Version classiqueVersion mobile
H
J

Jeux, sports et sociétés

 | 
Pierre Parlebas

Lexique

I

Texte intégral

INCERTITUDE

1 ■ Propriété d’imprévisibilité attachée à certains éléments d’une situation.

2Dans les situations motrices*, on distinguera deux types d’incertitude radicalement différents :

  • une incertitude associée au milieu physique : elle se réfère à des stimuli de l’environnement, à des éléments objectifs du monde matériel dont il est parfois difficile de prévoir les caractéristiques (dureté et déclivité du terrain, intensité et orientation du vent, qualité de la neige, présence de courants et d’obstacles, propriétés des engins et de l’environnement...). Les événements qui affectent ces éléments sont soumis au déterminisme classique du monde des objets physiques ;
  • une incertitude associée au comportement d’autrui : elle est liée aux actions et réactions des pratiquants qui tentent de résoudre une tâche motrice* nécessitant des interactions* de coopération et/ou d’opposition. Dans une telle situation, pour un joueur donné, la réponse des autres est en effet un élément de la tâche motrice. L’incertitude est donc liée ici à la marge d’imprévu correspondant aux attitudes, aux choix, aux décisions* des sujets agissants.

3Dans les deux cas, ce critère renvoie directement à la dimension informationnelle mise en jeu dans les pratiques motrices. Mais alors que, dans le premier cas, l’incertitude a pour origine le milieu matériel, dans le second c’est autrui qui est à la source de l’ambiguïté, autrui et son propre pouvoir de décision, sa possibilité de dissimulation, sa capacité de changement et d’improvisation sur le champ en fonction de ce qu’il perçoit ou préperçoit. La plage d’indétermination peut alors devenir très grande et elle est d’une tout autre nature que celle qui correspond au monde physique. Dans tous les cas, et bien que de façons très diverses, cette indétermination sollicite les capacités sémiotrices du sujet agissant qui tente d’interpréter le devenir immédiat de la situation. À chaque activité motrice répond une forme de sémiotricisation* particulière qui possède sa propre logique organisatrice.

4Les situations psychomotrices* ne sont confrontées qu’au premier type d’incertitude alors que les situations sociomotrices* recèlent les deux catégories. Quels sont les traits majeurs de ces deux types d’incertitude ?

L’INCERTITUDE ASSOCIÉE AU MILIEU PHYSIQUE

5Vis-à-vis de pratiquants confirmés, les situations motrices sont porteuses d’une information très variable qui permet schématiquement de distinguer deux cas :

6 L’information fournie par la situation motrice est quasiment nulle au cours de l’exécution de la tâche

7Autrement dit, les caractéristiques de la situation peuvent être connues à l’avance et sont donc prévisibles : l’incertitude est nulle ou plus exactement elle « tend vers » la nullité. Aucune surprise. C’est le cas des pratiques standardisées où les conditions d’exécution sont soigneusement « arrêtées ». Ainsi, en athlétisme, les règlements définissent-ils avec minutie les caractéristiques des lançoirs, des sautoirs, des aires d’élan, des pistes de course, des engins... L’athlète « déroule » un geste automatisé, longuement répété à l’entraînement. Cette uniformisation des éléments objectifs de la situation, elle-même rendue statique, supprime l’imprévu et favorise le montage de stéréotypes moteurs* hautement performants.

8 L’information fournie par la situation motrice est importante tout au long de l’exécution de la tâche

9Il y a incertitude car les caractéristiques et les réactions du milieu ne sont pas toutes prévisibles à coup sûr ; l’environnement n’est pas standardisé et peut être chargé d’imprévu à des degrés variables. On trouve ces conditions dans de nombreuses pratiques de pleine nature où le milieu est fluctuant : voile, canoë-kayak, vol libre, alpinisme, spéléologie, planche à voile, ski, vol à voile, montgolfière, parachutisme, grands jeux de pleine nature... Dans la pratique, l’exécutant émet des hypothèses qui vont orienter ses décisions, c’est-à-dire qu’il affecte intuitivement des probabilités subjectives aux éléments pertinents de la situation (force du courant, présence de turbulences, résistance de la neige...). Le cas extrême de l’incertitude est atteint quand, plusieurs éventualités étant possibles, chacune est affectée de la même probabilité d’occurrence.

10Entre ces deux limites, incertitude nulle et incertitude maximum, toute une gamme d’intermédiaires est évidemment possible. D’une façon générale, les activités de pleine nature représentent des situations où l’incertitude est très prononcée, propriété qui devient encore plus manifeste dans les pratiques « sauvages » ou les randonnées à l’aventure (ski, canoë-kayak, vol libre, plongée sous-marine, radeau, nage de descente de rivière...).

11La personne agissante doit alors se livrer à un véritable décodage* de la situation, décodage qui met en jeu ses capacités sémiotrices.

12Cette notion d’incertitude associée au milieu extérieur revêt un grand intérêt dans l’étude des pratiques physiques ; elle peut en effet jouer un rôle important sur plusieurs plans que nous allons rapidement envisager.

La nature des conduites motrices

13Selon que l’environnement est bien arrêté et normalisé ou qu’il est fluctuant et chargé d’incertitude, les conduites motrices* des participants présentent des caractères très dissemblables. Dans le premier cas, l’incertitude étant réduite à sa plus simple expression, l’athlète peut totalement pré-programmer son action qui se déroulera d’un seul tenant en une séquence motrice parfaitement automatisée. L’anticipation motrice* peut alors pleinement se déployer sans heurt en permettant un rendement élevé à ce stéréotype moteur (athlétisme, agrès, haltérophilie, natation...). La régulation du geste n’est plus à dominante extéroceptive (la prise d’information à l’extérieur est réduite), mais devient proprioceptive, ce qui dote le geste d’une grande autonomie vis-à-vis de l’environnement ; le code sémioteur* est alors stabilisé et particulièrement simple.

14Dans le second cas, l’incertitude étant prononcée, le participant ne peut pas se contenter de dérouler un automatisme : il doit constamment prendre des décisions motrices ajustées à l’information issue de l’environnement, qu’il prélève en permanence. Le pratiquant est en prise d’informations et en prise de décisions constantes : c’est un stratège qui estime des probabilités, fait des paris et réajuste sans cesse son comportement aux aléas de la situation ; le code sémioteur est alors complexe et chargé d’éléments polysémiques.

15Ce paramètre incertitude, indexé à l’environnement physique, affecte de façon si marquée la nature profonde des conduites motrices que nous l’avons retenu comme un des trois critères de classification* des situations motrices (cf. domestication/sauvagerie* et figure 11). Ce choix repose sur l’idée que l’individu agissant ne doit pas être considéré comme un organisme séparé de son milieu mais comme une personne essentiellement en relation avec son environnement physique. Ce ne seront pas des paramètres se rapportant par exemple à des données individuelles de mobilisation biomécanique qui seront ainsi retenus, mais des critères qui rendent compte directement d’un rapport du sujet avec son environnement.

L’apprentissage

16Les procédures d’apprentissage varieront considérablement selon qu’elles concerneront des situations standardisées ou des situations mouvantes. Dans le premier cas, on montera des automatismes très perfectionnés, dans le second on développera les capacités de prise d’information et d’anticipation motrice en relation avec les fluctuations de l’environnement. D’un côté l’adaptation, de l’autre l’adaptabilité. On remarquera que, dans la préparation d’une épreuve à incertitude, une des préoccupations du participant sera de réduire celle-ci le plus possible : prévision météorologique, « reconnaissance » sur le terrain du parcours de rallye automobile, « reconnaissance » de la piste de ski, du parcours de kayak... ce qui, a contrario, souligne bien l’importance de cette incertitude dans l’exécution pratique de la tâche.

La réalité sociale

17C’est un fait étonnant que toutes les situations motrices prises en compte par les instances sociales, et donc institutionnalisées, sont réglementées de telle sorte que l’incertitude tend à y être fortement réduite, voire totalement annulée. On arrive même à supprimer l’influence des conditions atmosphériques en organisant les compétitions en salle. La société tend ainsi à normaliser et à figer les situations sportives (figure 4) ; il pourrait être intéressant de réfléchir sur les fonctions d’une telle normalisation réductrice de l’incertitude (comparaison des performances, établissement de records, enregistrement de « progrès »...).

18D’autre part, il serait certainement fructueux d’établir des corrélations entre la distribution de l’incertitude affectant les pratiques sportives et des variables psychologiques ou sociologiques caractérisant les participants. On pourrait ainsi tester par exemple le rapport entretenu entre la dimension informationnelle des pratiques sportives et les caractéristiques de la personnalité ou la catégorie socio-économique des pratiquants. Une telle démarche reviendrait à croiser une variable praxéologique avec une variable psychologique ou sociologique.

L’expérience préalable

19L’incertitude dont nous parlons ne se réfère donc pas au résultat aléatoire d’une compétition* (la « glorieuse incertitude » du sport*) ; elle ne se rapporte pas non plus à l’état de doute dans lequel serait l’individu au sujet de sa réussite. Elle concerne l’information émise par l’environnement. Mais force est de constater que sur le terrain cette « information » correspondra toujours à une interprétation, à un « traitement » des stimuli de la part du sujet agissant. En conséquence, une « même » information objective émise par une situation donnée correspondra à une incertitude qui pourra varier selon les individus. La probabilité de détection des stimuli dépend en effet de l’expérience du pratiquant, expérience qui permet à celui-ci d’établir une relation plus ou moins adéquate entre les données du milieu observé et la réponse corporelle à fournir. C’est ainsi qu’au cours de tout apprentissage moteur, le pratiquant apprend à déceler les éléments porteurs d’une information utile et à interpréter ce qu’il perçoit. Apprendre le ski, le kayak, l’escalade, c’est pour une part importante apprendre à déchiffrer un champ de neige, une « veine », une paroi, c’est-à-dire à déceler des indices* pertinents qui apportent une information convertible en comportements moteurs* d’ajustement.

