Version classiqueVersion mobile

Dopage et performance sportive

 | 
Catherine Louveau
, 
Muriel Augustini
, 
Pascal Duret
, 
et al.

Deuxième partie. Connaissances et représentations du dopage

Texte intégral

Appréciation du phénomène à partir des données d'enquêtes

1. LA CONNAISSANCE DU PHENOMENE ET L'APPRECIATION DE SON AMPLEUR

  • 1 Il est d'ailleurs tout à fait probable que cette affaire, qui a mis l'opinion et le monde sportif u (...)
  • 2 Les numéros entre parenthèses renvoient au numéro de référence de l'enquête utilisée. Voir la liste (...)

1Bien que cet aspect du sport ne soit traité par les médias qu'épisodiquement, et encore s'agit-il le plus souvent de la presse sportive, la pratique du dopage est un phénomène dont tout un chacun connaît l'existence. Les enquêtes et sondages les plus récents effectués auprès de différents groupes d'âge, et qui concernent des individus diversement engagés dans la pratique sportive, ont en commun d'avoir été réalisés en 1989 ou postérieurement ; autrement dit, après "l'affaire B. Johnson" qui, révélée lors des Jeux Olympiques de Séoul en 1988, occupa assez durablement les pages et informations sportives1. Ce contexte explique certainement que 98 % des adolescents aient "entendu parler du dopage" (l)2, 97 % d'entre eux ayant tout particulièrement "entendu parler de l'affaire B. Johnson".

2La connaissance de la pratique du dopage se construit surtout au travers des affaires relatées par les médias. Au-delà de cette donnée générale, les enquêtés, jeunes ou moins jeunes, sont assez nombreux à estimer que cette pratique est répandue au sein du sport de haut niveau : 68 % des jeunes athlètes américains (de 10 à 14 ans) sont persuadés par exemple que les athlètes des JO utilisent des stéroïdes anabolisants (7). Une appréciation similaire existe en France bien que son ampleur varie selon les enquêtes et les questions posées. Quand ils sont spectateurs d'un événement sportif, 27 % des Français pensent que les athlètes qu'ils regardent peuvent être dopés (3). Dans ce même sondage réalisé en 1989, 31 % des personnes interrogées estiment que "certains échecs des sportifs de haut niveau français s'expliquent par le fait que leurs adversaires d'autres pays soient dopés". Cette évaluation se situe très en deçà de celles qui sont avancées au sein du milieu sportif comme le montrent certaines déclarations relevées dans les médias (voir encadré ci-après).

3La présomption de dopage apparaît fortement liée à la nature des performances réalisées par les sportifs ; de ce point de vue, la baisse des résultats ou l'échec alimentent tout autant le soupçon que les excellents résultats ou les performances inédites. Ce sentiment est particulièrement fort chez les jeunes évoluant dans le milieu sportif ; à la question : Les résultats des JO de Barcelone étaient plutôt faibles par rapport aux autres JO ; cela tiendrait-il au fait que les athlètes étaient pas ou moins dopés ?,68 % répondent oui (2). Simultanément, les performances très élevées les incitent à une même suspicion : Lors des JO de Barcelone, les observateurs ont été surpris par les excellents résultats obtenus par la délégation chinoise ; cela tiendrait-il au fait que les athlètes étaient dopés ? ; 29 % disent non, mais 44 % sont convaincus de cette relation de cause à effet alors que 27 % sont dans l'impossibilité de se prononcer.

4Les champions eux-mêmes n'hésitent pas à porter un regard soupçonneux sur les records de leurs homologues : ainsi, A. Drechsler, championne est-allemande de saut en longueur, suspecte le record de la sprinteuse F. Griffith-Joyner. Le 7 octobre 1992, elle déclare à L'Équipe : "Je crois au talent, au bon entraînement aussi. Mais un chrono comme celui de Florence Griffith-Joyner sur 100 mètres, je n'y crois pas". De même, le décathlonien français C. Plaziat met en doute la "netteté" de la performance de D. O'Brien, le vainqueur des Jeux de Barcelone. Interviewé par L'Équipe le 8 septembre 1992, il déclare : "Je suis sceptique quant à sa performance. Il y a un an et demi, ce garçon n'était pas tout bon. Et voilà qu'il passe par exemple de 4,40 à 5,25 mètres à la perche, de 14 à 17 mètres au poids [...] O'Brien doit avoir un secret".

5Les médias se font également assez fréquemment l'écho de cette association entre le niveau de performance et l'hypothèse de dopage :

    • 3 Ces médaillés d'or soulèvent 500 kilos en 1956, 537,5 en 1960, 572,5 en 1964 et en 1968, 580 en 197 (...)

    en haltérophilie par exemple, la revue Ça m'intéresse établit un parallélisme entre la diminution des charges soulevées par les médaillés d'or des JO appartenant à la catégorie "lourds" et l'accroissement de l'efficacité des contrôles anti-dopage3.

    • 4 Le Point, 8 aoûtl992.

    B. Johnson, pour sa part, fut le seul homme à courir le 100 mètres en moins de 9 secondes 85 à Séoul. "Quatre ans plus tard, il termine dernier de sa demi-finale avec un temps de 10 secondes 70. Une performance, ajoute le journaliste "qui jette rétrospectivement un sérieux doute sur nombre de records des dernières années"4. Concernant le sprinter, c'est bien la présomption rétrospective qui provoqua l'annulation de son record du monde (9 secondes 83 à Rome) réalisé un an auparavant.

6Autre représentation de cette pénétration de l'univers sportif par le dopage, 44 % des Français estiment que cette pratique concerne tous les sports, 52 % certains sports seulement. Quant aux disciplines sportives les plus touchées, les données sont convergentes : 73 % des Français citent l'athlétisme, 63 % le cyclisme ; loin derrière ces deux sports consensuellement nommés, viennent l'haltérophilie et la natation, pour environ 16 % des Français (3). Les jeunes étudiants en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (2) ont, à la nuance près des chiffres, une représentation tout à fait similaire : au rang des sports les plus touchés par le dopage, 93 % d'entre eux citent l'athlétisme, 63 % l'haltérophilie, 64 % le cyclisme, 26 % la natation.

Évaluation de la pratique du dopage : quelques exemples relevés dans les médias
• Au moment des mondiaux d'athlétisme de Rome, C. Lewis déclarait : "60 % des athlètes présents sont dopés" (Journal du dimanche, 18 octobre 1987).
• "L'usage des dopants est effréné parmi les athlètes mondiaux de haut niveau et 50 % des compétiteurs dans les sports à haute performance prennent des dopants en s'arrangeant pour ne pas être détectés pendant les contrôles" (E. Moses, 400 mètres haies ; L'Humanité, 13 octobre 1988).
• Une enquête menée par le New York Times auprès de personnalités médicales du monde du sport rapporte que "la moitié au moins des 9 000 sportifs qui ont participé aux JO de Séoul aurait eu recours à l'entraînement aux stéroïdes anabolisants pour améliorer leurs performances" (Libération, 18 novembre 1988).
• Les milieux bien informés savent bien qu'à Séoul, environ 80 % des athlètes américains étaient dopés avec des anabolisants" (Docteur de Lignières, Le Quotidien, 3 janvier 1989).
• J. Silvester, discobole américain, médaille d'argent aux JO de Munich confie que "99 % des lanceurs de valeur internationale, pour ne pas dire 100 %, ont utilisé ou utilisent des stéroïdes anabolisants" (Revue AEFA, avril 1993).
• Au cours de l'émission Danger dopage de D. Le Glou et A. Vernon, diffusée sur A2 le 10 avril 1989, à la question : A votre avis, sur cent coureurs cyclistes, combien utilisent des moyens artificiels ?, D. Lecrocq, ancien coureur cycliste répond sans hésitation : "120 % y passent". Autre révélation au cours de l'émission : 93 % des joueurs de basket-ball testés à l'Institut Supérieur d'Éducation Physique de Foggia (Italie) confessent avoir essayé au moins une fois un produit dopant ; et 17 % d'entre eux en utilisent régulièrement.
• D. Thurau, coureur cycliste ouest-allemand, ancien porteur du maillot jaune, rapporte : "Dans le cyclisme, ils prennent tous quelque chose pour se doper. Moi aussi je l'ai fait. Celui qui ne le reconnaît pas est un menteur [...] Malgré les contrôles, il n'y en a pas un seul qui roule en ne buvant que de l'eau" (Midi Libre, 10 février 1989).
• D. Jenkins, ex-champion britannique du 400 mètres, condamné à sept ans de prison pour avoir organisé un gigantesque trafic d'anabolisants estime que "parmi les sportifs contrôlés à Séoul, les deux tiers étaient dopés" (Ça m'intéresse, juillet 1989).
• "Une étude effectuée sur 5 clubs universitaires américains de première division de football américain a montré que plus d'un quart des joueurs avaient eu recours au moins une fois à l'utilisation de stéroïdes anabolisants. En projection maximale, pour l'ensemble des disciplines sportives de la NCAA, cette étude a fait ressortir un pourcentage d'utilisateurs de 14,7 % chez les hommes et 5,9 % chez les femmes. L'an dernier, sur une projection minimale, le taux moyen était de 5 %. L'étude a encore montré que le pourcentage d'utilisateurs était de 29,3 % dans le foot américain et de 20,6 % parmi les équipes masculines d'athlétisme." (L'Équipe, 15 et 16 décembre 1990).
• "Dans le magazine Zmena (Changement) du Comité central des jeunesses communistes, un rapport confidentiel a évalué à 29 % la proportion des athlètes soviétiques (tous niveaux confondus) ayant été au moins une fois déclarés positifs" (Le Monde, 25 mars 1989).

