Version classiqueVersion mobile
I
K

Jeux, sports et sociétés

 | 
Pierre Parlebas

Lexique

J

Texte intégral

JEU PARADOXAL

1 ■ Jeu sportif* dont les règles de pratique entraînent des interactions motrices* affectées d’ambiguïté et d’ambivalence, débouchant sur des effets contradictoires et irrationnels.

2Cette dynamique paradoxale découle du système d’interaction suscité par la logique interne* du jeu, notamment du réseau des communications motrices*. L’ambivalence est en effet déjà inscrite dans certains codes ludiques : ainsi, à la Balle assise, chaque participant est-il libre, à tout instant, de choisir ses partenaires et ses adversaires, et donc éventuellement d’en changer au cours même de la partie. Ces possibilités de brusque revirement suscitent des séquences relationnelles contradictoires qui placent les joueurs dans un va-et-vient fluctuant d’antagonisme-coopération souvent déconcertant. Ce faisant, ces possibilités favorisent des communications au second degré, des métacommunications motrices* d’une grande subtilité qui prennent à contre-pied les relations franches et nettes habituellement observées dans les jeux institutionnels tels que les sports collectifs, les sports de combat ou le tennis... Ceux-ci possèdent généralement, en effet, une structure limpide de duel* : adversaires et partenaires de chaque participant sont pré-désignés de façon irréversible. Tout sport collectif constitue un combat transparent et absolu, opposant de façon totalement antagoniste deux équipes totalement soudées. Le sport collectif est l’exemple type du jeu non paradoxal.

3La situation de paradoxe a été magistralement étudiée par Gregory Bateson qui a dégagé l’originalité de ces phénomènes de communication dans lesquels un individu devient prisonnier de deux propositions contradictoires issues du même comportement d’un protagoniste (1, 3, 4). La contradiction est difficile à lever, car un même message possède deux sens dont l’un prend l’autre à contre-pied. Ainsi, l’adulte qui dit à l’enfant : « Je veux que ce soit toi qui décides » risque fort de l’enfermer dans les mâchoires contradictoire d’une tenaille logique : si l’enfant ne décide pas, il est en faute et s’il décide, il ne fait que se conformer à l’ordre reçu, ce qui annule son pouvoir d’initiative et, par là même, le met formellement en faute. Autrement dit, le sens immédiat du message est en contradiction avec le sens du méta-message, porté au second niveau par la même proposition. Le sujet n’a pas d’issue. Ce type de situation est qualifié par Bateson de « double contrainte ».

4La logique interne de nombreux jeux traditionnels* suscite des situations ludiques ambivalentes qui illustrent de façon, originale cette double contrainte : celle-ci prend corps dans des conduites motrices* porteuses d’une signification seconde non dépourvue d’humour. Au cours du jeu de Balle assise déjà évoqué, le message apparent de l’interaction motrice : « Je te fais jouer en t’envoyant le ballon » peut être en contradiction flagrante avec le méta-message : « Si tu es touché directement par la balle, tu es provisoirement exclu du jeu ». Dans d’autres jeux traditionnels, comme les Trois camps, le code est tel qu’en capturant ses adversaires désignés, le joueur se prive de ses propres défenseurs contre ses adversaires (du troisième camp) qui ont droit de prise sur lui (figure 13). C’est là un exemple typique de paradoxe situé au cœur même de la logique du jeu. On peut interpréter tous ces phénomènes ambivalents et paradoxaux en les regroupant sous le concept général d’effet pervers*.

5L’observation des faits de terrain semble montrer que cette ambivalence, riche en rebondissements contradictoires, représente pour beaucoup le sel du jeu ; elle autorise une mise à distance des prédéterminations habituelles et routinières ; elle permet à la fantaisie de se donner libre cours et favorise la ludisation* de la pratique. Le paradoxe est à la source du plaisir du jeu.

6L’analyse de l’ensemble des jeux sportifs révèle un fait marquant : les jeux institutionnels* (c’est-à-dire ceux qui, consacrés par l’institution, ont un statut de sport : sports collectifs, sports de combat, escrime, tennis...) sont tous des jeux non paradoxaux. Si certains jeux traditionnels sont eux aussi non paradoxaux (Balle au prisonnier. Drapeau, Balle au but, Passe à dix, Barres, Esquive-ballon...), les jeux paradoxaux sont tous des jeux traditionnels (Balle assise, Gouret, Trois camps, Galoche, Quatre coins...). Ce constat frappant, qui apporte un surcroît de légitimité à la distinction entre jeu institutionnel et jeu traditionnel, pose un problème sociologique intéressant : quelle est la raison profonde de cette répartition ? Comment se fait-il que notre société ait refusé d’entériner les jeux paradoxaux ? Une des fonctions de l’institution ne serait-elle pas d’écarter les situations à effet pervers pour ne garder que les jeux d’antagonisme absolu et limpide, dépourvus d’ambiguïté ? Le paradoxe ludique menace-t-il certains aspects de l’ordre social, possède-t-il des traits jugés perturbants, subversifs ?

7Le problème rebondit quand on s’aperçoit que les jeux paradoxaux, refoulés par les instances officielles actuelles, présentent de profondes analogies avec des pratiques sociales - tels le potlach et les jeux physiques - observées par de nombreux anthropologues au sein de sociétés non industrialisées (Marcel Mauss (2), mais aussi Gregory Bateson dans son étude sur Bali). On peut aussi s’interroger sur la légitimité du discrédit dont les doctrines pédagogiques dominantes frappent le jeu traditionnel. Ne serait-il pas au contraire d’un grand intérêt de faite vivre à l’enfant de tels jeux de rôles contradictoires et de développer en lui une tolérance au paradoxe ?

8Il apparaît clairement que la notion de jeu paradoxal renvoie, à partir d’un ancrage sur des situations motrices très impliquantes, à des problèmes importants de type sociologique, psychologique et pédagogique.

9 ►Effet pervers ludique, jeu sportif, duel, ludisation, métacommunication motrice.

BIBLIOGRAPHIE

10(1) Bateson (G.).-Vers une écologie de l’esprit, I. Paris : Éditions du Seuil, 1977.

11(2) Mauss (M.).-Sociologie et anthropologie. Paris : PUF, 1966.

12(3) Watzawick (P.), Helmick Beavin (J.), Jackson (D.).- Une logique de la communication. Paris : Éditions du Seuil, 1972.

13(4) Watzawick (P), Weakland (J.), Fisch (R.). - Changements : paradoxes et psychothérapie. Paris : Éditions du Seuil. 1975.

Jeu psychomoteur

14 ■Jeu sportif* correspondant aux situations psychomotrices*.

15Dénués d’interaction motrice essentielle*, ces jeux psychomoteurs sont pratiqués, du point de vue de la résolution opératoire de la tâche*, en isolé (bien que des milliers de spectateurs puissent éventuellement entourer l’athlète et influencer profondément sa conduite par le biais émotif, de façon surajoutée). Par ce trait définitoire de l’interaction, il s’opposent aux jeux sociomoteurs*.

16Ce type de jeu peut être reconnu par l’institution ou délaissé par elle. Dans le premier cas, le jeu psychomoteur, promu par une Fédération, prend le statut de sport*. Cette catégorie de jeu institutionnel* privilégie les situations exemptes d’incertitude*, stables et standardisées, qui tendent vers le stéréotype moteur* ; elle est surabondante : sauts, lancers et courses en couloir de l’athlétisme, gymnastique au sol et aux agrès, haltérophilie, natation... Le fait que 49 % de l’enveloppe des subventions accordées aux Fédérations sportives en 1978 par le gouvernement français leur ait été attribué, le fait que 46 % du total des épreuves des Jeux Olympiques de Montréal et d’Innsbruck leur ait été consacré témoignent de la considérable importance institutionnelle qui leur revient (figures 4 et 5). Cette importance des pratiques glorifiant l’effort individuel - quelque peu étonnante quand on la met en regard du discours sportif classique prônant la relation, l’entraide et l’équipe - révèle à coup sûr un hiatus entre les faits et les affirmations idéologiques.

