Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dopage et performance sportive

 | 
Catherine Louveau
, 
Muriel Augustini
, 
Pascal Duret
, 
et al.

Troisième partie. Un contexte propice au dopage

Texte intégral

Les contraintes inhérentes au sport de haut niveau

1L'analyse de la situation contemporaine du sport de haut niveau permet d'identifier un grand nombre de facteurs et de mécanismes, au niveau de l'univers sportif lui-même ou de son contexte social, susceptibles, selon les cas, de favoriser ou d'amener à tolérer le dopage. Autant d'éléments conjoncturels pouvant pousser l'athlète à user de ces pratiques prohibées. On peut donc identifier des influences, tentations et incitations qui entrent en contradiction avec les principes de l'éthique sportive ; elles déterminent, pour les acteurs individuels ou institutionnels du sport, des situations conflictuelles qui se présentent comme autant de dilemmes ou de figures de la double contrainte.

1. PRESSION ET ENJEUX PESANT SUR L'ATHLèTE

  • 1 J.-P. de Mondenard, Le Quotidien du médecin, 10 octobre 1988.
  • 2 Ibid.

2La multiplication des compétitions et l'allongement des saisons sportives sont des conséquences de la spectacularisation croissante et de la sponsorisation du sport. Le cyclisme fournit un exemple particulièrement probant de l'accroissement des charges de travail, favorisé conjointement par les dirigeants, les organisateurs et les employeurs. En 1905, L. Petit Breton courait 25 jours par an ; en 1946, J. Robic avait 66 jours de course à son programme, tandis que B. Hinault en comptait 250 en 1980. "Ainsi, Henri Pélissier, en 24 années de course professionnelle, a effectué 52 000 km alors qu'Eddy Merckx, cinquante ans plus tard, en 13 saisons, a roulé pendant 400 000 km à l'avant du peloton"1. Au fil des années, l'augmentation ne fut pas uniquement quantitative, l'intensité de l'effort s'est élevée parallèlement : "En clair, cela veut dire que pendant que le premier parcourait 1 kilomètre à 25 à l'heure, le champion bruxellois en faisait 16 à 37 à l'heure"2.

Gagner sans se doper
Y croire, ne plus y croire, rêver ou briser le rêve ?
"On va prendre le cas de Ben Jonhson : BJ, il est chopé positif. Après, il fait amende honorable, il a servi un peu de bouc émissaire, on a voulu faire un gros truc avec un gros poisson. Ce mec a gagné le 100 m des Jeux, c'est l'épreuve reine des JO tous sports confondus, on s'est dit : ben, là, il faut frapper fort. Gros procès, presse et tout ça... Le gars, il fait amende honorable, bonne poire, il dit même qu'il se dope depuis telle année et on lui supprime tous ses records. Là, je trouve que c'est un peu exagéré. Donc... ses titres de champion en salle et en plein air complètement supprimés, le gars, pendant deux ans, est suspendu, il fait amende honorable auprès des enfants, il va dans les écoles, il dit : ce que j'ai fait, ce n'est pas bien, il ne faut pas, j'ai eu tort, etc. Bon, les enfants sont contents, ils voient BJ, il a gagné, mais il dit que ce n'est pas bien. Et puis, deux ans après, la presse française, je m'en rappelle bien, [écrivait] : BJ, c'est super de le revoir, et puis, bon, deux semaines après, on apprend qu'il est gaulé positif... Ce gars-là a brisé le rêve de plein de gens. Moi, ça fait longtemps que le mien est brisé, mais il y a des jeunes qu'il a été voir, il leur a cassé le moral parce qu'il leur a dit qu'il ne fallait pas tricher, il leur a dit que ce qu'il avait fait n'était pas bien, et même pas deux ans après, il remet ça, ça veut dire quoi ? [...]. Ça veut dire que BJ s'est rendu compte que lorsqu'il est revenu en 90, on lui a fait des ponts d'or pour qu'il courre contre Carl Lewis ou Christie ou n'importe quoi, des trucs faramineux, et on s'est aperçu que BJ était comme le commun des mortels, qu'il était comme tout le monde, qu’il courait 10"40 comme tout le monde, donc il n'avait plus de raisons d'être dans les finales. A des meetings, il s'est retrouvé par exemple à Zurich en course B. Il a goûté quelque chose, il a cru qu'il pouvait revenir sans, il s'est aperçu que ce n'était pas possible, bon... Là il y a aussi un grave problème parce que le dopage amène à un niveau où l'on s'aperçoit que seul le dopage peut faire ça [...]".
Militant anti-dopage, sportif de haut niveau
"Il y a des gens qui sont persuadés que ce n'est pas possible d'être le premier si on n'est pas dopé... Il y a beaucoup de gens qui pensent ça, des entraîneurs, des athlètes, des médecins, surtout des entraîneurs et des médecins, c'est là où c'est le plus grave... Mais c'est cette éducation-là qu’il faut réinstaurer chez les jeunes, en leur faisant croire, enfin... en leur expliquant que c'est possible d'être un jour le meilleur sans avoir recours à des substances interdites [...]".
Militant anti-dopage, sportif de haut niveau.

  • 3 Ça m'intéresse, juillet 1989.
  • 4 L'Express, 21 octobre 1988.

3Aujourd'hui, on attend des sportifs de haut niveau non seulement qu'ils assument physiquement et psychologiquement cette multiplication insensée de la compétition mais qu'ils y jouent aussi un rôle de premier plan. On peut alors se demander avec Nelson Paillou "si les concurrents peuvent réaliser, sans faire appel à la chimie, les performances surhumaines que l'on attend d'eux pour rendre l'épreuve spectaculaire"3. R. Bambuck lui-même, devant la charge d'entraînement croissante et la diminution des temps de récupération, reconnaît la nécessité "de réaliser, par des actes médicaux, des apports extérieurs qui vont rendre permanentes les modifications physiologiques (dues à l'entraînement). Il s'agit, [précise-t-il], sous une surveillance médicale compétente, de rééquilibrer un sportif en état semi-pathologique. Mais à deux conditions : sans mettre sa santé en péril et sans lui faire réaliser des performances qu'il n'est pas normalement capable d'accomplir"4.

  • 5 L'Express, 24 novembre 1989.

4Manifestement, la frontière tend à s'atténuer entre ces pratiques médicales, devenues indispensables au plus haut niveau, et celles du dopage. D'ailleurs, le professeur C.-L. Gallien estime que le recours aux dopants devient peu à peu incontournable. Il affirme : "C'est effrayant. Un organisme normal ne peut plus assumer la dose d'entraînement aujourd'hui obligatoire pour figurer en haute compétition. Cette dose, je vous l'affirme, est devenue invalidante. Le sport a atteint une telle exigence qu'il faut, pour parvenir au plus haut niveau, user de procédés extra-physiologiques, c'est-à-dire du dopage. Voilà quelques années, on se dopait pour "faire un coup", le jour J. Aujourd'hui, on se dope à jet continu, simplement pour supporter l'entraînement. On n'en est plus à se surpasser exceptionnellement, mais à métamorphoser l'homme de base"5.

Le dopage comme inévitable
"Je crois que, malheureusement, aujourd'hui, tout amène l'athlète à pouvoir se doper, pour quelque raison que ce soit. On peut prendre le cas des sélections : le gars a une sélection en équipe de France. Bon ! Et le match d'après ou la compétition d'après, il n'est pas sélectionné parce que ses résultats ne sont pas suffisants. C'est vrai qu'il peut se dire : il faut que je m'entraîne plus pour essayer de "choper" cette sélection. Et, s'il n'y arrive pas, il peut être confronté au problème : il faut que je fasse autre chose, l'entraînement ne suffit pas... Donc le dopage... Il y a aussi par exemple, dans le vélo, des mecs notamment dans le Tour de France, qui se dopent, ce n'est même pas pour gagner le Tour de France, ce n'est même pas pour gagner plus d'argent, c'est simplement pour être dans une équipe professionnelle. D'autres, c'est pour finir le Tour de France à la même date que les autres et ne pas se retrouver au bout de 6 jours éliminé parce que pas dans les temps. Malheureusement, moi, j'en suis persuadé, il n'y a pas un mec dans le Tour de France vélo qui n'est pas billé ! Les mecs, ce qu'ils font, ce n'est pas possible...
En plus, il y a des gens qui sont contrôlés. Je ne sais plus quand c'était : l'Espagnol P. Delgado qui était contrôlé positif sur une liste, je ne sais plus quelle liste, sur celle du CIO je crois, il était positif, mais, sur celle de la Fédération internationale de cyclisme il ne l'était pas... A l'époque, il y avait des problèmes France-Espagne, politiques et tout ça. On a étouffé l'affaire, on a arrondi les angles, et Delgado s'est retrouvé vainqueur du Tour de France, alors que tout le monde a bien vu qu'il avait été contrôlé positif. Il y a des gens dans le vélo qui sont contrôlés positifs et qui prennent deux semaines ou un mois de suspension. Pour d'autres sports, c'est quatre ans fermes, point à la ligne, on ne cherche pas à comprendre le mec. Il a été contrôlé positif, et ben on ne le voit plus pendant quatre ans. Il y a deux poids deux mesures, il y a les sports professionnels et les autres... De toute manière, à n'importe quel moment, on peut être confronté au dopage... A n'importe quel moment ! Parce qu'il y a une sélection, Rien que pour être invité dans les meetings, rien que pour être sélectionné en équipe de France ou en nationale, rien que pour arriver en finale des championnats de France, à chaque moment, on peut être confronté au dopage. Parce qu'il y a des gens véreux, des gens malhonnêtes, des gens mal intentionnés partout, des entraîneurs, des médecins... Partout. Des gens qui sont prêts à faire du fric sur le dos d'innocents."
Militant anti-dopage, sportif de haut niveau.

5La multiplication et l'intensification des efforts demandés, afin de maximiser les profits des sponsors, des médias et des organisateurs de spectacles, exposent ainsi le sportif de haut niveau à la tentation de plus en plus pressante de recourir au dopage pour supporter l'exigence à laquelle il se trouve soumis.

  • 6 L’Équipe Magazine, no 548, 11 juillet 1992.

6Mais il serait erroné, à la suite de cette analyse, de ne voir dans l'athlète qu'une victime de l'évolution contemporaine du sport et d'enjeux qui le dépassent. Il trouve aussi dans cette situation paroxystique son propre profit, à la fois financier et symbolique. Les salaires, primes et avantages en nature dont bénéficient les champions dépendent certes largement du sport pratiqué et de la nature des compétitions. Il est évident qu'un médaillé d'or olympique en tir à l'arc retirera de son exploit des bénéfices bien moindres qu'un perdant en demi-finale du tournoi de Roland Garros. Néanmoins, ces profits sont rarement négligeables et peuvent atteindre des sommes très élevées. L'escalade des gains suit celle des exigences et des performances, l'athlète C. Lewis le rappelle fort à propos : "L'amateurisme est mort [...] Plus nous grignotons de secondes, plus nous gagnons d'argent"6.

7Lorsque de véritables fortunes sont en jeu, comment résister à la tentation du dopage ? C. Gugler déclarait le 28 septembre 1988, dans les colonnes de Libération : "Quand on a des gens comme Ben Johnson ou Car) Lewis qui courent pour un gros paquet d'argent, comme ils l'ont fait à Zurich, on peut s'attendre à ce que ces choses-là arrivent. Pour un demi-million de dollars, il pourrait m'arriver de le faire moi-même".

8La victoire ne procure pas seulement des avantages financiers, elle apporte également des profits symboliques appréciables. La renommée, la célébrité, la gloire voire le vedettariat, peuvent aussi constituer de puissants moteurs au désir de gagner à tout prix et donc de se doper. Du reste, la notoriété ne vaut pas seulement par la jouissance narcissique immédiate qu’elle procure, mais aussi par le capital qu'elle représente et qui pourra, dans le présent sportif, se traduire en exigence de rémunération ou, lorsque la carrière sportive proprement dite sera terminée, être reconverti en capital social et professionnel.

