Version classiqueVersion mobile
R
T

Jeux, sports et sociétés

 | 
Pierre Parlebas

Lexique

S

Texte intégral

SCHÉMA CORPOREL❀

1■ Représentation vécue de son corps et de ses possibilités dynamiques d’intervention, en liaison anticipée avec les caractéristiques liées à l’espace, aux instruments, au temps et à autrui, imposées par les contraintes de l’action motrice* envisagée.

UN CHARME MAGIQUE

2La représentation qu’une personne se fait de son corps et de ses ressources d’action est à coup sûr un élément qui tient un rôle déterminant dans la mise en jeu de ses conduites motrices*. Dès le XIXe siècle, de nombreux auteurs, tels Bonnier, Head, Holmes, Schilder ou Pick par exemple, ont souligné l’importance de cette représentation, notamment dans le secteur de la pathologie. Ils ont avancé différents concepts pour identifier cette perception de soi-même : « schéma du corps », « conscience corporelle », « modèle personnel du corps », « cénesthésie », « schéma postural », « image du corps » ou « schéma corporel ». C’est sans doute Paul Schilder qui a le mieux dégagé les aspects interdisciplinaires de cette notion qu’il a nommée « image du corps ». Tout en rappelant le substrat biologique évident de cette auto-perception, il a insisté sur sa dimension psychanalytique, sa « structure libidinale » et sa dimension relationnelle : « L’image du corps, souligne-t-il, est par essence sociale » (7). Les processus inconscients et les interactions sociales, selon Schilder, imprègnent la représentation du corps, participent à sa construction et lui confèrent ses significations.

3inalement, c’est le terme « schéma corporel » qui s’est imposé et qui connaît aujourd’hui encore une incroyable fortune. « Le mot, remarque J. Corraze avec malice, a un véritable charme magique et d’aucuns l’utilisent avec allégresse » (3). « Mais, ajoute-t-il, en reprenant une citation de Klaus Conrad, la science peut-elle profiter d’un terme si vague, confus, indéterminé, sur lequel chacun entend quelque chose de différent ? »

4C’est qu’en effet ce concept séduisant masque de redoutables problèmes et beaucoup d’ignorance. Ainsi que le précédent rappel des approches pluridisciplinaires l’a suggéré, ce phénomène familier et apparemment simple recèle en réalité une étonnante complexité. Il est classique de considérer que la connaissance que nous avons de l’environnement et de nous-mêmes est multisensorielle et se réfère à nos cinq sens. En réalité, on oublie en chemin deux autres sens d’un intérêt majeur pour l’action motrice : le sens vestibulaire et le sens kinesthésique.

DEUX SENS OUBLIÉS

5Le premier, le sens labyrinthique, est pourtant bien connu des physiologistes depuis les travaux anciens de Scarpa, puis ceux de Flourens au XIXe siècle, dont les célèbres expériences sur les pigeons ont mis en évidence le rôle des canaux semi-circulaires dans la maîtrise de l’équilibre. Nous savons aujourd’hui que le système vestibulaire (canaux semi-circulaires, utricule et saccule de l’oreille interne) joue un rôle déterminant dans l’évaluation des déplacements et des rotations de la tête (accélérations linéaire et angulaire).

6C’est ce système régulateur qui intervient de manière particulièrement sensible dans les conduites d’équilibre, dans les pratiques de « vertige » que Roger Caillois désigne sous le terme d’« ilinx » (2). De façon déconcertante, Caillois affirme que la compétition (agôn) est incompatible avec le vertige (ilinx). C’est là une erreur qui ne laisse pas d’étonner. Une partie importante des sports est en effet fondée sur la sollicitation du vertige et tire son intérêt d’un jeu subtil avec la pesanteur, de la maîtrise du déséquilibre et du risque. Outre les pratiques qui mobilisent le corps et la tête dans des postures renversantes et inhabituelles (gymnastique aux agrès, trampoline, plongeon...), les sports « de glisse » et les sports « de roule » sont une véritable mise à l’épreuve de cette capacité à jouer de la « panique voluptueuse » dont parle Caillois : ski, surf, planche à voile, patins à roulettes, raft, vol à voile, VTT, parapente, aile volante, bicross, moto verte, plongée sous-marine... Ces activités possèdent la particularité de déclencher des réactions émotives violentes, parfois stimulantes, parfois inhibantes. Intervenant dans toutes les pratiques ludosportives pour assurer la régulation de l’équilibre, associé aux données visuelles, le sens vestibulaire est au centre du vécu corporel des sports de glisse et de roule. Le schéma corporel des pratiquants en est profondément affecté, notamment sous l’influence de l’irruption affective.

7Le second, le sens proprioceptif, a été également abondamment étudié ; clairement identifié par Sherrington par opposition aux sens extéroceptif et intéroceptif, il s’appuie sur une foule de capteurs enfouis sous la peau, dans les muscles et les articulations, capteurs qui évaluent des pressions, des intensités, des frottements, des rotations, des immobilisations et des mouvements de toute sorte. Ce sens kinesthésique, qui apprécie la position des segments les uns par rapport aux autres et par rapport au monde extérieur, est à la base de toute activité corporelle ; il présente la caractéristique d’être remarquablement perfectible par un apprentissage moteur bien conduit.

8Ces deux sens oubliés offrent une pléthore de matériaux d’une grande finesse qui sont à la source de la représentation du corps en action. Les professeurs d’éducation physique et les entraîneurs savent combien les conduites motrices peuvent, sous cet angle, être l’objet de progrès d’apprentissage spectaculaires aboutissant à des productions motrices stupéfiantes de coordination et de maîtrise : barre fixe, trampoline, poutre, jonglage, surf, planche à voile... Dans les sports à milieu stable, dénués d’incertidude* issue de l’environnement, ce sont pour l’essentiel ces deux sens qui assurent le plein déroulement de l’action correspondant alors à un stéréotype moteur*. Au début de l’apprentissage de ces spécialités, telles les barres parallèles, le lancer du disque ou la natation par exemple, la vue joue un rôle de premier plan, mais petit à petit, au fur et à mesure des acquisitions, la sensibilité proprioceptive se substitue à la sensibilité extéroceptive. On aboutit alors à un algorithme moteur* dont la régulation est essentiellement interne, de nature kinesthésique. L’histoire d’un apprentissage moteur est donc en partie, pour le pratiquant, l’histoire des transformations de l’image de son corps agissant qui, dans ces derniers exemples, devient de moins en moins dépendante du milieu extérieur. Ces rapides notations suggèrent que le schéma corporel apparaît comme une construction active, perfectible et fortement différenciée selon les activités (cette dernière propriété s’opposant quelque peu à la conception classique du schéma corporel).

9La connaissance de notre corps, de ses postures et de ses déplacements, est donc la synthèse d’une myriade d’informations issues de sens nombreux et fort différents. Comment de telles données hétérogènes peuvent-elles être converties en une représentation unitaire et cohérente ? La neurophysiologie a effectué récemment en ce domaine des progrès spectaculaires, particulièrement bien développés par Alain Berthoz dans son ouvrage : Le sens du mouvement (1). Cependant, l’auteur souligne que « le moment où la notion de schéma corporel pourra être traduite en termes de fonctionnement neuronal précis n’est pas encore venu ». Les difficultés rencontrées débouchent sur un problème redoutable : comment des informations aussi disparates peuvent-elles se fondre en un schéma unitaire et intégré, susceptible de guider avec efficacité une action motrice précise ? Il reviendra aux neuro-physiologistes, dont les avancées actuelles sont prometteuses, de participer à l’élucidation de ce mystère par une analyse précise des organes, des câblages et des subtils mécanismes en jeu.

SCHÉMA CORPOREL ET DOMAINES D’ACTION MOTRICE

10L’observation et l’analyse des situations motrices permettent de remettre en cause certaines affirmations classiques mais discutables. Le schéma corporel correspond-il à un référentiel de base dont la construction se terminerait avec la grande enfance ? Cité par Jean Le Boulch, le psychologue Roger Mucchielli affirme ainsi : « Cet ensemble que forme le schéma corporel se développe très lentement chez l’enfant et ne se trouve achevé normalement que vers 11-12 ans » (5). Dans une telle conception, le schéma corporel est considéré comme un référentiel de base, fondement immuable de toutes les actions motrices, et dont le développement suivrait une « genèse normale » terminée à la fin de l’enfance.

11Le risque est de faire du schéma corporel une sorte de gabarit standard, éventuellement très élaboré mais finalement passe-partout, qui serait prêt à fonder toute pratique, quelles que soient ses particularités. C’est bien l’orientation qu’ont prise de nombreuses méthodes dites de « psychomotricité » qui ont mis au point des exercices spécifiques visant à affiner « le » schéma corporel. Une telle perspective semble discutable. L’individu agissant ne dispose pas d’une sorte d’équipement standard ou d’instrument préformé qui, tel un gabarit déjà prêt, se mettrait tout uniment ~ LU au service de n’importe quel acte. Le schéma corporel n’est pas une réalité isolable mais une entité, une expression de langage commode (et que nous utiliserons comme telle). La représentation du corps, fondée sur des sensations visuelles, tactiles, vestibulaires, kinesthésiques, recouvre des réalités extrêmement variables. Chaque activité, chaque situation motrice* va solliciter un schéma corporel particulier.

12Toute la conception de l’action motrice développée dans cet ouvrage engage l’idée selon laquelle la logique interne* de chaque pratique influence, selon ses propres caractéristiques, le vécu corporel et les représentations qui l’accompagnent. À chaque activité motrice correspond son propre schéma corporel. L’interaction de coopération avec un partenaire ou l’interaction d’antagonisme contre un adversaire, le rapport avec un espace stable ou, à l’inverse, avec un espace incertain, sont autant de facteurs qui provoquent des postures et des attitudes de préaction bien différentes. La personne agissante ne ressent pas de la même façon l’espace d’interaction avec un judoka ou un grimpeur en cordée, l’espace du lancer de poids ou celui du ski. La tonalité affective, les anticipations praxiques et le climat général de l’action sont transformés par les traits de logique interne de chaque situation. Les représentations du corps agissant, les schémas corporels varient en fonction du domaine d’action motrice* investi.

13Pour une même personne qui s’apprête à effectuer un saut en Fosbury, un épaulé-jeté d’haltérophilie, un set de tennis ou une entrée en mêlée de rugby, « son » schéma corporel n’est pas un invariant qui s’appliquerait immuablement à chacune de ces situations avec seulement quelques ajustements de circonstance. Dans chaque activité, le rapport à l’espace et à autrui vécu par le pratiquant est original : il induit des émotions, des appréciations et des significations adaptées à la spécificité de cette activité. Chaque jeu sportif suscite une sémiotricité* particulière. La technique du corps dépend de la tactique du corps telle qu’elle est ressentie et reconstruite par l’acteur. Les principes d’action* mis en œuvre par F individu agissant dépendent de sa perception de la situation et vont d’ailleurs en retour influencer cette perception. Dans le flux de l’action, l’individu anticipe le scénario en cours ; il essaie d’appréhender au mieux les éléments-clefs de la situation et se livre à un décodage sémioteur incessant. Il anticipe les anticipations d’autrui. Le schéma corporel répond à une dynamique sémiotrice où les ressources d’anticipation et de préaction jouent un rôle majeur.

14Pour un boxeur, percevoir l’adversaire c’est l’appréhender dans ses possibilités de frappe et d’esquive et, en cela, c’est se percevoir engagé abruptement dans des contacts violemment antagonistes. Le schéma corporel ne correspond pas à une représentation constante et neutre ; il dépend des contraintes objectives de l’affrontement et de la façon subjective dont Facteur décode et reconstruit cet affrontement. En ce sens, le schéma corporel est profondément traversé de phénomènes émotifs (crainte, agressivité, désir de réussir...) qui se manifestent au niveau du tonus musculaire, des appuis, des déséquilibres et des gestes accomplis. Il semble clair que les activités induisent des schémas corporels très dissemblables selon les cas, selon les domaines d’action. Bien entendu, chaque acteur va réagir à chacun de ces cas selon son vécu personnel, mais c’est bel et bien la logique interne de la situation qui oriente les réactions de façon prioritaire.

LE MODELAGE CULTUREL

15Par les règles du jeu et les codes en usage qui déterminent la logique interne des pratiques ludosportives, le groupe social et l’institution impriment leur marque sur le schéma corporel des pratiquants. La perception de l’espace et d’autrui, la mise en œuvre des techniques du corps sont modelées par la culture. Dans son article pionnier sur Les techniques du corps Marcel Mauss a montré, dès 1934, que « les façons dont les hommes savent se servir de leur corps » varient considérablement « société par société » (6). En créant la proxémique, Edward T. Hall souligne que « des individus appartenant à des cultures différentes habitent des mondes sensoriels différents » (4). La perception du corps et des espaces corporels est liée aux normes et aux valeurs sociales. Le schéma corporel ne peut échapper aux influences de l’ethnomotricité* et, plus particulièrement, aux influences de cette éducation des codes sociaux que représente l’ethnoludisme*.

16Déjà Schilder avait montré l’intervention d’une dimension sociale, à tout le moins interpersonnelle, dans l’élaboration de l’image du corps (7). Il n’a pas réussi à proposer une véritable synthèse des trois points de vue, biologique, psychanalytique et social, qu’il a été l’un des premiers à mettre en avant. Cependant, il avait déjà clairement dégagé les aspects multiformes d’une image du corps en continuel remaniement et dépendante des caractéristiques de chaque situation.

17Très récemment, le neuro-physiologiste Alain Berthoz a fait entendre un son nouveau dans le champ de la biologie : « Il ne faut pas chercher une réalité biologique unique derrière le concept de schéma corporel », écrit-il (1). Une telle proposition invite à considérer qu’il existe une multiplicité d’images du corps. Autrement dit, l’incontestable unité de la perception de notre corps ne passe pas par l’unicité d’un schéma corporel. Les traits de logique interne donnent à chaque activité son contenu et imposent leurs réalités. Nous sommes ainsi renvoyés à la multiplicité des pratiques, c’est-à-dire à la multiplicité des domaines d’action.

18Il est intéressant de noter que, tout en s’appuyant de façon rigoureuse sur les données expérimentales les plus récentes de sa discipline, A. Berthoz recourt très fréquemment et de façon explicite à une interprétation en termes d’« action motrice ». Voilà qui est encourageant et qui accrédite l’intérêt d’une démarche scientifique dont l’objet est précisément l’action motrice. Tout en respectant le point de vue propre à chaque discipline, ces travaux confirment les analyses de la praxélogie motrice et soulignent la complémentarité enrichissante des apports pluridisciplinaires.

19► Domaine d’action motrice, sémiotricité, logique interne, principe d’action, préaction.

BIBLIOGRAPHIE

20(1) Berthoz (A.).- Le sens du mouvement. Paris : Éd. Odile Jacob, 1997.

21(2) Caillois (R.).- Les jeux et les hommes. Paris : Gallimard, 1958.

22(3) Corraze (J.).- Schéma corporel et image du corps. Toulouse : Privat, 1973.

23(4) Hall (E.T.).- La dimension cachée. Paris : Seuil, 1971.

24(5) Le Boulch (J.).- L’éducation par le mouvement. Paris : Les Éditions Sociales Françaises, 1966.

25(6) Mauss (M.).- Les techniques du corps. Paris : PUF, 1966.

26(7) Schilder (P.).- L’image du corps. Paris : Gallimard, 1968.

SÉMIOLOGIE

27■ Science des systèmes de signes* et des codes de communication correspondants.

28Le terme a été créé au début du siècle par Ferdinand de Saussure qui précise ainsi son projet : « On peut concevoir une science qui étudie la vie des signes au sein de la vie sociale ;... nous la nommerons sémiologie (du grec sémeion, « signe »). Elle nous apprendrait en quoi consistent les signes, quelles lois les régissent. La linguistique n’est qu’une partie de cette science générale ». ((2), p. 33). Certains auteurs préfèrent utiliser le terme « sémiotique » calqué sur « sémiotics » proposé par un autre grand précurseur de l’analyse des signes : Charles Sanders Peirce.

29Récemment, on a vu se développer des sémiologies du cinéma (Christian Metz), de la représentation graphique (Jacques Bertin), des panneaux routiers (Luis Prieto, Georges Mounin, Jeanne Martinet), des gestes et des mimiques (Birdwhistell), de la littérature (Roland Barthes)... Ce dernier a manifestement marqué de son empreinte la recherche sémiologique : Barthes avait d’abord emprunté la voie linguistique, allant même jusqu’à inverser la proposition saussurienne puisqu’il affirmait que c’était la sémiologie qui faisait partie de la linguistique et non l’inverse. Puis il a peu à peu orienté la sémiologie de façon originale vers l’analyse des idéologies dont les implications politiques sous-tendent l’utilisation des signes. Dans cette nouvelle acception, la sémiologie devient l’étude des méta-langages sociaux, l’étude critique des mythes et des idéologies. Barthes n’analyse pas le fonctionnement concret d’une course cycliste mais tente de « déchiffrer le Tour de France » ((1), p. 245), « fait national fascinant » (p. 119) qui est « le meilleur exemple que nous ayons jamais rencontré d’un mythe total, donc ambigu » (p. 118). À la recherche de la signification socio-politique de second degré, cette sémiologie va croiser en chemin l’anthropologie culturelle.

30Devant l’abondance des travaux sémiologiques des dernières décennies, on peut s’étonner de ne point rencontrer d’études portant sur le jeu sportif*. L’observation des situations ludosportives* révèle pourtant une foisonnante production de signes et témoigne de la richesse des communications praxiques*. Une analyse fine décèle même une métacommunication motrice* exubérante et parfois paradoxale. Il est vrai que le domaine est délicat : s’en sont aperçu les recherches de la kinésique* qui, trop inféodées à la méthodologie linguistique, ont, semble-t-il, fait long feu. Sans doute sera-t-il nécessaire de forger des outils d’observation et un arsenal conceptuel nouveaux.

31Une sémiologie de la motricité* s’offre au chercheur qui souhaite approfondir les registres symboliques de l’action motrice*. Une telle étude pourra d’ailleurs, par contre-coup, enrichir les domaines de la psychologie de l’enfant et de la pédagogie*.

32Ce thème nous semble si important qu’une partie de ce lexique est consacrée à une esquisse de cette sémio-motricité ou, pour faire plus bref, de cette sémiotricité*.

33► Signe, code sémioteur, sémiotricité, fonction sémiotique, métacommunication motrice.

BIBLIOGRAPHIE

34(1) Barthes (R.).- Mythologies. Paris : Éditions du Seuil, 1957.

35(2) De Saussure (F.).- Cours de linguistique générale. Paris : Payot, 1972.

SÉMIOTRICISATION

36■ Processus par lequel le sujet agissant apprend à tenir compte d’un code* qui sollicite ses conduites motrices* (et, par extension, résultat de ce processus).

37Un skieur, un barreur, un libériste apprennent à identifier et à détecter dans l’environnement physique des indices* signifiants. Un enfant qui joue à la Délivrance ou à Chat coupé observe le comportement* des autres joueurs, apprend à deviner les prolongements immédiats des actes en cours, apprend ainsi à anticiper des enchaînements d’actions et à conformer ses conduites aux comportements qu’il pré-perçoit. Ce faisant, il participe à un processus de symbolisation agie, c’est-à-dire de sémiotricisation ; celle-ci revêt des modalités très différentes selon que l’enfant joue à la Chandelle, à Chat perché, au rugby ou au hockey. La sémiotricisation est liée à la logique interne* de la pratique considérée, à la possibilité éventuelle d’interaction* avec autrui, aux règles du jeu envisagé. Les implications pédagogiques dépendront précisément de ces caractéristiques. Si l’on veut favoriser l’adaptabilité sémiotrice par exemple, il conviendra sans doute de proposer des situations motrices* mettant en œuvre des codes sémioteurs très variés, ce qui conduira à éviter la pratique exclusive d’un petit ilôt de jeux traditionnels* ou des seuls sports collectifs.

38► Indice, signe, fonction sémiotrice, décodage sémioteur, incertitude.

SÉMIOTRICISER

39■ Créer les conditions pour que la personne agissante organise ses conduites motrices* en fonction de la prise en compte de codes* liés à son interprétation plus ou moins réfléchie de la situation*.

40En situation psychomotrice*, il s’agit pour le pratiquant de s’ajuster à des indices* issus du milieu extérieur, indices qu’il lui faut détecter et apprendre à interpréter (déchiffrement d’un champ de neige, d’une paroi montagneuse, d’un courant et des remous d’une rivière...). En situation sociomotrice*, le processus est bien plus complexe. En effet, d’une part le sujet agissant est à la fois encodeur et décodeur de comportements*, d’autre part les signes* qu’il doit interpréter sont produits par d’autres individus eux-mêmes doués d’intentions variables et de ruses diverses. Dans ce cas se déploie toute l’alchimie de la communication praxique* avec ses accords souverains mais aussi ses codages trompeurs et ses feintes déconcertantes. A ce titre, l’interaction motrice* semble une occasion privilégiée du développement des capacités de symbolisation de l’enfant.

41Mettre en œuvre une pédagogie* des conduites motrices, c’est sémiotriciser d’une certaine façon les comportements des élèves, c’est faire un choix parmi toutes les formules possibles de sémiotricisation*. L’importance que revêtent ces phénomènes dans l’accès à la symbolisation et dans la construction de la personnalité de l’enfant mériterait sans doute un approfondissement théorique et pratique qui semble jusqu’ici faire défaut.

42 Décodage sémioteur, signe, indice, praxème, sémiotricité.

SÉMIOTRICITÉ

43■ Nature et champ des situations motrices* envisagées sous l’angle de la mise en jeu de systèmes de signes* directement associés aux conduites motrices* des participants.

44Agir, c’est réagir, souvent même préagir*. L’activité physique est ainsi abordée dans la perspective de la relation du pratiquant à son environnement. Le milieu physique d’une part, le milieu humain d’autre part sont éventuellement porteurs de significations d’action qui peuvent profondément influencer les décisions motrices* du participant ; celui-ci peut à son tour orienter les réactions d’autrui par les propres significations susceptibles d’être associées à son comportement*. Cet aspect informationnel, si souvent négligé, est capital. Face aux myriades de stimulations qui l’assaillent, le sujet agissant va « lire » le milieu ; mais il ne va pas se contenter de prélever de l’information : il va interpréter certains stimuli en termes d’indices*, les regrouper en configurations à valeur de signe (praxèmes*) et leur attribuer un signifié en prise directe sur l’action motrice* engagée. Cette dimension symbolique, cette identification d’indices et de signes, ce décodage* et cet encodage donnent lieu au déploiement de la fonction sémiotrice*.

45Une telle perspective permet d’envisager les pratiques motrices sous un jour nouveau. Traditionnellement, le sport* est considéré comme un ensemble de techniques qui font essentiellement appel à des données descriptives de type bio-mécanique. La traduction pédagogique de cette conception s’est affirmée dans le passé par la répetition systématique de gestes « à vide » qui suscitaient de la part de l’enseignement des corrections portant principalement sur leur forme extérieure. Une partie importante de l’apprentissage de l’escrime, des sports de combat, du tennis, et même des sports collectifs consistait à reproduire des gestes considérés en eux-mêmes et non reliés aux réactions d’autrui. L’interaction* tendait paradoxalement à être exclue des situations sociomotrices*. L’élève répétait des techniques de frappe de balle, des mouvements de « prise », de « projection » ou de « fente » sous forme d’une exécution « à blanc » sans opposition authentique. Dans les situations psychomotrices*, on retrouvait fréquemment cette répétition du geste « à vide » : l’apprentissage de la natation sur tabouret en offre un exemple caricatural. La caractéristique de cette conception est de séparer le pratiquant de son milieu d’exécution, de réduire la conduite motrice à un mouvement. Toute conception qui choisit comme objet de l’éducation physique* le mouvement est ainsi vouée à méconnaître la richesse de la relation sémiotrice, laquelle ne se surajoute pas à la technique mais participe du contenu même de la conduite motrice.

46La perspective sémiotrice rompt totalement avec le point de vue traditionnel : elle considère que la relation avec l’environnement est au cœur de l’action motrice. Cette relation revêt cependant des aspects notoirement différents selon qu’elle est nouée avec l’environnement physique ou avec l’entourage humain.

DANS LES SITUATIONS PSYCHOMOTRICES

47La relation à autrui est ici absente : le pratiquant est le seul producteur de signification. Il affronte un milieu dénué d’intention et de malignité, mais éventuellement porteur d’incertitude*.

En milieu stable

48Dans le cas où l’espace sportif est stable et sans imprévu, le décodage sémioteur tend à disparaître. Une fois acquis, le stéréotype moteur* se déroule selon son propre programme interne, frayé et renforcé par d’innombrables répétitions : lancer du disque, saut en hauteur, plongeon, poutre, barre fixe... Persistent toujours certaines micro-régulations nécessaires, notamment quand les conditions de l’épreuve ne permettent guère un ajustement fidèle : longues courses d’élan des différents sauts (en hauteur, en longueur, à la perche), distances intermédiaires importantes au 110 mètres-haies et plus encore au 400 mètres-haies. L’environnement étant standardisé et constant, l’athlète « apprend » son espace psychomoteur et en épuise aisément l’information utile. Il n’a plus à guetter et à se tenir à l’affût ; une fois lancé, le mouvement se déroule de lui-même, sans décision supplémentaire, dans ce milieu protégé.

49Cependant, les propriétés de l’organisme humain n’autorisent pas une fidélité de reproduction « à toute épreuve » : le rôle de l’apprentissage sera précisément de développer et d’affiner cette sensibilité proprioceptive, cette sensibilité corporelle au geste accompli. C’est à ce niveau que se produit un déplacement du décodage sémioteur : les signifiants qui étaient primitivement des stimuli du monde extérieur, essentiellement prélevés par le canal visuel (parfois aussi par le toucher, l’audition ou la sensibilité vibratoire) deviennent de plus en plus des éléments de type kinesthésique. Le feed-back devient interne : la liaison avec l’extérieur est alors très affaiblie. C’est sur le mode proprioceptif que le sauteur en ventral perçoit la poussée de sa jambe d’appel et son ramener d’esquive, que le coureur de haies « place » son bassin, que le gymnaste exécute ses « temps » « d’ouverture » et de « casser ». Au cours de l’entraînement, le pratiquant tente d’affiner ces perceptions exquises, fortement empreintes de subjectivité, qui conditionnent les progrès ultérieurs.

50Dans un espace psychomoteur standardisé, schématiquement, un décodage proprioceptif se substitue progressivement au décodage extéroceptif. Le pratiquant perçoit et ressent un grand nombre de ses mobilisations corporelles ; l’observation du terrain révèle que cette sensibilité est manifestement perfectible. Cependant, l’accès à la prise de conscience des myriades d’ajustements, mobilisations et coordinations reste très partiel (il va sans dire que si, par impossible, cette avalanche d’informations parvenait au sujet, il serait submergé et totalement incapable de les traiter). En fin d’apprentissage, l’action se déroule de façon automatique, sans nécessité de prise de conscience, sans décision intermédiaire. Cette automatisation a pour avantage secondaire de libérer l’athlète ou le gymnaste qui pourra ainsi se consacrer à des micro-régulations d’affinement (pose du pied d’appel, piquer de la perche, déplacement rasant des appuis, enchaînement délicat de deux figures gymniques...). Le passé s’oublie ou tout au moins il ne persiste que sous son royal aboutissement : le programme performant d’un stéréotype moteur.

En milieu fluctuant

51La classe des situations psychomotrices dépourvues d’incertitude n’est pas un cas de figure hypothétique ; elle représente au contraire une catégorie privilégiée du sport qui rassemblait 42 % de toutes les épreuves lors des Jeux Olympiques de Montréal (figure 4). Cette situation extrême qui tend à devenir le degré zéro de la sémiotricité est choyée par l’institution. S’y opposent cependant de nombreuses pratiques dont l’audience grandit actuellement. Ces activités physiques libres de pleine nature se déroulent dans un environnement fluctuant doté d’une marge d’imprévu non négligeable : elles s’échelonnent sur la dimension domestication/sauvagerie* (figure 10). Plus la situation s’avance vers le pôle « sauvagerie », plus l’imprévu augmente. Le pratiquant doit « lire » le milieu, mais lire un « texte » qui en réalité n’a été écrit par personne. Il y a certes prise d’information, mais le processus va bien au-delà, car il s’agit précisément de donner une valeur « d’information », une valeur d’indice et de signe à certains stimuli noyés parmi des milliers d’autres. Le sujet agissant attribue un signifié praxique* aux signifiants de l’environnement : qualité de la neige et de la glace, dévers, rupture de pente ; écume, bouillonnement, ampleur de la « veine » ; importance des vagues, vents tournants. Il ne s’agit pas d’une simple lecture sémiotique, mais d’une interprétation des stimulations du milieu, immédiatement convertie en décisions motrices : prise de carres, dérapage, angulation ; gîte, appel d’incidence ; bordage des voiles, virement de bord. La régulation proprioceptive joue ici encore un rôle important mais elle reste dépendante des décisions liées aux fluctuations de l’environnement.

52Le décodage sémioteur, dont la mise en œuvre s’appuie d’ailleurs toujours sur des automatismes partiels, fait partie intégrante de la technique d’accomplissement moteur et en assure pour une grande part la réussite. Il sollicite l’intelligence psychomotrice* (estimation des intervalles, des vitesses, des dépassements et des convergences, reconnaissance des indices, évaluation des risques et des probabilités) et oriente les stratégies* d’action. Dans les pratiques sauvages, il est fortement imprégné d’aspects émotifs qui sont d’ailleurs fréquemment à la source des motivations du participant.

53Les codes* psychomoteurs, incontestablement liés à la subjectivité du sujet, dépendent de la nature de l’environnement mais aussi de la logique interne* du jeu sportif* considéré : contraintes des bouées, fanions et diverses balises des pratiques de pleine nature, franchissement des portes de slalom par l’avant ou par l’arrière en canoë-kayak, pénalisations prévues en cas de « faute »... Le décodage sémioteur fait corps avec l’apprentissage et est perfectible avec lui. La maîtrise de ces multiples codes est à la source de l’adaptabilité motrice. Dans cette perspective, le contact avec l’environnement est capital pour l’apprentissage moteur ; apprendre une technique, c’est en quelque sorte en apprendre le milieu.

DANS LES SITUATIONS SOCIOMOTRICES

54La communication* praxique suscite entre les pratiquants un échange de messages moteurs qui s’appuient sur une symbolique censée être commune.

55En dehors de la parole, le joueur peut utiliser le geste, la mimique ou la posture pour transmettre une intention ou un sentiment, une demande ou une consigne. Le débutant en abuse : il réclame le ballon en agitant les bras, il indique impérativement de la main à son partenaire le déplacement souhaitable, il frappe le sol du pied pour indiquer à son complice des Quatre coins qu’il souhaite échanger son territoire... Il s’agit de signes moteurs ou gestèmes* dont le signifiant corporel est conventionnellement associé à un signifié socio-affectif ou tactique. Ce code gestémique ne pose pas de grands problèmes et est repérable sur le terrain sans trop de difficulté. Au fur et à mesure que l’apprentissage progresse, le joueur délaisse ces messages, plaqués sur l’action dont ils ne font pas réellement partie, et qui dévoilent leurs projets à l’adversaire, au profit d’un code praxémique hautement original dont on n’a pas rencontré d’équivalent, semble-t-il, dans d’autres domaines sémiotiques.

56Chaque joueur sait que son comportement est perçu et interprété par les autres : il le voudra limpide pour son partenaire et trompeur pour son adversaire. La position des appuis, les placements et déplacements, l’obliquité de la raquette, l’orientation de la crosse de hockey, les changements de pieds, les accélérations... une foule de traits comportementaux liés à l’espace et à la durée sont repérés comme des indices et regroupés en praxèmes annonciateurs des sous-rôles sociomoteurs* imminents. Bon gré mal gré, chaque joueur, qu’il en ait une claire conscience ou non, encode sa conduite et décode celle de ses protagonistes.