17Dans le second cas, le jeu psychomoteur reste un jeu traditionnel*, non consacré par les instances sociales. Cette catégorie ludique offre une grande variété de situations : la Toupie, le Cerceau, les Jeux de corde et de balles, les Échasses, les Osselets, la Marelle, les Quilles et tous les jeux de prouesse individuelle (parcours divers, activités multiples de pleine nature). Les profondes transformations des modes de vie dans les dernières décennies et les orientations idéologiques qui accordent au sport une place arrogante tendant vers l’exclusivité ont entraîné une mise à l’écart des jeux traditionnels, qui tombent peu à peu en désuétude. Le motricien*, soucieux d’un large et riche éventail de situations de pratique, peut s’interroger sur le bien-fondé de cette mise à l’écart.

18Les activités physiques « libres », qui suscitent aujourd’hui un fort engouement, sont pour une grande part des jeux psychomoteurs : planche à voile, surf, vol libre, ski, kayak... Cette ludomotricité de pleine nature semble correspondre à un individualisme très marqué rejetant les froides obligations de la collectivité tout en recherchant souvent les liens chaleureux d’une petite communauté d’adeptes passionnés. Ces activités à dominante psychomotrice ont été, pour la plupart, peu à peu institutionnalisées : possédant un caractère marqué de sauvagerie, elles présentent l’originalité, vis-à-vis des autres sports, de donner une place importante à l’incertitude issue du milieu extérieur. Mais, à vrai dire, malgré la prise en main sportive, ces jeux psychomoteurs sont l’occasion d’une pratique « libre », hors règlement, bien plus importante que la pratique fédérale.

19Il semble que la multiplication et le développement des jeux psychomoteurs (avec ou sans incertitude) soit un trait ethnomoteur important de notre culture et de notre siècle.

20 ►Jeu sportif, situation psychomotrice, interaction motrice essentielle, jeu sportif institutionnel, ludomotricité

JEU SOCIOMOTEUR

21 ■Jeu sportif* correspondant aux situations sociomotrices*.

22Proposant une situation de co-motricité*, le jeu sociomoteur est caractérisé par la présence constitutive d’une interaction motrice* essentielle* (ce qui l’oppose au jeu psychomoteur*) ; celle-ci se manifeste par une communication motrice* à valeur de coopération et/ou par une contre-communication* orientée vers l’antagonisme.

23Un grand nombre de pratiques sociomotrices a été pris en compte par les instances sociales qui les ont réglementées de façon minutieuse et les ont érigées en sports* : sports collectifs, escrime, sports de plein air en équipe, sports de combat, tennis... Cependant, un lot très important de jeux sociomoteurs n’a pas accédé au statut institutionnel : les grands jeux de pleine nature, les Barres, la Thèque, le Drapeau, la Balle à l’ours, le Quinet, la Balle au chasseur... Cette séparation institutionnelle ne va pas sans poser des problèmes sociologiques et pédagogiques intéressants.

24Au-delà de ces différences, l’ensemble des jeux sociomoteurs offre un immense champ de pratiques, toutes caractérisées, comme il a été vu précédemment, par la mise en jeu d’une interaction motrice. Celle-ci est à la source des universaux* du jeu sportif : réseau des communications motrices*, graphe* des interactions de marque*, système des scores*, réseau des rôles sociomoteurs*, codes sémioteurs*. L’observation et l’analyse permettent de déceler les modalités particulières de ces universaux et les traits majeurs qu’ils revêtent de jeu à jeu. Elles projettent une lumière nouvelle sur la séparation entraînée par la consécration institutionnelle. En effet, la logique interne* des pratiques favorisées par l’institution se manifeste par des traits différentiels très accusés : interactions de marque exclusivement antagonistes, jeu non paradoxal, espace tendant a être standardisé et dénué d’incertitude*... Certains de ces traits se retrouvent dans les jeux traditionnels*, mais nombre de ceux-ci présentent des situations sociomotrices radicalement originales : ambivalence des relations, graphe de communication non équilibré, jeu paradoxal*, effet pervers ludique*, interactions de marque de type coopératif, espace chargé d’incertitude*, équipes multiples et changeantes...

25L’éclipse actuelle des jeux sociomoteurs de tradition n’atteste pas leur inintérêt, mais témoigne d’une prise de position idéologique qui n’est pas à l’abri d’une remise en cause.

26 ►Situation sociomotrice, jeu sportif institutionnel, universaux, logique interne, interaction motrice.

JEU SPORTIF

27 ■Situation motrice* d’affrontement codifiée, dénommée « jeu » ou « sport* » par les instances sociales. Un jeu sportif est défini par son système de règles qui en détermine la logique interne*.

28Cette définition ne préjuge pas du contenu des jeux sportifs et laisse le champ libre à toute forme d’analyse. De type signalétique, elle présente l’avantage de permettre un inventaire complet des jeux sportifs : pour cela, il suffit de compulser les divers « livres de jeux » et de se référer au répertoire énumérant les fédérations sportives.

29Le critère de l’institution invite à distinguer deux grandes catégories ludiques socialement marquées : le groupe des jeux sportifs institutionnels* consacrés par la société (sports athlétiques, gymniques, de combat, collectifs) et la classe des jeux sportifs traditionnels* négligés par l’institution (Marelle, jeux chantés, Balle au mur, Thèque, Gendarmes et voleurs, Double drapeau, Gagne-terrain...) (cf. figure 17).

UN MICROCOSME EFFERVESCENT

30Il est étonnant de constater le désert scientifique qui entoure le jeu sportif. Sans doute ce flagrant désintérêt est-il peu ou prou lié au discrédit moral traditionnellement attaché au jeu. Il a fallu de bien grands noms (Pascal, Leibniz, Huyghens...), de bien grandes causes (calcul des probabilités, théorie de la décision, intelligence artificielle...) et de puissants intérêts (développement des assurances, des guerres, de la concurrence économique...) pour que soient étudiés à visage découvert les jeux de tripot qui ont toujours traîné une odeur de soufre. Le jeu sportif, moins heureux, n’a guère réussi à redorer son blason : il reste frappé de puérilité et de futilité. 11 représente pourtant à nos yeux un extraordinaire lieu d’observation et d’expérimentation des conduites humaines, qui concentre en un microcosme effervescent les grands élans et les grandes passions de la rencontre sociale.

31Le contrat ludique* institue un espace clos, une durée codifiée, des modes d’interaction ritualisés. Les universaux* du jeu sportif (réseau des communications motrices*, graphe* des changements de rôles*, système des scores*...) offrent un canevas expérimental rarement présent dans les autres situations sociales hors laboratoire. Par ses contraintes et ses clôtures, le système de règles du jeu sportif fournit ainsi un cadre quasi expérimental. Le recueil des observations du terrain révèle d’une part la continuité des conduites ludomotrices par rapport aux autres conduites humaines, d’autre part leur vive originalité due à une inhabituelle mise en jeu du corps. Les thèmes d’étude sont légion : apprentissage moteur, prise de décision, encodage et décodage* des conduites motrices*, acceptation des risques, expression de la personnalité, intervention des facteurs affectifs, cognitifs et relationnels, dynamique des groupes en présence... Dès que cette richesse sera enfin reconnue, l’étude du jeu sportif et des sujets jouant nous semble promise à un exceptionnel avenir.

Figure 17
Les deux grandes catégories de jeux sportifs.

