Version classiqueVersion mobile
G
I

Jeux, sports et sociétés

 | 
Pierre Parlebas

Lexique

H

Texte intégral

HABITUS

1 ■ Habitudes et attitudes socialement acquises qui sous-tendent et prédéterminent partiellement les façons de penser, de sentir et d’agir de tout individu et traduisent notamment le rapport qu’il entretient avec son corps.

2Marquant l’ancrage social du corps et des conduites motrices*, ce terme renvoie à la notion générale d’ethnomotricité*. Deux auteurs ont contribué de façon décisive à imposer le terme d’habitus en lui attribuant un rôle-clef dans les conduites humaines : Marcel Mauss qui, dans une visée anthropologique, a magistralement posé le problème, et Pierre Bourdieu qui, dans une perspective sociologique, a approfondi le contenu de la notion en le rapportant aux oppositions entre classes et fractions sociales.

HABITUS ET TECHNIQUES DU CORPS

3Le premier auteur à utiliser le concept d’habitus à propos du sport* est, semble-t-il, Marcel Mauss qui emploie ce terme d’une manière très large pour rendre compte des « façons dont les hommes, société par société, d’une façon traditionnelle, savent se servir de leur corps » ((5), p. 365). Dès 1934, il confie à ses auditeurs de la Société de Psychologie : « J’ai donc eu pendant de nombreuses années cette notion de la nature sociale de « l’habitus » (...). Ces « habitudes » varient non pas simplement avec les individus et leurs imitations, elles varient surtout avec les sociétés, les éducations, les convenances et les modes, les prestiges » (pp. 368-369). Analysant de multiples « techniques du corps » : la marche, la course, la nage, le bêchage, le saut, la danse et toutes les techniques corporelles en général (techniques alimentaires, sexuelles, de repos, de soins...), Mauss insiste sur le fait que celles-ci ne sont pas naturelles mais acquises. Chaque société, au cours de son histoire, façonne ses propres moules dans lesquels vont se couler les comportements individuels qui sont ainsi « montés par et pour l’autorité sociale » (p. 384). Les façons de boire, de marcher ou de s’asseoir se manifestent individuellement dans le corps de chaque personne ; ces habitus sont cependant des montages sociaux liés à des significations symboliques, variables d’ailleurs selon la position sociale occupée par chaque sujet. Ces « modes d’agir » se rangent dans un « système de montages symboliques » et l’individu les apprend de « la société dont il fait partie, à la place qu’il y occupe » (p. 372).

4Le propos de Mauss est sans équivoque : l’habitus est un montage social à valeur symbolique, dépendant de phénomènes d’éducation et de prestige, et lié à la position sociale du sujet. Cette pensée sonne de façon étonnamment moderne. La voie était tracée. Elle restera étrangement déserte pendant plusieurs décennies.

HABITUS DE CLASSE ET STYLES DE VIE

5C’est le sociologue Pierre Bourdieu qui a repris l’analyse où Mauss l’avait laissée, notamment en resituant l’habitus sportif dans sa théorie générale des goûts et des styles de vie qui privilégie les oppositions distinctives entre classes sociales.

6L’habitus y est défini comme un système de dispositions durables, acquis au cours d’une histoire personnelle dans un milieu social donné, système qui engendre ensuite des pratiques socialement déterminées : façons de manger, de parler ou de marcher, comportements de politesse, contenu des préférences, des goûts et des dégoûts. Le terme d’habitus a été consacré par les travaux de Bourdieu qui l’a abondamment utilisé et lui a fait jouer un rôle de pierre angulaire dans son système des goûts et des styles de vie.

7Ainsi conçu, l’habitus est le produit de conditions économiques et sociales. L’auteur rattache directement la formation de l’habitus d’un individu à la trajectoire parcourue par celui-ci dans sa classe sociale d’appartenance ; il défend l’idée d’un « habitus de classe » qui « définit le sens conféré à la pratique sportive, les profits qui en sont attendus » ((3), p. 33). Ce dernier serait lui-même lié à un système de valeurs ou « ethos de classe » prenant sens au sein d’oppositions distinctives entre classes sociales. De la sorte, l’habitus fonctionne comme un système de règles intériorisées et souvent informulées permettant ou non à l’agent de s’adapter d’emblée aux multiples pratiques de la vie quotidienne et de la vie sportive : il est à l’origine des schèmes de transposition qui favorisent les ajustements aux situations corporelles nouvelles.

