Version classiqueVersion mobile

Sports de rue et insertion sociale

 | 
Pascal Duret
, 
Muriel Augustini

Troisième partie. Les logiques de régulation des actions d'insertion par le sport

Chapitre 7. Quelques repères nécessaires à la construction des actions

Texte intégral

  • 1 Les politiques, commandées par des ambitions pragmatiques, engagèrent des actions qui se dispensèr (...)

1Il est banal de dire que la mise en œuvre des actions dʹinsertion par le sport sʹest déclenchée selon une logique de coup et de prestation de services qui a parfois pu susciter une impression dʹéclatement et donner à penser que tout pouvait être fait (et son contraire) sans que les différences sensibles soient explicitement justifiées par un axe unitaire1. En ce qui concerne les OPE, le laboratoire de sociologie de lʹINSEP a essayé de repérer, derrière la multiplicité et la variété des objectifs déclarés par les promoteurs, un certain nombre de principes qui sous-tendent leurs actions. Dʹune manière générale, cet univers dʹactions sʹorganise autour des difficultés rencontrées par les jeunes ; mais celles-ci ne sont ni hiérarchisées ni, surtout, mises en regard avec le niveau dʹorganisation dont ils sont capables. Or, cette mise en relation devrait fournir un modèle permettant de prendre en compte lʹhétérogénéité des jeunes dʹune manière positive, en focalisant lʹattention sur leurs capacités, et non de façon négative, en se centrant sur leurs manques.

niveaux de difficulte des jeunes et integration

2A partir dʹindicateurs cernant le mode de vie des jeunes, nous avons élaboré un tableau permettant de dégager trois niveaux principaux de socialisation.

Indicateurs

Niveau 1
La galère

Niveau 2
La précarité

Niveau 3
Consolidation de lʹintégration

Gestion du temps

Ne sait pas se servir dʹun calendrier

Parvient à organiser sa journée

Inscrit dans un présent et un futur. Arrive à se projeter dans le temps

Lieu de pratique habituel

Pied dʹimmeuble Se déplace rarement hors du quartier

Dans le quartier, mais dispose dʹun moyen de transport (carte orange ou mobylette)

Pied dʹimmeuble, mais aussi équipements sportifs traditionnels

Forme de marginalité

Contact direct avec la petite délinquance ou la toxicomanie

Pas directe, mais la cité est réputée

Néant

Scolarisation

Déscolarisé

Retard scolaire

Scolarité sans problème majeur

Mode dʹorganisation

La révolte ou la passivité (tout, tout de suite, ou rien)

Activité ponctuelle sans suite dans le temps

Néo-associationnisme

Forme de solidarité

Chacun pour soi ; solidarité de circonstance

Leadership

Groupe de pairs

Au niveau 1 (la galère), intégrer cʹest lutter au quotidien contre la souffrance des plus délaissés

3La participation des jeunes à lʹélaboration des projets constitue lʹun des leitmotivs des politiques dʹinsertion par le sport. Mais il faut rappeler que construire des projets nʹest pas possible pour les jeunes les plus en difficulté. Dominés par leurs problèmes personnels, ils attendent une protection de la part des services sociaux. Très dépendants de leur univers familier, ils se sentent incapables de se motiver seuls pour le quitter. A ces jeunes là, lʹurgence nʹest pas de demander la construction de projets, mais dʹoffrir des services leur permettant de sʹarracher à leur mal-être quotidien. Quitte à perpétuer un biais clientéliste pour les plus en difficulté, faire pour reste une condition passagère mais nécessaire si lʹon veut casser le cercle de la galère. Il sʹagit de créer les conditions minimales de bien-être pour que ces jeunes soient en état de formuler une demande échappant à la révolte (« on veut tout et tout de suite ») comme à lʹanomie (« on ne veut rien, ça ne nous intéresse pas »). Les objectifs de responsabilisation porteront donc moins sur la conception des projets (séance préparatoire ou suivi) que sur lʹengagement des jeunes dans lʹaction (ponctualité, régularité...).

Au niveau 2 (la précarité), intégrer cʹest inciter à la participation

4Quand les jeunes doivent-ils participer à la constitution des projets ? Dès que des choix sont possibles pour eux, cʹest à dire dès quʹils échappent au désoeuvrement. Au besoin dʹautonomie, au plaisir de se sentir un véritable citoyen (motifs optimistes mais peu réalistes), les jeunes préfèrent pragmatiquement sentir lʹutilité terre à terre de ce quʹils entreprennent. Ainsi, dans ce premier temps, leur participation nʹest acquise que si elle leur apparaît clairement comme une nécessité (pour que le projet soit subventionné, par exemple). Menacé en permanence de rechuter dans la galère, le jeune ne sʹinvestit que sʹil voit clairement son intérêt matériel. Aussi les objectifs de responsabilisation visés pourraient être, outre ceux concernant la vie collective, tous ceux touchant à lʹanimation des activités (arbitrage et organisation de tournois de sports collectifs, par exemple).

Au niveau 3 (la consolidation), intégrer cʹest développer une motivation intrinsèque

5A ce niveau, il ne suffit pas aux jeunes dʹassister à une réunion préparatoire pour participer vraiment. Lʹinvestissement peut viser, au plan des contenus comme à celui des liens socio-affectifs, des relations durables sur lʹannée. Les membres sʹinfluencent mutuellement. Les objectifs de responsabilisation pourraient concerner la conception des projets par les jeunes (leur participation aux réunions de préparation paraît évidemment indispensable, mais leur participation au suivi et à lʹévaluation de lʹaction semble également souhaitable). A ce niveau, les jeunes peuvent prendre en charge le tutorat de leurs cadets.

