Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Univers de la boxe anglaise

 | 
Fabrice Burlot

Deuxième partie. Salles de boxe et fédérations internationales : de l'ombre à la lumière

Chapitre 6. Boxe et opinion publique

Texte intégral

1La pratique de la boxe anglaise implique l'adhésion à certains choix de vie. Comme nous venons de le voir, l'humilité, le travail, la rigueur, la discipline sont des valeurs excessivement fortes et s'y soumettre constitue le fondement même des différentes épreuves d'acceptation et d'intégration. De fait, les clichés largement répandus ne sont en réalité qu'anecdotiques, ne serait-ce que parce que peu de boxeurs accèdent à l'argent. Pourtant, ces images d'Épinal constituent indéniablement le fonds de commerce de la plupart des ouvrages et des films sur la boxe et, plus généralement, des médias. Évidemment, cette médiatisation de l'anecdotique détermine largement la construction de l'image sociale de la boxe, crée des paradoxes, des confusions, des incompréhensions, des interprétations et des jugements erronés.

2Aussi, pour comprendre ce que signifie devenir boxeur en ce début de XXIe siècle, il ne suffit pas d'étudier la boxe en tant que telle ; il faut également analyser la perception qu'elle suscite : que retient la société de ces différentes réalités ? Que signifie être boxeur dans le regard du profane ? Quels types de représentations se construisent autour de la boxe ?

3Ces questions sont importantes pour mieux saisir l'acte d'engagement dans la boxe, mais aussi le poids des regards portés sur le boxeur tout au long de sa carrière. Car, au-delà de son statut de pugiliste, le boxeur est également un homme pluriel et public : il est membre d'une société dans laquelle il a une vie familiale, professionnelle, associative, religieuse, citadine. Il est pluriel également dans le sens où il disparaît parfois pour laisser place à un père, un travailleur, un mari, un croyant. Or, comment ces différents statuts s'articulent-ils avec celui de boxeur ? Comment le boxeur va-t-il assumer cette image renvoyée par la société ? Comment va-t-il en user dans d'autres mondes sociaux ?

6.1. DIALOGUE AUTOUR DE LA BOXE

  • 1 Cette partie repose, en effet, sur un ensemble d'entretiens et d'extraits de conversations régulièr (...)
  • 2 L'intérêt de cet entretien est qu'il donne une vision synthétique de l'ensemble des problématiques (...)

4Puisque notre propos est, ici, d'aborder l'image de la boxe dans la société, il nous a semblé pertinent de laisser au préalable parler les acteurs. Parmi les différents échanges réalisés1, un entretien de groupe mérite particulièrement notre attention2.

5Il réunissait un groupe de quatre personnes, aux profils assez différents : deux femmes (37 ans et 48 ans) et deux hommes (38 ans et 54 ans) que nous avons laissé parler en limitant au maximum les relances. Les deux plus âgés avaient déjà regardé des matchs de boxe à la télévision, alors que les deux plus jeunes ne s'y étaient jamais intéressés.

« Pour commencer, juste une question : pour vous, la boxe, c'est quoi ?

Liliane : Pour moi, la boxe, c'est Cerdan, Mohamed Ali, Frazier. Ensuite, la boxe, j’ai un peu l'impression que c'est un milieu mafieux. Ça paraît pas clair tout cela. Tu vois, par exemple, dans tous les films de mafia, il y a toujours des salles d’entraînement avec des boxeurs. Il doit y avoir de la performance sportive, mais il doit y avoir aussi pas mal de magouilles...

Serge : Ça, c'est les paris. Et les magouilles, c'est les conséquences. Je ne sais pas si la boxe existerait encore s'il n'y avait pas tous ces paris et toutes ces magouilles. Moi, je pense que la boxe, c'est aussi la lutte : un truc primitif. Je ne sais pas si on peut appeler ça un sport.

Marie-Pierre : En tout cas, en France, c'est le sport de l'argent. Donc, oui, je pense aussi qu'il doit y avoir de la magouille. Moi, je n'irais pas voir un match de boxe. Pour le délire d'une soirée avec mes amis, mais sinon, je ne ferai jamais la démarche d'aller voir un match de boxe. J'aime pas l'ambiance de voir deux types se taper. On dirait des gladiateurs !

Liliane : Moi, j'aime bien les matchs de boxe, quand il y a des titres en jeu. J'aime bien l'esprit de défi. C’est le plus fort qui gagne. Donc, c'est bien.

Marie-Pierre : D'accord, mais je pense qu'il y a vachement de magouilles. C'est jamais le plus fort qui gagne ! Il y a trop d'enjeux financiers. Ça se sait, on le voit.

Liliane : Non, arrête ! Quand tu vois la carrière de certains boxeurs, c'est pas que de la magouille. Il y en a, mais il n’y a pas que cela.

Denis : Pour moi, ce qui n'est pas très bien dans la boxe, c'est qu'il y a plusieurs championnats et plusieurs fédérations. Donc ça, ce n'est pas bon, car les gens n'y comprennent rien. Après, la deuxième chose, c'est que c'est un des sports les plus durs qui existent et les gens qui se mettent à la boxe, c’est des gens qui sont dans le besoin et ont une vie très difficile. Tu ne vois pas des mecs qui viennent des beaux quartiers.

Liliane : C'est vrai qu'on n'y comprend rien ! Tu as W... A, B, C, je ne sais pas quoi. C'est quand même bizarre...

Denis : La boxe, c'est un peu comme les films d'épouvante... Soit tu aimes et tu regardes, soit tu n'aimes pas du tout.

Liliane : C'est un peu comme les jeux de l'antiquité... Il y avait les gladiateurs.

Denis : Oui, ce qui plaît, c'est qu'il y en a un qui peut tomber à tout moment.

Et si votre fille vous dit : "J'ai envie de faire de la boxe" ?

Marie-Pierre : Pas de problème ! Je lui dirai qu'elle vit le sport qu'elle a envie de vivre, mais que c'est quand même un sport violent.

Liliane : C'est sûr que la boxe, tu la vois quand même plus comme un sport masculin. Par exemple, quand la petite copine d'Arthur, qui a 15 ans et qui est championne de France, m’a dit qu’elle faisait de la boxe, j’ai été surprise.

Marie-Pierre : Je la mettrais en garde par rapport à ça parce que le KO, quand même, c'est dangereux.

Denis : On pense à travers ce que l'on voit, et ce que l'on voit, c'est des matchs de professionnels. Le type, il est interviewé, il a l'arcade qui pisse le sang, l'œil enflé. Donc, évidemment, tu n'as pas envie que ta fille fasse de la boxe ! Mais en boxe amateur (on ne connaît pas trop, c'est aux Jeux olympiques), la durée des rounds est différente. Les protections, ce n'est pas pareil...

