Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Univers de la boxe anglaise

 | 
Fabrice Burlot

Première partie. La boxe anglaise : entre violence et « noble art »

Chapitre 2. Paris, spectacle et professionnalisation de la boxe

Texte intégral

1Outre la régulation de la violence, la question des paris sur les combats de boxe semble un angle d'approche essentiel pour comprendre la place occupée par la boxe dans notre société, mais surtout les spécificités du monde dans lequel le boxeur va inscrire sa trajectoire. Elle est d'autant plus essentielle qu'elle marque historiquement très tôt la pratique et apparaît comme un élément déterminant de la transformation de la boxe anglaise en une activité de spectacle.

2En effet, la question des paris permet de comprendre pourquoi la boxe a pris le chemin de l'économie du spectacle et a consacré le gala de boxe professionnelle comme véritable lieu de culte. Mais elle explique également comment cette évolution a renforcé la constitution du métier de boxeur professionnel et l'idée d'une promotion sociale par la boxe. De même, aux antipodes de cette professionnalisation, elle permet de comprendre pourquoi la boxe a progressivement été assimilée à une pratique mafieuse.

2.1. PARIS, PROFESSIONNALISME ET PROMOTION SOCIALE

  • 1 Cf. Philonenko (Alexis) – op. cit.
  • 2 Ibid., p. 57.
  • 3 La France fut choisie comme terrain neutre pour organiser un championnat du monde entre l'Américai (...)
  • 4 Cf. Chemin (Michel) – op. cit.
  • 5 Johnston (Louis D.) et Williamson (Samuel H.) – "What Was the U.S. GDP Then?" Measuring Worth, 200 (...)

3La boxe a ceci de particulier qu'elle est l'une des rares pratiques sportives où le professionnalisme a toujours existé. Dès son origine, et bien avant que ne s'établissent les règles régissant aujourd'hui les combats professionnels, le combat de boxe se définit comme un objet de paris générant de forts flux financiers. Aussi, du fait de l'importance des sommes engagées et de l'ampleur des passions générées par ce phénomène, la boxe est interdite en Angleterre dès 17431, puis aux États-Unis et, finalement, dans la plupart des pays européens. Bien que la boxe soit alors devenue une pratique clandestine, les paris sont malgré tout de plus en plus conséquents tout au long des XVIIIe et XIXe siècles : ainsi, quelques années après l'interdiction, « le 10 avril 1750 [...], le duc de Cumberland paria 250 000 livres sur la tête de Jack Broughton2 ». Sous le couvert des élites et avec leur concours, des combats sont donc organisés sur le nouveau continent comme sur l'ancien. Les prairies, les docks, les appartements et, très souvent, des propriétés sont utilisés comme espaces de pratique, pendant plus d'un siècle. Sur proposition du baron de Rothschild, prêt à braver l'interdit, est même organisé en 1888, au château de Chantilly, le premier match officiel en France3. En fait, tous les lieux sont bons pour parier sur l'issue des combats. Le montant des bourses, ces sommes d'argent offertes par l'organisateur d'un combat et réparties entre les deux boxeurs selon un pourcentage défini au préalable, augmente alors considérablement. Elles permettront à certains boxeurs de s'enrichir de façon conséquente. On dit de Tom King, champion du monde de 1860 à 1863, qu'il gagna près de 300 000 dollars sur les rings4, ce qui était pour l'époque une somme colossale5.

  • 6 Tant que les combats restent dans le cadre d'une tradition paysanne et populaire, sans doute les p (...)

4Dans les conditions d'une activité pouvant donc être fortement rémunératrice, un certain nombre de boxeurs se définissent, dès cette époque, comme des professionnels. En effet, si au XXIIe siècle les boxeurs anglais ne touchent rien sur les bourses et combattent pour l'honneur de leurs maîtres, ils finissent bientôt par revendiquer une partie des gains6.

  • 7 Cf. Philonenko (Alexis) – op. cit.
  • 8 Elle n'est cependant pas la première, puisqu'en Angleterre une première Fédération nationale de bo (...)

5L'exercice de la boxe devient pour eux une activité annexe (voire principale) leur permettant d'augmenter leurs revenus7. La boxe professionnelle, dans le sens où la prestation pugilistique entraîne une rémunération sous forme de bourse, est née. Elle est donc très antérieure à la boxe amateur puisqu'il faut, en effet, attendre près de deux siècles avant que ne soit fondée, le 15 février 1903, la Fédération française de boxe dont la mission sera le développement et l'organisation de la boxe anglaise sur le territoire français, avec l'établissement d'une très nette différenciation entre boxeurs professionnels et boxeurs amateurs8.

6Du XVIIe siècle au début du XXe, la boxe va donc progressivement se définir comme un objet de promotion sociale. Comme nous l'avons vu, elle se révèle pour des gens déshérités un moyen intéressant de gagner de l'argent et d'acquérir de la reconnaissance. Pour beaucoup, elle devient un chemin prometteur d'ascension sociale.

  • 9 Cf. Cangioni (Pierre) – op. cit.

7Mais un moyen « espéré » seulement, car les chances réelles d'accès à la fortune semblent, dès le début de l'histoire de la boxe, très faibles. Les sources historiques présentent, en effet, une pratique à deux facettes : celles des champions dont on parle systématiquement, et celles des carrières anonymes, à peine mentionnées. Ainsi, tous les manuels d'histoire de la boxe retracent la vie des grands champions, leur succès et leur réussite sociale. C'est le cas de John Morrissey, de Gene Tunney et, surtout, de John Gully dont la carrière, au début des années 1800, illustre parfaitement la question de la réussite telle qu'on l'idéalise en boxe. Issu d'une famille pauvre, Gully accumule les dettes et finit en prison où, au cours d'un match d'exhibition, il bat le champion du monde. Ses dettes sont alors rachetées par un groupe d'actionnaires qui misent sur sa carrière. Il devient lui-même champion du monde, après quoi il cesse la pratique. Il achète une écurie et gagne deux fois le Derby d'Epsom, puis siège au parlement. Pour finir, il est anobli et devient duc de Selby9

  • 10 On remarque ici que l'accès à la gloire et à l'argent n'est qu'une étape de cette reconnaissance s (...)

