Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Univers de la boxe anglaise

 | 
Fabrice Burlot

Deuxième partie. Salles de boxe et fédérations internationales : de l'ombre à la lumière

Chapitre 4. Spectacle et médiatisation de la boxe

Texte intégral

  • 1 Même si, depuis 2010, Canal + a réduit sa programmation consacrée à la boxe.

1Après des années difficiles marquées par une baisse du nombre de licenciés, une chute de la fréquentation des salles et une réduction importante de l'offre de galas (impliquant une diminution considérable du nombre de promoteurs), la boxe aujourd'hui, en France, n'a pourtant pas disparu des feux des médias. Elle fait encore partie des rares activités sportives à pouvoir se glorifier de passer en direct et régulièrement sur une chaîne à grande audience comme Canal +1. Évidemment, cette médiatisation porte essentiellement sur les seuls galas professionnels, et quasiment pas sur ceux de la boxe amateur, notamment parce qu'à cause des enjeux financiers et d'une tradition de spectacle, le gala de boxe professionnelle demeure un lieu de théâtralisation : celle de la violence de deux hommes qui mettent leur corps en jeu dans un combat, la logique fondatrice de l'activité.

2Pour bien appréhender cet attrait médiatique, il faut revenir à la genèse de la médiatisation de la boxe et aux spécificités de l'organisation d'un gala, autrement dit cherchera savoir ce qui, dans l'histoire, a pu produire une telle médiatisation de l'activité. Pourquoi tant de différences entre la boxe professionnelle et la boxe amateur ? Quel est aujourd'hui l'héritage médiatique de la boxe ? Comment s'organisent les galas ? Sont-ils de plusieurs types ? Quels en sont les acteurs et les organisateurs ?

4.1. MÉDIATISATION DE LA BOXE ET TRANSFORMATION DES PUBLICS

4.1.1. SPECTACLE, MÉDIATISATION ET RÉPUTATION

3Pour comprendre le fonctionnement d'un gala de boxe en ce début du XXIe siècle, il faut revenir à ce qui constitue le levier de son développement dans de nombreux pays : les salles de spectacle. Nous l'avons vu, jusqu'au début du XXe siècle, la boxe est une pratique interdite : les malversations entraînées par les activités de paris, conjuguées à une violence de moins en moins légitime dans une société qui se veut civilisée, l'ont condamnée à la clandestinité. Comme toute pratique clandestine et interdite, elle a donc engendré une forme d'attirance ou de curiosité qui s'est traduite par une véritable organisation parallèle et illégale de combats sur les docks (pour les publics populaires) et dans des demeures privées (pour les membres des élites sociales). Lorsqu'au début du XXe siècle, elle est à nouveau autorisée, il existe un public et différents acteurs qui ont les moyens financiers d'organiser la pratique. Le combat de boxe, parce qu'il est source d'attente pour les uns, et curiosité pour les autres, s'introduit dans le monde des spectacles. Et comme nous l'avons expliqué au chapitre 2 (Paris, spectacle et professionnalisation de la boxe), ce sont tout naturellement les salles dédiées au monde du music-hall qui vont être les lieux d'organisation des galas de boxe, pour des raisons tant économiques qu'organisationnelles. Une véritable économie va ainsi se mettre en place, avec des spectateurs, des promoteurs, des organisateurs, des managers et des boxeurs rémunérés pour leur prestation.

  • 2 Rauch (André) – op. cit.

4La boxe anglaise connaît donc, au début du XXe siècle, un développement particulièrement important : adeptes de plus en plus nombreux, institutionnalisation de la pratique, développement de l'activité en province et en dehors des grandes villes, prolifération des organisations et des promoteurs et, surtout, début de la médiatisation de la boxe à travers la presse spécialisée. Ainsi, en France, le journal L'Auto innove en 1901 en publiant le compte rendu d'un match à la violence extrême, opposant Terry McGovern et Young Corbett II. Ce type de médiatisation, par voie de presse, d'une violence intrigante, subjuguante et finalement attirante, ne sera pas sans effet sur l'essor exceptionnel que va alors connaître la boxe anglaise2. La presse relaie, diffuse et finalement participe à la « commercialisation » du spectacle de boxe. Les salles de music-hall où se déroulent les combats sont souvent prises d'assaut, notamment pour certaines affiches.

5La Première Guerre mondiale met un frein à la montée de ce que l'on peut presque appeler un phénomène de société, mais l'engouement reprend rapidement dès l'après-guerre et certains événements comme le match opposant Georges Carpentier à Jack Dempsey, qui captivera les spectateurs de part et d'autre de l'Atlantique, mobiliseront l'attention et l'engagement de milliers de personnes.

6Dans l'entre-deux-guerres, la boxe devient donc véritablement populaire. Les spectateurs sont de plus en plus nombreux à assister aux galas. Les hommes d'affaires, les organisateurs de spectacle, les managers, les entraîneurs trouvent naturellement dans cette situation un moyen de faire fructifier leur argent. Le marché de la boxe devient porteur. Non seulement la boxe « se montre » et « se joue » dans toutes les salles de spectacle mais, progressivement – surtout lorsque l'« affiche » est attirante –, elle s'installe dans des espaces sportifs plus importants souvent dédiés à d'autres disciplines (stades, salles de sport, etc.) comme, par exemple, le vélodrome d'hiver (photo no 17), ainsi que dans des espaces construits parfois spécialement pour accueillir les « grandes affiches ». Aux États-Unis, le combat de Jack Dempsey contre Gene Tunney, quelques années après celui de Georges Carpentier, aura lieu devant plus de 120 000 spectateurs, dans une arène construite de toutes pièces. Sur les traces de la presse, qui se fait largement l'écho des différentes prestations pugilistiques, la radio va retransmettre en direct certaines rencontres dès le début des années 1930 avant que, rapidement, la télévision ne prenne le relais. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, aux États-Unis et en Angleterre, certains matchs seront ainsi diffusés en simultané sur écran géant dans des salles de cinéma et, bientôt, à la télévision.

Photo n o 17
Le boxeur Gustave Humery face à Marcel Cerdan au vélodrome d'hiver de Paris, le 18 avril 1942.
© Iconothèque INSEP

7Du fait de cette montée en puissance des spectacles de boxe et devant la multiplication des promoteurs, les couples boxeurs/managers reprennent du pouvoir dans la négociation des contrats d'engagement. La professionnalisation modifie en effet les rapports de force entre les différents acteurs de la boxe. Les organisateurs ont le pouvoir de mettre en place, au moyen des spectacles de boxe, les événements générateurs de gains. Les managers et entraîneurs ont le pouvoir d'encadrer les boxeurs, de les entraîner et de les proposer pour les spectacles organisés. Les boxeurs ont le pouvoir de plus ou moins bien faire ce que l'on attend d'eux, c'est-à-dire boxer : s'engager plus ou moins dans un combat, voire se désengager à la dernière minute et ne pas se présenter sont des stratégies auxquelles ils ont parfois recours pour appuyer leurs revendications, ce qu'ils font dès les premières heures de la boxe, autant pour se préserver physiquement que pour montrer leur désaccord avec les conditions offertes par les organisateurs de galas. Simulation d'une blessure, arrangement des adversaires entre eux sur le niveau de l'engagement physique, voire l'issue du match, autant de « combines » dont les boxeurs vont plus ou moins user pour faire augmenter le montant de leurs bourses et, d'une façon générale, obtenir des conditions d'exercice conformes à leurs attentes (adversaires, échéanciers, etc.).

8Mais ce jeu doit être subtil car il n'est pas sans danger pour la réputation du boxeur : un mauvais match, et son image en est affectée. Et comme le boxeur s'inscrit dans une logique de marché, la situation n'est pas sans conséquence sur la négociation de ses futurs contrats. Le marché des galas de boxe, tout comme celui des spectacles en général, est en effet soumis à la loi de l'offre et de la demande, et les spectateurs ont toujours le dernier mot. S'ils estiment que la prestation proposée est à la hauteur du tarif payé, leur satisfaction ira à la fois à l'organisateur et au couple manager/boxeur. À l'issue des combats, les boxeurs se voient donc attribuer une cote et des qualités qui font leur réputation, celle-ci conférant en retour au spectacle une certaine valeur. En conséquence, exception faite des simples curieux, le public des connaisseurs, lui, assistera plus volontiers à un gala dont l'affiche présente des boxeurs déjà appréciés. Ainsi, entre boxeur et public, finit par se créer une sorte de lien affectif qui a comme conséquence de modifier complètement les relations de pouvoir entre les différents acteurs. La réputation qu'on attribue au boxeur devient aussi un outil de négociation qu'il utilise pour augmenter le montant de sa bourse et revendiquer certaines conditions de combats. Du fait du système de concurrence entre les organisateurs, le boxeur peut toujours jouer avec sa présence ou le niveau de son engagement, car sur le marché des différents galas proposés, le choix des spectateurs s'oriente vers les organisateurs réputés offrant des combats supposés être intéressants.

  • 3 Bien qu'appartenant à un tout autre champ sportif, l'exemple contemporain de l'équipe de football (...)
  • 4 Il n'est en effet pas rare que deux grandes équipes produisent un match médiocre sur le plan techn (...)

9Dans toute compétition sportive, l'épreuve détermine les sportifs en présence, et le gagnant n'est donc pas nécessairement le plus spectaculaire ou celui qui fédère le plus de spectateurs3. Pour autant, ce qui fait la force d'une rencontre dans un tournoi sportif, ce n'est pas tellement que les meilleurs de l'épreuve s'affrontent et que cet affrontement puisse produire un niveau de jeu intéressant, mais surtout qu'elle ait une valeur émotionnelle4. Entrent en effet en jeu l'émotion liée au gain du match, les situations à suspens, les rebondissements, l'exaltation des supporteurs. Intervient également l'ambiance dans les tribunes mais aussi dans la société concernée, la ville, le pays. Et puis il y a, enfin, les médias qui entretiennent l'intérêt des supporteurs et du grand public. Tous ces ingrédients déterminent la qualité d'un tournoi sportif, mais ils ne sont évidemment pas présents à l'occasion d'un match amical ou d'un gala conduits uniquement par l'idée d'une rencontre sans véritable enjeu sportif : certes, des émotions peuvent surgir, car le match est disputé, la qualité du jeu est attrayante ; mais il manque les passions directement suscitées par le gain en jeu, et qui engagent directement les spectateurs ou les supporteurs.

  • 5 Rauch (André) – Op cit.

10Lors d'un gala de boxe, les acteurs retrouvent un peu le même scénario. Comment réaliser un spectacle accrocheur, séduisant, émotionnel, à partir d'une rencontre où les seuls enjeux sont le choc des corps et la réputation que l'on se forge ? Certes, au début du XXe siècle, la confrontation des corps avait généré une certaine forme de curiosité pour la boxe et pouvait constituer à elle seule une sorte d'enjeu : assister à la mise hors de combat d'un adversaire pouvait provoquer des émotions sans précédent. Mais une fois émoussé l'intérêt de voir deux boxeurs se donner des coups et l'un d'eux s'effondrer, il s'est construit, progressivement, une véritable culture de l'affrontement pugilistique où le goût pour la boxe a dépassé l'acte de violence, transfigurant le simple choc des corps5. Cette culture va rendre les amateurs de boxe capables d'évaluer les combattants, leur niveau technique et, finalement, la valeur de la rencontre. Dans la mesure où c'est aux spectateurs qu'il revient de valider la qualité d'un match ou d'un gala, un système d'évaluation à plusieurs niveaux va donc se mettre en place, portant sur les boxeurs, les managers et les organisateurs ou promoteurs. En fonction de cette évaluation, la réputation des uns et des autres se construit, se précise ou se redéfinit. Chacun porte avec lui une réputation déterminant la valeur des prochains galas auxquels il participera. La présence de tel manager au service de tel champion dans un gala organisé par tel organisateur s'estime en termes de valeur, laquelle va attirer le public et conférer au gala une certaine cote.