Serge : Par rapport à la fréquentation, au milieu, aux blessures, à la traumatologie, au peu d'argent et au peu de bonheur que ça peut apporter... je la mettrais en garde.

Et vous avez déjà entendu parler de la boxe éducative ?

Tous : De la quoi ?

Liliane : On prend des gamins en difficulté et on leur fait pratiquer la boxe ?

Serge : Ce doit être la Fédération de boxe qui doit comme beaucoup de fédés, promouvoir, développer, initier, sans aucun danger.

Liliane : Pour canaliser l'énergie des jeunes sur des rings...

Denis : Après, il y a plein de sports où ton gamin risque plus qu'en boxe. En tout cas, moi, mon gamin de 11 ans, 12 ans ou 14 ans, je préférerais le mettre à la boxe que dans d'autres sports comme le rugby. Je te dis cela, car j'avais commencé la boxe. Et je peux te dire qu'on te protège aux entraînements ! Tu ne vois pas un gamin avec un œil au beurre noir... Regarde, en skate, c'est dix fois plus dangereux !

Marie-Pierre : Je suis d'accord avec toi, en jeune, ils doivent les protéger. Mais moi, c'est la finalité qui me gêne.

Serge : Et pourquoi un gamin va te demander de faire de la boxe ? Et pourquoi les parents vont le laisser faire ? Le gamin, il va avoir une vision de l'extérieur... de la boxe à la télé... les jeux vidéo, etc. Enfin, je n'y connais rien, mais il va aller un peu évaluer sa force, il va s'affirmer là-dedans et les parents vont le laisser faire, surtout si c'est un garçon, en se disant : "Quoi qu'il arrive, il saura se défendre !" La base, c'est ça ! Lui comme ses parents se disent : "Si un jour il y a une bagarre, il saura se défendre. S'il y a un rapport de force, il saura se défendre".

Marie-Pierre : J'ai bien compris que si ma fille me dit : "Je veux faire de la boxe", je ne vais pas avoir peur. Je vais la laisser faire car je sais bien qu'ils ne vont pas les laisser se taper sur la figure comme cela. Ensuite, si elle veut continuer, je la laisserai faire, mais je serai peut-être attentive.

Denis : Ce qui ne me plaît pas dans la boxe, en réalité (parce qu’on n'en a pas parlé), c'est : un, c'est un sport individuel, et deux, finalement, ça, on ne l’a pas dit jusqu'à maintenant, mais en fait (...) le but, c'est quoi ? C'est quand même de descendre l'autre ! Et là, on va te dire : “Bravo, tu es le plus fort". En réalité, la première chose qu'on ressent, c'est ça, mais on ne l’exprime pas. Et dit comme ça, pour quelqu'un, c'est pas valorisant de dire : “Je fais de la boxe".

Liliane : C'est pas vrai, je ne suis pas d’accord. Parce que tous les grands boxeurs ont été très populaires. Cerdan, par exemple, il était super admiré. Après, qu'on n'aime pas la boxe parce que c'est un sport individuel... Non, au contraire ! un sport individuel, il n'y a que toi et au moins, c'est à toi de montrer ce que tu vaux. Donc je trouve que c'est bien. Après, on n'aime pas la violence, mais justement, je crois que les gens, ils aiment, ils ont besoin d'avoir cet exutoire, de voir des gens qui se mettent des coups.

Denis : On ne parle pas de la même chose ! Moi, je parlais des gamins et de ce qu'aiment pas les parents par rapport à la boxe. Après, je suis d’accord pour les spectateurs. C’est ça qu'ils viennent chercher. Ce qu'aiment les gens, c'est que c’est un contre un et là, les gens aiment bien. Et les règles, c'est simple : il faut faire tomber l'autre.

Liliane : Moi, j'ai remarqué quand on était à la maison, à chaque fois qu'on est tombé sur un match de boxe qu’il y ait un enjeu ou pas (parce qu'on comprend rien aux titres)-, que ce soit avec l'un ou l'autre de mes fils, on a regardé. Tu as un combat. Tu as envie de savoir qui va gagner, qui va perdre ! Donc, ça accroche.

Marie-Pierre : Non, moi, ça ne m'intéresse pas du tout de regarder. Pour moi, c'est de la violence pure et simple. Tu te fous sur la gueule pendant une heure sur le ring. Enfin, je ne comprends pas et ça ne m'intéresse pas. Je préfère peut-être un art martial où Ton va travailler avec son corps. C'est peut-être parce que je ne connais pas la boxe, mais enfin, c'est comme cela que je la perçois. Moi, je préférerais qu'elle me dise : “Je vais faire du tai-chi", parce que la boxe, c'est : "J'essaie de foutre un pain à l'autre ! Il ne m'a rien fait, mais j'essaie de lui en mettre une !"

Serge : Moi, ce qui me déplaît, c'est qu'ils ne sont que deux et le gars, quand il rentre sur un ring, il a l'autre en face. Ce qu'il a dans sa tête, c'est : "Je vais te démolir, je vais te tuer”. Et ça me gêne. Ensuite, n'importe quel autre sport, le mec, il vient de finir son match, il est heureux. En boxe, j'ai jamais entendu un boxeur dire, après un combat où il a gagné : "Ouais, je suis le meilleur, j'ai pris un pied terrible à boxer pendant une heure". Le type, il est démoli, il est mort. Alors qu'en surf ou en tennis, par exemple, le type va dire : "Je me suis éclaté !"

Oui, mais alors pourquoi fait-on de la boxe ?

Serge : Je pense que c'est des jeunes issus de la rue qui, depuis qu'ils sont petits, ont un rapport de force avec la société. Ils sont habitués à se battre dès que quelqu'un les branche. Donc, après, pour canaliser cela, ils font de la boxe, et je pense que c’est mieux qu'ils soient dans un club de boxe plutôt que dans la rue ou qu'ils se fassent la main tout seuls. Au moins, là, il est reconnu comme le plus fort mais c'est réglementé. Le boxeur, c'est le type qui sort de la rue, qui se défonce pour essayer d'arriver au sommet, qui réussit à s'en sortir et qui est valorisé grâce à la boxe. Donc oui, je pense que c'est un sport valorisant pour les jeunes de la rue.

Marie-Pierre : Oui, c'est la différence qu'on a entre la boxe à l'école et la boxe de combat. Il faut revenir aux origines : c'est la confrontation pour déterminer le plus fort. C'est écraser l’autre, se retrouver le plus fort et rendre l'autre plus faible. Dans le monde entier, il y a toujours eu la confrontation d'homme à homme. C'est le truc primaire.

Serge : C'est de la corrida humaine.

Denis : Regarde-nous. À l'école primaire, on se battait pour savoir qui était le plus fort. Ce n'était pas de la boxe, mais c'était un peu ça. On voulait savoir qui était le plus fort.