57Ce code sémioteur est sous la dépendance des règles du, jeu. Celles-ci instaurent une logique interne dont les impératifs d’utilisation de l’espace, d’interaction avec autrui ou de rapport aux engins prédéterminent les conduites motrices de telle sorte que chaque participant attribue constamment un signifié praxique au comportement des autres joueurs. La réalité de ce codage apparaît à cru quand on observe la modification spectaculaire des réactions ludomotrices après un changement bénin des règles d’un jeu : alors qu’une quinzaine d’enfants jouent à Accroche-décroche par exemple, on introduit la variante qui attribue le rôle* de « poursuivant » au décrocheur (et non plus le rôle de « poursuivi »). Les réactions des joueurs sont bouleversées, les conduites de préaction* profondément modifiées. Bien que l’environnement physique et l’entourage humain soient restés rigoureusement identiques, le décodage sociomoteur fabrique un tout autre sens à propos des mêmes comportements : il s’agit alors en fait d’un autre jeu. La symbolique des comportements est bel et bien portée par la logique interne de la pratique.

58Cependant, dans le cadre des contraintes de la règle, le joueur dispose d’un grand nombre d’actes possibles ; cherchant à masquer son projet aux yeux de ses adversaires, il entretiendra l’ambiguïté de sa gestualité le plus longtemps possible.

59Une même séquence d’action peut être interprétée selon des praxèmes différents. Les signifiants praxiques, c’est-à-dire les comportements observables des joueurs, sont inéluctablement polysémiques : chacun pourra leur accorder un sens différent, selon sa subjectivité et sa compétence. Certains enchaînements apparaîtront plus probables que d’autres ; il y aura un pari stratégique à tenter. Voilà, certes, un code original dont les liaisons entre signifiant et signifié sont mouvantes et modifiables.

60En dernier ressort, le sens ne sera assuré qu’à l’achèvement de la séquence : le signe avant-coureur (le praxème) n’apparaîtra tel à coup sûr que lorsque la course sera terminée.

61Le footballeur qui se précipite pour « marquer » de près un attaquant adverse bien placé contribue lui-même à donner un nouveau signifié au comportement de son autre adversaire porteur de la balle. Nous sommes ici en présence d’une sémiotricité au second degré, souvent même au troisième degré, au cours de laquelle chacun anticipe ce que l’autre anticipe de ce qu’un troisième anticipe. Dans cette dynamique crépitante d’interactions collectives et de « mouvements d’ensemble », ce sont souvent des sociopraxèmes* que le volleyeur et le basketteur doivent interpréter. Il y a constamment communication sur une communication : « Cette apparente interaction que j’amorce en ce moment signifie en réalité que je vais faire ceci... », Ces métacommunications* sollicitent des processus socio-cognitifs complexes car il ne s’agit plus seulement ici d’apprécier, en termes de banale cinématique, des trajectoires et des vitesses. L’intelligence sociomotrice* des participants est mise à contribution de façon acérée et notamment dans les situations de conflit, là où la contre-communication* et son rapport de forces jouent un rôle majeur en accordant une place privilégiée à la feinte.

62Selon la logique interne des pratiques, on peut distinguer trois grandes catégories de sémiotricité.

Une sémiotricité de type instrumental

63Celle-ci caractérise les jeux sportifs dont les adversaires et/ou les partenaires sont désignés sans ambiguïté par la règle. Ce sont des conflits clairs qui sollicitent une métamotricité* opératoire au service de comportements de réussite univoques. Plusieurs cas sont possibles.

1 - Jeux de stricte coopération

64Les échanges sémioteurs sont dénués de « brouillage » car il n’y a aucun adversaire, et les partenaires peuvent, dans certains cas, communiquer par gestèmes sans coup férir (cordée d’alpinisme, équipage de voile, palanquée de nage sous-marine...). Si le milieu est stable et standardisé, la communication praxique devient limpide au point d’autoriser le montage d’un stéréotype moteur collectif qui sanctionne la quasi-disparition de l’activité sémiotrice (patinage artistique en mixte, aviron en équipe...) (figure 3).

2 - Jeux de stricte opposition

65Dans ce duel* à deux personnes, l’antagonisme à l’état pur engendre une sémiotricité de dissimulation, de piège et de ruse (escrime, sports de combat, tennis...).

3 - Jeux d’opposition et de coopération

66On y observe tous les jeux d’équipe à modèle de duel (sports collectifs, Balle au prisonnier, Barres...). La sémiotricité met en jeu des gestualités conflictuelles : la contre-communication y croise la communication. Sont sollicités les mécanismes très élaborés d’empathie*, d’anticipation* et de feinte qui provoquent la production de praxèmes dont le signifié tactique amorce le sous-rôle endossé par le joueur concerné. Accessoirement, les partenaires communiquent parfois par gestèmes, c’est-à-dire par des signes conventionnels, de la main ou du bras par exemple.

Une sémiotricité de type socio-affectif

67Elle joue sur la valeur affective et relationnelle que les protagonistes accordent à leurs échanges moteurs : passe de coopération, tir d’hostilité ou de paradoxale solidarité. Cette collaboration surgit avec le plus d’acuité quand la logique interne du jeu laisse chacun libre de choisir le type d’interaction, solidaire ou hostile, qu’il entend nouer avec tout autre. Totalement exclue du duel, cette ambivalence caractérise les jeux paradoxaux*. Cette forme de sémiotricité surplombe la première et fait basculer le jeu dans un autre univers. Elle déclenche la fantaisie primesautière de la communication ludique paradoxale ; elle provoque l’irruption d’actes irrationnels et d’un non-sens à la source d’un incontestable plaisir de jouer (la Balle assise, la Galoche, les Trois camps...).

Une sémiotricité de type référentiel

68Celle-ci s’apparente au langage dans la mesure où elle transmet un message qui fait référence à un contenu extérieur à la motricité* immédiate. Le référent (sentiment, idées, objet) est absent et évoqué par une gestualité symbolique plus ou moins figurative. Le mime, l’expression corporelle, certains jeux de rôles inclus dans les jeux sportifs traditionnels* (jeu des Métiers, jeu des Ambassadeurs...) en sont d’excellentes illustrations.

69On remarquera que tous les sports, sans aucune exception, se rangent sous la bannière de la sémiotricité de type instrumental. Les deux autres catégories, abondamment illustrées par des jeux traditionnels et certaines productions (mime, cirque, expression corporelle) restent étrangement ignorées ou rejetées par le jeu sportif institutionnel*.

LA CONCEPTION PIAGÉTIENNE EN CAUSE

70L’activité sémiotrice, dimension fondamentale de l’action motrice, reste cependant quelque peu méconnue, tant sur le plan de l’analyse des comportements ludiques que sur celui de l’intervention pédagogique. Un auteur aussi averti que Jean Piaget par exemple, avance à son égard d’étonnantes propositions : la fonction sémiotique* du jeu se développerait sans solliciter de façon notable le rapport au milieu et la communication avec autrui.

Une analyse réductrice

71Selon Jean Piaget, en effet, l’apogée du jeu symbolique est à situer entre deux et quatre ans. La fonction, qu’il nommait « symbolique » à l’origine et qu’il qualifie désormais de « sémiotique », correspond essentiellement à la représentation mimique, gestuelle ou verbale d’un objet absent. L’enfant joue à faire semblant, dans un jeu d’imagination où domine la fiction. Le bambin représente par exemple un canard mort en se couchant sur le sol ou imite une voiture en déplaçant bruyamment une boîte d’allumettes. Le symbolisme ludique est « avant tout assimilation du réel au moi » ((1), p. 153), écrit Piaget, une « pensée égocentrique à l’état pur » ((1), p. 175). Ainsi lié aux seules satisfactions du sujet incapable de différencier son moi du monde extérieur, le sémiotique ludique ne serait pas soumis aux normes du réel ni aux contraintes de l’interaction avec autrui.

72Cette étonnante séparation de la fonction sémiotique et de la communication est explicitement réaffirmée par l’auteur de « La formation du symbole chez l’enfant » quand il oppose le symbole à la règle : « Au rebours du symbole, commente-t-il, la règle suppose nécessairement les relations sociales ou interindividuelles » ((1), p. 120). Le biais semble flagrant : l’illustre auteur restreint la fonction sémiotique du jeu au cas particulier de la fiction et du simulacre subjectif ; comme il associe ces derniers à la pensée fortement égocentrée de la prime enfance, il les dissocie donc d’une relation équilibrée avec la réalité du monde extérieur. En concluant que « chez les grands..., la règle élimine le symbole » ((1), p. 178), l’auteur étonne le lecteur familier des pratiques ludiques de l’enfant et de l’adolescent. En effet, sur le terrain, non seulement la mise « en jeu » du symbole et de l’activité sémiotique n’est pas éliminée par la règle mais, à l’opposé, elle semble profondément sollicitée et modelée par celle-ci. Directement issue du corps des règles, la logique interne du jeu représente la matrice qui génère le symbole, qui génère les conduites d’encodage et de décodage sémioteurs. Manifestement, l’analyse piagétienne paraît bien réductrice, qui repose sur d’incessants glissements de sens affectant des termes tels que « jeu », « symbole » ou « sémiotique ».

73Une analyse du jeu sportif (qui ne se contente pas de l’observation du jeu de billes et des activités ludiques d’appartement) ne peut souscrire au point de vue piagétien. L’activité sémiotique dont parle Piaget ne concerne que la sémiotricité référentielle et ignore superbement la sémiotricité instrumentale, pourtant massive, et la sémiotricité socio-affective dont regorge le jeu paradoxal. En outre, la fiction égocentrée du faire-semblant qui détient l’exclusivité du symbolisme piagétien n’est qu’un cas particulier et fort restreint de la sémiotricité référentielle : celle-ci peut revêtir des formes adultes hautement élaborées, associées à des méta-codages parfois très abstraits, tels qu’on les observe dans les jeux de rôles, le mimodrame ou l’expression corporelle. Les codes de communication et les systèmes de signes représentent le cœur même de la fonction sémiotrice : c’est bien là un enseignement compatible avec les trois dernières décennies de la recherche sémiologique. Loin de se confiner dans une activité d’imagination centrée sur soi comme l’affirme Piaget, la fonction sémiotique s’épanouit au contraire dans la relation avec le milieu extérieur et dans l’interaction avec autrui.

L’intelligence opératoire : un primat méthodologique

74Il est d’autant plus étonnant que Piaget ait opéré un tel réductionnisme à propos du jeu, des pratiques corporelles et du symbole qu’un de ses apports majeurs est précisément d’avoir remis en question le primat absolu du verbe. Il revalorise en effet de façon éclatante une fonction sémiotique globale accordant une place nouvelle à des activités habituellement sous-estimées par rapport au langage, telles que l’imitation, le dessin, le jeu ou les images mentales.

75Finalement, et cette position apparaît paradoxale dans son œuvre, Piaget a effectué une coupure entre l’action motrice et la fonction sémiotique. Bien qu’il ait privilégié au départ l’activité sensori-motrice dans laquelle il décèle les prémisses de l’intelligence, le fondateur de l’épistémologie génétique envisage le développement de l’enfant comme un dégagement progressif des pesanteurs de l’activité motrice au profit de l’épanouissement d’une pensée abstraite, logique et formelle. S’il souligne le rôle initial d’une intelligence motricisée*, il se désintéresse totalement de l’intelligence motricisante*. C’est souligner au passage à quels contresens s’exposent les conceptions de l’éducation physique et de l’apprentissage moteur qui prétendent se fonder sur la théorie de Piaget. Ce qui retient l’attention de celui-ci, ce n’est pas l’action motrice mais le passage du percept au concept.

76Comment un auteur qui a tant insisté sur l’importance de la motricité, du jeu et de la fonction sémiotique peut-il déboucher sur ce qui apparaît en définitive comme une dévalorisation de la fonction sémiotrice ? Il convient de replacer les travaux du chercheur dans son cadre global : le psychologue s’efface alors derrière l’épistémologue. Les contradictions peuvent être levées si l’on resitue les interprétations proposées dans leur projet d’ensemble : l’analyse du développement opératoire de l’intelligence. Comment l’enfant apprend-il peu à peu à penser ? Voilà la question-clef de l’oeuvre piagétienne. À vrai dire, dans l’étude de ce thème d’épistémologie* génétique, la motricité en tant que telle n’intéresse guère l’auteur, le jeu non plus, à peine le symbole. Ou tout au moins, ces phénomènes ne l’intéressent que latéralement, dans la mesure où ils offrent des champs d’accomplissement révélateurs de l’activité cognitive lors de sa marche progressive vers la réversibilité opératoire. L’attitude restrictive de Piaget peut ainsi être interprétée comme une condition méthodologique nécessaire à l’étude de l’intelligence opératoire.

L’innovation piagétienne : une capacité générale à signifier

77Si l’on souhaite étudier non plus le développement des opérations cognitives mais l’action motrice (dont la dimension cognitive est bien entendu un facteur important), la coupure méthodologique précitée peut être effacée. À ce titre, l’exemple de la fonction sémiotrice est éloquent : une grande partie des travaux de l’École de Genève portant sur la perception, la décentration*, la genèse des opérations concrètes, les images mentales, bref portant sur la coordination des actions, peut féconder de façon remarquable l’étude des processus de sémiotricité à l’œuvre dans le jeu sportif. En dévoilant la présence d’une fonction sémiotique assimilable à une capacité générale à signifier qui s’exerce notamment dans le domaine moteur, en bousculant ainsi de belle façon la traditionnelle primauté langagière, Piaget a précisément jeté les bases d’une étude du rôle sémiotique de la gestualité et des manifestations praxiques.

78Le paradoxe méritait d’être souligné : l’auteur qui fournit le cadre conceptuel le plus propice à l’approfondissement des conduites de jeu et de leur fonction sémiotrice a brutalement fermé la fenêtre au moment précis où devenait prometteur le paysage qu’il avait lui-même contribué à peindre. Au praxéologue peut-être de rouvrir l’étude en s’appuyant sur la pertinence* non de l’intelligence, mais de l’action motrice.

UN REGARD NOUVEAU SUR L’ÉDUCATION MOTRICE

79Des rapides analyses précédentes il ressort que l’action motrice ne peut se définir par une technique formelle qui s’épuiserait dans la bio-mécanique. Fondamentalement, elle prend sens dans une relation du pratiquant avec le milieu d’accomplissement, ce qui ne nie pas le constant intérêt des données bio-mécaniques, mais les resitue dans leur contexte signifiant. Le codage sémioteur, traditionnellement délaissé, peut devenir l’axe de l’apprentissage moteur : l’activité de symbolisation et d’interprétation des signes y prend un relief jusqu’ici insoupçonné. Cette orientation peut entraîner des conséquences importantes, tant dans les pratiques d’éducation physique que dans l’entraînement des sportifs de haute compétition.

Un exemple : l’apprentissage du ski

80Dans le cas du ski, les tests rituels des Étoiles sont les indicateurs d’une conception mécaniste demandant essentiellement la reproduction fidèle de mouvement-types décrits dans un mémento officiel. Il y a soumission à la description extérieure d’une technique et non adaptation aux caractéristiques du terrain. La Fédération française de ski a fondé son apprentissage sur le chasse-neige (où les skis sont ouverts), censé préparer le stem-christiania (où les skis semi-ouverts commencent à se rapprocher), lui-même trouvant peu à peu son aboutissement dans le christiana pur (où les skis rapprochés sont parallèles). Voilà un exemple typique de progression d’enseignement qui construit sa rationalité sur la forme extérieure des gestes. La lecture du terrain apparaît bien secondaire dans cette méthode où le rapprochement progressif des skis justifie de façon extraordinairement naïve la succession des étapes. La filiation supposée entre la première et la dernière étape ne correspond à aucune réalité : le chasse-neige est un virage statique qui s’effetue par le déplacement du poids du corps d’un ski sur l’autre sans allégement ni changement de carres, alors qu’à l’inverse le christiania est un virage dynamique fondé sur l’allégement et le changement de carres (et toutes les synergies musculaires en sont radicalement modifiées). L’expérience révèle d’ailleurs que cette méthode mène à des impasses pédagogiques. La deuxième partie de l’apprentissage consiste en effet à tenter de faire oublier ce qui a été appris pendant la première ! Soumis à cette progression du chasse-neige, l’élève tend à reproduire les gestes préalablement acquis sur des terrains où ils sont devenus totalement inadaptés voire dangereux (ouverture du chasse-neige sur pente forte ou à grande vitesse par exemple.

81À l’opposé de cette méthode, on peut proposer au débutant une pratique qui, d’entrée de jeu, le sensibilise au contact avec la neige, la pente et le relief : faire en sorte que le skieur ne reproduise pas des « mouvements » mais choisisse des conduites motrices d’adaptation aux traits du milieu. Le décodage du terrain (bosse, dévers, rupture de pente, glace, bourrelets, neige croûtée, damée ou profonde...) participe ainsi de l’apprentissage tout en sollicitant de façon intense la dimension affective qui est partie prenante de la décision motrice et du processus sémioteur. Privilégiant la relation au milieu dans la structure même de l’action motrice, cette pédagogie* du ski suscite des pratiques très différentes des procédures traditionnelles, et de nombreuses expériences du terrain ont montré son efficacité.

82Ce rapide exemple particulier veut suggérer un phénomène général : toutes les pratiques s’étageant sur la dimension domestication/sauvagerie ressortissent à cette conception qui valorise le contact avec l’environnement et l’adaptabilité motrice (canoë-kayak, voile, randonnées, planche à voile, vol libre, escalade, plongée sous-marine, spéléologie...).

La diversité sémiotrice

83Les processus sémioteurs diffèrent de façon considérable selon qu’ils concernent les pratiques en isolé ou les situations d’interaction, les compétitions* classiques de duel, les jeux paradoxaux ou l’expression corporelle. Il serait donc abusif de penser qu’une seule catégorie de pratiques est représentative de l’ensemble ou, pire encore, qu’elle est « supérieure » aux autres. Il semble par contre souhaitable d’offrir à l’enfant l’éventail des formules le plus large possible dans la perspective diversifiée de l’adaptabilité motrice.

84Choisir un sport, c’est choisir une forme de sémiotricité. Proposer à l’enfant des pratiques précises et répétées, c’est sémiotriciser* sa conduite, c’est forger en lui un habitus* sémioteur. Il n’est d’ailleurs pas rare de reconnaître sur le stade les réactions typées d’un habitus envahissant, réactions parfois si caractéristiques qu’elles font par exemple dire d’un joueur qui évolue sur un terrain de football : « C’est un rugbyman ! ». Dans ce cas, le pratiquant n’est sensible qu’à l’univers de signification de son sport favori : il fait tellement corps avec la« grammaire » de son jeu qu’il la transpose dans les autres pratiques. Encourager de telles rigidités ne semble guère souhaitable.

85Sur un plan plus général, l’habitude est aujourd’hui fortement ancrée de n’envisager le jeu sportif collectif que sous la forme des deux équipes antagonistes du duel. Cette sémiotricité instrumentale, qui rapproche le jeu du travail, est loin d’épuiser le champ des possibles. Les jeux paradoxaux n’offrent-ils pas un intérêt pédagogique considérable dans la mesure où leur ambivalence fait vivre aux pratiquants l’ambiguïté des choix relationnels, si fréquente d’ailleurs dans les situations sociales réelles ? Interagir en endossant des rôles sociomoteurs changeants et fantasques, choisir des rapports contradictoires de communication et de contre-communication, modifier fréquemment la symbolique des échanges par un jeu de métacommunications motrices déroutantes, toutes ces conduites d’interaction engagent une sémiotricité paradoxale ignorée du sport et dont on peut penser que la valeur éducative n’est pas négligeable. En faisant jouer le paradoxe, l’effet pervers ludique* contribue à en déjouer les maléfices.

86Une sémiotricisation* étroite des conduites de l’élève semble manifestement à rejeter : faire vivre à l’enfant les diverses formes de sémiotricité, faire prendre conscience le plus tôt possible de leurs ressources très différentes, voilà un objectif-clef de l’éducation physique.

L’entraînement sportif

1 - Une clef de voûte

87Le point de vue sémioteur peut devenir la clef de voûte de l’entraînement sportif : apprendre à déchiffrer le comportement d’autrui et à masquer le sien, à prélever la bonne information et à en suggérer une douteuse.

88Bien entendu, de nombreux entraîneurs en ont pris conscience ; cette optique intervenait d’ailleurs nécessairement dans tout entraînement, mais souvent de façon latérale et peu explicite, presque de surcroît. Il s’agirait de l’approfondir et de la systématiser.

89On aurait alors bien des surprises. Quand on analyse les films des rencontres sportives de haut niveau, on s’aperçoit par exemple que sont fréquemment erronés les conseils classiques donnés par le technicien au sujet des éléments de base du comportement moteur et des signaux tactiques à prélever chez autrui. Quand on interroge des pratiquants sur les indices guidant leurs décisions motrices, quelques-uns parviennent à les expliciter, certains n’y réussissent pas, beaucoup en proposent d’erronés. Un sportif capable de triompher d’une tâche* sociomotrice avec panache peut se révéler incapable d’expliquer comment il s’y prend : il utilise bel et bien des indices pertinents mais sans s’en rendre vraiment compte. Sans doute convient-il donc de se méfier du « vécu » : le brio de l’athlète ne garantit pas la justesse de son analyse. Les mêmes constatations ont d’ailleurs été relevées en ergomotricité* : dans le monde du travail, les ergonomes se sont aperçus depuis longtemps que de remarquables exécutants, devenus agents de maîtrise, enseignaient leurs tours de main en imposant de faux signaux qu’ils croyaient pourtant évidents. Ces exemples montrent bien la faillite du « vécu » dans de nombreux cas, le caractère non conscient de certains processus sémioteurs et la nécessité du détour théorique sans lequel le problème restera obscur.

90On peut envisager un entraînement tactique qui sensibiliserait les joueurs aux processus de prise d’information pertinente et d’offre d’information non pertinente. Quels sont les indices valides que je puis déceler dans le comportement de mes adversaires et de mes partenaires ? Ont-ils des praxèmes préférentiels, à leur insu ? Truquent-ils leurs signaux et de quelle manière ? Comment agir pour être opaque à l’adversaire et être lu « à livre ouvert » par le partenaire ? Comment « brouiller » les codes de façon efficace ? Pour chaque sport, il est possible de mener une analyse sémiotrice pouvant déboucher sur des formules d’entraînement nouvelles (sports collectifs, tennis, sports de combat, escrime...). L’observation des matchs passés peut devenir une précieuse source de connaissance quant aux codes praxémiques de tel joueur ou de telle équipe.

2 - La stratégie : une production d’incertitude

91Finalement, il s’agit d’entretenir ou de traquer l’incertitude. D’une façon générale, dans les duels sportifs, la stratégie la plus efficace est celle qui plonge l’adversaire dans un continuel aléa afin de lui interdire de préagir de façon opportune, de préparer à coup sûr la bonne parade et la bonne riposte. Plusieurs types d’actions sont susceptibles d’entretenir cette confusion : adopter des combinaisons tactiques inédites et donc peu prévisibles, rendre extrêmement plausibles des enchaînements tactiques qui en réalité ne seront pas achevés (feinte, contre-pied, brusque renversement d’attaque...), rendre également probables les multiples possibles dont on dispose, ce qui revient à maximiser l’incertitude. Une telle stratégie vise à dérouter l’adversaire en jouant sur la polysémie des praxèmes et en se rendant imprévisible ; elle suppose que l’individu ou l’équipe ait à sa disposition un très riche répertoire de comportements de jeu et sache les varier à bon escient.

3 - La sémiotricité s’apprend

92On peut penser que la préparation sportive s’orientera de plus en plus vers la création de ces comportements générateurs d’incertitude, création qui nécessitera une mise au clair des phénomènes-clefs d’encodage et de décodage comportementaux. Cette adaptabilité aux signaux praxiques ne s’acquiert pas toujours de façon spontanée. La compétence sémiotrice s’apprend. Elle est éminemment perfectible par un apprentissage explicite qui aide le sujet agissant à prendre conscience du rôle des indices dans sa décision motrice. Il conviendra d’organiser les situations d’entraînement qui permettront de faire vivre et de maîtriser sur le terrain les processus d’encodage et de décodage sémioteurs.

93► Indice, praxème, code sémioteur, incertitude, anticipation motrice.

BIBLIOGRAPHIE

94(1) Piaget (J.).- La formation du symbole chez l’enfant. Neuchâtel : Delachaux et Niestlé, 1968.

SIGNE

95■ Le signe linguistique est l’association d’une forme sonore (le son perçu) encore appelée signifiant et d’un contenu sémantique (le sens compris) encore appelé signifié.

96De nombreux mots, le mot « sport* » par exemple, sont des signes. Le signe est une entité à deux faces, le signifiant et le signifié, aussi indissociables que le recto et le verso d’une feuille de papier, pour reprendre la comparaison de Ferdinand de Saussure ((1), p. 157).

97Dans le domaine des pratiques motrices, le signe présente une forte originalité : le signifiant est formé des manifestations observables du comportement moteur* (mimiques, postures, gestes, déplacements, démarrages...) et le signifié correspond au sens tactique et relationnel associé à ces manifestations comportementales (appel de passe, amorce d’écran, démarrage de débordement...). Cette relation de dépendance entre signifiant et signifié révèle qu’à l’inverse du signe linguistique, le signe ludomoteur n’est pas arbitraire, mais étroitement lié aux catégories d’action à l’œuvre sur le champ de jeu.

98La capacité de produire et de reconnaître des signes corporels (gestèmes* et praxèmes*) est un des phénomènes majeurs caractérisant les conduites motrices* qui se déploient au cours des jeux sportifs*. Cette capacité s’épanouit dans la fonction sémiotrice*. Les signes ludomoteurs les plus importants, les praxèmes, correspondent à une interprétation des indices* portés par les conduites motrices des autres joueurs. Cette interprétation représente un décodage* subjectif qui tente de déceler les catégories praxiques* en germe dans l’action présente. Ce décodage sémioteur est capital en ce qu’il fonde les conduites d’anticipation* et de préaction*. Bien que la logique interne* du jeu considéré restreigne le champ des possibles, la marge d’initiative et de dissimulation de chaque participant reste importante. L’identification des signifiants sera donc difficile, la reconnaissance des signifiés délicate. Ainsi le praxème est-il inéluctablement polysémique.

99Dans toute rencontre motrice, les échanges praxiques reposent sur des échanges de signes : il y a communication sans langage. Ce foisonnement des signes gestuels et moteurs suscite une sémiotricité* riche et souvent subtile.

100► Indice, praxème, code sémioteur, sémiologie, sémiotricité.

BIBLIOGRAPHIE

101(1) De Saussure (F.).- Cours de linguistique générale. Paris : Payot, 1972.

SITUATION COMOTRICE ❀

102■ Situation motrice* qui met en présence, éventuellement en concurrence, plusieurs individus agissants, mais sans provoquer d’interactions motrices* opératoires constitutives de l’action à accomplir.

103Les situations comotrices surabondent dans la vie quotidienne (marche dans la rue, activités domestiques, travail en atelier ou en usine...), dans la vie de loisir (jogging, ski, surf, bicyclette, roller, randonnées...) ou dans la vie du sport* (tir à l’arc ou à la carabine, courses d’athlétisme en couloir, natation, sauts et lancers d’athlétisme, course cycliste contre la montre...). En traitant l’entrée comotricité*, il a été souligné que ces pratiques pouvaient être accomplies en simultanéité ou en alternance.

104À vrai dire, les situations comotrices font souvent illusion sur le plan des liaisons interindividuelles. On a tendance à les percevoir comme des situations sociomotrices* mais il n’en est rien : ce ne sont pas des pratiques de coopération ou d’opposition au cours desquelles l’action de chacun dépend de celle des autres. Il s’agit d’activités exécutées en compagnie mais que l’on pourrait dans leur intégralité accomplir seul, comme par exemple une course de 110 mètres haies, une descente en canoë-kayak ou un parcours en VTT. L’interaction motrice ne fait pas partie de la logique interne* de l’activité. Ainsi que l’indique la figure ci-contre, nous sommes en présence d’un sous-ensemble des situations psychomotrices* (et non des situations sociomotrices). La co-présence d’autrui, lui aussi agissant, parfois même concurrent, ne va pas sans exercer une influence de type affectif mais, encore une fois, l’interaction éventuellement suscitée n’est pas partie constitutive de la tâche motrice* engagée pouvant être menée à bien indépendamment de cette intervention. En bref, dans une situation comotrice, les participants agissent ensemble tout en étant séparés.

Image 10000000000002230000010B11FD46F7.jpg

Dans l’ensemble des situations motrices, les situations comotrices constituent un sous-ensemble des situations psychomotrices.
Ne sollicitant pas d’interactions motrices nécessaires à l’accomplissement de l’action entreprise, les situations comotrices appartiennent aux situations psychomotrices et non aux situations sociomotrices.

105► Situation motrice, comotricité, interaction motrice, psychomotricité, sociomotricité.

SITUATION MOTRICE

106■ Ensemble de données objectives et subjectives caractérisant l’action motrice* d’une ou de plusieurs personnes qui, dans un milieu physique donné, accomplissent une tâche motrice*.

107Certaines données, de type objectif, sont directement associées à la tâche considérée : caractéristiques de l’espace, des engins et des sujets, nombre de participants, règlement... ; d’autres, de type subjectif, renvoient aux caractères des conduites motrices* mises en jeu : motivations et perceptions des joueurs, attentes et anticipations motrices*... Un athlète qui prend son élan sur le sautoir, une phase précise de basket ou de volley, un assaut d’épée, une partie d’Épervier représentent des situations motrices. Par extension, on dira que « le » football, « le » lancer du disque, « le » canoë-kayak, « la » Balle au chasseur ou une baignade sont des situations motrices.

108L’analyse conduit à effectuer une distinction capitale entre les situations psychomotrices* et les situations sociomotrices* (figure 25).

109► Tâche motrice, conduite motrice, fonction praxique, situation psychomotrice, jeu sportif.

Image 100000000000030D0000041D8DD09A53.jpg

Figure 25
Les grandes catégories de situations motrices.

SITUATION PSYCHOMOTRICE

110■ Situation motrice* ne mettant pas en jeu d’interaction motrice essentielle*.

CARACTÉRISTIQUES

111Par définition, ces situations sont totalement dénuées de communication praxique*. L’individu y agit en isolé, sans nouer d’interaction opératoire avec un autre intervenant (lancer de javelot, barres asymétriques, ski, vol à voile, construction de châteaux de sable, glissade sur une mare gelée, parcours à l’aventure...). Dans ce cas, la co-motricité* fait défaut : tout au plus peut-on parfois observer des interactions motrices inessentielles*, par exemple quand l’athlète tient compte de la position de ses concurrents dans une course en couloir ou quand il subit l’influence du comportement gestuel de son entraîneur et du public. Mais ces interactions inessentielles, contingentes et inconstantes, ne font pas partie de la définition de la tâche* : la co-motricité n’est pas réductible à une co-présence.

112Ignorant le contact entre sujets agissants, les situations psychomotrices se caractérisent par le contact qu’elles provoquent avec l’environnement. Ce dernier impose des obstacles objectifs dont la nature va profondément influencer l’activité perceptive et décisionnelle du pratiquant. La logique interne* de la situation est liée au degré de stabilité des différents obstacles du milieu : en fonction des règles qui fixent le niveau de codification de l’environnement, chaque jeu psychomoteur* peut être situé sur une dimension domestication/sauvagerie*. Lorsque l’espace est totalement stabilisé, il n’est plus porteur d’incertitude* et l’imprévu disparaît : le décodage sémioteur* du milieu perd sa fonction et la situation psychomotrice tend alors à engendrer un stéréotype moteur* hautement performant (athlétisme, gymnastique au sol et aux agrès, natation...). Lorsque le milieu est, par contre, effervescent et chargé d’incertitude, le participant doit faire preuve d’adaptabilité : il doit « lire » l’environnement, déceler les indices* pertinents qui lui permettront d’adopter les conduites* d’anticipation motrice* les plus efficaces (spéléologie, alpinisme, descente de rivière, plongée sous-marine, ski, vol libre, voile...). Bien que souvent méconnu, ce décodage sémioteur joue alors un rôle capital : il est partie prenante dans les décisions motrices* qui mettent en œuvre sur le champ la stratégie* du pratiquant. Sollicitant l’intelligence psychomotrice*, très perfectible avec l’apprentissage, la sémiotricité* est au cœur de l’adaptabilité.