8Que des carrières de ce type, évoquées çà et là dans les ouvrages sur la boxe, soient de l'ordre du mythe ou de la réalité n'est finalement qu'accessoire ; ce qui importe davantage, c'est de comprendre comment ces histoires édifiantes vont construire l'imaginaire des boxeurs – et, plus généralement, de la société – et déterminer les stratégies de carrière des individus. Ainsi serait-il possible de devenir un Gully, un homme initialement peu recommandable mais qui, par son courage et son travail, va bouleverser l'ordre établi et devenir une personne respectable10.

  • 11 Scorsese (Martin) Raging Bull. États-Unis, 1980, 129 min.
  • 12 Wise (Robert) – Marqué par la haine (Somebody Up There Likes Me). États-Unis, 1956, 113 min.

9Progressivement va se construire l'idée selon laquelle, en boxe, le travail, l'effort, le respect et la discipline permettent de véritables conversions sociales. Le mythe du mauvais garçon sauvé par le « noble art » finit par s'imposer et sera largement utilisé au XXe siècle par les cinéastes. Les exemples d'enfants perdus, voire de voyous sans âme, socialement « récupérés » par la boxe et accédant à des normes de vie respectables sont nombreux. Il en va ainsi de l'histoire de Jake LaMotta, brillamment mise en scène dans Raging Bull11, ou encore de celle de Rocky Graziano, évoquée dans un film plus ancien, Marqué par la haine12 : élevé par un père extrêmement brutal qui ne cesse de le frapper, Rocky devient particulièrement violent. Il intègre alors un club de boxe, et là se produit une métamorphose : la boxe devient un exutoire. L'entraîneur, habilement, réussit à canaliser et transformer son agressivité et sa violence. Le combat devient pour Rocky le moyen de se venger de son père. Cette croyance dans une boxe salvatrice, bien que quelque peu caricaturée dans le film, est un réel constituant identitaire de la boxe.

  • 13 Tiozzo (Christophe) – Ma descente aux enfers. Paris, Solar, coll. « Sports », 2000.

10Ainsi, avec le temps, la boxe s'apparente, dans l'imaginaire des uns et des autres, à un moyen de conversion sociale et, donc, d'intégration. Le mythe du boxeur au comportement déviant, à la violence incontrôlée, finalement converti à une vie plus morale est d'ailleurs encore aujourd'hui très répandu : le monde de la boxe serait capable de « refaçonner » les hommes et de les orienter sur le chemin de la maîtrise de leur violence et sur celui de la « réhabilitation sociale ». Inversement, l'idée selon laquelle ce monde est impitoyable envers ceux qui sont indignes de leur ascension sociale va, elle aussi, se répandre. Ainsi, parallèlement aux histoires exemplaires de réussite, on insiste également (surtout au XXe siècle) sur un autre type de carrière exceptionnelle : celle des boxeurs enrichis puis ruinés, ou encore celle des boxeurs qui ont atteint la réussite, mais n'ont pas su intégrer ce changement social. C'est le cas de Joe Louis ou encore de Sugar Ray Robinson qui, ayant mis fin à sa carrière à l'âge de 31 ans, se trouve ruiné et poursuivi par le fisc à peine trois ans plus tard, et doit reprendre la boxe durant dix années pour se refaire une santé financière. C'est le cas aussi de Carlos Monzón qui, quelques années après la fin de sa carrière, est accusé du meurtre de sa femme. Sur les photos ci-contre, on peut voir Carlos Monzón (photo no 10) et Jean-Claude Bouttier (photo no 11) passer une visite médicale à l'INS, juste avant leur championnat du monde des poids moyens, en septembre 1973. Le premier sera champion du monde mais finira en prison. Le second échouera pour le titre, mais obtiendra une reconnaissance et une réputation qui l'accompagnent encore aujourd'hui. Cette situation n'est pas propre aux États-Unis : les exemples sont légion également en France pour tous ceux qui ne conservent pas une certaine forme de lucidité dans la réussite. Ainsi, Ray Famechon finit ruiné, dans l'anonymat d'un laveur de vitres ; plus récemment, Christophe Tiozzo sombre dans l'alcool et la drogue. Le titre de son livre, Ma descente aux enfers13, illustre cette vie aux frontières de l'ombre et de la lumière, où les phénomènes d'ascension et de régression sociales sont monnaie courante.

