Version classiqueVersion mobile
S
U

Jeux, sports et sociétés

 | 
Pierre Parlebas

Lexique

T

Texte intégral

TÂCHE MOTRICE

1 ■ Ensemble objectivement organisé de conditions matérielles et de contraintes définissant un objectif dont la réalisation nécessite la mise en jeu des conduites motrices* d’un ou de plusieurs participants.

2Les conditions objectives qui président à l’accomplissement de la tâche motrice sont souvent imposées par des consignes ou des règlements. Dans le cas des jeux sportifs*, ce sont effectivement les règles qui la définissent en prescrivant les contraintes auxquelles doivent se soumettre les conduites motrices des pratiquants.

LES TRAITS DE LOGIQUE INTERNE*

3L’accomplissement de la tâche associée à un jeu sportif ou à une situation motrice* quelconque correspond à la mise en jeu de la fonction praxique*. Dans le cas du sport*, qui s’inscrit toujours dans une compétition*, le déploiement de cette fonction est étroitement lié à la recherche du rendement et de l’efficacité ; il est sanctionné par un résultat généralement chiffré : performance, score, classement. Une équipe de sport collectif par exemple constitue un groupe ayant une tâche à accomplir ; l’efficacité avec laquelle celle-ci a été menée est « résumée » en fin de match par les marques* des deux équipes.

4Une bonne représentation de la tâche ludosportive* est fournie par le système de sa logique interne qui organise les traits pertinents de la situation. Ces traits distinctifs se rapportent à l’espace (lieu « sauvage » ou « domestiqué » ; dimensions du terrain, des couloirs, des zones), aux engins (javelot, fleuret, ballon), au temps (durée de la rencontre, « temps morts »), au contact avec autrui (nombre de participants, type de contre-communication*, distance de charge*), au système des scores* et des réussites, au type de locomotricité sollicité (pilotage d’engin...). Ces caractéristiques prennent forme dans les universaux* du jeu considéré. En standardisant avec soin les modalités d’exécution des différentes spécialités, l’institution sportive a accordé une irrécusable identité à chaque tâche : il devient alors légitime de parler « du » football ou « du » saut à la perche.

DEGRÉ D’ORGANISATION DE LA TÂCHE

5Le degré d’organisation de la tâche peut considérablement varier. À l’un des extrêmes, il est très poussé (situations minutieusement codifiées de certains sports) ; à l’autre, il est très faible (activités physiques improvisées). De façon étonnante, le règlement sportif, bien que particulièrement sourcilleux, accorde souvent une assez grande latitude aux comportements moteurs* d’exécution. À l’opposé de certains autres corps d’instructions (tel le règlement militaire ou les consignes ergomotrices du travail posté par exemple), le code des sports laisse souvent une marge de variation importante aux techniques de réalisation. Ainsi, même les impératifs « du » lancer de poids qui sont particulièrement pointilleux sur les conditions de l’épreuve (caractéristiques de l’engin, dimensions et matériel de lancer, tenue du poids...) autorisent des techniques d’accomplissement de la tâche différentes les unes des autres (lancer latéral, dorsal, en rotation, en sursaut glissé, en appuis courus...). Il est clair que le critère de l’efficacité tendra constamment à restreindre cette apparente multiplicité des possibles, sans toujours l’annuler cependant (franchissement ventral ou dorsal en saut en hauteur par exemple).

6Cette marge d’interprétation du non-dit de la tâche motrice favorise les innovations techniques et tactiques, souvent d’ailleurs en liaison avec l’amélioration des matériels (saut à la perche, saut en Fosbury, lancer de poids à la Barychnikov, kayak de descente et plus encore de slalom, service « flottant » et réception « en manchette » au volley, corner « à la rémoise » au football...). Ce constat s’amplifie dans les situations sociomotrices* où les modes de résolution de la tâche deviennent d’une infinie variété.

7Cependant, lorsque l’innovation apportée est jugée irrecevable au regard de l’esprit » de la spécialité considérée, l’institution sportive n’hésite pas à l’annuler en modifiant d’autorité le règlement (interdiction, il y a une vingtaine d’années, du lancer de javelot « à l’espagnole » qui, par une technique de prise d’élan en tournoyant, permettait des performances qui « crevaient les plafonds »... et dépassaient la longueur des stades).

DES FACTEURS SURAJOUTÉS

8Dans les conditions sociales de pratique, des facteurs conjoncturels qui ne font pas partie de la stricte définition de la tâche peuvent se surajouter et jouer parfois un rôle très important dans l’accomplissement de celle-ci. Ces éléments extérieurs sont nombreux et variés ; comportement des spectateurs, enjeu de la rencontre, personnalité de l’entraîneur, nationalité des adversaires, valeur des primes de match, terrain situé à haute altitude, joueur blessé, incidents divers, etc. Quand on souhaite analyser une rencontre précise, il est capital de prendre ces paramètres en compte ; on sait par exemple qu’une équipe accroît considérablement ses chances de gagner quand elle joue sur son terrain. Ces facteurs peuvent exercer une influence notoire, dont le sens n’est d’ailleurs pas toujours prévisible (joueur exalté ou au contraire inhibé). Cependant, si l’on souhaite caractériser chaque type de situation par les traits pertinents et constants de l’action motrice* mise en jeu, on ne retiendra pas ces facteurs contingents dans la définition générale de la tâche motrice.

9 ► Situation motrice, logique interne, conduite motrice, jeu sportif, fonction praxique.

TECHNO-JEU❀

10 ■ Jeu sportif* profondément influencé dans ses conditions et ses modalités de pratique par le développement technologique (espace, accessoires, équipements), au point de s’accomplir dans un environnement et avec des matériels tendant à devenir entièrement artificiels.

11N’est-il pas frappant de constater que les espaces des sports actuels les plus en vue sont tous des espaces de type industriel, des espaces artificiels qui se sont substitués aux espaces naturels ? Stades, gymnases, patinoires, salles de combat, vélodromes sont des lieux spécialisés de techno-jeux, inventés pour la pratique sportive, totalement créés dans la forme et dans le matériau à cette fin. Ils sont conçus pour pouvoir être isolés du monde naturel, à un point tel qu’on prévoit de les couper de l’extérieur et de ses perturbations éventuelles (piscines et stades couverts). Même le gazon des stades est aujourd’hui de plus en plus remplacé par des fibres synthétiques. Dans une perspective voisine, les procédures d’évaluation et de mesure se sont alignées sur des référents abstraits et scientifiques, détachés des anciens repères naturels ; elles ont accédé à un niveau raffiné, d’une étonnante précision, classant par exemple les candidats au millième de seconde.

12Tous les sports sont désormais dépendants des technologies industrielles avancées. Les sports de pleine nature eux-mêmes sont devenus des sports de pleine culture où s’expérimentent des matériaux hautement sophistiqués : fibre de carbone, résine époxy, polyuréthane, nouveaux alliages, matériaux composites. Le sport, c’est-à-dire le techno-jeu, est utilisé comme un véritable banc d’essai des produits de haute technologie. Skis, voiliers, planeurs, kayaks, bicyclettes, rollers, parachutes, ailes delta, cordes et pitons, tous ces engins sportifs doivent leur efficacité aux progrès de la recherche et des laboratoires. Ils sont les témoins de l’ethnomotricité* de notre temps.

