Version classiqueVersion mobile

Nutrition et performance en sport : la science au bout de la fourchette

 | 
Christophe Hausswirth

Chapitre 2. Nutrition, sport et santé

Thème 7. Les troubles des conduites alimentaires

Christophe Hausswirth, Amélie Fosse, Eve Tiollier, Axel Heulin, Yann Le Meur et Véronique Rousseau

Texte intégral

Questions et réponses

Points clés
■ Certaines spécificités de la pratique sportive apparaissent comme de réels facteurs de risque de survenue de troubles du comportement alimentaire.
■ Dans les sports où l’esthétique pèse sur la note, il ne faut pas négliger la pression exercée par l’environnement immédiat de l’athlète (juges, entraîneurs, dirigeants ou parents) quant à l’apparence physique.
■ L’estime de soi, le perfectionnisme et la pression sociale sont des facteurs avancés pour expliquer la survenue des troubles chez la fille, alors que seuls le perfectionnisme et la pression sociale jouent un rôle prépondérant chez le garçon.
■ Les carences induites par les comportements anorexiques sont multiples : énergétiques, macro- et micronutritionnelles.
■ L’accès boulimique correspond à la survenue d’une sensation de faim dans un contexte d’angoisse caractérisé par une excitation et une absence de contrôle de l’acte alimentaire.

Qu’appelle-t-on troubles des conduites alimentaires ?

1Les troubles des conduites alimentaires (TCA) constituent un groupe de pathologies sévères et complexes, surtout présentes dans nos sociétés occidentales. Deux troubles majeurs, notamment, sont bien connus du monde sportif : l’anorexie et la boulimie. La prise en charge de ces troubles, lourds de conséquences sur la santé et la carrière du sportif, est difficile. Ils sont annoncés par des signes précurseurs et sont aggravés par des facteurs de risque vers lesquels la prévention doit s’orienter. Les sportives sont davantage concernées (quinze femmes pour un homme) par ces désordres alimentaires, lesquels se traduisent par des comportements de restrictions alimentaires entraînant des carences, mais également des troubles des règles et une perte de masse osseuse.

Quels sont les facteurs de vulnérabilité des sportives ?

2Certaines spécificités de la pratique sportive apparaissent comme de réels facteurs de risque de survenue de troubles du comportement alimentaire :

  • Les contraintes de poids jouent un rôle important, tout particulièrement dans les disciplines qui exigent certains types morphologiques particuliers, comme d’être mince dans les sports esthétiques ou artistiques (gymnastique, danse, natation synchronisée...), ou d’avoir un poids corporel strict (lutte, boxe, judo...). Ces contraintes entretiennent alors une préoccupation excessive vis-à-vis du poids ou de l’image corporelle. Quant aux fluctuations rapides du poids, entre des périodes de restriction énergétique et des phases d’abondance, elles déstabilisent l’alimentation de la sportive et son comportement.

  • Une mauvaise gestion des émotions constitue également un élément de fragilité. De nombreux phénomènes d’insatisfaction et de compensation sont ainsi observés dans les situations de gestion du stress compétitif, de même que des troubles de l’humeur à l’occasion d’une défaite ou d’une blessure. Enfin, d’autres situations, liées à la vie privée, aux relations à l’entraîneur ou au groupe d’entraînement, peuvent également être sources de fragilité.

  • Le modèle athlétique proposé dans le milieu sportif (et surtout extra-sportif), même indépendamment des contraintes de poids liées à certaines disciplines, entretient le culte du corps athlétique, perçu comme une norme exigée.

  • La médiatisation excessive de certains athlètes ou de certaines personnalités, présentés comme des modèles, peut parfois inciter les sportifs à leur ressembler, ce qui renforce le sentiment de frustration vis-à-vis de l’image corporelle.

3En dehors du seul contexte sportif, la personnalité de la sportive peut également comporter certains traits de caractère constituant des facteurs de vulnérabilité :

  • L’insatisfaction corporelle vis-à-vis de l’image que renvoie la silhouette (par rapport à la norme athlétique entretenue dans le milieu sportif) constitue un facteur de risque.

  • Le perfectionnisme est une qualité appréciable pour optimiser la préparation physique et technique, mais s’il porte également sur l’alimentation et l’image corporelle, il peut alors induire des comportements excessifs.

  • Chez les jeunes, la peur de la maturité et de ses transformations corporelles (à laquelle s’ajoutent les modifications physiques induites par la pratique sportive) constitue un facteur de vulnérabilité. Il faut donc être particulièrement vigilant à l’égard de la sportive prépubère qui pratique un sport à charge d’entraînement élevée (gymnastique, natation, tennis...).

