Version classiqueVersion mobile

L’Image railleuse

 | 
Laurent Baridon
, 
Frédérique Desbuissons
, 
Dominic Hardy

Circulations du satirique

La part de l’ironie et de la satire dans la promotion d’un artiste

Le rôle des journalistes dans l’affaire de La Famille de Robert Roussil (1949-1950)

Julie-Anne Godin-Laverdière

Entrées d'index

Géographique :

Canada, Québec, Montréal

Chronologique :

XXe siècle

Texte intégral

  • 1 Pour un bon compte rendu des événements entourant l’affaire de La Famille, voir Lise Lamarche, « La (...)
  • 2 Anonyme, « Now Behind Bars, Unclad Statue Draws Protests », The Montreal Star, 10 novembre 1949, p. (...)

1À la fin des années 1940, Robert Roussil (1925-2013) est un artiste en début de carrière, peu connu du grand public. Cette situation change dès le 10 novembre 1949, lorsque La Famille (fig. 1), une sculpture de 318 cm de hauteur, taillée dans un pin et enduite de cire rouge, est saisie par des policiers après avoir été retrouvée de manière inusitée sur le terrain attenant au musée des Beaux-Arts de Montréal1. L’institution n’avait pas commandé l’œuvre et ignorait qu’elle y serait livrée2. La sculpture représente trois personnages entièrement nus : un jeune enfant est juché sur les épaules d’une femme agenouillée devant un homme debout, stoïque, les mains placées derrière le dos. Les corps sont schématisés et les visages exempts de détail. Le physique du père se caractérise par des épaules anguleuses et des côtes proéminentes, alors que chez la mère sont mises en évidence les rondeurs des fesses et des seins dépourvus de mamelons. Le pubis de la femme est lisse et le sexe de l’enfant indéterminé, tandis que chez le père, les organes génitaux sont bien visibles. À environ 180 cm du sol, ils sont placés directement à la hauteur du visage de l’enfant (fig. 2).

Fig. 1 : Robert Roussil, La Famille, 1949, épinette enduite de cire rouge, 318 × 74 × 66 cm, Montréal, musée des Beaux-Arts, inv. 1990.37, don de Bernard Janelle.

© Musée des Beaux-Arts de Montréal, www.mbam.qc.ca/collections/art-quebecois-et-canadien/?t=roussil#detail-14683. Avec l’aimable autorisation de Danielle Roussil.

Fig. 2 : Robert Roussil aux côtés de La Famille, 1949, photographie, Québec, musée national des Beaux-Arts du Québec, fonds Robert Roussil (P20).

Source : musée national des Beaux-Arts du Québec.

  • 3 John Walsh, « Art on Sherbrooke St. Lawn Shocks Art-Loving Citizens », The Herald, 11 novembre 1949 (...)
  • 4 Les principaux journaux francophones et anglophones publiés à Montréal en 1949 ont été dépouillés a (...)

2Une plainte est déposée par une passante en raison de l’obscénité de l’œuvre, ce qui mène à sa saisie par les policiers et à son transfert au commissariat du quartier3. Les organes génitaux du personnage masculin sont recouverts d’un tissu par les agents de la paix peu après son arrivée au poste. De nombreux articles paraissent dans la presse montréalaise, tant anglophone que francophone, et plusieurs ridiculisent la situation. Le ton railleur est présent dans les paroles rapportées (celles de l’artiste ou des différents acteurs impliqués), mais plus encore dans les propos des journalistes de faits divers et dans le choix des photographies accompagnant leurs articles4. Chacun de ces éléments permet de contrecarrer la censure tout en contribuant à lancer la carrière de Roussil.

3L’attention dont bénéficie le sculpteur dans la presse se poursuit au-delà des journées suivant la censure. En janvier 1950, des textes comiques paraissent au sujet du sauvetage de la sculpture, ensevelie sous la neige. Ils sont suivis, en février et en mars 1950, par la publication d’une dizaine d’articles annonçant la tenue du « procès d’un sans-culotte », un débat satirique conçu par des amis et connaissances de Roussil – dont plusieurs sont journalistes – pour dénoncer la censure exercée sur La Famille quelques mois auparavant.

4En tenant compte de la réception de La Famille durant les années 1949 et 1950, j’examinerai le rôle joué par les journalistes et photographes de presse dans cette affaire, puisqu’il semble aller au-delà de la simple nouvelle rapportée chez plusieurs d’entre eux. En effet, dans les journaux, la satire et l’ironie semblent être utilisées comme les instruments d’un coup publicitaire afin de mettre sur l’avant-scène un artiste jusqu’alors peu connu. Ces armes permettent aussi de dénoncer la censure dont est victime Roussil, mais qui, ironiquement, lui sert pourtant de levier promotionnel.

Le Québec au tournant des années 1950

  • 5 Premier ministre du Québec de 1936 à 1939, puis de 1944 à 1959.
  • 6 Voir notamment Xavier Gélinas et Lucia Ferretti, Duplessis : son milieu, son époque, Québec, Septen (...)
  • 7 Pierre Hébert, Yves Lever et Kenneth Landry (dir.), Le Dictionnaire de la censure au Québec : litté (...)
  • 8 Ibid., p. 221.
  • 9 Gélinas et Ferretti 2010, cité n. 6, p. 218-226.

5L’affaire de La Famille s’inscrit dans une période durant laquelle il est généralement admis que le gouvernement et la censure exerçaient un pouvoir important sur diverses sphères de la société québécoise. L’idée selon laquelle les positions intransigeantes auraient émané du Premier ministre de la province alors au pouvoir, Maurice Duplessis5 (1890-1959), a été nuancée par les historiens ces dernières années6, mais il est indéniable que Duplessis a occupé un rôle important dans la censure au Québec. Il fit par exemple adopter la loi du cadenas, en vigueur de 1937 à 1957, qui permettait aux autorités de faire fermer les lieux soupçonnés d’abriter des sympathisants de l’idéologie communiste7. De même, comme le rappellent les auteurs du Dictionnaire de la censure au Québec : littérature et cinéma, « [l]es moments où Duplessis [détint] le pouvoir correspondent à ceux où la censure du cinéma [fut] la plus sévère8 ». En effet, puisqu’il occupait la double fonction de Premier ministre et de procureur général, c’est lui qui choisissait ceux qui remplissaient la fonction de censeur. Le gouvernement de Duplessis fut aussi l’instigateur, en 1950, de la loi concernant les publications et la morale publique, qui régissait la présence des images immorales dans les journaux et magazines9.

  • 10 Pierre Hébert, Censure et littérature au Québec. Des vieux couvents au plaisir de vivre, 1920-1959, (...)
  • 11 Yves Lever, Anastasie ou la censure du cinéma au Québec, Québec, Septentrion, 2008, p. 150-152.

6Le clergé jouait aussi, au même moment, un rôle important dans la censure au Québec, s’alliant souvent au gouvernement provincial sur cette question. La littérature était par exemple sous la loupe des représentants de l’Église, qui interdisaient certaines lectures à leurs fidèles, en chaire ou par les cotes morales qu’ils attribuaient aux productions locales et étrangères10. Ils faisaient de même pour le cinéma11. Le clergé avait une place privilégiée au Québec au milieu du xxe siècle, puisqu’en plus de s’occuper des aspects religieux, il régissait les domaines de l’éducation, de la santé, des services sociaux et même des loisirs.

  • 12 Gélinas et Ferretti 2010, cité n. 6 ; É.-Martin Meunier et Jean-Philippe Warren, Sortir de la “gran (...)
  • 13 Alexandre Dumas, « “Les évêques mangent dans ma main.” Les relations entre l’Église et l’État sous (...)
  • 14 Le manifeste a été réédité de nombreuses fois depuis. Voir notamment Paul-Émile Borduas, Refus glob (...)
  • 15 Ces artistes ont, dans les années suivantes, marqué la sphère artistique du Québec, notamment par l (...)
  • 16 L’École du meuble, comme les autres écoles d’enseignement technique où étaient transmises les conna (...)
  • 17 François-Marc Gagnon, Chronique du mouvement automatiste québécois, 1941-1954, Montréal, Lanctôt éd (...)

7La société n’étant toutefois pas monolithique, des actions contestant le pouvoir en place furent entreprises par des artistes, des intellectuels et même certains membres du clergé12. Ainsi, tous les ecclésiastiques n’étaient pas d’accord avec les idées mises en avant par Duplessis13. Des journaux tels que Le Devoir et Cité Libre publièrent de nombreux articles dans lesquels leurs collaborateurs dénonçaient le gouvernement. Dans la sphère artistique, l’un des événements contestataires majeurs de la période fut le lancement de Refus global14, un recueil de textes écrits par Paul-Émile Borduas (1905-1960) et cosigné par une quinzaine de jeunes artistes du mouvement automatiste15. Le groupe s’opposait en bloc au conservatisme ambiant, qui étouffait selon lui la population de la province, et réclamait une plus grande liberté sur les plans des mœurs, des structures sociales et de la création. Il critiquait aussi l’emprise de la religion catholique sur la population du Québec. Borduas fut renvoyé de son poste de professeur à l’École du meuble près d’un mois après la publication de ce manifeste16. Sans être membre de ce groupe, Robert Roussil côtoyait des Automatistes et prit part à certaines de leurs expositions17.

L’implication des journalistes dans la genèse de l’affaire La Famille

  • 18 Son statut s’apparentait à celui de chargé de cours. Lamarche 1999, cité n. 1, p. 71.
  • 19 Raymond Giroux et Alyne Lebel, « Henri Tranquille : libraire de l’avant-garde », Cap-aux-Diamants. (...)

