreuves qui font le boxeur n'éliminent pas pour autant la question de la boxe exutoire. Cette fonction conserve son pouvoir attractif sur ce nouveau public et s'insère plus généralement à l'intérieur de ce qu'il est possible d'appeler une fonction de bienêtre et de santé. Celle-ci peut prendre deux formes : d'une part la santé psychologique (certains boxeurs trouvent dans la boxe une activité capable de gérer leur stress) et, d'autre part, la santé physique avec notamment la remise en forme et la perte de poids.

« Je suis venu à la boxe pour évacuer le stress. À l'époque, je pesais presque 110 kg, et quelques mois après, je suis redescendu à 90 kg. Donc, finalement, je me suis progressivement mis à l’activité avec l'idée de perdre du poids en plus d'évacuer mon stress. Aujourd'hui, c’est à la fois une hygiène de vie, mais aussi une pratique où j'ai envie de progresser... et je mets souvent les gants. » (Loisir, cadre, édition, 29 ans)

25Devenir boxeur procure de la reconnaissance dans la salle, mais participe également à la définition d'une identité dans les différents mondes sociaux auxquels le boxeur appartient par ailleurs – notamment le monde professionnel. Lorsque le boxeur de loisir débutant se demande quels regards ses collègues ou ses relations professionnelles portent sur lui, il découvre rapidement qu'il suscite un certain intérêt, en tout cas étonne et fait naître une forme de reconnaissance :

« Donc je vous présente Monsieur M*, responsable de la communication et, à ses heures perdues, boxeur. » (Propos recueillis)

26Car cette pratique sportive semble finalement suffisamment atypique pour provoquer la discussion. Sans être un fait anormal, elle n'est pas spontanément associée à l'avocat d'un grand cabinet, au cadre d'une grande banque française ou encore au responsable de la communication d'un groupe de presse. Pour la plupart des collègues, faire de la boxe, c'est « se battre », mais cette image interpelle plus qu'elle ne fait peur. Et, d'ailleurs, dans un milieu particulièrement concurrentiel, cette pratique marque la différence et l'originalité, ce qui n'est pas sans intérêt sur le plan de la carrière, sans compter que cela peut alimenter une certaine forme de snobisme social. Loin de nous l'intention de prétendre que ces jeunes cadres dynamiques recherchent uniquement cette dimension, que cet intérêt est le fruit d'un acte rationnel ne visant qu'à se construire une identité porteuse au sein d'une entreprise... mais cette conséquence identitaire n'est finalement pas si déplaisante et elle est loin d'être inutile dans le monde des affaires...

8.2. LES FEMMES ET LES MONDES DE LA BOXE

8.2.1. LA FÉMINISATION DE LA BOXE ANGLAISE

  • 14 Mennesson (Christine) – Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et constru (...)

27Si l'arrivée d'un public comme les cadres surprend, remet en cause les stéréotypes sur les boxeurs et questionne le principe d'activités socialement distinctives (faisant alors de la boxe une pratique populaire), l'arrivée des femmes présente presque un caractère révolutionnaire tant elle bouleverse à la fois les clichés et le milieu de la boxe. Au-delà, ce phénomène est particulièrement pertinent pour traiter de la question des « femmes dans le monde des hommes14 ». En effet, la féminisation des espaces masculins est une tendance contemporaine qui touche de nombreuses pratiques sportives tout récemment encore symboles de masculinité. On pense notamment au rugby et, dans notre cas, à la boxe anglaise. Le phénomène est d'autant plus intéressant à étudier en boxe anglaise que cette dernière est emblématique des pratiques de combat, mais est également une activité qui, de par son fonctionnement, accueille dans le même espace et dans le même temps l'ensemble des pratiquants, l'âge étant finalement le seul élément permettant l'octroi de créneaux horaires spécifiques (les cours de boxe éducative ont lieu en dehors des créneaux horaires réguliers d'ouverture).

28Du point de vue de la féminisation, la boxe est donc un exemple pertinent, car elle mêle dans un climat d'autonomie conditionnée (le fameux « bordel organisé ») et au sein d'un même espace-temps des hommes et des femmes. Force est donc de s'interroger sur la manière dont les femmes vont vivre ce fonctionnement. Quelle attitude va adopter le patron de la salle à leur égard ? Comment vont-elles s'intégrer dans le groupe ? L'originalité de cette nouvelle donne est telle que sociologues, journalistes, cinéastes (et autres acteurs sociaux), liés ou non au monde sportif, sont de plus en plus nombreux à s'approprier la question. Situation réelle qui remet en cause l'ordre établi ou simple phénomène de mode, l'intérêt porté à cette féminisation de la boxe ne cesse de progresser.

  • 15 http://www.womenboxing.com/historic.htm

29D'un point de vue historique, le phénomène n'est pourtant pas aussi récent qu'on pourrait le supposer. On trouve, en effet, des traces de matchs féminins dès le XVIIIe siècle et, dès la seconde moitié du XXe siècle, la situation commence réellement à s'institutionnaliser15. Ainsi, dans les années 1950, Barbara Buttrick est la première femme boxeuse à passer à la télévision ; au milieu des années 1970, les premières licences professionnelles féminines sont délivrées aux États-Unis (Nevada : 1975 ; Californie : 1976). Il faut cependant attendre les années 1990 pour que, sur la base de revendications concernant l'accès des femmes à la boxe professionnelle, la question commence à être médiatisée aux États-Unis.

  • 16 Oates (Joyce Carol) – De la boxe. Paris, Stock, 1988 (On Boxing, 1987).

30Pour la plupart des experts, le championnat du monde entre Christy Martin et Deirdre Gogarty en 1996 sera un véritable événement et le symbole déclencheur de l'acceptation et de la diffusion de la boxe féminine. Suite à cet événement, Martin fera la couverture de différents magazines sportifs américains et provoquera la médiatisation du phénomène. Dès lors, les médias vont s'emparer de la question et, dans la continuité des débats sur l'émancipation des femmes, vont développer l'idée d'une pratique féminine pugilistique en pleine expansion. Pourtant, les résistances sont importantes, notamment en boxe amateur anglaise, et elles se soldent par des procédures juridiques au début des années 1990, du fait de l'impossibilité des femmes de participer à des combats de boxe amateur (comme les « Golden Gloves »), alors même que le principe des combats professionnels était accepté chez les femmes. En 1993, les juridictions américaines donnent raison aux boxeuses. Les différents mondes de la boxe anglaise sont officiellement accessibles aux femmes. La situation est dès lors bien différente du tableau dépeint, vingt ans plus tôt, par l'écrivaine Joyce Carol Oates16 alors que la boxe était encore un univers essentiellement masculin et figurait comme un monde où la présence des femmes était purement décorative et se limitait à quelques « pin-up » en maillot de bain annonçant les numéros des rounds en cours.

  • 17 En France, les femmes sont interdites de compétitions amateurs jusqu'en 1997.
  • 18 Myriam Lamare en 2002 et Aya Cissoko en 2006.

31Le phénomène va également toucher la France. Constatant que les femmes sont de plus en plus nombreuses à prendre une licence en boxe éducative et loisir, la Fédération française de boxe anglaise va mettre en place une politique visant le développement de la boxe féminine à destination tant de la pratique de masse que de la pratique de haut niveau. Si, pendant longtemps, la boxe éducative et la boxe loisir constituent les uniques moyens d'accès des femmes au monde pugilistique anglais, dès la fin du XXe siècle tous les mondes de la boxe17 vont leur être officiellement accessibles. En effet, à partir de 1997, la politique fédérale féminine s'ouvre au monde de la compétition amateur et professionnelle. Elle s'appuie, d'une part, sur la mise en place d'une équipe de France de boxe amateur féminine à la fin des années 1990 et, d'autre part, sur la possibilité de devenir boxeuse professionnelle sur notre territoire, avec la création d'une licence professionnelle destinée aux femmes. Les résultats ne tarderont pas, avec deux titres de championne du monde amateur18, un titre de championne du monde professionnelle et, en parallèle, une progression rapide des effectifs féminins. De 1997 à 2006, ceux-ci ont été multipliés par six, quand la part des femmes est passée de 5,5 % des effectifs totaux à 16,8 % en 2006 (cf. tableau no 9).