  • 7 Cette problématique a été travaillée par Bette (K.H.), Schimank (U.), Dopage : le sport de haut niv (...)

9On peut d'autant mieux comprendre l'attention du sportif à l'égard de l'ensemble de ces profits que le haut niveau impose le plus souvent sacrifices et renoncements7. Au fur et à mesure que l'athlète progresse dans sa carrière et que son niveau de performance s'élève, croissent simultanément les investissements consentis, investissements psychologiques certes, mais aussi investissement d'une quantité de plus en plus considérable de temps qui, à partir d'un certain stade, ne peut plus s'accroître qu'au détriment d'autres secteurs de la vie. Des choix deviennent alors inévitables, de plus en plus mutilants, et qui s'opèrent au détriment du loisir, de la vie familiale, du réseau relationnel, des études ou de la préparation d'un avenir professionnel. La focalisation tend à devenir exclusive, l'investissement total, sur ce pari somme toute très risqué de la réussite sportive au plus haut niveau, la seule qui puisse désormais rentabiliser les renoncements acceptés. Le sportif de haute compétition, après avoir tout misé sur la carrière sportive, peut se trouver confronté à l'alternative angoissante du "tout ou rien". Il est désormais condamné à réussir. Le dopage peut alors se présenter comme un dernier recours, une ultime issue, pour ne pas tout perdre lorsque la réussite escomptée n'est pas atteinte malgré l'engagement total et exclusif.

2. LE DILEMME DE L'INSTITUTION SPORTIVE

10Si la réussite est impérative pour le sportif, elle importe également pour son environnement proche, entraîneurs et institutions fédérales.

  • 8 B. Kersee a notamment entraîné V. Brisco, G. Devers, J. Joyner et F. Griffith. L'accumulation des s (...)

11Pour l'entraîneur, les enjeux s'avèrent certes moins forts que pour le sportif lui-même. Il peut entraîner, simultanément et/ou successivement, plusieurs sportifs et pour assurer sa propre promotion, il suffit que certains d'entre eux réussissent. Son renom, sa cote professionnelle, les prétentions de rémunération qu'il peut afficher ne s'en trouvent pas moins liés très directement à la réussite des individus qu'il a pris en charge. Objectivement, le dopage des sportifs qu'il encadre peut indirectement favoriser sa trajectoire professionnelle, qu'il ignore ces pratiques, qu'il les tolère seulement, qu'il les permette ou les favorise, voire qu'il les conseille ou les organise lui-même. Mais l'éventuelle amélioration des performances par le dopage entre en conflit avec l'éthique sportive et professionnelle de l'entraîneur ainsi qu'on l'a mentionné dans la partie précédente. En outre, une rumeur de dopage et a fortiori un contrôle positif concernant un de ses poulains risque de ternir son image. Lorsque de tels faits se reproduisent, le renom et l'avenir professionnel de l'entraîneur peuvent s'en trouver fortement marqués. B. Kersee aux États-Unis et C. Hodos en France, par exemple, ont connu de telles situations8.

12L'entraîneur se trouve donc enfermé dans un paradoxe : il aurait objectivement intérêt à ce que les sportifs qu'il encadre améliorent leurs productions, y compris par le dopage, mais, simultanément, il ne peut faire abstraction de l'éthique sportive. Tous les membres de l'équipe proche du sportif, qu'il s'agisse du médecin, du psychologue ou du soigneur peuvent se trouver pris dans la même logique.

13Ce qui est vrai pour l'équipe restreinte et proche du sportif de haute compétition l'est aussi pour l'institution fédérale. Les résultats internationaux obtenus par une discipline sportive rejaillissent directement sur sa fédération. Ils peuvent se traduire notamment par des flux d'adhésions et des montants de subventions publiques. Les fédérations nationales se trouvent en concurrence en ce qui concerne la faveur du public, l'accès au petit écran, l'impact auprès des sponsors ou encore l'intérêt des pouvoirs publics. L'élément décisif dans cette rivalité interfédérale est sans conteste induit par les résultats obtenus au plan international. L'efficacité d'une politique sportive est souvent évaluée au seul nombre des médailles et des titres remportés. Tout ce qui contribue à l'optimisation des résultats dans une discipline favorise, par voie de conséquence, la fédération correspondante et ses représentants.

  • 9 Article 10 du titre IV de la loi no 89-432 du 28 juin 1989.
  • 10 Le décret no 92-381 du 1er avril 1992 précise dans son article 33 : "Les fédérations chargées à la (...)
  • 11 Le décret no 90-440 du 29 mai 1990, portant composition et fonctionnement de la Commission national (...)

14Cette logique est d'une évidence telle que la méfiance des pouvoirs publics vis-à-vis des fédérations s'est trouvée inscrite dans les textes législatifs et réglementaires concernant le dopage. Les traces de cette vigilance sont multiples. Elles apparaissent dans la loi elle-même qui prévoit que "la Commission nationale de lutte contre le dopage est saisie par le ministre chargé des Sports lorsque la fédération sportive compétente n'a pris aucune sanction ou a pris une sanction que le ministre juge insuffisante, ou qui n'est pas appliquée"9. Elles figurent aussi dans les textes d'application de la loi ; c'est le sens même du décret énonçant les dispositions anti-dopage que les fédérations chargées d'une mission de service public doivent obligatoirement adopter dans un délai déterminé, sous peine de sanction10. Une autre trace de cette crainte peut être lue dans certaines dispositions précisant le fonctionnement de la Commission nationale de lutte contre le dopage. Celle-ci peut en effet se saisir elle-même pour se substituer à une fédération en matière disciplinaire, si cette dernière fait preuve d'une sévérité insuffisante contre le dopage11.

15C'est l'organisation même du mouvement sportif, au plan national et mondial, qui crée ces rapports concurrentiels et tend à favoriser de facto une attitude plutôt qu'une autre vis-à-vis du dopage. Cet effet de structure est rendu plus évident si on compare fédérations nationales et fédérations internationales. Ces dernières représentent l'instance suprême et unique pour un sport donné, elles ne peuvent que détenir le record dans leur spécialité. Les enjeux auxquels elles s'avèrent sensibles seront de ce fait d'un autre ordre ; il s'agira, par exemple, d'entrer ou de rester dans le programme olympique. De tels objectifs seront plutôt favorisés si l'image de leur discipline sportive n'est pas salie par de multiples affaires ni par une attitude laxiste en matière de lutte contre le dopage. Aussi, en cas de contrôle positif, les divergences entre fédérations nationales et internationales sont-elles monnaie courante. On y reviendra plus loin en traitant des procédures de contrôle et des sanctions.

16Les associations nationales et internationales de sportifs professionnels seront, a fortiori, disposées à l'indulgence vis-à-vis du dopage ; le statut professionnel de leurs mandants les incite même à une certaine impatience vis-à-vis de réglementations qui peuvent leur sembler brider arbitrairement la liberté de l'exercice d'une profession. Mais ces institutions n'échappent pas pour autant à la double contrainte liée à l'éventualité de l'usage de produits ou de procédés figurant sur les listes du dopage. Ces organisations sont en effet, au moins théoriquement, soumises à l'autorité des fédérations. Par ailleurs, les revenus des sportifs professionnels sont possibles précisément parce que le public adhère aux principes de l'éthique sportive. Ainsi, aux frontières de l'univers sportif, le dilemme qu'on peut vivre vis-à-vis du dopage découle moins d'une adhésion authentique à une éthique que de l'obligation de prendre en compte l'existence de ces principes au sein d'une stratégie économique.

3. LES ATTENTES CONTRADICTOIRES DES MEDIAS ET DES SPONSORS

17D'autres facteurs susceptibles d'inciter au dopage émergent non du système sportif proprement dit mais de partenaires tels que la télévision et les sponsors.

  • 12 Andreff (W.), Nys (J.-F.), Le sport et la télévision : pluralité d'intérêts et sources d'ambiguïtés (...)

18Le sport entretient avec la télévision des relations de plus en plus étroites car leurs intérêts convergent. Il constitue en effet un gisement d'audience considérable qui permet aux différentes chaînes des bénéfices substantiels par le biais des spots et des messages publicitaires passés à l'antenne durant la diffusion des émissions sportives. En contrepartie, la concurrence à laquelle se livrent les chaînes pour obtenir les droits de transmission des grandes rencontres sportives et pour s'assurer des contrats d'exclusivité permet de promouvoir le sport et de lui assurer des ressources financières importantes. Ainsi, à Los Angeles, ces droits ont fourni environ 60 % des recettes des Jeux olympiques ; ils sont passés de 1,2 million de dollars en 1960 pour les Jeux de Rome à 350 millions de dollars en 1988 pour les Jeux de Séoul. L'énorme apport financier de la télévision ne saurait donc être négligé par le monde sportif. Or, ses effets pervers sur le sport sont multiples12 et il est important d'en souligner ici un aspect. Pour retenir et accroître son audience, la télévision produit une spectacularisation croissante de l'événement sportif tant au plan quantitatif que qualitatif. Afin que le spectacle soit réussi, la présence de grandes vedettes ne suffit plus, encore faut-il qu'elles se surpassent, que la production sportive soit exceptionnelle, voire que des records soient battus, les athlètes n'ayant désormais plus le droit de décevoir.

  • 13 Ehrenberg (A.), Des stades sans Dieux, Le Débat, no 40, mai-septembre 1986, pp. 47-61.
  • 14 Ehrenberg (A.), L'individu sous perfusion, Esprit, juillet-août 1989, pp. 36-47.

19Le succès du spectacle sportif est donc fondé sur une performance sans cesse renouvelée, sur une véritable escalade de la production sportive, mais il repose également, selon A. Ehrenberg, sur le fait qu'il est Tunique lieu mettant en scène un affrontement entre égaux. Dans nos sociétés démocratiques, il existe une contradiction fondamentale entre l'égalité de principe des hommes et leur inégalité de fait. En sport ni l'origine sociale ni le népotisme ne peuvent influencer les résultats. Si la compétition classe les individus, elle le fait en fonction de principes égalitaires puisque l'étalon de mesure des sportifs qui s'affrontent est identique pour tous. Le vainqueur doit sa place à ses qualités, à son mérite et non à sa naissance13. Le dopage soulève alors le problème de l'artifice bouleversant cette équité : "Le corps naturel est le principe à partir duquel s'organise la règle du jeu qui exige que tout le monde soit en situation d'égalité 'naturelle'. L'amélioration artificielle des performances met en cause la visibilité des inégalités dont on ne sait plus si elles sont justes. Dans le dopage, le sens le plus populaire de la justice est heurté parce qu'il fait disparaître l'étalon de mesure qui rend compréhensibles les inégalités"14. Pour l'instant, la lutte contre le dopage ne permet certes pas de garantir l'égalité de tous les compétiteurs, de nombreuses affaires montrent qu'il est possible d'échapper aux contrôles ; elle permet néanmoins de donner l'illusion de cette égalité. Le succès du spectacle sportif se trouve donc tributaire de deux exigences contradictoires : il faudrait que l'escalade des productions sportives soit assurée et même que des records soient régulièrement battus, mais il faudrait également que ce soit le fait d'hommes qui combattent "à armes égales", c'est-à-dire de sportifs non dopés. Tel est le dilemme de l'acteur sportif, pris entre les exigences de l'éthique et celles du spectacle télévisé.