11Finalement, la boxe construit une certaine forme de culte de la méritocratie, cette capacité offerte au boxeur de devenir par lui-même, grâce à son travail, ses efforts et son abnégation, « un gagnant » et d'être reconnu comme tel. Mais cette méritocratie sociale, voire morale, impose également une sorte de sanction à ceux qui n'en respectent pas les règles : la « descente aux enfers » devient alors une punition méritée. Pour de nombreuses personnes interviewées au moment de notre enquête, Christophe Tiozzo est responsable de sa déchéance, car il n'a pas respecté la culture de la boxe. Si l'alcool, les boîtes de nuit et la drogue sont devenus, au fil de sa réussite, des éléments forts de sa vie, c'est qu'il l'a bien voulu. En aucun cas, il n'en a été la victime :

«  Christophe Tiozzo était responsable de ce qu'il a fait. Il a fait ses choix. Maintenant, il vient, il éclabousse la boxe. Ça donne une mauvaise image de ce sport. Si Tiozzo s'est camé, est sorti en boîte, etc., c'est qu'il était consentant. Il était quand même conscient ! Il est donc responsable. Il aurait pu dire non. Du coup, ceux qui lisent son livre disent que la boxe, c'est la mafia, qu'il n'y a que de la magouille et des trucs comme cela. Tout ça ne donne vraiment pas une bonne image. Surtout quand il y en a qui suivent derrière. Ça, c'est le mauvais côté de la boxe.  » (Entraîneur de club)

Photo n o 10
Carlos Monzón à l'épreuve de l'électrocardiogramme.
© Iconothèque INSEP

Photo n o 11
Jean-Claude Bouttier à l'épreuve de l'électrocardiogramme.
© Iconothèque INSEP

  • 14 Philonenko (Alexis) – op. cit., p. 89.
  • 15 Passevant (Roland) – Boxing Business. Paris, Éditeurs Français Réunis, 1973.

12Les ouvrages historiques évoquent très peu ceux qui, en dehors de ces boxeurs mythiques, ont sans doute constitué le corps de la boxe, « ses soldats, ses pions obscurs et oubliés14 », tous ces boxeurs animés par cet idéal de réussite sociale. La boxe a pourtant également produit des situations dramatiques. Parmi les rares témoignages disponibles, se trouve celui de ce boxeur évoqué par Passevant15 qui a consigné dans un cahier d'écolier l'histoire de sa carrière pugilistique. Il explique son entrée dans le monde de la boxe, puis le chemin tortueux et dramatique qu'il va suivre dans cette quête de la gloire et de l'argent : les bourses insignifiantes qu'il touche pour combattre aux quatre coins de la France et de l'Europe, les arnaques dont il est victime, les blessures reçues et la dangerosité des matchs disputés. Et encore s'agit-il là d'un boxeur disposant d'un niveau suffisant pour pouvoir boxer à la salle Wagram, ce qui n'était pas donné à tous ses confrères !

  • 16 Cf. Philonenko (Alexis) – op. cit.

13Aux exclus du processus de valorisation sociale, deux possibilités pouvaient s'offrir : les combats de seconde zone (dans lesquels les boxeurs servaient de faire-valoir à la construction des carrières d'autres boxeurs) et les combats d'exhibition (où, après avoir démontré la supériorité de l'art pugilistique, les boxeurs s'offraient à de jeunes combattants venus les défier16). Ces deux issues étaient, bien entendu, dramatiques pour les boxeurs en fin de carrière. Dans un cas comme dans l'autre, les rémunérations étaient très faibles (bourses dérisoires) et les risques physiques encourus majorés par le vieillissement.

  • 17 Rauch (André) – op. cit., p. 222.
  • 18 Cf. Philonenko (Alexis)-op. cit.
  • 19 Et pourtant, pourrait-on dire, ces ouvriers, souvent enfants de l'exode rural, fuyaient pour la pl (...)

14Certains évoqueront les conséquences inévitables d'un mythe foncièrement destructeur, d'un aveuglement. Mais, au bout du compte, la décision était-elle si irréfléchie ? Ne s'agissait-il pas, au contraire, d'un choix délibéré, d'un comportement ordalique, d'une remise en jeu de sa condition : prendre le risque de sortir d'une situation sociale souvent terrible, même si le danger était important sur le plan de l'intégrité physique ? « Le dommage corporel n'est pas un échec, mais un risque, propre à une réussite individuelle que les origines du boxeur semblaient compromettre17 », souligne Rauch. Car, finalement, ce qu'il y a de commun à tous ces boxeurs, à toutes les époques, c'est leur origine sociale. En France, de Georges Carpentier à Marcel Cerdan en passant par Ray Famechon, tous étaient issus de milieux populaires18. Tous ont connu la gloire et l'argent du monde professionnel même si, pour certains, l'un comme l'autre ne durèrent que le temps de la boxe. Dans un milieu social où l'on gagnait si âprement sa vie, les primes étaient perçues comme un moyen facile de toucher de l'argent ; peut-être pas suffisamment pour en vivre complètement, mais, au moins, bien assez pour arrondir les fins de mois et étaler, pour un temps, leur réussite. La boxe permettait donc à certains de s'extraire de leur milieu et de vivre un rêve. Bien entendu, physiquement et psychologiquement, le jeu était dangereux ; mais, socialement, quels risques y avait-il à tenter sa chance dans une profession certes difficile, mais, après tout, peut-être moins pénible que celle de mineur19 (Georges Carpentier), de garçon boucher (Jean-Claude Bouttier) ou d'ouvrier à la chaîne, à une époque où, pour les plus anciens, les accords de Matignon n'ayant pas encore été signés, on travaillait encore jusqu'à soixante heures par semaine, où le seul jour de repos était le dimanche et où les congés payés n'existaient pas. Les conditions de vie des boxeurs de la première heure étaient tellement dures que la boxe se présentait comme une véritable aubaine pour qui était habile de ses poings : un moyen d'échapper à sa condition sociale. De fait, gagner de l'argent et atteindre la célébrité ont été, et restent encore aujourd'hui, les grands leviers de l'engagement des boxeurs.

2.2. PROFESSIONNALISME ET SPECTACLE

15Si, à partir du XVIIIe siècle, avec le développement des paris, la boxe devient progressivement une activité professionnelle possiblement rémunératrice, source d'espérance, le XXe siècle, lui, marque son entrée dans l'économie du spectacle, ce qui bien entendu va renforcer sa professionnalisation et façonner un véritable marché du travail.

