Version classiqueVersion mobile

Nutrition et performance en sport : la science au bout de la fourchette

 | 
Christophe Hausswirth

Chapitre 2. Nutrition, sport et santé

Thème 2. Mettre à la disposition des athlètes de haut niveau des systèmes d’éducation nutritionnelle. Le programme de complémentation alimentaire de l’Institut australien du sport

Louise Burke

Résumé

Le programme de complémentation alimentaire de l’Institut australien du sport (AIS) présente les caractéristiques suivantes :
▪ il a été lancé en 2000 à la suite d’une vaste étude sur la complémentation alimentaire pratiquée sur les athlètes de l’AIS ;
▪ il a pour but de fournir aux athlètes de l’AIS et à leurs entraîneurs des données sur les meilleures pratiques dans le domaine de la complémentation alimentaire, pour ce qui touche à la fois la recherche, la formation et la consommation ;
▪ il est encadré par le Comité de complémentation alimentaire de l’AIS, dont les membres jouent un rôle important au sein de cette institution et dans des domaines recoupant celui de la consommation de compléments alimentaires par les athlètes de l’AIS. Ce comité se réunit régulièrement pour ajuster les principes et les pratiques du programme ;
▪ il est piloté par l’équipe Nutrition du sport de l’AIS, dont l’activité quotidienne inclut le maintien d’un haut niveau de formation dans le domaine de la complémentation alimentaire, un programme de recherche proactive ainsi qu’une base de données permettant de dépister la prise de compléments alimentaires par les athlètes de l’AIS ;
▪ ce programme constitue une activité leader que l’AIS offre aux organisations sportives nationales et au réseau australien d’instituts nationaux, par l’intermédiaire d’une licence non exclusive et gratuite ;
▪ ses activités et ressources sont publiées sur le site de l’AIS (www.ausport.gov.au/nutrition/supplements) qui donne des informations transparentes et gratuites aux internautes.

Texte intégral

1. Introduction

1Le Programme de complémentation alimentaire présenté ici a deux rôles essentiels :

  1. fournir des services nutritionnels avérés aux athlètes de haut niveau en formation à l’AIS ;

  2. conférer à l’AIS un rôle de leader au niveau national et international en matière de nutrition du sport.

2Alors que la préparation des athlètes de haut niveau est le cœur de métier de l’AIS et de ses équipes de médecine et de recherche, on peut observer un recoupement entre les deux rôles qui lui sont impartis : d’une part, celui d’entraîner quotidiennement les athlètes ; d’autre part, celui de prendre le leadership en matière de formation à la nutrition du sport. Acquérir une expertise en nutrition du sport au moyen d’activités leader dans ce domaine nous aide à construire, avec nos athlètes, un rapport spécifique basé sur la confiance. Mettre au point des systèmes qui permettent de fournir des programmes de nutrition du sport aux athlètes de haut niveau nous aide à accroître notre expertise et à développer notre réputation.

3L’activité de Nutrition du sport à l’AIS, confiée à un diététicien à plein-temps en 1990, est aujourd’hui assumée par une équipe de dix diététiciens et quatre consultants. Notre capacité à adopter une approche systématique et proactive de la nutrition du sport s’est également développée. Au début, le programme de complémentation alimentaire fournissait des données individuelles ou collectives permettant aux athlètes d’optimiser leur nutrition. Ce programme était :

  • fondé sur des preuves scientifiques,

  • personnalisé pour un athlète donné et son sport,

  • proactif pour évaluer et traiter les problèmes nutritionnels dès leur début,

  • favorable à une approche interdisciplinaire et holistique,

  • innovant et créatif dans son style d’éducation.

4Une fois que les premiers objectifs du programme ont été atteints, nous avons constaté que nous passions beaucoup de temps à traiter des questions similaires sans résoudre complètement les questions sous-jacentes. Nous avons donc décidé d’en envisager certaines selon une approche systématique dans laquelle une série de protocoles favorisait la mise en place de pratiques standard propres à l’AIS, et ce, grâce à une bonne formation. Dans ce contexte, les compléments alimentaires et les produits énergétiques constituaient un thème idéal.