20La médiatisation des rencontres sportives, en particulier par la télévision, a entraîné la multiplication des actions de sponsoring. Actuellement, sport et entreprise échangent leurs valeurs et leurs modèles : ils célèbrent le "culte de la performance" et exaltent le gagneur. Pour les entreprises, le sport est ainsi devenu un important vecteur de communication, tant au niveau interne qu'externe. En s'associant à un athlète, à une équipe ou à un événement sportif qui sera vu par des millions de téléspectateurs, l'entreprise valorise son image, promeut ses produits et accroît ses parts de marché. Ainsi, en parrainant les jeux de Los Angeles, Fuji a vu augmenter de 8 % sa part de marché sur le territoire américain durant l'année 1984. La haute compétition, médiatisée et sponsorisée, a donc des retombées financières considérables qui soumettent les sportifs de haut niveau à une contrainte encore plus impérative, celle de gagner à tout prix. Mais si le sponsor mise sur le vainqueur pour promouvoir son entreprise, il ne peut accepter que celui-ci se dope (ou du moins se fasse prendre) : soutenir financièrement un tricheur risquerait de produire l'effet inverse en ternissant l'image de marque de l'entreprise. Se constitue ainsi une nouvelle variante de la double contrainte qui s'exerce sur le compétiteur : son environnement immédiat et l'institution à laquelle il appartient.

4. LES EFFETS DES POLITIQUES NATIONALES

21Il arrive aussi que les facteurs susceptibles d'inciter l'athlète ou l'institution sportive à recourir au dopage soient de nature politique. L'Allemagne de l'Est a, en son temps, fourni l'exemple extrême d'une telle contrainte érigée en système. La pression politique, se passant d'intermédiaires, s'exerçait directement sur les sportifs par le biais de la STASI, police secrète de l'État, qui organisait elle-même le dopage de manière planifiée à l’échelle de l'État. L'obtention de résultats sportifs internationaux était devenue, pour la RDA, le vecteur principal de sa politique extérieure. Sans tomber dans de tels fonctionnements, aucun gouvernement n'est totalement insensible aux résultats internationaux de son élite sportive. Aides personnalisées, primes annoncées pour les médailles olympiques, réceptions et remises de décorations par de hauts responsables politiques... sont autant de manières, pour l'État, de témoigner de son intérêt pour les résultats sportifs internationaux. Même dans un pays tel que la France, dont le gouvernement s’est explicitement engagé dans la lutte contre le dopage, de telles récompenses rendent la réussite sportive plus souhaitable ; elles peuvent, bien involontairement, participer à la tentation de réduire artificiellement la glorieuse incertitude du sport. On rencontre là une autre déclinaison du dilemme : gratifier officiellement la réussite tout en combattant l’un de ses moyens.

  • 15 L'Équipe Magazine, no 648, 23 juillet 1994.
  • 16 L'Équipe, 12 octobre 1994.

22Il arrive que l'intérêt politique pour les résultats sportifs internationaux conduise même certains responsables nationaux à faire preuve d'une indulgence coupable du point de vue de l'éthique sportive. "Dopage ? Quel dopage ? A-t-il oui ou non fait jouer La Marseillaise à l'étranger ?" répliquait le Général De Gaulle en constatant qu'Anquetil ne figurait pas sur la liste des sportifs de haut niveau récipiendaires de la légion d'honneur, parce qu'on parlait dopage à son sujet15. L'événement se déroulait en 1967, la lutte anti-dopage en était alors à ses premiers balbutiements. Mais il est des exemples contemporains qui révèlent des attitudes comparables. Ainsi, en Italie, G. Bugno, contrôlé positif à la caféine lors de la Coppa Agostino le 17 août 1994, fut condamné à deux ans de suspension par son Comité olympique national. L'Union cycliste internationale prit sa défense estimant la sanction trop sévère, la présidence de la République italienne publia un décret stipulant qu'un sportif professionnel dépendait prioritairement de sa fédération internationale. Dès lors, il ne restait plus au CONI qu'à se soumettre en réduisant la peine à trois mois de suspension16.

5. LES CONTRADICTIONS DE LA LUTTE CONTRE LE DOPAGE

23Une telle convergence de conditions incitatives, qu'elles soient le fait du mouvement sportif lui-même ou qu'elles soient issues de son environnement, rend la lutte contre le dopage particulièrement difficile. Le dopage se situe ainsi au cœur des contradictions du monde sportif contemporain qui se trouve écartelé entre son éthique, partie constitutive de son héritage historique, à laquelle il ne veut ou ne peut renoncer, et les intérêts et enjeux qui le sous-tendent et qui sont aujourd'hui constitutifs du sport de compétition. De fait, la lutte contre le dopage reflète elle-même ces contradictions, elle comporte des dysfonctionnements qui ne peuvent s'expliquer autrement.

  • 17 Le Sport, 27 janvier 1988.
  • 18 J. Julliard, Le Nouvel Observateur, 30 sept.-6 oct. 1988.

24A. de Mérode, président de la Commission médicale du CIO, reconnaît que "s'attaquer aux effets du dopage sans s'attaquer à ses causes ne permet pas de lutter efficacement contre cette pratique"17. Or, les enjeux économiques et les profits dont bénéficient sponsors, médias, institutions sportives et athlètes ne font désormais plus l'objet d'une quelconque remise en question. D'ailleurs, J. A. Samaranch, président du CIO, déclarait en février 1987 : "Le sport ne pourrait plus vivre aujourd'hui sans sa commercialisation, nécessaire et inévitable". D'où la remarque acerbe d'un journaliste écrivant que la lutte contre le dopage tient heu de "pavillon de moralité"18 alors qu'il n'est plus possible de s'attaquer aux autres problèmes qui "pervertissent" le sport, l'argent tout particulièrement, et qui participent fortement à la tentation du dopage. Combattre les seuls symptômes n'aboutit généralement qu'à les déplacer : le renouvellement incessant des produits et des procédés de dopage pourrait en fournir une illustration.

  • 19 Le Figaro, 13 juin 1992.

25Les institutions sportives portent certes une grande attention au problème du dopage, mais elles ne se dotent pas de tous les moyens pour lutter efficacement contre cette pratique. Ainsi, J.-P. Lacour estime que le CIO ne donne pas "une dimension de guerre totale, avec tous les moyens, à sa croisade anti-dopage. Il pourrait imposer ses vues : premièrement, grâce à une structure juridique renforcée ; deuxièmement, grâce à son influence qui pourrait conduire, par exemple, tel industriel du sport à renoncer à défendre un champion pour garder ou obtenir des privilèges dans le grand marché de la communication lié aux JO ; troisièmement, en obtenant un pacte de non-agression des fédérations les plus importantes, leurs présidents devenant, par exemple, membres du CIO"19.

  • 20 C'est ce qu'il déclare dans Le Quotidien de Paris, le 25 janvier 1988. Depuis lors, A. Coret a démi (...)

26Ce manque d'efficience est encore plus manifeste au niveau des fédérations. Par crainte du scandale et de la dégradation de l'image de leur discipline, certaines d'entre elles ont parfois couvert des affaires de dopage. Ainsi, A. Coret, président depuis 1972 de la Fédération française d'haltérophilie, est devenu un fervent défenseur de la lutte anti-dopage à partir de 1988. Il avoue néanmoins avoir couvert cette pratique auparavant20.

  • 21 Le Figaro, 13 juin 1992.
  • 22 Dans le cas de la prise d'anabolisants, la première infraction caractérisée entraîne quatre ans de (...)

27Par ailleurs, malgré les initiatives prises par certaines instances sportives nationales et internationales, les procédures et les sanctions ne sont toujours pas uniformes d'un sport et d'un pays à l'autre, ce qui nuit à la crédibilité de la lutte. En juin 1992, J.-P. Lacour montrait que, pour le même délit, la justice sportive condamnait à une suspension de trois mois (avec sursis) un cycliste, de six mois une nageuse, de un an un haltérophile et de quatre ans un athlète21. Des efforts récents d'harmonisation ont été déployés notamment par le CIO, par l'association des fédérations internationales et, au plan national, par le ministère de la Jeunesse et des Sports. On peut en espérer une convergence vers des barèmes et des procédures proches voire identiques, situation qui n'est pas encore atteinte aujourd'hui : citons, à titre d'exemple, les divergences entre le barème de sanctions adopté par la Fédération internationale d'athlétisme et celui, pris en application de la législation française, par notre Fédération nationale22.

28L'harmonisation parfaite des règles, des procédures et des sanctions risque fort de demeurer inaccessible durant les prochaines années, car elle se heurte à des différences de structures concernant l'organisation du sport dans les différents pays. Ces différences structurelles se manifestent notamment par l'existence ou l'absence d'un département gouvernemental chargé du sport et d’une législation portant sur le dopage, mais aussi par les compétences des comités olympiques nationaux : ainsi, le CONI italien est un organisme tout puissant, véritable ministère extra-gouvernemental du sport ; le CNOSF français, moins puissant certes, dépasse cependant les seules attributions d'un CNO en tant que confédération de l'ensemble des fédérations sportives ; quant au NOK allemand, il n'est strictement compétent que pour les seules questions olympiques. Les instances qui ont une véritable vocation de lutte contre le dopage, celles qui jouent un rôle pilote en se montrant les plus déterminées à l'échelle nationale, sont précisément les départements ministériels et les comités olympiques. On conçoit aisément combien de telles différences organisationnelles peuvent être des freins à l'harmonisation nationale et a fortiori internationale.

  • 23 “La privatisation du droit du travail" constitue un argument que des sportifs non professionnels so (...)

29Les imperfections des réglementations et leurs discordances constituent autant de failles pour les avocats des sportifs contrôlés positifs et qui, compte tenu de l'importance des enjeux financiers, portent de plus en plus souvent leurs différends avec les institutions sportives devant la justice civile23. Que P. Delgado soit coupable selon les listes de produits interdits du CIO mais innocent selon celles de l'UCI, que B. Reynolds, suspendu par la Fédération internationale d'athlétisme, soit autorisé à courir aux États-Unis par la justice civile locale et la Fédération nationale, pour disputer les épreuves de sélection en vue des JO, que K. Krabbe, soutenue par sa Fédération nationale contre la Fédération internationale, soit finalement, suite à des fautes de procédure multiples, condamnée seulement pour "achat illicite de médicaments", puis pour "comportement anti-sportif", voilà autant de faits qui ne contribuent certes pas à la crédibilité de la lutte contre le dopage. Erreurs de procédure et vices de forme constituent l'un des points faibles de cette lutte ; il est vrai que certaines autorités sportives, traditionnellement investies d'un pouvoir quasi-patriarcal, ont éprouvé quelques difficultés à suivre l'évolution du phénomène sportif contemporain et à réaliser pleinement que l'athlète est aussi un citoyen auquel s'appliquent les principes fondamentaux du droit.

  • 24 Le dernier refus dont la presse ait fait état remonte au tournoi d'Anvers en novembre 1992. (L'Équi (...)

30La situation devient encore plus complexe, les différends plus inextricables et la lutte contre le dopage plus circonspecte lorsque les associations de sportifs professionnels entrent en jeu. Il en a été ainsi pour le tennis : en juin 1989, le ministre britannique des Sports, C. Moynihan, avait proposé d'instaurer un service de test anti-dopage pour contrôler les participants au tournoi de Wimbledon. L'association des joueurs et joueuses professionnels a refusé cette proposition. Simultanément, le président de la Fédération internationale de tennis décrétait qu'il s'opposait à tout contrôle anti-dopage dans l'enceinte de Roland Garros. L'ATP s'est longtemps refusée à laisser les contrôleurs intervenir sur les tournois de tennis de son circuit international, arguant d'un système propre de lutte24. En 1990, le président de la FFT, P. Chatrier, parvient à imposer les contrôles à Roland Garros. Mais, sous prétexte de ne pas "entraver gravement la liberté individuelle des joueurs et joueuses", aucune information ne sera délivrée au public sur le caractère des contrôles, leur nombre et, bien évidemment, sur le nom des joueurs et joueuses contrôlés positifs.

