Publications de l’Institut national d’histoire de l’art https://books.openedition.org/inha CC0 editions@inha.fr Adrien Karbowsky Ce texte accompagne la publication des dessins d’Adrien Karbowsky sur la plateforme d’édition numérique de sources enrichies de l’Institut national d’histoire de l’art, Pense, qui présente les élévations des décors de l’hôtel particulier de Jacques Doucet (19, rue Spontini) exécutées en 1906 par Karbowsky et identifie les différents objets ayant appartenu au collectionneur et représentés par le décorateur.

]]>
https://books.openedition.org/inha/13136 2022-09-21 Juliette Trey Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Construire au-delà de la Méditerranée Suez, Abou Simbel, Le Caire, Alger, Casablanca, Istanbul...
Pour la première fois, des historiens de l'architecture et des conservateurs d'archives nous permettent d'accéder à un patrimoine culturel européen exceptionnel et méconnu : les archives produites par les entreprises du bâtiment et des travaux publics actives au sud de la Méditerranée, entre 1860 et 1970.
Ouvrages d'art en acier ou béton armé, cités pour ouvriers et cadres expatriés, bâtiments publics mais aussi mobilier, décors, ouvrages effectués par des artisans d'art... Toutes ces réalisations témoignent d'une époque d'intenses échanges humains, techniques, et artistiques entre l'Europe et l'arc sud-est de la Méditerranée.
Photographies anciennes destinées à promouvoir le travail des entrepreneurs, photographies de chantier, dessins d'architectes, croquis et carnets documentant les innovations techniques, plaquettes publicitaires... le livre est illustré par plus de 200 dessins et photographies provenant directement des fonds d'archives des constructeurs. Cet ouvrage est le résultat du projet de coopération transnationale "ARCHING : ARchives d'INGénierie européenne" (2010-2012) conduit dans le cadre du programme Culture 2007-2013 de la Commission européenne, auquel ont participé cinq institutions : l'Ecomusée du Bois-du-Luc (Belgique), la Cité de l'architecture et du patrimoine (France), InVisu (CNRS-INHA) (France), le Dipartimento di Architettura disegno-storia-progetto de l'université de Florence (Italie), Archmuseum (Turquie).

]]>
https://books.openedition.org/inha/12276 2021-03-02 Maryse Bideault, Giada Chanaz Saint Amour, Anita Conrade, Francesca Giovannini, Jane MacAvock, Claudine Piaton, Ezio Godoli et David Peyceré Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Building Beyond The Mediterranean Suez, Abu Simbel, Cairo, Algiers, Casablanca, Istanbul...

This work of pioneering research by architectural historians and archivists gives us access to an exceptional field of European cultural heritage: the records of buildings and public works contractors active on the southern shores of the Mediterranean between 1860 and 1970. It covers all the construction trades, from steel or reinforced concrete bridges and dams, housing for laborers and expats, and public buildings, but also furniture, decoration, and studio crafts. All of these projects attest to the intensity of the human, technical, and artistic exchanges occurring in this period between Europe and the south-eastern Mediterranean rim. This book is illustrated with over 200 rare drawings and photographs drawn directly from the builders'archives, including old photos intended to promote the contractor's business, construction site photos, architects' plans, sketches, and notes documenting technical innovations, and vintage advertising brochures, etc. This book is the product of the transnational cooperation project "ARCHING: ARChives d'INGénierie européennes" (2010-2012) carried out as part of the European Commission Culture Programme 2007-2013, in conjunction with five institutions: the Ecomusée du Bois-du-Luc (Belgium), the Cité de l'architecture et du patrimoine (France), InVisu (CNRS-INHA) (France), the Dipartimento di Architettura disegno-storia-progetto of the University of Florence (Italy) and the Archmuseum (Turkey). 

]]>
https://books.openedition.org/inha/12579 2021-03-02 Maryse Bideault, Giada Chanaz Saint Amour, Anita Conrade, Francesca Giovannini, Jane MacAvock, Claudine Piaton, Ezio Godoli et David Peyceré Publications de l’Institut national d’histoire de l’art en Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
De la sphère privée à la sphère publique Dans la suite de l’ouvrage somme de Pauline Prevost-Marcilhacy, Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France (Louvre/BNF/Somogy, 2016) et dans le cadre du développement du programme Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises à l’INHA, les actes du colloque « De la sphère privée à la sphère publique », qui s’est tenu les 4, 5 et 6 décembre 2018, se proposent de dresser un panorama des dons aux institutions publiques venus des différents membres de la famille Rothschild, en s’intéressant plus particulièrement aux ensembles moins étudiés jusqu’à aujourd’hui. Ce sont des antiquités, des partitions musicales, des écailles piquées, des pipes, des manuscrits, des porcelaines chinoises, des curiosités, autant d’objets qui furent donnés aux musées et aux institutions publiques à partir de 1863, au moment où l’espace public s’institue aussi comme lieu de partage et d’exposition de la culture.

]]>
https://books.openedition.org/inha/10632 2019-12-04 Pauline Prevost-Marcilhacy, Laura de Fuccia et Juliette Trey Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Le Fondeur et le Sculpteur Deux œuvres en bronze très connues, la Jeanne d’Arc de Dubois et le Surtout du duc d’Orléans de Barye, sont étudiées ici sous l’angle de la technique de fonte. Cette étude propose une lecture inédite de leur histoire, mettant en évidence le rôle des artisans et leur savoir-faire au service de la création artistique. Elle est accompagnée d’essais qui appellent à porter un regard nouveau sur ces questions.

