Version classiqueVersion mobile
O
Q

Jeux, sports et sociétés

 | 
Pierre Parlebas

Lexique

P

Texte intégral

PARTITION

1■ En mathématiques, distribution de tous les éléments d’un ensemble en un certain nombre de sous-ensembles, ou classes d’équivalence, de telle sorte que chaque élément appartienne à une et à une seule classe (dont aucune n’est vide).

2Le concept de partition fonde la notion de classification*. Définir une partition sur un ensemble revient donc à munir celui-ci d’une relation d’équivalence. Dans de nombreuses recherches modernes, la définition de l’équivalence s’appuie sur des indices de distance ou des indicateurs de similarité.

3Souvent, on organise l’ensemble-quotient, c’est-à-dire l’ensemble des classes, à l’aide d’une relation d’ordre : on aboutit alors à un pré-ordre qui est l’union d’une relation d’équivalence (qui joue à l’intérieur des classes), et d’une relation d’ordre (qui porte sur les classes) (1).

4Si l’ordre est « total », les éléments sont tous comparables deux à deux et l’on obtient une structure en « échelle » qui est d’usage courant dans tous les domaines : c’est un banal classement avec ex-aequo (pré-ordre total) : classements scolaires, classements sportifs, « échelle des êtres » de la biologie du XVIIIe siècle...

5Si l’ordre est « partiel », les éléments ne sont pas tous comparables deux à deux : on obtient alors généralement une structure en « treillis » ou en « arbre » (pré-ordre partiel). La plus commune est la structure d’arbre qu’on trouve à profusion associée à toutes les activités humaines : organigramme d’une administration sportive, classification des animaux et des plantes, décomposition linguistique des énoncés, analyse des décisions stratégiques...

6► Classification, duel, modèle, statut sociomoteur, support de marque.

BIBLIOGRAPHIE

7(1) Barbut (M.), Monjardet (B.).- Ordre et classification. Algèbre et combinatoire. Tomes I et II. Paris : Hachette université, 1970.

PAS (DE LA MARQUE)

8■ Dans un jeu* à score, le pas de la marque est le nombre de points ajouté à la marque* d’un joueur ou d’une équipe quand une interaction de marque* est réussie.

9Parfois le pas est uniforme : il est unique et vaut 1 au volley-ball, au hand-ball, au ping-pong, en escrime (il vaut également 1 au tennis et non 15 malgré les apparences). Parfois il est variable : de valeur 1 ou 2 au basket, de valeur 3, 4 ou 2 au rugby. Le législateur modifiera parfois la valeur de ce pas afin de modifier le caractère du jeu, le rendant par exemple plus offensif : c’est le cas du rugby où le drop a été ramené de 4 à 3 points et où l’essai a été valorisé en passant de 3 à 4 points.

10Ces caractéristiques du pas s’inscrivent dans le support de marque* et interviennent ainsi dans la logique interne* du jeu.

11► Marque, support de marque, système des scores, réseau des interactions de marque, logique interne.

PÉDAGOGIE

12■ Pratique d’intervention normative qui recherche une influence auprès d’autrui dans une perspective explicite de formation.

13L’intervention pédagogique met en place des stratégies d’apprentissage et de formation liées à des systèmes de valeurs et de finalités parfois déclarés, parfois non formulés. Les normes choisies peuvent être très variables, voire opposées, d’une communauté à l’autre.

14Ces quelques remarques au sujet d’un concept aussi classique que « pédagogie » ont pour objectif de dissiper un malentendu. Nous avons défini l’éducation physique* comme une pédagogie : en tant que telle, elle n’est donc pas une science mais une pratique d’intervention soumise à des normes. Recherchant une transformation des conduites motrices* des pratiquants, elle n’en est pas moins justiciable d’une recherche scientifique. La soumission à des normes n’est pas propre à la pédagogie : c’est bel et bien un lot commun à l’ensemble des pratiques sociales. Une grande partie des travaux en sciences humaines (psychologie, ethnologie, sociologie...) est, en définitive, consacrée à rendre compte de l’impact sur les conduites humaines des systèmes d’influence de tout type, culturel, économique ou politique. Prétexter de l’indiscutable orientation normative caractérisant l’entreprise pédagogique pour dénier la légitimité d’un questionnement scientifique la concernant ne semble donc guère recevable.

15Il reste que l’intervention concrète, ici et maintenant, de tel motricien*, dans tel lieu et devant tels élèves correspondra toujours à une situation unique, liée aux aléas des pratiques humaines dont il est impossible de maîtriser toutes les variables. La difficulté n’est pas rédhibitoire : le médecin ou le psychologue sont dans le même cas ; et l’on n’a pas constaté que le caractère irréductible de chacune de leurs interventions ait interdit le développement scientifique de leur champ de pratique respectif.

16Il ne semble pas déraisonnable de penser que les différents processus d’intervention pédagogique sont eux aussi susceptibles de donner lieu à une recherche capable de satisfaire aux impératifs méthodologiques d’une telle entreprise. On peut envisager, entre autres, la mise en œuvre de situations cliniques et expérimentales qui tenteront d’apprécier les diverses influences, discrètes ou envahissantes, ainsi exercées. Le champ pédagogique peut légitimement susciter une recherche scientifique ; à quelles conditions et dans quels types de situations peut-on obtenir tel résultat souhaité ? De nouvelles questions surgissent qui donneront lieu à une remise en cause des façons de faire habituelles. Dans le cas de l’éducation physique, ces questions passeront nécessairement par l’élucidation des processus mis en jeu dans l’action motrice*, et une telle élucidation impose de développer la praxéologie motrice*. Il s’agit en quelque sorte d’évaluer dans quelle mesure les normes préalablement posées peuvent être approchées sinon atteintes à l’issue des procédures pédagogiques engagées.

17On peut d’ailleurs constater que les normes elles-mêmes peuvent, dans certains cas, être liées aux effets des pratiques mis en évidence sur le terrain : assigner un objectif cognitif ou relationnel à l’éducation physique par exemple n’a de sens que si preuve a été faite de l’influence incontestable de certaines pratiques motrices sur les représentations et l’interaction. Les normes pédagogiques ne sont pas situées dans l’empyrée. Elles sont le fruit d’une histoire, elles sont la traduction d’attitudes sociopolitiques. Les critères de l’orthomotricité* varient selon les lieux et les époques. C’est un point d’épistémologie* fort intéressant que de mettre à découvert les conditions sociales, économiques ou culturelles d’apparition de telle finalité et d’analyser les mécanismes de pression de type théorique ou institutionnel qui orientent le choix des normes pédagogiques.

18► Éducation physique, orthomotricité, épistémologie, motricien, praxéologie motrice.

PERTINENCE

19■ Propriété d’une position théorique caractérisée par l’adoption d’un point de vue distinctif qui la différencie des autres.

20Dans son sens actuel, le terme « pertinent » est hérité de la linguistique (terme proposé par André Martinet en 1938) ; dans ce domaine, un trait pertinent est un élément qui remplit une fonction distinctive, c’est-à-dire qui concourt à définir l’identité d’un phonème ou d’une unité linguistique quelconque en l’opposant aux autres.

21Une discipline scientifique ne peut naître et se développer que si elle choisit une perspective originale qui soit distinctive ; sinon elle sera condamnée à redire – et sans doute en moins élaboré – ce qui est déjà fort bien dit par ailleurs. L’exigence de pertinence concourt à définir une spécificité* et permet éventuellement la construction d’un objet propre. Le choix d’une pertinence est la condition sine qua non de la constitution d’une science.

22Soit un match de football. Cette situation peut faire l’objet de diverses investigations menées par différents types de chercheurs : le physiologiste, par exemple, se préoccupera de la mobilisation de la machine corporelle, des phénomènes de contraction musculaire et de dépense énergétique, le psychologue se souciera des motivations profondes des joueurs et de l’affirmation de leur personnalité, le sociologue se penchera sur les aspects culturels et politiques de l’expression de l’agressivité, l’économiste étudiera l’insertion du spectacle sportif sur le marché du loisir, bref la « même » situation sera observée selon des pertinences variables, toutes légitimes et fructueuses : on pourrait d’ailleurs ici en ajouter beaucoup d’autres. Finalement, devant une situation unique, des disciplines différentes « voient » des choses différentes et construisent des objets différents. De l’incroyable profusion des phénomènes qui s’enchevêtrent sur le terrain, chaque science ne retient que ceux qui répondent à son propre principe d’abstraction : elle joue ainsi à la fois comme grille de lecture et comme filtre.

23Parmi toutes les pertinences envisageables, le point de vue de l’action motrice* ne semble pas avoir été retenu. Cependant, il ne paraît pas déraisonnable de penser que l’action motrice représente l’objet instaurateur d’une discipline spécifique, discipline qu’on peut par exemple nommer praxéologie motrice* (science de l’action motrice). Elle définit une pertinence qui ne se réduit ni à celle de la physiologie, ni à celle de la psychologie, ni à celle de toute autre discipline. Elle vise les processus de mise en jeu corporelle et leurs déterminants, les mécanismes d’expression et de communication praxiques*, les phénomènes techniques et tactiques d’accomplissement d’une tâche motrice*, tous processus et phénomènes envisagés pour eux-mêmes.

24Ce point de vue est bien entendu étroitement lié à plusieurs autres approches scientifiques, tout comme un phonème reçoit sa pertinence des rapports qu’il entretient avec les autres unités du système phonologique. Mais il possède également son originalité. La pertinence praxéologique nous semble en effet aussi légitime que celle de l’ergonomie, de la proxémique* ou de la kinésique*, qui pourtant ne sont pas contestées. Accepter cette pertinence, c’est renoncer à comprendre notre match de football en additionnant des points de vue extérieurs hétérogènes ; c’est considérer que la perspective fondamentale, c’est celle de l’action motrice elle-même ; c’est chercher l’intelligibilité des pratiques physiques et sportives dans leur fonctionnement et dans leur logique propres.

25► Action motrice, praxéologie motrice, spécificité, logique interne, théorie des jeux sportifs.

PRAXÈME

26■ Conduite motrice* d’un joueur interprétée comme un signe* dont le signifiant est le comportement* observable et le signifié le projet lactique correspondant tel qu’il a été perçu.

NATURE ET RÔLE DES PRAXÈMES

Une constellation d’indices* polysémique

27Face au comportement d’un joueur, le protagoniste identifie des indices, les perçoit selon une constellation qui prend parfois une signification tactique précise. Au hand-ball, les éléments observables du démarrage d’un avant vers l’aile (orientation du corps et des appuis, itinéraire et espace de course choisis, brusque accélération...) constituent le signifiant d’un signe que le partenaire porteur du ballon interprétera par exemple selon le signifié : « appel de passe ». Dans un langage équivalent, on peut dire que ce signifiant (acte de démarrage) est un « signal » auquel est associé un « message » (appel de passe). Cette association d’un signifiant comportemental et d’un signifié tactique forme un praxème.