32Les jeux sportifs soulèvent des problèmes pédagogiques, culturels et sociopolitiques très intéressants : est-il vrai, comme il est souvent affirmé, que les jeux traditionnels sont des jeux « inférieurs » ? est-il vrai que ce sont des jeux « pré-sportifs », préparatoires par exemple aux sports collectifs ? Par quel processus et au prix de quelles transformations certains jeux traditionnels sont-ils devenus dans telle culture des jeux institutionnels ? Comment expliquer que, parmi l’immense ensemble des jeux sportifs, tel sous-ensemble précis et restreint ait été consacré par l’institution en prenant le statut de sport ? Quel rapport déceler entre ces deux grandes catégories de jeux et les caractéristiques des sociétés concernées ?

DE L’ORIGINE DES JEUX ET DES SPORTS

33Les jeux sportifs sont profondément enracinés dans une histoire sociale souvent séculaire. Les plus anciens d’entre eux, certains jeux traditionnels, sont comme la butte-témoin d’un passé estompé, comme les éléments révélateurs d’une véritable archéologie ludocorporelle. Si cet ancrage social est reconnu de tous, les folkloristes et les anthropologues ne sont cependant pas d’accord quant à l’origine des jeux.

34Pour certains, tel Johan Huizinga, « Le jeu est plus ancien que la culture » ((8), p. 15), formule manifestement excessive que l’auteur nuance par la suite en avançant que « la culture naît sous forme de jeu, la culture, à l’origine, est jouée » (p. 84.) « Tout est jeu » écrit-il (p. 339) : les compétitions sociales, la guerre, le droit, la poésie, l’art sont nés du jeu. Cette antériorité dévorante du jeu est niée par certains ethnologues qui, tout à fait à l’opposé, considèrent le jeu comme le vestige de rites magiques et religieux, comme le reliquat des cérémonies qui scandèrent les cycles traditionnels des tâches saisonnières (semailles, moissons...) et de la vie quotidienne (naissance, mariage, décès...). Les pratiques ludiques seraient « les descendants dégénérés de véritables pratiques rituelles » affirme Juliette Grange ((7), p. 248) pour qui « le jeu est la mémoire des rites » (p. 266). Dés, dominos, osselets, toupies intervenaient dans des pratiques divinatoires, et là où l’homme moderne parle de hasard, l’homme d’autrefois parlait de destin ; le labyrinthe de la Marelle symbolisait l’itinéraire emprunté par l’âme pour gagner le paradis et l’on retrouve son damier sur les dalles des cathédrales. Allant au bout de sa thèse, Grange en conclut que « les jeux sont des fossiles » (p. 257).

35Le jeu, alpha ou oméga de la culture ? Étincelle de toute civilisation ou grimace du passé ? Une troisième position s’est fait jour qui refuse la théorie de la succession et de la filiation au profit de la thèse de la simultanéité et de la coexistence. « Le jeu est consubstantiel à la culture » ((4), p. 135) proclame Roger Caillois à qui Jacques-Olivier Grandjouan répond en écho : « le culte, le travail et le jeu prenaient forme en même temps » ((6), p. 169). Cette conception nous semble la plus plausible : le jeu est une production sociale qui s’insère comme les autres dans un contexte plus large qu’elle contribue elle aussi à définir. Dans ce large champ socio-culturel, le jeu est à la fois influencé et influençant.

36Un historien tel Philippe Ariès confirme abondamment l’entrecroisement du jeu et de la vie quotidienne : « Dans l’ancienne société, écrit-il, (...) les jeux, les divertissements s’étendaient bien au-delà des moments furtifs que nous leur abandonnons : ils formaient l’un des principaux moyens dont disposait une société pour resserrer ses liens collectifs, pour se sentir ensemble » ((1), p. 69). L’auteur montre que « dans la société d’Ancien Régime, le jeu sous toutes ses formes : physique, de société, de hasard, occupait une place énorme qu’il a perdue dans nos sociétés techniciennes » (p. 84). Démontant les mécanismes, il révèle comment les pratiques ludiques sont liées à l’évolution générale de la société, aux conflits dont elle est le siège : influence des hautes classes, naissance du sentiment de l’enfance, transformation de la famille et de l’habitat, avènement de la bourgeoisie et du sentiment de classe. Au Moyen-Âge, les jeux sportifs étaient communs à toutes les conditions ; ils furent peu à peu délaissés par la noblesse et la bourgeoisie pour être pratiqués essentiellement par les enfants d’une part, et par les adultes des campagnes d’autre part. Ces activités ludiques : le Mail, le jeu de Paume, la Soule, les jeux de Boules, de Quilles et de Croquet... devinrent ainsi des jeux populaires et puérils (la dévalorisation ainsi commencée de longue date semble aujourd’hui achevée : ils ne sont plus que puérils !). Ayant abandonné les jeux traditionnels, les classes supérieures vont s’adonner à des pratiques nouvelles qui, bien que souvent inspirées des anciens jeux, adoptent des normes et des formes originales. C’est au XIXe siècle que cette séparation des conditions lors des pratiques ludiques s’est affirmée ; les enfants et le peuple disposeront des vieux jeux de tradition et les classes supérieures se distingueront par des activités clairement normées et hautement ritualisées : le sport.

37Dans le domaine encore très peu fréquenté de l’histoire des jeux et des sports, l’analyse d’Ariès témoigne de l’intérêt du point de vue historique : cette mise en perspective relativise maintes affirmations doctrinales, dévoile le caractère provisoire et arbitraire des normes, révèle les conditions présidant aux convergences et aux oppositions. Par une sorte d’ironie de l’histoire, on constate par exemple que les associations et fédérations à vocation travailliste d’aujourd’hui qui tendent à dévaloriser les jeux sportifs traditionnels au profit d’une seule pratique réputée socialisante, supérieure et facteur de progrès, autrement dit le sport, reprennent à leur compte, en l’amplifiant encore, l’attitude discriminatoire de la bourgeoisie qui permit à celle-ci de creuser les différences sociales !

LA STRUCTURE DES JEUX SPORTIFS : UN RÉVÉLATEUR SOCIAL

38De nombreux jeux traditionnels se font l’écho assourdi des grandes croyances sociales du passé, des rapports symboliques entretenus avec le monde et les forces obscures qui l’animaient. La tentation peut naître, et sous les meilleures plumes, d’en garder nostalgie et de porter sur les jeux de l’époque présente un regard peu objectif. Ainsi, quand Huizinga écrit que le sport « demeure une fonction stérile, où le vieux facteur ludique s’est presque entièrement éteint » et qu’il « n’offre pas de rapport organique avec la structure de la société » ((8), p. 316), le jugement de valeur prend manifestement le pas sur l’analyse sereine. À vrai dire, le sport est à notre société actuelle ce que les jeux de Bruegel et de Rabelais furent à la société de la Renaissance. On ne peut honnêtement douter de la représentativité sociale du sport : son prodigieux développement incite à la considérer au contraire comme un exceptionnel révélateur (indépendamment de tout jugement de valeur).

39C’est bien en cela que toute motricité est une ethnomotricité* et les pratiques ludosportives* des pratiques culturelles. En polissant et repolissant les corps, l’institution sportive révèle les normes et les formes qui s’accordent à ses modes de vie et aux valeurs qu’elle défend. Cette voie d’analyse a été empruntée par plusieurs auteurs modernes. Le projet de Caillois est très explicite : « Je n’entreprends pas seulement une sociologie des jeux, nuance-t-il, j’ai l’idée de jeter les fondements d’une sociologie à partir des jeux » ((4), p. 142). Dans cette lignée, Charles Béart amorce une « sociologie des peuples africains à partir de leurs jeux » (3). Plus récemment, Louis-Jean Calvet mène de front l’étude des langues et des jeux : « Le jeu nous parle, certes, de la société, constate-t-il, mais il constitue en même temps une initiation à la société » ((5), p. 205). Le double caractère est clairement énoncé : le jeu influencé, le jeu influençant.