  • 5 Il est intéressant de remarquer que de nombreuses réactions et mesures survinrent durant l'année qu (...)

7Ces disciplines, il est vrai, ont toutes fait l'objet de plusieurs "affaires" largement médiatisées ces dernières années ou dans l'histoire récente du sport : à titre d'exemples, on peut mentionner B. Johnson (1988 et 1993), K. Krabbe (1992) ou encore B. Reynolds (1992) pour l'athlétisme ; J. Longo (87), P. Delgado (1988), L. Fignon (1987 et 1989) ou encore T. Simpson (1967) pour le cyclisme ; on peut aussi évoquer le cas réitéré des nageuses est-allemandes depuis la fin des années soixante-dix ; quant à l'haltérophilie, la prise de stéroïdes anabolisants est notoirement fréquente dans cette discipline, au point que la fédération internationale opéra, à la fin de l'année 1992, des remaniements des catégories de poids annulant ainsi, indirectement, tous les records antérieurs5.

8Ces représentations quant aux disciplines les plus pénétrées par la pratique du dopage se sont certainement forgées au vu de faits avérés sinon réitérés ; on remarquera avec intérêt qu'elles restituent une image assez réaliste puisque ces sports sont, en France mais aussi dans le monde, parmi ceux qui font l'objet du plus grand nombre de contrôles sinon parmi les premiers contrôlés dans l'histoire de la lutte anti-dopage (cf. fig. 4). Si les représentations correspondent ici à une certaine réalité, les déclarations relatives à la pratique réelle du dopage sont, en revanche, très en deçà de l'appréciation de son ampleur.

2. LA PRATIQUE RECENSEE

  • 6 D'une façon générale, on remarque que les garçons sont un peu plus nombreux à reconnaître s'être do (...)

9A travers les enquêtes qui ont questionné les jeunes sur leur pratique de dopage, on constate que la proportion de ceux qui reconnaissent avoir consommé des substances interdites afin d'améliorer leur performance est très faible : 2 % des sportifs américains de 10-14 ans (7), 2,4 % des athlètes québécois de 12-18 ans (5) et 3 % des compétiteurs français de 14-19 ans (1) sont dans ce cas6. Ces résultats ne démontrent nullement que le dopage est circonscrit à quelques cas isolés ; en effet, le questionnement direct des sujets ne permet en aucun cas de mesurer l'ampleur d'une pratique illicite. Ils révèlent en revanche que certains jeunes sportifs n'hésitent pas à dépasser la réprobation voire les sanctions encourues pour affirmer leur détermination à transgresser les règles concernant le dopage.

Figure 4. Comparaison du nombre de contrôles dans cinq fédérations entre 1980 et 1992 entre 1980 et 1992

Figure 4. Comparaison du nombre de contrôles dans cinq fédérations entre 1980 et 1992 entre 1980 et 1992
  • 7 Le Quotidien du médecin, 6 octobre 1990.

10On pourrait considérer comme une évidence le fait que les jeunes savent s'ils se dopent ou pas. Or, 12 % des jeunes compétiteurs français interrogés déclarent avoir déjà pris des produits sans pouvoir affirmer qu'il s'agit bien de dopants (1). Cette incertitude montre que ces jeunes connaissent mal la définition légale du dopage. 20 % d'entre eux absorbent des produits avant la compétition (il s'agit la plupart du temps de vitamines, de sucres, de boissons énergétiques mais aussi de caféine ou de valium...) et certains assimilent ces habitudes et ces rituels de préparation à des pratiques prohibées. Cette méconnaissance du dopage s'inscrit dans la difficulté pour tracer une frontière absolue entre les actes thérapeutiques et les pratiques illicites. Ainsi J.-P. Escande, souligne : "Si le dopage est illégitime, le sport de haut niveau réclame, fort légitimement cette fois, un suivi médical régulier, efficace, appuyé sur toutes les connaissances diagnostiques et thérapeutiques modernes [...] Entre le dopage illégitime et la médecine du sport, s'est ainsi créé un espace, source de nombreux conflits. Bref : où finit la médecine et où commence le dopage ? "7. C'est dans ce flou institutionnellement reconnu que s'inscrivent les hésitations des jeunes à définir précisément leurs propres pratiques.

11Lorsqu'on interroge les jeunes sportifs non plus sur leur pratique personnelle de dopage, mais sur celle de leurs amis, on remarque que le phénomène est peut-être plus répandu : 10,3 % des jeunes Français interrogés affirment avoir des copains qui se dopent (1). Lorsqu'on parle d'une pratique illégale, il est plus aisé de s'exprimer sur celle des autres (que l'on peut laisser dans l'anonymat) que d'avouer la sienne par crainte de s'exposer à la réprobation. A ce sujet, on remarque que 3,5 % des athlètes québécois (5) se déclarent prêts à utiliser des produits illégaux "à condition que personne ne le sache". Il faut également noter que 44 % des jeunes Français disent ne pas savoir si leurs copains se dopent (1). Cette position indéterminée rend compte du fait que les jeunes estiment qu'il s'agit d'une éventualité plausible, sans toutefois que l'information ait filtré jusqu'à eux. La difficulté d'évaluer, même approximativement, l'ampleur de la pratique du dopage mais aussi "l'omerta" qui semble prévaloir dans le milieu sportif permettent au soupçon de s'installer.

  • 8 Enquête citée par R. Dugal Non aux vainqueurs dopés. L'Actualité, no 2, 1985, p. 17. Il ne nous a p (...)

12Rares sont les jeunes qui déclarent se doper ; ils sont en revanche plus nombreux à envisager de le faire dans l'avenir. 72 % des athlètes québécois affirment qu'ils ne se dopent pas et ne se doperont jamais (5). Mais certains jeunes compétiteurs sont loin de refuser définitivement le dopage : pour eux, le recours virtuel à cette pratique semble lié à leur niveau de performance. Une large partie de la population interrogée est très jeune et son niveau de compétition encore relativement faible. Or, 12 % des compétiteurs français pensent qu'ils peuvent être tentés un jour par le dopage (1), 11 % des athlètes québécois ne rejettent pas l'idée de se doper lorsqu'ils auront atteint un niveau de compétition plus élevé (5) et 15 % des sportifs américains disent qu'ils pourraient utiliser plus tard des stéroïdes anabolisants (7). On est certes loin des résultats de l'enquête américaine révélant que 55 % des 198 sportifs de haut niveau, interrogés juste avant les Jeux Olympiques de Los Angeles, "seraient prêts à absorber un produit leur assurant la victoire même s'il devait les tuer cinq ans après"8. On peut néanmoins penser que les jeunes qui admettent être susceptibles de se doper un jour, lorsque leur niveau de performance le nécessitera, adhèrent au même processus que celui des sélectionnés olympiques américains dont les positions constituent l'aboutissement ultime.

13Les données officielles sur le nombre de cas positifs décomptent, pour la France et chaque année, quelques dizaines de cas (69 en 1992, JO d'Albertville inclus). Les statistiques de la Commission médicale du CIO donnent pour leur part 993 cas positifs au plan mondial, soit 1,13 % des prélèvements effectués. En France, le rapport est du même ordre, inférieur à 1 % pour l'année 1992. Ainsi qu'on l'a mentionné, ces résultats sont contredits par de nombreuses déclarations émanant de personnes diverses, toutes parties prenantes du sport de haut niveau, et qui laissent entendre qu'au stade de l'élite, le dopage est une pratique extrêmement répandue, et en particulier dans certaines disciplines.

14Pratique du dopage et sport de très haut niveau sont de fait souvent associés dans les représentations de nombreux Français : s'ils avaient un enfant ayant les capacités pour devenir champion, 47 % d'entre eux craindraient qu'il soit un jour ou l'autre amené à se doper (3). Hypothétique crainte pour leurs enfants et plus généralement pessimisme pour l'avenir : 46 % des Français pensent que, dans les prochaines années, les sportifs dopés seront plus nombreux qu'aujourd'hui. Le sport de haut niveau n'est donc pas seulement porteur de rêves ou d'aspirations ; la sombre représentation qu'ont nombre de personnes de cet univers mérite d'autant plus attention qu'elle est encore plus répandue parmi les jeunes, puisque 56 % des 18-24 ans pensent que le dopage sera plus fréquent dans l'avenir qu'aujourd'hui.

