Version classiqueVersion mobile

Nutrition et performance en sport : la science au bout de la fourchette

 | 
Christophe Hausswirth

Chapitre 2. Nutrition, sport et santé

Thème 4. Nutrition et santé bucco-dentaire du sportif

Julien Louis et Christophe Hausswirth

Résumé

La performance sportive de haut niveau requiert un entraînement rigoureux et intense, augmentant de manière considérable la dépense énergétique. En conséquence, le sportif doit ingérer des quantités souvent importantes de nourriture, plusieurs fois au cours de la journée, en fonction de la fréquence de ses séances d’entraînement. Parce qu’ils permettent d’apporter une énergie rapide et prolongée, les glucides sous toutes leurs formes (solide ou liquide) représentent les aliments privilégiés des sportifs, aussi bien avant, que pendant ou après l’entraînement. Néanmoins, un apport élevé en glucides associé à une déshydratation chronique augmentent de toute évidence les facteurs de risque pour la santé bucco-dentaire, notamment en favorisant la formation des caries et l’érosion dentaire avec des conséquences désastreuses sur la performance. Le sportif devrait dès lors choisir ses aliments en fonction de leur pouvoir énergétique, mais aussi de leur effet sur la santé bucco-dentaire. Les aliments à privilégier sont les aliments alcalinisants, qui permettent de neutraliser les attaques acides, tels que les produits laitiers, les eaux minérales, les glucides à base d’amidon et les fibres alimentaires. Certaines stratégies peuvent également être appliquées lors des repas, collations, ou à l’entraînement, lorsque la consommation d’aliments à risques augmente. Enfin, parce qu’il est particulièrement exposé aux risques de caries et d’érosion dentaires, le sportif devra veiller à consulter régulièrement son dentiste pour contrôler sa santé bucco-dentaire.

Texte intégral

1. Éléments de contexte

1L’alimentation du sportif de haut niveau est différente de celle de la majorité des personnes. En effet, l’entraînement intense quotidien, voire biquotidien, entraîne une dépense énergétique supérieure à la normale (de quelques centaines à plusieurs milliers de calories par jour), nécessitant d’augmenter son apport énergétique. L’alimentation joue ainsi un rôle prépondérant dans la vie du sportif et peut l’exposer à des risques de fatigue, de blessure ou de contre-performance. En effet, en cas de déséquilibres alimentaires, à l’occasion, par exemple, de carences en composés essentiels ou d’une surconsommation de certains aliments, des troubles peuvent être relevés, notamment bucco-dentaires. Les principaux problèmes rencontrés sont les caries et l’érosion dentaires, favorisées par la consommation d’aliments riches en sucres et acidifiants, associée à une sécheresse de la bouche due à l’exercice physique. Dans ce cadre, l’objet de ce chapitre sera dans un premier temps de dresser un bilan des habitudes alimentaires des sportifs de haut niveau. Dans un deuxième temps, nous présenterons les principaux facteurs de risques alimentaires, ainsi que les conduites à écarter. Enfin, nous proposerons des recommandations pratiques pour une bonne santé bucco-dentaire chez le sportif en général.

2. Spécificités de l’alimentation du sportif de haut niveau et conséquences sur la santé bucco-dentaire

2L’alimentation joue un rôle important dans le mode de vie, la performance et la récupération du sportif de haut niveau, et elle influence directement sa santé bucco-dentaire. La bouche et les dents doivent être opérationnelles et saines, afin de faciliter l’ingestion des aliments, le bien-être physique et la performance. Parce que les problèmes bucco-dentaires tels que les caries ou l’érosion dentaire ont des conséquences importantes sur la performance (Piccininni et Fasel 2005), le sportif doit veiller attentivement à la qualité des aliments qu’il ingère au quotidien.

3Peu de données existent quant aux pratiques alimentaires des sportifs de haut niveau et à leur répercussion sur la santé bucco-dentaire (Bryant et al. 2011). Un consensus existe néanmoins : les sportifs sont particulièrement exposés aux risques de problèmes bucco-dentaires à cause des effets combinés de l’entraînement intense et de l’alimentation « sportive ». Les principaux facteurs de risque pour le sportif sont : un apport énergétique important, des prises alimentaires et/ou de boissons répétées, l’ingestion d’aliments acidifiants, l’ingestion d’aliments sucrés, la déshydratation (Sirimaharaj et al. 2002 ; Bryant et al. 2011).