40Le praxéologue débouchera nécessairement sur des thèmes de ce type. Avec cependant une différence de taille : il partira constamment de l’action motrice* telle qu’elle est prescrite dans les règles ludiques et telle qu’elle s’accomplit dans les conduites des participants. Il lui revient de procéder à l’analyse serrée des situations de pratiques et des états de jeu. Il semble primordial d’étudier la logique interne (distance d’affrontement moteur*, présence d’incertitude*...) des situations ludomotrices et de mettre notamment à découvert les universaux correspondants (réseau des interactions de marque*, réseau des changements de sous-rôles sociomoteurs*, codes sémioteurs*...). Ces modèles* opératoires favorisent l’observation « armée » des faits de terrain. Ils débouchent également sur une étude différentielle des jeux sportifs. La mise en évidence des jeux paradoxaux* et des effets pervers ludiques* permet par exemple d’analyser concrètement certaines différences qui opposent jeux traditionnels et jeux institutionnels.

41Ainsi, sans quitter sa pertinence*, le champ de l’action motrice est susceptible de déboucher sur des problématiques sociales de grand intérêt, tout en y apportant ses propres matériaux originaux. Envisageant l’étude mathématique des jeux en général, Marc Barbut pense « qu’il y a là une voie de recherche riche de promesses pour l’ethnologie et la sociologie : peut-être l’étude de la structure des jeux pratiqués par les sociétés aura-t-elle alors un rôle aussi révélateur que celle des structures de la parenté » ((2), p. 863). Une telle proposition invite à approfondir les multiples aspects de la logique interne des jeux et tout particulièrement leurs universaux. Pour le sociologue, le linguiste, le mathématicien... et bien sûr pour le praxéologue, à une certaine étape de l’analyse, le contenu du jeu sportif renvoie immanquablement à un problème d’ethnomotricité.

42Le pari mérite d’être tenu. L’étude des traits et de la structure des jeux sportifs pourra-t-elle apporter quelque lumière sur la nature des sociétés ?

43 ►Jeu sportif institutionnel, jeu sportif traditionnel, logique interne, universaux, ethnomotricité.

BIBLIOGRAPHIE

44(1) Ariès (P.).- L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime. Notamment : Petite contribution à l’histoire des jeux, pp. 56-101. Paris : Éditions du Seuil, 1973.

45(2) Barbut (M.).- Jeux et mathématiques. Jeux qui ne sont pas de pur hasard. In : Jeux et sports. Encyclopédie de la Pléiade, pp. 836-864. Paris : Gallimard, 1967.

46(3) Béart (C.).- Recherches des éléments d’une sociologie des peuples africains à partir de leurs jeux. Paris : Éditions Présence africaine, 1960.

47(4) Caillois (R.).- Les jeux et les hommes. Paris : Gallimard, 1958.

48(5) Calvet (L.-J.).- Les jeux de la société. Paris : Payot, 1978.

49(6) Grandjouan (J.-O.).- Les jeux de l’esprit. Centre d’entraînement aux méthodes d’éducation active. Paris : Le Scarabée, 1963.

50(7) Grange (J.).- Histoire du jouet et d’une industrie. In : Jeux et jouets. Essai d’ethnotechnologie, textes réunis par R. Jaulin, pp. 224-276. Paris : Aubier, 1979.

51(8) Huizinga (J.).- Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu. Paris : Gallimard, 1951.

JEU SPORTIF INSTITUTIONNEL

52 ■Jeu sportif* régi par une instance officiellement reconnue (fédération) et ainsi consacré par l’institution ; un jeu sportif institutionnel, c’est un sport*.

UN TERRAIN D’ENTENTE UNIVERSEL

53La prise en compte des jeux sportifs par l’institution varie selon les pratiques et selon les lieux ; elle culmine dans les manifestations sportives qui mobilisent un très grand nombre de nations (Jeux Olympiques, Championnats et Coupes du Monde...). La référence à la notion d’institution possède un sens très fort : elle signifie l’intervention d’instances puissantes disposant d’appareils matériels massivement présents : comités dirigeants, règlements, calendriers, arbitres, officiels, procédures de financement, sanctions... À son apogée, la reconnaissance institutionnelle tend vers la mondialisation des jeux sportifs adoptés.

54Ce développement prend incontestablement appui sur des phénomènes de type économique et politique : l’essor du ski et les conséquences qu’il entraîne sur l’équipement des montagnes, sur les transhumances vacancières et sur les industries des matériels sont particulièrement éloquents au plan économique ; les pressions de l’Allemagne hitlérienne sur l’organisation des Jeux Olympiques de Berlin en 1936, les graves conflits associés aux Jeux Olympiques dans les deux dernières décennies sont révélateurs au plan politique.

55La mondialisation de nombreux jeux sportifs aboutit à un phénomène exceptionnel et sans doute unique : l’obtention d’un accord unanime sur un lot impressionnant de pratiques codifiées communes, organisées dans un cadre de référence et selon un règlement qui reçoivent l’acquiescement de tous. L’espace, la communication et le temps du sport deviennent identiques, pour toutes les cultures. Le sport s’impose de plus en plus comme le noyau commun de toutes les pratiques ethnomotrices. Parmi l’ensemble des productions sociales (organisations juridiques, politiques, religieuses, langagières, éducatives...), il semble bien que le sport soit la seule à proposer un terrain d’entente universel, à permettre à toute l’humanité de se rencontrer, de communiquer et d’interagir en toute clarté dans un projet partagé. Mais il apparaît également (et l’on peut s’en inquiéter), que cette fondamentale entente prend toujours corps dans un combat.

56Les laudateurs du sport pensent que cette universalité institutionnelle ratifie le bien-fondé du contenu des jeux sportifs adoptés. Il n’est cependant pas interdit de s’interroger : quels modes de rapport au corps, quel usage de l’espace et du temps, quels types d’alliance ou de confrontation à autrui ont ainsi été retenus par l’institution ? Et quelles modalités de pratique motrice ont été évincées ? Étaient-elles sans intérêt ? Quels traits les ont fait écarter de la reconnaissance institutionnelle ? L’analyse des pratiques révèle que l’institution privilégie certains types de compétition* (structure de duel* par exemple, recherche de la spectacularité* des rencontres) et refoule systématiquement certaines situations pourtant passionnantes et riches en réalité sociale (communications ambivalentes, jeux paradoxaux*, effets pervers ludiques*...). Ces attitudes institutionnelles vis-à-vis de certaines caractéristiques des jeux sportifs posent des problèmes qui plongent le fait ludomoteur spécifique dans son ancrage social global (cf. ludomotricité*).

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES LIBRES

57Sous nos yeux, se déroule actuellement le processus d’institutionnalisation d’un grand nombre de pratiques ludomotrices nouvelles : surf, vol libre, planche à roulettes, plongée sous-marine, aérostation, planche à voile, randonnées... Celles-ci se sont développées dans les deux ou trois dernières décennies et quelques-unes d’entre elles connaissent une vogue étonnante.

Un double statut

58Une particularité inhabituelle retient l’attention ; ces activités possèdent en effet un double statut : le statut institutionnel dans la mesure où elles ont été mises en règles par les fédérations qui se sont emparées d’elles, le statut traditionnel dans la mesure où une pratique « libre » et sans règlement persiste fréquemment de façon intense. Les attitudes et les modalités de pratique associées à ces deux orientations sont profondément différentes. Cette scission révèle sur le vif que le sport n’a pas la transparence et le caractère de « ce qui va de soi » qu’on lui attribue si souvent.