28Au fur et à mesure que se déroule l’action, le pratiquant prélève des indices de façon séquentielle. Souvent, il attend que ces signaux se confirment les uns les autres et ne prend de décision* que lorsqu’une constellation d’indices est perçue comme un praxème annonçant clairement un sous-rôle* imminent. Surgit ici un conflit entre la sûreté et la rapidité de la décision stratégique. Selon son expérience et son acceptation du risque, le joueur se contentera de quelques indices convergents ou attendra au contraire une confirmation par de nombreux signaux redondants. Le recueil d’une information supplémentaire représente alors un coût en temps écoulé. Ces quelques dixièmes de seconde affectant l’anticipation motrice* suffisent souvent en sport* à « faire la différence ».

29Les indices susceptibles de rentrer dans la constitution des praxèmes sont innombrables : position des appuis, orientation de la tête et des différents segments, changement de direction, accélération, modalité d’occupation de l’espace, distances respectées, « armer » du bras et prise d’élan... C’est le protagoniste qui attribue une valeur de praxème à telle séquence comportementale observée. Le signe praxémique donne lieu à un décodage* subjectif pouvant considérablement varier selon la compétence ludomotrice des pratiquants : il n’a donc d’existence que dans la représentation de l’observateur et est inéluctablement polysémique. C’est d’ailleurs en partie cette capacité de décodage sémioteur et d’anticipation motrice qui fonde la qualité des décisions et des interventions tactiques des joueurs.

La matrice d’intelligibilité des praxèmes

30L’identification des praxèmes n’est pas un phénomène magique : il s’agit d’un processus de décodage, non nécessairement réfléchi. Cette reconnaissance subjective d’indices s’appuie sur la familiarité avec la situation*, l’expérience acquise, les habitudes. Il s’ensuit qu’une séquence motrice donnée peut susciter de la part de deux observateurs différents des signifiés variables et donc des praxèmes différents. Face à la même situation de jeu, deux footballeurs ou deux basketteurs ne « vivent » pas nécessairement la même action et n’anticipent pas toujours un scénario identique. D’autre part, un comportement praxique* donné provoquera chez un même observateur la perception de praxèmes différents s’il se déroule dans deux jeux sportifs* différents. Le point est d’importance : l’identification des indices et des praxèmes est en relation directe avec le système des règles du jeu concerné.

31La logique interne* de chaque jeu sportif, issue des règles, donne un sens variable à l’espace, aux distances, aux courses, aux interactions motrices*. Elle constitue un système qui permet l’élaboration d’un code sémioteur*. Elle détermine en effet le réseau des sous-rôles sociomoteurs* du jeu considéré, réseau qui distingue et relie de façon conditionnelle les catégories élémentaires de comportements tactiques : courir, dribbler, passer, tirer, recevoir, intercepter, frapper, esquiver... Le système des sous-rôles fournit la matrice d’intelligibilité des praxèmes : identifier un praxème c’est reconnaître le sous-rôle sociomoteur amorcé par le comportement observé, c’est anticiper le sous-rôle dont on croit que ce comportement est la phase préparatoire.

PRAXÈMES EN JEU : LA FEINTE

32Au cours d’une partie d’Épervier, le joueur poursuivi doit tenir compte du comportement du joueur-épervier qui le menace directement mais aussi des comportements complémentaires des aides-éperviers de la chaîne qui tente de lui bloquer le passage. Il s’agit donc ici de sociopraxèmes* dont le signifiant regroupe les comportements observables d’une coalition de plusieurs intervenants. Le joueur-cible va par exemple brusquement foncer vers la droite du terrain, entraînant la réaction de la chaîne qui se précipite pour lui faire obstacle. Au dernier moment, le poursuivi effectue un crochet brutal et repart sur la gauche, à toutes jambes. Lancés en pleine course, les joueurs de la chaîne qui se tiennent par la main, obligés de rester solidaires, ne peuvent plus réagir à temps et sont inéluctablement débordés sur leur droite. Cette phase d’Épervier, couramment observée sur le terrain, met en jeu une feinte typique qui illustre la sémiotricité*. La feinte est en effet la situation prototype qui permet de mettre en évidence certains mécanismes des praxèmes.

33Le poursuivi fait mine de s’engager à fond en direction de son camp : il offre à l’observateur une lecture d’indices qui ont tous l’apparence de données biomécaniques involontaires traduisant une évidente volonté de foncer vers le camp. Ces éléments manifestes (orientation de la course vers la brèche d’un espace libre, inclinaison du corps et rapidité des foulées...) sont interprétés comme le signifiant d’un praxème de rentrée directe dans le camp : on y associe le sous-rôle sociomoteur apparemment annoncé. Le poursuivi essaie ainsi de faire croire à ses adversaires que ses actes observables sont les indices révélateurs de son projet tactique immédiat, c’est-à-dire des faits non calculés dans leur apparence et simplement dictés par les lois de la biomécanique (et censés traduire fidèlement à son insu son projet tactique). En réalité, il s’agit de contre-signaux, c’est-à-dire de signifiants mimant de façon trompeuse l’amorce d’une action que le joueur n’envisage de poursuivre que momentanément, contre-signaux suivis du déclenchement d’un sous-rôle sociomoteur non « annoncé » dont l’accomplissement sera facilité par la mise hors jeu de l’adversaire leurré. La même analyse, qui repose sur un subtil jeu de métacommunications motrices*, vaudrait pour une feinte de tir près de la zone au hand-ball, pour une feinte de smash au volley-ball ou une feinte de passe dans une percée de rugby.

34Revenons à notre chaîne du jeu d’Épervier qui exécute une sociopraxie* exigeant une grande coordination. Elle est en difficulté : les joueurs avertis doivent s’engager suffisamment pour pouvoir contrer avec efficacité l’acte « annoncé » s’il se réalise effectivement tout en gardant une marge de disponibilité nécessaire pour s’opposer à un autre sous-rôle éventuel dans le cas où le praxème suggéré ne serait qu’une feinte. Ce type de décision stratégique se retrouve dans la plupart des jeux sociomoteurs* ; il convient de s’engager ni trop ni trop peu, en tout cas pas au-delà du point de non-retour si l’adversaire a lui-même la ressource de changer brutalement de sous-rôle.

35Le comportement de feinte laisse entendre à qui sait le décoder que le comportement visible est un acte de simulacre ne préparant pas réellement ce qu’il annonce. Cette conduite praxémique signifie qu’elle ne signifie pas ce qu’elle paraît signifier. Elle doit donc être décodée au second degré, fréquemment au troisième degré. On comprend ainsi que sur le terrain s’entrecroisent des anticipations d’anticipations. De telles conduites d’interaction praxique sollicitent des mécanismes socio-cognitifs parfois très élaborés et mettent à l’épreuve l’intelligence sociomotrice*. Cette communication masquée fonde les conduites de méta-codage et de métamotricité*. Elle est pour une grande part à l’origine du plaisir du jeu.

UNE ORIGINALITÉ SÉMIOTIQUE

36Un praxème possède l’inhabituelle propriété sémiotique de faire partie intégrante d’une action en train de se dérouler. Il n’est pas surajouté à l’événement comme le serait un geste conventionnel, un gestème* par exemple, il est l’action elle-même. Cette caractéristique insolite ne se retrouve pas dans les systèmes de signes habituellement étudiés par les linguistes (1). Le praxème possède des traits qui le rendent étranger aux systèmes sémiotiques classiques : faisant partie d’un flux praxique continu, il n’est pas une unité discrète. Il ne fait pas partie non plus d’une production linéaire comme le langage mais de manifestations corporelles qui se déploient dans les trois dimensions. Le praxème n’est pas arbitraire comme le signe linguistique mais au contraire profondément « motivé » en fonction du sous-rôle sociomoteur amorcé, lui-même dépendant du système des règles. En outre, la propriété fondamentale de la langue, la double articulation, ne semble pas s’appliquer à l’action motrice quoi qu’en pensent les kinésistes* qui semblent bien s’être fourvoyés à cette occasion. Le code praxémique renvoie à des catégories d’action, à des sous-rôles et non à des catégories langagières. La spécificité* de l’action motrice* invite à ne pas plaquer platement les procédures linguistiques sur la communication praxique*.

37L’originalité du code praxémique intervient sur le mode de la complicité avec le partenaire et sur le mode de la duplicité contre l’adversaire. Elle témoigne de l’incertitude* issue de la relation à autrui. Cet aspect sémioteur fait irruption à titre capital dans les jeux sportifs. Aussi peut-on concevoir des formes d’éducation motrice et d’entraînement à la compétition* qui s’orienteraient délibérément vers la prise de conscience des processus d’encodage et de décodage praxémiques. Sollicitant davantage la représentation symbolique et les opérations sémiotrices que la répétition mécanique de formes gestuelles, cette orientation peut tout à la fois enrichir l’intervention éducative et accroître l’efficacité sportive.

38► Indice, sémiotricité, sous-rôle sociomoteur, signe, anticipation motrice.

BIBLIOGRAPHIE

39(1) Mounin (G.).- Introduction à la sémiologie. Paris : Les Éditions de Minuit, 1970.

PRAXÉOGRAMME

40■ Représentation graphique de la séquence des actes moteurs successivement accomplis par un individu ou un groupe qui exécute une tâche motrice*.

41Selon le niveau d’analyse auquel on se placera, les actes moteurs considérés comme unités de comportement* ou praxies* seront de taille différente. Ainsi, les unités d’action d’une course en montagne recouvriront des séquences praxiques* plus vastes que les unités d’action permettant d’analyser un franchissement de « cheminée ».

42Dans le cas d’un jeu sportif*, le praxéogramme devient un ludogramme*.

43► Ludogramme, tâche motrice, praxie, rôle sociomoteur, réseau des changements de sous-rôles sociomoteurs.

PRAXÉOLOGIE MOTRICE

44■ Science de l’action motrice*, notamment des conditions, des modes de fonctionnement et des résultats de la mise en œuvre de celle-ci.

45Cette science de la praxis motrice se propose de mener une étude cohérente et unitaire regroupant toutes les données pertinentes concernant cet objet spécifique. Elle vise à constituer un champ, le champ de l’action motrice, singulièrement délaissé par les recherches scientifiques contemporaines. Elle s’affirme face au morcellement que l’on constate aujourd’hui : les différents aspects de la motricité* sont en effet traités de façon parcellaire par des disciplines hétérogènes, par exemple sous l’angle de l’espace par la proxémie*, sous l’angle de la communication* par la kinésique*, sous l’angle du travail par l’ergonomie. Une étude fondamentale et unitaire semble aussi légitime que ces études fragmentaires. L’action motrice représente l’objet instaurateur de cette recherche scientifique originale.