IMPORTANCE SOCIALE

113Les pratiques psychomotrices sont innombrables dans la vie quotidienne, dans le monde du travail et dans les activités de loisir. L’institution sportive leur accorde une place privilégiée : 46 % de l’ensemble des épreuves des Jeux Olympiques de 1976 leur ont été consacrés (figure 4), et deux de leurs grandes catégories, l’athlétisme et la natation ne sont-elles pas habituellement qualifiées d’« épreuves-reines » de ces mêmes Jeux Olympiques ?

114Les activités psychomotrices spontanées de l’enfant et de l’adulte sont pléthoriques ; aussi se retrouvent-elles nombreuses dans les jeux sportifs traditionnels* : Toupie, Cerceau, jonglages, tir à l’arc, patinage, lancers divers, parcours multiples... Cependant, les jeux psychomoteurs aux règles partagées et socialement répandues sont aujourd’hui essentiellement des sports*. Ceux-ci ont peu à peu absorbé certains jeux traditionnels qui les précédaient en les transformant et en les soumettant à leur propre système de règles ; le cas est flagrant dans les sports de pleine nature qui, dès qu’ils atteignent une certaine audience, sont coiffés par une fédération : canoë-kayak, sports sous-marins, surfing, vol libre, planche à voile (il est à remarquer qu’une partie non négligeable des participants refuse de plus en plus aujourd’hui de passer sous les fourches caudines des fédérations et pratique librement en retrouvant l’esprit des activités traditionnelles).

115Le contrat ludique* des jeux psychomoteurs institutionnels* impose un cadre rendant précises et constantes les contraintes de l’épreuve : la codification de l’environnement et l’uniformisation des règles de pratique rendent comparables des lancers de poids ou des triples sauts, qu’ils aient lieu à Tokyo ou à Montréal, en 1964 ou en 1976. L’institution tente ainsi de dépasser les aspects anecdotiques et locaux de chaque épreuve pour déboucher sur une conception universelle du sport. Le contrat ludosportif*, expressément conçu pour autoriser la comparaison des épreuves et la mise en mémoire des résultats (les « tablettes »), aboutit inéluctablement à la mise en valeur des performances, à la prise en compte des records, à une valorisation de la comptabilité.

116Les situations psychomotrices « arrêtées » par l’institution constituent des situations d’action exceptionnelles et offrent de véritables laboratoires d’expérimentation des performances motrices humaines. Rendues pures et dures par l’ascèse de la règle, elles exaltent l’homme seul qui vainc le monde et se vainc lui-même. La logique de la situation ne pouvait manquer de donner naissance, un peu hâtivement, à une psychologie du « dépassement » et à une sociologie du « progrès de l’homme ».

117Sans doute serait-il sage d’éviter des propositions aussi hasardeuses pour ne pas dire naïves. À moins que ces affirmations, dont le propos est d’assimiler le progrès de l’homme à l’amélioration de ses performances sportives chiffrées, ne deviennent elles-mêmes l’objet d’une prise de recul critique. En effet, ne voit-on pas sourdre ici, à l’occasion des exploits des dieux du stade, un des éléments majeurs de la vaste fresque qui accorde au sport une place de choix dans la mythologie moderne ?

118 Situation motrice, interaction motrice essentielle, psychomotricité, indice, domestication/sauvagerie.

SITUATION SOCIOMOTRICE

119 Situation motrice* mettant en jeu une interaction motrice essentielle* (ou communication praxique *).

120Celle-ci peut se manifester directement sous forme de communication motrice* entre partenaires (cordée d’alpinisme, couple de patinage, équipage de voilier, équipe de relais...), sous forme de contre-communication motrice* entre adversaires (assaut d’escrime, tennis en simple, sports de combat...), ou encore en entremêlant ces deux formes (sports collectifs, jeux traditionnels* tels les Barres, le Drapeau, la Délivrance...). Elle peut aussi se manifester indirectement sous forme de gestèmes* et de praxèmes* qui préparent, orientent et pré-organisent ces interactions directes* de co-motricité*.

121La distinction entre situations psychomotrice* et sociomotrice est capitale tant dans l’analyse différenciée des phénomènes techniques et tactiques que dans les conséquences pédagogiques très variables entraînées respectivement par ces deux catégories si différentes l’une de l’autre. En effet, l’intervention de la communication praxique bouleverse la motricité* (codage et décodage* des comportements* d’autrui, projets et décisions* des autres joueurs, anticipation* d’anticipation, réseau de communication*, relations affectives, métacommunication motrice*, agression corporelle...).

122► Interaction motrice, communication praxique, sociopraxie, sociomotricité, métacommunication motrice.

SOCIOMOTRICITÉ

123■ Champ et caractéristiques des pratiques correspondant aux situations sociomotrices*.

124Le trait fondamental de ces situations est la présence d’une interaction motrice*, partie prenante nécessaire dans l’accomplissement de la tâche* engagée (sports de combat, escrime, tennis, tous les jeux sportifs* collectifs, construction de cabanes en équipe, activités collectives multiples...). Cette interaction, trait distinctif qui oppose sociomotricité à psychomotricité*, souligne le caractère central du rapport que la personne agissante entretient avec les autres intervenants ; elle est l’un des critères majeurs de classification* de l’ensemble des situations motrices* (figures 1, 2, 3, 25).

UNE DISTINCTION FONDAMENTALE

125On pourrait objecter que toute conduite est enracinée dans le social, façonnée par un milieu culturel, et en conclure que toute conduite psychomotrice est de ce fait aussi sociomotrice. La première partie de cette remarque est bien entendu fondée et renvoie au concept d’ethnomotricité* qui rend compte des poids socio-culturels s’exerçant sur les activités motrices, tant individuelles que collectives. Mais la confusion entre psychomotricité et sociomotricité révélerait une nette incompréhension de la démarche méthodologique suivie. Ce qui oppose en effet ces deux concepts ne tient pas à de vagues considérations générales sur la nature ou l’origine des conduites humaines mais se réfère, dans des pratiques de terrain bien définies, à la présence ou à l’absence de communication praxique*. Trait distinctif opposant les deux concepts, cette communication praxique prend corps dans des comportements* observables et reproductibles sur le terrain ; elle peut ainsi donner lieu à une étude différentielle rigoureuse des différentes situations motrices. C’est bien là le caractère majeur des définitions opérationnelles.

126La distinction entre psychomotricité et sociomotricité s’avère fondamentale. Les conduites motrices* qu’elles mettent respectivement en jeu sont de nature radicalement différente. L’interaction corporelle est génératrice d’une sémiotricité* originale dont ne peuvent être que totalement dépourvues les situations psychomotrices*. Intervient en effet la communication praxique qui bouleverse l’action motrice* : le sujet agissant doit alors affronter d’autres centres de signification et de décision*. Tout est changé : l’incertitude* issue des conduites d’autrui et celle provenant du milieu physique inerte et déterministe ne sont pas du même type. Les processus de décodage sémioteur* diffèrent considérablement d’un cas à l’autre : les échanges de signification, les feintes, les métacommunications*, les relations paradoxales ne peuvent se manifester qu’en situation d’intermotricité.

127Les phénomènes sémioteurs et socio-affectifs suscités par la sociomotricité sont originaux et irréductibles à la simple addition des phénomènes observables en isolé. Il y a surgissement de nouveauté. L’anticipation* de l’anticipation d’un adversaire est qualitativement différente de l’anticipation concernant un contre-courant de rivière, une ascendance thermique ou la résistance d’une croûte neigeuse. Les décisions et les stratégies motrices* du pratiquant qui doit composer avec les choix d’autrui sont irréductibles aux décisions et stratégies motrices mises en œuvre dans le cadre du monde inerte de la nature.

VARIÉTÉ ET RICHESSE DE L’INTERACTION MOTRICE

128L’interaction motrice n’est pas monolithique. D’une part elle admet deux grandes variétés opposées, la communication* et la contre-communication motrices* ; d’autre part elle autorise, pour chacune de celles-ci, des modalités de pratique très diversifiées selon les normes du contrat ludique* (distances de charge*, modes de contact, prises en compte des réussites et des scores, possibilités de coalitions...). Dans les jeux sportifs, ces caractéristiques sont directement liées à la logique interne* du jeu, laquelle s’inscrit dans des universaux* précis : réseaux de communication*, systèmes des scores*, réseaux des rôles sociomoteurs*... La nature du réseau de communication, la part respective qu’il accorde à l’antagonisme et à la solidarité interviennent ici pour une part prépondérante.

129Ce type d’analyse semble autoriser l’hypothèse selon laquelle les pratiques d’intermotricité déclenchent et développent chez l’enfant des processus socio-cognitifs originaux. La connivence et/ou l’affrontement des volontés qui prennent corps sur le terrain suscitent de multiples coordinations et symbolisations, opérations dont le contenu diffère de celui des actions en isolé. À ce titre, on peut envisager une intelligence sociomotrice*, distincte de l’intelligence psychomotrice*. Cette différenciation entre situations motrices possède des prolongements en éducation physique*. Le motricien* souhaitant développer les phénomènes de communication et d’échange avec autrui risque fort de se payer de mots s’il concentre son intervention sur l’athlétisme, la gymnastique, la natation ou le ski, activités toutes dépourvues d’interaction. Il apparaît clairement que le motricien doit prendre en compte les mécanismes mis enjeu par les différentes pratiques afin d’adapter à son projet pédagogique les situations proposées à ses élèves.

130On peut penser que la coopération et/ou l’affrontement sociomoteurs, par les métacommunications et les codages sémioteurs qu’ils provoquent, par les décisions et les stratégies motrices qu’ils suscitent, par les expériences variées d’échanges et de conflits qu’ils organisent, fertilisent de façon non négligeable le développement de l’enfant, tant du point de vue socio-affectif que socio-cognitif.

131► Interaction motrice, psychomotricité, communication praxique, sémiotricité, jeu sociomoteur.

SOCIOPRAXÈME

132■ Praxème* collectif porté par les conduites motrices * d’interaction* de plusieurs co-participants qui s’interinfluencent dans l’accomplissement tactique d’une tâche motrice* commune.

133Un sociopraxème joue de la connivence (entre partenaires) et de la feinte (vis-àvis de l’adversaire). Un déploiement des trois-quarts au rugby avec fixation de l’opposant direct, course croisée ou passe redoublée, avec « appel » par débordement ou retour vers l’intérieur, se fonde sur des sociopraxèmes qui laissent une marge de décision* en fonction des réactions de l’adversaire. Tous les jeux d’équipe font appel à des sociopraxèmes plus ou moins élaborés et qui dénotent pour une grande part le niveau des joueurs ; ces praxèmes collectifs sont associés à toutes les actions tactiques d’équipe, même aux plus élémentaires (marquage-démarquage, aiguillage, écran, ciseaux, permutation, block et smash...).

134La spectacularité* d’une rencontre sportive est liée à ces messages moteurs dans la mesure où le plaisir du spectateur tient en partie aux anticipations* auxquelles il procède lui-même vis-à-vis de l’action collective qui se déroule sous ses yeux. Le spectateur, lui aussi, réalise un décodage sémioteur* ; et sa position de recul, favorable à une lecture d’ensemble, l’invite à pré-percevoir les grandes lignes de l’action en cours, lui donnant même parfois l’illusion de la commander.

135 Praxème, sociomotricité, fonction praxique, indice, sémiotricité.

SOCIOPRAXIE

136■ Séquence motrice à laquelle participent simultanément plusieurs co-inter-venants.

137L’unité praxique* adoptée ici est l’ensemble organisé des actions de plusieurs individus interagissant. Dans ce cas, les interactions* praxiques, directe* et indirecte*, sont capitales. Une séquence co-praxique d’affrontement en mêlée ou de déploiement des trois-quarts en rugby, un enchaînement réception-passe et smash au volley-ball, représentent des sociopraxies dont l’intelligibilité n’est pas fournie par une simple accumulation d’actes individuels mais par l’organisation globale de l’action, porteuse d’un sens tactique précis.

138Une sociopraxie peut non seulement prendre en compte une intervention coordonnée de partenaires (cordée d’alpinisme, portage collectif d’un fardeau, manœuvre d’un voilier...), mais aussi des séquences suscitant un conflit entre adversaires (escrime, squash, sports de combat...), et des situations* mettant aux prises partenaires et adversaires (sports collectifs, jeux sportifs traditionnels*...).

139 Praxie, situation sociomotrice, tâche motrice, interaction motrice, co-motricité.

SOUS-RÔLE SOCIOMOTEUR

140■ Séquence ludomotrice d’un joueur considérée comme l’unité comportementale de base du fonctionnement stratégique d’un jeu sportif*.

141Comme le rôle*, le sous-rôle renvoie en réalité à une classe de conduites motrices* regroupant des actions jugées équivalentes au point de vue stratégique. Ainsi, les multiples façons dont un joueur passera la balle à un partenaire (à une main, à deux mains, à l’arrêt, en courant, à bras cassé, en retourné, etc.) seront-elles regroupées dans le même sous-rôle étiqueté « passeur ». Le sous-rôle sociomoteur représente une séquence praxique* qu’on peut considérer comme l’unité d’interaction* tactique minimale du fonctionnement opératoire du jeu sportif.

142Cette propriété entraîne le fait que chaque sous-rôle peut globalement être qualifié par un verbe caractérisant l’accomplissement d’une action élémentaire : passer, recevoir, frapper, intercepter, démarrer, courir, s’accrocher, etc. Il sera pratique d’étiqueter chaque sous-rôle d’un substantif qui mette ainsi l’accent sur l’interaction dominante liée à la séquence envisagée : « passeur », « receveur », « frappeur », « intercepteur ». On remarquera qu’il est souvent impossible de qualifier aussi nettement le rôle sociomoteur dans la mesure où celui-ci recouvre à lui seul un ensemble d’actions fort différentes : passer et tirer et intercepter et dribbler, etc. On le repérera alors par des étiquettes à l’acception plus large et donc plus floue qui auront valeur de désignation et non de description : « chasseur », « chassé », « avant », « arrière », « joueur de champ »..., etc.

UN EXEMPLE D’ANALYSE DES SOUS-RÔLES D’UN JEU

143Illustrons la segmentation des séquences praxiques en unités de sous-rôles à l’aide d’un exemple simple, le jeu traditionnel* d’Accroche-décroche dont les statuts* et les rôles ont été examinés à d’autres entrées du lexique (cf. rôle sociomoteur). L’observateur est en présence de trois rôles : « en attente », « chasseur » et « chassé » ; considérons ce dernier qui semble le plus complexe. De quelles unités praxiques élémentaires est-il composé ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire, d’une part de connaître les règles du jeu et de tenir compte des statuts, d’autre part de se livrer à une observation attentive des comportements* en jeu sur le terrain. Cette observation s’appuiera sur les trois catégories fondamentales définies lors de l’étude des rôles : interaction avec autrui, rapports à l’espace, rapport aux objets médiateurs (dans le cas du jeu d’Accroche-décroche qui ne recourt à aucun objet, cette dernière catégorie reste inemployée alors qu’elle est très abondante dans d’autres jeux sportifs, institutionnels* ou non : rugby, football, la Balle assise, la Galoche, les Sept cailloux...).

144À l’analyse, on s’aperçoit qu’il est possible d’associer au rôle de « chassé » quatre classes d’action motrice* représentant des unités stratégiques de base : « décrocheur », « poursuivi », « esquiveur », « accrocheur ». Toutes correspondent à des interactions qui suscitent des prises d’initiative et des décisions motrices* (sanctionnées par des réussites ou éventuellement par des échecs). L’une de ces actions peut s’étaler complaisamment pendant de longues minutes (« poursuivi ») ; les autres se déroulent en un éclair (« accrocheur », « décrocheur », « esquiveur »). Chacune de ces classes praxiques répond à des séquences comportementales possédant leur unité à la fois dans la logique interne* du jeu et dans la logique stratégique du joueur. L’analyse globale des sous-rôles d’Accroche-décroche permet de dresser le tableau page suivante.

145On constate que chaque sous-rôle représente une catégorie praxique qui appartient au répertoire d’un rôle. Dans les rares cas où le rôle est associé à une fonction passive (« en attente », « prisonnier »...), il peut y avoir coïncidence entre rôle et sous-rôle. Mais, le plus fréquemment, un rôle est articulable en plusieurs sous-rôles tels que, dans le cours du jeu, chacun de ceux-ci soit associé à une fonction clairement différenciée (quatre sous-rôles sont indexés au rôle de « chassé » et deux au rôle de « chasseur » par exemple). L’identification des sous-rôles requiert une observation minutieuse du déroulement de la partie et une analyse rigoureuse des comportements ludopraxiques ; toute séquence comportementale doit appartenir à une catégorie et à une seule : il convient d’éviter soigneusement omission et répétition.

146Si, pour un système de règles donné, le nombre de statuts et de rôles sociomoteurs est immuable, il n’en est pas de même pour l’effectif des sous-rôles qui peut varier selon les caractéristiques des joueurs, leur âge, leur capacité d’initiative, leurs niveaux technique et tactique. Bien entendu, les variantes d’un jeu se traduisent souvent par une modification de l’éventail des sous-rôles.

Image 10000000000002F9000002693B57515C.jpg

LE PROBLÈME DES UNITÉS MINIMALES

147Lors de l’analyse concrète d’un jeu sportif, une question vient inévitablement à l’esprit de l’observateur : le sous-rôle est-il à son tour décomposable en unités plus fines ? S’agit-il bien d’une unité minimale ? À cette interrogation, deux réponses :

  • il est toujours possible de segmenter une unité praxique en sous-unités plus fines. Matériellement, les moyens audio-visuels dont nous disposons aujourd’hui, le magnétoscope par exemple, l’autorisent aisément. Un sous-rôle aussi bref que celui « d’accrocheur » supporte maints découpages ; à l’aide d’indicateurs précis (orientation de la course, direction de la tête et du regard, position des appuis, actions du buste et du bras...), on pourrait par exemple distinguer une phase de préparation, une phase d’exécution et une de confirmation. Il est cependant bien clair que chacune de ces étapes ne prend sens que replacée dans l’interaction globale d’accrochage. L’unité stratégique élémentaire, c’est bien le sous-rôle ; celui-ci donne signification aux éléments partiels qui se définissent par rapport à lui. Le décodage sémioteur* dépend d’ailleurs de cette propriété : chaque élément partiel, chaque « indicateur » est susceptible d’être lu comme un indice*. Le joueur percevant peut regrouper ces signifiants comportementaux partiels en une constellation qui prend alors un sens tactique : il accorde à cette constellation d’indices une valeur de praxème*, c’est-à-dire une valeur de signe* annonciateur d’un sous-rôle sociomoteur (dans ce cas, celui « d’accrocheur »). La production et l’interprétation sémiotrices sont liées à ce codage des sous-rôles ;

  • dans certains cas, le sous-rôle se prête sans artifice à une segmentation en sous-unités motrices. Ainsi, le sous-rôle de « poursuivi » peut-il accepter un découpage selon les caractéristiques temporelles et spatiales des comportements correspondants : itinéraires suivis, courses en ligne droite, en crochet, en slalom, accélérations, ralentissements, arrêts, etc. On peut ainsi différencier des sous-séquences qu’on appellera « modalités » de sous-rôles ou praxies*. Le fait stratégique d’interaction n’a cependant pas changé : le poursuivi va-t-il persévérer dans son sous-rôle ? Va-t-il esquiver ou s’accrocher ? Les sous-segmentations possibles n’altèrent pas l’unité stratégique fondamentale du sous-rôle, qui persiste.

148Lorsque le jeu est longuement pratiqué et donne, dans une optique compétitive, l’occasion de rechercher les comportements les plus efficaces possibles, on constate parfois une diversification marquée et une sorte de « spécialisation » de comportements moteurs précédemment peu différenciés. De nouvelles séquences tactiques surgissent, s’affinent et s’imposent ; des interactions, initialement à peine esquissées, se répètent, se perfectionnent et envahissent le jeu. Cet affinement praxique est très frappant en sport collectif : formes variées de démarquage, de percée, de contre-attaque, de marquage pressant ou flottant, etc. Au volley-ball par exemple, à l’action de renvoyer la balle dans le camp adverse correspondent de nombreux sous-rôles selon qu’il s’agit d’un smash, d’un lob ou d’une balle placée ; au hand-ball, la catégorie de « tireur au but » accueille également une grande variété de sous-rôles : tireur de loin, tireur en départ plongé à la zone, tireur à bout portant qui prend son impulsion à la zone sans posséder le ballon et le reçoit en plein survol de la surface de but, etc. On peut incontestablement différencier de telles praxies : équivalentes à un niveau stratégique global (tirer au but par exemple), elles sont franchement distinctes dans leurs modalités spatiales et temporelles d’accomplissement. Pour chaque poste d’un sport collectif, on peut ainsi établir une liste de sous-rôles ou de praxies qui atteint parfois plusieurs dizaines d’unités.

149Dans ce problème de segmentation, la décision du chercheur dépend du niveau auquel il souhaite se placer et de la finesse d’analyse qu’il poursuit. Le principe reste identique dans tous les cas : identifier les séquences comportementales qui, au point de vue du fonctionnement du jeu, constituent les unités stratégiques de base observables.

LA DYNAMIQUE DES SOUS-RÔLES

150Dresser le catalogue des sous-rôles d’un jeu sportif est insuffisant pour bien connaître son fonctionnement : il est indispensable d’établir également la syntaxe qui combine ces unités, c’est-à-dire le réseau de leurs enchaînements possibles. Il s’agit d’introduire la dynamique des changements et des renversements de sous-rôles ; c’est ce que propose un des universaux* du jeu sportif parmi les plus importants : le réseau des changements de sous-rôles sociomoteurs*. À titre potentiel, cet universal porte toutes les « trajectoires » de sous-rôles susceptibles d’être empruntées par un participant. L’action motrice d’un joueur quelconque d’Accroche-décroche, par exemple, sera toujours représentable par un chemin extrait de ce graphe (fig. 23). Succession de sous-rôles tels que : « en attente, décrocheur, poursuivi, esquiveur, poursuivi, poursuivant, frappeur, poursuivi... », un tel chemin est un résumé de la conduite ludomotrice du joueur, témoignant des choix, des préférences et des décisions motrices de celui-ci. Cette trajectoire peut être concrètement figurée dans un ludogramme* ou dans un praxéogramme* ; à titre d’exemple, le ludogramme de la figure 20 illustre la suite des rôles endossés par un joueur d’Accroche-décroche.

151La notion de sous-rôle sociomoteur semble pouvoir éclairer les deux versants indissociables de l’action motrice. D’une part, elle met en évidence le système objectif des unités stratégiques de base nécessairement actualisées par tout joueur aussi original fût-il ; d’autre part, elle manifeste les choix praxiques effectués par chaque individu singulier, elle fait état des séquences préférentielles de tout participant, elle témoigne des formes d’expression relationnelles propres à chacun. La prise en compte des sous-rôles autorise l’analyse conjuguée de la logique objective du jeu et de la conduite subjective du joueur.

152► Rôle sociomoteur, statut sociomoteur, praxie, ludogramme, réseau des sous-rôles sociomoteurs.

SPÉCIFICITÉ

153■ Propriété qui témoigne d’une caractéristique originale, exclusive et donc différentielle.

154Cette propriété joue un rôle capital dans la définition des concepts et dans le développement d’une discipline scientifique. Aussi ne s’étonnera-t-on pas de la voir surgir tout au long de ce lexique. Elle intervient notamment sur deux plans :

155– sur le plan des définitions lexicales. Définir un terme, c’est le situer par opposition aux autres termes qui l’entourent. Ainsi que le développe Ferdinand de Saussure : « Dans la langue il n’y a que des différences » ((1), p. 166) et, ajoute notre auteur : « C’est la différence qui fait le caractère, comme elle fait la valeur et l’unité » ((1), p. 168). Ce souci différentiel est très apparent dans les définitions classiques obéissant au principe du « genre prochain » et de la « différence spécifique ». Le genre prochain d’un élément, c’est sa classe d’appartenance immédiatement supérieure et la différence spécifique caractérise en propre l’espèce dont fait partie l’élément par rapport aux autres espèces situées au même niveau. Ainsi, par exemple, dans le cadre global des situations motrices*, c’est la présence d’une interaction motrice* qui distingue les situations sociomotrices* des psychomotrices*. Cette interaction joue ici le rôle de différence spécifique (le genre prochain relevant de la situation motrice). La spécificité d’un concept se manifeste ainsi par l’énoncé de ses caractères différentiels, c’est-à-dire de ses traits pertinents. On trouvera dans ce lexique quelques exemples bruts, presque outranciers de cette démarche (cf. « interaction motrice indirecte* » et « interaction motrice inessentielle* »).

156En proposant de définir la spécificité comme ce qui est « exclusivement propre à une espèce », Littré confirme le point de vue saussurien. Au sein d’un champ sémantique donné, la spécificité d’un terme prend forme dans la mise en évidence de ses traits distinctifs et renvoie très clairement à la notion de pertinence*.

157– sur le plan épistémologique. L’idée précédente de différenciation réapparaît mais le problème est plus délicat : les activités physiques et sportives se prêtent-elles au développement d’une recherche scientifique originale ? Autrement dit, le champ des pratiques motrices possède-t-il les caractéristiques distinctives qui lui permettraient de se différencier de façon authentique des autres disciplines scientifiques déjà en place ?

158Une discipline ne peut naître et se développer de façon légitime que par l’adoption d’une perspective nouvelle la différenciant des autres. Sinon, elle fera double emploi et sera condamnée peu ou prou à n’être que la pâle répétition de travaux issus d’une autre source. On pourrait penser que le débat est clos puisque le champ des activités physiques et sportives est abondamment investi par des disciplines chevronnées : anatomie, physiologie, cinématique, psychologie, sociologie... En réalité, ces disciplines analysent les pratiques physiques sous l’angle de leur spécificité et d’elle seule. L’activité ludomotrice n’est pas ce que nous en dit la physiologie (ou la sociologie), tout au moins n’est-elle pas que cela et peut-être n’est-elle pas essentiellement cela. En effet, une science ne consiste pas dans l’enregistrement passif de faits pré-existants : elle construit elle-même les faits qu’elle étudie. Paradoxe classique en épistémologie*, mais paradoxe mal accepté : le fait scientifique est une construction du chercheur, construction que ce dernier poursuit dans la ligne de sa pertinence.

159À l’origine d’une revendication de spécificité qui a récemment placé la linguistique en fer de lance des sciences humaines, Saussure est affirmatif : « Bien loin que l’objet précède le point de vue, insiste-t-il, on dirait que c’est le point de vue qui crée l’objet » ((1), p. 23). Les motriciens* ont jusqu’ici ignoré ce renversement de perspective : ils se sont inféodés aux différents points de vue des disciplines régnantes. Force est de constater que leur objet est ainsi émietté en une mosaïque de données de type bio-mécanique, psychologique ou sociologique, données hétérogènes dont l’intelligibilité globale demeure introuvable. Pour reprendre le diagnostic que Saussure établit quant à l’objet de la linguistique traditionnelle tiré à hue et à dia par de nombreuses disciplines, le champ des connaissances en motricité* apparaît comme « un amas confus de choses hétéroclites sans lien entre elles » ((1), p. 24), La cause est entendue : il convient d’adopter un point de vue nouveau et donc de construire un objet original capable de rendre compte de toutes les activités physiques et sportives. L’action motrice* représente cet objet instaurateur d’une spécificité pouvant prendre corps dans une discipline nouvelle : la praxéologie motrice*.

160Il s’agit là d’une rupture épistémologique. Le motricien abandonne l’explication habituelle en termes de « mouvement » au profit d’une explication en termes de conduite motrice*. L’analyse des leviers osseux et des dépenses énergétiques est insuffisante à rendre intelligibles les phénomènes qui se déroulent au cours d’un assaut d’épée, d’un match de rugby, d’une descente de rivière ou d’une partie de Balle au chasseur. Y ajouter d’intéressantes considérations sur les traits de personnalité ou les classes sociales ne fait que déplacer le problème sans le résoudre. Il importe de rompre avec cette attitude séculaire qui caresse l’espoir de rendre compte des activités physiques et sportives en juxtaposant une foule de connaissances disparates. Tout se passe comme si l’on pensait qu’en ajoutant une demi-pertinence en sciences biologiques à une demi-pertinence en sciences humaines, on allait obtenir une pertinence entière en motricité ! Il convient de se placer d’emblée sur le terrain de l’action motrice et de sa logique interne*. C’est la tentative de ce lexique dont les concepts tentent d’appréhender les pratiques motrices d’un point de vue propre (préaction*, conduite motrice, jeu sportif*, sémiotricité*, universaux*...).

161Spécificité ne signifie pas isolement. Bien au contraire, une discipline ne peut prétendre à l’originalité – c’est-à-dire à son identité – que grâce aux apports initiaux des disciplines qui l’entourent. Le lecteur ne devra donc pas s’étonner des références multiples renvoyant, dans ce lexique, à la bio-mécanique, à la physiologie, à la psychologie sociale, à la linguistique, parmi d’autres encore. C’est en effet le faisceau de ces pertinences variées qui, par un jeu d’oppositions et de renforcements, devrait permettre à la praxéologie motrice de trouver sa trajectoire originale dans un espace partagé.

162Rechercher une spécificité, c’est une quête d’identité ; c’est ici la recherche de l’intelligibilité de l’ensemble des activités physiques et sportives.

163► Pertinence, action motrice, épistémologie, praxéologie motrice, logique interne.

BIBLIOGRAPHIE

164(1) De Saussure (F.).- Cours de linguistique générale. Paris : Payot, 1972.

SPECTACULARITÉ SPORTIVE

165■ Propriété liée au plaisir éprouvé dans la contemplation d’une situation sportive en tant que celle-ci se donne à voir.

UN PHÉNOMÈNE SOCIAL MAJEUR

Une mise en spectacle intéressée

166Le sport* est une mise en spectacle. Dès l’origine, il fut la manifestation ostentatoire d’un style de vie de la part d’une aristocratie fortunée et oisive, une sorte d’exhibition de la prouesse désintéressée (cf. « sport »). Le sport témoigne d’une précellence et tient à le faire savoir.

167La mise en scène sportive, qui donne à regarder, place l’exploit sous les feux de la rampe et suscite des spectacles grandioses. C’est dans l’enceinte des stades que se rassemblent les plus grands effectifs de spectateurs (stade de Maracana dépassant deux cent mille places à Rio de Janeiro ; les Jeux olympiques sont suivis par plus d’un milliard de spectateurs). Les journaux et magazines spécialisés se multiplient. La rhétorique de la presse joue comme une chambre d’écho amplifiant et magnifiant la clameur du stade. La publicité, les pouvoirs économiques et politiques reprennent le fait sportif à leur compte, lui fournissent un appui considérable et contribuent à son éclat. Le spectacle sportif est devenu un phénomène majeur des sociétés modernes.

168La spectacularisation des rencontres sportives ne prend sens que replongée dans son contexte culturel global. Par son importance et sa complexité, le sport imprègne désormais tout le tissu social. Il tend à devenir universel ; même les pays démunis, dits « en voie de développement », sont happés par l’attraction sportive et y consacrent une part importante de leurs maigres deniers. Des sociétés dont l’ethnomotricité* se déployait sur des registres très différents de ceux du sport (motricité* sollicitée dans des actes utilitaires traditionnels, festifs, initiatiques, rituels...) optent brutalement pour la compétition* sportive. De tels choix, apparemment déconcertants de la part de pays qui « revendiquent l’authenticité de leur propre culture », témoignent à coup sûr de l’importance des enjeux sous-jacents.

169À travers le développement du spectacle sportif, des rassemblements et des communions qu’il suscite, on devine que vont sourdre en effet des enjeux économiques, politiques et idéologiques de première grandeur. Sur le gazon des stades et le parquet des gymnases, d’autres valeurs qu’athlétiques sont en cause. Organisée en grand apparat, la compétition sportive est devenue un moyen d’affirmer une identité nationale, l’excellence d’un régime politique, la vigueur d’une économie, la légitimité d’une idéologie. La scène sportive est à la fois parade et tribune ; sa valeur symbolique résonne comme un coup de cymbales. C’est bien ce que dénote l’heureuse formule de Bernard Guillemain : « Le champion devient de plus en plus un héraut parce qu’il est un héros » ((3), p. 115). Sur de nombreux plans, le sportif de haut niveau est un ambassadeur qui se donne en spectacle.