3. LES EFFETS ATTENDUS DU DOPAGE

15Nombre d'individus, a fortiori quand ils sont impliqués dans la pratique sportive, ont une assez bonne connaissance des produits dopants quand ils ne sont pas capables de citer des substances interdites :

  • interrogés sur les produits qu'ils connaissent, 77 % des jeunes étudiants sportifs de tous niveaux citent les stéroïdes anabolisants, 40 % d'entre eux les amphétamines (2).

  • aux USA, 78 % des jeunes athlètes de 10-14 ans ont également entendu parler de ces stéroïdes anabolisants (7).

  • en Italie, parmi des sportifs interrogés (4), 92 % citent les amphétamines, 92 % les stéroïdes anabolisants, 76 % les analgésiques, 57 % les diurétiques.

16Informés des produits existants, beaucoup de jeunes le sont aussi sur leurs effets, qu'on peut identifier en termes d'apports et de risques :

  • parmi les jeunes athlètes américains, 45 % pensent "qu'en utilisant le dopage, ils amélioreraient leur performance", 55 % "qu'en utilisant des stéroïdes seuls, ils amélioreraient la taille et la force de leurs muscles"(7).

  • pour leur part, 72 % des jeunes Français de 14 à 19 ans (1) estiment que le dopage "est un moyen d'augmenter les performances" ; pour 14 % d'entre eux, le dopage représente même un "bien-être" et pour 15 %, "une obligation pour être champion".

17Les effets attendus et espérés du dopage paraissent donc connus et son efficacité suscite peu de doutes, eu égard au but recherché : acquérir plus de force ou de puissance, être plus performant à terme. Une donnée recueillie auprès des jeunes sportifs québécois est tout à fait significative de ce point de vue (5) : parmi les raisons évoquées pour justifier pourquoi ils n'ont pas pris ou ne prendraient pas de substances dopantes interdites, 26 % choisissent "parce qu'il n'y a pas de produits pouvant améliorer ma performance". Ce motif de "non-dopage" réel ou virtuel est, avec la peur d'être découvert, celui que ces sportifs retiennent le moins fréquemment. Est-ce à croire que 74 % de ces mêmes jeunes pensent que ces produits efficaces existent ? Les exemples mentionnés à propos des extraordinaires performances que les dopants permettent de réaliser (les haltérophiles, B. Johnson...) laissent entendre qu'ils ne se trompent guère. A un niveau pragmatique en tout cas, il est clair qu'un argument soutenant que "ça ne sert à rien" ou que "ça ne marche pas" a ou aurait une crédibilité tout à fait relative aujourd'hui.

18Simultanément, les risques encourus paraissent tout aussi connus des jeunes, encore qu'ils soient assez peu explorés par les enquêtes. Risques pour la santé d'abord : 93 % des jeunes Français de 14 à 19 ans (1) estiment que le dopage représente un danger pour la santé, 49 % des jeunes athlètes américains de 10 à 14 ans disent avoir entendu parler des effets défavorables du dopage aux stéroïdes anabolisants... mais, simultanément, 43 % d'entre eux estiment que l'usage de ces substances n'est pas à l'origine des blessures (7). Risque de sanction ensuite, mentionné par 91 % des jeunes Français évoqués.

19Ainsi, les connaissances et représentations de la pratique du dopage ne vont pas sans contradictions : on est informé, on connaît, très globalement il est vrai, les risques inhérents à cette pratique dangereuse et prohibée mais on en connaît aussi les indéniables bénéfices tant au plan physique qu’au plan symbolique ou social. Les motifs centrés sur soi, comme le besoin de se surpasser ou de réaliser une performance, ne sont pas étrangers à la pratique du dopage : 17,5 % des étudiants sportifs interrogés (2) les ont évoqués ; en outre, 35 % des 8-18 ans (6) estiment que si les sportifs se dopent, c'est que "tout est bon pour gagner" et 15 % des jeunes de 14-19 ans vont même jusqu'à affirmer que se doper constitue "une obligation pour être champion". Les raisons principales de cette pratique sont à rechercher dans une motivation sociale axée vers l'argent, la victoire, le succès et le crédit qu'il accorde : 29 % des étudiants sportifs y ont fait référence (2).

  • 9 Le Figaro, 16 octobre 1988 ; L'Équipe, 11 novembre 1988.

20Des événements mentionnés autour de l'affaire B. Johnson témoignent de la perception de ces bénéfices et de ce qui apparaît comme un effet pervers de l'information : en même temps que le cas est décrit et analysé avec force détails dans toute la presse internationale et que l'unanimité semble se faire pour jeter l'opprobre sur l'athlète, nombre d'adolescents américains vont dans des gymnases et demandent des stéroïdes pour courir plus vite, être plus forts quand ils ne demandent pas directement du Stanozolol...9.

21Dopé, mais néanmoins vainqueur, aux yeux de beaucoup, ce bénéfice-là n'est pas mineur. En France, quelques données d'enquêtes montrent que la condamnation "morale" de B. Johnson par les jeunes paraît quelque peu équivoque. Alors qu'il leur a été demandé "s'ils trouvaient normal qu'il ait été condamné", 71 % des jeunes adolescents (1) ont répondu oui (réponse un peu plus fréquente parmi ceux qui sont engagés dans des pratiques compétitives). Le consensus est assez fort, mais on reste toutefois perplexe devant les 8 % qui ne trouvent pas cette condamnation normale et plus encore devant les 20 % qui ne savent ou ne peuvent exprimer une position sur cette question. Cette ambiguïté apparaît également dans l'enquête sur le sport effectuée auprès de jeunes Français de 8 à 18 ans (6) : alors que plus de 8 sur 10 déclarent désapprouver le fait que certains sportifs se dopent, B. Johnson est, quelques questions plus loin, cité en bonne place au rang des champions qu'ils aimeraient rencontrer. La révélation de son dopage lors de l'épreuve la plus attendue des JO pour ne pas dire la plus mythique, sa disqualification et sa désignation publique comme tricheur, n'ont donc pas vraiment écorné son image de champion admirable et peut-être même d'homme "le plus rapide de tous les temps"... aux yeux des plus jeunes tout au moins.

22Si les images médiatiques marquent indéniablement les représentations des jeunes, on admettra sans peine que l'influence de l'entourage puisse également jouer sur la construction personnelle d'une morale vis-à-vis du dopage et sur l'attitude que l'on adoptera à l'égard de sa pratique. Ainsi, parmi les athlètes québécois, 2 % seraient susceptibles de prendre des produits dopants si d'autres en utilisaient déjà dans leur sport, 3,5 % feraient de même si leur entraîneur était d'accord (5). Or, à travers les enquêtes, on constate que l'entourage peut ou pourrait inciter au dopage : on a vu notamment que plus de 10 % des jeunes compétiteurs français pensent avoir des copains qui se dopent. Mais il y a plus : 3,2 % d'entre eux déclarent qu'on leur a déjà proposé des produits dopants et 8,6 % qu'on leur a déjà proposé des produits sans qu'ils soient sûrs qu'il s'agisse de substances dopantes (1). Aux dires des jeunes, ces propositions émanent la plupart du temps de copains, mais aussi d'entraîneurs ou de médecins. Même dans le cas où les produits proposés ne sont pas réellement illégaux, le fait que des jeunes puissent envisager que leur entraîneur ou médecin soient capables de les inciter au dopage montre que ceux-ci ne leur ont pas explicitement transmis un message négatif vis-à-vis de cette pratique, message auquel leur rôle d'éducateur les aurait légitimement tenus. Ainsi, quand le creuset social encourage (ou semble encourager) le jeune dans la voie du dopage par des sollicitations allant jusqu'à l'offre de produits, on imagine aisément que le sportif doive redoubler d'esprit critique pour affirmer son autonomie de jugement par rapport à cette pratique et résister à une tentation qui lui semble à portée de main, attitude pour le moins difficile quand on est adolescent...

4. UNE PRATIQUE CONDAMNEE ?

23Au-delà du cas paradigmatique de B. Johnson, la pratique du dopage par les sportifs de haut niveau est, quel que soit l'âge des personnes concernées, condamnée de manière assez unanime :

  • 67 % des Français "seraient d'accord pour que la France boycotte certaines compétitions internationales si elle estime que les contrôles sont insuffisants" (3).

  • 81 % des jeunes de 8 à 18 ans désapprouvent le fait que certains sportifs se dopent (6). Cette enquête, qui demandait aussi aux jeunes d'exprimer un jugement sur la violence dans le sport ainsi que sur les gains des champions montre que, de tous ces aspects considérés durablement comme entachant l'image du sport (à des degrés certes variables), le dopage est celui qui rencontre la désapprobation la plus forte. Il est sur ce point intéressant de noter que cette attitude de rejet devient plus fréquente quand l'âge augmente et que la position sociale s'élève, et, enfin, quand il y a investissement dans le milieu sportif sous forme d'une pratique en club.