UNE SCIENCE DE L’ACTION

Une technologie pour l’agent

46La première utilisation du terme « praxéologie » semble être due à Alfred Espinas dans un article intitulé « Les origines de la technologie » paru en 1890 dans la « Revue philosophique ». Commentant ce néologisme, Roger Daval (5) précise que le sens du terme, ainsi que le suggère d’ailleurs le titre de l’article, est proche de celui de « technologie » : Espinas envisage les conditions et les règles de l’efficacité de l’action.

47Les premiers à avoir proposé une problématique rigoureuse de l’action-décision assortie de solutions concrètes sont certainement les mathématiciens. Et paradoxalement, sous cet angle, ils se retrouvent eux aussi du côté de l’efficacité technologique : ils conseillent joueurs et hommes d’action. En réfléchissant sur les jeux de hasard, en fondant le calcul des probabilités et la notion d’espérance mathématique (le règlement des joueurs doit être « proportionné à ce qu’ils avaient le droit d’espérer » lit-on dans le « Traité du triangle arithmétique » ((6), p. 115)), Pascal a jeté les bases d’une véritable « praxéologie mathématique » pour reprendre une expression de Marc Barbut (1). Cette étude de l’aléatoire et de l’art de conjecturer a mobilisé de nombreux « géomètres » de grand renom : Fermat, les Bernoulli, Laplace, Poisson, Gauss, Borel... C’est dans cette perspective, par exemple, que l’encyclopédiste mathématicien Condorcet fonda sa « Mathématique sociale ». Tout le courant moderne de la théorie des jeux* s’inscrit dans le droit fil d’une mathématique de l’action et de la décision.

Une science de l’action

48Une ambition plus vaste s’est manifestée en psychologie : placer le concept d’action au foyer de toute réflexion. Le psychanalyste Charles Baudouin s’est interrogé à ce sujet dès 1941 : « En demandant quel est l’objet de la psychologie, écrit-il, on pourra dire (...) qu’aujourd’hui la psychologie tend à devenir la science de l’action » ((2), p. 524). Il souligne combien est nécessaire la reconnaissance d’un phénomène qui servirait de « commune mesure à beaucoup d’autres » ; ce « phénomène-étalon » (p. 522) lui paraît être l’action. À la source de cette conception, il n’hésite pas à reconnaître des auteurs tels Ribot, Janet et Freud. Plus près de nous, on peut considérer l’œuvre de Piaget comme une étude de l’action en tant que celle-ci est à l’origine de la connaissance.

49Encore plus englobantes, certaines tentatives vont poser le concept d’action au centre de l’ensemble des sciences sociales. C’est le point de vue développé par T. Parsons et E. Shills dans leur ouvrage « Vers une théorie générale de l’action » paru en 1951. Ces auteurs avancent les prémisses d’une conception unitaire regroupant à l’aide de concepts communs les connaissances foisonnantes, mais éparses et cloisonnées, des sciences humaines. Cette perspective à dominante sociologique peut être interprétée comme une théorie de l’action qui se propose avant tout d’unifier le champ des sciences sociales. À vrai dire, nombreux sont les sociologues qui ont abordé des thèmes sociologiques majeurs sous l’angle de l’action, de Vilfredo Pareto à Alain Touraine. Tout récemment, Raymond Boudon ne définit-il pas la sociologie comme « une théorie générale de l’action » ((3), p. 257, 288) ?

Un double point de vue nécessaire

50Dégageant l’intérêt du concept d’action dans le développement de la psychologie sociale moderne, Roger Daval insiste sur « la très nécessaire distinction entre science de l’acteur et science pour l’acteur » (5). Cette distinction semble en effet capitale : dans le premier cas, on étudie de l’extérieur des phénomènes d’action comme le ferait une science de la nature ; dans le second cas, on tente de prévoir les moyens d’agir les plus efficaces au profit d’un individu engagé dans une situation précise.

51Il est frappant de retrouver cette dualité au cœur des difficultés éprouvées par la réflexion dans le domaine des activités physiques et sportives. Le rapide survol précédent a évoqué ces deux grandes orientations possibles. On peut concevoir une science générale de l’action dans l’optique de Parsons : il y correspond une praxéologie motrice recherchant l’intelligibilité de tout le champ de la motricité, sans le souci lancinant de l’application pratique immédiate. On peut aussi envisager une science ou une technologie scientifique au service du sujet en situation comme le proposent Espinas ou Pascal : il y correspond les règles d’entraînement sportif et de comportement* praxique* liées à l’efficacité d’une intervention concrète ; et cela aussi bien pour le pratiquant que pour l’entraîneur ou le motricien*.

52Ces deux perspectives sont différentes mais chacune renvoie à l’autre. Ainsi que l’affirme Roger Daval, il conviendra de « conserver à la fois ces deux centres de perspective » ((4), p. 49) et « il faudra nous résigner à passer plusieurs fois, selon la nature des questions psychosociologiques traitées, d’un point de vue [à l’autre] » ((4), p. 98). Cette ligne de partage épistémologique est fondamentale ; nous la retrouverons constamment lors de l’analyse des pratiques motrices. Loin d’opposer une fin de non-recevoir au développement d’une praxéologie motrice, elle en précise les conditions de validité.

UNE SCIENCE DE L’ACTION MOTRICE

53D’entrée de jeu, soulignons que la praxéologie motrice est beaucoup moins ambitieuse que les théories de Baudouin ou de Parsons. Elle ne nourrit pas le projet de couvrir toutes les actions humaines et encore moins d’unifier les sciences sociales. Plus simplement, elle envisage d’étudier l’action spécifiquement motrice, celle qui prend sens et réalité dans une mise en jeu corporelle, dans l’actualisation de conduites motrices*. Si le champ est vaste – situations motrices* de jeu, de loisir, de travail – il a ses limites.

54Il n’en reste pas moins que les deux perspectives dégagées par Roger Daval vont ici aussi entrer en concurrence : une science de l’action motrice étudiant les phénomènes de l’extérieur comme le ferait un physicien et une science au service de l’individu agissant aux prises avec les exigences d’une tâche concrète. C’est bien cette dualité, fort mal perçue, qui sous-tend le violent conflit opposant, dans le domaine du sport* et de l’éducation physique*, la théorie à la pratique.

55En réalité, ces deux perspectives sont complémentaires et tout progrès réalisé dans l’une peut être bénéfique à l’autre. Cependant, il faut en prendre son parti : ces deux points de vue ne seront jamais superposables. Jouer au volley-ball ou à la Balle au but, intervenir sur un terrain de basket-ball ou entraîner des gymnastes n’est pas réductible à la stricte application d’un corps de connaissances traitant de la motricité. Chaque situation du terrain est différente des autres, possède ses propres variations de paramètres, est médiée par des relations inter-personnelles uniques, bref détient une originalité imposant des réponses particulières. Une synthèse pragmatique nouvelle est toujours requise. Les pratiques motrices et les pratiques pédagogiques ne sont pas strictement déductibles d’un corpus théorique général.

56Pratique d’influence visant à modifier les conduites motrices des participants dans un sens jugé désirable, l’éducation physique impose sur le terrain la perspective de l’individu en situation. Elle ne se confond donc aucunement avec la praxéologie motrice proprement dite dont la construction théorique la déborde largement ; elle peut cependant s’inspirer avec un immense profit du corps de connaissances fourni par cette recherche. Les connaissances praxéologiques éclairent en effet les modalités de fonctionnement des situations motrices soumises à des normes et à des contraintes de tout type ; elles peuvent donc, entre autres, s’intéresser de façon privilégiée au fonctionnement des situations motrices dont les normes sont de type pédagogique. Et il conviendra bien sûr de repenser ces données générales dans le cadre d’une technologie d’intervention s’insérant dans une situation motrice toujours particulière.

57Les pratiques suscitées par le sport, pratiques régies par des normes institutionnelles de temps, d’espace et d’interaction, offrent, par leur clôture et leur limitation même, un champ d’étude praxéologique de choix. Mais elles ne représentent qu’un sous-ensemble restreint du vaste ensemble des situations qui ressortissent à la praxéologie motrice ; jeux sportifs institutionnels*, jeux sportifs traditionnels*, expression corporelle, certaines situations de travail et de la vie quotidienne, activités physiques libres.

58Parmi d’autres termes éventuellement disponibles tels que « kinologie* » ou « motorologie » par exemple, le vocable « praxéologie » a été préféré dans la mesure où il n’est pas lesté des pesanteurs bio-mécaniques du corps-machine et donc davantage disponible pour une synthèse originale qui pourra prendre en compte l’ensemble des données de la personne agissante en relation avec le milieu.

59Centré sur la pertinence* praxique, ce lexique amorce des réponses aux questions qui interpellent ce champ praxéologique à l’état naissant. Il tente de dégager une problématique commune et une intelligibilité propre aux situations de mise en jeu corporelle définissant l’action motrice.

60► Action motrice, conduite motrice, pertinence, éducation physique, théorie des jeux.

BIBLIOGRAPHIE

61(1) Barbut (M.).- En marge d’une lecture de Machiavel : « L’art de la guerre » et la praxéologie mathématique. Annales, no 3, pp. 567-574. Paris : Armand Colin, mai-juin 1970.

62(2) Baudouin (Ch.).- L’âme et l’action. In : Daval (S.), Guillemain (B.).- Philosophie des sciences, pp. 521-528. Paris : PUF, 1950.

63(3) Boudon (R.).- La logique du social. Introduction à l’analyse sociologique. Paris : Hachette, 1979.

64(4) Daval (R.).- Traité de psychologie sociale. Tome I. Paris : PUF, 1963.

65(5) Daval (R.).- La logique de l’action individuelle. Paris : PUF.

66(6) Pascal (B.).- Traité du triangle arithmétique et traités connexes. In : œuvres complètes, pp. 91-171. Bibliothèque de la Pléiade. Paris : Gallimard, 1954.

PRAXIE

67■ Séquence de comportements moteurs* accomplie par un sujet intervenant dans une situation motrice* et considérée comme l’unité de base de l’action observée.

68Le sujet observé peut agir en isolé dans une situation psychomotrice* (ski, nage, golf, escalade...) ou interagir avec d’autres au sein d’une situation sociomotrice* (tennis, volley-ball. Balle au chasseur, judo...) ; dans ce dernier cas, on ne considère, pour les besoins de l’étude, que les comportements du sujet choisi, en négligeant ceux des autres intervenants. Dans le cas où plusieurs co-participants sont pris en compte dans l’accomplissement de la séquence motrice, on parle de sociopraxie* (« mur » en football, « mêlée » en rugby et plus généralement toute action tactique menée en commun par plusieurs joueurs).

