Version classiqueVersion mobile

Sports de rue et insertion sociale

 | 
Pascal Duret
, 
Muriel Augustini

Première partie. Les modes de sociabilité des jeunes vus à travers les sports de rue

Chapitre 3. Les formes de violence dans les bandes et leurs régulations

Texte intégral

  • 1 La justice représente également un moyen de régler un désaccord, mais elle substitue à la force de (...)

1Les études sociologiques traditionnelles sur la jeunesse se rangent généralement derrière lʹidée selon laquelle la vie en groupe est un trait caractéristique de lʹadolescence. Ces recherches montrent également que les manifestations de violence sont fréquentes au sein de ces groupes. On ne peut donc pas considérer que la violence se situe en marge du lien social ; en effet, il ne sʹagit pas toujours dʹune forme dʹanomie ou dʹune pratique délinquante. Lʹune des raisons qui rend lʹanalyse de la violence des jeunes si difficile réside dans le fait quʹelle est souvent présentée comme un climat permanent que les individus subissent avec désarroi : à lʹécole où lʹon vit dans lʹangoisse du racket, dans la rue où lʹon rencontre la peur des personnes âgées affrontant lʹépreuve de lʹintimidation sans autres ressources que leur courage, dans les cages dʹascenseur où la toxicomanie imprime sa loi, enfin dans le métro et le RER où les usagers terrorisés se contentent, quand il sont témoins dʹagressions, dʹadopter des conduites qui échappent à toute inscription de citoyenneté. Or, loin dʹêtre omniprésente et stable, la violence est un état provisoire dans lequel on bascule dès que lʹon échappe à la justice1.

  • 2 Dʹaprès une étude de Myriam Picot, entre 1980 et 1990, une vingtaine de jeunes immigrés auraient é (...)
  • 3 ʺJacques Mesrine, un homme !ʺ titre Libération le 9 mai 1977.
  • 4 En 1992, Bernard-Marie Koltes sʹinspire de la vie du criminel pour écrire une pièce, jouée au Théâ (...)
  • 5 Edgar Morin, Le Monde, 13 novembre 1990, p. 4.

2Avant de nous intéresser aux raisons qui motivent la violence des jeunes, il faut essayer dʹen dessiner les contours dans notre société. Depuis la Civilisation des moeurs de N. Elias, il est devenu banal de dire que nos sociétés sont marquées par des relations de plus en plus policées. Mais la lente monopolisation de la violence par lʹEtat et ses agents de la paix, au cours du XIXe siècle, trouve aujourdʹhui ses limites dans lʹincapacité des forces publiques à faire régner lʹordre dans les cités. Les années 1990-1992 sont ainsi émaillées dʹémeutes troublant la paix publique. En général, elles prennent leurs sources dans ce que la population perçoit comme une bavure policière. En octobre 1990 à Vaux-en-Velin (Thomas Claudio meurt à la suite dʹune collision avec une voiture de police), comme à Sartrouville en mars 1991 (un jeune Maghrébin de 18 ans est tué par un vigile du Centre commercial) ou à Mantes-la-Jolie en mai 1991 (un jeune de dix-huit ans meurt dʹune crise dʹasthme non traitée au commissariat), cʹest toujours le même scénario qui se déroule : confrontés aux forces de police, un ou plusieurs jeunes trouvent la mort. Lʹévénement est immédiatement amplifié par la rumeur locale et transformé en action délibérée. Ainsi, pour les résidents de la cité du Mas du Taureau, des Indes, ou des Bosquets, il ne sʹagit pas de répondre à une simple « bavure mais à une provocation de plus »2. Venger la victime et montrer qui sont les maîtres dans la cité sʹimpose alors aux yeux des jeunes comme un devoir. La pacification ordinaire de la vie publique en amène bien dʹautres à entretenir une sorte de fascination à lʹégard de ces explosions de violence. Souffrant pour leur part dʹun manque de passage à lʹacte, ils nʹen sont que plus réceptifs au spectacle de la violence. De leur côté, la presse et le théâtre nʹont-ils pas cédé à la tentation de magnifier les grands criminels comme Jacques Mesrine3 ou, plus récemment, Roberto Zucco4 ? Les films cultes de la jeunesse, comme Nikita de Luc Besson, Un monde sans pitié dʹEric Rochant, ou De bruit et de fureur de Jean-Claude Brisseau, exaltent tous cette dimension comme une esthétique. Quand ces figures violentes font irruption dans nos sociétés civiles, elles symbolisent la révolte brute, sauvage et authentique qui passe par le mépris de lʹhomme ordinaire. La violence est alors souvent pour les jeunes le moyen de vivre « autre chose quʹils ne savent pas exprimer autrement parce quʹil nʹy a pas, sur le marché, dʹidéologie capable de leur fournir des perspectives »5. Dans les cités, elle est donc souvent considérée comme un moyen dʹexpression ultime pour échapper à lʹoubli, pour viser une reconnaissance publique, pour sortir de la galère.

la vie en bande contre la galere

3Selon leurs champs dʹétudes, les sociologues perçoivent la bande soit comme un phénomène de pathologie sociale (Becker, 1961 ; Monod, 1976), soit comme un phénomène caractéristique des milieux populaires propres à leurs modèles éducatifs (Mauger, 1974), soit enfin comme un phénomène culturel défini par la multitude des courants et des modes qui traversent la jeunesse (Vulbeau, 1991 ; Fize, 1993). En tant que forme sociale, la bande nʹest ni bonne ni mauvaise, on ne peut la juger quʹen fonction des objectifs quʹelle sʹassigne. Le plus souvent catalogués comme délinquants, ces groupes ont en réalité des fonctions diverses.

La bande délinquante

  • 6 Comme lʹa montré M. Fize dans : Les bandes. Paris : Épi, Desclée de Brouwer, 1993.