24Désapprouver ou encore refuser l'hypothétique scénario d'une libéralisation de la pratique, tout se passe comme si les jeunes étaient soucieux de préserver une image idéalisée du sport : 84 % des jeunes sportifs québécois refusent l'idée de "permettre aux athlètes d'utiliser les produits qui sont actuellement défendus" (5). Paradoxalement, leur point de vue n'est plus aussi unanime lorsqu'il s'agit d'eux-mêmes : si le dopage était légalisé, seulement 54 % d'entre eux affirment qu'ils n'y auraient pas recours. Relevant d'un interdit explicite et connu, le dopage représente, pour 86 % des adolescents français, un comportement malhonnête (1). Là encore, ce jugement assimilable à une forme de condamnation ne manque pas d'équivoque... puisque, pour 75 % de ces mêmes adolescents, le dopage représente "une petite tricherie".

  • 10 Dans chaque cas de figure proposé dans le questionnaire, il est précisé que le dopage a pour but de (...)

25A ce qu'il semble, il existe, tout au moins au plan des représentations, une échelle de gravité du dopage ainsi que le montre le travail de P. Laure (2). Quand l'athlète n'est pas "responsable" d'une défaillance, qu'il est par exemple malade ou fatigué, le fait qu'il prenne des produits dopants interdits pour s'aider ou compenser suscite moins de jugements négatifs que lorsqu'il n'a pas "d'excuse" ; se doper de manière permanente, en particulier pendant l'entraînement, est l'attitude qui suscite le plus de rejet10. En clair, et à l'instar de la pénalisation criminelle, la "préméditation" semble être, en matière de dopage, la situation la plus condamnable. Au passage, il est intéressant de souligner que les formes de dopage utilisées sont à leur tour situées sur une échelle de gravité "d'un point de vue éthique" : 94 % des étudiants interrogés dans cette enquête (2) considèrent que l'injection constitue la forme la plus grave de dopage, bien avant les produits avalés, inhalés... Sur ce point, on peut penser que ces représentations sont influencées par les catégorisations faites à propos des drogues : l'héroïne, injectée, appartient aux formes "dures", à l'opposé du haschich, inhalé et considéré comme une drogue "douce".

  • 11 La question présentait plusieurs motifs, les enquêtés pouvant, selon la consigne, cocher plusieurs (...)

26La condamnation du dopage peut enfin être appréciée indirectement quand les jeunes sportifs sont amenés à dire pourquoi ils rejettent, pour eux-mêmes, la pratique actuelle ou virtuelle du dopage (5). Le rejet de principe rassemble le plus d'approbation : 72 % disent qu'ils ne l'ont jamais fait et ne le feront jamais11. Au-delà de cette déclaration certes majoritaire mais non unanime, c'est surtout par référence à des valeurs individuelles qu'ils rejettent la pratique du dopage :

  • 68 % : "parce que je voudrais gagner par mes propres moyens".

  • 48 % : "parce que ça n'est pas fair-play".

  • 16 % : "parce que j'aurais peur qu'on le découvre".

  • 26 % : "parce qu'il n'y a pas de produit pouvant améliorer ma performance".

27On a vu que nombre de jeunes, qu'ils soient peu ou très engagés dans la pratique sportive, estiment les produits efficaces eu égard aux effets recherchés. En outre, on apprend ici que le fair-play traditionnellement attaché au sport moderne et à la compétition est une valeur qui "fonctionne" pour à peine la moitié de ces jeunes par rapport à une pratique prohibée, alors qu'ils sont eux-mêmes compétiteurs de haut niveau. Quant aux contrôles anti-dopage, soit ils les considèrent comme peu efficaces pour détecter les substances interdites, soit ils ne craignent pas les conséquences d'une éventuelle positivité ; c'est en tous cas le motif qui serait le moins à même de peser. Par ailleurs, les sportifs estiment souvent qu'il est facile de se doper : ainsi, une enquête italienne menée auprès de 1015 sportifs de haut niveau montre que 39 % d'entre eux le pensent. Cette conviction se fonde sur l'évaluation de la difficulté perçue pour se procurer des produits : 35 % considèrent que rien n'est plus simple que d'obtenir des stéroïdes ou des amphétamines (4). Le frein au dopage est donc à trouver non dans des règles facilement transgressables mais dans des contraintes normatives que tout un chacun s'impose et qui influent largement sur le choix des conduites.

28L'information fournie par l'ensemble de ces données prend forme de leçon : la menace des contrôles et de la disqualification - voire de la sanction - l'inefficacité des produits de même que le manquement au fairplay et à l'éthique sportive sont des arguments auxquels les jeunes paraissent peu sensibles, moins en tous cas qu'à leur morale personnelle... Pourtant, ces thèmes sont dominants dans les stratégies et discours de la lutte anti-dopage, aux plans national et mondial.

Appréciation du phénomène à partir d'études de cas

29Pour approfondir et compléter ces données générales, nous avons entrepris une analyse qualitative de la connaissance et des représentations du dopage chez les athlètes et les entraîneurs, acteurs centraux du sport de haut niveau. Au travers d'entretiens individuels approfondis de type semi-directif et de jeux de rôles, nous avons exploré les complexes de représentations, d'attitudes et d'opinions s'attachant au phénomène du dopage chez ces acteurs du milieu sportif. Cette approche concrète de la question du dopage s'est faite sur un nombre réduit de sujets (cinq personnes), sous la forme d'études de cas, ce qui permet de mettre en évidence les articulations entre la trajectoire d'un sujet, sa prise de conscience et ses représentations du phénomène, ses prises de positions et actions individuelles éventuelles et ses propositions de résolution du problème.

30Ce type de travail permet d'avoir une vision de la complexité de la situation à partir de la place spécifique d'acteurs centraux du système du sport de haut niveau et donc d'entrer dans une logique explicative de la situation actuelle.

31Les militants anti-dopage déclarés sont plutôt rares dans l'univers du sport de haut niveau. Lorsqu'on recherche les instances diverses affichant une volonté de lutte anti-dopage ou organisant des actions dans ce sens, on est orienté le plus souvent vers les institutions officielles du sport de haut niveau. On rencontre alors les organismes d'Etat décentralisés, les directions de la Jeunesse et des Sports (départementales ou régionales), les organismes sportifs et leurs organes décentralisés CDOS (comités départementaux olympiques et sportifs), instances fédérales qui sont chargées de répercuter une politique venant "d'en haut". Très rares sont les groupes formels ou informels d'entraîneurs ou d'athlètes s'étant constitués autour d'un projet de lutte anti-dopage, ou simplement de réflexion sur le dopage. Rares sont aussi les individus qui, à titre personnel, s'affichent comme militants anti-dopage. Est-ce parce que ces acteurs-là, engagés dans la recherche de la plus haute performance ne peuvent se positionner ? Est-ce parce qu'ils tirent bénéfice de la confusion et de la non-transparence du système ? Est-ce parce qu'ils ne se sentent pas acteurs potentiels, mais seulement agents d'un système qui les dépasse et donc s'estiment incapables de changer quoi que ce soit à la situation ? Est-ce par manque d'information ?

  • 12 De manière à préserver l'anonymat des personnes qui ont accepté de nous rencontrer et qui sont tout (...)

32Nous avons choisi d'interviewer à la fois des personnes qui se déclarent contre le dopage (que nous appellerons les militants anti-dopage), et d'autres qui choisissent de ne pas prendre position officiellement ou tout au moins de ne pas agir dans ce sens (que nous appellerons les silencieux)12. Suite à la retranscription intégrale des entretiens réalisés avec des athlètes et des entraîneurs, nous avons procédé à une analyse à différents niveaux. Tout d'abord une analyse thématique simple, permettant de repérer les thèmes que les interviewés abordent, ainsi que l'importance de chacun de ceux-ci dans le discours. Ensuite, une analyse plus qualitative centrée sur la mise en évidence des paradoxes et des contradictions au sein des discours des sujets, c'est-à-dire un repérage des axes sémantiques paradoxaux qui émergent et gênent la cohérence de la position de l'interviewé. Simultanément, nous avons mis en évidence des figures centrales d'acteurs que les sujets ont construites pour argumenter leurs positions et illustrer leurs démonstrations.

1. LES ACTEURS SPORTIFS MILITANTS ANTI-DOPAGE : L'INCARNATION DU PARADOXE

33Nous avons interviewé des acteurs sportifs se déclarant engagés dans la lutte anti-dopage et qui pourraient donc participer à sa diffusion. L'analyse des positions et représentations de ce public spécifique nous intéresse à double titre : d'abord cette position est rarement prise par les personnes engagées dans la réalité quotidienne du sport de haut niveau ; ensuite, on peut penser a priori qu'elle peut s'avérer délicate et difficile à tenir dans un contexte où certains prétendent que "tout le monde se dope, à un moment où à un autre", et "qu'on ne peut pas mener dans le temps une carrière au plus haut niveau sans ça". Il s'agit donc d'identifier dans quelle logique certains acteurs du sport de haut niveau se situent pour justifier et argumenter leur position anti-dopage et, en même temps, de repérer les résistances et les obstacles qui freinent l'adoption massive d'une telle attitude.