31Parfois, des champions disposant d'une notoriété suffisante exercent un véritable chantage auprès de leur fédération qui préfère céder plutôt que de perdre l'une de ses vedettes : ainsi, J. Longo, en dépit des résultats des expertises américaines après son record du monde des trois kilomètres, le 12 septembre 1987 à Colorado Springs, a réussi à éviter toute sanction de la Fédération française de cyclisme. Alors qu'elle avait été reconnue dopée à l'éphédrine, le bureau directeur de la fédération a décidé de blanchir la championne qui avait annoncé n'admettre aucune sanction et menaçait d'arrêter définitivement la compétition. Le prince de Mérode lui-même trouva des circonstances atténuantes à celle qui représentait une de nos chances de médailles olympiques. Le comité directeur de l'UCI refusa néanmoins d'homologuer les records de Colorado Springs et demanda à la FFC d'appliquer la sanction prévue en cas de première infraction, soit un mois de suspension ferme. La FFC obtempéra, mais avec effet rétroactif à compter de la date de contrôle, de manière à ne pas empêcher J. Longo de participer aux Six jours de Paris.

  • 25 J.-P. de Mondenard, Le Quotidien du médecin, 10 octobre 1988. P. Laure a relevé des lacunes similai (...)

32Un autre dysfonctionnement de la lutte anti-dopage apparaît au plan de la formation et de l'information des cadres sportifs. Dans les manuels qui leur sont destinés, le dopage n'est abordé que de façon furtive et surtout à propos de ses aspects réglementaires et législatifs. Par exemple, J.-P de Mondenard remarque que, dînant 520 pages, "le Manuel de l'éducateur sportif, sorte de bible officieuse préparant aux très officiels brevets d'État, passe au crible tous les tenants et aboutissants du sport, mais n'accorde que 70 lignes au dopage, dont près de la moitié à la seule législation"25.

  • 26 Freville (P.), Le sportif de haut niveau face à ses droits et obligations au plan législatif et rég (...)

33Une enquête, réalisée par P. Fréville en 1993 auprès de trois cents sportifs de haut niveau, comportait six questions sur le dopage. Pour chacune d'elles, trois réponses étaient proposées, une seule étant juste. Selon les questions, la proportion des réponses erronées varie de 12,3 % à 78 %. Ce dernier pourcentage, plutôt inquiétant, est celui des sportifs de haut niveau qui ignorent les conditions de réintégration après une période de suspension pour contrôle positif. Cette étude montre par ailleurs que les droits du sportif contrôlé positif sont ignorés par un sportif interrogé sur quatre26. Les principaux intéressés ont manifestement une connaissance très insuffisante de leurs droits et de leurs obligations en matière de dopage.

Des colloques au terrain La disparition de la philosophie du sport
"C'est tout un problème philosophique... Je pense que, au niveau sportif, on se penche sur ce problème-là, alors c'est vrai qu'il existe des colloques, qu'il existe des tables rondes, qu'il existe un tas de trucs, des manifestations ou des informations sur le dopage, mais ce sont des lieux qui sont en dehors de la pratique, et l'impact que ces réflexions peuvent avoir sur le comportement des athlètes, moi, je ne le vois pas... Parce qu'on organise pour des dirigeants, mais les dirigeants, avant qu ils l'intègrent, avant qu'ils le fassent passer au niveau des joueurs, c'est impossible, c'est impossible, et je ne vois pas... A mon sens, le problème du dopage, encore une fois, est lié au problème d'éducation, c'est un problème d'éducation tout ça... Or, l'éducation sportive aujourd'hui, à mon sens, elle n'est pas réfléchie... Donc tout ce qu'on pourrait dire du point de vue de la prévention, c'est que la prévention ne peut pas exister puisqu'elle n'est pas intégrée dans le projet éducatif des centres de formation. Le projet de formation n'est pas aussi large pour pouvoir embrasser ces problèmes-là."
Entraîneur de haut niveau, silencieux

  • 27 Laure (P.), Les représentations du dopage, approche psycho-sociologique, op. cit., p. 335.

34A cet égard, il existe des témoignages qui montrent que les informations sur ce sujet circulent fort mal : ainsi, P. Laure raconte qu'il a tenté de se procurer auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports la liste des produits et procédés interdits II relate : "Les diverses réponses qui m'ont été opposées sont de nature à décourager les meilleures volontés : qui êtesvous vraiment ?, que voulez-vous faire de la liste ? surprenant..."27. On ne peut que partager son étonnement devant ces hésitations à diffuser un document officiel à usage préventif. Des sportifs eux-mêmes ont éprouvé des difficultés comparables ; l'un d'entre eux nous a raconté qu'il avait tenté la même démarche que P. Laure et connu les mêmes déboires. Lorsqu'il a enfin obtenu la liste, il était clairement notifié qu'elle n'était valable que pour trois mois, or elle datait de six mois. Il ne faudrait certes pas tirer de conclusion générale à partir de ces cas particuliers ; ils renvoient cependant à la difficulté d'implanter des moyens contemporains de communication dans un univers qui éprouve probablement quelque embarras à abandonner complètement le modèle bureaucratique traditionnel et certains traits qui le caractérisent : réserve, voire méfiance, vis-à-vis de l'usager et tendance à la rétention de l'information.

35Nous avons été pour notre part surpris par l'absence, dans la documentation du CNOSF, des actes des colloques et des symposiums concernant le problème du dopage, même lorsque ces événements se sont déroulés à Paris. De même, nous n'y avons trouvé aucun document concernant les campagnes de lutte menées en France contre le dopage. Au-delà de la gêne ponctuelle que cela représente pour le chercheur, ces manques renvoient peut-être à la manière dont le problème du dopage est pris en charge, essentiellement focalisée sur l'action et plutôt selon une démarche au "coup par coup".

  • 28 Face à des déclarations contradictoires, il semble aussi difficile d'apprécier l'ampleur des défaut (...)
  • 29 Rieu (M.), Eps interroge un physiologiste, revue EPS, no 243, 1993, pp. 9-12.

36Il faut enfin faire état de propos de sportifs de haut niveau, touchant notamment à l'annonce des contrôles, à la manière dont sont effectués quelquefois les recueils d'urine et le conditionnement des échantillons. Un sportif ayant participé aux Jeux de Barcelone nous a confié : "On m'a donné un flacon, je suis allé uriner tout seul, j'aurais donc très bien pu fournir l'urine d'un autre ; j'ai ensuite rendu le bocal et le médecin ne l'a pas cacheté devant moi ; si j'avais été pris positif, j'aurais pu contester car le protocole n'était pas respecté". Un médaillé raconte pour sa part : "J'aurais pu envoyer mon frère, car mon identité n'a jamais été contrôlée". On doit certes éviter de généraliser, à partir de ces cas, les libertés prises avec les procédures réglementaires28. Il n'en reste pas moins que le docteur M. Rieu estime que les contrôles inopinés sont moins fréquents qu'annoncés : "Dans les faits, [déclare-t-il], les athlètes sont le plus souvent prévenus 24 à 48 heures à l'avance"29.

Argent, dopage et contrôles inopinés
"Payer des sportifs, avant ce n'était pas officiel, mais en 85, en athlétisme par exemple, il y a eu la création officielle d'un grand prix par l'IAAF, donc officiellement les organisateurs de meetings rétribuaient les athlètes pour les voir participer à leurs meetings, et donc ça s'est fait officiellement. Par rapport à ça, en marge, il y a eu inévitablement des problèmes de dopage... Moi, je n'ai jamais été confronté à ce type de problème mais c'est vrai qu'on entend tellement de choses quand on fait partie du circuit du sport de haut niveau... Il y a des sportifs qui entendent plus de choses que d'autres, alors ça se répète, on se le dit, puis, il y a la suspicion qui va galopante [...]. Parce qu'en plus on s'est aperçu, malheureusement, que les contrôles inopinés n'étaient pas si inopinés que ça... D'abord quand on est contrôlé une fois inopinément, on a très peu de chances d'être contrôlé une seconde fois, ce qui fait qu'un mec, s'il veut vraiment se "biller", s'il est contrôlé au mois de décembre, a priori il a très peu de chances d'être recontrôlé avant Pâques, donc c'est vraiment n'importe quoi [...]. Moi, une fois, j'étais en stage d'entraînement et j'ai reçu un coup de fil d'un copain qui m'a dit : on doit être contrôlé inopinément samedi prochain à Paris. Je lui ai dit : mais comment tu sais ça ? Parce que si c'est un contrôle inopiné et que deux jours avant tu es au courant, il y a quelque chose qui m'échappe. Il me dit : j'ai reçu un coup de fil de la fédération, on doit se présenter samedi à Paris pour un contrôle inopiné. Je lui ai dit : c'est intéressant parce que moi, dans mon esprit, le contrôle inopiné c'est sur ton lieu d'entraînement, et ils viennent te contrôler et donc tu n'es pas prévenu. Il y a quelque chose qui me choque. Ensuite, pour faire des arrangements, ils ont dit : bon, alors on coupe la poire en deux, le contrôle, on le fait dimanche et à X. Donc, moi, j'ai fait le trajet jusque là-bas dans la journée pour aller me faire contrôler inopinément, alors que j'étais prévenu depuis trois jours... Alors, si moi je me dope, trois jours avant, si on me prévient que je vais être contrôlé, j'ai largement le temps de prendre des produits qui masqueront éventuellement les produits que je prends pour tricher [...]. Ils font ça histoire de se donner bonne conscience, de montrer qu'ils continuent de lutter, qu'ils ne baissent pas les bras, ça m'a fait doucement rigoler [...]".
Militant anti-dopage, sportif de haut niveau

  • 30 Citons à titre d’exemple les propos désabusés de T. Vigneron publiés dans L'Express du 10 mars 1989 (...)

37Quelle que soit leur ampleur, c'est à partir de tels dysfonctionnements que se développent les affaires à rebondissements comme celles de K. Krabbe ou de B. Reynolds qui affectent durablement l'image du sport de haute compétition et celle de la lutte anti-dopage. C'est à partir de telles mises en œuvre laxistes des procédures, fussent-elles exceptionnelles que, par le truchement des confidences de vestiaire, la confiance des sportifs dans la fiabilité de la lutte se trouve altérée30.

38L'analyse de la haute compétition actuelle, comme celle de son environnement humain et institutionnel, mettent ainsi au jour un réseau dense de conditions tendant à surdéterminer le dopage. L'athlète aussi bien que l'équipe ou la fédération se trouvent pris dans une profonde contradiction entre ces influences objectives et les exigences de l'éthique sportive, que celles-ci soient ressenties et vécues sincèrement, ou qu'elles soient simplement prises en compte comme un fait avec lequel il faut composer. Le malaise résultant de cette double contrainte ne peut qu'être aggravé lorsque se manifestent, dans la lutte anti-dopage elle-même, des négligences, des discordances voire des irrégularités. La tentation du dopage n'est pas à imputer seulement à l'univers sportif et à son environnement proche ; le contexte socio-culturel large et les valeurs contemporaines qui le caractérisent peuvent également la favoriser.

Les valeurs et modes de vie contemporains

39Le sport de haut niveau n'est pas un univers hermétique au contexte social et culturel ; dans ses multiples composantes, évolutives au fil de l'histoire, il a partie liée avec son temps. C'est une évidence qu'il convient de souligner : pour tenter d'éclairer le problème qui nous intéresse, on ne peut faire l'impasse sur certaines tendances lourdes des modes de vie et valeurs de la culture contemporaine et plus spécifiquement sur ceux de la jeunesse, vivier potentiel du sport de haut niveau de demain en même temps que "cible" privilégiée de toutes les formes de prévention.