11Dans l'entre-deux-guerres, en France ainsi que dans de nombreux autres pays, les salles de spectacle se disputent les boxeurs pour les inclure dans leurs galas, tandis que les spectateurs s'arrachent les places dans les galas réputés pour venir voir s'y affronter les meilleurs pugilistes. Dans ce système concurrentiel, les organisateurs ne vont pas tarder à s'apercevoir que, pour attirer le public, l'« affiche » constitue un élément déterminant (photos nos 18 et 19). Les titres de champions deviennent alors des bons « produits d'appel », ce qui n'est pas sans générer certaines dérives, comme le signale Rauch à propos de Georges Carpentier : il combattit un champion écossais qui s'avéra n'avoir jamais été un Écossais, et encore moins un champion !

Photo n o 18
L'Écho des sports, 1922

Photo n o 19
Affiche datant de 1950 montrant le renforcement de la publicité autour des galas de boxe.
Annuaire du ring no 5, 1949-1950

4.1.2. TÉLÉVISION, STAR-SYSTEM ET TRANSFORMATION DES PUBLICS

  • 6 Mais si la piste de la diffusion télévisée hebdomadaire des galas de boxe peut être considérée com (...)

12Après la Seconde Guerre mondiale, le paysage de la boxe va complètement se transformer avec l'arrivée de la télévision et, dès les années 1950, la retransmission en direct des soirées de galas importants. Tout cela contribue, pour beaucoup, à l'effondrement de la fréquentation des spectacles de boxe6. Les petites salles de galas vont progressivement cesser leur activité. De plus en plus, les grands combats vont avoir lieu dans des enceintes sportives réputées et bénéficier de l'appui de la radio puis, à partir des années 1960, de celui de la télévision. Cependant, dans un climat social complexe nourri d'affairisme, de trucages, de morts en direct, mais aussi d'évolution des mentalités, d'euphémisation de la société et de remise en cause de la violence comme spectacle, la boxe va progressivement perdre de son intérêt. À cette période, l'activité pugilistique attire beaucoup moins les jeunes générations, qui s'intéressent davantage au cyclisme ou au football. Le public de la boxe ne se renouvelle donc pas et n'est plus constitué que des passionnés de l'après-guerre, voire de l'avant-guerre. Parmi ces « mordus » de la première heure, certains vont également se tourner vers d'autres spectacles sportifs, comme le Tour de France ou l'épopée rémoise en football, mais la plupart continueront à suivre la boxe professionnelle. Ce qui va profondément changer pour eux, ce ne sera pas tant leur passion pour la boxe que le moyen d'assouvir cette passion, car l'arrivée de la télévision transformera de façon radicale leur manière de consommer ce spectacle : ils vont prendre l'habitude de regarder la boxe sur le petit écran. Certes, si un match à la télévision est incapable de provoquer la charge émotionnelle d'une présence réelle dans une salle, il comporte en revanche un certain nombre d'avantages pour les passionnés : gros plans sur les boxeurs, propos de l'entraîneur, vision des coups plus rapprochée, ralentis... toutes choses qui, dans une enceinte sportive, n'étaient accessibles qu'aux seuls spectateurs présents aux places de ring ou sur les premières rangées de gradins (et qui, pour cela, payaient cher leur billet).

  • 7 Cangioni (Pierre) – op. cit.

13À partir de 1970, les salles vont donc se vider. Il y aura, de surcroît, de plus en plus de spectateurs invités, les « vrais » spectateurs devenant des « téléspectateurs ». Le dernier grand combat organisé dans un stade français a lieu en 1972 et oppose Jean-Claude Bouttier (photo no 20) à Carlos Monzón à Colombes, devant 25 000 spectateurs7

Photo n o 20
Le boxeur Jean-Claude Bouttier dans une leçon avec son entraîneur Michel Maguire.
Entraînement à l'INS, en préparation du combat pour le titre de champion du monde des poids moyens contre Carlos Monzón, le 13 juin 1972.
© Iconothèque INSEP

14Aujourd'hui, il demeure quelques espaces dédiés à la boxe : ce sont des lieux mythiques comme le Madison Square Garden à New York, le Césars Palace à Las Vegas, ou le Palais des sports à Paris ; mais, d'une manière générale, leur nombre s'est considérablement réduit et les boxeurs éprouvent de plus en plus de difficultés à trouver des matchs :

« Autrefois, il y avait plus de matchs. Avant d’être champion de France, il fallait faire de nombreux matchs. Idem pour être champion d'Europe. Pour participer à un championnat du monde, il fallait être champion de France et, ensuite champion d'Europe. Aujourd'hui, force est de constater qu'il y a de moins en moins de matchs car le nombre de galas est de plus en plus faible. Les galas sont devenus des denrées rares sur le marché de la boxe. » (Élu fédéral, 64 ans)

15Cette raréfaction des galas réduit effectivement les possibilités de mettre sur pied des matchs de boxe et confère, de fait, un pouvoir considérable aux rares organisateurs du marché encore présents, situation qui n'est pas sans conséquence sur le boxing business. Les enjeux se transforment, de nouveaux acteurs font leur entrée, les modalités de financement des galas changent et les publics évoluent.

« Et, bien entendu, ça se répercute au niveau amateur où il y a de moins en moins de réunions. Là, on parlait du haut de gamme, mais les petites réunions professionnelles, elles, sont encore plus victimes. Je connais des jeunes qui ont fait une bonne carrière amateur, qui ont pris une licence professionnelle et qui n'ont pas boxé de la saison. Ils prennent une licence pour ne pas boxer ! Au niveau de la motivation, c'est difficile d'aller se faire mal tous les jours à la salle. D'autres sont engagés dans des compétitions, et comme il n'y a pas preneurs pour les organisations, eh bien on tire au sort. Donc, on peut être éliminé ou être vainqueur sans avoir boxé. On peut se retrouver en finale sans avoir livré un seul combat. Il suffit d'être sur un parcours où, en quart de finale, pas de preneur, et en demi-finale idem. Eh bien vous êtes en finale des championnats de France !
Aujourd'hui, on en est là, et jusqu'aux petites réunions amateurs du samedi, il n'y a plus personne. Il faut savoir qu'en Île-de-France ou ailleurs, toutes les petites réunions amateurs ne voient le jour que si elles sont au préalable financées par les mairies et les sponsors. De nos jours, il n'y a aucun club qui peut organiser sans une aide. Sinon il ne gagne rien, voire il s’endette. C’est alarmant... Ce qui veut dire qu'on part dans cette filière de boxe artificielle payée d'avance. Alors après, on a des obligations, il faut boxer les champions maison. Il faut inviter les élus locaux, il faut leur passer la pommade. Voilà, ils sont cités, ils sont partenaires, ils sont coorganisateurs. Alors les gens qui sont les partisans du "noble art" sont presque pieds et poings liés pour faire le show. » (Journaliste, 54 ans)

16On peut comprendre ce sentiment de déception, surtout si l'on se rappelle le succès que la boxe a connu pendant des décennies. Mais, même si les passionnés regrettent cette époque et ne comprennent pas toujours les transformations contemporaines, il faut se rendre à l'évidence : la boxe devient peu à peu une activité sportive « normale ». Rares sont aujourd'hui les spectacles sportifs à pouvoir s'autofinancer grâce aux recettes générées par les entrées. Dans le monde professionnel, l'équilibre financier s'obtient en effet la plupart du temps par l'intermédiaire des annonceurs et des diffuseurs télévisuels ; dans le monde amateur, il est assuré par le recours aux aides publiques.

17Organiser un gala est un montage financier risqué : les dépenses sont en effet nombreuses, qu'il s'agisse de l'emplacement, du matériel, du personnel dédié aux grandes fonctions organisationnelles ou des acteurs du spectacle. Un coût toutefois plus ou moins important selon le type d'organisateur, l'affiche et le lieu : un gala organisé par un club bénéficie généralement d'une salle et d'une logistique – en matériel comme en ressources humaines – mises à sa disposition par une municipalité. Par contre, un gala organisé par un promoteur de boxe ne peut pas compter sur les mêmes avantages. La location du Palais omnisports de Paris-Bercy ou du Palais des sports, voire du Parc des princes implique nécessairement des rentrées d'argent importantes pour financer l'organisation, d'où l'importance de l'affiche. Ceci pourrait laisser croire que les clubs, en tant qu'organisateurs de spectacles de boxe, exercent une forme de concurrence déloyale envers les promoteurs de spectacle. Il n'en est rien : si les clubs ont à supporter beaucoup moins de dépenses en infrastructure, en matériel et en personnels, ils ne possèdent en revanche ni l'expérience et les réseaux (éléments déterminants pour vendre un spectacle à des médias télévisés par exemple), ni les ressources financières pour constituer une belle affiche, c'est-à-dire payer l'ensemble des boxeurs et décrocher des combats vedettes. Le programme d'un gala de boxe comprend généralement six à dix combats, ce qui implique de rémunérer douze à vingt boxeurs pour une soirée. Il faut ajouter à cela la rémunération propre aux combats vedettes, ceux qui engagent des champions dans des titres et constituent, évidemment, les éléments indispensables de cette « belle affiche » qui a donc un coût important : le prix que demandent le boxeur et son manager pour participer au gala mais, surtout, le prix minimum de la bourse imposée par la fédération pour organiser le combat vedette, avec un adversaire, français ou non.

« Le montant des bourses, en professionnel, c'est très aléatoire. Car c'est la loi de l'offre et de la demande. Pour les championnats d'Europe et de France, il y a des enchères ; donc le montant des bourses nous est communiqué. Mais pour les championnats du monde, ça se passe sous seing privé, donc on ne sait pas tout. Bon, Acariès ne nous dit pas combien il donne à Asloum et à son adversaire pour faire un championnat du monde. Les bourses sont annoncées surtout quand elles sont importantes car ça ajoute au spectacle.  » (Élu fédéral, 64 ans)

18En dehors des championnats du monde, la mise sur pied d'un championnat validé par une fédération sous-entend un mécanisme d'enchère. La fédération propose l'organisation d'un championnat de France, détermine le prix de la bourse pour les boxeurs et met une date butoir pour les propositions. Avant cette date, les promoteurs ou organisateurs envoient sous pli à la fédération le montant offert pour l'organisation de ce championnat. À la date déterminée, une commission fédérale ouvre les propositions. Le plus offrant emporte les enchères et se voit attribuer l'organisation du championnat.