13Une activité, tel l’alpinisme, qui revendique de façon passionnelle son contact à vif avec un milieu sauvage et grandiose, est devenue la grimpe sur un mur artificiel, en stade couvert, devant des spectateurs payants, sagement rangés sur des gradins et attentifs aux frémissements du chronomètre de la compétition. Et que dire du bobsleigh sur pistes réfrigérées industriellement, du canoë-kayak en cours d’eau façonnés au béton et réglés par des vannes à la demande, ou de la planche à voile en bassin démontable que sillonne le souffle de ventilateurs géants ?

14Si la forte intrusion technologique ne peut être contestée dans une spécialité telle la Formule 1, elle semble apparemment beaucoup moins présente dans de multiples autres sports. La course à pied, par exemple, est une activité réputée hautement « naturelle » et qui paraît bien éloignée des impératifs industriels. Ce n’est là qu’illusion.

15Initialement éco-jeu*, la course, en se sportifiant, s’est transformée en techno-jeu : la piste possède un revêtement synthétique, les chaussures sont particulièrement sophistiquées, le chronométrage est une merveille électronique, les photos-finish sont le dernier cri des laboratoires, et l’entraînement des athlètes repose sur la recherche avancée. C’est le lot de toutes les spécialités. On est ainsi passé du rustique jeu de quilles au bowling automatique. Il y a loin en effet de l’ancestral jeu de quilles au bâton quelque peu fruste, soigneusement décrit par Hélène Trémaud dans Les Français jouent aux quilles, au bowling actuel avec piste cirée standardisée, relevage automatique des quilles et rampe de retour des boules.

16Tous les sports deviennent des techno-jeux, à plus ou moins longue échéance. Même les sports dits de pleine nature suivent cette pente inéluctable : les matériels et équipements des plongeurs sous-marins, des spéléologues, des vélivoles ou des alpinistes relèvent des perfectionnements technologiques les plus évolués. Et quant aux navigateurs de haute mer, leur lyrisme de la pure nature s’accommode volontiers des étonnantes machines à naviguer actuelles conçues sur ordinateur, d’un matériel électronique embarqué surabondant et de liaisons-radio avec leur routeur de la terre ferme relayées par la balise Argos.

17On sait que pour remédier aux méfaits de la vie urbaine, un humoriste avait proposé de transporter la ville à la campagne. Récemment, certains auteurs ont suggéré la création en pleine ville de complexes multi-sports munis d’équipements simulant la pleine nature pour favoriser la pratique d’activités sportives d’extérieur : vol libre, planche à voile, roller, grimpe, canoë-kayak... C’est en quelque sorte proposer de transporter la campagne à la ville (mais cette fois-ci en oubliant l’humour) !

18On recréerait de toutes pièces un univers artificiel, truffé d’électronique, qui imiterait le monde naturel : vagues dans une piscine, butte d’envol, pente de prise d’élan et de descente, parois, grottes, cheminées et cavernes, « vent », neige et glace. C’est l’apothéose du techno-jeu. Ce n’est pas pure utopie : les patinoires, les piscines, le palais de Bercy en sont déjà une timide préfiguration. Les aqua-boulevards, établissements qui reconstituent par simulation un univers de loisirs sous cloche, en sont une frappante illustration non dénuée de succès. Dans l’optique de ces cas-limites, le techno-jeu va simuler pour mieux se dissimuler. Il feint l’environnement originel pour apparaître spontané et naturel ; et son succès reposera sur l’apparente authenticité du milieu reconstruit.

19Cette tendance des techno-jeux n’est pas un simple accident de parcours anecdotique. Elle semble parfaitement inscrite dans le destin hypertechnologisé de notre société actuelle. Les maisons sous la mer et les stations de l’espace – elles aussi sous cloche – en sont d’autres manifestations plus abouties et encore plus spectaculaires. Dans le domaine du corps et des activités ludomotrices, un tel mimétisme peut être remis en cause. Un débat est à mener entre la poussée technologique et la sensibilité écologique. Sans doute faudra-t-il choisir.

20 ► Éco-jeu, sportification, ludomotricité, sport, ethnomotricité.

BIBLIOGRAPHIE

21(1) Tremaud (H.).- Les Français jouent aux quilles. Paris : G.P. Maisonneuve et Larose, 1964.

TEMPORALITÉ LUDOSPORTIVE❀

22 ■ Caractéristiques des différentes durées liées à la pratique des jeux et des sports*. On reconnaîtra trois grands types de temporalité ludosportive, correspondant à trois niveaux de prise en compte de l’action : le temps de l’action motrice* en train de s’accomplir à l’échelle du match, le temps du calendrier et de la succession des rencontres à l’échelle des « saisons », et le temps de l’insertion culturelle des activités ludocorporelles à l’échelle des siècles et des civilisations.

23Il peut sembler paradoxal de traiter des rapports entre le jeu et le temps alors que de nombreux auteurs affirment que la nature même du jeu est de se situer hors du temps. Le jeu, écrit par exemple Johan Huizinga dans son célèbre « Homo ludens », peut être défini comme « une action libre, sentie comme « fictive » et située en dehors de la vie courante. » ((4), p. 35). Déjà Alice, qui virevoltait dans le Pays des Merveilles par la grâce de la plume de Lewis Carroll, avait suggéré que le jeu correspondait à la traversée du miroir qui permettait de pénétrer dans un monde enchanté et enchanteur où le temps était aboli. Le temps du monde devenait le temps évanescent du rêve et de la fantaisie.

24Mais tout sensible qu’il soit au charme de l’escapade onirique, le praxéologue ne pourra se satisfaire de cette conception fuyante du temps, et va se tourner vers les impératifs rugueux de la temporalité des institutions. Pourra-t-il cependant se contenter du temps du chronomètre, du temps du physicien ?

25Le jeu sportif*, comme toute création sociale, s’inscrit dans une durée, dans une temporalité construite par les joueurs et par les institutions. Cependant, le même terme temps recouvre des réalités bien dissemblables : le temps nécessaire pour reprendre une balle de volée au tennis est très différent du temps qui définit une saison de tennis avec ses différents tournois et encore très dissemblable du temps qui a permis le passage du jeu de paume de la cour d’Henri IV à la Sphairistike du major Wingfield, devenu le tennis de tournoi de Roland Garros et de la Fédération Internationale. Bien qu’elles s’interpénètrent, ces temporalités demandent à être soigneusement distinguées.

26On ne parlera pas du temps mais des temps du jeu, à la profondeur et à la densité variables. Ces temporalités renvoient à des phénomènes comportementaux et sociaux aux significations très différentes que nous allons nous efforcer de distinguer.

