Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Image railleuse

 | 
Laurent Baridon
, 
Frédérique Desbuissons
, 
Dominic Hardy

Espaces du satirique

Eat it, don’t tweet it

L’alimentation dans la satire vidéo aux États-Unis

Fabio Parasecoli

Texte intégral

1Dans un restaurant agréable et décontracté, un jeune couple est accueilli par une serveuse, qui leur explique en souriant le fonctionnement de l’établissement. Elle explique d’abord que la maison offre de « petits plats familiaux de style tapas », des « plats minuscules à partager entre huit personnes » dans le style « familial » états-unien, c’est-à-dire des plats assez copieux pour que la table entière puisse les partager. Comme le couple a faim, la serveuse conseille de commander entre cinq et dix-huit plats, tout en précisant que, de toute façon, la table est tellement petite qu’elle ne peut en contenir que trois. Quand le monsieur demande s’il n’y a rien de plus substantiel, la serveuse répond que oui, l’un des plats est « fucking enormous », mais qu’elle ne lui dira pas lequel. L’utilisation d’un gros mot, en conflit avec le ton jusque-là très obséquieux, souligne l’absurdité de la situation, amplifiée par la présentation de plats dont on ne comprend rien. Quand le monsieur demande s’il est possible de connaître leur prix, la serveuse lui fait remarquer qu’elle pourrait bien les lui donner, mais qu’il aurait alors l’air d’un pingre. Les boissons aussi sont prétentieuses et chères. Enfin, la serveuse annonce que les plats arriveront dans le désordre. Pendant toute la conversation, le couple semble tout à fait à l’aise, comme habitué à ce genre de service. En fait, ils semblent heureux et excités de pouvoir profiter de l’expérience.

  • 1 CollegeHumor, Everything Wrong with Trendy Restaurants, 29 septembre 2015, vidéo, 2 min 56 s, [en l (...)
  • 2 « About », CollegeHumor, 2018, [en ligne] URL : www.collegehumor.com/static/about.

2Évidemment, il ne s’agit pas ici d’un documentaire sur les restaurants états-uniens, mais d’une vidéo satirique intitulée Everything Wrong with Trendy Restaurants1. Ce court métrage de moins de trois minutes est produit par CollegeHumor Media, « une société de divertissement en ligne ciblant un public de personnes entre 18 et 49 ans2 ». Ce canal internet utilise souvent l’ironie et la satire pour faire la critique – souriante mais tranchante – des mœurs des États-Uniens.

3Le sketch bref a une longue histoire aux États-Unis, depuis le théâtre de vaudeville en passant par les courts métrages cinématographiques, les programmes de variété, la comédie à la télévision et, plus récemment, la diffusion en ligne. Ces dernières années, ce genre très populaire a vu se multiplier les thèmes gastronomiques, parmi lesquels celui des restaurants, des lieux devenus importants dans l’imaginaire états-unien.

4Dans cet article, je m’attacherai à la présence de l’alimentation et de la nourriture dans les formes brèves de satire audiovisuelle contemporaine aux États-Unis : sketches dans des émissions comiques télévisées, dessins animés de South Park et vidéos sur Internet. Bien que ces formes médiatiques se soient développées séparément dans des contextes et des périodes différents, elles dialoguent aujourd’hui entre elles de façon transmédiatique, partageant des références, créant un langage commun et s’influençant réciproquement. En utilisant les méthodes de la sémiotique et de l’analyse du discours appliquées au visuel, l’article explore ces représentations visuelles de l’alimentation qui visent à critiquer les choix des États-Uniens, ainsi que les perspectives culturelles et sociales qu’ils révèlent. Je propose de montrer que les questions alimentaires, qui étaient autrefois souvent marginales, sont devenues depuis le début du xxie siècle davantage centrales, tant dans la narration que dans les représentations. En outre, sans totalement abandonner la critique de la consommation excessive et ses relations avec le système de production états-unien, qui a toujours été un thème important dans la culture populaire de ce pays, dont elle reflétait souvent les tendances égalitaires et populistes, les auteurs satiriques et les comédiens accordent aujourd’hui toujours plus d’attention aux nouvelles tendances de la consommation alimentaire, qu’ils interprètent souvent comme l’expression d’un snobisme identitaire, générationnel et social.

  • 3 Stephen Hess et Sandy Northrop, American Political Cartoons: The Evolution of a National Identity, (...)