  • 20 Rauch (André) - op. cit.
  • 21 Où la couleur de la peau, la violence des combats, les morphologies hors du commun participent à l (...)
  • 22 Cf. Rauch (André)-op. cit.

16En 1896, l'État de New York lève l'interdiction pesant sur les combats de boxe et ouvre la voie aux autres pays. La boxe est à nouveau autorisée et sort de la clandestinité. Les combats commencent très rapidement à faire recette aux États-Unis, les plus importants d'entre eux allant parfois jusqu'à déplacer plusieurs milliers de personnes. En France, une demande va peu à peu se constituer. Pour Rauch20, les matchs de boxe relayés par la presse vont susciter de l'intérêt pour la pratique et faire émerger un public. Pour accueillir ce public potentiel, il faut trouver des lieux où organiser les combats et, ainsi, participer à la diffusion de la boxe. D'une manière générale, c'est aux salles de spectacle que va incomber cette tâche : les salles de music-hall parisiennes constitueront, à cet égard, la réponse idéale. Espaces fermés à l'abri des intempéries, elles vont progressivement devenir le lieu de l'organisation régulière des galas de boxe. Exceptionnellement, des espaces extérieurs seront utilisés pour des rencontres importantes, comme l'illustrent ces clichés pris, dans les années 1920, à Oran (Algérie) et Montevideo (Uruguay) [photos nos 12 et 13] ; mais ils n'atteindront pas les dimensions des arènes américaines édifiées pour les grands matchs. Au début, les spectateurs se déplacent pour voir un divertissement21 et recherchent une certaine forme d'exotisme, mais la passion gagne rapidement ces néophytes de la boxe anglaise. La demande est alors telle que le rythme des combats de boxe devient quotidien dans la capitale22.

Photo n o 12
Combat de boxe dans les arènes d'Oran, vers 1920.
© Iconothèque INSEP

Photo n o 13
Une démonstration de boxe à Montevideo, vers 1920.
© Iconothèque INSEP

17Cependant, les galas organisés dans les salles de spectacle vont donner lieu à controverses, car ils mêlent les intérêts du monde du spectacle et ceux du monde sportif. Les salles choisies à l'époque pour ces combats, comme L'Élysée-Montmartre, la salle Wagram ou encore le Casino de Paris, sont de nos jours davantage connues pour leurs shows dansants que pour les boxeurs qui y ont évolué ; pourtant, elles étaient les hauts lieux de la boxe au début du XXe siècle et le resteront, pour certaines, jusque dans les années 1960.

  • 23 Ibid.
  • 24 Évidemment, ces mises en scène ne sont pas sans ressembler à des activités comme le catch où les s (...)

18Bien évidemment, qui dit spectacle, dit également mise en scène des acteurs et publicité pour attirer le public. Le combat revêt alors tous les artifices propres à ce monde bien particulier. Ainsi les boxeurs vont-ils adopter des noms de scène expressifs et qui font vendre, à consonance américaine (« Kid Marcel » [Marcel Bouazziz] ou « Battling Siki » [Louis Fall], exprimant des qualités animales (« le taureau du Bronx », « le cobra ») ou, encore, faisant référence à certaines attitudes humaines (« le gentleman », « le tueur de géants »), etc. Tous ces noms marquent de leur empreinte l'identité des boxeurs et permettent aux spectateurs de commencer à se projeter et à envisager la « philosophie » des combats proposés dans un gala. Ils participent ainsi à un processus de mise en scène et de montée en puissance de matchs excessivement théâtralisés23 : parfois, les combats commencent par des provocations, voire des altercations, et se terminent par un défi au vainqueur à qui l'on donne rendez-vous la semaine suivante24. Cette mise en scène théâtrale est d'ailleurs encore profondément ancrée dans les usages de la boxe actuelle. Il suffit d'observer les photos prises durant la pesée précédant un match, lorsque les deux boxeurs, nez contre nez, se regardent méchamment au fond des yeux. La plupart du temps, la scène est suivie de quelques échanges verbaux bien sentis, puis le service d'ordre intervient et tout le monde rentre dans son camp en promettant de régler « l'offense » sur le ring.

19Enfin, toujours dans la perspective d'un spectacle qui doit plaire et dégager des bénéfices, les organisateurs sont, par ailleurs, assez peu regardants sur les poids et les palmarès. Pour susciter de l'intérêt, on peut faire s'opposer des boxeurs de poids différents, mais à forte réputation, et il n'est pas rare que des organisateurs peu scrupuleux inventent des titres aux boxeurs engagés, dans le seul but de mieux valoriser leur gala...

20Ce n'est donc pas uniquement le rapport à la violence qui va distinguer la boxe amateur de la boxe professionnelle. C'est également la manière de montrer la boxe.

21Cette assimilation entre le match de boxe et le spectacle de divertissement va, de fait, profondément marquer l'identité de la boxe. Dans ce contexte, la création, en 1903, de la Fédération française de boxe dont la tâche principale est d'organiser le monde sportif pugilistique, va être génératrice de tensions : tensions entre la boxe professionnelle « spectacle » et la boxe amateur « sportive ».

  • 25 Environ 80 000 personnes étaient présentes à Jersey City (États-Unis), le 2 juillet 1921, pour le (...)

22Cette opposition va s'accentuer au fil des années. Après la Première Guerre mondiale, dans un contexte où les rencontres attirent des foules toujours plus nombreuses25 et où les enjeux financiers deviennent de plus en plus importants, la rupture entre les deux mondes est consommée. Avec la création de la FIBA en 1920, la boxe olympique prend définitivement ses distances avec la boxe professionnelle. Mais la rupture n'implique pas la mort de la boxe professionnelle telle qu'elle se pratique à l'époque. Son caractère « spectacle » se voit même renforcé après la Seconde Guerre mondiale...

