Version classiqueVersion mobile

Sports de rue et insertion sociale

 | 
Pascal Duret
, 
Muriel Augustini

Deuxième partie. Le sport comme entrée dans la vie sociale

Chapitre 5. Sport et socialisation

Texte intégral

1Le sport est-il lʹécole de la vie ? Facilite-t-il lʹintégration ? Participe-t-il à la socialisation des jeunes, quʹils soient licenciés ou non ? Quels types de structuration sociale met-il en œuvre ? Ces questions, qui ont déjà fait couler beaucoup dʹencre, ne peuvent pour lʹinstant être résolues car elles nécessiteraient de définir des critères permettant lʹévaluation des degrés de socialisation. Néanmoins, lʹobservation des conduites des jeunes sportifs et de leurs principes de justice permet dʹéclairer certaines dʹentre elles.

le role du sport : des resultats equivoques

  • 1 Duret (P.).- Les représentations sociales du volley-ball. Mémoire pour le diplôme de l'INSEP, 1991 (...)

2Le laboratoire de sociologie de lʹINSEP a mené plusieurs enquêtes1 dans la perspective dʹévaluer lʹefficacité du club sportif comme instance de socialisation. Les résultats, si lʹon sʹen tient au caractère formel du règlement, sont sans ambiguïté : les jeunes ne le respectent quʹà contrecoeur et le transgressent dès quʹils le peuvent.

3Cʹest à partir du dispositif suivant que lʹon a pu relativiser le rôle du club sportif comme outil de socialisation. Il était destiné à des enfants de huit, dix, et douze ans dʹun échantillon national constitué par quarante six clubs affiliés à la Fédération Française de Volley-ball (n = 263). Les enfants devaient remplir les bulles dʹun roman-photo représentant un match de volley de deux contre deux.

4Pat une simple analyse de contenu, nous avons discerné six catégories :

  • encouragements : 19 % des réponses ;
  • autosatisfaction : 14 % des réponses ;
  • moqueries envers lʹadversaire et autosatisfaction : 23 % des réponses ;
  • moqueries envers lʹadversaire et le partenaire : 16 % des réponses ;
  • moqueries envers lʹadversaire mais encouragements pour le partenaire : 13 % des réponses ;
  • autosatisfaction et encouragements : 15 % des réponses.

5Une simple addition montre quʹaux traditionnelles formules dʹencouragement se substituent lʹautosatisfaction et le dénigrement de lʹadversaire et/ou du partenaire. Si lʹon tient pour positives les formules dʹencouragement et pour négatives lʹensemble des autres, on dénombre moins dʹune réponse sur deux contenant un quelconque élément positif (47 %), alors que plus de trois sur quatre (80 %) comportent des éléments négatifs. La violence et la verdeur des propos a de quoi inquiéter. On ne peut jeter un voile pudique sur des « Ta gueule, cʹest moi la plus forte » ou des « Enfoiré, tʹas intérêt à réussir ton service, sinon je te fais plus de passes » ou encore « Vous allez perdre, ça me fait bien plaisir ». A croire que lʹaffreux garnement qui sommeille dans le chérubin le mieux éduqué nʹattend que le début du match pour se réveiller.

  • 2 Garçon de 9 ans ayant joué deux ans en club.
  • 3 Fille de 12 ans ayant joué deux ans en club.

6Lʹinfluence du temps de pratique apparaît comme un facteur majeur de transformation du rapport encouragements-moqueries. En effet, avec les mois puis les années de jeu en club, on enregistre une augmentation de la tendance au dénigrement et une baisse sensible des encouragements. Ces tournures de mauvais esprit portent dʹailleurs aussi bien sur les adversaires (« Jʹai encore gagné, je vais surtout pas aller leur serrer la main »)2 que sur les partenaires (« Sers encore aussi mal, ma vieille, et tu vas sur la touche »)3. En prenant les deux sous-échantillons extrêmes de notre population (dʹune part celui des nouveaux joueurs et, de lʹautre, celui des anciens) on constate que les débutants sont plus coopératifs que les joueurs confirmés. Lʹexpérience des situations compétitives fait donc évoluer les interactions vers la moquerie.