69La définition proposée ne se fonde pas sur le fait que les comportements considérés sont accomplis en fonction d’une intention ou d’un objectif à atteindre : une telle proposition additive serait en effet tautologique. On remarquera cependant que de nombreux auteurs, tel J. Piaget par exemple, fondent explicitement la définition de la praxie sur la finalité poursuivie. On répondra qu’aucune conduite ne se déroule dans un vide psychologique ; toute action est orientée vers un but (l’approfondissement de cette question conduit à un autre problème particulièrement épineux : quelle est la part des processus inconscients dans le déroulement de la séquence examinée). Ce point accordé, la vraie difficulté surgit au niveau méthodologique : comment effectuer la segmentation des séquences praxiques observées ?

70Selon le point de vue et le cadre de recherche adoptés, le flux comportemental pourra être découpé en unités de nature et d’importance fort différentes. Considérons un volleyeur dont on observe le comportement au cours d’un match. On peut décider qu’une praxie correspondra au comportement associé à un coup* du jeu. On peut encore choisir, comme unité d’analyse, chaque rôle sociomoteur*. Si l’on souhaite une analyse plus fine, on retiendra le niveau du sous-rôle sociomoteur*. Enfin, il est parfaitement possible de se fixer sur des séquences techniques encore plus restreintes, possédant une importance d’exécution capitale : course d’appel, impulsion, armé, frappe... Toutes ces unités, très dissemblables, sont des praxies ; elles s’insèrent dans des cadres d’analyse différents ; à chacune d’entre elles, y compris aux plus restreintes, on peut associer une intention ou un objectif plus ou moins limité à atteindre, ce qui confirme le caractère non différentiel de cette donnée. À tout micro-acte peut correspondre un micro-but. La segmentation possède donc une part inéluctable d’arbitraire ; elle trouve sa légitimité dans un cadre théorique de référence qui lui assigne ses caractéristiques. Dans les cas par exemple où l’observation porte sur les phénomènes d’interaction*, les praxies définies seront choisies de manière à comporter une communication* ou une contre-communication*.

71Le ludogramme* illustre un découpage de l’activité selon les sous-rôles sociomoteurs (cf. figure 20). Dans les cas où l’action motrice* est moins organisée que dans un jeu codifié (randonnée de pleine nature, activité de loisir, actes de la vie quotidienne...), on doit faire un choix délicat entre des praxies de taille plus ou moins importante. L’observateur déterminera la segmentation praxique* en fonction de ses hypothèses de travail : le praxéogramme* correspondant reflétera alors le point de vue adopté.

72► Comportement moteur, ludogramme, praxéogramme, coup (du jeu), sous-rôle sociomoteur.

PRAXIQUE

73■ Qui se réfère à la praxis motrice, à l’action motrice*.

74► Action motrice, fonction praxique, tâche motrice, praxéologie motrice, communication praxique.

PRÉACTION

75 Processus essentiel de sémiotricité* accompli par un ou plusieurs pratiquants dont l’action motrice* préparatoire vise à créer ou à imposer les conditions les plus favorables à leurs prochains actes de jeu.

76Tout joueur est un joueur en projet. Pour que son projet prenne corps et réussisse, le participant doit prévoir et pourvoir, c’est-à-dire qu’il doit décoder le comportement* d’autrui et encoder le sien de façon opportune. Dans ce jeu sémioteur de détection et de production d’indices*, le pratiquant doit constamment décider et anticiper.

ANTICIPER ET IMPOSER

77Le concept de préaction est cependant plus large que celui d’anticipation*, particulièrement dans le cas des situations sociomotrices*. En effet, d’une part, une préaction peut englober les anticipations motrices simultanées et coordonnées de plusieurs joueurs (aspect synchronique) ou les anticipations successives et enchaînées d’un ou de plusieurs participants (aspect diachronique) ; d’autre part, elle concerne également l’intervention d’un joueur qui tente d’imposer à d’autres intervenants un type donné de comportement : ainsi le pongiste ou le joueur de tennis se placera-t-il sur le terrain en léger décalage afin d’inciter son adversaire à jouer sur son coup droit, le rugbyman vers qui monte l’adversaire porteur du ballon se rabattra-t-il en direction du milieu du terrain pour encourager l’attaquant à s’engouffrer dans l’intervalle apparemment libre du côté de la touche, là où le défenseur sait que ses partenaires attendent le porteur de la balle pour le stopper.

78La préaction ne se limite donc pas à une adaptation de dépendance aux actes prévisibles d’autrui ; elle est aussi à la base des décisions motrices* du joueur lorsqu’il tente d’influencer les autres en leur imposant un type de comportement avantageux pour lui et ses coéquipiers. À vrai dire, la préaction représente un processus sémioteur de va-et-vient continuel entre ces deux facettes indissociables de l’interaction motrice* : l’influence reçue et l’influence exercée.

79Toujours associée à un projet tactique, la préaction est électivement liée aux contraintes temporelles : il faut « précéder » l’obstacle ou les autres joueurs ; mais elle dépend également de l’espace, des engins et souvent d’autrui : placement et déplacement, occupation du terrain, préparation des appuis et des prises, marquage et démarquage, recherche de la bonne distance... Un kayakiste qui pagaie vigoureusement pour se placer à l’intérieur du virage alors que celui-ci est encore loin en avant, un relayeur de quatre fois cent mètres qui déclenche son démarrage bien que le porteur du témoin soit encore loin en arrière, un gardien de but qui sort de sa cage pour boucher un angle de tir, un pilier qui « se place » en mêlée, un avant de hand-ball qui démarre à la zone alors que son ailier fixe deux adversaires en « armant » son bras tireur, illustrent des conduites de préaction.

80Dans les jeux d’équipes, la préaction engage une très délicate coordination au cours de laquelle les joueurs sans ballon tiennent fréquemment un rôle capital. Partenaires et adversaires doivent décoder des conduites motrices*, identifier des praxèmes*, se méfier des pseudo-praxèmes de feinte et se représenter en permanence l’action en cours sur le mode du futur. Les capacités sémiotrices des participants deviennent ici fondamentales. Lorsque le ballon parvient à un joueur qui a préagi* avec opportunité, il est alors immédiatement jouable avec efficacité ; l’adversaire qui n’a pas préagi sera « passé » dans la majorité des cas. On dit parfois du joueur efficace qu’« il a reçu la balle sur un plateau » : en réalité, en préagissant de façon accordée avec le jeu de ses partenaires, il s’est lui-même créé de telles conditions facilitantes.

81Le spectateur est souvent happé par le spectacle de la balle et des échanges qui la sollicitent directement (communication* et contre-communication motrices*). En fait, les événements-clefs du déroulement du jeu ce sont des interactions indirectes* plus discrètes, les préactions précisément, qui vont créer les conditions d’accomplissement des actes d’utilisation directe du ballon. Étroitement liée au projet des joueurs décidants, déclenchant une subtile activité sémiotrice, la préaction est au cœur des stratégies déployées sur le terrain.

UN APPRENTISSAGE NOUVEAU

82Cette conception de la préaction peut susciter une façon de jouer et des modes d’entraînement originaux. On peut en effet fonder l’apprentissage moteur sur une recherche systématique de la prise de conscience des conduites de préaction. Le pratiquant apprend alors à « lire » le milieu, à déceler les indices et les praxèmes, à aller au devant d’eux.

83En situation psychomotrice, l’individu agissant se rend compte du primat de l’environnement. Le kayakiste, le skieur, le véliplanchiste, le plongeur sous-marin, le libériste décèlent de plus en plus rapidement les indices pertinents qu’ils traduisent sur le champ en conduites de pré-affrontement. L’éducation motrice privilégie alors le décodage sémioteur* : elle devient un traitement de l’information issue du milieu en termes de conduites préparatoires.

84En situation sociomotrice*, le décodage et l’encodage sémioteurs deviennent les phénomènes majeurs dont dépendent directement les comportements de préaction. Le joueur de sport collectif apprend ainsi à intervenir et à jouer de façon très efficace avant qu’il n’ait reçu la balle. Bien qu’ils passent souvent inaperçus, ces comportements sont les plus importants du jeu : ils représentent l’occasion pour le pratiquant d’imposer son projet grâce à des actes préparatoires qui rendent alors sa réussite hautement probable (démarquage, surnombre, intervalle favorable...). Bien entendu, le joueur doit pouvoir être « lu » par ses partenaires qui accordent leur propre préparation à la sienne. Cette stratégie de préaction déroute l’adversaire, l’empêche de jouer « à sa façon », lui impose d’être sur un qui-vive épuisant. Menée à son terme, elle s’accompagne d’un apprentissage systématique de la feinte et des praxèmes de dissimulation. Les joueurs apprennent à préagir entre eux en sociopraxies* de connivence, mais tout en provoquant la méprise chez l’adversaire. Il s’agit de brouiller les cartes, de brouiller les codes* en multipliant les sources d’incertitude* : le joueur apprend à mettre en œuvre des conduites motrices polysémiques de telle sorte que les praxèmes décodés deviennent erronés ou indécidables pour l’adversaire. Ces conduites sont habituellement laissées au hasard des talents individuels : elles mériteraient un apprentissage systématique en étant replongées dans un jeu d’équipe.

85L’apprentissage de la préaction place les mécanismes de la sémiotricité au cœur de l’action motrice. Alertant les processus d’empathie* et de décentration*, suscitant une myriade d’images mentales anticipatrices, cet appel à la représentation sollicite manifestement l’intelligence motrice*. On peut penser qu’une part importante des transferts d’apprentissage* s’appuiera sur ces phénomènes sémioteurs. Traditionnellement envisagé à partir de la forme extérieure des gestes et de données biomécaniques souvent très dissemblables : jeu au pied ou à la main, formes de déplacements, de passes et de tirs fort différents..., le transfert peut, à l’inverse, être fondé sur des principes d’interaction motrice et sur des attitudes sémiotrices (souvent très proches : décodage et encodage, anticipation, feinte, structures de démarquage, de surnombre, d’appui et de soutien...).

86Replacée dans le cadre global de la sémiotricité, la notion de préaction conduit à repenser aussi bien l’éducation motrice générale que la pratique de compétition de haut niveau.

87► Anticipation motrice, décodage sémioteur, sémiotricité, indice, praxème.

BIBLIOGRAPHIE

88(1) Conquet (P.).- La préaction en rugby. Mémoire pour le diplôme de l’INSEP, 1979.

PRÉAGIR

89■ Accomplir une préaction*, c’est-à-dire une séquence motrice (comportements*, postures) dont l’objectif est la préparation la plus efficace possible d’une action motrice* imminente.