4À titre d’exemple, la figure 1 présente les habitudes alimentaires de 265 sportifs de haut niveau de vingt disciplines olympiques. Les données indiquent que l’alimentation du sportif de haut niveau n’est pas mauvaise, mais qu’elle n’est pas optimale non plus, et que certaines habitudes pourraient être corrigées. Ainsi, près de 60 % de ces sportifs ne consomment pas assez d’aliments riches en fibres, lesquels sont pourtant indispensables à une bonne digestion et permettent de limiter le pouvoir érosif des aliments acides. De plus, 53 % consomment trop de produits sucrés, 48 % ne s’hydratent pas assez, et 62 % avouent grignoter entre les repas, autant d’habitudes alimentaires qui accentuent les risques de problèmes bucco-dentaires.

Figure 1 – Habitudes alimentaires de 265 sportifs de haut niveau appartenant à vingt disciplines olympiques différentes (source : INSEP).

Figure 1 – Habitudes alimentaires de 265 sportifs de haut niveau appartenant à vingt disciplines olympiques différentes (source : INSEP).

* : en portions
** : en nombre de fois

5En outre, 94 % des sportifs interrogés indiquent boire à l’entraînement (parmi eux, 12 % consommaient systématiquement des boissons énergétiques), contre 96 % en compétition (parmi eux, 31 % consommaient systématiquement ce type de boissons). En plus des apports hydriques, 18 % d’entre eux ingèrent systématiquement des aliments solides en compétition (ils ne sont que 2 % à le faire à l’entraînement). Les apports alimentaires pendant la pratique sportive sont majoritairement constitués de sucres rapides. Bien entendu, la consommation de boissons ou d’aliments pendant la pratique sportive dépend grandement du type d’activité sportive, les plus grandes consommations étant généralement relevées chez les sportifs d’endurance présentant une dépense énergétique accrue. Selon une étude récente réalisée auprès de 31 triathlètes très entraînés, près de 84 % d’entre eux consommaient régulièrement des boissons sportives à l’entraînement (d’une à six fois par semaine, dont 16 % au moins six fois par semaine) et 94 % ingéraient des aliments solides (dont 58 % uniquement au cours de l’épreuve de cyclisme). Selon ces données, les sportifs d’endurance pourraient être davantage exposés aux risques que représente l’ingestion répétée d’aliments sucrés, et à une plus grande déshydratation de la bouche (Bryant et al. 2011).

6L’entraînement intensif du sportif de haut niveau requiert d’adopter une stratégie alimentaire tournée vers la performance. Dans de nombreuses disciplines sportives, le principal objectif est de fournir rapidement aux muscles l’énergie nécessaire à leur contraction immédiate ou, à plus long terme, de constituer des réserves énergétiques. Les sportifs consomment ainsi des aliments glucidiques le plus souvent acides, en écartant quelque peu certaines classes d’aliments. Cependant, l’adoption d’un régime alimentaire hyperglucidique et acidifiant, associé à la déshydratation chronique de la bouche qu’entraîne l’effort, favorise le développement de troubles bucco-dentaires.

3. Les principaux problèmes dentaires rencontrés chez le sportif

7Les principaux maux rencontrés par les sportifs sont les caries et l’érosion dentaires.

3.1 La carie dentaire

8Elle correspond à une déminéralisation de la dent qui peut conduire à une cavitation, c’est-à-dire à la formation d’un trou dans la dent, ce qui s’accompagne souvent de douleur. Elle se forme lorsque l’acide produit par une bactérie buccale spécifique dissout l’émail de la dent pour former une cavité. Le risque de caries est très grand lorsque la fréquence des prises alimentaires augmente, que la salive est réduite, et que les soins dentaires sont négligés (Tahmassebi et al. 2006). Les sucres représentent la principale source d’énergie favorisant directement le développement des caries. En dégradant les sucres, les bactéries produisent des acides qui diminuent le pH de la plaque dentaire et qui attaquent l’émail des dents. Le schéma ci-dessus peut résumer, de manière simplifiée, le mécanisme de développement d’une carie.