4Les sociologues de la jeunesse (Dubet, 1987 ; Galland, 1990) constatent la disparition des bandes traditionnelles qui tiraient leur nom de leur chef (Bande à Tricca), de leur implantation (Bande du vallon) ou de leurs signes corporels (les Tatoues des fortifs). Depuis le début du siècle, des groupes dʹApaches, synonymes alors de bandits, comptant aussi bien des adultes que des adolescents, mêlaient délinquance et contestation de lʹordre social6. Actuellement, les membres qui les composent ne sont plus des individus en dérive identitaire à la recherche dʹun ancrage. Au contraire, la bande fonctionne comme lʹun des plus sûrs moyens pour sortir de la galère, grâce à lʹéconomie parallèle du marché basé sur la vente illégale de certains produits. Les bandes délinquantes et, en particulier, celles vivant de la toxicomanie, offrent aux jeunes exclus des rôles et des tâches leur permettant de sʹinsérer dans une carrière qui leur est déniée hors de lʹespace clandestin de la ville. On commence dès lʹâge de 10-12 ans par faire les courses du dealer, puis plus tard, on transporte le haschich quasi banalisé dans les cités, enfin on passe aux gros trafics, autant dʹétapes très structurées qui permettent, si on les suit rigoureusement, de se faire une place dans le dispositif. La solution dʹun problème arithmétique simple permet de comprendre lʹattrait opéré sur les jeunes par ce trafic : sachant quʹun petit dealer fournit en moyenne une dizaine de doses par jour, sachant quʹun gramme dʹhéroïne oscille entre douze cents et quinze cents francs, en combien de mois un smicard gagnera-t-il les revenus dʹune semaine de trafic ? Ceux qui se lancent dans cette voie sont prêts, pour que réussisse lʹentreprise, à sʹentraider. Cependant, considérer cette entraide comme stable ou reposant sur lʹamitié serait un contresens. Si, dans les bandes traditionnelles, la solidarité nʹétait pas un vain mot car elle était perçue comme une absolue nécessité par un groupe aux règles de survie strictes, elle échappe aujourdʹhui à ce modèle féodal dʹentraide. Aux serments dʹassistance qui soudaient les membres de la bande entre eux, se substitue lʹindividualisme du chacun pour soi : « Jʹirai pas me fritter pour Tarek. Sʹil a cherché la merde, cʹest son problème. » Paradoxalement ici, Le temps des tribus (Maffesoli, 1988) nʹest plus. Ainsi, Dubet montre comment la logique de protection par amitié est très affaiblie dans les gangs de jeunes modernes, les réseaux nʹétant pas définis par des appartenances à des groupes stables, mais par des liaisons précaires et flottantes où tout un chacun peut se retourner contre tout le monde : « Des fois, ils se mettent en bande pour faire un coup, mais chacun est seul. » (Dubet, 1987, p. 129). La vie en bande permet dʹéchapper à la galère dans la mesure où elle assure un revenu et, plus encore, garantit une identité à chacun des membres. La violence réactive sʹanalyse dans ce cadre : le jeune en difficulté se sentant menacé adopte des formes collectives de regroupement pour devenir, à son tour, menaçant.

Les autres bandes

5Si les bandes font partie de la marginalité urbaine, la rue nʹest pas le royaume de la délinquance ; elle est aussi le lieu où commencent les pratiques sportives. Les jeunes footballeurs, les jeunes motards, les jeunes skaters sortent de chez eux pour de tout autres motifs que la transgression systématique de la loi. On ne peut se satisfaire des images restrictives de bandes violentes. Le but initial est généralement de passer du temps en commun et de combler le désoeuvrement et lʹoisiveté qui régnent dans les halls dʹimmeubles. Cʹest dans cette perspective que se développent les sports de rue. La solidarité qui sʹy exprime, si embryonnaire soit-elle, rend le voisinage plus supportable, car il ne semble plus ainsi être la simple conséquence du hasard. Pour rencontrer les jeunes footballeurs des rues de Champigny, il suffit de sʹasseoir sur le carrelage des halls des immeubles de la cité. Les jeunes qui sont là ne sont jamais pressés de rentrer, ils savent trop bien ce qui les attend : lʹappartement clos où trône la télévision. Leurs premières rencontres, les motards de la Butte-Rouge les ont consacrées à « réparer leurs bécanes ». Les valeurs de la solidarité sʹexpriment là sans autre but que lʹentraide. De même, les jeunes skaters ne constituent pas un groupe en marge de la société qui sʹorganiserait pour obtenir « sa part du gâteau ». Ce qui les pousse à sʹassembler, cʹest le besoin dʹaffiliation aux valeurs dʹun groupe offrant des modèles identificatoires distincts de ceux des parents. Si ces bandes là nʹont pas une vocation délinquante, la violence, qui remplit alors des fonctions diverses et revêt des formes différentes selon les groupes, reste à fleur des conduites.

trois formes de violence : le tag, la chute, la bagarre

6Chercher à sʹimposer, à jouer les terreurs, les killers, les durs de durs exprime de la part des jeunes une quête dʹestime de soi. La société jeune tend à produire une sorte dʹéchelle de valeurs parallèle où lʹon peut capter de lʹestime, être connu (cʹest-à-dire reconnu) en prenant des risques, y compris mortels. En vertu de ses propriétés, la violence sert de base à cette économie de la gloire pour les jeunes des cités. Y recourir dans une démarche de construction de lʹadmiration peut prendre des formes plus ou moins directes à travers des pratiques telles que le tag, le motocyclisme ou la bagarre.

Le tag

7Considérer le tag comme du simple vandalisme ou de la dégradation anomique ne permet pas de comprendre sa fonction de rite dʹentrée dans le monde du Hip-Hop. Les Zulus étaient les premiers taggers ; or, les médias nʹont vu dans ce phénomène quʹune forme de délinquance bien à lʹopposé des objectifs de la nation Zulu, qui valorisaient, au contraire, lʹentraide et le pacifisme. La mythologie du mouvement raconte comment le jeune Afrika Bambaata, qui appartenait au plus grand gang noir du Bronx, les Black Spades, commettait allègrement toutes sortes dʹexactions jusquʹau jour où son meilleur ami, Soulski, fut tué dans un règlement de compte. A la suite de cette épreuve, Bambaata quitta le gang et créa un bande à la vocation originale de lutter contre la drogue et la violence. Le Hip-Hop est le nom donné à cette culture dont le smurf et le tag étaient, avec le rap, les disciplines majeures. Cependant, le tag sʹest développé bien au delà des frontières de la nation Zulu. Ce mouvement a été réduit par les médias à lʹéquation : Zoulous = jeunes des cités = violence. Quʹon en juge par lʹexamen des titres dʹarticles parus dans Le Monde en 1990 :

  • 1er mai 1990 : Les Zoulous de Cergy-Pontoise ; sous-titre : Bagarres entre bandes de jeunes du Val-dʹOise.
  • 19 juin : Rituel zoulou avec comme sous-titre : Un viol collectif en banlieue parisienne.
  • 1er août : Délinquance avec comme sous-titre : Vingt-sept Zoulous interpellés à Paris.