90Préagir c’est anticiper, c’est subordonner l’action présente à son développement futur (tel qu’on se le représente) : par exemple amorcer un virage préparatoire avant une porte de slalom à ski, reculer vers le fond du court en tennis ou monter brutalement au filet selon le cas. Il s’agit de se mettre soi-même et/ou ses partenaires dans les conditions d’intervention les plus favorables au lieu et à l’instant les plus propices : dans les sports collectifs le joueur peut préagir aussi bien sur une balle arrêtée (coup franc, service, mêlée...) que sur une balle en circulation (démarrage sur l’aile pour se démarquer au football, placement en course en vue d’une balle à suivre au rugby, attaque sur permutation au volley-ball).

91Préagir sollicite de façon intense la fonction sémiotrice* ; l’individu interagissant doit abandonner son point de vue pour adopter celui d’autrui par un jeu continuel d’empathie* et de décentration sociomotrices*. À l’affût, il tente de pré-percevoir l’action amorcée en décodant les praxèmes* annonciateurs des comportements des autres joueurs. S’interrogeant en permanence sur l’évolution en germe dans la situation* en cours, le participant amorce la parade et s’apprête à la riposte. En allant au devant de l’action qui se dessine, le joueur se donne les moyens de l’infléchir à son avantage ; il lui faut agir suffisamment à l’avance pour désamorcer l’action adverse et imposer son propre projet. Les décisions* de préaction représentent la pierre d’achoppement de la stratégie motrice*.

92Savoir préagir est à la source de l’adaptabilité motrice ; apprendre à préagir définit l’un des objectifs-clefs de l’éducation physique*.

93► Préaction, empathie sociomotrice, décentration sociomotrice, décision motrice, stratégie motrice.

PRINCIPE D’ACTION ❀

94■ Mise en relation des éléments participant à l’organisation finalisée de l’action motrice* d’un ou de plusieurs sujets, qui guide cette action par l’accomplissement d’opérations aux effets observables.

95Les schémas d’action mis en œuvre par l’application de ces principes sont à la source de toute stratégie* d’intervention. Ils peuvent se situer à des niveaux très variables : on les observera par exemple dans l’organisation d’une course d’élan de saut en longueur qui prévoit des séquences distinctes repérables par des marques ou dans l’allongement maximum du chemin d’impulsion lors des lancers ; on les observera également dans la recherche du démarquage en sport collectif, dans une tactique d’équipe en sortie de mêlée au rugby ou dans une réplique d’attaque smashée en volley-ball après la remontée du service adverse.

AU CŒUR DU TRANSFERT

96À vrai dire, dès l’instant où la conduite motrice* est considérée comme centrale, les principes qui orientent cette conduite ne peuvent que s’emparer des premiers rôles. Le sujet étant mis au centre de la scène, la façon dont il organise son action motrice, les principes qu’il met en œuvre en vue d’atteindre ses objectifs deviennent alors le fil d’Ariane de ses conduites. L’importance des principes d’action motrice nous a paru si marquante que nous avons placé ces attitudes au centre de la problématique des transferts d’apprentissage*. Dans un article de 1969 (2) qui proposait un plan expérimental pour tester l’apprentissage et le transfert, nous postulions que la « prise de conscience des principes psychomoteurs d’exécution favorise l’apprentissage d’un parcours nouveau », en soulignant que « l’adaptabilité reposerait ainsi fondamentalement sur un transfert de principes, un transfert d’attitudes ». L’enjeu est d’importance : c’est l’ensemble de la problématique de l’appren-tissage et du transfert qui va graviter autour de cette notion de principe d’action motrice.

97Ces principes praxiques* s’appuient bien entendu sur des données cognitives : évaluation des distances et des vitesses, estimation des forces mobilisées, appréciation des probabilités de survenue des événements, anticipation* des actions permettant d’aller au devant du futur immédiat. Ce serait cependant une erreur de limiter les principes d’action aux seuls calculs cognitifs : dans certains cas, la personne agissante sera influencée par des affects liés à ses attractions et à ses répulsions. L’organisation des conduites du pratiquant ne suit pas nécessairement une froide rationalité impersonnelle : les actes tactiques d’un joueur vont tenir compte de ses émotions, de ses amitiés et de ses inimitiés ; les coups de volant et les accélérations d’un pilote de Formule 1 vont dépendre de sa maîtrise émotive ; les choix d’un skieur ou d’un céïste de descente seront liés à ses prises de risque.

98D’entrée de jeu, il convient de distinguer deux catégories majeures de principes d’action dont les caractéristiques sont nettement différentes : les principes psychomoteurs et les principes sociomoteurs qui vont ainsi engendrer deux grands domaines d’action* franchement distincts. Dans le premier cas, les opérations déclenchées par le pratiquant ne s’appliquent qu’à ses rapports avec l’environnement matériel soumis au déterminisme laplacien, en dehors de l’intervention d’un autre centre de décision* (triple saut, barre fixe, natation, haltérophilie, ski, parapente, surf...). Dans le second cas, les opérations sollicitent simultanément plusieurs participants qui sont autant de centres d’action interférant en continu, selon des décisions subjectives qui se composent de façon difficilement prévisibles (football, escrime, tennis, Balle assise, Barres...).

LES PRINCIPES D’ACTION DE TYPE PSYCHOMOTEUR

99En situation psychomotrice*, si l’environnement matériel est stable et standardisé, la prise d’information et la prise de décision n’ont rapidement plus lieu d’être : le principe d’action se mue alors en un véritable algorithme moteur qui prescrit de façon ordonnée les différents actes successifs à exécuter pour obtenir le but recherché. L’entraînement consiste en ce cas à aboutir à une programmation du comportement moteur*. Le principe d’action est opérationnalisé sous forme d’un stéréotype moteur* très performant qui tente de reproduire au plus près le modèle technique jugé idéal pour ce pratiquant (stéréotype dynamique qui accepte bien entendu les variations inévitables dues aux aléas du moment et de l’état de forme de l’intervenant). Ainsi, les principes d’action du saut en hauteur qui se manifestent dans la course d’élan, la montée du corps ou l’esquive de la barre, ont été opérationnalisés selon des modalités d’exécution fort différentes au fil des années en fonction du modèle* le plus en faveur : les techniques de franchissement costal, puis ventral, des années cinquante ont été supplantées par la technique de franchissement dorsal après le succès olympique de Dick FOSBURY en 1968. On observe la même recherche d’efficacité dans l’opérationnalisation des principes d’action en lancer de javelot (lancer en rotation à l’espagnole, désormais interdit), lancer de poids (en sursaut dorsal ou en rotation), natation (techniques de nage, de virage) ou gymnastique aux agrès. Dans ce large domaine d’action, dépourvu d’incertitude issue de l’environnement matériel, la logique interne* rend prévalentes les capacités brutes d’adaptation corporelle et organique. Aussi les principes d’action sont-ils à dominante biomécanique, ce qui ne sera plus le cas des principes sociomoteurs qui reposeront sur la communication motrice*, la perception des autres et l’anticipation de leurs projets d’action.

100Lorsque la situation psychomotrice laisse une place importante à l’imprévu extérieur, c’est-à-dire à l’incertitude liée au milieu physique, les principes d’action ne peuvent plus se couler dans le moule prédéterminé d’un stéréotype (escalade, VTT, planche à voile, canoë-kayak, ski). Ils s’inscrivent dans des stratégies qui ne sont plus des invariants mais des schémas souples qui dépendent du niveau des pratiquants et du risque accepté. Ces principes psychomoteurs ne sont plus des stéréotypes ; ils invitent à des prises de décision de type conditionnel : « Si tel événement survient, j’agis de telle façon, sinon je fais cela... ». Surgit ainsi un espace de décision où le pratiquant évalue en un clin d’œil la situation et choisit sa conduite motrice d’adaptation. Ces principes d’action sont liés au décodage sémioteur du milieu : indices prélevés sur la paroi de la falaise, la surface de l’eau, les pentes de neige et de glace, les fondrières du terrain... Ils peuvent être l’objet d’un apprentissage conscient et verbalisé. Ce serait même l’un des objectifs de l’éducation physique* que de faire prendre conscience aux élèves de l’intervention de ces principes psychomoteurs dont la dimension cognitive est évidente.

LES PRINCIPES D’ACTION DE TYPE SOCIOMOTEUR

101Les principes d’action de type sociomoteur offrent en général une marge d’interprétation beaucoup plus large. Quelques situations sociomotrices* bien typées offrent cependant des enchaînements d’actions qui se déroulent comme d’étonnants mécanismes d’horlogerie. Dans les pratiques de pure coopération par exemple, les principes d’action deviennent parfois de véritables algorithmes moteurs : il en est ainsi du patinage en mixte ou de l’aviron en équipage, activités dans lesquelles les gestes sont réglés au millimètre et au dixième de seconde près. N’étant contrecarrée par aucun obstacle, chacun aidant chacun, la coopération a le champ libre pour assurer les synchronisations gestuelles les plus audacieuses.

102Dans certaines situations de jeux collectifs, éventuellement même de duels*, les principes d’action peuvent se rapprocher d’un algorithme, notamment sur balle arrêtée : coup franc, corner, penalty, transformation, service de tennis ou de volley-ball. En interdisant l’empiètement des territoires, le volley-ball autorise des combinaisons de relance que l’on peut monter à l’entraînement sous forme d’automatismes collectifs bien huilés ; les tentatives de ce type en rugby, sur touche ou sortie de mêlée, sont beaucoup plus vulnérables car l’adversaire, au contact, peut éventuellement déjouer à temps l’exécution des opérations.

103En dehors de ces cas relativement limités, les situations sociomotrices ne se reproduisent jamais à l’identique : aussi le joueur doit-il disposer de principes d’action suffisamment souples pour réussir à s’adapter à chaque nouvelle situation. L’interaction motrice* avec partenaires et adversaires fait surgir des actions neuves résultant de la composition de plusieurs centres de décision qui s’épient, s’affrontent, s’opposent ou coopèrent. C’est là que des principes – et non pas des règles d’action trop rigides – sont nécessaires : principe de marquage-démarquage, surnombre, préaction*... Ces principes seront opérationnalisés à des niveaux très différents : à l’échelon de l’équipe (défense de zone, défense individuelle, 4-3-3...), d’un groupe de joueurs (ciseaux, aiguillage, écran, passe et suit, une-deux...), à l’échelon interindividuel (« pressing », corps-obstacle, dribble, action de première intention masquant une action de seconde intention en escrime...).

PRINCIPES D’ACTION ET TRANSVERSALITÉ

104Il semble avéré que certains de ces principes sont communs à plusieurs spécialités et présenteraient alors, sous certains aspects, un caractère « transversal ». Il peut être enrichissant pour les élèves que le motricien* leur fasse prendre conscience de ces communautés de structure d’action. Il est tentant d’envisager des transferts d’apprentissage, de pratique à pratique, sous l’angle de ces principes sociomoteurs transversaux. Cette hypothèse est séduisante et en harmonie avec une conception des conduites motrices qui accorde une place à la dimension cognitive.