7Résultats univoques ? Certes non. Ceux obtenus à dʹautres protocoles ont permis de garder confiance dans les effets de la pratique sportive. Ils montrent, notamment, comment celle-ci favorise lʹaccès à une morale de la responsabilité. Lorsquʹon demandait aux mêmes enfants, à lʹaide de scénarios vidéos, sʹil fallait faire jouer un blessé, la décision morale consistait pour eux à confronter des responsabilités à des conséquences possibles. On sʹaperçut là du rôle favorable du temps de pratique. En effet, il accroît le take care, cʹest-à-dire le souci de lʹintégrité physique dʹautrui. Si, parmi les débutants, deux tiers sont prêts à faire jouer un blessé, chez les joueurs ayant deux ans dʹancienneté, seulement moins dʹun cinquième sʹy décident.

8Ces premiers résultats, assez contradictoires, ne permettent pas dʹaffirmer que le sport est bénéfique ou nuisible à la sociabilité du jeune. De ce fait, il semblait pertinent dʹobserver non pas le respect dʹune morale préétablie, mais la construction par les jeunes dʹune morale pragmatique. Etudier lʹadolescent en situation de négociation est la condition nécessaire à cette entreprise. Nous avons pris comme objet dʹétude des situations conflictuelles, car elles suscitent le développement dʹargumentations. A ce titre, lʹun des meilleurs sujets de dispute est la constitution de lʹéquipe. En effet, le managerat soulève la question exemplaire de la juste répartition du temps de jeu. Le premier seuil (incontournable) pour se sentir vraiment joueur reste celui de lʹentrée sur le terrain. Si lʹenvie de jouer est unanimement partagée, le nombre de places est limité ; on comprend, dès lors, quʹil faille âprement justifier sa présence sur le terrain.

mise en œuvre de la justice chez les jeunes sportifs

9Pour mieux analyser cette démarche de justification, nous avons pris deux terrains dʹenquête. Le premier était constitué par les équipes minimes de quatre clubs de volley-ball parisiens, le second par les joueurs de rencontres informelles de football des cités Malleret-Joinville de Vitry-sur-Seine. Après avoir repéré les principes invoqués pour revendiquer une place sur le terrain, nous envisagerons leurs combinaisons dynamiques.

Les principes de sélection des jeunes volleyeurs de clubs

10Cʹest bien entendu lʹadulte-entraîneur qui constitue lʹéquipe, mais les enfants ne se contentent pas de subir ses décisions ; ils les commentent ou les dénigrent, même si leurs critiques ne sont pas recevables par lʹentraîneur ou les coéquipiers. Pour être simplement entendues, elles doivent se plier aux règles très strictes dʹune grammaire régissant les principes de justice dans les négociations.

Premier principe : le don

11Quand on entre dans un vestiaire de jeunes minimes avant un entraînement et que lʹon demande si lʹéquipe comporte de bons joueurs, les réponses fusent parfois sans complaisance : « X nʹest pas doué », « Untel ferait mieux de changer de sport », « Ma grand-mère ferait mieux que lui », « Cʹest une tâche, une tare », « Les fées se sont pas penchées sur son berceau. » A lʹinverse, on entend également souvent des louanges : « Lui, il a la classe », « Untel est génial », « Je tʹexplique pas comme il se balade sans forcer », « Cʹest le fils de lʹinventeur du volley », « Il est déclassé ». Toutes ces expressions montrent que, dans ce cas, la sélection est ramenée à un jugement des aptitudes.