Le discours d'un entraîneur

34Franck, 45 ans, entraîneur d'une section universitaire a été sportif de haut niveau mais, souffrant de blessures répétitives, il a dû arrêter sa carrière à l'âge de 21 ans. De 20 à 30 ans, il s'est occupé de l'entraînement des jeunes de son club. Il a ensuite entraîné des sportifs de haut niveau adultes. Il suit actuellement une équipe universitaire et ce depuis 9 ans maintenant.

• Prise de conscience individuelle du phénomène du dopage

35La prise de conscience du dopage, ou plus exactement de l'illégitimité de celui-ci a été très progressive pour cet entraîneur. C'est en tant que sportif qu'il a tout d'abord été confronté à ce type de pratique : en 1966, un athlète de son groupe d'entraînement est parti durant un an aux Etats-Unis et il en est revenu beaucoup plus performant qu'avant. Le soupçon sur sa progression se répand, et une substance, le Dianobol, se diffuse. Plusieurs années après, alors qu'il est devenu entraîneur, Franck se trouve à nouveau confronté au problème du dopage : en 1972, alors qu'il assiste à une réunion d'organisation avec des entraîneurs nationaux, il est choqué de voir s'engager une discussion et s'ouvrir un débat entre ses collègues pour déterminer s'il convient ou non de donner du Dianobol aux sportifs. Il savait déjà à cette époque que le dopage s'était développé, mais il découvre alors que sa pratique n'est pas complètement irrecevable dans les milieux sportifs et en particulier chez les entraîneurs. Il prend également conscience de l'inacceptabilité des déclarations sur le dopage par les organisations sportives lorsqu'elles censurent un document qu'il avait tenté de publier sur l'évolution surprenante des performances dans son sport entre 1954 et 1972. A propos de déclarations de médecins aux athlètes, en particulier à partir de 1974, qui incitent à la prudence au regard du développement des contrôles ("il faut arrêter plus tôt les prises d'anabolisants"), Franck parle de complicité interne du milieu sportif au regard du dopage.

36En tant qu'entraîneur, il ne peut affirmer a posteriori si certains de ses sportifs se sont dopés à un moment donné. Même s'il soupçonne l'un d'entre eux, il n’a jamais été directement informé. Il considère qu'il était également complice de cette pratique dans la mesure où il savait suffisamment de choses à ce sujet : mais, avec le recul, il explique qu'il n'avait pas, à ce moment-là, une conscience claire de l'illégitimité du dopage. Il dit : "Au début des années soixante-dix, pour moi, le dopage c'était quelque chose entre la légitimité et la tricherie, mais la conscience que c'est défendu et qu'il faut lutter contre s'est développée progressivement au cours des années".

37Si le dopage apparaît comme un phénomène relativement ancien dans le sport moderne, son aspect illégal ou illégitime n'est devenu une réalité que très récemment pour cet entraîneur (aux environs des années quatre-vingts). Pour lui, le dopage a été pendant un certain temps une pratique quasiment "normale". Ce décalage entre pratique du dopage et identification de son illégalité est à souligner, en particulier au regard des thèses actuelles sur sa légalisation (A. Noret, 1986).

• Regards sur la position des fédérations sportives à l'égard du dopage

38Franck porte un regard sceptique sur la volonté réelle de lutte contre le dopage des instances sportives. Selon lui, les contrôles pourraient être beaucoup plus efficaces, mais les fédérations n'y ont pas intérêt. En effet, le public, l'État, les sponsors, les médias ne sont intéressés que par l'amélioration du niveau de performance. Si celui-ci stagne ou régresse, il y a un risque majeur de perte de revenus et de reconnaissance pour les fédérations : perte de public (baisse des revenus des spectacles sportifs), baisse des subventions d'État, diminution de la médiatisation qui entraîne le désintérêt des sponsors et donc la diminution de leurs subsides. Il insiste sur l'ambiguïté des discours fédéraux ("position schizophrène" dit-il). Pour lui, il existe un double langage fédéral : un discours en direction de l'extérieur qui affiche une position anti-dopage ("on fait semblant") et un discours interne qui accepte le dopage ("on continue comme avant"). Il explique que tout discours sur le dopage est systématiquement considéré par les fédérations sportives comme étant de la diffamation. Lorsque des preuves de dopage tangibles sont mises à jour, le déni des fédérations se change en une tentative d'oubli et d'amnésie, elles prônent alors "l'amnistie par l'amnésie".

39Cependant, cet entraîneur fait état de l'existence d'une opposition politique interne dans certaines fédérations sportives, entre les tenants de la lutte contre le dopage et ceux qui préfèrent que "ça continue comme avant". Selon lui, cette opposition met principalement face à face les acteurs du secteur de haut niveau (contre le changement) et ceux du sport de masse et de loisir (qui refusent le dopage par conviction idéologique). Il voit dans cette lutte le risque d'un détachement radical du secteur du haut niveau des autres formes de pratique sportive, détachement qui permettrait d'éviter la confrontation des points de vue en considérant que ces deux formes de pratique ne sont pas comparables.

40Franck parle donc très clairement d'une sorte de complicité des fédérations sportives au regard du développement du dopage, en expliquant cet état de fait par la médiatisation et la commercialisation du sport qui empêchent, en quelque sorte, les fédérations d'adopter une position radicale et claire à ce sujet. Il estime que les oppositions éventuelles à ce "laisser-aller" vis-à-vis du dopage constituent une possibilité de changer cette situation pour l'ensemble du sport, mais aussi un risque d'explosion du système sportif et de dissociation entre le sport d'élite et le reste des pratiques sportives.

• Regards sur la situation des athlètes à l'égard du dopage

41Franck constate que beaucoup de sportifs sont en permanence à la recherche de produits utilisables pour augmenter la performance, tout en voulant éviter le contrôle positif. Il pense qu'aujourd'hui les athlètes sont beaucoup plus conscients de l'illégalité du dopage, contrairement à l'époque où lui pratiquait : le choix de se doper ou de ne pas se doper est opéré en toute conscience et dépend de leur conception de la compétition sportive. Ceux qui sont polarisés sur la seule alternative victoire/défaite sont susceptibles de choisir le dopage. Ceux qui ne se dopent pas sont ceux qui refusent idéologiquement cette pratique (dégagement du seul code victoire/défaite par l'ajout d'un code déontologique) ou ceux qui ont peur des contrôles anti-dopage (risque d'arriver à la défaite par le dopage).

42L'information sur le dopage est donc selon lui parfaitement diffusée. Seules la déontologie ou l'éthique ou encore la peur d’être pris peuvent permettre à un athlète de résister à la tentation du dopage. Une polarisation trop exclusive sur la performance augmente en revanche une telle tentation.

• La gestion individuelle de la question du dopage

43Franck pense qu'il a été préservé, en tant que sportif, de l'attrait du dopage, par l'éducation sportive dont il a bénéficié. Il caractérise celle-ci comme associant un entraînement visant à la performance dans une activité de prédilection et une ouverture sur d'autres activités dans une perspective de loisir et de rencontre des autres. Pour lui, c'est cette ouverture qui l'a amené à n'être pas seulement focalisé sur l'alternative victoire/défaite en sport, et qui lui a permis d'éviter le recours au dopage. Mais ce choix n'a jamais été tout à fait conscient à cette époque.

44En tant qu'entraîneur, Franck se sent de plus en plus "coincé" entre sa position anti-dopage et son engagement dans le sport de haut niveau : "Parfois, je réfléchis, pour être clair, il faudrait peut-être même quitter ça (le sport universitaire) [...] Je suis à l'intérieur, et quand tu es à l'intérieur, tu peux faire tout ce que tu peux, il y a quand même des risques de se salir les mains. Rester dans l'entraînement, c'est une attitude schizophrène." Il justifie tout de même sa présence dans le système sportif en essayant de croire encore à un changement possible et en se disant qu'il peut être acteur de ce changement de mentalité dans le sport de haut niveau : "Mon alibi pour rester à l'intérieur du système du sport de haut niveau est que j'ai l'impression, ou peut-être l'illusion, que je peux présenter aux athlètes une autre façon de fonctionner [...] Mais c'est peut-être une illusion, je ne sais pas".

45A partir de sa propre expérience de pratiquant, Franck discerne deux situations de sportifs : soit ils ont reçu une éducation sportive "ouverte" et peuvent résister à l'attrait du dopage (c'est son cas), soit ils ont été très vite spécialisés et orientés exclusivement vers l'objectif compétitif et l'usage du dopage apparaît alors comme probable. Il se révèle mal à l'aise dans son rôle d'entraîneur militant contre le dopage, rôle qu'il présente comme "fou". Son discours est marqué par la volonté d'être clair et par le doute quant à la possibilité de l'être. Il illustre ici la contradiction qui existe à devoir, à la fois encadrer le sport de haut niveau et lutter contre le dopage ; il envisage même de quitter le sport pour régler cette contradiction.

Le discours d'athlètes de haut niveau

46Un modèle idéal du sport apparaît dans les discours des athlètes se caractérisant par une progression sportive première dans le cadre scolaire, qui aboutit à un sport sain, juste, où tout le monde est à égalité et dans lequel les valeurs de l'entraînement, de la volonté, de la persévérance sont dominantes. Ce modèle idéal est un modèle à la fois "prôné" et "rêvé", présenté comme une aspiration mais également comme une illusion perdue.