32Pour autant, qu'en est-il réellement de cette pratique ? A-t-on effectivement une entrée massive des femmes ? Et si elles investissent la boxe, dans quelles conditions pratiquent-elles ? Qui sont alors les femmes qui s'engagent dans cet univers ? Sont-elles issues des mêmes milieux sociaux que les hommes ? Comment vivent-elles les épreuves qui « font » le boxeur ? Comment intègrent-elles les éléments de cette culture « masculine » ? Et, finalement, comment parviennent-elles à s'immiscer dans ce monde éminemment masculin ?

8.2.2. UNE FÉMINISATION DIFFÉRENCIÉE

33En 2011-2012, les femmes représentent 18 % des effectifs licenciés de la Fédération française de boxe, soit 5 650 licences féminines sur un total de 32 053 licences (cf. tableau no 9). Dans le détail, leur présence n'est pas uniforme et s'inscrit à la fois dans une dynamique de féminisation, mais aussi de résistance culturelle à l'arrivée des femmes.

  • 19 Créée en 2008, l'aéroboxe consiste en des cours collectifs de remise en forme organisés dans le ca (...)

34La croissance des effectifs féminins atteste de la dynamique de féminisation des pratiquants. La part des boxeuses est passée de 5 % des effectifs en 1997 à 17 % en 2005. Depuis, elle s'est stabilisée à partir de 2006 pour atteindre 18 % en 2011. Cette croissance ne doit cependant pas masquer des différenciations très fortes selon les activités pugilistiques. La présence des femmes est en effet fonction du type d'engagement physique de la modalité de pratique. Les femmes constituent aujourd'hui la quasi-totalité des pratiquants d'aéroboxe19 et sont très présentes en boxe éducative (16 % des effectifs), alors qu'elles ne sont que 10 % en boxe amateur et seulement 4 % en boxe professionnelle. Ces chiffres sont révélateurs des distinctions culturelles qui s'opèrent à l'intérieur du monde de la boxe anglaise. L'euphémisation de la pratique (en tant que conséquence du processus de civilisation de la boxe) a certes permis l'ouverture de la boxe anglaise à un public plus jeune et plus féminin, mais il n'a pas pour autant permis l'accès des femmes à tous les univers de la boxe. La mise en jeu du corps, élément déterminant de la distinction des différentes pratiques, crée une hiérarchie de valeurs dans laquelle la boxe professionnelle reste la discipline reine. Dans les mentalités du milieu, y accéder signifie « devenir un homme », ce qui pose bien entendu un problème identitaire aux femmes et génère des formes de résistances perceptibles dans l'évolution des effectifs de licenciés. C'est pourquoi les effectifs de l'aéroboxe et de la boxe éducative connaissent une augmentation beaucoup plus rapide que ceux des autres boxes.

TABLEAU No 9 – Évolution des effectifs de pratiquants licenciés de la Fédération française de boxe

TABLEAU No 9 – Évolution des effectifs de pratiquants licenciés de la Fédération française de boxe

35D'un point de vue social, la boxe anglaise féminine est une pratique plurielle : contrairement à ce qui se passe chez les hommes, elle ne touche pas un public issu essentiellement des milieux populaires voire, comme nous l'avons fait remarquer, plutôt socialement défavorisé. Les boxeuses viennent aussi bien des milieux populaires (notamment des banlieues) que de milieux plus aisés :

«  Les filles qui vont à la boxe ne sont pas du tout issues des mêmes milieux sociaux que les garçons. On retrouve quand même des féminines issues des "quartiers" mais c'est beaucoup moins flagrant que chez les garçons. Dans les clubs où j'ai tourné, on en a qui poursuivent des études, d'autres qui travaillent...  » (Professionnelle, ancienne SHN, femme, 31 ans)

  • 20 Truchot (Guy) – Les Adolescents et le Sport. Paris, INSEP-Publications, 2004.

36Cette apparente démocratisation ne doit cependant pas laisser croire à une mixité sociale des clubs. Le mélange de ces publics est en effet rare, même s'ils appartiennent à la même Fédération. La boxe, comme la plupart des activités sportives20, est une pratique de proximité. Au Boxing Beats d'Aubervilliers, les filles sont plutôt originaires des milieux populaires, alors qu'à Issy-les-Moulineaux, elles sont plutôt issues de milieux beaucoup plus favorisés. En province, la situation est assez similaire. Le lieu de résidence demeure un élément déterminant dans le choix de la pratique sportive, rendant la situation peu propice au mélange des populations :

« La boxe, c'est pas vrai, c'est pas vraiment ouvert à tout le monde... En fait, les boxeurs vont surtout au plus près. Pour les filles, c'est la même chose. S'il y a un club dans leur quartier, elles y vont. Je ne connais pas beaucoup de filles qui habitent le seizième et qui vont aller s’inscrire dans un club de banlieue avec des filles des banlieues.  » (Entraîneur de club, 38 ans)

37Ce qui marque également le regard du sociologue lorsqu'il se penche sur la boxe au féminin, c'est qu'il se trouve face à un monde rarement marqué par l'échec scolaire... Bien au contraire, la réussite scolaire fait souvent l'objet d'un véritable culte pour les filles des quartiers :

« F. B. : Tu penses que tu vas continuer la boxe ?
T. : Non les études d'abord. J'aime bien les études, même si je suis perturbée en classe. J'aime bien les études, mais pas les profs, à part notre prof d'EPS. Il n'est pas comme les autres. Les autres, ils sont stricts. » (Boxe éducative, fille, 14 ans)

38Cette ambition scolaire n'est cependant pas propre aux jeunes filles des milieux populaires pratiquant la boxe éducative. Elle s'affirme, d'une part, comme une constante dans les autres milieux sociaux et, d'autre part, comme un élément important de la trajectoire des filles engagées sur le chemin de la réussite sportive. L'excellence pugilistique n'est donc pas marquée par une sous-valorisation des études. Bien au contraire, les championnes de boxe (amateur ou professionnelle) sont souvent des filles en réussite scolaire. Nombreuses sont d'ailleurs celles qui s'engagent dans des études supérieures, à la différence des boxeurs. Parmi celles du haut niveau professionnel recensées en 2008, on peut citer, par exemple, Aya Cissoko, comptable dans un grand magasin parisien ou Saliha Ouchen, costumière dans un opéra. Myriam Lamare travaillait dans une collectivité territoriale et Myriam Chomaz faisait des études supérieures. Cette dernière est aujourd'hui cadre à la Fédération française de boxe. La même année, l'équipe de France amateur était composée de deux filles poursuivant des études de médecine (quatrième année et dernière année) et de deux autres, étudiantes à Sciences-Po Paris.