Cette publication propose également un appareil documentaire (glossaire, répertoire, bibliographie très complète donnant souvent accès aux textes intégraux en ligne, transcription de sources manuscrites et inédites), constituant ainsi une somme unique sur le sujet.

Elle vient en parallèle d’un essai papier intitulé Fonte au sable, fonte à cire, histoire d’une rivalité (Paris, Ophrys/INHA, 2012).

]]>
https://books.openedition.org/inha/3243 2019-11-21 Élisabeth Lebon Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
L’Image railleuse La fonction critique des images s’incarne de manière privilégiée dans la satire. Si la satire s’est constituée en genre littéraire dès l’Antiquité, avant de gagner les beaux-arts et les arts graphiques à l’âge classique, ce sont les médias modernes – édition, presse, expositions, télévision, internet – qui, en élargissant progressivement sa sphère d’influence, ont renouvelé ses formes et ses objectifs tout en augmentant leur efficacité. Autorisant une diffusion planétaire et presque instantanée des images satiriques, internet et les technologies numériques n’ont pas seulement transformé la matérialité et les moyens d’action de cette imagerie et leurs effets sociopolitiques, ils ont aussi affecté les formes de la recherche sur le satirique en donnant accès de plus en plus rapidement à des corpus extrêmement vastes. La satire est aujourd’hui partout, sans qu’aucun acteur ni canal de diffusion ne puisse prétendre en contrôler ses usages généralisés ni son effectivité. Cette publication regroupe les actes du colloque qui s’est tenu du 25 au 27 juin 2015 à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris, organisé par l’Institut national d’histoire de l’art, l’université du Québec à Montréal et le LARHRA-UMR 5190 du CNRS, avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

]]>
https://books.openedition.org/inha/7923 2019-06-06 Laurent Baridon, Frédérique Desbuissons et Dominic Hardy Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895) Établi au Caire au cours des années 1870, Beniamino Facchinelli a réalisé quelque 1 200 vues de ses rues et de ses monuments. Certaines répondent à des commandes passées par des amateurs français ou britanniques engagés dans la conservation et la restauration des monuments du Caire, et s’attachent à en documenter au plus près la physionomie. D’autres saisissent la ville au quotidien, sa vie et les mouvements humains, animaux dans ses rues. Certaines se distinguent par l’originalité de leur facture proche de l’instantané et toutes par leur style documentaire. Elles fournissent à ce titre un témoignage inédit et original de l’univers architectural, ornemental et urbain cairote avant les grandes restaurations du début du XXe siècle. L’exposition présentée à l’INHA a résulté des travaux plus généraux menés par le laboratoire InVisu (CNRS-INHA) sur l’iconographie du patrimoine monumental du Caire. Elle a présenté un inventaire photographique des architectures civiles, religieuses et des constructions modernes ou pittoresques à la fin du XIXe siècle. Elle est revenue également sur les techniques photographiques utilisées par Facchinelli, ainsi que sur la circulation de ses images dans les milieux aussi bien savants qu’artistiques.

]]>
https://books.openedition.org/inha/7759 2018-05-15 Mercedes Volait, Jérôme Delatour, Thomas Cazentre et Maryse Bideault Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Repenser les limites : l’architecture à travers l’espace, le temps et les disciplines Les trois journées du colloque ont porté sur les problèmes qu’a fait émerger récemment la prise en compte des mutations des limites spatiales, temporelles et disciplinaires qui touchent autant les objets de l’historien de l’architecture que le champ de ses investigations. Dans un monde dans lequel les frontières politiques comme les cadres de références identitaires ont changé, où la mondialisation culturelle prend une importance grandissante, le thème des mutations spatiales, temporelles et disciplinaires présente une pertinence à la fois actuelle et historique. Ce thème, à la fois transchronologique et transgéographique, a permis ainsi de faire réfléchir ensemble historiens de l’architecture et chercheurs (historiens, historiens de l’art, sociologues, géographes, etc.) travaillant dans le champ de l’architecture et de son histoire quelle que soit leur discipline.

]]>
https://books.openedition.org/inha/30 2017-12-05 Alice Thomine-Berrada et Barry Bergdol Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Actes du V<sup>e</sup> congrès national d'archéologie et d'histoire de l'art Actes du Ve congrès national d'archéologie et d'histoire de l'art, qui s'est tenu à Bordeaux du 21 au 24 octobre 1999.

Thématiques abordées :
- Les portes de l'Espagne
- Le mur et l'art
- La critique architecturale aux XIXe et XXe siècles
- Art éphémère
- La place de l'histoire de l'art dans la synthèse historique


 

]]>
https://books.openedition.org/inha/2086 2017-12-05 Béatrice Bouvier, Anne-Marie Châtelet, Sabine du Crest, François Fossier, Anne Georgeon-Liskenne, Itzhak Goldberg, Jean-Claude Golvin, Hélène Jannière, Jean-Michel Leniaud, Anne Péan et Pierre Rouillard Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Histoires d'archéologie. De l'objet à l'étude Le projet Archives de l’Archéologie Européenne (AREA) s’est attaché depuis sa fondation en 1999, à retracer les étapes de la constitution de l’archéologie en Europe et à inventorier les fonds d’archives qui s’y rapportent. L’exposition Histoires d’archéologie. De l’objet à l’étude, en parallèle au bilan du dernier des projets AREA (2006-2008), s’est attachée à montrer quelques exemples des chemins qui ont mené les antiquaires à jeter les bases de l’archéologie au sens moderne du terme.