59Résurgence d’activités « traditionnelles » (surf, montgolfière, ski de fond, équitation verte, randonnées...) ou inventions récentes (planche à voile, vol libre...), ces jeux sportifs sont apparus et se sont répandus en dehors des instances officielles. Devant l’intérêt qu’ils suscitaient, l’institution sportive les a « récupérés » en leur offrant en retour ses moyens, ses équipements, son organisation et sa légitimité (ce qui ne va pas toujours sans empoignade interne : plusieurs fédérations par exemple se sont récemment disputé l’annexion de la planche à roulettes !). Le soutien des instances institutionnelles est pour tout jeu sportif un élément puissant de bonne assise et de développement. Une réaction inhabituelle est cependant apparue : la résistance des pratiquants, et notamment des jeunes, à la phagocytose sportive. Un nombre sans précédent d’amateurs refuse de passer sous les fourches caudines des fédérations. Ce phénomène est flagrant dans les pratiques de pleine nature : même dans une activité aussi ancienne et aussi peu accessible au tout-venant que le canoë-kayak, l’effectif des licenciés est aujourd’hui d’une quinzaine de mille alors que l’effectif des pratiquants authentiques est beaucoup plus considérable (de l’ordre du double ou du triple). Dans le cas du ski, en l’occurrence caricatural, le pourcentage des compétiteurs est ridiculement faible comparativement à celui des pratiquants officiellement recensés.

60Cette dualité de statut dont il sera intéressant de suivre l’évolution prochaine, confirme que la ludomotricité renvoie à bien autre chose qu’à une technique biomécanique de mobilisation musculaire ; elle traduit une opposition entre une conception ancienne et des désirs nouveaux. Elle est révélatrice de l’ambiguïté fondamentale du sport : celui-ci offre un champ de mise en jeu corporelle remarquablement propice à certaines formes d’action normées mais, par le fait même, il affaiblit ou supprime d’autres modalités d’expression motrice plus effervescentes et moins contrôlables bien que particulièrement attachantes.

61Le sport britannique de la fin du XIXe siècle ne répond plus à toutes les aspirations ludosportives* de la fin du XXe siècle. À l’instar des techniques dites « californiennes » de dynamique de groupe qui jetèrent un nouveau regard sur le corps et sur ses formes d’expression, les techniques californiennes de ludomotricité proposent une nouvelle façon de vivre l’activité corporelle. Cette conception, illustrée par les activités libres, prône un rapport au corps éprouvé sur le mode de la sensorialité et de l’émotion, un rapport à la nature vécu sur le mode risqué de l’aventure motrice. Dans de nombreux cas, s’affirme un rejet manifeste des normes institutionnelles perçues comme l’imposition d’une autorité extérieure, non nécessaire au bon déroulement de l’activité. De nombreuses spécialités, placées jadis sans difficulté sous la houlette sportive, sont actuellement débordées par la revendication d’une pratique « libre », débarrassée du corset des contraintes fédérales et donnant accès à des terrains vierges et sauvages (ski, voile, alpinisme, équitation, descente de rivière « en libre », canoë-kayak, plongée sous-marine, planche à voile, surf, char à voile, raids sauvages...). Cette ludisation* motrice est particulièrement marquée dans les sports « de glisse ».

Des correspondances ethnomotrices

62Ces demandes ne naissent pas dans un « vide » social ; elles sont, globalement, associées à certains groupes sociaux et ressortissent à l’ethnomotricité*. Les études sociologiques révèleront les phénomènes sociaux liés à ces changements d’attitude : évolution et bouleversement du monde du travail, valorisation de la haute technologie, déracinement de l’habitat... ; c’est dans cette perspective par exemple que s’inscrivent les travaux de Pierre Bourdieu montrant que les pratiques sportives prennent place dans un système des goûts et des styles de vie directement lié aux habitus* de classe.

63Le décalage entre certaines demandes ludomotrices et les structures institutionnelles d’accueil est tel que se développent actuellement, en marge du sport proprement dit, des groupes dont l’essentiel des occupations est consacré à la pratique de leur passion ludosportive. Le cas du surf est caricatural : des petits groupes s’organisent en dehors des cadres institutionnels, afin de pouvoir vivre leur conception de la plénitude ludocorporelle dans un rapport « vrai » à la « nature » ; emportés dans le tourbillon d’un nomadisme de la mer et du soleil, recherchant les occasions de rencontre et de communion avec d’autres surfeurs fervents, ils parcourent inlassablement l’itinéraire des « spots », hauts lieux des « rouleaux », des « tubes » et des « séries » toujours recommencées. Ces adeptes marginaux ne constituent qu’une minorité mais ils témoignent d’une rupture dans la conception des activités physiques et sportives affectant massivement les pratiquants. Ils sont la révélation d’une modification de la sensibilité moderne vis-à-vis des pratiques ludomotrices.

Une logique interne

64Le praxéologue s’attache à dégager la logique interne de ces pratiques ludomotrices ; il en recherche les traits spécifiques, c’est-à-dire ceux qui touchent à l’action motrice* dans ses techniques d’accomplissement elles-mêmes. Rappelons brièvement ces traits pertinents, présentés à l’entrée « ludomotricité » ; il s’agit des traits dominants : sauvagerie, vertige, locomotricité d’origine externe, jeu psychomoteur*.

65Le trait de sauvagerie valorisé à ce point est une nouveauté institutionnelle car dans le sport classique l’espace est soigneusement domestiqué et l’incertitude* issue du milieu extérieur quasiment annulée. Le recours à un appareillage de haute technologie, caractéristique de la modernité (aile volante, détendeur de plongée, planche à voile, ski...), autorise un exceptionnel affrontement de l’environnement dans d’excellentes conditions de réussite. La présence d’un degré important d’incertitude impose un décodage sémioteur* à brûle-pourpoint qui compte pour beaucoup dans le plaisir de l’action motrice.

66Énumérons les caractéristiques praxiques dominantes, dépendantes les unes des autres, qui correspondent aux traits pertinents de la logique interne des pratiques nouvelles :

  • le participant met en œuvre des conduites de décision motrice*, de type stratégique, au cours desquelles ses initiatives, liées à la « lecture » du milieu, détiennent le rôle majeur (présence d’incertitude) ;
  • le pratiquant, seul en cause, n’est pas sous la pression d’une équipe ou des adversaires ; il se sent autonome et « libre » (jeu psychomoteur) ;
  • l’individu agissant affronte un milieu brut, sauvage, « naturel », doué d’imprévu et porteur de risques (sauvagerie) ;
  • l’intervenant doit maîtriser continuellement un déséquilibre suscitant des régulations proprioceptives très affinées et possédant un grand retentissement émotionnel (vertige) ;
  • le pratiquant guide, augmente, freine ou annule l’énergie nécessaire à son déplacement dont il n’est pas le créateur (locomotricité d’origine externe).

67Le problème de l’institution sportive est d’accueillir ces pratiques actuellement très motivantes, mais tout en domestiquant les traits susceptibles de mettre en cause son autorité ou de provoquer désordre et effets pervers*.

68Les jeux traditionnels* ont été autoritairement évincés des institutions sociales : école, lycée, club sportif, fête... ; les activités physiques libres ont été adoptées, sous certaines formes normées, par les instances sportives mais elles suscitent concurremment, sans que ces dernières aient pu s’y opposer, une intense pratique hors les normes. L’asservissement du jeu traditionnel au profit délibéré du jeu sportif institutionnel appelle de toute évidence une réflexion critique.

69À côté du modèle sportif d’incontestable intérêt, n’est-il pas possible de maintenir les pratiques ethnomotrices régionales ou nationales qui ont forgé des habitus séculaires ? Les Africains, par exemple, sont-ils condamnés à abandonner leurs pratiques communautaires originelles et à couler leur motricité* dans le moule européen ? Les pratiques corporelles possèdent des racines sociales profondes. Le développement exclusif du modèle sportif ne risque-t-il pas de provoquer un véritable déracinement corporel ?