20Ainsi une situation fixe et standardisée peut-elle paradoxalement présenter de l’incertitude pour un pratiquant, dans la mesure où celui-ci n’en a aucune expérience préalable. L’incertitude n’est pas liée ici directement à la nature de la tâche, à son imprévisibilité interne, mais à l’imprévisibilité externe due à l’inexpérience du sujet et à son ignorance de phénomènes pourtant connaissables en droit à l’avance (enfant jeune et débutant, activités nouvelles, début d’apprentissage...).

21En tout état de cause, l’incertitude associée au milieu extérieur répond toujours à une interprétation de l’individu agissant qui, en fonction de son expérience passée, de son degré de maîtrise corporelle, de ses capacités d’anticipation, l’évalue de façon personnelle (estimation en termes de probabilités subjectives). C’est la raison pour laquelle, dans une classification des situations motrices-types (ski, saut en hauteur, voile...), il convient d’adopter le point de vue du pratiquant averti, ce qui tend à neutraliser le paramètre subjectif – en l’occurrence non pertinent – au profit des éléments objectifs de la situation (environnement stable et sans imprévu ou au contraire environnement mouvant et non totalement prévisible) ; ce point de vue revient simplement à considérer le sport tel qu’il est concrètement pratiqué dans les situations institutionnelles habituelles.

L’INCERTITUDE ASSOCIÉE AU COMPORTEMENT D’AUTRUI

22Les réactions d’un individu agissant confronté à d’autres participants ne peuvent pas être devinées de façon certaine. Chaque joueur est un centre de décision et d’action original dont les comportements sont porteurs d’imprévu. Une grande partie de l’action d’un équipier de sport collectif par exemple consiste à jouer de l’incertitude induite par ses comportements : il cherche d’une part à annuler l’incertitude vis-à-vis de ses partenaires, d’autre part à majorer l’incertitude vis-à-vis de ses adversaires. La présence d’une telle incertitude est partie constitutive de la co-action suscitée par la sociomotricité* (sports de combat, escrime, tennis, rugby, handball, jeux sportifs traditionnels...). Dans ce second cas, c’est aux comportements des coparticipants qu’est associée la dimension informationnelle.

23Le problème se pose ici de façon tout à fait originale par rapport au cas précédent de l’affrontement du milieu physique. Cette fois-ci, il s’agit d’un milieu humain, lui-même doué de réflexion tactique, de décision et d’anticipation motrices. Le joueur est donc incité à faire des anticipations d’anticipations et à agir au second degré. La signification des actes tactiques doit être décodée. La sémiotricité* bat son plein. La préaction* du joueur correspond à un pari implicite ou explicite sur le déroulement à venir des interactions, pari qui tente d’apprivoiser l’incertitude inséparable des propres décisions d’autrui. Ce phénomène de réduction de l’incertitude est d’ailleurs parfois très complexe : un joueur peut deviner et anticiper l’action d’un participant qu’il ne voit absolument pas, uniquement à partir de ce qu’il observe du comportement d’autres joueurs dont il pense qu’ils s’adaptent à l’action de ce participant. Le joueur, miroir d’un autre miroir.

24Ce type d’incertitude renvoie à toute la complexité des phénomènes de préaction, à l’ensemble des processus sémioteurs de la communication. Dans la classification des situations motrices, ce facteur « incertitude liée au comportement d’autrui » est pris en compte (associé à d’autres éléments) dans le contenu même des deux critères retenus : la communication* et la contre-communication* motrices.

25Une question se pose à l’observateur : cette incertitude peut-elle être appréciée quantitativement ? Deux cas de figure extrêmes seraient susceptibles d’encadrer son intervalle de variation : les situations où elle tend vers zéro et celles où elle tend vers le maximum. Or ces deux situations-types sont sur-représentées dans la réalité sociale : à l’un des pôles, les pratiques standardisées suscitant des stéréotypes moteurs et, à l’autre pôle, les pratiques « sauvages » de pleine nature (ou pratiques d’affrontement d’adversaires). Cette pléthore de cas extrêmes a retenu notre attention ; on peut cependant envisager une analyse plus fine des situations étagées sur la dimension domestication/sauvagerie, analyse qui évaluerait de façon quantifiée des « degrés » d’incertitude. Le cadre de la théorie de l’information semble s’y prêter : dans cette perspective, ce degré d’incertitude serait mesuré par l’entropie. Une telle étude reposerait sur l’estimation des probabilités affectant les éléments de la situation réputés pertinents. C’est en référence à cette notion de probabilité que nous avons préféré le concept d’incertitude (qui évoque clairement l’incertain, le plus ou moins probable) à celui d’information dont le sens courant (contenu du message) entretient une confusion avec le sens de la théorie de l’information (probabilité d’occurrence du message).

26L’étude des situations ludomotrices à l’aide de la théorie de l’information est très délicate car le jeu sportif fait intervenir beaucoup plus de paramètres qu’un énoncé verbal transmis par voie téléphonique. Il faudra définir totalement l’univers de référence, identifier les stimuli pertinents et les réponses à fournir, apprécier les probabilités correspondantes. Dans de nombreux cas, les données subjectives joueront un rôle déterminant. Il semble évident, par exemple, que les décisions et les stratégies motrices* des individus agissants dépendent pour une grande part de l’estimation de ces degrés d’incertitude. Les pratiques en milieu incertain, notamment en pleine nature, se prêtent à une telle analyse : voile, canoë-kayak, vol à voile, montgolfière, vol libre, ski, rallye, randonnée... On pourrait également, semble-t-il, traiter les situations sociomotrices dans cette perspective, notamment celles qui limitent (relativement) les comportements de l’adversaire dans un cadre précis : escrime, sports de combat, tennis (notamment en simple), volley-ball.

27 ►Classification, stéréotype moteur, domestication/sauvagerie, sémiotricité, indice.

INCONSCIENT MOTEUR

28 ■Contenu et organisation des conduites motrices* d’une personne agissante, considérés sous deux perspectives différentes :

29 - une perspective descriptive : traduisant le fait qu’une très faible partie seulement des opérations déclenchées par les conduites motrices (perception, motivation, mobilisation et régulation neuro-musculaire...) fait l’objet d’une réelle « prise de conscience »

30 - une perspective dynamique : soulignant que les conduites motrices de la personne agissante sont souvent impulsées à son insu par des mobiles ignorés, refoulés et porteurs de façon conflictuelle d’un sens latent masqué par le sens apparent manifeste.

31Le fait est brutal : l’individu agissant ignore, pour une part non négligeable, comment il agit et les mobiles qui le poussent à agir. Aux yeux d’un esprit rationnel, cette proposition pourrait paraître irrecevable : cependant, si elle est, bien entendu, en accord avec les recherches cliniques de type psychanalytique, elle trouve également confirmation du côté des recherches expérimentales menées tant par les neurophysiologistes que par les psychologues étudiant les opérations cognitives et le développement de l’intelligence. Mobilisant l’affectivité, suscitant une activité opératoire complexe, provoquant des relations interindividuelles effervescentes, les conduites motrices n’échappent évidemment pas aux vastes zones d’ombre de l’inconscient.

32Cette limitation de la connaissance des phénomènes praxiques* n’interdit cependant pas au motricien* de se donner comme objectif pédagogique la maîtrise des conduites motrices. En effet, d’une part l’éducation peut développer une certaine connaissance de son corps agissant – une sensibilité kinesthésique très affinée par exemple – et une lucidité accrue des décisions motrices* notamment dans les situations de sémiotricité* ; d’autre part, il convient de préciser que cette maîtrise se rapporte principalement à des objectifs extérieurs, aux résultats de l’action. Ainsi du skieur capable de parcourir un slalom sans faute, du tireur qui touche sa cible ou du basketteur dont le comportement en match est toujours opportun et efficace. Il ne s’agit donc pas de la maîtrise des mécanismes et des fonctionnements praxiques intimes mais d’une maîtrise instrumentale résultante et globale. Le motricien doit être averti des limites indépassables de la « prise de conscience » des phénomènes moteurs sinon il court le risque de mettre en place des stratégies pédagogiques reposant sur des fictions. Il a également beaucoup à gagner d’une lecture au second degré des conduites des pratiquants, en prenant en compte un sens affectif et relationnel second, masqué par la signification immédiate de l’acte instrumental : en bref, il doit être attentif aux phénomènes de métamotricité*.

33Abordons succinctement les deux perspectives précitées sous lesquelles on peut envisager l’inconscient moteur.

LA PERSPECTIVE DESCRIPTIVE

L’inconscient cognitif

34Si le gardien de but de football qui « sort » sur un « centre » de l’ailier adverse ou le barreur qui vire de bord devaient « prendre conscience » de tous les éléments de la situation motrice* qui sont à la source de leur conduite, ils seraient condamnés à rester figés sur place devant l’ampleur de ces exigences. Une myriade de stimulations bombarde l’individu agissant, des volées de trains d’onde cheminent dans les organes de commande, des milliers de connexions s’établissent, des circuits activateurs et inhibiteurs sont sollicités, une infinité de micro-contractions musculaires est déclenchée. Le sujet n’a en réalité conscience que de sensations partielles et de certains résultats. Heureusement, serait-on tenté de commenter, sinon la tâche deviendrait incommensurable. Il est même banal de constater que lorsque l’exécutant cherche à fixer toute son attention sur le fonctionnement de son acte, le résultat risque d’en être perturbé.

35De telles constatations qui révèlent la pauvreté du contenu conscient de la pensée par rapport à son fonctionnement intime ont conduit Jean Piaget à développer l’hypothèse d’un « inconscient cognitif » ((7), p. 36). L’enfant réussit de nombreuses tâches motrices*, mais sans avoir conscience des actions précises qu’il accomplit ou même en se trompant de façon grossière à leur sujet. Autrement dit, l’individu qui fait preuve d’adresse n’a pas nécessairement une représentation correcte de cet acte adroit ; si les résultats sont nettement perçus, les mécanismes sous-jacents semblent maintenus sous une chape obscure. Cet inconscient cognitif, écrit Piaget, « consiste ainsi en un ensemble de structures et de fonctionnements ignorés du sujet sauf en leurs résultats » (p. 38) et s’accompagne des mécanismes inhibiteurs d’un « refoulement cognitif » (p. 40). Selon cet auteur, la prise de conscience revient à reconstruire de façon conceptuelle et à réorganiser sur un plan supérieur en intégrant des données nouvelles ce qui était déjà concrètement organisé sur le plan de l’action.

