Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Univers de la boxe anglaise

 | 
Fabrice Burlot

Deuxième partie. Salles de boxe et fédérations internationales : de l'ombre à la lumière

Chapitre 3. Entre amateurisme et professionnalisme : les compromis organisationnels de la boxe anglaise

Texte intégral

1En France, de nos jours, la boxe anglaise a cela de spécifique qu'y faire carrière implique de s'intégrer successivement à deux mondes caractérisés par des logiques profondément opposées : celui de l'amateurisme et celui du professionnalisme.

2 L'amateurisme commence avec la boxe éducative qui devient aujourd'hui le chemin privilégié d'accès au « noble art ». Sorte de formation initiale à la pratique, la boxe éducative est dotée d'une organisation sportive traditionnelle, avec des compétitions par catégories d'âge et de poids.

3Dans sa continuité, la boxe amateur révèle une organisation plus complexe car hiérarchisée : d'un côté, nous trouvons les boxeurs de haut niveau qu'il est possible de considérer comme des « travailleurs sportifs d'État » au regard des avantages dont ils jouissent (aide financière personnalisée, logement, restauration, formation, emploi, valorisation sociale) ; de l'autre, les boxeurs ne bénéficiant pas du statut de sportif de haut niveau.

4 La boxe professionnelle, quant à elle, montre une organisation plus uniforme mais révélant un fonctionnement assez éloigné des normes sportives : fédérations, titres et intervention d'organisateurs de combats. Le boxeur y fait figure de petit entrepreneur sur un marché aux ressources rares et concurrentielles : les combats organisés dans les galas de boxe.

5En fonction de ces deux mondes, comment s'agencent les différentes positions et emplois dans cette organisation compétitive de la boxe, tant au niveau national qu'international ?

6À travers l'analyse de l'organisation internationale de la boxe, nous explorerons tout d'abord le marché du travail de la boxe anglaise : les compétitions internationales, en effet, concernent presque exclusivement les professionnels et les élites amateurs. Cette orientation nous permettra de révéler la structure du marché des emplois en boxe anglaise, de déterminer les types d'emplois possibles mais, aussi, de confronter deux modèles de régulation de ce marché accessible au boxeur talentueux : une régulation par l'État (par le biais des fédérations) pour la boxe anglaise amateur, et une régulation par le marché, pour le monde professionnel.

7Dans un second temps, nous traiterons de l'organisation de la pratique en France et des différentes formes qu'elle peut prendre.

3.1. ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA BOXE ET DIFFÉRENCIATION DES MONDES DU TRAVAIL

3.1.1. MULTIPLICATION DES TITRES ET DES FÉDÉRATIONS DANS LE MONDE PROFESSIONNEL : EMPLOIS ET RÔLES POSSIBLES SUR CE MARCHÉ

  • 1 Cf.Menger (Pierre-Michel) – « La Profession de comédien. Formations, activités et carrières dans l (...)
  • 2 Nous tenons à distinguer les notions de rôles et d'emplois, dans le sens où un boxeur peut être en (...)
  • 3 En boxe anglaise professionnelle, pour des questions d'intégrité physique, on ne peut pas rencontr (...)

8Le marché de la boxe professionnelle repose sur une logique de rareté de l'offre. En effet, à la différence de ce qui se passe pour les comédiens, par exemple1, le monde de la boxe n'offre pas une multitude de rôles et donc d'emplois possibles2. En moyenne, les boxeurs professionnels français ne font pas plus de 2,5 matchs par an (cf. tableau no 13, p. 236). De plus, seuls les championnats mettant en jeu des titres sont réellement médiatisables et donc sources de profits. En boxe anglaise, il est en effet difficile de médiatiser un match utile à la construction d'une carrière3 autrement qu'en l'intégrant à un gala proposant déjà un combat vedette à l'affiche. Sur ce point, le monde de la boxe se différencie des autres mondes sportifs professionnels : les ressources apportées par les mécènes et les sponsors étant ici rares et faibles, la rémunération d'un boxeur repose donc essentiellement sur le prix que le promoteur va lui offrir pour combattre dans son gala, prix évidemment établi en fonction d'un retour espéré sur investissement. L'équilibre financier d'un gala repose de façon très exceptionnelle sur les annonceurs ; les revenus sont largement obtenus grâce aux spectateurs et, surtout, aux téléspectateurs. De fait, l'affiche est un élément essentiel à la réussite du gala, car elle seule assurera l'audience et le succès public.

9On comprend aisément que le système serait difficilement viable économiquement parlant si, comme à l'origine, il n'y avait qu'un seul titre de champion du monde, toutes catégories confondues, proposé par une seule fédération internationale ! Historiquement, pour contourner cette impasse (la rareté de l'offre) – beaucoup plus importante que dans d'autres activités sportives, comme le tennis par exemple – et pour augmenter le volume d'emplois possibles, la boxe professionnelle a dû se soumettre à un double mouvement :

  • Une multiplication des titres, d'une façon verticale : on passe ainsi de trois catégories de poids en 1891 à dix catégories en 1960, pour arriver finalement à dix-sept catégories en 1987, qui vont des moins de 48 kg (paille) aux plus de 90,7 kg (cf. tableau no 4, p. 74), avec des écarts de moins de deux kilos entre catégories de poids pour les sept plus petites.
  • Une multiplication des fédérations, d'une façon horizontale : ainsi, en 2010, coexistent presque dix fédérations internationales qui toutes confèrent des titres de champion du monde.
  • 4 Il ne s'agit pas, ici, de retracer l'histoire de la boxe (ce que d'autres ont déjà fait), mais bie (...)

10Si, à l'origine, l'augmentation du nombre des catégories est née de la nécessité de contrôler la violence afin de préserver l'intégrité physique des boxeurs, le besoin d'augmenter les « ressources médiatisables » a très rapidement pris le relais. La multiplication des fédérations s'inscrit également dans cette perspective : dans un contexte où aucune fédération n'est véritablement légitime, laissant un marché complètement ouvert à la concurrence, et où le match de boxe devient un spectacle populaire largement diffusé par la télévision, les titres de champions du monde vont se multiplier et générer un système complexe d'emplois. Mais pour comprendre cet état de fait, il faut revenir au début du XXe siècle4.

  • 5 Aux États-Unis, tous les États sont dotés de commissions régulant et organisant la boxe profession (...)

11À partir du moment où la boxe n'est plus interdite, de nombreuses organisations à caractère international vont revendiquer la légitimité des titres mondiaux dans les différentes catégories pour lesquelles elles organisent des combats. Ainsi, rapidement, dans la continuité de la rivalité qui oppose tout au long du XIXe siècle l'Angleterre et les États-Unis sur la question de la suprématie en boxe anglaise, va se construire une opposition farouche entre le British Boxing Board of Control (BBB of C) et les commissions des États américains (telle la New York State Athletic Commission, ou NYSAC, considérée comme la plus influente sur le continent nord-américain), ainsi que la National Boxing Association5 (NBA). C'est pourquoi, au début du XXe siècle, l'Angleterre n'adhérera pas à l'International Boxing Association (IBA) qui, outre les États-Unis, regroupe la France, la Belgique et la Suisse. Parallèlement, en Europe, est créé l'International Boxing Union (IBU) auquel s'associe le BBB of C.

12En 1920, une tentative d'unification des fédérations de boxe est lancée, mais les territoires sont trop « juteux » et les intérêts trop importants pour que ces fédérations–et, pour leurs homologues américaines, « les commissions » – renoncent à l'attribution de titres : ceux-ci sont, en effet, une solution trouvée par les organisateurs pour asseoir les spectacles de boxe car ils représentent de véritables valeurs d'appel pour les galas. Sans titre en jeu, en effet, il est difficile de vendre un gala qui, sans cela, se résume à un simple tournoi d'exhibition. Derrière les résistances des fédérations à unifier leurs règles et leurs titres se trouvent donc des organisateurs bien décidés à défendre leurs intérêts financiers. En réalité, le système est logique : sans enjeu, les matchs sont moins disputés ; le risque pour l'organisateur est alors de déplaire au public et de devenir moins attractif.

  • 6 À cette époque comme aujourd'hui, il est difficile d'établir la frontière entre les activités d'or (...)

13Les années de l'entre-deux-guerres voient se développer les organisations de galas. L'offre étant importante, le public peut faire des choix et, pour orienter ceux-ci, les organisateurs ne se privent pas d'utiliser la publicité des titres en jeu. C'est à cette époque que, dans un contexte plus global de division du travail, commence à se constituer le métier de « promoteur » de spectacle de boxe6.

  • 7 Par exemple : l'idée qu'un championnat d'Europe fait s'opposer les deux meilleurs boxeurs européen (...)

14L'utilisation des titres n'est d'ailleurs pas sans effet pervers : nombreux sont les individus peu scrupuleux qui en inventent pour vendre leurs galas, voire échafaudent des réputations usurpées validées par ces soi-disant titres. Si le titre ne renvoie pas unanimement à un certain niveau de boxe dans l'imaginaire du public7 comme dans l'imaginaire des boxeurs (par exemple, le titre de champion du monde est supposé couronner le plus fort), il ne représente pas véritablement un enjeu et n'incite pas spécialement les boxeurs à s'engager dans les combats. Mais à partir du moment où il devient l'objet d'une croyance partagée, le titre commence à représenter un enjeu, notamment sur le plan de la réputation. Il prend une valeur monnayable mais, en plus, il construit l'idée de carrière. Les combats de boxe se succèdent alors dans la perspective d'un titre célébrant le plus fort d'une compétition.

  • 8 Le chapitre 4, p. 87 (Spectacle et médiatisation de la boxe) explique plus précisément, à travers (...)