Le sport et le contexte sportif fabriquent-ils des anorexiques ?

4De nombreux travaux ont tenté de dégager les pratiques sportives à risque. Une récente étude américaine, portant sur près de deux cents jeunes filles et leurs mères, s’est penchée sur la relation entre les sports dits « esthétiques » (danse, gymnastique, gymnastique rythmique et sportive [GRS], natation synchronisée, aérobic...) et le poids corporel. Les femmes du groupe des sports esthétiques manifestent plus de préoccupations à l’égard de leur poids que celles du groupe des sports « non esthétiques » (volley-ball, football, base-ball, softball, hockey, tennis, arts martiaux), et cette préoccupation est majorée dès l’âge de 7 ans. Parmi elles, les plus à risque sont les danseuses et les pratiquantes de haut niveau, et cela, indépendamment de leur indice de masse corporelle (IMC) et de la préoccupation des mères quant au poids. L’hypothèse émise est alors que la nature du sport pratiqué est susceptible d’influencer la santé et le devenir psychologique de ces enfants en focalisant, à un âge précoce, leur attention sur le poids.

5Une autre étude récente a évalué le lien entre les TCA chez les femmes et une tendance générale aux comportements addictifs, notamment l’addiction à la course. Il est ainsi apparu que le groupe des coureuses intensives révélait :

  • une plus grande prévalence pour les TCA,

  • une addiction à la course plus prononcée,

  • un IMC plus faible.

6Le principal résultat de l’étude est que 25 % des femmes courant plus de 30 miles (environ 50 km) par semaine ont un score au « Eating Attitude Test » indiquant un haut risque pour l’anorexie mentale. En outre, la précocité de la pratique semble corrélée à un plus grand risque, notamment dans les disciplines jugées, telles que le patinage, la natation synchronisée ou la gymnastique (par rapport à celles mesurées). Pour autant, aucun questionnaire reconnu pour les populations non sportives ne peut servir de modèle de comparaison pour les sportifs de haut niveau.

7La rigidité des comportements alimentaires, allant jusqu’à l’adoption de méthodes restrictives extrêmes, répond non seulement aux contraintes de la discipline, mais aussi à la recherche de maîtrise de ces préadolescentes, ce qui constitue un terrain propice au développement des TCA. Ainsi, au cours de cette période de la vie, le sport permet une transformation aiguë du corps par le biais des entraînements.

8Par ailleurs, dans les sports où l’esthétique influence la note, il ne faut pas négliger la pression exercée par l’environnement immédiat de l’athlète (juges, entraîneurs, dirigeants ou parents) quant à l’apparence physique. Ainsi, ces acteurs peuvent devenir des agents facilitant la survenue de troubles alimentaires, obéissant à la culture de la discipline (athlétisme, boxe...), poussés par les enjeux liés au désir de performance ou animés par le « syndrome de réussite par procuration ».

9De façon plus synthétique, une méta-analyse menée très récemment a relevé trente-quatre études portant sur le sujet et comprenant 40 % d’athlètes de haut niveau. L’hypothèse de départ selon laquelle les athlètes femmes présenteraient un plus grand taux de troubles alimentaires que les non-athlètes s’y trouve confirmée, mais avec une différence statistique faible (bien que significative) et marquée par une très forte hétérogénéité. Sont notamment concernées les universitaires (davantage que les collégiennes), les danseuses et les athlètes de haut niveau. Curieusement, les analyses ne retrouvent pas ces résultats dans le cas de la gymnastique, de la natation et de la course (par rapport aux groupes contrôles) pour les TCA. Selon les auteurs, cela s’explique, d’une part, par une attention plus importante portée à la question dans ces sports déjà identifiés comme à risque, et d’autre part, par la mise en place de programmes de prévention des TCA spécifiques à ces disciplines. Enfin, des effets protecteurs contre ces TCA sont nettement mis en évidence dans deux groupes : les sportives qui ne pratiquent pas à un haut niveau (par rapport aux non-sportives) et celles qui pratiquent des sports ne requérant pas la minceur. Leurs comportements alimentaires sont plus sains et leur image corporelle leur apporte une plus grande satisfaction.

Existe-t-il une différence entre les hommes et les femmes en ce qui concerne les TCA ?