8À habitus différents, styles de vie divergents. Bourdieu oppose par exemple les pratiques aristocratiques qui mettent l’accent sur « la forme et la manière » aux pratiques populaires glorifiant « la substance et la fonction ». Les premières introduisent dans le sport des aspects hautement ritualisés qui favorisent des situations « euphémisées » où la « stylisation » est importante : escrime, tennis, golf, équitation ; le respect de la forme est « l’expression d’un habitus d’ordre, de tenue et de retenue » qui manifeste une distance au rôle ((2), p. 218). Les secondes font appel à des qualités opposées, brutes et rugueuses : endurance, violence, résistance à la douleur, soumission à une discipline collective, force musculaire, toutes vertus qui demandent une totale adhésion sans mise à distance au rôle : haltérophilie, football, lutte, le rugby obscur des avants... Dans ces situations, il faut « soulever de la fonte » ou « aller au charbon » ; c’est la matière et non la manière qui compte.

9Cette conception débouche sur des hypothèses et des interrogations qui balayent le champ des pratiques sportives : comment naît et se fortifie le goût pour telle activité sportive ? De quelle façon les pratiques corporelles se distribuent-elles selon les différentes classes et fractions sociales ? Quels sont les mécanismes qui sous-tendent ces systèmes de goûts et de pratiques ? Comment l’habitus des individus s’accorde-t-il aux différents sports ? Sur ce fonds théorique, se développe actuellement un courant de recherche (avec notamment Luc Boltanski (1), Jacques Defrance (4), Christian Pociello (6)) qui explore la problématique de la distribution des techniques du corps – et entre autres de la pratique des sports – en fonction des fractions sociales.

CRITIQUE DE LA THÉORIE DE L’HABITUS

10La disparité des pratiques corporelles et particulièrement des pratiques sportives en fonction des sociétés et des classes socio-économiques est un fait indiscutable, bien mis en évidence par les théories de l’habitus. Dans la mesure où toute communauté forge en chacun de ses représentants un ensemble de pré-dispositions orientées vers un destin corporel accordé au style de vie qu’elle encourage, la notion d’habitus devient chargée d’une valeur explicative qui retient l’attention. Au vrai, cette notion a l’insigne mérite de réinsérer le sport dans le tissu profond de la société et de faire litière des conceptions naïves qui isolent les pratiques sportives de l’ensemble des phénomènes sociaux.

11Cependant la théorie de l’habitus ne va pas sans soulever quelques difficulté.

Un contenu spécifique

12Au niveau de l’étude de chaque activité ludosportive, le concept d’habitus risque d’être trop général et trop vague : permettant d’expliquer tous les faits, même les plus contradictoires, il perd par cela même une partie de sa validité (devant le fait, par exemple, que des classes sociales opposées s’adonnent à une même spécialité sportive, se tirer d’affaire en disant qu’elles la pratiquent d’une « autre » façon est à la fois une interprétation indiscutable et une esquive du problème dans ce qu’il a d’original). Le principe explicatif de la valeur distinctive des activités fonctionne de façon très cohérente mais dans la mesure où il gomme la spécificité* du contenu moteur en traitant les pratiques sous l’angle de la représentation symbolique que s’en fait chaque classe, il ne peut satisfaire le praxéologue.

13Afin de comprendre comment tel habitus prend corps dans telle situation, il semble nécessaire de relayer la théorie générale par des concepts intermédiaires, des termes opérationnels qui s’appuieront sur les caractéristiques motrices des conduites individuelles suscitées. Il convient d’analyser le contenu spécifique des situations motrices* en dégageant les maîtres-éléments de leur logique interne* : distance de garde*, modalités de contre-communication*, arbre des choix possibles, modes d’utilisation de l’espace, caractéristiques du réseau des communications*, présence d’incertitude*, position sur la dimension domestication/sauvagerie*, jeu « pervers », ritualisations prononcées... Cette analyse au plus près autorise des hypothèses précises susceptibles alors d’être réfutées par les faits (contrainte scientifique indispensable).