L’exposition se déroula du 15 janvier au 12 avril 2009. Les commissaires étaient Irène Aghion, Mathilde Avisseau-Broustet et Dominique Morelon.

]]>
https://books.openedition.org/inha/2743 2017-12-05 Irène Aghion, Mathilde Avisseau-Broustet et Alain Schnapp Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Chroniques de l’éphémère Les livres de fête sont parmi les plus spectaculaires des nombreux documents rassemblés par Jacques Doucet pour sa bibliothèque d’Art et d’Archéologie, rattachée depuis 2003 à l’Institut national d’histoire de l’art. Comme les fêtes destinées à solenniser chaque acte de la vie publique des souverains, ces livres étaient le produit de la contribution de tous les grands artistes du temps. Baptêmes, mariages, funérailles, couronnements, victoires ou entrées solennelles dans les « bonnes » villes du royaume donnaient lieu à des déploiements de fastes dont les livres se veulent les traces tout aussi fastueuses.

L’exposition sur les livres de fête du XVIIe au XVIIIe siècle organisée à l’INHA (galerie Colbert à Paris IIe, du 15 septembre au 15 décembre 2010) présente des livres de cette période illustrant des fêtes versaillaises et parisiennes. Ce catalogue accompagne et éclaire la visité et l’étude de ces ouvrages.

Dominique Morelon, commissaire de l’exposition et conservatrice en chef, responsable du service du patrimoine de la bibliothèque de l’INHA.

]]>
https://books.openedition.org/inha/2798 2017-12-05 Dominique Morelon Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Plumes et Pinceaux : Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie Si Germaine de Staël et Marceline Desbordes-Valmore sont connues pour leurs réflexions sur l’art, d’autres textes et pensées de femmes des années 1750-1840 en France, mais aussi en Angleterre et en Allemagne, le sont moins, ou pas du tout.

C’est un florilège de ces écrits qui est donné à lire ici : de Mme de Beaumer à Edmée de Syva, en passant par Félicité de Genlis (dont sont publiés deux textes inédits, Essai sur les arts et Catalogue pittoresque du cabinet de tableaux de Monsieur le comte de Sommariva), Élisabeth Vigée-Lebrun, Helmina von Chézy, Anne Plumptre, parmi une quinzaine d’autres. Journalistes, critiques d’art, artistes ou voyageuses curieuses et averties visitant les musées européens avec passion, elles usent de tous moyens littéraires pour faire entendre des positions esthétiques, morales, voire politiques sur l’art et son histoire. Elles portent un regard aigu, mais pourtant jamais univoque, sur les grands événements de leur temps – de la Révolution française à la conquête napoléonienne et à ses conséquences –, et sur l’art et la création artistique. 

Cette publication, dirigée par Anne Lafont, Maître de conférences en histoire de l’art (université de Marne-la-Vallée) et conseillère scientifique à l’INHA, avec la collaboration de Charlotte Foucher (université Paris-I Panthéon-Sorbonne) et Amandine Gorse (université Paris Ouest Nanterre La Défense), va de pair avec deux ouvrages papier publiés aux Presses du réel. Le premier, Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850), est un recueil d’essais qui paraîtra sur ce site après une barrière mobile de trois ans.

C’est le texte intégral du second de ces volumes que nous proposons ici. Il donne à entendre les voix des auteures qui, dans les années 1750-1850 en Europe, ont visité les Salons et les musées, ou ont fréquenté les ateliers d’artistes et les collectionneurs. Mais nous avons pensé que mettre à la disposition des internautes ces pages parfois inédites et très souvent difficiles à retrouver aujourd’hui constituait un formidable outil pour la recherche. Nous avons par ailleurs recherché – et trouvé, autant que faire se peut – les œuvres d’art dont parlent ces femmes : la publication en ligne nous permet alors de les donner à voir, de façon à restituer leur regard.

Une bibliographie très complète accompagne également cette publication.

]]>
https://books.openedition.org/inha/2907 2017-12-05 Isabelle Baudino, David Blankenstein, Charlotte Foucher, Amandine Gorse, Anne Lafont, France Nerlich, Christine Planté, Fanny Reboul, Anne Lafont, Anne-Laure Brisac-Chraïbi, Flore Piacentino, Jean Piétri et Évelyne Sinnassamy Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Louis Hautecœur et la tradition classique Cette publication est issue de l'exposition présentée dans la galerie Colbert (Paris IIe, 31 janvier-30 avril 2008). Elle avait pour projet de raconter une histoire de l’architecture (XVIe-XIXe siècle) qui, initiée dès les années 1920 par l’historien de l’art Louis Hautecœur (1884-1973), conduisit à la parution en sept tomes de la monumentale Histoire de l’architecture classique en France (1943-1957). Elle mettait aussi en évidence l’intérêt de Hautecœur pour l’architecture française de l’entre-deux-guerres, période pendant laquelle cet ouvrage majeur fut conçu. 

Dans cette perspective, elle essayait de montrer comment Hautecœur forgea une notion d’architecture classique sans borne temporelle – ce qui lui permettait d’aborder les débats sur la protection du patrimoine, sur l’architecture et l’urbanisme, et de relier ainsi le passé et le présent de l’architecture française. 

L’entreprise éditoriale menée par Hautecœur n’est pas la simple expression d’une érudition magistrale. Elle est aussi celle d’un savoir qui reflète la dimension culturelle de son temps.