  • 26 Les « Pros Rounds du Palais » étaient des réunions de boxe mettant en scène les meilleurs boxeurs (...)

23En France, la boxe est alors prise en main par les diffuseurs du « sport spectacle » américain, notamment Gilbert Benaïm et Charley Michaelis. Au même titre qu'ils développent « les Pros Rounds du Palais26 », ils participent à la promotion en France du stock-car, du catch, d'Holiday on Ice, etc. La boxe est pour eux un des produits de spectacle du système marchand. Si ce produit permet de dégager des bénéfices, son exploitation perdure ; dans le cas contraire, ils se désengagent.

24Malgré cette rupture et des tentatives de reprise en main de la boxe par la Fédération, notamment avec un personnage clé comme Jean Letessier qui s'opposera fortement à ces promoteurs de la boxe « spectacle », dans la réalité, la boxe reste assimilée, par les passionnés, les boxeurs, leur entourage et, surtout, l'opinion publique, au professionnalisme.

25Au début du XXe siècle, les salles de spectacle étaient le lieu privilégié de la diffusion de la boxe, mais, parallèlement à l'apparition et au développement d'une boxe « spectacle », ces lieux vont progressivement se diversifier après la Première Guerre mondiale : les galas se voient désormais proposer de grands espaces sportifs comme le Vél' d'Hiv, l'ancien Parc des Princes ou encore le stade de Colombes.

26Une fois terminée la Seconde Guerre mondiale, cette tendance se poursuit et se renforce. De grandes réunions de boxe sont organisées à Roland-Garros, et le Palais des sports, construit de façon provisoire, devient le théâtre hebdomadaire des combats de boxe : tous les lundis soirs, des boxeurs amateurs et professionnels s'y affrontent.

27Les salles de music-hall cessent de proposer des combats, mais la diversification des autres lieux de pratique va peu à peu constituer des hiérarchies. La boxe s'installe dans le quartier des Halles qui devient, dans la France des années soixante, un lieu incontournable pour ce sport : dans une même zone géographique, il rassemble en effet des salles de galas et d'entraînement et, surtout, les diffuseurs de ce spectacle que sont les journalistes du journal L'Équipe :

« Concrètement, la boxe, c'étaient les Halles. Avant, il y avait le Central, une salle rue Saint-Denis où étaient organisées toutes les rencontres de boxe amateur en Île-de-France. C'était le fief. Parmi les meilleurs boxeurs, qui n'a pas fait le Central ! Pour être champion au Central, il fallait être balèze ! On s'inscrivait dans une catégorie et on se retrouvait à 100-150 inscrits...
Ensuite, il y avait Wagram : c'était juste pour les “néo-pros" et les débutants, jusqu'au niveau de champion de France. Après ça, il y avait le Palais des sports pour les championnats d'Europe. Donc, tu avais des échelles quand tu passais professionnel. Le mec qui boxait à Wagram, c'était déjà un mec costaud. Ensuite, ce qui différenciait les boxeurs, c'était d'abord le montant des bourses ; et puis, pour ceux qui se produisaient au Central, il y avait le pigiste de L'Équipe qui était là, c'était sympa. Puis ceux qui allaient à Wagram, ils avaient droit au journaliste de L'Équipe ; enfin, au Palais des sports, tu avais déjà les télés qui étaient présentes... À l'époque, c'était important de faire un bon combat. Si le public applaudissait et était content, eh bien tu revenais un mois plus tard ; s'il te sifflait, tu ne revenais pas. Les promoteurs Benaïm ou Traxel, ils te disaient : "c'est terminé". » (Cadre fédéral, 58 ans) [Photo no 14]

Photo n o 14
Match d'exhibition à la salle Wagram, entre l'Italien Moscatelli et le Britannique Jordan.
La Vie au Grand Air, no 234, 7 mars 1903, p. 153

28Cette hiérarchisation des salles de boxe va à son tour encore renforcer la distinction entre l'amateurisme et le professionnalisme. Ainsi, malgré une prise de distance et une assimilation à l'olympisme, la boxe amateur ne parviendra que difficilement à trouver son identité propre. Longtemps, elle ne sera guère considérée, par tous, que comme un passage vers le professionnalisme, une simple période d'initiation, ce que finit d'ailleurs par révéler la hiérarchie qui, progressivement, se met en place entre les différentes salles de galas.

29Cette différence de statut et de popularité s'avérera problématique au moment de l'avènement de la retransmission télévisée, car seuls les galas professionnels bénéficieront dès lors d'une diffusion télévisuelle. Cela accentuera l'écart entre amateurisme et professionnalisme, mais affectera également le monde du professionnalisme, créant des différences entre les galas diffusés et les non diffusés : le combat de boxe devient définitivement un spectacle planétaire qui prend place dans la programmation télévisuelle, accélérant inéluctablement le glissement de la boxe vers le « boxing business ».

30Dans l'entre-deux-guerres, déjà, les champions étaient devenus des idoles. Désormais, ils font figure de stars d'un spectacle essentiellement économique, comme le montre cette affiche de la tournée européenne de Sugar Ray Robinson, sur laquelle on voit les liens très forts qui l'unissent au monde du spectacle (photo no 15).

Photo n o 15
Sugar Ray Robinson à Paris (novembre décembre 1950)
Miroir Sprint, no 233, 27 novembre 1950

31Ils sont médiatisés et occupent une place forte dans le show-business. Bien plus, ils finissent par accéder au rang de personnages publics. Il n'est alors plus seulement question du combat, mais de l'avant et de l'après-combat. Les médias, et plus particulièrement la presse, participent à cette montée en puissance du spectacle de l'affrontement. C'est l'époque où la boxe professionnelle est à son apogée.