« Moi, ce qui motivait en boxe anglaise, c'est que c'était structuré. Mon rêve, quand j'étais jeune, c’était défaire un sport-études avec de la boxe. Et je me disais qu'en entrant à l'INSEP, je pouvais réaliser mon rêve [...]. Parce que franchement, à l'époque, je galérais. J’étais étudiante en BTS MUC et en même temps je travaillais. J'étais vendeuse de chaussures dans le 16 e et, à mon travail, ils ne me laissaient jamais partir pour les compétitions. Un seul jour à négocier, on aurait dit que c’était la lune [...]. Donc, maintenant, mon objectif, c'est les championnats du monde, et après je n'attendrai pas les JO de 2012. Je passerai professionnelle si on me propose quelque chose : une super carrière comme Mathis ou Lamare, sinon je ne perdrai pas mon temps. J'ai la chance, avec mon statut de haut niveau, de peut-être pouvoir intégrer une grande école avec plus de facilité, donc je ne vais pas m'engager dans une carrière professionnelle pour trois francs et laisser échapper cette chance. Je n'ai pas envie de commencer ma vie de femme à plus de 30 ans. J'ai envie d'avoir des enfants et de m'en occuper. » (Boxeuse amateur, SHN, 22 ans)

8.2.3. L’ENTRÉE DES FEMMES DANS LA BOXE ANGLAISE : ENTRE RÉSISTANCE ET FONCTION IDENTITAIRE DE L'ENGAGEMENT PUGILISTIQUE

39Les filles qui s'engagent dans ce type de pratique n'échappent pas aux représentations véhiculées par les médias, l'opinion publique et les différents environnements sociaux dans lesquels elles sont insérées. Comme la plupart des nouveaux licenciés, elles viennent à la boxe avec l'idée d'y satisfaire un désir personnel qui entre également en tension avec les choix familiaux. Ainsi, une grande majorité des jeunes filles interviewées en boxe éducative racontent les surprises, les résistances, puis l'anxiété générée par ce choix, chez leurs parents et leurs proches :

« Mes parents, ils se sont foutus de moi en disant : "Tu vas te faire casser la gueule, tu vas te prendre des coups n'importe où !" Et j'ai dit  ; "Non, ce n’est pas la même boxe...", et ensuite ils sont venus ici. Ils m'ont vu et ils ont dit "OK". » (Boxe éducative, fille, 14 ans)

40Et cette mère de boxeuse d'ajouter :

« Quand elle m'a annoncé qu'elle voulait faire de la boxe, ça m'a un peu surprise. Je suis une maman et je dois dire que ça m'a fait un peu peur au départ. Quand on voit la boxe à la télé, c'est vrai que [...]. À la Journée des associations, on est donc allé voir le stand du club de boxe. Là, ça m'a un peu rassurée et ensuite, quand j'ai vu comment les séances se passaient avec les protections... On retient les coups [...] donc, finalement, c'est pas vraiment ce que j'avais imaginé. En plus, ça lui plaît, donc c’est le principal. » (Mère de boxeuse en éducative)

41Le choix de la boxe n'est malgré tout pas anodin. Toutes les filles ont à peu près les mêmes perceptions de la pratique. En toute connaissance, quelles que soient leurs origines sociales, elles savent que la boxe est un sport de combat « dur » et que les entraînements sont le lieu d'un effort physique intense. Évidemment, comme la majorité commence par la boxe éducative, elles ne sont pas véritablement confrontées à cette réalité. Ainsi, le décalage présent dans certaines activités entre l'image de l'activité perçue avant l'engagement et sa réalité dans la pratique est, paradoxalement, beaucoup moins important en boxe, car l'accès à la mise de gants, c'est-à-dire la situation la plus proche du combat réel, n'est pas immédiat mais, comme nous l'avons déjà dit, s'inscrit dans la durée, à l'intérieur d'un processus méritocratique et dans le cadre d'un acte volontaire. L'accès aux pratiques compétitives est le résultat d'un long cheminement qui commence en boxe éducative, donc dans le cadre d'une pratique où la violence est largement réduite et contrôlée.

42Si l'idée d'engagement physique est au cœur des représentations et des motivations des boxeuses avant l'entrée dans la boxe, toutes ne cherchent pas à y satisfaire exactement le même type de besoin. Cette diversité des besoins semble produire et être le produit d'une forme de distinction sociale. Bien qu'il soit encore difficile d'en estimer les proportions, on peut d'ores et déjà identifier trois types de boxeuses.

43Les premières viennent à la boxe dans un esprit de remise en forme. Elles ont entre 20 ans et 30 ans, jouissent d'une bonne situation professionnelle et sont issues de milieux plutôt aisés. Elles perçoivent la boxe comme un moyen de perdre des kilos et de se remettre en forme. Les conditions « éprouvantes d'exercice » et ce que cela semble avoir comme effet sur le corps sont alors, pour elles, une raison justifiant leur engagement et la recherche d'un club. L'examen de forums de discussion montre le caractère récurrent de cette question :

  • 21 Sur le forum « Se mettre à la boxe » sur le site : aufeminin.com.

« Je suis ronde, j'ai accouché il y a 4 mois et mes kilos ne partent pas facilement ! Alors je veux faire un sport assez dur pour me muscler, me défouler... Je cherche depuis plusieurs jours un club ou autre 21 .  »

44L'aéroboxe s'est précisément développée pour répondre à ce type de demande.

45Les secondes sont plutôt des filles originaires des banlieues. Pour elles, la boxe va surtout être perçue comme un espace « d'impression et d'expression identitaire », c'est-à-dire un espace où elles pourront acquérir une identité et se faire une place dans la cité, la pratique participant alors à la construction de la réputation. En cela, les filles sont identiques à leurs homologues masculins du public traditionnel. La boxe nourrit, en quelque sorte, l'être de la jeune fille, l'introduit dans la communauté pugilistique et, ce faisant, procure une forme de protection au sein de la cité. Elle permet ainsi d'échapper aux rapports sociaux de sexe dans l'espace des banlieues et, bien souvent, elle revêt également chez ces jeunes filles l'idée d'une fonction exutoire, ainsi que le rappelle cette jeune pratiquante de boxe éducative : « J'étais un peu agressive, ça m'a permis de me calmer ».

46Ces filles, plutôt jeunes (moins de 18 ans), entrent la plupart du temps dans la boxe anglaise par la boxe éducative, et l'école a souvent été pour elles le lieu de découverte de l'activité :

« Avant de faire de la boxe éducative à l’école, je ne connaissais pas du tout la boxe, je voyais ça comme un combat de violence. Mais en fait, c'est autre chose, car c’est un combat mais il y a des règles à respecter. Et j’aime respecter des règles. » (Boxe éducative, fille 14 ans)

47Un troisième type de pratiquantes s'engage également dans la boxe dans une perspective identitaire et exutoire, mais nous sommes cette fois en présence de filles issues de milieux plutôt aisés :

« J'ai toujours voulu en faire, je ne saurais pas trop expliquer pourquoi. Je crois que j'étais attirée par l'idée de taper, c’est vrai que c'est ce qui me plaît. J'ai peut-être un fond de frustration de ne pas pouvoir le faire dans la vie. En tout cas, ça défoule, ça calme et ça vide. Je me sens mieux après un cours, détendue. Après le boulot, c'est essentiel. » (Boxeuse loisir, 24 ans)

48Si ces deux derniers groupes s'inscrivent donc dans un même processus de revendication identitaire, ils se différencient par une temporalité différente. Nous sommes, dans le dernier cas, en présence de filles plus âgées qui, contrairement à celles des banlieues, n'avaient pas encore ressenti le besoin de se faire une place dans la société. « Affirmez vous par la boxe » titre le site Le journal des femmes. Avec ce commentaire d'une boxeuse ;

« Ce n'est pas tant que les femmes remettent en question leur image féminine, c'est que, pour certaines, la boxe est un outil de reconstruction identitaire. Il s’agit ici d'intégrer dans son identité de femme une attitude forte... L'engouement s'explique d’après moi par la libération de la femme, son évolution dans la société. Elle est plus moderne, plus libre, plus indépendante. On voit apparaître de nouvelles héroïnes, des femmes bagarreuses dans des films comme Kill Bill ou Million Dollar Baby... C'est le seul sport qui autorise à porter atteinte à l'intégrité de l'autre, selon un cadre et des règles, bien sûr. Du coup, ça permet de prendre conscience de l'autre, de la vie en société, de la notion de violence, de loi. Un autre intérêt pour la femme est de savoir qu’elle peut se battre, que ce n'est pas réservé aux hommes. » (Boxeuse, linternaute.com)