19On comprend ce qu'une telle entreprise comporte de complexité et de risque. Pour décrocher des combats vedettes, il faut investir des sommes parfois importantes que ne peuvent bien évidemment pas engager les petits clubs. Plus le coût est élevé, plus il sera nécessaire de faire appel à des ressources autres que les entrées de la salle. Les clubs de boxe étant rarement dans les réseaux relationnels de la télévision, ils ne se risquent jamais à des enchères trop excessives. Aussi, dans un contexte où le public de la boxe se raréfie de plus en plus, ils visent surtout les enchères de combats engageant leurs propres boxeurs et mobilisant le public local. On comprend donc que les grandes affiches soient avant tout réservées aux promoteurs ou organisateurs importants :

« En France, aujourd'hui, le type qui est bon mais qui est, par exemple, en province, c'est dur, car il faut avoir de l'argent, il faut avoir du public, il faut avoir des rentrées. Et pour organiser un gala en province, ce n'est pas du tout pareil. Donc le gars, il ne boxe pas. Il y a des matchs à faire, mais les matchs ne sont pas enlevés aux enchères, car la recette ne suffira pas. Donc, c'est difficile. » (Élu fédéral, 64 ans)

« Les boxeurs sont classés. Il y a une commission de boxe pro qui classe les boxeurs 1, 2, 3, challenger, etc. Chaque match vaut telle somme, et c'est ensuite aux enchères au plus offrant. Donc, pour faire un gala de boxe pro, avoir un championnat d'Europe, un champion de France et deux ou trois combats derrière, c'est beaucoup d’argent. Le public ne suffit pas et, derrière, c’est les télés qui payent. Or, la seule télé qui paie, c'est Canal +, et Canal + est en exclusivité avec Acariès. Il leur donne un million d'euros par an. Après ça, il y a Eurosport qui donne 30 000 euros, et voilà, c'est fini. » (Cadre fédéral, 52 ans)

20Les clubs se sont donc progressivement désengagés de l'organisation des galas et ont laissé un quasi-monopole à quelques grands promoteurs dont la force est d'être en contrat avec des télévisions. Comme dans de nombreuses autres activités sportives, les modes de financement des galas se sont complètement transformés. Longtemps, ce sont les spectateurs qui ont permis de financer le fonctionnement d'un gala grâce aux entrées payantes, mais aujourd'hui les organisateurs comptent moins sur la contribution financière du public que sur sa présence. Les télévisions ont en effet besoin de montrer un spectacle où règne une certaine ambiance, avec des spectateurs qui encouragent les boxeurs et expriment leurs émotions : c'est ainsi que le public a fini par devenir acteur à part entière du spectacle sportif. Aussi les modalités de remplissage des gradins se sont-elles complètement transformées et les organisateurs ont presque systématiquement recours aux invitations pour donner une apparence de vie au spectacle. Cette réalité a complètement modifié la sociologie des spectateurs de la boxe. Si les galas importants continuent à attirer quelques passionnés, le système des invitations fait surtout venir les curieux et le public « people » :

« Ce qui est malheureux et révélateur aujourd'hui [...] vous montez un vrai gala de boxe avec un beau plateau, c'est-à-dire des vrais combats où il est difficile de dire qui va gagner. Il y a quand même un certain doute, une certaine incertitude quant au résultat. Vous faites des prix abordables, eh bien vous êtes condamné à l'échec. Si vous ne faites pas comme Michel Acariès qui est le seul à monter des réunions de grande envergure, c'est-à-dire que tout est payé à l'avance et donc vous redistribuez 50 % de vos places en invitations sponsors, 25 % à Canal + qui est votre diffuseur et, sur les 25 % qui restent, 5 % aux conseils généraux pour les banlieues, car ils vous ont soutenu... résultat : vous vendez 10 à 15 % des places. C'est peut-être exagéré, mais je n'en suis pas loin. Si demain vous montez une vraie réunion, vous avez personne. Vous prenez le Palais des sports et un combat avec Mamadou Thiam ou Lorcy. Et vous dites : "on travaille essentiellement avec la recette au guichet", à tout casser, vous avez 2 000 personnes ! Donc vous ne rentrez pas dans vos frais et il n'y a pas d'organisation suivante.
Aujourd'hui, on va à Levallois, à Bercy ou à la porte de Versailles. Tous ces gens-là, toute la "jet", les gens de Canal +... car Canal +, comme ils sont diffuseurs, ils distribuent les invitations à tous les acteurs qui tournent dans les films qu'ils produisent... Si on fait un micro-trottoir avec ces gens, c'est une catastrophe ! "Qui vous avez vu boxer ? Il est champion de quoi ? C’est quoi son palmarès ?" Ils vont te dire : “on a vu Tiozzo", voilà, c’est tout. Mais si on gratte un peu, ils sont incapables de sortir le nom des boxeurs qu'ils ont vu boxer. Ces gens-là viennent donc pour être vus, parce que c'est la mode. Parce que ça fait bien, mais ils n'aiment pas ça. La vraie clientèle, les années passent et elle disparaît. Alors une partie de cette clientèle, comme on n'a pas su réalimenter, elle a disparu ou ils sont âgés et à la campagne. Ils préfèrent vivre sur leurs souvenirs car cette boxe-là ne les intéresse pas. C'est sûr qu'avec les plateaux qu'on propose maintenant [...] c'est-à-dire des boxeurs maison contre des pauvres bougres ! Des pauvres misérables qui viennent de Slovaquie, de Roumanie, de Slovénie ou d'ailleurs, qu'on fait venir par Eurolines, c'est-à-dire que le mec qui est grand, il a les genoux sous le menton. Après, on le trimbale dans un Formule 1. Alors déjà, il a fait je ne sais combien d'heures de car et on le récupère à Bagnolet, on le met dans un Formule 1 [...] c'est pas la panacée ! Un casse-dalle vite fait et vas-y boxer pour 500, au plus 1 000 euros. Après, avec ça, il mange pendant deux ou trois mois chez lui. Mais quand on fait des combats comme cela, c'est tout sauf de la boxe. On ne peut pas qualifier cela de boxe. On ne peut pas faire payer les gens pour voir ça. Et les gens qui étaient vraiment des clients, des amoureux, des amateurs, ils ne viennent pas. Ils restent chez eux sur leurs souvenirs.
Les vedettes qu'il y avait avant autour du ring, elles payaient leur place. Aujourd'hui, elles sont invitées. C'est tout juste si on les supplie pas de venir... si c'est pas inclus dans leur contrat de promotion. Gérard Darmon, Pierre Richard qu'on voit toujours. Les gars de Canal + qu'on voit chez Arthur. Tous ces gens ne paient pas leur place. Par exemple, Canal + avait coproduit Taxi 2. Allez, tous les acteurs sont là, ils sont regroupés ensemble. Et puis voilà, Ophélie Winter et voilà... La cérémonie des gants d'or, c'est pareil. Ils sont tous là, Joey Starr, c’est toujours les mêmes. Mais ces gens-là, ils n'y connaissent rien !  » (Ancien amateur, 51 ans)

21Ces évolutions du public de la boxe ont autant contribué aux transformations des logiques de financement des galas de boxe, qu'elles en ont été la conséquence. Ce financement repose à présent essentiellement sur les ressources obtenues des télévisions, ce qui n'est pas sans danger pour la discipline : depuis quelques années, en effet, les télévisions ont tendance à se désengager de la diffusion des spectacles de boxe. Les ressources se raréfient donc de plus en plus, accordant encore davantage de pouvoir aux rares promoteurs restant sur le marché de la boxe et liés à certaines chaînes de télévision. Aux États-Unis, les chaînes sportives utilisant le support boxe réfléchissent à la pérennité de leur partenariat ; en France, depuis le début des années 2000, Canal + s'interroge sérieusement sur le bien-fondé de la reconduction de la boxe dans ses programmes sportifs. En 2010, la chaîne a même mis fin au contrat d'exclusivité la liant à Michel Acariès, préférant ne diffuser que ponctuellement des galas.

22Ainsi, non seulement on assiste à une certaine forme de dé-médiatisation de la boxe chez les diffuseurs historiques de la discipline mais, de surcroît, on constate que ces diffuseurs sont également de moins en moins nombreux : dans les années 1980, plusieurs télévisions étaient en concurrence en France pour diffuser de la boxe. En 2010, seuls Canal +, quelques chaînes câblées comme Eurosport permettent encore la médiatisation des boxeurs. Une chaîne à grande audience comme TF1 s'est totalement désengagée et, depuis le milieu des années 1990, a cessé de diffuser de la boxe.

23Cette situation pose évidemment problème car elle crée un système dans lequel les boxeurs n'ont pas réellement le choix. Pour réussir dans le monde professionnel, il faut être lié à un promoteur (lui-même lié à une télévision) car sans ce lien, dans cette situation de rareté de l'offre de galas, le boxeur trouvera difficilement des combats à son niveau :

« Pour être médiatique, il faut passer sur une grande chaîne. Il faut faire la une des grands quotidiens. Ça reste confidentiel, les chaînes câblées. Même Canal +, on va pas loin. Alors je ne parle pas d'Eurosport ou de Pathé Sport... Il y a une dizaine d'années, c'étaient trois télés qui étaient en concurrence. Aujourd'hui il n'y a que Canal + qui a réellement une vraie audience. » (Cadre fédéral, 48 ans)

  • 8 Comme nous l'avons expliqué précédemment, les risques corporels de la pratique sont trop important (...)

24Étant donné que, contrairement à la plupart des sports, la boxe anglaise est dans une logique de choix des boxeurs à opposer8, les entraîneurs ou les managers vont essayer de limiter au maximum les risques encourus lors des combats. Certes, il s'en trouvera toujours qui n'hésiteront pas à sacrifier un boxeur pour toucher de l'argent, ainsi que l'explique Roland Passevant dans son ouvrage Boxing Business. Cependant, les boxeurs interviewés s'accordent généralement à décrire des entraîneurs plutôt soucieux de leur protection, ce qui a comme effet pervers de rendre plus difficiles l'organisation des matchs et la création de spectacles proposant des combats attrayants. D'un côté les promoteurs recherchent des adversaires à la portée de leurs boxeurs et de l'autre les boxeurs sans promoteurs hésitent à s'engager.

25Le « Grand Tournoi » organisé au Cirque d'hiver à Paris en 2008 et 2009 constitue, à cet égard, une illustration très parlante des logiques et du processus conduisant à cette baisse de la qualité du spectacle de boxe. On trouve à l'intérieur de ce gala :

  • des combats internationaux : ils opposent la plupart du temps un boxeur français de qualité à un boxeur étranger ; ce sont plutôt des combats de construction de carrière, cependant les adversaires choisis sont tellement faibles que les prestations sont de mauvaise qualité ;
  • les championnats de France : même ces compétitions peuvent s'avérer de faible niveau si elles ne font pas réellement s'opposer les meilleurs ; c'est le cas, par exemple, quand le champion en titre ne rencontre pas son challenger mais un plus éloigné dans le classement et choisi selon une logique de protection du champion ;
  • les combats du Grand Tournoi qui n'opposent pas toujours les meilleurs, mais où les matchs sont engagés car les boxeurs sont animés uniquement par l'idée de passer au tour suivant ; en 2008, il a été décidé d'organiser un « Grand Tournoi en France » ouvert aux seize meilleurs Français de la catégorie super-moyen ; cette compétition, contrairement à ce qui a cours dans le monde professionnel, repose sur un tirage au sort des rencontres (huitième, quart de finale, demi-finale et finale) ; le vainqueur du tournoi se voit proposer l'encadrement de sa carrière professionnelle au sein du team Acariès.