8Robert Roussil entama sa formation en 1945 à l’École d’art et de design de l’Art Association of Montreal, qui devint musée des Beaux-Arts en 1948, grâce à une bourse d’études gouvernementale offerte aux vétérans de la Seconde Guerre mondiale. Il enseigna dans cette même école la sculpture sur pierre à partir de 194718, tout en cherchant à se faire connaître comme artiste sur la scène montréalaise. Il participa à deux expositions durant l’été 1949, une exposition personnelle du 1er au 17 juillet et une exposition collective regroupant le travail de quinze artistes, dans laquelle Roussil présenta deux de ses sculptures, du 30 juillet au 28 août. Ces événements eurent tous les deux lieu à la librairie d’Henri Tranquille (1916-2005), un point de rassemblement important pour les avant-gardes artistiques et littéraires de Montréal, ouvert « à tout ce qui se disait anticonformiste19 ». De 1948 à 1953, le libraire Tranquille présenta des expositions mensuelles de peintures et de sculptures entre les étagères de livres, qui furent traitées par les critiques d’art des principaux journaux de la métropole. C’est là, notamment, que fut lancé Refus global, le manifeste des Automatistes, en août 1948.

  • 20 Anonyme, « Robert Roussil, sculpteur, expose », Le Canada, 6 juillet 1949, p. 6 ; Charles Hamel, «  (...)
  • 21 Il n’a pas été possible de trouver la preuve que Lecompte a rencontré Roussil lorsque ses œuvres ét (...)

9À l’occasion des deux expositions auxquelles il prit part chez Tranquille durant l’été 1949, Roussil fit la connaissance des journalistes Roger Guil († 1983), Émile-Charles Hamel (1914-1961), Arthur Prévost (1910-2004) et Pierre Saint-Germain († 2000), qui assistèrent à l’un ou l’autre des vernissages. Dans leurs comptes rendus, ces journalistes n’ont que de bons mots à dire sur l’artiste et ses œuvres20. Dans les mois qui suivirent, chacun d’entre eux joua un rôle important dans l’affaire de La Famille, parfois par la publication d’articles sur Roussil ou sur son œuvre. De même, en compagnie d’Henri Tranquille, de son commis-libraire Jean-Jules Richard (1911-1975) et du journaliste André Lecompte21 († 1996), ils co-organisèrent un procès spectacle annoncé à la fin du mois de février 1950. Nous y reviendrons.

  • 22 Yves Robillard, « Les lieux de la nouvelle expression de 1940 à 1980 », ETC, 12, 1990, p. 10-14, ic (...)
  • 23 La série, intitulée « Pour un bain de rhum », fut publiée du 13 février au 27 mars 1949.

10Les journalistes, le libraire et son assistant se connaissaient bien. Certains étaient amis, comme Tranquille, Hamel et Richard. Des liens professionnels existaient aussi entre eux : Richard, nous l’avons vu, était commis-libraire chez Tranquille et responsable des expositions22. De plus, en 1949, il publia durant une courte période une série de chroniques dans Le Petit Journal23, un hebdomadaire dans lequel travaillaient Guil, Lecompte, Saint-Germain et Prévost. Ce dernier collabora aussi au journal Le Canada, tout comme Hamel. La composition de ce comité explique sans doute pourquoi Le Petit Journal et Le Canada sont les deux journaux qui publièrent le plus grand nombre de textes au sujet de La Famille à l’automne 1949 et à l’hiver 1950 (quinze des trente-cinq textes recensés). Cependant, comme nous le verrons, la réception satirique et ironique de la censure ne se limita pas à ce groupe de connaissances et caractérise aussi les publications de leurs homologues écrivant pour d’autres journaux, même ceux de langue anglaise.

  • 24 Anonyme, « Le “Groupe familial” indécent ou non ? », La Patrie, 15 novembre 1949, p. 6.
  • 25 Anonyme [Arthur Prévost], « L’artiste Roussil est bûcheron, pour mieux réussir la sculpture », Le P (...)
  • 26 Lise Lamarche croit aussi que « [c]es détails biographiques [eurent] des incidences sur la suite de (...)

11Arthur Prévost semble être tout particulièrement important dans la genèse de l’affaire de La Famille. En effet, peu après avoir rencontré Roussil chez Tranquille, il offrit à l’artiste l’arbre dans lequel celui-ci sculpta ensuite son groupe familial. Roussil s’installa même sur le terrain de Prévost, dans le quartier de Bordeaux, pour réaliser la sculpture24. Prévost publia un article dans Le Petit Journal le 25 septembre 1949, le premier à s’attarder ainsi sur Roussil et sa production en dehors des comptes rendus des expositions tenues l’été précédent. Le journaliste y trace un portrait biographique de l’artiste dans lequel il vante ses qualités et évoque pour la première fois La Famille25. En tenant compte de la suite des événements, la publication de cet article peut prendre une connotation particulière : elle semble préparer le terrain au coup de théâtre que fut la découverte inopinée de la sculpture sur le terrain du musée des Beaux-Arts quelques semaines plus tard, légitimant le statut de l’artiste, mais aussi celui de l’œuvre encensée26.

L’affaire de La Famille ou comment ridiculiser « l’arrestation » d’une œuvre d’art

12La nouvelle de la censure de La Famille, tout près de l’entrée du musée des Beaux-Arts de Montréal, fut rapportée par de nombreux journalistes. Ceci s’explique aisément par le caractère inusité de la découverte d’une telle sculpture à quelques pas de la porte latérale de l’institution. Cependant, il faut aussi garder à l’esprit le fait que Prévost savait sans doute que l’œuvre allait y être déposée, puisque la sculpture quittait par le fait même son jardin.

  • 27 « Le “Groupe familial” indécent ou non ? », cité n. 24. Il n’y a cependant pas d’archives permettan (...)
  • 28 Anonyme, « Une statue se balade… », Le Devoir, 10 novembre 1949, p. 1 ; Anonyme, « The Statue… “The (...)

13Dès le début, un brouillement caractérise le discours concernant l’arrivée de la sculpture près du musée, les raisons qui ont mené Roussil à déposer La Famille à cet endroit n’étant pas claires. L’une d’elles laisse entendre que l’artiste souhaitait la présenter dans une exposition des travaux des professeurs de l’école d’art du musée, qui devait avoir lieu au mois de novembre 194927. Une autre explication veut que le sculpteur ait cherché un refuge pour son œuvre qui causait une certaine commotion, en raison de la nudité représentée, dans le quartier où habitait Prévost28. Les deux versions s’entendent toutefois sur un fait : il semblerait que les portes du musée aient été closes au moment de la livraison de la statue, les responsables n’ayant pas été prévenus de son arrivée.

  • 29 « Now Behind Bars, Unclad Statue Draws Protests », cité n. 2 ; J. W. Alexander, « Statue’s Arrest M (...)
  • 30 Anonyme, « Off to Bastille », The Herald, 11 novembre 1949, p. 1 ; « La police a coffré cette statu (...)

14Des passants intrigués formèrent rapidement un attroupement autour de la sculpture et une plainte fut déposée auprès du service de police de la métropole29. Dès l’arrivée des policiers dépêchés sur les lieux, La Famille fut recouverte d’une bâche, puis transportée par six hommes vers le fourgon de police. Une photographie de la scène est reproduite dès le lendemain à la une du Herald et, quelques jours plus tard, dans les pages du Petit Journal30 (fig. 3).

Fig. 3 : Arless-Zarov, La Famille mise dans le fourgon de police, 1949, photographie, Québec, musée national des Beaux-Arts du Québec, fonds Robert Roussil (P20).

Source : musée national des Beaux-Arts du Québec.

  • 31 Anonyme, « Police Release Diapered Statue », The Standard, 12 novembre 1949, p. 4.
  • 32 Lise Lamarche attribue la photographie à Basil Zarov seulement, ne faisant aucune allusion ni à Ric (...)

15Le crédit de la photographie est attribué à Arless-Zarov dans l’article du Herald : le premier nom fait sans doute référence au photographe de presse Richard Arless (1906-1995) et le second au couple de photographes Annette (1906-1956) et Basil Zarov (1913-1998), qui opéraient dans un studio de photo spécialisé dans le portrait. Leurs clichés étaient régulièrement publiés dans la section mondaine du journal La Presse au milieu du xxe siècle. La photographie du Herald, reproduite quelques jours plus tard dans Le Petit Journal, détonne de ce que le couple proposait habituellement dans les journaux et les liens qui l’unissaient à Roussil laissent croire que la publication de cette image-choc n’est peut-être pas innocente. En effet, les Zarov possédaient une sculpture réalisée par l’artiste et ils prirent publiquement la défense de Roussil dans les pages du Standard, deux jours après la saisie de La Famille31. Par conséquent, il est permis de se demander si le couple32 fut expressément dépêché sur les lieux afin de documenter le sort de l’œuvre.

  • 33 « La police a coffré cette statue », cité n. 3.
  • 34 Une référence à la Bastille est aussi faite dans Walsh 1949, cité n. 3, p. 3.