49Plus largement, le fait de s'engager dans la boxe anglaise relève d'un processus d'émancipation de la femme à l'occasion duquel les filles revendiquent, d'une part, leur droit à exprimer leur violence et leur agressivité et, d'autre part, celui d'exercer une pratique culturellement réservée aux hommes. Elles s'engagent alors délibérément dans une pratique de combat perçue comme violente et où les coups sont possibles. L'idée de se confronter aux hommes dans un espace historiquement défini comme masculin en séduit d'ailleurs un certain nombre qui jouent alors avec l'idée comme on joue avec une forme de défi :

« L'entraînement est super physique et certainement plus dur pour nous qui avons quand même moins de force que les hommes. Mais c’est ce qui fait aussi que j'adore ce sport : on se dépasse constamment et c'est très satisfaisant... J'aime aussi l'idée de me dépasser. Je me bats contre des hommes, c'est très agréable. » (Boxeuse, 27 ans)

« C'est un concours de circonstances. J'ai commencé à faire de la boxe thaïe. Au départ, c'est ma mère. Elle était chef d'entreprise et avait décidé de faire de la boxe car elle avait beaucoup de problèmes [...], beaucoup d’énergie à extérioriser. Il fallait qu'elle se vide, donc elle voulait faire un sport très physique où l'on pouvait taper dans quelque chose et extérioriser cette rage qu'elle intériorisait. Donc elle me dit : “Tiens, j'essaierais bien la boxe thaïe, est-ce que ça t’intéresserait de venir avec moi ?" Donc je dis pourquoi pas. Ça fait "d'jeunes", ça correspondait à mon caractère et en plus j'avais toujours eu beaucoup d'admiration pour les héros de sport de combat. J'adorais... Et un jour, j'ai passé la porte de la salle. Et il y avait deux filles dans le club qui étaient vice-championnes de France. Elles étaient là en train de se taper avec des hommes et elles se battaient bien et moi j'ai eu un flash. » (Boxeuse amateur, SHN, 22 ans)

50Parmi celles qui sont tentées de se battre avec des hommes, certaines éprouvent des craintes et des peurs, car boxer contre des hommes ne rassure pas. Cela fait d'ailleurs partie des principales interrogations des femmes attirées par la boxe, comme le laisse entendre cet extrait d'échanges sur le forum « Se mettre à la boxe » du site « aufeminin.com » :

Question : « J'habite du côté de Boulogne dans le 92, est-ce que certaines d'entre vous connaissent un club sympa (j'ai vu qu'il y en avait un à Boulogne mais je sais pas s’il y a des filles...) »

Réponse : « Ne cherche pas forcément un club où il y a des filles. Moi personnellement je préfère m'entraîner avec les hommes, parce qu'ils "chipotent" moins pour le moindre petit coup ! Les filles, elles, se mettent souvent à pleurer dès qu'elles s’en prennent une, et c'est lourd, parce que, après tout, on est là pour souffrir ! »

8.2.4. L'ÉPREUVE DE L'ENTRÉE DANS LA PRATIQUE

51La perception de l'activité et la motivation n'impliquent pas pour autant un accès facile à la pratique ou, en tout cas, dans les mêmes conditions que pour les garçons. L'inscription dans un club de boxe va constituer, pour les filles, la première épreuve à affronter, même si toutes ne seront pas confrontées aux mêmes schémas d'intégration. Pour les pratiquantes d'aéroboxe (environ 21 % des licenciées en 2011), l'accès à la pratique ne pose pas de problème, l'activité ayant la plupart du temps été mise en place par des boxeuses. Pour les pratiquantes de boxe éducative, qui représentent en 2011 59 % des effectifs féminins, on se trouve également aujourd'hui dans des conditions d'accès facilitées. La boxe éducative, en effet, est souvent liée au monde scolaire (relations école/club, professeurs d'EPS qui entraînent en club, etc.) et, dans ce cadre, la mixité s'impose de fait. Elle fait partie de la culture de l'activité. Les filles de la boxe éducative et de l'aéroboxe constituant la plus grande majorité des effectifs, il serait tentant, au regard de ce bilan statistique, de conclure que, d'une façon générale, la boxe anglaise est ouverte et facile d'accès pour les femmes. Ce constat serait cependant quelque peu erroné.

52Quand on parle de boxe éducative, on a certes en vue une activité qui est partie intégrante de la boxe anglaise, mais on parle également d'une activité davantage considérée comme un lieu d'apprentissage et, surtout, d'une activité en rupture avec l'identité profonde de la boxe anglaise. Quant à l'aéroboxe, elle est quelque peu mise l'écart du fait de son orientation « fitness ». La question n'est donc pas de savoir si les femmes ont accès à ces deux pratiques, mais surtout si elles peuvent réellement pénétrer dans tous les mondes de la boxe. Et, notamment, si elles peuvent facilement être admises dans ce qui est considéré réellement comme l'âme de la boxe anglaise : « la salle de boxe ». Si, en éducative, les jeunes femmes entrent facilement dans un club, en boxe amateur comme en boxe loisir elles rencontrent encore des difficultés. L'arrivée d'une femme dans le monde des hommes demeure problématique : la situation gène et perturbe, car elle remet évidemment en cause l'identité même de l'activité. La boxe est une pratique d'hommes ; aussi, comment ceux-ci acceptent-ils cette arrivée des femmes dans un monde qui leur est traditionnellement réservé ?

53Ainsi, les femmes rencontrent-elles souvent des difficultés à trouver un club de boxe qui veuille bien les accueillir. Autant l'admission d'un garçon ne semble pas poser de problème, autant celle d'une fille implique davantage de questions au moment de l'inscription : l'entraîneur doit déterminer si la jeune fille a bien conscience du milieu dans lequel elle veut s'engager. Ces questions témoignent de véritables problèmes organisationnels qui, évidemment, remettent en cause des routines parfois vieilles de plusieurs dizaines d'années, comme la répartition des vestiaires ou l'usage des douches (« Ça pose des problèmes pour les vestiaires, il faut leur trouver un espace pour se changer. Après, les mecs, Ils pensent plus aux filles qu'à la boxe... » [Entraîneur, 73 ans]), voire la mise de gants s'il n'y a qu'une seule fille dans le club. Ils révèlent aussi des préjugés pesant sur les femmes et la boxe anglaise. Parmi ces préjugés, deux sont particulièrement tenaces : d'une part, l'idée selon laquelle une femme dans un monde d'hommes va entraîner des rapports de séduction propres à obligatoirement perturber ce monde du travail et de l'effort qu'est la salle de boxe (« Une fille dans un club de boxe, c'est comme une fille dans un bateau » [Boxeuse, propos recueillis]) ; d'autre part, l'idée selon laquelle la nature violente de la boxe n'est pas compatible avec les propriétés sociales des femmes (« la boxe, c'est pas une activité pour les filles » [Propos recueillis]).

54Hormis celles qui sans doute abandonnent l'idée de s'inscrire dans un club, la plupart s'engagent dans l'activité en place sans autres aménagements que ceux portant sur l'usage des vestiaires et des douches. Elles s'intègrent dans le rythme de travail de la salle et font les mêmes exercices que les hommes, se soumettent aux mêmes rites, aux mêmes normes et entament un véritable processus d'acculturation.

  • 22 Ces créneaux sont cependant rares même si, au début des années 2000, on a commencé à voir quelques (...)