2. Historique des compléments alimentaires et des produits énergétiques

5Selon ce que rapportent les études sur le sujet, les athlètes apparaissent comme de grands consommateurs de compléments ; ils représentent donc une cible importante pour l’industrie multimilliardaire qui commercialise ces produits (Burke et al. 2010). Il existe de plus en plus de substances qui prétendent prolonger l’endurance, développer la récupération, réduire le pourcentage de masse grasse corporelle, augmenter la masse musculaire, diminuer le risque de maladie ou atteindre d’autres buts censés optimiser la performance. En plus d’un marketing persuasif, ces produits bénéficient de témoignages d’athlètes ou de rumeurs vantant leurs avantages. Beaucoup de sportifs, en effet, craignent que leurs adversaires ne disposent d’une « arme secrète », et même s’ils n’ont aucune preuve scientifique sur ces produits, ils se sentent obligés d’en consommer un pour maintenir leur niveau.

6Les athlètes et leurs entraîneurs sont persuadés que les chercheurs sont négatifs vis-à-vis des compléments alimentaires et qu’ils les considèrent comme inutiles. Pourtant, la plupart d’entre eux s’intéressent à ces substances qui font partie intégrante de leurs travaux visant à améliorer l’entraînement, la récupération et la performance. Beaucoup conduisent les recherches appliquées qui ont contribué à la fabrication de nouveaux produits et étudient la façon dont ceux-ci peuvent optimiser les résultats. Malheureusement, la recherche ne peut pas toujours suivre le rythme auquel ces produits apparaissent sur le marché. Si bien que la majorité de ceux utilisés par les athlètes soit n’ont pas été testés, soit n’ont pas franchi la barre des tests préliminaires. Les scientifiques pensent que des travaux doivent étayer la promotion de toute pratique de nutrition du sport, et ils se sentent spoliés quand un fabricant de produits fait des déclarations retentissantes sans preuves adéquates, voire sans preuve du tout. Dans la plupart des pays, la législation concernant les compléments alimentaires n’existe pas ou n’est pas appliquée, ce qui ouvre la porte à la publicité abusive et à la fabrication de produits sans respect de l’étiquetage ou des règles de composition. Et bien souvent, les athlètes et leurs entraîneurs ne sont pas conscients des problèmes que cela implique.

7En 2000, l’équipe Nutrition du sport de l’AIS a lancé une vaste étude sur les pratiques et les problèmes liés à la consommation de compléments par les athlètes de l’institution. À cette époque, le protocole stipulait qu’un complément alimentaire ne pouvait être acheté qu’avec l’accord écrit d’un médecin du sport de l’AIS. Cependant, cette politique n’a pas été appliquée de façon uniforme, ni respectée par tous. Par la suite, des organismes comme le CIO ont déclaré que les athlètes n’avaient pas besoin de recourir aux compléments alimentaires pour optimiser leur performance, et qu’ils devaient plutôt compter sur un régime équilibré. Dans ce contexte, nous avons identifié un certain nombre de problèmes liés à l’utilisation des compléments alimentaires par les athlètes en général, et par ceux de l’AIS en particulier (Tableau 1).

Tableau 1 – Constatations faites à l’issue d’une étude sur les compléments alimentaires réalisée en 2000 par le département Nutrition du sport de l’AIS.

Nouvelles questions relatives aux compléments alimentaires et aux produits énergétiques qui ont modifié les contextes d’utilisation

▪ La position de la plupart des organisations sportives, qui consiste à dire que les athlètes n’ont pas besoin de complémentation alimentaire, n’est pas en phase avec leurs pratiques et ne tient pas compte du fait que certains produits sont sûrs, légaux et peuvent améliorer la performance. Ces messages ne trouvent pas d’écho auprès des athlètes.

▪ La différence entre compléments alimentaires et produits énergétiques s’estompe. Traditionnellement, on considérait les produits énergétiques (boissons, barres et gels) comme des sources nutritionnelles pour les athlètes. Actuellement, nombreux sont ceux qui contiennent des ingrédients considérés comme des compléments (aides ergogéniques nutritionnelles). Dans la pratique, si l’on veut travailler sur la complémentation alimentaire, il faut inclure tous ces produits.

▪ Des changements majeurs de la réglementation sur la complémentation alimentaire, opérés dans de nombreux pays, ont favorisé l’apparition de nouvelles substances et ont déplacé la responsabilité de la sécurité et de l’efficacité des produits ailleurs que sur les fabricants (voir, aux États-Unis, le DSHEA Act de 1994 qui a modifié la loi et stipule qu’il revient maintenant aux pouvoirs publics, et notamment à la Food and Drug Administration, de prouver qu’un complément est dangereux et que les allégations concernant son efficacité sont fausses).