47Ceci s'explique par la vision qu'ont ces athlètes de la réalité du système sportif aujourd'hui. Ils estiment que dans le système du sport de haut niveau actuel, tout amène l'athlète à se doper : les sélections répétitives, le niveau de la compétition, la tolérance du système sportif à cette pratique et surtout l'argent. Le système compétitif est imprégné par le phénomène du dopage de façon irréversible, et ce dans toutes les disciplines. Tout le monde doute de la possibilité de devenir le meilleur sans se doper. Dans ce système, les sportifs désignent des gens "véreux", qu'il s'agisse de médecins, d'entraîneurs (les plus souvent cités), ou d'athlètes.

48Le dopage est mal cerné et les athlètes soulignent abondamment le jeu toujours possible sur les définitions de ce phénomène : il existe une ambiguïté entre dopage et soins médicaux ; de même, reste un flou sur la nature des produits ou moyens interdits. Le dopage est désigné par les athlètes comme le fléau du sport au regard de la tricherie qu'il représente : il constitue une remise en cause de l'idéal sportif d'un point de vue moral et est lié à l'argent. Il est en outre considéré comme dangereux pour la santé ; certains l'associent à la drogue et même au sida. Toutefois, tous s'accordent à penser que l'usage de produits dopants permet l'accession à des performances impossibles à réaliser sans eux : il est efficace et ceci dans tous les sports car chaque sport a son dopage particulier : "Le dopage amène à un niveau et seul le dopage permet ça [...]. Le Tour de France, les mecs, ce qu'ils font, n'est pas possible sans dopage". De ce point de vue, on remarque que l'appréhension du dopage dans le milieu sportif se fait essentiellement par le biais de rumeurs et de suspicions. Le dopage est appréhendé au travers de "bruits qui courent", de "choses que l'on entend". Personne n'a jamais de "preuves formelles", mais les suspicions et les doutes organisent les discours internes sur le dopage.

49Les athlètes sont véritablement désabusés vis-à-vis de la répression du dopage. Ils évoquent l'inefficacité du contrôle inopiné, (qui n'est pas toujours inopiné semble-t-il, dans la réalité), les très faibles chances d'être pris, les possibilités de falsification des contrôles ou de masquage du dopage. Ils déplorent en outre l'injustice perçue au regard de l'inégalité des sanctions en fonction des sports ainsi que les autorisations médicales octroyées à certains pour prendre des produits "pour raison médicale". Pour eux, le système de lutte contre le dopage "n'est pas sérieux", il ne sert qu'à "se donner bonne conscience". Cependant, certains trouvent également injuste que les sanctions puissent avoir un effet rétroactif (retrait des médailles), considérant que cette "peine" est trop lourde.

2. LES ACTEURS SPORTIFS SILENCIEUX VIS-A-VIS DU DOPAGE

50En dehors des quelques militants anti-dopage "déclarés", la plus grande masse des entraîneurs et athlètes reste silencieuse vis-à-vis de cette question qui la touche pourtant directement dans son quotidien, que ce soit celui de l'entraînement ou des compétitions. Nous présentons ici une étude de cas d'un entraîneur dit "silencieux" au regard du débat sur le dopage, en retraçant sa trajectoire personnelle et en présentant ses positions sur la question. Il s'agit de Pascal, 44 ans, entraîneur d'un grand club civil.

51Pascal a commencé le sport aux alentours de 12 ans dans une pratique multisports. Il s'est spécialisé dans deux activités au lycée (pratique compétitive en association sportive scolaire). Puis il a débuté la compétition à 15 ans en championnat fédéral, en cadet puis en junior jusqu'au niveau national. Il est ensuite devenu professeur d'EPS et a eu dans ce cadre une pratique sportive polyvalente intensive. Puis a changé de spécialité. Au cours de ses études d'EPS, il s'est réengagé dans la compétition jusqu'au niveau national dans un sport de combat. Il a commencé à entraîner à l'âge de 23 ans, à la fois dans un club universitaire et dans des clubs civils ; il continue à ce jour ses activités d'entraîneur dans ces deux espaces.

• Prise de conscience individuelle du phénomène du dopage

52Pascal dit n'avoir jamais été confronté directement à la question du dopage, ni en tant que sportif, ni en tant qu'entraîneur. Pour lui, le seul dopage qu'il connaisse directement se limite à la prise de Vitamine C (Vitascorbol) et de comprimés de caféine. Son premier contact avec la pratique du dopage remonte à des déplacements sportifs dans les pays de l'Est, en 1983, où l'évidence du dopage systématique lui apparaît : "Dans le gymnase, il y avait toujours un groupe de médecins, avec des instruments, des appareillages, et des gens qui ne faisaient que ça, et qui étaient là tout au long de la compétition. C'est un autre monde quoi !".

53Pour lui, la suspicion de dopage a commencé vis-à-vis de ces pays de l'Est ; il évoque à ce sujet des athlètes à l'air hagard, "shootés", des comportements "anormaux" : "Untel, sur le podium, ne savait plus où il était". Il fait des observations incompréhensibles : "pas de transpiration après l'épreuve", des stigmates physiques comme des "traces de piqûres". Plus récemment, il a constaté une présence nouvelle des contrôles anti-dopage lors des compétitions, mais qu'il juge parfois ridicule (notamment au niveau départemental). Il fait état d'une sensibilisation importante à la question du dopage depuis les années quatre-vingt-dix surtout ; il lui semble qu'on en parle davantage. Cette réalité est liée, selon lui, à la fois à l'information et à la mise en évidence du dopage systématique à l'Est consécutive à la "chute du mur". Certaines pratiques lui paraissent plus visibles que d'autres, l'usage de diurétiques avant les pesées en boxe par exemple. Tout au long de son discours, Pascal dégage son sport d'une accusation possible de dopage "grave" en citant des produits des plus ordinaires, et en axant son argumentation sur les pays de l'Est qui sont désignés comme "berceau" du vrai dopage, ou en citant des exemples d'autres activités sportives que la sienne. Toutefois, l'identification d'une pratique de dopage importante dans le sport en général est présentée comme tout à fait récente (1983).

• Regards sur la position des fédérations sportives à l'égard du dopage

54Pascal exprime sa méconnaissance de la réalité du dopage dans son sport : "Je ne sais pas s'il y a des "pris positifs" dans ma discipline, je n'ai pas les statistiques, je ne suis pas informé de ça". Et encore : "Dans les formations des brevets d'État, ça se borne à une information sur les anabolisants et on leur donne la liste des produits interdits". Il souligne l'absence d'informations venant de la fédération à ce sujet, tout en signifiant qu'il ne les a pas non plus recherchées. En ce qui concerne la lutte antidopage menée par les fédérations, Pascal souligne que ça n'est pas clair : "C'est clair par rapport à l'éthique, ils veulent avoir une image propre sur leur télévision, mais qui se soucie réellement de la santé des sportifs ?". Selon Pascal, les fédérations expriment rarement clairement leur position sur le dopage ; elles n'informent guère et leurs préoccupations lui paraissent surtout tournées vers la médiatisation.

• Regards sur la situation des athlètes à l'égard du dopage

55Pascal nous présente un point de vue tout à fait épuré sur la différenciation entre les amateurs et les professionnels. Selon lui, il existe, chez les amateurs, des athlètes manipulés qui se dopent alors qu'ils n'ont pas la maturité intellectuelle pour juger des effets de cet usage. Il insiste sur la question de la responsabilité individuelle et des moyens de cette responsabilité : "C'est chaque athlète qui en décide (s'il se dope ou pas) [...]. Mais les gens n'ont pas la grille de décodage pour savoir ce qu'il faut faire ou pas : ça n'est pas clair, l'information est masquée". Pascal envisage la question du dopage comme relevant de la responsabilité de chaque individu, dans la mesure où on lui a donné les moyens de l'assumer, en l'occurrence les informations relatives aux dangers et pénalités encourus.

• La gestion individuelle de la question du dopage par Pascal

56Pour Pascal, le dopage est un scandale dans le sport amateur car non seulement il bafoue l'éthique du sport, mais il représente aussi un problème de société : les lois anti-dopage sont donc justifiées dans ce cadre. Elles constituent une protection de l'individu contre ses excès, nuisibles pour lui-même et pour la société. En ce qui concerne les professionnels, sa position est radicalement différente : il pense que chacun est libre de gérer sa vie, de prendre et d'assumer des risques. Le professionnalisme relève d'une liberté individuelle : dans ce cas, le sportif est quelqu'un qui vend du spectacle, il suit la loi de l'offre et de la demande dans laquelle il n'y pas d'éthique. Pascal oppose donc deux formes de sport : le sport amateur, sous-tendu par une éthique et le spectacle sportif où les athlètes sont engagés dans une logique économique. Cependant, l'ambiguïté des définitions entre sport amateur et sport professionnel surgit à plusieurs reprises lorsqu'il explique qu'actuellement, il n'y a plus d'athlètes pleinement amateurs, qu'il s'agit d'un "amateurisme marron". Il cite les JO comme exemple représentatif de cette situation très ambiguë.