Marie-Pierre : Si ma fille veut faire l'école de boxe, ça va, ça me plaît. Maintenant, si elle veut aller plus loin... La finalité, c'est le combat, et le combat, ça me dérange, parce que c'est écraser l'autre.

Liliane : Regarde des films comme Rocky, regarde le succès que ça a eu. Je crois que la boxe, ça plaît aux gens. Je crois que les gens, ils s'identifient. C'est le plus fort qui va gagner. C'est ça qui plaît. Moi, je sais que si je pouvais aller voir un match de boxe, j'aimerais bien.

Denis : La preuve, on a rencontré un gars qui a été deux fois vice-champion du monde de je ne sais plus quelle boxe. Il a été champion d'Europe. Il nous disait que c'était interdit en France et qu'il faisait ses combats à l'étranger. Il disait que les places devant, c'était à plus de 100 000 balles la place et que les gens venaient pour des mises à mort. Alors, quelque part, tu as beau dire, même si on réglemente la boxe en France, etc., il reste le côté primaire que Ton a tous. Cela fait ressortir des sensations, des sentiments bestiaux [...]. Je pense qu’au fond, on a quelque chose de primaire qui ressort...

Marie-Pierre : Alors, c'est sûr qu'il ne faut pas que ce soit trop aseptisé, sinon les gamins qui viennent là parce qu'ils ont envie d'en démordre, ils ne vont pas trouver leur compte. »

6Notre objectif n'est pas, ici, d'interpréter sans précaution la discussion de ces quatre personnes et de lui donner valeur universelle. En les laissant traiter, sans nécessairement les orienter, d'une question aussi vaste que : « La boxe, c'est quoi pour vous ? », et en livrant leurs échanges à l'état brut, nous avons voulu permettre aux thèmes d'émerger spontanément, sans aucune interprétation, mais également montrer la façon dont ils étaient argumentés, s'enchaînaient et se nouaient les uns aux autres. De fait, cet entretien révèle quelles peurs, quelles craintes ressurgissent à l'évocation de la boxe, ce qui attire et ce que l'on rejette dans cette activité. Et surtout, il met en évidence les types de justifications utilisées, c'est-à-dire les sources et les arguments mobilisés par les discutants pour justifier leurs points de vue.

7Au final, cet échange confirme la méconnaissance de l'activité. On y parle essentiellement de la boxe professionnelle, alors que celle-ci concerne à peine 1 % des licenciés en France. Ensuite, pour renforcer les idées reçues, il fait apparaître la boxe comme une activité sportive à part, à la limite de la déviance, et en donne une image profondément dégradée, bien éloignée de la réalité : pratiques mafieuses, trucages des matchs, violence, dangerosité, milieu défavorisé, délinquance, argent et stars apparaissent comme les idées-forces de ce dialogue, idées qui, de façon récurrente, reviendront presque systématiquement au cours des autres entretiens et des échanges informels.

6.2. BOXE, VIOLENCE ET PRATIQUES MAFIEUSES

8Le « côté obscur » de la boxe est un point systématiquement abordé dans les entretiens, et souvent sur un ton confidentiel, comme si la pensée était à peine exprimable, mais tout de même particulièrement pesante. Notre position de sociologue réalisant une enquête sur la boxe est d'ailleurs plusieurs fois apparue, pour les interviewés, comme une opportunité de voir confirmé leur sentiment profond sur cette activité, ainsi qu'on me l'a instamment demandé à la suite de notre entretien :

« Bon, entre nous... Toi qui connais bien la boxe, tu peux nous le dire : la boxe, c'est quand même pas mal de magouilles, un peu truqué, non ? C'est toujours à Las Vegas... » (Femme, 48 ans, téléspectatrice occasionnelle – conversation informelle)

9Et de fait, la boxe est souvent perçue comme une activité mafieuse et les combats souvent soupçonnés d'être truqués. Les paris, l'appât du gain, des individus parfois sulfureux tels Don King (aux États-Unis) ou les frères Acariès (en France), de même que les nombreux films mettant en scène la boxe et le « milieu », jettent le doute sur l'honnêteté de ce sport. Et cette vision négative n'est pas tant le fait des profanes que celui des téléspectateurs occasionnels, c'est-à-dire ceux dont le regard est déjà nourri d'une certaine forme d'expérience de la boxe, le plus souvent assez rudimentaire. Ainsi, ce témoin qui assiste, épisodiquement, à des retransmissions de boxe à la télévision :

« La boxe, comment peux-tu t'intéresser à ça ? Je regarde de temps en temps sur Canal +. C'est toujours les mêmes, [...] les frères Acariès [...], enfin, c'est un peu la mafia tout ça ! Des fois, il y a des beaux matchs, mais c'est quand même un peu du spectacle ! » (Homme, 64 ans, extrait de notes ethnographiques)

10Pour étayer leur opinion d'une boxe mafieuse, nombreuses sont les personnes faisant référence à des films :

« Dans les films, tu vois toujours des mafieux, des gangsters avec des boxeurs. Donc, on peut se demander si c'est vrai ou pas. » (Homme, 63 ans)

11Certes, ces regards profanes ne sont que superficiels, mais le fait que les arguments s'appuient sur le cinéma est particulièrement intéressant pour analyser comment s'est construite cette image...

  • 3 Mann (Michael) – Ali. Etats-Unis, 2001, 159 min.
  • 4 Lelouch (Claude) – Édith et Marcel. France, 1983, 140 min.

12Évidemment, derrière cette représentation de « pratique soupçonnée d'être mafieuse » se trouve le sport spectacle, c'est-à-dire le monde de l'argent facile, et du show-biz. Les hauts lieux comme Las Vegas et les grandes stars comme Mike Tyson, Mohamed Ali, Marcel Cerdan ou, de façon plus contemporaine, Brahim Asloum, sont souvent évoqués comme particulièrement caractéristiques de l'univers de la boxe. Là encore, des films comme Ali3 ou Édith et Marcel4 ne sont pas sans lien avec cette connaissance orientée de la boxe.