27L’auteur qui s’est penché avec le plus de continuité et de réussite sur les avatars de la temporalité est sans aucun doute l’historien Fernand Braudel (2). Dans de nombreux livres et articles, notamment dans son étude du monde méditerranéen, il a proposé de distinguer différents types de durée qui offrent des cadres particulièrement intéressants pour l’étude des phénomènes sociaux. Tout en reconnaissant l’intervention de dizaines de durées diverses, F. Braudel identifie fondamentalement deux grandes catégories extrêmes : la durée courte du chroniqueur et de l’histoire événementielle et la durée longue de l’histoire lente des permanences et des ruptures. Il y ajoute, en position intermédiaire, la durée moyenne de l’histoire conjoncturelle, de ses flux et ses reflux. Nous retiendrons ces trois grands types de durée en les adaptant aux particularités des jeux et des sports. Il y faudra parfois un véritable renversement de perspective. Si F. Braudel insiste beaucoup sur l’importance majeure de la durée longue sur le plan de l’histoire, en revanche, sur le plan de l’analyse ludosportive, c’est la durée courte de l’action motrice au moment de son déroulement qui s’arrogera la part du lion. Toujours est-il que nous retiendrons trois grands types de durée :

  • une durée brève, immédiate de l’action motrice en train de s’accomplir, qui court de quelques secondes à quelques heures ;
  • une durée moyenne du déploiement social et institutionnel qui se déroule sur une ou sur de nombreuses années ;
  • une durée longue, qui peut s’étaler sur plusieurs siècles.

28Examinons rapidement ces trois grandes orientations temporelles.

UNE DURÉE COURTE : L’ACTION EN TRAIN DE S’ACCOMPLIR

29C’est la durée immédiate des actions motrices en cours. L’échelle du temps se réfère en ce cas à l’instantanéité d’un démarquage, à la durée d’une course de demi-fond, au déroulement temporel d’un match de football ou d’une partie de Balle au prisonnier ou à l’étalement sur plusieurs heures d’une épreuve de triathlon. Nous sommes ici à fleur d’événement, en prise sur des actions à l’instant de leur accomplissement : le démarrage d’un trois-quarts de rugby dans une tactique de débordement, la sortie anticipée d’un gardien de but sur une balle haute, la course d’un sprinteur ou d’un marathonien, le déroulement d’un match de basket-ball dont l’achèvement sera sanctionné par un score.

30Cette temporalité de l’immédiat recèle des processus praxiques très différenciés et parfois fort complexes, dont nous allons présenter succinctement quelques traits caractéristiques, souvent entremêlés.

Le temps, fondement de la mesure

31Il s’agit évidemment du verdict du chronomètre qui, conjugué au décamètre, va fonder le statut des performances et des records. La performance sportive est fréquemment identifiée par ce qu’on appelle un temps, apprécié en unités de plus en plus fines en fonction des progrès de la technologie chronométrique (le millième de seconde est apparu dans les courses automobiles mais aussi dans les courses cyclistes). « Quel temps as-tu fait ? » demande-t-on régulièrement à un nageur ou à un coureur. Et c’est la diminution de cette durée mise pour accomplir l’épreuve qui deviendra le révélateur des progrès de l’athlète. De façon implacable, le temps du sport est le règne de la mesure.

32L’échelle des temps qui arbitre les performances est bien entendu unidimensionnelle. Mais sa brutale simplicité linéaire masque des phénomènes plus complexes que nous allons rapidement évoquer.

Le temps, clef de la coordination

33Le déroulement d’un geste ou d’une action de grande ampleur demande une organisation temporelle, une coordination rigoureuse. La co-ordination, précisément, c’est la mise en ordre de l’ensemble des séquences corporelles, le respect d’une syntaxe motrice, l’organisation dans le temps.

34Cette durée brève intervient de façon exquise dans la synchronisation des actes moteurs : un enchaînement à la barre fixe, un saut à la perche ou un slalom spécial requièrent une coordination méticuleuse au dixième voire au centième de seconde. L’harmonie gestuelle et l’efficacité des conduites motrices* sont étroitement dépendantes de la coordination des actions en cours. En gymnastique aux agrès, on emploie couramment des expressions telles que « temps » de ventre, « temps » de bascule tellement on assimile les figures gymniques à leur organisation temporelle. Les motriciens se sont rendu compte depuis fort longtemps de l’importance de ce facteur : c’est là l’origine des très nombreux et riches travaux qui ont porté sur le rythme.

Le temps, source de la préaction*

35Agir, ce n’est pas seulement réagir, c’est surtout préagir, c’est-à-dire devancer l’événement en anticipant ses conséquences. Prendre de l’avance sur le temps d’autrui. Dans les jeux sociomoteurs*, il est alors capital de décoder le comportement de l’adversaire alors qu’il n’est qu’à l’état naissant. Décoder les comportements des autres joueurs, c’est essayer de lire l’avenir. Le volleyeur qui va smasher saute avant le départ de la passe courte et le contreur monte au filet bien avant la frappe ; la parade d’esquive demande à l’escrimeur de « sentir » le fer adverse afin d’essayer de deviner le déclenchement prochain ; le surfeur va au devant des déferlantes pour en faire ses complices et le coureur de 110 mètres haies anticipe l’avalement des obstacles par une programmation motrice soigneusement mise au point lors des entraînements.

36Agir demande de prédire : on prédit avec certitude quand l’activité psychomotrice se déroule en milieu standardisé (c’est le temps programmé de l’athlétisme, de la gymnastique ou de la natation), avec incertitude* quand l’activité s’accomplit face à des adversaires ou dans un milieu chargé d’imprévu (pratiques sociomotrices, activités de pleine nature). Le joueur essaie de prévoir les conséquences de l’action en cours et va au devant de l’événement en préagissant. Mais comme il sait que les autres joueurs tentent eux aussi d’anticiper les effets sociomoteurs, il doit prendre en compte, dans son anticipation, les anticipations d’autrui. Le joueur sécrète donc des anticipations d’anticipations, et même à un niveau fréquemment maîtrisable sur le terrain, des anticipations d’anticipations d’anticipations.

37Ces anticipations cognitives, qui mobilisent des images mentales dynamiques semblables à des scénarios simulés, peuvent prendre corps dans des conduites motrices de préaction visant à influencer de façon décisive le cours de l’événement ultérieur. L’individu agissant doit toujours avoir un temps d’avance ; il doit précéder l’adversaire, aller au-devant de la vague, de la « veine » ou du piquet de slalom. Il ne faut pas laisser du temps au temps, mais le bousculer et le précéder. Cette capacité de préagir par une action préparatoire qui prend de l’avance sur le temps est un facteur décisif de la réussite motrice.

Le temps décomposable en cycles répétitifs

38Certaines activités sportives s’accomplissent de façon étonnante : elles consistent à répéter la même micro-séquence motrice pendant de nombreuses minutes sinon durant des heures. Le temps de l’épreuve s’écoule par la succession de la même unité gestuelle qui se reproduit de façon cyclique. Ainsi, en aviron, en natation, en cyclisme est-ce le même modèle, la même unité bio-mécanique qui se répète inlassablement, aux nuances près d’exécution et de rapidité.