16L’image considérée seule ne permet pas au lecteur de déterminer qu’une œuvre d’art se trouve sous le drap ; la photographie se rapproche davantage de celle d’une dépouille chargée dans la voiture de police que de celle d’une sculpture. Le Petit Journal joue avec cette idée dans la légende qui l’accompagne : « Pas des funérailles ! La statue monte dans la patrouille33 », se référant à la statue comme à un cadavre. L’œuvre est aussi comparée à un être vivant par le titre de l’article du Herald, « Off to the Bastille ». La mention de la prison parisienne, tout comme l’entrefilet qui l’accompagne, ne laisse aucun doute sur la destination finale de l’œuvre : les locaux de la police du quartier34. L’analogie est peut-être aussi faite pour rappeler le démantèlement de la Bastille durant la Révolution française, soulevant ainsi la question de la destruction possible de La Famille par les forces policières montréalaises.

  • 35 Elle est parue avec l’article « The Statue… “The Boy Has Talent” […] », cité n. 28.
  • 36 On peut la voir dans les articles : « Now Behind Bars, Unclad Statue Draws Protests », cité n. 2 ; (...)

17L’œuvre ne fut toutefois pas démolie et les agents de la paix préférèrent recouvrir les organes génitaux du personnage masculin dès son arrivée au poste de police. Ils semblent même avoir invité des photographes de presse à assister à la scène puisqu’elle est immortalisée par quelques images qui circulèrent également dans la presse dans les jours suivants. L’une d’elles montre un policier nouant l’étoffe autour de la taille du personnage masculin (fig. 4). Une seconde, prise quelques instants après par le photographe de presse David Bier (1926-1991), présente le même agent pointant l’œuvre incriminée35 (fig. 5). Une troisième, faite par un certain Robitaille, montre La Famille, toujours affublée de son pagne, mais sans policier auprès de la sculpture36 (fig. 6). Dans les articles publiés à partir de ce moment, le vêtement fut souvent désigné comme une « culotte » ou une « couche » par les journalistes.

Fig. 4 : Photographie anonyme reproduite dans Le Petit journal, 18 novembre 1949, p. 35.

Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Fig. 5 : David Bier, photographie reproduite dans The Gazette, 11 novembre 1949, p. 13, Québec, musée national des Beaux-Arts du Québec, fonds Robert Roussil (P20).

Source : musée national des Beaux-Arts du Québec.

Fig. 6 : Robitaille, photographie reproduite dans Le Canada, 11 novembre 1949, p. 1.

Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

  • 37 « Le problème, du point de vue de la police, c’est que les personnages sont tout (chut !) nus. » Al (...)

18Ironiquement, en attirant ainsi le regard des lecteurs directement vers la zone censurée, ces images ne firent que renvoyer dans la sphère publique ce qui, au départ, devait être caché : les organes génitaux masculins. Ce genre de détournement est aussi employé sur le plan linguistique puisque l’allusion à la nudité semble taboue pour certains journalistes. En effet, si certains d’entre eux relèvent sans gêne la nudité de la sculpture, qu’ils identifient parfois comme l’une des causes de sa censure, d’autres ne parlent que d’une sculpture représentant un homme, une femme et un enfant, sans mentionner la nudité des personnages ni le vêtement ajouté par les policiers. L’indécence de la sculpture est signalée au passage dans six textes, mais, là encore, sans que les journalistes ne précisent sa nature. Dans chacun de ces cas, le lecteur doit réfléchir sur les raisons qui ont pu mener à la saisie de la sculpture, du moins lorsqu’aucune image n’est publiée. Le silence de ces journalistes au sujet de la nudité – qu’il s’agisse d’autocensure ou de dénégation – fut ouvertement raillé, non sans ironie, de manière évidente par un journaliste du Standard : « The trouble with it, from the police point of view, is that the figures are all (shhhh!) nude37. » D’une part, le journaliste insiste ici sur le fait qu’il est mal vu, pour certains, de mentionner que les personnages sont nus ; d’autre part, il souligne à gros traits cette nudité en misant sur l’usage, entre parenthèses, d’une interjection enjoignant au silence. Le journaliste, par cette formulation à double sens chargée d’une dimension comique, joue ainsi avec les caractères implicite et explicite de la situation.

  • 38 Anonyme, « Monument prétendu indécent », Le Canada, 10 novembre 1949, p. 8.
  • 39 Ibid.
  • 40 Anonyme, « La statue soi-disant indécente, transportée, dévoilée et exposée », Le Canada, 14 novemb (...)
  • 41 « La police a coffré cette statue », cité n. 3.
  • 42 « The Statue… “The Boy Has Talent” […] », cité n. 28.
  • 43 Anonyme, « La police confisque une sculpture “osée” », La Presse, 10 novembre 1949, p. 51.
  • 44 Ibid.
  • 45 « La statue soi-disant indécente, transportée, dévoilée et exposée », cité n. 40.
  • 46 Anonyme, « Unwanted Masterpiece: Police Give Sculptor 2 Days to Rid Station of Statue », The Montre (...)
  • 47 « Off to Bastille », cité n. 30.

19Par ailleurs, les commentaires de certains journalistes semblent mettre en doute l’aspect indécent de la sculpture. Ainsi, Le Canada publie un article où il est fait dans le titre allusion au « monument prétendu indécent38 ». Le journaliste conclut son texte en affirmant que « les dites indécences ne seraient qu’imaginatives39 » et donc qu’elles émaneraient de la tête des censeurs. Quelques jours plus tard, le même journal, dans lequel, rappelons-le, travaillaient Prévost et Hamel, parle encore d’une sculpture « soi-disant indécente40 ». Il n’y a pas qu’au Canada que les journalistes ont recours aux guillemets, utilisés pour encadrer des mots tels que « scandaleuse41 », « indecent42 » et « osée43 », démontrant ainsi qu’ils ne sont pas d’accord avec l’étiquette attribuée à l’œuvre censurée. Cette critique se répercute aussi dans une perspective ironique lorsque les termes « statue44 », « œuvre45 », « masterpiece46 » et « work of art47 » sont utilisés entre guillemets, ce qui permet d’insister sur le caractère artistique de l’œuvre et l’aspect insolite, pour ne pas dire ridicule, de sa censure par des policiers. Cependant, il est aussi possible que certains des reporters usent de ces guillemets avec ironie, pour manifester le fait qu’ils doutent du statut artistique de La Famille.

  • 48 Alexander 1949, cité n. 29, p. 4 ; Prévost 1950, cité n. 36 ; Anonyme, « La sculpture de Roussil, j (...)
  • 49 « La police a coffré cette statue », cité n. 3.
  • 50 « Now Behind Bars, Unclad Statue Draws Protests », cité n. 2.
  • 51 Ibid.
  • 52 « The Statue… “The Boy Has Talent” […] », cité n. 28.
  • 53 « La police a coffré cette statue », cité n. 3. Aussi Prévost 1950, cité n. 36 ; « La sculpture de (...)
  • 54 Anonyme, « “Peace” Causes Commotion: Sculptor’s Nude Creation Put Police in Quandary », The Montrea (...)

20La raillerie se poursuit dans le choix des termes privilégiés pour parler des péripéties de la sculpture. Les journalistes emploient des formules comme « arrestation48 », « “l’embarquement” dans la patrouille49 » ou « police custody50 » [garde à vue], et non « saisie » ou « censure » ; ils mentionnent que l’œuvre se trouve « behind bars51 » [derrière les barreaux] ou « in the cells52 » [en cellule] ; un auteur du Petit Journal évoque « la mise en cellule d’une sculpture53 ». Le choix de ces mots liés au champ lexical de la police est loin d’être banal. Il s’agit d’une stratégie satirique dont le but est d’exagérer ou de déformer les faits et joue un rôle important dans la réception de La Famille. Par exemple, en déclarant que la sculpture se trouve dans une « cellule », alors qu’elle est en réalité conservée dans un garage attenant au poste de police54, les reporters cherchent à montrer que les réactions des policiers sont démesurées et inappropriées lorsqu’il est question d’art et de pudeur. Autrement dit, la multiplication des guillemets et l’emploi de termes inadaptés permettent aux journalistes de pointer la confusion des policiers, qui semblent ici considérer comme de véritables personnes la représentation artistique devant laquelle ils se trouvent.

  • 55 Alexander 1949, cité n. 29, p. 4.

21Les journalistes ne furent pas les seuls à railler la censure de l’œuvre. Roussil lui-même y participa lorsqu’il accepta de se confier à un journaliste du Standard55, auquel il déclara ne pas comprendre comment une statue – qui, comme le mentionne le journaliste, représente Roussil et sa famille – put être considérée comme offensante. En aucun cas l’artiste ne relève la nudité des personnages ni la représentation des organes sexuels. Malgré ses propos, il semble impossible que Roussil n’ait pas prévu la réaction qu’allait engendrer l’œuvre au moment de sa conception, en alliant, comme il le faisait, des formes modernes à un motif généralement caché, les organes génitaux masculins. Surtout, le sculpteur, au courant du vêtement ajouté à la taille du père de La Famille, ne pouvait ignorer à ce moment-là les raisons de l’intervention policière. Il use donc ici d’une forme socratique d’ironie, puisqu’il prétend ne pas comprendre en jouant le rôle de l’innocent. La photographie accompagnant l’article, prise par le couple Zarov, fait écho aux paroles de l’artiste en montrant Roussil, sa femme et son jeune enfant, tous vêtus, prenant la pose de La Famille. La statue se trouve en arrière-plan, mais placée de façon à ce que le sexe masculin ne soit pas visible. L’ironie des propos du sculpteur est accentuée par cette photographie qui, tout comme les déclarations de Roussil, cache au lecteur du journal les raisons qui ont mené à la censure de la sculpture.

Les policiers montréalais, nouveaux « gardiens » de l’art moderne ?

