Version classiqueVersion mobile
P
R

Jeux, sports et sociétés

 | 
Pierre Parlebas

Lexique

Q

Texte intégral

QUASI-JEU SPORTIF❀

1 ■ Situation motrice* informelle, libre, habituellement dénommée « jeu » ou « sport* », dépourvue de règles et de compétition*.

DES ACTIVITÉS HORS COMPÉTITION

2De nombreuses activités physiques se déroulent sans être assujetties à des règles précises ; ces activités « libres » sont déclenchées à l’initiative des pratiquants qui recherchent un divertissement immédiat, non dépendant d’un règlement extérieur à visée compétitive. Pour qualifier ces pratiques informelles, nous ne pourrons utiliser le terme « jeu sportif »* et encore moins celui de « sport », puisqu’elles ne sont pas soumises à un système de règle explicite ni inscrites dans le cadre d’une compétition instituée. Aussi, pour désigner ces activités auto-organisées, situées à la frontière des jeux, parlerons-nous de « quasi-jeux » (3).

3Ces comportements improvisés et hors codification n’avaient pas échappé aux grands auteurs qui ont étudié le jeu, tels Jean Piaget, Jean Chateau (2) ou Roger Caillois (1) par exemple ; ainsi, dans sa classification* des jeux, Roger Caillois oppose-t-il « paida » (activité spontanée, sans règles) à « ludus » (activité réglementée, voire arbitrée). Mais ces auteurs n’ont pas poussé plus avant leur analyse. Or, l’opposition observée entre ces deux pôles répond à une double différence qu’il semble capital de prendre en compte et d’approfondir : d’une part, une forte disparité dans la logique interne* des activités (la sportification* entraînant des caractéristiques nouvelles) et, d’autre part, une vive disparité des valeurs et des représentations sociales qui leur sont respectivement associées.

4Les quasi-jeux sont pratiqués avec abondance par les enfants qui se lancent spontanément dans des activités corporelles leur faisant plaisir, en dehors de toute codification : glissade, grimper, baignade, course, saut, lancer... Ils peuvent être purement improvisés avec une grande part d’invention, ou résulter d’une attentive observation de l’environnement. Ils sont parfois inspirés de situations de la vie quotidienne, du monde du travail ou de l’univers sportif. Au cours des dernières décennies, les pratiques informelles ont connu une faveur grandissante auprès des couches jeunes de la population (schématiquement de 15 à 30 ans). Parfois sous forme d’une reprise d’activités anciennes (ski, canoë-kayak, voile...), parfois par des modalités nouvelles de pratiques connues (jogging et course sur route, escalade, raft, surf, canyonning, vélo tout terrain...), parfois enfin par la création de pratiques inédites souvent liées à des innovations technologiques (aile volante, parapente, patin en ligne, planche à voile, plongée sous-marine...). Un grand nombre de ces activités où l’on recherche le plaisir immédiat fait appel à la maîtrise de l’équilibre et du vertige, au sens de Caillois : les quasi-jeux regorgent d’activités « de glisse » (ski, surf planche à voile...) et d’activités de « roule » (planche à roulettes, roller, VTT, char à voile, moto verte...). Ces pratiques se sont souvent développées à l’écart des fédérations et de leurs codes qui, au départ, les dédaignaient et les rejetaient. Cependant, devant l’engouement suscité, les fédérations ont fait machine arrière et tenté de récupérer à leur profit cet élan populaire. Après une période d’expectative et de conflit qui a connu parfois ses dissidences, les instances institutionnelles ont pris ces quasi-jeux sous leur autorité, les ont toilettés et réglementés à leur image, bref, les ont sportifiés. Continuant à être pratiquées par ailleurs sur un mode informel, ces activités possèdent donc le double statut potentiel de « quasi-jeu » et de « sport », ce qui entraînera de nombreuses équivoques.