5La présence de la nourriture dans la satire et la comédie états-uniennes – y compris au théâtre, dans les vignettes, les magazines, la télévision et le cinéma – n’est pas une nouveauté. On la repère déjà dans la satire visuelle de la période coloniale, puis aux xixe et xxe siècles ; les planches du New Yorker en sont un exemple bien connu3. Dans la satire graphique états-unienne, les coutumes alimentaires étaient et sont toujours utilisées non seulement comme objets de ridicule en elles-mêmes, mais aussi comme métaphores et symboles d’importantes questions politiques et sociales, telles que le système alimentaire et ses excès ou les différences économiques et de classe (constamment niées dans la rhétorique politique).

  • 4 Nicholas Laham, Currents of Comedy on the American Screen: How Film and Television Deliver Differen (...)
  • 5 Tom Watson, I Love Lucy: The Classic Moments, Philadelphie, Courage Books, 1999.

6Avec la diffusion de la télévision à partir des années 1950, on a vu les mœurs alimentaires apparaître dans la comédie, par exemple dans la série I Love Lucy (1951-1957), qui s’inspire de la pantomime du cinéma muet et fait référence au contexte social et culturel sans nécessairement en effectuer la critique4. Plusieurs scènes de cette série sont devenues cultes et occupent une place importante dans l’histoire de la comédie télévisée états-unienne, continuant à être appréciées, et même citées encore aujourd’hui5. Par exemple, dans Lucy’s Italian Movie, le vingt-troisième épisode de la cinquième saison, diffusé en 1956, Lucy est repérée par un célèbre réalisateur de cinéma italien pendant un voyage en train à Rome, et choisie pour tenir un rôle dans son nouveau film intitulé Bitter Grapes (Raisins amers). Voulant se plonger dans le rôle, Lucy se promène nonchalamment dans un vignoble habité par un groupe de femmes qui parlent italien et qui l’envoient vers la zone de production du vin fouler le raisin avec ses pieds. Dans une énorme cuve, elle se fatigue rapidement et commence à se disputer avec une autre femme ; elles finissent par tomber dans le raisin qu’elles se jettent l’une l’autre au visage. Dans d’autres épisodes, Lucy essaye de faire de la pizza dans un restaurant, de travailler dans une fabrique de chocolat, de vendre des hamburgers ou encore de faire du pain dans sa cuisine. Elle finit toujours par se battre avec les ingrédients et les plats, utilisant la matière alimentaire comme l’occasion de blagues innocentes et dépourvues de malice.

  • 6 Jonathan Grey, Jeffrey P. Jones et Ethan Thompson, Satire TV: Politics and Comedy in the Post-Netwo (...)

7En fait, on ne trouve pas de véritable satire dans les programmes télévisuels des années 1950 et 1960. D’une part parce que ce nouveau moyen de communication était censé être très inclusif, de l’autre parce que les chaînes de télévision ne voulaient pas risquer de perdre les soutiens financiers des publicitaires6. De fortes limites étaient imposées à la liberté de parole, consacrée par ailleurs par le premier amendement de la Constitution états-unienne. Les sujets politiques excessivement controversés pouvaient provoquer de fortes réactions, comme dans le cas de The Smothers Brothers Comedy Hour, diffusé sur CBS entre 1967 et 1969, puis supprimé à cause de sa critique très explicite de la participation des États-Unis à la guerre du Vietnam. La situation change pendant les années 1970 et 1980, quand les sitcoms introduisent des thèmes d’actualité plus controversés, bien que filtrés et rendus plus acceptables par les structures narratives du genre. Ainsi, dans les comédies afro-états-uniennes Sanford and Son et Good Times, la nourriture est subtilement utilisée pour mettre en évidence la pauvreté des communautés noires mais aussi leur courage et leur esprit de résistance. En même temps, les talk-shows diffusés en soirée, tels le Tonight Show (animé par Johnny Carson, 1962-1992) et l’émission de sketches Saturday Night Live, sur les ondes depuis 1975, expriment une satire plus explicite.

  • 7 Voir Robert Arp (dir.), South Park and Philosophy: You Know, I Learned Something Today, Malden, Bla (...)