8Or, les délinquants nʹavaient en réalité aucune relation avec la nation Zulu. Cet amalgame stigmatisant sʹest sans doute opéré par la généralisation des tags.

9La dénonciation des tags emprunte sa rhétorique aux maladies de peau ; il sʹagit dʹune allergie, une lèpre qui couvre le tissu urbain. Développer jusquʹau bout la métaphore amène deux façons de réagir : soit sʹen tenir au symptôme et nettoyer sans arrêt, soit agir sur les causes par un traitement approprié. Si lʹon sʹen tient aux enseignements de G. Groddeck dans le Livre du ça, ces marques peuvent être considérées comme autant dʹavertissements dʹun dysfonctionnement plus profond. On peut accorder une triple signification aux tags : dʹune part délimiter un territoire, ensuite jouer sur les défis, enfin ponctuer un déplacement. Pour marquer un territoire, il sʹagit de tagger la plus grande surface possible, pour avoir le plaisir de se taper du coude entre potes et de se dire « même ici cʹest chez nous ». Cʹest aussi une manière de laisser une trace de son passage sur les lieux où lʹon est indésirable. Ainsi, si les skaters du Bois-lʹAbbé sʹen prennent à la boulangerie, cʹest à les en croire parce quʹils y sont mal reçus.

10 Pascal : « Pourquoi bomber tel magasin plutôt que tel autre ? »

11 Axel : « Mais on sʹen fout de savoir si cʹest des magasins. Ce quʹon voit, cʹest les murs, sauf la boulangère qui nous fait même pas cadeau de vingt centimes ! Tagger les murs de cette salope, ça lui fait pas de mal et ça lui rappelle quʹon existe. »

12 Pascal : « Est-ce que cʹest pas reconnaître que le tag cʹest une nuisance, que cʹest dégueulasse ? »

13 Axel : « Alors là, si on réfléchit trop... oui... elle, cʹest pour la punir, mais les autres non. »

14Le tag permet, ensuite de développer les conduites de défi. Aller bomber un monument public est plus risqué et, donc, plus prestigieux que de tagger un mur privé. De même, lʹheure à laquelle se déroule lʹexploit est un facteur important à prendre en compte dans le prestige de lʹacte.

15Enfin, comme lʹa remarqué A. Vulbeau (1992), le tag représente le surf des villes, une façon de glisser et de rebondir agréablement, une nouvelle manière aussi de sʹorienter dans une ville où lʹon ne dialogue plus guère quʹavec des panneaux indicateurs. A ce titre, il nʹest pas sans intérêt de remarquer que les surnoms des taggers font référence au nom de code des rames du RER : Ubu, Axel, Zebu, Molo, Urba.

16La violence prend une tout autre forme chez les jeunes motards, puisquʹelle entraîne des risques corporels à travers la chute.

La chute

17Les recherches sur les accidents motocyclistes se sont développées surtout dans trois champs disciplinaires : la psychosociologie, la psychanalyse et, enfin, la sociologie.

  • 7 Tillmann (W.A), Hobbs (G.E.).- The accident prone. American Journal of Psychosociology, 1949, 106, (...)
  • 8 Waller (J.A.).- Unintentional shootings, highway crashes and act of violence. Accidents annales an (...)
  • 9 Bagley (C.).- Juvenile delinquency and child pedestrian accidents, an ecological analysis. Percept (...)

18Les recherches psychosociologiques sur les accidents de conduite prônent généralement lʹexistence dʹune corrélation entre déviance sociale et délinquance routière. W.A. Tillmann et G.E. Hobbs7 ont été, au début des années cinquante, les premiers à défendre cette hypothèse. Elle a été démontrée depuis par de nombreux travaux, notamment par ceux de J.A. Waller8, puis ceux de C. Bagley9.

  • 10 Nicholi (A.M.).- The motorcycle syndrome. American Journal of psychiatry, 1970, 126, pp. 64-71.

19A cette première théorisation, les études psychanalytiques opposent celle de lʹacte manqué : lʹaccident proviendrait alors du désir inconscient de lʹavoir. A.M. Nicholi, qui a poussé le plus loin cette explication, voit dans lʹaccident le syndrome du motocycliste réunissant les caractéristiques suivantes : père trop autoritaire, investissement dans la machine comme compensation au niveau de lʹimage du corps et comme prothèse émotionnelle10.

  • 11 Lebreton (D.).- Passions du risque. Metailié, Paris : 1991.

20Ces approches demeurent insuffisantes pour expliquer les conduites des jeunes qui acceptent délibérément la prise de risque comme une exposition de leur vie au danger. Ainsi, traverser à fond un carrefour en brûlant un feu rouge nʹéquivaut pas à se suicider mais à jouer sa vie. Cette tendance ordalique a été décrite par D. Lebreton11. Dans la crise de sens que nous traversons, le corps devient le seul repère susceptible de river les jeunes à la certitude dʹexister. Cette approche de la mort fonctionne comme une structure anthropologique dʹattribution de sens à la vie. Quand tout se dérobe, « la mise à lʹépreuve du corps » reste donc lʹultime source dʹidentité.