Des prises de conscience partielles

36Au cours des apprentissages moteurs, la prise de conscience de données nouvelles en vue d’une réorganisation de la conduite s’impose de façon constante : l’athlète apprend à mieux percevoir la « poussée de sa jambe d’appel », le gymnaste à mieux « placer son bassin », le kayakiste à « gîter » et à « contre-gîter » à bon escient face aux soubresauts du courant, le conducteur à intégrer dans ses comportements « l’encombrement » de son véhicule. Cette sensibilisation est si aiguë que le skieur a parfois l’impression de sentir la neige à partir de ses spatules. Ces affinements kinesthésiques favorisent l’amélioration de la performance. Aussi le motricien tentera-t-il de les multiplier. Les techniques modernes d’apprentissage par bio-feedback répondent à cet objectif : elles consistent à informer le pratiquant des réactions de son organisme ou des résultats locaux de son action au moment même où il agit. Ainsi, à l’aide d’un appareillage physiologique pouvant transmettre des signaux en retour, on informe par exemple un rameur de certaines de ses réponses biologiques (cardiaques, musculaires...) ou de certaines caractéristiques de son exécution technique (trajectoire de la « pelle », synchronisation des gestes... Le pratiquant peut ainsi « prendre conscience » des résultats de son action, ce qui lui permettra dans un premier temps de sélectionner le comportement le plus efficace et dans un second temps de l’automatiser. Dans un autre registre, plus global, l’autoscopie à l’aide du magnétoscope poursuit, entre autres, ces mêmes objectifs. Remarquons que dans toutes ces situations motrices, la prise de conscience porte essentiellement sur des résultats et non sur des mécanismes.

37Si les processus neuro-physiologiques restent toujours pour l’essentiel opaques, en revanche le fonctionnement des conduites d’interaction motrice* peut bénéficier d’une certaine élucidation. Les entretiens avec les sportifs de haut niveau montrent qu’un joueur de tennis ou de sport collectif n’est pas toujours capable d’indiquer les éléments de l’environnement qui sont à la source de sa propre action, pourtant exécutée en virtuose. L’intelligence sociomotrice* est trouée de grandes plages d’inconscience. Le phénomène est flagrant dans la perception des indices* pertinents prélevés dans les comportements d’autrui au cours des interactions stratégiques et des feintes. Les mécanismes de la sémiotricité qui frappent souvent le spectateur par la clairvoyance qu’ils semblent dénoter se déroulent fréquemment sans que leurs artisans en aient une claire conscience. Or, la prise en compte motrice des indices pertinents à encoder et à décoder est nettement perfectible par un apprentissage explicite. De même, le décodage de l’environnement des situations « à sauvagerie » s’améliore considérablement par une élucidation des processus sous-jacents. Une part de cet inconscient moteur peut ici être levée. Il est étonnant que la pédagogie traditionnelle néglige ce domaine où la « prise de conscience » possède tant d’implications alors qu’elle insiste à propos d’opérations où celle-ci semble vouée à l’échec. Le problème revient à tenter de réduire l’incertitude* de situations fluctuantes. Prendre conscience de certains phénomènes sous-jacents, c’est se donner les armes d’une décision motrice efficace.

L’automatisme libérateur

38Au cours de l’action motrice*, les processus inconscients jouent un rôle prodigieux d’économie. En ce sens, l’automatisme est libérateur. L’apprentissage moteur consiste pour une part importante à multiplier les séquences ne demandant pas le recours soutenu de la vigilance, de telle sorte que celle-ci puisse ainsi se consacrer aux difficultés nouvelles ou aux décisions motrices face à l’incertain. Le stéréotype moteur* est l’illustration d’un comportement à basse vigilance vis-à-vis d’un environnement standardisé, d’un comportement programmé hautement performant. Dans de telles situations, la non présence dans le champ de la conscience d’éléments qui y seraient en surcharge, la capacité d’oubli, deviennent la condition de la réussite.

39Hors le cas du stéréotype moteur, les pratiques physiques sollicitent fréquemment la prise de décision. Pour le basketteur, le joueur de tennis ou le kayakiste, le problème sera de disposer des comportements moteurs* ajustés à ses stratégies de brûle-pourpoint. Le pratiquant doit percevoir avec acuité les éléments pertinents de la situation pour y être adaptable tout en étant capable de déclencher sur le champ les réponses afin d’y être adapté. La maîtrise motrice repose sur un souple va-et-vient entre le rejet hors du champ de conscience immédiat des éléments encombrants et la sélection lucide des traits décisoires de la situation.

LA PERSPECTIVE DYNAMIQUE

Un investissement affectif

40Accordant aux désirs inconscients un rôle important dans la structuration des conduites, cette orientation a longtemps été ignorée de l’éducation physique* et du sport*. On croyait pouvoir réduire l’activité motrice à un ensemble de phénomènes biomécaniques, doublé éventuellement d’opérations cognitives dominées par la raison. Cette conception instrumentale de la personne agissante est difficilement recevable ; il suffit d’observer les bondissements et les fuites des enfants jouant dans une cour ou apprenant à nager pour en être persuadé : la passion et l’irrationnel envahissent les impulsions, les courses, les détours, les abandons et les crispations.

41Les conduites motrices sont la manifestation d’une personnalité mue par ses désirs et dont la recherche de satisfaction se heurte aux obstacles que lui oppose la réalité extérieure : rivalité avec autrui, difficultés de la tâche, règle du jeu, sanctions de l’échec. Condamnés par les interdits sociaux et donc irrecevables par la claire conscience qui a intériorisé normes et tabous, ses désirs sont refoulés. Dans cette perspective psychanalytique, le conflit est constitutif de la personne : des mécanismes de défense s’organiseront qui endigueront et travestiront en symptôme ou formation de compromis la poussée interne de la pulsion. « S’il fallait faire tenir en un mot la découverte freudienne, écrivent Laplanche et Pontalis, ce serait incontestablement en celui d’inconscient » ((5), p. 197) C’est essentiellement par l’analyse des productions verbales que l’inconscient a été exploré. Il n’est peut-être pas déraisonnable de formuler l’hypothèse selon laquelle les conduites motrices, dans leurs modalités précises d’espace, de temps et d’interaction, témoignent elles aussi de la structure de cet inconscient ; on peut alors les interpréter comme la manifestation conjointe du désir et des défenses.

42C’est bien ce que semblent penser les éducateurs affirmant intuitivement qu’au cours des jeux sportifs*, les comportements des enfants peuvent être « lus à livre ouvert ». Les manifestations inconscientes semblent affleurer dans les conduites de ruse et de filouterie, de mise à l’écart ou de recherche de contact. La présence des règles qui légalisent le choc des corps, le fait que le jeu possède le statut d’une activité futile ne prêtant pas à conséquence lèvent certaines défenses et favorisent un massif investissement affectif dans l’action corporelle.

Le jeu sportif est un rêve

43Le jeu est un rêve, le rêve du joueur qui met en scène le scénario du fantasme qui le hante (6). Les conduites ludiques peuvent être interprétées comme l’expression d’un imaginaire inconscient. Jouer à Minuit dans la bergerie, à Cache-cache ou à la Mère garuche, choisir le rugby plutôt que le volley-ball, le fleuret plutôt que la lutte mobilise la fresque fantasmatique d’une fantaisie agie. Au sujet précis du jeu, Sigmund Freud avait amorcé la démarche avec son célèbre exemple de l’enfant à la bobine ((3), pp. 13-20) ; c’est à Mélanie Klein que revient le mérite d’avoir développé l’analogie entre le jeu de l’enfant et le rêve en montrant que le jeu est l’accomplissement d’un désir inconscient : « J’étudiais en outre, écrit-elle, la remarquable analogie qui existe entre les moyens de figuration onirique d’une part, et ludique de l’autre, ainsi que l’importance de l’accomplissement des désirs dans ces deux formes d’activité psychique » ((4), p. 242). Les conduites du joueur se prêtent ainsi à une approche clinique et peuvent être étudiées avec tout l’appareil conceptuel psychanalytique.

44Le jeu sportif est le rêve d’un groupe, groupe qui distribue les rôles, suscite des échanges et des contacts au cours desquels les corps se font signe. Freud, une fois encore, avait souligné que « l’essence d’une foule consiste dans les liens libidinaux qui la traversent de part en part, comme un réseau serré » ((3), p. 315). Élargissant la brèche, Didier Anzieu a soutenu l’idée selon laquelle « le groupe est un rêve », le groupe est « la réalisation imaginaire d’un désir » ((1), p. 56) ; dans les groupes réels, affirme-t-il, « l’essentiel (...) c’est l’inconscient » (p. 56). L’équipe sportive qui « fait corps » en « faisant front », les rondes, farandoles et groupes affrontés du jeu sportif traditionnel* se prêtent à une interprétation en termes d’imaginaire commun et de fantasme unifiant. Angoisse de morcellement et pulsions agressives se retrouvent dans la mêlée de rugby ou dans la traversée de frontière des Contrebandiers et douaniers.