70Ces remarques invitent à approfondir l’analyse différentielle des jeux institutionnels et des jeux traditionnels. Elles tendent aussi à souligner la nécessité de resituer le jeu sportif dans l’ensemble des phénomènes culturels, économiques et socio-politiques des sociétés d’accueil.

71 ►Ludomotricité, sport, domestication/sauvagerie, ethnomotricité, logique interne.

JEU SPORTIF TRADITIONNEL

72 ■Jeu sportif*, souvent enraciné dans une longue tradition culturelle, mais qui n’a pas été consacré par les instances institutionnelles.

73Les jeux sportifs traditionnels sont constitués de tous les jeux sportifs qui ne sont pas institutionnalisés, c’est-à-dire de tous ceux qui n’ont pas statut de sport* : aussi bien la Chandelle, les jeux de Chat ou la Mère garuche que la Balle au prisonnier, le Drapeau, le Sagamore ou les jeux de pleine nature (1). En outre, nous avons vu que les activités physiques « libres » (ski, voile, canoë-kayak, surf, planche à voile...) telles qu’elles se développent depuis deux ou trois décennies, possèdent un double statut et ressortissent donc aussi, pour une part importante, au jeu sportif traditionnel* (cf. « jeu sportif institutionnel* » et « ludomotricité* »). Il est amusant de constater qu’un jeu tel la Thèque, qui n’a pas été socialement reconnu en France, est devenu un sport national aux États-Unis sous le nom de base-ball. Il fut un temps, dans notre pays, où les hauts dignitaires du Régime jouaient aux Barres ou à Cheval fondu et où les jeunes gens huppés s’adonnaient aux Quatre coins, toutes conduites impensables aujourd’hui (les préférences se sont déplacées vers le golf et le tennis par exemple). Les choix institutionnels renvoient manifestement à des particularités ethnomotrices*, aux traits originaux de la société correspondante et de ses différentes fractions.

ASPECTS ORIGINAUX DU JEU TRADITIONNEL

74Comme dans tout autre jeu, c’est le système des règles qui représente la matrice fondamentale du jeu traditionnel. Mais alors que dans le jeu institutionnel les règles sont arrêtées par une instance centralisatrice, à l’intention du monde entier pourrait-on dire, le jeu traditionnel laisse à la tradition locale le soin de transmettre ses codes et ses rituels. Il s’ensuit que le système des règles subit l’influence des groupes qui le mettent en œuvre et des régions dans lesquelles il se déploie. La géographie locale, les caractéristiques du terrain, les coutumes du cru vont intervenir. Un même jeu donnera naissance à de multiples variantes... qui pourront devenir autant de nouveaux jeux.

Un exemple africain

75Cette influence des conditions locales sur le contenu ludique est bien mise en évidence par Marcel Griaule dans son étude des jeux dogons. Un exemple emprunté à une autre culture que la nôtre peut être révélateur. Le peuple dogon habite une région de la boucle du Niger de l’actuel Mali, région chaotique encombrée d’éboulis, traversée de falaises et d’impressionnants à-pic, où la population vit accrochée aux falaises dans de petits villages auxquels on accède par des chemins escarpés. L’ethnologue constate que dans ce relief tourmenté « l’enfant dogon n’a pas de jouets volants ni de jeux de balles » ((2), p. 9) ; le danger permanent entraîne « l’absence presque totale des jeux nécessitant de grands espaces horizontaux » (p. 9). Les conditions géographiques font que « la plupart des jeux des Dogons évolueront en des circuits restreints » et offriront « un aspect recroquevillé » (p. 10). Jouets et jeux dépendent directement des contraintes spatiales de l’environnement.

76Le jeu traditionnel épouse le relief, la végétation et parfois même la faune du terroir ; le sport impose sa piscine, son stade, ses couloirs et leurs dimensions déposées. L’espace sportif est un espace artificiel et abstrait qui induit une motricité* en décalage par rapport à la vie quotidienne ; l’espace du jeu traditionnel est l’espace concret du lieu de vie accordé aux comportements habituels. Le jeu dogon a été choisi pour sa valeur exemplaire mais on retrouve partout, et notamment en France, des influences de même nature.

77Les jeux décrits par Griaule s’accompagnent souvent de comptines ou de chants et recourent fréquemment à des objets empruntés à l’environnement immédiat (tige de mil, palmes, cailloux...). Les rondes, farandoles et jeux chantés de nos régions mais aussi les jeux sportifs font souvent appel aux formulettes, aux chants et aux rituels langagiers (les Barres, l’Épervier, Loup y es-tu ? la Galoche...). Quant à l’utilisation d’objets du cru, elle surabonde dans l’usage des osselets (astragale d’agneau ou de veau), des coquillages, cailloux, galets, bâtonnets, ou « crosses » diverses. Les thèmes et l’arsenal du jeu traditionnel témoignent de l’ancrage de celui-ci dans une culture et dans un paysage. Comme toute activité ethnomotrice, le jeu sportif traditionnel est intimement lié au mode vie de la communauté qui l’enfante.

Le Quinet

78Un jeu traditionnel français tel le Quinet est particulièrement révélateur des multiples visages que peut prendre une pratique ludomotrice en fonction de ses régions d’accueil. Rappelons-en les principales règles. Le « quinet » est un bâtonnet d’une quinzaine de centimètres de longueur taillé en pointe à ses deux extrémités que les joueurs vont tenter de lancer le plus loin possible en le frappant à l’aide d’un bâton ou « bayot ». Le jeu est un affrontement entre un « gardien » (ou une équipe de « batteurs ») et une équipe de « frimeurs ». L’objectif du gardien est de lancer le quinet le plus loin possible de son camp et celui des frimeurs de relancer le bâtonnet dans le cercle que le gardien a charge de défendre. Pour lancer le quinet, le joueur le fait rebondir en l’air en le frappant sur l’une des extrémités taillées en fuseau puis le reprend violemment de volée dans la direction choisie. Selon les variantes locales adoptées, les joueurs augmentent leur score ou changent de rôle* en cas de réussite, possèdent ou non le droit de rapprocher le quinet d’une ou de plusieurs enjambées, sont autorisés ou non à bloquer le quinet de volée à la main, doivent ou non atteindre une cible posée au sol dans le cercle, peuvent ou non soigneusement niveler le sol dans le cercle afin de frapper la pointe du quinet dans de bonnes conditions...

79Aujourd’hui presque oublié, ce jeu a été retrouvé dans de très nombreuses régions de France sous des formes et des appellations différentes. Ses diverses modalités de pratique sont soigneusement recensées par André Schmitt qui en analyse les contenus ludiques correspondants (4). Cet auteur constate que le Quinet s’appelle Tenet en Limousin, Kinekel en Alsace, Bertole en Aquitaine, Beuille ou Guise en Lorraine, Pirli ou Bâtonnet encore ailleurs et qu’à chaque région répond une version possédant ses petites particularités locales. Que révèle l’analyse du contenu ludique des diverses versions du Quinet proposées par André Schmitt ? Une constante adaptation au lieu et aux pratiquants associée à de multiples inventions. La taille du cercle de départ, l’espacement des joueurs, les autorisations de déplacement varient selon la nature sableuse ou caillouteuse du sol, selon la présence de buissons ou de sous-bois. Les accessoires du jeu sont directement empruntés aux futaies voisines : bâtonnets et bayots sont coupés par les enfants eux-mêmes qui les taillent au couteau à la meilleure longueur. La formule est intéressante : c’est le joueur qui choisit la longueur de son bayot ; celui-ci doit être assez long pour être efficace mais plus il sera court, plus le joueur aura de chances de vaincre car le nombre de points gagnés est égal au nombre de longueurs de bayot comprises dans la distance du jet. Dans certains cas, la participation est individuelle, dans d’autres elle met en scène des équipes opposées. Pas d’arbitre : les participants eux-mêmes devront apprendre à se mettre d’accord, et l’on retrouve ici l’élément-clef du contrat ludique*. Ce point est particulièrement bien mis en évidence par Schmitt qui écrit : « Ces différentes situations provoquaient parfois de longues discussions qui se terminaient soit par des « fâcheries » et la fin du jeu, soit le plus souvent par l’établissement de conventions : il était décidé, par exemple, que l’on pouvait dégager la pointe du quinet sans le faire bouger en soufflant sur le sable, la terre ou le gravier que, dans l’herbe, on était autorisé à glisser le bâton par-dessous le quinet pour le projeter en l’air » (4). L’établissement collectif de ces conventions représente de véritables expériences d’apprentissage social.