5Cette émergence des quasi-jeux ne s’est pas affirmée de prime abord comme une allégeance, mais plutôt comme une rébellion à l’égard des sports ; une rébellion face aux fédérations sportives, à leur hiérarchie, à leur bureaucratie et à ce qui était vécu comme un carcan réglementaire. En fin de course, les instances sportives ont absorbé une grande quantité de quasi-jeux. Cette phagocytose institutionnelle apparaît inéluctable et se présente en quelque sorte pour ces activités informelles comme la rançon du succès. C’est un thème sociologique fort intéressant que d’analyser ce jeu d’influences réciproques, ces tentatives d’absorption et de résistance corrélative, ces passages du statut de quasi-jeu à celui de sport (et, éventuellement, la transition inverse).

UNE GRANDE DIVERSITÉ DE PRATIQUES

6Ces quasi-jeux sont fréquemment pratiqués en isolé, sur un mode psychomoteur*, car le plaisir de l’action n’y est plus bridé par la présence d’autrui ou par un quelconque code d’obligation. Une modalité très recherchée y est la pratique comotrice* (c’est-à-dire en compagnie d’autrui mais sans interaction instrumentale) et en dehors de tout cadre réglementaire. Le pratiquant y goûte une convivialité active, le plaisir d’un divertissement partagé, tout en gardant sa pleine autonomie d’action et de décision. Le cas du jogging ou des étonnantes équipées en roller du vendredi soir dans les rues de Paris illustrent cet engouement pour une activité comotrice de connivence laissant à chacun toute son indépendance.

7Ces quasi-jeux peuvent aussi être sociomoteurs* : une excursion en voilier, une descente de rivière en canoë biplace, un jeu de ballon sur la plage, une randonnée en pleine nature offrent de multiples occasions d’interagir, occasions au cours desquelles la coordination praxique avec les partenaires est une des conditions de l’accomplissement de l’action entreprise. Cependant, cette interaction motrice* non réglementée laisse toute sa place à l’improvisation et au bon vouloir de chacun. Ces pratiques ne sont pas dépourvues de contraintes, ni parfois de forte dépense énergique ou de risque ; mais ces difficultés sont affrontées « gratuitement », au gré des participants, pour le plaisir, en dehors d’une recherche de gratifications sociales instituées, en l’absence d’une compétition et de l’attribution d’une victoire.

8Ces quasi-jeux pourraient paraître bien anodins. En réalité, sous l’angle des pratiques corporelles, il s’agit d’un phénomène sociologique de grande ampleur. Dans de nombreux sports en titre tels le ski, le vélo, la planche à voile ou l’escalade par exemple, les enquêtes sociologiques ont révélé que le taux de pratique sous la forme de quasi-jeu dépasse 80 % ou même 90 % ! Ce n’est d’ailleurs qu’un retour aux sources, puisque de nombreux sports ont été empruntés au vivier des jeux traditionnels* et des quasi-jeux, avant d’être soumis aux critères rigoureux de la sportification*. Il y a là une possibilité de confusion dans les mots qui risque d’entraîner des confusions dans les idées, car nombre de ces activités, ainsi que nous l’avons déjà noté, possèdent le double statut de « quasi-jeu » et de « sport », selon le contexte. Quand il est question de ski, de vélo, de planche à voile, de natation, de quelle activité s’agit-il réellement ? La nage de la baignade n’a que peu à voir avec la natation olympique ! Le ski, le kayak, le basket-ball, en tant que sports, sont très éloignés de ces « mêmes » activités en tant que quasi-jeux. Cette confusion, omniprésente dans les textes et les discours, entre des pratiques compétitives institutionnalisées et des pratiques informelles, engendre une foule de malentendus. C’est devant de tels amalgames que l’on ressent la nécessité d’une remise en contexte des phénomènes et d’une rigoureuse définition des termes utilisés.

9 ► Jeu sportif, sport, jeu sportif institutionnel, sportification, quasi-sport.

BIBLIOGRAPHIE

10(1) Caillois (R.).- Les jeux et les hommes. Paris : Gallimard, 1958.

11(2) Chateau (J.).- Le jeu de l’enfant. Introduction à la pédagogie. Paris : Vrin, 1967. (1re éd. 1947).

12(3) Parlebas (P.).- Éléments de sociologie du sport. Paris : PUF, 1986.