Spectacularité sportive et normes sociales

170La richesse du phénomène sportif et de ses connotations symboliques autorise des interprétations multiples, souvent séduisantes. On peut ainsi retrouver dans le sport les ressorts du drame antique. C’est le point de vue développé par Bernard Jeu pour qui le sport offre le spectacle de « la mort jouée ». « L’essentiel, néanmoins, écrit-il, réside dans le tragique. Le sport, c’est l’image de la mort affrontée et vaincue » ((4), p. 120).

171L’interprétation sémiologique de Roland Barthes est plus politique : le sport est « un mythe » ((1), p. 118) atteignant à l’épopée comme dans le cas du Tour de France, il exerce une véritable fascination tout en produisant des « alibis idéologiques » (p. 119). Donnant l’apparence d’une totale clarté dans les rapports de l’homme aux autres et à la Nature, « le mythe est vécu comme une parole innocente » (p. 217). L’aspect concret, apparemment transparent du spectacle sportif, confère aux valeurs engagées un massif caractère d’évidence et de naturel, « Le mythe, confirme Barthes, est une parole dépolitisée » (p. 230) : par ses traits de réalité donnés concrètement à voir, le spectacle sportif purifie les actions, les fonde en nature, les « naturalise ».

172C’est sous l’angle de l’agressivité et de la violence que Norbert Elias traite du sport et du spectacle compétitif. Il souligne que la sensibilité et les goûts sportifs, issus d’un processus historique prolongé, sont dépendants des normes sociales. À l’opposé des idées reçues, la violence a considérablement diminué au cours des siècles ; de nos jours, les institutions n’autorisent plus son usage pour le compte personnel des individus : « Le monopole de la contrainte physique est assumé par le pouvoir central » constate Elias ((2), p. 338). Les manifestations pulsionnelles associées aux déchaînements agressifs entre particuliers ont été peu à peu endiguées puis interdites. C’est dans cette perspective d’affirmation du pouvoir de l’État par la monopolisation de l’exercice de la violence physique que le spectacle sportif prend sa signification. « Ainsi, commente Elias, le plaisir de la lutte et de l’agressivité trouve un exutoire socialement admis dans la compétition sportive. Cela apparaît surtout dans le côté « spectacle », dans l’attitude de « rêve éveillé » des spectateurs d’un combat de boxe qui s’identifient à ces quelques rares personnes auxquelles on a accordé le droit limité et strictement codifié de donner libre cours à leur agressivité » (p. 339). La société « civilisée » – empreinte de civilité – a ritualisé l’exercice de la violence sous forme d’affrontements policés qui satisfont le spectateur par procuration. Le degré d’agressivité accepté au cours des matches de rugby, des combats de boxe ou des assauts de sabre témoigne non pas d’un idéal moral universel mais du seuil de tolérance à la violence adopté par nos institutions.

173En revanche, ce qui tend à devenir universel dans toutes les sociétés modernes, c’est la mainmise du pouvoir de l’État sur l’exercice de la contrainte physique. Le spectacle sportif participe de ce contrôle étatique en exhibant le modèle* exemplaire de l’affrontement corporel autorisé par la norme institutionnelle. L’expression de l’agressivité et le plaisir du combat prennent corps dans les hauts faits du spectacle sportif dont l’institution a soigneusement réglementé les manifestations à son profit. Cette lecture de la spectacularité sportive de Norbert Élias amorce une explication intéressante au puissant mouvement d’unification et de mondialisation du sport.

Un moteur du développement sportif

174L’analyse de la spectacularité sportive se réfère ainsi de très près à la conjonction des trois critères de définition du sport : l’intervention motrice qui manifeste l’affrontement physique, les règles de compétition qui ritualisent le combat, et l’institution qui contrôle souverainement le phénomène. Spectacularisation et institutionnalisation vont de pair. Le spectacle sportif est tout à la fois reflet et producteur des normes sociales. Il est défense et illustration de la précellence motrice et, au delà, d’un mode de vie et de société. L’histoire des décisions sportives peut être lue comme l’histoire des aménagements favorisant l’attrait spectaculaire des rencontres compétitives. Incontestablement, la recherche de la spectacularité sportive est l’un des moteurs du développement du sport et de ses modalités d’accomplissement.

TRAITS SPÉCIFIQUES DE LA SPECTACULARITÉ SPORTIVE

Une logique interne* orientée

175Les normes désirées par l’institution vont se glisser dans les règlements sportifs qui définissent la logique interne des différentes pratiques. Cette matrice des comportements* se manifeste dans les multiples traits distinctifs des spécialités, notamment dans les universaux* de chaque jeu sportif*. Finalement, ce sont toutes les caractéristiques des situations sportives qui peuvent être examinées comme participant de la spectacularité sportive : dimension domestication/sauvagerie*, distance de charge*, distance de garde*, réseau de communication*, structure de duel*, système des scores*, etc. De façon évidente, par exemple, le système des scores est, dans tous les cas, construit de façon à permettre des revirements de situation, de façon à entretenir jusqu’au bout l’intérêt des spectateurs.

176Les capacités budgétaires des différentes fédérations dépendent, pour une grande part, de la spectacularité de leurs compétitions attirant le public aux guichets des stades ou le retenant devant les postes de télévision (droits de retransmission des matches). Plus un sport se spectacularise, plus ses ressources financières augmentent et plus marquée devient son influence ; les institutions sportives ne peuvent échapper à cette quête du public dont dépendent leur audience et leur développement. La mise en spectacle de la rencontre sportive peut influencer son déroulement de façon notable : lieu, date, horaire, durée, cérémonial, équipements, arbitrage, fastes déployés ; constatation plus importante, cette mise en scène intervient sur le contenu même de l’action motrice* sollicitée. Ainsi que nous l’avons déjà noté, les choix de l’institution infléchissent fréquemment la logique interne d’une pratique motrice afin d’augmenter son degré de spectacularité.

Exemplarité du duel

177Le choix du duel comme modèle privilégié de la rencontre sportive doit sans doute beaucoup à la pureté de cristal du type d’affrontement qu’il suscite. Unité de temps, unité de lieu, unité d’action : un match de football ou de rugby est d’un superbe classicisme. Une règle de fer interdit la subtilité racinienne des sentiments unilatéraux et des passions incomprises : de façon irréversible, un joueur est totalement solidaire de tous ses équipiers et totalement rival de tous ses adversaires. Cette opposition cruciale en deux blocs antagonistes est soulignée par les espaces respectivement attribués en face à face et les maillots différemment colorés. L’action se déroule de façon linéaire, selon le cheminement du ballon. Ainsi, la lecture de l’événement peut-elle être claire et immédiate pour tous les spectateurs, fussent-ils néophytes.

178Spectacle aux péripéties improvisées et toujours uniques, sollicitant incontestablement la dimension esthétique, mettant en scène un drame d’autant plus prenant qu’il est élémentaire, le duel sportif mobilise un imaginaire manichéen. Le conflit binaire favorise les projections symboliques où s’opposent bons et méchants, ceux de mon camp et les autres. Le spectacle sportif assume une fonction dramatique haute en couleurs. La recherche explicite de la spectacularité et de ses retombées financières donne lieu parfois à des initiatives étonnantes : dans certains cas, ce n’est pas la presse sportive qui se met au service d’un événement sportif extérieur mais c’est l’événement sportif qui est fabriqué de toutes pièces afin d’alimenter la presse et d’accroître ses tirages. On exalte l’imaginaire du lecteur en faisant du geste sportif une chanson de geste : la création du Tour de France sur le style de l’épopée, en 1903, par le journal « L’Auto » (ancêtre de « L’Équipe ») est un modèle du genre.

Un modelage institutionnel

179Le modelage institutionnel des situations motrices* en vue d’accroître leur spectacularité peut être minutieusement repéré dans les normes édictées, notamment dans certains points du règlement qui pourraient à tort apparaître comme des détails secondaires. Les exemples surabondent : codification du contact et de la violence en boxe et au rugby, abandon du hand-ball à 11 au profit du hand-ball à 7, valeur du drop diminuée de 4 à 3 et valeur de l’essai portée de 3 à 4 au rugby, évasement de la raquette et rafale de règles incitant à l’offensive au basket-ball (règles des 5", des 10", des 30", du retour en zone...), règles qui se succèdent au volley-ball afin de maintenir le fragile équilibre entre l’attaque et la défense, interdiction du lancer du javelot « à l’espagnole », interdiction du double cordage au tennis, etc. Cette tendance est encore plus manifeste aux États-Unis et permet peut-être de prévoir, ici comme en d’autres domaines, le sens de la pente : attribution de 3 points au lieu de 2 pour un tir de loin au basket, création d’une ligne de hors jeu beaucoup plus rapprochée des buts (30 m) au football, évolution vers le professionnalisme et le grand spectacle...

180La spectacularité sportive intervient sur plusieurs registres souvent interdépendants : prouesse de la performance (athlétisme, natation), esthétique des figures (ballet nautique, trampoline, agrès, patinage), risque encouru (ski de descente, canoë-kayak de descente, course automobile), confrontation très lisible du côte à côte (course en couloirs, slaloms parallèles du ski ou de la planche à voile), confrontation du face à face, voire du corps à corps, sur le modèle dichotomique de l’opposition avec le piment du drame à l’issue incertaine qui se joue ici et maintenant sous les yeux du spectateur (sports collectifs, escrime, tennis, sports de combat).

181Ces diverses caractéristiques se distribuent de façon variable sur la large palette des pratiques : on peut penser que la spectacularité de chaque sport sera appréciée de façon différente par les individus en fonction de leur groupe social d’appartenance et du système de valeurs qui y est associé. La spectacularité est liée à l’ethnomotricité.

Des pratiques refoulées

182En fonction de cette recherche de spectacularité – toujours liée à une éthique sous-jacente – le prisme de l’institution ne retient qu’une partie restreinte du spectre ludique. Aussi la logique interne de l’univers des situations motrices ne se réduit-elle pas au contenu des spécialités sportives consacrées. Les pratiques refoulées par l’institution recèlent parfois une grande originalité de contenu et une valeur éducative particulièrement marquée (jeux sportifs traditionnels*, expression corporelle, activités de pleine nature non codifiées). Une partie de Balle assise qui n’oppose pas d’équipes constituées et ne comptabilise pas de points de score ne répond pas aux critères du bon spectacle ; les Barres et le Drapeau non plus, dont l’action se disperse simultanément en de multiples espaces de jeu très éloignés les uns des autres. La spectacularité sportive fuit le jeu paradoxal* et les effets pervers ludiques*. Elle est étroitement liée à la domestication du milieu : les effectifs de spectateurs recensés s’étagent de façon décroissante le long de la dimension domestication/sauvagerie. Le pratiquant affrontant le milieu sauvage sait qu’il restera ignoré des spectateurs.

183Porteur lui aussi des valeurs d’une société, le spectacle sportif est particulièrement riche de retentissements esthétiques et émotifs. Considérer cependant la spectacularité sportive comme synonyme de valeur éducative et associer tout uniment la notion de progrès de l’homme au développement social des sports ne semble guère recevable. Ces croyances quelque peu naïves appellent des analyses plus lucides, d’une part de la logique interne des situations motrices, et d’autre part des mécanismes sociaux d’imposition de ces mêmes situations.

184► Sport, compétition, logique interne, duel, ethnomotrieité.

BIBLIOGRAPHIE

185(1) Barthes (R.).- Mythologies. Paris : Éditions du Seuil, 1957.

186(2) Elias (N.).- La civilisation des moeurs. Paris : Calmann-Lévy, 1973.

187(3) Guillemain (B.).- Le sport et l’éducation. Paris : PUF, 1955.

188(4) Jeu (B.).- Le sport, la mort, la violence. Paris : Éditions Universitaires, 1972.

SPORT

189■ Ensemble des situations motrices* codifiées sous forme de compétition* et institutionnalisées.

190Le concept « sport » pose un problème difficile, d’autant plus difficile que le terme est couramment employé et que sa signification paraît limpide. En réalité, voilà un cas exemplaire d’une pseudo-limpidité cachant une incroyable confusion, elle-même révélatrice de l’imbroglio sémantique qui envahit en permanence le champ des pratiques motrices. Le terme « sport » est en effet utilisé pour qualifier des situations extraordinairement hétéroclites : une partie d’échecs, un débat animé, un trottinement dans un sous-bois, un peu de bêchage dans son jardin, quelques brasses au bord d’une plage, un match de football, une finale olympique. C’est peu de dire que le terme sport est polysémique : il devient pansémique. Mais, s’appliquant à tout, il perd toute valeur distinctive et ne signifie plus rien. Son sens s’est délité dans l’abus de la métaphore.

191Les définitions « molles » favorisent les dérives sémantiques. Aussi conviendrait-il de proposer une définition opérationnelle caractérisant clairement des pratiques identifiables à l’aide de critères pertinents contrôlables. Nous nous soumettrons à ces contraintes méthodologiques élémentaires. En premier lieu, face à la multiplicité des points de vue traitant du sport, face à l’immense variété des pratiques, n’est-il pas abusif d’employer l’article défini « le » devant le terme « sport » ?

192Les disparités sont en effet flagrantes : sous le terme générique « sport », maintes différences peuvent être repérées, de spécialité à spécialité, et pour cette raison une classification* des situations motrices a longuement retenu notre attention. C’est un problème praxéologique (et pédagogique) important que de répertorier les différents sports en catégories cohérentes établies à partir de leur logique interne* au sein d’un système global. Il sera sans doute intéressant de s’interroger sur une éventuelle typologie, d’orientation biologique et psychologique, accordée à certaines catégories de pratiques. Une grande partie des concepts de ce lexique a d’ailleurs été avancée afin de favoriser l’étude différentielle des activités physiques et sportives : jeux psychomoteurs* ou sociomoteurs*, logique interne, distance d’action, tous les universaux*, etc. Apparaît donc au regard une pluralité de pratiques diversifiées, un opulent trousseau de sports dont les contenus semblent parfois aux antipodes les uns des autres.

193L’arbre ne doit cependant pas cacher la forêt. L’absence d’un regroupement de ces multiples pratiques, apparemment disparates, ferait passer à côté de l’unité du phénomène social majeur que constitue le sport. La réticence à définir clairement ces pratiques et à les rassembler en une classe homogène au regard de critères opérationnels n’est certainement pas innocente. Tout se passe comme si de nombreux auteurs s’ingéniaient à entretenir la confusion, à enliser le débat dans de faux problèmes à connotations psychologiques ou morales (culte de l’effort, religion du dépassement et du progrès, chevalerie des temps modernes...).

194L’éclairage historique a souvent une portée démystifiante. Aussi, avant d’étudier avec précision les caractéristiques du sport et les modèles* auxquels on l’associe communément, allons-nous brièvement évoquer le contexte socio-historique de sa naissance et de son développement.

BREF REGARD HISTORIQUE SUR LE SPORT

Une invention anglaise

195Rappelant le parcours géographique capricieux du sport, Jacques Ulmann en pointe les résurgences de part et d’autre de la Manche (18). Primitivement, constate-t-il, le terme « desport » est apparu en France dès le XIIIe siècle et désigne « l’ensemble des moyens grâce auxquels le temps se passe agréablement : conversation, distractions, badinage aussi bien que jeux » ((18), p. 324). Traversant la Manche, il s’implante en Angleterre au XIVe siècle (« to sport ») ; il qualifie alors les jeux et exercices de la noblesse et par extension la manière de vivre des privilégiés. Le constat de Jacques Ulmann est clair : « Rapidement, écrit-il, les exercices physiques destinés à la noblesse sont désignés du nom de sport » (p. 324). Quand il resurgit en France, au XIXe siècle, le terme est alors chargé de son passé britannique et renvoie aux délassements et modes de vie prestigieux des « gentlemen ». Certes, une partie importante de ces exercices s’étendra aux couches populaires, mais des barrières souvent implicites protégeront toujours les « gens du monde » (selon l’expression des journaux de l’époque) vis-à-vis du commun.

196En soulignant qu’« une différence d’ordre moral subsistera entre les sports nobles (équitation, escrime, aviron) et ceux qui ne conviennent qu’aux roturiers » (p. 326), Ulmann dégage en un suggestif raccourci un maître-élément de l’interrogation sociologique actuelle portant sur la distribution sociale des pratiques : comment se fait-il que certains sports paraissent plus légitimes et plus distingués que d’autres ? Le prestige et le statut des adeptes de certaines activités n’entraînent-ils pas une sélection des pratiques et une ségrégation des pratiquants, elles-mêmes associées à la constitution d’habitus* différenciés ? L’adoption d’une spécialité sportive par une fraction sociale dépend de normes implicites qui renvoient à des styles de vie témoins de la précellence de leurs représentants. Ce type d’examen illustre avec abondance certains mécanismes de l’ethnomotricité*.

197De l’analyse de Jacques Ulmann ressort une conclusion très forte : le sport est une création sociale, historiquement datée et située, éventuellement sujette à transformation sous l’influence du contexte d’accomplissement. Le sport moderne est une invention anglaise. Voilà qui relativise les traits et vertus attribués au sport de toute éternité !

198Le point de vue historique avait été nettement dégagé dès 1955 par Bernard Guillemain. Dans un ouvrage qui tranchait par rapport à toute la production antérieure et qu’on peut considérer comme la première analyse des activités physiques annonciatrice de la modernité, l’auteur souligne combien l’apparition et le maintien du sport sont liés à des conditions socio-institutionnelles, notamment au développement des loisirs eux-mêmes issus du machinisme. Ainsi, le décret de Théodose le Grand interdisant les Jeux Olympiques, en 393 après J.-C., n’est pas à rattacher à l’émergence d’une nouvelle doctrine philosophique ou religieuse, mais à une nouvelle organisation sociale qui entraîne la disparition des loisirs institués : « les Jeux Olympiques mouraient de leur belle mort, commente Bernard Guillemain, parce que le système esclavagiste, qui en était la condition nécessaire, cédait la place au servage » ((11), p. 5-6). Remarquons en passant, parmi beaucoup d’autres naïvetés reçues, que les Jeux de l’Antiquité, traditionnellement présentés comme un modèle de fraternité, reposaient en réalité sur le travail d’une classe d’esclaves dont l’exploitation permettait aux hommes libres de bénéficier d’abondants loisirs.

Apparition d’une presse spécialisée

199Le développement du phénomène sportif est si manifeste en France, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, qu’il est décelable dans les éditions rapprochées du Littré. Dès 1873, le célèbre dictionnaire indique qu’il n’enregistre le mot « sport » que sous réserve ; il y adjoint le vocable « sportsman », et, dans les éditions suivantes, apparaîtront de fugaces ou tenaces néologismes : « sportif », « sportique », « sportesque ». Face au mot « sport » on peut lire : « Mot anglais employé pour désigner tout exercice en plein air, tels que courses de chevaux, canotage, chasse à courre, à tir, pêche, tir à l’arc, gymnastique, escrime, etc. En France on confond souvent le sport et le turf ; mais le turf n’est qu’une espèce de sport ». Bien qu’hésitant entre la compréhension et l’extension, la définition du Littré (beaucoup plus claire et explicite que des dizaines d’autres qui la suivront) est particulièrement révélatrice d’une pratique à l’état naissant, d’une activité diversifiée qui cherche sa voie.

200On trouve l’écho de ce développement dans les écrits des auteurs en place. Il est peut-être cependant plus révélateur d’en suivre les avatars dans la presse de l’époque, tenue de rendre compte au plus près de l’actualité. En cette fin de siècle, se multiplient journaux et magazines qui se consacrent aux pratiques sportives. L’extension d’une presse spécialisée témoigne d’un engouement certain. Le coup d’envoi avait été donné dès 1854 par un magazine précisément intitulé « Le Sport », « Avec plus de cent ans d’avance, commente Édouard Seidler, « Le Sport » était en fait le premier magazine français des sports et des loisirs ! » ((17), p. 13). Un abondant cortège de titres lui fera suite : « Le Vélocipède » (1868), « La Revue des Sports » (1876), « Le vélo » (1891), « La Bicyclette » (1892), « L’Auto-Vélo » (1900) qui deviendra « L’Auto » en 1903, parmi beaucoup d’autres. Signe des temps et du public recherché, le cheval, de réputation aristocratique, cède la place à la bicyclette devenue un symbole populaire. La recherche d’une clientèle, les intérêts commerciaux des fabricants se mêlent rapidement à l’affaire et en décuplent l’extension.

201La presse populaire sportive atteindra vite de gros tirages : 65 000 exemplaires de « L’Auto » vendus chaque jour, lors du 1er Tour de France, en juillet 1903 (17). Elle n’hésitera pas à créer de toutes pièces l’événement dont elle s’ingéniera ensuite à rendre compte. Parallèlement se développent des magazines plus huppés, témoignant des pratiques sportives là où elles s’inventent, se mettent à l’épreuve, s’affirment et se confirment : dans les classes sociales favorisées. Un magazine bi-mensuel tel que « La vie au grand air », fondé en 1898 et qui paraîtra durant plus d’un quart de siècle, est révélateur de ce mouvement en profondeur. Dans ces revues, le sport n’est pas présenté comme une succession de compétitions ; il prend l’allure d’un véritable style de vie.

Le sport à l’état naissant

202La lecture de cette presse permet schématiquement d’attribuer au sport naissant trois grandes caractéristiques :

203– c’est un loisir actif réservé, pour l’essentiel, à une aristocratie oisive et fortunée. On apprend dans le premier numéro de « La Vie au grand air » que c’est sur « la Côte d’Azur sportive [que] se donne rendez-vous chaque année, de janvier à mars, l’élite de nos sportsmen » (p. 6). Dans une société où la durée de la journée de travail avoisine les dix heures et où le jour de congé hebdomadaire n’est pas encore acquis, voilà qui est sélectif. Un journaliste note dans son reportage : « ces voitures étaient dirigées par des gens huppés et dont les noms flambaient au premier rang de l’almanach Gotha ou du simple Bottin » (p. 7). Ce qui est vrai pour l’automobile vaut pour l’équitation, le golf, le polo, le tennis ou le ballon dirigeable.

204Les rencontres sportives deviennent le lieu de rencontre des têtes couronnées et des personnalités en vue. Rappelons que le magazine « Le Sport » avait pour sous-titre : « Journal des gens du monde ». Le propos de Jacques Ulmann associant le sport à un « style de vie » lui-même lié à un « privilège aristocratique » qui « s’est généralisé en s’altérant » ((18, p. 325) trouve ici sa confirmation ;

205– c’est une activité physique joyeuse et libre, pratiquée au grand air. L’idée de plein air, déjà signalée par Littré, est capitale : le sport est refus de la vie citadine, entassée et confinée.

206La pratique sportive de cette époque est marquée par une revendication ludique très prononcée. Elle rejette les contraintes préalables et les terrains trop domestiqués ; elle se veut libre, à l’aventure, désintéressée, souvent risquée. Comparativement aux gymnastiques disciplinées et rigides du moment, le sport se proclame activité de libération. Le sport naissant est manifestement du côté de la ludomotricité* ;

207– c’est une pratique inventive, associée aux développements techniques et scientifiques les plus en pointe. La bicyclette, l’automobile, la motocyclette, l’avion ont été des sports débordants d’imagination – et souvent tournés en dérision par le spectateur interloqué – avant de connaître le prodigieux succès que l’on sait. Les innovations technologiques, favorisées par l’intervention d’instances économiques, accompagnent et permettent leur développement.

208À la lecture des magazines du début de ce siècle, l’observateur est frappé de la créativité dont les pratiques sportives font preuve : ballon dirigeable, montgolfière, trains de cerfs-volants montés, aéroplane, patins à roulettes, luge, patinage, hockey sur échasses, polo à bicyclette, yachting sur glace à l’aide de véritables trimarans à patins, etc. Il semble que le développement récent des activités libres de pleine nature soit très proche dans son esprit général et dans ses recherches techniques (bien que fort différent dans ses conditions socio-culturelles) de cette explosion inventive du début du siècle.

Le sport moderne

1 - Une indépendance sous tutelle

209Dès l’origine, sous l’impulsion de l’initiative privée, le sport s’est organisé sur le mode associatif. Les cellules de base, c’est-à-dire les clubs, ont été regroupées au sein d’instances d’autorité, les fédérations sportives, celles-ci pouvant prendre en charge une seule discipline (fédération de football, par exemple) ou de multiples spécialités (fédération d’athlétisme, par exemple, ou fédération des sports de glace). En 1972, deux organismes vieux de plus de cinquante ans ont fusionné pour constituer le Comité national olympique et sportif français ; regroupant près de 70 fédérations, 110 000 clubs et plus de 7 millions de pratiquants, cet organisme de coordination est chargé d’organiser des activités répondant aux intérêts communs de toutes les fédérations. Pas toujours accepté de gaieté de cœur par ces dernières qui craignent pour leur propre autorité, le CNOSF n’en représente pas moins une structure centralisatrice susceptible d’un pouvoir potentiel considérable.

210Le développement sportif français s’est globalement caractérisé par un contrôle progressif de plus en plus prononcé de la part de l’État. Indirect et lointain lors des débuts, ce contrôle des pouvoirs publics est devenu explicite depuis la loi de 1940 (suivie des ordonnances de 1943 et 1945, de la loi de 1975, puis de celle de 1984, complétée en 1992). Dans certains pays tels l’URSS, les pays de l’Est ou Cuba, le sport était totalement dans les mains de l’État qui en assumait l’entière responsabilité à tous les niveaux. Dans d’autres pays, le sport n’est pas une affaire étatique et les instances sportives, de type privé, possèdent une indépendance relativement importante comme en Allemagne de l’Ouest, en Italie ou aux États-Unis. En France, la loi Mazeaud de 1975 précise dans son article 11 que les fédérations sportives « exercent leur activité en toute indépendance » ; elle ajoute aussitôt qu’« elles sont placées sous la seule tutelle du ministre chargé des sports ». Ayant droit de dissolution, menant des procédures d’habilitation et d’agrément, accordant des bourses et des subventions importantes, les pouvoirs publics contrôlent effectivement, de facto sinon de jure, le mouvement sportif français. L’indépendance reconnue est bel et bien une indépendance sous tutelle.

211À l’occasion de ces quelques réflexions, on perçoit l’importance de la prise en compte de la trame institutionnelle pour qui souhaite comprendre l’entreprise sportive.

2 - Une perte de la fantaisie

212Les caractères du sport naissant se sont tous trois considérablement affaiblis : en effet, au cours de son exceptionnel développement de ces trois derniers quarts de siècle, le sport s’est démocratisé, étroitement réglementé et assagi.

213Le sport s’est incontestablement démocratisé et touche aujourd’hui, dans notre pays, sept à huit millions de licenciés (en conservant une distribution de spécialités associée à un degré de prestige perçu en fonction des groupes sociaux d’appartenance).

214En s’institutionnalisant, le sport s’est donné des règlements impératifs qui en prédéterminent et en contraignent très fortement l’accomplissement. De façon complémentaire, il s’éloigne de la pleine nature en investissant des lieux techniques et artificiels : piscine, gymnase, stade, pistes de luge ou de canoë de type industriel.

215Enfin, le sport orthodoxe subit les conséquences mêmes de son succès et de sa généralisation : l’ampleur des effets socio-économiques liés à d’éventuelles modifications, la réglementation stricte et la bureaucratisation ne favorisent plus l’émergence de nouveauté et d’insolite. Pour s’imposer, les activités libres récentes se sont d’abord posées en s’opposant au sport qui manifeste aujourd’hui une résistance à l’innovation.

216Un phénomène semble étonnant : les associations favorables à la démocratisation du sport sont précisément celles qui encouragent ses rigidités et sa bureaucratie (règlement, cérémonial, médailles, comptabilité...) et sont réticentes devant les innovations ou les changements (expression corporelle, jeux sportifs traditionnels*, activités libres...). En quelque sorte, elles ne font que reprendre à leur compte certaines pratiques des couches favorisées, mais en les privant pour une part non négligeable de leurs aspects effervescents, primesautiers et inventifs. Sans doute un équilibre est-il à trouver entre la généralisation d’une pratique à grande échelle et la richesse en autonomie qu’elle est susceptible d’autoriser.

217Toujours est-il que la ludomotricité primitive du sport a perdu de sa fantaisie ; elle s’est durcie et tend à basculer sur le versant de l’ergomotricité*.

LES TRAITS DISTINCTIFS DU SPORT

L’indéfinition du sport ?

218Un phénomène aussi important que le sport a suscité maintes analyses et suggéré maintes définitions. Consultons un expert ; l’artisan de la rénovation des Jeux Olympiques et de la mondialisation du sport, le baron Pierre de Coubertin, doit certainement proposer un point de vue décisif : « Le sport, écrit-il, est le culte volontaire et habituel de l’exercice musculaire intensif incité par le désir du progrès et ne craignant pas d’aller jusqu’au risque » ((3), p. 7). Voilà le lecteur bien désorienté : l’homme qui a consacré son existence au sport en créant les puissantes institutions gardiennes de la légitimité de ses règles et de ses compétitions, cet expert ne souffle mot de ce dispositif dans sa définition. Une telle dérive vers des aspects psychologisants et moralisants d’un phénomène objectivement socio-institutionnel sera par la suite reprise LU de façon étonnante par une pléthore d’auteurs. Le refus rituel de prendre en compte le caractère réglementé, compétitif et institutionnel du sport n’est certainement pas dénué de sens.

219De nombreux auteurs ont défini le sport comme un jeu. Une telle proposition est séduisante mais elle ne résoud rien dans la mesure où l’on reste silencieux sur le jeu : le linguiste Louis-Jean Calvet souligne combien l’utilisation apparemment claire du terme « jeu » rend « victime d’une illusion sémantique imputable aux différents sens du verbe jouer (et du mot jeu) en français » ((2), p. 18). La lecture des travaux de Huizinga, Caillois, Piaget, Grandjouan ou Henriot, travaux profondément contradictoires sur ce point, illustre abondamment cette illusion qui, en contrecoup, se reporte sur le sport. Finalement, le parcours de l’imposant inventaire des utilisations et des définitions du terme « sport » se révèle décourageant ; usages et définitions vagues, situés sur des plans fort différents, regorgeant de connotations morales ou métaphysiques, négligeant les conditions sociales d’exercice. Faut-il en conclure à l’indéfinition du sport ?

220Il ne semble pas illégitime d’essayer de saisir de quoi l’on parle. La complexité du phénomène sportif et l’indiscutable possibilité de l’envisager sous des angles multiples (psychologique, politique, social, historique...) n’interdisent pas d’en dégager le contenu spécifique. Il importe au praxéologue de mettre à découvert les traits différentiels qui distinguent les pratiques sportives des autres pratiques sociales.

221Peut-on envisager une définition du sport selon ses traits pertinents ?

Un faisceau de traits distinctifs

222Trois critères semblent effectivement pouvoir être identifiés.

223– une situation motrice. D’entrée de jeu, la spécificité* du phénomène doit être exhibée : le sport est une situation motrice, trait qui l’oppose aux situations verbales ou cognitives par exemple. Ainsi, ni le bridge ni les échecs ne sont des sports, faute d’une dimension motrice pertinente (bien qu’il s’agisse de compétitions institutionnalisées). Prétendre qu’un jeu de dés ou de cartes (dont la pertinence* est en réalité de type combinatoire) correspond à une situation motrice, sous prétexte qu’on y manipule des objets, serait aussi naïf que de qualifier de situation motrice un échange verbal en prétextant l’indispensable mobilisation des organes de la parole.

224On peut jouer aux échecs, au scrabble ou aux mots croisés par correspondance : la dimension motrice n’y est pas pertinente. On remarquera que lorsqu’un joueur de cartes fait intervenir, en tant que telle, son habileté gestuelle afin de gagner, son acte est appelé une tricherie et il s’exclut ainsi du jeu ; ce fait montre bien, a contrario, le caractère non pertinent de l’intervention motrice dans de tels cas. Par contre, le lancer de javelot et le hand-ball n’ont aucune existence hors la mise en jeu corporelle.

225– une compétition réglée. Le sport est compétition. Une pratique physique, quelqu’intense fût-elle, ne saurait être considérée comme un sport en dehors d’un cadre compétitif. Sinon, par « sport », il faudrait entendre une quelconque activité physique ; n’ayant plus aucune valeur différentielle, le concept ferait double emploi et deviendrait inutile. Ainsi, un déplacement trottiné dans un sous-bois ou une baignade le long d’une plage ne peut être appelé « sport ».