L’exposition, dont la date d’ouverture coïncida avec celle du colloque Le Livre et l’architecte (31 janvier-2 février 2008), fournissait l’occasion d’une réflexion sur le rôle des différents projets éditoriaux de Hautecœur et sur le rapport que le livre lui permettait d’instaurer entre histoire et actualité de l’architecture, entre culture patrimoniale et culture architecturale.

]]>
https://books.openedition.org/inha/2920 2017-12-05 Antonio Brucculeri Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre Parmi les nombreuses colonies fondées par les Grecs de l’Antiquité, Crotone, en Grande Grèce, était célèbre et prestigieuse : Pythagore y avait vécu et développé son école ; la cité était fameuse pour son école de médecine ; elle abritait aussi de nombreux sanctuaires réputés. Aux sources littéraires anciennes qui témoignaient déjà de sa grandeur s’ajoutent les découvertes archéologiques qui encore aujourd’hui livrent de précieux renseignements sur l’histoire de cette cité florissante et en particulier sa vie religieuse.

Cette exposition raconte la présence du sacré dans cette cité grecque du sud de l'Italie (Paris, INHA, 15 janvier – 31 mars 2011). Des photographies donnent à voir une sélection des trouvailles des archéologues qui nous font découvrir l’histoire et les sanctuaires de cette cité puissante.

Exposition réalisée en collaboration avec l’Office territorial de Crotone et Sila de la Surintendance pour le patrimoine archéologique de la Calabre, et le département des sciences de l’Antiquité de l’université de Genève.

]]>
https://books.openedition.org/inha/2949 2017-12-05 Lorenz E. Baumer, Simonetta Bonomi et Domenico Marino Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Bibliothèques d’atelier À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, si l’architecture était considérée comme un art d’imitation, sa vocation essentielle était de reproduire les édifices du passé, et notamment ceux de l’Antiquité gréco-romaine. Outre ce caractère autoréférentiel, elle était soumise à des difficultés matérielles d’exécution ou à des réalités financières qui faisaient que ses inventions les plus brillantes en restaient souvent au stade du projet. Ce qui explique l’intérêt et l’importance que cette discipline a toujours accordés aux livres. Libérés des contraintes économiques et des lois de la gravité, les ateliers où les élèves s’exerçaient en vue de prendre part aux concours académiques étaient les laboratoires de l’architecte de demain. Mais les modèles qu’on y étudiait attentivement, pour les reproduire dans des œuvres nouvelles, n’étaient pas des modèles vivants, plutôt des schémas reproduisant les travaux des aînés. Ces gravures formaient les recueils conservés dans les bibliothèques d’atelier. Parmi les pièces uniques appartenant aux collections de la bibliothèque Jacques Doucet, se trouvent deux exemplaires aquarellés du premier recueil des prix, qui reproduit les dessins des années 1780 ; ce recueil assura ainsi le relais entre les dernières années fécondes de l’Ancien Régime et les débuts de l’École des beaux-arts. Autour de ces volumes souvent remarquables, l’exposition réunit une série d’ouvrages qui ont tous joué un rôle majeur dans l’enseignement de l’architecture, et des dessins qui s’y rattachent, soit parce qu’ils y sont reproduits, soit parce qu’ils s’en inspirent. Associant un point de vue qui relève de l’histoire du livre d’architecture et des préoccupations qui touchent à l’histoire de son enseignement, cette exposition croise les programmes de recherche documentaire que l’INHA consacre à la bibliographie du livre d’architecture français et aux élèves architectes de l’École des beaux-arts ; une première partie des résultats, mise en ligne sur AGORHA, est désormais accessible au public. Antoinette Le Normand-Romain, Directeur général de l’INHA.

]]>
https://books.openedition.org/inha/3183 2017-12-05 Jean-Philippe Garric Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Bronzes grecs et romains, recherches récentes. Hommage à Claude Rolley Philologue, archéologue, historien, spécialiste des bronzes, Claude Rolley, disparu en 2007, occupa une place originale parmi les spécialistes du monde méditerranéen antique. Marqué par la découverte du cratère de Vix (en 1953) qu’il ne cessa d’étudier tout au long de sa carrière, il sut croiser recherches et approches sur les périodes à la fois classique et proto-historique, de la Laconie à la Bourgogne jusqu’à la Grande Grèce. Les bronzes, de toutes dimensions ou origines, dont il tint la chronique pendant près de vingt-cinq ans dans la Revue archéologique, étaient pour lui une source de réflexion multiple : stylistique, technique – il prenait en compte aussi bien les questions d’assemblage ou de fonte que la composition chimique des objets –, ou culturelle – ses travaux ont apporté des éclairages décisifs sur la formation des ateliers et la circulation des objets d’un centre de production à l’autre. À l’initiative de plusieurs de ses disciples, un colloque lui a rendu hommage (INHA, 16-17 juin 2009) : les textes qui suivent en sont le fruit.