  • 27 Sammons (Jeffrey T.) – Beyond the Ring. The Role of Boxing in American Society. Urbana and Chicago (...)
  • 28 Arrivés en France au début des années 1960, les frères Acariès (Louis et Michel) se consacrent à l (...)

32Un apogée de courte durée, cependant, puisque, dès la fin des années cinquante aux États-Unis, et quelques années plus tard en France, la boxe s'engage dans une phase de régression. Le nombre de galas va considérablement diminuer, de même que le nombre de boxeurs. Certains spécialistes, comme Jeffrey T. Sammons27, voient dans la réduction du nombre de galas les effets directs de la retransmission des matchs à la télévision : aux États-Unis, en effet, la diffusion est pluri-hebdomadaire et les grandes chaînes américaines se livrent une concurrence féroce. En France, par contre, il faut véritablement attendre les années 1980 avec TF1, puis l'arrivée de Canal + avec les frères Acariès28 pour que des rencontres soient diffusées régulièrement à la télévision. Avant cette période, seuls quelques matchs étaient retransmis. Malgré cet intérêt de la télévision française, le déclin de la boxe est bel et bien amorcé. Les raisons en sont sans doute complexes, mais l'on pourrait évoquer, entre autres, la concurrence des autres pratiques sportives ou l'évolution des mentalités (qui passe par le rejet simultané de la violence, de la dérive mafieuse et du trucage). Néanmoins, en dépit de cette conjoncture difficile, l'organisation de galas persiste. Aux États-Unis, son intégration dans les circuits économiques du show-business permettra à la boxe de conserver une partie de sa force grâce à des lieux mythiques comme le Madison Square Garden (New York) et le Caesars Palace (Las Vegas) où seront organisés les grands combats de cette fin de XXe siècle. Le gala professionnel, en tant que spectacle, devient donc un élément marquant du monde de la boxe.

2.3. BOXE ET PRATIQUES MAFIEUSES

33Comme nous venons de le voir, le XXe siècle est caractérisé par l'avènement de la boxe « spectacle », mais il est également marqué par le développement des pratiques mafieuses. Au regard des enjeux financiers considérables véhiculés par les paris, et dans le contexte initial d'inorganisation qui caractérise le monde de la boxe anglaise, vont ainsi se développer des liens de plus en plus étroits entre la boxe professionnelle et la mafia. L'image de ce sport en sera profondément altérée.

  • 29 Cf. Cangioni (Pierre) – op. cit.
  • 30 À cette époque, il était de coutume d'organiser des matchs en trois rencontres : le match, le matc (...)

34La réalité de cette pratique déviante remonte au XVIIIe siècle où, à l'époque de Jack Slack, va se développer le principe de matchs arrangés, truqués et de bourses détournées29. L'interdiction de l'organisation de matchs de boxe, en partie motivée par ce type de comportements, ouvre alors la voie à une activité clandestine dans laquelle la mafia trouvera rapidement sa place, alléchée par les multiples intérêts en jeu. Les paris drainent beaucoup d'argent et les matchs arrangés permettent d'obtenir des gains conséquents. Dès le XIXe siècle, les gangs interviennent dans l'organisation semi-clandestine de la boxe et, au début du XXe siècle, la mafia est définitivement en place. Elle trouve dans la boxe à la fois un intérêt financier30, un mode de vie attirant (où la violence lui semble tenir une place intéressante), mais, également, une pratique d'entraînement pour ses troupes. Beaucoup de clans mafieux possèdent en effet leurs écuries de boxeurs qu'ils utilisent très souvent en tant qu'hommes de main.

  • 31 Sammons (Jeffrey T.) – op. cit.

35Le tournant définitif de la mainmise de la mafia sur la boxe s'opère, selon Sammons31, dans les années 1930, quand Frankie Carbo entreprend d'organiser cette activité. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il a pris le contrôle de l'International Boxing Club (IBC) qui, pour asseoir son monopole dans l'organisation des championnats du monde professionnels, était venu quérir son soutien quelques années auparavant. De nombreux combats sont alors truqués. Les boxeurs et leurs managers sont rackettés. Carbo, via l'IBC, règne en maître sur la boxe professionnelle.

36Après dix années d'enquête menée par une commission sénatoriale et le FBI, à la fin des années 1950, Frankie Carbo, patron de la mafia new-yorkaise, est condamné. Le rapport d'enquête révèle un système de corruption dépassant les frontières de la ville, étendu en réalité sur l'ensemble du territoire américain et dont l'IBC est le « bras armé ». Tous les grands champions de l'époque (Rocky Graziano, Jake LaMotta, Sugar Ray Robinson) seront mis en cause, et l'enquête révélera que l'organisation était implantée dans de nombreuses villes américaines (Saint-Louis, Chicago...) et qu'elle était investie par la plupart des chefs mafieux, tels Al Capone, Lucky Luciano...

37Cette période fut dramatique pour l'image de la boxe aux États-Unis. Elle y était définitivement devenue une pratique truquée, phénomène qui participa sans doute au déclin de l'activité, les spectateurs se sentant trahis par le spectacle auquel ils avaient adhéré. Comment accepter, en effet, qu'un boxeur au comportement tant admiré et idéalisé puisse avoir menti ?

  • 32 Cf. Sammons (Jeffrey T.) – op. cit.