  • 56 « Le service de Police de Montréal s’est intéressé de près à la sculpture durant ces dernières 24 h (...)
  • 57 « Une sculpture sur bois exposée au poste no 10 », cité n. 28.
  • 58 « The Statue… “The Boy Has Talent” […] », cité n. 28 ; Anonyme, « Une sculpture sur bois exposée au (...)
  • 59 « Il vous reste deux jours pour voir l’exposition de la sculpture “censurée” au poste de police no  (...)

22Pendant le laps de temps où La Famille fut conservée au poste de police, des journalistes s’amusèrent à comparer les agents de la paix à des collectionneurs d’art. La Gazette affirme par exemple : « The Montreal Police Department has been taking a great interest in sculpture during the last 24 hours. In fact they’ve even got a modern statue down at Station No. 1056. » Un parallèle est aussi fait entre le poste de police et une salle d’exposition. La Presse titre ainsi l’un de ses articles : « Une sculpture sur bois exposée au poste n1057 ». Ce faisant, sous la plume des journalistes, les policiers, qui ont pourtant joué le rôle de censeurs, deviennent les protecteurs de l’art. Selon la rumeur, une foule composée de critiques d’art et d’amateurs se serait d’ailleurs massée au poste de police après que certains journalistes ont invité le public à s’y rendre afin de voir l’œuvre de Roussil58. Ce lieu, que l’on cherche habituellement à éviter, est ainsi détourné de sa fonction réelle pour devenir un endroit que le public est invité à fréquenter en grand nombre. L’une de ces invitations se trouve dans un article de la Gazette : « You have two days left to see the “censored” sculpture display at Police Station, No. 10 in Montreal. The Police have announced that the show closes Monday when Montreal’s most-looked-at statue will be returned to Robert Roussil, the young war veteran, who carved it59. » La formulation parodie les invitations régulièrement lancées par les critiques d’art dans les pages des quotidiens lorsqu’ils convient le public à se rendre dans les galeries et musées de la métropole. En plaçant le mot « censored » (« censurée ») entre guillemets, l’auteur démontre qu’il est conscient de l’inefficacité de la mesure.

  • 60 Alexander 1949, cité n. 29, p. 4.
  • 61 « Au début, Roussil fut un peu étonné et même un peu blessé, lorsqu’il apprit que l’œuvre qui fit s (...)
  • 62 Anonyme, « La sculpture de M. Robert Roussil aux Galeries Marchant », La Presse, 14 novembre 1949, (...)
  • 63 La galerie se trouvait au 1262, Sherbrooke Ouest, soit à quelques blocs du musée des Beaux-Arts de (...)
  • 64 « Triomphe de l’impressionnisme et des jeux de la couleur », cité n. 63 ; « La sculpture de M. Robe (...)

23Inconnu jusqu’ici du public, le sculpteur se trouva soudainement au cœur de l’actualité, gagnant en renommée. Roussil semble ainsi plutôt avoir bénéficié d’un coup de publicité que d’une censure, une situation soulevée par certains journalistes60 et dont l’artiste était bien conscient. Un reporteur écrit au lendemain de l’affaire : « At first Roussil was a little astounded, even a bit hurt, when he heard his pride and joy was in the cooler. He felt that perhaps his reputation as a serious sculptor would be impaired through the resulting publicity. But today he finds that the entire fracas was a blessing. Roussil […] said that perhaps this was the best break he had experienced since taking up the serious task of becoming a Canadian sculptor61» Lorsque Roussil récupéra son œuvre, après sa sortie du commissariat, il s’empressa d’accepter l’invitation de Thomas L. Marchant (1914-1974), propriétaire des Galeries d’art Marchant, à exposer chez lui. La Famille, clou du spectacle, servit à publiciser l’exposition62. S’il ne nous a pas été possible de trouver d’autres informations sur cette galerie que le nom de son propriétaire et son adresse63, tout porte à croire que Marchant chercha à ce moment à profiter des retombées de la récente célébrité de Roussil et de la publicité engendrée par l’événement, puisqu’il ne semble pas que ses expositions aient jusqu’ici souvent attiré l’attention de la presse montréalaise64.

Le « procès d’un sans-culotte » : rire, dénoncer et réhabiliter

  • 65 La date exacte de la fin de l’exposition n’est pas précisée dans la presse recensée.
  • 66 Anonyme, « Résurrection de la statue scandaleuse », Le Petit Journal, 29 janvier 1950, p. 35. Dans (...)
  • 67 L’hégémonie du clergé s’effrite à partir des années 1930 et sa mainmise sur la population du Québec (...)
  • 68 Ce lien n’est toutefois jamais fait ni par les journalistes ni par Roussil.

24Au début du mois de décembre 1949, il n’était plus question de La Famille ni de Roussil dans les journaux montréalais. L’intérêt pour ce fait divers s’était envolé et l’exposition chez Marchant semble terminée65. Ce n’est qu’à la fin du mois de janvier que les Montréalais apprirent ce qui était advenu de la sculpture : elle avait été recueillie à Saint-Lambert, une banlieue de Montréal, par un ami de Roussil qui l’avait entreposée dans la cour de sa demeure. Deux articles, l’un du Petit Journal et l’autre du Canada, rapportent ces informations. Leur ton est empreint d’ironie et ils sont pourvus de références au catholicisme, notamment via les questions de la résurrection de l’œuvre et de sa filiation divine66. Le lien fait ici avec la religion dominante du Québec n’est certes pas anodin, compte tenu de l’importance du clergé catholique dans la province jusqu’au milieu du xxe siècle67, mais également du thème principal de la sculpture de Roussil, qui peut être rapprochée d’une représentation moderne de la Sainte Famille68.

  • 69 Prévost 1950, cité n. 66.
  • 70 Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, P765 : fonds d’archives Arthur Prévost, boît (...)
  • 71 Il est possible que Lecompte et Roussil se soient rencontrés lorsque les œuvres du second furent ex (...)
  • 72 Richard était responsable de l’organisation des expositions présentées chez Tranquille. Robillard 1 (...)

25Le texte du Canada se conclut par une question préparant le lectorat à la suite des événements : « Assisterons-nous à un procès en réhabilitation de la statue considérée comme indécente mais en tout point innocente de tout ce qui lui arrive69 ? » L’article est anonyme, selon la norme journalistique de l’époque, mais Arthur Prévost admit par la suite en être l’auteur70. Il fait revenir La Famille et Roussil dans l’actualité et prépare le terrain pour l’annonce du « procès d’un sans-culotte » que Prévost et ses acolytes Guil, Hamel, Lecompte71, Saint-Germain, Tranquille et Richard72 orchestrent pour le mois de février 1950.

  • 73 Il était possible d’y assister à des conférences ; l’endroit était d’ailleurs perçu comme une sorte (...)

26C’est la seconde fois depuis le début de l’affaire de La Famille qu’une référence est faite à la Révolution française, puisqu’après la Bastille, c’est l’expression « sans-culotte » qui est utilisée. Il est possible d’avancer que certaines des idées mises en avant par les sans-culottes du xviiie siècle se retrouvent dans l’initiative du comité organisateur montréalais, dont celle de l’importance d’un débat populaire permettant d’aborder les enjeux sociaux ainsi que les questions d’égalité et d’abus de pouvoir. De même, Roussil était proche du milieu ouvrier, duquel il était d’ailleurs issu. Ceci l’amena entre autres à instaurer la Place des arts, un atelier collectif qui devint un lieu de rencontres où se côtoyaient artistes et ouvriers afin de discuter d’art et de politique73.

  • 74 Une image de la sculpture avec sa « culotte » accompagne deux des neuf articles annonçant la tenue (...)
  • 75 Ibid. ; Gallant 1950, cité n. 48.
  • 76 Ibid. ; Stockdale 1950, cité n. 48 ; Gallant 1950, cité n. 48.

27Le comité provisoire du « procès d’un sans-culotte » ne fait toutefois aucun lien direct entre La Famille de Roussil et les sans-culottes de la Révolution française, ni dans l’invitation lancée aux journaux, ni dans les différents textes parus dans la presse. Cette appellation annonce plutôt le ton satirique du procès et fait référence de manière directe, non sans une pointe d’humour, à l’absence de vêtement de la sculpture – rappelons que le mot « culotte » fut aussi abondamment utilisé par les journalistes pour parler de l’étoffe dont les policiers revêtirent la sculpture74. Autrement dit, l’expression « sans-culotte » adoptée par le comité organisateur isole, pointe et ridiculise le geste hâtif des policiers après la saisie de l’œuvre et s’oppose à leurs actions consistant à retirer une sculpture de la rue avant de la rhabiller. Une fois de plus, l’utilisation des guillemets encadrant le terme « sans-culotte » souligne l’ironie du message véhiculé par les termes « arrestation75 » et « tribunal76 ».

  • 77 Une copie de l’invitation se trouve au musée des Beaux-Arts de Montréal, dans le dossier d’acquisit (...)
  • 78 Anonyme, « Procès à un sans-culotte », La Patrie, 19 février 1950, p. 80.
  • 79 « Art Is Long […] », cité n. 56 ; Alexander 1949, cité n. 29, p. 4.
  • 80 Voir l’invitation du comité.
  • 81 Prévost 1950, cité n. 36 ; « La sculpture de Roussil, jugée devant un “tribunal du peuple” », cité (...)