13Dans le cas de boxeurs comme Tyson et Asloum, le phénomène de surexposition médiatique prédomine, plus ou moins facilité par le charisme des personnages. Sur ce point, Tyson est l'exemple type de l'individu à médiatiser tant il fournit à la presse « people » (comme aux émissions à scandale) des occasions sensationnelles : ses excès dans tous les domaines donnent de la matière à toutes les discussions. Incarcéré dans une prison américaine, il en sort sur intervention d'un ancien boxeur et devient le plus jeune champion du monde des poids lourds. Sportif le plus payé au monde en 1996, il représente pour beaucoup le rêve américain. À la fois admiré pour sa trajectoire, mais également considéré comme un tueur sur le ring (au point que, à la fin des années 1990, rares sont les boxeurs qui souhaitent le rencontrer), il ne tarde pas à nouveau à faire la « Une » des médias. Condamné pour viol, il est une nouvelle fois incarcéré. À sa sortie de prison, pendant un combat contre Evander Holyfield (1997), il continue dans l'horreur en mordant à deux reprises son adversaire et en lui arrachant un morceau d'oreille, ce qui lui vaut d'être suspendu un an et de payer une amende de 1 million de dollars. Au début des années 2000, lorsque nous commençons notre enquête sur la boxe, le nom de Tyson est évoqué en permanence, notamment chez les jeunes en milieu scolaire qui font de la boxe éducative dans le cadre des cours d'EPS, des jeunes qui ne sont donc pas forcément attirés par ce sport, ont rarement suivi un combat à la télévision et, en tout état de cause, ont une connaissance réduite de l'activité.

14Évidemment, derrière ce monde de la boxe spectacle, c'est de la boxe professionnelle qu'il est exclusivement question. Très peu connaissent véritablement la diversité de l'activité. Aucun des jeunes interviewés dans le cadre scolaire n'évoquera, par exemple, le nom de Jérôme Thomas, alors qu'au moment de l'enquête, il vient d'être sacré champion du monde amateur. Par contre, beaucoup citeront les noms des « stars » de la boxe professionnelle. Et, parmi les adultes regardant occasionnellement des combats, si tous savent, depuis la victoire de Brahim Asloum aux Jeux de Sydney, que la boxe est également une pratique olympique, rares sont ceux qui peuvent dire à quel type précis d'activité elle fait référence ou en définir les spécificités par rapport au professionnalisme. Quant à la boxe éducative, quasiment aucun n'en connaît l'existence. Ces « semi-connaisseurs » rejoignent alors le niveau de méconnaissance déjà remarqué chez les profanes : chez eux, qui dit « boxe » dit « professionnalisme ». Et la boxe professionnelle, c'est la violence et la mise en danger de son corps et du corps de l'autre.

15Ces thèmes de la violence et du danger-davantage même que celui d'une pratique mafieuse – font naturellement partie des grandes croyances, et, déclinés sous tous ses aspects, ils reviennent systématiquement dans les entretiens. Gladiature et tauromachie sont alors généralement mobilisées, comme comparaisons, pour appuyer l'horreur du combat de boxe :

« Je n'ai jamais vu un match de ma vie car ça me bouleverse. Quand j'étais enfant, mon père aimait bien ça. Donc peut-être que j'ai analysé ça comme un côté macho. Mon père aimait la chasse, la corrida. Comme il y avait un rapport... les mecs entre eux. Je l'avais perçu comme un milieu très masculin et très macho.
Après, j'en ai vu une fois parce que mon mari m'avait dit : "Oh, tu verras, c'est super !" Donc j'ai voulu regarder, parce que je me suis dit : "Pourquoi il me dit que c'est super ?"
Ça m'a fait penser aux Romains, aux arènes avec les animaux, les gladiateurs. Il me dit : "Ah bon, tu trouves ?" "Oui, je lui dis, c’est les gladiateurs des temps modernes." Je me suis dit que pour recevoir autant de coups dans la figure, il fallait vraiment... Enfin, ça me mettait dans un état de malaise... »
(Femme, 45 ans)

16Ainsi, boxer est une pratique violente : dans l'imaginaire collectif, c'est bien entendu « se battre », mais avec l'idée que ce combat oppose deux êtres humains ayant chacun pour objectif de frapper l'autre et le mettre « hors de combat ». Beaucoup de personnes sont gênées et amenées à rejeter la boxe lorsqu'elles réalisent que pour « mettre hors de combat » l'adversaire, il faut le frapper, lui faire mal afin de lui montrer qu'on est le plus fort, et le forcer à arrêter. Pour certains, il est incompréhensible d'exercer ce type d'actions sur une personne que l'on ne connaît pas, sans autre motivation que celle du jeu. Pour les vrais détracteurs de la boxe, ce sport violent renvoie à une activité primitive, une constante de la nature humaine (à tous les âges de son évolution) qui, pourtant, devrait être dominée dans le monde civilisé d'aujourd'hui.

17La dangerosité de la boxe apparaît alors comme une question récurrente. Du fait de l'assimilation courante à la boxe professionnelle, on imagine le martèlement de la tête par les poings, et les lésions que le combat peut provoquer chez le boxeur. La maladie de Parkinson développée par Mohamed Ali est souvent considérée comme la conséquence des coups encaissés tout au long de sa carrière : « Malheureusement, il n'y a que Mohamed Ali qui a la maladie de Parkinson » me dira un boxeur quelque peu désabusé d'être très fréquemment confronté à cette remarque. Si la recherche médicale n'est pas sûre des pathologies induites par l'activité pugilistique, l'opinion, elle, est unanime sur cette question : la boxe est dangereuse pour l'organisme et, au nom d'un élémentaire principe de précaution, il faudrait ne pas la pratiquer. Autre risque évoqué de façon récurrente dans les entretiens : les dommages au niveau des neurones.

« Non, vous n'allez pas faire de la boxe, c'est dangereux. Faites attention, les coups, ça détruit les neurones quand même. » (Homme, 38 ans)

18Cette fois encore, la méconnaissance des différentes facettes de l'activité se traduit par une assimilation de la boxe professionnelle (où les risques sont effectivement élevés) aux autres modalités de pratique (où les risques sont particulièrement réduits, comme en amateur et en éducative).

19Enfin, pour beaucoup, la boxe est liée aux milieux défavorisés (voire à la petite délinquance). L'idée couramment répandue est qu'elle se présente comme la dernière chance (ou opportunité) d'échapper à une condition difficile, et que seules ces circonstances peuvent suffisamment motiver un individu à engager son corps dans une activité où les risques sont élevés. Il s'agit alors pour lui de « rejouer sa vie à la boxe » :

« Une fois, j’ai entendu un boxeur qui venait d'un milieu défavorisé parce que les boxeurs viennent des milieux défavorisés quand même. Tu l'écoutes et tu te dis que derrière, c'est extraordinaire ce qu'il a vécu... En plus, je trouve qu’il y a une certaine humilité et un respect de l’autre. Mais, c’est pas en le regardant boxer que je l'ai vu. Je l'ai vu en regardant une émission sur lui, sur sa vie. Je me suis dit que c'était sûrement un accès à un rang supérieur par rapport au milieu d’où ils viennent. C'est noble pour moi, ça. Eux, ils vont dans la boxe parce qu'ils y trouvent sans doute un certain équilibre. Après, c'est les coups... Je me dis : "Comment on peut encaisser autant de coups !" C’est comme chez les Romains. Les gladiateurs, c'étaient des esclaves et, pour accéder à la liberté, il fallait être le plus fort. C'est un peu des gladiateurs modernes. » (Femme, 45 ans)

6.3. MÉDIAS ET IMAGE DE LA BOXE

  • 5 Le problème n'est pas tellement que les membres de nos sociétés contemporaines ont de moins en moin (...)