105Cependant, avant de conclure à l’existence d’un transfert, il conviendra de mener sur le terrain des expérimentations rigoureuses qui exhiberont des résultats incontestables. Observe-t-on des effets de transfert, positifs ou négatifs ? Entre quels types de pratiques ? Dans quelles conditions ? Avec quelles catégories de pratiquants ? À quel niveau de l’action motrice ces transferts se manifestent-ils ?

106Quand le principe d’action est opérationnalisé, il prend corps dans des conduites praxiques originales, propres à chaque spécialité et liées à des particularismes de logique interne : balle traitée à la main ou au pied, avec une raquette ou un club, contacts corporels interdits ou autorisés, espaces d’action très dissemblables, réseaux de communication* variés, objectifs à atteindre extrêmement disparates. Pour un principe d’action considéré comme transversal à un degré de généralité élevé (démarquage, préaction, décodage sémioteur*, défense de zone...), la logique interne de chaque jeu sportif induit des comportements moteurs pouvant être fort différents les uns des autres. Aussi, pour un principe donné, les transferts ne sont-ils pas d’apparition certaine et immédiate, loin s’en faut ! Fût-il cognitivement bien assimilé, un principe d’action ne peut être effectivement actualisé que si l’individu agissant se révèle capable d’accomplir sur le terrain les techniques d’exécution indispensables, répondant par exemple à la maîtrise du ballon, de la raquette, de la pagaie, des skis... Et encore faut-il que le pratiquant identifie avec pertinence la situation et les principes à mettre en œuvre !

107Un principe d’action qui serait non opérationnel* ne constituerait qu’une proposition vague et spéculative sans grand intérêt. Ne méritent donc d’être pris en considération que les principes praxiques réellement opérationnels, c’est-à-dire transposables en opérations observables ; notons que ce caractère opérationnel revêt des modalités extrêmement variables d’une pratique à l’autre, selon l’éventuelle automatisation adoptée par le comportement, selon les instruments utilisés ou selon le type de communication enclenchée avec autrui.

IDENTIFIER LES PRINCIPES À METTRE EN ŒUVRE

108Avancer la notion de principe d’action sous-entend que le sujet agissant se donne une représentation de la situation lui permettant d’identifier précisément les principes à mettre en œuvre. Cette identification peut se faire spontanément sur un mode intuitif ou correspondre à une analyse réfléchie. L’éducateur cherchera à faire prendre conscience à ses élèves de ces processus abstraits : il les incitera à identifier le type de problème à résoudre, acquérir les meilleures procédures de traitement de l’information, composer avec leurs réactions émotives et réfléchir sur leurs propres stratégies de réponse motrice. Ce retour sur soi, sur ses propres procédures mentales, renvoie à des mécanismes au second degré de méta-cognition, dimension indiscutable de l’intelligence motrice.

109L’originalité des pratiques ludosportives est de convertir ces principes cognitifs en conduites motrices ajustées à la situation : il ne suffit pas de comprendre comment s’effectue un soleil à la barre fixe, l’esquimautage en kayak, un revers croisé en tennis ou un dribble de débordement en football, il faut aussi être capable de les réaliser sur le champ. Selon la qualité de cette conversion du cognitif en praxique, l’accomplissement des actions d’une part, et leur transfert éventuel dans des activités proches d’autre part, tendront ou non vers la réussite.

110C’est l’existence de ces principes d’action transversaux, c’est-à-dire généralisables partiellement au sein d’une classe d’activités, qui fonde l’intérêt de l’éducation physique. Si ces principes n’étaient qu’illusion, les différentes activités motrices s’accompliraient de façon indépendante, sans interférence les unes avec les autres. Et l’éducation physique se réduirait alors à une somme d’apprentissages de techniques sportives variées et juxtaposées. Ce que l’on apprendrait à propos de l’une ne pourrait être réinvesti efficacement afin de mieux apprendre l’autre. À moins de limiter l’apprentissage à des phénomènes de conditionnement ou à de simples transpositions bio-mécaniques, l’hypothèse du transfert de principes d’action s’impose avec force. Bien entendu, le transfert ne s’accomplit pas de façon automatique ; il est à rechercher, dans certaines conditions, à l’intérieur des domaines d’action respectifs dont les caractéristiques de logique interne sont précisément à la source des principes d’action.

111S’appuyant sur la représentation que le sujet agissant se fait de l’action à accomplir, les principes psychomoteurs et sociomoteurs témoignent de la participation active de ce sujet qui reste ainsi, avec ses réflexions et ses émotions, au centre des processus d’apprentissage et de transfert.

112► Domaine d’action motrice, transfert d’apprentissage, logique interne, algorithme moteur, éducation physique.

BIBLIOGRAPHIE

113(1) Le Ny (J.F.), de Montpellier (G.), Oléron (G.), Flores (C.).-Apprentissage et mémoire. Traité de psychologie expérimentale (IV), sous la direction de Fraisse (P.) et Piaget (J.). PUF, 1964.

114(2) Parlebas (R), Vivès (J.).- Apprentissage et transfert en éducation physique.- Projet de recherche psycho-pédagogique. Education Physique et Sport, no 99bis, sept. 1969.

PROXÉMIE (OU PROXÉMIQUE)

115■ Discipline scientifique qui étudie l’organisation signifiante de l’espace des différentes espèces animales et notamment de l’espèce humaine.

LES RECHERCHES PROXÉMIQUES

116Ce néologisme est dû à l’anthropologue américain Edward Hall (vers 1963), dont les travaux ont délibérément choisi comme objet l’espace dans sa signification culturelle. Bien entendu, de nombreuses recherches antérieures, éthologiques ou sociologiques avaient mis en évidence le rôle de l’espace et de la régulation des distances dans la dynamique des conduites. C’est à Hall cependant que revient le mérite d’avoir systématiquement exploré ce domaine sous ses différentes facettes, en y introduisant notamment le point de vue différentiel et interculturel (1,2).

117Hall définit la proxémie comme « l’ensemble des observations et théories concernant l’usage que l’homme fait de l’espace en tant que produit culturel spécifique » ((2), p. 13). Ses recherches portent sur les aspects des comportements directement liés aux « territoires », aux frontières, aux distances de communication, aux espacements interindividuels. La proxémie insiste sur le fait que les frontières d’une personne débordent en réalité les limites physiques de son corps : chaque individu annexe inconsciemment un espace proche, ainsi vécu comme partie intégrante de lui-même. L’étendue de cette « enveloppe spatiale » est sous la dépendance des normes culturelles qui imprègnent l’individu et induisent ses réactions, souvent même à son insu. Le mécanisme des espacements et de l’occupation des lieux n’est pas « naturel » comme on le croit habituellement : il varie profondément en fonction des usages sociaux et de l’habitus*.

118L’utilisation de l’espace, tant dans les conduites intimes que dans les réalisations collectives (urbanisation, aménagement du territoire, plan des villes) reste sous l’emprise des systèmes culturels. Bien entendu, on pourrait montrer que l’emprise culturelle doit composer avec des facteurs individuels, psychologiques ou biologiques, mais la proxémie s’attache essentiellement à mettre en évidence les influences sociales, à vrai dire peu étudiées dans le passé. L’homme fait usage des distances et des territoires en les chargeant de sens ; quand il converse, gesticule et se déplace, il organise ses comportements spatiaux en un système de conventions codé à l’intérieur du processus de communication. Cette organisation codée, dépendante des nonnes sociales, est si rarement consciente qu’elle a été nommée la « dimension cachée » (2).

119Hall souligne combien le monde sensoriel de l’individu, qui témoigne du rapport à l’espace, varie selon la culture d’appartenance : le rôle de la vue, de l’olfaction ou de la kinesthésie est sous la dépendance des manières sociales habituelles de communiquer, d’agir et de penser. Cette organisation est rarement perçue de manière lucide : aussi des usages insolites des lieux et des distances de relation, observés par exemple dans le comportement d’un étranger au groupe, sont-ils souvent ressentis comme choquants sinon scandaleux. Profondément enracinés dans les mécanismes de perception et d’action, les schèmes spatiaux coutumiers, dès que perturbés, entraînent fréquemment des réactions agressives et des conflits relationnels.

L’ESPACE LUDOSPORTIF*

120Les analyses proxémiques éveillent un écho dans le inonde du jeu sportif*. En effet, les traits de l’espace ludomoteur font partie de la logique interne* des situations motrices*. Hall signale à plusieurs reprises que les perceptions variées de l’espace, nées des différentes cultures, sont à la source d’incompréhensions et de malentendus. Or, le sport* prend ce constat à contre-pied : l’adoption des normes sportives, la standardisation des lieux et des engins qu’il impose, conduisent au contraire dans ce secteur à une sorte d’universalité des comportements humains.

121L’espace intervient de façon majeure dans le fonctionnement des pratiques : sous forme de distances à parcourir, de cibles matérielles (« cage » de football, « panier » de basket-ball) ou humaines (corps de l’adversaire en boxe ou à l’épée), sous forme de sous-espaces compartimentés (« zones », couloirs, en-but, « prison », « coin », « camp »). L’influence des distances d’interaction* est capitale : c’est d’ailleurs elle qui fonde les notions de distance d’affrontement moteur*, de distance de garde* et de distance de charge* ; c’est encore elle qui est liée à l’espace individuel d’interaction*. La présence ou non d’incertitude* associée à l’environnement est un trait capital du fonctionnement des situations ludomotrices. La dimension domestication/sauvagerie* en illustre les modalités foisonnantes : de la conduite de décision motrice* face à l’imprévu, au comportement* programmé et bien huilé du stéréotype moteur*.

122L’espace ludosportif représente manifestement un thème majeur de la réflexion praxéologique. Profondément lié aux autres aspects du jeu sportif, il souffrirait cependant d’être traité de façon isolée. Aussi les universaux* se réfèrent-ils pour une part importante aux contraintes spatiales : réseaux des rôles* ou des sous-rôles sociomoteurs*, codes praxiques*, systèmes d’interactions de marque*, réseaux des communications motrices*. Il ne pouvait en être autrement : l’action motrice*, dans son déroulement même, est étroitement tributaire de son lieu physique et symbolique d’accomplissement. On connaît l’importance accordée aux dimensions des terrains, aux surfaces de jeu, à l’emplacement des lieux-cibles ; on sait les subtilités des déplacements réglés dans ces territoires d’affrontement (« marcher », « reprise de dribble », « retour en zone », « en-avant », obstruction). L’espace est bel et bien partie prenante dans les aspects-clefs de la logique interne du jeu : communication et contre-communication*, décodage sémioteur*, sauvagerie et vertige, gain à la marque* et réussite.