55Enfin, si vraiment le monde des hommes leur semble inaccessible, certaines filles choisissent l'aéroboxe ou pratiquent parfois dans un espace pugilistique féminin, c'est-à-dire sur des créneaux horaires spécialement réservés aux femmes, mais elles entrent alors dans une autre modalité de pratique22. Ces phénomènes atténuent et masquent la réalité de l'intégration des femmes dans la boxe anglaise. En conséquence, il faut parler de féminisation avec beaucoup de précautions. Certes, les effectifs féminins progressent, mais cette croissance est davantage le fruit de la création de nouvelles modalités de pratique que celui de l'ouverture réelle des clubs de boxe anglaise aux femmes.

56Si la boxe attire aujourd'hui les femmes, ce n'est pas tant parce qu'elles en ont une image faussée, mais bien parce qu'elles sont tentées par la réalité de l'activité. Et si elles ne peuvent trouver de club, ce n'est pas parce que la réalité est en décalage avec leurs attentes, mais bien plutôt parce que les mentalités évoluent lentement et que les conditions d'accès restent restrictives pour elles.

8.2.5. ACCULTURATION, SOCIALISATION ET INCORPORATION PUGILISTIQUE AU CŒUR DE LA TRAJECTOIRE

57Une fois réussie cette épreuve de l'entrée en pratique, les filles seront soumises au même processus d'intégration que les garçons : elles doivent être capables d'incorporer une nouvelle culture, de s'intégrer dans un nouveau groupe social et d'apprendre une nouvelle technique corporelle. Ce triple processus d'incorporation ne touche pas de façon identique les pratiquantes de la boxe éducative ou de l'aéroboxe (tout comme celles des créneaux féminins de boxe loisir) ainsi que les pratiquantes des clubs orientés sur les boxes amateur et professionnelle.

58Pour les pratiquantes de la boxe éducative, le processus d'intégration n'est pas différent de ce que l'on trouve dans le milieu sportif d'une façon générale. Comme toutes les activités sportives, la boxe a ses rites, ses valeurs, ses croyances, ses tabous... Pour être acceptée dans le club de boxe, la jeune fille va devoir produire un comportement adapté et en cohérence avec la culture du club, remettre plus ou moins en question ses manières d'être et d'agir et, progressivement, s'insérer dans un groupe social, y nouer des contacts et sceller des amitiés. Ce processus simultané d'acculturation et de socialisation constitue un élément décisif de l'intégration de la jeune boxeuse. La progression des effectifs féminins de boxe éducative peut laisser penser que cette intégration ne pose pas plus de problèmes que pour d'autres pratiques sportives. La boxe éducative partage un certain nombre de proximités culturelles avec le milieu scolaire et avec le milieu sportif (du point de vue de la pédagogie et de l'organisation) qui en font une activité en rupture avec le monde historique de la boxe anglaise. Quant à l'aéroboxe et aux cours spécifiquement organisés pour les femmes, ils ne constituent logiquement pas des barrières spécifiques.

59Même s'ils concernent la majorité des femmes pratiquant la boxe anglaise, ces cas de figure ne doivent pas cependant masquer les difficultés d'intégration rencontrées par les femmes dans l'univers historique et réel de ce sport : la salle de boxe. Dans ce sens, la pratique de la boxe éducative tout autant que les créneaux particuliers de la boxe féminine se présentent comme des chemins détournés d'accès à la boxe anglaise. En effet, dans les clubs de boxe, même si les mentalités évoluent considérablement, le processus d'intégration des filles reste encore parfois problématique :

« Il y a encore beaucoup d'a priori sur les filles. Les filles qui arrivent dans les clubs, elles ne sont pas toujours prises au sérieux. Alors, c’est sûr qu'elles doivent s'accrocher davantage que les garçons. Pour les vieux entraîneurs, la boxe, c'est pour les hommes. Maintenant, l'idée fait son chemin et aujourd'hui, même ces vieux entraîneurs dans des clubs où avant les filles n'auraient jamais eu le droit d'entrer, les acceptent, voire comptent sur elles pour faire des résultats. » (Élue, ancienne boxeuse, 43 ans)

60Les filles engagées sur le chemin de la boxe amateur ou professionnelle sont en effet confrontées à un univers paternaliste à forte cohésion, profondément inscrit dans une culture de la virilité et, surtout, composé essentiellement d'hommes. Chez les femmes, le processus d'intégration ne passe donc pas simplement par la connaissance et la reconnaissance de différentes personnes intégrées dans le club ; il implique surtout l'intégration dans un groupe d'hommes. Outre qu'il n'est jamais facile de s'intégrer dans un groupe déjà constitué, le fait d'être une femme dans un monde d'hommes complique encore la tâche car cette intégration s'inscrit à l'intérieur d'un ensemble de préjugés et, de surcroît, perturbe l'identité du groupe. La question est alors de savoir comment, dans ce contexte, les femmes sont considérées par les hommes, et notamment par les entraîneurs de la salle : conservent-ils, avec elles, le même niveau d'exigences qu'avec les garçons ? Prennent-ils au contraire l'habitude d'être moins exigents ou, à l'inverse, le sont-ils d'avantage ?

8.2.6. LES FEMMES DANS LE MONDE TRADITIONNEL DE LA BOXE

61L'intégration de la boxeuse repose sur sa capacité à surmonter les différents freins à la progression. Pour les femmes, ces freins sont plus importants, car ils s'exercent sous le regard inquiet, surpris et parfois peu accueillant de leurs homologues masculins :

« Il faut arrêter de faire les machos et de dire : "la boxe, c'est pas pour les filles". Non, la boxe, c'est pour tout le monde ! Les filles, elles apportent un côté plus humain. Aux États-Unis, la fille de Mohamed Ali ou autres, elles ont leur place dans la société comme elles ont leur place dans la boxe. Ici, c'est plus ouvert que dans les autres salles, c'est pour cela qu'il y a des filles. Bon, c'est sûr, dans les autres salles, c'est des vieux entraîneurs, donc... » (Boxeur amateur, 22 ans)

62S'il n'est pas toujours aisé, pour les filles, d'être acceptées et si leur intégration est, si ce n'est plus longue, au moins plus compliquée, c'est en partie à cause des conditions d'apprentissage des règles de vie et de fonctionnement du club. En effet, cet apprentissage est étroitement lié à la socialisation de la boxeuse et passe par l'instauration de relations avec certains membres du groupe : les entraîneurs ou les anciens, qui vont participer à l'initiation, mais aussi les autres boxeurs, à qui l'on va demander des précisions (exercices à réaliser, matériel, gestes, etc.). Dans le cas où ces différents protagonistes sont peu enclins à collaborer, l'accès à la culture de la boxe devient compliqué. Il le devient d'autant plus que, pour être admis, il faut également montrer son engagement « corps et âme » dans la culture de la salle. Or, même si, en ce début de XXIe siècle, les femmes commencent à beaucoup pratiquer, elles peuvent encore être confrontées, dans certaines salles, à de fortes hostilités, ainsi qu'en témoigne cette boxeuse :

« J'ai vécu dans une salle une mauvaise expérience avec des amis. On était allé dans une salle de ma région et on m'a refusé de m'entraîner sous prétexte que j'étais une fille. On m’a dit : "Ici, les filles ne s'entraînent pas avec les garçons. Les filles s'entraînent avec les enfants”. Tu arrives et ils disent : "OK pour les garçons, vous, c'est possible, mais les filles ne s'entraînent pas là". J'ai trouvé ça humiliant. J'ai toujours vécu les entraînements en boxe française avec les garçons et là on m'a refusée. Pour cet entraîneur, c'était le bordel si une femme s'entraînait dans une salle. » (Professionnelle, ancienne SHN, 31 ans)