10Les données concernant les TCA chez les hommes sportifs sont peu nombreuses. Une étude comparant une population féminine et une population masculine montre que la survenue des troubles est plus tardive chez les hommes (20,56 ans versus 17,15 ans chez la femme), quand bien même ceux-ci sont plus engagés dans des activités sportives où le contrôle du poids influence la performance. De plus, il n’y a pas de différences entre les hommes et les femmes quant aux autres caractéristiques évaluées. Le rapport semble être de quinze femmes pour un homme souffrant de TCA. Par ailleurs, l’estime de soi, le perfectionnisme et la pression sociale sont des facteurs avancés pour expliquer la survenue des troubles chez la fille, alors que seuls le perfectionnisme et la pression sociale jouent un rôle prépondérant chez le garçon.

Les TCA induisent-ils des troubles du cycle menstruel ?

11Un certain nombre d’études a montré que les troubles du cycle menstruel touchaient entre 6 et 7 % de sportives, les pourcentages les plus élevés étant retrouvés chez les danseuses et les athlètes de longue distance, les pourcentages les plus faibles chez les cyclistes et les nageuses. De plus, les sportives qui présentent un risque de développer des TCA et qui souffrent de perturbations du cycle menstruel sont également celles qui sont victimes de blessures répétées. Compte tenu du fait que l’association des troubles du comportement alimentaire, d’un cycle menstruel perturbé et d’une ostéoporose (association plus connue sous le terme de « triade ») peut avoir de graves conséquences sur la santé, il semble important que les sportives souffrant de troubles alimentaires et menstruels fassent l’objet d’un suivi médical complet.

Quels sont les risques liés aux TCA ?

12Dans le cas de l’anorexie, les risques sont nombreux, les carences induites par les comportements anorexiques étant multiples : énergétiques, macro- et micronutritionnelles. Les apports caloriques sont insuffisants, ce qui amène à la perte de poids. Bien souvent, les glucides et les lipides sont bannis, alors qu’ils sont pourtant essentiels. Des carences en vitamines, minéraux et oligo-éléments sont régulièrement observées. Les conséquences sont alors sérieuses, avec des déficits hormonaux, une ostéoporose, des troubles immunitaires, ainsi que des risques infectieux augmentés.

13Dans le cas de la boulimie, les risques existent également. L’accès boulimique correspond à la survenue d’une sensation de faim dans un contexte d’angoisse caractérisé par une excitation et une absence de contrôle de l’acte alimentaire. Le besoin de manger est alors imprévisible et échappe à toute volonté. Cet accès, acte rapide et sans contrôle, concerne souvent des aliments très caloriques, et la voracité qui en découle, n’apportant qu’une mastication insuffisante des aliments, engendre, le plus souvent, des troubles digestifs. L’accès boulimique s’achève lorsqu’il déclenche une douleur abdominale, lorsque les aliments ne sont plus disponibles, ou lorsqu’un événement extérieur survient et stoppe le comportement. Ces épisodes de frénésie alimentaire entraînent des douleurs et des pesanteurs abdominales, des nausées et des vomissements, ainsi que des sensations désagréables d’inconfort et de difformité. Par ailleurs, certains troubles du cycle menstruel sont relevés, ainsi que des troubles de l’humeur (sous forme d’épisodes dépressifs).

14Viennent également s’associer à ces conduites alimentaires pathologiques des sentiments violents de culpabilité, de dégoût, de honte. Les TCA ont en effet très souvent des comorbidités associées : épisode dépressif, troubles anxieux

15Quelques exemples d’évolution :

  • 44 % des cas observés récupèrent correctement ;

  • 5 % de mortalité par dénutrition après dix ans d’évolution pour l’anorexie de type restrictif ;

  • 10 % de malades boulimiques décèdent de dénutrition aggravée et d’hypokaliémie après dix ans d’évolution.

Peut-on prévenir les TCA chez l’athlète ?

16La prévention de l’anorexie demande un dépistage le plus précoce possible, ce qui légitime la nécessité d’un suivi médico-psychologique régulier du sportif, tout particulièrement pour les populations exposées. Les facteurs de risques doivent être identifiés, et toute fluctuation rapide et inexpliquée du poids corporel doit retenir l’attention. Des questionnaires validés sont utilisés pour étayer le diagnostic, comme le « EAT26 », questionnaire simplifié à vingt-six questions pour dépister les troubles du comportement anorexique. Cependant, ces questionnaires ne sont pas toujours d’une grande pertinence pour les athlètes de haut niveau.

17Le suivi médico-psychologique régulier des sportifs est également un élément de prévention de la boulimie. Le respect quotidien d’une alimentation diversifiée et équilibrée (cf. pyramide ci-contre), de même que des adaptations spécifiques à la pratique sportive, est aussi un facteur déterminant de prévention.