38Cette période de l'après-guerre laisse donc planer d'importantes suspicions quant à l'honnêteté de la boxe, d'autant plus que l'arrestation de Carbo ne mettra pas un terme à cette mainmise de la mafia. En 1960, il est emprisonné, mais, par l'intermédiaire de Blinky Palermo, continue à diriger la boxe, notamment Sonny Liston, le champion du monde des poids lourds de l'époque. Il faut attendre l'avènement de Cassius Clay et sa victoire sur Liston pour que l'entreprise mafieuse soit réellement remise en cause, mais Cassius Clay, en raison de son rejet des valeurs américaines, fait peur et ne fédère pas32

  • 33 Ibid., p. 148.

39.En France, toutefois, ces affaires auront peu de retentissement. À l'exception des spécialistes et des journalistes, personne n'en entendra vraiment parler. D'ailleurs, les déclarations de Jake LaMotta au grand jury, dans lesquelles il met en cause les managers américains du Français Marcel Cerdan contre lequel il va combattre, seront partiellement occultées33. Dans les années 1970, Rolland Passevant dévoilera les pressions exercées par la mafia et le gang de Frankie Carbo sur Marcel Cerdan et son entourage, sur la base d'une correspondance entre Lucien Loupp et un dénommé « Jo la Balafre ».

40L'ère des scandales de l'implication de la pègre aux États-Unis coïncide avec la très grande époque de la boxe en France : celle des années 1940 et de la première partie des années 1950. C'est l'apogée des poids moyens ; on boxe au Vél' d'Hiv, à Roland-Garros, et les Français partent en campagne aux États-Unis. C'est également l'époque où de grands boxeurs américains comme Sugar Ray Robinson viennent disputer des championnats du monde en France (photo no 16), où Marcel Cerdan est sacré champion du monde et traverse Paris en liesse. Après Georges Carpentier, on assiste au deuxième grand moment de l'histoire de la boxe en France. La période est donc peu propice pour accueillir les scandales américains.

Photo n o 16
Arrivée, à l'INS, de Sugar Ray Robinson suivi de son manager Georges Gainford.
© Iconothèque INSEP

  • 34 Cangioni (Pierre) – op. cit.
  • 35 Passevant (Roland) – op. cit.

41Pour autant, l'assimilation de la boxe à la mafia marque également de son empreinte notre territoire, dès les années trente. Cangioni relève en effet des tentatives de corruption de la part des membres du « Milieu » : ils essaient d'influencer les juges lors du combat de Panama Al Brown contre Kid Francis (de son vrai nom Francesco Buonauguro), en 1932. Ils viennent directement demander à l'arbitre de modifier le jugement. Les juges refusent. Une bagarre générale éclate dans la salle34. Passevant, quant à lui, dans son ouvrage Boxing Business35 dresse le tableau d'une boxe anglaise profondément pervertie et compromise par les arrangements, les matchs truqués, les liens étroits entre le « Milieu » et les promoteurs et, surtout, le manque d'éthique de ces derniers.

42En France également, les boxeurs, hommes admirés pour leur courage, leur force, leur travail et leur honnêteté, ont donc fini par devenir, dans l'imaginaire collectif, les acteurs d'un spectacle arrangé à l'avance...

43L'idée que le combat puisse être truqué perdurera, s'inscrira dans les croyances et persiste encore aujourd'hui, notamment parce que la boxe professionnelle ne répond pas à une logique sportive traditionnelle, ainsi que nous le verrons plus loin (chapitre 4, p. 87 – Spectacle et médiatisation de la boxe), mais à une logique de choix : la première voudrait que les matchs soient tirés au sort ; la seconde, qu'ils soient choisis en fonction de l'élévation des niveaux.

CONCLUSION

44Galas de boxe, stars de la boxe professionnelle et dérives mafieuses caractérisent, au même titre que la violence, l'univers de la boxe, imprimant une réalité qui, effectivement, va profondément marquer l'histoire de la pratique au XXe siècle. En raison d'une professionnalisation en avance sur son temps, la boxe anglaise va interpeller l'opinion publique, inspirer écrivains, cinéastes et journalistes, et faire rêver les boxeurs au point de devenir la pratique la plus populaire de la première moitié du XXe siècle.

Notes

1 Cf. Philonenko (Alexis) – op. cit.

2 Ibid., p. 57.

3 La France fut choisie comme terrain neutre pour organiser un championnat du monde entre l'Américain John Sullivan et l'Anglais Charley Mitchell. Le baron de Rothschild mit à disposition son château et s'arrangea avec la police pour qu'elle n'intervienne qu'à la fin de la rencontre, car la boxe était effectivement également interdite en France.

4 Cf. Chemin (Michel) – op. cit.

5 Johnston (Louis D.) et Williamson (Samuel H.) – "What Was the U.S. GDP Then?" Measuring Worth, 2008. Selon le Measuring Worth, 300 000 dollars en 1860 serait l'équivalent de 6 millions de dollars en 2008. Il faut donc émettre quelques réserves sur cette légende.

6 Tant que les combats restent dans le cadre d'une tradition paysanne et populaire, sans doute les pugilistes trouvent-ils dans leur victoire une reconnaissance de leurs pairs. On respecte l'homme le plus fort du village qui, probablement, tire quelque profit de cette réputation. Mais lorsque les riches aristocrates s'intéressent à l'activité, l'affrontement pugilistique devient un spectacle dans lequel ces élites s'engagent par l'intermédiaire des paris. On dépasse alors la simple reconnaissance intra-classe dont pouvaient se satisfaire les milieux populaires. Le majordome et le boucher deviennent, au même titre que leur maître, des personnages dont on parle dans la presse. En devenant les acteurs d'un spectacle reconnu, ils accèdent à une certaine forme de pouvoir, la célébrité et le pouvoir de combattre ou de ne pas combattre modifiant les rapports de force qui les unissent à leur maître. On peut penser, sans trop s'avancer, que ce pouvoir a dû leur procurer certains avantages matériels (journées de repos, meilleurs repas, etc.). Toujours est-il que c'est bien ce pouvoir dont il sera question quand toutes ces « petites gens » revendiqueront une partie des gains réalisés lors des paris...