63Bien entendu, le fait qu'une ou plusieurs femmes soient déjà présentes et acceptées dans un club facilite les choses pour celle qui arrive : elle ne rencontre pas les mêmes difficultés que les pionnières de la boxe anglaise ou celles qui pratiquent seules dans un club. La présence de femmes dans la composition sociale du club est indéniablement un élément facilitateur de ce processus d'intégration :

« Une fille qui arrive seule dans un club, c'est vrai que ce ne sera pas facile pour elle. Déjà, elle ne sera pas toujours très bien accueillie. On va lui dire que ça pose problème au niveau des vestiaires, des entraînements, parce qu'on ne veut pas mélanger les filles et les garçons. Il y a plein d'a priori qui peuvent la décourager rapidement. Maintenant, c'est sûr que lorsqu'il y a déjà d'autres filles, ce n'est pas pareil. Elles peuvent faire un petit groupe et ça leur donne un peu plus l'envie de continuer. » (Élue, ancienne boxeuse, 43 ans)

64Quoi qu'il en soit, l'évolution des effectifs montre que, même dans les salles les plus réticentes, les femmes arrivent à franchir cette épreuve de l'acceptation, qui apparaît comme spécifique des boxeuses. Une fois qu'elles la réussissent, les femmes peuvent alors subir les mêmes épreuves intégratives que les hommes. La boxeuse doit donc montrer aux anciens qu'elle se conforme au fonctionnement du groupe : elle travaille sérieusement, ne prend pas à la légère les exercices, repousse ses limites et accepte la souffrance, est assidue, respecte le fonctionnement de la salle, la hiérarchie (explicite comme implicite) et les consignes, n'essaie pas de brûler les étapes. Ces différentes preuves de « bonne conduite » vont être déterminantes pour son intégration.

« J'avais envie de faire de la boxe. Je ne voyais pas pourquoi c'était pas pour les femmes. On a essayé un peu de me décourager. J'y suis quand même allée. Après le premier entraînement, j'ai pleuré, c’était tellement dur... Et tout le monde pensait que j'allais abandonner [...]. Eh bien je suis revenue et à force de persévérance et d'efforts, je me suis habituée, et au bout d'un certain temps, j'ai été acceptée. Ensuite, le deuxième moment important pour moi, c'est quand j'ai voulu passer mon brevet d’État. Je me suis retrouvée à nouveau qu'avec des hommes. Ça passait très mal, vraiment très mal [...]. Je me suis imposée sur la pointe des pieds. Cela m'a valu un joli cadeau : on m'a envoyé par la poste une serpillière et des gants à vaisselle. » (Élue, ancienne boxeuse, 43 ans)

65Qu'il s'agisse de socialisation ou d'acculturation, la nouvelle boxeuse va donc être soumise à un certain nombre d'épreuves qui seront autant d'étapes à franchir pour continuer à pratiquer et à accéder à un niveau de maîtrise suffisant pour prendre du plaisir. Si prises comme telles, ces épreuves sont similaires à celles subies par les hommes, elles apparaissent constellées d'embûches, ce qui fait dire à de nombreuses femmes qu'elles se sentent soumises à des exigences plus importantes que les garçons :

« Dans tous les milieux de la boxe, les filles sont hyper observées. Les filles doivent faire davantage leurs preuves que les garçons. » (SHN, femme, 25 ans)

8.2.7. RÉPUTATION ET PERFORMANCE AU CŒUR DE L'INTÉGRATION

66Conséquence de cette pression plus importante ou simple effet de jeunesse de l'activité, une grande partie des filles titrées à des niveaux européens ou mondiaux jusqu'au milieu des années 2000 en boxe amateur sont issues de la boxe française. Oria Mahmoud a commencé sa carrière en boxe anglaise, mais Myriam Lamare, Myriam Chomaz et Aya Cissoko ont d'abord été des championnes de boxe française avant de s'engager en boxe anglaise. Et cela vaut pour les podiums européens et mondiaux : près des trois quarts des filles sont passées par cette voie détournée pour accéder au monde de la boxe anglaise :

« Quand je suis arrivée dans le club de boxe anglaise, j'étais déjà une championne en boxe française. C'était en 2001, j'avais été championne du monde en technique BF et j'étais en élite. Donc je suis allé en boxe anglaise pour compléter ma boxe et faire plus de combats. Il y avait déjà des filles de l'équipe de France de boxe française qui avaient basculé en boxe anglaise... J'étais avec Audrey Garcia et Myriam Lamare. La première année, j'ai fait les championnats de France et j'ai gagné. Un mois après, je suis partie en international et, après, pendant quatre ans, j'ai vécu autour de la boxe anglaise. » (Professionnelle, ancienne SHN, 31 ans)

  • 23 Rappelons que, jusqu'en 1997, la boxe amateur n'était pas accessible aux femmes. La plupart prenai (...)

67L'utilisation de la réputation acquise en boxe française fait partie, jusque vers 2005, des scénarios privilégiés pour accéder plus facilement au monde du haut niveau en boxe anglaise féminine23 (à la fin de la décennie, cette situation sera beaucoup plus rare). Au-delà de la réputation acquise dans une autre discipline, la performance marque également une étape importante et déterminante dans la question de l'intégration, comme l'explique cette boxeuse :

« Quand je suis arrivée au club, c'était un vieil entraîneur que je connaissais bien, car on s'entraînait dans la même salle, mais sur des créneaux différents. Donc je suis allée au créneau de boxe anglaise et c'était un vieux monsieur qui avait eu des professionnels. Il m'a apporté et corrigée sur pas mal de choses, mais il n'y croyait pas réellement. Je me suis inscrite au championnat de France. Il me dit : "Je ne sais pas si tu dois y aller, je ne sais pas si tu es prête", mais comme j'avais mon entraîneur de BF qui me poussait, j'y suis allée. Et là, j'ai remporté tous mes combats. À ce moment-là, c'est moi qui suis devenue un peu la préoccupation de la salle. Il s'est vraiment investi sur moi pendant quatre ans. Le club a tourné un peu autour de moi au niveau des résultats. Dès que j’arrivais à la salle, les garçons me servaient de sparring. L'entraîneur est là qui te corrige. Donc un entraîneur rien que pour moi et un entraînement adapté à mes besoins. J'étais vraiment la petite princesse de la salle. Quand tu as un certain niveau, tout à coup on oublie ton sexe. » (Professionnelle, ancienne SHN, 31 ans)

68Qu'une femme puisse se battre avec ses poings et mettre son corps en jeu est encore une question épineuse et controversée, mais beaucoup de filles constatent que, lorsqu'elles ont réussi à franchir ces différentes étapes, les mentalités peuvent évoluer très rapidement :

« Au début, on m'a montré que je n'avais rien à faire là... des réflexions. Je m'en fichais, mais ça m'est arrivé plusieurs fois de rentrer chez moi et de pleurer. Mais, comme j'étais une fille, il fallait encore plus que les hommes que je montre que j'avais ma place... J'avais beau tout faire, c'était jamais assez bien. Il y avait toujours quelque chose qui n'allait pas... J'avais une pression permanente sur moi. Du fait que j’étais la seule fille, il fallait que je fasse toujours mes preuves... Maintenant que je ne suis plus là, quand je reviens, ils me chouchoutent. Carrément ! Quand je descends du ring, mon entraîneur vient me voir et me tient par la main. Il me dit : “Mademoiselle, vous voulez descendre ?" Quelque chose que je ne l'ai jamais vu faire ! Maintenant, ils demandent tous de mes nouvelles. » (Amateur, SHN, femme, 22 ans)

