Version classiqueVersion mobile

Jeux, sports et sociétés

 | 
Pierre Parlebas

Avant-propos

Texte intégral

« Pour nous faire comprendre, nous avons dû nous aventurer à définir quelques mots qui jouent ici un rôle important et qui n’ont pas pour tout le monde exactement le même sens ».
Georges Hébert
(Avant-propos, Le sport contre l’éducation physique, p. 3)

1Le lexique ici présenté répond à un choix évident. Il rassemble cent-vingt-quatre termes dont la définition est, dans la plupart des cas, accompagnée d’un commentaire d’illustration. Ce dernier replace le mot dans son contexte d’utilisation afin d’éviter les définitions sèches aboutissant à de simples renvois circulaires du type « interagir : effectuer des interactions » et « interaction : fait d’interagir ». En faisant fonctionner les concepts dans leurs champs de référence théorique et pratique, le commentaire tente de les ancrer sur les réalités qu’ils ont l’ambition d’évoquer. Aussi n’avons-nous pas hésité, d’une part à aborder les principaux thèmes de réflexion ou de recherche suggérés par le concept défini, d’autre part à illustrer ces commentaires de nombreux exemples concrets empruntés au terrain.

2On distingue habituellement deux types de lexiques : l’un se préoccupe essentiellement du mot qui nomme, l’autre s’intéresse avant tout à la chose nommée. Le présent recueil est orienté en priorité vers la chose nommée, c’est-à-dire vers la réalité extra-linguistique ; cette attitude valorise le contenu explicatif et invite aux exemples d’illustration.

LE CHOIX DES CONCEPTS

  • 1 Dans l’avant-propos, comme dans chaque article du recueil, les termes qui donnent lieu à une « ent (...)

3Les termes retenus ne représentent qu’un échantillon réduit parmi tous les possibles. Ils ont été choisis à cause de leur orientation marquée en faveur d’une mise en évidence de l’originalité du champ des pratiques motrices. Beaucoup d’entre eux correspondent aux analyses et aux travaux que nous avons nous-même entrepris dans ce domaine et sont donc liés à un type précis de recherche parmi d’autres réalisables. À notre connaissance, il n’existe pas encore de lexique spécifique délibérément centré sur le champ de l’action motrice*1. La présente contribution ne peut en être qu’une ébauche, d’autant que la science de l’action motrice n’en est elle-même qu’à ses balbutiements. Aussi le lecteur voudra-t-il bien nous pardonner le caractère inévitablement partiel et partial d’une telle entreprise.

4Schématiquement, on trouvera dans ce vocabulaire quatre catégories de termes ou d’expressions.

  • Les termes qui sont des emprunts et qui gardent le sens de leur discipline d’origine (graphe*, duel*, kinésique*, signe*, habitus*). Nous avons limité leur nombre car il est inutile de reproduire ici ce qui est remarquablement développé ailleurs : il suffit de se reporter aux excellents lexiques, dictionnaires ou vocabulaires des disciplines correspondantes existant aujourd’hui. Les termes que nous avons cependant mentionnés ont été retenus ou bien à cause de leur importance pour notre propos, ou bien du fait de leur relative nouveauté.
  • Les termes empruntés à d’autres disciplines avec leur signification globale habituelle, mais que nous utilisons en portant fortement l’accent sur les caractéristiques qui nous importent, ce qui majore les particularités correspondantes (anticipation motrice*, incertitude*, interaction motrice*...).
  • Les termes et expressions existant déjà dans la langue mais dotés ici d’un sens nouveau tout en gardant certains traits de leur contexte d’origine (universaux *, statut * et rôle sociomoteurs *, psychomotricité*, jeu paradoxal*...).
  • Les néologismes (principalement forgés par dérivation ou composition). Ces concepts ont été créés pour rendre compte de réalités appréhendées sous un angle nouveau (sociomotricité*, contre-communication*, praxème*, ludogramme*, préaction*, métamotricité *, fonction sémiotrice*...).

5De nombreuses disciplines (biologie, psychologie, éthologie...) fourmillent de termes auxquels nous nous référons quotidiennement et qui présentent un grand intérêt pour l’analyse de l’action motrice (le cas de la neurophysiologie, notamment dans ses récents développements, est à ce titre exemplaire). Le lecteur ne retrouvera cependant pas dans ce lexique la floraison de leurs termes. À cela, trois raisons :

  • il est sans grand intérêt de plagier les excellents ouvrages des diverses disciplines qui définissent, dans le cadre de la pertinence* qu’elles maîtrisent, les concepts de leur cru ;
  • il est souhaitable de rompre avec les modes de pensée selon lesquels le développement scientifique en éducation physique* est assimilable à un développement des sciences biologiques (et remplacer ces dernières par les sciences psychosociologiques ne changerait évidemment rien quant au fond du problème) ;
  • le projet de ce lexique est de suggérer l’existence d’un champ spécifique, pratiquement inexploré : le champ de l’action motrice. Ce recueil doit donc esquisser une démarche cohérente avec son projet : à pertinence nouvelle, concepts nouveaux.

6Ces rapides remarques soulèvent des problèmes délicats : ce sera l’objectif de l’introduction de les reprendre en les développant davantage. Nous répondrons alors aux critiques rituellement adressées aux recherches en éducation physique et présenterons le point de vue qui fonde la constitution de ce lexique.