40L'objectif visé ici est simple : mettre au jour des éléments du social qui peuvent, sinon inciter à se doper, tout au moins se présenter comme dimensions susceptibles de favoriser des pratiques de dopage ou qui peuvent amener à les considérer avec laxisme. Démarche qui équivaut à dessiner les obstacles plus ou moins visibles que rencontre, à l'insu de ses promoteurs et d'autant plus qu'on se situe "hors le sport", la lutte antidopage.

1. UNE SOCIETE INDIVIDUALISTE ET CONCURRENTIELLE

41Les analyses de nombreux sociologues et spécialistes des mentalités s'accordent pour constater qu'un des caractères dominants de notre société contemporaine est la montée d'un individualisme exacerbé, d'une attention à soi pour ne pas dire une centration sur soi devenus à la fois mode de vie et finalité de nombreuses activités sociales (qu'elles relèvent de la formation, de l'activité professionnelle, des loisirs...).

  • 31 Lipovetsky (G.), L'Ère du vide, essai sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983.

42Quels que soient les mots pour le dire, "incarnation de Narcisse à des millions d'exemplaires" ou "révolution individualiste", quelles que soient les explications avancées (crise économique, incertitude des lendemains, désenchantement...), les signes de l'individualisation des modes de vie et des pratiques sociales sont multiples31 : expansion de l'habitat individuel, démultiplication et personnalisation des moyens de communication (services Minitel, réseaux câblés, chaînes privées, télévision "à la carte", magnétoscopes...), jusqu'à l'isolement (walkman, télétravail) et jusqu'au paradoxe ("réunions" à distance et succès des messageries de rencontres) ; taux croissant de célibat, unions libres, enfants naturels, familles monoparentales... témoignant d'une démultiplication des modes d'organisation et des représentations de la famille, reflux des désirs et des attentes vis-à-vis d'elle, "cocooning" des jeunes ou moins jeunes... Les signes de l'atomisation du social, du "Moi-JE" et du "culte de soi-même" sont donc nombreux et divers. Cette montée des intérêts individuels ne concerne pas seulement l'organisation et les modalités de la vie quotidienne ; ainsi que l'a montré G. Lipovetsky, JE est aussi érigé en valeur "cardinale" sinon en vertu.

  • 32 Pociello (C.), Un nouvel esprit d'aventure, revue Esprit, no 4, numéro spécial "Le nouvel âge du sp (...)

43Cette centration sur soi porte évidemment ses corollaires : dans une société qui se tertiarise, dans une société de concurrence accrue, concurrence économique mais aussi concurrence sur le marché de l'emploi sans cesse exacerbée par le chômage, il devient impératif d'être performant. Le dépassement de soi, la réussite personnelle à tout prix, le refus de défaillance, autant de valeurs et de finalités qui habitent aujourd'hui le monde du travail mais aussi la sphère privée. Ainsi que le souligne A. Ehrenberg, les "conduites entrepreneuriales" et "le culte de la performance" travaillent nombre d'individus. Nous sommes, pour reprendre l'expression du sociologue, dans "l'ère du performatif". On sait combien les pratiques sportives de loisir participent aujourd'hui d'un tel processus : certaines pratiques physiques d'entretien et de forme, tel le body-building, certaines pratiques sportives tel le triathlon, ou le regain pour les courses de longue distance sur route, constituent de nouvelles façons de s'adonner au sport qui témoignent de cet intérêt pour l'édification et le dépassement de soi ; les exploits relevant de l'aventure sportive attestent, entre autres, d'un même souci de personnalisation et de cette volonté d'entreprendre et de se surpasser32.

"C'est cette dynamique opérant en modernité qui convertit le progrès en une succession de succès. On ne raisonne plus en termes de progrès comme au 18e et 19e siècles. On considère davantage le progrès comme une multiplication et une accélération des réussites, qui reçoivent, du fait même du succès, leur légitimité. Réussir, parvenir au succès en tout, telle devient la règle générale par extension. Si bien que la compétition s'impose comme modèle et mesure des actions, si bien que le performant ou le "gagneur" est l'un des héros contemporains. Alors, l'individu est poussé au dépassement de soi en toutes ses entreprises. Cette exaltation du meilleur résulte des conditions économiques tout d'abord, à savoir la valorisation poussée de l'argent dans notre culture et dans notre société ; la valorisation de la compétence et du risque, jusqu'au point où ce dernier affecte le capital qui va s'appeler capital-risque [...].
Je rappelle que le sport lui aussi fonctionne de cette manière. Il conduit, cela est normal, chacun et chacune à se dépasser, à aspirer à un niveau d'excellence conforme à ses possibilités. Mais il va maintenant au-delà parce que la haute compétition s'est internationalisée ; ceci signifie qu'elle impose la comparaison des résultats en les universalisant. La comparaison n'intervient plus principalement à l'intérieur du "nous", mais entre le "nous" et les détenteurs de l'excellence. Elle engage les orgueils nationaux, et par là, elle prend une toute autre dimension, en considérant la fin (la victoire, les titres) au détriment des moyens."
Georges Balandier, Le corps sous les effets de la modernité,
Actes du colloque "Performance et Santé",
Sophia-Antipolis, 1991, AFRAPS et LANTAPS, 1991.

  • 33 Ehrenberg (A.), Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991, pp. 13-14.

44Le travail contemporain du corps est certainement ce qui permet d'exprimer et de cultiver au mieux ces valeurs de performance et de réussite faites nécessités, valeurs intrinsèques à la pratique sportive compétitive, a fortiori de haut niveau. De ce point de vue au moins, les univers sportif et social s'interpénètrent parfaitement aujourd'hui s'ils ne se superposent dans les représentations et les repères identificatoires : "Battants, leaders, aventuriers et autres figures conquérantes ont envahi l'imagination française. Ils symbolisent une version entrepreneuriale et athlétique de la vie en société [...]. Le sport est sorti du sport, il est devenu un état d'esprit, un mode de formation du lien social, du rapport à soi et à autrui pour l'homme compétitif que nous sommes tous enjoints de devenir au sein d'une société de compétition généralisée"33.

  • 34 Titre d'un ouvrage publié par deux psychologues ayant durablement travaillé avec des sportifs de ha (...)
  • 35 C'est un peu cette impression que donnent les commentaires des journalistes lorsque les Français ne (...)

45Si le sport se présente comme métaphore de ces conduites et de ces valeurs dominantes dans notre culture contemporaine, il s'agit désormais de "piloter sa vie en champion"34, on peut imaginer que ces valeurs sont a fortiori exacerbées au sein du sport de compétition. Comme dans les autres domaines de la vie, le "droit à l'échec" paraît de nos jours moins accepté si la défaite n'est pas coupable35, alors que selon la logique de l'affrontement sportif, il ne peut y avoir, aujourd'hui comme hier, qu'un seul vainqueur !

  • 36 En ternies plus politiques, il faut aussi prendre en compte la décentralisation et encore la régres (...)
  • 37 Voir Irlinger (P.), Louveau (C), Métoudi (M.), Les pratiques sportives des Français, Paris, INSEP, (...)
  • 38 Ce qu'illustre bien le management contemporain des entreprises, plus "horizontal" que "vertical".

46L'individualisme comme pratique et comme valeur présente évidemment son revers consensuellement reconnu : les grands collectifs structurant naguère la vie sociale connaissent aujourd'hui désaffection et dévaluation. Les syndicats, les partis politiques, l'Église aussi ont, cette dernière décennie, perdu leurs adhérents de manière flagrante. Cette désinstitutionnalisation" et atomisation des formes d'organisation sociale36 (qui au demeurant concernent aussi le développement des pratiques sportives en France37) renvoient à une prise en compte accentuée des individualités et plus généralement de l'humanisme et vont de pair avec une régression des figures autoritaires, centralisées et hiérarchiques38.

  • 39 Lipovetsky (G.), Le crépuscule du devoir - L'éthique indolore des nouveaux temps démocratiques, Par (...)
  • 40 Phosphore, no 57, novembre 1992.

47Les valeurs morales, surtout si elles sont codifiées et objet d'injonctions, marquent à leur tour un recul, à l'image des transcendances et idéaux de masse. Face aux désirs puissants et pressants d'accomplissement personnel accompagnés d'hédonisme et d'un rapport au temps borné à l'immédiat ("tout, tout de suite"), les projets et idéaux sur le long terme ont marqué le pas. La quête d'identité et d'originalité composent difficilement avec l'intérêt général. "Société post-moraliste" a écrit G. Lipovetsky, laquelle, en couronnant le droit à l'autonomie, au désir, au bonheur, "répudie" simultanément le devoir austère, intégral : "Dans les sociétés post-moralistes, le devoir d'obéissance aux règles édictées par les institutions sociales perd son pouvoir coercitif dans l'orientation des comportements sociaux"39. Partie prenante de la "conception de la vertu", les intérêts individuels ne sauraient, de nos jours, être sacrifiés à des devoirs. Un sondage effectué il y a peu sur "les valeurs de la jeunesse"40 montre que "celles qui comptent le plus ou paraissent le plus fondamentales" pour les 15-20 ans sont la tolérance et l'honnêteté (45 % les ont choisies) ; 21 % ont retenu le goût de l'effort et le travail, réponse en revanche classée en tête par leurs aînés âgés de plus de 50 ans. De l'autre côté, c'est-à-dire concernant "les valeurs qui ne devraient plus être considérées comme fondamentales", les plus jeunes retiennent, le plus souvent en opposition avec les plus âgés, l'attachement à la patrie (45 %), la recherche spirituelle, la foi (42 %), l'autorité, le sens du commandement (29 %) et le respect de la tradition (24 %).

  • 41 Cf. Vigarello (G.), Les deux violences sportives, revue Esprit, no 104-105, août-septembre 1985, pp (...)

48Dans un tel contexte, force est de s'interroger sur l'emprise et la diffusion des valeurs et idéaux traditionnellement attachés au sport. L'idéal collectif projeté dans le sport moderne par P. de Coubertin, lieu d'exaltation de "la patrie, la race, le drapeau", son "ambition pédagogique" d'offrir à travers les manifestations spectaculaires non seulement une exhibition de comportements "exemplaires" mais aussi la mise en représentation quasi Liturgique d'une "morale laïque"41, sont des références avec lesquelles le monde sportif contemporain semble avoir pris quelque distance ; elles sont en outre un peu en porte-à-faux par rapport aux idéaux de la jeunesse. A cet égard, on pourrait aussi questionner le devenir du "fair-play" : cette conduite inextricablement liée à "l'esprit sportif" et à l'idéal du sport moderne n'est-elle pas une volonté de vaincre selon les règles ? Il s'agit en tous cas d'une valeur (et d'une pratique) en principe antagoniste de l'idée largement répandue dans la société, selon laquelle, pour réussir, "tous les moyens sont bons".

2. LE PRIX DE LA REUSSITE : LE RECOURS AUX "AIDES MEDICAMENTEUSES"

49Dans une société relativement intolérante à l'échec et qui fait de la réussite personnelle une valeur centrale, il semble que beaucoup de moyens soient "bons" pour atteindre les buts qu'on vise ou qui s'imposent et plus généralement pour "s'aider à vivre" ou "tenir le coup". Pour un nombre non négligeable et croissant de Français, la vie quotidienne ne saurait se passer de la prise de médicaments pour en affronter les aléas, ceci, dans un climat général de "surconsommation médicamenteuse".

  • 42 INSEE-CREDES-Ministère de la Santé, Enquête Santé 1991, résultats publiés dans INSEE Première, no 3 (...)