226– l’institution. C’est le point aveugle du sport. Rarement pris en compte, le critère institutionnel est pourtant crucial : il répond à un choix social. Une partie de Barres ou d’Épervier ne fait pas partie des sports bien que chacune d’elles représente une situation motrice codifiée sous forme compétitive : l’institutionnalisation fait défaut, La Thèque n’est en France qu’un jeu sportif traditionnel ; aux États-Unis, c’est un sport national appelé base-ball. Ces deux statuts divergents sont porteurs de conséquences extrêmement différentes (il y correspond aussi sans doute une histoire et des mentalités fort dissemblables).

227Le concept « sport » répond au faisceau de ces trois critères, tous nécessaires. L’absence de l’un d’entre eux rendrait l’emploi du terme abusif. Ainsi, quand François Le Lionnais intitule un chapitre de livre : « Le jeu d’échec en tant que sport », cet usage audacieux de la part d’un mathématicien habituellement soucieux du sens précis des mots, prend valeur de simple métaphore ((14), p. 37). Une définition opérationnelle se doit d’être plus rigoureuse.

228En regroupant les critères deux par deux, comme le suggère la figure 26, on débouche sur des situations typées, d’une nature autre que celle du sport :

  • situation motrice et compétition ; cette conjonction de deux critères qualifie les jeux sportifs traditionnels qui, par définition même, ne sont pas institutionnalisés : les Barres, la Balle au chasseur, la Porte, le Gouret, la Balle à l’ours...

  • compétition et institutionnalisation définissent les jeux dits « de société » (qui ne sont pas des situations motrices) : les échecs, les dames, le bridge, le scrabble...

  • situation motrice et institutionnalisation ; cette association caractérise certains rites, certains jeux funéraires ; malgré les apparences, ces jeux ne sont pas compétitifs car le résultat de la rencontre est connu d’avance (par exemple, le camp du défunt est toujours vainqueur dans les pseudo-compétitions rituelles des tribus nord-américaines citées par Claude Lévi-Strauss) ((15), p. 45-47).

229Il est frappant de constater que dans les acceptions traditionnelles du terme « sport », le critère de l’institution est régulièrement passé sous silence. Il s’agit pourtant, en dernière analyse, du critère décisif : parmi l’immense champ des pratiques ludomotrices, l’institution a officiellement décidé d’en mettre un certain nombre à l’honneur. C’est bien cette décision qui accorde à ce lot d’activités son statut privilégié.

Image 10000000000002BD0000007C18E0E676.jpg

Figure 26
Combinaisons deux à deux des traits définitoires du sport.

Importance de l’institution

230Le sport est fondamentalement un fait social et institutionnel. Ce dernier qualificatif possède ici son sens fort ; il répond au phénomène massif qui impose un dispositif officiel et des appareils matériels extrêmement puissants : fédérations, contrôles de l’État, règlements, instances d’autorité, calendriers, cérémonials, arbitres et officiels, sanctions, récompenses et condamnations. Une pratique instituée localement, un jeu sportif* recueillant par exemple la faveur de tout un établissement scolaire, n’est pas pour autant dotée du statut de pratique institutionnalisée. L’instance fédérale, dûment intronisée, liée au pouvoir étatique d’une part et aux organisations internationales d’autre part, représente l’indicateur objectif de cette institutionnalisation. Cette reconnaissance par l’institution entraîne un cortège de conséquences économiques et politiques ; elle fait manifestement basculer les pratiques dans un nouvel univers symbolique et idéologique.

231Le tableau de la figure 26A confirme la valeur distinctive des trois traits retenus : permettant de distinguer jeux de société, rites, jeux sportifs traditionnels et sports, ils différencient également les situations d’ergomotricité et de ludomotricité. On y observe aussi que le facteur opposant le jeu traditionnel au sport, c’est bel et bien le sceau de l’institution. Le sport est donc défini comme un sous-ensemble de l’ensemble des pratiques motrices, le sous-ensemble à caractère compétitif, retenu et développé de façon privilégiée par les instances sociales. À ce titre, il offre un magnifique champ d’analyse des pratiques motrices.

232On pourra également observer la distribution ethnomotrice des sports selon les classes sociales et tenter de pénétrer la signification des disparités évidentes de pratique corporelle en fonction des groupes d’appartenance. De façon plus générale encore, on peut s’interroger sur un phénomène insuffisamment exploré : comment se fait-il que, parmi l’immense champ des possibles, l’institution n’ait sélectionné qu’un sous-champ relativement restreint, dénommé « sport ». Pourquoi avoir récusé d’innombrables jeux sportifs traditionnels, de multiples activités de pleine nature, les pratiques d’expression corporelle ? En raison de quelles propriétés – évidentes ou masquées – de leur logique interne, les spécialités du sport ont-elles mérité une telle distinction ? Manifestement, l’institution a choisi de valoriser certains contrats ludiques* et d’en repousser d’autres. Les modèles ainsi valorisés ne s’inspirent-ils pas étroitement des dispositifs techniques symbolisant la maîtrise des sociétés sur leur environnement : les machines ?

Image 10000000000002F300000116E6618E75.jpg

Figure 26A
Tableau des traits distinctifs attestés (•) de façon différentielle dans plusieurs situations sociales-types.

SPORT ET MODÈLES : LES MACHINES

233Credo de l’éducation physique* jusqu’à nos jours, la notion de mouvement a été portée au premier plan de la pratique sportive. Comprendre le sport, c’était connaître le mouvement. Il importait donc d’éclairer le fonctionnement du mouvement et d’en élucider les mécanismes sous-jacents.

234Depuis la fin du Moyen Âge, la société vit avec des machines qui, précisément, produisent du mouvement. La démarche explicative use fréquemment de l’analogie. Pour comprendre le corps en mouvement, la machine représente une analogie providentielle : dans le lancer du disque, le corps sera une baliste qui transforme un mouvement circulaire en un mouvement rectiligne : l’analyse du geste et de la trajectoire de l’engin renvoie alors à la balistique. L’espace corporel est considéré comme identique à l’espace de la machine. La rationalisation sportive sera la réplique de la rationalisation machinique : celle-ci fournit le modèle et le vocabulaire des « leviers » osseux, du « soufflet » pulmonaire, de la « pompe » cardiaque « aspirante et foulante ». La lecture de dizaines de livres consacrés aux techniques sportives est inépuisable sur ce sujet : le corps humain y est donné à connaître comme une espèce du genre machine, et cela en toutes lettres.

235Explorer les théories du corps et de l’éducation physique incite donc à faire le détour par les machines. Selon la conception mécaniste triomphante, tous les objets de connaissance, le corps entre autres, sont des variétés de machines. Les sciences mises à l’honneur seront alors celles qui permettent de comprendre au mieux le fonctionnement machinique ; ne faudrait-il pas voir là une cause de la prééminence arbitraire des sciences dites « fondamentales » en éducation physique ? Est-il possible d’adopter un point de vue sur la motricité* qui ne soit pas réductible à une conception machinique ?

236C’est dire qu’il n’est peut-être pas sans intérêt de s’interroger sur les grands modèles de machines qui ont eu cours dans les derniers siècles : les analyses du mouvement corporel se sont-elles fidèlement inspirées de ces modèles ? Répondre à ce problème épistémologique délicat de façon sérieuse nécessiterait des analyses serrées, appuyées sur de copieuses références aux productions d’époque, nécessiterait aussi de développer la comparaison des différents modèles. Sur ce point, nous renvoyons aux brillantes analyses des chercheurs contemporains (Georges Friedmann, Edgar Morin, Henri Laborit, Michel Serres, Bertrand Gille (10)...). Dans ce bref propos, nous nous contenterons de suggérer quelques axes de réflexion. Quelles conceptions des machines peut-on repérer et quels modèles du corps y a-t-on rattachés ?

237En acceptant d’être très schématique, on peut identifier trois générations successives de machines.

Les machines de la première génération : les machines simples

238Leurs principes relèvent de la mécanique élémentaire. Elles transmettent un travail reçu en multipliant la force exercée : levier, treuil, palan, baliste, catapulte, horloge à poids, moulins à vent et à eau...

239L’auteur le plus représentatif de cette vision mécaniste transposée à l’organisme humain est certainement René Descartes qui, non seulement a exposé le principe des machines simples, mais en a aussi transféré l’argument dans sa conception du corps-machine. Parlant effectivement du corps humain comme d’un automate plaisant des jardins royaux, Descartes est péremptoire : « Et véritablement, affirme-t-il, l’on peut fort bien comparer les nerfs de la machine que je vous décris, aux tuyaux des machines de ces fontaines ; ses muscles et ses tendons, aux autres divers engins et ressorts qui servent à les mouvoir ; ses esprits animaux, à l’eau qui les remue, dont le coeur est la source, et les concavités du cerveau sont les regards » ((7), p. 814). Le corps agissant serait un automate analogue aux machineries que Descartes a lui-même construites avec l’ingénieur Villebressieu. Nos actions s’accomplissent, écrit notre auteur, « en même façon que le mouvement d’une montre est produit par la seule force de son ressort et la figure de ses roues » ((7), p. 704). On sait que dans « La Dioptrique », Descartes illustre les lois de la réflexion et de la réfraction de la lumière à l’aide de nombreux schémas tirés du jeu sportif le plus en vogue de son époque : le jeu de paume. Il est regrettable qu’on n’ait pu retrouver le traité d’escrime qu’il a rédigé : sans doute le modèle mécanique y était-il triomphant !

240La démarche cartésienne tend à réduire les principes de la physiologie aux principes de la physique. Le mouvement ne concerne que la substance étendue. Les régies de la mécanique sont jugées suffisantes pour rendre compte de l’individu agissant.

241Aussi étonnant que cela paraisse, ce point de vue du XVIIe siècle a sous-tendu la majorité des analyses sportives du XXe siècle. Il suffit d’ouvrir les manuels de gymnastique ou d’athlétisme d’il y a trente ans pour s’en convaincre : l’étude des leviers, des parallélogrammes de forces, des couples de rotation y règne sans partage : l’inspiration bio-mécanique hante chaque page. L’exemple d’un sport de pleine nature est encore plus spectaculaire : en 1962 paraît un ouvrage important et quasiment officiel, « Ski de France », sous des signatures d’autorité. Le premier chapitre de ce manuel à orientation pédagogique arbore un titre révélateur : « Quelques notions de mécanique ». Ce sont les bases : la compréhension de la technique du skieur se réduit à des problèmes de forces, de pesanteur et de centre de gravité. Une conduite motrice* est conçue comme une juxtaposition de mouvements séparés tout comme l’horloge cartésienne est constituée d’une addition de rouages successifs : la méthode d’enseignement préconisée a pour principe général de « n’engendrer la coordination de deux éléments simples que lorsque chacun d’eux, pris isolément, est connu, est devenu automatique, a été assimilé » ((8), p. 295). Au sujet d’une pratique sollicitant une constante activité de décodage* informationnel, il y a de quoi surprendre.

242Cette conception associationniste de l’apprentissage qui reposait sur une vision machinique du mouvement humain n’était pas une exception. Jusque vers 1960, les gymnastiques d’appellation scientifique (c’est-à-dire d’obédience médicale), fondaient leur pratique sur une analyse anatomique étrangement statique. Les gymnastiques dites « construite », « suédoise », « morpho-statique », « de maintien », « corrective » renvoyaient pour l’essentiel aux principes des machines simples : décomposition des mouvements, utilisation de poids additionnels, localisation des mobilisations segmentaires, complication progressive des exercices en augmentant les leviers...

243Les techniques sportives et les exercices de formation, leur exécution, les corrections apportées, la progression de l’enseignement, bref l’ensemble des pratiques du sport et de l’éducation physique reposait sur une conception bio-mécanique des corps agissants traités sur le modèle machinique « des actions corporelles » de Descartes, « selon la disposition de leurs organes » ((7), p. 166).

Les machines de la seconde génération : les machines énergétiques

244Faisant passer l’énergie d’une forme dans une autre (notamment cinétique), nées au XVIIIe siècle, elles sont à l’origine des révolutions industrielles qui ont secoué les sociétés modernes. En fonction du type d’énergie utilisée, Georges Friedmann distingue trois révolutions industrielles successives : la première, née au XVIIIe siècle, est marquée par l’énergie thermique (machine à vapeur et charbon) ; la seconde, apparue vers la fin du XIXe siècle, est principalement caractérisée par l’invention du moteur à explosion et par l’exploitation industrielle de l’électricité ; la troisième enfin explose au milieu du XXe siècle en mobilisant l’énergie nucléaire.

245La comparaison du corps en action avec la machine à vapeur ou le moteur à explosion est une banalité des textes sportifs. Il est frappant que les deux grandes figures de l’éducation physique de l’entre-deux siècles, Georges Demeny et Georges Hébert, recourent tous deux à la même comparaison pour étudier la pratique sportive : « la machine motrice puissante et silencieuse d’un navire » à vapeur ((5), p. 4 et (12), p. 71), « L’effort maximum soutenu épuise nos réserves de force vitale (le charbon du navire) » commente Hébert qui précise : « En appliquant à l’organisme humain les considérations qui précédent, le mécanisme de l’effort est facile à saisir [...] et on peut énoncer en passant quelques vérités physiologiques » (p. 74). Ce point de vue a entraîné une des caractéristiques de la méthode Hébert : la recherche du « développement foncier » par une sollicitation intense des grandes fonctions organiques (autrement dit la recherche d’une grande dépense énergétique).

246Ce souci foncier animera également Demeny dont un titre d’ouvrage paru en 1914 est significatif du point de vue énergétique adopté (et des connotations morales dont il est chargé) : « L’Éducation de l’Effort » (5) ; les termes « force », « rendement », « économie », « effort », « travail », « énergie » reviennent en leitmotiv de l’exposé. Considérant la « machine humaine » (p. 37), Demeny envisage même un « classement des exercices d’après leur dépense » (p. 40) ; il y renoncera à cause des difficultés techniques d’évaluation. Avec son siècle, l’auteur de « Mécanisme et éducation des mouvements » pense en termes de physiologie et d’énergie : « Depuis trente ans, écrit-il en 1908, j’ai essayé d’éclairer l’éducation physique au moyen des connaissances de la physiologie moderne » ((6), p. 7). Et de rappeler l’importance du modèle énergétique de la machine : « Nous sommes soumis, confirme-t-il, aux mêmes lois que les machines ordinaires, pour ce qui est de la production de l’énergie et son utilisation » ((4), p. 12). Cette orientation n’a pas échappé à l’historien de l’éducation physique Jacques Ulmann qui signale la référence physiologique insistante et souligne combien cette gymnastique fonctionnelle « concerne l’énergie que le fonctionnement physiologique met en œuvre » (en tentant d’ailleurs de rendre cette dernière tributaire d’une énergie morale) ((18), p. 318).

247Il faut cependant se rendre à l’évidence : la théorie bio-énergétique de Demeny n’a pas véritablement fécondé sa gymnastique de formation dont l’aspect foncier est franchement faible. L’insistance avec laquelle il préconise un « mouvement complet, continu et arrondi » trahit d’ailleurs indirectement le point de vue descriptif et finalement mécanique qui ne l’a guère quitté dans la pratique. Demeny est énergétique dans ses écrits, statique et mécanique sur le terrain. Sa gymnastique de formation n’est guère novatrice, tant dans la composition des séances que dans la nature des exercices proposés (rien d’essentiel sous cet angle ne l’oppose par exemple aux propositions d’Amoros).

248En réalité, les études sur la machine humaine et le mouvement rationnel ne passèrent réellement dans les faits que dans la seconde moitié du XXe siècle ! C’est seulement dans le sport moderne des trente dernières années que l’orientation bio-énergétique de Demeny a véritablement trouvé son application. C’est incontestablement le point de vue énergétique qui, en envahissant les pratiques du stade sous forme de techniques gestuelles rationalisées, de méthodes d’entraînement rigoureuses et de séances de préparation intense, a été à la source des spectaculaires améliorations des performances sportives de ces deux ou trois dernières décennies. Les recherches poussées en biologie de l’effort sont en continuité avec les travaux de Demeny. Et lorsque, récemment, les chercheurs californiens ont mis au point une analyse informatique des mouvements des champions en couplant une caméra avec un ordinateur, ils n’ont fait que prolonger les travaux que Demeny a présentés dans « Mécanisme et Éducation des Mouvements » ; ils ont certes utilisé des moyens beaucoup plus perfectionnés mais les analogies entre les schémas d’analyse du chercheur Gidéon Ariel et ceux de Georges Demeny (notamment ceux qui font appel à la chronophotographie) sont frappantes. Le chercheur moderne a remplacé le tambour enregistreur par l’écran cathodique. Mais il est clair, dans ce cas, que la machine à traiter de l’information est totalement surbordonnée à une représentation mécanique et énergétique du geste humain.

249Là encore le retard est massif : ce n’est que plus d’un siècle après sa découverte que le modèle énergétique du mouvement trouve son application dans le champ sportif. Nous vivons aujourd’hui l’apogée de cette conception énergétique qui, selon le vœu de Demeny, fait du sport le terrain d’action du « mécanicien biologiste » ((4), p. 13).

Les machines de la troisième génération : les machines informationnelles

250Après la seconde guerre mondiale se sont développées de façon fulgurante des disciplines qui prenaient comme objet la communication et la transmission de l’information (théorie de l’information, cybernétique, informatique...). Des automates de plus en plus perfectionnés étaient construits, de la tortue de Grey Walter aux fusées spatiales. La machine automatique n’était pas une totale nouveauté : on sait que Descartes avait participé à la confection d’automates et le canard de Vaucanson est une machinerie du XVIIIe siècle restée fort célèbre. Mais une innovation de taille est apparue : l’existence d’un programme susceptible de traiter des signaux ; l’automate devenait capable d’auto-régulation par traitement des informations reçues en retour de sa propre action. Au lieu de penser en termes de transmission d’énergie, la seconde moitié du XXe siècle pense en termes de transmission de signaux et de messages.

251Ce traitement de l’information est devenu mécanisable. Un organe de commande et de contrôle est capable de gérer un algorithme, c’est-à-dire une séquence ordonnée d’opérations finalisées. On est en présence de machines (de type mécanique, hydraulique, électronique...) esclaves d’un dispositif régulateur de commande. Il s’agit de servomécanismes qu’on retouve dans les domaines industriel, militaire, spatial, médical mais aussi de plus en plus dans la vie quotidienne (machine à laver à programme, fer à repasser à thermostat...). Ces recherches nouvelles, regroupées sous le nom ancien de « cybernétique » ou art de gouverner, présentent-elles un intérêt dans le domaine des jeux et des sports ?

252On peut jouer aux échecs contre une machine informationnelle, devenue aujourd’hui après les efforts des cybernéticiens un redoutable adversaire. La stratégie d’un joueur, entendue au sens de la théorie des jeux*, peut être interprétée comme un véritable servo-mécanisme : ayant déposé sa fiche de stratégie, le joueur a tout prévu et tout dit : il peut quitter la table. C’est la raison pour laquelle nous qualifierons ces machines, automatisées à partir d’un matériau informationnel, de « pré-sémiotiques ».

253Dans les sports de haute sémiotricité* (volley-ball, rugby, tennis, voile, kayak...), là où l’incertitude* issue du monde physique et/ou d’autrui bouleverse l’action, l’importance des signes* et des messages corporels n’a pas échappé aux entraîneurs ; mais le modèle interprétatif faisait défaut. Aussi, ces données informationnelles ont-elles trouvé la plupart du temps une explication en termes de stimulus-réponse ou de réactions conditionnées (ce qui représente un niveau explicatif inférieur à celui du programme d’une machine à traiter l’information).

254Force est de reconnaître que le modèle informationnel n’a pas pénétré le monde des pratiques sportives. Il est parfois évoqué, mais de façon lâche et « littéraire », comme habillage ou parure, et non comme procédure opératoire permettant de rendre compte de phénomènes précis. Certains travaux modernes, tels ceux de la théorie des jeux par exemple (qui d’ailleurs débordent le simple point de vue informationnel) enrichiraient pourtant à coup sûr la connaissance des pratiques sportives.

255Ce rapide survol, assurément très schématique, a différencié trois modèles de machine : mécanique, énergétique et informationnel ; ceux-ci ne sont cependant pas exclusifs les uns des autres (13). Généralement, une machine d’un niveau supérieur utilise aussi des principes relevant des machines précédentes : une machine informationnelle est aussi énergétique, sinon comment fonctionnerait-elle ? Parfois même, on observe l’inverse : ainsi la machine à vapeur était-elle équipée dès le XVIIIe siècle du régulateur à boules de Watt qui était un servo-mécanisme exemplaire et le canard de Vaucanson déroulait un tambour à aspérités qui préfigurait un programme, tout comme les cartes dépliantes à trous de l’orgue de barbarie de la même époque.

256Nous avons constaté un grand décalage historique entre l’apparition des modèles scientifiques et leur utilisation dans l’analyse des sports. Il n’est d’ailleurs pas sûr que l’élucidation de ceux-ci passera par l’adoption étroite de ces modèles. Il semble bien d’ailleurs que la machine ait été conçue davantage comme la réalité corporelle elle-même que comme une simple simulation modélisante. L’action corporelle a été purement et simplement assimilée à une machine biologique (alors qu’un modèle maîtrisé ne prétend représenter fictivement que certains aspects partiels d’un fonctionnement dont la signification globale le déborde). Les conceptions mécanistes du corps et de la motricité ont confondu la carte avec le territoire.

257Peut-être convient-il d’envisager une autre interprétation qui ne réduise plus l’action motrice* à un schéma machinique classique. Peut-être peut-on adopter un point de vue qui respecte la spécificité* du champ : la perspective sémiotrice.

LA PERSPECTIVE SÉMIOTRICE

Une rupture décisive

258Le modèle cybernétique a pour aboutissement l’automate totalement auto-régulé dont toutes les décisions ont été programmées. Une telle réalisation n’est nullement utopique, même dans les situations ludiques. De nombreux jeux de société sont ainsi devenus automatisables : le fameux jeu des tas d’allumettes de Marienbad parmi beaucoup d’autres, est complètement maîtrisé au point de vue théorique. Avant même que la partie commence, sachant le joueur qui ouvre, on est sûr du vainqueur (si ce joueur connaît l’algorithme). Le jeu d’échecs étant un jeu fini et discret, il n’est pas impossible qu’on découvre la fonction d’utilité qui lui soit parfaitement ajustée : le jeu serait alors totalement cybernétisé.

259Autrement dit, le jeu cybernétisé, c’est la disparition du jeu. Un jeu « informationnel » ainsi maîtrisé devient la négation du jeu. Considérés strictement sous ce point de vue de machine informationnelle, deux joueurs de tennis n’auraient plus à pénétrer sur le court : il suffirait, si cela avait un sens, de confronter leurs deux programmes, tout comme on oppose aujourd’hui deux programmes d’échecs.

260Il est clair que les conduites motrices ne sont pas réductibles à une explication en termes de transmission d’information. Le joueur informé et informant est un individu agissant : l’« information » présente l’originalité d’être partie prenante d’un comportement moteur engagé dans l’exécution d’une tâche* praxique*. Le sujet « informationnel » est un joueur communiquant, et davantage encore métacommuniquant. Bombardé de stimuli, le pratiquant retient ce qui lui semble pertinent, interprète ces données brutes et les organise en leur conférant un sens. Les praxèmes* sont polysémiques : la détection des indices* répond à un décodage éminemment subjectif. La désinformation et la feinte rôdent sur le stade. À un niveau surplombant, la métacommunication motrice* peut brutalement modifier du tout au tout le registre de la compréhension. Les brusques passages d’un registre à l’autre (de l’instrumental au socio-affectif par exemple), vécus sur le champ et en un clin de geste par le joueur, représentent en fait des phénomènes d’une suprême complexité que la notion d’information est totalement incapable de traduire. À un niveau encore plus déroutant, les joueurs peuvent utiliser des méta-règles non prévues, créer un méta-jeu dans le jeu et bouleverser ainsi la logique et la régulation de leurs conduites. En bout de course, ils peuvent même inventer de nouvelles règles et changer le code.

261Nous avons quitté le domaine pré-sémiotique de la machine informationnelle pour pénétrer dans la sphère proprement sémiotique des conduites ludiques. Il s’y ajoute une nouveauté qui bouleverse les données habituelles : la mise en jeu praxique des phénomènes de codage au cours d’une activité d’où la fantaisie n’est pas absente. Les échanges informatifs des joueurs peuvent susciter une communication paradoxale qui subvertit la communication habituelle et crée des effets pervers ludiques*. Nous sommes loin d’un simple prélèvement d’information : s’ouvre le champ complexe de la métamotricité.

262Bien entendu, la perspective sémiotrice ne rejette pas les indispensables aspects bio-mécaniques, énergétiques et informationnels ; elle les utilise en permanence mais de façon élective en les soumettant à son propre principe d’intelligibilité (de même que le modèle informationnel recourt aux données énergétiques, lesquelles s’appuient à leur tour sur les machines simples).

263Le point de vue sémioteur introduit une rupture décisive. On ne peut plus se contenter comme le faisait Demeny de parler en termes de « mouvement ». L’action motrice ne s’épuise pas dans la substance étendue, en une description de déplacements dans l’espace et dans le temps. L’introduction de la signification, du symbolique et de la métacommunication impose le recours à un concept susceptible d’en rendre compte : le concept de conduite motrice*.

La vassalisation et ses conséquences

264N’ayant pas pris conscience de la spécificité de son champ, le sport s’est donné, à titre de références dites fondamentales, des disciplines extérieures. Celles-ci ne furent pas toujours les mêmes : elles varièrent selon le développement technique et scientifique de l’époque, selon son mode de représentation du fonctionnement corporel.

265Ainsi que l’indique la figure 26B, aux machines simples on peut faire correspondre la cinématique et l’anatomie ; les modèles énergétiques renvoient à la thermodynamique et à la physiologie ; les machines informationnelles à la cybernétique et aux neuro-sciences. Nous avons déjà remarqué, très schématiquement, que dans le domaine des pratiques motrices l’ère mécanique s’est étendue jusque vers les années 1950-1960 ; l’ère énergétique s’est développée crescendo entre 1950 et 1980 ; l’ère informationnelle, encore balbutiante, n’est pas réellement commencée, bien que des tentatives soient amorcées (notamment par le biais privilégié en ce domaine de la neuro-physiologie).

266On peut s’étonner du considérable retard accusé par les analyses du sport et de l’éducation physique. Jusqu’en 1960, les méthodes d’apprentissage dominantes dans le domaine du ski (cf. le mémento de la fédération), de la natation, de l’athlétisme, de l’escrime, du tennis relevaient pour l’essentiel du modèle de la première génération. La bio-mécanique était la discipline reine. Les gymnastiques dites scientifiques – et c’est bien là le comble – étaient, elles aussi, étroitement alignées sur ce schéma mécaniste. Ce n’est guère que dans les deux ou trois dernières décennies qu’une réelle application du modèle bio-énergétique au sport de haut niveau a bouleversé les méthodes d’entraînement, leur durée, leur intensité et provoqué une impressionnante progression des performances.

267La soumission à ces modèles prestigieux a entraîné des conséquences importantes : méthodes d’entraînement, tutelles institutionnelles, programmes de formation. Le cursus des futurs enseignants d’éducation physique et sportive, qui comportait plusieurs années d’études d’anatomie et de physiologie à fort coefficient, en est une illustration spectaculaire. La référence au modèle anatomo-physiologique des première et seconde générations de machines explique, pour une bonne part, le rôle dominant joué par les médecins en éducation physique jusqu’à nos jours.

Image 10000000000002FD0000036955EE4277.jpg

Figure 26B
Le sport et ses modèles machiniques

268Le bouillonnement des idées qui a secoué l’éducation physique dans les trente dernières années a quelque peu altéré la limpidité de la référence physiologique. On s’est aperçu qu’il y manquait la signification, la production du sens. Certains l’ont alors cherché de façon étroite dans la psychologie ou la sociologie. C’était remplacer une vassalisation par une autre (à laquelle ne souscrit d’ailleurs pas nécessairement la discipline concernée). Cette quête frileuse d’une référence extérieure a conduit à un autre émiettement. Plus que dans une nouvelle dépendance, le sens est certainement à trouver dans l’analyse spécifique de l’action motrice elle-même.

L’action motrice : voie de la spécificité

269Bien que schématique, la démarche précédente révèle un aspect épistémologique important, habituellement inaperçu : les disciplines qu’on appelle « fondamentales » en éducation physique et sportive varient en fonction du modèle de fonctionnement corporel choisi. Ce peut être l’anatomie ou la physiologie ; on pourrait tout aussi bien choisir la cybernétique ou la sémiologie*. La qualification « fondamentale » associée péremptoirement à certaines disciplines est donc arbitraire et fort discutable. Les modèles jusqu’ici retenus sont insuffisants à rendre compte de l’originalité des conduites ludosportives.

270Plutôt que de s’essouffler à courir après des modes explicatifs conçus par d’autres et pour d’autres situations, le motricien* devrait sans doute construire ses propres modèles accordés à la spécificité du champ dont il a la çharge. La machine informationnelle est un modèle insuffisant de l’interprétation du sport et du jeu sportif. Il convient, en dernière analyse, de se placer sur le terrain de l’action motrice et non sur celui des automates abstraits. Bien entendu, les données d’ordre mécanique, énergétique et informationnel seront prises en compte et dans certains cas de façon décisive mais elles devront toujours être replacées dans le cadre de la praxéologie motrice* dont la dimension sémiotrice est capitale. Le mécanicien cède la place au sémiotricien. L’intelligibilité n’est plus de l’ordre du mécanique ou de l’énergétique mais de l’ordre du praxique.

SPORTS DE BASSE ET DE HAUTE SÉMIOTRICITÉ

L’information : un élément de la décision

271Jusqu’à nos jours, une longue tradition de l’éducation physique habituait à considérer l’exercice physique comme une forme bio-mécanique à reproduire ou comme une dépense énergétique à fournir : elle était tellement enracinée dans les modes de pensée qu’une conception valorisant l’informationnel ne pouvait guère recevoir d’accueil favorable. Aussi, lorsqu’en 1967 cette dimension informationnelle a été avancée à titre de critère fondamental d’analyse et de pertinence des situations motrices sous l’angle de la sociomotricité* (information due à la communication motrice* avec autrui), elle présentait une trop grande rupture avec les modes explicatifs habituels pour ne pas soulever de fortes résistances (16).

272Cette conception a systématisé la perspective sémiotrice, en prenant en compte sous le nom d’incertitude d’une part l’information issue de l’environnement physique et d’autre part l’information issue de l’interaction avec autrui. Afin d’éviter de glisser, comme il est fréquent de l’observer, vers le sens vague et journalistique du terme « information », nous avons préféré le terme d’incertitude qui renvoie plus franchement aux notions de choix, de décision et de probabilité (tout en restant compatible avec la subjectivité d’un sujet décidant). Le danger persistait de substituer à un ancien modèle mécanique, un modèle mécanique nouveau, fût-il plus perfectionné. On courait le risque de plaquer une machine informationnelle à la place d’une machine énergétique. Aussi convenait-il de recentrer l’analyse de façon fondatrice en définissant une pertinence*. La spécificité de l’action motrice ayant été dégagée, il était alors possible d’accorder toute son importance à la prise et au traitement de l’information. L’échange de signes et de messages praxiques entre l’individu et ses environnements physique et/ou humain devenait une caractéristique majeure des situations motrices.

273La mise en évidence d’une pertinence praxique a permis de ne pas tomber dans le piège d’une simple « application » de la linguistique ou de la sémiologie aux pratiques motrices. Cette démarche de mise en évidence d’une spécificité est difficile et entraîne maints tâtonnements ; il faut s’avancer un peu à l’aventure, sur un terrain peu exploré et sans outils bien ajustés. À phénomènes nouveaux, concepts nouveaux : le concept de sémiotricité dans sa construction même, signifie combien la motricité est immergée dans le fait sémiotique. Les données mécaniques, énergétiques et informationnelles restent soumises à l’attribution d’une signification par le sujet agissant, signification qui prend corps dans la décision motrice*. Plus que l’aspect informationnel, ce qui importe en effet en dernière analyse, c’est l’aspect décisionnel témoignant de la mise en jeu corporelle et de l’accomplissement de la tâche praxique.

274Le rôle structurant de l’information motricisante est mis à découvert par la classification de toutes les situations sportives en sports de haute sémiotricité et en sports de basse sémiotricité (cf. figure 26C).