57Cette position émane d'un entraîneur qui se définit lui-même comme "professeur" et se place dans une perspective sportive et compétitive, mais dont l'objectif premier reste éducatif : "Pour moi le sport avant tout a une éthique, c'est le développement de la personne, c'est aller au bout de ses possibilités, c'est se connaître et avoir le goût de l'effort. Si tu veux en vivre, alors là, c'est autre chose". Son investissement dans une activité peu médiatique et encore peu professionnelle rend sa position très cohérente. Il se situe très clairement dans ce qu'il appelle le "vrai sport", ayant même à un moment donné quitté un club qui poursuivait une politique "trop commerciale" à son goût (achat de sportifs). L'affirmation de l'incompatibilité entre éthique et commerce permet d'éviter une grande partie des contradictions repérées chez les militants anti-dopage. Reste cependant en suspens la nature claire d'un "vrai sport amateur".

3. L'EMERGENCE DES INCOHERENCES DANS LES DISCOURS

58Ces analyses qualitatives mettent en évidence l'organisation des représentations attachées au phénomène du dopage, en fonction des places différentes qu'occupe chacun dans le système, militant ou silencieux, sportif ou entraîneur. Même si la cohérence paraît plus grande chez les acteurs dits "silencieux" que chez ceux dits "militants", un constat général de contradictions peut être établi, constat qui révèle le paradoxe même de la volonté d'interdiction des pratiques de dopage dans le sport. Ces incohérences sont identifiables à différents niveaux et nous en présentons ci-dessous certaines illustrations.

• Paradoxes autour de la définition du dopage

59C'est par la difficulté même de définition du dopage que commence le dévoilement des contradictions contenu dans le débat actuel sur le dopage sportif.

Le dopage comme volonté de tricher.

Le dopage comme utilisation de substances non naturelles sans intention de tricher.

Le dopage comme problèmes de valeurs.

Le dopage comme pratique transgressive.

Le dopage comme problème moral, éthique idéologique.

Le dopage comme problème de santé.

Le dopage et la préparation biologique mènent à l'athlète bio-ionique, surhumain.

La part d'humain gagnera toujours,

Le dopage comme suivi médical nécessaire.

Le dopage comme manipulation,

• Paradoxes autour des athlètes dopés

60Les athlètes dopés suscitent des réactions aussi violentes que contradictoires entre les interviewés, mais également pour un même interviewé qui, en fonction du contexte, peut présenter des évaluations totalement opposées.

Les athlètes dopés sont des victimes du système sportif, innocents, pas assez mûrs pour prendre la mesure de leurs actes.

Les athlètes dopés sont des tricheurs, ils sont malhonnêtes.

Les athlètes dopés sont perdants à la fin, du point de vue de leur santé, du point de vue de leur conscience (culpabilité).

Les dopés seront toujours gagnants à la fin car forcément vainqueurs,

• Paradoxes autour de l'efficacité du dopage

61La question de l'efficacité du dopage n'est pas vraiment remise en question. Pourtant, chacun à sa manière tente, au cours de l'entretien, de nuancer cette affirmation en ayant recours à des notions telles que la foi, la persuasion, l'absence de preuves, la relativisation en fonction des disciplines ; tout en étant réaliste et lucide, on ne veut pas complètement baisser les bras.

Le dopage est très efficace et permet de devenir le meilleur.

II faut avoir la foi en une victoire possible sans le recours au dopage.

Le rêve d'un sport sain est brisé, le phénomène du dopage est maintenant irréversible.

II reste des gens persuadés qu'on peut faire un sport sain,

Dans tous les sports, les athlètes sont toujours à la recherche de nouveaux produits.

II y a des disciplines dans lesquelles on peut faire du sport sans dopage et atteindre le plus haut niveau.

C'est sûr que s'il y a un produit qui permet effectivement d'augmenter la puissance, ce sera efficace.

On n'a pas de preuves formelles de l'efficacité du dopage, on n'a pas de données expérimentales.

• Paradoxes autour des propositions de résolution du problème

62Les propositions de résolution du problème sont variables, oscillant entre la dépénalisation totale et la répression intensive. Mais chacune d'entre elles trouve très vite ses propres limites en retombant dans un nouveau paradoxe.

Il faut interdire cette pratique.

Les sanctions sont trop lourdes, il faudrait les réduire.

Il faut intensifier les contrôles pour endiguer le phénomène et faire la transparence sur la réalité du dopage.

II y a toujours des produits nouveaux qui ne sont pas décelables par les contrôles,

Il faut dépénaliser l'utilisation des produits et organiser un suivi médical.

Les athlètes ne suivent pas les prescriptions médicales et en veulent toujours plus.

Il faut faire pression sur le milieu sportif en limitant ses ressources financières provenant de l'État.

L'État utilise beaucoup le sport de haut niveau à des fins de représentation internationale, il se doit donc de le financer.

II faut laisser à chacun la responsabilité de ses actes, en connaissance de cause.

C'est un scandale que les amateurs se dopent et qu'on les laisse faire,

Il faut différencier les amateurs des professionnels.

L'amateurisme n'existe plus vrai ment, c'est aujourd'hui de l'amateurisme "marron".

• Paradoxe de la position individuelle par rapport au phénomène du dopage

63Chacun des sujets interviewés maintient, en dernière analyse, une volonté de "nettoyer" le sport du dopage, dans son ensemble ou en partie. Pour les militants, c'est même ce qui justifie la pérennité de leur engagement dans la compétition.

64Mais cette volonté s'épuise vite dans la prise en compte des réalités, et l'ensemble des sujets oscillent entre une volonté de promouvoir un changement du sport, "retour en arrière, faire pression, éduquer", et une alternative de désengagement de ce système qui semble "avancer" imperturbablement dans une voie qu'ils dénoncent.

Il faut lutter contre le dopage de l'intérieur, parce que c'est de là qu'on voit réellement ce qui se passe.

Un sport comme ça ne m'intéresse pas, d'ailleurs je vais peut-être quitter le sport de haut niveau,

En étant entraîneur, je peux encore tenter de présenter une autre vision du sport aux jeunes que j'entraîne.

Pour être totalement clair, il faudrait peut-être quitter l'entraînement sportif.

Il faut préserver le “vrai sport de compétition" sans dopage, en se situant comme professeur.

J'ai quitté mon club pendant une période parce qu'il entrait dans une logique commerciale.

4. LES FIGURES CENTRALES DU SYSTEME DES REPRESENTATIONS DU MONDE SPORTIF DOPE

65La reprise de l'ensemble du corpus de discours étudié permet de faire émerger des figures récurrentes dans l'argumentation et l'organisation discursive des athlètes et des entraîneurs. L'identification de ces figures permet de comprendre comment chacun peut soutenir les contradictions de son propre discours en jouant sur les différentes facettes de chaque acteur : entraîneur ou athlète.

  • 13 B. Johnson a été désigné comme "idiot" et donc comme victime, en particulier par la presse : "L'exp (...)

66Un premier complexe renvoie à trois figures : le "sportif innocent", le "cadre véreux", le "sportif victime". Ces trois figures sont reliées dans un jeu de rôles qui s'organise dans la séquence suivante : les "sportifs innocents" entrent en contact avec des "cadres véreux" et sont happés dans la logique du dopage. Ils sont alors pris positifs aux tests et deviennent des "victimes" dans la mesure où ils reconnaissent les faits et assument seuls la responsabilité de leur dopage qui résulte, en réalité, du système d'encadrement. Cette "scène" permet de dégager les athlètes du rôle de coupables en désignant à leur place les cadres, même si ce dégagement de responsabilité se fonde parfois sur une dévalorisation de l'athlète13.

67A ce trio qui se complète parfaitement viennent s'ajouter des sportifs d'un autre genre : les "douteux". Ceux-là ne sont pas innocents et sont considérés comme tout à fait responsables de leurs actes. Mais ils ne sont généralement pas pris positifs lors des contrôles et, si c'est le cas, ils revendiquent leur innocence. Ils constituent la figure "noire" des athlètes.

68Devant ce tableau peu encourageant de la situation, se dessinent tout de même des figures plus positives : ce sont les "espoirs doués" et les "dernières idoles". Ces deux figures sont presque mythiques dans le sens où elles renvoient à un idéal du sport.

69La dernière figure importante dans cet entrecroisement de rôles est celle des "militants dénonciateurs" : qu'ils soient athlètes ou entraîneurs, leur position est présentée comme difficile, mais ils sont à la poursuite d'une "cause juste".

70Ainsi qu'on les observe dans la manière dont ils sont décrits, les "sportifs innocents", les "sportifs victimes", les "espoirs doués", les "dernières idoles" et les "militants dénonciateurs" constituent les acteurs d'un sport sain ; ce faisant, ils s'opposent aux "sportifs douteux" et aux "cadres véreux" qui personnalisent pour leur part un sport "dénaturé".