45Enfin, le jeu sportif est le rêve d’une société. Les jeux traditionnels sont comme la transcription sur le mode de Faction corporelle des grandes fresques de notre culture que sont les contes de fées ou les contes de Perrault. Le Petit chaperon rouge resurgit dans Loup y es-tu ?, et le Petit poucet ramasse les cailloux blancs sur les sentiers des Jeux de piste et des Courses au trésor. Le sport devient un fantasme social, comme le mythe. Dans ses deux études, sur le catch et le Tour de France cycliste, Roland Barthes montre avec brio combien la « fonction d’emphase » du sport qui met en scène des « dieux », porte les traits « du combat mythologique entre le Bien et le Mal » ((2), p. 22). Les « grands thèmes merveilleux » (p. 23) du sport s’inscrivent dans « une épopée » qui constitue « un mythe total » (p. 118). Et comme le rêve, le mythe est un méta-langage de déformation qu’il convient de déchiffrer. N’y a-t-il pas duplicité à présenter le sport actuel comme allant de soi, comme « naturel » ? N’est-ce pas là une superbe illustration de la définition barthésienne du mythe : « une parole dépolitisée » (p. 230) ? Et que n’y aurait-il pas à dire au sujet du mythe absolu des Jeux Olympiques ?

Une sémiologie* de la ludomotricité

46Que l’on considère le point de vue de Piaget, de Freud, de Barthes, on est toujours confronté à une organisation de signes*, c’est-à-dire à un système sémiologique à déchiffrer. L’action motrice du footballeur, du karatéka ou du plongeur sous-marin ne s’épuise pas dans la description et l’évidence de leurs comportements. Des sens à plusieurs niveaux se superposent, se fondent et se télescopent. À vrai dire, c’est bien aussi en cela que la pratique ludomotrice est passionnée et passionnante.

47Le concept d’inconscient moteur concerne essentiellement des conduites individuelles ; mais celles-ci se nourrissent d’un symbolisme issu du groupe et de la société. Les représentations imaginaires, les défenses et les décodages de l’individu agissant dépendent profondément du milieu socio-culturel. Cet investissement affectif semble par exemple particulièrement prononcé dans le développement actuel des activités de plein air au cours desquelles le pratiquant affronte la sauvagerie du milieu. Les motifs rationnels ne peuvent suffire à rendre compte des conduites de vertige et de défi. Gravir de hauts sommets, pénétrer le monde sous-marin, s’enfoncer dans les « entrailles » de la terre alertent une imagerie symbolique qui ne livre pas immédiatement tout son sens. Les récits des alpinistes, des spéléologues, des plongeurs ou des navigateurs sont étonnamment éloquents quant aux passions ingénument masquées derrière l’acte réputé désintéressé et gratuit. Le beau titre de Lionel Terray : Les conquérants de l’inutile témoigne de cette ingénuité. De quel inutile s’agit-il en effet ? La conduite du sportif en quête de satisfaction est profondément intéressée. Tout acte « gratuit » recherche en réalité une gratification symbolique. La dynamique de la conduite individuelle, tout comme celle des représentations sociales, renvoie à des mobiles profonds qui doivent composer avec les impératifs de la réalité extérieure. Le fait que les pratiquants affrontent souvent la mort et que nombre d’entre eux y laissent leur vie surdétermine les symboles : l’enjeu réel est manifestement en décalage. Le mythe peut naître. Un champ immense et encore peu exploré se propose à l’analyse : celui d’une sémiologie culturelle des pratiques ludomotrices.

48Il semble ainsi d’un grand intérêt de prendre en compte les manifestations d’un inconscient moteur pour interpréter les conduites motrices du terrain. Dans l’étude des jeux sportifs, elles rentrent dans le cadre des éléments de la « logique externe ».

49On peut observer comment elles s’adaptent aux contraintes capitales de la logique interne* du jeu sportif (distances, espaces, sauvagerie, vertige, réseaux, universaux*...). En effet, le joueur n’adopte pas une conduite quelconque : quels que soient ses perceptions subjectives et ses désirs inconscients, jouant au volley-ball par exemple il inscrira inéluctablement ses actes dans le réseau prédéterminé des sous-rôles sociomoteurs*. Quelles que soient les variations comportementales du participant, elles s’inscrivent toujours dans des invariants préalablement posés. Le système d’interaction du jeu s’impose à tous : l’influence de l’imaginaire inconscient s’exerce parmi d’autres influences. Le joueur ne se dissout pas plus dans une instance inconsciente et inaccessible que dans une société toute puissante et impalpable.

50Dans le réseau des contraintes internes et externes, le pratiquant perçoit, interprète, décide, interagit. Les manifestations de l’inconscient moteur peuvent être interprétées comme des éléments de la logique externe des jeux sportifs exprimant l’imaginaire conflictuel des personnes agissantes en réponse aux contraintes définitoires de la logique interne de ces jeux.

51 ►Conduite motrice, ludomotricité, domestication/sauvagerie, stéréotype moteur, métamotricité.

BIBLIOGRAPHIE

52(1) Anzieu (D.).- Étude psychanalytique des groupes réels. Les Temps Modernes, no 242 pp. 56-73, 1966.

53(2) Barthes (R.).- Mythologies. Paris : Éditions du Seuil. 1957.

54(3) Freud (S.).- Essais de psychanalyse. Paris : Payot, 1966.

55(4) Klein (M.).- Essais de psychanalyse. Paris : Payot, 1967.

56(5) Laplanche (J.), Pontalis (J.-B.).- Vocabulaire de la psychanalyse. Paris : PUF, 1967.

57(6) Parlebas (P.).- Jeu sportif, rêve et fantaisie. Esprit, no 5, pp. 784-803. Paris, 1975.

58(7) Piaget (J.).- Inconscient affectif et inconscient cognitif. In : Problèmes de psychologie génétique, pp. 36-53. Paris : Éditions Denoël, 1972.

59(8) Terray (L.).- Les conquérants de l’inutile. Paris : Gallimard, 1961.

INDICE

60 ■Élément observable d’une situation motrice*, susceptible de représenter un autre élément absent ou, de façon plus large, de témoigner d’un événement, d’une propriété ou d’un projet non immédiatement perceptibles.

61Ainsi, la consistance, le granulé ou le brillant d’une plaque de neige peut être pour le skieur l’indice d’un passage de glace ; un changement de turbulence et un friselis en surface peuvent « indiquer » au kayakiste la présence d’un contre-courant au ras de la « veine » ; la direction du pied d’appui d’un tireur de coup franc pourra être l’un des indices permettant au gardien de prévoir un tir au but direct ; la violente tirade sur son kimono pourra être interprétée par le judoka comme l’indice du déclenchement du « spécial » de son adversaire. La détection, l’interprétation et la prise en compte des indices jouent un rôle capital dans les processus d’anticipation motrice* et de préaction* ; elles sont à la racine des phénomènes de sémiotricité*.

EN SITUATION PSYCHOMOTRICE

62En situation psychomotrice*, la reconnaissance des indices est une donnée majeure, très perfectible avec l’entraînement. On s’aperçoit que la capacité de décoder la neige, le sol, le vent, les courants croît avec l’apprentissage et, à vrai dire, en constitue la condition indissociable, fait corps avec lui. Cependant, la question n’est pas simplement de « lire » le milieu extérieur, mais d’intégrer ce décodage à une conduite motrice* efficace : pour le kayakiste, « lire » un contre-courant ou deviner le croisement de deux courants en un perfide « portefeuille » est certes indispensable, mais l’important est de convertir ces indices en un comportement* adapté, en un appel d’incidence opportun, une gîte ou une contre-gîte favorables.

63Lorsque le milieu est standardisé, le problème du pratiquant n’est plus de déchiffrer un environnement dont il a pu au préalable épuiser toute l’information utile, mais de préprogrammer, dans ce contexte figé, l’automatisme le plus performant possible qui tend alors à devenir un stéréotype moteur*. Les indices utilisés sont, eux aussi, programmables, parfois même artificiellement ajoutés (les « marques » des courses d’élan ou des courses de relais, la « cloche » du dernier tour de piste...). Dans certains cas, pour pallier l’insuffisance de ses appareils sensoriels, le pratiquant se dote d’appareils de substitution : manomètre en plongée sous-marine, boussole en course d’orientation, compteur de vitesse dans de nombreuses conduites d’engin, précautions qui soulignent la dimension informationnelle de certaines pratiques sportives.

64À vrai dire, le sportif n’a généralement pas affaire à un indice isolé mais à un faisceau d’indices. Et ceux-ci ne s’imposent pas d’eux-mêmes : sur le terrain, la perception subjective du sujet agissant est très sélective ; ce dernier ne retient que l’information qui lui semble pertinente. En cela, son décodage* est toujours une interprétation liée à une part d’incertitude* comportant un potentiel d’erreur et de risque.

EN SITUATION SOCIOMOTRICE

65En situation sociomotrice*, le problème est double : il faut à la fois décoder les indices portés par les comportements moteurs des autres joueurs et encoder ses propres comportements – c’est-à-dire produire des indices – exposés autant à ses adversaires qu’à ses partenaires. La nature de ces indices est originale. L’incertitude est ici toute différente de la précédente ; elle tient non aux contingences objectives du milieu extérieur, mais aux décisions subjectives des individus interagissants. Elle est également liée à une possibilité de dissimulation et de subterfuge, et renvoie au problème-clef de la sémiotricité sportive : la feinte. Un indice peut en effet n’être qu’un pseudo-indice ou un contre-indice, sciemment produit pour égarer l’adversaire. Une part importante des efforts des joueurs consiste précisément à entretenir l’incertitude associée à la dynamique de leurs comportements moteurs.

66Le pratiquant se trouve face à une constellation d’indices qu’il va, souvent intuitivement et sans en avoir nécessairement conscience, identifier et regrouper en praxèmes*, c’est-à-dire en signes* porteurs d’action tactique. Ces signes sont perçus comme annonciateurs de sous-rôles sociomoteurs*, qui engagent de part et d’autre la préaction la plus avantageuse possible. Lié à l’identification d’un faisceau d’indices, un praxème répond toujours à une interprétation, finalement à un pari plus ou moins risqué sur l’action à venir. Ainsi, dans le cas précédemment envisagé du gardien de but, la direction du pied d’appui du tireur juste avant la frappe de la balle sera interprétée de façon variable selon d’autres indices plus ou moins concordants : longueur et vitesse de la course d’élan, orientation du buste et de la tête du tireur, armer de la jambe de frappe, inclinaison du corps au moment du tir... Le gardien interprète ces éléments comme des indices lui permettant de prévoir et d’anticiper l’acte qui va suivre (type de tir, cible visée, passe éventuelle...). En cela, sa perception est déjà une décision associée à des probabilités subjectives, décision qui lui fait courir le risque de se tromper avec tout un cortège de conséquences fâcheuses (parade inutile, sortie intempestive, prise à contre-pied...).