3.2 L’érosion dentaire

9Elle correspond à une perte d’émail dentaire consécutive à un processus chimique (acidification) qui implique des bactéries. En perdant de l’émail, la dent est plus exposée à l’usure mécanique et devient très sensible. Tout élément acide (pH < 5,5) a le potentiel de dissoudre l’émail dentaire (Sirimaharaj et al. 2002 ; Bryant et al. 2011). L’érosion dentaire peut être causée par des acides exogènes ou endogènes, ou une combinaison des deux. Les acides exogènes sont contenus dans l’alimentation, les boissons, les médicaments (Tableau 1) ou l’environnement (par exemple les piscines traitées au chlore). Les acides endogènes correspondent, quant à eux, principalement aux acides gastriques possiblement rejetés lors de vomissements ou de régurgitations (Jarvinen et al. 1991).

Tableau 1 – Facteurs alimentaires influençant le risque d’érosion dentaire. D’après Nunn (2001).

Aliments

Médicaments

Boissons gazeuses acides

Compléments riches en fer

Jus citronnés

Tablettes de vitamine C

Autres jus de fruits

Aspirine

Boissons sportives acides

Vins

Cidre

Thés à base d’herbes

Agrumes

Autres fruits acides et baies

Conserves vinaigrées

Bonbons acides

10Les risques de caries et d’érosion dentaires sont augmentés chez le sportif de haut niveau (Milosevic 1997). Les entraînements répétés et/ou de longue durée peuvent diminuer le flux salivaire à cause de la déshydratation et parce que les sportifs respirent par la bouche (Horswillet al. 2006). De plus, la consommation énergétique est élevée chez le sportif de haut niveau avec des proportions souvent importantes en glucides et boissons acides (Sirimaharaj et al. 2002 ; Slateret al. 2003). Les risques sont aussi augmentés en fonction de la fréquence et de la durée d’ingestion d’aliments ou de boissons acides. Par ailleurs, le risque est d’autant plus important que le sportif est jeune. En effet, chez les jeunes qui n’ont pas terminé leur croissance, l’émail est poreux et plus facilement dissous par les acides (Tahmassebi et al. 2006). En conditions normales, l’émail baigne dans la salive contenant des ions protecteurs et devient progressivement plus fort, moins pénétrable et plus résistant aux attaques acides. Néanmoins, cette maturation de l’émail prend du temps, augmentant l’exposition des jeunes sportifs aux problèmes dentaires.

4. Alimentation et santé bucco-dentaire

11La bouche est considérée comme le « miroir » du corps, dans le sens où de nombreuses pathologies liées à une alimentation déséquilibrée peuvent être détectées au niveau de la bouche. Une alimentation majoritairement acide peut avoir des conséquences néfastes pour l’organisme, en provoquant notamment une déminéralisation progressive des tissus. L’organisme tire les substances minérales dont il a besoin de la peau, des cheveux, des ongles, des os, des articulations, mais aussi des dents qui ont alors tendance à devenir moins résistantes aux caries. Dès que le pH sanguin baisse, le phosphate de calcium du tissu se solubilise pour neutraliser les acides. Lors de l’acidose chronique, il y a pillage des réserves alcalines, ce qui entraîne une déminéralisation à l’origine d’un grand nombre de pathologies : caries, fractures spontanées, douleurs osseuses et articulaires, atteinte des cheveux et des ongles. L’acidification de l’organisme s’accompagne également au niveau buccal d’une baisse du pH salivaire. La salive devient alors acide, favorisant l’érosion dentaire et la formation de caries (Lussi et al. 2004).