Sports de basse sémiotricité

275Dans ces situations où l’incertitude tend à disparaître, l’espace est figé et standardisé. Il s’agit de situations psychomotrices* (les données informatives dues à autrui sont donc inexistantes) ou de situations sociomotrices* nouant des interactions entre partenaires (l’intrusion informative est annulée par le souci des co-équipiers d’ajuster « au millimètre » leurs comportements de coopération qui deviennent rapidement automatisés). Dans les sports psychomoteurs, on retrouve la distinction classique entre les pratiques d’appréciation subjective qui valorisent les « figures », libres ou imposées (gymnastique, patinage, trampoline, plongeon...), et les pratiques d’appréciation objective qui sollicitent une dépense énergétique, explosive (sauts, lancers...) ou prolongée (courses diverses de demi-fond et de fond).

276C’est le degré zéro de la sémiotricité. Considérons par exemple l’athlétisme ou la gymnastique aux agrès. Le degré d’incertitude issue du milieu tend vers zéro : l’attente informationnelle de l’athlète ou du gymnaste est donc quasiment nulle. Les entraîneurs se sont rendus compte depuis longtemps que, dans ce cas, la réalisation d’une performance était liée au montage précis et rigoureux d’un stéréotype moteur*.

Image 100000000000063A0000041FB11A8E82.jpg

Figure 26C — Classification des sports […] principales caractéristiques sémiotrices
Le critère sémioteur est un critère capital de […] en ce qu’il prend en compte les traits spécifiques de l’action motrice : décodage de l’environnement et […] décision et stratégie motrices, conduite d’adaptabilité ou automatisme, communication praxique avec […] Ces caractéristiques ont souvent des conséquences majeures vis-à-vis des données psychologiques […] pratiquants), sociologiques (préférences des fractions sociales) et pédagogiques (choix des situations adaptées […] poursuivis).

277L’automatisation devient alors la clef du succès. Le comportement d’un gymnaste aux barres parallèles, d’un sauteur à la perche, d’un lanceur de poids, d’un patineur artistique ou d’un trampoliniste tend à devenir totalement pré-régulé, totalement « cybernétisé ». Dans ces situations stables, dénuées d’incertitude, l’athlète pré-programme son comportement selon un véritable algorithme moteur. Et cela précisément parce que l’information issue de l’environnement est nulle : il serait donc dénué de tout fondement de désigner le saut à la perche, le lancer de poids ou le trampoline comme des pratiques informationnelles. Dans le domaine sportif, le modèle cybernétique ne s’est véritablement épanoui que dans les situations dépourvues d’information !

L’arbre de la figure 26C participe de la même logique que la classification des figures 1 et 2 ; il aboutit à neuf classes au lieu de huit car le sous-ensemble pléthorique Image 100000000000004B00000019E7C83E70.jpg est ici divisé en deux selon les activités « subjectives » à « figures » et les activités « objectives » à « performances chiffrées ». En se reportant aux figures 4, 5 et 6,_on constate que l’ensemble des sports de basse sémiotricité (classes Image 10000000000000490000001991BCD16B.jpg et {Ā, P, Ī}) accumule 53 % des épreuves des Jeux Olympiques de 1976 et 45,5 % de l’enveloppe budgétaire accordée par le gouvernement en 1978. En revanche, il n’y correspond que 11 % de l’effectif des licenciés des fédérations sportives (et le pourcentage serait encore bien plus faible si l’on considérait l’ensemble des pratiquants de loisir). Entre les choix institutionnels et les aspirations des pratiquants, le décalage apparaît flagrant. Le phénomène semble d’autant plus marqué que le début des activités sportives est historiquement caractérisé par des pratiques effervescentes d’adaptabilité inventive, en milieu souvent non domestiqué. Manifestement, l’institution sportive moderne privilégie les sports de basse sémiotricité, magnifiant le stéréotype moteur.

Sports de haute sémiotricité

278Dans ce cas, l’individu agit dans un milieu non arrêté, producteur d’incertitude, riche en aléa. Le recours au stéréotype moteur risquerait de conduire à l’échec. L’individu doit s’adapter à l’imprévu ; il lui faut sur le champ déceler l’information pertinente afin de s’ajuster au plus près, afin même de précéder l’événement par une judicieuse préaction*. Prise d’information et prise de décision constituent alors la trame de l’action motrice.

279Il semble important de différencier deux catégories de source informative :

280– l’informationnel dû au milieu matériel. Il est fort variable selon l’aménagement de l’environnement : l’étude de la dimension domestication/sauvagerie* en dévoile toutes les nuances et les implications. Cette haute sémiotricité s’épanouit dans les activités libres de pleine nature, notamment sous la forme de randonnées ou de raids sauvages (ski, canoë-kayak, vol libre, surf à voile...).

281Se contenter de parler en termes d’information serait tout à fait insuffisant. Le sujet agissant attribue du sens à certains éléments qu’il extrait subjectivement du contexte : parmi les milliers de stimuli qui l’assaillent, il privilégie certaines configurations d’indices auxquelles il accorde une signification d’action. Bref, l’individu effectue un décodage sémioteur. Sur la même pente de neige, le skieur percevra des indices bien différents selon qu’il sera dans une épreuve de slalom ou de descente, selon qu’il sera chaussé de skis alpins ou de skis nordiques. Les stimuli de l’environnement sont pourtant objectivement les mêmes ! Dans le même ordre d’idées, une situation spectaculaire est fournie par les joueurs évoluant dans un gymnase de sports collectifs quadrillé des lignes de terrain réglementaires, blanches, rouges, bleues ou vertes. Les joueurs s’adaptent à ce fouillis de lignes de façon remarquable : s’adonnant au basket-ball, ils ne « voient » plus que les lignes rouges, pratiquant le hand-ball, la seule « information » qui les affecte est issue des lignes jaunes. Comment rendre compte de ces processus informationnels hautement interprétatifs en dehors de la notion de codage ?

282Avant d’agir, l’individu s’est doté d’une matrice de déchiffrement des données, liée à la logique interne de la pratique. Un tel codage sémioteur, souvent très complexe dans les activités de pleine nature, ne trouve pas son intelligibilité dans l’explication neuro-physiologique (bien que celle-ci éclaire de façon exceptionnelle les mécanismes et les câblages sous-jacents). La création d’une signification renvoie au contenu des conduites motrices ; la pertinence y est de l’ordre du praxique.

283– l’informationnel dû au milieu humain. L’information revêt ici un statut profondément différent : elle procède de sources productrices douées d’intention, de projet et de ruse. L’analyse en termes de conduite motrice y est encore plus impérative. L’information issue des comportements d’un demi de mêlée n’est pas assimilable à celle que fournissent les remous d’une rivière. C’est bien ce que dénote l’étude de l’interaction motrice*, des communications* et contre-communications*, des praxèmes et de la métamotricité. En outre, au décodage s’ajoute ici un encodage sémioteur.

284La classification de la figure 26C distingue soigneusement une sémiotricité de la lecture du milieu physique d’une sémiotricité de la communication praxique*, sachant que les deux catégories peuvent s’entremêler dans une même situation (régates en équipage, alpinisme en cordée, grands jeux de pleine nature, randonnées en équipes...). À côté des pratiques de pleine nature, il convient donc de distinguer d’autres activités également riches en informationnel : les pratiques sociomotrices reposant sur l’interaction incertaine (sports collectifs, escrime, sports de combat, tennis, jeux collectifs traditionnels).

285Là encore, le concept d’information apparaît insuffisant. Une machine informationnelle ne saurait rendre compte du passage entre métamotricité instrumentale et métamotricité affective, ne pourrait élucider le méta-codage de subversion observé dans le jeu paradoxal*. Ces conduites insolites, apparemment aberrantes, ne retrouvent leur plein sens que replongées dans la perspective sémiotrice.

Une nouvelle intelligibilité

286Tout sport informationnel est nécessairement énergétique (et mécanique), sinon il n’aurait aucun accomplissement possible. Une pratique dénuée d’apport informatif peut être également faible en engagement énergétique, comme dans le cas du plongeon ou du trampoline (et la dimension bio-mécanique domine alors) ; inversement un sport riche en informationnel peut déclencher une débauche énergétique comme dans le cas du canoë-kayak, du ski de fond, des sports de combat, du cyclo-cross et de tous les sports collectifs. Il semble ainsi peu fructueux d’isoler les registres mécanique, énergétique et informationnel qui s’interpénètrent en permanence. Manifestement, le principe d’intelligibilité ne réside pas dans l’opposition de ces modèles de machines plaqués de l’extérieur sur l’acte moteur.

287En revanche, la prise en compte de l’action motrice, sous l’angle du codage sémioteur et de la décision praxique propose une nouvelle intelligibilité des pratiques ludosportives. L’action motrice puise alors sa signification dans la logique interne de son propre accomplissement. La distinction entre sports de haute et de basse sémiotricité se nourrit certes des riches apports de nombreuses disciplines (sémiologie, psychologie sociale, neurophysiologie, théorie des jeux...) mais tout en restant dans le droit fil de sa pertinence surplombante : elle renvoie de façon constitutive à la spécificité de l’action motrice.

288On ne peut être qu’étonné d’entendre aujourd’hui, au sujet du sport, des déclarations tranchées, déclarations qui tantôt le traitent d’activité « aliénante » et dénuée de valeur éducative, tantôt le portent au pinacle en lui accordant l’exclusivité éducative. Un telle contradiction est déjà un signe. Il semble important de faire litière de ces propositions péremptoires qui obscurcissent un problème déjà difficile au lieu de l’éclairer.

289Le sport correspond au sous-ensemble des pratiques motrices choisies par l’institution. Ce choix n’est pas neutre et mérite d’être examiné ; mais pourquoi serait-il le seul valable ou, à l’opposé, pourquoi serait-il a priori condamnable ? L’affirmation péremptoire doit céder la place à l’analyse contrôlable. La définition opérationnelle précédente du sport évitera peut-être de s’enliser dans de faux débats qui confondent les finalités psychologiques, éducatives ou politiques avec les caractères objectifs d’une pratique observable. Elle ne s’oppose pas à une étude psychologique ou socio-politique, elle leur offre au contraire les prémisses d’une démarche qui ne croit pas indispensable de remplacer l’analyse rigoureuse et contrôlable par le dithyrambe ou l’anathème.

290 Situation motrice, compétition, jeu sportif institutionnel, sémiotricité, théorie des jeux sportifs.

BIBLIOGRAPHIE

291(1) Bouet (M.).- Signification du sport. Paris : Éditions universitaires, 1968.

292(2) calvet (J.-L.).-Les jeux de la société. Paris : Payot, 1978.

293(3) De Coubertin (P.).-Pédagogie sportive. Lausanne : Bureau international de pédagogie sportive, 1934.

294(4) Demeny (G.).-Pédagogie générale et Mécanisme des Mouvements. Paris : Félix Alcan, 1922.

295(5) Demeny (G.). - L’Éducation de l’Effort. Psychologie - Physiologie. Paris : Félix Alcan, 1914.

296(6) Demeny (G.).- L’École française. Paris : Librairie Fournier, 1909.

297(7) Descartes (R.).- Œuvres et lettres. Bibliothèque de La Pléiade. Paris : Gallimard, 1953.

298(8) Franco (J.), Mora (M.), Fourès (L.).-Ski de France. Paris : Arthaud, 1962.

299(9) Friedmann (G.).- Sept études sur l’homme et la technique. Paris : Éditions Gonthier, 1966.

300(10) Gille (B.).- Histoire des techniques. Encyclopédie de La Pléiade. Paris : Gallimard. 1978.

301(11) Guillemain (B).- Le sport et l’éducation. Paris : PUF, 1955.

302(12) Hébert (G.).- Le Sport contre l’Éducation physique. Paris : Librairie Vuibert, 1925.

303(13) Ladrière (J.).- Cybernétique. Introduction. In : Encyclopædia Universalis, volume 5, pp. 256-258. Paris, 1968.

304(14) Le Lionnais (F.).- Le jeu d’échecs.-Que sais-je ? no 1592. Paris : PUF, 1974.

305(15) Lévi-Strauss (C.). -La pensée sauvage. Paris : Plon, J962.

306(16) Parlebas (P.).- La socio-motricité : mode d’approche nouveau de l’éducation physique ? Éducation physique et sport. no 86, pp. 7-12. Paris : mai 1967.

307(17) Seidler (E.).- Le sport et la presse. Paris : Armand Colin, 1964.

308(18) Ulmann (G.).- De la gymnastique aux sports modernes. Histoire des doctrines de l’éducation physique. 1re édition : Paris : PUF, 1965 ; 3e édition : Paris : Vrin, 1977.

SPORTIFICATION ❀

309■ Processus social, notamment institutionnel, et par extension résultat de ce processus, par lequel une activité ludomotrice (quasi-jeu*, jeu sportif traditionnel* ou quasi-sport*) acquiert le statut de sport*.

310La sportification met l’accent sur le déroulement dans le temps : comment, par quelles étapes, des activités physiques de nature locale ont-elles réussi à accéder à un statut mondial ? L’étude des structures des jeux sportifs* décrit des états ; la sportification analyse des changements d’état. D’un côté, une certaine statique de phénomènes aboutis, de l’autre leur dynamique développementale au cours du temps. L’étude de la sportification des activités corporelles, qui replace celles-ci dans leur contexte socio-historique, représente le complément indispensable à l’examen de leurs logiques internes* et de leurs configurations.

311Ce processus de transformation d’une activité physique en sport a donné lieu à l’emploi de plusieurs dénominations en langue française. Une majorité d’auteurs utilise les termes « sportivisation » et « sportiviser », qui ne semblent pas très heureux. Dans sa traduction d’un texte de Norbert Elias, Jacques Defrance avait judicieusement proposé « sportification » ((1), p. 4). Plus récemment, Alain Garrigou recourt au vocable « sportisation » qui a le grand mérite de la concision (5). Pour notre part, nous adopterons « sportification » qui nous semble le mieux rendre compte, par euphonie suggestive, des caractéristiques de la citadelle sportive. D’autre part, sur ce modèle, on obtient aisément une famille de mots simples et utiles pour analyser les subtils et multiples phénomènes dérivés : sportifier, désportifier, resportifier, sportifiant...

UN PROCESSUS SÉLECTIF

312Toute activité physique n’est pas un sport. Parmi l’immense ensemble des pratiques ludocorporelles, certaines sont distinguées par la société, deviennent l’objet d’une attention sourcilleuse, soigneusement réglementées puis mises en valeur : ces activités privilégiées, ce sont les sports. Ainsi que nous l’avons développé dans la définition du mot « sport », quatre critères sont requis pour prétendre à ce statut : l’activité est de nature motrice, elle est codifiée et donne lieu à compétition ; enfin, la sportification se manifeste par une prise en compte institutionnelle appuyée. Un jeu d’influences réciproques intervient d’ailleurs entre la réglementation et l’institutionnalisation : au départ, l’activité est choisie parce que ses règles satisfont les aspirations sociales qu’elles contribuent à faire s’épanouir, puis l’adoption institutionnelle provoquera un renforcement ajusté de ces règles afin de les rendre entièrement conformes à la demande.

313La sportification peut être accomplie dans des conditions fort variables. Parfois, une activité n’est sportifiée qu’après plusieurs décennies de pratique locale ou nationale ; ainsi du volley-ball dont la Fédération Internationale n’a vu le jour qu’en 1947, alors que ce jeu avait été inventé dès 1895 au Massachusetts par William Morgan, dans le but de meubler agréablement les séances d’hiver de ses élèves. D’abord jeu sportif traditionnel, baptisé « mintonnette » par W. Morgan, le volley-ball est devenu un quasi-sport dont la pratique intense suscita aux États-Unis la création d’un Championnat interne en 1922 puis d’une Fédération nationale en 1928. Il fut importé en Europe par les soldats américains de la Première Guerre mondiale, et accéda enfin au statut de sport avec la création de la Fédération Internationale. Parfois, à l’opposé, il suffit de quelques courtes années pour qu’une pratique nouvelle s’impose et soit sportifiée : la planche à voile, le vol libre, le parapente, le VTT sont ainsi rapidement passés du statut de quasijeu à celui de sport, grâce notamment à l’engouement suscité dans certaines couches de la population.

314Certaines activités piétinent dans le statut de jeu traditionnel ou de quasi-sport sans arriver à s’imposer sur le plan international ou olympique : la Balle au tambourin, les joutes nautiques, la Longue paume, les jeux de boules. Le cas de la pétanque est quelque peu insolite et, à ce titre, intéressant. Voilà un quasi-sport qui possède les caractéristiques requises pour devenir un sport ; les capacités physiques qu’il sollicite soutiennent parfaitement la comparaison avec celles mobilisées par des sports indiscutés tels le curling, le golf, le tir à l’arc ou le tir à la carabine. En outre, des centaines de milliers, voire des millions de pratiquants s’adonnent à ce jeu. Pourquoi cette résistance institutionnelle qui refoule la pétanque de l’Olympe sportif ? À coup sûr, une image défavorable : la représentation sociale de la pétanque renvoie à des pratiquants débonnaires, âgés et retraités, appartenant essentiellement aux classes populaires. Une représentation bien peu prestigieuse pour une institution qui se pique de symboliser le dynamisme de la jeunesse et de l’énergie conquérante ! D’autres forces sociales vont entrer en jeu ; sans doute ce préjugé défavorable et discutable va-t-il s’estomper et faut-il s’attendre à voir accéder la pétanque au statut de sport dans un avenir proche.

UN SPECTACLE DE MASSE

315L’émergence d’une activité motrice dotée du statut de sport présuppose généralement une implantation sociale d’envergure : au niveau local, des associations et des clubs qui promeuvent l’activité sur place puis, au niveau national, des fédérations qui organisent le dispositif et uniformisent les règles pour favoriser des rencontres selon un code unique, enfin, au niveau international, des instances qui développent un accord élevant la pratique considérée au rang de jeu mondialement reconnu. Les conséquences de cet aval international sont considérables. Pour gérer les jeux ainsi intronisés surgissent des appareils valorisant la compétition, la performance, la hiérarchie et la manifestation de la domination. Le dispositif sportif mis en place exalte la spectacularité* des rencontres, la montée de l’émotion liée à l’incertitude des résultats, l’excellence de la victoire.

316Sur le plan économique, la sportification entraîne une entrée de l’activité sur le marché de l’offre et de la demande à grande échelle : il faut prévoir des infrastructures et des installations souscrivant aux normes imposées, du matériel et des équipements de haute technologie, un personnel d’encadrement qualifié (entraîneurs, gestionnaires, commissaires, arbitres...). L’accession au statut de sport provoque une bascule des jeux dans un nouvel univers soumis aux règles du marché et de l’obligation de résultat. Les contraintes d’accès sont sévères et la concurrence y est vive, mais c’est la seule façon durable pour une activité de s’imposer sur le plan social sous l’angle de la reconnaissance et du prestige. Ce n’est qu’en passant sous les fourches caudines des fédérations que pourra se déployer le faste du cortège médiatique sans lequel aucun retentissement social ne peut être durablement escompté.

317C’est la raison pour laquelle l’inscription d’un sport aux Jeux olympiques est tant prisée : c’est un coup de projecteur publicitaire assuré, la perspective d’un recrutement de nouveaux adeptes, l’assurance de subventions indispensables pour se développer davantage et tenir son rang. À vrai dire, l’accès au statut de sport étant acquis, chaque fédération doit veiller à rester au goût du jour, à changer éventuellement ses règlements pour entretenir sa spectacularité et conserver son audience. C’est ainsi que le basket-ball a adopté le tir de loin à trois points, que le tennis puis le volley-ball ont retenu le jeu ou le set « décisif », que le rugby a porté la valeur de l’essai de trois à quatre points puis à cinq points, que le judo et l’escrime envisagent de modifier leur règlement actuel afin de rendre leurs assauts plus lisibles pour le spectateur néophyte.

318Une question ne peut manquer d’être posée : pourquoi telle spécialité a-t-elle été mise en valeur par les instances sociales alors que telle autre est restée dans l’anonymat ? Quelles sont les caractéristiques qui justifient une telle sélection ?

319Deux traits fondamentaux semblent pouvoir être avancés :

3201- en premier lieu, l’activité doit être spectaculaire

321Elle doit attirer le public au guichet des stades et devant les écrans de télévision, l’importance de ces derniers tendant de plus en plus à devenir prépondérante. C’est la spectacularité d’une épreuve sportive qui détient la clef de sa popularité, son financement, son épanouissement institutionnel, mais aussi plus insidieusement sa logique interne* ;

3222- en second lieu, l’activité doit souscrire à des impératifs éthiques revendiqués comme fondateurs

323La neutralité politique, l’idéal moral, la pureté, la gratuité, la fraternité... Avec une insistance lancinante, le sport est associé à la santé et à la moralité. On sait ce qu’il en est du fameux amateurisme, allègrement transgressé depuis des décennies et pourtant régulièrement réaffirmé avec des accents de sincérité qui laissent pantois. Il en est de même du dopage ou des malversations financières. Les valeurs prétendument liées au sport ne sont que des leurres. Mais les démentis ont beau surabonder ; de façon étonnante rien n’y fait. Le sport reste étrangement associé à des valeurs qu’il ne respecte pas en tant que phénomène de masse, mais qui continuent à entretenir son image sur un mode positif.

LE PARLEMENT ANGLAIS ET LA CHASSE AU RENARD

324La question des origines peut être posée : comment s’est accomplie la sportification première ? De quelle manière, en ses tout premiers débuts, le sport a-t-il élaboré puis imposé ses modes d’action ?

325Les prémisses du sport ont surgi en Angleterre au XVIIIe siècle avant de se développer en Europe au XIXe siècle et de s’épanouir sur toute la planète au cours du XXe siècle. Étudiant ce phénomène, Norbert Elias soutient l’idée selon laquelle l’émergence du sport coïncide avec l’apparition du régime parlementaire anglais. Il ne prétend pas que l’un est la cause de l’autre mais que tous deux représentent les deux faces d’un même processus socio-politique ; celui-ci correspond à une pacification progressive des mœurs et à l’acceptation du principe de l’alternance des vainqueurs tant dans l’arène politique que dans l’arène ludique. Dans les deux cas, politique et sportif, explique Elias, il était nécessaire de s’entendre sur des règles communes, sur la mise en place d’un arbitrage et sur le respect du perdant. Jusqu’à cette époque, le vainqueur écrasait le vaincu et tentait de l’annihiler définitivement à force de massacres et d’emprisonnements. Dans le sport comme dans le régime parlementaire qui s’esquissaient alors, la victoire restait belle mais elle acceptait le maintien en place de l’adversaire défait et son éventuel retour ultérieur. On cherche à battre l’adversaire, mais dans les règles, en ne dépassant pas le seuil de violence autorisé, en acceptant l’auto-contrainte qui impose le respect du vaincu. Le duel du Parlement s’apparente au duel du stade et tous deux tiennent un rôle pacificateur de premier plan. Affrontement sportif et débat parlementaire, même combat.

326Norbert Elias est très affirmatif : « L’évolution et la structure du régime politique de l’Angleterre au XVIIIe siècle, écrit-il, présentent une analogie manifeste avec la « sportification » des passe-temps des classes supérieures anglaises à la même époque » ((4), p. 236). Ces deux processus sociaux requièrent un niveau d’autocontrôle appuyé : ils répondent au même mouvement de pacification des mœurs qui prend peu à peu la place des mesures de rétorsion et des férocités revanchardes du triomphateur du moment.

327L’un des premiers exemples historiques d’une transformation d’un loisir en sport est, affirme N. Elias, la chasse au renard très en vogue chez les grands propriétaires anglais du XVIIIe siècle. L’entreprise était désintéressée : le gibier abattu ne sera pas consommé ; la chasse vaut pour elle-même, pour la beauté du geste serait-on tenté d’écrire. Déjà, cherche à s’imposer la fameuse gratuité du sport !

328Devenue hypercodifiée, l’activité de chasse s’ingénie à éloigner le chasseur des actes de brutalité : il lui est interdit de tuer l’animal, le pouvoir de tuer étant délégué à la meute. L’ensemble des règles et des rituels vise à accroître les difficultés de la chasse, à prolonger la poursuite et à retarder l’instant de la mise à mort. La chasse au renard, commente Norbert Elias, canalise les comportements de violence, oblige le chasseur à maîtriser son agressivité et ses émotions. Le plaisir de la chasse n’est plus dans l’acte de tuer, mais dans le plaisir de la tension qui va crescendo tout en restant constamment autocontrôlée. L’acte est différé et délégué. On passerait ainsi d’un comportement bestial à un acte raffiné.

329De telles activités, aussi strictement réglées, provoquent l’intériorisation des contraintes et favorisent la pacification des mœurs. Ainsi, affirme Norbert Elias, le sport est-il devenu un instrument important du processus de régulation sociale. En ce sens, la sportification serait agent de civilisation.

SPORT ET SOCIÉTÉ

330Cette conception éliasienne nous paraît d’un intérêt majeur en ce qu’elle montre que le sport, dans ses structures mêmes, dans son agencement spatial et temporel, est une transposition sur le registre corporel des phénomènes de violence, de pouvoir et de normativité de sa société d’appartenance. Voilà bien le problème central posé par la sociologie du sport : quel rôle de fond joue le sport dans le processus de socialisation, dans l’avènement et l’intériorisation des normes de ce processus, de ses valeurs et ses représentations ? C’est bien à cette interrogation que semble répondre Elias lorsqu’il avance avec audace que « la connaissance du sport est la clef de la connaissance de la société » ((4), p. 25).

331Sous cet angle, Elias rejoint et élargit encore les propos que Marcel Mauss avait développés dès 1934 dans son article sur « les techniques du corps » (7). Les pratiques corporelles et le sport sont le reflet d’une culture, le lieu de manifestation des valeurs, des tensions et des dominations dont la société est le siège. C’est à ce titre que l’on peut parler d’une ethnomotricité* et d’un ethnoludisme* : les activités ludiques sont enracinées dans un humus social qui les a fait naître, les fait vivre et leur donne tout leur sens. Les jeux sont l’expression de l’état d’une société, ses équilibres du moment, son niveau technologique, sa tolérance à la violence, sa conception du rôle de la femme, son type de rapport à la nature.

332Sur ce point, il nous est difficile de suivre l’historien Johan Huizinga qui, dans l’un de ses ouvrages pionniers de sociologie – ou d’anthropologie – du sport : « Homo ludens », signale que le sport « demeure une fonction stérile, où le vieux facteur ludique s’est presque entièrement éteint » ((6), p. 316). Ce spécialiste de l’histoire du Moyen Âge regrette à coup sûr les caractéristiques de spontanéité et de convivialité du jeu traditionnel, mais cette nostalgie de médiéviste ne doit pas masquer la réalité sociologique contemporaine : aujourd’hui, la forme ludomotrice prévalente, c’est le sport. Le XXe siècle a choisi une ethnomotricité caractérisée par un code strict, la mesure, la compétition et la recherche de performance. La société s’est sportifiée. En tant que tel, le sociologue n’a pas à la condamner ou à la glorifier, mais d’abord à l’analyser.

333L’une des façons de mener cette analyse est d’étudier les modes d’organisation de l’institution sportive, et plus encore d’examiner le contenu même de ces pratiques. Par quels traits objectifs et observables la logique interne de ces sports se manifeste-t-elle (rapports à l’espace, au temps, aux instruments, à autrui...) ? Peut-on exhiber sur un mode opérationnel les universaux* des jeux et des sports (réseau de communication*, système de scores*, réseaux des rôles sociomoteurs*...) ? Les propriétés de ces configurations devraient permettre de dégager les valeurs phares promues par la société d’accueil.

334Une fois la description et l’analyse menées à bien, un débat peut dans un second temps s’engager et, tout en s’appuyant sur des données scientifiques, déborder largement celles-ci en adoptant des jugements de valeur. On observera par exemple d’une part la condamnation de Johan Huizinga déniant au sport toute fécondité sociale et, d’autre part, l’approbation de Norbert Elias accordant au sport un rôle dynamique dans le développement du processus de civilisation. Ce dernier point mérite discussion : les capacités d’autocontrôle induites par le sport et la mise en ordre sportifiante doivent être, in fine, appréciées sous l’angle des valeurs mises en jeu. La chasse au renard, c’est-à-dire la mise à mort d’un animal après une course qui entretient le plaisir du chasseur mais aussi l’angoisse du gibier, représente-t-elle réellement une valeur à promouvoir ? Le fait de différer le plaisir et de l’obtenir par procuration (traits de civilisation soulignés par Elias) suffit-il à considérer cette chasse comme un raffinement souhaitable alors qu’il s’agit finalement de planifier la mort d’un animal aux abois ?

335Si l’implantation sportive a favorisé une diminution de la violence dans les siècles passés, le rôle de premier plan tenu par le sport au XXe siècle n’a-t-il pas été aussi associé aux régimes politiques les plus violents ? Les systèmes totalitaires, mussolinien, hitlérien et stalinien se sont tous appuyés de façon ostentatoire sur le sport. N’est-ce pas devant les persécutions innommables d’un tel régime que Norbert Elias a fui l’Allemagne nazie en 1933 ? Et n’est-ce pas ce même régime qui, ayant mis en place un système sportif remarquablement organisé, a persécuté les athlètes juifs et les a exclus de la représentation nationale lors des Jeux olympiques de Berlin de 1936 ? La sportification des pratiques physiques, centralisatrice et hiérarchisante par nature, convient à merveille aux régimes totalitaires qui y trouvent un relais propice à l’administration de leur autorité et à la propagation de leur idéologie de la domination.

336Il serait cependant abusif d’associer le sport exclusivement aux systèmes totalitaires. Il peut légitimement être également revendiqué par d’authentiques démocraties et être cité par elles comme un modèle à suivre. L’accent est alors mis sur l’égalité des chances, sur l’importance des règles collectives, de l’arbitrage et du contrat, sur la mise en valeur du mérite et non plus de l’argent ou de la naissance. Malgré le paradoxe apparent, il faut se rendre à l’évidence : le sport est étonnamment compatible avec des régimes politiques radicalement opposés, démocratiques ou totalitaires.

337Ce constat est d’autant plus étonnant que, dans ces différents cas, les instances institutionnelles et les règles des sports elles-mêmes restent identiques. C’est là un cas exceptionnel : habituellement, les règles du jeu changent quand change le jeu ; de nouvelles lois se substituent aux anciennes. Dans le cas du sport, il n’en est rien. Le sport nazi ou stalinien c’est aussi le sport anglais ou américain. Voilà à coup sûr l’une des origines des violentes polémiques qui traversent le champ du sport.

338La sportification place les jeux physiques du côté de l’ordre et de la hiérarchie ; mais l’ordre, éventuellement facteur de civilisation, peut aussi être mis au service de valeurs d’une tout autre orientation. Qu’on le veuille ou non, les conséquences socio-politiques de la sportification ne sont pas unilatérales et définies une fois pour toutes. La réflexion au sujet du sport n’est donc aucunement close et elle appellera une vigilance accrue.

QUE DEVIENT UNE ACTIVITÉ QUI SE SPORTIFIE ?

339L’accès d’une pratique physique au statut de sport est-il associé à l’adoption de traits de logique interne particuliers ? À quel cahier des charges une activité doit-elle souscrire pour être intronisée dans l’empire sportif ? Le point est important, car il doit permettre de dépasser les simples spéculations impressionnistes et de souligner l’éventuel rôle de pierre de touche joué par la logique interne. Peut-on mettre au jour certains traits et certaines configurations de logique interne qui caractérisent la sportification ?

L’espace

340La tendance est systématique : la sportification fait passer d’un espace sauvage à un espace domestiqué.

341L’espace sportif peut être abordé à deux niveaux, différents en fonction de l’échelle choisie.

1 - L’espace des établissements et des grands équipements sportifs

342Ces installations transforment le paysage urbain et, plus récemment, le paysage rural ou montagnard. Les instances sportives s’approprient de véritables territoires à leur usage exclusif : stades, patinoires, piscines ou gymnases qui ont imposé leur cadre architectural massif et, sur un mode plus dilué, bases de plein air ou terrains de golf. Le territoire sportif est devenu exclusif, spécialisé et technologisé ;

2 - L’espace de l’action

343C’est l’espace immédiat auquel est confronté le pratiquant dans la réalité de ses comportements moteurs*. Cet environnement varie évidemment selon les spécialités : il n’est pas le même au saut à la perche, en aviron et en football. Cependant, une propriété commune se fait jour : un règlement strict tend à construire un espace compartimenté, stable et standardisé. Cet espace n’est plus porteur d’incertitude à l’égard du pratiquant qui en a épuisé au préalable toute l’information utile, et qui peut ainsi, dans de nombreux cas, dérouler sans appréhension des automatismes performants soigneusement montés à l’entraînement.