39Ces cycles, qui confèrent une forte stéréotypie à l’activité, s’appuient sur des configurations gestuelles symétriques (aviron en couple, brasse, papillon...) ou dissymétriques avec alternance bilatérale (crawl, cyclisme, kayak...) ou sans alternance (aviron en pointe, canoë en ligne...).

40C’est le temps de la répétition du même, le temps du clone gestuel. Ces activités cycliques, qui aboutissent à la maîtrise affinée de leur technique close, sollicitent habituellement une dépense énergétique considérable.

Le temps qui confère un pouvoir

41Il s’agit d’une particularité originale à l’égard du temps que nous allons observer en commentant le fonctionnement du jeu de Barres. Dans ce jeu, deux équipes symétriques disposant chacune d’un camp inviolable aux deux extrémités d’un terrain rectangulaire, s’affrontent par simple frappe, sur le terrain qui les sépare. Le pouvoir d’un joueur, son pouvoir de prise (et son risque d’être capturé) est directement lié au temps, en l’occurrence à son moment d’entrée sur le territoire d’affrontement. Un participant a barre sur tout adversaire sorti de son propre camp avant lui (c’est-à-dire qu’il peut le faire prisonnier par simple touche), et il est barré par tout adversaire sorti après lui. La règle est simple à énoncer mais requiert une remarquable capacité cognitive dans sa mise en action car le joueur doit, à l’intérieur de l’espace d’affrontement, tenir compte de ses adversaires (qu’il peut capturer ou qui peuvent le prendre), de ses partenaires (qu’il peut protéger ou qui peuvent s’interposer à son profit) en fonction des distances qui les séparent et surtout en fonction de leurs temps respectifs de sortie !

42Quand un joueur revient dans son camp et s’apprête à repartir, on dit qu’il est revenu « chercher un pouvoir ». L’instant d’entrée dans l’arène est le talisman miraculeux qui dote le joueur d’un statut dominant mais ce pouvoir magique peut s’évanouir en quelques secondes. L’expérience montre que les jeunes enfants de 6 - 8 ans éprouvent quelque difficulté à prendre en compte, dans leurs stratégies motrices, les relations de soutien-opposition, directs et indirects en trio ou en quatuor, qui font le sel du jeu ; non pour des motifs biomécaniques bien entendu, mais en raison d’obstacles cognitifs. Ils ne réussissent pas à intégrer dans leurs conduites motrices les impératifs temporels en liaison avec les comportements différenciés des autres joueurs.

43Le jeu de Barres représente un jeu sportif hautement temporalisé dont la logique interne accorde à la variable temps un rôle de colonne vertébrale. Remarquons chemin faisant que la pratique des Barres sollicite une intelligence sociomotrice capable de combiner des contraintes changeantes, d’espace et d’interaction, sous l’égide de données temporelles en constant renouvellement. Cette maîtrise relationnelle et temporelle est d’un niveau cognitif incontestablement plus élevé que celui requis dans les sports collectifs habituels. Un enfant de huit ans jouera très convenablement au football mais il sera insuffisant et peu opérant aux Barres. On constate encore ici que la prétendue supériorité et plus grande complexité des sports collectifs ne représente que l’expression d’une idée reçue qui ne résiste pas à une observation sérieuse des activités de terrain.

Le temps réversible, sous l’aspect des scores

44Dans certains jeux traditionnels*, la logique interne* autorise l’annulation des résultats qui avaient marqué l’aboutissement de phases de jeu précédentes. Les joueurs sanctionnés sont blanchis et peuvent repartir à zéro. Ainsi, écrit Roland Barthes « Quand je jouais aux barres, au Luxembourg, mon plus grand plaisir n’était pas de provoquer l’adversaire et de m’offrir témérairement à son droit de prise ; c’était de délivrer les prisonniers, ce qui avait pour effet de remettre toutes les parties en circulation : le jeu repartait à zéro. » ((1), p. 54). La capitalisation des points, positifs et négatifs, n’a plus cours. Sous l’angle des scores cumulés, la flèche du temps abandonne sa tyrannie. Cette possibilité d’effacer le passé et de revenir au point de départ peut représenter, ainsi que l’indique R. Barthes, un élément majeur du plaisir du jeu. Dans cette temporalité réversible, la mémoire de l’échec est abolie.

45Ce phénomène est encore accru dans les jeux sportifs où le score est totalement inconnu. Au cours de jeux tels que la Balle assise ou les Quatre coins, le joueur qui échoue est certes immédiatement sanctionné (il perd son coin, par exemple, et se retrouve au milieu) ; mais, le coup suivant, il peut aisément se dégager de sa mauvaise situation et reconquérir une place favorable. Dans ces jeux dénués de système de scores* et dépourvus de comptabilité, le temps qui s’écoule n’enregistre formellement ni défaite ni réussite ; il autorise toutes les aventures, sachant qu’elles seront sans conséquences durables. Le flux de cette temporalité ludomotrice accueillante, qui gomme les erreurs et n’encense pas démesurément les victoires, entraîne une dédramatisation de l’échec qui encourage le profond engagement relationnel des joueurs.

UNE DURÉE MOYENNE : L’ENCHAÎNEMENT DES SAISONS

46C’est la durée correspondant au déploiement des activités au long d’une ou de plusieurs années. C’est le cadre social habituel du déroulement des rencontres sportives.

47La temporalité sportive est rythmée par un calendrier qui fixe la date des événements et de leur retour périodique. Il existe ce qu’on appelle une saison de football avec ses temps forts et ses temps morts, une saison de cyclisme, une autre de ski ou de rugby. La périodicité la plus courante est d’une année, mais elle peut obéir à d’autres formules : quatre années par exemple (Coupe du monde de football, Jeux olympiques). L’organisation des grandes épreuves sportives mobilise tout un ensemble de procédures de sélection et de qualification qui s’inscrivent dans le système d’un supra-jeu* dont le plein déroulement requiert souvent de nombreux mois ; ainsi les 623 matchs de qualification de la Coupe du monde de football 1998 se sont-ils étalés sur deux années, et les 64 rencontres du tour final ont-elles été organisées sur 33 jours. Cette temporalité est censée être propre au sport et indépendante de toute intervention extérieure. En réalité, il n’en est rien. Dates et horaires des rencontres sont liés aux conditions sociales jugées les plus favorables à l’éploiement du spectacle sportif. Les impératifs culturels et surtout économiques ont toujours le dernier mot. Pour favoriser la venue des spectateurs, la Fédération a déplacé les matchs de football du dimanche après-midi aux nocturnes du vendredi ou du samedi soir. Les Jeux olympiques d’hiver ont été découplés des Jeux d’été afin de permettre aux sponsors d’étaler leur financement sur plusieurs années au lieu de le concentrer une fois tous les quatre ans. La télévision et ses impératifs temporels visant à la meilleure écoute sont devenus les facteurs d’influence majeurs de la temporalité sportive.