21Mais, pour les jeunes motards, la chute nʹa pas toujours cette signification extrême. Elle peut seulement marquer lʹaccès au statut de vrai homme et au prestige du motard qui nʹa plus rien à prouver. Durant les récits de chutes, on réalise la valeur conférée par les motards à leurs premières blessures quʹils considèrent comme des trophées. Marc, en nous en montrant une à la clavicule, sʹécriera très fièrement : « Elle est pas belle, celle-là ? » La pratique de dresseur de fauves, quʹils soient adversaires humains (comme en boxe ou au rugby) ou mécaniques (comme en motocyclisme) constitue lʹacmé du courage masculin.

22Les images et slogans publicitaires ne se lassent pas de présenter la moto comme un animal sauvage (souvent doté dʹune puissance féline féminine) que seuls les plus braves pourront dompter :

"La 900 Kawa ? Un monstre !"
"La 500 Kawa, assagie la bête ?"
"La Yamaha 250, les joies du Rodéo !"
"La Yamaha 500, une bête ! Osez lʹapprivoiser !"
"Harley Davidson, la machine qui se cabre le plus vite !"

23Dans les revues spécialisées, une iconographie florissante présente également la moto comme une femme quʹil faut maîtriser et dominer. Cette sorte de délectation quʹéprouvent les motards à lʹaudition des incessants discours publicitaires sur le sexe et la mort fonctionne comme une conjuration de la peur de leur propre impuissance. On retrouve cette symbolique chez lʹaficionado de tauromachie célébrant le toréador, cet homme parmi les hommes, tournoyant sur le sable, un fauve accroché à sa taille, et jouant sa vie à lʹinstant de la mise à mort. Quʹon préfère la cape ou la muleta à la grosse cylindrée, cʹest le même dialogue amoureux qui sʹinstalle entre lʹhomme et la bête, lʹhomme et la machine. Une moto, une femme, un taureau, la mort, induisent alors les mêmes fantasmes de dépassement ou de domination.

La bagarre

  • 12 G. Lapassade et P. Rousselot, dans leur ouvrage Le Rap ou la fureur de dire, montrent comment lʹid (...)
  • 13 Un toasting est une diatribe scandée sur le rythme dʹun rap.

24A lʹintérieur dʹune cité, la violence verbale prévaut largement sur lʹengagement physique. Les défis comme les posses de rappeurs12 ou les dozens (joutes poétiques et insultes rituelles) permettent le vertige du simulacre sans la prise de risque du passage à lʹacte. Ce toasting13 infamant entendu à la cité de lʹEspoir de Montreuil montre jusquʹoù peut être poussée lʹintensité de lʹinsulte dans lʹagression verbale :

Premier toaster
« Elle avait pas plus de dix ans
Quʹelle se faisait déjà niquer
Ta mère, on sait sur quel trottoir la trouver
Viens avec nous, on va aller la secouer ».

Réponse
« Ta mère à toi, tʹas vu comment elle louche
Yʹa vraiment peu de chance que jʹla touche
Pas la peine dʹafficher ton numéro,
Tu sais bien que cʹest le zéro ».

25Les pratiques dʹintimidation se substituent donc le plus souvent à la violence physique. Les jeux de rôles y sont inversés par rapport aux archétypes traditionnels du bien et du mal. Au catch, forme classique de simulacre de la violence, cette opposition est incarnée par les personnages du fourbe retors et du bon naïf. Le public conspue les embrouilles, les provocations des méchants. La parole a valeur dʹentourloupe, son usage trahit lʹignominie. A lʹinverse, dans la joute oratoire des cités, le prestige passe par lʹoutrage ; la violence verbale valorise celui qui, ayant la tchatche, est le plus mytho (selon lʹexpression en vogue des jeunes). Les associations comme Droit de cité, Grands frères, Chrysalide constatent unanimement quʹà lʹintérieur des cités, les jeunes ne se battent finalement guère entre eux parce que les relations reposent sur des statuts bien établis. Le plus souvent, les combats singuliers ne se déroulent que pour faire respecter une hiérarchie ou prétendre la bousculer. Un bon coup de pied qui sèche lʹadversaire et vous voilà pris en considération ; un coup de tête réussi et cʹest la gloire ! Mais lʹenvie de cogner est un sentiment éminemment fugace, et lʹon y cède seulement lorsquʹon ne peut sʹy dérober sans risquer de passer pour un dégonflé. Frapper le premier et y mettre toutes ses forces reste la stratégie de base. Néanmoins, les bastons dʹhomme à homme régressent au profit des formes collectives dʹaffrontement inter-cités. La descente prend pour prétexte des histoires de nanas. Un flirt prohibé avec une petite soeur peut déclencher lʹexpédition punitive. Mais quʹon ne sʹy trompe pas, ce nʹest pas la destruction totale des jeunes du quartier adverse qui est visée. Les ennemis adoptent le même code de comptabilité punitive pour faire durer le cycle de la vindicte (comme dans le cas de la vendetta, on calcule strictement les pertes de part et dʹautre).

26Pour capter lʹadmiration de leurs semblables, les jeunes sont également tenus de réaliser des bad exploits contre des cibles symboles dʹautorité : les flics et les profs. Ils justifient ces actions comme des manifestations de protestation face aux injustices : bavures policières ou renvoi de lʹécole. Les rodéos médiatisés durant lʹété 1981 aux Minguettes illustrent ce type de réactions et obéissent à des règles très précises : fracturer une voiture (si possible appartenant à une personne haïe), percuter une voiture de police puis sʹéclipser pour mettre le feu au véhicule volé. Attaques surprises, mobilité, rapidité, décrochages, facilités par la parfaite connaissance du terrain, rappellent les techniques de la guérilla urbaine. A la longue, la casse sʹestompe comme revendication et devient un style de vie, une colère à vide et sans espoir. Elle sʹalimente de la conviction selon laquelle, quoi que lʹon fasse, on nʹappartiendra jamais à la société des Kiss-men (« hommes à cravates, chaussures brillantes et belles voitures »).

les reactions face a la violence : de la reserve a lʹindignation

27Les réactions des adultes face à la violence des cités oscillent en fonction de deux facteurs : anonymat / personnalisation. Si elle reste anonyme, la violence est toujours dénoncée comme gratuite et condamnée comme nuisance ou insécurité. Une menace plus ou moins grande, plus ou moins présente, semble peser sur tout un chacun et déclenche une indignation systématique. A lʹinverse, si elle peut sʹincarner dans des personnes, la violence - tout en restant condamnée - entraîne deux réactions différentes : la réserve ou la comparaison.