26Au final, les combats où la réputation des boxeurs est forte sont souvent les moins intéressants, ce qui incite les spectateurs à partir. Les remarques sont immédiates et sans détour : « Ils se foutent de nous. Allez, c'est le dernier match, ça sert à rien de rester. Allez, on fait encore un round et on s'en va ! » (Propos recueillis dans les gradins) Paradoxalement, les matchs du Grand Tournoi, où s'affrontent des boxeurs placés parfois très loin dans le classement fédéral (et qui, par conséquent, ne feraient pas une affiche dans un gala télévisé), offrent un spectacle qui accroche les spectateurs.

27Au-delà des dangers très contemporains liés à la dé-médiatisation de la boxe professionnelle, notamment en ce qui concerne le recrutement, il semble utile d'évoquer ce qui constitue le cœur de cette médiatisation des boxeurs, et le lieu d'assouvissement de leur besoin de reconnaissance : les galas. D'emblée, signalons que galas professionnels et amateurs sont très éloignés et illustrent particulièrement bien les différences de médiatisation des deux types de boxes, ce qui permet également de mieux comprendre l'enjeu du passage vers le professionnalisme et l'attirance des boxeurs pour ce monde des « paillettes » et de l'argent facile.

28Une observation minutieuse et comparative de leur fonctionnement permet de déceler des différences flagrantes tant sur le plan du public que sur celui des boxeurs engagés, de l'entourage et, surtout, de la médiatisation. À cet égard, nous avons retenu ici deux galas qui nous semblent assez bien caractériser ces différences de médiatisation : un gala professionnel (Palais des sports de Paris, 2000), et la finale des championnats de France amateurs (2001).

4.2. REGARD SUR UN GALA DE BOXE PROFESSIONNELLE

  • 1 Duret (Pascal) et Trabal (Patrick) – Le Sport et ses affaires. Paris, Métailié, 2001.

29Le gala du Palais des sports de la porte de Versailles, organisé en 2000 pour marquer l'entrée dans le monde professionnel des athlètes revenant des Jeux olympiques de Sydney (et, notamment, de Brahim Asloum) est un exemple particulièrement révélateur des raisons pour lesquelles, en 2010, la boxe professionnelle fait figure de pratique « arrangée », « truquée1 », voire « mafieuse ». Il met à jour un certain nombre de logiques spécifiques du monde de la boxe, et capitales si l'on veut en comprendre les enjeux.

30Le gala est le lieu où convergent différents acteurs (boxeurs, entraîneurs, managers, organisateurs, promoteurs, médias et, bien entendu, public), mais il est aussi le principal support d'images données au public sportif, la boxe amateur n'étant quasiment pas médiatisée. Or, tous les publics ne perçoivent pas de la même façon les différentes règles et conventions régissant ces galas, ce qui donne lieu à diverses interprétations allant de la dénonciation d'un spectacle « truqué » pour certains (« la boxe, aujourd'hui, c'est du catch ! ») à l'acceptation, pour les autres, d'un spectacle justifie par des logiques de carrière (obligation d'élever progressivement le niveau de difficulté des combats), des logiques de médiatisation (obligation de spectacle) et des logiques financières (nécessité de préserver le boxeur, puisqu'il constitue un investissement pour le manager).

4.2.1. LE CONTEXTE

  • 2 Pour illustrer nos propos, nous prendrons appui sur les notes ethnographiques recueillies durant s (...)

31Ce gala du Palais des sports de Paris a donc la particularité de marquer l'entrée dans le monde professionnel des boxeurs amateurs présents aux JO de Sydney2.

32À l'issue de ces Jeux, en effet, la plupart des boxeurs amateurs de l'équipe de France ont été contactés par le monde professionnel. Trois d'entre eux sont restés amateurs (Jérôme Thomas, Willy Blain et John Dovi). Cinq sont passés professionnels, parmi lesquels trois effectuent, au cours de ce gala, leur premier combat professionnel : Rachid Bouaita, Jackson Chanet et, surtout, celui que tout le monde attend (télévision, presse, public initié et non-initié) : Brahim Asloum, le champion olympique.

  • 3 Cf.Poltorak (Jean-François) – op. cit.

33Plusieurs éléments peuvent expliquer cette surexposition. La boxe, en France, n'avait pas eu de médaille aux Jeux olympiques depuis celle de Christophe Tiozzo, en 1984. Brahim Asloum symbolise, en outre, la France de l'intégration, à l'image de l'équipe de France de football de 1998 : ses cheveux teints en bleu-blanc-rouge pour la finale olympique ont été largement médiatisés. Mais, surtout, ce qui se joue ici, c'est le passage d'un monde à un autre : c'est la mise à l'épreuve, dans le monde professionnel, d'une star reconnue du monde amateur. On attend de voir comment le jeune prodige provocant de la boxe amateur va se comporter dans l'univers des « hommes3 ».

4.2.2. LA SALLE ET LES PUBLICS

34Le gala commence vers 19 h 30. Au bout de deux combats, la salle est comble, avec 5 000 spectateurs. Elle est configurée comme un amphithéâtre (trois quarts de cercle autour de la scène) où le prix des places est fonction de la proximité et de la hauteur par rapport au ring.

35Les places les plus proches du ring, dans la fosse (dites « places de ring ») sont à 125 € minimum. Viennent ensuite les places en gradins derrière la fosse : de 46 à 92 € selon la proximité. Enfin, restent les places en balcon, à 32 € sur les côtés, et à 16 € au fond de la salle d'où l'on ne voit absolument rien. L'ensemble des lieux est cloisonné. Des videurs surveillent les différentes zones.

  • 4 Alors conseiller, avec Michel Acariès, de Brahim Asloum dont la carrière était, à l'époque, à son a (...)

36Très rapidement, le regard de l'observateur saisit la très forte différenciation sociale des publics en fonction de ces différents lieux. Aux places les plus chères (125 € autour du ring), siègent des personnalités du show-biz (Christophe Dechavanne, Jean-Luc Delarue4…), des hommes d'affaires (Pierre Lescure, alors président de Canal +...) souvent accompagnés, et des personnes liées au milieu sportif et pugilistique. Sont présents, également, quelques hommes politiques. Les places situées juste au-dessus de la fosse (92 €) sont occupées par des vedettes sportives (Luiz Fernandez) et des stars du show-biz. Aux places éloignées de l'arène (46 €), on trouve à peu près le même public que pour les places à 32 € et 16 € (balcons) avec, parfois, quelques vedettes isolées (comme Laurent Robert, alors joueur de football-vedette au PSG). Ici, le public est plutôt âgé (45-60 ans), constitué d'amateurs de boxe, et appartient surtout aux milieux populaires. On y remarque aussi des « jeunes des cités », mais leur présence est fonction du boxeur particulier dont ils sont les suiveurs.

  • 5 Cf.Poltorak (Jean-François) – op. cit. ; Wacquant (Loïc) – Corps et âme. Carnets ethnographiques d' (...)
  • 6 Sammons (Jeffrey T.) – op. cit.
  • 7 Cf.Sugden (John) – Boxing and Society. An International Analysis. Manchester (Grande-Bretagne), Man (...)
  • 8 Quand on est connu, il y a toujours le risque, si l'on n'est pas dans la rosse, a erre épié, inter (...)

37On le voit, l'écart social est très net à l'intérieur d'un même public : d'un côté, le monde du show-biz et des hommes d'affaires, de l'autre les milieux populaires. Cet écart est très révélateur d'une boxe plurielle où s'affrontent d'un côté la rigueur, le travail et la discipline des salles de boxe5, et, de l'autre, le luxe, la gloire et la richesse du boxing business6. Il découle d'une particularité ancienne propre au déroulement des galas de boxe7 : ceux-ci ont lieu, en effet, dans une salle, où finalement, tous les spectateurs sont à la fois rassemblés et séparés dans une même arène. Car il y a très peu de distance entre les stars du « noble art », les spectateurs célèbres et les spectateurs anonymes : parfois seulement quelques mètres. Et pourtant, les publics sont bien séparés. La fosse revêt à la fois une fonction de différenciation (séparation par l'argent), de visibilité (être vu) et de tranquillité (se trouver dans une zone quasi réservée8). Surtout, elle permet un regard privilégié sur le combat du fait de la proximité immédiate du ring (5 à 6 mètres).

4.2.3. LES COMBATS

38Sept combats professionnels et un combat de jeunes (14 ans) sont programmés. On remarque que chaque match oppose un boxeur français (du team Acariès) à un boxeur étranger originaire d'Afrique ou d'Amérique du Sud, lequel est toujours appelé en premier. Avant chaque combat, les boxeurs sont présentés : on précise leur âge et leur palmarès (nombre de combats, de victoires et de victoires par KO).

39Parmi les huit boxeurs présents, trois ont participé aux Jeux olympiques de Sydney dans les catégories suivantes :

40■ Super-coq : Bouaita – Merichiche (Algérie) – 6 rounds de 3 minutes (combat no 2)

41■ Lourd-Léger : Chanet – Foé (Côte d'ivoire) – 6 rounds de 3 minutes (combat no 3)

42■ Coq : Asloum-Cuevas (République dominicaine)-6 rounds de 3 minutes (combat no 7)

43On repère ensuite la présence de trois boxeurs inscrits dans une dynamique de progression, dont deux en piste vers un championnat du monde (ils seront d'ailleurs tous les deux champions du monde l'année suivante) :

44■ Léger : Lorcy – Galli – 10 rounds de 3 minutes (combat no 4)

45■ Lourd : Mormeck - Villoria – 12 rounds de 3 minutes (combat no 8)

46■ Plume : Oubaali – Meija – 6 rounds de 3 minutes (combat no l)

47On note également, à l'affiche, un championnat d'Europe :

48■ Super-welter : Thiam – Pizzamiglio – 12 rounds de 3 minutes (combat no 6)

49Et, surtout, on remarque l'étoile montante de la boxe selon les propos des speakers :

50■ Flynn Winterstein, âgé de 15 ans (combat no 5)

51Ces combats, qui ne se situent pas tous au même niveau, permettent ainsi d'identifier des étapes différentes dans la carrière d'un boxeur. Les quatre premiers (où participent les boxeurs olympiques) représentent une forme de mise à l'épreuve dans le monde professionnel ; les deux suivants constituent des combats de construction de carrière ; en fait, seul le championnat d'Europe semble correspondre à l'épreuve sportive en tant que telle.

  • 9 Catégories validées en 2001.

52Dans ce contexte, le combat d'Asloum contre Cuevas est particulièrement intéressant à étudier car, paradoxalement, il occupe une place centrale dans le déroulement de la soirée : c'est le combat vedette et attendu de tous. On le voit, la notion de combat vedette est moins à rattacher à l'idée d'une performance qu'à celle d'une réputation, car le gala est entièrement organisé en fonction de cette entrée en scène du médaillé olympique, alors même que trois autres rencontres sont beaucoup plus importantes sur le plan sportif (championnat d'Europe et préparation à un championnat du monde) et, surtout, que la catégorie d'Asloum (celle des moins de 53,524 kg) ne jouit pas vraiment d'une valeur symbolique ou financière, les poids lourds (86,186 kg9) restant toujours la catégorie reine. Pour contrebalancer cette situation défavorable, les organisateurs ne vont avoir de cesse de théâtraliser le spectacle par une montée en puissance des présentations, jusqu'à ce combat vedette.