344Le premier niveau soumis à des exigences institutionnelles et socio-économiques crée les conditions du déploiement sportif, et prédétermine les grandes caractéristiques d’espace qui vont réguler en partie les productions motrices du second niveau.

345Cette domestication de l’environnement spatial est patente pour l’ensemble des activités sportives, aussi bien dans les pratiques sociomotrices (sports collectifs, sports de combat, escrime, tennis...) que dans les pratiques psychomotrices (athlétisme, natation, gymnastique...), mais elle est plus spectaculaire pour ces dernières dans la mesure où l’imprévu lié à autrui n’est pas là pour compenser l’absence d’incertitude due au milieu. L’évolution récente de l’alpinisme-escalade est un exemple quasi caricatural de la sportification spatiale : cette pratique est passée des grandioses épopées qui lançaient des cordées à l’aventure dans la tourmente tempétueuse de montagnes mystérieuses et inviolées, aux sages séances gymniques de grimper sur des murs artificiels à l’intérieur de stades couverts tel le palais de Bercy. D’un espace sauvage, incertain et périlleux à un espace domestiqué, prévisible et protégé.

346Quand un jeu sociomoteur* de grande renommée tel le jeu de paume deviendra le tennis, il abandonnera tous les particularismes locaux des tripots où il s’épanouissait. Chaque jeu de paume du XVIe avait ses propres dimensions, possédait ses toits sur lesquels l’esteuf pouvait rebondir, acceptait des particularités d’environnement qui recevaient un statut dans le jeu (« galerie », « tambour », « grille »...). En 1874, les règles du major Walter Wingfield aboliront toutes ces fantaisies spatiales d’un trait de plume. Même les « chasses » qui prenaient en compte un second rebond sur le sol furent supprimées. Foin des trop grandes subtilités spatiales : que règne l’uniformisation des terrains en un savant quadrillage et s’efface la couleur locale au profit d’un espace abstrait, standardisé qui créera les conditions épurées d’une performance immédiatement lisible et spectaculaire.

347Les pratiques de pleine nature censées échapper à ce phénomène ont été elles aussi soumises peu à peu à la domestication de leur espace : des piquets de slalom sont plantés, des bouées placées, des couloirs tracés, des itinéraires imposés, bref l’environnement est discipliné et les comportements canalisés. La compétition de descente à ski qui était initialement un parcours de découverte dans une nature tourmentée demandant plus d’une heure d’épreuve est devenue une glissade, vertigineuse mais sans surprise, sur une autoroute neigeuse totalement prétracée, ne demandant pas plus de deux minutes au descendeur. La technologie moderne n’est guère scrupuleuse, n’hésitant pas à fabriquer elle-même de façon artificielle les éléments « naturels » qui feraient défaut : on construit des pistes de ski en apportant de la neige par camions, on fait venir de l’eau dans un stade transformé en bassin et l’on fait souffler sur les planches à voile, comme à Bercy, à l’aide de ventilateurs géants postés sur les bords. L’environnement apparaît bien ici quelque peu dé-naturé.

348Le caractère majeur de l’espace sportifié est la standardisation et la stabilité. Cet environnement domestiqué et prévisible ne fournit plus d’information au pratiquant. Cette suppression de l’incertitude issue du milieu extérieur est un trait déterminant d’un grand nombre de spécialités sportives. Elle entraîne une action motrice, lissée au millimètre, fondée sur le montage huilé de stéréotypes moteurs reposant sur une régulation de type proprioceptif et non plus extéroceptif. C’est évidemment toute l’action motrice et toute la stratégie des pratiquants qui en sont bouleversées.

Les instruments du sport

349La sportification des activités ludomotrices entraîne là encore une standardisation du matériel et une spécialisation des accessoires. À telle enseigne que l’on peut aisément identifier chaque sport à l’aide des instruments et de l’équipement qu’il requiert : ballon, raquette, ski, club, kayak, fleuret, maillots... Alors que les anciens jeux, les éco-jeux,* utilisaient souvent des objets empruntés au milieu naturel (cailloux, bâtonnets, galets, noyaux...), ou domestique (cerceau, planche, corde, échasse, jetons...), les sports modernes, les techno-jeux*, font appel aux matériaux les plus sophistiqués de notre époque (kevlar, résine époxy, polyuréthane, titane, fibre de carbone, matériaux composites divers...). L’évolution qui a fait passer du jeu de quilles traditionnel au bowling sophistiqué est une illustration éloquente de cette technologisation de l’univers ludomoteur.

350Ces instruments qu’on appelle des accessoires sont en réalité essentiels dans la pratique sportive. Ils sont souvent à l’origine d’une transformation de l’activité : la perche en fibre de verre a révolutionné le saut à la perche, les baudriers, les pitons et les coinceurs ont profondément modifié l’escalade, les catamarans ont créé une nouvelle façon de naviguer ; et l’on en dirait de même pour la bicyclette, la raquette de tennis, les planches de surf ou l’automobile. En se sportifiant, les activités ont acquis une définition précise de leurs conditions de pratique, définition qui a arrêté les caractéristiques des instruments utilisés : dimensions (longueur du javelot, longueur des bateaux...), matériaux constituants, apports technologiques autorisés (vélo monocoque, guidon triathlète avec appui, roue à bâtons...). Ces accessoires de haute technologie deviennent étroitement solidaires de l’action du pratiquant qui les incorpore peu à peu et les traite comme un prolongement de son corps. Il s’ensuit que les engins utilisés entrent bel et bien dans la définition de la logique interne de ces sports.

351Produit industriel et de haute technologie, profondément incorporé à l’action du pratiquant, tel est devenu l’instrument sportif sophistiqué d’aujourd’hui ; un accessoire souvent essentiel. C’est aussi à ce titre que la sportification est témoin de son temps.

Le temps

352La sportification impose ses propres temporalités. Ainsi que nous l’avons développé en traitant de la temporalité ludosportive*, nous pouvons distinguer trois niveaux interdépendants fortement marqués par l’empreinte sportive.

1 - Dans la durée courte

353La mesure du temps a, dès la première heure, accompagné et favorisé la sportification. Le sablier ne pouvait suffire. C’est le chronomètre qui confère leur prestige aux records d’athlétisme ou de natation. Cellules photo-électriques, enregistrements au millième de seconde, photos pour départager à l’arrivée, cet appareillage haut de gamme est devenu l’auxiliaire indispensable du sport. Les débauches d’effort des athlètes qui se dépensent dans toutes les dimensions sont résumées de façon impavide sur une seule dimension : la ligne abstraite et impersonnelle du temps mesuré par l’électronique.

354Quand l’espace est stable et standardisé comme en athlétisme ou en natation, les circonstances d’environnement qui altèrent les « temps » effectués disparaissent ; les performances exécutées dans ces conditions uniformes peuvent être jugées comparables au-delà des frontières de lieu ou d’époque. La performance sportive se mesure alors en « record » qui se prétendra universel. Et les améliorations de ces durées, pour certains prosélytes, seront censées mesurer les progrès de l’homme et de l’humanité !

355Sur un plan voisin, le sport est à nouveau intraitable : il lui faut maîtriser la durée des épreuves et des matchs. Sinon, le spectacle qu’il offre risque de perdre sa clientèle. Les impératifs économiques talonnent les fédérations : les rencontres sportives doivent respecter les horaires prévus et ne pas les déborder. En cela, le sport est bien le reflet de son époque : le temps, c’est de l’argent.

356Les retransmissions télévisées ont en horreur les horaires fantaisistes et imprévisibles. Aussi les instances sportives ont-elles cherché à enserrer leurs compétitions dans un cadre temporel limitant. Elles ont imposé aux matchs des règles d’arrêt « au temps-limite » (1h30 pour le football, 1h20 pour le rugby, 1h pour le hand-ball...) ; et quand une longue tradition avait maintenu des règles d’arrêt « au score-limite » (volley-ball, ping-pong...), les fédérations ont changé le règlement et introduit des dispositifs restreignant les débordements intempestifs (« set décisif » au tennis puis au volley-ball, règle « expéditive » des douze échanges au ping-pong...).

357En se sportifiant, certains jeux sociomoteurs ont fait de la quantification temporelle une véritable obsession. Le cas le plus exemplaire est certainement celui du basket-ball : ce jeu sportif, inventé par James Naismith en 1891 pour l’entraînement hivernal de ses élèves américains, est devenu une étonnante mécanique horlogère. La durée de jeu ne prend en compte que les séquences au cours desquelles se déploie réellement l’action motrice des joueurs : tous les arrêts de jeu sont en effet décomptés, et les 40 minutes du match représentent 40 minutes balle en jeu. En outre, une équipe qui monopolise le ballon plus de 30 secondes sans tenter un panier est sanctionnée ; un joueur qui garde la balle plus de 5 secondes ou qui reste sur la raquette plus de 3 secondes est, lui aussi, sifflé par l’arbitre. En ayant pour objectif de favoriser le jeu offensif, toutes ces dispositions visent à accroître la spectacularité des rencontres. Une telle comptabilité impose une cohorte d’officiels : outre les deux arbitres, il y faut un chronométreur, un marqueur et un opérateur composant la table de marque chargée de ces contrôles méticuleux. Un signal sonore informe du départ et de l’arrêt du chronométrage des séquences comptabilisées, et une pendule affiche en minutes et secondes le temps réel écoulé. L’omniprésence des impératifs temporels est ici éclatante.

358En résumé, la sportification se manifeste de façon draconienne à l’égard de la durée courte : imposant son cadre aux compétitions, elle est mesure des temps de performance, elle est maîtrise de la durée des épreuves et des spectacles.

2 - En durée moyenne

359La mise au point d’un calendrier répartissant les compétitions au long de l’année, et dans certains cas exceptionnels sur des blocs d’années, est l’une des préoccupations majeures des fédérations sportives. La trame temporelle de base est fournie par la saison de la spécialité, c’est-à-dire par une distribution des événements correspondant au long des mois, avec ses points forts (tournoi des Cinq nations, coupe Davis...) et ses éventuels points culminants (Finale de coupe, championnat du monde...) ; il s’y ajoute à grand fracas certaines compétitions à périodicité plus ample, tels la Coupe du monde de football ou les Jeux olympiques qui déploient leurs fastes tous les quatre ans. C’est à une épineuse négociation sur le plan mondial que doivent se livrer les instances internationales qui fonctionnent désormais comme une véritable entreprise multinationale du spectacle sportif ; il leur faut alterner la Coupe du monde de football et les Jeux olympiques, et même depuis peu les Jeux d’hiver et les Jeux d’été et éviter trop de chevauchements entre les grandes compétitions : Tour de France, championnats d’athlétisme, courses de Formule 1, tournois de tennis... Le public télévisuel est devenu la cible déterminante, au point par exemple que des épreuves olympiques ont été situées à des heures gênantes pour les athlètes, à seule fin qu’elles puissent être retransmises en direct à des heures de grande audience auprès du public américain, dont les chaînes de télévision sont grands pourvoyeurs de fonds. Ce n’est pas là un phénomène propre au sport : on retrouve cette soumission des productions de masse aux impératifs commerciaux aussi bien dans la littérature (saison des Prix, périodes favorables aux promotions d’ouvrages...) que dans le cinéma (saison des oscars et des césars, dates propices au lancement des films à gros budget...) ou dans d’autres secteurs (peinture, architecture...). Mais cela est un peu plus choquant dans le cas du sport dans la mesure où celui-ci prétend être fondé sur le désintéressement.

360La temporalité sportive s’appuie sur une adroite distribution des compétitions tout au long de l’année en vue de susciter une spectacularité qui irait crescendo vers la fin de la saison. Coordonnée sur le plan international, cette temporalité est étroitement dépendante du contexte social, notamment économique et commercial.

3 - Dans la durée longue

361Ses deux siècles d’existence ont permis au sport de jouer un rôle de plus en plus important dans quelques secteurs majeurs de la vie sociale : les loisirs, l’éducation, la culture, l’économie. Son irruption fracassante dans l’univers économique et commercial a entraîné d’incontestables répercussions sur le plan politique ; les responsables de tout bord font campagne pour tirer bénéfice du prestige et de l’image flatteuse associés aux succès sportif.

362Le sport est devenu un producteur d’événements retransmis à l’échelle planétaire. Mobilisant toutes les couches de la société, suscitant une attente de résultats dans tous les lieux du globe, le sport a conquis une place princière dans l’aventure sociale de notre époque. Paradoxalement, c’est son succès qui fait naître la menace et qui risque de le perdre. Très schématiquement, en prenant quelque recul, on peut identifier deux dérives guettant la sportification :

  • la dérive politique : pour tout régime politique, la tentation est permanente de mettre le phénomène sportif, son quadrillage institutionnel et les immenses énergies qu’il libère au service d’un projet idéologique. Le danger est apparu dans toute son acuité au cours de ce siècle quand les régimes totalitaires, mussolinien, hitlérien et stalinien, ont assuré leur mainmise sur le sport afin de glorifier l’apparition d’un prétendu « homme nouveau ». Dans ce cas, sont valorisées les forces de compétition et de domination, et sont rejetés sur les bas-côtés les sujets jugés les plus faibles ;

  • la dérive commerciale : le sport tend à vivre sa propre vie en s’émancipant des tutelles publiques. Ainsi les fédérations essaient-elles de devenir autonomes et de gérer leur propre entreprise à leur gré. Ne pouvant échapper à la recherche de la rentabilité et du profit, la quête de la spectacularité devient alors le credo de chaque sport désirant survivre. Mais le spectacle a ses règles et ses contraintes. Sous peine de s’émousser, il lui faut se renouveler, aller plus loin, faire sourdre de nouvelles émotions. Cette recherche de l’insolite et du spectaculaire peut entraîner une double dérive de la sportification, vers le spectacle de cirque ou vers le danger et la violence physiques (boxe, rugby, hockey sur glace...).

363Le sport est né à la fin du XVIIIe siècle et, comme tout fait social, un jour il disparaîtra. Il n’a jamais été universel et il est encore moins éternel. Le sport est une production conjoncturelle liée à certaines conditions du contexte social et il se transformera quand se transformeront les données pertinentes du contexte. La longue durée verra sans doute s’accomplir la désportification des activités corporelles au profit de formes nouvelles.

L’interaction motrice entre pratiquants

364La petite société que constitue un jeu sportif est susceptible d’organiser de multiples façons les relations entre joueurs. Les configurations potentielles semblent inépuisables : les activités sociomotrices ont théoriquement à leur disposition des ressources combinatoires illimitées. Déjà, les jeux traditionnels offrent une profusion de réseaux de communication* : un contre tous, tous contre un, trois ou quatre équipes affrontées, une seule équipe opposée à toutes les autres, chacun pour soi... Parfois même la possibilité de changer de structure en cours de jeu. Or, l’examen des pratiques sociales attestées débouche sur une constatation étonnante : les réseaux d’interaction des sports se limitent à un nombre étonnamment restreint de modèles*. L’un d’entre eux domine largement tout l’ensemble : c’est le modèle du duel*, duel d’individus (judo, escrime, tennis...) ou duel d’équipes (football, basket-ball, rugby...). Plus de la moitié des compétitions olympiques de type sociomoteur sont des duels.

365La sportification pousse encore plus loin les contraintes de ses réseaux de communication : ses duels sont pratiquement tous symétriques, c’est-à-dire qu’ils font s’affronter des joueurs ou des équipes dotés de statuts et de rôles équivalents, aux pouvoirs et aux devoirs semblables. Deux équipes de rugby ou deux boxeurs se correspondent terme à terme, comme devant un miroir ; dans certains cas, on égalise même le poids ou l’âge des pratiquants. Manifestement, le sport recherche l’égalité des conditions et donc l’égalité des chances. On notera que cette égalité - qui penche en faveur d’une orientation démocratique - trouve ici sa justification essentielle dans la création d’une incertitude du résultat, autrement dit dans la spectacularité de la rencontre. Un match « joué d’avance » ne suscite aucun intérêt. La dimension spectaculaire d’une compétition tient en grande partie au suspense qu’elle sait entretenir, suspense qui va provoquer une tension chez les spectateurs et la montée d’une émotion dotant le match d’un intense vécu affectif et social.

366Si l’on se place à un niveau très général en prenant en compte la relation de concurrence globale qui, en s’appuyant sur les performances ou les scores, détermine le classement des compétiteurs (dans les domaines psychomoteur et sociomoteur), le constat est spectaculaire : toutes les spécialités sportives quelles qu’elles soient relèvent d’une seule et unique configuration : la structure de coalitions*, elle aussi symétrique. Celle-ci est une sorte de généralisation du duel à plus de deux équipes, opposant de façon absolue plusieurs équipes totalement solidaires en leur sein (chaque équipe pouvant se réduire à un seul joueur). La sportification entraîne ainsi une stupéfiante uniformisation des configurations sociales régentant les interactions entre participants. L’un des facteurs de l’incontestable réussite de l’entreprise sportive réside dans le fait que cette uniformité des structures profondes d’action reste masquée sous une exubérante diversité des comportements de surface.

367Complémentairement au réseau de communication, d’autres universaux* révèlent le souci constant de comptabilité, omniprésent dans le sport : réseau des interactions de marque* et système de scores* notamment. La sportification met la motricité sous le règne du mètre et du chronomètre. Toute performance, fût-elle en plongeon ou en gymnastique, est associée à une mesure qui la situe sur une échelle des valeurs, qui la place dans un ordre. Tout match se termine par la juxtaposition de deux nombres : le score ; le « résultat » d’un match, son résumé pertinent, c’est en tout et pour tout ce couple de marques qui sanctionnent respectivement les actes de domination des deux adversaires.

368En résumé, la transformation d’une activité en sport se caractérise globalement par l’adoption d’une comptabilité exigeante, la soumission à la quantification et à la mesure. Le sport est une activité classante. Rappelons les traits principaux qui affectent une pratique corporelle qui se sportifie :

  • adoption d’un espace spécifique, standardisé, stable et dénué d’imprévu. L’espace dit « naturel » est domestiqué. Dans un grand nombre de spécialités, le pratiquant agit dans un environnement soigneusement quadrillé, dépourvu de surprise et d’incertitude. Les instruments et les équipements suivent la même voie, se standardisent en bénéficiant des avancées technologiques ;

  • soumission aux contraintes d’une temporalité draconienne. Mesure des performances et durées des rencontres sont liées au verdict du chronomètre et du calendrier ; le sport se veut maîtrise du temps ;

  • alignement des réseaux d’interaction sur un modèle unique exaltant une opposition équilibrée, d’une grande lisibilité, préférentiellement entre deux joueurs ou deux équipes : le réseau de coalitions, et sur un mode plus général, le réseau de concurrence.

369Ce processus de conversion des pratiques corporelles en sport n’est donc pas quelconque. Il durcit les règles du jeu sous les impératifs de la mesure et de la compétition qui instaurent un spectacle magnifiant l’exploit et la supériorité des vainqueurs. En bref, la sportification a créé un nouvel univers de jeux physiques, très différent de l’ancien, et dont les propriétés spatiales, temporelles et relationnelles, tendues vers la spectacularité, témoignent d’une adaptation socio-économique à la culture de masse du XXe siècle.

370► Sport, spectacularité, éco-jeu, techno-jeu, jeu sportif traditionnel.

BIBLIOGRAPHIE

371Defrance (J.).- Traduction du texte de N. Elias. Sport et violence. In : Actes de la Recherche en sciences sociales, pp. 2-21, 6. Paris : MSH (Directeur P. Bourdieu). 1976.

372Elias (N.).- La civilisation des moeurs. Coll. Pluriel. Paris : Calmann-Lévy, 1973.

373Elias (N.).- La société de cour. Paris : Calmann-Lévy, 1974.

374Elias (N), Dunning (E.).- Sport et civilisation. La violence maîtrisée. Paris : Fayard, 1994.

375Garrigou (A.), Lacroix (B.).- Norbert Elias, la politique et l’histoire. Paris : La Découverte, 1997.

376Huizinga (J.).- Homo Ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu. Paris : Gallimard, 1951.

377Mauss (M.).- Les techniques du corps. Sociologie et Anthropologie, pp. 363-386. Paris : PUF, 1966.

378Parlebas (P.).- Le sport, fait social. La Recherche, pp. 858-869, juillet-août 1992.

STATUT SOCIOMOTEUR

379■ Ensemble des contraintes, des droits et des interdits prescrits à un joueur par les règles du contrat ludique* d’un jeu sportif* et qui définissent le champ des actes moteurs permis à ce joueur.

LES PRESCRIPTIONS DU STATUT

Trois secteurs d’action

380Ces prescriptions se rapportent à trois grands secteurs d’action, profondément interdépendants, mais qu’on peut cependant distinguer pour les besoins de l’analyse :

  • les interactions motrices* du joueur avec les autres pratiquants : elles peuvent être de nature coopérative en tant que communication motrice* (passe, toucher de délivrance) ou de nature antagoniste en tant que contre-communication motrice* (tir, frappe, raffut, placage...) ;

  • les rapports du joueur à l’espace : les règles dotent les joueurs de pouvoirs différents et prescrivent des types de rapport à l’espace précis et variables selon les surfaces de jeu empruntées (« surface de réparation » du football, « raquette » du basketball, « zone » du hand-ball, « carré de service » du tennis...), selon les lignes-frontières approchées (ligne de touche, ligne de but...), selon les espaces-cibles visés (« panier » de basket-ball, « cage » du hand-ball, poteaux de rugby, arbre dans un jeu de Cachecache, fanion dans la Balle au fanion...). Dans certains cas. le rapport à l’espace dépend du facteur temporel : aux Barres par exemple, le droit de prise et la vulnérabilité du joueur qui démarre dans le champ de jeu dépendent précisément de l’instant de son démarrage par rapport aux instants des départs respectifs de ses adversaires ;

  • les rapports du joueur aux objets qui médiatisent l’affrontement : ils concernent souvent les conditions réglant l’usage d’un ballon (« marcher », « coller », « en-avant »...) ou d’une petite balle et d’un engin de frappe (raquette, batte, crosse, club...) ; il s’agit parfois d’équipements ou d’instruments d’opposition sophistiqués (gants de boxe, fleuret, sabre...), parfois d’objets beaucoup moins élaborés utilisés dans de nombreux jeux sportifs traditionnels* (foulards, bâton, béret, cailloux...). On peut cependant noter que de nombreux jeux sportifs ne recourent à aucun objet médiateur : les interactions motrices entre joueurs se font alors au contact, selon des modalités réglées (frappe simple, triple touche, « tomber » de la lutte...).

381Ces trois types de rapports, dont on a souligné qu’ils étaient liés les uns aux autres, sont soigneusement arrêtés par les règles du jeu qui assignent à chaque joueur un statut* précis. Ainsi se manifestent certains aspects importants de la logique interne* du jeu donnant un contenu particulier au contrat ludique général.

La grammaire du jeu

382En prenant en compte ces prescriptions statutaires, on peut dresser l’inventaire des statuts sociomoteurs proposés par tout jeu. À chaque statut est associé un et un seul rôle sociomoteur*. Les deux concepts renvoient à un même phénomène, appréhendé par le statut sous l’angle statique et juridique et sous l’angle dynamique et fonctionnel par le rôle. Le jeu d’échecs peut illustrer cette notion de statut ludique. Chaque pièce est dotée de certaines propriétés liées à l’espace (déplacement sur les cases, selon les traverses, colonnes ou diagonales) et liées aux autres pièces (droit de prise, masquage, clouage, roque, mise en « échec »...). L’examen précis de la distribution de ces propriétés permet de répartir les seize pièces d’un camp en six classes d’équivalence. Celles-ci correspondent aux six statuts différenciés du jeu, aisément repérables par le nom des pièces : pion, fou, cavalier, tour, dame et roi. Le premier statut est endossé par huit pièces, les trois suivants par deux pièces, les deux derniers par une seule. Chacun de ces six statuts ludiques engendre des comportements de rôle très différenciés (déplacement du cavalier, avancée et prise du pion...) qui sont au coeur de la logique interne du jeu. La dynamique du jeu (capture de pièces) imposera d’identifier un statut supplémentaire, associable à chacune des quinze pièces (le roi étant hors prise) : celui de « capturé » (cf. réseau des changements de rôles sociomoteurs* et figure 22).

383Nous touchons là au problème central évoqué par Ferdinand de Saussure quand il compare, à quatre reprises dans le « Cours de linguistique générale » ((1), p. 43, p. 125-127, p. 134-135, p. 153-154), le jeu d’échecs au jeu de la langue : que la pièce soit en bois ou en métal, figurative ou abstraite, peu importe, ces données restent externes ; « interne, au contraire, commente le célèbre linguiste, tout ce qui concerne le système et les règles » ((1), p. 43). Dégageant les traits différentiels des classes d’action, les concepts de statut et de rôle sociomoteurs (et bien entendu de sous-rôle*) engendrent les termes opérationnels les mieux adaptés à rendre compte d’emblée de la logique interne du système, et semblent les plus propices à atteindre en profondeur, selon l’expression de Saussure, la « grammaire » du jeu.

ILLUSTRATIONS

384Illustrons ces réflexions à l’aide d’un jeu sportif institutionnel* bien connu : le volley-ball. L’analyse des prescriptions ludiques distinctives, référées aux trois dimensions de l’action préalablement dégagées, permet de définir avec précision trois statuts sociomoteurs.

385Le tableau ci-après ne retient que les traits différentiels ou « pertinents », c’est-à-dire ceux qui « opposent » les statuts : les traits partagés par tous n’étant pas distinctifs ne sont pas pris en compte ici (les joueurs sont en effet tous soumis aux mêmes règles de manipulation de la balle, de deux passes par camp au maximum, d’envoi du ballon au-dessus du filet et sur la surface du camp adverse...). En revanche, ces mêmes traits ici délaissés pourront être utilisés quand on comparera entre elles les logiques internes de plusieurs jeux sportifs (volley-ball, Balle au prisonnier et hand-ball par exemple) car, dans ce cas, certains de ces traits de statut deviendront distinctifs.

Image 10000000000002F100000220795C84FC.jpg

386Le volley-ball exhibe trois statuts ; bien entendu, ce nombre varie selon les jeux : le basket-ball n’en possède qu’un seul (« joueur de champ »), le hand-ball et le football, deux (« gardien » et « joueur de champ »), les Barres, quatre (« en attente », « joueur de champ », « en campagne », « prisonnier »), le Sagamore, cinq (« chasseur », « sachem », « sagamore », « agent secret », « sorcier »). Le statut sociomoteur représente une classe d’équivalence qui peut contenir, comme nous l’avons vu, un ou plusieurs joueurs ; ceux-ci sont alors souvent associés à des « postes » correspondant à des positions précises (parfois numérotées) dans l’espace du jeu (avant-centre, ailier-gauche, arrière-droit...) à l’instar du statut unique de la « tour » des échecs qui renvoie à deux postes, tous deux associés à une position spatiale précise en début du jeu : la tour du roi et la tour de la dame. À ces postes de jeu sportif répondront souvent des fonctions tactiques particulières (« pivot », « stoppeur », « libero », « passeur » ou « smasheur »...) qui donneront naissance à des sous-rôles ou à des praxies* différenciées.

387L’intérêt de la notion de statut sociomoteur apparaît clairement quand on lui fait correspondre sa traduction dynamique : le rôle sociomoteur. D’autant que le réseau des changements de rôles, et celui des changements de sous-rôles* qui en dérive, représenteront des universaux* propices à l’expérimentation et à l’analyse.

388► Logique interne, rôle sociomoteur, praxie, interaction motrice, contrat ludique.

BIBLIOGRAPHIE

389(1) De Saussure (F.).- Cours de linguistique générale. Paris : Payot, 1972.

STEREOTYPE MOTEUR

390■ Comportement moteur* appris et volontairement déclenché qui, compte tenu de sa propre régulation interne, se déroule d’un seul tenant dès qu’il a été amorcé et de façon quasi-autonome vis-à-vis de l’environnement physique et humain.

391Issu des techniques de l’imprimerie, le terme « stéréotype » a gardé les traits qui ont marqué son origine : l’idée d’un moule qui peut reproduire le même schéma à un très grand nombre d’exemplaires.

LA DIMENSION INFORMATIONNELLE ANNULÉE

Une absence d’incertitude*

392Le règlement de nombreuses spécialités sportives (athlétisme, agrès...) impose un environnement matériel stable et standardisé ; il édicte des normes rigoureuses s’appliquant à l’espace d’action, aux matériaux et aux engins utilisés ; il va jusqu’à considérer comme rédhibitoire une déclivité du terrain excédant 1/1000, et pousse le scrupule jusqu’à prendre en compte la vitesse du vent (courses, sauts, lancers). Ces prescriptions « arrêtent » les caractéristiques de l’environnement et tendent à annuler toute incertitude issue de ce dernier : l’athlète peut alors totalement se consacrer à sa propre action. L’entraînement va aboutir à peaufiner méticuleusement la « technique » la plus rationnelle, technique qui pourra se dérouler « au millimètre » dans un milieu dénué de toute surprise. Au lancer de poids, aux barres parallèles, l’apprentissage va forger des montages gestuels automatisés : l’athlète et le gymnaste vont de la sorte pré-programmer leurs comportements moteurs. Les procédures d’entraînement peuvent être variées et inventives ; elles ne modifient pas le fait fondamental : la situation* de saut en hauteur ou de lancer du disque est, par définition, institutionnelle, figée, et conduit à un geste stéréotypé, perfectible de façon élective par la répétition. La dimension informationnelle y devient annulée.

393Il reste entendu que, psychologiquement, on ne répète jamais deux fois le « même » geste, et que, physiologiquement, si l’on adopte un niveau d’analyse suffisamment fin, deux actes apparemment identiques présentent de notables différences spatiales et temporelles, d’incontestables disparités neuro-musculaires. A ce micro-niveau, le stéréotype moteur absolument rigide et reproduit de façon rigoureusement identique est une fiction. Cependant, au niveau global du « terrain » où nous nous plaçons, au niveau de la perception habituelle et des objectifs poursuivis, c’est bien le « même » geste que l’on « répète » ; autrement dit, c’est bien à chaque fois le même modèle technique que l’on se fixe et dont on essaie peu à peu de se rapprocher.

Un jeu d’anticipations motrices*

394Au cours de l’apprentissage – souvent de type intensif – de ces comportements qui tendent à devenir des stéréotypes, on enregistre des progrès spectaculaires. Ceux-ci sont principalement dus à un jeu d’anticipations motrices qui font se chevaucher harmonieusement et se fondre en un tout économique des séquences préalablement séparées. Le premier bond du triple saut est exécuté de manière à préparer le second qui lui-même crée de bonnes conditions pour le troisième ; et ceci grâce à un jeu d’anticipations interdépendantes mobilisant le buste, le bassin, les segments d’impulsion. Dans tous les sauts, les courses et les lancers, il est aisé de mettre en évidence ces anticipations intersegmentaires dans les phases d’appui, d’élan, d’appel ou de « suspension », L’aspect temporel (le « rythme ») y joue d’ailleurs un rôle majeur.

395Cet aspect coulé du geste, qui résulte des multiples anticipations, s’accompagne d’une modification dans la nature de la régulation gestuelle. De prime abord, le débutant est surtout attentif aux données de l’environnement extérieur : aire de lancer, sautoir, couloirs, engins, agrès... ; la régulation motrice est essentiellement extéroceptive (surtout visuelle). Le pratiquant va rapidement épuiser l’information utile de cet environnement stable et, petit à petit, c’est une information d’un autre type qui va s’imposer de façon plus ou moins inconsciente : celle qui est issue de sa sensibilité kinesthésique et labyrinthique qui le renseigne sur ses postures et ses mouvements. La régulation proprioceptive se substitue alors progressivement à la régulation extéroceptive qui, bien sûr, n’est jamais totalement absente et intervient constamment au niveau de micro-régulations. Le décodage* de l’environnement est devenu inutile. Le geste va ainsi peu à peu se détacher du milieu extérieur et tendre à devenir indépendant. L’athlète n’a plus besoin de prélever d’information externe ; il n’a plus de décision* à prendre, sauf la décision de lancer le geste. C’est dans les stéréotypes moteurs que l’activité sémiotrice est réduite à sa plus simple expression.