Anonymat et condamnation

28Lʹanonymat des violences est toujours stigmatisé comme une lâcheté dans laquelle se réfugient les responsables, comme le montrent ces témoignages :

  • 14 Résident du Bois-lʹAbbé, Champigny-sur-Marne.

29« Après huit heures, cʹest nʹimporte quoi dans la cité. Si vous sortez, cʹest à vos risques et périls. Les casseurs, on sait pas dʹoù ils viennent, cʹest pas des jeunes de la tour (...) On peut plus avoir de relations normales avec les autres, mais il faut surtout pas se laisser faire, sinon on nʹest plus chez nous »14.

  • 15 Boulangère située à proximité de la cité du Bois-lʹAbbé.

30« Je ne sais pas qui a fait ces horreurs sur le mur (tags), je ne suis pas une meurtrière mais jʹai envie de les étrangler. Non vraiment ils exagèrent, ils pourraient pas faire ça chez eux, nous on demande rien ! Je ne suis pas antiraciste ! (sic.) La dernière fois, au Bois-lʹAbbé yʹa une gosse de douze ans qui sʹest fait passer dessus par trois bougnoules. Si au Maroc vous touchez à une de leurs filles, vous avez intérêt à prendre le premier avion dare-dare ! »15.

31Ne pouvant identifier la ou les personnes incriminées, la démarche des résidents consiste à les désigner par un ils pour les enfermer dans une position de délinquants en leur imputant des forfaits qui parfois les dépassent (les taggers sont ainsi assimilés aux violeurs). Ces témoignages indignés marquent avec fermeté la volonté de réagir à ces agressions.

32Savoir qui donne les coups, et plus seulement qui les reçoit, entraîne deux attitudes : la réserve ou la comparaison.

Personnalisation et réserve

33Lʹévitement est lié à une position de réserve, en particulier dans les cas extrêmes de confrontation physique.

34« Moi, si je tombe sur une bagarre entre jeunes du quartier, je passe à côté, je mʹécarte pour ne pas prendre des coups, cʹest pas mon problème ; je vais surtout pas les séparer, des fois quʹils se retournent contre moi ! »

35La réserve est ainsi une pratique de maintien de la distance sociale. Elle consiste à refuser lʹassimilation au groupe en sʹen distinguant radicalement, en refusant même la critique qui est une première forme de mise à distance. La pratique de la réserve se vit donc comme une sorte dʹabsentéisme, une manière de montrer que lʹon nʹa pas choisi dʹêtre là. Mais, dans les cités, la proximité est trop grande et lʹon ne peut conserver durablement une telle attitude.

Personnalisation et comparaison

36Certains insèrent la violence dans un processus de comparaison intergénérationnelle. Cette attitude sert dʹabord à raconter lʹhistoire dʹune communauté (« Moi, de mon temps, on tapait plus dur »). Les anciens, en faisant référence au bon temps, vont adopter deux positions : soit ils encouragent presque la violence en la banalisant, en légitimant sa pratique par une longue chaîne intergénérationnelle dʹexcès, liés le plus souvent, à la fête ; soit ils adoptent un regard plus critique (« Aujourdʹhui ils exagèrent »). La comparaison se transforme alors en jeu dʹaccusations (« Vous vous rendez compte, ils se frittent pour de la drogue ! »).

les grands freres, realite et mythologie dʹune mediation

  • 16 Celui-ci nʹest pas forcément lʹaîné de la famille ; cʹest un leader du quartier qui prend en charg (...)
  • 17 Larue (P.).- Lʹété en banlieue. Le Parisien, 20 juillet 1992.

37Les médias ne se lassent pas de mettre en avant le rôle dʹun nouvel agent de socialisation : le grand frère16. Son omniprésence dans les cités révèle un changement profond du paysage de la prévention ; il semble prendre une part spécifique dans la vie du quartier, domaine réservé jusque-là aux professionnels de lʹanimation et aux associations. Véritable héros de quartier, œuvrant tout à la fois pour le maintien de lʹunité familiale et la réalisation personnelle des plus jeunes, il devient lʹespoir et la fierté de la cité. Ce personnage bien réel prend alors une dimension mythique dans lʹimaginaire des banlieues. Ainsi, P. Larue nʹhésite pas à en faire un Bernard Tapie des banlieues : « A Villiers-le-Bel, le Tapie des bacs à sable, système D, étemel sourire et mains serrées comme autant de petits serments, Boua est partout. »17

  • 18 Voir à ce sujet le chapitre Invisibles pères, invisibles repères dans : Fize (M.).- Les bandes. Pa (...)

38La majoration épique de lʹactivité du grand frère reste à la base de son apologie. Comme tout mythe, son rôle est de dénouer une mise en tension : ici, celle entre le respect de la loi (quʹil incarne par substitution au père) et la transgression de certains interdits sociaux. Les grands frères sont donc à la fois perçus comme les porteurs de la loi, ceux qui la font respecter et ceux qui peuvent se permettre de la transgresser. Ils représentent moins des traits dʹunion ou des intermédiaires entre les parents et les plus jeunes membres des fratries que de véritables substituts aux pères. Les pères pâtissent doublement de cette situation : dʹune part ils subissent lʹexploitation dans une société qui les écrase18, dʹautre part ils endurent les reproches des grands frères pour avoir accepté des travaux humiliants. Coupables de ne pas être chefs dʹentreprises, accusés de bafouer lʹhonneur familial, ils sont mis en retraite éducative par un véritable coup dʹétat familial. Cette situation contribue à affaiblir lʹimage du père en recentrant la famille autour de la mère. Les vieux ne comprenant plus les jeunes, ils délèguent lʹautorité à leur femme, qui la confie au grand frère ; ainsi se constitue la chaîne de la démission.