▪ Le nombre total de substances proposées aux athlètes a explosé, mettant les chercheurs dans l’impossibilité de suivre les nouveaux produits et les nouvelles idées.

▪ Les athlètes et les entraîneurs savent que les marges de succès sont souvent de l’ordre de centièmes de secondes ou de millimètres, ce qui incite les sportifs à envisager le recours à toute stratégie ou à tout produit susceptible d’améliorer leur performance, même de manière infime.

▪ Internet a considérablement augmenté l’accès à l’information sur les compléments alimentaires (sur Google, la requête « compléments alimentaires » donne 35,8 millions de réponses) ; ces sources sont disponibles en permanence, notamment sur les réseaux sociaux (Facebook, Youtube, Twitter).

▪ Les compléments sont généralement vendus par les techniques du marketing sur Internet (ventes en pyramide nécessitant le recrutement de distributeurs indépendants pour écouler les produits à leurs propres clients par l’intermédiaire de témoignages personnels).

▪ Les athlètes trouvent des compléments à l’extérieur de leur pays, soit par l’intermédiaire d’Internet, soit au cours de leurs voyages à l’étranger.

▪ Il existe un problème au niveau du contrôle antidopage chez les athlètes qui ont consommé des substances interdites (prohormones et stimulants) présentes dans les compléments alimentaires.

Questions particulières à propos de la complémentation alimentaire chez les athlètes de l’AIS

▪ Les athlètes et les entraîneurs de l’AIS considèrent que les diététiciens/chercheurs/médecins du sport de l’institution n’ont pas d’expertise en matière de complémentation alimentaire.

▪ Des stratégies qui ont prouvé leur efficacité sur la performance (régime alimentaire quotidien, entraînement, équipement, récupération) sont abandonnées au profit de la complémentation alimentaire.

▪ Les athlètes sont particulièrement intéressés par les compléments et les produits dont l’efficacité est peu ou pas prouvée.

▪ Des compléments ou aliments susceptibles d’améliorer la performance sont peu ou pas utilisés (protocoles, situations ou athlètes inadéquats).

▪ L’approche des athlètes – ils utilisent les produits de façon intermittente ou en concurrence les uns avec les autres – ne permet pas de formaliser les éventuels avantages des produits/ingrédients.

▪ De nombreuses ressources, en termes de temps, d’argent ou d’intérêt, sont gâchées.

▪ L’utilisation des compléments alimentaires repose sur l’effet placebo (ajout de l’effet de la croyance à l’effet purement physiologique).

▪ Les produits utilisés par les athlètes de l’AIS obtiennent ainsi une sorte de blanc-seing qui leur permet de se développer sans étude scientifique.

▪ Les compléments peuvent avoir des effets secondaires.

▪ Les effets secondaires peuvent conduire à un contrôle antidopage positif.

▪ Traiter les problèmes rencontrés par les distributeurs indépendants des produits vendus sur le réseau prend du temps.

8Sur la base des résultats obtenus, l’AIS a lancé en 2000 le Programme de complémentation alimentaire. Celui-ci est géré par les nutritionnistes de l’institution et par d’autres spécialistes intéressés par le sujet : médecins et chercheurs (membres des programmes AIS de physiologie, de médecine du sport, de préparation physique...), agents administratifs (contrôle des budgets et des politiques) et coordonnateurs de réseaux (impliquant AIS Sports ou des agences comme l’Agence australienne contre le dopage). Un comité, créé en 2000, a lancé le programme qui comprend les objectifs suivants :

  • donner aux athlètes de l’AIS les informations nécessaires pour prendre les bonnes décisions concernant l’utilisation de compléments alimentaires et de produits énergétiques ;

  • permettre l’évolution du programme pour correspondre au développement de la recherche et à la mise sur le marché de nouveaux produits ;

  • permettre l’approvisionnement en produits sûrs et de qualité dans le cadre de l’AIS ;

  • permettre aux athlètes d’identifier des produits dont l’efficacité est prouvée et de les considérer comme une partie, mineure mais importante, de leur stratégie nutritionnelle ;