]]>
https://books.openedition.org/inha/3245 2017-12-05 Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Architecture et théorie. L’héritage de la Renaissance Ce colloque s’insère dans un ensemble de manifestations consacrées à la théorie de l’art : une table ronde introductive en avril 2009 sur la problématique organisée à Paris par Milovan Stanic (université Paris IV) au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris, et un colloque sur la théorie des arts figuratifs à Saint-Pétersbourg (direction Milovan Stanic) en 2010. Il est exclusivement dévolu à l’architecture de la Renaissance à nos jours, dans le prolongement du programme de recherche Architectura du CESR, dont l’une des bases est consacrée aux livres d’architecture (XVIe-XVIIe siècle). En même temps que l’architecture « à l’antique », la Renaissance voit renaître la théorie de l’architecture. Qu’il s’agisse de gloses du traité de Vitruve ou d’entreprises autonomes, les traités fleurissent, du De re ædificatoria d’Alberti (Florence, 1485) à l’Idea della architettura universale de Scamozzi (Venise, 1615), en passant par l’œuvre de Serlio, la plus vaste entreprise éditoriale du Cinquecento, la Regola de Vignole (Rome, 1562) maintes fois rééditée et les Quattro libri d’architettura de Palladio (Venise, 1570). Tous ces ouvrages formalisent une pratique de l’art de bâtir dont les représentations mentales restaient implicites au Moyen Âge, limitées aux transmissions traditionnelles des savoir-faire au sein des corporations. Ils ont été souvent réédités, lus et médités tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles ; et ils marquaient encore l’enseignement de l’École des beaux-arts au début du XXe siècle. Comment la théorie développée dans les traités de la Renaissance a-t-elle contribué à former la pensée architecturale des architectes des siècles suivants ? Telle est la question à laquelle les intervenants, historiens de l’architecture, architectes et critiques contemporains, tenteront de fournir des éléments de réponse.

]]>
https://books.openedition.org/inha/3312 2017-12-05 Jean-Philippe Garric, Frédérique Lemerle et Yves Pauwels Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs Regroupement des recherches des meilleurs spécialistes, actes du colloque international « Les orientalismes en architecture à l’épreuve des savoirs. Europe et monde extra-européen, XIXe et XXe siècles » (Paris, Institut national d’histoire de l’art, 4-5 mai 2006), ce livre fait le point sur les savoirs et la vision de l’Orient transmis aux architectes au cours des XIXe et XXe siècles par les récits de voyageurs, les publications savantes sur l’architecture, ou encore les cours dispensés à l’École des beaux-arts, et la manière dont ceux-ci ont adapté leurs connaissances à leurs projets réalisés ou non. Quand certains proposent des compilations d’éléments orientaux, d’autres mettent en avant un style « national » reprenant des motifs architectoniques perçus par les Occidentaux comme orientaux. Ces différentes approches montrent combien l’idée d’orientalisme est multiple, en Orient comme en Occident. De nombreux dessins d’architectes, des gravures et des photos anciennes qui permettent de mieux comprendre le contexte de la transmission des savoirs sont reproduits en couleurs.

]]>
https://books.openedition.org/inha/3348 2017-12-05 Nabila Oulebsir et Mercedes Volait Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire 1895 Après les savants de la Commission des sciences et des arts qui avaient accompagné Bonaparte en Égypte, l’archéologue Auguste Mariette s’attache à mettre en valeur l’Antiquité égyptienne. Deux bâtiments faisant office de musée ont successivement abrité au Caire les objets découverts lors des fouilles entreprises sous sa direction, puis sous celle de Gaston Maspero. Sous le mandat de son successeur, Jacques de Morgan, le projet, ancien, de construire un véritable musée prend corps. Un concours d’architecture est organisé en 1894 par Honoré Daumet, président de la Société centrale des architectes en France, avec le soutien de l’opinion internationale. Le nombre élevé de participants et la variété des projets illustrent le retentissement et l’intérêt suscités par le concours, son sujet et le pays dans lequel il avait lieu.

Fruit de la recherche internationale, des synthèses font à la fois le point des connaissances sur le déroulement du concours, les délibérations du jury, la construction du bâtiment, mais aussi sur le travail des architectes à la fin du XIXe siècle et les questions de style. Ces textes sont complétés de sources traduites en français (documents d’archives pour certains inédits, articles de la presse internationale), et de photographies, qui étayent les commentaires des spécialistes.

Ce livre est le deuxième de la collection "D’une rive l’autre" mise en place par InVisu avec les éditions Picard.

]]>
https://books.openedition.org/inha/3362 2017-12-05 Ezio Godoli et Mercedes Volait Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Plumes et Pinceaux : Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Essais Si l’histoire de l’art s’est depuis longtemps intéressée à ceux qui la pensent et l’écrivent, donnant matière à maints études et ouvrages de fonds (dictionnaires, essais, anthologie...), ce n’est que relativement récemment, depuis la toute fin des années 1980, qu’elle prend en compte les femmes à l’œuvre dans la pratique et l’écriture de l’histoire des arts visuels. Issu d’un colloque consacré aux historiennes de l’art à l’époque de Juliette Récamier, cet ouvrage explore et donne à voir les carrières, les postures et les points de vue de femmes sur l’art durant une petite centaine d’années – de 1760 à 1840, période d’intenses bouleversements dans toute l’Europe –, faisant se confronter des regards français, anglais et allemands de praticiennes comme Élisabeth Vigée-Lebrun, de salonnière et romancière comme Marie d’Agoult ou Germaine de Staël, ou encore de restauratrice de tableaux, de journalistes ou de critiques d’art. Ces essais mettent en évidence la variété des écrits et des stratégies mises en place par les femmes pour s’octroyer une place – elle-même variable selon les cas – dans un univers essentiellement masculin. Ce volume d’essais entend ainsi contribuer à l’histoire de l’art sous un angle qu’il n’est désormais plus permis d’ignorer. Le second volume de cet ouvrage – également intégralement accessible en ligne – permet d’approfondir cette plongée dans une histoire méconnue en donnant à lire ou relire une partie des textes de ces femmes, documents souvent oubliés ou omis, parfois même encore à l’état de manuscrits inédits.