12La mesure du pH est considérée comme une méthode valide pour évaluer le potentiel érosif d’un aliment ou d’une boisson (Al-Khatib et al. 2001). La digestion des aliments est à l’origine d’une production d’acides et de bases en proportions variables selon l’aliment. Les aliments dits acidifiants – qui abaissent le pH – sont ceux qui génèrent le plus d’acides organiques (comme les acides aminés soufrés : méthionine et cystéine). Les aliments acidifiants sont les protéines animales, les fromages, les céréales (Fig. 2). Les aliments dits alcalinisants sont ceux qui génèrent le plus de bases (comme le potassium, le calcium, le magnésium). Ce sont les fruits et la plupart des légumes (Fig. 2). D’autres aliments sont neutres, comme les huiles et les sucres raffinés.

13L’indice PRAL (de l’anglais « Potential Renal Acid Load ») est également utilisé pour classifier les différents types d’aliments. Cet indice permet d’étudier, pour chaque aliment, la quantité de charge acide, soustraite à la charge basique, et tient compte de l’absorption intestinale de chaque élément. Au-dessus de zéro, l’aliment est acidifiant ; en dessous, il est alcalinisant, le zéro correspondant à la neutralité (Fig. 2). Le pH renseigne sur le potentiel hydrogène d’un aliment (id est son acidité) directement au contact des dents, alors que l’indice PRAL indique le pouvoir acidifiant d’un aliment une fois celui-ci digéré et métabolisé.

Figure 2 – Représentation schématique des aliments pouvant avoir une incidence sur l’acidité de l’organisme (source : INSEP).

Figure 2 – Représentation schématique des aliments pouvant avoir une incidence sur l’acidité de l’organisme (source : INSEP).

14De manière générale, que l’on prenne en compte la valeur de pH d’un aliment ou son indice PRAL, les aliments acidifiants néfastes à la santé dentaire sont les produits sucrés – contenant des sucres simples, tels que les gâteaux, les glaces ou autres desserts sucrés, les produits d’origine animale (viande rouge), les boissons alcoolisées, les boissons très sucrées (sirop, jus de fruits, boissons énergétiques pour sportifs, boissons énergisantes...), ainsi que les sodas (contenant du sucre et des composés acides). Les aliments glucidiques, sucrés et acides, sont certainement les plus dangereux pour la santé bucco-dentaire puisqu’ils favorisent fortement le développement des caries. Parmi les aliments glucidiques, les aliments à base d’amidon, tels que le riz, le pain, les pommes de terre, les pâtes, constituent également une menace, mais moins que les sucres simples (i.e. aliments au goût sucré).

15À l’inverse, certains aliments peu acides, voire alcalinisants, tels que le lait de vache (il contient environ 5 % de sucre, mais est très peu cariogène) et les produits laitiers en général (fromage, yaourt, fromage blanc), permettent de protéger les dents contre les caries et l’érosion dentaires. Les effets protecteurs des produits laitiers sont principalement dus à la présence de lactose (beaucoup moins cariogène que les autres formes de sucre) et d’éléments protecteurs tels que le calcium, le phosphore et la caséine (Nunn 2001). Les protéines laitières contiennent tous les acides aminés indispensables à la santé et à l’efficacité de la contraction musculaire. Il est scientifiquement reconnu que boire du lait protège des caries en neutralisant les attaques acides de la plaque dentaire (Nunn 2001). Son apport en calcium, en potassium, en magnésium et en oligo-éléments (phosphore, zinc, sélénium, fluor, cuivre et iode) contribue à améliorer la santé du sportif, y compris en le protégeant contre les radicaux libres oxygénés, délétères pour la cellule musculaire. À titre d’exemple, le fromage protège des caries dentaires : il contient peu de glucides, mais beaucoup de calcium et de phosphore. De plus, son goût prononcé entraîne systématiquement une sécrétion salivaire importante, permettant de neutraliser les attaques acides et d’éliminer rapidement les aliments de la bouche.