SPÉCIFICITÉ DE L’INDICE PRAXÉMIQUE

67Cette façon d’envisager la notion d’indice (et de praxème) s’oppose sur deux points à l’acception adoptée par certains sémiologues de renom tels Luis Prieto (2), (3) ou Georges Mounin (1). Ces divergences méritent d’être évoquées car elles sont au cœur des phénomènes de la communication praxique* ; elles témoignent des réelles difficultés suscitées par l’analyse des processus sémioteurs.

68Pour qu’un fait soit reconnu comme signal, Prieto et Mounin lui imposent une première condition : il faut qu’il ait été produit pour servir d’indice, il doit être le fruit d’une intervention qui l’a expressément créé pour cela. Cette condition de volonté et de claire conscience ne semble guère recevable dans les situations motrices : comment un basketteur ou un rugbyman pourrait-il clairement délibérer des myriades de micro-actes segmentaires et moteurs qu’il produit en permanence ? Plus profondément encore, est-il possible de nier le rôle des phénomènes inconscients qui investissent les conduites motrices ? Certes, le joueur agit au vu et au su de tous. Dans le jeu sportif*, qui est un jeu à information parfaite, tout participant sait que son comportement est susceptible d’être observé et interprété par autrui en permanence. Mais cela n’implique pas qu’il maîtrisera toutes ses mobilisations corporelles et surtout qu’il décidera de ce que les autres joueurs percevront de son comportement (le problème de l’indice est en effet autant un problème de réception que d’émission) ! En bref, très souvent, le joueur produit des indices à son corps défendant.

69La seconde condition précise que, pour être considéré comme signal, l’indice doit pouvoir être reconnu sans inconvénient ; ainsi, commente Prieto, la façon d’écrire d’un individu que celui-ci a sciemment modifiée pour donner le change ne rentre pas dans la catégorie des indices-signaux. Une telle restriction semble irrecevable dans le cas des jeux sportifs où le savoir-jouer repose sur le savoir-tromper : la feinte consiste précisément à donner le change, à produire des indices pipés (fausse orientation, démarrage simulé, armer du bras factice, occupation de l’espace trompeuse...). Feinter, c’est exhiber les indices annonciateurs d’un acte moteur alors qu’on se propose d’en réaliser un autre, différent de celui annoncé. Ceci est très subtil car l’élément précurseur de l’acte imminent crée les conditions bio-mécaniques et tactiques de cet acte et, parfois même, en fait pleinement partie. Autrement dit, le signe n’est pas arbitraire, mais profondément « motivé » au sens linguistique du terme. L’indice praxémique possède le caractère hautement original de n’être pas immotivé comme le signal verbal, mais d’être partie constitutive du comportement moteur qu’il amorce. Le geste-acte est donc toujours ainsi un geste-signe et, réciproquement, l’indice praxémique est l’opération qui participe à la réalisation d’une tâche.

70La difficulté de l’analyse qui filerait trop étroitement dans le sillage linguistique proviendrait notamment de la radicale disparité qui sépare le matériau moteur du matériau langagier. Dans le jeu sportif, l’unité de communication praxique ne possède pas en effet les caractères privilégiés de la communication verbale : le signe moteur n’est pas arbitraire mais nettement motivé (exigences bio-mécaniques, contraintes des règles...), le signe moteur n’est pas linéaire mais se déploie dans les trois dimensions, enfin la double articulation qui est un peu la clef de voûte du langage semble bel et bien absente de la production motrice. À vouloir penser l’échange moteur à partir du modèle linguistique, on est voué à méconnaître l’originalité de la communication praxique. Le champ sémioteur illustre de façon patente la spécificité* de l’action motrice*.

71 ►Signe, code sémioteur, sémiotricité, praxème, incertitude.

BIBLIOGRAPHIE

72(1) Mounin (G.).- Introduction à la sémiologie. Paris : Les Éditions de Minuit, 1970.

73(2) Prieto (L.).- La sémiologie. In : Le langage, pp. 93-144. Encyclopédie de la Pléiade. Volume publié sous la direction d’André Martinet. Paris : Gallimard, 1968.

74(3) Prieto (L.).- Messages et signaux. Paris : PUF, 1966.

INFRA-JEU❀

75 ■Fondement du contrat ludique* consistant en un accord préalable, implicite ou explicite, qui signifie l’adoption de règles communes permettant de participer ensemble à un jeu sportif*, institutionnel ou non.

76Vingt-deux joueurs participent à un match de championnat de football ; un arbitre, assisté de deux juges de touche, assure le bon déroulement du match et le respect des règles qui imposent la particularité de jouer la balle avec les pieds. Ces règles, qui induisent une logique interne* insolite, ont obtenu l’agrément des participants : il s’agit d’un véritable contrat social, un contrat ludomoteur que les joueurs ont ratifié en signant leur licence. L’autorité de ce code de jeu, accepté par tous et imposable à tous, saute aux yeux, d’autant que l’arbitre est là pour le rappeler le cas échéant. Cependant, ce niveau de contenu, immédiat, des règles ne représente que le niveau émergé du contrat ludique.

77Un niveau plus profond et encore plus fondamental l’a précédé : avant de choisir de jouer selon les conventions du football (ou du basket-ball ou du tennis), les pratiquants ont décidé unanimement de jouer selon les mêmes conventions. C’est cette alliance première sur l’esprit du système de règles qui fonde la possibilité de l’alliance seconde sur la lettre de ces règles. Ce jeu sous le jeu est dénommé infra-jeu. Il est présent avec la même exigence de règles partagées dans tous les jeux sportifs, institutionnels ou non, alors que les caractéristiques du second niveau changent bien entendu selon chaque jeu.

78Ce second palier, celui de la logique interne, instaure souvent un duel* opposant deux joueurs ou deux équipes sur un mode d’antagonisme total. De par l’infra-jeu, il est remarquable que ce combat pourtant absolu s’appuie sur une entente préalable. En langage de théorie des jeux, nous dirons que ce jeu à somme nulle repose sur un jeu à somme non nulle.

79Étant l’expression d’une volonté générale qui s’inscrit dans un pacte, l’infra-jeu dote les jeux sportifs d’une portée sociale considérable. Les jeux et les sports compétitifs sont portés par un infra-jeu coopératif. Le rôle socialisant du jeu sportif apparaît ici de façon éclatante.

80Les affrontements ludosportifs les plus violents sont toujours fondés sur un acquiescement préalable. Le combat de boxe le plus acharné est issu d’une entente. Dans le domaine ludosportif, toute opposition est fille d’une coopération. C’est à coup sûr ce que veulent signifier l’accolade fraternelle des deux boxeurs, la poignée de mains des joueurs de tennis à l’issue de leur match ou l’échange des fanions des deux capitaines footballeurs avant leur affrontement. C’est bien là que réside l’ambivalence du sport, ambivalence qui va vite devenir ambiguïté. L’infra-jeu consacre la coopération, mais le supra-jeu glorifie l’opposition et la domination. Cette contradiction, souvent vécue par les acteurs dans la violence des affrontements corporels, est à la source de points de vue opposés qui pour les uns hissent le sport aux nues et pour les autres le vouent aux gémonies. Quand tout concourt à porter le vainqueur au pinacle, le discours prônant l’égalité des concurrents tend à paraître peu crédible voire hypocrite. En ce sens, le rôle de la ritualisation sportive du supra-jeu – cérémonie, mise en scène, discours – sera de minorer symboliquement le rôle de la domination en replaçant celle-ci dans le cadre œcuménique d’un accord chaleureux et désintéressé entre les hommes et les peuples.

81En instituant un système de règles adopté par tous les participants, traduisant la volonté générale autour d’un projet commun, l’infra-jeu peut devenir un remarquable dispositif de socialisation. L’enfant agit de telle sorte que sa règle d’action individuelle s’aligne sur une règle d’action collective librement consentie : c’est là une excellente mise à l’épreuve des futurs citoyens. L’enfant découvre que la vie en société entraîne inéluctablement des contraintes. Et que ces contraintes – ô paradoxe – deviennent la source du plaisir du jeu, constituant l’une des butées de la création ludique. Comme l’art, le jeu est fait de contraintes. Il en est ainsi de toute vie sociale. L’enfant l’apprend par son corps, ses communications, ses confrontations motrices avec les autres.

82Dans les jeux sportifs traditionnels qui demandent un accord sur le choix des règles, l’enfant s’affirme comme partie prenante dans un processus de réglementation, de régulation sociale. Par les implications de l’infra-jeu, le jeu sportif peut devenir une remarquable école de citoyenneté.

83 ►Contrat ludique, supra-jeu, logique interne, duel, compétition motrice.

INTELLIGENCE MOTRICISANTE

84 Expression qui vise à souligner le fait que l’intelligence, dont le développement dépend de la motricité*, peut à son tour être à la source des principes organisateurs de l’action motrice*.

85 Dans des pratiques telles que les jeux sportifs collectifs (les Barres, le basket...) ou les situations de pleine nature (plongée sous-marine, voile, vol libre...), se déploie une intense activité opératoire qui sous-tend les conduites praxiques* : appréciation des vitesses, des distances, des profondeurs, des croisements, estimation des projets d’autrui, des antagonismes et/ou des convergences, élaboration d’une stratégie* d’action... Percevoir, préagir*, décider sollicitent une activité de représentation qui fait appel à des processus de rétroaction et d’anticipation* dont la trame est de type cognitif. La conceptualisation, à son tour, intervient dans l’action (1).