15Tant qu'il n'y a pas de titres engagés, l'enjeu des matchs est immédiat : le gagnant est le plus fort. Mais dès lors qu'il existe une hiérarchie conférée par un titre, le gain d'un match se conçoit dans une logique de carrière : les boxeurs ne peuvent plus participer de la même façon à tous les combats, ni rencontrer n'importe quel adversaire. Se constitue alors, dans la mesure du possible, une gestion de la prise de risque : il ne faut, en aucune façon, s'exposer à la défaite et, surtout, perdre par KO. Cette gestion du risque se traduit donc par une logique de choix des boxeurs à affronter afin d'atteindre l'objectif visé : être le champion d'une catégorie donnée au sein d'une fédération8. C'est ainsi que les boxeurs vont progresser à l'intérieur d'une hiérarchie de titres possibles sur le marché de la boxe. Cette hiérarchisation (nous l'avons vu au chapitre 2 – Paris, spectacle et professionnalisation de la boxe) touche non seulement les salles de boxe dans la France de l'après-guerre, mais va également concerner les organisateurs, souvent associés à des salles. Il est alors habituel de commencer la boxe en amateur, de participer à de petits galas de banlieue ou de province, avant de passer par le Central, de continuer par la salle Wagram, pour terminer, enfin, par le Palais des sports.

  • 9 Cf.Cangioni (Pierre) – op. cit.

16C'est donc l'importance économique et médiatique des titres qui a été à l'origine de cette prolifération des fédérations constatée au début des années 1930. Comme toutes revendiquent la légitimité du titre mondial, de nombreux conflits éclatent quant à la valeur des titres : ainsi, le boxeur Young Perez, devenu à vingt ans, en 1931, le plus jeune champion du monde des poids mouches français, voit malheureusement son titre uniquement validé par l'IBU et la commission de New York9, tandis que, dans le même temps, la NBA désigne un autre champion du monde. L'IBU, pourtant organisation exclusivement européenne, attribue néanmoins des titres de « champion du monde IBU ». Parallèlement à ces organisations internationales, l'Angleterre demeure encore un cas à part puisqu'elle s'octroie la liberté de reconnaître ou non ces champions, et organise également ses propres championnats du monde.

  • 10 Cf.Sammons (Jeffrey T.) – op. cit.
  • 11 Devant ce quasi-monopole, l'association des entraîneurs et managers new-yorkais allait faire oppos (...)
  • 12 L'IBC organise 45 % des combats de 1937 à 1949. De 1949 à 1953, trente-six championnats du monde p (...)

17Devant cet imbroglio, l'ancien champion du monde Joe Louis jouera un rôle déterminant pour que soient redéfinis – au moins momentanément – les différents territoires de la boxe. Sous son impulsion, l'International Boxing Club of New York (IBC) est créé10 avant la Seconde Guerre mondiale. À l'origine, l'idée était de gérer principalement les titres de champions du monde des poids lourds. S'entourant de plusieurs associés, dont les dirigeants du Madison Square Garden, Joe Louis amène rapidement l'IBC à organiser la plupart des championnats du monde et, pour asseoir son autorité, se lie avec Frankie Carbo, patron de la mafia new-yorkaise11. À la fin des années 1950, l'IBC a le contrôle exclusif de l'organisation des matchs non seulement pour les poids lourds, mais également pour les moyens et légers12. Cependant, une fois Frankie Carbo emprisonné, l'IBC est démantelé en raison des nombreux matchs truqués organisés sous le contrôle de la mafia.

18Après ce démantèlement, les territoires de la boxe professionnelle vont redevenir concurrentiels et pluriels, et l'organisation de la boxe anglaise telle que nous la connaissons actuellement va, petit à petit, prendre forme. On assiste alors à une multiplication du nombre de fédérations, chacune revendiquant la légitimité des titres mondiaux et proposant de multiples catégories de poids, si bien qu'aujourd'hui, le monde de la boxe professionnelle apparaît comme extrêmement complexe. Dans ce contexte, une hiérarchie s'est progressivement instituée à l'intérieur des différents emplois possibles pour les boxeurs. Elle touche d'une part les fédérations et, d'autre part, les catégories de poids.

  • 13 WBC : World Boxing Council, fondée en 1963 ; WBA : World Boxing Association (fondée en 1921 sous l (...)
  • 14 WBU: World Boxing Union, fondée en 1995; IBO: International Boxing Organization, fondée en 1993; I (...)
  • 15 Plus récemment (en 2008), il faut signaler la création de la WSB (World Series Boxing) qui a la pa (...)
  • 16 Marqusee (Mike) – Redemption Song. Muhammad Ali and the Spirit of the Sixties (2nd Revised edition) (...)

19Parmi les fédérations, quatre sont aujourd'hui considérées comme majeures – la plus prestigieuse étant la WBC, suivie de la WBA, la WBO et l'IBF13 –, et cinq comme mineures (WBU, IBO, IBC, WBF et WBB14), leurs titres ayant beaucoup moins de valeur15. Quant aux catégories de poids, la hiérarchie qui les caractérise est toute symbolique, les plus lourdes étant censées produire les champions les plus forts, d'où la définition de catégorie « reine » qui se rattache à celle des « poids lourds16 ». Une situation issue de la logique de violence qui glorifie le choc des corps et sacralise l'homme le plus fort, lequel, en règle générale, est bien évidemment celui dont l'apparence est la plus impressionnante : le plus grand, le plus musclé. Mais la popularité des poids lourds tient aussi à l'histoire et à l'absence originelle de catégories. Dès les premiers combats de boxe anglaise, la force physique est évidemment apparue comme un avantage. Les meilleurs ont souvent été les plus lourds et les plus grands. Une fois les catégories mises en place, les initiés du « noble art » sont restés sur leurs positions anciennes consacrant la suprématie du poids lourd. C'est pourquoi les boxeurs n'ont de cesse de monter dans les catégories, afin de devenir des champions dans la plus haute, la plus impressionnante et la plus prestigieuse d'entre elles : la catégorie « reine ».

« Dans les petites catégories, on peut être champion du monde amateur, passer professionnel et se retrouver dans une situation de précarité, car il y a peu de boxeurs dans les petites catégories. Et puis, ça intéresse moins les médias. Dans les catégories moyennes, il peut être envisagé une carrière pro plus sereinement. Mais ce qui compte, ce sont les poids lourds. » (Cadre fédéral, 32 ans)

20Cette suprématie est même perceptible dans les choix de carrière des boxeurs : par exemple, on a longtemps considéré la catégorie des mi-lourds comme un tremplin pour s'attaquer au titre des « lourds ». Le combat de Georges Carpentier contre Jack Dempsey, en 1921, en est la parfaite illustration. La différence de gabarit entre les deux boxeurs était impressionnante, puisque le Français – combattant habituellement en mi-lourd – rendait presque sept kilos à son adversaire et mesurait six centimètres de moins. Ainsi, le titre de champion du monde des poids lourds est la seule catégorie où des écarts très importants de poids peuvent différencier les boxeurs.

21La hiérarchie des valeurs entre les différentes catégories est donc extrêmement importante, les matchs de « lourds » attirant davantage de public et générant des ressources financières considérables. On comprend donc pourquoi, au moment de passer professionnel, tous les boxeurs n'ont pas le même potentiel de création de richesses :

«  Sur les chances de réussite ou sur le risque qu'il y a à passer ou non professionnel, on entre dans un débat technique. Car si on est boxeur de haut niveau de telle catégorie, on aura beaucoup plus de chances de réussir dans le monde pro que si on est poids plume ou autre. Par contre, si on est champion de France ou d'Europe des poids lourds amateurs, on va avoir une valeur marchande immédiatement plus importante en entrant dans le monde professionnel. » (Élu fédéral, 64 ans)

«  Dans les petites catégories, ça rapporte moins d'être professionnels. Même les très bons, ils gagnent moins que les poids lourds. Et en plus, les carrières sont plus courtes car arrivent très rapidement des jeunes avec plein de tonus et de vivacité. C'est dur de les suivre. Asloum a eu raison de passer pro, mais dans sa catégorie il y a des Japonais, des Coréens et des Sud-Américains » (Entraîneur de club, 68 ans)

  • 17 La plupart des fédérations imposent aux boxeurs d'être dans les quinze premiers du classement pour (...)
  • 18 Mot souvent utilisé dans nos entretiens pour qualifier les boxeurs servant la carrière des autres.

22La boxe professionnelle ne s'intéresse qu'aux poids lourds, les petites catégories étant souvent délaissées car rapportant moins. Au final, c'est donc le poids qui détermine le type de catégorie dans laquelle le boxeur va pouvoir négocier sa carrière, et c'est le type de fédération qui définit le niveau de difficulté dans lequel il va s'engager. L'ensemble forme une architecture composée par ce qu'il est possible d'appeler des « catégories d'emplois déterminées par le poids ». Ensuite, à l'intérieur de chaque fédération, chaque catégorie renvoie à plusieurs types de rôles : le tenant du titre (champion du monde), le challenger, le bien-placé (no 1 au no 1517), le montant, le descendant, ou encore le faire-valoir, couramment appelé « la chèvre18 ». Ces rôles sont en réalité étroitement liés au classement fédéral qui définit les rencontres possibles.

23À cela s'ajoutent deux autres types de titres. D'une part, à l'intérieur des fédérations majeures, des titres intermédiaires auxquels on accède avant de concourir pour le titre suprême (champion intercontinental et champion des moins de 23 ans). D'autre part, entre les fédérations majeures, des titres réunifiés pour les champions hors catégorie, qualifiés de « super champions » par les fédérations. L'ultime étape consiste, enfin, à tenter l'exploit de devenir champion du monde dans plusieurs catégories de poids différentes, à l'instar de Bernard Hopkins ou d'Oscar de la Hoya.