  • s’assurer que les compléments alimentaires sont utilisés correctement pour développer la performance et la récupération, et que l’entraînement est effectif et régulier ;

  • veiller à ce que les athlètes de l’AIS reçoivent des conseils avisés et mettent en œuvre de bonnes pratiques nutritionnelles ;

  • promouvoir l’AIS – avec ses spécialistes de la médecine et de la recherche du sport-comme expert international dans le domaine de la complémentation alimentaire ;

  • soutenir le programme de l’AIS par des ressources éducatives effectives et une recherche appliquée proactive ;

  • permettre à l’AIS, organisation dépendante des fonds publics, d’assurer la transparence dans le domaine de la complémentation alimentaire et partager les informations concernant la bonne utilisation des compléments au sein de la communauté sportive ;

  • réduire les risques pris par les athlètes de l’AIS en cas de contrôle antidopage.

3. Parties clés du programme

3.1 Le classement AIS

9Il s’agit d’un système de classement établi par le Comité des experts en nutrition du sport, médecine et recherche, en fonction d’une analyse, pour chaque produit, du rapport entre les risques et les bénéfices. Ceux-ci sont répartis en quatre groupes, selon l’effet qu’ils ont sur la performance. Ce classement est réévalué tous les ans pour s’assurer que les produits figurent bien dans la catégorie qui correspond aux preuves scientifiques disponibles. Cependant, le système peut être modifié rapidement si un nouveau produit est élaboré ou si de nouvelles preuves concernant un produit déjà classé apparaissent. Pour éviter les visions « noir et blanc » selon lesquelles les compléments « marchent ou ne marchent pas », le système classe les produits dans des catégories basées à la fois sur des évaluations scientifiques et sur des raisonnements pragmatiques.

  • Groupe A : à utiliser dans des situations spécifiques ; à utiliser selon des protocoles spécifiques ;

  • Groupe B : la recherche doit être poursuivie pour identifier les situations spécifiques et les protocoles à utiliser ;

  • Groupe C : aucun avantage tangible prouvé ;

  • Groupe D : interdit ou risque élevé de contenir des ingrédients non autorisés.

10Un résumé des classements tels qu’ils se présentaient au moment de la publication figure au tableau 2. Le comité de l’AIS reconnaît les limites qualitatives et quantitatives des connaissances actuelles qui ont conduit au classement des produits. Par exemple, si certaines études mettent en évidence les avantages d’un produit sur la capacité d’exercice de personnes actives et en bonne santé, ceci ne se traduira pas nécessairement sur la performance des athlètes de haut niveau. Et le contraire peut également se produire. Cependant, les décisions sont prises sur la base des informations disponibles et tiennent compte d’autres considérations pragmatiques, tels les coûts par exemple.

Tableau 2 – Vue d’ensemble du programme de complémentation alimentaire de l’AIS.

Tableau 2 – Vue d’ensemble du programme de complémentation alimentaire de l’AIS.

4. Les ressources éducatives

11Il existe, à l’AIS, un système d’information pour décrire les avantages et les inconvénients des compléments alimentaires et expliquer la classification des produits. Un thème éducatif général concerne le rôle, faible mais précieux, que les compléments peuvent jouer dans la stratégie nutritionnelle générale de l’athlète (Fig. 1). Les ressources éducatives sur les sujets plus spécifiques comprennent :

  • un relevé global des questions liées à la complémentation alimentaire ;

  • des résumés des recherches sur les effets des aides ergogéniques spécifiques sur la performance, en insistant sur les études concernant des individus entraînés ou des protocoles d’entraînement pour le sport de haut niveau ;

  • des données sur les compléments alimentaires clés (tout le groupe A et le groupe B, certains produits des groupes C et D) selon un schéma spécifique :

  • historique du produit,

  • forme typique et composition,

  • rôle à jouer dans la nutrition du sport,

  • protocoles d’utilisation,

  • questions concernant sa consommation.

Figure 1 – Rôle des compléments alimentaires et des produits énergétiques dans le plan nutritionnel global de l’athlète.

Figure 1 – Rôle des compléments alimentaires et des produits énergétiques dans le plan nutritionnel global de l’athlète.