16Enfin, pour tenter de limiter les effets néfastes du sucre sur les dents, certains édulcorants sans sucre sont utilisés. Également appelés « sucres de substitution » ou « faux sucres », ces additifs alimentaires ayant un goût sucré sont de plus en plus employés dans les produits alimentaires pour remplacer le saccharose (sucre couramment utilisé), car ils apportent moins de calories et sont non cariogènes. Il s’agit, par exemple, de l’aspartame (artificiel), du xylitol (extrait d’écorce de bouleau) ou du rébaudioside A, plus connu sous le nom de Stévia (plante de laquelle il est extrait), ou encore du maltitol, récemment utilisé dans la fabrication de chocolat. L’intérêt des édulcorants est qu’ils ne sont pas (ou peu) utilisés par les bactéries buccales, ce qui évite ainsi la formation d’acide et donc de caries. Mâcher un chewing-gum sans sucre au xylitol après le repas, lorsque le brossage des dents n’est pas possible, constitue même une stratégie efficace pour protéger ses dents (Ribelles et al. 2010 ; Hanson et Campbell 2011 ; Mickenautsch et Yengopal 2012). Par ailleurs, il est fortement déconseillé de prendre des boissons énergétiques à base d’édulcorant, car elles n’apportent que peu ou pas d’énergie, et elles peuvent induire des phénomènes neurotoxiques, particulièrement chez le jeune (Kinghorn et Compadre 2001).

4.1 Le point sur les sodas et les autres boissons sucrées

17Environ la moitié des boissons consommées dans les pays occidentaux sont des sodas (Tahmassebi et al. 2006). Une consommation excessive de boissons acides et sucrées augmente le risque de déminéralisation acide avec, au final, une érosion dentaire et le développement de caries. Ce risque est accentué chez les enfants qui n’ont pas terminé leur maturation dentaire, chez les sportifs, et en cas de mauvaise hygiène dentaire. De nombreuses études ont confirmé le caractère acidifiant des sodas et des autres boissons sucrées, aussi bien pour les boissons dites « industrielles » (avec des sucres ajoutés) que pour les boissons dites « naturelles » (sans sucres ajoutés) [Milosevic 1997 ; Marshall et al. 2003 ; Cairns et al. 2002 ; Hooper et al. 2005 ; Wongkantee et al. 2006], Seules les maltodextrines (polymères de glucose) seraient un peu moins acidifiantes que les autres formes de sucre (glucose, fructose) [El-Khatib et al. 2001 ; Marshall et al. 2003 ; Al-Dlaigan et al. 2001], En plus de leur teneur élevée en sucres, les sodas contiennent différentes formes d’acides qui contribuent au faible pH de la boisson. Certains acides sont inhérents à la boisson et proviennent d’éléments naturels tels que les fruits (orange, citron, pamplemousse), à l’instar de l’acide citrique (orange), de l’acide tartrique (raisin) ou de l’acide malique (pomme) [Tahmassebi et al. 2006], Même les thés fruités élaborés à partir de fruits déshydratés ont un pouvoir acidifiant (Phelan et Rees 2003). En revanche, d’autres acides sont fabriqués de manière artificielle, lors du conditionnement industriel, afin d’améliorer les caractéristiques organoleptiques (goût, apparence) des boissons. Il s’agit, par exemple, de l’acide carbonique généré en injectant du dioxyde de carbone dans la boisson. À noter que même lorsque la bouteille de soda est ouverte depuis longtemps et ne contient plus de gaz, le pH reste bas. Ceci indique que la boisson contient d’autres acides pour améliorer son goût, tels que l’acide phosphorique présent dans les boissons à base de cola (Tahmassebi et al. 2006). Enfin, les conservateurs ajoutés aux sodas, tels que la vitamine C (acide ascorbique), peuvent aussi contribuer à l’acidité des boissons (Grobler et al. 1985).

18La forme « allégée » ou « light » des sodas a connu un développement exceptionnel au cours des dernières années. Ces boissons contiennent des sucres artificiels afin de réduire leur apport calorique et ainsi éviter la prise de masse grasse. Néanmoins, ces sodas ont un pouvoir érosif important lié à la présence d’éléments acides qui peuvent entraîner une déminéralisation de l’émail. De plus, le fait d’ingérer une boisson light ne permet pas d’activer de réflexe de satiété pouvant entraîner une prise alimentaire tardive ou une surconsommation de sodas.