24Enfin, à l'échelle de certains territoires nationaux (c'est le cas en France), il existe non seulement des titres intermédiaires avant de concourir pour les championnats nationaux, mais en plus une hiérarchie entre les salles de galas et entre les organisateurs.

« Aujourd'hui, pour les boxeurs amateurs qui deviennent professionnels, il y a une chose qui est bien dans la transition, c'est le fait d'avoir des compétitions différentes. Il y en a qui se font en quatre reprises de trois minutes cela s'appelle le Critérium national des espoirs. Et nous avons aussi le Tournoi de France et la Coupe internationale de France, qui se réalisent en huit de trois.
Alors vous avez des paliers. Pour passer de quatre de deux à douze de trois, il faut une saison. La première saison, on boxe en quatre de trois. Ensuite, il y a certains boxeurs qui font directement des six de trois, comme les vedettes internationales, mais on ne peut pas vous mettre demain contre un champion de France non, c'est une bonne évolution cette histoire-là. Ce passage, c'est pour permettre aux gens de progresser. » (Entraîneur de club, 75 ans)

  • 19 Sur la question, cf. également le chapitre 10, p. 243 - Boxe professionnelle et « miroir aux aloue (...)

25Cette stratification du marché de l'emploi et cette multiplicité des rôles possibles offrent des combinaisons de carrière multiple, avec lesquelles les boxeurs vont jouer. Ces combinaisons sont toutefois plus ou moins glorieuses et rémunératrices, et elles génèrent des inégalités importantes entre les boxeurs19. Les propos de ce boxeur professionnel passé par le haut niveau amateur illustrent particulièrement bien ces multiples contraintes à intégrer dans les stratégies de carrière :

« J'étais détenteur de la ceinture intercontinentale WBC. Pour t'expliquer : la WBA, la WBC, la WBO et l'IBF organisent des championnats du monde. Et en dessous des championnats du monde, ils ont mis en place un nouveau système qui est le championnat intercontinental de la catégorie. [...] On appelle ça des ceintures “Mickey Mouse". Mais cette ceinture intercontinentale, elle a une logique. Moi, quand on m'a proposé de la faire, c'était en France. J'ai combattu contre un Argentin. Il a perdu aux points contre moi, mais c'était un match très difficile. Cet Argentin, il a fait un championnat du monde derrière, en Angleterre, et il a pris le titre au mec. Donc le titre d'intercontinental se situe quand même à un bon niveau. Tu as des boxeurs qui assurent. J'ai eu un challenger argentin, un Sud-Africain, un Nigérien, donc c'est intercontinental. Après, tu as d'autres titres : champion du monde des moins de 24 ans, le titre WBC Asie, etc. Il y a tout un tas de ceintures qui peuvent te donner l'impression d'être champion, mais en fait ces ceintures, elles te permettent uniquement d'avancer.
Donc, quand tu as la chance d'avoir un manager qui connaît bien le système... ton boulot, c'est de boxer, et le sien, d’organiser ta carrière... Il sait que cette ceinture est vacante, il sait que la ceinture IBF est prise par un mec qui va être champion du monde, donc il ne t'envoie pas contre ce type-là mais choisit l'autre voie. C'est un système, il n'y a pas de magouille. La boxe pro, c'est du grand commerce.
Moi, au douzième combat, j'ai fait un douze de trois. J'ai fait une ceinture IBF nord-américaine et sud-américaine... c'est une ceinture encore “Mickey Mouse". Mon adversaire avait quatre défaites contre des tueurs à gages... Mayweather... Donc je pense que mon manager a bien fait de me faire participer à ce match car j'ai perdu deux juges à un, avec un point d'écart pour chaque juge. C'était ma première défaite. Et cette ceinture, comme elle était IBF, elle avait une grande importance aux États-Unis, davantage que d'autres ceintures. Comme ma carrière était aux États-Unis, c'était important. Moi, c'était ma deuxième année en professionnel. La première année, j’avais fait dix combats. Le 9 novembre 1996, j’ai fait Evander Holyfield contre Mike Tyson et, le 9 novembre 1997, à nouveau Holyfield. Après j'ai fait un match de rentrée et, en janvier 1998, j'ai fait le titre IBF. » (Pro, ancien SHN, 29 ans)

26Cet extrait illustre bien les contraintes avec lesquelles il faut composer lorsqu'on veut faire carrière en boxe anglaise professionnelle. Pour le boxeur, les chemins d'accès au titre suprême sont sinueux et dépendent de critères qui tiennent tout autant de l'excellence sportive que de l'environnement.

3.1.2. DIVERSITÉ DU PROFESSIONNALISME ET SINGULARITÉ DE L'AMATEURISME

  • 20 Cette organisation n'est pas sans conséquence sur la perception que l'on peut avoir de la boxe, y (...)

27Force est ainsi de constater que le monde de la boxe professionnelle est bien éloigné du monde sportif tel qu'on peut l'imaginer. Non pas qu'il soit davantage pervers, immoral ou mafieux, mais, de par sa genèse, il repose sur le monde du spectacle, avec des promoteurs et une logique de l'affiche. Or, un spectacle organisé par un promoteur est, avant tout, une activité économique et, comme telle, intègre le principe de rentabilité. Les ressources financières générées par le spectacle doivent au minimum couvrir les coûts induits par l'organisation et donner lieu à des bénéfices. Dans ce système, il ne peut être question d'aide publique (comme le prêt d'une salle par une collectivité, par exemple). De même, on ne peut envisager la non-rémunération des boxeurs : dans un gala, ces derniers sont acteurs du spectacle au même titre que les comédiens d'une pièce de théâtre ou les chanteurs d'un concert20. Parallèlement à ce système de marché, et pour se différencier de la boxe spectacle, la pratique amateur va donc, tout au long du XXe siècle, se développer, se structurer et mettre en place une organisation compétitive sur le modèle des tournois sportifs (tirage au sort des combats entre les concurrents). Comme nous l'avons vu, la création de la Fédération internationale de boxe amateur (FIBA) en 1920 marque la véritable rupture entre les deux mondes suite aux différentes modifications des règlements, notamment la règle des trois rounds de trois minutes en amateur contre celle des quinze rounds de trois minutes en professionnel. Un changement qui s'inscrit à l'intérieur d'un processus de réduction des violences possibles (cf. chapitre 1, p. 21 – Violence, humanisation de la pratique, et question identitaire), mais qui offre également des possibilités de compétitions différentes tout en préservant l'intégrité physique des boxeurs. En effet, il devient possible de réunir sur un temps court l'ensemble des combats d'un tournoi. Cette situation distingue aujourd'hui clairement les modalités d'organisation des compétitions entre les amateurs et les professionnels.

28Ce qui marque ensuite le monde de la boxe amateur, c'est son unité apparente : la FIBA, demeurée la seule fédération à être reconnue comme légitime dans le monde amateur, organise la boxe sur le plan international. Toutes les fédérations nationales délégataires sur leur territoire de l'organisation de la boxe amateur y sont rattachées. De fait, il y a un seul champion du monde, un seul champion continental et un seul champion national. Les catégories de poids sont sensiblement différentes de celles du monde professionnel : en tout, onze catégories allant des moins de 48 kg aux plus de 91 kg (cf. tableau no 2). En France, la Fédération est structurée en comités régionaux sur un modèle typiquement pyramidal.

29La mise en place de la FIBA n'a pas été si simple puisque les premiers championnats du monde amateur n'ont eu lieu qu'en 1974. Pourtant, même au pays du professionnalisme, la boxe amateur va progressivement s'imposer et se coordonner - dans la tension et le conflit, certes – avec la boxe professionnelle. Les « Golden Gloves » deviendront ainsi, aux États-Unis, une épreuve phare du monde amateur ouvrant, pour les meilleurs, les portes du professionnalisme. La plupart des boxeurs américains champions du monde professionnels ont commencé leur carrière en amateurs et nombreux sont ceux qui ont ainsi décroché le titre olympique : Cassius Clay en 1960, George Foreman en 1968 et Sugar Ray Leonard en 1976.

Tableau n o 2 – Catégories de poids en boxe amateur (FIBA)

Mi-mouche

Moins de 48 kg

Mouche

51 kg

Coq

54 kg

Plume

57 kg

Léger

60 kg

Super-léger

64 kg

Mi-moyen

69 kg

Moyen

75 kg

Mi-lourd

81 kg

Lourd

91 kg

Super-lourd

Plus de 91 kg

Tableau n o 3 – Catégories de poids en boxe professionnelle (FFB)

Mouche

Moins de 50,802 kg

Coq

55,525 kg

Super-coq

55,338 kg

Plume

57,152 kg

Super-plume

58,967 kg

Léger

61,237 kg

Super-léger

63,503 kg

Mi-moyen

66,678 kg

Super mi-moyen

69,853 kg

Moyen

72,574 kg

Super-moyen

76,205 kg

Mi-lourd

79,378 kg

Lourd-léger

90,719 kg

Lourd

Plus de 90,719 kg

Tableau n o 4 – Catégories de poids en boxe professionnelle (WBC)

Paille

Moins de 47,6

Mi-mouche

48,9 kg

Mouche

50,8 kg

Super-mouche

52,163 kg

Coq

53,5 kg

Super-coq

55,33 kg

Plume

55,15 kg

Super-plume

58,96 kg

Léger

61,23 kg

Super-léger

63,5 kg

Welter

66,68 kg

Super-Welter

69,9 kg

Moyen

72,57 kg

Super-moyen

76,2 kg

Mi-lourd

79,37 kg

Lourd-léger

90,7 kg

Lourd

Plus de 90,7 kg

3.1.3. BOXE, RELATIONS INTERNATIONALES ET DIVISION DU TRAVAIL

30Même si toutes les nations s'engagent initialement tant en amateur qu'en professionnel on constate, dans la seconde partie du XXe siècle, une tendance de certains pays à privilégier l'un ou l'autre : une sorte de division du travail sportif à l'échelle planétaire se constitue. On assiste ainsi à un partage de la boxe anglaise sur la base des systèmes politiques en place : les pays d'obédience communiste, en cohérence avec leur idéologie, vont tout naturellement se positionner sur la pratique amateur, tandis que les démocraties occidentales le feront sur la boxe professionnelle. À l'exception des États-Unis, qui emportent souvent les épreuves de poids lourds aux Jeux olympiques, peu de titres échappent aux écoles cubaines, russes ou d'autres républiques du bloc soviétique. Car la pratique sportive devient, dans ces pays, le relais des politiques d'État. L'instrumentalisation du sport va alors entrer dans une phase importante et l'opposition Est/Ouest va redistribuer les forces en présence sur l'échiquier du sport.