50Les données les plus récentes publiées par l'INSEE42 révèlent que 11 % des adultes prennent régulièrement un psychotrope (tranquillisants, hypnotiques, anti-dépresseurs, sédatifs, psycho-stimulants...), taux minimal à en croire l'INSEE puisque les "exclus" sociaux (ceux résidant dans des institutions spécialisées, des logements précaires ou ceux sans domicile fixe) ne faisaient pas partie de l'échantillon. A l'instar de la consommation médicale en général, cet usage spécifique des psychotropes est plus fréquent pour les femmes et les individus les plus âgés. Retenons encore qu'ils sont obtenus sur prescription médicale dans 95 % des cas, et qu'ils sont "susceptibles de provoquer une pharmaco-dépendance", plus de la moitié des personnes concernées ayant commencé depuis au moins cinq ans à prendre ce type de médicaments.

  • 43 Introduction au dossier consacré à ce sujet par la revue Esprit, no 152-153, juillet-août 1989 : La (...)
  • 44 Ehrenberg (A.), L'individu sous perfusion, société concurrentielle et anxiété de masse, op. cit. p. (...)
  • 45 Laure (P.), Les représentations du dopage, approche psycho-sociologique. Thèse pour le doctorat STA (...)

51Outre le constat en lui-même, il convient de s'attacher aux interprétations faites de cette expansion de ce qu'on peut nommer des "béquilles psychologiques". A l'origine de la demande, le refus de souffrance psychique. Bénéficiant des progrès technologiques, la médecine se voit aujourd'hui chargée de pallier des anxiétés transitoires ou durables. On lui demande de dépasser son rôle traditionnel et de contribuer à améliorer la qualité de la vie (supprimer le stress, les angoisses, mais encore retarder les effets du vieillissement...). Être en bonne santé est aujourd'hui synonyme de "bien-être total". Être soutenu face aux difficultés ou épreuves de la vie, mais aussi et peut-être surtout "tenir", être au mieux de ses capacités et plus longtemps, participent aussi de cette demande. A en croire plusieurs auteurs, la "société dopée" est "le prix de la réussite"43. La prise d'anxiolytiques, de somnifères ou de psycho-stimulants et, dans un registre peu comptabilisé car relevant massivement des circuits de distribution ordinaires para ou non pharmaceutiques, de produits énergisants, stimulants, de cocktails vitaminiques ou autres substances données pour accroître les performances intellectuelles ou physiques, sont les deux faces d'un même phénomène : l'individualisme performant a "sa face d'ombre", "dépressive et anxieuse"44. Outre les données concernant l'ensemble de la population française en général, on sait que les étudiants, les cadres ou les hommes politiques sont particulièrement consommateurs de ces aides médicamenteuses ou d'un recours à des artifices pour "tenir" un train de vie soutenu, pallier le surmenage ou assurer la "performance" qui est la leur. Une enquête, effectuée par la MNEF en 1993 au sein de sept universités françaises, révèle que 25 % des étudiants prennent des tranquillisants ou des psycho-stimulants en période d'examen, taux qui passe à 40 % parmi les étudiants en médecine45.

  • 46 P. Meyer, chef du Département de pharmacologie de l'Hôpital Necker, Le Figaro, 26 juillet 1988.
  • 47 Ehrenberg (A.), L’individu sous perfusion, op. cit., p. 44.
  • 48 Éditions Balland, 1988. Cette publication rédigée par des médecins a, en son temps, provoqué de nom (...)

52Ce recours à des "prothèses chimiques" semble connaître aujourd'hui une forme de banalisation, disons une "acceptation sociale". Des médecins ont par exemple pu déclarer dans la presse : "Le dopage, c'est une aide à la performance intellectuelle, et ce sont les psycho-stimulants - au minimum le café - que prennent les étudiants pour préparer examens et concours. Ce sont leurs performances relationnelles que cherchent à améliorer tous ceux, les hommes politiques par exemple, qui prennent deux verres de whisky ou de champagne avant une prestation difficile. Et nombre de "performances artistiques" sont améliorées par des médicaments voire des drogues. Je soigne par des bêtabloquants un violoniste professionnel qui a une hypertension artérielle. Il reconnaît lui-même qu'il est devenu meilleur musicien"46. La pharmacopée contemporaine et nombre de produits "dopants" au sens le plus commun du terme peuvent ainsi contribuer à "permettre à des individus en situation concurrentielle permanente de tenir le choc"47. L'exemple paroxystique et néanmoins banalisé de cette association des moyens et des buts réside certainement dans un ouvrage tel que "300 médicaments pour se surpasser"48. Ici, comme dans les déclarations des précédents médecins, on n'hésite pas à utiliser explicitement le mot dopage : "Se doper, dans le monde moderne, représente un processus d'intégration parfois indispensable, une arme pour affronter le réel" disent les auteurs ; et plus loin ils expliquent : "un individu en bonne santé peut désirer ou avoir besoin parfois de faire plus, de se dépasser, d'aller plus loin dans ses possibilités physiques ou intellectuelles [...]. Les conditions de la vie moderne, de la concurrence et de la compétition effrénée des candidats pour obtenir un diplôme, un poste, un succès, une reconnaissance professionnelle ou des gratifications affectives rendent souvent indispensable le recours à des produits tonifiants ou stimulants". La France dopée titraient les sociologues, le mot et la pratique ne seraient plus donc aujourd'hui l'apanage des seuls sportifs, mais de tous ceux qui ont, dans des registres certes différents, dans leur vie publique comme dans leur vie privée, à produire quelque performance. Potentiellement, cela représente beaucoup de monde...

3. DOPAGE ORDINAIRE ET DOPAGE SPORTIF

53Le dopage "ordinaire" et le dopage sportif sont-ils de même ordre, s'inscrivent-ils dans une continuité des représentations et des pratiques sociales ou sont-ils étrangers l'un à l'autre ? On touche ici un des points sensibles sinon la pierre angulaire concernant le dopage sportif : sa teneur, ses frontières et pour tout dire sa définition.

  • 49 La société dopée ou le prix de la réussite, revue Esprit, op. cit., p. 27.
  • 50 ibid., p. 39.
  • 51 L'Équipe, 3 juillet 1989.
  • 52 Le Quotidien du médecin, 4 février 1988.
  • 53 Le Figaro, 26 juillet 1988.
  • 54 L'Équipe, 11 septembre 1992.

54Pour beaucoup, le recours à ces procédés relève d'un même processus. C'est le point de vue de ceux qui analysent nos mœurs contemporaines : "Les petites pilules du bonheur vous assistent pour toutes les épreuves de l'existence : elles sont, à l'image des stéroïdes anabolisants pour la compétition sportive de haut niveau, les dopants de la société concurrentielle"49. Et plus loin de préciser : "A l'instar du dopage des sportifs, ils offrent un moyen de renforcer ses capacités corporelles et psychologiques afin de mieux affronter la compétition"50. Pour ces observateurs, c'est le même mot, "dopage", qui convient puisque la finalité recherchée dans les deux cas est semblable : "Le contrôle total et permanent de soi dans une logique de l'insertion à tout prix". Ce point de vue analogique est partagé par des sportifs ou des personnes proches du milieu sportif. Le professeur Lafarge évoque "un problème de société"51 et le docteur Echinard rappelle : "Le dopage n'est pas un phénomène circonscrit au monde du sport de compétition. En termes de mauvais emploi ou de suremploi de substances médicamenteuses, il s'agit d'un phénomène de société et ce qui est vécu dans le sport s'inscrit dans un contexte beaucoup plus large"52. Le professeur J.-P. Escande et P. Meyer, chef du Département de Pharmacologie de l'Hôpital Necker, se sont aussi exprimés en ce sens ; à propos de ces "prothèses chimiques" permettant de mieux vivre, ce dernier souligne : "Il n'y a pas, me semble-t-il au plan profond, de différence considérable entre ces petites aides et le dopage"53. S. Caristan, enfin, partage cette vision tout en la jugeant : "L'ennui, c'est que le dopage est partout. Les politiciens qui font les lois contre le dopage et qui se chargent pour faire cinquante meetings en cinquante jours, les universitaires en période d'examen [...]. On fait comme si de rien n'était et, dans ce sens, le problème du dopage, c'est la même chose que la couche d'ozone"54.

55Des pratiques sociales et quotidiennes à la pratique sportive du haut niveau, les avis convergent : il n'y a pas de différences quant aux produits, aux effets recherchés et au nom qu'il convient de donner à une telle démarche. Mais ainsi que le laissent poindre les propos de S. Caristan, une différence majeure existe pourtant et concerne le degré d'acceptation sociale et culturelle du dopage. A ce qu'il semble, il y aurait un dopage plus ou moins accepté et un dopage considéré comme répréhensible. Se doper pour vivre (dormir, travailler) et/ou réussir (dans) sa vie, oui, pourquoi pas ? Se doper pour réussir dans le sport, non ! Soulignons-le immédiatement, c'est en tenant compte de ces représentations chargées de paradoxes qu'on peut espérer comprendre les logiques du dopage sportif.

56Dans le cadre de son travail sur le dopage, P. Laure a posé la question suivante dans son enquête auprès d'étudiants sportifs : Peut-on parler de dopage dans les cas suivants de recours à des substances stimulantes ? Les réponses affirmatives sont les suivantes :

  • étudiant pour préparer des examens ou concours 64 %

  • chauffeur de poids lourd pour rattraper son retard 51 %

  • sportif pour remporter une victoire en compétition 98 %

  • cadre d'entreprise pour faire des heures supplémentaires et assurer sa carrière 50 %

57Ces résultats ne prêtent guère à confusion ; le dopage, ou plus exactement ce qui est considéré comme tel, s'avère consensuellement attaché au sport bien plus qu'aux autres situations sociales pouvant amener à recourir à des produits similaires et avec des finalités comparables. Il est sans doute utile de rappeler ici que le mot dopage, durablement associé au seul univers sportif, fut et demeure lourdement chargé de connotations négatives dans ce contexte, a fortiori si l'on est familier du sport.

  • 55 Le Petit Robert, édition de 1982.

58Aujourd'hui, l'usage du mot et de la "chose" (car le mot renvoie évidemment à des pratiques précises) est largement sorti du sport, usage étendu et relativement banalisé qui est récent dans notre culture. On a vu que le dopage était évoqué pour les stimulants ou autres produits d'assistance que prennent les cadres stressés ou les étudiants, mais il faudrait encore mentionner l'économie ou l'informatique à leur tour susceptibles d'être "dopés". Les définitions du dictionnaire présentent d'ailleurs un amalgame de toutes ces circonstances ; les exemples proposés pour le mot "doper" sont : "doper un cheval", "se doper avant un examen ou une course", "doper le commerce"55.

  • 56 L'Équipe, 3 juillet 1989.
  • 57 La Croix, 25 septembre 1990.
  • 58 Le Figaro, 26 juillet 1988.

59A l'heure où les termes sont tombés dans le langage commun et où l'idée et pour partie la pratique se sont au passage dotées de connotations plutôt positives, les sportifs restent seuls "interdits" de dopage. Ceci apparaît comme une position de principe énoncée à maintes reprises autour de cette question. Ainsi le professeur Lafarge : "Qu'un intellectuel recoure à des artifices pour briller en société, cela ne me gêne pas. En revanche, c'est négatif dans le cas du sportif, car il s'attaque à l'intégrité de son être, sans parler de la tricherie"56 Après avoir estimé que le phénomène du dopage touche de nombreuses autres populations que les sportifs et qu'il lui est "arrivé de rédiger des ordonnances d'amphétamines pour des candidats au prix Goncourt", le professeur J.-P. Escande ajoute : "Mais le public veut que le champion soit propre. Moi-même, je fais partie du groupe. Si on m'avait dit : Bobet, les frères Boniface ou Platini se dopent, c'est ma part de rêve qui se serait effondrée. De nos jours, on jette le discrédit sur tous les champions et je déteste ça. L'exemplarité de l'exploit sportif doit être préservée. Voilà le véritable sens de la loi anti-dopage"57. P. Meyer se situe dans une perspective identique lorsqu'il déclare : "Nous aurions tendance a priori à condamner en bloc tous ces comportements, du café de Balzac aux amphétamines et anabolisants des sportifs. Mais est-ce vraiment bien malin ? Une prohibition systématique risque de porter atteinte à la réussite de l'homme et par conséquent à la liberté humaine. Mais toutefois, je reste profondément choqué par l'attitude des sportifs qui recourent au dopage [...]. La communauté sportive s'est construite des règles qu'elle a formulées. Dans ces "règles du jeu", il est dit que c'est le corps qui gagne tout seul. Par conséquent, le dopage, c'est de la triche". P. Meyer explique ensuite que la prise de psycho-stimulants - du café aux amphétamines - n'est interdite par "aucune règle du jeu" ni "aucun code social" pour les poètes, hommes politiques ou étudiants. "En revanche, dans le milieu sportif, le doping reste interdit par les règlements, la pratique est de ce fait une fraude par rapport à un code de bonne conduite que s'est donné la société pour une activité précise"58.