19Certaines mesures pourraient être prises afin de limiter l’impact négatif des sodas sur la santé bucco-dentaire. Plusieurs études ont montré un effet bénéfique de l’ajout de sels de calcium et de phosphate sur l’acidité des sodas les plus connus (pour revue, lire Tahmassebi et al. 2006). Néanmoins, ces composés modifiaient le goût de la boisson. De la même manière, l’ajout de fluor aux boissons permettrait de réduire de 30 % la prévalence des caries. Enfin, d’autres stratégies peuvent réduire l’effet négatif des sodas ou des boissons sucrées : choisir de petits conditionnements (petites cannettes de 15-25 cl), utiliser une paille pour éviter l’érosion de toutes les dents, sélectionner les sodas les moins sucrés, diluer ses boissons, et ne pas les siroter (Tableau 2).

Tableau 2 – Recommandations pratiques pour réduire les effets néfastes de la consommation de sodas. D’après Tahmassebi et al. (2006).

Recommandations pour limiter l’effet négatif de la consommation de sodas

Diluer la boisson en ajoutant de l’eau

Consommer idéalement lors des repas

Boire sur de courtes périodes

Utiliser une paille autant que possible

Boire des sodas froids : ils sont moins érosifs

Ne pas stocker les sodas dans des bouteilles ou des gourdes (plus pratiques d’emploi), afin de limiter leur consommation

Ne pas siroter les sodas, ni les laisser trop longtemps en contact avec la surface des dents

Éviter le brossage des dents immédiatement après la consommation de boissons acides

Terminer ses repas avec un aliment permettant de neutraliser les attaques acides (par exemple le fromage ou le lait)

Préférer les boissons à faible pouvoir érosif (par exemple les boissons lactées) aux sodas acides

4.2 Le point sur les boissons de l’effort

20Les boissons de l’effort, dites « sportives » ou « énergétiques », sont fréquemment consommées par les sportifs au cours de l’entraînement. Ces boissons fournissent de l’énergie (généralement 6-10 % de glucides sous différentes formes : glucose, polymères de glucose, fructose) et des électrolytes, afin de compenser les pertes sudorales. Au cours d’une étude récente, Bryant et al. (2011) ont étudié la consommation de boissons énergétiques chez 31 triathlètes néo-zélandais (18-36 ans). Les résultats indiquent que 84 % des triathlètes consommaient régulièrement une boisson sportive durant l’entraînement et 16 % en consommaient six fois ou plus par semaine ; 16 % en consommaient même les jours sans entraînement et 48 % ingéraient de grandes quantités contenues dans des bouteilles. La consommation énergétique était la plus importante au cours de l’épreuve de cyclisme (58 %), et était répartie en 5 à 7 prises au cours de la séance.

21La majorité des boissons de l’effort ont un effet cariogène et érosif sur l’émail des dents, à cause de leur acidité (faible pH) et de leur teneur importante en glucides fermentables (Tableau 3). La consommation de boissons sportives au cours de l’entraînement, associée à la diminution de la sécrétion salivaire (liée à la déshydratation) réunissent les conditions favorables au développement de caries et au processus d’érosion dentaire. En effet, la sécheresse de la bouche, au cours de l’exercice, peut accentuer le potentiel érosif des boissons sportives. Dans ce cadre, certains sports (longue durée, respiration prononcée par la bouche) ou certaines situations (climat chaud, sec) favoriseraient la survenue de problèmes bucco-dentaires.