39De fait, ce nouveau rôle de prise en charge amène les frères aînés à prendre des responsabilités envers les plus jeunes tout en leur permettant de se démarquer de ces derniers. Sʹinstituant en Robin des Bois modernes, ils peuvent voler sans scrupule dans les grandes surfaces pour redistribuer aux plus pauvres (par exemple, aucun dʹeux nʹhésitera à chaparder une paire de chaussures de sport pour que le petit frère puisse jouer au foot). Au nom de la justice, le grand frère semble donc pouvoir transgresser la loi tant cet acte est présenté comme lʹexpression même de la générosité. Il dénote pourtant un glissement inquiétant vers la délinquance. Modèles identificatoires forts, les grands frères ne sont pas tous des saints. Kamel confie son admiration pour Brahim : « Moi, à coté de lui je suis quʹun petit poisson, un rigolo quoi, incapable de passer aux Assises. » Certains jeunes aspirent ainsi à une vocation de truand grand style et déplorent de nʹêtre que des apprentis au royaume de lʹarnaque, rêvant de ces audacieux grands frères capables de sʹoffrir, sans vraiment travailler, les modèles de réussite glorifiés par la société de consommation. Ayant pour seule référence la réussite individuelle, dans un contexte dépourvu de valeurs hormis celles de lʹargent et de la flambe, certains de ces modèles sont susceptibles de faire allègrement passer dʹun état de droit à un état de force.

40En reconstruisant le type idéal du grand frère, nous avons lʹoccasion de relever un autre effet pervers de ce nouvel intervenant : chez lui, la fascination pour lʹautorité et la puissance va souvent de pair avec un antimodernisme radical. Alors que, depuis deux siècles, les institutions françaises sont marquées par la lente mais inéluctable séparation entre lʹunivers républicain et lʹunivers religieux, le monde du sacré (islamique) imprègne fortement les normes collectives dans la cité. Pour les grands frères, lʹattachement à la tradition passe par le respect des ces normes théologico-politiques. Ils sont donc tiraillés entre la modernité laïque et la tradition qui tire sa légitimité dʹune inspiration religieuse. Ils vivent simultanément le lien social sous ces deux formes, organisé soit par une citoyenneté à hauteur dʹhomme soit par une transcendance religieuse.

Sociologie de lʹéducation familiale

  • 19 On retiendra en particulier :
    Garnier (P.).- Faiblesses des enfants et forces des adultes. Paris : (...)
  • 20 Viellard-Baron (H.).- De lʹexil aux logiques dʹenracinement : Lʹexemple de Sarcelles. In : Intégra (...)

41La famille et lʹéducation familiale ont fait lʹobjet de nombreux travaux en sociologie de lʹéducation19. Mais à lʹexception de ceux de P. Garnier (1993), ces recherches prennent une posture normative sʹattachant à différencier, à partir de critères rigides, le degré dʹautoritarisme ou de laxisme des familles. Lʹobjectif est alors de positionner la relation parents / enfants sur des continuums allant de la famille autoritaire à la famille laxiste, ou de la famille statutaire à la citoyenneté familiale. Ces travaux débouchent sur des typologies dʹéducation où lʹenfant peut être trop poussé, trop gâté, trop lâche ou trop serré. Plusieurs études ont montré que les qualités des enfants considérées comme primordiales par les parents varient selon les groupes sociaux. Les plus populaires retiennent la politesse et le respect envers la famille, les plus aisés préfèrent lʹesprit critique et le respect des autres. Les premiers mettent lʹaccent sur la conformité aux normes, les seconds sur lʹépanouissement individuel. Les premiers encouragent finalement la dépendance quand les seconds favorisent la prise de responsabilités (Raven, 1988). Partant de ces mêmes hypothèses, J. Lautrey a montré que la structuration des rapports familiaux doit être reliée au niveau socio-culturel (Lautrey, 1980). Plus les conditions de vie sont difficiles, plus les règles pour y faire face sont rigides. Dans le cadre de lʹinsertion, H. Viellard-Baron montre comment, à Sarcelles, les communautés chaldéenne, antillaise et maghrébine se différencient dʹaprès le mode de gestion de lʹautorité20. Chez les Antillais, la famille élargie a un droit de regard ; chez les Turcs chaldéens, lʹautorité ostentatoire semble un gage dʹintégration ; chez les Maghrébins, lʹIslam édicte les règles de conduite à suivre dans la vie de tous les jours. Or, ramener le processus de socialisation au simple respect de règles culturelles condamne à sʹenfermer dans un rapport obéissance/désobéissance qui interdit dʹanalyser les principes autonomes de jugement. Ce qui importe pourtant se situe en amont de ces attitudes. Lʹexercice de jugement ne fait pas constamment corps avec les stéréotypes culturels car, comme le souligne N. Dodier (1993), il nʹest pas directement induit par lʹapplication de règles. En effet, les grands frères qui sont les garants de la qualité des relations familiales et du devenir des plus jeunes, estiment que lʹautorité nʹest jamais un phénomène en soi, mais résulte dʹun jugement.

Les principes de jugement des grands frères

42La mise en tension entre le futur, lieu des aspirations, et le passé avec les obligations quʹil entraîne, repose sur trois principes de jugement essentiels : un principe de devenir, un principe dʹautonomie, un principe de subordination familiale.