8L’arrivée de la télévision par câble payante et, surtout, le lancement en 1991 de la chaîne Comedy Central, offrant une programmation exclusivement dédiée à la comédie et la satire, apportent un changement notable dans la culture médiatique états-unienne ainsi que dans la sensibilité et les attentes des téléspectateurs. Les blagues se font plus directes, incluant un certain niveau de vulgarité dans les sujets et le langage, et visant toutes les questions sociales. En conséquence, les chaînes nationales gratuites introduisent aussi la satire dans leur programmation pour garder l’intérêt des spectateurs (et, en conséquence, des annonceurs). Pendant cette période, la satire télévisuelle portant sur des sujets liés à l’alimentation développe une critique directe du système économique états-unien et de son consumérisme acharné, en visant surtout l’excès des quantités et des portions, ainsi que le manque de raffinement et de cosmopolitisme de l’États-Unien moyen. Apparemment calqués sur la structure narrative et visuelle de la sitcom, mais détruisant en fait les conventions thématiques et idéologiques pour en montrer toutes ses limites, les séries de dessins animés telles que The Simpsons, lancée en 1989 sur Fox (suivie dix ans plus tard par Family Guy sur la même chaîne) et South Park, qui fait ses débuts en 1997 sur Comedy Central, s’emparent du thème alimentaire de façon évidente7.

9Les personnages Homer Simpson dans The Simpsons, Peter Griffin dans Family Guy et Eric Cartman dans South Park représentent les affres de la province états-unienne : ces personnages sont totalement dépourvus de culture et du sens de la mesure, possédés par un appétit inébranlable qui est à l’origine de leur corpulence, dont ils sont d’ailleurs assez fiers. Ils dévorent sans cesse le pire de ce qu’offre le système alimentaire industriel états-unien, des donuts aux soft drinks, sans se soucier de l’obésité ou d’autres maladies. Du point de vue formel, tous ces dessins animés tendent à ignorer le réalisme et préfèrent transformer les personnages, les ambiances et les objets en symboles et métaphores, ce qui permet aux dialogues et aux structures narratives de déchaîner la satire la plus féroce. Aussi les représentations de plats et d’aliments sont-elles en majorité très stylisées, tout en restant bien reconnaissables. D’ailleurs, leur fonction n’est pas de documenter avec précision les mœurs gastronomiques états-uniennes, que les spectateurs sont déjà censés connaître, mais plutôt d’en pointer les travers. D’où la nécessité pour ces dessins animés d’éviter une attitude de supériorité, tout en exprimant une certaine bienveillance et de la compréhension pour les comportements de leurs cibles.

  • 8 Chris Smith et Jon Stewart, The Daily Show (The Book): An Oral History as Told by Jon Stewart, the (...)

10La satire visant l’alimentation en tant qu’élément crucial des vices de l’États-Unien moyen et expression de problèmes sociaux et culturels plus profonds, notamment le racisme, se retrouve aussi dans d’autres genres, tels que les sketches de variétés dont Saturday Night Live, In Living Color, Mad TV et, plus récemment, Key & Peele sur Comedy Central. De même, les émissions d’information politique satiriques, comme le Daily Show avec Jon Stewart (1999-2015) et, depuis 2015, Trevor Noah, ainsi que Last Week Tonight avec John Oliver (diffusée depuis 2014), commentent souvent des informations en lien avec l’alimentation, surtout pour attirer l’attention des spectateurs sur des problèmes urgents, comme le pouvoir des grands groupes agroalimentaires, l’environnement, la santé et l’obésité8.

11Tandis que cette approche est encore courante et appréciée, on peut depuis quelques années identifier de nouveaux sujets satiriques liés à la nourriture qui, en reflétant des changements culturels et sociaux profonds, ridiculisent certaines tendances récentes dans les habitudes alimentaires états-uniennes, notamment la diffusion de régimes tels que le végétarisme et le gluten-free, la médiatisation de la gastronomie, le rôle social des restaurants et magasins d’alimentation, ainsi que les préférences, parmi certains segments de consommateurs, pour les produits locaux, artisanaux et biologiques.

12Bien sûr, ces thèmes étaient déjà apparus dans le passé. La satire avait touché aux préférences liées à la classe sociale ou à l’éducation, au raffinement exagéré et aux obsessions culinaires, perçues comme instruments d’affirmation de la distinction sociale. Dans un épisode de South Park de 1998, les participants au festival du film de Sundance, tous chics d’allure et intéressés par l’art, trouvent que l’emplacement habituel du festival est devenu trop encombré et commerçant, et décident de transférer l’événement à South Park. Malheureusement, l’excès de consommation de céréales et de granola par la nouvelle horde de visiteurs, obsédés par l’alimentation saine, les conduit à utiliser davantage les toilettes, provoquant ainsi un débordement des égouts de la ville. Dans cet épisode sont pris pour cibles les goûts de certains intellectuels et artistes états-uniens, ridiculisés pour leur attachement aux restes de la culture hippie et à la macrobiotique. Dans l’épisode Chef’s Chocolate Salty Balls, datant lui aussi de 1998, le chef noir de South Park crée un dessert nommé « Chocolate Salty Balls », une référence claire à ses testicules. Ici, l’objet alimentaire permet de mettre en évidence des tensions présentes dans la culture états-unienne qui stigmatise le corps des Noirs tout en annihilant le désir pour sa consommation, réelle comme métaphorique. Les références alimentaires, bien que présentes, restaient cependant jusqu’au début des années 2000 en marge des thèmes principaux.