22Des études récentes ont tenté de proposer des contre-mesures ou des solutions pour diminuer l’impact négatif des boissons sportives sur la santé bucco-dentaire. L’ajout de calcium, associé aux maltodextrines (polymères de glucose), en remplacement des sucres simples, permettrait de limiter l’érosion de l’émail dentaire (Hooper et al. 2004). Min et al. (2011) ont aussi pu montrer une réduction significative de l’érosion d’échantillons d’émail bovin en ajoutant 0,25 % de nanoparticules d’hydroxyapatite (composé riche en calcium et phosphate) à une boisson sportive de renom. Enfin, certaines recommandations pratiques peuvent être proposées pour limiter l’effet néfaste des boissons de l’effort sur les dents : bien diluer les boissons, réduire la consommation (uniquement en cas d’efforts intenses), choisir des boissons à base de maltodextrines, se rincer systématiquement la bouche avec de l’eau claire (de préférence riche en calcium et phosphate) après chaque gorgée de boisson sportive. De plus, il est recommandé de consommer des boissons énergétiques de l’effort ne contenant que des colorants non artificiels. Il est également important de privilégier les bouteilles permettant d’éviter que la boisson sucrée ne soit directement en contact avec les dents du sportif. En effet, des travaux dans ce domaine ont été initiés afin de pouvoir réduire ce facteur de production de caries (Tahmassebi et Duggal 1997). Des systèmes de pipettes ou de paille intégrée à la bouteille semblent être à privilégier afin de préserver la santé bucco-dentaire (Shellis et al. 2005).

Tableau 3 – Acidité de quelques boissons sportives présentes sur le marché, comparées à d’autres boissons classiquement consommées. D’après Milosevic (1997).

Boissons énergétiques « sportives »

pH

CarboLode

3,74

Gatorade

3,05

High5

2,52

Isostar

2,38

Lucozade Sport (Lemon, Orange)

3,05

Maxim

4,46

PSP22

2,60

 

Autres boissons

pH

Café

5,00

Thé

5,50

Cola

2,70

Eau plate (Hépar, Volvic)

7,00

Eau gazeuse (Badoit, Quézac)

6,00

Jus d’orange

3,75

Lait de vache

6,50

5. Recommandations pour préserver la santé bucco-dentaire des sportifs

23Dans le cadre d’une activité sportive intense, il est bien sûr impossible de ne pas s’exposer aux facteurs de risque pour la santé bucco-dentaire. En effet, les sportifs ont besoin de quantités importantes et fréquentes de boissons et d’aliments glucidiques pour fournir l’énergie nécessaire à leur activité. Néanmoins, le sportif pourrait garder à l’esprit et appliquer au quotidien certaines recommandations :

  • Consommer régulièrement des aliments alcalins (aliments à forte teneur en fibres alimentaires, produits laitiers, œufs, noix et graines, eau...).

  • Prendre le temps de mastiquer ses aliments pour augmenter le flux salivaire.

  • Ne pas siroter ses boissons sucrées ou gazeuses (sodas, jus de fruits, boissons sportives...) : le contact des dents avec les aliments sucrés et/ou acides doit être le plus court possible (une paille peut être utilisée).

  • Se rincer systématiquement la bouche à l’eau claire immédiatement après l’ingestion d’une boisson ou d’un aliment sucré et/ou acide.

  • Se brosser les dents après chaque repas (2-3 fois par jour).

  • Mâcher un chewing-gum sans sucre (par exemple au xylitol) après le repas, lorsque le brossage des dents n’est pas possible.

  • Consulter régulièrement son dentiste pour contrôler l’état de sa santé bucco-dentaire.

Bibliographie

6. Références bibliographiques

Al-Dlaigan A, Shaw L, Smith A (2001) Dental erosion in a group of British 14 year-old school children. Part II: influence of dietary intake. British Dental Journal 190:258-61.

Al-Khatib TR, Duggal MS, Toumba KJ (2001) An évaluation of the acidogenic potential of maltodextrins in vivo. Journal of Dentistry 29:409-14.

Bryant S, Mc Laughlin K, Morgaine K, Drummond B (2011) Elite Athletes and Oral Health. International Journal of Sports Medicine 32:720-724.

Cairns AM, Watson M, Creanor SL, Foye RH (2002) The pH and titratable acidity of a range of diluting drinks and their potential effect on dental erosion. Journal of Dentistry 30:313-317.

Grobler SR, Jenkins GN, Kotze D (1985) The effects of the composition and method of drinking of soft drinks on plaque pH. British Dental Journal 158:293-7.

Hanson J, Campbell L (2011) Xylitol and caries prevention. Journal of Massachusetts Dental Society 60(2):18-21.