Les innocents

71Ce sont de jeunes sportifs, civils ou scolaires, qui font de la compétition aux niveaux départemental, régional ou au mieux national. Ils manquent d'informations et de sensibilisation par rapport au dopage, de maturité intellectuelle et ils sont influençables. Ils ne sont pas vigilants par rapport à ce qu'ils prennent comme médicaments et ne sont pas contrôlés non plus. Ils rêvent des champions-idoles, représentants de la moralité sportive, et voient leurs rêves brisés, leur moral détruit lorsque ceux-ci s'avèrent contrôlés positifs. Ils doivent recevoir une éducation de manière à former une masse saine.

Les cadres véreux

72Ce sont soit des médecins qui proposent des cures de produits aux jeunes, soit des entraîneurs qui dopent les athlètes à leur insu. Ils cherchent à faire de l’argent sur le dos des "innocents" ou à en tirer de la gloire.

Les victimes

73Ce sont les sportifs qui se sont dopés, soit parce qu’ils étaient manipulés par des "véreux” à leur insu, soit parce qu’ils sont faibles psychologiquement (voire "idiots") et ils baissent les bras face à la difficulté. Dans le second cas, ils ont mauvaise conscience. Ils sont pris positifs aux contrôles anti-dopage et deviennent des martyrs du système ; ils sont considérés comme des tricheurs et parfois comme des boucs émissaires. Leur santé est gravement mise en jeu et on les plaint.

Les douteux - suspectés de triche - jamais punis

74Ce sont des sportifs qui sont vainqueurs dans des conditions particulières, après des périodes de suspension, de maladie ou de baisse de performances. Ils discutent les tests positifs, cherchent des excuses (médicales), falsifient les tests, jouent sur les dates, etc. Ils sont foncièrement malhonnêtes et gagnent de l'argent sur le dos des autres.

Les espoirs doués

75Ils sont minimes, cadets ou juniors. Ils sont doués ou hyper doués en sport et deviennent rapidement champions. Ils ont des résultats brillants, dominent leur discipline dans leur classe d'âge et ne se posent pas la question du dopage puisqu'ils sont déjà les meilleurs. Ils vivent des victoires saines, et ce vécu les amène à la certitude qu'il est possible de gagner sans se doper. Ils sont honnêtes, ce sont des battants. Ils représentent la part de l'humain qui triomphera toujours de la tricherie.

Les dernières idoles

76Ce sont les athlètes les plus performants, qui n'ont jamais été pris positifs au cours d'un contrôle, et dont on croit (dont on veut croire) qu'ils sont "nets". Ils symbolisent la possibilité de gagner sans se doper.

Les militants dénonciateurs

77Ce sont des athlètes ou des entraîneurs qui ont été très investis dans le sport de haut niveau. Leur rêve d'un sport idéal est brisé. Ce sont des gens honnêtes qui essayent de faire comprendre la vérité du sport aujourd'hui. Ils ont la "foi", la "croyance" en un sport sain et juste, ce sont des idéalistes mais ils sont dévalorisés par les médias, les bureaucrates et les hauts responsables du système sportif ; ils sont parfois accusés de diffamation.

5. POUR CONCLURE...

78Cette exploration des discours tenus par les acteurs de terrain du sport de haut niveau nous conduit à trois conclusions. Tout d'abord, l'existence effective d'une évaluation négative du phénomène du dopage pour l'ensemble des interviewés qui déplorent la tricherie qu'il représente et la disparition d'un sport "sain" et "équitable". Ensuite, l'apparition de contradictions ou d'ambiguïtés dans tous les discours, contradictions qui se transforment en paradoxes individuels (conscients ou non) chez les acteurs militants anti-dopage. Enfin, l'association récurrente de la liaison entre médiatisation, spectacularisation, enjeux financiers du sport et dopage.

79Nous pouvons alors, au regard des résultats présentés ci-dessus, proposer des interprétations sur la rareté des militants anti-dopage parmi les athlètes et les entraîneurs de haut niveau constatée en préambule de ce chapitre.

80En premier lieu, il apparaît que l'engagement contre le dopage s'avère fondamentalement paradoxal pour un acteur du terrain : cela revient en effet à s'opposer à un système dans lequel on est complètement impliqué et grâce auquel on vit. Pour tous ces acteurs, lutter contre le dopage équivaut à lutter contre le système actuel du sport de haut niveau désigné comme la cible centrale des procédures à mettre en place pour régler le problème : augmenter la pression sur le système en diminuant les ressources, dissocier le "sport commercial" du "vrai sport" revient à détruire le système tel qu'il existe aujourd'hui ; cela reviennent aussi à rendre le système des contrôles efficace et transparent. Cette remise en cause du système et cette volonté de changement radical de la part d'un acteur appartenant à ce système équivaut donc à organiser son propre procès, voire son propre "suicide" puisque certains envisagent même la disparition pure et simple du sport qui laisserait place à un "affairisme du spectacle".

81Par ailleurs, la logique de suspicion qui organise les discours sur le dopage rend la position de militant interne quasi-intenable, dans la mesure où tout le monde peut être, à un moment ou à un autre, suspecté, voire impliqué à son insu dans des pratiques frauduleuses. D'ailleurs, si la figure du militant anti-dopage est associée à la diffamation, le cercle de l'accusation se referme doublement sur lui quand on laisse entendre que cette prise de position militante n'est en fait qu'une stratégie visant à détourner les soupçons sur d'autres que soi.

82En dernier lieu, il convient d'insister sur l'élargissement systématique du débat par l'affirmation conjointe d'une liaison paraissant irréversible entre l'argent et le sport et d'une incompatibilité entre logique éthique et logique économique. Ces réflexions dépassent largement le cadre du système sportif et l'on aborde alors un problème de société. De ce fait, le militantisme anti-dopage est appelé à se transformer rapidement en un engagement politique plus large.

83Ces différents aspects permettent de comprendre pourquoi la majorité des acteurs de terrain du sport de haut niveau restent, officiellement, "en dehors du débat", et pourquoi les militants sont tentés de se situer "en dehors du sport", en envisageant de quitter le système. Il semble donc illusoire d'attendre aujourd'hui un activisme interne massif des sportifs ou des entraîneurs dans la lutte anti-dopage. Le consensus autour de la dimension sociale du problème et l'identification du conflit idéologique entre éthique et économie qui sous-tend les débats sur le dopage semblent appeler à une élucidation de l'orientation politique que le système sportif et l'État entendent promouvoir.

Notes

1 Il est d'ailleurs tout à fait probable que cette affaire, qui a mis l'opinion et le monde sportif un peu "en état de choc", ait entre autres suscité nombre de ces études et sondages.

2 Les numéros entre parenthèses renvoient au numéro de référence de l'enquête utilisée. Voir la liste à la fin de l'ouvrage.

3 Ces médaillés d'or soulèvent 500 kilos en 1956, 537,5 en 1960, 572,5 en 1964 et en 1968, 580 en 1972... En 1976, à Montréal, alors que selon des observateurs, "les contrôles sont considérés comme plus performants", 400 kilos "seulement" seront soulevés par le vainqueur, 455 en 1988... (Ça m'intéresse, juillet 1989).

4 Le Point, 8 aoûtl992.

5 Il est intéressant de remarquer que de nombreuses réactions et mesures survinrent durant l'année qui succéda à l'affaire B. Johnson ; cette période est aussi celle qui vit "tomber le rideau de fer".

6 D'une façon générale, on remarque que les garçons sont un peu plus nombreux à reconnaître s'être dopés que les filles.

7 Le Quotidien du médecin, 6 octobre 1990.

8 Enquête citée par R. Dugal Non aux vainqueurs dopés. L'Actualité, no 2, 1985, p. 17. Il ne nous a pas été possible de nous procurer cette enquête. J.-P. de Mondenard et P. Laure n'y sont pas parvenus non plus. Ces deux médecins émettent pour leur part des doutes sur l'existence réelle de cette enquête, dont on n'a d'échos qu'à travers des écrits de journalistes.

9 Le Figaro, 16 octobre 1988 ; L'Équipe, 11 novembre 1988.

10 Dans chaque cas de figure proposé dans le questionnaire, il est précisé que le dopage a pour but de s'assurer la victoire.

11 La question présentait plusieurs motifs, les enquêtés pouvant, selon la consigne, cocher plusieurs réponses sinon toutes, du moment qu'elles correspondaient à leur opinion.

12 De manière à préserver l'anonymat des personnes qui ont accepté de nous rencontrer et qui sont toutes impliquées dans le sport de haut niveau, les noms et activités sportives de chacun ont été modifiés dans la présentation des résultats.

13 B. Johnson a été désigné comme "idiot" et donc comme victime, en particulier par la presse : "L'explication la plus simple - la plus simpliste ? - tient peut-être dans le rapport inverse et disproportionné entre sa tête et ses muscles", ou encore : "Qu'on laisse tranquille ce gars-là, puisqu'on a déjà fait le vide autour de lui" (L'Équipe, 6-7 mars 1993).

Table des illustrations

Titre Figure 4. Comparaison du nombre de contrôles dans cinq fédérations entre 1980 et 1992 entre 1980 et 1992
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© INSEP-Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search