Version classiqueVersion mobile

Dopage et performance sportive

 | 
Catherine Louveau
, 
Muriel Augustini
, 
Pascal Duret
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

1En quelques décennies, le sport s'est profondément transformé. Ce constat relève de l'évidence du sens commun comme de l'observation étayée par de multiples données. La spectacularisation, le sponsoring, le poids des nationalismes ont exacerbé l'exigence de performances et entraîné de nouveaux comportements : planification des entraînements, intensification des charges de travail, suivi médical et pratique du dopage. Cette dernière, en entachant l'image du sportif, pourrait entraîner la condamnation du sport dans son ensemble. La médiatisation des "affaires de dopage" opère un dévoilement qui, par sa répétition, peut amener le spectateur à ne plus voir, dans le couronnement du "roi du stade" qu'une usurpation, et dans sa chair glorieuse que le travail pernicieux de l'anabolisant sur le muscle. Pour faire face à l'étendue des risques, et par delà les incantations de principe, on comprend que les responsables soient soucieux de mettre en place des campagnes efficaces visant à éradiquer le phénomène du dopage.

  • 1 C'est d'ailleurs une telle appréciation qui est à l'origine du présent travail. Dans le cadre de l (...)
  • 2 Laure (P.), Les représentations du dopage, approche psycho-sociologique. Thèse pour le doctorat ST (...)
  • 3 FR3. Les pilules de l'exploit, Soir 3, 28 novembre 1992.
  • 4 Professeur J.-P. Escande, président de la Commission nationale de la lutte contre le dopage, Tonus (...)
  • 5 Le Sport, 13 mars 1988.

2Le vote d'une loi spécifique, les campagnes engagées, les contrôles effectués, la mise en place d'une Commission nationale, autant de mesures qui traduisent, avec tous les discours dissuasifs, une volonté de lutter contre le dopage. Demeure malgré tout, pour beaucoup, un doute essentiel sur l'efficacité de cette lutte1, doute souvent fondé par les cas avérés, les allégations, les déclarations, les accusations ou les aveux mentionnés dans la presse qui l'alimentent largement. Cette incrédulité est d'ailleurs assez partagée. Dans son enquête, effectuée auprès de jeunes étudiants sportifs, P. Laure a introduit une question relative à la lutte anti-dopage ; pour 61 % des enquêtés, "les techniques de dépistage dans les urines sont efficaces". Mais, pour 70 % d'entre eux, "la lutte anti-dopage ne remplit pas bien son rôle dissuasif", et pour 51 %, "les sanctions ne sont pas suffisantes"2. Ces opinions trouvent un large écho au sein du milieu sportif : "Les contrôles sont inefficaces", déclare le nageur S. Caron, "et les gens qui se dopent ont des moyens tels qu'ils peuvent se permettre de passer au travers des contrôles"3. De tels propos ont d'autant plus d'impact qu'ils émanent de personnalités engagées en première ligne dans la lutte contre le dopage, telles que le prince de Mérode ou le professeur J.-P. Escande qui déclarait : "Il ne faut pas oublier - et tous les spécialistes du dopage sont d'accord - qu'on prend très peu de monde et seulement les imbéciles ou les imprudents"4. Le directeur scientifique de la National Collegiate Athletic Association (NCAA), F. Uryasz, précise pour sa part : "Les joueurs sont devenus beaucoup plus intelligents. Ils savent aujourd'hui parfaitement à quel moment cesser de prendre des produits prohibés pour se présenter "propres" aux contrôles"5. De l'incrédulité jusqu'au réalisme pessimiste, la lutte anti-dopage ne porte manifestement pas les fruits que l'on pouvait en attendre.

  • 6 Il faut bien sûr relativiser ces données en rapportant le nombre de contrôles au nombre de licenci (...)

3L'expansion et la sophistication des contrôles représentent l'un des aspects privilégiés de la lutte anti-dopage mise en place depuis bientôt trente ans en France. En 1966, 37 contrôles sont effectués sur 2 fédérations (dont 33 en cyclisme) ; en 1980, il y aura 894 contrôles pour 16 fédérations ; en 1992, 7999 pour 56 fédérations. Croissance exponentielle de ces contrôles donc qui, entre 1987 et 1992, ont progressé de 50 %, en même temps que s'allongeait la liste des sports concernés (cf. fig. 1)6.

  • 7 Les statistiques françaises sont celles du Laboratoire national de dépistage du dopage dirigé par (...)

4Lorsqu'on observe le nombre de cas positifs en valeur absolue, on pourrait penser qu'ils se sont sensiblement accrus : 12 cas positifs sont recensés en France en 1966, 69 en 1992, toutes fédérations confondues (cf. fig. 2). Mais lorsqu'on rapporte ces chiffres au nombre croissant des contrôles et des fédérations concernées, c'est plutôt à une raréfaction des cas avérés de dopage qu'on assiste depuis 30 ans : le taux de cas positifs n'a pas cessé de décroître jusqu'à représenter moins de 1 % des tests effectués, taux moyen relativement invariant depuis le tournant des années quatrevingts en France (cf. fig. 3) ; les données mondiales sont du même ordre ainsi que le montre l'état des lieux effectué par la Commission médicale du CIO en 19927 : les cas positifs représentent 1,13 % de l'ensemble des contrôles effectués.