28Une invitation lancée aux médias et au public montre que ce procès parodique devait se tenir en deux temps. La première étape consistait à « choisir un juge, des assesseurs, un ou des accusateurs publics, un ou des avocats de la défense et un jury, […] tracer la marche du procès et […] décider si l’accusé devra[it] se présenter nu ou culotté dans la boîte77 ». Pour dénoncer la censure de l’œuvre, deux activités distinctes furent organisées : une « enquête préliminaire78 », le 27 février 1950, à la librairie Tranquille, puis le procès proprement dit, prévu comme étant celui de l’œuvre et non de son créateur, faisant ainsi écho aux événements de l’automne 1949. En effet, ce n’est pas l’artiste qui fut condamné, mais bien sa sculpture, traitée comme une véritable « criminelle » en étant mise en prison ; aucune accusation ne fut en revanche portée contre Roussil79. Dans l’invitation, le comité d’organisation rappelle aux Montréalais que la presse s’est « prononcée de façon non équivoque » sur l’affaire de La Famille l’automne précédent, rappelant ainsi l’appui offert dès le départ par les journalistes à Roussil80. La liste des invités conviés au procès et publiée dans différents journaux de l’époque est impressionnante. Elle comprend des artistes, des journalistes, des acteurs, des musiciens, des écrivains et des sportifs parmi les plus célèbres de Montréal81 (fig. 7).

Nom

Métier

Rôle dans le procès

BAULU, Roger

Commentateur radio

Avocat

BÉLIVEAU, Juliette

Actrice

Policière

CHARLAND

Homme de théâtre

Juge

CÔTÉ, Roland

Journaliste

Non mentionné

DAUTHUILLE, Laurent

Boxeur

Non mentionné

DE GRAMMONT, Éloi

Poète

Non mentionné

DELAGE, Gérard

Homme de théâtre

Juge

DENIS, Fernand

Éditeur du Petit Journal

Policier

DESBAILLETS, Jacques

Acteur (radio)

Huissier

DESPRÈZ, Jean

Journaliste, romancière

Avocat

DROUIN, Denis

Acteur

Policier

EUDES, Bernard

Producteur (concert)

Juré

GAGNON, Jean-Louis

Journaliste

Juré

GARAND, Roger

Acteur

Avocat

GARDONI

Accordéoniste

Non mentionné

GAUVREAU, Claude

Dramaturge et poète

Avocat de la sculpture

GÉLINAS, Gratien

Acteur et dramaturge

Juge

GERMAIN, Nicole

Actrice

Avocate

GUIL, Roger

Journaliste

Membre du comité préliminaire

HAMEL, Jean-Charles

Journaliste

Membre du comité préliminaire

L’ANGLAIS, Paul

Producteur (cinéma et radio)

Juré

LECOMPTE, André

Journaliste

Membre du comité préliminaire

LÉGARÉ, Ovila

Acteur

Policier

LEMELIN, Roger

Auteur

Juré

LÉVESQUE, René

Journaliste

Avocat

MASSON, Jean-Pierre

Acteur (radio)

Greffier du tribunal

MATHIEU, André

Pianiste

Témoin

MAUFETTE, Guy

Commentateur radio

Avocat

O’LEARY, Dostaler

Journaliste

Non mentionné

PRÉVOST, Arthur

Journaliste

Membre du comité préliminaire

RICHARD, Jean-Jules

Auteur et libraire chez Henri Tranquille

Secrétaire du comité préliminaire

SAINT-GERMAIN, Pierre

Journaliste

Membre du comité préliminaire

TRANQUILLE, Henri

Libraire

Membre du comité préliminaire

VAL, Barbara

Actrice

Non mentionné

Anonyme

Chauffeur de taxi

Non mentionné

Fig. 7 : Liste des personnalités devant participer au procès d’un sans-culotte selon les journaux montréalais.

  • 82 Certains déclinèrent l’invitation, par exemple Paul-Émile Borduas, dont la lettre, empreinte d’humo (...)
  • 83 Alexander 1949, cité n. 29, p. 4.
  • 84 Ibid. ; « La sculpture de M. Robert Roussil aux Galeries Marchant », cité n. 62. Il est aussi possi (...)
  • 85 « La sculpture de M. Robert Roussil aux Galeries Marchant », cité n. 62.
  • 86 « La police a coffré cette statue », cité n. 3.
  • 87 « La statue soi-disant indécente, transportée, dévoilée et exposée », cité n. 40.

29Il existe certes un certain flou quant à la présence de ces personnes à la soirée82, mais il faut insister sur le fait que la mention des participants potentiels n’est en aucun cas anodine : à l’exception du chauffeur de taxi anonyme, chacune de ces personnes était en effet bien connue et bénéficiait alors d’un certain prestige. En proposant ainsi une surenchère de personnalités, le comité met en place une stratégie satirique visant à attirer l’attention du lectorat et à accroître la visibilité de l’événement. Elle sert aussi à démontrer aux Montréalais le ridicule de la réaction des policiers à l’égard de La Famille en novembre 1949, à moins que celle-ci n’ait été largement exagérée. En effet, il est possible de croire que les policiers aient pris part à la blague, puisqu’ils avouèrent à la presse avoir pris beaucoup de plaisir à cette affaire83. Il semble même que l’aventure ait mené à une certaine complicité entre certains d’entre eux et l’artiste, comme l’explique Roussil dans quelques textes publiés à l’automne 194984. Par exemple, La Presse laissa entendre que le sculpteur n’eut pas « à se plaindre des policiers qui, au contraire, se [montrèrent] extrêmement gentils à son égard, particulièrement le sergent Marquis85 ». Celui-ci aurait rendu une faveur au sculpteur, puisqu’il « eu[t] la gentillesse de garder le “Groupe familial” jusqu’à ce qu’on lui [trouva] un gîte86 ». Il est aussi possible de lire dans Le Canada que : « [l]e sculpteur n’[eut] que des félicitations à adresser à la police “qui [sut] comprendre les choses et aussi au sergent, qui [fut] un père pour moi”87 ». Plus tard, Henri Tranquille raconta lui aussi que les policiers étaient complices de Roussil :

  • 88 Louise Deschênes, « Henri Tranquille. Libraire et témoin de nos arts et lettres », Perspectives-Dim (...)

Un après-midi, le sculpteur vit arriver une auto-patrouille à cet endroit. Deux policiers en descendirent, armés d’une grande toile. Comme ils s’apprêtaient, après l’avoir détrônée, à emporter la statue dans le fourgon, Roussil leur demanda : « Pourquoi apportez-vous ma statue ? qu’est-ce qu’elle a ? avez-vous quelque chose contre elle ? – Ben non ! on n’a rien contre ta statue, mais on a reçu l’ordre de venir l’enlever. C’est ce qu’on fait. » Ils font mine de la remettre en place. Alors Roussil les arrête et leur dit : « Savez-vous, les gars, au fond j’sais pas trop quoi en faire. Vous pourriez pas la garder quelques jours ? »88

  • 89 Voir entre autre le film de Werner Volkmer, Roussil ou le Curieux Destin d’un anarchiste impénitent(...)

30Cette connivence pourrait d’ailleurs expliquer la présence des photographes de presse au poste de police lorsque la « culotte » fut nouée autour de la taille du personnage masculin de La Famille. Bien qu’il ait parlé en novembre 1949 de sa bonne entente avec le corps policier, Roussil n’a jamais raconté de version semblable par la suite, continuant plutôt à affirmer toute sa vie que les policiers avaient joué le rôle de censeurs et que leur réaction fut grandement exagérée. Si l’histoire racontée par Tranquille, proche de Roussil, est vraie, on pourrait alors en déduire que le sculpteur aurait adapté le récit pour servir l’image qu’il voulait projeter, celle d’un artiste s’étant battu toute sa carrière durant contre le pouvoir de l’État et la censure89.

  • 90 Gallant 1950, cité n. 48.

31En incarnant des rôles associés au tribunal et ordinairement tenus dans des circonstances qui demandent sérieux et décorum, comme ceux de juges, témoins ou avocats, les personnalités conviées au procès du sans-culotte inversent l’ordre des choses, jouant de manière presque théâtrale une véritable parodie du système judiciaire, dans un esprit satirique. Ainsi le pianiste André Mathieu (1929-1968) fut-il cité à comparaître à titre de témoin, ce que le jeune prodige accepta de faire, bien qu’il avouât à la journaliste et écrivaine Mavis Gallant (1922-2014) ne pas être certain d’avoir été à Montréal au moment de l’arrestation de la sculpture90. Ce qui serait considéré comme un parjure dans un véritable tribunal participe ici au comique satirique de l’événement.

  • 91 « La sculpture de Roussil, jugée devant un “tribunal du peuple” », cité n. 48.

32La parodie du système judiciaire proposée par le comité du procès d’un sans-culotte et la manière avec laquelle on insista sur la présence de la sculpture à la barre des accusés91 pointent l’absurdité de la situation. Les organisateurs espéraient aussi, en raillant la réaction initiale des policiers (recouvrir l’œuvre d’un drap avant de la mettre dans le fourgon, puis la couvrir d’un pagne une fois au commissariat, à l’abri des regards de la foule), dénoncer la pudeur excessive qui mena à la censure afin d’innocenter la sculpture (et son auteur).

  • 92 Gauvreau et Dussault 1993, cité n. 82, p. 193.
  • 93 Gauvreau confia même à son correspondant avoir été malade durant plusieurs jours, à cause de la qua (...)