  • Juger ses petits frères réels ou spirituels selon un principe de devenir, cʹest surtout prendre en compte lʹambition que lʹon a pour eux en fonction de leur âge. Celle-ci va déterminer tout un système dʹobligations et de permissions. Par exemple, si le petit frère a 12 ans en 5e et quʹon espère « quʹil deviendra quelquʹun », il lui sera interdit de regarder la télé après le film du soir. De même, il pourra aller jouer au foot dans la cité seulement une fois ses devoirs faits. Inversement, au même âge, sʹil est encore au CM2 et que tout espoir de réussite scolaire disparaît, le système dʹobligations fléchit. Nous nʹavons pas repéré de substitutions des contraintes scolaires par celles du monde domestique (faire les courses quand on nʹa pas de leçons à apprendre, par exemple).
  • Juger selon un principe dʹautonomie : les relations au petit frère ne sont plus animées par une projection dans le futur, mais par la prise en compte du présent de lʹenfant en tant que personne. Dans ce cas, le jugement sʹappuie fortement sur la singularité des individus. Ce sont les personnalités, les caractères quʹon invoque : « Farid est comme ça », « Têtu comme il est, on peut pas le changer. » Cette logique laisse davantage la parole aux plus jeunes et développe des attitudes dʹécoute.
  • Juger les relations familiales selon un principe domestique de subordination revient à qualifier le plus jeune selon les attributs qui sont ceux de sa famille. Cʹest aussi mettre au premier plan le respect et la reconnaissance dus aux aînés et aux anciens (la politesse dans le ton et la ponctualité à lʹheure des repas restent les premières marques de ce respect). Cʹest, enfin, insister sur la solidarité entre les membres dʹune même famille, lien qui traverse les différences dʹâges. Dans cette perspective, lʹintérêt du plus jeune se confond avec celui de sa famille. Par exemple, il sera normal que le petit frère arrête de jouer au football pour aider le grand frère à réparer sa mobylette ; de même, tous deux interrompront leur activité pour aider le père dès quʹil le souhaitera.

43Ces trois principes de jugement ne sont nullement exclusifs lʹun de lʹautre, les grands frères pouvant y recourir tour à tour sur différents plans. Ainsi, par exemple, faire faire la vaisselle au plus jeune (principe de subordination familiale) peut être discuté en fonction de lʹheure de la soirée (principe de devenir). Marquer un but dans une partie de football en dribblant les défenseurs (principe dʹautonomie) peut être contesté au nom de la passe au grand frère (principe de subordination familiale). Ces principes fonctionnent comme des valeurs ayant les attributs suivants : stabilité (ils sont pérennes), complémentarité (ils sont organisés en système), généralité (ils dépassent un objet précis ou une situation particulière). Mais il faut prendre bien soin de distinguer les normes générales de celles qui sʹexercent pour sa propre famille ; si lʹidentité collective est une chose, la vie privée en est une autre.

Normalité accordée au comportement

(n = 34)

Dʹune fille en général ( %)

Dʹune sœur ( %)

Se promène seule

82,4

67,6

Aille seule en boîte

38,2

23,5

Aille seule faire les courses

76,5

61,8

Aille seule faire du sport

64,7

61,8

Ait envie de faire du body-building

23,5

14,7

Ait envie de faire du full contact

29,4

20,6

Prenne la pilule

67,6

44,1

Rentre à lʹheure quʹelle veut

8,8

8,8

Aille au café

23,5

2,9

Sorte avec plusieurs garçons à la fois

0

0

Parte en camp de vacances seule

52,9

20,6

Couche avec un garçon

47,1

20,6

Porte une minijupe

79,4

61,8

Vive avec un garçon

20,6

5,9

Normalité dans les comportements.

Distinction entre les normes de la cité et les normes familiales

  • 21 Tous résident dans les cités du Bois-lʹAbbé et des Mordacs et sont scolarisés au lycée de Champign (...)

44Alors que les grands frères ont comme objectif déclaré lʹémancipation, il leur est difficile dʹétendre cette volonté aux membres de leur propre fratrie. Les premières à en subir les conséquences sont les sœurs. Si lʹon considère les positions à lʹégard de la sexualité comme indicateurs dʹattitudes modernistes ou traditionalistes, on peut vérifier que ce sont sur les sœurs que pèsent le plus fortement les injonctions traditionalistes. Pour ce faire, nous avons demandé de remplir un questionnaire à 34 grands frères21. Comme le montre le tableau, notre enquête a permis de mettre en évidence la disjonction entre la normalité accordée aux comportements dʹune fille en général par rapport à celle concédée aux comportements de sa propre sœur.

45Les résultats fournis par un simple tri à plat montrent que les interdits sont beaucoup plus forts lorsquʹils concernent la sœur. Il est bien évident que certains items (« se promener seule », « aller seule au sport », ou encore « aller seule faire les courses ») sont mieux acceptés que dʹautres (« coucher avec un garçon » ou « aller au café »). Mais, même là, la normalité semble fonctionner à deux vitesses, la permissivité se restreignant dès quʹelle sʹapplique à sa propre sœur. Les écarts les plus importants concernent la fréquentation des cafés, la prise de la pilule, le départ en vacances et la relation sexuelle avec un garçon. Les avantages acquis dans ce domaine par les filles en général sont loin de sʹappliquer aux soeurs. Si lʹadolescence peut-être définie comme une quête dʹidentité sexuelle et sociale, on voit bien toute la difficulté dʹêtre à la fois une femme et une sœur.

Permissivité des grands frères

Comportement (« Est-ce que tu trouves normal quʹune fille en général... »)

Grands frères 15-17 ans (n = 20)

Grands frères 18-19 ans (n = 14)

Se promène seule

14 (70 %)

14 (100 %)

Aille seule en boîte

3 (15 %)

10 (71,4 *)

Aille seule faire les courses

13 (65 %)

13 (92,8 %)

Aille seule faire du sport

11 (55 %)

11 (78,5 %)

Ait envie de faire du body-building

2 (10 %)

6 (42,8 %)

Ait envie de faire du full contact

5 (25 %)

6 (42,8 %)

Prenne la pilule

12 (60 %)

11 (78,5 %)

Rentre à lʹheure quʹelle veut

0 (0 %)

3 (21,4 %)

Aille au café

2 (10 %)

6 (42,8 %)

Sorte avec plusieurs garçons à la fois

0 (0 %)

0 (0 %)

Parte en camp de vacances seule

8 (40 %)

10 (71,4 %)

Couche avec un garçon

7 (35 %)

9(64,2 %)

Porte une minijupe

14 (70 %)

13 (92,8 %)

Vive avec un garçon

2 (10 %)

5 (35,7 %)

Jugement des grands frères en fonction de leur âge.

46Il sʹagissait également de déterminer si lʹâge des filles était susceptible dʹinfluer sur la permissivité des grands frères. Pour cela nous avons eu recours aux formulations suivantes : « Si elle a quatorze ans, est-ce que tu trouves normal ? », « Si elle a dix-huit ans, est-ce que tu trouves normal ? ». Mais les résultats des tris croisés ont montré que lʹâge supposé de la soeur (ou celui dʹune fille en général) a moins dʹimportance sur les jugements que lʹâge du juge lui-même (voir tableau ci-contre).