31Non seulement les territoires de la boxe se dessinent selon une logique politique, mais cette distinction, loin de se limiter à la question de la suprématie sur les titres, touche également au modèle même de la performance. Deux systèmes radicalement différents se développent : celui des pays communistes et celui des pays capitalistes. Dans les premiers, l'organisation de la performance est bureaucratique et scientifique (monopole organisationnel, planification, répétitivité, standardisation, hiérarchie forte), comme le décrit ce boxeur originaire d'un ancien pays de l'Est :

« Dans mon pays, c'était à la chaîne, comme en Russie. Là-bas vous entrez dans une salle, c'est des entraînements collectifs. Ensuite, c'est entraînement à la chaîne, comme à l'usine ; donc chacun son tour, sac par sac. Après, on finit par le ring et une leçon technique, et voilà. C'est des cours de 2-3 heures [...], des entraînements à la chaîne, poussés à l'extrême. C'est une discipline un peu militaire, bonne à employer à certains moments, mais pas à outrance. Mais eux l'employaient un peu trop à l'extrême et ça, c'est pas bon, surtout pour un jeune. Avec un jeune, on doit y aller par phases, c'est comme un musicien : quand il prépare ses chansons, il classe ses partitions. On y va par phases. On ne doit pas vouloir tout faire le plus rapidement possible. Il y a certaines personnes qui vont progresser en un an, et d'autres qui mettront dix ans. Quand on est jeune, on a l'avenir, on a tout son temps, il faut donc y aller par phases. Je me souviens, j'étais à 46 kg et je mettais les gants avec des 60-70 kg. Je prenais des coups dans la figure, mais c’était pas grave. » (Boxeur amateur originaire d'un ex-pays de l'Est)

32Face à ce système, dans les pays du bloc occidental se met en place une organisation libérale de la performance (concurrence, marché, entraîneur mercenaire, camps d'entraînement) :

« Aux États-Unis, pour les gros combats, je me préparais dans un camp d'entraînement. C'était horrible. La première fois, je devais boxer le 11 janvier 1997 à Nashville. Le programme où Rahilou a battu Randall. Je venais de boxer à Las Vegas. Et là, mon manager m'avait proposé de regagner le camp d'entraînement d'Henry Akinwande, en Caroline du Nord. Je me suis dit : "Pendant les fêtes, je ne vais trouver personne pour m’entraîner". Donc je suis parti. J’ai pris trois avions et je me suis retrouvé au milieu d'une forêt, dans un hangar immense avec d'un côté la salle de boxe et de l'autre les chambres. Perdu au milieu d'une forêt, j'ai vécu toutes les fêtes de Noël là-bas. Premier magasin : quarante minutes à pied. Ces installations avaient été mises en place par Don Turner, l'entraîneur d’Evander Holyfield et ancien entraîneur de Christophe Tiozzo. J'ai fait ce camp et celui de Houston. Celui de Houston est plus sympa car il est dans la ville...
Dans ces camps d'entraînement, tu manges, tu boxes, tu dors. Que de la boxe toute la journée. On était une dizaine de boxeurs dans ce camp. Et puis, il y a les sparrings qui viennent, qui repartent. J'avais deux sparring partners qui étaient là pour moi. Deux professionnels. Ah oui, on m'a proposé une vraie carrière professionnelle. Il y avait deux entraîneurs adjoints et Turner.
Sur la dizaine de boxeurs présents, seulement trois préparaient un combat. Les autres, c'était des sparrings. Donc il y avait Henry Akinwande, ensuite un dont j'ai oublié le nom, et ensuite moi
Comme on était aux États-Unis (en France, c’est pas vraiment comme ça), tout était payé par mon manager, Courrèges, et par Don King, mon promoteur. À Las Vegas, c'est lui qui organisait le gala. Après, les boxeurs, ils sont en contrat avec un manager qui te fait boxer dans certains galas. Tu te doutes bien que si j’ai boxé à Tyson-Holyfield (ce soir-là, à Las Vegas, il y avait sept championnats du monde professionnel et, au milieu, un pauvre petit Français contre un Américain), c'est que j'avais un bon manager pour me mettre là-dedans, un manager capable de négocier avec Don King pour que je fasse mon premier combat pro lors de cette réunion. Donc, ça sert à ça un manager. Don King, il a 400 ou 500 boxeurs en contrat. Après, il négocie avec le manager de chacun suivant son intérêt. De me mettre à Las Vegas lors d'un combat aussi renommé que Tyson-Holyfield, c'est que Don King avait un intérêt. À l’époque, c'est qu’il organisait des galas sur TF1. J'étais un peu vu comme l'espoir à montrer. Donc, après, c'était un jeu avec mon manager. Et là, j'avais un très bon manager ! » (Professionnel, ancien SHN, 29 ans)

33Cette division internationale du travail sportif sur la base de l'amateurisme et du professionnalisme impliquera progressivement, en France, un système de collaboration à deux niveaux. Le monde amateur va se rapprocher des nations phares de l'amateurisme comme Cuba, mais aussi d'autres pays comme la Hongrie ou l'URSS, les écoles soviétique et cubaine demeurant très longtemps les modèles de la performance à suivre dans le monde amateur. Le phénomène perdure d'ailleurs, puisqu'à partir des années 1990, les équipes de France de boxe amateur se rendent régulièrement à Cuba pour y effectuer des stages reproduisant les échanges mis en place entre le Japon et la France en Judo.

34Le monde professionnel, quant à lui, va plutôt établir des partenariats avec le continent nord-américain : après la Seconde Guerre mondiale, pour faire carrière en boxe professionnelle, il faut passer par les États-Unis. De nombreux boxeurs français sont donc pris en charge par des managers ou promoteurs américains. On pense notamment à Marcel Cerdan, pris en main par Johnny Longman, mais aussi à Christophe Tiozzo, Bruno Wartelle ou encore Jean-Marc Mormeck, avec Don King.

35Pour atteindre l'excellence, les collaborations prennent donc, d'un côté, le chemin des pays d'obédience soviétique, et de l'autre, les pays d'influence américaine, reproduisant l'opposition des deux systèmes politiques de l'après-guerre et, par voie de conséquence, créent également des territoires pugilistiques bien distincts. C'est ainsi que les pays de l'Est vont progressivement dominer la boxe amateur au point de contrôler presque l'ensemble de son organisation internationale, tout comme le feront les États-Unis au niveau de la pratique professionnelle.

36Les pays n'appartenant pas au bloc soviétique ont de plus en plus de mal à gagner des combats. Les juges sont souvent issus de l'Est et, entre l'URSS et les États-Unis, le sport devient le théâtre d'un affrontement. La performance sportive doit pouvoir prouver la domination et la supériorité d'un système politique sur un autre. Pour cela, tous les coups sont permis, dont le noyautage des juges dans les épreuves à jugements comme l'est la boxe (ou le patinage artistique et la gymnastique), ainsi que l'explique cet ancien entraîneur national :

« Avant de partir à Barcelone, je lui ai dit : "On ne fera pas de médaille". Le directeur administratif de la boxe était un Allemand de l’Est, le chef des arbitres un Bulgare. Donc c'est mafia et compagnie. Avant la chute du mur de Berlin, c'étaient eux les patrons de la boxe. En plus, quand tu tombais devant un Russe ou un Allemand, c'étaient des champions qui avaient faim. Maintenant, ils vivent beaucoup mieux. » (Entraîneur de haut niveau, 53 ans)

37Aujourd'hui, les cartes sont redistribuées. Le partage entre l'excellence amateur et professionnelle sur la base de l'opposition Est/Ouest a disparu avec l'effondrement du mur de Berlin (en ce début de XXIe siècle, seul Cuba a conservé ce positionnement). Désormais, les boxes amateur et professionnelle ne se démarquent plus l'une de l'autre sur la base des territoires politiques, mais davantage selon une logique de trajectoire renvoyant à l'idée de carrière (c'est-à-dire les positions que le boxeur va successivement occuper dans la hiérarchie de l'excellence pugilistique). En fait, les nations se différencient à présent surtout par leur capacité (ou non) à financer la carrière des boxeurs sur leur territoire. À cet égard, le nombre de sportifs qui ont changé de nationalité est un témoignage éloquent des difficultés rencontrées dans le sport olympique par certains pays africains pour offrir des conditions d'entraînement efficaces et conserver leurs talents. On imagine donc l'état du professionnalisme dans ces pays. Cette situation est inquiétante car elle crée une boxe à deux vitesses qui, tant en amateur qu'en professionnel, distingue d'une part les pays dotés de la capacité d'avoir des athlètes d'État ou d'organiser des titres, d'autre part ceux qui évidemment souhaiteraient au moins voir leurs boxeurs concourir pour ces titres et qui, forcément, leur font prendre des risques (comme le risque, pour un professionnel, d'accepter un combat contre un adversaire beaucoup trop fort). Le titre est alors vécu comme une chance à prendre, mais avec une probabilité de réussite particulièrement faible car, bien évidemment, en amateur, les conditions de préparation des pays pauvres sont souvent insuffisantes pour former convenablement les élites ; en professionnel, les promoteurs et managers des pays dominants ne peuvent pas prendre le risque de faire boxer leurs vedettes contre des boxeurs trop dangereux en raison du KO possible. Si l'opposition politique entre Est et Ouest a disparu, un nouveau clivage, de nature économique, lui a donc succédé, entre le Nord et le Sud cette fois : les boxeurs des pays du Sud sont complètement absents des compétitions amateurs internationales et, en professionnel, ils n'apparaissent guère que comme de simples faire-valoir pour les pays dominants :