QUASI-SPORT❀

13 ■ Jeu sportif * qui a reçu une forte reconnaissance institutionnelle locale, qui tend à se doter des caractéristiques du sport*, mais qui n’a pas encore accédé de façon indiscutable au statut international de celui-ci.

14Certains jeux sportifs connaissent une grande vogue, localement ou nationalement. Ils possèdent certaines propriétés du sport : régis par un code accepté, ils donnent lieu à des compétitions* rassemblant parfois de nombreux spectateurs ; ils se déroulent en des lieux aménagés à leur intention et suscitent des équipements et des matériels spécifiques : palette, balle, manchon, lance, bateau, fronton... Ces jeux vont adopter une logique interne* variable et revêtir des significations sociales différentes selon le soutien que leur apporteront les institutions.

DES JEUX À TRADITION LOCALE

15Dans certains cas, les règles restent locales, et la prise en compte institutionnelle est un peu accentuée, parfois inexistante ; chaque village ou chaque communauté joue à sa façon et avec une certaine improvisation : on parlera alors de jeux traditionnels* et non pas de quasi-sports. De nombreux jeux populaires, parfois séculaires, prennent place dans cette catégorie : une myriade de jeux de boules, des jeux de palet ou des jeux de quilles, tels ceux remarquablement décrits par Hélène Tremaud (1), parmi beaucoup d’autres. Schématiquement, ces jeux traditionnels n’ont pas été standardisés sur une grande échelle et ils restent à tradition locale.

16Dans d’autres cas, la codification a été harmonisée entre plusieurs lieux, voire à l’intérieur de toute une région. S’impose alors une forte tendance à la standardisation. Des procédures de compétition sont mises en place, et l’on adopte des systèmes de scores* ainsi que des formules de supra-jeu* permettant de désigner vainqueurs et vaincus. Le jeu sportif, ses règles et sa mise en place sociale sont alors peu à peu modelés pour favoriser une spectacularité* susceptible d’attirer la foule. Règlement standardisé, compétition, spectacle : le jeu obéit désormais à ces impératifs de la sportification*. Aussi, pour identifier ces jeux, parlerons-nous de « quasi-sport ». Il s’agit de jeux semi-institutionnalisés, dont la sportification est grandement avancée mais non achevée, et qui, en tout état de cause, ne bénéficient pas d’une reconnaissance indiscutable de la part des instances officielles. Nous réserverons le vocable « sport » pour les jeux sportifs ayant acquis le statut international de façon incontestable (présence aux Jeux olympiques, aux Championnats du monde...). Dans cette famille de jeux semi-institutionnalisés, on trouvera la Balle au tambourin de la région de Montpellier (qui, bien que connaissant des rencontres avec des équipes italiennes, ne s’est pas étendue au-delà de son fief d’implantation), les diverses Joutes nautiques du midi de la France (2), les Jeux écossais, la Lutte des Canaries ou la Longue paume de Picardie parmi d’autres. Remarquons que le passage au statut de sport n’est pas demandé par tous les pratiquants, dans la mesure où il signifierait le total abandon des références ethnoludiques* régionales au profit des traits impersonnels, se voulant universels, du sport.

DES JEUX SEMI-INSTITUTIONNALISÉS

17La figure ci-contre situe le quasi-sport, à demi institutionnalisé, entre le sport hautement intronisé par les institutions et le jeu traditionnel délaissé par ces dernières. C’est, en effet, la variable « institutionnalisation » qui représente ici le trait distinctif. On remarquera qu’il ne s’agit pas d’une caractéristique de nature motrice, mais d’une caractéristique sociale qui affecte la réalisation motrice. La large approbation du contrat ludomoteur* et de son système de règles est dans ce cas prééminente. Quant au quasi-jeu*, il fait bande à part ; il n’entre pas dans la catégorie des jeux sportifs, car il n’a précisément pas souscrit au consensus du contrat social fondateur.