  • 59 Cette affirmation peut être nuancée. Le dopage, c'est la substance interdite qu'on trouve dans les (...)
  • 60 Les uns évoquent le principe de l'utilisation d'artifices, d'autres les produits ou procédés interd (...)

60En dernière instance, la référence à l'interdit fait ou doit faire la différence entre le sport et les autres pratiques sociales, les sportifs de haut niveau et les autres individus. L'évolution des textes de loi contre le dopage, de celle de 1965 à celle de 1989, s'est d'ailleurs effectuée en ce sens ainsi qu'on l'a montré dans la première partie concernant l'analyse de l'argumentaire anti-dopage. Pour l'institution sportive et le législateur, le dopage c'est ce qui est interdit, qu'il s'agisse de substances ou de procédés59. Impossible d'ignorer pourtant les glissements et les imprécisions qui s'opèrent sur ce que se doper veut dire, tant dans la pratique que dans les finalités poursuivies. Les paradoxes abondent dans un contexte où, de surcroît, la norme morale, la référence au licite et à l'illicite tendent à devenir de plus en plus floues dans notre société. Durant les années soixante-dix, le recours à la drogue était le fait d'un univers déviant ou marginal, alternatif aussi pour certains, mais en tous cas relativement étanche par rapport au reste de la société et surtout déjugé. Les drogues identifiées comme telles par la loi demeurent condamnées... quand nombre de produits apparentés permettant de se surpasser, de gagner en capacités, sont accessibles à tous et figurent dans des ouvrages largement divulgués. Actuellement, le dopage est un moyen de mieux s'intégrer aux contraintes sociales, aux valeurs et aux normes prônées. Concernant ce "dopage ordinaire", certains n'ont pas hésité à évoquer une "toxicomanie d'action". Face à ce flou sur ce qui est bon et ce qui est mauvais, face à la banalisation du dopage hors le sport, face aux multiples usages de produits dopants, les débats internes au milieu sportif (récupération, préparation biologique, dopage) ajoutent certainement à la confusion. Ce qu'on peut appeler ici la labilité de la définition du dopage dans le sport - question réitérée au sein du corps médical et de l'institution sportive -60 n'est pas un problème mineur quand il s'agit de lutter contre ; problème amplement complexifié dans une société individualiste et concurrentielle incitant à recourir à des artifices pour parvenir à ses fins.

4. ET LA JEUNESSE ?

61Une politique de prévention implique de s'intéresser à l'amont du problème, quel qu'il soit. La jeunesse dans son ensemble, devenir de la société et du sport de haut niveau (que ce soit comme acteur ou spectateur), est donc particulièrement visée ; c'est pourquoi il nous paraît opportun d'aborder ici certains aspects de ses modes de vie et valeurs qui peuvent à leur tour se poser en obstacles au regard de la lutte anti-dopage.

  • 61 INSERM, Enquête nationale sur la situation sociale, familiale, relationnelle et sanitaire des 11-19 (...)
  • 62 Turblin (P.), Talazac (L.), Enquête épidémiologique sur le dopage et sur la consommation de tabac, (...)
  • 63 Les parents se voient même enjoints "d'aider" ainsi leurs enfants, collégiens, lycéens : c'est l'ar (...)

62Si la jeunesse contemporaine présente ses particularités par rapport au monde adulte, elle participe néanmoins de la même culture. La consommation de stimulants et autres aides médicamenteuses n'attend pas le nombre des années. La plus récente enquête de l'INSERM sur ce sujet révèle que 17 % des jeunes de 11 à 19 ans ont recours à des psychotropes, qu'il s'agisse de médicaments pour dormir, pour lutter contre la fatigue ou l'anxiété61. Une enquête régionale réalisée par un médecin auprès de 2 500 jeunes de 14 à 19 ans donne des chiffres similaires, ajoutant que 44 % de ceux-ci disent utiliser des fortifiants62. Il existe donc une relation forte, dès la jeunesse, avec la pharmacopée en général, et avec cette catégorie de médicaments apportant une aide afin d'améliorer sa performance ou de repousser les limites de la fatigue physique63. Ces enquêtes montrent aussi que la jeunesse n'ignore pas les autres substances toxiques :

  • 40 % des jeunes Français consomment occasionnellement de l'alcool, 12 % régulièrement ;

  • 25 % fument, régulièrement ou occasionnellement ;

    • 64 INSERM, Enquête nationale sur la situation sociale, familiale, relationnelle et sanitaire des 11-19 (...)

    15 % ont eu au moins une expérience de la drogue, du cannabis aux solvants, en passant, bien que les proportions soient plus infimes, par les drogues "dures"64.

  • 65 L'Express, novembre 1989. Les attitudes des Français à l'égard du dopage. Sondage effectué en septe (...)
  • 66 Laure (P.), Les représentations du dopage, approche psycho-sociologique, op.cit.

63En clair, il apparaît qu'une grande majorité de jeunes ont, à la fin de leur scolarité secondaire, des expériences multiples avec les drogues au sens large, alcool, tabac, médicaments dont les psychotropes et drogues illicites. Il serait certainement rapide de conclure à l'existence d'un terrain fertile pour le dopage sportif, encore que 2 % des jeunes Français aient déclaré prendre des amphétamines. Reste que ces enquêtes soulignent la présence d'une covariation : prises de drogues, tabac et alcool se conjuguent volontiers. Dans le contexte précédemment évoqué de "banalisation" du recours à des aides artificielles, ces pratiques de la jeunesse ne sont pas anodines, surtout si l'on admet qu'il faut penser la question en termes de continuité et non d'un point de vue spécifique. Pour 39 % des Français interrogés sur le dopage65 : "Le problème de la drogue est de même nature que celui du dopage" ; 50 % des étudiants sportifs interrogés par P. Laure66 partagent ce point de vue. On sait évidemment que drogue et dopage ne sont pas des recours en tous points comparables ; les publics concernés (plus large dans le premier cas) et les causes de leur usage diffèrent. Se droguer traduit le plus souvent une difficulté voire une incapacité d'intégration sociale et renvoie fréquemment, d'après la psychologie clinique, à des personnalités mal structurées. Reste que ces deux démarches présentent des analogies : l'accoutumance et la dépendance, une recherche de modification des capacités. Dans les deux cas, on peut aussi évoquer "un refus de savoir" quant aux effets sur le long terme (ce qui semble vrai aussi pour le tabac et l'alcool) : les effets positifs recherchés valent dans le court terme, les effets négatifs étant différés à moyen ou long terme, ils sont le plus souvent déniés ou scotomisés. Enfin, drogue et dopage représentent un "passage à l'acte" sur des pratiques prohibées renvoyant à une "mise hors jeu" (social dans le premier cas, sportif dans le second).

  • 67 Esprit, op. cit., p. 28.

64La relation de continuité existant dans le recours aux procédés et/ou aux produits artificiels est souvent soulignée : "C'est la crainte de ne pas réussir qui est à l'origine de la consommation de médicaments qui se répand parmi les lycéens et collégiens"67. Défaut ou difficultés d'insertion et d'espoir que traduisent aussi, pour les observateurs de la jeunesse, la drogue mais encore la violence, l'augmentation des conduites à risques (quotidiennes ou sportives) ainsi que l'accroissement des suicides d'adolescents. Il ne s'agit pas de reprendre ici par le détail toutes ces caractéristiques des modes de vie contemporains des jeunes. Mais il faut retenir quelques points saillants utiles à notre propos.

  • 68 Fize (M.), Le peuple adolescent, Paris, Éditions Julliard, 1994.

65Les violences des jeunes comme leurs pratiques risquées renvoient à une démoralisation de la jeunesse au double sens du terme. La vision peu enchantée des lendemains en est le premier versant qui porte ses conséquences, l'évolution des modes de socialisation et des valeurs de référence de la jeunesse constitue le second. La majorité des sociologues s'accordent pour dire que les jeunes constituent leur propre monde de référence au détriment par exemple de la famille, référence prédominante des générations antérieures. Dans notre société, la fonction de référence morale et de contrôle de la famille a marqué un net recul, participant de ce mouvement général, évoqué plus haut, de reflux des autorités et des hiérarchies "verticales". E. Morin a parlé de "la fin des pères", on pourrait ajouter, avec M. Fize, que "les leçons des parents" ne prennent plus68. En clair, les règles, les valeurs, bref la loi dans tous les sens du mot, sans faire totalement défaut aux jeunes des années quatre-vingts, ont en tous cas beaucoup moins de prise sur eux que naguère. A terme, on décèle un espace d'imprécision entre l'interdit et le jeu que traduisent certaines violences ou la prise de drogue, une difficulté à distinguer ce qui est grave de ce qui ne l'est pas.

66Ce problème de repères apparaît aussi dans les confusions entre appartenir à l'imaginaire et le réel ; la génération de l'image, des jeux interactifs et du virtuel est sans doute surdéterminant de ce point de vue. A ce sujet, il n'est peut-être pas inutile de souligner que les plus jeunes ont aujourd'hui affaire à des modèles d'identification particuliers. Au rang des grands héros des bandes dessinées et dessins animés, les hommes dotés de capacités surhumaines sont légion ; Superman, Spiderman, Batman sont de ceux-là, quand ces héros ne doivent pas leur force ou qualités extraordinaires à des moyens ou procédés artificiels. Ce sont les tortues Ninja qui ont grandi et grossi parce que trempées dans le "mutagène", c'est Bioman "moitié homme moitié robot" qui doit ses capacités à des "rayons radioactifs", c'est encore Astérix dont les forces décuplent grâce à la fameuse "potion magique". Quand se dissolvent les figures parentales et adultes en tant que modèles d'identification, quand les repères du licite et de l'illicite deviennent moins francs, on peut s'interroger sur tous ces modèles déréalisés ayant des qualités qu'ils doivent à une forme de "dopage", et qui semblent y recourir de façon d'autant plus débonnaire et sympathique qu'il s'agit de servir le bien.

Conclusion

67Pour que les campagnes de lutte anti-dopage "marchent" (à l'instar d'ailleurs de toute campagne préventive), pour qu'elles soient entendues au sens fort du terme, il faudrait que les sportifs de haut niveau sinon les jeunes puissent reprendre à leur compte - ou au moins se reconnaître dans - les valeurs sur lesquelles s'appuient les argumentaires utilisés contre le dopage.

68On a vu que le sport de haut niveau actuel présente des contraintes et des enjeux multiples pesant, en première et ultime instance, sur l'athlète et constituant autant d'incitations à recourir à des produits dopants. Dans cette conjoncture qui fait de la réussite un impératif, les références à la santé et à l'éthique sportive s'avèrent, comme on l'a montré, inscrites au coeur de logiques contradictoires. Quand les enjeux de la victoire sont aussi conséquents, pour les sportifs comme pour tout un ensemble de parties prenantes, les arguments centraux de la lutte anti-dopage se trouvent en porte-à-faux. Par ailleurs, notre société contemporaine offre à l'évidence de moins en moins de prise au souci de la santé comme aux considérations éthiques collectivement reconnues. On a vu que l'individu contemporain se soucie davantage de la préservation durable dans le temps de son efficacité physique que de sa santé, quand ces préoccupations physiques ne sont pas subordonnées aux valeurs de la réussite et de l'entreprise, avec, précisément, le sport de haut niveau comme support métaphorique.