PRIVILÉGIER LES SYSTÈMES DE RELATION

7Le point de vue fondamental qui sous-tend les analyses de ce lexique considère que les faits s’organisent en un système de relations qui donne sens et fonction à chaque élément. Le point de vue relationnel est la clef de l’intelligibilité des phénomènes. La notion de « jeu institutionnel* », par exemple, n’a de sens que par rapport à la notion de « jeu traditionnel* » ; le concept de « psychomotricité » ne prend sens que par opposition à « sociomotricité » ; de même pour « communication* » et « contre-communication », « gestème* » et « praxème »... En praxéologie* comme en linguistique, les traits différentiels et les systèmes d’opposition font le sens. On ne s’étonnera donc pas de les retrouver dans les définitions, les commentaires et davantage peut-être encore dans les diagrammes. Ces traits distinctifs, qui fondent la « valeur » des concepts, s’inscrivent dans un système d’interaction dont l’architecture globale apparaît de façon particulièrement synthétique à l’intérieur d’un tableau de classification. Le recours aux structures mathématiques (réseau, graphe, matrice...) est une mise en pratique du point de vue relationnel : une telle modélisation* évite de se cantonner dans un simple « discours » structural. Le point de vue de la relation et de la structure est donc le principe directeur de ce lexique, tant dans son fond que dans sa forme.

8Les concepts choisis en « entrées » s’appliquant à un champ doué d’une certaine unité s’organisent en un véritable réseau les articulant les uns aux autres. Quelques cheminements de ce réseau sont suggérés au lecteur : l’index thématique, qui suit l’introduction en tête de recueil, propose un regroupement de ces concepts en sept « facettes ». Bien entendu, de multiples regroupements différents sont possibles et légitimes. L’organisation que nous avons retenue distribue les termes selon sept catégories, dont chacune correspond à une modalité particulière d’exploration du champ de l’action motrice : facette des concepts généraux de base, facette modélisante, facettes de l’interaction, de la décision, facettes socio-institutionnelle, sémiotrice et pédagogique. Ces plages sémantiques possédant de nombreux recouvrements, la répartition des termes selon ces sept catégories ne va pas sans arbitraire ; tout un lot de concepts (sport*, logique interne*, jeu paradoxal*...) pourrait figurer, sans sollicitation abusive, dans plusieurs facettes, éventuellement dans toutes.

9Ces réserves faites, la présentation des termes en sept groupes sémantiques bien caractérisés propose une pré-grille de lecture, certes brute, mais permettant les premières mises en relation. Les commentaires d’un terme sont ainsi complétés par les explications accompagnant les autres termes de la même facette : les commentaires de « code sémioteur* », par exemple, seront approfondis par les analyses associées à « indice* », elles-mêmes prolongées par celles de « praxème »... et ainsi de suite pour les différents termes de la facette sémiotrice (sans préjuger des évidentes liaisons entre facettes : la sémiotricité*, par exemple, renvoie manifestement à certains concepts de l’interaction et de la décision : communication, anticipation, préaction, stratégie*...).

10D’autre part, à la fin de chaque article, une liste systématique de cinq termes (introduits par le signe ► signale des oppositions, des voisinages ou des approfondissements possibles. Dans un même souci d’unité, plusieurs notions centrales ont été commentées de façon approfondie. Elles jouent ainsi un rôle-carrefour dans le réseau conceptuel général et veulent favoriser la compréhension des liaisons réunissant les différents éléments de l’ensemble. Citons à titre d’exemples : classification*, domestication/sauvagerie*, ludomotricité*, métacommunication motrice*, sémiotricité, universaux ; la particulière importance accordée au terme « sport » est révélatrice de cette préoccupation. Enfin, dans chaque article, comme il a été indiqué précédemment, la première apparition d’un terme possédant sa propre entrée dans le lexique est suivie d’un astérisque, ce qui est une autre façon de suggérer les chaînes sémantiques du réseau lexical.

11Certains articles sont suivis d’une courte bibliographie (avec renvois numérotés dans le texte) qui signale des études de référence traitant des points évoqués. En fin de recueil, une bibliographie générale réunit un certain nombre d’ouvrages. Ceux-ci sont de deux types : une partie d’entre eux propose des analyses qui, tout en n’étant pas explicitement orientées vers les pratiques motrices, possèdent un intérêt de premier plan pour les aborder dans la perspective proposée ; l’autre partie est constituée d’ouvrages qui prennent explicitement ces pratiques comme objet d’étude et contribuent par des travaux originaux à une exploration fructueuse du champ de l’action motrice.

12Le lecteur pourra également consulter en fin de recueil un index des auteurs et un index des jeux sportifs cités, suivis eux-mêmes d’un index alphabétique précisant la pagination de toutes les entrées du lexique.

13Enfin, pour faciliter l’identification des différentes pratiques citées en illustration, les jeux sportifs traditionnels, devenus peu familiers au lecteur, seront conventionnellement écrits avec une capitale initiale, ce qui permettra de les distinguer des jeux sportifs institutionnels (les sports) dont les dénominations, aujourd’hui usuelles, ne seront pas particularisées.

14 (1 re édition, 1981)

Notes

1 Dans l’avant-propos, comme dans chaque article du recueil, les termes qui donnent lieu à une « entrée » du lexique sont signalés, à leur première occurrence, par un astérisque.

© INSEP-Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search