]]>
https://books.openedition.org/inha/3879 2017-12-05 Mechthild Fend, Melissa Hyde et Anne Lafont Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Patrimoine photographié, patrimoine photographique La photographie comme la notion de patrimoine sont des filles du XIXe siècle. Le procédé technique permettant de fixer une image obtenue par un procédé optique est inventé alors que se développe dans toute l’Europe une nouvelle conscience patrimoniale et que s’institutionnalisent des politiques de préservation de l’héritage du passé. Lors de la révélation du procédé photographique en 1839, le député François Arago, dans son discours à la Chambre des députés du 3 juillet, insistait sur les facultés documentaires du procédé qui intéressent l’archéologie et l’inventaire des richesses artistiques. L’image photographique devint ainsi dès l’origine un outil privilégié de représentation du patrimoine, qu’il soit architectural, sculptural, ou plus tard pictural. Entre les premières expériences romaines des photographes du Cafe Greco, ou la Mission héliographique de 1851, commandée par la Commission des Monuments Historiques, et les enquêtes photographiques de l’Inventaire Général du Patrimoine Culturel initié par André Malraux, d’innombrables campagnes de prise de vues ont ainsi contribué à reconnaître, identifier et répertorier les monuments historiques et les collections des musées. Mais la photographie n’a pas uniquement un intérêt documentaire, elle est aussi par elle-même une forme d’expression artistique. Des travaux d’Atget sur le vieux Paris aux typologies des Becher sur les structures industrielles, la photographie du patrimoine s’est affirmée depuis longtemps comme un domaine spécifique de la scène photographique. Ces dernières décennies, à mesure que la photographie comme art a gagné une reconnaissance institutionnelle, les collections photographiques anciennes ou plus récentes ont acquis une dimension patrimoniale. Cette mise en abîme de l’objet patrimonial dans l’œuvre photographique se retrouve au cœur du travail de photographes contemporains, comme par exemple Thomas Struth dans les Museums Photographs. Ce double statut de document et d’œuvre, ce double intérêt historique et pour l’histoire, incite à écrire une histoire croisée du medium et de ce qu’il représente. Cette journée d’étude organisée par l’École Pratique des Hautes Études (équipe Histara) et par l’Institut national d’histoire de l’art, se propose de croiser les différentes questions soulevées par la photographie du patrimoine, dans sa pratique et dans ses usages, à travers l’histoire de la photographie. Le programme est conçu autour de deux questions, « La mise en scène du patrimoine, la photographie comme outil de l’inventaire » et « La mise en abîme du patrimoine, la photographie comme objet de l’inventaire ». Les interventions se répartissent en deux sessions consacrées respectivement aux représentations du paysage monumental et de l’architecture et aux représentations de la sculpture.

]]>
https://books.openedition.org/inha/3916 2017-12-05 Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Jules Bourgoin (1838-1908) Né à Joigny (Yonne) le 12 décembre 1838, dans un milieu de petits propriétaires commerçants solidement ancrés tant à Saint-Julien-du-Sault qu’à Fleury-la-Vallée, Jules Bourgoin, ou encore Bourgoin-Esclavy, est admis en novembre 1859 à l’École impériale des beaux-arts et étudie l’architecture dans l’atelier de Simon Claude Constant-Dufeux (1801-1870). Il est probable qu’il a également suivi les cours d’histoire et composition d’ornement dispensés par Victor-Marie Ruprich-Robert (1820-1887) à l’École spéciale de dessin et mathématiques, dite « Petite École ». Si rien n’est connu des activités de Bourgoin avant 1863, date à laquelle il est envoyé à Alexandrie pour suivre des travaux conduits au consulat général de France, les trois années passées en Égypte (1863-1866) ne sont guère plus documentées, sinon par de nombreux carnets qu’il a couverts de dessins, en Basse-Égypte comme au Caire, mais aussi à Jérusalem, rassemblant les matériaux d’un premier ouvrage, Les Arts arabes, architecture, menuiserie, bronzes, plafonds, revêtements, pavements, vitraux, etc. avec un texte descriptif et explicatif et le trait général de l’art arabe ([1868]-1873). Dès son retour en France, Jules Bourgoin se lance auprès de l’administration dans une quête persistante de subventions et de missions à l’étranger. En fait, seuls deux autres séjours lui seront financés, l’un à Damas en 1874-1875, l’autre au Caire. Ce dernier, de 1880 à 1884, le verra œuvrer entre autres activités à la mise en place de la Mission archéologique française (MAF) créée par Gaston Maspero (1846-1916), dont il sera un temps directeur adjoint, mais aussi au sein du Comité de conservation des monuments de l’art arabe qui se préoccupe de la sauvegarde des monuments du Caire menacés de disparition tant en raison de leur état de délabrement que de la modernisation de la ville. Chaque mission sera l’occasion d’exercer son talent de dessinateur, reconnu de tous et souvent sollicité. Ainsi se constitue un œuvre dessiné exceptionnel, touchant pour l’essentiel à l’architecture et aux divers arts du monde musulman et qui fournira la matière de deux autres ouvrages, Les Éléments de l’art arabe (1879) et Précis de l’art arabe ([1889]-1892).