Hooper SM, West NX, Sharifa N, Smith S, North M, De’Ath J, Parker DM, Roedig-Penman A, Addy A (2004) A comparison of enamel erosion by a new sports drink compared to two proprietary products: a controlled, crossover study in situ. Journal of Dentistry 32:541-545.

Hooper SM, Hughes JA, Newcombe RG, Addy M, West NX (2005) A methodology for testing the erosive potential of sports drinks. Journal of Dentistry 33:343-348.

Horswill CA, Stofan JR, Horn MK, Eddy DE, Murray R (2006) Effect of exercise and fluid consumption on salivary flow and pH. International Journal of Sports Medicine 27(6):500-4.

Jarvinen V, Rytomaa I, Heinonen OP (1991) Risk factors in dental erosion. Journal of Dental Research 70:942-7.

Kinghorn AD, Compadre CM (2001) Alternative Sweeteners: Third Edition, Revised and Expanded, New York, Marcel Dekker, part. IV MULTIPLE INGREDIENTAPPROACH, «CH 25-ASPARTAME-ACESULFAME: TWINSWEET»:481-498.498.

Lussi A, Jaeggi T, Zero D (2004) The Role of Diet in the Aetiology of Dental Erosion. Caries Research 38:34-44.

Marshall TA, Levy SM, Broffitt B, Warren J, Eichenberger-Gilmore JM, Burns TL, Stumbo PJ (2003) Dental caries and beverages consumption in young children. Pediatrics 112:184-91.

Mickenautsch S, Yengopal V (2012) Anticariogenic effect of xylitol versus fluoride –a quantitative systematic review of clinical trials. International Dental Journal 62:6-20.

Milosevic A (1997) Sports drinks hazard to teeth. British Journal of Sports Medicine 31:28-30.

Min JH, Kwon HK, Kim BI (2011) The addition of nano-sized hydroxyapatite to a sports drink to inhibit dental erosion—In vitro study using bovine enamel. Journal of Dentistry39:629-635.

Nunn J (2001) Nutrition and Dietary Challenges in Oral Health. Nutrition 17:426-427.

Phelan J, Rees JS (2003) The erosive potential of some herbal teas. Journal of Dentistry 31:241-6.

Piccininni PM, Fasel R (2005) Sports dentistry and the Olympic Games. Oral Health 95:52-71.

Ribelles Llop M, Guinot Jimeno F, Mayné Acién R, Bellet Dalmau LJ (2010) Effects of xylitol chewing gum on salivary flow rate, pH, buffering capacity and presence of Streptococcus mutans in saliva. European Journal of Paediatric Dentistry 11(1):9-14.

Shellis RP, Finke M, Eisenburger M, Parker DM, Addy M (2005) Relationship between enamel erosion and liquid flow rate. Eur J Oral Sci 113(3):232-8.

Sirimaharaj V, Brearley Messer L, Morgan MV (2002) Acidic diet and dental erosion among athletes. Australian Dental Journal 4:228-236.

Slater G, Broad EM, Haukka J, Modulon S, Hopkins WG (2003) Eating patterns and meal frequency of elite Australian athletes. International Journal of Sports Nutrition 13:521-538.

Tahmassebi JF, Duggal MS (1997) The effect of different methods of drinking on the pH of dental plaque in vivo. Int J Paediatr Dent 7(4):249-54.

Tahmassebi JF, Duggal MS, Malik-Kotru G, Curzon ME (2006) Soft drinks and dental health: a review of the current literature. J Dent 34 (1): 2-11.

Wongkhantee S, Patanapiradej V, Maneenut C, Tantbirojnb D (2006) Effect of acidic food and drinks on surface hardness of enamel, dentine, and tooth-coloured filling materials. Journal of Dentistry 34:214-220.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Habitudes alimentaires de 265 sportifs de haut niveau appartenant à vingt disciplines olympiques différentes (source : INSEP).
Légende * : en portions** : en nombre de fois
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1196/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2 – Représentation schématique des aliments pouvant avoir une incidence sur l’acidité de l’organisme (source : INSEP).
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1196/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© INSEP-Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search