« Ils vont te chercher des boxeurs venus de nulle part, champion d'Amérique ou d'Afrique, des Vénézuéliens, des Sénégalais ou Gabonais [...] et puis aujourd'hui pas mal de boxeurs originaires des pays de l'Est. Tous ces pays sont devenus les viviers de la boxe professionnelle. On les choisit toujours un peu moins bons que nos boxeurs [...] et ils font l'affaire. Moi, j'appelle ça de la “chair à canon". » (Entraîneur de club, 65 ans)

38Si cette distinction Nord/Sud s'est développée en boxe amateur sur la base du poids économique des pays, en professionnel, elle est fonction du poids économique des organisateurs et promoteurs présents sur les territoires nationaux. À l'échelle mondiale, les États-Unis restent le pays phare. Les plus grands matchs sont organisés à Las Vegas ou New York, et les enjeux sont colossaux. Il n'est pas rare d'atteindre des bourses de plusieurs dizaines de millions de dollars pour un combat. Pour un boxeur, le rêve américain est donc encore une réalité forte.

39En Europe, la situation est profondément différente car les championnats du monde y sont financièrement beaucoup moins importants. L'organisation de la boxe y est dominée par deux nations : l'Angleterre et l'Allemagne, domination consécutive à l'étroit partenariat qui lie les promoteurs et les chaînes de télévision. Puis viennent des pays comme la France, l'Espagne et l'Italie, qui génèrent des ressources financières suffisamment élevées pour payer de bons boxeurs et organiser des combats de niveau satisfaisant. Enfin, de nouveaux pays semblent émerger, comme la Pologne et la Roumanie, où une réelle activité économique s'est mise en place autour de la boxe. Les bourses offertes sont tout aussi importantes qu'en France, par exemple. Les boxeurs qui ont tenté l'expérience sont satisfaits. Dans les autres pays européens, il est plus difficile pour les boxeurs de vivre de leur sport.

40Ainsi, une hiérarchie s'est progressivement mise en place entre les pays phares où se trouvent les promoteurs et les organisateurs (et où existe une véritable économie de la boxe), et les autres. Dans les premiers, les boxeurs ont passé des contrats avec les promoteurs. Dans les autres, ceux où les ressources économiques générées par la boxe sont faibles, les boxeurs, n'ayant pas de contrat avec des promoteurs, sont obligés de passer par des managers pour aller participer aux galas des pays phares.

3.1.4. MANAGER, PROMOTEUR ET RENFORCEMENT DE LA DIVISION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

  • 21 « Mettre les gants » signifie mettre en place une opposition plus ou moins raisonnée entre deux bo (...)

41Il convient, à cet égard, de donner quelques précisions sur le métier de « manager ». D'une façon générale, le manager est un agent de sportif. En France, pour exercer ce métier (tout comme celui de promoteur), il est obligatoire de détenir une licence d'agent. Dans les faits – et comme pour la distinction présentée entre les promoteurs et les organisateurs –, le territoire professionnel des managers n'est pas aussi délimité qu'on pourrait le penser. Nombreux sont ceux qui exercent ce rôle sans posséder la licence et sans, pour autant, que la situation paraisse « hors la loi ». C'est le cas, par exemple, des entraîneurs : au-delà de leur tâche d'entraînement, ces derniers prennent en main un certain nombre de facettes de la vie du boxeur. Et notamment, ils se chargent de lui trouver des partenaires pour « mettre les gants21 » lors des entraînements, et organisent pour lui des combats contre des adversaires de son âge et de son niveau. Avec le temps, le boxeur change de catégorie, passe professionnel, et si rien ne vient contrarier leur relation, c'est l'entraîneur qui continue à organiser sa vie sportive : entraînement, choix des sparring-partners et sélection des boxeurs à combattre dans des galas. Pour ce travail, l'entraîneur peut percevoir entre 10 % et 30 % des bourses reçues par les boxeurs. Son activité d'organisateur de combats est donc assimilable à celle d'un agent : mettre en relation un boxeur avec un organisateur d'événement et toucher une commission sur le gain du boxeur.

  • 22 Un « plateau » est une expression désignant les différents boxeurs qui vont combattre pendant un g (...)

42Les entraîneurs sont souvent contactés directement par les organisateurs de galas, voire d'autres entraîneurs, pour monter des combats. Quand son boxeur est au tout début de sa carrière professionnelle, l'entraîneur est capable, s'il jouit d'une bonne réputation, de monnayer efficacement l'engagement de son poulain dans des galas de boxe, préservant ainsi les intérêts économiques de celui-ci. À partir d'un certain niveau, les managers entrent en jeu, toujours par l'intermédiaire de l'entraîneur : ils interviennent car le boxeur a une réputation monnayable sur le marché, mais aussi parce qu'eux (en relation avec un promoteur par exemple) ont accès à des marchés, contrairement aux boxeurs. La plupart du temps, un promoteur leur commande un « plateau22 ». Les managers disposent d'un portefeuille de boxeurs et téléphonent directement aux entraîneurs de ceux qui leur semblent intéressants. L'intérêt de l'agent, ici, est de permettre au boxeur sans promoteur de pénétrer les marchés non accessibles, soit parce qu'il a des accords privilégiés avec des organisateurs sur le territoire national, soit parce qu'il a ses entrées sur le marché international. « Le problème est que lorsqu'on se voit proposer un combat à l'étranger par un agent, c'est rarement pour gagner », relativise un entraîneur professionnel.

43La situation ne serait pas trop différente des autres sports si, une fois encore, d'autres personnes ne venaient interférer, notamment l'organisateur et le promoteur. Car ce dernier, en plus de mettre sur pied des galas, s'occupe également – comme son nom l'indique – de la promotion des boxeurs : il s'installe donc de facto sur le territoire des managers. En effet, face au pouvoir des managers (de fournir le plateau et les « affiches » désirées) et surtout devant le risque pour eux de ne pas satisfaire la demande (si le manager désengage un de ses boxeurs alors que le promoteur l'a présenté à l'affiche de son gala), les promoteurs – surtout quand ils étaient organisateurs – ont progressivement contourné les managers en signant des contrats directement avec les boxeurs. Dans ces contrats, le promoteur s'engage à monter des combats pour le boxeur (ou à lui en trouver chez d'autres organisateurs) et à en faire la promotion, moyennant une rémunération. En contrepartie, le boxeur ne peut pas s'engager sans son accord sur des galas organisés par un autre promoteur, et cela pendant une durée définie dans les clauses du contrat. Évidemment, cet état de fait complexifie encore les territoires professionnels, puisqu'en plaçant les boxeurs sur des événements en contrepartie d'une rémunération, les promoteurs jouent également un rôle d'agents sportifs. La boxe a donc cela de particulier que le travail de l'agent peut être exercé par différents acteurs. En Europe, les meilleurs boxeurs ont la plupart du temps commencé leur carrière en passant un contrat avec un entraîneur qui joue le rôle de l'agent (manager). Puis, ils intègrent l'élite amateur à travers l'équipe nationale, et quand leur niveau et leur réputation s'affirment, ils sont la plupart du temps approchés par un promoteur et signent avec ce dernier. À ce niveau, les managers entrent rarement en jeu. Sur le marché européen et dans les pays où a cours le boxing business, les bons boxeurs n'ont pas d'agents et sont pour la plupart en contrat avec un promoteur. Les moins bons, eux, sont suivis par leur entraîneur.

44Dans ce contexte, une nouvelle division du travail s'est dessinée sur la base du poids économique des pays. Les promoteurs et organisateurs des pays phares passent des contrats avec des boxeurs, et pour leur trouver des adversaires à combattre dans leurs galas, ils font appel à des managers. Ceux-ci disposent d'un portefeuille de boxeurs qu'ils proposent en fonction des demandes des promoteurs, si bien qu'on voit se dessiner, actuellement, une migration des boxeurs d'un pays à l'autre en fonction des galas organisés. Et les agents, passionnés de boxe, parfois boxeurs eux-mêmes, vont se spécialiser sur un certain type de boxeurs, se positionnant en tant qu'intermédiaires (notamment pour les questions linguistiques) entre leur pays d'origine et leur pays de résidence. Ce phénomène est repérable dans la plupart des pays européens.

45Amateurisme et professionnalisme déterminent donc deux mondes du travail indéniablement différents. Dans le premier cas, l'élite a plutôt le statut de « salarié d'État » : le boxeur va exercer dans des compétitions internationales, mais il occupera un emploi sur un marché national. Les pays offrent, en effet, de véritables emplois de « boxeurs d'État » à ces sportifs qui sont chargés d'aller concourir dans les épreuves internationales. En boxe professionnelle, l'élite mondiale a plutôt le statut de « petit entrepreneur », d'« intermittent du spectacle sportif ». Le boxeur va exercer son métier sur un marché international dans lequel des managers, organisateurs et promoteurs du monde professionnel proposent des emplois de boxeurs pour concourir dans les différentes fédérations. Cette distinction est-elle aussi marquée sur le sol français ?