4.2.4. LA MONTÉE EN PUISSANCE DES PRÉSENTATIONS PRÉCÉDANT LE COMBAT D'ASLOUM

53Pour mettre en œuvre cette montée en puissance, le speaker, le public, la lumière, la musique et l'adversaire sont mobilisés pour la mise en scène.

54Le speaker adopte un ton de plus en plus fort, entraînant jusqu'au combat vedette (Asloum - Cuevas) où il se « lâche » complètement. À ce moment, il fait intervenir le public.

55Ce dernier, qui au début n'avait pas été sollicité, est petit à petit interpellé. Au moment de l'entrée de Brahim Asloum, il est invité à participer : alors, dans un seul mouvement, il se lève. Puis le speaker fait scander le prénom de Brahim à l'annonce de chaque élément de sa présentation.

56Le speaker : « Il a 21 ans... »

57Le public : « Brahim ! »

58Le speaker : « Il vient de Bourgoin-Jallieu... »

59Le public : « Brahim ! »

60Le speaker : « C'est son premier combat en professionnel... »

61Le public : « Brahim ! »

62Et ainsi de suite jusqu'à :

63Le speaker : « Il s'appelle Brahim... »

64Le public : « Asloum ! »

65Et, à ce moment, musique et lumières déferlent.

66La musique fait partie de cette montée en puissance. Son volume est croissant jusqu'à la prestation de Brahim, où elle atteint son maximum. Celle qui a été choisie pour l'entrée de la vedette du jour est particulièrement entraînante : un morceau d'influence rap, bien rythmé et qui « tape bien ». Pour les lumières : même processus.

67L'arrivée de Brahim est saluée d'un véritable feu d'artifice d'éclairages : des flashs, du rouge, des faisceaux de lumières striant la salle, etc. Le boxeur apparaît alors. Il danse avec ses poings au rythme de la musique : c'est « le show ». Quatre gardes du corps à la musculature impressionnante l'entourent. Il traverse la fosse pour rejoindre son adversaire, déjà sur le ring et dont l'arrivée a également été préparée : s'il a eu droit à moins de lumière, et si le public est resté assis, un effort d'originalité a par contre été fait sur sa tenue (short à franges...). Il donne vraiment l'impression d'être un adversaire solide, de surcroît présenté comme un ex-champion d'Amérique du Sud. Lui-même, d'ailleurs, fait vraiment mine de se prendre au sérieux : signe de croix à genoux, tour du ring, petits pas chassés, etc. Tout le monde a le sentiment d'avoir affaire à un grand professionnel. Quand Brahim monte sur le ring, le show s'intensifie. Les flashs partent dans tous les sens. Brahim continue à danser avec ses poings au rythme de la musique. Comme celle-ci est très entraînante, on se prend rapidement au jeu.

4.2.5. LA RUPTURE

68Commence alors le combat et, avec lui, la rupture. On s'aperçoit alors de l'imposture : « C'est qui ce mec qu'ils ont mis en face de Brahim ? » (Propos recueillis). Deux niveaux radicalement différents s'affrontent en effet : Brahim exhibant une jolie boxe technique, comme il sied à un champion olympique, et un boxeur dont on se demande ce qu'il fait sur le ring. Dans notre entourage direct, les spectateurs assis derrière nous et ayant fait le déplacement depuis Orléans sont très moqueurs. Ils disent qu'il ressemble au « petit Jules », sans doute quelque comique ou vedette locale... à la façon dont ils rient de la comparaison.

69Objectivement, ce boxeur connaît quelques « problèmes » : ses déplacements sont peu académiques, voire très saccadés. Son dos est droit. Aucune souplesse ne se dégage de ses gestes. Quant à sa garde, il a un poing près du visage et l'autre à côté de la hanche : en le voyant, on ne peut s'empêcher de penser à ces anciens dessins de boxeurs du XIXe siècle évoluant dans les prairies anglaises.

70Après ce combat, un championnat international entre Jean-Marc Mormeck et Brian Viloria s'engage, avec l'espoir, pour le public, d'assister à une rencontre de bon niveau. Mais au bout d'un round, les boxeurs semblent déjà fatigués. Si bien qu'au deuxième round, des spectateurs, dont ceux présents derrière nous, se lèvent et commencent à manifester leur mécontentement : « C'est un scandale, faut pas rester ici. Ils se foutent vraiment de nous. Allez, levez-vous. Il faut partir ! » (Propos recueillis dans les tribunes)

4.2.6. LES AUTRES COMBATS

Le combat de Nordine Oubaali

71Son adversaire n'a aucune garde. Les deux poings restent sur les hanches. Il a cependant un bon jeu de jambes. Heureusement, pourrait-on dire, car sans cela, il aurait été réellement en danger. Le combat s'achève rapidement (trois rounds). C'est le premier affrontement de la soirée et il illustre parfaitement le niveau de ceux à venir. L'adversaire n'a absolument pas l'attitude d'un spécialiste de boxe anglaise : avec ses jambes écartées, il fait davantage penser à un pratiquant de boxe thaïlandaise. Devant la déception de certains, un spectateur fait alors remarquer que cela correspond au profil des combats de la soirée : « Il ne faut pas s'attendre à mieux » (propos recueillis). Mais, dans leur grande majorité, les spectateurs s'interrogent sur la qualité des prestations.

Le combat de Jackson Chanet

72L'adversaire est un Ivoirien qui ne semble pas avoir une longue expérience de la boxe. Il est rapidement touché et vacille plusieurs fois. Il n'a pas de garde, pas de jeu de jambes. Il prend beaucoup de coups. Au moment de l'arrêt du combat, Jackson Chanet « passe » deux coups qui arrivent et font mal. Le boxeur vacille et Chanet retient son dernier coup pour éviter que la frappe n'entraîne sans doute un KO.

Le combat de Rachid Bouaita

73Il semble avoir le dessus, puisque son adversaire met un genou au sol lors de la première reprise. Mais les rounds défilent et, finalement, l'Algérien reprend progressivement l'ascendant. Rachid Bouaita ne tient pas la distance physiquement. Sa garde baisse, il est de plus en plus fatigué. Visiblement, il gère mal, physiquement, le passage de l'amateurisme au professionnalisme.

Le combat de Mamadou Thiam

74C'est le plus intéressant de la soirée ; celui, également, qui scandalise le public. Mamadou Thiam vient de perdre un championnat du monde face à Felix Trinidad, lors d'un match que beaucoup de connaisseurs ont qualifié de très difficile (Trinidad ayant la réputation de faire mal) et l'on peut supposer que Thiam est marqué psychologiquement. Il remet en jeu son titre de champion d'Europe face à l'Italien Paolo Pizzamiglio. On sent Thiam très puissant : s'il touche l'adversaire, celui-ci tombera à coup sûr. Malheureusement, cet adversaire est très fort, techniquement, avec un très bon jeu de jambes, des esquives exceptionnelles, et Thiam ne le touche jamais. Ce n'est qu'à la huitième reprise qu'il y parvient enfin. Pizzamiglio ne titube pas, mais l'arbitre arrête le combat suite au jet de l'éponge et Thiam est déclaré vainqueur. Le public, qui, depuis le sixième round, voyait l'Italien reprendre le dessus, est scandalisé : il hurle, siffle, crie au trucage. Pizzamiglio ne veut pas accepter cette sentence. Finalement, après quelques tergiversations, Thiam est déclaré vainqueur sous les sifflets du public, alors que l'Italien est applaudi. Thiam le prend par la main, qu'il lève au ciel tandis que, de l'autre main, il le montre du doigt en regardant le public. Que pouvait bien signifier ce signe ? Peut-être Thiam reconnaissait-il que le combat n'aurait jamais dû être arrêté ou que l'Italien méritait autant que lui la victoire ? Quoi qu'il en soit, il semble qu'un problème se soit posé, ne serait-ce que sur le plan éthique.

4.2.7. LE REGARD DES SPECTATEURS DURANT LE GALA

75Au-delà de son aspect caricatural, le combat de Brahim Asloum est intéressant, car il permet de différencier encore davantage les publics en opposant deux regards : le regard scandalisé des gradins et celui, satisfait, de la fosse (places de ring).

76Dans les gradins, les réactions sont terribles : durant la prestation de Brahim Asloum, beaucoup de spectateurs paraissent choqués par la pauvreté de la boxe pratiquée. Les sifflets se font entendre d'ailleurs dès la fin du match, vite couverts par la musique dont le volume est augmenté pour étouffer le scandale. Ce combat reflète assez fidèlement l'ambiance générale de la soirée : Mamadou Thiam sera également sifflé avant même de commencer à boxer, et lors du combat opposant Jean-Marc Mormeck à Brian Viloria pour le championnat international (dernier espoir pour le public d'assister à une meilleure rencontre), certains spectateurs tenteront d'entraîner tout le monde vers la sortie. Le public des gradins, de plus en plus énervé par le spectacle, n'hésite pas à manifester son mécontentement durant les trois derniers combats.

77Dans la fosse, par contre, les spectateurs ne semblent en rien frustrés par le niveau du gala. Ils paraissent trouver normaux ces arrangements, c'est-à-dire la faible qualité des combats aussi bien que des boxeurs opposés aux jeunes professionnels. La prestation de Brahim Asloum se termine donc sans gêner véritablement les organisateurs ni les différentes personnalités entourant la scène : on voit ainsi Jean-Luc Delarue faisant à Brahim un signe de la main, pouce levé, l'air de dire : « T'es vraiment un champion ». Il n'est d'ailleurs pas le seul, dans la fosse, à sembler satisfait du combat, puisqu'en contraste avec les sifflets des gradins, et comme si de rien n'était, les photographes n'en finissent pas de flasher. Les frères Acariès sont là, ainsi que le père et les frères de Brahim. Jean-Luc Delarue prend ces derniers dans ses bras. On a vraiment l'impression qu'Asloum est devenu champion du monde. Le show continue. Pourtant, la rupture est consommée avec le reste du public qui se sent trompé. L'écart entre la réalité et l'image qu'on a voulu en donner s'est révélé trop important. Il est vrai que le combat était retransmis en direct sur Canal +...

4.2.8. NOTRE REGARD À LA SORTIE DU GALA : LE REGARD NAÏF D'UNE PREMIÈRE OBSERVATION

78En tant que spectateur assistant pour la première fois à un gala de boxe, notre impression immédiate a été celle d'un malaise : nous venions de voir un gala savamment arrangé, voire complètement truqué, ce qui, bien évidemment, confirmait l'image mafieuse que la boxe véhicule depuis longtemps. Deux raisons principales nous incitaient à juger ce gala davantage comme un spectacle superficiel que comme un réel événement sportif :

  • Tout d'abord, la faiblesse des adversaires opposés aux boxeurs français : la plupart étaient médiocres, voire très mauvais, tant techniquement (les combats d'Oubaali et d'Asloum), que physiquement (le boxeur ivoirien Foé).
  • Ensuite, l'impression de trucage du seul match intéressant, celui de Thiam où l'arbitre a arrêté le combat après jet d'éponge, alors que son adversaire semblait de plus en plus à l'aise.

79Néanmoins, sans vouloir justifier un tel spectacle, cette première interprétation est à relativiser : un certain nombre d'éléments sont en effet à prendre en compte pour véritablement comprendre les fondements de cette situation et, surtout, les différences d'interprétation des publics.