48Mais ce cadrage social imposé par les contraintes de l’environnement n’est pas une nouveauté. On sait combien, par le passé, les jeux traditionnels étaient associés aux grandes respirations festives et religieuses, aux cycles saisonniers des labours, des semailles et des moissons. Certains jeux se pratiquaient surtout à la Noël ou à la fête des Rois, d’autres à Mardi gras ou à la Saint-Jean. En Afrique, certains jeux ne sont mis en action qu’à une certaine époque, parfois même uniquement à certains moments précis (en fin de journée, au clair de lune). Le jeu est pénétré de rites et se trouve soumis aux contraintes temporelles liées aux croyances culturelles. La temporalité ludosportive est immergée dans une temporalité sociale beaucoup plus large, gorgée de valeurs et de normes, qui la modèle et la module de façon plus ou moins clandestine. Aujourd’hui, dans le cas du jeu sportif institutionnel devenu un sport de masse, à vrai dire surtout un spectacle de masse, ce sont les impératifs économiques qui se sont imposés comme les facteurs majeurs d’organisation et de répartition temporelle.

UNE DURÉE LONGUE : L’INSERTION DANS LE SIÈCLE

49C’est la temporalité à l’échelle du demi-siècle ou du siècle, correspondant à la durée de vie et d’épanouissement des jeux et des sports au sein d’une culture. Comment les jeux se sont-ils installés dans telle société et comment évoluent-ils au fil du temps ? Restent-ils identiques à eux-mêmes ou se transforment-ils, et de quelle façon ? Sont-ils remplacés par d’autres ?

Prise de recul et remise en contexte

50On peut ainsi par exemple appréhender le sport depuis son apparition au XVIIIe siècle jusqu’à nos jours. Cette durée séculaire accorde le recul nécessaire à une analyse de l’évolution du phénomène et de ses tendances lourdes. C’est bien à ce type d’examen que se livre Norbert ELIAS lorsqu’il montre que le développement du sport répond à une intériorisation des normes sociales induisant la maîtrise des réactions émotives et la pacification progressive des mœurs. Nous avons rappelé comment cet auteur a soutenu qu’au XVIIIe siècle la sportification* s’est amorcée en même temps qu’est apparu le régime parlementaire anglais, ces deux phénomènes nouveaux relevant du même processus socio-politique d’acceptation de la victoire de l’adversaire et de l’alternance des vainqueurs. Une telle interprétation, qui replace le sport dans un véritable système de civilisation, ne peut être proposée qu’à la lumière d’un temps qui éclaire plusieurs siècles successifs.

51Dans une même perspective, on peut s’intéresser par exemple aux jeux de la Renaissance ; là encore, en s’attachant à des séquences longues, il est possible de mettre au jour des traits ludiques révélateurs des grandes tendances du contexte social. L’apport de l’histoire lente, qui se déprend des séductions de l’événement immédiat, favorise une vision neuve qui n’épouse plus nécessairement les évidences de l’actuel. Rappelons-nous le propos de Fernand Braudel qui, sans nier les ressources des enquêtes portées sur l’événementiel, souligne avec insistance l’intérêt de la durée lente : « Je ne crois pas, écrit-il, qu’il soit possible d’esquiver l’histoire. Il faut que le sociologue y prenne garde. » ((2), p. 120).

Une démarche comparative

52Ce type de parcours à grandes enjambées, qui néglige les détails et les accidents factuels, favorise le repérage des continuités, des régularités et des grandes permanences affectant les pratiques ludosportives au cours des différentes époques. Cette approche macro-temporelle permet également, à l’opposé, de débusquer des ruptures : la comparaison entre le phénomène socio-politique dénommé « Jeux olympiques » de l’Antiquité et son correspondant « Jeux olympiques modernes » dévoile une fausse analogie. Derrière la similitude de vocabulaire indexé à ces deux phénomènes, se cachent d’importantes disparités politiques, religieuses ou économiques. Des hommes qui courent, sautent et s’affrontent exaltent des symboliques fort variables selon leur société d’appartenance.

53C’est bien une telle prise en compte de la longue durée qui favorise la mise en lumière d’une ethnomotricité*, c’est-à-dire des formes d’usage marquantes du corps et de sa mise en action spécifique au sein de chaque communauté. Un grand nombre d’auteurs répètent à l’envi que les jeux sont des faits universels, entendant par là qu’il s’agit de réalités identiques observables à toutes les époques et dans tous les pays. La confrontation des logiques internes des jeux sportifs sur la longue durée révèle que c’est là une illusion. S’impose à l’inverse la conception de l’ethnoludisme selon laquelle les jeux sont singuliers et non universels, à l’image de la société qui les a enfantés. Les logiques motrices des jeux épousent les grands traits de leur culture d’appartenance et, à ce titre, deviennent révélatrices de permanences (dans le cas d’une culture commune) ou souvent de ruptures (dans le cas de deux cultures différentes). Le jeu est universel comme est universel le langage. Tous les hommes parlent mais ils n’utilisent pas la même langue et ne traitent pas des mêmes sujets. Les hommes de toutes les sociétés jouent, semble-t-il, mais de façon fort variable, avec des instruments différents, dans des espaces variés, selon des temporalités diverses, en communiquant selon des modes dissemblables.

54Si l’on considère les jeux sportifs dans leur longue durée, il devient stimulant de mettre à découvert leurs structures profondes, autrement dit leurs universaux*. Ces universaux sont des modèles de type opératoire qui simulent les modes de fonctionnement les plus marquants des jeux sportifs. Se présentant sous forme de structures objectivables, ils autorisent des comparaisons méthodologiquement argumentées entre des civilisations ludiques différentes. Il devient alors possible de mener une étude comparative rigoureuse entre des jeux sportifs de sociétés dissemblables ou entre des jeux d’un même pays à des époques différentes.

Des jeux « primitifs » et des jeux « civilisés » ?

55Une telle analyse conduite entre les jeux sportifs contemporains, autrement dit le sport, et les jeux sportifs traditionnels des siècles passés a révélé de flagrantes naïvetés. De très nombreux auteurs ont reproduit à propos des jeux sportifs les mêmes affirmations condescendantes que celles qui avaient cours sur le plan des sociétés : on a longtemps considéré que les communautés s’inscrivaient dans une évolution qui faisait passer des sociétés dites « primitives » aux sociétés « civilisées », celles-ci connaissant leur aboutissement dans les pays occidentaux industrialisés. L’anthropologie moderne a fait pièce de telles affirmations normatives qui relevaient d’une idéologie ethnocentrique. C’est cependant la même attitude d’autocomplaisance que l’on retrouve au sujet des activités ludomotrices.

56Les jeux traditionnels sont considérés par les textes officiels et par de nombreux auteurs comme de « petits jeux », sous-jeux, jeux primitifs préparatoires à l’avènement des jeux « civilisés ». Or l’étude des universaux des jeux sportifs, représentatifs de la longue durée, révèle que ce point de vue est dénué de fondement : les structures des jeux traditionnels, les processus de communication qu’ils enclenchent, les rôles qu’ils font endosser, les apprentissages moteurs qu’ils suscitent ne sont globalement en rien inférieurs aux éléments correspondants des sports modernes. Ils apparaissent surtout comme différents. Leur logique interne témoigne de normes et de valeurs d’une autre nature. Si l’on posait le problème en termes de supériorité, on pourrait aisément argumenter pour renverser le sens de la prétendue supériorité des sports (l’exemple du jeu de Barres traité ci-dessus est éloquent), mais nous ne pensons pas que cette recherche de hiérarchie soit intéressante. Il nous paraît plus fructueux de mettre au jour sur un mode complémentaire l’originalité des jeux traditionnels et celle des sports, puis de montrer en quoi leurs traits de logique interne illustrent dans l’espace de l’action motrice les valeurs profondes de leur culture de référence.