7 Cf. Philonenko (Alexis) – op. cit.

8 Elle n'est cependant pas la première, puisqu'en Angleterre une première Fédération nationale de boxe fut créée en 1880 (Carpenter, 1977). Par contre, ce n'est qu'en 1920, à l'initiative des fédérations nationales française, anglaise, brésilienne, néerlandaise et belge, qu'est créée la Fédération internationale de boxe anglaise (FIBA).

9 Cf. Cangioni (Pierre) – op. cit.

10 On remarque ici que l'accès à la gloire et à l'argent n'est qu'une étape de cette reconnaissance sociale.

11 Scorsese (Martin) Raging Bull. États-Unis, 1980, 129 min.

12 Wise (Robert) – Marqué par la haine (Somebody Up There Likes Me). États-Unis, 1956, 113 min.

13 Tiozzo (Christophe) – Ma descente aux enfers. Paris, Solar, coll. « Sports », 2000.

14 Philonenko (Alexis) – op. cit., p. 89.

15 Passevant (Roland) – Boxing Business. Paris, Éditeurs Français Réunis, 1973.

16 Cf. Philonenko (Alexis) – op. cit.

17 Rauch (André) – op. cit., p. 222.

18 Cf. Philonenko (Alexis)-op. cit.

19 Et pourtant, pourrait-on dire, ces ouvriers, souvent enfants de l'exode rural, fuyaient pour la plupart des conditions de vie encore plus déplorables. Vivre dans les corons peut, aujourd'hui, paraître emblématique de l'aliénation par le travail, mais était considéré, à l'époque, comme un véritable progrès social au niveau du logement, de l'hygiène, de l'alimentation, etc. Mais, pour mieux illustrer la pénibilité des conditions de vie de cette époque, on rappellera que le travail industriel n'est interdit avant l'âge de douze ans qu'en 1892 et que le travail des enfants existait toujours au début du XXe siècle, même s'il était limité par différents textes de loi.

20 Rauch (André) - op. cit.

21 Où la couleur de la peau, la violence des combats, les morphologies hors du commun participent à la mise en place d'un spectacle qui surprend et attire. L’exotisme du spectacle et l'attrait du continent américain contribuent au succès de la boxe en France. L'exotisme véhiculé par des boxeurs noirs et nord-africains participe de la motivation des publics, ce qui n'est pas sans rappeler les zoos humains qui se développent dans les foires.

22 Cf. Rauch (André)-op. cit.

23 Ibid.

24 Évidemment, ces mises en scène ne sont pas sans ressembler à des activités comme le catch où les surnoms et les défis font tout autant partie du scénario que le combat lui-même.

25 Environ 80 000 personnes étaient présentes à Jersey City (États-Unis), le 2 juillet 1921, pour le match opposant Georges Carpentier et Jack Dempsey.

26 Les « Pros Rounds du Palais » étaient des réunions de boxe mettant en scène les meilleurs boxeurs français de l'époque et parfois de grands boxeurs étrangers. Ces réunions étaient organisées tous les lundis au Palais des sports de la porte de Versailles à Paris.

27 Sammons (Jeffrey T.) – Beyond the Ring. The Role of Boxing in American Society. Urbana and Chicago (USA), University of Illinois Press, 1988.

28 Arrivés en France au début des années 1960, les frères Acariès (Louis et Michel) se consacrent à la boxe. Le premier, comme boxeur, devient champion d'Europe de 1981 à 1984. Le second, en tant qu'organisateur/promoteur, s'occupe dans un premier temps de la carrière de son frère Louis. À la naissance de Canal +, Charles Bietry lui confie l'organisation de la diffusion des galas de boxe sur la chaîne.

29 Cf. Cangioni (Pierre) – op. cit.

30 À cette époque, il était de coutume d'organiser des matchs en trois rencontres : le match, le match revanche et la « belle ». La mafia pouvait ainsi lever des ressources financières importantes par l'intermédiaire des paris.

31 Sammons (Jeffrey T.) – op. cit.

32 Cf. Sammons (Jeffrey T.) – op. cit.

33 Ibid., p. 148.

34 Cangioni (Pierre) – op. cit.

35 Passevant (Roland) – op. cit.

Table des illustrations

Légende Photo n o 10Carlos Monzón à l'épreuve de l'électrocardiogramme.© Iconothèque INSEP
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Photo n o 11Jean-Claude Bouttier à l'épreuve de l'électrocardiogramme.© Iconothèque INSEP
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Photo n o 12Combat de boxe dans les arènes d'Oran, vers 1920.© Iconothèque INSEP
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Photo n o 13Une démonstration de boxe à Montevideo, vers 1920.© Iconothèque INSEP
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Photo n o 14Match d'exhibition à la salle Wagram, entre l'Italien Moscatelli et le Britannique Jordan.La Vie au Grand Air, no 234, 7 mars 1903, p. 153
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Photo n o 15Sugar Ray Robinson à Paris (novembre décembre 1950)Miroir Sprint, no 233, 27 novembre 1950
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1283/img-6.jpg
Fichier image/, 179k
Légende Photo n o 16Arrivée, à l'INS, de Sugar Ray Robinson suivi de son manager Georges Gainford.© Iconothèque INSEP
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1283/img-7.jpg
Fichier image/, 156k

© INSEP-Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540