123Le point de vue proxémique est débordant d’intérêt. La praxéologie motrice* se propose d’étudier l’espace dans ses implications ludomotrices mais en le réinsérant dans une réalité plus vaste prenant également en compte le temps, les statuts* et rôles sociomoteurs, les codes de communication, les sanctions de la marque. L’espace praxique apparaît ainsi comme un des éléments déterminants de l’action motrice.

124► Distance d’affrontement moteur, distance de charge, distance de garde, espace individuel d’interaction, domestication/sauvagerie.

BIBLIOGRAPHIE

125(1) Hall (Ed.).- Le langage silencieux. Marne, 1973.

126(2) Hall (Ed.).- La dimension cachée. Paris : Éditions du Seuil, 1971.

PSYCHO-CINÉTIQUE

127■ Méthode d’éducation physique* de base, à orientation dite « psychomotrice », élaborée et proposée par Jean Le Boulch.

128Après une quinzaine d’années de recherches passionnées, Jean Le Boulch a présenté sa conception de manière approfondie dans un ouvrage publié en 1966 : « L’éducation par le mouvement » (1). Cette défense et illustration de la psychocinétique expose les fondements de la méthode et propose à titre d’illustration de multiples exemples d’application et de nombreuses progressions d’exercices. L’auteur définit sa conception comme « une théorie générale du mouvement qui débouche sur l’énoncé de principes méthodologiques permettant d’envisager son utilisation comme moyen de formation » ((3), p. 174).

129La méthode psycho-cinétique se démarque résolument des méthodes répétitives d’apprentissage technique qui ont parfois été utilisées dans le domaine sportif. Elle cherche non pas à monter des savoir-faire techniques restreints mais à « développer des capacités fondamentales » ((I), p. 17). Elle veut doter l’enfant de la formation corporelle préalable qui lui permettra de s’adapter à toute activité ultérieure, que celle-ci appartienne au monde du travail ou au monde du loisir (le sport* par exemple). Elle se définit donc comme une éducation motrice de base qui s’appuie sur « le mouvement en vue d’assurer le développement intégral de la personne ».

130La psycho-cinétique fait fond principalement sur des données issues de la psychophysiologie et de la psychologie génétique. Le Boulch a commencé par distinguer des facteurs d’exécution (force, souplesse, vitesse, résistance...) et des facteurs psychomoteurs (chaînon perceptif et chaînon effecteur). Puis il affine cette analyse et propose des séries d’exercices qui ont pour objectif d’intervenir directement sur ces facteurs et ce, en fonction de l’âge et du niveau de développement de l’enfant : exercices de structuration du schéma corporel et d’ajustement postural, exercices de perception temporelle, d’organisation de l’espace ou de coordination dynamique générale.

131Ces exercices ont explicitement pour but une « intériorisation » de l’activité, une prise de conscience des mobilisations segmentaires et des contractions musculaires, des relâchements et du travail respiratoire. La psycho-cinétique propose une construction rationnelle du « corps propre » et un développement de la maîtrise corporelle à partir d’un recensement des « manques » de l’enfant ; elle organise la mise en œuvre de toute une palette d’exercices-problèmes conçus expressément pour combler ces manques.

132La convergence des perspectives neuro-motrice et génétique apparaît clairement dans l’importance cardinale accordée au concept de schéma corporel. « En psychocinétique, écrit Le Boulch, nous tentons de suivre fidèlement le développement psychomoteur de l’enfant afin de l’aider à construire l’arête centrale de sa personnalité qu’est son « schéma corporel » » ((3), p. 175).

133La psycho-cinétique s’inscrit dans le courant global des méthodes dites « psychomotrices ». Elle en est à coup sûr le représentant qui a exercé le plus d’influence, le représentant le plus élaboré et le plus achevé.

134► Psychomotricité, éducation physique, orthomotricité, motricien, pédagogie.

BIBLIOGRAPHIE

135(1) Le Boulch (J.).- L’éducation par le mouvement. Paris : Les Éditions sociales françaises, 1966.

136(2) Le Boulch (J.).- Vers une science du mouvement humain. Introduction à la psycho-cinétique. Paris : Les Éditions sociales françaises, 1971.

137(3) Le Boulch (J.).- Face au sport. De l’éducation physique en France depuis 1945 à la psycho-cinétique. Étude critique et perspectives. Paris : Les Éditions sociales françaises, 1977.

PSYCHOMOTRICITÉ

138■ Champ et nature des pratiques correspondant aux situations psychomotrices*.

UNE DÉFINITION OPÉRATIONNELLE

139Par psychomotricité, on désigne ici l’ensemble des pratiques dénuées de toute interaction motrice essentielle*. Cette définition opérationnelle recouvre ainsi les activités motrices qui s’effectuent en isolé, en l’absence de tout échange opératoire avec autrui ; on y retrouve une foule de situations de la vie quotidienne, du travail ou du loisir, une myriade d’activités plus ou moins spontanées et démunies de règles objectives précises. On y observe aussi des pratiques plus organisées ; certaines d’entre elles correspondent à des jeux sportifs traditionnels* : jeux de jonglage, Balle au mur, Toupie, Échasses, Osselets, Marelle. D’autres, beaucoup plus nombreuses, ont été institutionnalisées : saut en longueur, haltérophilie, poutre, 100 mètres brasse, ski, tir. Il est à noter que l’institution sportive accorde à ces activités un double privilège : quantitatif en encourageant leur accroissement numérique, qualitatif en épurant leurs conditions de pratique vers un modèle exemplaire (cf. « classification* » et figures 1, 3, 4).

140Les contraintes institutionnelles tendent à stabiliser et à standardiser l’environnement : la psychomotricité autorisée par le contrat* ludosportif* favorise le ciselage de stéréotypes moteurs* magnifiant la performance humaine. En fonction de leur degré de codification des espaces et des engins, les situations psychomotrices s’étagent le long d’une dimension domestication/sauvagerie*. Ces pratiques sollicitent d’autant plus l’activité sémiotrice de décodage* du milieu qu’elles se situent plus près du pôle sauvagerie. Le champ d’analyse des conduites motrices* correspondantes est immense : polissage d’un automatisme moteur performant, détection des indices* pertinents, anticipation motrice*, décision* et stratégie*. La dimension affective alertée par la prise de risque corporel, par le rapport souvent violent et fantasmatique entretenu avec les éléments de la nature – la paroi abrupte, le rapide bouillonnant, la grotte sous-marine, le terrain survolé - est particulièrement riche en retentissements psychologiques.

UNE NOTION CONFUSE

Des significations divergentes

141La définition ici proposée est très éloignée de l’acception traditionnelle. À vrai dire, le sens habituel accordé au terme « psychomotricité » n’est pas clair ; cela tient à son histoire. Les adeptes de ce courant ne nient pas la confusion qui entache la notion. Une psychologue associée à ces recherches, Monique Vial, n’hésite pas à affirmer : « La notion de psychomotricité n’est pas un concept scientifiquement défini » ((3), p. 33) ; elle souligne que « cette notion reste confuse et prend des significations très variées ». Son constat est brutal : « On ne peut même pas en donner de définition opérationnelle » (p. 33). Des praticiens de la première heure rejoignent ce point de vue. Deux d’entre eux, qui ont manifestement joué un rôle de premier plan, André Lapierre et Bernard Aucouturier, écrivent en écho : « C’est ainsi que le terme « psychomotricité », successivement employé au cours de différentes étapes conceptuelles, recouvre aujourd’hui des significations et des modes de pensée très différents et, à la limite, divergents » ((1), p. 45). On ne s’étonnera donc pas que devant un tel constat unanime dressé par les premiers intéressés eux-mêmes, on soit conduit à proposer une définition plus rigoureuse.

142Issu de la pathologie, ce terme a été créé au début du siècle, dans la mouvance des travaux de Wermicke, Kleist et Dupré. Face à des déficits ou à des insuffisances non directement associables à des atteintes anatomiques clairement localisées, il a fallu envisager des manifestations de type symbolique irréductibles à de simples projections anatomiques. Dans ce cadre de recherches, la neurologie prit de l’importance et devint la référence royale. Au cours de plusieurs décennies d’interrogation et de remise en cause, bien d’autres influences se firent jour ; parmi les plus importantes, on repère aisément la phénoménologie, la psychologie génétique indissociable des apports de Wallon et de Piaget et le courant psychanalytique lié bien entendu à Freud et à ses continuateurs.

L’inféodation épistémologique

143Les origines de la notion, ancrées dans la pathologie, continuent à peser sur sa mise en œuvre : les praticiens se définissent aujourd’hui comme des « rééducateurs » ou des « thérapeutes » de la psychomotricité. Le dynamisme de leurs responsables a permis d’incontestables conquêtes institutionnelles : filières de formation, programmes d’études, diplôme d’État, associations vivantes, débouchés professionnels. Acquis dans les vingt dernières années, après l’impulsion décisive de Julian de Ajuriaguerra, ces succès masquent cependant une grande fragilité : la psychomotricité n’a pas accompli son affranchissement épistémologique.

144La psychomotricité n’a pas réussi en effet à se libérer des tutelles extérieures, neurophysiologiques ou psychologiques, et son discours, quelque brillant qu’il fût, reste essentiellement un discours de reproduction et de reconduction. Les psychomotriciens « appliquent » sagement les recommandations venues des « sciences mères » réputées « fondamentales » qui leur fournissent les notions de base : débilité motrice, schéma corporel, contrôle tonique, latéralisation, vécu relationnel, résistance, transfert... Ballotés d’un système conceptuel à un autre, tirés à hue et à dia, d’emprunt en emprunt, les rééducateurs jonglent avec un polypier de théories hétérogènes. Une obédience étroite aux disciplines en place offre un confortable refuge immédiat mais coupe les ailes à l’envol futur. Et quand les obédiences se croisent en se contrariant, la théorie devient amalgame, l’incohérence s’installe. Le brio des psychomotriciens n’en peut mais. Soumis pour l’essentiel à l’imposante édification théorique des neuropsychiatres, ils se sont condamnés, en toute logique, à dépendre d’eux tant sur le plan méthodologique que sur le pian institutionnel. Au cours de leur pratique professionnelle, les rééducateurs font officiellement office d’assistants des médecins psychiatres ; ils ne peuvent intervenir que sur la prescription et sous le contrôle de ceux-ci.

145Le champ de la psychomotricité n’a pas fait montre de sa spécificité* : il en paye le prix. L’absence d’une réflexion épistémologique de fond peut être lourde de conséquences : l’exemple est à méditer pour l’éducation physique* et sportive.

UNE THÉORIE EN DÉCALAGE

146Les techniques de rééducation psychomotrice ne peuvent laisser indifférent un autre motricien* : l’enseignant d’éducation physique. En négligeant certaines particularités et richesses d’école, et en risquant de ce fait d’être quelque peu schématique, ce dernier peut-il brosser le profil de ces pratiques ? Comment apparaissent à l’enseignant d’éducation physique les techniques d’intervention psychomotrice ?