69Dans une telle société concurrentielle axée sur la performance et le "tout, tout de suite", où l'on n'hésite pas à considérer comme normal de se doper, société où se perdent les idéaux et le sens du collectif, relativement démoralisée, une lutte anti-dopage efficace et préventive ne peut dès lors s'envisager que dans la continuité. Il faudrait ainsi considérer le sport de haut niveau et la jeunesse comme parties prenantes de cette société, de ses évolutions et de ses valeurs dominantes.

Notes

1 J.-P. de Mondenard, Le Quotidien du médecin, 10 octobre 1988.

2 Ibid.

3 Ça m'intéresse, juillet 1989.

4 L'Express, 21 octobre 1988.

5 L'Express, 24 novembre 1989.

6 L’Équipe Magazine, no 548, 11 juillet 1992.

7 Cette problématique a été travaillée par Bette (K.H.), Schimank (U.), Dopage : le sport de haut niveau à la croisée des chemins, op. cit.

8 B. Kersee a notamment entraîné V. Brisco, G. Devers, J. Joyner et F. Griffith. L'accumulation des succès et la répétition persistante des rumeurs sans qu'aucune de ses athlètes ne soit contrôlée positive, lui auraient, semble-t-il, plutôt profité. Pour C. Hodos, la rumeur a été confirmée par deux contrôles positifs (C. Beaugeant et W. Motti). Sa carrière d'entraîneur s'en est trouvée fortement compromise.

9 Article 10 du titre IV de la loi no 89-432 du 28 juin 1989.

10 Le décret no 92-381 du 1er avril 1992 précise dans son article 33 : "Les fédérations chargées à la date de publication du présent décret d'une mission de service public, qui n'auront pas, dans un délai d'un an à compter de cette date, mis en conformité leur règlement avec les dispositions dudit décret, cessent de plein droit de bénéficier de l'agrément qui leur avait été délivré par le ministre chargé des Sports en application de l'alinéa de l'article 16 de la loi du 16 juillet 1984 susvisé. Le ministre chargé des Sports constate par arrêté que l'agrément a pris fin".

11 Le décret no 90-440 du 29 mai 1990, portant composition et fonctionnement de la Commission nationale de lutte contre le dopage.

12 Andreff (W.), Nys (J.-F.), Le sport et la télévision : pluralité d'intérêts et sources d'ambiguïtés, Paris, Dalloz, 1987.

13 Ehrenberg (A.), Des stades sans Dieux, Le Débat, no 40, mai-septembre 1986, pp. 47-61.

14 Ehrenberg (A.), L'individu sous perfusion, Esprit, juillet-août 1989, pp. 36-47.

15 L'Équipe Magazine, no 648, 23 juillet 1994.

16 L'Équipe, 12 octobre 1994.

17 Le Sport, 27 janvier 1988.

18 J. Julliard, Le Nouvel Observateur, 30 sept.-6 oct. 1988.

19 Le Figaro, 13 juin 1992.

20 C'est ce qu'il déclare dans Le Quotidien de Paris, le 25 janvier 1988. Depuis lors, A. Coret a démissionné de ses fonctions de président.

21 Le Figaro, 13 juin 1992.

22 Dans le cas de la prise d'anabolisants, la première infraction caractérisée entraîne quatre ans de suspension pour l'IAAF, trois ans maximum pour la FFA.

23 “La privatisation du droit du travail" constitue un argument que des sportifs non professionnels sont également tentés d'utiliser pour leur défense car ils se voient privés de subsides liés à leur activité sportive ; cela soulève un problème juridique aussi délicat que nouveau.

24 Le dernier refus dont la presse ait fait état remonte au tournoi d'Anvers en novembre 1992. (L'Équipe, 12 novembre 1992).

25 J.-P. de Mondenard, Le Quotidien du médecin, 10 octobre 1988. P. Laure a relevé des lacunes similaires dans nombre d'ouvrages consacrés à des disciplines sportives et à la médecine du sport. Cf. Laure (P.). Les représentations du dopage, approche psycho-sociologique, Thèse pour le doctorat STAPS, Université de Nancy 1, 1994.

26 Freville (P.), Le sportif de haut niveau face à ses droits et obligations au plan législatif et réglementaire, Étude réalisée par une analyse de contenu des textes et une enquête auprès des sportifs de 1TNSEP, Mémoire pour le diplôme de l'INSEP, 1994. La question qui a obtenu 78 % de réponses erronées était la suivante : 12 : un sportif suspendu après un contrôle anti-dopage positif doit :

  • Payer une forte amende à la Fédération et au Comité national olympique et sportif français.

  • Subir un nouveau contrôle qui doit s'avérer négatif et prendre en charge les frais du contrôle.

  • Demander sa réintégration par écrit et s'engager à ne pas renouveler ses actes.

27 Laure (P.), Les représentations du dopage, approche psycho-sociologique, op. cit., p. 335.

28 Face à des déclarations contradictoires, il semble aussi difficile d'apprécier l'ampleur des défauts de procédure que l'importance des pratiques de dopage.

29 Rieu (M.), Eps interroge un physiologiste, revue EPS, no 243, 1993, pp. 9-12.

30 Citons à titre d’exemple les propos désabusés de T. Vigneron publiés dans L'Express du 10 mars 1989 : “Sous prétexte qu'il a disqualifié B. Johnson, le CIO a la conscience en paix. Or tout reste à faire. La liste des produits interdits est ridiculement longue et le système des tests antidopage ridiculement peu fiable, puisqu'une forte majorité d'athlètes, j'en suis certain, passe au travers. C'est l'inégalité des chances la plus absolue érigée en système. Pour l'heure, la situation est la pire de toutes. Elle est intenable. Je n'ai plus confiance dans la justice olympique".

31 Lipovetsky (G.), L'Ère du vide, essai sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983.

32 Pociello (C.), Un nouvel esprit d'aventure, revue Esprit, no 4, numéro spécial "Le nouvel âge du sport", 1987.

33 Ehrenberg (A.), Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991, pp. 13-14.

34 Titre d'un ouvrage publié par deux psychologues ayant durablement travaillé avec des sportifs de haut niveau et destiné à tout un chacun : Missoum (G.), Lhabouz (J.M.), Piloter su vie en champion, Paris, Belfond, L'âge du Verseau, 1990. La même année, Guy Missoum et Jean-Luc Minard ont publié un autre ouvrage sur un thème similaire : L'art de réussir, l'esprit du sport appliqué à l'entreprise, Paris, Les Éditions d'organisation, 1990.

35 C'est un peu cette impression que donnent les commentaires des journalistes lorsque les Français ne rapportent pas les titres ou médailles espérés d'eux lors des compétitions internationales ; voir par exemple les décomptes inquiets et les analyses autour des places prises par les Français aux JO d'hiver de Lillehamer en 1994.

36 En ternies plus politiques, il faut aussi prendre en compte la décentralisation et encore la régression de'l'État providence".

37 Voir Irlinger (P.), Louveau (C), Métoudi (M.), Les pratiques sportives des Français, Paris, INSEP, 1987 ; voir aussi Pociello (G), Le futur comme nouvelle forme d'enjeu - Les tendances d'évolution des loisirs sportifs dans la société française ; enjeux, stratégies et prospective, In : Clément (J.-P.), Defrance (J.), Pociello (C.), Sport et pouvoirs au XXe siècle, Presses Universitaires de Grenoble, 1994.

38 Ce qu'illustre bien le management contemporain des entreprises, plus "horizontal" que "vertical".

39 Lipovetsky (G.), Le crépuscule du devoir - L'éthique indolore des nouveaux temps démocratiques, Paris, Gallimard, 1992.

40 Phosphore, no 57, novembre 1992.

41 Cf. Vigarello (G.), Les deux violences sportives, revue Esprit, no 104-105, août-septembre 1985, pp. 15-19. Sur ce point, l'auteur cite P. de Coubertin :"La première caractéristique essentielle de l'olympisme moderne c'est d'être une religion" (message radiodiffusé de Berlin le 4/8/1935).

42 INSEE-CREDES-Ministère de la Santé, Enquête Santé 1991, résultats publiés dans INSEE Première, no 310, avril 1994.

43 Introduction au dossier consacré à ce sujet par la revue Esprit, no 152-153, juillet-août 1989 : La France dopée, pp. 27-67.

44 Ehrenberg (A.), L'individu sous perfusion, société concurrentielle et anxiété de masse, op. cit. p. 37

45 Laure (P.), Les représentations du dopage, approche psycho-sociologique. Thèse pour le doctorat STAPS, Université de Nancy I, 1994, p. 398.

46 P. Meyer, chef du Département de pharmacologie de l'Hôpital Necker, Le Figaro, 26 juillet 1988.

47 Ehrenberg (A.), L’individu sous perfusion, op. cit., p. 44.

48 Éditions Balland, 1988. Cette publication rédigée par des médecins a, en son temps, provoqué de nombreux remous, y compris dans le milieu sportif, jusqu'à l'inculpation de l'éditeur. Reste que le livre, diffusé à l'origine à plusieurs milliers d'exemplaires, est toujours accessible au grand public.

49 La société dopée ou le prix de la réussite, revue Esprit, op. cit., p. 27.

50 ibid., p. 39.

51 L'Équipe, 3 juillet 1989.

52 Le Quotidien du médecin, 4 février 1988.

53 Le Figaro, 26 juillet 1988.

54 L'Équipe, 11 septembre 1992.

55 Le Petit Robert, édition de 1982.

56 L'Équipe, 3 juillet 1989.

57 La Croix, 25 septembre 1990.

58 Le Figaro, 26 juillet 1988.

59 Cette affirmation peut être nuancée. Le dopage, c'est la substance interdite qu'on trouve dans les urines. Si on ne la trouve pas (ou si on ne la cherche pas), il n'y a pas dopage.

60 Les uns évoquent le principe de l'utilisation d'artifices, d'autres les produits ou procédés interdits, d'autres encore leurs effets fastes ou néfastes et les buts recherchés.

61 INSERM, Enquête nationale sur la situation sociale, familiale, relationnelle et sanitaire des 11-19 ans. Données recueillies en mars-mai 1993 auprès d'un échantillon représentatif de 12 391 lycéens et collégiens.

62 Turblin (P.), Talazac (L.), Enquête épidémiologique sur le dopage et sur la consommation de tabac, d'alcool et de médicaments en milieu scolaire dans la région Midi-Pyrénées, Thèse pour le doctorat d'État en médecine générale, Faculté de Médecine de l'Université Paul Sabatier de Toulouse, 1992.

63 Les parents se voient même enjoints "d'aider" ainsi leurs enfants, collégiens, lycéens : c'est l'argument très explicitement avancé dans la publicité faite pour le produit Lécitone Jeunes (diffusée à la radio et à la télévision en mai 1994).

64 INSERM, Enquête nationale sur la situation sociale, familiale, relationnelle et sanitaire des 11-19 ans, op. cit.

65 L'Express, novembre 1989. Les attitudes des Français à l'égard du dopage. Sondage effectué en septembre 1989 auprès d'un échantillon représentatif de la population française de plus de 18 ans (1 008 personnes).

66 Laure (P.), Les représentations du dopage, approche psycho-sociologique, op.cit.

67 Esprit, op. cit., p. 28.

68 Fize (M.), Le peuple adolescent, Paris, Éditions Julliard, 1994.

© INSEP-Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540