4.3. LE GALA DE BOXE COMME COMPROMIS ENTRE DIFFÉRENTES LOGIQUES

4.3.1. UNE LOGIQUE SPORTIVE PARTICULIÈRE : CELLE DES BOXEURS EN DÉBUT DE CARRIÈRE

  • 1 À noter que, depuis 2010, la durée du combat en boxe amateur est de trois rounds de trois minutes.

80Lorsqu'on devient boxeur professionnel, on change en quelque sorte de pratique sportive : on passe ainsi de quatre rounds de deux minutes (en boxe amateur) à douze rounds de trois minutes (en boxe professionnelle1). Physiologiquement, l'effort n'est pas le même. Sur le plan de l'intégrité physique, on passe également d'une épreuve où les boxeurs sont protégés (gants plus épais et casques en amateur) à une épreuve où ils ne le sont plus. Enfin, la pratique professionnelle est caractérisée par le KO, preuve objective qui détermine le vainqueur mais qui, dans le même temps, constitue un véritable danger car susceptible de provoquer des lésions physiques très importantes, voire d'entraîner la mort. En tout état de cause, il traumatise physiquement et psychologiquement le boxeur.

81Mais un KO peut également détruire la carrière d'un boxeur. Or, l'idée de carrière à construire est très importante en boxe professionnelle : les matchs n'y sont pas tirés au sort comme chez les amateurs. On ne peut pas se mesurer immédiatement aux meilleurs boxeurs de la catégorie : d'abord, parce que les combattants sont choisis en fonction de leur niveau ; ensuite, pour des raisons d'intégrité physique. Aussi, l'objectif est de progressivement monter le niveau des rencontres pour un jour espérer viser un titre national, européen ou international. Le combat de Merichiche contre Bouaita est à cet égard parfaitement parlant. Le choix du boxeur à rencontrer n'est pas si simple et le risque d'être face à un adversaire trop fort est constant.

82En conséquence, le boxeur est censé progresser graduellement dans la hiérarchie des combattants de sa catégorie. Nous sommes donc en présence, dans ce gala, de matchs de début de carrière où les boxeurs sont mis à l'épreuve du professionnalisme.

83Cette hiérarchisation soulève cependant un problème car la logique de choix qui sous-tend l'organisation des combats implique que l'on accepte ou non un défi. L'objectif est alors d'éviter les situations de danger : danger pour la carrière (lorsqu'on rencontre des adversaires moins bien classés et prometteurs) et danger physique (lorsqu'on affronte des adversaires mieux classés mais surtout beaucoup trop forts).

84On voit dès à présent les limites de cette logique sportive qui présente un réel intérêt sur le plan de l'intégrité physique en début de carrière, mais pose un certain nombre de limites pour la suite du parcours sportif. Les objectifs des uns (quant à leurs choix de matchs) sont en contradiction avec ceux des autres : on veut bien essayer de s'élever, mais on ne veut pas risquer de descendre. Les boxeurs montants – surtout s'ils sont prometteurs – trouveront difficilement des boxeurs mieux classés qu'eux qui acceptent de les rencontrer. Comment ce système peut-il alors perdurer ?

4.3.2. DES LOGIQUES RÉGULATRICES

85Un certain nombre d'éléments vont réguler cette logique sportive. Parmi lesquels, tout d'abord, le besoin de boxer. Les boxeurs doivent en effet combattre pour progresser mais, surtout, pour assouvir leur passion et répondre à leurs croyances en une possible réussite sociale par la boxe. Aveuglés par le mythe du sujet socialement défavorisé, mais dont le courage lui permettra d'atteindre la gloire et l'argent accompagnant le titre mondial, certains ne vont pas hésiter à prendre des risques et accepter des combats plus ou moins dangereux. Une prise de risque qui, il faut le reconnaître, ne doit pas masquer leur désir d'assouvir une passion car les boxeurs, contrairement à ce que l'on pourrait croire, prennent beaucoup de plaisir à combattre :

« Un combat, c'est vraiment un moment intense. Tu es hyper concentrée, prête à toucher, tout en te préservant. C'est difficile d'exprimer ce qu'on ressent, mais en tout cas, c'est super bon. Un grand moment. » (Professionnelle, ancienne SHN, 31 ans)

86Viennent ensuite les contraintes réglementaires imposées par les fédérations. Parmi elles, l'obligation faite aux boxeurs de prendre part à au moins un ou deux matchs par an (selon la fédération).

  • 2 Cf, à ce propos, les analyses de Marcel Mauss sur le don, le contre-don et l'obligation de rendre, (...)

87Interviennent aussi des logiques de nature politique : logique d'échange (don et contre-don2) et de pouvoir entre les entraîneurs, les managers ou les promoteurs : on accepte de prendre certains risques si l'on y trouve un intérêt immédiat sachant que, le jour venu, l'autre assumera à son tour des risques semblables. L'organisation des combats est, en réalité, une négociation engagée entre les entraîneurs et les managers des boxeurs. Mais ces échanges ne se font pas sur un pied d'égalité : poids financier des managers et promoteurs et poids symbolique de certains entraîneurs ne sont pas identiques.

88Finalement, et en dernier lieu, la logique sportive est également régulée par des contingences de nature économique :

  • Celle du boxeur qui espère faire des combats pour gagner de l'argent. La réalité est cependant tout autre puisqu'en France (comme nous le verrons dans la partie consacrée aux carrières) peu de boxeurs gagnent leur vie uniquement grâce à leur pratique. Celle des entraîneurs qui vivent accessoirement des pourcentages pris sur les bourses des boxeurs (qui représentent parfois 30 % du montant de la bourse).
  • Celle des organisateurs/promoteurs qui ont besoin de combats à montrer dans leurs spectacles.

89Celle, enfin, des managers qui doivent également rentabiliser leur investissement.

  • 3 Nous développerons ces différentes logiques régulatrices dans la quatrième partie, consacrée aux c (...)

90Ce sont ces logiques régulatrices qui déterminent cette organisation des combats et qui permettent au système de fonctionner3.

4.3.3. JUSTICE, INJUSTICE ET DIFFÉRENCES D'INTERPRÉTATION AUTOUR DU COMBAT DE BOXE

91À l'aune de ce qui vient d'être dit ici, l'arrangement des matchs peut sembler injuste d'un point de vue sportif, mais les choses ne sont peut-être pas aussi simples, dans la mesure où les logiques sportives, voire économiques, vont dans l'intérêt des boxeurs.

92Sur le strict plan des logiques sportives, un tirage au sort des matchs en professionnel mettrait véritablement en danger les boxeurs. Sur le plan économique, certes, les managers, les entraîneurs et les promoteurs cherchent avant tout à gagner de l'argent, mais pour cela, ils doivent également « construire » un champion. Physiquement (en lui proposant des combats de plus en plus difficiles et en l'amenant, progressivement, jusqu'au championnat du monde) et psychologiquement (en lui épargnant les adversaires dangereux ou les situations d'échec). Il leur faut donc avant tout mettre en place une stratégie de carrière qui préserve l'intégrité physique et psychologique des boxeurs sur lesquels ils ont misé.

93Pour autant, l'épreuve n'est pas juste, car il n'y a pas d'égalité des chances, au départ, entre les combattants : le poids financier des managers, en effet, est déterminant dans le choix des adversaires à rencontrer et, donc, dans les possibilités de carrière... Cela crée d'ailleurs un fort sentiment d'injustice chez les boxeurs :

« Moi, je ne passerai professionnel que si un promoteur me soutient. C'est malheureux à dire, mais dans un combat, il y a toujours une "chèvre" et moi, je n'ai pas envie de devenir une "chèvre". On met un bon avec un autre gars. Je préfère rester en équipe de France. » (Boxeur amateur, SHN, 25 ans)

94Nous sommes donc en présence de carrières à deux vitesses : celles des boxeurs sur lesquels on a misé, et celles des boxeurs qui ont des entraîneurs peu influents. Autrement dit, il y a ceux qui font une carrière et ceux qui servent la carrière des autres : « les chèvres », phénomène particulièrement tragique dans le cas des pays pauvres ou des pays en voie de développement : pays de l'Est, d'Afrique et d'Amérique du Sud (cf. chapitre 3.1.3., p. 74 – Boxe, relations internationales et division du travail). Même si leurs boxeurs sont parfois mieux rémunérés que les boxeurs locaux, ils n'en servent pas moins de simples « viviers de recrutement » pour les galas :

« Ils te font venir des champions d'Amérique du Sud pour leurs galas. Les types, tu as l'impression qu'ils n'ont jamais mis les gants ! Si eux, ils sont champions d'Amérique du Sud, alors moi, je suis champion du monde toutes catégories ! C'est lamentable, tu as toujours des champions qui sortent de nulle part. Les types, ils apparaissent d'un seul coup dans les classements officiels. Tu les as jamais vus boxer et ils se retrouvent bien placés dans leur fédération... donc aptes à attaquer le titre et, comme par hasard, c'est à eux qu'on ouvre le titre. Si c'est pas de la magouille, ça ! » (Entraîneur de club, 49 ans)

95Le choix des adversaires à rencontrer est difficile car les promoteurs recherchent des boxeurs ne mettant pas trop en difficulté leurs champions. Le lien quelque peu « paternaliste » liant l'entraîneur à son boxeur implique que le premier cherche davantage à surprotéger son poulain qu'à « l'envoyer à la boucherie » :

« Teysseron [...] m'a proposé un championnat d'Europe pour Kamel. J'ai refusé : il n'est pas encore prêt. Mieux vaut attendre. » (Entraîneur de club, 65 ans)

96Cette pénurie explique donc pourquoi la plupart des organisateurs font appel à des boxeurs étrangers au moment de monter leur gala :

« Le temps est défini par les organisateurs. Les entraîneurs se voient et décident du nombre de rounds. La fédération n'intervient pas dans les galas, à part pour les championnats de France [...]. Après, pour trouver les boxeurs [...]. L'an dernier par exemple, on a fait appel à des Hongrois. En gros, il y a 2 000 euros de voyage. Pour 1 500 euros, tout est compris par boxeur, plus 50 % de charges. » (Entraîneur de club, 65 ans)

97Cette controverse sur le caractère juste ou injuste de l'épreuve pugilistique renvoie également à la question des regards portés sur cette activité. Si la compréhension des différentes logiques qui sous-tendent la production d'un combat, et la connaissance des règles et conventions régissant le fonctionnement des galas professionnels permettent de mieux saisir les raisons qui amènent les organisateurs à certains choix ou arrangements, cette situation n'en produit pas moins des différences d'interprétations des règles et conventions régissant le fonctionnement des galas professionnels.

98Un gala met en présence plusieurs types de public : les initiés, les non-initiés, les invités et ceux qui ont payé, chacun ayant ses propres attentes et son niveau de connaissance des règles et des conventions qui sont à la base de la boxe.

99Les initiés présents dans la fosse savent qu'une carrière se construit, que l'on doit progressivement amener le boxeur vers le plus haut niveau. Ils n’ignorent pas que les combats seront faciles en début de carrière puis, avec le temps, de plus en plus durs, pour finalement aboutir au combat menant au titre mondial. Quand ils viennent assister à un gala de boxe, ils savent à quoi s'attendre pour ce qui est du niveau des combats, comme nous l'a fait remarquer un spectateur durant le gala. On comprend alors leur réaction ou, plutôt, leur non-réaction voire, pour certains, leur satisfaction, lorsque Brahim Asloum accède au monde professionnel par une victoire. Mais la fosse est également constituée d'un public de non-initiés : les invités. Même s'il se trouve parmi eux quelques passionnés - donc de vrais connaisseurs - la plus grande partie de ce public « people » présent est totalement profane, dans le sens où il connaît à peine les règles de la boxe. Il a alors du combat une perception radicalement différente. Il ne vient pas assister à un tournoi de boxe, mais à un spectacle original permettant de passer une soirée entre amis du show-biz et, ainsi, de maintenir le lien. Il n'a aucune raison d'être scandalisé par la prestation ; il en est même plutôt heureux, par mimétisme avec son entourage direct.