86 L’individu agissant essaie de déchiffrer les fluctuations du milieu ; l’individu communiquant tente de décoder la dynamique des interactions*. Le déploiement de cette activité sémiotrice dépend de processus opératoires parfois très complexes qui renvoient à ce qu’il est habituel d’appeler intelligence. Dans ces situations, l’intelligence module sinon modèle la motricité. Elle fournit les principes organisateurs de l’action motrice ; c’est en ce sens qu’on peut parler d’intelligence motricisante.

87 ►Intelligence motricisée, anticipation motrice, préaction, sémiotricité, stratégie motrice.

BIBLIOGRAPHIE

88(1) Delaunay (M.).- Conduites sociomotrices, conflits et structures de jeu. Mémoire pour le diplôme de l’INSEP. 1980.

INTELLIGENCE MOTRICISÉE

89 Expression qui souligne le fait que, pour une part importante, l’intelligence est issue des expériences motrices du jeune enfant.

90 L’ensemble des psychologues de l’enfant en général, l’école de Piaget en particulier, ont abondamment montré combien la motricité* est à la source de l’intelligence. Un auteur comme Piaget est catégorique : « Tous les mécanismes cognitifs reposent sur la motricité » affirme-t-il et il n’hésite pas à ajouter : « La connaissance (...) implique en ses racines mêmes une dimension motrice permanente encore représentée aux niveaux les plus élevés » (4).

91 Les notions si importantes d’espace, de temps, de causalité, de hasard, de probabilité se construisent au cours de la mise en jeu des conduites motrices* de l’enfant. Ces notions d’usage quotidien qui paraissent s’imposer d’elles-mêmes sont en réalité des constructions qui naissent de l’expérience perceptivo-motrice du bambin. Comprendre l’espace et le temps, c’est être capable d’agir dans cet espace et au cours de ce temps : le bébé qui manipule des objets, explore son espace de déplacement, l’enfant qui court, saute et joue à la balle forgent les prémisses des processus ultérieurs plus élaborés qui fonderont ce qu’on a coutume d’appeler intelligence.

92 Lors de ses échanges moteurs avec le milieu, l’enfant déchiffre et enregistre des réponses ; il expérimente son corps et ses pouvoirs, il décode les réactions de l’environnement. C’est ainsi que, petit à petit, se constituent et se développent les mécanismes cognitifs de son activité sémiotrice. En bref, les capacités opératoires sont en grande partie issues des opérations et les opérations ont pour support initial l’action motrice*. C’est en ce sens qu’on peut parler d’intelligence motricisée.

93 ►Intelligence motricisante, fonction sémiotrice, sémiotricisation, interaction motrice, logique interne.

BIBLIOGRAPHIE

94(1) Gréco (P.).- Apprentissage et structures intellectuelles. In : Traité de psychologie expérimentale, tome VII, L’intelligence. Paris : PUF, 1963.

95(2) Piaget (J.).- Six études de psychologie. Genève : Éditions Gonthiet SA, 1964.

96(3) Piaget (J.).- Problèmes de psychologie génétique. Paris : Éditions Denoël, 1972.

97(4) Piaget (J.).- Motricité, perception et intelligence. Enfance, no 2, pp. 9-14, 1956.

INTELLIGENCE PSYCHOMOTRICE

98 ■Capacités cognitives de représentation et de décision* mises en jeu par le sujet agissant au cours de situations psychomotrices*.

99Il ne s’agit pas ici d’identifier une « qualité » isolable mais de caractériser les processus cognitifs lors de l’affrontement du milieu physique. Dans un tel cas, aucune volonté étrangère ne s’oppose à celle du pratiquant : il est seul détecteur d’indices* et seul producteur de signification, seul centre de choix et de décisions motrices*. La résolution de la tâche* sollicite uniquement le traitement de phénomènes issus du monde inerte et dénué d’intention.

100L’intelligence psychomotrice est plus ou moins mise à l’épreuve selon la position de la pratique considérée sur la dimension domestication/sauvagerie*. Son degré d’intervention le plus faible correspondra à la mise en jeu d’un stéréotype moteur* ; le degré le plus prononcé affectera les situations de grande incertitude*, notamment les pratiques sauvages de pleine nature. Dans ce dernier cas, l’activité sémiotrice du pratiquant est vivement sollicitée : le barreur, le kayakiste, le skieur, le plongeur sous-marin doivent déceler les indices pertinents de leur environnement physique et agir en conséquence en se fiant à des probabilités subjectives. Mais ce décodage sémioteur* dont le fonctionnement exclut tout autre centre de décision apparaît comme beaucoup moins complexe que le décodage en situation sociomotrice*.

101 ►Intelligence sociomotrice, décision motrice, incertitude, domestication/sauvagerie, indice.

INTELLIGENCE SOCIOMOTRICE

102 ■Capacités cognitives, de représentation et de décision*, mises en jeu par les personnes interagissantes au cours des situations sociomotrices*.

103La distinction effectuée entre deux modalités d’intelligence motrice vise à souligner une nette différence entre les mécanismes respectivement sollicités dans les deux cas. Quand un même sportif effectue un épaulé-jeté d’haltérophilie ou participe à un match de basket, déroule un enchaînement gymnique à la barre fixe ou intervient dans une partie de Drapeau, ses capacités cognitives respectivement mises en jeu sont manifestement différentes.

104La communication praxique* propose des situations novatrices par rapport aux situations psychomotrices*. Les phénomènes d’anticipation*, de décentration*, de décision et de stratégie motrices* en sont transformés (1). La sémiotricité* déclenchée par la relation à autrui impose à chaque participant de s’imaginer les représentations des autres protagonistes. Le joueur doit deviner les projets des partenaires et des adversaires : il doit identifier des praxèmes*, c’est-à-dire des comportements annonciateurs de l’action immédiate (actes préparatoires de tir, de dribble, de passe, de smash, de coup droit...). Anticiper le projet – et dans le cas du conflit, sans que l’adversaire en fasse autant – assure quasiment de la réussite. Reposant sur des processus d’empathie sociomotrice*, ces décentrations sont au cœur des mécanismes de la communication praxique. Dans des échanges où règne l’incertitude*, ce fonctionnement en miroir fait crépiter les hypothèses d’hypothèses ; l’aspect hypothético-déductif qui prend en compte plusieurs sources de décision devient alors très complexe. Cette dimension socio-cognitive ne prend corps que par la mise en jeu d’une interaction motrice*, interaction dont est précisément privée toute situation de psychomotricité*.

105Dans une perspective pédagogique, on peut penser que ces processus originaux pourraient jouer un rôle intéressant dans l’éveil et le développement des capacités de l’enfant (d’autant que ces phénomènes cognitifs sont étroitement liés aux phénomènes relationnels et socio-affectifs). Par rapport aux situations collectives proposées par les autres disciplines, l’interaction est ici originale : elle n’est pas simplement surajoutée par souci pédagogique mais est partie intégrante de la tâche. La pratique sociomotrice impose, dans sa propre définition, l’interaction sociale et peut solliciter ainsi des capacités cognitives très élaborées.

106 ►Intelligence psychomotrice, interaction motrice, préaction, décentration sociomotrice, fonction sémiotrice.

BIBLIOGRAPHIE

107 (1) Delaunay (M.).- Conduite tactique en sport collectif et théorie opératoire. Thèse pour le Doctorat de IIIe cycle. Université de Provence, 1976.

INTERACTION DE MARQUE

108 ■Communication* ou contre-communication motrice*permettant d’atteindre les objectifs codifiés d’un jeu sportif* et dotée d’un statut ludique valorisé : modification du score ou changement de statut sociomoteur*.

109Dans le cas le plus spectaculaire du jeu à comptabilité, l’interaction de marque est prise en compte dans le déroulement de la marque* et donc du score, à l’avantage du joueur ou de l’équipe qui l’a réussie (« essai » de rugby, « touche » d’escrime, « passe » à la Passe à dix, « toucher » de capture ou de délivrance aux Barres) ; dans le cas le plus simple du jeu sans comptabilité, elle est sanctionnée par un changement de statut sociomoteur* des joueurs concernés (tir ou passe à la Balle assise, frappe de capture à Accroche-décroche). Pour chaque jeu sportif, il est possible de dresser le réseau des interactions de marque positives et/ou négatives, qui propose un modèle* propice à l’analyse des conditions de l’affrontement.

LES JEUX À SCORE

110Dans ces jeux à comptabilité, un certain nombre de points, appelé pas* de la marque, est associé à toute interaction de marque réussie. Ce pas possède parfois une valeur unique (football et hand-ball par exemple, où il vaut 1), parfois plusieurs valeurs dont chacune sanctionne un type d’interaction particulier (« drop », « pénalité », « essai » et « transformation » au rugby ; « coup-franc » et tir d’attaque au basket ; prises différentes au Sagamore ou aux Contrebandiers et douaniers). L’ensemble organisé de toutes les interactions de marque successives possibles constitue le support de marque* ; celui-ci représente la structure de base du système des scores*.

111Ce qui compte, c’est ce qui se compte. Ces interactions de marque sont au cœur de la logique interne* des pratiques ludomotrices ; elles jouent un rôle-clef dans le fonctionnement des jeux sportifs et notamment dans les compétitions* sportives. Elles sont alors l’objet d’une réglementation minutieuse et ce sont elles qui définissent ce qu’on appelle le « résultat » de la rencontre : leur importance apparaît bien dans l’habitude de résumer un match par le score final, c’est-à-dire par le décompte des interactions de marque respectives des deux adversaires. Tous les efforts des joueurs tendent alors à provoquer le maximum d’interactions de marque qui leur soient favorables car celles-ci consacrent de façon chiffrée la réussite ou l’échec, et permettent ainsi, hormis les éventuels cas de match « nul », la désignation d’un vainqueur et d’un vaincu.