  • 9 Allen Salkin, From Scratch: The Uncensored History of the Food Network, New York, The Berkeley Publ (...)

13C’est plus récemment que ces questions sont devenues centrales dans plusieurs épisodes de la série. En 2010, Crème fraîche, l’épisode 14 de la quatorzième saison de South Park, se concentre sur Randy, le père de l’un des jeunes protagonistes, qui, en fétichisant la cuisine, développe une obsession pour les programmes de la chaîne télévisée Food Network, la plus importante dans ce domaine depuis les années 19909. Après avoir passé des nuits entières à regarder des émissions gastronomiques, Randy essaye d’abord d’en reproduire les recettes pour sa famille (tout en laissant aux autres la tâche de nettoyer), avant d’assumer le poste de chef à la cantine de l’école de son fils. Ignorant les menus prévus par les autorités scolaires, Randy cuisine une variété de plats qui s’avèrent à la fois trop compliqués pour lui et inappropriés pour les enfants. Randy veut tellement devenir un chef vedette qu’il force son fils et les amis de celui-ci à le filmer comme s’il avait sa propre émission de cuisine. Quand un vrai concours télévisé de cuisine avec des chefs célèbres est tourné dans l’établissement, Randy perd son sommeil et consume toute son énergie à chercher l’ingrédient-clef de son plat, la crème fraîche. Ce sera sa femme qui l’aidera à se débarrasser de son obsession culinaire et de ses rêves de grandeur télévisée en lui rappelant d’autres plaisirs.

14L’importance de la nourriture dans la narration est mise en évidence par une nouvelle attention portée aux mets et aux ingrédients qui se manifeste dans le graphisme : tandis que les personnages sont toujours représentés dans le style esquissé qui les caractérise depuis le début de la série, le gigot, les côtes d’agneaux et les vol-au-vent préparés par Randy sont représentés de manière très détaillée, tout comme les gestes du cuisinier et les étapes de cuisson. Le graphisme devient plus réaliste au fur et à mesure que la nourriture se détache de la réalité matérielle de la cuisine et de la consommation pour entrer dans la dimension médiatique de la représentation. L’efficacité des références à des plats qui ne font pas partie du quotidien et aux vedettes culinaires du petit écran présuppose des spectateurs qui les connaissent, donc aussi intéressés par la gastronomie télévisuelle que Randy, le personnage ridiculisé dans l’épisode.

15La cible de la satire, c’est-à-dire les spectateurs de South Park, en est en même temps le public puisque, pour comprendre la blague, il faut au moins être au courant, sinon être partie prenante des pratiques ridiculisées par le dessin animé. Plutôt qu’une stricte forme de critique sociale, la blague devient ainsi un moyen de renforcer l’identité des gourmets obsédés par les médias culinaires tout en les invitant à ne pas se prendre trop au sérieux et à prendre conscience de leurs exagérations. Les tentatives de Randy de s’approprier le langage de la haute cuisine, la frénésie que suscite chez lui la gastronomie télévisée et son désir d’imiter les grands chefs sans en avoir l’éducation ni les capacités techniques ridiculisent l’écart entre la représentation médiatique de l’alimentation et les expériences concrètes des individus. Personne ne goûte les plats que Randy essaye de créer à la cantine, parce qu’ils sont complètement déconnectés de l’expérience sensorielle du plaisir gustatif. En revanche, les avances sexuelles de sa femme, concrètes et tangibles, réussissent à ramener Randy à la réalité.

  • 10 American Hipster + Key of Awesome, Eat It Don’t Tweet It, 27 mars 2012, vidéo, 3 min 31 s, [en lign (...)