33Selon le poète Claude Gauvreau, la soirée préliminaire durant laquelle fut préparé le « procès » fut bien arrosée, les préparatifs ayant commencé deux heures plus tard que prévu. Gauvreau se souvient : « [Un] buffet exclusivement liquide servit à nous rendre tous souls assez tôt92. » Il insista ainsi sur le fait que la soirée préliminaire ressembla davantage à une beuverie qu’à un véritable débat93.

  • 94 André Lecompte, « L’œil en coulisse », Le Petit Journal, 26 février 1950, p. 65.

34L’exubérance est aussi présente dans un texte d’André Lecompte affirmant qu’« une centaine de personnes » auraient demandé à Tranquille s’ils pouvaient assister au procès et que « certains journaux américains [durent] même envoyer des représentants à Montréal pour y assister94 ».

  • 95 Ibid.

35Malgré l’absence apparente de discussions au sujet de la censure et du sort réservé à La Famille lors de la soirée préliminaire, le rire et la raillerie se trouvaient au cœur de l’initiative de Prévost et de ses acolytes. L’invitation lancée par le comité organisateur donne le ton de la soirée, puisqu’on y lit que le peuple est convié à participer en grand nombre à la réunion, que ce soit « avec ou sans le sourire95 » ; le texte insiste aussi sur la présence de la sculpture « dans le box des accusés » et s’amuse de l’« animisme » qui lui est associé. Ce texte est accompagné de la photo du policier affairé à nouer l’étoffe autour de la taille du personnage masculin.

  • 96 Stockdale 1950, cité n. 48.

36Cette photo fut aussi parodiée lors de la rencontre préliminaire du 27 février 1950 par un photographe du Herald96. Se livrant à une reconstitution, un dénommé Zed Koenig imite le geste du policier, tendant les bras vers Roussil qui personnifie une fois de plus le père de La Famille, et dont la taille est couverte d’un tissu semblable à celui qui servit à habiller sa sculpture quelques mois plus tôt. Les deux autres personnes immortalisées par la photographie, en train de comparer la pose de Koenig et de Roussil avec la photographie ornant l’invitation au procès, sont Pierre Saint-Germain et Roger Guil, deux des co-organisateurs de l’événement. Cette image démontre que la cible principale de la soirée n’est nulle autre que le corps policier ayant agi à titre de censeur l’automne précédent.

  • 97 Ibid.
  • 98 La plupart des baux des locataires au Québec se terminent à date fixe. Aujourd’hui fixée au 1er jui (...)
  • 99 Anonyme, « Sursis obtenu pour la statue », Le Canada, 6 mars 1950, p. 14.
  • 100 Il est aussi possible de croire que plusieurs des acteurs impliqués dans le procès du sans-culotte (...)

37Un article publié au lendemain de la rencontre préparatoire rapporta que le procès se tiendrait à la fin du mois de mars97. Un second texte paru quelques semaines plus tard annonça son report en mai, période qui correspondait alors au Québec à celle des déménagements98, symbolisant ainsi, selon son auteur, le sort de la sculpture, qui avait « subi jusqu’ici, bon nombre de déplacements99 » : du jardin de Prévost au terrain jouxtant le musée des Beaux-Arts, de la rue au poste de police, des galeries Marchant jusqu’au terrain d’une maison de Saint-Lambert. Il semble toutefois que le projet ait été abandonné et que le débat tant désiré par le comité d’organisation n’eut jamais lieu, puisqu’aucun texte à son sujet ne fut publié par la suite et qu’aucun témoignage sur sa tenue ne fut retrouvé. Ceci semble étonnant puisque, bien que le mécontentement éveillé par la censure de l’art ait circulé dans la presse au moment de la rencontre préparatoire, la tenue de la soirée aurait sans doute permis de débattre davantage de la question. Elle aurait aussi sans doute suscité la publication d’autres articles afin d’attirer encore plus l’attention du public100. Cependant, la tenue du procès en tant que tel devint inutile puisque l’objectif satirique derrière l’événement était pleinement atteint, d’une part grâce à l’importante couverture médiatique dont il avait bénéficié au préalable et, d’autre part, par la fête arrosée que fut la soirée préliminaire.

Conclusion

38En examinant la réception de La Famille, il est possible de comprendre le rôle joué par les journalistes dans l’ensemble de cette affaire, à tel point qu’il est permis de croire que la découverte de l’œuvre en pleine rue, un matin de novembre 1949, fut probablement un événement orchestré par certains d’entre eux et par l’artiste lui-même pour réaliser un « coup » publicitaire. La censure de l’œuvre peu après son apparition près du musée des Beaux-Arts est loin d’avoir miné ces efforts d’autopromotion. En effet, l’emploi de l’ironie, de la satire et, dans une moindre mesure, de la parodie amena un renversement sur le plan censorial et contribua à propulser Roussil et son œuvre au cœur de l’actualité de la métropole. Ceci se produisit non seulement dans les jours qui suivirent l’intervention des policiers, mais aussi plusieurs mois après. L’anecdote de cette censure est d’ailleurs inlassablement racontée par les journalistes et les historiens de l’art qui traitent depuis de l’art de Roussil. Les policiers, s’ils ont d’abord été présentés comme les instigateurs de la censure, semblent plutôt avoir participé de bon cœur à cette affaire. Enfin, la saisie de La Famille permit aussi aux journalistes, à Roussil et à ses amis de prendre publiquement position contre la censure dans le domaine artistique, à une époque où les productions culturelles étaient observées avec attention par les autorités gouvernementales et cléricales. Ainsi, le « procès du sans-culotte », annoncé dans de nombreux articles de journaux populaires, et l’invitation à y assister lancée au public participèrent pleinement du désir du comité organisateur de susciter le débat sur cette question et sur les conséquences que la censure avait alors sur la société.

Notes

1 Pour un bon compte rendu des événements entourant l’affaire de La Famille, voir Lise Lamarche, « La Famille de Robert Roussil. Chronique d’une sculpture », dans id., Textes furtifs. Autour de la sculpture (1978-1999), Montréal, Centre de diffusion 3D (« Lieudit »), 1999, p. 57-73.

2 Anonyme, « Now Behind Bars, Unclad Statue Draws Protests », The Montreal Star, 10 novembre 1949, p. 14.

3 John Walsh, « Art on Sherbrooke St. Lawn Shocks Art-Loving Citizens », The Herald, 11 novembre 1949, p. 3 ; Anonyme, « La police a coffré cette statue », Le Petit Journal, 18 novembre 1949, p. 35.

4 Les principaux journaux francophones et anglophones publiés à Montréal en 1949 ont été dépouillés afin de retrouver les articles portant sur la censure de La Famille. Cela inclut la presse d’information (La Presse, La Patrie, Le Canada, Le Devoir, The Gazette, The Montreal Star), ainsi que quelques tabloïds qui misent sur le divertissement, les photographies, les chroniques et les faits divers (Le Petit Journal, The Herald, The Standard). Toutes les publications consultées paraissent quotidiennement, à l’exception du Petit Journal et du Standard, qui sont des hebdomadaires.

5 Premier ministre du Québec de 1936 à 1939, puis de 1944 à 1959.

6 Voir notamment Xavier Gélinas et Lucia Ferretti, Duplessis : son milieu, son époque, Québec, Septentrion, 2010.

7 Pierre Hébert, Yves Lever et Kenneth Landry (dir.), Le Dictionnaire de la censure au Québec : littérature et cinéma, Montréal, Fides, 2006, p. 416-418.

8 Ibid., p. 221.

9 Gélinas et Ferretti 2010, cité n. 6, p. 218-226.

10 Pierre Hébert, Censure et littérature au Québec. Des vieux couvents au plaisir de vivre, 1920-1959, avec la collaboration d’Élise Salaün, Montréal, Fides, 2004, p. 142-145.

11 Yves Lever, Anastasie ou la censure du cinéma au Québec, Québec, Septentrion, 2008, p. 150-152.

12 Gélinas et Ferretti 2010, cité n. 6 ; É.-Martin Meunier et Jean-Philippe Warren, Sortir de la “grande noirceur”. L’horizon “personnaliste” de la Révolution tranquille, Québec, Septentrion, 2002.

13 Alexandre Dumas, « “Les évêques mangent dans ma main.” Les relations entre l’Église et l’État sous Maurice Duplessis (1944-1959) », Revue d’histoire de l’Amérique française, 69/4, 2016, p. 63-67.

14 Le manifeste a été réédité de nombreuses fois depuis. Voir notamment Paul-Émile Borduas, Refus global et autres écrits. Essais, éd. André-Gilles Bourassa et Gilles Lapointe, Montréal, Typo (« Essai »), 2010.

15 Ces artistes ont, dans les années suivantes, marqué la sphère artistique du Québec, notamment par le développement de la peinture non figurative.

16 L’École du meuble, comme les autres écoles d’enseignement technique où étaient transmises les connaissances sur les arts et métiers, était sous la responsabilité du gouvernement du Québec et non du clergé. Fernand Harvey, « Le gouvernement Duplessis, l’éducation et la culture, 1944-1959 », Les Cahiers des dix, 68, 2014, p. 169-247, ici p. 172.

17 François-Marc Gagnon, Chronique du mouvement automatiste québécois, 1941-1954, Montréal, Lanctôt éditeur (« L’histoire au présent »), 1998.

18 Son statut s’apparentait à celui de chargé de cours. Lamarche 1999, cité n. 1, p. 71.

19 Raymond Giroux et Alyne Lebel, « Henri Tranquille : libraire de l’avant-garde », Cap-aux-Diamants. La revue d’histoire du Québec, 4/4, 1989, p. 15-17.

