Version classiqueVersion mobile
E
G

Jeux, sports et sociétés

 | 
Pierre Parlebas

Lexique

F

Texte intégral

FONCTION MÉTAMOTRICE

1 ■ Organisation des conduites motrices* qui présentent l’originalité de produire des significations au second degré, de type instrumental, affectif ou référentiel portant sur leur propre accomplissement.

2Une telle organisation est banale en ce qui concerne le langage ; la fonction métalinguistique qui consiste à prendre comme objet la langue elle-même, c’est-à-dire le code employé, renvoie à un usage courant : qui n’a consulté un dictionnaire, qui ne s’est posé de questions sur le sens d’un mot ? Ce lexique même, dans son effort pour éclairer le sens de certains termes, témoigne d’une interrogation « méta » sur la langue.

3Dans le domaine ludomoteur, on peut observer des phénomènes de ce type, bien qu’ils soient beaucoup moins élaborés que ceux si subtilement engendrés par la communication verbale. Les communications praxiques indirectes*, qui s’expriment par des gestèmes* ou des praxèmes*, illustrent une métacommunication motrice* de type instrumental (conduite d’anticipation* et de préaction*, « appel » de balle, feinte...). Les relations chargées d’antagonisme ou de solidarité, qui surplombent les interactions motrices* ambivalentes des jeux paradoxaux*, offrent des exemples insolites de cette communication motrice* qui véhicule un « commentaire » affectif sur elle-même, à un niveau « méta ». Le champ de l’expression corporelle, qui présente l’originalité de pouvoir faire référence symboliquement à un contexte extérieur à la motricité* en jeu, ne se prive pas de mettre son code gestuel au centre de sa gestualité (attitude qui favorise une mise à distance critique, parfois teintée d’humour).

4Dans ces trois types de situation, instrumental, affectif et référentiel, la motricité produit des sur-significations à son propre sujet ; elle commente en surimpression son propre accomplissement. Ces phénomènes rentrent bien entendu dans le cadre plus large de la fonction sémiotrice* qui englobe à la fois le premier niveau de décodage* et le niveau second de méta-décodage.

5Il serait certainement fructueux que l’intervention pédagogique prenne ces processus en compte. La sémiotricisation* des conduites s’enrichirait à coup sûr dans ce jeu à plusieurs niveaux. Les pratiques de haute compétition gagneraient, elles aussi, à approfondir cette métamotricité* qui ne peut se restreindre à une interprétation en termes de stimulus-réponse ou de simple prise d’information. Ces processus sémioteurs, qui ont toujours été sous-estimés, jouent un rôle majeur dans les jeux sociomoteurs* (sports collectifs, escrime, tennis, sports de combat, jeux traditionnels* de groupe, etc.).

6 ► Métacommunication motrice, métamotricité, fonction sémiotrice, jeu paradoxal, sémiotricité.

FONCTION PRAXIQUE

7 ■ Organisation des conduites motrices* dont la mise en oeuvre aboutit à la réalisation d’une tâche motrice*.

8Manifestant l’accomplissement d’une tâche motrice bien définie, cette fonction se traduit par une « performance » de type moteur : monter sur un toboggan et se laisser glisser jusqu’au sol, courir en guidant un cerceau, nager sur une longueur de piscine, effectuer un lancer de disque, participer à un match de basket-ball... Elle est à l’oeuvre dans tous les jeux sportifs*. C’est cependant dans les spécialités sportives qu’elle est le plus facile à caractériser, compte tenu de la minutieuse définition de la tâche s’y trouvant associée : normalisation de l’espace autorisé (aire d’élan, couloir de course, terrain de jeu...), des engins utilisés (javelot, haies, ballon, raquette...), du nombre de participants (relais, tennis, rugby...) et des conditions d’exécution corporelle (appel d’un seul pied au saut en hauteur, interdiction de déplacer la prise des mains au saut à la perche, contrôle du ballon interdit avec le pied au volley-ball...).

9La fonction praxique s’exerce alors dans un cadre tellement standardisé qu’elle autorise la mesure précise des performances accomplies, leur comparaison et l’établissement de records. À ce titre, les situations normalisées du sport* fonctionnent vis-à-vis de la fonction praxique comme certains tests psychologiques à l’égard des fonctions mentales ou certaines épreuves verbales vis-à-vis des fonctions linguistiques.

LES FONCTIONS DU LANGAGE

10Pour mieux approfondir l’expression motrice, il semble opportun de la comparer à une référence privilégiée : l’expression verbale. Cette opposition fera sans doute surgir les traits particuliers de la fonction praxique. Afin d’éviter un simple exposé de généralités, il paraît nécessaire d’armer la réflexion en l’appuyant sur l’analyse des fonctions du langage proposée par Roman Jakobson. Inspirée des données de la théorie de l’information, cette analyse est particulièrement stimulante. Nous allons en rappeler très brièvement les grandes lignes, puis nous essaierons d’examiner dans quelle mesure elle permet de dégager certains traits originaux de la fonction praxique.