5Face à ce déploiement des moyens de lutte et à ces constats, deux hypothèses alternatives peuvent être formulées : soit les pratiques de dopage ont presque disparu, soit elles sont passées d'une étape artisanale à un stade de rationalisation scientifique, échappant de ce fait plus systématiquement au dépistage. De l'avis de toutes les personnes concernées ou informées, médecins en particulier qui sont les plus impliqués dans la lutte anti-dopage, c'est la seconde hypothèse qu'il convient de retenir. Nombre d'entre elles s'accordent sur la sophistication des produits et procédés utilisés qui deviennent de plus en plus indécelables, de même elles conviennent que le dopage ne peut plus être considéré aujourd'hui comme un phénomène marginal, tant par le nombre des sports concernés que par les effectifs de sportifs touchés. Appréciation que résumait par une image forte le docteur Broussin lors d'une de ses conférences dans le cadre de la campagne Dopage dégage : "On n'en voit que 10 %, comme l'iceberg". Appréciation de l'ampleur du phénomène et simultanément de l'extrême difficulté de la lutte qui peut se mener. Tous les spécialistes, du législateur au médecin en passant par le dirigeant sportif et le sportif lui-même, s'accordent pour reconnaître la nécessité de combattre le dopage mais beaucoup savent aussi que les chemins sont jonchés d'obstacles.

  • 8 Travail qui connaît de nécessaires limites : il suppose la prise avouée de produits interdits par (...)
  • 9 On peut, à titre d’exemples, citer la thèse de P. Laure, op. cit., et encore l’enquête effectuée a (...)

6Aussi l'objectif n'est-il plus simplement de lutter contre le dopage mais surtout de comprendre comment cette lutte a été pensée. On peut se demander ce qu'une réflexion de cet ordre apporte de nouveau. Elle permet tout d'abord d'introduire de nouvelles démarches. Ainsi la sociologie, restée longtemps à la périphérie d'un champ de recherche quasiexclusivement investie par les médecins, questionne le phénomène dans sa dimension sociale. Les travaux réalisés par les médecins ou les physiologistes s'intéressent essentiellement aux conséquences sur l'organisme ou la santé de telle ou telle substance8, aux moyens de dépister les produits et encore à la question de la "récupération" chez les sportifs de haut niveau, question d'autant plus délicate qu'elle s'avère fréquemment connectée à celle du dopage. La médicalisation du problème implique le plus souvent une approche en termes individuels. Lutter contre le dopage impose certainement de réglementer, de sophistiquer les techniques de dépistage, d'affiner et de compléter les listes de produits prohibés, de sanctionner enfin. Mais dans une perspective préventive, une telle volonté ne peut faire l'économie de s'interroger sur ce qui amène à faire usage de produits dopants. Les dimensions individuelles pèsent certainement, mais on ne peut oublier que le sportif de haut niveau est aujourd'hui le produit d'un système organisé pour lui et autour de lui, de même qu'on ne peut oublier que le monde sportif s'inscrit et puise dans une culture dans laquelle il est immergé. Le sport de haut niveau contemporain renvoie à des collectifs et à des institutions, il entretient des relations avec toute la société, ses modes de vie et ses valeurs. D'où l'élargissement du regard du chercheur qui embrassera aussi bien les médias, les entraîneurs, les familles que les valeurs de la jeunesse... Ce renouvellement des approches permet, sans dégager le dopé de sa responsabilité personnelle, d'envisager des déterminations plus large à ses déviances. De notre point de vue, le système, le collectif, porte sa part d'explications à propos d'une pratique qu'on peut appréhender non plus au cas par cas mais comme un ensemble produit par des conditions sociales et institutionnelles. Ce type d'approche a été jusqu'à ce jour assez fortement ignoré, à l'exception de quelques travaux9.

7Tenter de repérer les obstacles que rencontre la lutte antidopage et mettre au jour les conditions susceptibles d'expliquer le dopage dans sa dimension collective, tel est l'esprit général de ce travail et le double objectif que nous avons poursuivi.

8Pour ce faire, dans un premier temps, nous nous sommes attachés à repérer et à analyser la teneur de l'argumentaire développé dans le cadre de la lutte contre le dopage, à partir des motifs invoqués dans les discours politiques, les textes législatifs, les campagnes de lutte ou par le mouvement sportif.

9Dans un second temps, nous avons dressé un état des connaissances et représentations du dopage au sein de la population en général, de la jeunesse et plus particulièrement chez des acteurs sportifs, athlètes de haut niveau et entraîneurs.

10Dans un troisième temps, nous avons tenté d'identifier les éléments susceptibles de représenter des obstacles à la lutte anti-dopage, qui tiennent aux réalités du sport de haut niveau actuel d'une part, aux valeurs et modes de vie dominants dans notre société contemporaine d'autre part ; ce faisant, nous nous sommes attachés à mettre en évidence les possibilités d'emprise de l'argumentaire de la lutte anti-dopage dans une telle conjoncture.