20Les entretiens et les divers échanges montrent que la plupart des personnes construisent leur image de la boxe essentiellement à partir de ce qu'ils en voient sur les écrans. Ce constat ne vaut évidemment pas que pour la boxe : les médias, d'une façon générale, jouent un rôle de plus en plus important dans la construction des représentations5. La presse, la radio et l'Internet (depuis le début des années 2000) constituent en effet des sources importantes d'informations, c'est-à-dire de données apportées aux individus et contribuant à construire leur vision du monde (même si elles sont rarement sollicitées dans les entretiens réalisés pour justifier ou argumenter des points de vue sur la boxe).

21Évidemment, la boxe n'échappe pas à ce phénomène de construction des représentations. Qu'ils soient initiés, passionnés ou encore profanes, lorsqu'ils s'expriment sur le sujet, tous font références aux images de la boxe diffusées sur le petit écran.

22La plupart parlent des galas entraperçus au détour d'un zapping télévisé et de la vie des grandes stars de la boxe, relayée dans la presse et les émissions « people ». La boxe y apparaît alors comme profondément liée au « star-system », mais aussi à l'argent et à la vie facile. Dans ce genre d'émissions, on joue et on met en avant les histoires de vie hors du commun comme autant de trajectoires ascensionnelles rapides :

  • 6 Les initiés reconnaîtront bien sûr Mahyar Monshipour...

« La boxe, je n’y connais pas grand-chose. Je connais quelques boxeurs. Un, que j'ai vu une fois à la télé, racontait comment il était arrivé là. Tu vois que c'est quand même des mecs qui viennent de loin. Je crois qu’il était arrivé d'Iran6. Il ne parlait pas français et, en gros, il a fait de la boxe et il s'en est sorti. Aujourd'hui, je crois qu'il travaille dans un conseil régional. Je crois même qu'il fait de la politique. C'est quand même un type, tu vois qu'il en voulait et il a réussi » (Homme, 43 ans)

  • 7 Entertainment Sports Programming Network Incorporated.

23Que les trajectoires soient admirables ou méprisables, les médias-dans une logique de course aux faits sensationnels – trouvent dans la boxe un support de communication particulièrement pertinent. Les scandales comme les « affaires » entourant la vie de Tyson ont longtemps fait la une des journaux. Tout en étant l'un des sportifs les plus payés et les plus connus de la planète, Tyson a été sans doute aussi le plus détesté, tant les péripéties de sa vie ont révélé son absence de moralité. Le réseau de télévision sur le sport ESPN Inc7 l'a d'ailleurs élu sportif le plus indigne de la fin du XXe siècle :

« Tu parles de la boxe à des gens, ils vont te dire qu'ils n'y connaissent rien, mais ils vont ajouter : "Moi, à part Tyson, la boxe je n'y connais pas grand-chose". Des types comme Tyson font beaucoup de mal à notre discipline. » (Cadre fédéral)

  • 8 Même si les interviewés admettent alors qu'une connaissance fondée sur une fiction ne peut être que (...)

24Étonnamment nombreux sont aussi ceux qui justifient leurs propos en puisant leurs arguments dans les films sur la boxe. La référence à des films a de quoi surprendre. Mais elle devient, dans leur bouche, une forme d'argumentation qui leur permet, en tout cas, d'exprimer leur ressenti sur ce monde particulier8.

  • 9 Chaplin (Charlie) – Chariot boxeur (The Champion). États-Unis, 1915, 33 min.
  • 10 Keaton (Buster) – Le Dernier Round (Battling Butler). États-Unis, 1926, 72 min.
  • 11 Griffith (David W.) – Le Lys brisé (Broken Blossom). États-Unis, 1919, 90 min.

25En même temps qu'elle interroge, cette constante référence au cinéma illustre bien la nature même de l'image de la boxe dans notre société. Car, force est de constater que ce sport a toujours fasciné les scénaristes, au point d'imprégner de tout temps le cinéma. Dès les années 1910, Charlie Chaplin9, puis Buster Keaton10 ont utilisé la thématique de la boxe. Et à côté de ces films muets burlesques, des drames sociaux ont également été tournés : Broken Blossom11 fut le premier film mettant en scène un boxeur tombé dans la criminalité. La domination d'Hollywood installera alors les caricatures et les extrêmes : les boxeurs « belles gueules », les boxeurs « mauvais garçons »... Durant les années 1930, le boxeur a souvent le bon rôle. C'est un personnage de film noir, car son destin semble inéluctable. La période des comédies musicales, quant à elle, mettra en scène des boxeurs qui gagnent beaucoup d'argent et attirent les femmes. Jusqu'aux années 1940 – mais dans une certaine mesure seulement –, le cinéma fait la part belle au monde de la boxe. Nous sommes dans l'entre-deux-guerres ; l'activité connaît une période faste, et l'image véhiculée dans la société est souvent teintée d'admiration.

  • 12 Wise (Robert) – Marqué par la haine (Somebody Up There Likes Me). États-Unis, 1956,113 min.

26Les années 1940 et 1950 vont toutefois opérer un changement radical. Sans voir un lien de causalité avec les sombres affaires qui vont éclater aux États-Unis au cours de l'après-guerre, les cinéastes vont souvent mobiliser dans les films noirs des boxeurs « anges et démons » qui souhaitent s'en sortir par la boxe, mais qui se retrouvent finalement liés à la mafia. Loin des success stories à la Rocky Barbella Graziano, interprété par Paul Newman12, les personnages centraux et les multiples seconds rôles d'hommes de main liés à la boxe, tels qu'ils apparaissent dans les films de gangsters, marquent alors profondément l'image de l'activité. On comprend alors les remarques des personnes ayant baigné dans les films des années 1950 :

« La boxe, je regarde de temps en temps, mais c'est trop truqué. C’est la mafia là-dedans » (Homme, 69 ans)

« Entre nous, tu peux me le dire. La boxe, c'est truqué, c'est un peu la mafia. Quand tu vois les films de gangsters, tu as toujours des boxeurs ! » (Homme, 53 ans)

  • 13 Avildsen (John G.) – Rocky. États-Unis, 1976, 114 min.

27Plus tard, la spectacularisation des combats dans des films comme Rocky13, qui met en scène la violence du choc des corps, participe évidemment au renforcement des stéréotypes sur les boxeurs. Au-delà de la success story et de la promotion sociale possible, les visages meurtris, déformés, la puissance des coups confèrent à l'activité une image angoissante. Les prises de vue ayant évolué, le recours aux ralentis, voire aux arrêts sur image, surexpose la violence et provoque en réaction, chez le spectateur, un mélange d'admiration et de dégoût.