20 Anonyme, « Robert Roussil, sculpteur, expose », Le Canada, 6 juillet 1949, p. 6 ; Charles Hamel, « L’art vigoureux et sincère de Robert Roussil », Le Canada, 9 juillet 1949, p. 5 ; Anonyme, « Rétrospective réussie chez Tranquille », Le Devoir, 30 juillet 1949, p. 3 ; Pierre Saint-Germain, « Rétrospective chez Tranquille », Le Petit Journal, 31 juillet 1949, p. 46.

21 Il n’a pas été possible de trouver la preuve que Lecompte a rencontré Roussil lorsque ses œuvres étaient exposées chez Tranquille. Ceci ne veut toutefois pas dire que les deux hommes ne s’y sont pas croisés.

22 Yves Robillard, « Les lieux de la nouvelle expression de 1940 à 1980 », ETC, 12, 1990, p. 10-14, ici p. 11. Jean-Jules Richard semble être à l’extérieur du pays au moment des deux vernissages. André Lecompte, « L’œil en coulisse », Le Petit Journal, 3 juillet 1949, p. 59 ; André Lecompte, « L’œil en coulisse », Le Petit Journal, 31 juillet 1949, p. 60.

23 La série, intitulée « Pour un bain de rhum », fut publiée du 13 février au 27 mars 1949.

24 Anonyme, « Le “Groupe familial” indécent ou non ? », La Patrie, 15 novembre 1949, p. 6.

25 Anonyme [Arthur Prévost], « L’artiste Roussil est bûcheron, pour mieux réussir la sculpture », Le Petit Journal, 25 septembre 1949, p. 48. L’article n’est pas signé, mais un document retrouvé dans les archives de Prévost confirme qu’il en est l’auteur. Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, P765 : fonds d’archives Arthur Prévost, boîte 2C 023-03-06-001A-01 1999-04-015\3. Ce document permet aussi d’attribuer à Prévost plusieurs articles anonymes portant sur Roussil et La Famille.

26 Lise Lamarche croit aussi que « [c]es détails biographiques [eurent] des incidences sur la suite des événements ». Lamarche 1999, cité n. 1, p. 59.

27 « Le “Groupe familial” indécent ou non ? », cité n. 24. Il n’y a cependant pas d’archives permettant de confirmer la tenue d’une telle exposition. Lamarche 1999, cité n. 1, p. 71.

28 Anonyme, « Une statue se balade… », Le Devoir, 10 novembre 1949, p. 1 ; Anonyme, « The Statue… “The Boy Has Talent:” Art Comes to the Police Department in Big, and Rather Embarrassing, Way », The Gazette, 11 novembre 1949, p. 13 ; Anonyme, « Une sculpture sur bois exposée au poste no 10 », La Presse, 11 novembre 1949, p. 45 ; Anonyme, « Le nu est-il chaste ? », Le Canada, 11 novembre 1949, p. 1 ; Anonyme, « La police a coffré cette statue », cité n. 3.

29 « Now Behind Bars, Unclad Statue Draws Protests », cité n. 2 ; J. W. Alexander, « Statue’s Arrest May Aid Sculptor », The Standard, 12 novembre 1949, p. 4 ; « Le “Groupe familial” indécent ou non ? », cité n. 24.

30 Anonyme, « Off to Bastille », The Herald, 11 novembre 1949, p. 1 ; « La police a coffré cette statue », cité n. 3.

31 Anonyme, « Police Release Diapered Statue », The Standard, 12 novembre 1949, p. 4.

32 Lise Lamarche attribue la photographie à Basil Zarov seulement, ne faisant aucune allusion ni à Richard Arless ni à Annette Zarov. Voir Lamarche 1999, cité n. 1, p. 61.

33 « La police a coffré cette statue », cité n. 3.

34 Une référence à la Bastille est aussi faite dans Walsh 1949, cité n. 3, p. 3.

35 Elle est parue avec l’article « The Statue… “The Boy Has Talent” […] », cité n. 28.

36 On peut la voir dans les articles : « Now Behind Bars, Unclad Statue Draws Protests », cité n. 2 ; « Le nu est-il chaste ? », cité n. 28 ; Anonyme [Arthur Prévost], « Un procès en réhabilitation… artistique », Le Canada, 18 février 1950, p. 3.

37 « Le problème, du point de vue de la police, c’est que les personnages sont tout (chut !) nus. » Alexander 1949, cité n. 29, p. 4.

38 Anonyme, « Monument prétendu indécent », Le Canada, 10 novembre 1949, p. 8.

39 Ibid.

40 Anonyme, « La statue soi-disant indécente, transportée, dévoilée et exposée », Le Canada, 14 novembre 1949, p. 3.

41 « La police a coffré cette statue », cité n. 3.

42 « The Statue… “The Boy Has Talent” […] », cité n. 28.

43 Anonyme, « La police confisque une sculpture “osée” », La Presse, 10 novembre 1949, p. 51.

44 Ibid.

45 « La statue soi-disant indécente, transportée, dévoilée et exposée », cité n. 40.

46 Anonyme, « Unwanted Masterpiece: Police Give Sculptor 2 Days to Rid Station of Statue », The Montreal Star, 11 novembre 1949, p. 48 ; Walsh 1949, cité n. 3, p. 3.

47 « Off to Bastille », cité n. 30.

48 Alexander 1949, cité n. 29, p. 4 ; Prévost 1950, cité n. 36 ; Anonyme, « La sculpture de Roussil, jugée devant un “tribunal du peuple” », Le Petit Journal, 19 février 1950, p. 39 ; Mavis Gallant, « Statue’s “Trial” Set for Monday », The Standard, 25 février 1950, p. 4 ; John Stockdale, « Public Meet to “Try” “Arrested” Statuary », The Herald, 18 février 1950, p. 4. Le mot « arrestation » est parfois placé entre guillemets.

49 « La police a coffré cette statue », cité n. 3.

50 « Now Behind Bars, Unclad Statue Draws Protests », cité n. 2.

51 Ibid.

52 « The Statue… “The Boy Has Talent” […] », cité n. 28.

53 « La police a coffré cette statue », cité n. 3. Aussi Prévost 1950, cité n. 36 ; « La sculpture de Roussil, jugée devant un “tribunal du peuple” », cité n. 48.

54 Anonyme, « “Peace” Causes Commotion: Sculptor’s Nude Creation Put Police in Quandary », The Montreal Star, 5 mars 1951, p. 24.

55 Alexander 1949, cité n. 29, p. 4.

56 « Le service de Police de Montréal s’est intéressé de près à la sculpture durant ces dernières 24 heures. Ils ont d’ailleurs même installé une statue moderne au poste no 10. » « The Statue… “The Boy Has Talent” […] », cité n. 28. Une idée semblable se retrouvait aussi dans « Now Behind Bars, Unclad Statue Draws Protests », cité n. 2 ; Anonyme, « Art Is Long But Time Is Fleeting To See Sculpture at Police Station », The Gazette, 12 novembre 1949, p. 3.

57 « Une sculpture sur bois exposée au poste no 10 », cité n. 28.

58 « The Statue… “The Boy Has Talent” […] », cité n. 28 ; Anonyme, « Une sculpture sur bois exposée au poste no 10 », cité n. 28 ; « Unwanted Masterpiece […] », cité n. 46.

59 « Il vous reste deux jours pour voir l’exposition de la sculpture “censurée” au poste de police no 10, à Montréal. La police a annoncé que l’exposition se terminerait lundi, lorsque la statue la plus en vue de Montréal sera rendue à Robert Roussil, jeune vétéran de la guerre, qui l’a sculptée. » « Art Is Long […] », cité n. 56.

60 Alexander 1949, cité n. 29, p. 4.

61 « Au début, Roussil fut un peu étonné et même un peu blessé, lorsqu’il apprit que l’œuvre qui fit sa fierté et sa joie se trouvait derrière les barreaux. Il pensa que sa réputation de sculpteur sérieux serait peut-être entachée par la publicité qui en résulterait. Mais aujourd’hui, il trouve que tout ce fracas fut une bénédiction. Roussil […] dit que ce fut peut-être la meilleure ouverture qu’il ait connue depuis qu’il entreprit la sérieuse tâche de devenir un sculpteur canadien. » Ibid.

62 Anonyme, « La sculpture de M. Robert Roussil aux Galeries Marchant », La Presse, 14 novembre 1949, p. 17.

63 La galerie se trouvait au 1262, Sherbrooke Ouest, soit à quelques blocs du musée des Beaux-Arts de Montréal, situé sur la même rue. Adrien Robitaille, critique d’art au Devoir, usait d’une orthographe légèrement différente lorsqu’il parlait de l’endroit qu’il nommait « Merchant Gallery » ou « Galerie Merchant » dans deux critiques d’exposition à l’automne 1949. Adrien Robitaille « Triomphe de l’impressionnisme et des jeux de la couleur », Le Devoir, 7 octobre 1949, p. 6 ; id., « Sculpteur qui vaut mieux que le tapage fait autour de lui », Le Devoir, 30 novembre 1949, p. 6.

64 « Triomphe de l’impressionnisme et des jeux de la couleur », cité n. 63 ; « La sculpture de M. Robert Roussil aux Galeries Marchant », cité n. 62 ; « Sculpteur qui vaut mieux que le tapage fait autour de lui », cité n. 63 ; R. B., « L’expo Roussil. Le Musée du Vatican et la sculpture », Le Canada, 26 novembre 1949, p. 3. Il est possible que la durée de vie de la galerie Marchant ait été assez éphémère, ce qui expliquerait la rareté des articles mentionnant l’endroit et son absence des travaux des historiens de l’art Yves Robillard et Hélène Sicotte. Voir Robillard 1990, cité n. 22 ; Hélène Sicotte, « Un état de la diffusion des arts visuels à Montréal. Les années 1950 : lieux et chronologie. Première partie : 1950 à 1955 », Annales d’histoire de l’art canadien, 15/1, 1992, p. 64-95.