16La ridiculisation des excès des gourmets autoproclamés n’est pas limitée à la télévision. La satire de ceux qui préfèrent partager les images de plats et de restaurants au moyen de la technologie et des réseaux sociaux, plutôt que d’en jouir directement, devient aussi le sujet de la vidéo Eat It Don’t Tweet It, réalisée en 2012 par le comédien American Hipster et diffusée sur Internet10. Comme il devient de plus en plus fréquent dans le show-business contemporain, ce jeune réalisateur utilise la connexion directe avec le public plutôt que les canaux traditionnels tels qu’une émission télévisée et les inévitables liens aves les sociétés de production télévisuelle. En s’adaptant aux nouveaux médias et à leurs dynamiques, American Hipster, comme d’autres comédiens, préfère les formats tels que les courtes vidéos et les tweets pour établir son propre cercle d’abonnés et répandre sa production à un niveau considéré comme viral dans un écosystème médiatique toujours plus encombré et frénétique. Les émissions satiriques télévisées se sont de leur côté adaptées à ces nouveaux modes en créant des contenus et des formes brèves qui peuvent être facilement téléchargés sur internet et vus sur smartphones et tablettes. Les échanges et la communication via les nouveaux médias étant devenus une partie importante de la vie sociale de leurs utilisateurs, un certain niveau d’autoréférentialité est inévitable. Par exemple, American Hipster utilise les nouveaux moyens de communication pour ridiculiser l’utilisation excessive des médias par les gourmets, soucieux d’afficher leur accès aux restaurants les plus exclusifs, leur connaissance des ingrédients, des techniques et des chefs, ainsi que leur capacité à être à la pointe des tendances émergeantes.

17Eat It Don’t Tweet It ne se base pas sur une narration linéaire, mais plutôt sur le collage de vignettes qui représentent le protagoniste dans différentes situations : un dîner avec une femme, une dégustation, un moment de relaxation devant la télé à la maison, le tournage d’une émission gastronomique. Chaque vignette représente des genres différents de médiatisation visuelle et textuelle qui peuvent accompagner la consommation de plats et d’ingrédients : les photos sur Instagram, les tweets et les vidéos, ici assemblés par bricolage. La dimension satirique dérive du fait que la satisfaction éprouvée par ces médias devient en fait plus importante que la nourriture même, comme le rappellent les ingrédients – anthropomorphisés et doués de parole – aux spectateurs. Le protagoniste est tellement occupé par sa visibilité sur les médias qu’il ignore la femme avec laquelle il dîne, au point de lui demander de « bouger ses seins » parce qu’ils lui empêchent de prendre une bonne photo. On retrouve le thème de l’incapacité de profiter de la bonne chair comme parallèle à l’absence de désir sexuel qu’on avait observé dans l’épisode de South Park.

  • 11 Mark Greif, Kathleen Ross et Dayna Tortorici, What Was The Hipster? A Sociological Investigation, B (...)
  • 12 Eve Turow, A Taste of Generation Yum: How the Millennial Generation’s Love for Organic Fare, Celebr (...)

18Le protagoniste est, bien sûr, un hipster, c’est-à-dire un individu appartenant à une subculture urbaine bien précise, composée de jeunes ayant environ entre 20 et 40 ans, qui valorisent la pensée autonome, les politiques progressistes, l’appréciation de l’art, de la musique indépendante et de la créativité, tout en refusant le consumérisme de masse11. La culture hipster est aussi marquée par des tendances gastronomiques : la préférence pour les restaurants, les cafés et les magasins indépendants – y compris les food trucks –, pour la nourriture artisanale style « DIY » (do it yourself) et pour les ingrédients biologiques, locaux et si possible achetés directement auprès des producteurs12. Le design et l’architecture des lieux où les hipsters achètent et consomment leur nourriture sont aussi assez reconnaissables, avec un certain goût pour le style low tech, le recyclage de matériaux et les objets du passé, tels les Mason jars ou les assiettes en métal émaillé. Le fait que cette subculture accorde autant d’importance à la nourriture qu’à d’autres formes d’expression telles que la mode ou la musique, traditionnellement investies par les jeunes États-Uniens comme marques de distinction culturelle et sociale, indique un changement profond concernant le statut de l’alimentation dans la société états-unienne.