396Certains athlètes de haut niveau maîtrisent tellement bien leur technique qu’il leur est possible, dans certains cas, de réagir à de petites modifications du milieu : ainsi un coureur de 110 mètres haies sera-t-il capable par exemple de réajuster ses foulées en fonction de la turbulence causée par l’arrêt des tribunes avant la fin de la piste (il est vrai qu’il a pu le prévoir). Cependant, d’une façon générale, le montage de ces séquences stéréotypées est tellement fin qu’il en devient très fragile et l’on voit de nombreux athlètes se dérégler et se désunir à cause de faits mineurs (nouveauté de l’équipement, changement de matériel...). On se rappelle qu’après les Jeux Olympiques de Montréal, au cours d’un 110 mètres haies qui eut lieu en Italie, le champion olympique français et plusieurs de ses concurrents roulèrent au sol et qu’aucun des huit athlètes ne put terminer la course parce qu’une rangée de haies avait été placée un mètre avant l’emplacement réglementaire ! Que des athlètes aussi brillants soient incapables de s’adapter à un obstacle, certes décalé par rapport à l’accoutumée, mais fixe et parfaitement visible dès le début de l’épreuve, illustre de façon éclatante la pression des contraintes et des montages internes qui caractérisent les stéréotypes moteurs (même lorsqu’ils se déroulent sur un laps de temps aussi long que dans le cas du 110 mètres haies).

RÔLE DU STÉRÉOTYPE DANS L’ENSEMBLE DES PRATIQUES

397Ce n’est que lorsque le milieu extérieur est dénué d’incertitude qu’on peut observer des exécutions totalement stéréotypées (cf. sports de basse sémiotricité, figure 26C). C’est notamment le cas dans certaines situations psychomotrices* (athlétisme, gymnastique aux agrès et au sol, natation, haltérophilie, patinage...). Mais les situations sociomotrices* dont les interactions* ne sollicitent que des partenaires s’y prêtent également : le patinage en duo, le relais de vitesse en couloir, la danse en ballet, l’acrobatie au trapèze suscitent des stéréotypes sociomoteurs très affinés qui nécessitent, de façon continue, des synchronisations au dixième de seconde (et donc un enchaînement constant d’anticipations programmées). Par contre, l’interaction avec des adversaires est une cause incontournable de perturbations : même si le milieu extérieur est figé, elle interdit le confort de la stéréotypie, en imposant de l’imprévu et en obligeant à s’ajuster tout à trac (sports collectifs, tennis, escrime, sports de combat...). La présence d’adversaires prend le pas sur l’éventuelle présence de partenaires. Il reste cependant que, dans des situations à contre-communication* ou à milieu incertain, on peut retrouver certains comportements stéréotypés (virages à ski, appel à la pagaie en canoë-kayak, service de volley-ball, de tennis ou de ping-pong, coup franc au basket-ball...). Mais il ne s’agit que de séquences partielles qui ne sont d’ailleurs pas toujours d’authentiques stéréotypes (virages à ski), séquences dont le choix et le déclenchement restent soumis à l’appréciation du pratiquant, séquences enfin qu’il convient de replonger dans une situation stratégique globale profondément dépendante de données incertaines qui condamneraient à l’échec cuisant des comportements stéréotypés prolongés.

398Le très haut niveau de perfection susceptible d’être atteint par le stéréotype moteur requiert généralement un travail préalable considérable, des répétitions inlassables, une grande débauche d’énergie. Que ce soit en gymnastique, en athlétisme ou en natation, la performance appelle un entraînement répétitif intense, une préparation très poussée tant en quantité qu’en qualité.

399Considérer qu’un « geste sportif » est un stéréotype n’est pas porter un jugement de valeur à son égard ; c’est simplement établir un constat quant à son contenu et à son fonctionnement moteurs. Une telle propriété entraîne certaines conséquences : comme on l’a vu, un tel geste peut acquérir une extraordinaire finesse d’exécution au point de vue spatial et temporel, et devenir de ce fait très performant. En outre, cette propriété favorise la prise de risque, par exemple dans les enchaînements gymniques qui deviennent aujourd’hui particulièrement audacieux (risque d’ailleurs pris en compte dans le barême de cotation) ; cette propriété favorise aussi le développement de la dimension esthétique de certaines spécialités qui s’orientent alors vers la production et l’enchaînement de figures : danse, ballet nautique, patinage, plongeon, vol relatif du parachutisme, trampoline, gymnastique artistique, etc. Par certains côtés, le montage gestuel automatisé est donc libérateur et permet à l’athlète de concentrer son attention sur des micro-régulations qui prennent une importance capitale à ce haut niveau de performance. Il apparaît ainsi clairement que ce sont précisément les traits constitutifs de la stéréotypie motrice qui permettent à celle-ci d’approcher la perfection, et d’illustrer avec brio certaines catégories de maîtrise motrice poussées à leur terme.

400Les caractéristiques qui entraînent les avantages du stéréotype provoquent en contre-coup ses limitations : c’est parce qu’il est hyper-adapté à une situation précise que cet enchaînement moteur est peu adaptable à des situations différentes. L’entraînement à des gestes stéréotypés ne développe guère l’adaptabilité à des pratiques nouvelles. Se trouve ainsi évoquée la question du transfert* : l’apprentissage systématique de stéréotypes moteurs renvoie à la problématique des objectifs pédagogiques poursuivis : entraînement à des spécialités sportives arrêtées, confrontation à des situations motrices mouvantes et renouvelées, prise en compte simultanée de ces deux orientations, etc. Pour apprécier l’intérêt pédagogique global des situations motrices stéréotypées, il semble nécessaire de les resituer dans une classification* générale qui fasse ressortir leurs traits distinctifs. En dernier ressort, l’importance accordée aux comportements stéréotypés dépendra des normes et des finalités éducatives retenues (type de maîtrise motrice recherché, orientation vers la compétition* ou vers les pratiques ludosportives* de loisir...).

401► Incertitude, domestication/sauvagerie, anticipation motrice, classification, transfert d’apprentissage.

STRATÉGIE MOTRICE

402■ Mise en œuvre sur le champ d’un plan d’action individuel ou collectif en vue de résoudre la tâche* proposée par une situation motrice*.

403En théorie des jeux*, le sens est contraignant : par stratégie, on entend la règle de conduite qui, prenant en compte toutes les éventualités de la situation et leurs conséquences possibles, est arrêtée par le joueur avant le début de la partie et lui indique ainsi ce qu’il devra faire à n’importe quelle phase du jeu (3). Ce plan d’action, totalement pré-déterminé, prévoit une réponse pour toute réaction du milieu et/ou pour tout comportement d’autrui. Ayant dressé « l’arbre » du jeu, c’est-à-dire la « forme développée » qui comporte tous les déroulements envisageables de l’action, le sujet pré-choisit à chaque sommet de l’arbre la séquence qui lui semble préférable. Une telle stratégie peut être traduite en une séquence d’instructions précises qu’il est possible de confier à un préposé ou à une machine : la présence du joueur ne devient même plus indispensable au déroulement du jeu ! Cette acception restreinte du concept de stratégie convient-elle au jeu sportif* ?

AU NIVEAU DE LA REPRÉSENTATION DES GRANDS AXES D’ACTION

404À cet échelon global, le concept de stratégie, au sens de la théorie des jeux, garde tout son intérêt : le joueur peut choisir d’organiser sa conduite et de prendre ses décisions motrices* en référence à un cadre général préalablement fixé, qui précise avec plus ou moins de détails les grandes orientations retenues (1). Il peut envisager un canevas pré-conçu qui constituera la trame de l’action entreprise (système de jeu, itinéraire d’un parcours, type de franchissement des portes de slalom...). Dans certains cas, il est possible de préparer des comportements* séquentiels avec décisions en cascade qui s’ajustent aux réactions successives de l’adversaire ou de l’environnement physique, réactions qu’on a tenté de prévoir (attaque de la défense de zone adverse au hand-ball, sortie de mêlée du côté « ouvert » ou du côté « fermé » au rugby, « bords » choisis en voile ou en planche à voile...). Ce type de stratégie conduit à décomposer l’action en séquences disposées sur un arbre de décisions plus ou moins ramifié. On est alors en présence de décisions conditionnelles liées aux « conditions » imposées par l’entourage : si l’adversaire intervient de telle façon, alors j’adopte telle réponse (sports de combat, escrime, sports collectifs...) ; si l’environnement présente telle particularité, alors je choisis tel comportement. Ces décisions en cascade surabondent dans les activités de pleine nature, notamment dans le choix des cheminements et des itinéraires : selon l’importance du niveau d’eau, le kayakiste franchira le « seuil » à tel endroit ; selon l’état de la paroi, l’alpiniste empruntera telle voie ; selon les conditions de relief et de nébulosité, le vélivole ou le libériste adoptera telle approche propice aux ascendances de pentes ou aux ascendances thermiques.

405À titre d’exemple, dans un jeu sportif tel les Quatre coins, on peut modéliser* les stratégies rationnelles des joueurs à l’aide des outils élémentaires de la théorie des jeux (2). L’arbre des décisions de la figure 27 déploie les possibilités de comportement du joueur de coin dont la rationalité prend en compte le coût en distance séparant les cinq territoires définis par la règle. Ces décisions sont conditionnelles : elles sont prises en fonction du choix du trimeur, puis éventuellement en fonction du comportement du partenaire de la même diagonale. Au fur et à mesure que le joueur reçoit de l’information quant au comportement des autres participants, son cheminement décisionnel le fait avancer sur des branches de l’arbre de plus en plus restrictives, pour aboutir à la décision finale de course vers tel coin particulier. Les règles des Quatre coins, qui proposent des objectifs spatiaux rigoureusement définis et une claire délimitation temporelle du « coup », favorisent une analyse précise du système décisionnel. La « matrice des réussites » ou « forme normale » du jeu (figure 28), représente les issues des différents comportements : au croisement des tactiques respectives des deux joueurs de la diagonale sont inscrits la réussite, c’est-à-dire la prise d’un coin libre (notée conventionnellement + 1), ou l’échec (noté – 1). L’ensemble de ces résultats est repris dans un organigramme général (figure 29) qui articule aux comportements des autres participants les décisions stratégiques de tout joueur de coin rationnel.

AU NIVEAU DE L’ACCOMPLISSEMENT MOTEUR

406L’acception précédente du terme « stratégie » n’est guère recevable si l’on considère non plus le plan représentatif de l’action, mais l’action motrice* elle-même dans le flux de son déploiement ici et maintenant. En effet, le prototype de ce type d’intervention n’est pas le choix théorique d’une option parmi d’autres, mais essentiellement l’accomplissement corporel de celle-ci. Et cet accomplissement se joue souvent au centimètre près, au dixième de seconde près, en fonction des contraintes du monde physique et des impératifs bio-mécaniques des organismes concernés. Il ne s’agit pas d’une pré-décision cognitive, mais d’une décision motrice. La complexité de l’action qui se déroule en grandeur réelle, au sein d’un espace et au cours d’un temps réels, échappe habituellement à une pré-détermination rigoureuse et interdit une programmation séquentielle absolue.

Image 10000000000002F5000002C05CB27514.jpg

Figure 27
Arbre des décisions rationnelles du joueur de coin.
On a adopté le point de vue du joueur JA. Les nombres entre parenthèses indiquent la réussite (+ 1) ou l’échec (-1) du joueur JA

407Ainsi, en sport collectif ou en activités de pleine nature, le pratiquant doit-il faire face à une incertitude* quant aux réactions d’autrui ou de l’environnement physique. Il lui faut déchiffrer le milieu. Le pouvoir d’initiative et de tromperie de l’adversaire est tel, notamment par l’utilisation de la feinte, que la possibilité d’une réponse immédiate et ajustée au plus près revêt une importance capitale. La stratégie motrice engage des décisions prises sur le champ et non exemptes d’improvisation. Le décodage* d’autrui et du terrain ne représente pas une lecture passive mais renvoie à une activité sémiotrice dont la part d’interprétation subjective n’est pas négligeable. Le décodage sémioteur est partie constitutive de la stratégie motrice. Percevoir, anticiper, préagir*, c’est décider, c’est prendre un pari stratégique sur l’avenir. Et c’est précisément parce que le concept de stratégie motrice n’est pas réductible à celui de stratégie développé par la théorie des jeux que la notion de décision motrice a un sens : si les comportements sont en effet tous préalablement déterminés, il n’y a plus de décision motrice ; ce qui prime alors, c’est une stratégie cognitive, rationnellement pré-élaborée avant la mise en acte. Cette situation peut être observée quand, par exemple, les joueurs d’une équipe doivent strictement appliquer les instructions pointilleuses d’un entraîneur, sans faire preuve d’initiative.

Image 1000000000000298000002C2C6344083.jpg

Figure 28
Matrice de réussite des deux joueurs de la diagonale principale (empruntée par le joueur du milieu).
Ces deux joueurs réussissent s’ils adoptent une stratégie d’alliance : l’un d’entre eux échoue en cas de stratégie de concurrence.

408La multiplicité des paramètres qui interviennent, le caractère continu et non discret des conduites* ludomotrices, l’incontournable primat des lois physiques et biologiques interdisent la maîtrise a priori de la situation. La notion de stratégie motrice implique ainsi une mise en jeu corporelle, confrontée concrètement aux aléas d’une situation mouvante éprouvée physiquement. Les conduites ludomotrices se déroulent de façon continue et irréversible : le « coup » que nous définissons aux Quatre coins ou au volley-ball renvoie à une réalité très différente de celle correspondant au « coup » du bridge ou des échecs. Dans ces jeux de société, le temps intervient principalement pour fixer des bornes d’intervalles et pour régler la succession des interventions des différents joueurs ; il n’est pas partie prenante dans la nature et la qualité des actes ludiques. Ce qui va compter, ce sera la valeur symbolique des figurines, des jetons ou des dés et leurs propriétés combinatoires compte tenu des règles du jeu concerné. La motricité* du bridgeur ou du lanceur de dés n’intervient pas en tant que telle, et si le joueur d’échecs est maladroit ou alité, il peut se contenter de nommer les cases de déplacement de ses pièces. Dans un jeu sportif, par contre, le « coup » représente une séquence d’action insérée dans une durée qualitative qui marque profondément les conduites motrices soumises aux exigences bio-mécaniques. La motricité est alors façonnée par le temps. On touche ici à la fonction praxique*, à la spécificité* des jeux sportifs*.

Image 10000000000002F00000045249D5338A.jpg

Figure 29
Organigramme des décisions stratégiques du joueur de coin rationnel (quel que soit son poste).

409Cette mise en jeu des conduites motrices – pierre angulaire des jeux sportifs – sollicite des stratégies motrices qui vont être fortement marquées par les traits de ces conduites : aspects bio-mécaniques, énergétiques et informationnels, synchronisation comportementale, anticipation* et préaction*, prise en compte de l’incertitude et de l’interaction*... L’importance majeure de la dimension informationnelle apparaît, a contrario, dans le cas-limite où l’incertitude tend à s’annuler : la stratégie motrice se présente alors comme une séquence pré-déterminée avant l’action, comme une véritable programmation praxique*. Cette frappante exception est illustrée par le stéréotype moteur* dont l’environnement stable et standardisé autorise le montage de séquences minutieusement programmées. On l’observe à l’occasion des situations psychomotrices* qui se déroulent dans un milieu figé et dénué d’incertitude (athlétisme, gymnastique aux agrès, haltérophilie, natation...) ou dans des situations sociomotrices* de type coopératif associées elles aussi à un environnement stabilisé (patinage mixte, aviron...) (cf. sports de basse sémiotricité, figure 26C).

410Au saut à la perche ou en course de haies par exemple, l’athlète perfectionne inlassablement son geste à l’entraînement afin d’aboutir à des séquences parfaitement mises au point et pré-enchaînées les unes aux autres (prises d’élan, course, piquer, appel, suspension, renversement... franchissement, réception active, foulées intermédiaires...) de telle sorte que le jeu de ces anticipations programmées au dixième de seconde et au centimètre près donne naissance à un automatisme bien huilé et souverainement efficace. Encore convient-il d’ajouter, pour reprendre la comparaison avec la théorie des jeux, que l’athlète ne peut se contenter de laisser sa place à un autre en lui fournissant une liste de recommandations !

STRATÉGIE ET TACTIQUE

411Il est classique d’établir une distinction entre tactique et stratégie. Une tactique serait la mise en œuvre concrète de moyens d’action et la stratégie l’art d’accorder les tactiques à l’objectif choisi. Du côté de la conception, la stratégie ; du côté de l’exécution, la tactique.

412Cette distinction a prouvé son intérêt organisationnel dans des domaines importants, militaire, commercial ou industriel, où elle s’articule à des séparations institutionnelles (qui sont d’ailleurs, dans les faits, encore plus prononcées puisque très souvent à côté des pouvoirs stratégique et tactique s’ajoute le pouvoir politique qui les domine tous deux). Cependant, sur le plan fondamental de l’analyse des conduites, on s’aperçoit que ce point de vue dualiste risque fort d’être illusoire. Il est en effet directement tributaire du niveau d’appréhension des phénomènes. Considérons une situation, à ce titre exemplaire : ce qui, aux yeux du général décidant de la stratégie, apparaît comme du ressort de la tactique devient bel et bien objet de stratégie de la part du colonel ; celui-ci considère qu’il distribue des tactiques à ses commandants alors que ces derniers, à leur tour, traitent ces apparentes tactiques comme des stratégies vis-à-vis de leurs capitaines, et ainsi de suite. Se pose alors essentiellement une question d’échelle qui renvoie invariablement à une procédure de segmentation de l’action. Dans l’armée, le niveau de responsabilité hiérarchique associé à ce découpage est certainement à la source de la différenciation entre stratégie et tactique qui oppose le caractère noble d’une décision de conception au caractère subalterne d’un comportement d’application.

413On retrouve ici une difficulté rappelant celle que rencontre l’observateur quand il tente d’identifier des praxies*, c’est-à-dire les unités de base de l’action : le résultat dépend du niveau d’approche et du cadre de référence choisis. Plutôt que de distinguer entre stratégie et tactique, on peut préférer adopter des niveaux successifs d’analyse : on sera ainsi conduit à considérer des sous-stratégies qui s’articulent et s’enchaînent au sein d’une super-stratégie (de même qu’on peut distinguer des micro-praxies qui s’organisent selon des super-praxies). On peut d’ailleurs noter que de nombreux théoriciens de la décision emploient indifféremment les termes « tactique » et « stratégie » ; quand la distinction est cependant effectuée, elle ne vise qu’à différencier une option particulière isolée (appelée « tactique » ou « stratégie pure »), d’une distribution de probabilités sur plusieurs options (appelée « stratégie mixte »).

414Cette réticence devant la dichotomie stratégie-tactique invite à réinsérer la décision au cœur de l’action motrice* elle-même. La notion de stratégie motrice présente la particularité de solidariser intimement le projet praxique et l’exécution corporelle. La décision n’est pas extraite et détachée de l’action ; elle fait corps avec elle. La décision est aussi dans la technique d’exécution. L’individu agissant est l’individu décidant : la rationalité de la situation ne peut être dissociée des conduites d’accomplissement moteur dont les caractéristiques énergétiques, affectives et relationnelles conditionnent la réalisation effective du projet.

415À côté des stratégies de type cognitif qui font essentiellement appel à une activité abstraite de représentation (et qui, bien entendu, jouent souvent un rôle très important dans le domaine praxique), on peut donc caractériser des stratégies motrices originales dont le fait majeur est l’inscription corporelle. Ce va-et-vient entre la dimension cognitive et la mise en œuvre corporelle renvoie au jeu complémentaire qui s’instaure entre l’intelligence motricisée* et l’intelligence motricisante*.

416► Décision motrice, théorie des jeux, incertitude, praxie, intelligence motricisante.

BIBLIOGRAPHIE

417(1) « La décision ».-Colloques internationaux du CNRS. Paris : Éditions du CNRS, tome 1 (1961), tome II (1969).

418(2) Parlebas (P.). - Analyse mathématique élémentaire d’un jeu sportif. Mathématiques et Sciences humaines, no 47. Paris : Gauthier-Villars, 1974.

419(3) Raïffa (H.).- Analyse de la décision. Paris : Dunod, 1973.

SUPPORT DE MARQUE

420■ Ensemble organisé des interactions de marque* qui, au cours du déroulement d’un jeu sportif*, permet l’attribution des points du score ou la désignation des réussites. Cet ensemble représente la structure de base dy système des scores*.

421Selon le jeu sportif considéré, le support de marque peut prendre en compte soit exclusivement des communications motrices* de type coopératif (Passe à dix, Balle au but...), soit exclusivement des contre-communications motrices* de type oppositif (rugby, hand-ball, Drapeau, Balle à sucre...), soit encore une combinaison de ces deux types d’interaction (Barres, Délivrance, Gendarmes et voleurs...).

422Le support de marque d’un set de volley-ball exhibe tous les cheminements possibles des marques* respectives des deux équipes, dont chaque couple constitue le score. C’est la valeur de ce score en fin de partie qui représente le résumé pertinent du set, c’est-à-dire son « résultat ». Dans le cas du volley-ball, le pas* de la marque vaut 1. En considérant tous les cheminements possibles des scores mais en négligeant, afin de simplifier, les cas fréquents d’arrêt sur le score et les cas de prolongation au-delà des 15 points, on s’aperçoit que l’on dépasse 40 millions de parties différentes possibles ! Ce simple constat souligne la richesse de l’ensemble (cf. fig. 30).

423Ce support de marque possède une structure mathématique précise : une structure de treillis (produit direct de deux ordres totaux). La présence culminante dans ce treillis d’une classe d’éléments maximaux impose d’atteindre un score-limite de fin de partie, ce qui retentit, bien entendu, sur la logique interne* du jeu. On observe les mêmes caractéristiques au tennis et au ping-pong. Plus rudimentaire, le support de marque de nombreux autres jeux sportifs recèle une structure de demi-treillis inférieur, sans majorant universel (cf. figure 31) ; il ne s’agit donc plus ici d’arriver en tête à un score-limite d’arrêt (comme au volley-ball ou au badminton) mais de posséder une marque supérieure à celle de l’adversaire à la fin d’un temps de jeu réglementaire (comme au basket-ball ou au football).

424On peut ainsi déceler quatre grandes catégories de jeu sportif en fonction des caractéristiques de leur support de marque :

  • le jeu impose un score-limite qui interdit le match « nul » (volley, tennis, ping-pong...) : c’est le propre décours du score qui détermine la fin de la partie ;

  • le jeu se déroule au temps-limite : c’est le temps qui prime ; le résultat de la partie (qui accepte le matche « nul ») est fourni par l’état du score enregistré à la fin de la période réglementaire (football, rugby...). Parfois, le match nul n’est pas accepté ; très souvent on adopte alors le système des prolongations (basket-ball, football) ; en cas de persistance de l’égalité on peut recourir à de nouveaux critères afin de désigner un vainqueur (les pénalties au football) ;

  • le jeu combine le score et la durée-limite : il s’achève dès qu’un score privilégié est acquis, sinon il se prolonge jusqu’à la fin d’une période pré-déterminée (boxe, judo...) ;

  • le jeu n’impose aucune contrainte d’arrêt : certains jeux traditionnels* ne comptabilisent ni les réussites, ni les échecs, et les joueurs ne capitalisent aucun point ; ces jeux illustrent en quelque sorte le degré zéro du support de marque et du système des scores (Balle assise, Quatre coins, Accroche-décroche...).

Image 1000000000000309000003F31850BFC9.jpg

Figure 30
Support de marque d’un set de volley-ball.
Ce réseau, à structure de treillis, relie tous les scores envisageables d’une manche de volley-ball. Il possède une borne inférieure (le score (0,0)) et une infinité de bornes supérieures (dont l’une des marques vaut au moins 15 et dont la différence entre les deux marques est égale ou supérieure à 2). Ici, le match nul est interdit. On a associé, entre crochets, à certains sommets, le nombre de sets formels différents qui aboutissent à ces sommets ; ainsi, à titre d’exemple, plus de 160 millions de sets dissemblables peuvent se conclure en (15,17) ou (17,15) ! L’une des caractéristiques de ce support de marque, c’est de déterminer lui-même, par sa propre logique interne du score-limite, la fin du set. En somme, il commande son propre arrêt.

Image 10000000000002BE000002E842EC9DC4.jpg

Figure 31
Support de marque d’un match de football ou de hand-ball.
Ce réseau a une structure d’inf-demi-treillis : il possède bien une borne inférieure (le score (0,0)), mais pas de majorant universel. A l’inverse de ce qui se passe en volley-ball, ce support de marque n’est pas capable de s’arrêter de lui-même. Il accepte les cas d’égalité (match « nul ») et nécessite une règle d’arrêt qui lui soit extérieure : c’est la règle du temps-limite (1h30 au football, 1h au hand-ball).

425Scandant et définissant les événements forts de la rencontre ludosportive*, jouant le rôle de canevas et de mémoire des actes marquants du match, le support de marque est un élément-clef de la logique interne du jeu.

426 Marque, pas (de la marque), système des scores, réseau des interactions de marque, logique interne.

SUPRA-JEU❀

427■ Dispositions réglementaires qui aménagent et complètent les systèmes de scores * d’un ensemble de rencontres constituées en une compétition globale unique (championnat, coupe, etc.) et qui en déterminent le dispositif d’encadrement en précisant les conditions de déroulement et de sanction des épreuves : calendriers, tours éliminatoires, classement et départage final des concurrents.

428Au cours d’un match, les points gagnés ou perdus lors d’une séquence d’action s’inscrivent sur le support de marque du jeu considéré ; ce support de marque est lui-même réinséré dans le système de scores du match, qui classe les concurrents et désigne le vainqueur de la rencontre. Cependant, il est fréquent qu’une compétition ne prenne sa pleine signification qu’au sein d’une organisation de plus longue haleine regroupant de nombreuses équipes concurrentes : ainsi d’un match de qualification, de barrage ou de quart de finale. Toute organisation sportive prévoit un dispositif qui attribue un statut particulier à chaque épreuve et qui définit, pour toute étape, les conditions de la réussite.

429Ces règles qui s’appliquent aux matchs connaissent de notables variations selon qu’il s’agit d’une poule (attribution de points, élimination), d’un Championnat (addition de points obtenus à tous les matchs de la saison sans élimination), d’une Coupe (élimination à chaque match, en principe) ou des Jeux Olympiques (médailles et podium). À vrai dire, compte tenu des intérêts en cause, de nombreux supra-jeux évitent une élimination trop rapide des concurrents en favorisant la multiplication des rencontres et, partant, des rentrées financières (la présence du match retour en Coupe, qui s’oppose à l’esprit initial de l’épreuve, en est une claire illustration).

430Le supra-jeu aménage la succession des rencontres, détermine les conditions de la poursuite de la compétition et de la victoire finale. Il veille au respect des contraintes de lieux et de temps (terrains homologués, match en nocturne, limitation de la durée des rencontres par jeu décisif en tennis ou en volley-ball, départage par tir au but en cas d’égalité de score après prolongation en football...)

431La comptabilité du supra-jeu s’ingénie à stimuler les adversaires et à entretenir l’incertitude du résultat : y pourvoient les procédures de tirage au sort, de regroupement en plusieurs poules censées être équivalentes, d’élimination progressive, mais aussi les points associés aux différentes issues des rencontres. Ainsi, en football, un bonus d’un point a-t-il été accordé dans le passé à toute équipe (puis à la seule équipe gagnante) qui marquait au moins trois buts au cours d’un match de championnat. Devant certains effets pervers de la formule (régularité douteuse de certaines rencontres aux buts proliférants, accroissement de la supériorité des meilleures équipes qui augmentaient leur avance), cette dernière fut abandonnée. En 1994, toujours en football, une nouvelle tentative de supra-jeu a été tentée par l’attribution de trois points à toute victoire et d’un seul point à un match nul. Cette prime au jeu offensif est actuellement maintenue car elle semble donner satisfaction. Les primes d’une poignée de secondes accordées aux deux premiers de chaque étape du Tour de France (respectivement une minute et trente secondes dans les années cinquante ; quatre et deux secondes aujourd’hui), les points permettant de remporter différents trophées (classement du « meilleur grimpeur », classement par équipe, etc.) vont dans le même sens. Si les résultats à égalité ou les matchs nuls sont acceptés au cours des rencontres intermédiaires, ils ne sont pratiquement jamais tolérés en finale. Le dispositif global se doit de distinguer le meilleur, l’unique dominant. Aussi, les procédures provoquant le triomphe d’un seul vainqueur sont-elles surabondantes : système du score-limite, jeu décisif, prolongations, tirs au but, etc.

432La caractéristique majeure du supra-jeu et de sa comptabilité est d’exacerber la spectacularité des rencontres et d’en maintenir l’intérêt jusqu’à l’apothéose finale. Le dispositif est conçu tel un spectacle dont l’intérêt doit aller crescendo. Les conditions d’égalité des chances, les bonus, les cumuls de points, les classements partiels, les éliminations nécessaires, tout est fait pour tenir le spectateur en haleine. Les cérémonies d’accompagnement du supra-jeu (cérémonies d’ouverture et de clôture, remise des médailles ou des trophées, podium du Tour de France, de la Formule 1 ou des Jeux Olympiques, etc.) plongent l’événement sportif dans la vie de la cité et lui assurent une ritualisation qui participe désormais de son destin. Cette ritualisation, cette mise en scène des aspects saillants du supra-jeu, relayée par une diffusion médiatique remarquablement amplifiante, confère avec éclat au fait sportif sa vocation de spectacle de masse.

433► Système des scores, support de marque, spectacularité, compétition motrice, sportification.

SYSTÈME DES SCORES

434■ Réseaux des réussites, des gains ou des points acquis par les joueurs ou les équipes d’un jeu sportif*, et prévus explicitement par le code de jeu, tant dans le déroulement de tous les possibles que dans la désignation éventuelle des gagnants ou des perdants.

435Dans tout jeu, les participants tentent d’atteindre certains objectifs privilégiés, c’est-à-dire de réussir des interactions de marque* : toucher un adversaire, s’emparer d’un espace, marquer un but, etc. Ces réussites sont fréquemment assorties de points à la marque*, comptabilisés dans des scores qui permettent, à l’issue de la rencontre, de désigner vainqueur et vaincu.

436Le support de marque* est la pièce maîtresse du système des scores ; la comparaison de jeu à jeu révèle que ce support peut présenter des variations caractéristiques qui participent de l’originalité de chaque type de jeu. Cependant, le système des scores ne se limite pas au support de marque. Très souvent, et notamment dans les jeux institutionnalisés, il comporte un ou plusieurs sur-systèmes qui surplombent en une nouvelle structure de réussite les résultats acquis dans le réseau des marques : ainsi, au volley-ball, les résultats de chaque set sont-ils reportés dans une structure de match dite « en 2 sets » ou « en 3 sets gagnants » (structure de treillis elle aussi). Le système des scores du tennis, bien que du même type que le précédent, est encore plus complexe puisqu’il possède un réseau de marque pour chaque « jeu », un réseau pour chaque set et un réseau pour le match (et, éventuellement un réseau pour le tournoi). On observe également, au niveau des championnats et des coupes, des systèmes de classement qui, afin de consacrer et d’identifier à coup sûr la réussite, plongent le support de marque dans un sur-système plus global qui s’appuie sur des critères complémentaires (le « bonus », le fait de jouer sur le terrain adverse, le goal-average au football par exemple).

437La nature du système des scores, qui entraîne des conduites stratégiques extrêmement variables, reflète à coup sûr certains traits de la logique interne* du jeu.

438D’une façon générale, tous les jeux sportifs institutionnalisés – les sports* – organisent leur système de scores selon une structure très élaborée (chaîne, demi-treillis, treillis...) qui aboutit toujours à un « résultat », à un score final, considéré d’un point de vue officiel comme le résumé pertinent du match.

439Le système des scores est l’un des universaux* du jeu sportif.

440► Support de marque, universaux, marque, pas (de la marque), interaction de marque.

© INSEP-Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
R
 
T
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search