57Ces trois durées que nous venons d’évoquer ont été séparées pour la clarté de l’exposé, mais en réalité elles sont intimement liées l’une à l’autre. Nous retrouvons ici le thème classique en sciences sociales des rapports entre la synchronie et la diachronie. Tout jeu sportif quel qu’il soit trouve son existence dans la durée courte de son accomplissement ; mais il ne prend sa portée que par son inscription sociale en moyenne durée qui orchestre la succession des brèves rencontres. Quant à la signification profonde et souvent masquée de ces jeux sportifs, décelable sur la durée longue, elle s’appuie nécessairement sur le contenu de l’action motrice des individus jouant et sur les séquences moyennes qui inscrivent ces jeux dans les échéances sociales saisonnières. Ces diverses durées se fondent pour conférer au jeu sportif sa réalité de fait social vivant.

58 ► Sportification, supra-jeu, ethnomotricité, jeu sportif traditionnel, préaction.

BIBLIOGRAPHIE

59 Barthes (C.).- Roland Barthes par Roland Barthes. Coll. Écrivains de toujours. Paris : Seuil. 1975.

60 Braudel (F.).- Écrits sur l’histoire. Paris : Flammarion, 1969.

61 Elias (N.), Dunning (E).- Sport et civilisation. La violence maîtrisée. Paris : Fayard, 1994. Huizinga (J.).- Homo Ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu. Paris : Gallimard, 1951. Carroll (L.).- De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva. Traduit par Henri Parisot. Paris : Flammarion, 1975.

THÉORIE DES JEUX

62 ■ Discipline mathématique qui étudie des situations d’affrontement ou de conflit sous l’angle de la prise rationnelle des décisions.

LE CALCUL DES CHANCES

63Cette théorie s’est développée en tant que telle vers le milieu de ce siècle, à la suite des travaux fondamentaux de John von Neumann et Oskar Morgenstern (qui avaient eu de célèbres précurseurs, tels par exemple Biaise Pascal, Gottfried Leibniz, Jacques Bernoulli ou Émile Borel). Elle s’est principalement préoccupée des jeux de société, des choix économiques, des votes électoraux, des applications militaires et de la simulation de situations sociales de conflit. En France, dans les trois dernières décennies, le mathématicien Georges Guilbaud a joué un rôle de pionnier en introduisant de façon très enrichissante le point de vue de cette théorie dans l’analyse de certains phénomènes psycho-sociologiques et socio-économiques (problèmes de décision et de vote, « effet Condorcet », choix économiques...) (5).

64Classiquement, la théorie des jeux est une discipline normative : en fonction de critères rationnels, elle se propose de définir les stratégies de réussite optimales. Calculant les chances associées à tous les comportements possibles, analysant rationnellement la situation de conflit considérée, elle formule des recommandations afin de guider l’action des agents décidants et de leur permettre de choisir la stratégie la plus efficace. Le calcul des chances reposera généralement sur la notion d’espérance mathématique liée au calcul des probabilités associées aux différentes éventualités envisagées.

Qu’est-ce qu’un « jeu » ?

65On comprendra que le terme « jeu » possède ici un sens particulier ; ce serait un faux-sens que de croire qu’il fait systématiquement référence à une activité ludique. Les jeux dont il s’agit sont des situations d’affrontement du milieu physique (construction d’ouvrages ou d’engins, prospection pétrolière, entreprises ou expéditions qui affrontent des aléas extérieurs, jeux de hasard...), ou des situations de conflit social (affrontement militaire, confrontation diplomatique, guerre économique, concurrence commerciale, conflits syndicaux, situations électorales, jeux de société...). Ces situations sont simplifiées et réduites à leurs données structurelles fondamentales.

66À chaque comportement pertinent identifié, on associe les diverses conséquences envisageables en fonction des réactions possibles de l’environnement ou des protagonistes éventuels : c’est le « schéma de causalité » du jeu. On a coutume de le représenter sous sa « forme développée », c’est-à-dire par un « arbre » qui exhibe tous les enchaînements séquentiels possibles (cf. l’arbre de la figure 28 et l’organigramme correspondant de la figure 27). Les diverses issues sont indexées aux préférences ordonnées des décideurs, qui définissent une « échelle d’utilité ». Ces indicateurs d’utilité, correspondant parfois à des « gains », remplissent les cases d’une matrice dont les lignes et les colonnes symbolisent respectivement les différentes options des deux joueurs opposés. Cette matrice est appelée la « forme normale » du jeu (cf. matrice de réussite de la figure 29). Son analyse permet d’identifier les façons d’agir les plus rationnelles, c’est-à-dire celles qui maximisent les gains. Dans le cas le plus simple, se détache une seule chaîne de comportements qu’il convient de répéter systématiquement (on parle alors d’une « stratégie pure » ou « tactique ») ; plus généralement, la ligne de conduite conseillée se traduit par une distribution de probabilités sur une palette de comportements stratégiques différenciés (on parle cette fois-ci de « stratégie mixte »).

67Ce qu’on appelle « jeu » est donc typiquement un modèle*, c’est-à-dire une situation simplifiée qui n’a retenu de l’affrontement envisagé que les éléments considérés comme les plus pertinents (nombre d’adversaires ou de coalitions, description des stratégies possibles, montant des pertes ou des gains, indicateurs d’utilité, calcul des risques...). Bien entendu, les « jeux » au sens habituel et notamment les jeux de société (bridge, échecs, dames, scrabble, jeux de dés, loterie...) rentrent dans ce cadre général. C’est d’ailleurs parce qu’ils proposent une situation de conflit rigoureusement codifiée et particulièrement claire, c’est-à-dire une situation exemplaire, qu’ils sont devenus le prototype de la théorie des jeux.

68Il est d’ailleurs important de noter que ce sont les jeux de société qui, historiquement, ont été au point de départ de cette réflexion mathématique. Quand, dès le XVIIe siècle, Pascal et Fermat échangent une correspondance au sujet du partage des gains à la suite de l’arrêt inopiné d’un jeu de pile ou face, quand Huyghens traite du calcul dans les jeux de hasard, quand Montmort et Nicolas Bernoulli, eux aussi à force de courrier échangé, cherchent des solutions rationnelles à des jeux de salon, puis quand toute une lignée d’illustres mathématiciens prend la relève en s’attaquant à des problèmes de ce type, la futilité apparente du support ludique traduit mal l’importance de l’enjeu. Car le jeu est ici un laboratoire exceptionnel : il constitue un microcosme qui, compte tenu de ses strictes règles de définitions, permet de développer le calcul des probabilités et d’étudier la logique des comportements humains.