18Pour la majorité des activités ludomotrices, on n’éprouvera guère de difficultés à classer chacune d’elles dans l’une de ces quatre catégories. Cependant, les divers facteurs n’intervenant pas toujours sur le mode du tout ou rien, on peut observer une gradation insensible des différentes prises en compte institutionnelles. Ne manquent pas de surgir des pratiques ludosportives situées à la frontière, que l’on hésitera à placer dans telle catégorie plutôt que dans telle autre. Cette difficulté de repérage est classique dans les différents secteurs de la recherche (même en statistique où l’on se fixe par exemple des seuils de significativité arbitraires). Il conviendra alors de se donner des indicateurs permettant de trancher : rattachement à une fédération sportive, effectif-seuil de licenciés, caractère international de l’affiliation, présence aux Jeux olympiques ou aux Championnats du monde... À titre d’exemple, le jeu de Barres et le Drapeau, qui sont des jeux compétitifs à forte dominante athlétique et au fonctionnement fort complexe, seront classés dans la rubrique « jeux traditionnels » par manque de reconnaissance institutionnelle. En revanche, la Balle au tambourin et les Joutes nautiques qui s’alignent de plus en plus sur le mode d’organisation sportive, mais dont l’audience reste régionale, seront considérés comme des quasi-sports ; on procédera de même avec le jeu de Fléchettes très prisé en Grande-Bretagne mais peu pratiqué ailleurs, ou avec la Pétanque qui possède les éléments objectifs pour devenir un sport, mais dont l’image, trop débonnaire, est peu stimulante aux yeux des instances sportives. Le pentathlon ne rassemble qu’une toute petite poignée de licenciés, mais bénéficie du soutien des fédérations d’athlétisme et d’une participation aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde : aussi sera-t-il classé dans les sports.

Quatre grandes familles de jeux sportifs
On observe que les "mêmes" activités peuvent se retrouver dans des familles différentes, parfois opposées : ainsi pour le ski, le VTT. la natation ou le canoë-kayak qui se pratiquent aussi bien en quasi-jeux d'improvisation qu'en sports consacrés. Au-delà de la similarité du mot qui les désigne, ces pratiques sont alors très différentes.
Il est sociologiquement intéressant de noter le passage de certains jeux d'une catégorie à l'autre (et leur éventuelle présence simultanée dans plusieurs catégories).

19Il est à coup sûr intéressant d’identifier les caractéristiques de chaque activité, puis de situer celle-ci dans sa catégorie, mais il est encore davantage évocateur de repérer dans le temps les passages d’une catégorie à l’autre. Identifier les états, mais plus encore les transformations, d’état à état. Les processus qui assurent le changement de statut ludosportif sont révélateurs des transformations de l’environnement culturel. La modification du statut est un indicateur de changement social d’ordre plus général.

20L’interprétation qui reliera les modifications de statut et de logique interne des jeux sportifs aux données du contexte socio-historique, et notamment aux représentations sociales, pourra largement éclairer les délicates questions posées par l’ethnoludisme*. Encore faut-il, pour pointer ces changements d’états, avoir préalablement identifié les grandes catégories ludomotrices de référence à l’aide de critères opérationnels.

21 ► Jeu sportif, quasi-jeu, sportification, ethnoludisme, jeu traditionnel.

BIBLIOGRAPHIE

22(1) Tremaud (H.).- Les Français jouent aux quilles. Paris : Maisonneuve et Larose, 1964.

23(2) Tremaud (H.).- Les joutes provençales. Paris : Maisonneuve et Larose, 1970.

Table des illustrations

Légende Quatre grandes familles de jeux sportifs On observe que les "mêmes" activités peuvent se retrouver dans des familles différentes, parfois opposées : ainsi pour le ski, le VTT. la natation ou le canoë-kayak qui se pratiquent aussi bien en quasi-jeux d'improvisation qu'en sports consacrés. Au-delà de la similarité du mot qui les désigne, ces pratiques sont alors très différentes. Il est sociologiquement intéressant de noter le passage de certains jeux d'une catégorie à l'autre (et leur éventuelle présence simultanée dans plusieurs catégories).
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© INSEP-Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
P
 
R
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search