12L’établissement et la mise à jour de ces données poursuivent un double objectif : permettre aux athlètes de l’AIS, aux entraîneurs et aux chercheurs de disposer de la meilleure information possible sur les produits complémentaires et les produits énergétiques, et conférer à l’AIS une réputation d’ordre international en la matière. La première base de données a été réalisée sur papier et présentée dans des dossiers remplacés tous les ans. Ce travail était complété par la publication d’articles dans des revues à comité de lecture pour le faire connaître en dehors de l’AIS (Burke et al. 2010). Toutefois, depuis 2007, toutes les données sont traitées par informatique et disponibles à l’adresse www.ausport.gov.au/nutrition/supplements.

13Utiliser un site Internet à des fins éducatives donne certains avantages. D’abord, cela permet de disposer d’un outil moderne auquel recourent les fabricants et les distributeurs de compléments alimentaires. Ensuite, on a affaire à un moyen très utilisé par notre cible, les athlètes adolescents et jeunes adultes, même quand ils sont en déplacement à l’étranger. Si la gestion d’un site Internet impose de disposer de certaines ressources, c’est en tout cas un moyen efficace d’obtenir un résultat hautement professionnel. De plus, comme on peut ajouter ou retirer des données très facilement, cela convient particulièrement à la gestion d’informations appelées à évoluer en permanence. Enfin, la portée nationale et internationale d’Internet nous permet d’être transparents et de devenir les leaders sur le sujet. Depuis 2008, nous avons permis aux organisations sportives australiennes et aux différents instituts nationaux d’Australie de s’approprier les ressources et les principes du programme de l’AIS par l’intermédiaire d’une licence non exclusive et gratuite.

14L’inconvénient majeur vient de ce que nos données sont également disponibles pour les autres sportifs de haut niveau et les autres organisations sportives : c’est ce que nous ont fait remarquer certains de nos athlètes qui trouvaient gênant de voir nos informations communiquées à leurs adversaires ! En 2012, nous avons donc décidé de créer deux niveaux différents de ressources éducatives. À côté des données mentionnées ci-dessus, nous avons ajouté une version sur un site sécurisé (la Clearing House, hébergée par l’AIS) accessible seulement au moyen d’un mot de passe approuvé par l’AIS. Au moment où nous écrivons cet article, des autorisations sont données à un groupe composé de chercheurs et de médecins du sport au sein du réseau national australien, y compris l’AIS, et de professionnels issus d’organisations sportives nationales, d’instituts nationaux du sport ainsi que du comité olympique australien. Les données supplémentaires sont les suivantes :

  • informations sur la mise à disposition de compléments et d’aliments énergétiques au sein de l’AIS, incluant des informations spécifiques sur les produits impliqués dans notre programme, leurs critères d’utilisation et les protocoles mis au point pour atteindre les objectifs requis par des épreuves ciblées ;

  • informations sur les recherches nouvelles et non publiées concernant la complémentation alimentaire et que nous souhaitons garder dans notre système jusqu’à la fin d’épreuves majeures (les Jeux olympiques de Londres, par exemple) ;

  • espaces de discussion pour faciliter le dialogue entre les chercheurs australiens sur des sujets importants liés à la complémentation alimentaire.

5. Les protocoles visant à fournir des compléments alimentaires aux athlètes de l’AIS

15Le programme est plus particulièrement centré sur les produits susceptibles de donner les meilleurs résultats. Un budget visant à procurer des compléments alimentaires aux athlètes de l’AIS est maintenant géré par l’équipe Nutrition du sport de l’AIS et comprend les produits fournis dans le cadre de partenariats avec des fabricants. Des considérations générales sont données pour chaque catégorie du programme de l’AIS (Tableau 2) ; dans chacune d’elles, il existe des sous-classifications supplémentaires fondées soit sur la recherche prioritaire (groupe B), soit sur les méthodes d’approvisionnement et de consommation (groupe A).