« Aujourd'hui, c'est vrai que les filles sont plus facilement acceptées dans les clubs. Avec les jeunes entraîneurs, c'est acquis, ça ne pose quasiment plus de problèmes. Avec les anciens, c'est un peu différent. Au début, ils sont toujours réticents et puis, avec le temps, comme ils tombent souvent sur des filles qui ont du caractère - en tout cas qui n'ont pas envie de se faire refouler d'un club [...], ils acceptent. Et ensuite, généralement, ça se passe de mieux en mieux. Aujourd'hui, il y a pas mal de clubs qui misent sur les filles [...] donc les mentalités ont quand même pas mai évolué, même s'il y a encore des résistances. » (Élue, ancienne boxeuse, 43 ans)

69Par contre, une fois passées ces épreuves intégratives, les filles considèrent qu'elles sont perçues comme des hommes. Une fille qui s'engage dans l'univers de la boxe subit, dans le regard des autres, une véritable transformation identitaire. Pour être acceptée, elle a dû montrer qu'elle pensait et agissait comme eux. Au terme de ce processus d'acculturation et de socialisation pugilistique, elle est alors intégrée et parfois remise en cause dans son identité de femme :

« À partir du moment où j'ai obtenu des résultats en compétition, les mecs ne m'ont plus considérée comme avant. Lorsque quelqu'un leur demandait quelque chose sur moi, ils disaient : “Mais elle, c'est pas une fille, c'est un vrai mec !" Pour eux, si je faisais encore de la boxe et si j'étais arrivée à ce niveau, c'est que je ne pouvais être qu'un garçon » (Boxeuse amateur, 23 ans)

70De fait, ce changement identitaire est l'étape finale de ce processus d'intégration :

« Quand je suis arrivée, j’avais quelques craintes, j'étais la seule fille. Ma chance, c'est que je connaissais un boxeur qui était entré l'année d'avant. Et lui, il m'a pris à part et m'a dit : "Tu sais, ici, il y a des règles à suivre. Déjà, tu sors avec personne sinon tu es foutue." Lui, il connaissait bien le fonctionnement, donc j'ai appliqué à la lettre. Et après, je suis devenue leur petite mascotte. Ils m'emmenaient partout avec eux. On se chamaillait comme des gamins. Mais en fait, je ne sais pas s’ils me considéraient comme un pote ou une fille. Au début, comme une fille et après, plus comme leur pote. Au début, il a pu y avoir des ambiguïtés et après non. J'étais une boxeuse. » (Boxeuse amateur, SHN, 22 ans)

71Beaucoup d'entre elles se sentent alors l'objet de toutes les attentions. Cependant, même si elles sont parfois devenues des « hommes » dans l'esprit de leurs homologues masculins, elles n'en demeurent pas moins des femmes. Séduction, admiration et respect pour l'effort réalisé deviennent alors des éléments forts et nourrissent une relation ambiguë avec les hommes.

72En réalité, les femmes ne s'approprient pas la boxe de la même façon que les hommes. Certes, elles pratiquent sur les mêmes créneaux horaires, font les mêmes exercices, sont soumises à la même réalité et aux mêmes épreuves, mais un examen plus approfondi montre que leur appropriation de l'espace pugilistique comporte un certain nombre de particularités et qu'elles le perçoivent avec un regard différent, même si elles ne rejettent pas la violence et la virilité de la pratique.

73On assiste ainsi à une certaine forme de neutralisation des genres et de transformation de la culture en place. Autrement dit, « être boxeuse » ne veut pas dire « devenir un homme dans un monde d'hommes », mais davantage « être une femme dans un monde d'hommes ». Le processus identitaire en cours a ceci de complexe qu'il s'articule à la fois entre l'idée « d'être un vrai mec » et en même temps de devenir « une petite princesse au milieu de tous ces hommes » (Boxeuse amateur, SHN, 22 ans). La référence au monde des hommes reste ainsi l'unité de mesure de la performance comme l'indique cette jeune femme :

« Ce jour-là, j'ai mis les gants contre un des meilleurs garçons, mais là je me suis lâchée. Et là tout le monde en a parlé. Tous les entraîneurs en ont parlé. Ils m'ont dit : “Bah dis donc, toi tu tapes comme un mec, c'est pas possible !" » (Boxeuse amateur, SHN, 22 ans)

74Cette référence au monde des hommes comme unité de mesure de la performance semble partagée par toute la communauté des entraîneurs et des boxeurs... L'idée de pouvoir se battre avec les hommes, de se mesurer à eux fait autant partie d'une revendication de parité entre les sexes (ou d'une volonté de se confronter aux hommes dans un espace qui leur est traditionnellement réservé) que d'un sentiment comparatiste : être performant, c'est être capable de combattre comme un homme. Ce qui ne veut pas pour autant dire que l'on décide de devenir un homme. Sans doute dans un premier temps, les femmes se conforment-elles à la culture masculine et adoptent, dans un souci d'intégration, un certain nombre de leurs comportements, mais rapidement, passé cet ajustement culturel, elles réaffirment progressivement ce qu'il est possible d'affirmer dans leur identité de femme à l'intérieur de cette culture masculine.

75« Être boxeuse » ne signifie donc pas remettre en cause complètement l'identité de femme. Les boxeuses rencontrées ne sont pas des garçons manqués. Elles peuvent être coquettes, aimer s'habiller et se maquiller, comme la plupart des jeunes filles de leur âge :

« Les gants et le casque n'enlèvent rien à la féminité de ces boxeuses. Au contraire, depuis que je pratique la boxe, je m'habille en fille, souligne Karima. Même les garçons sont séduits. Dehors, ce sont des filles comme les autres, avoue Steeve. » (Libération)

76Une boxeuse professionnelle d'ajouter :

« Après, ce ne sont pas forcément des filles complètement androgynes, qui sont allées dans un sport masculin parce qu'elles se sentent moins féminines que la moyenne. Il y a plein de filles très féminines et qui le montrent encore plus. Et quand elles descendent du ring, c'est la petite toilette derrière. Il n'y a pas de similitude entre être boxeuse et être un petit garçon manqué. On se tromperait à penser cela... Par exemple, les filles en boxe sont tellement féminines que les entraîneurs, lorsqu'ils se déplacent, il faut qu’ils fassent attention parce qu'elles sont toujours accrochées aux vitrines. Si tu vas faire une compétition, avant elles vont aller regarder les vêtements si elles voient un magasin. C'est des nanas ! Il faut toujours qu'il y ait une machine à proximité parce que c'est pas comme les gars qui vont partir avec un sac et mettent toutes les affaires dedans et c'est pourri et ça pue... Elles font les lessives où elles sont. Donc, des fois, elles arrivent en retard à la pesée car elles étaient encore en train d'étendre le linge. Elles ont leur petite vie de femmes à côté de cela, et pour la gestion du groupe, c'est un peu différent. » (Professionnelle, ancienne SHN, 31 ans)

77Chez certaines, la revendication de l'identité féminine devient presque même quasi obsessionnelle. On amplifie alors toutes les marques de distinction, au risque de trop en faire :