11Dans un quatrième temps, il nous a paru pertinent d'opérer une comparaison entre les campagnes de lutte contre le dopage et les campagnes préventives contre le sida, ces dernières pouvant être considérées non comme des campagnes à coup sûr efficaces mais qui semblent suivies de nombre d'effets attendus.

  • 10 Cette remarque ne met pas en cause des personnes, mais plutôt un fonctionnement administratif et p (...)

12La recherche que nous avons effectuée est avant tout un travail qualitatif. Les sources utilisées et les méthodes sont multiples : relevés thématiques et analyse de contenu dans les textes de loi et autres textes officiels comme la charte olympique, la convention européenne contre le dopage, les discours politiques et ceux des dirigeants sportifs, les documents écrits et vidéo, nationaux et régionaux des campagnes de lutte anti-dopage et des campagnes contre le sida. A ce niveau, il faut mentionner qu'il ne fut pas toujours facile de nous procurer tous les documents nécessaires à notre investigation et dont nous connaissions l'existence. L'accès aux sources représente pourtant un élément non négligeable de la lutte anti-dopage10. Simultanément, nous avons aussi effectué une revue de presse - de 1987 à 1992 - analysée thématiquement, un traitement secondaire de données d'enquêtes, des entretiens approfondis avec des sportifs de haut niveau et des entraîneurs.

13Le présent ouvrage ne se conclut ni par des propositions concrètes, ni par l'amorce d'une solution au problème éminemment social du dopage sportif, perpectives qui nous auraient conduits à sortir de notre rôle de chercheur quand l'avenir implique nombre de parties prenantes, des dirigeants sportifs aux politiques en passant par les sportifs eux-mêmes. Nous ne pouvions toutefois ignorer les dimensions prospectives du problème ; c'est pourquoi, en guise de conclusion, nous nous sommes risqués à esquisser différents scénarios d'évolution concernant le dopage, de "l'auto-contrôle" exigé par les sportifs à la libéralisation de la pratique, en passant par une sorte de "renouveau éthique" qui s'effectuerait au sein du sport de haut niveau ; leur développement puise pour partie à des processus déjà enclenchés, pour partie à certains voeux formulés ici ou là pour le futur. Tous ces scénarios n'ont pas les mêmes probabilités de se réaliser dans les faits ; dans tous les cas, ils ne prennent sens, bien évidemment, que rapportés aux projets que l'institution, la collectivité et tout un chacun peuvent ou veulent nourrir pour le sport.

Notes

1 C'est d'ailleurs une telle appréciation qui est à l'origine du présent travail. Dans le cadre de l'évaluation des politiques anti-dopage, c'est la "recherche des causes de l'inefficacité des campagnes" que la Cellule anti-dopage du ministère de la Jeunesse et des Sports nous a demandé d'effectuer

2 Laure (P.), Les représentations du dopage, approche psycho-sociologique. Thèse pour le doctorat STAPS, Université de Nancy I, 1994, p. 398.

3 FR3. Les pilules de l'exploit, Soir 3, 28 novembre 1992.

4 Professeur J.-P. Escande, président de la Commission nationale de la lutte contre le dopage, Tonus, 1er octobre 1990. Pour sa part, le prince de Mérode, président de la Commission médicale du CIO, déclarait à L'Équipe, le 4 août 1992 : "Seuls les plus stupides ou les plus imprudents se font prendre".

5 Le Sport, 13 mars 1988.

6 Il faut bien sûr relativiser ces données en rapportant le nombre de contrôles au nombre de licenciés. Ainsi, malgré les efforts déployés, en football par exemple, 1 licencié sur 6000 environ fut contrôlé en 1992.

7 Les statistiques françaises sont celles du Laboratoire national de dépistage du dopage dirigé par le docteur Lafarge ; les statistiques mondiales sont celles des laboratoires accrédités par le CIO, document réalisé pour la réunion de Lillehamer, 26-28 février 1993.

8 Travail qui connaît de nécessaires limites : il suppose la prise avouée de produits interdits par un sportif en activité et se heurte à la difficulté de créer des situations expérimentales.

9 On peut, à titre d’exemples, citer la thèse de P. Laure, op. cit., et encore l’enquête effectuée au Québec auprès de 2296 athlètes, finalistes des Jeux d’hiver et d’été en 1989. Voir Laberge (S.), Thibault (G.), Dopage sportif : attitudes de jeunes athlètes québécois et significations au plan de l'éthique, article non publié communiqué par l’auteur (1993). Voir aussi Bette (K.H.), Schimank (U.), Dopage : le sport de haut niveau à la croisée des chemins, ouvrage à paraître.

10 Cette remarque ne met pas en cause des personnes, mais plutôt un fonctionnement administratif et plus généralement les discontinuités du service public. Dans de nombreuses structures ou institutions, on ignore souvent l'existence de documents surtout s'ils ont été réalisés par le passé. Ne pas se couper des sources, de la genèse et de l'évolution de la lutte antidopage a partie liée avec son efficacité.

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 2
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Figure 3
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1052/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© INSEP-Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search