100Par contre, la question est plus complexe pour le public des gradins, notamment celui qui a réellement payé sa place. Ce public est initié, dans le sens où il connaît les règles du jeu ; une grande partie est constituée d'amateurs de boxe anglaise. Mais ce public n'en accepte pas les conventions. Pour lui, un combat se doit d'être un bon combat, c'est-à-dire opposer deux bons boxeurs. En fait, il décontextualise le combat, ne l'interprétant pas comme un moment de la carrière du boxeur où, par convention, on ne propose pas n'importe quel adversaire, n'importe quand. Ce qui lui importe, avant tout, c'est de savoir s'il en a eu pour son argent. Les amateurs de boxe assis derrière nous lors du gala, en sont la parfaite illustration : la boxe les intéresse, ils en ont une certaine connaissance, ils sont venus de loin (de la région orléanaise), ont payé leur place et, finalement, sont particulièrement insatisfaits de ce qui est proposé. Quant au public des non-initiés présent sur les gradins, il ne peut interpréter ce combat que comme truqué car il n'a pas réellement connaissance des conventions régissant le fonctionnement de l'activité. Ce mécontentement général des gradins est surtout le fruit du décalage entre les boxeurs choisis et les boxeurs « maison » (ceux du team Acariès). Certes, la plupart savent bien qu'un boxeur en début de carrière ne peut pas rencontrer un adversaire trop fort, mais ils estiment que le promoteur pourrait engager des boxeurs de plus grande qualité et proposer un spectacle dont ils puissent sortir satisfaits, sans regretter leur investissement (prix de la place, coût du déplacement, etc.).

101La question des différentes interprétations des règles et conventions amène à se pencher sur l'existence d'une dernière logique à prendre en compte pour comprendre comment se construit cette production qu'est le gala de boxe : la logique médiatique.

4.3.4. LA LOGIQUE MÉDIATIQUE

102Dans le cas qui nous occupe ici, il s'agit de la médiatisation d'un spectacle sportif télévisé.

103Sur le plan de l'offre, la production d'un spectacle doit répondre aux attentes des différents acteurs de la demande. Ce spectacle doit être assez attractif pour, d'une part, « faire de l'audience » et, de l'autre, remplir la salle car les spectateurs sont aussi « les acteurs du drame ». Diffuser, à la télévision, un gala avec une salle vide posant un réel problème, on comprend pourquoi le recours aux invitations apparaît, aujourd'hui, comme la seule solution.

104Et sur ce point, les logiques économico-sportives s'opposent aux logiques médiatiques, car, pour atteindre leurs objectifs, les médias ont besoin de diffuser des prestations correspondant aux attentes de leurs spectateurs : une épreuve sportive pleine d'incertitude, un combat « accroché », voire violent. Or, si le boxeur est en début de carrière ou engagé dans une dynamique de construction de carrière, ce type de prestation n'est pas possible, pour des raisons de sécurité. Et cela, alors même que, d'une part, le boxeur a besoin de faire des combats et que, d'autre part, son manager doit le faire connaître afin d'entretenir un intérêt médiatique autour de lui et de lui organiser des rencontres pour construire sa carrière. Au final, cela revient, en quelque sorte, à médiatiser des combats qui ne sont pas médiatisables. Comment réaliser ce tour de force ? Tout simplement en s'arrangeant pour tromper le regard des spectateurs :

  • en « spectacularisant » le gala au moyen d'artifices pour compenser et voiler la pauvreté des matchs : lumière vive, paillettes, musique tonitruante ;
  • en sélectionnant les séquences, les prises de vues intéressantes qui passeront à la télévision, l'objectif étant d'atténuer les différences de niveaux ; ainsi, on choisit toujours, entre les caméras, celle qui donne l'angle de vue le plus avantageux ;
  • en montrant la satisfaction et les explosions de joie des spectateurs présents dans la fosse : Jean-Luc Delarue, pouce levé, les différentes personnalités ovationnant Brahim, etc. ;
  • en couvrant les expressions de mécontentement par un feu roulant de musique et de lumière ;
  • en engageant des commentateurs et animateurs qui, par des déclarations « positives », vont réussir à influencer l'image perçue du combat : « Regardez avec quelle facilité Brahim se déplace sur le ring... une graine de champion... » ;
  • en proposant, en face des vedettes montantes (maison), des boxeurs soi-disant titrés (Cuevas présenté comme champion d'Amérique du Sud) auxquels on demande probablement de « spectaculariser » leur prestation : signe de croix, short à franges, etc.

105Au final, le match auquel on assiste devant son poste de télévision n'est pas perçu si négativement : on en vient même à se demander, parfois, s'il s'agit bien du même match que celui qui a eu lieu dans la réalité. Dans la presse, on applique la « langue de bois » : aucune critique, tout va bien. Par contre, dans la salle, la situation passe très mal : au concert de sifflets se mêlent des tentatives de quitter la salle, etc.

106Finalement, l'aspect apparemment truqué des galas (et l'idée selon laquelle cette pratique est totalement généralisée) masque le véritable problème, celui du choix des boxeurs invités dans les galas. Comme nous l'avons vu, ce choix difficile, qui n'implique pas systématiquement la confrontation des meilleurs, articule différentes logiques – sportives, économiques et médiatiques – dont il faut connaître l'existence pour mieux appréhender la réalité.

107Pour autant, l'opposition entre le gala motivé par une logique économique, d'une part, et la rencontre sportive animée par l'esprit du sport, de l'autre, n'est pas aussi tranchée. Dans le cadre d'une logique médiatique, le gala est certes un match d'exhibition, mais il s'inscrit également dans une stratégie sportive : il se présente alors comme un match d'entraînement dans l'optique de l'épreuve finale, « l'attaque » d'un titre.

108L'arrangement n'est donc pas injuste là où il est précisément mis en accusation (à savoir la faiblesse des adversaires mis en présence), puisqu'il est animé par des stratégies de carrière : il est légitime, en effet, de ne pas vouloir exposer des boxeurs à des combats trop rapidement difficiles alors qu'ils se trouvent dans une phase d'apprentissage. Mais derrière cette notion de justice en faveur des uns se cache l'injustice du traitement réservé aux autres, les « laissés-pour-compte », les « faire-valoir ». Il faut être vraiment très motivé pour jouer les « chèvres » ou tenter, sans l'aide de personne, de construire une carrière :

« C'est malheureux à dire, mais les boxeurs, ils se font exploiter. Ils ont du mal à trouver des combats, ils galèrent. Par exemple Mehdi, c'est son cas, il galère. Il ne trouve pas de combats. On ne lui laisse pas sa chance. Deux combats en un an. Deux fois 900 euros. Il est bon, Mehdi. C'est pour ça que je me pose des questions : ici, j'ai quand même la sécurité. J'en connais un autre, il a eu 450 euros en deux combats : la honte. » (Boxeur amateur, SHN, 25 ans)

109Aujourd'hui, les pratiques des promoteurs accusent sans doute un décalage avec la réalité de la boxe. Certes, l'idée selon laquelle le boxeur est un investissement qu'il convient de protéger et de faire progresser repose sur des justifications d'ordre économique et social qu'il est possible de comprendre. Dans un contexte de concurrence élevée, on peut en effet concevoir que le système dans son ensemble y trouve son intérêt. Les promoteurs misent sur les boxeurs, leur organisent des combats, construisent leur carrière et, un jour, les font s'affronter. Tant que les boxeurs et les galas sont nombreux, on trouve toujours des adversaires de mêmes niveaux. Par contre, lorsque le nombre de boxeurs, de promoteurs et de galas diminue, la qualité des matchs possibles baisse proportionnellement ce qui, à terme, pose la question de la pérennité et de la valeur des galas de boxe. Aujourd'hui, beaucoup s'accordent à dire que celle-ci est de plus en plus médiocre :

«   Quand tu montes des soirées moyennes, il n'y a plus personne, comme en ce moment avec les frères Acariès... Avant, quand on allait au Palais des sports, il y avait sept ou huit matchs professionnels pour une soirée, et c'était pas forcé que les autres matchs soient des pros vedettes. Après, il y avait aussi des matchs vedettes avec des pros américains, mais l'ensemble, c'était toujours du bon niveau. Et, donc, les spectateurs étaient contents. Car la boxe pro, c'est un spectacle et si le spectacle n'est pas bon, tu ne vas pas le revoir et donc ça ne marche pas longtemps. C'est comme une pièce de théâtre ou un film. Si c'est pas bon, tu n'y retournes pas.
Les spectacles sont aujourd'hui de moins bonne qualité. Si tu mets des adversaires qui ne sont pas bons ou qui sont nuls.... Ce n'est pas le boxeur par lui-même qui est en cause... Ils ont essayé de recommencer à Bercy mais c'était nul. Les types : des nuls. Moi, je suis parti avant. C'était vraiment se foutre de la gueule du monde. Quand il y a un match de bon, c'est le grand maximum. » (Cadre fédéral, 51 ans)

110Si les galas sont médiocres, ce n'est pas tant parce que les organisateurs se moquent de la qualité du spectacle (préfinancé par les diffuseurs), c'est avant tout parce qu'ils se trouvent dans une logique de protection de leurs boxeurs.

4.4. LA FINALE DES CHAMPIONNATS DE FRANCE AMATEURS 2001

111Dans un tel contexte, on comprend bien que la boxe amateur demeure une activité non médiatisée. Certes, les Jeux olympiques de Sydney, à l'occasion desquels Brahim Asloum a gagné une médaille d'or, ont pu laisser croire qu'elle pouvait devenir médiatisable. Mais trois olympiades plus tard, et malgré deux titres de champion du monde, la boxe amateur ne bénéficie toujours d'aucune forme de médiatisation comme l'illustre notre compte rendu ethnographique des championnats de France amateur 2001 :

  • 4 Le lendemain, dans les journaux, les résultats ne sont pas donnés alors que les mêmes quotidiens f (...)