19Les hipsters sont aussi ciblés dans l’émission de sketches Portlandia, diffusée sur Independent Film Channel depuis 2011 et satirisant la ville de Portland, en Oregon, comme épicentre de cette subculture. Les acteurs et musiciens Fred Armisen et Carrie Brownstein donnent vie à une série de personnages qui exagèrent les traits caractéristiques des hipsters, notamment ceux liés à l’alimentation. Le style des sketches est narratif, avec des dialogues souvent absurdes mais délivrés très sérieusement par les différents personnages. Du point de vue visuel, le matériel est beaucoup plus traditionnel, au sens où l’on ne retrouve pas la méthode des mixed media identifiée dans le travail d’American Hipster. Le rythme est habituellement plus lent que dans la majorité des comédies et l’allure low tech est censée refléter le style de vie à Portland. Parmi les sketches ayant pour sujet l’alimentation, on en trouve plusieurs sur la culture du café et la consommation de produits artisanaux, considérées comme des traits stéréotypes des hipsters. Dans la première saison, les comédiens ont aussi ridiculisé les dumpster divers (glaneurs), les individus refusant de participer aux excès consuméristes de la culture états-unienne et préférant utiliser ce que les autres jettent à la poubelle. On voit un couple de dumpster divers organiser un dîner auquel personne ne veut participer à cause des mets dégoûtants qu’ils préparent. Désespérés, ils trouvent un jeune homme abandonné dans une benne à poubelle et l’invitent chez eux. Mais même ce garçon, silencieux tandis qu’ils continuent à commenter l’intelligence et l’efficacité de leurs choix, n’arrive pas à manger ce qu’ils servent : du pain dur, une soupe dans laquelle flotte un petit ours en peluche, des sauces pourries.

20Dans le sketch portant sur l’alimentation peut-être le plus connu de l’émission, lui aussi diffusé en 2011, un couple se rend au restaurant et demande des informations au sujet du poulet proposé dans le menu. La serveuse leur explique qu’il s’agit d’un poulet local et bio, d’une variété traditionnelle, élevé en plein air, à la campagne, nourri au lait de brebis, au soja et aux noisettes. Les clients veulent alors savoir s’il s’agit de bio selon les standards fédéraux, selon ceux de l’État de l’Oregon ou de la ville de Portland, quelle est la superficie sur laquelle le poulet était libre de circuler et si les noisettes qu’il mangeait étaient aussi bio. Sans montrer aucun signe de surprise ou d’impatience, la serveuse leur amène le dossier individuel du poulet, avec nom, photo et provenance. Comme ils ne pourraient manger un poulet élevé par quelqu’un qui veut seulement profiter de l’engouement des consommateurs pour le bio, les clients décident d’arrêter le dîner et d’aller visiter la ferme de laquelle provient le poulet, à trente milles de Portland. Pendant toute la conversation, aucune nourriture n’apparaît pour être consommée, soulignant la nature bien plus culturelle et politique que culinaire de cette discussion. D’ailleurs, les clients ne demandent pas si le poulet est savoureux ni comment il est préparé.

21Ce qui rend ce sketch particulièrement efficace est la normalité dans laquelle se déroule le dialogue, malgré son absurdité. Les lieux communs de la gastronomie hipster sont éviscérés l’un après l’autre, ce qui implique que les spectateurs les connaissent bien. Comme dans les exemples précédents, ce genre de satire culinaire s’adresse à des destinataires qui en sont en même temps les cibles, ces mêmes gourmets et gourmands dont les mœurs demeurent mystérieuses (et plus récemment considérés comme élitiste, dans le climat politique trumpiste) pour le reste de la population états-unienne. D’ailleurs, une émission comme Portlandia fait appel à un public qui aime le cinéma indépendant, les documentaires et autres formes de divertissement extérieures aux normes de la culture majoritaire.

22Avec un regard moins généreux envers ceux qui les adoptent et sans la subtilité ironique de Portlandia, la critique des nouvelles tendances alimentaires continue aussi dans les émissions à plus grand public comme South Park. En 2014, l’épisode Gluten Free Ebola, le deuxième de la dix-huitième saison, est complètement dédié à la satire de la diète gluten-free, très répandue aux États-Unis. Dans l’épisode, un scientifique qui est en train de démontrer l’innocuité du gluten meurt, déchaînant la panique non seulement dans la ville de South Park, où la population détruit tous les produits qui contiennent du gluten, mais aussi parmi les autorités scientifiques nationales qui, jusqu’à présent, avaient insisté sur la fonction positive de la protéine du blé sur la santé. Les militaires s’emparent de la ville et créent un centre de quarantaine dans une pizzeria fast-food. La solution est d’invertir la pyramide alimentaire ; ainsi, la population se met à consommer surtout des produits gras, prouvant ironiquement le bienfait des mœurs états-uniennes, habituellement condamnées comme mauvaises. Bien sûr, l’objectif réel est de montrer comment les nouvelles diètes peuvent mener à des extrêmes, tout en ridiculisant l’attitude des États-Uniens envers les épidémies et les excès dans leur gestion.