11Dans « tout acte de communication verbale », Jakobson distingue six « facteurs constitutifs » ((1), p. 213) : le destinateur (ou émetteur), le destinataire (ou récepteur), le canal de communication qui permet le contact et l’échange, le code commun utilisé, le message échangé, enfin le référent ou contexte, c’est-à-dire ce dont on parle. À chacun de ces aspects fondamentaux de la langue sont associées respectivement les six fonctions suivantes : la fonction expressive qui « vise à l’expression directe de l’attitude » du destinateur (p. 214) ; la fonction conative qui correspond à l’orientation explicite du message vers le destinataire ; la fonction phatique visant à maintenir le contact ; la fonction métalinguistique prenant comme objet le code lui-même et ses significations ; la fonction poétique qui « met en évidence le côté palpable des signes » (p. 218) et se soucie du message « pour son propre compte » (p. 218) ; enfin la fonction référentielle qui renvoie au référent, au contexte dont on parle.

12Notre démarche va consister à repérer l’éventuelle présence de chacune de ces fonctions dans les principales catégories de pratique motrice et, le cas échéant, à en déceler d’inédites. Quatre catégories de pratiques ont été retenues : deux appartiennent au sport (situations psychomotrices* et sociomotrices* dont le critère différentiel est la présence d’une interaction motrice*) et deux n’en font pas partie : l’expression corporelle et le jeu d’Épervier, choisi à titre d’exemple parmi les jeux sportifs traditionnels*.

ORIGINALITÉ DES SITUATIONS LUDOMOTRICES

13Le schéma ci-dessus illustre la démarche suivie en faisant état, en regard des différentes catégories ludomotrices, de la présence (•) ou de l’absence (o) de chacune des six fonctions jakobsoniennes ; trois fonctions supplémentaires, dont nous ferons état, ont dû être ajoutées.

14Ce tableau mériterait de nombreux commentaires, concernant notamment les modalités des fonctions selon les différentes pratiques, leur importance respective... Nous nous bornerons ici à souligner les traits saillants des comparaisons entreprises.

15Dans les pratiques sportives, les fonctions du langage sont inégalement réparties. Les trois fonctions directement liées à la communication (conative, phatique et métalinguistique) sont, de façon très cohérente, attestées dans les situations sociomotrices et ignorées des situations psychomotrices. Le fait majeur est l’émergence d’une fonction inédite, inconnue du langage : la fonction praxique, associée au sport. Toute spécialité sportive se définit expressément par les données de cette fonction qui surplombe toutes les autres et les met d’ailleurs à son service. Ce n’est cependant pas le cas de l’expression corporelle qui tient manifestement une place à part (2) : cette pratique est proche du langage dans la mesure où elle vise à transmettre une signification, transmission valorisant la forme corporelle du message, le signifiant moteur (ce qui lui accorde sa spécificité*). Elle ne cherche pas à vaincre un obstacle matériel ou humain et ne se définit pas par une tâche d’affrontement objectif comme le sport : illustrant toutes les fonctions du langage selon sa propre pertinence motrice, elle ignore la fonction praxique.

16Complétant cette fonction spécifique, on peut en identifier deux autres : une fonction d’antagonisme et une fonction de coopération qui caractérisent le type d’interaction noué entre certains joueurs. Pour chaque jeu sportif, on retrouve leur intervention précise dans le réseau des communications motrices*. Le jeu d’Épervier cumule toutes les fonctions précédemment identifiées ; absente du sport, la fonction référentielle y est présente dans la comptine imagée qui scande les échanges des participants avant chaque traversée du champ de jeu.

17Les différentes fonctions identifiées interviennent de façon fort entremêlée. En considérant la logique interne* des pratiques, on peut cependant d’une façon générale déceler entre ces fonctions une certaine hiérarchie et s’accorder sur une fonction dominante. Dans le cas du langage, on peut, avec Jakobson, reconnaître à la fonction référentielle une place prévalente ; la fonction poétique domine l’expression corporelle. Dans le sport, de façon ostentatoire, c’est la fonction praxique qui est en figure de proue (sur le schéma, le point noir cerclé correspond à cette priorité reconnue dans chaque catégorie ludomotrice).

18Le jeu sportif traditionnel réserve à la fonction praxique une place majeure : cependant, la fonction expressive y gagne un intérêt de premier plan. En effet, le résultat peut ne posséder qu’une importance secondaire dans la mesure où il est acquis d’avance : ainsi, à l’Épervier, on sait que le joueur-épervier capturera finalement tous les joueurs ; ce qui compte alors, ce sont les péripéties ludiques elles-mêmes, la façon dont chaque acteur se jouera des embûches, autrement dit les multiples avatars de la fonction expressive.