Applications

69L’élan a manifestement été donné aux États-Unis par une cascade de recherches où se sont surtout illustrés mathématiciens et économistes (J. von Neumann, O. Morgenstern (8), D. Luce, H. Raïffa (7), A. Rapoport (6), M. Shubik, M. Davis (4)). En France, dans le domaine des sciences sociales, quelques (rares) chercheurs ont fait d’heureuses tentatives en ce sens (F. Bresson, E. Apfelbaum, S. Moscovici, C. Faucheux, J.-P. Codol...). En psychologie sociale, Roger Daval a dégagé la problématique générale de la théorie des jeux et l’intérêt de son cadre conceptuel dans les situations de conflit, de négociation et d’influence (3). En sociologie, l’attitude de Raymond Boudon est originale dans la mesure où ce chercheur est l’un des rares à utiliser réellement et de façon suivie les modèles de la théorie des jeux, tant dans leurs aspects descriptifs que dans la dynamique de leur fonctionnement. Accordant à l’individu des projets subjectifs et un réel pouvoir de choix dans le contexte des contraintes extérieures, cet auteur montre que certaines incohérences collectives résultent de la composition d’une multiplicité de cohérences individuelles (2). De nombreux phénomènes déconcertants, souvent attribués à l’influence clandestine de groupes occultes, relèveraient plus simplement de choix individuels interprétables en termes d’espérance de réussite, choix individuels dont la combinaison provoquerait des effets pervers* (l’« effet Condorcet », décision collective irrationnelle dont G. Guilbaud a révélé la rationalité sous-jacente, rentre typiquement dans cette catégorie) (1,5).

70Le jeu sportif* est le grand oublié de la théorie des jeux et ce malgré le début prometteur de Jacques Bernoulli qui, dès 1713, illustrait son « Art de conjecturer » à l’aide du jeu de paume. Les pratiques sportives possèdent pourtant à l’état pur certaines caractéristiques des situations appelées « jeux » par cette théorie : compétition* claire et reconnue entre adversaires déclarés, situation d’affrontement parfaitement délimitée dans l’espace et dans le temps, système clos totalement défini dans son corps de règles, finalités explicites de recherche de la victoire, arbitrage normatif accepté. Manifestement, tout joueur est un stratège ; ses conduites motrices* témoignent d’un pari tenté face à l’incertitude* de la situation (incertitude liée à l’environnement physique et/ou aux comportements* d’autrui). On comprend ainsi le rôle cardinal tenu par les notions d’incertitude, d’interaction* et de décision motrices* dans la théorie des jeux sportifs* (notions qui revêtent alors un aspect spécifique, notamment avec les comportements sociomoteurs et les manifestations de la sémiotricité*).

71À vrai dire, le jeu sportif appelle une étude qui semble déborder la classique perspective normative de la théorie des jeux, d’autant que la mise en œuvre des conduites motrices est éludée, comme il était légitime, par cette théorie. La spécificité* des jeux sportifs impose de reconsidérer le cadre et les éléments proposés. Cependant, sous l’angle méthodologique, l’apport de la théorie des jeux est de très grande importance : sa problématique générale, son appareil d’analyse, son réseau de concepts, de démarches et de résultats représentent à coup sûr une irremplaçable et très féconde source d’inspiration pour une étude du jeu sportif.

72 Modèle, duel, graphe, universaux, stratégie motrice.

BIBLIOGRAPHIE

73(1) Barbut (M.).- Quelques aspects mathématiques de la décision rationnelle. Les Temps Modernes, no 164, pp. 725-745. Paris : Éditions Denoël. octobre 1959.

74(2) Boudon (R.).- Effets pervers et ordre social. Paris : PUF, 1977.

75(3) Daval (R.).- Psychologie sociale et théorie des jeux.- Fascicules I, II, III. Paris : Centre de Documentation Universitaire, 1967.

76(4) Davis (M.).- La théorie des jeux. Paris : Armand Colin, 1973.

77(5) Guilbaud (G.-Th.).- Éléments de la théorie mathématique des jeux. Paris : Dunod, 1968.

78(6) Rapoport (A.).- Combats, débats et jeux. Paris : Dunod, 1967.

79(7) Raïffa (H.).- Analyse de la décision. Paris: Dunod, 1973.

80(8) Von Neumann (J.), Morgenstern (O.).- Theory of games and economic behavior. Princeton : University Press, 1944.

THÉORIE DES JEUX SPORTIFS

81 ■ Secteur de connaissance et de recherche qui étudie le jeu sportif* sous l’angle de l’action motrice*.

82La théorie des jeux* s’est emparée du terme « jeu » en en détournant quelque peu le sens. Par retour des choses, le propre libellé de cette discipline est repris dans la dénomination « théorie des jeux sportifs » qui replace les situations ouvertement ludiques (et expressément motrices) au centre des préoccupations. Est ainsi soulignée une filiation reconnue avec la théorie mathématique de la décision, et dégagée l’originalité du champ ludosportif* adopté.

UNE SOURCE D’INSPIRATION FÉCONDE

83Cette étude peut donc s’inspirer avec profit de la théorie des jeux dont la problématique, les concepts, les démarches et les résultats offrent un acquis exceptionnel ; cependant, elle ne se confond pas avec elle. En effet, son objectif essentiel n’est pas de découvrir les stratégies optimales dans une perspective de rationalité efficace (ce qui caractérise l’optique de la théorie des jeux), mais de mettre à découvert les structures caractéristiques des jeux sportifs, leurs mécanismes de fonctionnement, les représentations et le vécu corporel des joueurs, les différents prolongements symboliques qui s’y rattachent. Dans ce contexte global, l’analyse des stratégies motrices*, et notamment des stratégies les plus efficaces, constitue bien entendu un prolongement intéressant s’appuyant sur les données précédentes tout en les enrichissant en retour.

84D’autre part, le jeu sportif ne saurait être facilement réductible à un système d’équations comme c’est le cas de nombreux jeux économiques, de situations électorales ou de jeux de société, dont la pertinence* est de type logique et mathématique. La pertinence du jeu sportif réside dans l’accomplissement moteur ; celui-ci bat le rappel de données complexes et très variées : biologiques, psychologiques, sociales... et praxiques*. Il est certes tentant d’adopter le point de vue d’une discipline déjà élaborée qui met d’emblée à notre disposition ses outils et ses résultats : théorie des jeux, biomécanique, neurophysiologie, psychologie. Ce faisant, on n’étudierait plus le jeu sportif, mais certains aspects approfondis et sectoriels du comportement humain qui se déploient à l’occasion de pratiques ludiques (toutes choses passionnantes d’ailleurs mais qui ne coïncident pas avec ce que nous cherchons).

