Version classiqueVersion mobile

Jeux, sports et sociétés

 | 
Pierre Parlebas

Préface à l'édition de 1998

Pierre Parlebas

Texte intégral

1 Au cours des dernières décennies, la notion d’action motrice a fait une entrée en force dans le champ scientifique. Même les physiologistes, traditionnellement attachés à des références plus segmentaires, recourent aujourd’hui fréquemment à ce concept plus global et surplombant. Soucieux de réalisme, ils en viennent d’ailleurs souvent à illustrer leurs analyses à l’aide d’exemples de productions motrices en grandeur réelle, empruntées au monde des sports ! Sur un mode complémentaire, on semble de mieux en mieux comprendre l’intervention de la dimension sociale et culturelle qui traverse en profondeur les activités physiques et sportives.

2 C’est en 1934, il y a nettement plus d’un demi-siècle, que Marcel Mauss a longuement montré que les techniques du corps ne sont pas naturelles mais culturelles. L’action motrice se déploie sous l’influence des normes et des valeurs de la société ; dépendante des institutions, elle apparaît liée au statut social de ceux qui l’accomplissent. Les tactiques du corps sont pétries de significations que l’on retrouve à la source des passions, des engouements et des spectacles qu’elles suscitent. La Coupe du monde de football, parmi d’autres exemples, ne se réduit pas à la matérialité d’une dispute d’un ballon entre des équipes de onze joueurs. Elle peut engager d’importants enjeux politiques et devenir le lieu d’affirmation de l’identité de tout un peuple, le lieu de recherche d’une unité dans laquelle se fondent les disparités régionales et ethniques. Et toute cette effervescence symbolique repose sur le déploiement d’une action motrice dont les configurations propres et la logique interne ne sont pas indifférentes. Cette nouvelle position ne consiste évidemment pas à nier la dimension biologique, mais à la resituer dans un ensemble qui lui donne un sens psychologique et social.

3 Toujours est-il que le champ de l’action motrice apparaît désormais digne d’intérêt pour la recherche scientifique. Dans cette perspective, on ne peut plus échapper aux contraintes classiques d’une telle investigation : définition opérationnelle des concepts, modélisation des situations, affinements méthodologiques. Les néologismes, apparemment inutiles et dont on reprochait l’usage à certains chercheurs, ne semblent plus des complications superflues voire pédantes : ils répondent à une nécessité. Si l’on prétend vouloir développer la recherche dans le domaine des activités physiques et sportives, encore faut-il s’en donner les moyens, notamment conceptuels et méthodologiques ! Un phénomène ne prend d’existence que s'il est nommé, c’est-à-dire identifié et reconnu. Des termes et expressions, tels que « conduite motrice », « logique interne », « sociomotricité », « principe d’action », « décision motrice », « préaction », « ethnomotricité » ont désormais fait leur preuve : ils permettent de rendre compte des processus étudiés avec davantage de richesse et de fidélité, tout en engageant les opérations de contrôle méthodologique indispensables. Si ces concepts nouveaux affirment l’originalité de la dimension praxique, ils ne préjugent pas pour autant des réponses à donner et laissent ainsi ouvert le problème de l’interprétation. En bref, les avancées du champ des activités physiques et sportives passeront aussi par leur langage, par la mise au clair de vocables propres.

4 L’effort d’identification et de clarification des concepts que le Lexique avait mené en 1981 répondait à un réel besoin, attesté par plusieurs retirages successifs. Le temps semble cependant venu de le compléter. Aussi avons-nous considérablement augmenté l’édition originale en ajoutant une trentaine de termes nouveaux à la liste initiale. Les nouvelles entrées relèvent des différentes facettes de l’action motrice, aussi bien de la facette socio-institutionnelle (« sportification », « temporalité ludosportive »...) ou pédagogique (« didactique », « effets attendus »...) que de la facette des concepts de base (« domaine d’action », « connaissances déclaratives ou procédurales »...) ou de la modélisation (« opérationnel », « réseau de coalitions »...). La définition et les commentaires des anciennes entrées n’ont été en rien transformés, car ils semblent être restés de pleine actualité. Une seule modification a été apportée, relative à l’entrée « comotricité » dont l’acception a été revue ; nous allons en dire deux mots, car cette modification nous paraît révélatrice de l’organisation en réseau qui a été adoptée et qui relie les concepts de cet ouvrage.

5 L’ancienne définition du terme « comotricité » faisait double emploi avec celle de « sociomotricité », car elle n’offrait aucun trait distinctif original. En revanche, il manquait me expression susceptible d’identifier les situations psychomotrices pratiquées en compagnie d'autrui. La personne qui agit dans ce type de situation ne noue aucune interaction motrice instrumentale avec quiconque : on ne peut donc parler de sociomotricité.

6 Cependant, la présence d’individus agissants à côté du pratiquant peut notoirement influencer ce dernier, notamment sous l’angle affectif et relationnel, ainsi qu’on l’observe par exemple dans certaines activités de jogging, roller, ski, randonnée, courses en couloir ou séances de « gymnastique ». Le terme « comotricité » devient alors disponible pour identifier ces situations-frontières dont les particularités sont incontestables, et qui connaissent aujourd'hui une grande vogue dans notre société. On évite ainsi la confusion avec les situations sociomotrices qui engagent sur un mode nécessaire des implications corporelles. Nous pouvons alors distinguer, parmi les pratiques psychomotrices, celles qui s'accomplissent en solo et celles qui se réalisent en compagnie ; ces dernières, précisément comotrices, étant certes des pratiques non solitaires, mais pas encore assez solidaires pour être considérées comme sociomotrices. Ces distinctions pourraient paraître bien pointilleuses ; mais il en est ici comme dans les autres secteurs : si l’on veut éviter les propos vagues et confus ainsi que nous l’avons déjà souligné plus haut, il faut bien s’en donner les moyens terminologiques et conceptuels.

7 Les entrées nouvelles sont repérables par une caractéristique graphique : elles sont affectées du signe. Compte tenu de son orientation générale, cet ouvrage paraît sous le nouveau titre : « Jeux, sports et sociétés » qui illustre ses thèmes centraux, abordés sous l’angle préférentiel de l’action motrice.

8Décembre 1998

© INSEP-Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search