]]>
https://books.openedition.org/inha/4569 2017-12-05 Maryse Bideault, Sébastien Chauffour, Estelle Thibault et Mercedes Volait Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
L’iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises Parce que ce travail réalisé en 2009-2010 (enquête menée pour le compte de la Mission de la Recherche et de la Technologie (MRT) du ministère de la Culture et de la Communication) a été diffusé en interne et qu’il est désormais mis en ligne, il nous a semblé nécessaire d’en fournir une version mise à jour. Les mises à jour ont porté sur de nouvelles identifications de producteurs de documents figurés (ainsi, les photographies réputées anonymes du Fonds Égypte moderne de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Paris, qui sont désormais données avec certitude à Beniamino Facchinelli), ainsi que sur des identifications d’édifices cairotes. En outre, certaines modifications sont intervenues entre-temps au traitement des fonds iconographiques (inventaire, numérisation, mise en ligne, réflexion sur les toponymes). Enfin, la bibliographie a été actualisée.

Les légendes des illustrations respectent et transcrivent les annotations manuscrites, avec leur graphie propre, portées sur ou en marge des œuvres. Ces titres se trouvent en italique. Quand ces informations manquent, des titres forgés ont été créés et figurent entre crochets carrés. Les translittérations utilisées s’appuient sur le thésaurus pour l’identification des monuments du Caire, Cairo Gazetteer (http://cairogazetteer.fr/invisu/).

]]>
https://books.openedition.org/inha/4617 2017-12-05 Maryse Bideault Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Émile Bernard. Au-delà de Pont-Aven La personnalité et l’œuvre d’Émile Bernard constituent un véritable « cas » dans l’histoire de l’art moderne, susceptible en cela d’intéresser au premier chef les historiens de l’art. Voilà en effet un homme qui a fréquenté quelques-uns uns des plus grands artistes de son temps, Gauguin, Van Gogh, Toulouse-Lautrec, Cézanne, un homme qui a été au cœur des recherches avant-gardistes du groupe de Pont-Aven, qui a eu affaire aux grands marchands parisiens, Le Barc de Bouteville et Ambroise Vollard, et qui décide à un moment donné de se tourner résolument vers le passé pour essayer de retrouver ce qu’il croit définitivement perdu : la foi et le métier des maîtres anciens, pour tenir un discours de plus en plus réactionnaire sur les arts de son temps et renier les expériences de sa jeunesse. Si l’on ne saurait dire la part prise par le dépit de se sentir injustement méconnu dans cette singulière décision, il est certain qu’elle causa la mise à l’écart de l’artiste dans l’histoire canonique de la peinture du XXe siècle. L’exposition que présente aujourd’hui l’INHA porte précisément sur ce point, en s’efforçant d’éclairer tout le parcours d’Émile Bernard et en mettant en évidence, auprès de trois tableaux (dont un bel Autoportrait), l’un des points incontestablement forts de sa création, son œuvre magistral de graveur et de lithographe, notamment comme illustrateur de livres.

]]>
https://books.openedition.org/inha/4762 2017-12-05 Neil McWilliam Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre Développée en France au lendemain de la Révolution, l’idée d’art social, qui interroge la fonction de l’art dans une société postrévolutionnaire, industrielle et marchande, recouvre des acceptions diverses. Si elle a d’abord participé à l’abolition des classes sociales, contribué au développement de l’éducation populaire et finalement renouvelé le concept même d’art, elle a pu aussi servir, sous la Troisième République, le maintien des hiérarchies existantes et être pensée dans le cadre de la politique artistique de l’État. Ce n’est donc pas une mais des conceptions de l’art social qui ont été défendues, soutenues par des théoriciens politiques, des philosophes et des artistes.

Cette notion a fait l’objet d’une recherche menée sous la direction de Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos, et a débouché sur deux publications : un volume de 23 essais qui permettent de mesurer la diversité et l’originalité des formes qu’a pu revêtir l’idée d’art social (coédition INHA-Presses universitaires de Rennes), et cette anthologie en ligne, riche de plus de 110 textes sources présentés, commentés et illustrés.

]]>
https://books.openedition.org/inha/4825 2017-12-05 Catherine Fraixe, Estelle Thibault, Bertrand Tillier, Pierre Vaisse, Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Le Caire dessiné et photographié au XIX<sup>e</sup> siècle Depuis la grande expédition d’Égypte qui marqua les esprits, seuls des voyageurs aussi célèbres que Maxime Du Camp et Gustave Flaubert sont restés dans les mémoires, alors que d’autres sont complètement oubliés ou connus des seuls spécialistes.

Pourtant, leurs travaux restent des sources irremplaçables sur une ville en grande partie disparue. En effet, tout au long du XIXe siècle, beaucoup de monuments périrent faute d’entretien et à partir des années 1870, le khédive Ismaïl entreprit des travaux d’embellissement pour donner à la capitale de l’Égypte un aspect européen, aux prix d’importantes démolitions. Tous ces voyageurs, architectes, peintres, « antiquaires » furent subjugués par l’architecture médiévale du Caire et par le décor géométrique de ses bâtiments civils et religieux. Ils tentèrent à travers leurs dessins, photographies et relevés de faire connaître ces richesses artistiques que certains prévoyaient de publier dans des recueils, dont quelques-uns virent le jour.

Ce livre a pour vocation de sortir de l’ombre ces passionnés qui offrent encore aujourd’hui des témoignages uniques assortis souvent de descriptions de dessins, de photographies ou d’écrits théoriques en règle générale peu accessibles. Un ensemble de spécialistes met ici en valeur ces documents tombés dans l’oubli et présente des synthèses de leurs œuvres et de leurs apports à la connaissance du Caire médiéval.