3.2. L'ORGANISATION DE LA BOXE EN FRANCE : ENTRE LOGIQUE DE MARCHÉ ET RÉGULATION PAR L'ÉTAT

46L'organisation de la boxe anglaise sur le territoire français n'a évidemment pas échappé à cette tension ni à cette distinction entre amateurisme et professionnalisme, notamment en ce qui concerne la question des emplois et de l'organisation compétitive. Malgré une unité institutionnelle spécifiquement française, le fonctionnement de la boxe anglaise est le résultat d'une histoire où les jeux de pouvoir ont été éminemment importants entre les différents acteurs appelés à participer à la construction et la constitution de ce monde. Rappelons que la Fédération française de boxe anglaise (FFB) est créée en 1903 dans la perspective des Jeux de Saint-Louis où ce sport fait son retour olympique. Contrairement à ce qui se passe dans d'autres sports, la particularité de cette Fédération est d'avoir dû développer une pratique amateur dans un univers dominé par le professionnalisme (cf. chapitre 2, p. 47 – Paris, spectacle et professionnalisation de la boxe). Malgré cette difficulté, elle a cependant su progressivement s'imposer sur le territoire de la boxe anglaise, ou tout au moins reprendre une certaine forme de maîtrise de la pratique pugilistique.

47Aujourd'hui, la boxe professionnelle française est officiellement gérée par la FFB, par le biais d'une commission créée en 1910. En réalité, le rôle de cette commission est surtout de valider les choix des organisateurs du monde professionnel. Ce cas d'unité institutionnelle est spécifique de la France : dans la plupart des autres pays, en effet, les fédérations professionnelles sont indépendantes et relèvent la plupart du temps directement d'organisateurs. La France, elle, fait partie des rares nations où la boxe anglaise, qu'elle soit amateur ou professionnelle, dépend institutionnellement de la même fédération : le pays est donc, à cet égard, un cas à part.

  • 23 Rauch (André) – op. cit.
  • 24 Entraîneur national de 1924 à 1965, puis conseiller technique à la Fédération de 1965 à 1968. Il e (...)
  • 25 Directeur technique national de 1968 à 1972.
  • 26 Cf. les comptes rendus de réunions consignés dans PASSEVANT (Roland) – op. cit.

48Les choses n'allaient pourtant pas de soi, car à la création de la FFB, le professionnalisme est déjà présent dans les salles de spectacle. La boxe anglaise est à l'affiche et génère des revenus pour les différents acteurs qui gravitent autour d'elle. Aussi est-ce dans un climat de tension extrême que, sous la pression politique sportive, le monde professionnel, par l'intermédiaire de ses organisateurs, va devoir se rattacher au monde amateur alors qu'il aurait pu, à l'instar de la plupart des pays, créer sa propre organisation23. Dès lors, des titres nationaux et des catégories de poids sont institués par la commission de la boxe professionnelle (cf. tableau no 3, p. 74). Cela n'empêche toutefois pas les organisateurs de conserver leur pouvoir et de continuer à produire des spectacles de plus en plus prisés que, bien évidemment, la Fédération n'a pas les moyens de financer. Ainsi, même si la commission de la boxe professionnelle fait partie de la structure fédérale et dépend institutionnellement de la FFB, elle n'en demeure pas moins dominée par les organisateurs de galas et conserve une autonomie forte : en fait, jusque dans les années 1960, faire de la boxe anglaise, c'est faire de la boxe professionnelle. Mais, par la suite, sous les impulsions successives de Fernand Vianey24 puis de Jean Letessier25, la boxe amateur va commencer à prendre de l'importance. La FFB s'engage alors dans un processus de développement de l'amateurisme et, surtout, d'une certaine mise à distance du professionnalisme26 : affirmation des valeurs du premier, rejet du second, développement de la boxe éducative, marqueront la politique fédérale durant deux décennies. Pour autant, le haut niveau amateur ne bénéficiera que très peu des retombées de cette nouvelle politique : mises à part quelques personnalités exceptionnelles, tel Aldo Cosentino, rares seront les boxeurs à faire carrière dans le monde amateur. Qui plus est, dans les pays de l'Est, les moyens donnés aux sportifs de haut niveau sont tels qu'ils laissent peu de chances aux autres nations. Aussi, à partir du moment où le système politique de ces pays est remis en cause, les stratégies vont progressivement être redéfinies :

« À partir de 1994, des stages sont organisés à Cuba. Des stages menés à la dure ; on s'est rendu compte que, sur le plan psychologique, ils étaient forts. Bon, c'est vrai, depuis 1992, on avait des écrits sur la préparation physique, technique, tactique. Des formes d'entraînement avaient été définies. Il y avait un ensemble d'informations recueillies et mises à disposition. Tout le monde s'en servait. À Cuba, c'était le côté psychologique, car il y a les meilleurs. Dans les grandes compétitions, on a pris le dessus, on est même arrivé à battre des Cubains dans les championnats du monde. Ensuite on a varié les sites de préparation.
Dans les années 1990 également, un véritable effort de rationalisation de l'entraînement va être mis en place. Le travail sportif va être rationalisé alors qu'il ne l'est toujours pas en professionnel. Des plans d'entraînement très scientifiques seront mis en place, en relation avec des laboratoires de recherche : laboratoires de psychologie, de physiologie et de biomécanique.
Par exemple, concernant à l'époque le calcul de la VO2 max... Sur le plan de l'entraînement physique des boxeurs, ce calcul est très important. Cela permet de connaître le niveau d’effort à fournir. Après ce calcul, on personnalisait le plan d'entraînement des boxeurs, ce qui permettait à chacun d'aller jusqu'à ses limites sans dépasser le niveau désiré.
Ensuite le pulsomètre a fait son apparition. On connaissait le rythme cardiaque des athlètes. À chaque entraînement extérieur, l'appareil était mis en place, aucune triche n'était possible. De grands progrès ont alors été faits. La procédure fut même suivie sur les entraînements en combat avec un arsenal très important car le pulsomètre se met sur la poitrine. » (Cadre fédéral)

49Depuis le début des années 2000, cet effort de rationalisation du travail sportif semble progressivement produire des résultats avec deux titres de champion du monde et d'Europe, sept médailles cumulées lors des trois dernières olympiades et, surtout, la qualification de neuf boxeurs pour les Jeux olympiques de Pékin avec deux médailles à la clé.

50Le monde de la boxe amateur s'est donc professionnalisé, mais le monde professionnel est resté amateur, même s'il génère encore des ressources financières très importantes. Pour beaucoup, la boxe professionnelle, du point de vue de l'entraînement, du suivi et du dispositif mis en place pour encadrer les boxeurs, ne demeure qu'une appellation. Tous les boxeurs professionnels interviewés qui sont passés par les structures du haut niveau amateur, notamment celles de l'INSEP, se percevaient davantage professionnels lorsqu'ils étaient amateurs que depuis qu'ils possèdent leur licence professionnelle.

« On est plus professionnel en équipe de France au niveau des structures qu’en boxe professionnelle. C'est clair et net. Je le dis, les structures de l'INSEP – entraînement, médical – sont beaucoup plus professionnelles, il faudrait changer l'appellation. Parce que chez les gens dans la rue, quand tu dis "Je suis boxeur amateur", on te répond : "tu prends des coups pour pas un rond !", alors que quand tu dis que tu fais de la boxe professionnelle : “ah, tu gagnes bien ta vie !" Alors, que c'est le contraire. » (Professionnel, ancien SHN, 29 ans)

51Loin de nous l'idée de vanter les mérites du modèle fédéral : ce que nous voulons souligner ici, c'est le profond changement culturel vécu par la boxe anglaise. Celle-ci, qui s'était développée en France sur la base d'une entreprise de spectacle avec des emplois à pourvoir dans des galas, va progressivement structurer un autre système d'emplois : celui de « boxeur d'État », sur le modèle en vigueur dans les pays du bloc soviétique. L'obtention du statut de sportif de haut niveau et l'entrée en équipe de France amateur font passer le boxeur du statut de simple pratiquant à celui d'athlète et salarié d'État, une forme de salariat présentant une configuration particulière et originale que nous aborderons ultérieurement (cf. chapitre 9, p. 227 – De la boxe éducative à la boxe amateur : itinéraire professionnel d'un « boxeur d'État »).

52Deux modèles de régulation cohabitent donc sur notre territoire et offrent des emplois selon des logiques complètement différentes : d'un côté, le sportif dispose d'un certain nombre de ressources financières, humaines et matérielles, qui font de lui un véritable « travailleur sportif d'État » ; de l'autre, un sportif qui doit lui-même construire l'environnement lui permettant d'atteindre l'excellence, ce qui l'assimile à un petit entrepreneur. Or, dans un contexte historique qui, dès la seconde moitié du XXe siècle, voit la boxe professionnelle entrer dans une phase de déclin avec un effondrement des effectifs (et, surtout, une baisse considérable du nombre de galas), la situation de ce petit entrepreneur sur un marché du travail en régression, dans lequel les emplois se raréfient, devient naturellement problématique...

53Cohabitent donc un système qui appréhende et rationalise tous les aspects de la performance, et un autre, profondément politique, aléatoire, peu rigoureux et, surtout, peu rémunérateur.

54S'il est possible de vivre uniquement de son activité en boxe amateur de haut niveau, il n'en va pas de même pour ceux qui doivent compter uniquement sur les ressources apportées par la boxe professionnelle.