Second principe : le droit

12Selon ce principe, le temps de jeu est considéré comme un droit auquel la licence donne accès : « On a tous droit à un maillot, je ne vois pas pourquoi on nʹaurait pas tous le droit de jouer. » Ce type de raisonnement ne sʹappuie pas uniquement sur la logique de la consommation de services, mais aussi sur la répartition des contraintes : « Quand il faut aller en déplacement, cʹest mon père qui prend la voiture pour nous accompagner. » Ce qui est juste, cʹest alors le partage réciproque des droits et des contraintes ainsi que le respect du contrat tacite passé entre lʹinstitution et le jeune joueur (« Si on vient, cʹest pour jouer »). Ce droit au terrain vaut aussi pour la distribution des ballons lors des matches : « Pouvoir jouer bravo ! Mais quand je joue, on me passe jamais la balle », « Je compte pour du beurre, ils mʹappellent Charente-Poitou ! » Le partage égalitaire du temps de jeu peut encore se justifier par le désir de ne pas laisser passer une révélation. Lʹégalité est alors revendiquée au nom de lʹefficacité.

Troisième principe : les efforts

13« Une place, ça se gagne, ça se mérite », « Il faut montrer quʹon a envie de jouer et quʹon fait des efforts ». Dans cette logique, pour décider qui va jouer, il faut mesurer lʹapplication. Les enfants demandent alors à lʹentraîneur de tout regarder, de tout chiffrer, même ce qui se passe lorsquʹil a le dos tourné ou quʹil nʹest plus là : « Moi, je mʹentraîne sérieux à la maison contre un mur, il pourrait en tenir compte. »

Les principes de sélection des jeunes footballeurs des cités

14Dans le football des cités, on retrouve deux des principes déjà invoqués par les volleyeurs de clubs : le don et les efforts, même sʹils sʹexpriment dans des formes différentes (« Il se donne », « Il se dévaste la crête »...). Mais on découvre aussi un principe original, celui de la domesticité. Quand on observe le football des parkings, on est moins surpris par la fréquence des défis ou la verdeur des propos que par le fait que lʹensemble des attitudes, même les plus sévères, renvoient à un lien entre enfants conçu comme la généralisation du lien familial.

15Ainsi, lorsque lʹon veut rester sur le terrain, il vaut mieux faire la passe au grand frère, même si lʹon est seul devant les buts improvisés. Inutile dʹinsister sur le fait que ledit grand frère, réel ou spirituel, se sent investi de fonctions paternelles qui dépassent largement lʹautorité et la protection puisque, par exemple, si le petit nʹa pas de chaussures de sport, cʹest au grand de se débrouiller pour lui en procurer. Ainsi, les plus jeunes peuvent jouer dès quʹils sʹinscrivent dans une relation de dépendance familiale : « Tous les "Os" avec moi » répète Khaled Osmani avant même de songer à prendre dans son équipe Boukheroui, la vedette locale. Ce mode de constitution dʹéquipe se caractérise par le fait quʹil neutralise les fortes différences dʹâge. Dans chaque équipe sont mis en présence des enfants qui nʹévolueraient jamais ensemble dans un club fédéral.

Combinatoire des principes de justification

16Sur les deux terrains dʹobservation, il semble bien que cela soit la même grammaire de justification que les jeunes utilisent sous forme de dénonciations et de compromis. Ces termes méritent dʹêtre redéfinis en se référant à lʹusage important qui en est fait par L. Boltanski et L. Thevenot (1987). Un compromis sert à rendre possible la mobilisation de toute lʹéquipe en faisant des concessions mutuelles. Cet équilibre provisoire réclame un travail incessant de « mise en connexion des personnes » (Derouet, 1991).

17A lʹinverse, la dénonciation constitue une opération qui vise à défaire les engagements et à couper les liens. Elle sert, en particulier, à mettre en doute la validité dʹun principe de justice en montrant quʹil ne répond pas à un intérêt général mais sert, au contraire, un intérêt personnel déguisé.