Image 100000000000013400000117BE7A2DF3.jpg

Crédit photo : Fotolia

En pratique

18Les troubles des conduites alimentaires (TCA) sont complexes et ne donnent pas forcément lieu à des tableaux cliniques tranchés. On peut, néanmoins, en formuler une classification.

1. Définir les TCA

Les principaux TCA

Image 10000000000003C40000019D0F6DD2AA.jpg

Les autres TCA

Image 10000000000003C00000022C7470BE88.jpg

2. Prévenir les TCA

Image 100000000000035800000071BBC31D37.jpg

Facteurs de risques

Image 10000000000003BB00000167BA3CF04E.jpg

Quelques mesures de prévention

19> Encourager l’éducation nutritionnelle des sportifs

20> Promouvoir une éducation nutritionnelle qui mette en avant l’importance d’une alimentation adaptée à une pratique sportive basée sur la santé et la performance

21> Ne pas peser les sportifs en public (hommes y compris)

22> Faire superviser les programmes de perte de poids par un professionnel de la nutrition

23> Se rappeler que la relation entre le poids et la performance est complexe, et qu’une perte de poids n’assure pas forcément un gain de performance

24> Être à l’écoute des réactions des sportifs occasionnées par des remarques sur leur poids et leur silhouette. En particulier, être attentif à certains comportements (agressivité, refus de dialogue, comportement fuyant) que peuvent susciter ces remarques

25> Se rappeler que le poids et la masse grasse optimaux sont propres à chacun

3. Dépister les TCA

Image 10000000000003C20000030EE0B58945.jpg

4. Traiter les TCA

Image 10000000000003BB00000120EAF627DE.jpg

5. La triade de la sportive : une association dangereuse

Définition

26> C’est un symptôme qui regroupe ces trois composantes qui, seules ou en combinaison, sont susceptibles d’affecter les performances et la santé de la sportive

Image 10000000000002050000016D7CBDA9B5.jpg

Dépistage

27> Par un professionnel de santé

28> À investiguer au cours de la visite médicale annuelle

29> Si une des composantes est présente, voir si les deux autres le sont également

Traitement

30> D’un point de vue nutritionnel : augmentez la disponibilité énergétique

Image 10000000000003180000006E3A749521.jpg

31Objectif : disponibilité énergétique > 30 kcal/kg de masse maigre/jour

32Stratégie :

Image 10000000000002020000004ACC223790.jpg

33> Veillez à avoir des apports adéquats en calcium et vitamine D (Cf. Fiche no 6 La santé osseuse, p. 280)

34> Faites-vous accompagner par un professionnel de la nutrition

Recette

Salade de fruits frais à la citronnelle et à la cardamome

Image 1000000000000129000001B64F60B211.jpg

Image 10000000000001E1000001EC3EC5A0F6.jpg

Crédit photo : Thibaut Ruggeri.

35Pour 4 personnes

36Préparation : 30 minutes

37Cuisson : 15 minutes

Difficulté : Image 100000000000002A0000001E27CCAF08.jpg

Ingrédients

38■ 1 bâton de citronnelle

39■ 4 graines de cardamome

40■ 1 étoile d’anis (badiane)

  • 1 Suprême : quartier d’orange débarrassé de sa membrane

41Peler à vif l’orange et réaliser des suprêmes1, garder le jus.

42Éplucher les fruits puis les couper en cubes. Équeuter les fraises, garder quelques myrtilles et framboises pour la décoration, puis réunir le tout.

43Ajouter le jus d’orange.

44Décorer avec les framboises et les myrtilles.

45Servir bien frais.

Les fruits

46■ 1 mangue

47■ 2 kiwis

48■ 150 g de melon

49■ 150 g d’ananas

50■ 100 g de framboises

51■ 100 g de fraises

52■ 60 g de myrtilles

53■ 1 orange

54■ 100 g de jus d’orange

Commentaire

55Cette salade de fruits représente un véritable cocktail d’antioxydants. En plus des polyphénols contenus dans les fruits rouges, elle est riche en vitamine C (une portion apporte près d’une fois et demie les besoins quotidiens en vitamine C), en β-carotène, et elle couvre plus de 20 % des besoins en vitamine E. Elle constitue, en outre, une source intéressante de potassium et de vitamine B9.

Analyse nutritionnelle par personne

Énergie (Cal)

Glucides (g)

169

37

Lipides (g)

Protides (g)

1

3

Notes de fin

1 Suprême : quartier d’orange débarrassé de sa membrane

Auteurs

PhD. Service Recherche, Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (INSEP), 11, avenue du Tremblay, 75012 Paris, Mission « Nutrition » à l’INSEP

© INSEP-Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search