80Le jeu commence par l’attribution du poste de gardien du quinet. Pour se départager, les enfants utilisent parfois des épreuves d’adresse (lancer son bayot le plus près possible d’une cible), parfois des formulettes ou des comptines de désignation. Le fréquent recours aux rituels est un élément intéressant du jeu traditionnel. Dans certaines variantes, notamment dans la Guise, Schmitt précise que le déroulement du jeu impose un échange de formulettes sous forme de questions-réponses permettant à chaque participant de broder selon son inspiration. Avant de frapper le quinet pour le faire rebondir en l’air, le batteur interroge : « quinet ? » et doit obligatoirement attendre qu’un trimeur ait répondu « guise » pour déclencher son geste ; mais, avant de prononcer ce sésame, les frimeurs peuvent lancer tous les mots rimant avec guise qui leur plaisent : crise, chemise, balise, remise, brise... Feintes et facéties jaillissent. Quand le jeu est mixte, si le trimeur dit « bise », le garçon et la fille concernés peuvent alors « se faire la bise ». Le rituel ne manque pas de complaisance.

81L’intervention du langage comme élément important du jeu, observée aussi aux Barres, à la Galoche ou à la Balle à sucre, tisse des liens originaux entre conduites verbales et conduites motrices, et favorise des jeux de rôles où la fantaisie s’en donne à cœur joie. Par la souplesse de ses rôles sociomoteurs, le Quinet autorise un grand brassage relationnel : les plus petits peuvent jouer avec les plus grands, les filles avec les garçons ; chacun y trouve sa place, accepté par les autres.

Diversité et intensité des jeux traditionnels

82Cette rapide évocation du Quinet suggère les richesses du jeu traditionnel : possibilité d’invention de nouvelles règles sur le champ, pouvoir instituant du groupe des joueurs, importance du contact avec le milieu naturel, originalité des modes de communication, capacité d’initiative et de décision motrice* laissée à chacun. Le Quinet n’est qu’un exemple parmi mille autres. L’observateur ne peut manquer d’être frappé par l’extrême diversité des jeux traditionnels : diversité dans les modes de relation à autrui et les structures de communication (duel*, jeux semi-coopératifs, interactions* ambivalentes...), dans les rapports à l’espace et aux objets (espaces non aménagés, objets improvisés et empruntés au milieu...), diversité dans les critères de réussite (absence de comptabilisation de points...). Certains jeux traditionnels sont radicalement différents des jeux institutionnels : l’exemple des jeux paradoxaux* (la Balle assise, les Trois camps...) dont le contenu original est irréductible à celui des sports collectifs en est une éclatante illustration.

83Les détracteurs du jeu traditionnel considèrent que les éducateurs favorables à la pratique de celui-ci « font du pipeau » ; cette expression condescendante et péjorative voudrait signifier que ces activités sont mièvres, sans relief et ne sollicitent guère de capacités sérieuses. Dans le cas du Quinet, la frappe du bâtonnet, ses reprises en plein vol, éventuellement enchaînées, les courses de déplacement, les stratégies d’attaque et de défense mettent en jeu des habiletés motrices qui n’ont rien à envier à celles du tennis ou du fleuret, du volley-ball ou du football. Les courses des Barres ou du Drapeau, les lancers de la Balle au chasseur, les affrontements de l’Épervier, des Prises de foulard ou du Sagamore peuvent être d’une rare intensité. Parallèlement, les activités physiques « libres » pratiquées sur le mode traditionnel (ski, canoë-kayak, planche à voile...) ont une réputation d’activités « douces » aux comportements indolents et « décontractés ». Préjugé notoire : les règles institutionnelles ne sont pas nécessaires à un engagement physique de qualité. Ici aussi s’affirme de plus en plus une pratique « sauvage », vigoureuse et intensive, un « tourisme de performance » à grande recherche émotionnelle pouvant éventuellement susciter une importante prise de risque.

84Sur tous les plans, biologique, affectif, relationnel, cognitif ou décisionnel, le jeu sportif traditionnel peut aisément rivaliser avec le jeu sportif institutionnel.

JEUX TRADITIONNELS ET JEUX PRÉ-SPORTIFS

85L’examen approfondi de l’opposition entre jeu institutionnel et jeu traditionnel qui vient d’être envisagée ne doit pas être esquivé. Il pose un problème quant à la nature des situations motrices* concernées : sont-elles homogènes ou au contraire irréductibles les unes aux autres ? Quels éléments les rapprochent ou les distinguent ? Il pose un problème pédagogique : convient-il d’accorder la prééminence à l’une des catégories aux dépens de l’autre ?

Une position tranchée

86En France, le doute ne semble pas permis : les textes officiels aussi bien que le courant pédagogique dominant considèrent les jeux traditionnels comme des activités mineures ; au mieux, ces « petits jeux » sont-ils envisagés comme « pré-sportifs », c’est-à-dire préparatoires aux sports proprement dits. Une telle conception impose un contenu d’enseignement et un cortège de progressions didactiques très orientés. De nombreux ouvrages, récemment parus, épousent ce point de vue et s’en inspirent étroitement dans leurs propositions d’enseignement. Cité d’abondance comme référence majeure par les adeptes du primat sportif, Friedrich Mahlo a longuement développé cette conception. Peut-on dégager les grandes lignes de celle-ci et en éprouver la validité ?

87Selon Mahlo, le jeu sportif institutionnel « est, dans le cadre de l’éducation et de l’instruction physiques, la forme de jeu supérieure, la forme la plus compliquée et la plus importante d’un point de vue social. Notre analyse, continue-t-il, envisage aussi leurs formes préparatoires, les « petits jeux » de l’enseignement sportif » ((3), p. 28). Une telle proposition, qui se présente avec la candeur d’une évidence, s’appuie clandestinement sur deux postulats. Le premier pose une communauté fondamentale entre les jeux traditionnels et les jeux institutionnels, communauté autorisant alors les transferts d’apprentissage* indispensables à la fonction préparatoire. Le second postulat envisage une progression se déroulant du jeu traditionnel vers le sport : celui-ci représenterait l’objectif d’aboutissement, la pratique supérieure, le couronnement d’une préparation qui ferait rationnellement appel à des pratiques plus élémentaires, agencées selon une progression menant du simple au complexe et du facile au difficile. Or, ces deux postulats ne résistent pas à une analyse sérieuse.

Des affirmations étonnamment fragiles

88La comparaison entre jeux institutionnels et jeux traditionnels, sous la perspective de leur logique interne*, témoigne pour de nombreux cas d’une profonde disparité : réseau des communications*, système des scores*, rapport à l’espace et au temps, sémiotricité* instrumentale, socio-affective et référentielle... Prétendre par exemple que la Balle assise est du même type que le hand-ball sous prétexte que dans les deux cas s’exécutent des tirs, des passes ou des interceptions à l’aide d’un même ballon, revient à confondre encore une fois des « mouvements » et des « conduites motrices* ». La logique interne de type paradoxal de la Balle assise privilégie le pouvoir de décision et de relation du joueur ; elle suscite des métacommunications motrices* empreintes d’ambivalence qui sont aux antipodes des interactions univoques et clairement tranchées de la structure de duel du hand-ball. La sémiotricité paradoxale, engendrant l’effet pervers ludique*, attestée uniquement dans le jeu sportif traditionnel, est profondément différente de la sémiotricité instrumentale qui règne dans la compétition* sportive. Considérée globalement, l’hétérogénéité des deux catégories de jeu est patente et le premier postulat s’effondre.