• Les compromis

- Compromis des jeunes volleyeurs entre le principe de droit et principe dʹeffort

18Avoir une licence reste souvent une condition insuffisante pour accéder au terrain. Il est également nécessaire de montrer que lʹon fournit des efforts, que lʹon participe à la vie du club (en rangeant les ballons ou en démontant le filet, par exemple). Tout compromis entre les droits des joueurs (comme on parle des droits des travailleurs) et les efforts déployés conduit à une justice compensatoire. Celle-ci prend appui à la fois sur des principes civiques (auxquels se rattachent les notions de collectif, de groupe, de solidarité) et des principes dʹinvestissement personnel (en dénonçant sans relâche lʹégoïsme de ceux qui ne savent pas partager).

- Compromis des jeunes volleyeurs entre le principe de droit et le principe de don

19Dans certaines équipes, les plus doués jouent dans les matches réputés difficiles, et les plus faibles dans les matches supposés faciles à remporter. Faire de lʹéquipe constituée (le six de départ) un état transitoire permet de mieux assumer une situation perçue comme humiliante. Mais cette tentative de relativisation peut être dénoncée par la mise en évidence dʹintérêts personnels : « Ils nous laissent jouer seulement pendant les vacances, quand ils partent au ski. Heureusement quʹon est là, sinon le club serait forfait. »

20On repère une seconde forme de compromis entre lʹégalitarisme et lʹélitisme : « Que la meilleure ne sorte pas du terrain, il nʹy a rien à redire, mais les autres pourraient se faire remplacer. » Le don profite au meilleur mais nʹen exclut pas moins lʹinstauration dʹune rotation pour les moins forts.

- Compromis des jeunes footballeurs des cités entre le principe domestique et le principe de don

21Puisque tous les joueurs réunis sur le terrain font partie dʹune grande famille, il faut quʹils puissent trouver un intérêt commun au match. Si un joueur trop doué déséquilibre le rapport de force entre les deux équipes, il peut changer dʹéquipe en cours de jeu. La mise en place des équipes nʹest pas définitive, celles-ci faisant lʹobjet dʹune justice par recomposition. Dans les compétitions fédérales, ce type de compromis nʹest pas mis en œuvre, car le championnat et la répétition des matches offrent de nouvelles chances aux perdants dʹun jour.

- Compromis des jeunes footballeurs des cités entre le principe domestique et le principe dʹeffort

22Dans une perspective de justice grande famille, ces jeunes acceptent les déséquilibres numériques, à condition quʹils respectent le principe dʹeffort. Pour équilibrer les équipes, on peut jouer à quatre forts contre six plus faibles.

23Quel que soit le compromis envisagé, rester sur la touche nʹest supportable que si lʹépreuve permettant dʹaccéder au terrain est rejouable.

24Lʹensemble de ces principes donne lieu à des dénonciations croisées où sʹopposent de front principe domestique et principe de droit, principe de don et principe dʹeffort.

• Les dénonciations

- Dénonciation du principe domestique à partir du principe de droit

25Si les jeunes des cités accordent une importance déterminante aux relations de type domestique, quand ils sʹappuient sur le principe de droit, les enfants des clubs ont tendance à dénoncer les dépendances personnelles, que cela soit en termes de fayottage auprès de lʹentraîneur, ou de copinage intéressé auprès des joueurs leaders. Le droit manifeste donc une exigence de dépersonnalisation ; la licence donne le même droit à tous : « Cʹest pas parce quʹil est le cousin de lʹentraîneur quʹil doit jouer. » Le droit est ainsi perçu comme quelque chose qui met à lʹabri des influences et protège des corruptions.

- Dénonciation du principe de droit à partir dʹune logique domestique

26Cʹest lʹanonymat qui est critiqué ici : « Il faut dʹabord se connaître pour jouer », « Si tu prends une licence, tʹas plus besoin de savoir que tu dois compter sur des amis pour jouer, tʹas plus besoin de potes, il te suffit dʹarriver à lʹheure au club », « Ici, je suis connu. » Pour critiquer ceux qui prennent une licence, Toufik, jeune habitant du Bois-lʹAbbé, se fonde sur le fait que « tout ne sʹachète pas » et « quʹil faut passer du temps ensemble pour faire une grande famille, la rue cʹest tous les soirs ouvert... ».