19La fonction praxique manifeste ainsi une profonde originalité. Ignorée du langage mais aussi de certaines pratiques corporelles, à l’honneur dans les jeux sportifs traditionnels, elle devient massivement dominante dans les jeux sportifs institutionnels*. Toute la logique interne du sport en effet, mise en forme dans des universaux* remarquablement structurés (réseau des communications, système des scores*, réseau des interactions de marques...), est orientée précisément vers l’accomplissement ostentatoire et spectaculaire de cette fonction praxique.

20 ► Tâche motrice, jeu sportif traditionnel, fonction métamotrice, sport, interaction motrice.

BIBLIOGRAPHIE

21(1) Jakobson (R.).- Essais de linguistique générale. Paris : Les Éditions de Minuit, 1973.

22(2) Pujade-Renaud (C.).- Expression corporelle, langage du silence. Paris : ESF, 1974.

FONCTION SÉMIOTIQUE

23 ■ Organisation d’une capacité générale à signifier qui a pour rôle la production (encodage) et la réception (décodage*) des signes*.

24Cette fonction permet de représenter un signifié quelconque non présent (un objet, un individu, un événement ou une idée) à l’aide d’un signifiant différencié (mot, dessin, geste, image...). Elle correspond à un pouvoir d’évoquer mentalement et de représenter par le comportement verbal ou moteur des signifiants précis qui renvoient à des signifiés bien identifiés.

25Les travaux de Jean Piaget et de son école ont remarquablement mis en évidence cette capacité générale à signifier qu’on retrouve notamment dans l’imitation différée, le jeu symbolique, les représentations graphiques, l’image mentale et bien sûr le langage (1). Cette fonction sémiotique est sollicitée par les systèmes de signes et l’ensemble des codes repérables du fonctionnement social (langue, écriture, affiche, cinéma, code de la route, uniformes militaires, mime, gestes des sourds-muets...).

26Lorsque cette capacité de représentation sollicite directement la mise en jeu des conduites motrices*, on parlera de fonction sémiotrice*. Celle-ci se déploie non seulement dans les jeux symboliques dont Piaget situe curieusement l’apogée entre deux et quatre ans, mais aussi dans toutes les situations motrices* (concernant tout autant l’adolescent ou l’adulte que l’enfant). Elle peut se manifester dans l’affrontement du seul milieu physique (décodage « agi » d’un champ de neige, d’une paroi, d’une rivière...) ; elle s’actualise cependant avec plus d’ampleur dans les situations d’interactions* qui provoquent la production et le déchiffrement de signifiants moteurs (attitudes, postures, gestes, comportements corporels multiples des jeux sportifs traditionnels*, des sports collectifs, du tennis, des sports de combat, de l’escrime, de l’expression corporelle...). Cet aspect totalement oublié par les travaux de Piaget semble pourtant d’une étonnante richesse (et peut s’inscrire d’ailleurs pleinement dans la conception de cet auteur qui insiste tant sur le rôle de l’agir dans le développement de la représentation).

27 ► Signe, fonction sémiotrice, sémiologie, décodage sémioteur, sémiotricité.

BIBLIOGRAPHIE

28(1) Piaget (J.).- La formation du symbole chez l’enfant. Neuchâtel : Delachaux et Niestlé, 1968.

FONCTION SÉMIOTRICE

29 ■ Secteur de la fonction sémiotique* dont le champ d’accomplissement est l’action motrice*.

30Cette fonction peut s’exercer en situation psychomotrice* : la personne agissante ajuste alors son comportement selon son propre décodage* du milieu extérieur.

31Cependant, la fonction sémiotrice se déploie surtout dans l’infini entrelacs des situations sociomotrices*. Les conduites motrices* sont productrices de signes* corporels parmi lesquels on distingue deux classes nettement différenciées : les praxèmes* et les gestèmes* ; on peut y déceler la présence subtile d’une métacommunication motrice*, c’est-à-dire d’une communication sur une communication de type tactique ou affectif.

32L’analyse de cette fonction sémiotrice a été jusqu’ici fort négligée, voire totalement ignorée. Or la mise en jeu du corps, le fait d’agir et de préagir* plongent le pratiquant dans le monde des signes et de la symbolisation (anticipation motrice*, préaction*, décodage et encodage des comportements, stratégie* et décision motrices*...). Les pratiques motrices peuvent ainsi intervenir dans l’avènement d’une capacité à signifier générale. Si l’on veut envisager de faire jouer un rôle à l’éducation physique* dans le développement des capacités cognitives de l’enfant, c’est certainement au niveau de ces processus sémioteurs qu’une telle influence pourra être mise en lumière et prendre toute son importance.

33 ► Fonction sémiotique, sémiotricité, indice, préagir, praxème.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1079/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© INSEP-Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
E
 
G
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search