VERS UNE ÉTUDE SPÉCIFIQUE

85Il nous semble plus fécond de se placer du point de vue de l’action motrice qui s’accomplit dans les conditions et sous les normes présidant au fonctionnement ludique. Cette perspective prend place dans le cadre plus large de la praxéologie motrice*. Il lui est indispensable de s’appuyer sur l’acquis des autres disciplines dont elle est manifestement tributaire, comme toute orientation nouvelle qui dégage petit à petit sa spécificité*. Dans un premier temps, son objectif pourrait être de mettre en évidence la logique interne* des différents jeux sportifs et d’en saisir toutes les implications quant à l’utilisation de l’espace, aux modes d’interactions avec autrui, quant aux manières de communiquer, à la spectacularité* des rencontres et à toutes les formes de conduites motrices* ainsi suscitées. Cette analyse ne prendra tout son relief qu’accompagnée du point de vue comparatif indispensable, fourni par l’étude des caractéristiques ethnomotrices* propres aux différents jeux sportifs et liées à leurs groupes sociaux d’accueil.

86L’immense champ de la ludomotricité* est encore en friche. Les pistes qui s’offrent sont buissonnantes : tableaux des traits pertinents des différentes pratiques, caractéristiques de la préaction* et des stratégies motrices, nature des décodages sémioteurs*, modalités de la métacommunication motrice*, mise en œuvre de la fonction sémiotrice* aux différents âges. S’impose l’étude des universaux* qui représentent la mise en forme, parfois institutionnelle, de la logique interne issue des normes et des règles. Ces universaux sont les systèmes opératoires fondamentaux dont la connaissance permet, d’une part de saisir les grands invariants objectifs de chaque jeu, d’autre part d’analyser les variations comportementales et subjectives de chaque participant. Leur élucidation tient ainsi un rôle-carrefour dans l’approfondissement des jeux sportifs.

UNE INTELLIGIBILITÉ NOUVELLE

87Il est patent que ce point de vue n’a été adopté par aucun des chercheurs qui ont étudié le jeu ; le brio de ceux-ci (Claparède, Huizinga, Piaget, von Neumann, Chateau, Caillois, Henriot...) met à l’abri de l’argument en faveur d’un oubli. La biologie, les mathématiques, la psychologie de l’enfant ou la sociologie n’extraient du jeu que les éléments correspondant à leurs principes respectifs de pertinence. La connaissance du jeu sportif, par simple juxtaposition de leurs brillantes analyses, en admettant même que cette juxtaposition soit épistémologiquement défendable, laisse des interstices béants.

88Une intelligibilité nouvelle du jeu sportif se fait jour : en toute légitimité et en excellente intelligence avec les autres disciplines dont le concours sera précieux, peut se développer une théorie des jeux sportifs, théorie possédant son propre principe de pertinence.

89 ► Praxéologie motrice, logique interne, universaux, ethnomotricité, pertinence.

TRANSFERT D’APPRENTISSAGE

90 ■ Effet que l’on constate quand l’exécution d’une activité modifie, de façon positive ou négative, l’accomplissement d’une activité nouvelle ou la reproduction d’une activité ancienne.

91L’effet observé est une résultante globale qui, dans un cadre expérimental, est évaluée par comparaison avec un groupe-témoin de même niveau initial. La figure 32 illustre les plans d’expérience élémentaires qui mettent ce phénomène en évidence. Si cet effet révèle une exécution plus efficace de la tâche*, on dit qu’il y a « transfert positif » ou « facilitation » ; dans le cas contraire, on parle de « transfert négatif » ou d’« inhibition ». Quand l’effet s’exerce sur une activité nouvelle qui suit, il est dit « pro-actif » ; quand il porte sur la reproduction d’une activité ancienne, il est qualifié de « rétro-actif ».

92Le transfert est ici considéré comme un fait de constat qui rend compte de l’influence, favorable ou défavorable, d’une activité sur une autre (éventuellement sur elle-même). La définition proposée, de type opérationnel, ne fait que préciser les conditions d’obtention d’un résultat observé, sans préjuger de l’interprétation des phénomènes constatés ou de la nature des mécanismes sous-jacents. De ce côté d’ailleurs, de nombreuses théories s’affrontent et, actuellement, le problème reste ouvert.

93L’effet de transfert ne se limite pas, bien entendu, à des phénomènes de type biomécanique ; il peut intervenir sur les comportements* de préaction*, sur les attitudes sémiotrices, sur les faits affectifs et relationnels, sur les conduites* de décision motrice*.

94Le transfert est au cœur des problèmes de l’éducation physique* comme d’ailleurs de tout apprentissage et de toute éducation. L’apprentissage moteur correspond bien à une succession de transformations, donc de transferts. Toute la conquête de la maîtrise motrice est l’histoire des modifications permettant d’éliminer les contractions parasites et les mobilisations inopportunes pour déboucher sur des processus déliés à haut rendement, caractéristiques de l’efficacité motrice. La meilleure adaptation présente est due à des comportements antérieurs : c’est l’existence de cette influence favorable d’une activité sur une autre qui permet de parler d’apprentissage et de « progrès ». Sans la persistance d’une telle influence, il n’y aurait pas d’acquisition ; toute l’expérience passée resterait sans effet et la motricité* serait à réinventer à chaque instant.

95Le postulat du transfert joue un grand rôle dans le travail pratique du motricien* : il est à l’origine des « progressions » d’enseignement qui disposent les exercices ou les situations* dans un ordre de difficulté croissant, chaque élément de la chaîne didactique étant supposé faciliter l’exécution du suivant. Le choix des exercices et des situations, leurs enchaînements successifs, les attitudes pédagogiques adoptées reposent, implicitement ou de propos délibéré, sur un transfert postulé par l’éducateur. On parle d’ailleurs ouvertement d’exercices « préparatoires », d’« éducatifs », d’« exercices-clefs », d’éducation motrice « de base », de « fondamentaux », de « pré-requis ».

Figure 32
Plans d’expérience illustrant le transfert..
On voit que la définition opérationnelle du transfert renvoie directement au* plans d’expérience qui permettent d’en préciser les conditions différenciées de mise en évidence.

96À vrai dire, le pré-supposé du transfert déborde largement la simple organisation de la séance pour influencer le contenu même de tout un cursus, de toute une « programmation ». C’est d’ailleurs inéluctable ; mais malheureusement, on en est encore aujourd’hui aux hypothèses mal contrôlées. Parfois, l’argument d’autorité remplace l’argument démontré : ainsi, un fort courant pédagogique actuel affirme-t-il par exemple, de façon péremptoire, que les jeux sportifs traditionnels*, alors appelés de façon évocatrice « jeux pré-sportifs », sont « préparatoires aux sports collectifs ». Ce qui revient à postuler comme allant de soi l’existence d’un transfert positif se déployant de façon unilatérale des jeux traditionnels vers les sports collectifs. Cette conception considère ainsi, d’une part que ces deux types de jeux sont de même nature et qu’il y a continuité entre eux, d’autre part que les jeux traditionnels sont beaucoup plus élémentaires (« inférieurs » affirme-t-elle) que les sports collectifs dont ils peuvent alors graduellement préparer l’avènement. Le fait que des affirmations aussi naïves recueillent aujourd’hui une grande audience apparaîtra probablement dans quelque temps comme une curiosité sociologique.

97 ► Éducation physique, pédagogie, motricien, jeu sportif traditionnel, conduite motrice.

© INSEP-Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
S
 
U
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search