« Moi, quand j'étais dans le groupe, j'ai fait, entre guillemets, un peu "des bêtises". J'étais la seule fille et comme ils me considéraient comme leur pote, je pense que, inconsciemment, je voulais encore plus montrer que j'étais une femme. Du coup, ça m'a amenée à faire des erreurs, à me comporter complètement différemment par rapport à ce que je suis réellement. Je voulais montrer que j'étais réellement une femme. En plus, nous, on fait un sport d'hommes et pas n'importe lequel : c'est un sport super viril. C'est LE sport d'hommes, donc il faut vraiment qu'on montre qu'on est une femme. [...] Souvent, les mecs, ils rigolaient : "Ah, d'accord, elle met un équipement rose...” Voilà, il fallait que je dise que je n'étais pas un homme. J'étais féminine, même à l'entraînement. D'ailleurs, j'étais beaucoup plus féminine ici que lorsque j'étais en club et qu'il y avait d'autres filles. On doit se prouver à nous-mêmes qu’on est encore une fille, il y a un peu de cela. C'est comme cela qu'avec le recul je l'analyse. Bon alors, les choses que je faisais, ce n’était pas forcément toujours bien. J’en ai peut-être trop fait [...]. En même temps, je n'arrivais pas en talons, j'arrivais en tenue de sport. Mais dès que je pouvais montrer que j'étais super féminine, je le faisais. Pour les finales des championnats de France, j'étais arrivée avec les talons, la tenue super féminine... en fait, bien maquillée, bien habillée et élégante. Je voulais montrer que j’étais vraiment une femme élégante. » (Boxeuse amateur, SHN, 22 ans)

78Les boxeuses ne perdent donc pas forcément leur identité de femme : elles composent avec cette identité. Dans un sens, elles ne remettent absolument pas en cause les fondements culturels de la boxe : elles travaillent dur, elles ont de la rigueur et elles acceptent de recevoir des coups. Le processus d'acculturation vaut bien entendu aux femmes de se faire respecter et d'être acceptées dans la salle de boxe. Pour autant, elles vont essayer d'agir sur un certain nombre de pratiques dont elles considèrent qu'aucune justification d'ordre culturel liée à la boxe ne puisse leur être opposable : il en va ainsi de l'hygiène dans les vestiaires ou de la tenue vestimentaire.

8.2.8. MÉDIATISATION ET AMPLIFICATION DU PHÉNOMÈNE

79Cependant, même si le phénomène de féminisation est aujourd'hui une réalité incontournable, il ne prend pas l'ampleur qu'on veut bien lui donner. D'autant qu'il y a souvent un décalage entre la réalité de la pratique féminine dans les salles et l'image que tendent à développer les médias. Il en va ainsi de ce club dont on avait vanté la mixité à un journaliste intéressé par le phénomène et qui, le jour du reportage, ne trouva que deux filles sur la trentaine de jeunes boxeurs présents. Le reportage a quand même eu lieu, et un documentaire a été produit sur les filles en boxe éducative. Mais il avait fallu, pour cela, qu'à force de travail, l'équipe réussisse à dissimuler le déséquilibre évident entre les effectifs masculin et féminin.

80Ce décalage est un phénomène auto-entretenu depuis quelques années. Montrer des femmes dans le monde des hommes et, en l'occurrence, dans le monde de la boxe anglaise, est un sujet très médiatique. On entre alors dans un processus d'auto-organisation de la médiatisation de cette question qui, au rythme des articles, des reportages et des documentaires, est artificiellement développée pour entrer finalement en dissonance avec la réalité. La boxe anglaise féminine existe réellement, mais elle n'a pas, en ce début du XXIe siècle, l'importance que les médias veulent lui accorder.

81Encore une fois, le grand écran a participé à ce phénomène avec un film tel que Million Dollar Baby. L'histoire d'une boxeuse professionnelle dans un monde affichant toutes les caractéristiques de la masculinité (violence, virilité, combat) et essentiellement composé d'hommes, était évidemment un sujet porteur. D'autres situations comme la médiatisation, à la même époque, de la fille de Mohamed Ali, ont entretenu le phénomène. Enfin, la possibilité pour les filles de devenir professionnelles en France, et la révélation presque simultanée de Myriam Lamare puis de Anne-Sophie Mathis vont donner au phénomène une dimension médiatique qui va tronquer la réalité.

82Devenir une boxeuse n'est pas facile. Il n'est pas facile, en effet, d'entrer dans un monde attirant où les épreuves sont des épreuves d'hommes et où les tenants de ce monde voient souvent l'arrivée des femmes comme particulièrement déstabilisant. Un monde où la femme a souvent été considérée comme un fruit défendu : ainsi, l'abstinence plusieurs jours (voire plusieurs semaines) avant le combat, fait encore partie des croyances tenaces...

83Il aurait été étonnant que la boxe féminine se développe aussi rapidement que les médias l'ont prétendu, d'autant plus que – les épreuves vécues par les boxeuses étant nettement plus intenses que chez les garçons –, le taux d'abandon est beaucoup plus élevé la première année. Certes, il y a féminisation de la boxe ; mais il convient, néanmoins, d'en relativiser l'ampleur.

Notes

1 Bourdieu (Pierre) – « Comment devient-on sportif ? », in : Questions de sociologie. Paris, Les Éditions de Minuit, 1984 (1980), p. 173-195.

2 Bourdieu (Pierre) – La Distinction, critique sociale du jugement, op. cit. L'auteur considère qu'il est possible de classifier et hiérarchiser les groupes sociaux en fonction de leur capital économique (ressources économiques) et de leur capital culturel (ressources culturelles). L'espace des positions sociales est une représentation graphique de cette hiérarchisation.

3 Pour Bourdieu, le style de vie des individus reflète leur position sociale.

4 Pociello (Christian) – Op. cit. L'espace des sports est une représentation graphique qui positionne les pratiques sportives sur l'espace des positions sociales.

5 Bourdieu (Pierre) – La Distinction, critique sociale du jugement, op. cit.

6 Bourdieu (Pierre) et PASSERON (Jean-Claude) – op. cit.

7 Lahire (Bernard) – L'Homme pluriel. Les Ressorts de l'action, op. cit.

8 Si l'on considère la nature cohérente du style de vie.

9 Peterson (Richard A.) – « Understanding Audience Segmentation: From Elite and Mass to Omnivore and Univore ». Poetics, no 21, 1992, p. 243-258.

10 Lahire (Bernard) – La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi. Paris, La Découverte, coll. « Textes à l'appui », 2004.

11 Lefevre (Brice) et Ohl (Fabien) – « Les choix des pratiques physiques et sportives des Français : omnivorité, univorité et dissonances ». Science et Motricité, no 62(3), 2006, p. 81-90.
Lefevre (Brice) et OHL (Fabien) – « Consuming Sports : Distinction, Univorism and Omnivorism ». Sport in Society, vol. 15, no 1, 2012, p. 44-63.

12 Cf. Ben-Ismaïl (Karim) – « Boxe and the city ». L'Équipe magazine, no 1275, 9 décembre 2006.

13 Pratiquants de la boxe loisir qui, parfois, jouent le rôle de sparring-partners pour des compétiteurs.

14 Mennesson (Christine) – Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre. Paris, L'Harmattan, coll. « Sports en société », 2005.

15 http://www.womenboxing.com/historic.htm

16 Oates (Joyce Carol) – De la boxe. Paris, Stock, 1988 (On Boxing, 1987).

17 En France, les femmes sont interdites de compétitions amateurs jusqu'en 1997.

18 Myriam Lamare en 2002 et Aya Cissoko en 2006.

19 Créée en 2008, l'aéroboxe consiste en des cours collectifs de remise en forme organisés dans le cadre des clubs de boxe. Les participants simulent des gestes de boxe au rythme de la musique et, la plupart du temps, sous la direction d'une enseignante.

20 Truchot (Guy) – Les Adolescents et le Sport. Paris, INSEP-Publications, 2004.

21 Sur le forum « Se mettre à la boxe » sur le site : aufeminin.com.

22 Ces créneaux sont cependant rares même si, au début des années 2000, on a commencé à voir quelques clubs proposer ce type de cours.

23 Rappelons que, jusqu'en 1997, la boxe amateur n'était pas accessible aux femmes. La plupart prenaient alors le chemin de la boxe française pour pouvoir accéder au combat.

Table des illustrations

Titre TABLEAU No 9 – Évolution des effectifs de pratiquants licenciés de la Fédération française de boxe
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 430k

© INSEP-Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540