LES JEUX SANS SCORE

112Certains jeux sportifs traditionnels* sont démunis d’interactions de marque chiffrées ; ils ne sont assortis d’aucun score (Accroche-décroche, la Balle assise, le Gouret, la Cachette gamolle, le Quinet, les Quatre coins, les jeux de Chat...). Ces jeux, qui ignorent le décompte des points, illustrent ce qu’on peut appeler le degré zéro du système des scores. Les interactions de marque qui scandent les événements ludomoteurs ne sont pas capitalisées en vue d’afficher un vainqueur ; elles valent pour elles-mêmes, en tant que péripéties qui tirent leur suc de leur propre réalisation. Ce qui prime, ce n’est pas la sanction chiffrée extérieure, mais le plaisir de l’agir, le plaisir du jeu à l’état pur.

113On peut cependant observer que le fonctionnement de ces jeux sans comptabilité s’appuie sur un faisceau d’interactions qui possèdent un rôle privilégié. Ces interactions « marquantes », prévues par la règle, sont celles qui provoquent un changement du statut sociomoteur du joueur concerné : ainsi, le tir qui frappe de volée un joueur « libre » de Balle assise le transforme-t-il en joueur « assis » en le clouant au sol ; par contre, la passe reçue par un de ces joueurs assis lui permet de recouvrer sa liberté d’action ; de même, le joueur poursuivi d’Accroche-décroche prend-il brutalement le statut de poursuivant dès qu’il est touché, tout comme devient instantanément joueur « de centre » le participant aux Quatre coins dont le territoire convoité vient d’être investi par un autre. Ces jeux traditionnels multiplient les épreuves mais celles-ci n’entraînent pas de conséquences durables. La prouesse et l’échec sont dédramatisés, rapidement estompés dans le flux ininterrompu des conduites ludomotrices.

LE DÉCOMPTE DES POINTS : UN TRAIT DISTINCTIF

114Il apparaît évident que la prise en compte chiffrée par un score des interactions de marque est un trait distinctif des situations ludiques. On ne trouve de jeux sans comptabilité que parmi les jeux sportifs traditionnels. À l’opposé, tous les jeux institutionnels* classiques, de type sociomoteur*, sont des jeux à comptabilité (sports collectifs, sports de combat, escrime, tennis...). Dans l’immédiat, les interactions de marque représentent alors l’enjeu du jeu. Remarquons que dans ce cas elles sont exclusivement des actes d’antagonisme (« but », « essai », « smash », « contre »...). Cette prise en compte exacerbée des interactions de marque d’opposition par un score censé « résumer » la compétition n’est pas sans relation avec la spectacularité* recherchée de l’affrontement. Elle est un trait déterminant de la logique interne du duel sportif.

115Il ne paraît pas indiscutable que la mise en mémoire des sanctions antérieures, la comparaison entre joueurs systématiquement entretenue par les marques du score, la désignation finale d’un vainqueur, correspondent à un indice de « supériorité » de ce type de jeu. Il semble bien que cette logique endogène risque de véhiculer un système de valeurs implicite qui, par son caractère exclusif, valorise la recherche sinon le culte de la domination. Enfin, il n’est pas sûr que cette relation de domination représente l’idéal des rapports humains, la valeur qui doive guider toute pédagogie* des conduites motrices*.

116Dans l’analyse expérimentale d’une situation de jeu, il est souvent d’un grand intérêt d’observer comment chaque joueur réagit vis-à-vis des interactions de marque. Dans les jeux traditionnels notamment, c’est-à-dire où le joueur possède un grand pouvoir de décision dans le choix de ses types de relation avec ses co-participants, la prise en compte des interactions de marque actualisées sur le terrain fournit souvent un précieux indicateur en vue de l’interprétation de la conduite de chaque participant.

117 ►Marque, support de marque, réseau des interactions de marque, système des scores, matrice des interactions motrices.

INTERACTION MOTRICE

118 ■Il y a interaction motrice quand, lors de l’accomplissement d’une tâche motrice*, le comportement moteur* d’un individu influence de façon observable le comportement moteur d’un ou de plusieurs autres participants.

119Selon le cas, cette interaction sera dite essentielle* ou inessentielle*, directe* ou indirecte*.

120Le concept d’interaction motrice joue un rôle de clef de voûte dans l’analyse des situations motrices*. Il est à la racine du concept de communication* et fonde la notion de sociomotricité*. On peut lui attribuer une fonction de premier plan dans la structuration de la personnalité de l’enfant dans ses aspects tant cognitifs qu’affectifs et relationnels.

121L’interaction motrice est une modalité, souvent considérée comme mineure, de l’interaction sociale. Elle possède pourtant une indiscutable originalité qui se manifeste selon deux voies opposées : la communication* et la contre-communication motrices*. Toutes deux sont illustrées par une foule de jeux sportifs* qui les dotent de caractéristiques fort diverses : affrontement au contact (corps à corps du rugby et de la lutte), utilisation d’engins intermédiaires (distance de garde* de l’escrime), cibles matérielles (basket, volley) ou cibles humaines (boxe, escrime), espaces d’interaction variables (territoire commun ou camps séparés), solidarité distante ou intense (mêlée du rugby, cordée d’alpinisme), ambivalence déconcertante des relations (jeu paradoxal*, effet pervers*). Les règles du contrat ludique* permettent de dresser le tableau des grandes structures d’interaction du jeu considéré, notamment le réseau des communications motrices* qui révèle l’architecture et la cohérence de son système relationnel.

122L’interaction qui se noue entre des joueurs de rugby, de tennis ou de Barres déclenche des échanges sémioteurs qui mobilisent des processus socio-affectifs, et alerte l’intelligence sociomotrice*. Contrer efficacement un adversaire qui tente une percée du côté fermé ou lancer son partenaire par une passe croisée suppose de la part du joueur de rugby qu’il puisse anticiper et préagir*. Il lui faut décoder le comportement des protagonistes et accorder son action préparatoire aux significations qu’il décèle. En un clin d’œil, en un « clin » de geste, le joueur évalue les conséquences, calcule ses chances, lance son pari stratégique. L’activité d’empathie* et de décentration sociomotrices* est primordiale dans la prise de décision motrice* et l’accomplissement des stratégies*. À l’encontre des idées reçues, les communications qui fusent sur le terrain de rugby, le court de tennis ou le pré des Barres déclenchent une myriade de phénomènes relationnels, plus ou moins réfléchis, qui sont d’une grande complexité et d’une étonnante richesse.

123L’intérêt pédagogique de l’interaction motrice vis-à-vis du développement de la personnalité de l’enfant n’a peut-être pas toujours été perçu dans toute son ampleur. L’interaction sociale mise à l’œuvre par un groupe d’élèves lors de la résolution collective d’un problème de mathématiques ou lors de la rédaction d’un compte-rendu présente un intérêt pédagogique certain. Cependant, outre le fait que cette situation groupale n’est pas obligatoirement plus efficace qu’un mode de résolution individuel, l’interaction n’est pas ici nécessaire à l’accomplissement de la tâche : elle y est surajoutée. Par contre, dans une situation sociomotrice, l’interaction c’est la tâche elle-même. Sans communication, le hand-ball, l’escrime ou la Balle au chasseur n’ont aucune réalité. L’action y est interaction. Les ogives relationnelles représentent bel et bien les nervures de soutènement de l’activité sociomotrice. L’échange avec autrui n’est plus un artifice ou un luxe pédagogiques mais la condition même de la réalisation de la tâche. C’est là un atout majeur.

124Quelques pistes d’étude peuvent être amorcées. L’affrontement déclenché par la contre-communication motrice peut solliciter avec profit pour l’enfant des processus socio-cognitifs parfois très élaborés : estimation de la probabilité des événements, lecture d’autrui et décodage sémioteur*, décision en situation d’incertitude*, appréciation du croisement des stratégies, évaluation de l’espérance de réussite... Sur le plan socio-affectif, la communication corporelle d’entraide qui se déploie dans certaines activités de pleine nature et dans les randonnées (alpinisme, spéléologie, plongée sous-marine, descente de rivière, parcours et randonnées en équipe...) peut exercer une influence marquante sur la cohésion des groupes et le sentiment de solidarité agissante éprouvé par chaque participant. La communication « perverse » qu’on observe dans le jeu paradoxal rompt avec l’aspect manichéen du duel* et offre des situations d’ambivalence où le pratiquant peut vivre dans ses propres initiatives praxiques* la réalité ambiguë des relations humaines. Poseront de nombreuses interrogations les choix opérés par l’institution sportive dans le vaste registre des situations d’interaction : valorisation de la contre-communication par rapport à la communication, développement privilégié de la structure du duel, officialisation de l’interaction de marque et de la domination, rejet de la communication paradoxale...

125Ces caractéristiques de l’interaction motrice semblent si importantes que tout un pan du lexique leur est consacré, tant dans l’analyse des différents contenus sociomoteurs (communication, sémiotricité*, décision...) et dans l’approche modélisante (logique interne*, duel, universaux*...) que dans l’examen de leurs nombreux prolongements socio-institutionnels (compétition*, spectacularité sportive*, effet pervers ludique*...).

126 ►Communication motrice, sémiotricité, intelligence sociomotrice, praxème, stratégie motrice.

INTERACTION MOTRICE DIRECTE

127 ■Interaction motrice essentielle* (ou communication praxique*) explicitement régie et sanctionnable par les règles, qui définit les caractéristiques techniques des rapports d’opposition et/ou de coopération entretenus par les participants.

128Une interaction directe est une séquence motrice observable de l’extérieur, délimitable dans le temps et dans l’espace, dont l’émetteur (ou les émetteurs) et le receveur (ou les receveurs) sont identifiables. C’est une opération qui est partie constitutive de la définition du jeu sportif* à un point tel qu’en l’absence de cette interaction, le jeu ne peut avoir lieu. Ses particularités dépendent du jeu sportif envisagé et pour chaque cas peuvent être décrites de façon précise (passe du basket, toucher de délivrance aux Barres, tir au football, charge du rugby...). Elle revêt deux grandes modalités qui sont souvent très différentes dans leurs caractéristiques spatiotemporelles et dans leurs implications relationnelles : la communication motrice* (passe, frappe de délivrance...) et la contre-communication motrice* (tir au panier, interception, placage du rugby, touche d’escrime, coup et « prise » des sports de combat...).