14Le praxéologue ne peut se contenter du réductionnisme inhérent à une théorie sociologique de l’habitus. En revanche le croisement de la pertinence* sociologique avec la pertinence praxique* peut être riche et stimulant.

Le pouvoir de décision

15Prise au pied de la lettre, la théorie de l’habitus tend à envisager l’agent social comme le dépositaire de comportements passivement hérités de sa classe d’appartenance. Menée à son terme, elle considère que le montage de l’habitus aboutit à une véritable programmation des conduites futures de l’individu. Ainsi prédéterminé, dépourvu de réelle autonomie, le sujet subirait son destin comme une fatalité.

16L’observation des situations de terrain témoigne de l’indiscutable emprise des représentations et des conditionnements sociaux, emprise qui fonde d’ailleurs la notion d’ethnomotricité. Mais en même temps, cette observation atteste la disparité des comportements individuels et l’authentique pouvoir de choix qui s’exerce dans les prises de décision motrice*. L’individu agissant est un individu décidant. L’observateur qui se hasarde à prédire les conduites individuelles ne tarde pas à s’en rendre compte. La présence de divers systèmes d’influence (l’habitus certes mais aussi la logique interne du jeu sportif* et ses universaux*) peut même, à l’opposé, être considérée comme la condition de l’exercice de véritables choix.

17Les bouleversements affectant les pratiques ludosportives des deux dernières décennies sont évocateurs. Comment expliquer les changements récents qui ont bousculé la reproduction des habitus sportifs, comment rendre compte par exemple de l’engouement actuel en faveur des pratiques ludomotrices de pleine nature, des pratiques « libres » et « sauvages » qui prennent le contre-pied de l’habitus si pressant monté par le sport si l’on n’accorde au sujet une marge d’autonomie suffisante ? Certains individus décident bel et bien de nager à contre-courant. Un habitus de non-conformité peut se développer ; la possibilité de la déviance et du refus prend corps dans des activités nouvelles ou délaissées. Privilégiant le mécanisme de reproduction, la théorie de l’habitus est en difficulté pour expliquer le changement social.

18La mise en évidence éclairante de l’incontestable influence des conditions socioéconomiques n’implique pas la suppression du pouvoir de choix de l’individu. Une science de l’action motrice* ne peut se réduire en dernière analyse à une cartographie des pratiques sportives indexées aux classes sociales. Au déterminisme d’une sociobiologie qui a longtemps sévi en éducation physique*, il ne semble pas opportun de substituer la prédétermination d’une bio-sociologie.

L’influence pédagogique

19La théorie de l’habitus laisse peu de place au pouvoir de transformation de l’intervention pédagogique : elle annonce que les jeux sont faits. L’habitus se construit sur une autre scène ; la pédagogie ne peut que reproduire et entériner. Poussée à sa limite, cette théorie nie tout rôle novateur et toute action de changement à l’éducation physique ; prisonnier de la logique des distinctions sociales, l’enseignant d’éducation physique serait même un des principaux agents reproducteurs des habitus convenus. À l’évidence, cette théorie véhicule un pessimisme pédagogique fort prononcé.

20Ce pessimisme est cependant contestable, au nom même des processus qui prétendent l’étayer. Les situations pédagogiques sont en effet des situations sociales parmi d’autres ; elles peuvent exercer une influence aussi forte que celles dont la fréquentation est à l’origine de la constitution de l’habitus. Rien n’interdit de concevoir des situations d’éducation motrice, dès le plus jeune âge, qui offrent les conditions favorables à l’édification de l’habitus praxique souhaité. Les pratiques pédagogiques peuvent susciter des habitus nouveaux, en décalage, qui ne seraient pas le simple « reflet » des attentes extérieures et des classes sociales correspondantes.