27Ces deux types de dénonciation dépassent le domaine de la constitution de lʹéquipe et renvoient à une opposition plus générale entre club fédéral et sport de rue.

- Dénonciation du principe de don à partir du principe dʹeffort

28Il sʹagit là de dénoncer le laisser-aller et lʹégoïsme des plus doués qui « ont la grosse tête », « ne jouent que pour eux », sʹentraînent « sans forcer ».

- Dénonciation du principe dʹeffort à partir du principe de don

29Les enfants qui adoptent cette position remettent en cause lʹefficacité de lʹentraînement sur certains camarades : « Untel peut sʹentraîner 107 ans, cʹest pas pour ça quʹil sera meilleur », « Cʹest pas la peine de sʹentraîner, il faut se sentir fort le jour du match, cʹest ça qui compte. »

30En conclusion de ce chapitre, il faut souligner deux points :

  • on ne peut décider du caractère juste ou injuste des enfants sans connaître leur propres normes de justice et les situations dans lesquelles ils les exercent. Ils peuvent se sentir justes aussi bien en acceptant les décisions de lʹadulte quʹen les refusant. La justice sportive ne retrouve un sens quʹà partir du moment où lʹon se place du point de vue des acteurs sociaux, cʹest à dire en renonçant à des définitions a priori. Ainsi, quitte à prendre de la distance avec les surenchères médiatiques déployées pour ʺensauvagerʺ sans répit les cités, on peut penser que le sauvage ou le barbare cʹest, comme le dit Lévi-Strauss, dʹabord celui qui croit en la barbarie ;
  • se justifier quand sa grandeur est mise en cause amène à conjuguer des principes et des valeurs à lʹaide dʹune grammaire faite de compromis, de dénonciations et de relativisations. Lʹentraîneur de club, sʹil sʹen tient à ses principes de justice, relègue les autres modalités dans le domaine des protestations irrecevables. Cela peut expliquer les abandons ou les échappées vers la violence des enfants dont les principes ne sont pas reconnus. On ne peut plus guère opposer aujourdʹhui la règle, dont seraient dépositaires les clubs, à lʹanomie, fruit de lʹexubérance des jeunes en difficulté. Au contraire, vouloir respecter une justice aux multiples visages a pour conséquence de laisser toujours ouvertes les négociations, au gré des situations.

31Les théories décrites ici devraient nous fournir un cadre dʹétude pertinent pour analyser les actions en faveur des jeunes en difficulté. En effet, pour prendre sa pleine intelligibilité, le panorama des actions engagées par lʹEtat devra être comparé à lʹinventaire des possibles. Il sʹagira donc, dans un premier temps, de décrire les réponses institutionnelles face à lʹampleur des besoins. Ensuite, il faudra rapporter ces tentatives au processus de socialisation qui constitue notre grille de lecture théorique. On sʹapercevra alors quʹen fonction du niveau de difficulté auquel sont confrontés les jeunes, certaines actions sʹimposent avec plus dʹacuité que dʹautres. Enfin, lʹengouement pour le street-ball nous permettra dʹapprofondir la réflexion sur les conditions de ralliement des sportifs de rue aux clubs traditionnels.

Notes

1 Duret (P.).- Les représentations sociales du volley-ball. Mémoire pour le diplôme de l'INSEP, 1991.
Duret (P.).- Les justices sportives. In : Du stade au quartier. Paris : Syros, 1993 pp. 91-101.

2 Garçon de 9 ans ayant joué deux ans en club.

3 Fille de 12 ans ayant joué deux ans en club.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© INSEP-Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search