129Dans les jeux sportifs collectifs, les actes qui sanctionnent une réussite ou un échec (par l’attribution de points de score par exemple) correspondent toujours à une interaction directe (tir au but de hand-ball, essai de rugby, smash de volley-ball, passe du Ballon-capitaine ou de la Passe à dix...).

130Le caractère opérationnel des traits de définition associés à cette notion d’interaction motrice directe permet de dresser, pour tout jeu sportif collectif, une structure objective très précieuse en vue de l’étude des jeux et des joueurs : le réseau des communications et des contre-communications motrices*.

131 ►Interaction de marque, réseau des communications motrices, communication praxique, interaction motrice, contre-communication motrice.

INTERACTION MOTRICE ESSENTIELLE

132 ■Interaction motrice* qui participe de façon constitutive à l’accomplissement instrumental de la tâche motrice* considérée, et qui est effectuée par des intervenants explicitement prévus à cet effet par les règles du jeu.

133La première condition ne retient que la catégorie des comportements moteurs* d’interaction dont l’exécution est requise de façon nécessaire pour que la tâche soit effectuée. Ainsi, un échange de volley-ball tel qu’un service, une passe ou un smash représente-t-il une interaction essentielle. Ces actes observables interviennent de façon objective en tentant d’exercer une influence plus ou moins contraignante, de type coopératif ou antagoniste, sur le comportement d’un ou de plusieurs autres participants. Cette condition élimine les influences contingentes liées à des réactions subjectives hors la tâche : ainsi le fait pour un athlète de chercher à battre avant tout tel concurrent particulier dans une course en couloir peut-il influencer le déroulement de l’épreuve, mais il n’y correspond pas une interaction motrice essentielle. Le deuxième trait imposé par la définition élimine l’interaction avec le public ou l’entraîneur : ne sont ici concernés que les acteurs, les athlètes, les joueurs.

134Dans ce lexique, le vocable « interaction motrice » aura toujours ce sens précis et relativement restrictif. Il est en effet capital que nos concepts soient discriminants ; sans valeur distinctive, ils deviendraient méthodologiquement inutilisables. Si l’on ne prenait ces précautions terminologiques, toute situation motrice serait susceptible de susciter des « interactions motrices » entre le pratiquant et les spectateurs, les journalistes, les autres concurrents, voire le tableau d’affichage ou des images vidéo. On confondrait ainsi (aux deux sens du terme) des facteurs dont l’influence est souvent certes considérable mais qui sont extérieurs à la tâche elle-même avec les phénomènes fondateurs de la tâche et qui participent de sa définition. On ignorerait alors l’indiscutable spécificité* de l’interaction motrice, qui oppose l’escrime au lancer de javelot, le rugby au bowling, la lutte à l’haltérophilie, le jeu de Barres à une course de vitesse.

135L’interaction motrice essentielle, encore appelée communication praxique*, renferme deux grandes classes de phénomènes (figure 7) :

  • la communication praxique directe*, comprenant la communication motrice* proprement dite (passe de la balle, passage du témoin, soutien au contact...) et la contre-communication motrice* (tir, charge, interception, frappe, prise, étran-glement...) ;
  • la communication praxique indirecte*, constituée de gestèmes* (mimiques, signaux des bras et de la main...) et de praxèmes* (« appel » de la balle, soutien, appui, démarquage, « sortie » du gardien...).

136L’interaction motrice essentielle est le critère définitoire de la sociomotricité*.

137 ►Interaction motrice, communication praxique, sociomotricité, praxème, matrice d’interactions motrices.

INTERACTION MOTRICE INDIRECTE

138 ■Interaction motrice essentielle* (ou communication praxique*) autre que directe*.

139L’interaction motrice indirecte comprend deux catégories d’action très distinctes : les gestèmes* (postures, gestes conventionnels qui transmettent une demande ou une indication, par exemple : désignation de la main d’un adversaire à marquer de plus près) et les praxèmes* (comportements de préaction* porteurs d’un message tactique ou relationnel, par exemple : « appel » de balle par démarrage dans un intervalle, par montée au filet...). Gestèmes et praxèmes fondent la sémiotricité* des jeux sportifs* collectifs.

140Il est capital de distinguer les interactions directes des interactions indirectes ; en effet, les premières représentent les actes marquants, privilégiés par le code de jeu : certaines d’entre elles sont d’ailleurs les interactions de marque* qui déterminent le score. Elles doivent être, dans un premier temps, soigneusement distinguées et le réseau des communications motrices* n’est réalisable qu’à ce prix. Cependant, deux remarques s’imposent :

  • il y a une profonde continuité entre ces deux types d’interaction : la communication praxique indirecte* crée en effet les conditions d’accomplissement de la communication praxique directe*, la rend possible et efficace (démarquage, dribble, placements et déplacements multiples de la préaction) ;
  • l’interaction directe peut toujours être interprétée au second degré comme un praxème d’interaction indirecte (une passe peut par exemple être perçue comme la phase préparatoire – et donc l’acte tactique annonciateur – d’un débordement sur l’aile). Il y a là un mécanisme sémioteur délicat et très important qui souligne l’interdépendance de ces deux variétés d’interaction.

141Cette étroite interdépendance fonctionnelle semble autoriser le regroupement de ces deux classes dans la catégorie unique de l’interaction motrice essentielle ou communication praxique.

142 ►Interaction motrice, gestème, praxème, sémiotricité, décodage sémioteur.

INTERACTION MOTRICE INESSENTIELLE

143 ■Interaction motrice* qui ne possède pas les caractéristiques d’une interaction essentielle*.

144C’est le cas de l’influence exercée par l’entraîneur ou les spectateurs au cours d’une rencontre sportive, influence qui témoigne de l’impact marqué des phénomènes affectifs sur les conduites motrices*, mais qui ne rentre pas dans le cadre de la communication praxique*. C’est aussi le cas de ce qui se passe entre des sauteurs en hauteur par exemple quand ceux-ci tiennent compte des décisions et des sauts de leurs concurrents pour choisir leur propre stratégie* (sachant, entre autres, que le règlement s’appuie sur le nombre et la valeur des essais effectués pour départager les ex-aequo).

145Dans un relais 4 x 100 m qui se court en couloir, le passage du témoin entre relayé et relayeur est une interaction motrice essentielle : c’est un acte nécessaire et contraignant qui participe de la définition de la tâche*. Par contre, le fait que le dernier relayeur ralentisse après s’être aperçu que ses concurrents distancés ne peuvent plus le rattraper correspond à une interaction motrice non essentielle. À l’opposé de la précédente, cette interaction est en effet contingente dans son principe : elle traduit une interprétation particulière de la tâche (la recherche d’une victoire plutôt que d’un bon « chrono » par exemple) et non une séquence nécessaire de celle-ci. De même, l’interaction entre coureurs de haies ou entre skieurs de slaloms parallèles, quelque importante qu’elle soit dans l’atteinte éventuelle du résultat, n’exerce physiquement aucune contrainte interne de comportement à comportement : elle est inessentielle. D’une manière générale, l’interaction inessentielle caractérise les équipes d’athlétisme, de gymnastique, d’haltérophilie ou de natation (hormis quelques situations particulières tels les relais ou les courses sans couloirs).

146Les situations dénuées d’interaction ou qui sont le siège au plus d’interaction inessentielle définissent la classe des situations psychomotrices*.

147 ►Interaction motrice essentielle, situation psychomotrice, communication praxique, jeu psychomoteur, psychomotricité.

INTERMOTRICITÉ❀

148 ■Champ et nature des situations motrices* dont l’accomplissement est fondé sur la mise en œuvre d’interactions motrices* de coopération et/ou d’opposition entre plusieurs pratiquants.

149C’est bien entendu le fait d’intermotricité qui est le fondement des situations sociomotrices*. On tient là le trait distinctif qui oppose la psychomotricité* (pratique en isolé, privée d’interaction motrice comme à la barre fixe ou au saut en longueur) à la sociomotricité* (pratique reposant sur la communication* ou la contre-communication*, comme au basket-ball ou au tennis). Plus délicatement, la comotricité qui met ensemble plusieurs individus, agissant chacun pour leur propre compte (comme au jogging, au 110 m haies ou à la Marelle) sans entreprendre d’action commune nécessitant une interdépendance instrumentale, ne fait pas partie des situations d’intermotricité. Sont ainsi soigneusement distinguées les pratiques de comotricité qui représentent des actions motrices individuelles juxtaposées en co-présence (ski de loisir, exercices individuels en séance d’éducation physique, Marelle, Osselets), des pratiques d’intermotricité qui impliquent de façon nécessaire une interdépendance instrumentale au cours de l’accomplissement des actions motrices entreprises (sports collectifs, sports de combat, Balle au prisonnier, Épervier...). D’une part, la co-action ; de l’autre, l’inter-action.

150On devine aussi que ces soucis de terminologie ne sont pas que de superficielles questions de vocabulaire. De telles dénominations tentent d’éviter l’extraordinaire confusion qui règne dans le champ des sports et des activités corporelles. Lorsqu’on examine l’exubérant domaine des activités ludomotrices, on s’aperçoit de l’incroyable diversité et complexité des situations, et l’on constate que, dans cette étude, nous n’en sommes qu’aux balbutiements. Nommer les phénomènes, cela suppose être capable de les décrire, de les identifier et de les classer les uns par rapport aux autres. Ici, il s’agit de mettre en lumière l’importance de la communication et de ses multiples modalités dans les jeux et dans les sports. Il est indispensable de se donner les moyens conceptuels de différencier les situations, notamment sous l’angle des formes d’interaction motrice qui en constituent éventuellement l’armature.

151 ►Interaction motrice, sociomotricité, psychomotricité, comotricité, communication praxique.

© INSEP-Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
H
 
J
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search