« Le match de boxe, ce qui me fait mal, c'est que c’est des vrais coups et ça, je ne peux pas supporter. Je me demande comment deux êtres humains intelligents peuvent se soumettre à une telle pagaille de coups. Parce que dans la figure, quand même, ça fait mal, et puis c'est la partie du corps où on a les émotions, les yeux, enfin tous les sens... donc, c'est une partie du corps qui est importante. Pour moi, c'est inconcevable. Je ne comprends pas. Ça me fait presque le même effet que si je voyais quelqu'un se faire torturer. J'ai une sensibilité et ma sensibilité n'admet pas ce spectacle. » (Femme, 45 ans)

  • 14 Eastwood (Clint) – Million Dollar Baby. États-Unis, 2004, 132 min.

28Plus récente, la sortie de Million Dollar Baby14 a à ce point marqué les esprits qu'il n'est pas un entretien où ne soit évoqué le parcours de cette femme dans la boxe :

« J'ai vu Million Dollar Baby et, dans ce film, cette fille a une espèce de rêve à atteindre et elle est prête à tout. Et quand tu vois son parcours, c'est-à-dire l'espèce de gnaque qu'elle a, tu arrives à comprendre. Moi, je n'arrivais pas à comprendre pourquoi la boxe... et quand tu la vois sur le ring [...]. Elle a quelque chose dans sa tête. Je ne pense pas qu'il n'y ait que la souffrance et quand tu vois la vie de la nana, tu comprends que ce n'est pas des coups plus bas que ceux que tu reçois dans la boxe. Sa famille qui la lâche, pas de boulot, etc. Et puis, à la fin, elle devient handicapée, car on n’a pas su arrêter le match avant. Et je trouve que c'est durement payé. » (Femme, 45 ans)

29Un film comme Million Dollar Baby séduit beaucoup, mais n'en fait pas moins peur, du fait notamment de la mise en scène de la traditionnelle mort du boxeur. Une mort, en outre, qui ne survient pas dans le respect des règles de l'art mais est provoquée par des pratiques complètement étrangères à l'éthique pugilistique. Au-delà de l'admiration qu'il a pu susciter chez les spectateurs, ce film n'en renforce donc pas moins quelques-uns des stéréotypes qui collent à l'activité :

  • « La boxe est une pratique violente » : la scène du nez cassé remis en place durant le combat, puis la mort de la boxeuse sont là pour en témoigner.

  • « La boxe est une pratique mafieuse dénuée d'éthique » : avec l'éternel manager véreux et l'éternel méchant personnifié par une boxeuse allemande sans foi ni loi, et prête à tuer pour rester la meilleure. À noter, ici, que nous effleurons la caricature de ce que peut produire de plus détestable une activité humaine dans le monde sportif : l'acte lâche dans toute sa splendeur, avec un coup en dehors des règles entraînant la mort d'une héroïne. Bien entendu, dans l'imaginaire collectif, ce type de scène renforce des événements réels (comme la fameuse « morsure d'oreille » de Tyson).

30Ce film est néanmoins riche d'enseignements : malgré un tableau sombre, il ne jette pas l'opprobre sur la boxe. Il a même suscité un tel engouement pour ce sport que l'année suivant sa projection, les clubs de boxe ont été submergés de demandes (émanant de femmes, mais également d'hommes). Évidemment, on peut s'interroger : comment un film, si tragique, classé par les professionnels du cinéma dans la catégorie des drames sociaux, peut-il avoir généré autant d'admiration et d'engouement ?

31L'admiration est compréhensible, car le film met en scène le traditionnel « rêve américain » : la réussite par le courage, le travail et la volonté, contre le poids d'une origine sociale. Qui plus est, cette réussite est celle d'une femme, issue d'un milieu populaire, qui évolue dans « le monde des hommes ».

32Justice sociale et revendication paritaire sont donc au cœur du scénario et constituent une forme de modèle d'espérance et du possible. Réussir dans un monde social hostile est un scénario palpitant, capable d'alimenter les fantasmes de réussite des spectateurs (masculins comme féminins).

33Mais qu'un drame social (dont l'issue est la mort du héros !), génère non pas de la répulsion, mais de l'engouement a véritablement de quoi intriguer. Parmi ceux qui se sont engagés dans la boxe après avoir vu le film, on en trouve animés d'un esprit de revanche et d'espérance, et séduits par l'idée de se faire une place dans la société (cf. chapitre 8, p. 197 – Les élites sociales et les femmes : des publics qui interrogent le monde de la boxe anglaise). Il en va ainsi des jeunes filles des banlieues et d'un certain nombre de femmes souvent bien intégrées socialement mais décidées à s'engager dans une activité mettant en jeu leur corps et, en outre, supposée traditionnellement réservée aux hommes. L'idée de revendication et d'identité accessible anime alors profondément leur acte d'engagement.

  • 15 L'histoire a été adaptée d'une nouvelle imaginée de toutes pièces par F.X. Tool : Tool (F.X) [Jerry (...)

34Bien sûr, les femmes interviewées perçoivent le film comme une fiction, mais force est d'admettre qu'il est pour partie à l'origine de la vague féminine d'inscription à la boxe. On peut dès lors s'interroger sur la nature objective de cet engagement (son rapport au fantasme), et surtout sur la confusion qui s'opère entre fiction et réalité. Bien plus encore, cette œuvre n'est pas sans rappeler le pouvoir de l'image et, notamment, des films dans la construction des représentations et dans les projets de vie des individus. Les films influencent les esprits au point que si les spectatrices de Million Dollar Baby admettent que « cela reste un film... », celles qui ont décidé de faire de la boxe suite à la découverte de cette héroïne des temps modernes chercheront à « être comme » et, donc, à reproduire un modèle issu d'une fiction15.

35Enfin, ce film est également riche en enseignements pour comprendre la place de la violence dans notre société. Qu'on l'apprécie est une chose, mais que l'on aille jusqu'à s'engager dans l'activité implique que l'on est prêt à mettre son corps en jeu, à lui faire violence, à faire violence à l'autre, d'autant plus que la boxe ici médiatisée n'informe pas vraiment le grand public sur la diversité des boxes anglaises, sur le caractère euphémisé de certaines d'entre elles et, finalement, sur l'idée qu'avant d'accéder à ce que l'on est prêt à endurer, il existe un parcours constitué d'épreuves à franchir dans lesquelles la violence est profondément réduite, voire inexistante. Et pourtant, encore une fois, ce sont bien les fondamentaux de la boxe professionnelle (c'est-à-dire le choc réel des corps) qui séduisent, encouragent et, finalement, font passer à l'acte.