Nous arrivons vers 19 h à Fontenay-sous-Bois. La salle, qui n'est pas très grande, est comble.
Au programme, il y a onze finales des championnats de France amateurs. La veille, le nouveau président a été élu. Il est assis à côté des frères Acariès. On comprend alors les remarques d'un certain nombre d'entraîneurs quant au fait qu’Acariès « fait ses courses » en équipe de France amateur : « Tiens, ça y est. Il vient déjà se servir. Il est déjà à côté du nouveau président. » (Propos recueillis). Teysseron est également présent. Acariès est appelé sur le podium pour remettre le premier titre de champion de France. C'est toute une reconnaissance symbolique qui lui est ici donnée. Reconnaissance étonnante au regard des multiples critiques émises à son encontre et surtout compte tenu de la dénonciation presque systématique des abus qu'il opère sur les boxeurs et autres acteurs de la boxe du fait de sa position quasi monopolistique sur l'organisation des combats.
On remarque également la présence de Brahim Asloum. Son frère combat pour la finale. Il est appelé pour donner la deuxième remise de médaille. On lui demande de faire un discours. Il semble posé. Il s’exprime bien. On lui a fait un petit look« intello » avec de petites lunettes. Ensuite se déroule une séance photo avec ses anciens copains de l’équipe de France. Sa conseillère médias est présente. Elle s'occupe de lui, le place sur les photos, etc. Il est devenu un objet médiatique.
Pathé Sport couvre la manifestation en différé4. Par contre, contrairement au gala du Palais des sports, le public semble très satisfait du spectacle proposé, c'est-à-dire de la prestation sportive. L'ambiance est particulièrement festive. On peut discerner trois types de public dans l'enceinte :

  • les invités de la Fédération, du ministère en charge des sports, et du monde politique, auxquels il faut ajouter les boxeurs professionnels et différents promoteurs du monde professionnel ; ils sont dans les places de ring ;
  • les quelques passionnés de boxe dans les tribunes (anciens boxeurs, boxeurs et dirigeants de clubs), avec les supporteurs des boxeurs présents ;
  • les jeunes de la cité de Fontenay-sous-Bois, venus voir le spectacle.

La salle est comble. Environ 500 à 1 000 spectateurs. Le décor n’est pas celui du Palais des sports. C’est un gymnase traditionnel d'une surface à peu près équivalente à celle d'un terrain de handball, avec un ring au milieu. Des banderoles sont mises sur le côté, histoire d'égayer la salle. Il n'y a pas de jeu de lumière, comme ce pouvait être le cas au Palais des sports. Seulement des projecteurs braqués sur le ring.
L’animation est réalisée par un commentateur professionnel. Elle est du niveau de celle du gala professionnel, sauf qu’il ne dispose pas des mêmes moyens matériels pour accompagner son discours (sono, lumière, etc.). Il y a un peu de musique et la sono n’est pas très forte. Aucun rapport avec le Palais des sports.
En résumé, une tentative est faite pour imiter les galas professionnels, mais l'écart reste particulièrement fort : d'un côté un « show télé », de l’autre une manifestation sportive traditionnelle.
Quant au niveau sportif des combats, il est, bien entendu, très bon. Les deux meilleurs boxeurs sont arrivés en finale après avoir éliminé la plupart du temps des adversaires de plus en plus forts (sauf exception où l'un des favoris a été éliminé aux tours précédents) et ils viennent pour gagner. En règle générale, les matchs sont équilibrés. On éprouve cependant quelques difficultés à savoir qui a gagné. Le résultat de l'un des matchs sera d'ailleurs très controversé, de nombreuses personnes du milieu de la boxe, autour de nous, s'attendant au résultat contraire. L'arbitrage est difficile, d'autant plus que les matchs sont rapides. On ne voit pas toujours les touches ni si elles atteignent leur cible ou pas. La prestation est sans équivalent avec les matchs professionnels pour ce qui est de l'engagement physique, même si une impression de flou persiste et que l'on ne comprend pas toujours les résultats. Techniquement, le niveau semble identique.

112Cette impression de vitesse et de précipitation est accrue par la durée et le nombre de rounds de quatre fois deux minutes. En boxe professionnelle, les rounds étant plus longs, les boxeurs ne se livrent pas immédiatement, à l'exception de certains puncheurs. Les combats sont plus posés et l'engagement plus modéré.

4.4.1. LES GALAS PROFESSIONNELS, SYMBOLES DE RECONNAISSANCE POUR LES BOXEURS

113La différence entre les galas professionnels et amateurs est considérable. Le gala professionnel propose un véritable spectacle dont « l'apparence » et le « paraître « sont des dimensions de la plus haute importance, à ne pas négliger. Les boxeurs sont sous le feu des projecteurs, dans une salle mythique. Ils passent sur une chaîne de télévision à grande audience. Des personnalités et des stars du show-biz sont présentes.

114À l'inverse, la finale des championnats de France se présente comme une rencontre sportive de haut niveau, certes, mais sans le faste de la porte de Versailles. On peut donc comprendre que, pour des boxeurs, l'accès à ce type de notoriété qui, l'espace d'un instant, fait d'eux des personnes reconnues, vues et médiatisées, symbolise la réussite. Passer professionnel, c'est ainsi pouvoir potentiellement accéder à cette gloire des écrans et du show-biz. Les galas sont donc au cœur de cette médiatisation, en sont le support et impriment une différence significative entre la boxe amateur et professionnelle, qui évidemment joue un rôle dans la carrière des boxeurs.

115Le gala, parce qu'il est fortement médiatisé, est une réalité contemporaine qui participe fortement à la construction de l'image de la boxe dans la société. Il attire l'attention, met le boxeur dans une situation flatteuse et lui apporte la reconnaissance. Mais il ne représente que la partie émergée de l'iceberg. La prestation d'un boxeur ne serait rien sans le travail réalisé en amont dans la salle de boxe. Or cette dernière est un univers totalement atypique à l'intérieur de la culture sportive, méconnu de l'opinion publique et bien éloigné des paillettes et de l'argent facile propre au monde du spectacle. Il est donc indispensable de mieux comprendre ce qu'est cet univers de la salle de boxe. Quels en sont les particularités et les fonctionnements ? Quel esprit y trouve-t-on ? Comment s'y organise le travail du boxeur et quel rôle l'entraîneur y joue-t-il ?

Notes

1 Même si, depuis 2010, Canal + a réduit sa programmation consacrée à la boxe.

2 Rauch (André) – op. cit.

3 Bien qu'appartenant à un tout autre champ sportif, l'exemple contemporain de l'équipe de football de Monaco illustre bien cette réalité : dans les années 1990, cette équipe gagne plusieurs fois la Coupe de France bien qu'elle ne soit ni la plus suivie, ni même la plus spectaculaire, ni celle qui offre le plus beau jeu. Ce n'est donc pas l'équipe qui aurait été choisie s'il s'était agi d'un gala mis en place par un organisateur désireux avant tout de produire la plus belle affiche dans un match amical. Dans le cadre d'un match amical, l'absence d'enjeu autre que le jeu et le spectacle soustrait à l'événement une partie de sa dimension affective.

4 Il n'est en effet pas rare que deux grandes équipes produisent un match médiocre sur le plan technique et pourtant suivi dans la plus grande passion.

5 Rauch (André) – Op cit.

6 Mais si la piste de la diffusion télévisée hebdomadaire des galas de boxe peut être considérée comme un vecteur de désertification des galas aux États-Unis, cette piste ne peut être confirmée en France. Le déclin de la boxe s'amorce au sortir de la Seconde Guerre mondiale (pour ce qui est du nombre de pratiquants), et réellement dans les années 1960 (pour le nombre de galas). Or, la diffusion régulière de la boxe commence en France seulement dans les années 1980, alors qu'aux États-Unis la télévision devient déterminante dans le développement de la boxe dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. « The Tournament of Champions » est un moment décisif pour la boxe et la télévision. Celle-ci pense pouvoir prendre un essor rapide en s'appuyant sur la pratique pugilistique. Elle organise, tous les vendredis, des soirées de boxe diffusées en direct. Sont concernées CBS (The Tournament of Champions) et NBC (The Twentieth Century Club's Friday Night Contest). Pour la télévision, la boxe devient donc un enjeu très important. En 1952, les combats télévisés touchent une moyenne de 5 millions de foyers, représentant 31 % de l'audience disponible. En 1955, ce chiffre monte à 8,5 millions, permettant à l'IBC d'encaisser 90 000 dollars par semaine. Ainsi, dès les années 1950, les combats de boxe deviennent aux États-Unis un spectacle à forte audience, diffusé à la télévision presque tous les soirs, venant faire concurrence aux émissions grand public. Cf.Sammons (Jeffrey T.) – op. cit.
En France, la télévision procède plus tardivement à des retransmissions. On constate même que, jusque dans les années 1970, son rôle est plutôt positif. Si la télévision participe sans doute à la désertification des salles, elle n'en est cependant pas l'élément moteur.

7 Cangioni (Pierre) – op. cit.

8 Comme nous l'avons expliqué précédemment, les risques corporels de la pratique sont trop importants pour laisser un tirage au sort opposer des boxeurs de niveaux trop différents. Cependant, avec les enjeux financiers, ce souci de protection s'est perverti, créant des carrières à deux vitesses. Nous développerons ce point dans la suite de ce chapitre.

1 Duret (Pascal) et Trabal (Patrick) – Le Sport et ses affaires. Paris, Métailié, 2001.

2 Pour illustrer nos propos, nous prendrons appui sur les notes ethnographiques recueillies durant son déroulement.

3 Cf.Poltorak (Jean-François) – op. cit.

4 Alors conseiller, avec Michel Acariès, de Brahim Asloum dont la carrière était, à l'époque, à son apogée. Sont ainsi ouvertes au boxeur les portes du star-system (émission télé) et celles de la boxe professionnelle (galas médiatisés).

5 Cf.Poltorak (Jean-François) – op. cit. ; Wacquant (Loïc) – Corps et âme. Carnets ethnographiques d'un apprenti boxeur, op. cit. ; Burlot (Fabrice), Clergier (Martin), Mignon (Patrick), Lemieux (Cyril) – « Maîtriser le passage de l'amateurisme au professionnalisme » (rapport du projet de recherche no 310-B). INSEP/ministère de la Jeunesse et des Sports, 2002.

6 Sammons (Jeffrey T.) – op. cit.

7 Cf.Sugden (John) – Boxing and Society. An International Analysis. Manchester (Grande-Bretagne), Manchester University Press, 1996 ; Rauch (André) – op. cit. ;Philonenko (Alexis) – op. cit.

8 Quand on est connu, il y a toujours le risque, si l'on n'est pas dans la rosse, a erre épié, interpellé, sollicité par les spectateurs issus de milieux populaires, comme ce fut le cas pour Laurent Robert qui, apostrophé par des jeunes présents autour de lui, dut quitter rapidement le gala.

9 Catégories validées en 2001.

1 À noter que, depuis 2010, la durée du combat en boxe amateur est de trois rounds de trois minutes.

2 Cf, à ce propos, les analyses de Marcel Mauss sur le don, le contre-don et l'obligation de rendre, Mauss (Marcel) – Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques. Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2012 (1925).

3 Nous développerons ces différentes logiques régulatrices dans la quatrième partie, consacrée aux carrières.

4 Le lendemain, dans les journaux, les résultats ne sont pas donnés alors que les mêmes quotidiens font deux pages sur l'entrée d'Asloum dans le monde professionnel. Il y a un considérable décalage dans le traitement médiatique des deux manifestations.

Table des illustrations

Légende Photo n o 17Le boxeur Gustave Humery face à Marcel Cerdan au vélodrome d'hiver de Paris, le 18 avril 1942.© Iconothèque INSEP
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Photo n o 18L'Écho des sports, 1922
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1286/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Photo n o 19Affiche datant de 1950 montrant le renforcement de la publicité autour des galas de boxe.Annuaire du ring no 5, 1949-1950
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1286/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Photo n o 20Le boxeur Jean-Claude Bouttier dans une leçon avec son entraîneur Michel Maguire.Entraînement à l'INS, en préparation du combat pour le titre de champion du monde des poids moyens contre Carlos Monzón, le 13 juin 1972.© Iconothèque INSEP
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1286/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© INSEP-Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540