65 La date exacte de la fin de l’exposition n’est pas précisée dans la presse recensée.

66 Anonyme, « Résurrection de la statue scandaleuse », Le Petit Journal, 29 janvier 1950, p. 35. Dans Le Canada, la filiation chrétienne est aussi bien présente puisque La Famille y est associée à l’arbre de Jessé. Anonyme [Arthur Prévost], « Statue indécente qui subit l’épreuve du… pic à glace », Le Canada, 30 janvier 1950, p. 14.

67 L’hégémonie du clergé s’effrite à partir des années 1930 et sa mainmise sur la population du Québec est dénoncée par plusieurs intellectuels, dont les signataires du Refus global.

68 Ce lien n’est toutefois jamais fait ni par les journalistes ni par Roussil.

69 Prévost 1950, cité n. 66.

70 Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, P765 : fonds d’archives Arthur Prévost, boîte 2C 023-03-06-001A-01 1999-04-015\3.

71 Il est possible que Lecompte et Roussil se soient rencontrés lorsque les œuvres du second furent exposées chez Tranquille, mais nous ne disposons pour le moment pas de preuve corroborant cette hypothèse.

72 Richard était responsable de l’organisation des expositions présentées chez Tranquille. Robillard 1990, cité n. 22, p. 11.

73 Il était possible d’y assister à des conférences ; l’endroit était d’ailleurs perçu comme une sorte d’université populaire. Voir Marc Comby, « In memoriam. Il y a 60 ans, Robert Roussil fondait l’Atelier de la Place des arts », Bulletin d’histoire politique, 22/1, 2013, p. 11-15.

74 Une image de la sculpture avec sa « culotte » accompagne deux des neuf articles annonçant la tenue du procès. Prévost 1950, cité n. 36 ; « La sculpture de Roussil, jugée devant un “tribunal du peuple” », cité n. 48.

75 Ibid. ; Gallant 1950, cité n. 48.

76 Ibid. ; Stockdale 1950, cité n. 48 ; Gallant 1950, cité n. 48.

77 Une copie de l’invitation se trouve au musée des Beaux-Arts de Montréal, dans le dossier d’acquisition de La Famille (n68.1990).

78 Anonyme, « Procès à un sans-culotte », La Patrie, 19 février 1950, p. 80.

79 « Art Is Long […] », cité n. 56 ; Alexander 1949, cité n. 29, p. 4.

80 Voir l’invitation du comité.

81 Prévost 1950, cité n. 36 ; « La sculpture de Roussil, jugée devant un “tribunal du peuple” », cité n. 48 ; Anonyme [Arthur Prévost], « Pour juger la statue selon les statuts », Le Canada, 25 février 1950, p. 3 ; Stockdale 1950, cité n. 48 ; Gallant 1950, cité n. 48.

82 Certains déclinèrent l’invitation, par exemple Paul-Émile Borduas, dont la lettre, empreinte d’humour, fut publiée quelques années plus tard dans un numéro de La Barre du jour, sous le pseudonyme « A/Z 1er ». Faisant allusion à demi-mot au texte de Refus global, à sa réception et à son propre renvoi de l’École du meuble en raison du contenu du texte, Borduas justifie ainsi son absence : « Dans le passé je me suis assez compromis […] pour qu’il me soit maintenant interdit de défendre publiquement, ou même d’accuser, cet énorme Sans-Culotte. » A/Z 1er [Paul-Émile Borduas], lettre à Jean-Jules Richard, La Barre du jour, 17-20, 1969, p. 45. La correspondance du poète et dramaturge automatiste Claude Gauvreau (1925-1971) témoigne de sa participation à la soirée, en raison de la sympathie qu’il éprouvait pour Roussil. Claude Gauvreau et Jean-Claude Dussault, Correspondance 1949-1950, Montréal, l’Hexagone, 1993, p. 192-194. La présence de plusieurs des autres invités est également fort probable, puisque certains entretenaient des relations amicales ou professionnelles avec les co-organisateurs du « procès ». André Mathieu côtoyait par exemple Henri Tranquille et Prévost était un ami de son père, Rodolphe Mathieu (1890-1962). Georges Nicholson, André Mathieu. Biographie. Précédée d’un entretien avec Alain Lefèvre, Montréal, Québec Amérique (« biographie »), 2010, p. 223 et 422. Tranquille affrontait aussi souvent Roger Lemelin aux échecs. Giroux et Lebel 1989, cité n. 19, p. 15.

83 Alexander 1949, cité n. 29, p. 4.

84 Ibid. ; « La sculpture de M. Robert Roussil aux Galeries Marchant », cité n. 62. Il est aussi possible de croire que ces déclarations d’amitié soient empreintes d’une forte dose d’ironie, dans le but de réprouver le comportement des policiers, contrastant donc avec les véritables relations qu’ils auraient entretenues avec l’artiste.

85 « La sculpture de M. Robert Roussil aux Galeries Marchant », cité n. 62.

86 « La police a coffré cette statue », cité n. 3.

87 « La statue soi-disant indécente, transportée, dévoilée et exposée », cité n. 40.

88 Louise Deschênes, « Henri Tranquille. Libraire et témoin de nos arts et lettres », Perspectives-Dimanche, 21 janvier 1973, p. 22.

89 Voir entre autre le film de Werner Volkmer, Roussil ou le Curieux Destin d’un anarchiste impénitent, Aquilon film, Société grics, 2003, 50 min. L’artiste raconte devant la caméra comment les événements de 1949 se sont déroulés. Concernant les idées de Roussil sur l’art, le pouvoir et la censure, voir aussi ses manifestes : Robert Roussil et Claude Jasmin, Manifeste, Montréal, Les Éditions du Jour (« Les Idées du jour »), 1965 ; Robert Roussil, Denys Chevalier et Pierre Perreault, L’Art et l’État, Montréal, Éditions du Parti Pris, 1973 ; Robert Roussil et Michel Gaudet, Vers l’universalité le cul par terre, Montréal, s. n., 1977.

90 Gallant 1950, cité n. 48.

91 « La sculpture de Roussil, jugée devant un “tribunal du peuple” », cité n. 48.

92 Gauvreau et Dussault 1993, cité n. 82, p. 193.

93 Gauvreau confia même à son correspondant avoir été malade durant plusieurs jours, à cause de la quantité d’alcool ingurgitée durant cette soirée. Ibid.

94 André Lecompte, « L’œil en coulisse », Le Petit Journal, 26 février 1950, p. 65.

95 Ibid.

96 Stockdale 1950, cité n. 48.

97 Ibid.

98 La plupart des baux des locataires au Québec se terminent à date fixe. Aujourd’hui fixée au 1er juillet, cette date fut jusqu’en 1970 le 1er mai.

99 Anonyme, « Sursis obtenu pour la statue », Le Canada, 6 mars 1950, p. 14.

100 Il est aussi possible de croire que plusieurs des acteurs impliqués dans le procès du sans-culotte étaient occupés durant le mois de mars 1950 à d’autres manifestations contre la censure et la répression, telles que l’exposition des Rebelles, qui se tint du 18 au 25 mars 1950 à Montréal. Il s’agissait d’une sorte de Salon des refusés organisé afin de contester les décisions du jury du Salon annuel du musée des Beaux-Arts, jugé peu enclin à accepter les nouvelles propositions plastiques. Roussil y participa et joua un rôle dans son organisation. Gagnon 1998, cité n. 17, p. 660-687. De même, la librairie Tranquille fut l’hôte de la commémoration du centième anniversaire de Balzac, organisée pour défier le clergé québécois, qui désapprouvait fortement la lecture des œuvres de cet auteur français et s’était opposé aux célébrations. Roussil fut l’un des participants actifs de ces célébrations. Hébert, Lever et Landry 2006, cité n. 7, p. 67-70.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Robert Roussil, La Famille, 1949, épinette enduite de cire rouge, 318 × 74 × 66 cm, Montréal, musée des Beaux-Arts, inv. 1990.37, don de Bernard Janelle.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/8344/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Fig. 2 : Robert Roussil aux côtés de La Famille, 1949, photographie, Québec, musée national des Beaux-Arts du Québec, fonds Robert Roussil (P20).
Crédits Source : musée national des Beaux-Arts du Québec.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/8344/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende Fig. 3 : Arless-Zarov, La Famille mise dans le fourgon de police, 1949, photographie, Québec, musée national des Beaux-Arts du Québec, fonds Robert Roussil (P20).
Crédits Source : musée national des Beaux-Arts du Québec.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/8344/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Fig. 4 : Photographie anonyme reproduite dans Le Petit journal, 18 novembre 1949, p. 35.
Crédits Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/8344/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 5 : David Bier, photographie reproduite dans The Gazette, 11 novembre 1949, p. 13, Québec, musée national des Beaux-Arts du Québec, fonds Robert Roussil (P20).
Crédits Source : musée national des Beaux-Arts du Québec.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/8344/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 6 : Robitaille, photographie reproduite dans Le Canada, 11 novembre 1949, p. 1.
Crédits Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/8344/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

Auteur

Université du Québec à Montréal

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search