6.4. UNE IMAGE RÉVOLTANTE ET ATTIRANTE

36L'image de la boxe véhiculée dans la société scandalise les initiés et les passionnés, car elle est profondément éloignée de la culture de la salle de boxe, surtout au regard du travail et des efforts qu'il faut y déployer pour être intégré. Le ton est alors critique et, souvent, les vrais connaisseurs souffrent et condamnent cette boxe qui ne se signale que par le spectacle (avec son côté clinquant), la violence animale et incontrôlée (avec son porte-drapeau, Tyson), l'argent (avec les éblouissantes bourses des grands combats américains), la décadence (la coke et les boîtes de nuit), la délinquance, le trucage... Ce n'est pas tant que les médias n'apprécient pas la boxe à sa juste valeur... c'est surtout que, dans le champ concurrentiel de l'information, le sensationnel fait davantage recette que le « normal ». Si tous ces aspects malsains ou sensationnels sont bien réels, ils ne constituent, cependant, qu'une infime partie de l'univers de la boxe :

« Les médias sont là pour les papiers. Il leur faut des performances, des machins, des histoires. Si un boxeur braque une banque et qu'il se fait buter, ça fait la première page des journaux. En boxe, tout le temps le côté négatif ! La boxe est cataloguée comme un sport de voyous... T'as rencontré les boxeurs de la salle, c’est pas des voyous ! Les anciens que tu vois, ils ont des valeurs. C’est des mecs droits, les boxeurs. Alors oui, il y a un côté, c'est un monde de voyous avec les businessmen qui s’intéressent à la boxe, mais sinon, la boxe dans les salles, c’est un sport populaire. Les mecs, il y en a, ils sont mariés, d'autres étudiants, les autres travaillent... Enfin, c'est des mecs très respectables. Si je suis à la salle et que tous les deux on discute, si t'as 150 boxeurs à la salle, il y aura 150 "Salut, ça va ?"... C'est pas mal ! C'est des gens normaux. Je trouve dommage que des gens, quand ils voient des boxeurs, disent : "Ah non finalement, c'est des gens biens". Putain, on n'est pas des animaux ! » (Professionnel, ancien SHN, 29 ans)

37Une image dont les boxeurs sont tellement conscients qu'ils hésitent, parfois, à se présenter comme tels :

« En STAPS, quand ils ont fait l’appel et qu'ils demandaient notre discipline, je me suis dit : “Je vais pas leur dire la boxe, parce que...". Je me suis dit : "je vais leur dire que je fais du foot, sinon, il va y avoir les préjugés..." et puis je leur ai dit quand même. Bon, j'étais le seul et je me suis un peu senti... pas marginalisé, mais mis de côté, pris différemment. Je me rappelle, on était dans les groupes de rugby, et on était deux Mohamed et le prof m'a appelé "le boxeur". Et ça, ça me dérange un peu. "Mohamed ? Oui, lequel ? Le boxeur !" Je sais pas... pour moi, quand on dit boxeur, ça veut dire beaucoup de chose derrière et là, j'ai l'impression que c'est rabaissant [...]. Bon, par contre, ça m'a permis de participer aux cours de sociologie. On a travaillé en travaux dirigés sur la boxe. Au départ, j'avais pas dit que je faisais de la boxe [...]. Donc, au début du cours, quand la prof a demandé qui faisait de la boxe, je me suis tu. Mais après, elle l'a vu parce qu'on a étudié le texte en cours et on avait des questions à rendre. Donc au TD suivant, quand elle a rendu les devoirs écrits, elle est venue me voir. Elle m'a dit : "Dis-moi, tu fais de la boxe, pourquoi tu ne l'as pas dit ?" J'ai dit : "Non, je fais pas de la boxe, c'est des cousins qui en font". Mais elle a bien vu, parce qu'il y avait des questions pertinentes sur les différents exercices. Enfin, elle s'est dit, c'est bizarre, pour un non-boxeur, qu'il connaisse tous les termes - sparring-partner, shadow, etc. Je me suis senti... enfin, j'existais quoi ! C'est pour ça que je me suis intéressé à ce cours-là, car on parlait de la boxe, pas simplement à travers les champions, mais c'était la réalité. Ça explique aux gens tous les paramètres qui rentrent en compte. Quand tu parles de la boxe, les gens te parlent de Mohamed Ali, de Rocky (pour ceux qui regardent la télé) mais bon, après... » (Amateur, 21 ans)

38D'une manière générale, les boxeurs parlent rarement de leur activité en public, même s'ils en sont plutôt fiers, voire particulièrement fiers. C'est un élément de leur vie qu'ils ne partagent qu'avec les initiés. Par contre, cela n'est pas le cas des débutants qui font souvent référence à cette activité pour se valoriser, ou se définir comme des personnes qui savent se battre et peuvent avoir recours à la violence. Ils s'en servent alors pour se construire une identité qui laisse deviner leur possible dangerosité, surtout s'ils évoluent dans un environnement violent, ainsi que nous le verrons dans la partie concernant les publics de la boxe. Ils sont d'ailleurs souvent très critiqués par les boxeurs en place, car ils donnent alors de leur sport une image qui fait écho aux perceptions péjoratives propres au grand public :

« Il y en a beaucoup, ils commencent, c'est des flambeurs ! Ils n'ont pas compris exactement ce qu'était la boxe. Que ça apporte une certaine sagesse dans leur tête, quand ils font de la boxe. Enfin, il faut pas se la jouer... Il faut rester modeste. Le mec qui s'entraîne sérieusement, il n'a pas besoin qu'on le supporte. Parce que la boxe, ça calme bien. Il y en a qui disent : "je fais de la boxe". Ils friment parce qu'ils ont l'impression de savoir se battre. C'est comme si je te passais une arme et que je te disais : "Va te battre". » (Amateur moyen club, 23 ans)

39De même – et ceci peut sembler paradoxal –, il est frappant de constater l'intérêt de nombreux hommes publics pour la boxe, alors même que l'image sociale de ce sport est profondément dégradée.

  • 16 Cf. Cangioni (Pierre) – op. cit.

40Il est vrai que si le public de la boxe s'est historiquement recruté parmi les élites, l'appropriation de la pratique par les classes populaires n'a en rien freiné l'intérêt des classes supérieures pour ce sport. À son apogée, la boxe reste donc une pratique qui passionne autant les milieux populaires que les élites sociales, les artistes, les hommes politiques. Jack Dempsey était très lié à Rudolf Valentino, à Charlie Chaplin, et lors de son combat face à Georges Carpentier, au premier rang se trouvaient Douglas Fairbanks, Henry Ford, des hommes publics non seulement liés au show-business mais aux milieux industriels, politiques, etc.16.

  • 17 Cf. notamment, le roman de Vincent de Swarte sur le destin d'un boxeur entre Bordeaux et Paris : «  (...)
  • 18 Personne, dans le milieu de la boxe, ne voulait organiser de revanche à cause de la différence de n (...)