La présente version numérique est revue et corrigée par rapport à la version publiée en 2013 aux éditions Picard.

]]>
https://books.openedition.org/inha/4853 2017-12-05 Mercedes Volait Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Keys for architectural history research in the digital era This handbook gathers a selection of texts by the speakers at the Training School “Architectural Research in the Digital Era” (Ghent, 2-6 April 2013) and the workshop “GIS, data visualization an open community” (Paris, 27-28 January 2014). The aims of these two events organised in the framework of the COST ISO904 Action European architecture beyond Europe: Sharing Research and Knowledge on Dissemination Processes, Historical Data and Material Legacy (19th-20th centuries), was to familiarize the participants, architectural historians with a variety of aspects related to conducting research in a digital era: Architectural history research in the digital era Copyrights; Standards, metadata, interoperability and sustainability; Data visualisation; Creating a digital research environment, GIS and Open communities.

]]>
https://books.openedition.org/inha/4924 2017-12-05 Juliette Hueber et Antonio Mendes da Silva Publications de l’Institut national d’histoire de l’art en Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Choisir Paris : les grandes donations aux musées de la Ville de Paris La Ville de Paris est l’un des premiers collectionneurs de France. Ses quatorze musées, réunis depuis 2013 au sein de l’établissement public Paris Musées, conservent une part importante de ce patrimoine. Nées de l’intérêt porté par la Ville à sa propre mémoire et à sa vie artistique, ces collections sont aussi le fruit du rapport passionné que de nombreux amateurs et collectionneurs ont entretenu avec la capitale, qu’ils ont choisie pour conserver leurs trésors patiemment assemblés. Ce « choix de Paris » répond à des motifs qui, pour divers qu’ils soient, font sens et écrivent une manière d’histoire de l’art. Hommage aux donateurs, le colloque dont sont issus ces actes s’est donné pour objectif de mieux faire connaître cette histoire, d’éclairer la genèse des collections des musées de la Ville de Paris et de témoigner de l’actualité de la recherche sur les grandes donations qui les ont enrichis. Ces essais témoignent aussi du souhait de Paris Musées de renforcer la recherche au sein de ses différentes activités.

]]>
https://books.openedition.org/inha/6879 2017-12-05 Chantal Georgel Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
La Collection Cacault Le musée des Beaux-Arts de Nantes a fêté en 2010 le bicentenaire de l’achat de la collection de François Cacault (1743-1805), fondatrice du musée. Une exposition-dossier (19 juin - 15 novembre 2010) et un colloque ont permis de revenir sur la collection de ce Nantais qui eut une carrière diplomatique à la longévité étonnante, traversant les régimes politiques de la monarchie à l’Empire. Ses nombreux voyages et missions (Naples, Rome, Florence, Gênes…) lui offrirent la possibilité d’amasser une imposante collection de chefs-d’œuvre (dont les trois La Tour entrés sous des noms différents), avec une prédilection marquée pour la peinture de la Péninsule, du XIIIe au XVIIe siècle. Il était donc particulièrement intéressant de comparer le collectionnisme de François Cacault – et son goût pour les Primitifs, par exemple – avec celui de ses contemporains, qui ont fait l’objet d’études importantes ces dernières années (Fesch, Fabre, Wicar). La constitution de la collection a également été replacée dans le contexte des marchés de l’art italien et français, alors en pleine mutation. François Cacault et son frère, Pierre, avaient fondé un musée-école à Clisson, à partir de ces peintures, mais également de 64 albums factices rassemblant plus de 7 000 gravures, offrant un panorama complet de l’histoire de la peinture européenne, classée par écoles (florentine, lombarde, allemande, flamande, hollandaise, française…). Là encore, il était intéressant de comparer la démarche des deux frères avec celle de leurs contemporains alors que se développaient les écoles d’art en province depuis le XVIIIe siècle et que commençaient à apparaître les musées en France.

]]>
https://books.openedition.org/inha/6957 2017-12-05 Blandine Chavanne, Chantal Georgel et Hélène Rousteau-Chambon Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
L’architecte Marcel Dourgnon et l’Égypte Catalogue d’exposition « L’architecte Marcel Dourgnon et l’Égypte », du 20 mai au 12 juin 2010.

L’opportunité d’engager une recherche approfondie sur le concours pour un nouveau musée des Antiquités égyptiennes au Caire a été offerte par le projet européen Musomed, qui s’était donné pour objectif d’expérimenter la constitution de nouveaux corpus documentaires dispersés. Une documentation la plus exhaustive possible a été ainsi rassemblée sur le concours à travers un dépouillement systématique de la presse architecturale européenne, en particulier française, italienne et anglaise, et la consultation de quotidiens paraissant en Égypte. Ce premier ensemble de textes a été complété par des recherches dans plusieurs fonds d’archives en Europe, publics et privés.

Marcel Dourgnon est né le 29 septembre 1858 dans un milieu modeste et profondément républicain. Il suivit une longue scolarité qui lui permit d’accumuler de nombreuses récompenses en dessin d’architecture ou d’ornement. Parallèlement, il acquit l’expérience des chantiers, en France et au Chili. Au printemps 1895, Marcel Dourgnon fit partie des quatre lauréats ex aequo au concours du musée des Antiquités du Caire, et réalisa également le pavillon de l’Égypte pour l’Exposition universelle de Paris de 1900.

]]>
https://books.openedition.org/inha/7002 2017-12-05 Hélène Morlier Publications de l’Institut national d’histoire de l’art fr Publications de l’Institut national d’histoire de l’art