23L’intérêt pour la nourriture et la gastronomie semble atteindre des spectateurs toujours plus nombreux, bien au-delà des cercles des gourmets. L’émission Saturday Night Live, qui depuis quarante ans se moque des excès du consumérisme de masse, commence aussi à refléter les nouvelles tendances alimentaires. Dans le sketch Veganville de 2013, qui a eu beaucoup de succès grâce à son protagoniste, le célèbre acteur et chanteur Justin Timberlake, on voit deux individus dans la rue, l’un essayant de convaincre les passants d’acheter des saucisses et des produits à base de porc, l’autre les invitant à consommer du riz complet, du quinoa, du chou frisé et des hamburgers végétariens. La narration se déroule comme un dialogue en forme de battle de rap, structuré en suivant un schéma provocation-réponse, selon la tradition hip-hop urbaine états-unienne. Le vendeur de porc représente l’Italo-États-Unien stéréotypé qui aime les boulettes de viande et la pétanque. Il porte une toque de chef, un tablier de boucher et utilise des techniques de marketing assez dépassées, en faisant l’éloge de ses produits et en offrant des rabais, accusant l’autre d’être un « hippie stupide ». Son interlocuteur, très convaincu du succès des produits dont il fait la publicité, est vêtu d’un costume de morceau de tofu, à l’instar des mascottes que l’on voit souvent dans les événements sportifs. Si le costume pourrait le rendre ridicule, ses mouvements de danse et sa capacité à revisiter des tubes de musique en en changeant les paroles pour promouvoir les bienfaits de ses produits le rendent très branché et captivant.

24Ce sketch est particulièrement intéressant parce qu’il ridiculise le caractère plus traditionnel, qui incarne les préférences alimentaires de l’États-Unien moyen ; à la fin de la conversation, le vendeur de porc est convaincu de la supériorité morale du végétarisme. Cela suggère en fait que les auteurs du sketch supposent que la majorité des spectateurs considèrent le jeune homme habillé en tofu et ses choix alimentaires légitimes, voire plus avancés. L’ironie visant les nouvelles tendances observée dans les autres sketches analysés se tourne ici contre des mœurs encore considérées comme « normales ».

25Alors que la nourriture acquérait une visibilité croissante dans les médias et dans les débats sociaux et politiques aux États-Unis, les régimes alimentaires sont inévitablement devenus un objet – et en même temps un instrument – de satire. Dans les dynamiques sociales états-uniennes contemporaines, les choix personnels, du refus des produits industriels à l’identification avec certaines préférences et diètes, permettent à un grand nombre d’individus d’exprimer leur identité culturelle et même leurs affinités politiques.

  • 13 Josée Johnston et Shyon Baumann, Foodies: Democracy and Distinction in the Gourmet Foodscape, New Y (...)
  • 14 Amanda Harding, « Donald Trump Comments about Food That Totally Weird us Out », Culture Cheat Sheet(...)

26Située à la charnière du biologique, de l’émotionnel et du social, la nourriture traverse toutes sortes de frontières dès lors que sa préparation et sa consommation ne sont pas seulement des pratiques matérielles, mais aussi des éléments symboliques toujours investis des significations que les individus et les communautés attribuent aux objets et aux actes. En particulier, l’alimentation façonne et est façonnée par les hiérarchies culturelles et les structures de pouvoir, apportant des éclairages sur les marginalisations et les inégalités. Tandis que, dans le passé, la consommation ostentatoire était utilisée aux États-Unis pour afficher richesse et entregent, en marquant des distinctions claires entre les nantis et les démunis, ces dynamiques sont maintenant plus discrètes ; elles relèvent de l’expertise, de la capacité à choisir des produits meilleurs et plus sains, du cosmopolitisme et de la sensibilité aux questions environnementales et sociales13. Suite à la campagne électorale et à l’élection de Donald Trump, dans les réseaux sociaux conservateurs et surtout dans les sites et les tweets de l’alt-right, la nouvelle extrême droite populiste et nationaliste, ces traits sont de plus en plus caractérisés comme l’expression de l’élitisme que les partisans de Trump considèrent typique des libéraux et de la population des côtes Est et Ouest. Trump se vante même de consommer des aliments simples et « populaires », tels que les burgers et la pizza14.