47Entre les deux groupes dʹâge, les résultats peuvent aller jusquʹà sʹinverser. Ainsi, alors que la quasi-totalité des 15-17 ans désapprouve le fait quʹune fille aille seule en boîte, les trois quarts des 18-19 ans nʹy voient rien à redire. Si à peine la moitié des 15-17 ans trouve normal quʹelles aillent seules faire du sport, plus des trois quarts des 18-19 ans sont dʹaccord avec cette perspective. La sortie de lʹespace domestique engage lʹimage de lʹensemble de la famille. En effet, malgré leur autonomie, les jeunes qui sortent sʹinsèrent dans lʹespace de la cité comme représentants de telle ou telle famille (« Oh ! lui, cʹest le fils Durbec »).

48Les différences dʹâge des grands frères jouent sur leur jugement, même dans les aversions ; ainsi la dénonciation de la pratique du body-building (90 % des plus jeunes y sont hostiles) se tempère-t-elle avec lʹâge (puisque plus dʹun tiers des 18-19 ans renoncent à cette réticence). Les grands frères marquent la domination du sexe fort dʹune manière un peu anachronique en faisant du muscle un privilège masculin, quand il est aujourdʹhui une revendication généralement partagée par les sexes. Le corps reste la première frontière entre garçons et filles. Ces éléments éclairent une nouvelle relation à la violence : le grand frère nʹest pas le représentant dʹune simple violence visible, exhibée ou fantasmée (« Kamel, je te dis pas, cʹest Terminator. Si jamais tʹas affaire à lui, tʹes mal ! »), mais aussi le détenteur dʹune violence secrète plus sourde qui sʹinsinue dans les corps. Les mythes de toute-puissance dʹun côté, la délimitation des plaisirs légitimes de lʹautre, bornent son action.

49En conclusion, la violence demeure un concept polymorphe ; elle peut résulter dʹune impulsion incontrôlée ou être vécue comme un recours raisonné à la force. On peut distinguer, en fin de compte, autant de formes de violence que de critères servant à la qualifier dans des définitions sociologiques, psychologiques, statistiques ou cliniques. Son traitement renvoie à des politiques évoluant de la répression à la prévention. Les secondes considèrent que la violence est une réponse des jeunes à leur condition sociale et quʹelle nécessite un traitement étiologique et non symptomatique, ce qui est affaire dʹéducation comme nous allons lʹenvisager dans la seconde partie.

Notes

1 La justice représente également un moyen de régler un désaccord, mais elle substitue à la force des principes dʹéquivalence.

2 Dʹaprès une étude de Myriam Picot, entre 1980 et 1990, une vingtaine de jeunes immigrés auraient été tués par des membres des forces de lʹordre ou des commerçants qui nʹont pas été condamnés, si ce nʹest à des peines légères (In : Banlieues, relégation et citoyenneté. Les temps modernes, janvier 1992,546, pp. 202-208).

3 ʺJacques Mesrine, un homme !ʺ titre Libération le 9 mai 1977.

4 En 1992, Bernard-Marie Koltes sʹinspire de la vie du criminel pour écrire une pièce, jouée au Théâtre de la Ville de Paris après une controverse sur le droit des victimes.

5 Edgar Morin, Le Monde, 13 novembre 1990, p. 4.

6 Comme lʹa montré M. Fize dans : Les bandes. Paris : Épi, Desclée de Brouwer, 1993.

7 Tillmann (W.A), Hobbs (G.E.).- The accident prone. American Journal of Psychosociology, 1949, 106, pp. 321-331.

8 Waller (J.A.).- Unintentional shootings, highway crashes and act of violence. Accidents annales and previsions, 1973, 5, pp. 351-356.

9 Bagley (C.).- Juvenile delinquency and child pedestrian accidents, an ecological analysis. Perceptual and motor skills, 1989, 69, pp. 1281-1286.

10 Nicholi (A.M.).- The motorcycle syndrome. American Journal of psychiatry, 1970, 126, pp. 64-71.

11 Lebreton (D.).- Passions du risque. Metailié, Paris : 1991.

12 G. Lapassade et P. Rousselot, dans leur ouvrage Le Rap ou la fureur de dire, montrent comment lʹidéologie de Bambaata a justement pour fonction de passer de lʹaffrontement meurtrier à lʹaffrontement symbolique.

13 Un toasting est une diatribe scandée sur le rythme dʹun rap.

14 Résident du Bois-lʹAbbé, Champigny-sur-Marne.

15 Boulangère située à proximité de la cité du Bois-lʹAbbé.

16 Celui-ci nʹest pas forcément lʹaîné de la famille ; cʹest un leader du quartier qui prend en charge les plus jeunes, selon les principes de la vie familiale.

17 Larue (P.).- Lʹété en banlieue. Le Parisien, 20 juillet 1992.

18 Voir à ce sujet le chapitre Invisibles pères, invisibles repères dans : Fize (M.).- Les bandes. Paris : Épi, Desclée de Brouwer, 1993.

19 On retiendra en particulier :
Garnier (P.).- Faiblesses des enfants et forces des adultes. Paris : Métailié, 1993.
Montandon (C.), Kellerhalls (J.).- Les stratégies éducatives des familles.
Neuchâtel : Delachaux et Niestlé, 1991.
Pourtois (J.P.), Desmet (H.).- Lʹéducation familiale. Revue française de pédagogie, 1986, 86, pp. 69-101.

20 Viellard-Baron (H.).- De lʹexil aux logiques dʹenracinement : Lʹexemple de Sarcelles. In : Intégration et exclusion. Ferréol (Ed.). Lille : Presses Universitaires de Lille, 1992.

21 Tous résident dans les cités du Bois-lʹAbbé et des Mordacs et sont scolarisés au lycée de Champigny. 20 ont entre 15 et 17 ans ; 14 ont 18 ou 19 ans.

© INSEP-Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search