6On peut visualiser sur un tableau les objectifs de responsabilisation des jeunes, tels quʹils se dégagent de lʹanalyse de leur niveau de difficulté.

Niveau 1
La galère

Niveau 2
La précarité

Niveau 3
Consolidation de lʹintégration

Objectifs de responsabilisation

Insertion dans un cadre de vie

Association au projet Animation des activités

Conception des projets Tutorat

Utilité

Evolution du comportement
Meilleurs échanges entre jeunes et adultes
Découverte de milieux nouveaux

Soutien scolaire
Meilleurs échanges entre jeunes et adultes
Mise en évidence des conditions organisationnelles

Insertion dans la vie associative

7Il est bien évident que toute classification est réductrice et pose, en particulier, le problème de ses bornes, de ses frontières. Celle que nous proposons permet néanmoins de fournir un canevas de réflexion générale dans lequel peuvent sʹinscrire les actions.

des criteres de valeur ajoutee

8Les outils dʹévaluation des actions dʹinsertion semblent pour lʹinstant insuffisants. Ainsi, lorsquʹon demande aux promoteurs de projets OPE dʹévaluer lʹampleur des effets de leurs actions, tous invoquent lʹabsence de casse, mais ils soulignent tout aussi unanimement, avec amusement et parfois une légère ironie, les limites dʹune telle évaluation. Or, de même quʹon ne peut juger de lʹefficacité dʹun enseignant sur la simple réussite de ses élèves aux examens, on ne peut juger du succès de ces actions sur leur seul bon déroulement. Le suivi dʹune cohorte, fondé sur un travail de terrain et sur lʹobservation directe, pourrait être un moyen pertinent pour évaluer les conséquences des opérations décrites précédemment. Cette cohorte pourrait être constituée par lʹensemble des jeunes résidant dans un même immeuble, quʹils aient participé aux actions ou non. Après les avoir caractérisés selon des critères socio-démographiques tels que le sexe, lʹâge, la classe ou la profession, la profession des parents, le nombre dʹenfants dans la fratrie, etc., il sʹagirait de mesurer la valeur ajoutée à ces jeunes par les différents types dʹactions. Les critères dʹévaluation pourraient sʹinscrire dans les modes temporel, spatial et relationnel.

• Critères dʹordre spatial

9A un premier niveau, la pratique se déroule au pied dʹimmeuble, potentiellement sous lʹœil des parents, tout près de la sécurisante cage dʹescalier dans laquelle on peut sʹengouffrer au moindre signe de violence extérieure.

10A un deuxième stade, les jeunes abandonnent ce comportement dʹantilopes sur le qui-vive et, sʹils sont suffisamment nombreux et solidaires, se risquent hors de portée de vue de leur bloc dʹimmeubles pour jouer sur un terrain plus éloigné.

11Le niveau ultime consiste à jouer sur un stade, cʹest à dire à recréer un chez-soi ailleurs tout en tenant compte des autres utilisateurs.

Type de fonctionnement

Lieu de pratique

Stratégie de sécurité

Pratique proximale

Stratégie de solidarité

Hors de vue de son immeuble

Stratégie dʹéchange

Dans un stade ou un gymnase

• Critères dʹordre relationnel

12Les formes de solidarité peuvent, elles aussi, être hiérarchisées.

13Dans un premier temps, les groupes se forment sur la base dʹun lien fusionnel ; le leader est un personnage charismatique sur lequel peuvent aisément porter des identifications (grand frère, vedette de la rue...). La solidarité qui unit les membres de tels groupes passe par le tiers incontournable que constitue le leader.

14Ensuite, les groupes sʹorientent généralement vers la gestion de leurs acquis (« conserver le terrain devant le supermarché »). Les leaders gestionnaires se reconnaissent par leur prudence, ils hésitent à inviter ou à défier dʹautres équipes ; connaissant les effets démobilisateurs des échecs, demeurant sur la défensive, ils préfèrent consolider les fonctionnements existants. A ce titre, le groupe gagne en autonomie par rapport à lʹomniprésence du leader charismatique.

15Enfin, le groupe se sent suffisamment connu et reconnu pour envisager une stratégie dʹextension où lʹon traite de manière contractuelle les nouveaux arrivants. On voit ainsi comment le lien social est à la fois communautaire (quand il se construit sur ce que les acteurs ont en commun, leurs ressemblances) et sociétal (quand il sʹappuie sur leur altérité, leurs différences).

Type de solidarité

Type de leadership

Finalités

Fusionnelle

Charismatique

Sécurisation

Fonctionnelle

Gestionnaire

Lien communautaire

Contractuelle

Lien sociétal

16Les transformations relationnelles ne se repèrent pas seulement au niveau du groupe mais encore au niveau du réseau quʹil est capable dʹactiver.

• Critères dʹordre temporel

17Lʹon passe ici dʹune pratique non-concertée, fruit de rencontres occasionnelles, à des rencontres persistantes sur rendez-vous (« tel soir on se retrouve pour jouer »), pour aboutir enfin à une pratique régulière, circonscrite dans un horaire (« si tu vas derrière le bloc, ça joue tous les soirs de six à huit »).

18Le suivi de la cohorte définie auparavant devrait permettre, à partir de ces critères, de fonder une approche comparative du processus de socialisation des jeunes ayant suivi les actions entreprises par le Ministère de la Jeunesse et des Sports avec celui des jeunes nʹy ayant pas participé.

Notes

1 Les politiques, commandées par des ambitions pragmatiques, engagèrent des actions qui se dispensèrent de doctrine, c'est-à-dire de mot d'ordre, pour leur donner une direction d'ensemble et une continuité.

© INSEP-Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search