16En général, la fourniture et le suivi des produits du groupe A sont gérés par l’équipe Nutrition du sport de l’AIS, parfois aussi en collaboration avec d’autres chercheurs (notamment des médecins) ou avec l’autorisation d’un médecin de l’AIS. Les produits du groupe A rentrent dans deux catégories : ceux qui sont utilisés pour leur apport nutritionnel, surtout lors des sessions d’entraînement, et ceux qui ont un effet ergogénique direct sur la performance. Les compléments alimentaires sont en général proposés pour répondre à un besoin nutritionnel lors des entraînements ou des compétitions. Ils sont également donnés aux athlètes lors de consultations avec un diététicien de l’AIS destinées à mettre en œuvre un plan de nutrition spécifique. Les compléments du groupe A relèvent de la nutrition clinique (par exemple, fer, calcium, vitamine D, multivitamines) et sont délivrés aux athlètes sur ordonnance, avec un protocole permettant d’atteindre un objectif nutritionnel ou médical. D’autres produits du groupe A, appelés « ergogéniques », sont également donnés sur ordonnance, avec un protocole d’utilisation personnalisé selon la situation et l’athlète. Dans chaque cas, la distribution de produits peut être retrouvée sur une base de données gérée par l’équipe Nutrition du sport de l’AIS.

17Notre programme tient compte du fait que certains produits peuvent être contaminés et induire un contrôle antidopage positif (Geyer et al. 2008). Les produits commerciaux utilisés à l’AIS viennent de fabricants réputés dont les techniques de fabrication sont sûres ; on les considère donc exempts de toute contamination. Cela étant, les athlètes sont conscients des risques inhérents à l’utilisation des compléments alimentaires et de leur intérêt à respecter les dispositions de l’AMA. On les incite à ne pas acheter leurs propres compléments en dehors du système sans en avoir au préalable parlé avec leur médecin et sans avoir évalué le niveau de risque associé au produit qu’ils comptent utiliser.

5.1 Le programme de recherche proactive

18Le programme de l’AIS est également consacré au développement de la recherche sur la complémentation alimentaire. Ainsi, les produits du groupe B font l’objet de recherches avec des athlètes de l’AIS et des groupes de l’extérieur. En ce qui concerne le groupe A, les travaux de recherche sont parfois inadéquats. Il manque des études sur la spécificité des épreuves sportives avec des athlètes de haut niveau et dans des conditions semblables à la réalité. Ainsi, la complémentation en créatine a fait l’objet d’environ 200 études qui montrent la capacité de cette substance à développer l’aptitude à soutenir des efforts répétés de haute intensité séparés par de courtes périodes de récupération. Or, son effet sur la performance en volley-ball, water-polo ou football australien – sports qui correspondent tout à fait à la description ci-dessus – n’est pas prouvé et n’a été étudié ni chez les sportifs de haut niveau, ni chez les femmes. L’AIS s’efforce donc de travailler sur les utilisations spécifiques des compléments.

19Il y a cependant une limite pratique à cet exercice. Pour développer notre programme de recherche, nous essayons d’inclure les éléments suivants :

  • identification des zones prioritaires et des sujets nécessitant des recherches ;

  • sollicitation de l’approbation éthique pour commencer les recherches au bon moment ;

  • priorisation du financement, et candidature au financement de la part d’autres agences ;

  • collaboration avec des universités et des chercheurs d’instituts nationaux pour procéder à la réalisation d’essais multicentriques avec des échantillons plus larges, ou à la répartition de travaux de recherches en projets plus petits ;

  • communication et collaboration avec les experts mondiaux des compléments alimentaires ;

  • accueil d’étudiants doctorants travaillant sur des thématiques en lien avec la complémentation alimentaire.

6. Conclusion

20La mise en œuvre, depuis 2000, de son programme de complémentation alimentaire a permis à l’AIS de devenir une référence mondiale dans ce domaine. Bien que ce programme exige toujours plus de ressources et d’engagement, notamment de la part de l’équipe Nutrition du sport, il a atteint ses objectifs et a permis de fournir aux athlètes de l’AIS et à leurs entraîneurs les meilleures pratiques en matière de recherche, d’éducation et de consommation de compléments alimentaires.

Bibliographie

7. Références bibliographiques

Burke LM, Broad L, Cox G, Desbrow B, Dziedzik C, Gurr S, Lalor B, Shaw G, Shaw N, Slater G. (2010) Dietary supplements and nutritional ergogenic aids. In Burke LM and Deakin V (eds). Clinical Sports Nutrition 4th edition: 419-500. Sydney: McGraw-Hill.

Geyer H, Parr MK, Koehler K, Mareck U, Schänzer W, Thevis M (2008) Nutritional supplements cross-contaminated and faked with doping substances. J Mass Spectrom 43(7): 892-902.

Auteur

PhD. Department of Sports Nutrition, Australian Institute of Sport (AIS), Belconnen, Australie

© INSEP-Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search