41La boxe fascine et, telle la corrida, elle ne laisse pas indifférent : on la déteste ou on l'adore, ainsi que le suggèrent de nombreux entretiens. Elle suscite un rejet ou un amour sans faille : combien d'écrivains17 ou de cinéastes ont pris comme théâtre de leur fiction le milieu de la boxe ? D'Hemingway à Philonenko, nombreux sont les intellectuels et les artistes qui se sont engagés pour défendre cette activité. Il suffit de penser à Alain Delon et à l'intérêt qu'il porta à la boxe dans les années 1970 : il organisa lui-même, avec l'Italien Rodolfo Sabbatini, la revanche Bouttier/Monzon à Roland-Garros18. On le voit sur la photo ci-contre, lors d'une émission enregistrée à l'INS en présence du journaliste Yves Morousi, du chanteur Enrico Macias et du groupe « Envie de vivre » (photo no 28). À cette époque, les liens entre le star-system et la boxe étaient très forts, puisqu'Yves Morousi (photo no 29) présentait parfois en direct, au cours du journal de 13 h, la pesée des grands combats.

42Aujourd'hui encore, tous ces mondes sont présents autour du ring. Hommes politiques, stars des médias, du sport ou encore patrons de grandes entreprises, les passionnés continuent à se recruter dans des univers sociaux très divers (mais qui restent cependant masculins, comme le montrent les galas de boxe professionnelle).

Photo no 28
Alain Delon aux côtés d'Enrico Macias et de Jean Letessier lors du tournage de l'émission télévisée « Feux croisés », le 18 septembre 1973.
© Iconothèque INSEP

Photo no 29
Yves Mourousi s'entretient avec le boxeur Aldo Cosentino, aux côtés d'Enrico Macias lors du tournage de l'émission télévisée « Feux croisés », le 18 septembre 1973.
© Iconothèque INSEP

CONCLUSION

43L'image de la boxe questionne et met à jour un certain nombre de paradoxes qui sont finalement précieux pour comprendre les maux inhérents à la discipline. La réalité montre que la boxe anglaise est un monde de rigueur, de discipline, de travail et d'honnêteté ; en outre, c'est une activité qui, au risque même de déstabiliser son identité, a réduit de façon presque obsessionnelle tous les traits de sa violence. Pourtant, et malgré les évolutions, on ne connaît quasiment rien de la boxe amateur ; quant à la boxe éducative, personne ne sait vraiment ce qu'elle est.

44L'image de ce sport se cristallise en effet toujours autour de la boxe professionnelle. La pratique apparaît truquée et mafieuse, et la violence reste au cœur des représentations – que l'on aime ou que l'on déteste ce sport.

45Cette image n'est pas sans conséquence sur la carrière des boxeurs. Car entrer dans une activité que l'on dit marquée par la violence et la malhonnêteté, et y faire carrière, garantit au pratiquant des tensions évidentes avec les autres comme avec lui-même, tensions parfois difficiles à assumer. Mais le choix d'« entrer en boxe » répond également à certaines attentes car il correspond à l'idée bien précise que l'on se fait de la pratique (au regard de ce qu'est et paraît être la boxe dans la société). Mieux comprendre ce que signifie faire carrière en boxe anglaise, c'est donc indéniablement s'interroger sur le regard que le boxeur va porter sur son sport, mais aussi sur le regard que les autres vont porter sur lui.

Notes

1 Cette partie repose, en effet, sur un ensemble d'entretiens et d'extraits de conversations régulièrement menés sur la question de l'image de la boxe auprès de différents publics : profanes, téléspectateurs occasionnels ou assidus.

2 L'intérêt de cet entretien est qu'il donne une vision synthétique de l'ensemble des problématiques soulevées en les présentant, de surcroît, dans une dynamique d'interactions. En outre, ces échanges prennent souvent la forme de débats, et donnent un certain relief aux idées, bien plus que les entretiens individuels...

3 Mann (Michael) – Ali. Etats-Unis, 2001, 159 min.

4 Lelouch (Claude) – Édith et Marcel. France, 1983, 140 min.

5 Le problème n'est pas tellement que les membres de nos sociétés contemporaines ont de moins en moins de sens critique, c'est surtout que les médias occupent une place de plus en plus importante dans le temps libéré. Regarder la télévision le soir après une journée de travail fait partie des rituels modernes de notre civilisation. Au nom de nombreuses justifications : de l'amour du film à l'indispensable moment de relaxation pour décompresser d'une vie professionnelle harassante, jusqu'à la dimension éducative des émissions, les fonctions du petit écran sont multiples et, malgré quelques réfractaires qui ne veulent pas être les marionnettes de cet appareil supposé à visée idéologique, le phénomène est culturel.

6 Les initiés reconnaîtront bien sûr Mahyar Monshipour...

7 Entertainment Sports Programming Network Incorporated.

8 Même si les interviewés admettent alors qu'une connaissance fondée sur une fiction ne peut être que parcellaire.

9 Chaplin (Charlie) – Chariot boxeur (The Champion). États-Unis, 1915, 33 min.

10 Keaton (Buster) – Le Dernier Round (Battling Butler). États-Unis, 1926, 72 min.

11 Griffith (David W.) – Le Lys brisé (Broken Blossom). États-Unis, 1919, 90 min.

12 Wise (Robert) – Marqué par la haine (Somebody Up There Likes Me). États-Unis, 1956,113 min.

13 Avildsen (John G.) – Rocky. États-Unis, 1976, 114 min.

14 Eastwood (Clint) – Million Dollar Baby. États-Unis, 2004, 132 min.

15 L'histoire a été adaptée d'une nouvelle imaginée de toutes pièces par F.X. Tool : Tool (F.X) [Jerry Boyd] « La fille d'un million de dollars », La Brûlure des cordes. Paris, Albin Michel, 2002 (Rope Burns, 2000).

16 Cf. Cangioni (Pierre) – op. cit.

17 Cf. notamment, le roman de Vincent de Swarte sur le destin d'un boxeur entre Bordeaux et Paris : « Lynx », Paris, Denoël, 2002.

18 Personne, dans le milieu de la boxe, ne voulait organiser de revanche à cause de la différence de niveau qui était apparue dès le premier match.

Table des illustrations

Légende Photo no 28Alain Delon aux côtés d'Enrico Macias et de Jean Letessier lors du tournage de l'émission télévisée « Feux croisés », le 18 septembre 1973.© Iconothèque INSEP
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Photo no 29Yves Mourousi s'entretient avec le boxeur Aldo Cosentino, aux côtés d'Enrico Macias lors du tournage de l'émission télévisée « Feux croisés », le 18 septembre 1973.© Iconothèque INSEP
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

© INSEP-Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540