89Quant au second, il apparaît d’une rare fragilité : quels arguments permettent d’affirmer que le sport est une « forme de jeu supérieure », objectif final et couronnement de l’éducation physique* ? Pourquoi ne pas renverser la proposition précédente et avancer par exemple que le hand-ball est un préalable à la Balle assise et le jeu institutionnel une activité préparatoire au jeu traditionnel ? À l’appui de sa thèse, Mahlo fait état de résultats expérimentaux. Il a comparé les comportements tactiques d’une population expérimentale de jeunes enfants ayant suivi une formation systématique à l’aide de « petits jeux », aux comportements tactiques d’une population témoin ayant joué sans intervention délibérée de l’enseignant. Il constate en fin d’expérience que les premiers sont plus évolués que les seconds et en conclut qu’une préparation tactique systématique est possible et souhaitable dès le jeune âge. Que révèle finalement cette expérience : les enfants qui ont joué sur les conseils de l’enseignant jouent mieux que les autres (au regard des critères de l’efficacité tactique en sports collectifs). Il est intéressant d’apporter, comme Mahlo le fait, des preuves expérimentales à cette thèse, mais on ne peut en nier la banalité. Le propos de l’auteur est en réalité plus profond et plus masqué : « les petits jeux, affirme-t-il, permettent une bonne préparation aux jeux sportifs collectifs qui sont un moyen qualitativement supérieur de la formation et de l’éducation physiques » (p. 149). Cette proposition, leitmotiv de l’ouvrage de Mahlo, tient à la fois le rôle d’hypothèse, de conclusion, d’explication et de vérité d’évidence. La pratique préalable des jeux sportifs traditionnels améliore la pratique ultérieure des sports collectifs : voilà en gros ce que montre Mahlo. Il en conclut que le jeu traditionnel est une pratique simple, préparatoire au sport collectif complexe. Le biais interprétatif est patent.

90La contre-expérience est possible : nous avons proposé une situation de jeu traditionnel (Balle assise, Balle au chasseur), d’une part à un groupe expérimental ayant une bonne formation préalable en sport collectif, d’autre part à un groupe témoin n’ayant pas suivi une telle préparation. Les participants du premier groupe firent preuve au cours du jeu traditionnel d’une plus grande aisance motrice que les membres du second groupe ; ils déployèrent des stratégies motrices* bien plus élaborées, notamment dans les combinaisons collectives à deux ou trois joueurs. Ceux qui avaient préalablement pratiqué le hand-ball jouaient mieux à la Balle assise. Devons-nous en conclure que le hand-ball est une activité simplette, permettant « une bonne préparation » à la Balle assise qui serait « un moyen qualitativement supérieur de la formation et de l’éducation physiques » ?

Sociomotricité commune et structures irréductibles

91Sans doute convient-il d’abandonner toute relation de cause à effet linéaire et unilatérale, au profit d’une explication faisant intervenir des interactions causales intermédiaires pouvant s’exercer sur les deux catégories de jeu. Une hypothèse semble compatible avec les deux résultats enregistrés : les jeux traditionnels aussi bien que les jeux institutionnels sollicitent des capacités sociomotrices communes. Celles-ci concernent les phénomènes d’interaction motrice, de communication et de contre-communication, d’occupation de l’espace, d’appréciation des trajectoires et des vitesses ; elles renvoient aux phénomènes de préaction et de décodage sémioteur*. Sous des modalités variables on peut déceler, dans l’ensemble des jeux sportifs, des conduites stratégiques présentant entre elles de fortes analogies : marquage-démarquage, création d’intervalle, recherche du surnombre, accomplissement de feinte, anticipation motrice*, combinaisons tactiques en duo, trio ou quatuor... Des habiletés sont transposables : l’intelligence sociomotrice* peut trouver bénéfice à utiliser dans un jeu ce qui lui a été suggéré dans un autre. Mais ce fait d’observation ne permet pas d’affirmer que l’une quelconque des deux catégories de jeux est « préparatoire » à l’autre, prétendue supérieure.

92Nous avons précédemment constaté l’extrême diversité du contenu ludomoteur des jeux traditionnels, diversité qui exclut de les considérer eux-mêmes comme homogènes. D’autre part, l’analyse des universaux révèle les traits originaux de certains jeux traditionnels : absence de comptabilité des points, aucune équipe préconstituée, relations ambivalentes, rituels et jeux de rôles, situation paradoxale et effet pervers ludique... Ces particularités rendent ces jeux irréductibles aux sports. Prétendre que les jeux traditionnels sont inférieurs et préparatoires aux jeux traditionnels trahit une étonnante méconnaissance du sujet traité. Malgré la belle assurance de Mahlo, l’analyse des conduites sémiotrices du terrain dénote que sous certains aspects, la Balle assise ou les Barres sont « plus compliqués » que le hand-ball ou le volley-ball, et que les « petits jeux » ne sont pas nécessairement ceux auxquels pense cet auteur. Le présupposé inavoué est patent : les jeux sportifs retenus par l’institution sont des jeux supérieurs, par le fait même. Derrière les affirmations de ces adeptes du jeu institutionnel circule en filigrane cet étrange raisonnement qui ne nous convainc pas tout à fait : les jeux institutionnels ont été retenus parce qu’ils sont les meilleurs et ils sont les meilleurs parce que l’institution les a retenus. Une prise de distance critique s’avère nécessaire. Plutôt que d’établir de spécieuses hiérarchies au service d’une idéologie sous-jacente qui n’ose s’avouer, il serait sans doute préférable d’explorer tout le champ des pratiques ludomotrices, dont le sport est un riche sous-ensemble, et d’en approfondir les différentes ressources. La culture des diversités semble plus enrichissante que l’alignement dogmatique sur un modèle unique.

93Il est frappant de constater que la sempiternelle coupure péjorative entre le travail, considéré comme activité noble, et le jeu, qualifié de délassement puéril, est fidèlement reproduite ici entre le jeu institutionnel, proclamé noble et sérieux, et le jeu traditionnel taxé de puéril et inférieur. Le jeu institutionnel est poussé vers le versant de l’ergomotricité*. L’inscription idéologique s’y dévoile de façon flagrante.

94Ces remarques évoquent les inévitables conflits qui traversent les pratiques sociales normatives, surtout quand celles-ci sont lourdes d’implications socio-politiques. Elles confirment la nécessité d’engager une réflexion scientifique – donc critique – sur les pratiques ludomotrices, le besoin urgent de développer une théorie des jeux sportifs, partie prenante d’une praxéologie motrice*.

95 ►Jeu sportif institutionnel, théorie des jeux sportifs, jeu paradoxal, ethnomotricité, ludomotricité.

BIBLIOGRAPHIE

96(1) Boulogne (A.), Guillemard (G.), Marchal (J.-C.), Schmitt (A.).- Le boustrophédon, jeux de pleine nature, grands jeux. Paris : Le Scarabée, CEMEA, 1974.

97(2) Griaule (M.).- Jeux dogons. Paris : Institut d’ethnologie, 1938.

98(3) Mahlo (F.). - L’acte tactique en jeu. Traduit de l’allemand par J.-M. Argelès. Paris : Vigot Frères, 1969.

99(4) Schmitt (A.).- Le Quinet. Vers l’Éducation nouvelle, no 247, pp. 39-45 et no 251, pp. 43-49, Paris.

Table des illustrations

Légende Figure 17 Les deux grandes catégories de jeux sportifs.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© INSEP-Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
I
 
K
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search