27Malheureusement, tous les États-Uniens n’ont pas accès aux choix que la satire ridiculise. Beaucoup de citoyens ne sont pas en mesure de se préoccuper de matières grasses, du gluten et d’aliments génétiquement modifiés, sans parler des dernières tendances en matière de restaurants. Le coût des aliments avec une haute teneur en calories est significativement plus bas que celui des aliments plus sains, ce qui les rend attrayants aux familles à revenus limités ou moyens, qui ont vu leurs salaires diminuer suite à la crise financière de 2007. Alors que nombreux sont ceux qui peinent à mettre de la nourriture sur leurs tables, et tandis que les politiques publiques multiplient les efforts pour endiguer l’obésité infantile, le diabète et autres maladies liées à l’alimentation, les États-Unis sont caractérisés par une surproduction alimentaire. Des centaines de nouveaux produits entrent sur le marché chaque année, plusieurs d’entre eux orientés vers la perte de poids ou des formes de nutrition plus saines. Les alternatives aux systèmes alimentaires établis sont identifiées : elles reposent sur la transition vers des produits locaux, biologiques ou artisanaux, sur les marchés fermiers et les CSA (Community-Supported Agriculture), l’agriculture soutenue par les achats directs du consommateur au producteur (l’équivalent états-unien des AMAP, associations pour le maintien d’une agriculture de proximité).

28Les nouvelles tendances sont amplifiées dans les médias et les réseaux sociaux, tandis que les problèmes structuraux du système alimentaire, ses excès et ses contradictions sont souvent considérés comme trop compliqués et moins captivants. Les représentations de la nourriture dans les différentes formes de satire provoquent, freinent, renforcent et perturbent simultanément cette relation paradoxale à un besoin aussi fondamental que l’alimentation.

Notes

1 CollegeHumor, Everything Wrong with Trendy Restaurants, 29 septembre 2015, vidéo, 2 min 56 s, [en ligne] URL : www.collegehumor.com/post/7033379/everything-wrong-with-trendy-restaurants.

2 « About », CollegeHumor, 2018, [en ligne] URL : www.collegehumor.com/static/about.

3 Stephen Hess et Sandy Northrop, American Political Cartoons: The Evolution of a National Identity, 1754–2010, Piscataway, Transaction Publishers, 2010.

4 Nicholas Laham, Currents of Comedy on the American Screen: How Film and Television Deliver Different Laughs for Changing Times, Jefferson, McFarland, 2009.

5 Tom Watson, I Love Lucy: The Classic Moments, Philadelphie, Courage Books, 1999.

6 Jonathan Grey, Jeffrey P. Jones et Ethan Thompson, Satire TV: Politics and Comedy in the Post-Network Era, New York, New York University Press, 2009, p. 21.

7 Voir Robert Arp (dir.), South Park and Philosophy: You Know, I Learned Something Today, Malden, Blackwell Publishing, 2007 ; John Ortved, The Simpsons: An Uncensored, Unauthorized History, New York, Faber and Faber, 2009.

8 Chris Smith et Jon Stewart, The Daily Show (The Book): An Oral History as Told by Jon Stewart, the Correspondents, Staff and Guests, New York, Grand Central Publishing, 2016.

9 Allen Salkin, From Scratch: The Uncensored History of the Food Network, New York, The Berkeley Publishing Group, 2013.

10 American Hipster + Key of Awesome, Eat It Don’t Tweet It, 27 mars 2012, vidéo, 3 min 31 s, [en ligne] URL : www.youtube.com/watch?v=ukdoK3l4aM4.

11 Mark Greif, Kathleen Ross et Dayna Tortorici, What Was The Hipster? A Sociological Investigation, Brooklyn, n+1 Foundation, 2010.

12 Eve Turow, A Taste of Generation Yum: How the Millennial Generation’s Love for Organic Fare, Celebrity Chefs and Microbrews Will Make or Break the Future of Food, s. l., Amazon Digital Services LLC, 2015.

13 Josée Johnston et Shyon Baumann, Foodies: Democracy and Distinction in the Gourmet Foodscape, New York, Routledge, 1999.

14 Amanda Harding, « Donald Trump Comments about Food That Totally Weird us Out », Culture Cheat Sheet, 7 mai 2018, [en ligne] URL : www.cheatsheet.com/culture/donald-trump-comments-about-food-that-totally-weird-us-out.html.

Auteur

New York University

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access