« J'ai été dix ans en équipe de France, à l'INSEP. Je leur dis aux jeunes : sur cent professionnels en France, tu en as quatre-vingt-dix-huit qui ne vivent pas de la boxe et qui ont un travail à côté. Quand on est amateur, il y a le Comité olympique qui nous aide. Si on négocie bien, on peut avoir un poste dans sa commune. On a tout qui est payé, centre médical, etc. On a la possibilité de faire des études. C’est une appellation, “boxe professionnelle". Une appellation ! Les vrais professionnels, c'est les amateurs. Les mecs, ils ne s'imaginent pas ! Je leur ai expliqué une dizaine de fois à l'INSEP : “Arrêtez de me regarder parce que je vais boxer à Las Vegas !" Moi, j'ai fait une carrière amateur où j’ai été vice-champion du monde, c'est-à-dire que je suis sorti des amateurs avec un titre de vice-champion du monde. Mais tu prends aujourd'hui les Jeux olympiques de Sydney : qui vit de la boxe aujourd'hui ? Il y a le médaillé olympique. Les autres, demande-leur combien ils gagnent par combat [...] : entre 150 et 300 euros du round et ils boxent tous les trois mois, ou tous les six mois, il faut qu'ils s'entraînent. » (Professionnel, ancien SHN, 29 ans)

  • 27 Le championnat du monde qui a vu la défaite de Fabrice Tiozzo face à Virgil Hill, en 2000, est un (...)

55Et de fait, dans un contexte où le nombre de galas, de promoteurs et d'organisateurs est en baisse, les boxeurs perçoivent beaucoup moins de revenus. En 2010, le marché de la boxe en France se résume à deux promoteurs : Acariès (lié à Canal +) et Teysseron (lié à Eurosport). Comme Eurosport est une chaîne câblée de moindre audience, Acariès est considéré comme le plus important des promoteurs sur le territoire français. De façon plus ponctuelle, il se trouve certains clubs ou boxeurs de renom qui tentent d'organiser des galas, mais cela reste souvent difficile pour eux car ils bénéficient rarement d'une couverture. C'est le cas de Mahyar Monshipour et de Jean-Marc Mormeck, qui ont tenté l'expérience avec plus ou moins de réussite en 2008 et 2009. En France, il s'avère donc finalement difficile de ne pas avoir recours à Acariès ou Teysseron27, ainsi que le dénonce ce boxeur professionnel :

« Ils managent les meilleurs boxeurs. Ils organisent les meilleurs combats. Ils ont un contrat d’exclusivité avec Canal + pour la diffusion de la boxe. Comme Canal + est la seule chaîne grand public qui diffuse de la boxe, les boxeurs n'ont pas vraiment le choix ou alors il faut aller ailleurs. » (Boxeur professionnel, ancien SHN, 41 ans)

  • 28 À noter, cependant, qu'avec la fin, en 2010, du contrat d'exclusivité liant Canal + au team Acariè (...)

56La dénonciation de la domination des frères Acariès sur la boxe professionnelle revient de façon récurrente dans les entretiens que nous avons menés entre 2000 et 201028. Beaucoup constatent, cependant, que sans l'implication de ces deux promoteurs, la boxe ne serait peut-être plus diffusée sur une chaîne à grande audience :

« Si tu veux boxer en pro, soit tu passes par les frères, soit tu mets tes gants au vestiaire. » (Entraîneur de club, 48 ans)

57Dans ces conditions, la seule alternative qui s'offre aux boxeurs est de signer un contrat avec un promoteur étranger. Le marché de la boxe professionnelle ayant une dimension internationale, des promoteurs étrangers peuvent parfois être intéressés par des boxeurs français. Depuis le début des années 2000, plusieurs d'entre eux sont ainsi partis vers les États-Unis et les pays phares européens : c'est le cas de Willy Blain (en Allemagne) ou d'Abdoulaye M'Baye (en Angleterre). Ces exceptions mises à part, on constate que les boxeurs français ont plutôt tendance à confier leur carrière aux promoteurs français, d'autant que, dans les autres pays, leurs homologues se retrouvent dans la même situation de concurrence et que les promoteurs ne sont guère plus nombreux. Le monde professionnel souffre donc d'un manque de concurrence qui nuit profondément à la carrière des boxeurs. Tous reconnaissent unanimement que, sans promoteur ou manager de renom, l'accès à un championnat du monde est une entreprise particulièrement compliquée et avec des chances d'aboutir minimes. Et pour ceux qui veulent tenter de faire carrière eux-mêmes, la situation est véritablement compliquée.

« En France, si t'es bon, tu passes pas forcément. Si t'es pas aimé par les gens qu’il faut, quand il faut, où il faut, et si tu marches pas avec eux, tu passes pas. T'as beau être le meilleur en France, s'ils ont décidé de ne pas te faire passer, tu passes pas. Certains boxeurs auraient dû être cinquante fois champions du monde, mais ils ne le sont pas. Mon oncle, par exemple, c'est un boxeur ; il avait deux bombes dans les mains. Il a fait cinquante-trois combats et en a gagné quarante-huit par KO. C'est énorme pour un boxeur. Il avait des qualités de champions et on n'a jamais vraiment voulu lui donner sa chance. On n'a pas voulu, parce que c'était lui qui voulait gérer sa carrière, donc les gens l'ont bloqué. Et il y a des boxeurs qui étaient beaucoup plus mauvais que lui, ils ont marché et ils y sont arrivés » (Boxeur amateur, 16 ans)

58Si pendant l'entre-deux-guerres, lorsque le nombre de galas était élevé, les boxeurs associés à leur manager constituaient une réelle menace pour les organisateurs, au début des années 2000, la tendance est inversée : ils se retrouvent complètement soumis aux propositions des organisateurs et disposent de peu de pouvoir pour gérer leur carrière. Cela permet de comprendre pourquoi les boxeurs envisagent de moins en moins de se diriger vers le monde professionnel. D'un côté, le professionnalisme évolue peu et présente un marché du travail réduit ; de l'autre, l'amateurisme se professionnalise, se rationalise et offre aux boxeurs talentueux une véritable position de « travailleur sportif d'État ». Pour les uns, c'est l'incertitude de l'emploi ; pour les autres, la sécurité. Ce constat pose la question du passage vers le professionnalisme : comment un boxeur, en France, peut-il encore se projeter dans le monde professionnel et y tenter une carrière ?

  • 29 Nous développerons cette différence de professionnalisation du spectacle entre les galas amateurs (...)

59Sans anticiper la réponse à cette question (cf chapitre 9, p. 227 – De la boxe éducative à la boxe amateur : itinéraire professionnel d'un « boxeur d'État » et chapitre 10, p. 243 – Boxe professionnelle et « miroir aux alouettes »), nous pouvons tout de même affirmer que le monde professionnel reste encore idéalisé par la plupart des acteurs (boxeurs, entraîneurs). Les galas sont beaucoup plus professionnels, et organisés sur le modèle du monde du spectacle29. Et, surtout, les ressources financières mises en jeu et générées sont beaucoup plus importantes.

  • 30 Les boxeurs occupent, comme nous le verrons dans la partie consacrée aux salles de boxe, un certai (...)

60Même si la boxe professionnelle et la boxe amateur de haut niveau occupent le devant de la scène, elles ne constituent, pour autant, qu'une petite facette de l'univers de la boxe. En effet, les boxeurs professionnels ne représentent pas plus de 1 % de l'ensemble des pratiquants et l'élite amateur concerne à peine plusieurs dizaines de boxeurs sur plus de 30 000 licenciées. Cela signifie donc qu'en dehors des boxeurs inscrits dans un club dans le cadre d'une simple pratique de loisir, la plupart de ceux qui s'engagent dans la compétition le font sans occuper d'emploi (ils n'appartiennent pas à l'élite amateur et sont encore moins professionnels) : peut-être accéderont-ils au haut niveau, peut-être s'arrêteront-ils en chemin. Toujours est-il que le club leur propose un ensemble de pratiques à travers lesquelles ils pourront s'engager dans le schéma compétitif produit par la FFB : la boxe éducative (pour les enfants âgés de 8 à 16 ans) et la boxe amateur compétitive (pour les 15-34 ans) sont deux disciplines avec possibilités de compétition que propose cette fédération. Le schéma en est, d'ailleurs, tout à fait traditionnel, à savoir une organisation pyramidale de la performance. Les boxeurs sont encadrés et entraînés tout au long de l'année. Les clubs engagent les meilleurs sur des compétitions après les avoir classés et sélectionnés30. Même si, dans un premier temps, ces compétitions sont bien souvent seulement locales et dépourvues d'enjeux, elles ne tardent pas à inscrire le boxeur, à mesure qu'il progresse, dans la traditionnelle hiérarchie sportive. Les gagnants de ces tournois sont sélectionnés pour les championnats départementaux, puis les championnats régionaux, voire interrégionaux, pour finalement aboutir, en boxe amateur, aux championnats de France, et, en boxe éducative, au Critérium national de boxe éducative. Si en boxe amateur, le titre de champion de France entraîne l'entrée ou le maintien au sein de l'élite amateur ainsi que l'accès aux compétitions internationales, en boxe éducative, nous sommes dans un scénario tout autre. En effet, cette dernière étant une pratique spécifique de notre pays, la performance s'arrête à cette épreuve. Devenir champion de ce critérium n'implique donc pas d'appartenir au haut niveau, même si un tel résultat est parfois un indice permettant de repérer les futurs talents de la boxe amateur.

61L'organisation de la performance s'inscrit ainsi dans un schéma qui doit normalement sacraliser par un titre les meilleurs dans une formule tournoi. Ce schéma est celui traditionnellement utilisé en sport pour produire et sélectionner les élites sportives. Alors effectivement, ces différentes positions possibles dans l'organisation compétitive de la boxe amateur constituent le chemin et les étapes pour intégrer ce qui, au-delà du simple fait de boxer et de s'engager dans les compétitions sportives, se définit comme un véritable emploi de boxeur d'État.