147En décalage par rapport au discours. Nourrie des apports psycho-physiologiques et psychologiques, la construction théorique est souvent riche et brillante. En comparaison, les pratiques semblent étriquées et rarement à la hauteur des ambitions déclarées. Peut-on succinctement dégager les caractéristiques majeures des techniques de terrain des rééducateurs en psychomotricité ?

148Rôle privilégié du praticien. Celui-ci construit les exercices, imagine les situations, fournit le matériel, impose un espace ; il donne les consignes et oriente l’action. En insistant sur le transfert affectif, la perspective analytique n’a fait que surenchérir.

149Rôle mineur de l’interaction motrice. Il est recommandé de n’accepter que de très faibles effectifs et le patient est souvent seul avec le praticien. Si la notion de relation (et de communication) est devenue au cours de la dernière décennie un leitmotiv de la rééducation, il faut bien se rendre compte que, dans les faits de la séance, il s’agit de la relation entre le patient et le thérapeute. Cette conception ne fait d’ailleurs que renforcer le rôle capital du praticien. L’interaction motrice, dans ses modalités techniques inépuisables, et notamment avec les pairs (communication* et contre-communication motrices*, interaction à distance ou au contact, réseau des communications*, métacommunication motrice*, échange sémioteur), semble quelque peu négligée.

150Coupure avec l’environnement physique. La séance se déroule fréquemment en salle, répugne au milieu extérieur et a fortiori à l’environnement « sauvage ». L’interaction avec l’environnement physique n’est pas réellement prise en compte. C’est tout le champ des activités libres de pleine nature, de vertige et de sauvagerie, d’aventure et de risque que délaisse systématiquement la rééducation (parcours, randonnée, voile, kayak, ski, camping...). Quelles analyses justifient d’imposer un espace industrialisé et quadrillé en ignorant les pratiques corporelles qui instaurent un contact sensible avec les éléments incertains de la pleine nature ?

151Tendance à l’ignorance des jeux sportifs traditionnels et au rejet des jeux sportifs institutionnels*. Vis-à-vis du sport*, le refus est massif. Cette ignorance du patrimoine ludosportif et des normes de l’institution pose un problème ; on peut s’interroger sur l’absence d’analyses des situations motrices* qui fonderaient un tel refus.

152Très schématiquement, le patient de la rééducation psychomotrice apparaît sur le terrain comme un sujet en relation intense avec le praticien mais généralement « désafférenté » de l’environnement physique extérieur et de ses pairs. C’est ainsi que les données informationnelles liées aux différents types d’incertitude* ne sont que très rarement prises en compte (en revanche, les informations issues du sujet lui-même, de type kinesthésique et proprioceptif, sont l’objet d’une grande attention). Ajoutons que les aspects fonciers (c’est-à-dire énergétiques) sont fortement négligés.

153La psychomotricité semble s’être satisfaite de ses théories d’emprunt. Quelques brillantes entreprises mises à part, elle a quelque peu oublié le « terrain ». Elle n’a pas approfondi l’étude des situations motrices dans leurs modalités techniques d’accomplissement. Elle s’est privée ainsi d’une véritable originalité.

EXPRESSION ET CONTRAT SOCIAL

Le primat de l’expression

154Si l’on devait résumer les pratiques psychomotrices par un seul mot, on pourrait choisir : « l’expression ». La psychomotricité centre son intervention sur l’expression du sujet individuel : expression de type instrumental (il s’agira alors essentiellement des problèmes de coordination motrice et de ses structurations spatio-temporelles), expression de type émotionnel explorée de façon raffinée et dont on cherchera souvent la valeur de symptôme (expression libre, avec de multiples matériels, expression corporelle). Il ne faudra donc pas s’étonner que la psychomotricité croise en chemin de nombreuses pratiques partageant certains de ses objectifs (relaxation, pratiques d’apaisement, eutonie, bio-énergie, gestalt-thérapie, expression corporelle, jeux de rôles). Il est d’ailleurs incontestable que, dans cette orientation, la psychomotricité a participé au défrichement de voies nouvelles.

155Ces réflexions permettent peut-être de mieux comprendre la trajectoire étonnante de certains praticiens, parmi même les plus novateurs. Défendant à l’origine un point de vue organiciste à grand renfort de données neurologiques et biomécaniques, ils ont ensuite franchement adopté la perspective cognitiviste de la psychologie génétique pour aboutir résolument en fin de course à la défense enflammée d’une conception affectiviste hyper-freudienne. Ce parcours, éberluant dans la mesure où chacune des étapes fut souvent développée dans des ouvrages théoriques et amarrée à des positions institutionnelles précises, témoigne à coup sûr de recherches passionnées mais aussi d’un grand désarroi épistémologique.

156Apparemment inconciliables, ces orientations possèdent un dénominateur commun : la prévalence est accordée à l’individu considéré comme une entité à partir de laquelle tout se construit et prend sens. Dans tous les cas, l’expression de l’individu isolé est première. L’intelligibilité de cette entité sera certes successivement puisée dans la constitution bio-mécanique, dans les schèmes moteurs ou dans l’inconscient, mais elle sera toujours rapportée au sujet individuel sans véritable prise en compte opératoire du contexte environnant.

Une massive ignorance

157Les pratiques psychomotrices s’exercent dans un milieu protégé, miraculeusement extérieur à certaines exigences habituelles. L’habileté du discours qui réintroduira subrepticement la dimension sociale ne peut masquer les faits de terrain. La massive ignorance des jeux sportifs traditionnels et des activités physiques libres de pleine nature, le rejet hautain du sport représentent des attitudes éloquentes à ce sujet. Les pratiques de psychomotricité semblent ignorer les contraintes du contrat social, notamment sous l’angle du contrat ludomoteur. La référence au sujet nous paraît certes fondamentale mais à condition de la réinsérer dans les systèmes sociaux d’interaction, surplombant l’individu, qui donnent sens à l’expression et aux décisions de ce dernier.

158Le caractère excessif des traits précédemment évoqués a été amendé par les méthodes psychomotrices les plus brillantes dont certaines ont d’ailleurs exercé une importante influence sur l’éducation physique (notamment la psycho-cinétique* de Jean Le Boulch et les pratiques d’André Lapierre et Bernard Aucouturier) ; les dominantes demeurent cependant. Envisagée en tant qu’éducation motrice, c’est-à-dire en tant qu’éducation physique (et c’est le seul point de vue adopté ici), la psychomotricité semble fort partiale et assurément partielle. Elle a incontestablement participé au renouvellement de la réflexion et des pratiques des deux dernières décennies. Mais une pédagogie* des conduites motrices ouverte sur l’enfant et sur le monde, non inféodée à une doctrine d’école, ne peut refuser a priori l’immense champ de situations motrices proposé par les jeux sportifs traditionnels, le sport et toutes les activités physiques libres de pleine nature.

159Apparaissent mieux maintenant les raisons de l’ambiguïté d’une référence à la psychomotricité. Une telle référence renvoie en effet à deux ordres de phénomènes de nature fort différente : d’une part des techniques de terrain peut-être trop partielles, d’autre part une attitude générale vis-à-vis de la motricité*, dont l’importance est décisive. Cette attitude générale réinsère le fait moteur dans la sphère de la personnalité tout entière. Quelles qu’aient été ses nuances théoriques (et nous avons vu qu’elles furent nombreuses et variées), cette orientation a eu pour constante de réagir contre la coupure dualiste séparant le corps du psychisme. Elle a suggéré que, par le corps et le mouvement, une personne s’exprime et communique, certes différemment, mais tout aussi profondément que par le verbe. Son influence a été incontestablement favorisante. Le buissonnement des idées associé au développement de la notion de psychomotricité s’est pareillement manifesté dans le champ de l’éducation physique. Il reflète en effet, avec plus ou moins de décalage au fil des étapes, l’évolution générale des connaissances et des techniques. Le courant psychomoteur n’a détenu ni l’exclusivité ni même toujours l’initiative des études portant sur l’activité motrice dans ses liaisons avec la personnalité du sujet agissant. Il y a cependant joué un rôle notable et de grand intérêt (2).

160Cette nouvelle façon d’envisager la motricité, encore très timide au début du siècle, s’est peu à peu affermie. L’acquis des sciences humaines des dernières décennies a incontestablement révélé les étroits rapports de la motricité avec les différents aspects affectifs, cognitifs et relationnels de la personnalité. L’individu agissant se vit comme un être entier en situation, engagé en totalité dans chacun de ses actes moteurs. À telle enseigne que le terme « psychomotricité » est devenu redondant : tout acte moteur est par le fait même psychomoteur ; quel auteur oserait aujourd’hui envisager une motricité étrangère aux données de la personnalité ? Le vocable « psychomotricité » n’est plus distinctif : s’appliquant à tout, il ne différencie plus rien. En raison même du succès remporté par le projet dont il est porteur, le concept s’est vidé de tout sens opératoire.

161Il reste aujourd’hui des motifs de malentendus et de conflits. La référence psychomotrice est en effet impliquée dans des entreprises institutionnelles : filières de formation, diplômes créés, appellations professionnelles. Une défense des territoires acquis sera certainement engagée ; dans ces oppositions à support institutionnel, le terme « psychomotricité » est davantage utilisé comme porte-drapeau polémique que comme concept scientifique. Les deux aspects sont évidemment liés mais manifestement le débat change de plan.

162Il semble clair que le concept de conduite motrice peut prendre en compte tout l’acquis moderne concernant la motricité sans être entaché des limitations et des ambiguïtés qui grèvent le recours à la notion habituelle de psychomotricité. Ce dernier terme devient alors disponible pour une définition opérationnelle lui assignant une place précise dans un réseau sémantique cohérent, en l’opposant au concept de sociomotricité* à l’aide des traits distinctifs de l’interaction motrice.

163► Situation psychomotrice, interaction motrice, sociomotricité, conduite motrice, domestication/sauvagerie.

BIBLIOGRAPHIE

164(1) Lapierre (A.), Aucouturier (B.).- La psychomotricité et son évolution. Société française d’éducation et de rééducation psychomotrice. Bulletin no 35, pp. 45-47, mai 1976, 3, rue V. Luzarche, 37000 Tours.

165(2) Soubiran (C.-B.), Coste (J.-C.).-Psychomotricité et relaxation psychosomatique. Doin Éditeurs, 1975.

166(3) Vial (M.).- Quelques réflexions sur la notion de psychomotricité. Thérapie psychomotrice, no 15, pp. 33-39, août 1972. 7, rue Godot-de-Mauroy, Paris 9e.

© INSEP-Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
O
 
Q
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search