21Sur le terrain, le motricien* observe que les pratiques ludomotrices, par leur propre accomplissement dans des conditions favorables, sont susceptibles de déclencher des attitudes et des conduites nouvelles : attitudes vis-à-vis de son propre corps (expression corporelle, jeux traditionnels*...), attitudes à l’égard d’autrui (activités sociomotrices de coopération : randonnée de pleine nature, cordée d’alpinisme, « palanquée » de nage sous-marine, équipage de descente de rivière...), attitudes vis-à-vis des affrontements groupaux (communication motrice* paradoxale, jeu « pervers »...).

22Autant il serait naïf de prétendre faire jouer à la pédagogie un rôle capital de transformation sociale, autant il est peu recevable de la considérer comme un simple lieu de reproduction de phénomènes dont la réalité s’accomplit en dehors d’elle.

23Ayant pouvoir de modifier l’habitus corporel des pratiquants, les situations ludomotrices soulignent les authentiques ressources de l’intervention pédagogique. Il va de soi que celle-ci doit être étudiée et organisée en conséquence (ce qui souligne l’intérêt du développement de la praxéologie motrice*), et que son influence va se mêler aux autres influences sans prétendre les dominer.

24Montrer le poids de facteurs socio-économiques et leur inscription dans un habitus prédisposant est un point, en conclure au rôle exclusif et totalement déterminant de cet habitus en est un autre. Le sociologue et le pédagogue peuvent émettre de sérieuses réserves à ce qui apparaît aux yeux du premier comme une théorie de la prédétermination sociale annihilant le pouvoir de choix de l’individu, et aux yeux du second comme une théorie de la résignation au statu quo éducatif.

25Quand au praxéologue de la motricité*, en tant que tel, il ne peut souscrire au point de vue qui se contente de projeter sur les situations motrices des concepts et des représentations qui leur sont extérieurs. Sa démarche adopte une pertinence différente : l’action motrice. Il se propose d’en analyser les traits spécifiques influençant l’habitus, et qui sont notamment portés par la logique interne des différents jeux sportifs : modalités corporelles de l’interaction*, codification de la violence et du contact, réseau des communications, arbre des décisions motrices, enchaînements possibles des rôles et sous-rôles sociomoteurs*, caractéristiques de l’espace autorisé, sanctions de la rencontre... Ce sera seulement dans un second temps qu’il mettra ces données pertinentes en perspective avec d’autres points de vue (sociologiques, psychologiques) qui pourront alors considérablement enrichir l’interprétation (cf. par exemple la distribution des sports olympiques et des subventions gouvernementales correspondant au simplexe de la classification* (figures 4 et 5)).

26Liée fondamentalement à la problématique de l’ethnomotricité, la notion d’habitus féconde la connaissance des pratiques motrices. La discussion précédente souligne l’intérêt de cette question qui va vraisemblablement susciter de nouvelles recherches ; elle montre aussi qu’il s’agit d’un problème ouvert.

27 ►Ethnomotricité, contrat ludique, distance de garde, praxéologie motrice, logique interne.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

(1) Boltanski (L.).- Les usages sociaux du corps. Les Annales, no 1, 26e année, pp. 205-233. Paris : Armand Colin, janvier-février 1971.

(2) Bourdieu (P.).- La distinction, critique sociale du jugement. Paris : Les Éditions de Minuit, 1979.

(3) Bourdieu (P.).- Pratiques sportives et pratiques sociales. In : VIIe Congrès international de l’HISPA, pp. 17-37. Paris : INSEP, 1978.

(4) Defrance (J.).- Esquisse d’une histoire sociale de la gymnastique (1760-1870). Actes de la recherche en sciences sociales, no 6, pp. 22-46, décembre 1976.

(5) Mauss (M.).- Les techniques du corps. In : Sociologie et anthropologie, pp. 363-386. Paris : PUF, 1966.

(6) Pociello (Ch.).- Pratiques sportives et demandes sociales. Travaux et recherches, numéro spécial : Sociologie du sport, no 5, novembre 1979.

© INSEP-Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
G
 
I
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search