CONCLUSION

62Pour conclure, nous venons de le voir, le professionnalisme en France n'a eu de cesse de s'appauvrir (moins de galas, moins de ressources financières et une concentration du pouvoir autour de quelques acteurs) avec, pour conséquence, une raréfaction des emplois à pourvoir et une situation en principe peu attirante, surtout pour un petit entrepreneur qui prend un risque considérable s'il n'a pas le soutien d'un promoteur. À l'inverse, le haut niveau amateur s'est professionnalisé, rationalisé, et les sportifs de haut niveau sont devenus des « travailleurs sportifs d'État » à l'issue d'un processus de sélection dans le cadre de l'organisation compétitive. Certes la situation de ces derniers ne fait pas rêver tant elle est éloignée du star-system dominant le monde professionnel américain. Mais elle apparaît de plus en plus comme un choix « raisonnable » et, jusqu'en 2010, les boxeurs de haut niveau ont finalement peu d'alternatives. S'ils ne souhaitent pas entrer dans le « team Acariès », il leur faut partir à l'étranger comme l'ont fait plusieurs boxeurs talentueux au début des années 2000, ou demeurer dans l'élite amateur afin de bénéficier des avantages du statut de sportif de haut niveau. C'était le cas jusqu'en 2010, les choses étant devenues, depuis, plus confuses.

63Pour comprendre encore plus précisément la réalité du monde de la boxe anglaise et mieux saisir les différents univers dans lesquels le boxeur fait carrière, il est nécessaire d'évoquer ce qui est le lieu de son expression : le gala. Le boxeur est en effet un acteur qui se produit sur une scène : le ring. À la fois lieu mythique et passage obligé pour faire carrière, le ring se trouve à la croisée de toutes les logiques fondatrices du monde professionnel.

Notes

1 Cf.Menger (Pierre-Michel) – « La Profession de comédien. Formations, activités et carrières dans la démultiplication de soi » (rapport). Paris, ministère de la Culture et de la Communication/La Documentation française, 1997 ; Paradeise (Catherine), Vourc'h (François) et Charby (Jacques) – Les Comédiens professions et marchés du travail. Paris, PUF, coll. « Sciences sociales & Sociétés », 1998.

2 Nous tenons à distinguer les notions de rôles et d'emplois, dans le sens où un boxeur peut être engagé pour un gala mais ne pas jouer le même rôle qu'un autre boxeur, comme nous le verrons dans le chapitre 4, p. 87 – Spectacle et médiatisation de la boxe.

3 En boxe anglaise professionnelle, pour des questions d'intégrité physique, on ne peut pas rencontrer n'importe quel boxeur, d'où l'idée d'une carrière comme une succession de matchs de plus en plus difficiles. Nous développerons ce point ultérieurement.

4 Il ne s'agit pas, ici, de retracer l'histoire de la boxe (ce que d'autres ont déjà fait), mais bien de présenter les éléments permettant de comprendre le cas unique de cette diversité de titres mondiaux dans une discipline dite « sportive ».

5 Aux États-Unis, tous les États sont dotés de commissions régulant et organisant la boxe professionnelle sur leur territoire.

6 À cette époque comme aujourd'hui, il est difficile d'établir la frontière entre les activités d'organisation et celles de promotion d'un spectacle. Normalement, l'organisateur produit le spectacle, c'est-à-dire trouve la salle, les boxeurs et les différentes personnes qui travaillent sur le spectacle ; le promoteur, lui, s'occupe de la communication, c'est-à-dire trouve des partenaires parmi les médias et fait connaître le spectacle aux publics. Dans les faits, les cas de figure sont multiples selon les pays et l'ampleur des spectacles proposés. Plus les galas sont petits, plus on parle uniquement d'organisateur ; plus les galas sont importants, plus on parle de promoteur, ce dernier exerçant alors tout ou partie des tâches d'organisation. Aujourd'hui, quand il est question d'organisateur ou de promoteur, on a en vue l'acteur qui, la plupart du temps, assure l'organisation et la promotion du spectacle. Historiquement, le mot « promoteur » commence à être utilisé avec la télédiffusion de spectacles de boxe. La promotion des galas de boxe devient alors un élément déterminant du financement du spectacle. Les promoteurs s'attachent les services d'un organisateur ou organisent euxmêmes l'événement. Dans la continuité, ils passent des contrats de promotion avec des boxeurs vedettes. Aujourd'hui en France, il est nécessaire d'avoir une licence de promoteur pour exercer ce métier qui n'est pas sans ressembler à celui d'agent sportif (l'équivalent, en boxe, étant le manager) car l'une des missions du promoteur est de placer ses boxeurs dans des galas organisés par lui-même ou d'autres.

7 Par exemple : l'idée qu'un championnat d'Europe fait s'opposer les deux meilleurs boxeurs européens du moment, même si, comme nous le verrons par la suite, c'est rarement le cas.

8 Le chapitre 4, p. 87 (Spectacle et médiatisation de la boxe) explique plus précisément, à travers l'exemple d'un gala professionnel, les tensions inhérentes à ce type de stratégie.

9 Cf.Cangioni (Pierre) – op. cit.

10 Cf.Sammons (Jeffrey T.) – op. cit.

11 Devant ce quasi-monopole, l'association des entraîneurs et managers new-yorkais allait faire opposition avec le « Boxing Manager's Guild » de New York. Cette association réussit à faire annuler durant deux mois des manifestations au Madison Square Garden et à la St. Nicolas Arena. Finalement, en 1953, Norris, président de l'IBC, trouve un compromis et, dans le prolongement de ce compromis, noue des liens très forts avec Frankie Carbo, le patron de la mafia new-yorkaise. Cette association lui permet d'asseoir son pouvoir et d'avoir un partenaire de poids pour intimider les membres récalcitrants de l'association de New York. Cf.Sammons (Jeffrey T.) – op. cit.

12 L'IBC organise 45 % des combats de 1937 à 1949. De 1949 à 1953, trente-six championnats du monde professionnels sur quarante-quatre organisés le furent par Norris. CfSammons (Jeffrey T.) – op. cit.

13 WBC : World Boxing Council, fondée en 1963 ; WBA : World Boxing Association (fondée en 1921 sous le nom de National Boxing Association, elle prend son nom définitif en 1962) ; WBO : World Boxing Organization, fondée en 1988 ; IBF : International Boxing Federation, fondée en 1983.

14 WBU: World Boxing Union, fondée en 1995; IBO: International Boxing Organization, fondée en 1993; IBC: International Boxing Council; WBF: World Boxing Foundation; WBB: World Boxing Board.

15 Plus récemment (en 2008), il faut signaler la création de la WSB (World Series Boxing) qui a la particularité de voir s'opposer des équipes de clubs franchisés selon des règles spécifiques (quatre rounds de trois minutes, avec la possibilité d'être qualifié aux Jeux olympiques, pour les meilleurs).

16 Marqusee (Mike) – Redemption Song. Muhammad Ali and the Spirit of the Sixties (2nd Revised edition). Londres (Grande-Bretagne), New York (États-Unis), Verso Books, 2005 (1999).

17 La plupart des fédérations imposent aux boxeurs d'être dans les quinze premiers du classement pour pouvoir combattre contre le tenant du titre.

18 Mot souvent utilisé dans nos entretiens pour qualifier les boxeurs servant la carrière des autres.

19 Sur la question, cf. également le chapitre 10, p. 243 - Boxe professionnelle et « miroir aux alouettes ».

20 Cette organisation n'est pas sans conséquence sur la perception que l'on peut avoir de la boxe, y compris dans le monde sportif : du fait de l'essor des Jeux olympiques au début du XXe siècle et des valeurs liées à l'amateurisme (même s'il aurait été plus exact, parfois, de parler d'amateurisme « marron ») qu’ils véhiculent, la boxe professionnelle devient une pratique déconsidérée et, pour le monde olympique, entachée de toutes les perversités. Faire du sport pour gagner de l'argent a quelque chose de méprisable. Dès lors, on comprend les tensions existant entre ces deux mondes.

21 « Mettre les gants » signifie mettre en place une opposition plus ou moins raisonnée entre deux boxeurs dans le cadre d'une séance d'entraînement.

22 Un « plateau » est une expression désignant les différents boxeurs qui vont combattre pendant un gala.

23 Rauch (André) – op. cit.

24 Entraîneur national de 1924 à 1965, puis conseiller technique à la Fédération de 1965 à 1968. Il est également l'auteur de : 50 ans de boxe, aux éditions PAC (1982).

25 Directeur technique national de 1968 à 1972.

26 Cf. les comptes rendus de réunions consignés dans PASSEVANT (Roland) – op. cit.

27 Le championnat du monde qui a vu la défaite de Fabrice Tiozzo face à Virgil Hill, en 2000, est un exemple particulièrement parlant de cette situation. Tiozzo n'étant pas en contrat avec Acariès, son combat n aurait pas été retransmis sur notre territoire si France Télévisions n'avait pas pris la décision de le diffuser.

28 À noter, cependant, qu'avec la fin, en 2010, du contrat d'exclusivité liant Canal + au team Acariès, la carte des pouvoirs est depuis en pleine recomposition et la position dominante des frères Acariès risque de s'effriter. Nous y reviendrons au chapitre 4, p 87 – Spectacle et médiatisation de la boxe.

29 Nous développerons cette différence de professionnalisation du spectacle entre les galas amateurs et professionnels dans le chapitre suivant. Mais à titre de comparaison, on remarquera qu'au début des années 2000, le budget de la Fédération française de boxe est quasiment le même que celui versé par Canal + au team Acariès pour l'organisation des galas de boxe diffusés en exclusivité par la chaîne cryptée.

30 Les boxeurs occupent, comme nous le verrons dans la partie consacrée aux salles de boxe, un certain nombre de positions hiérarchisées dans les clubs de boxe renvoyant à l'idée de carrière.

© INSEP-Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540