Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Image railleuse

 | 
Laurent Baridon
, 
Frédérique Desbuissons
, 
Dominic Hardy

Espaces du satirique

Mallarmé dans Les Hommes d’aujourd’hui ou les paradoxes d’un faune au panthéon satirique (1887)

Bertrand Tillier

Entrées d'index

Géographique :

France

Chronologique :

XIXe siècle

Texte intégral

  • 1 Voir Hervé Joubeaux et Hélène Oblin (dir.), Portraits de Mallarmé, de Manet à Picasso, cat. exp. (V (...)
  • 2 Hélène Dufour, Portraits, en phrases. Les recueils de portraits littéraires au xixe siècle, Paris, (...)

1En 1887 paraît la 296e livraison des Hommes d’aujourd’hui consacrée à Stéphane Mallarmé. Comme à l’accoutumée, dans cette publication plus ou moins hebdomadaire, qu’on peut apparenter aux petites revues satiriques comme il y en eut tant à Paris à la fin du xixe siècle, la première page comporte un portrait-charge (fig. 1), que complète, dans les trois pages suivantes, une biographie revendiquée comme anecdotique, conclue par une brève bibliographie. C’est donc à la conjonction paradoxale de l’image satirique et du texte biographique que les animateurs des Hommes d’aujourd’hui ont imaginé pouvoir cristalliser le portrait de personnalités des lettres, des arts et du spectacle qui, ainsi rassemblées, constituent un panthéon de papier. La livraison dédiée à Mallarmé – avec une image de Manuel Luque et une notice de Paul Verlaine – est suffisamment documentée pour que l’histoire puisse en être établie et que, de la sorte, sa place en soit restituée et la singularité de ce portrait démontrée, non seulement au sein de cette série, mais aussi dans la vie du poète. En effet, Mallarmé, qui a toujours veillé à ce que son image fût rare et choisie1, a entretenu un rapport ambigu avec cette livraison satirique des Hommes d’aujourd’hui, entre portrait-charge et « portrait en phrases2 ».

Fig. 1 : Luque, Stéphane Mallarmé, en couverture des Hommes d’aujourd’hui, 6/296, 1887.

© Ville de Paris / Bibliothèque Forney.

*

2Début mai 1886, Mallarmé écrit à Léon Vanier, l’éditeur des Hommes d’aujourd’hui, qui est alors aussi le sien :

  • 3 Lettre de Stéphane Mallarmé à Léon Vanier, [7 mai 1886], t. III. Sauf mention contraire, les élémen (...)

J’attends de pied ferme le dessinateur de charges, que je ne connais pas ; mais est-ce un artiste. Vous savez que j’abominerais un portrait qui manquât de griffe comme les derniers, la notice de Verlaine surtout étant si exquise et faite haut la main ! Mais j’aimerais mieux me passer de toute image que d’en avoir une qui ne fût pas très-bien3.

  • 4 Voir la lettre de Stéphane Mallarmé à Paul Verlaine, 16 novembre 1885, t. II.

3Ces quelques lignes sont éclairantes pour l’approche des conditions d’élaboration de cette livraison et de l’ambition que lui assignent Mallarmé et Vanier. Il faut d’abord souligner que, si la présentation biographique due à Verlaine convient tant à Mallarmé, c’est parce qu’au-delà de leurs liens et de leur communauté d’esprit, le premier a repris presque littéralement dans son texte les éléments qu’il avait sollicités du second4, au point qu’on peut dire que « la notice de Verlaine » est, en première main, un texte original de Mallarmé. En conclusion de la lettre où il lui délivrait des éléments biographiques et des anecdotes destinés aux Hommes d’aujourd’hui, Mallarmé précisait les conditions dans lesquelles Verlaine devait les appréhender et, sans doute aussi, les réemployer :

  • 5 Lettre de Stéphane Mallarmé à Paul Verlaine, 16 novembre 1885, t. II.

Au revoir, cher ami. Vous lirez tout ceci, noté au crayon pour laisser l’air d’une de ces bonnes conversations d’amis à l’écart et sans éclat de voix, vous le parcourerez [sic] du bout des regards et y trouverez, disséminés, les quelques détails biographiques à choisir qu’on a besoin d’avoir quelque part vus véridiques5.

  • 6 Lettre de Stéphane Mallarmé à Léon Vanier, [7 mai 1886], t. III.

4En ce qui concerne l’image, Mallarmé se montre aussi très attentif et même exigeant vis-à-vis de Vanier. Il semble qu’il ait bien perçu la part de stratégie promotionnelle attachée à cette effigie de soi, hésitant entre « charge » et « portrait » et servant les intérêts commerciaux de son éditeur autant que les siens, tandis qu’ils élaborent ensemble une réédition de L’Après-midi d’un faune, qui doit paraître plus ou moins simultanément. Pour autant, Mallarmé se méfie de Vanier – dans la lettre du 7 mai 1886, à la suite de ses remarques sur son portrait pour Les Hommes d’aujourd’hui, il ne lui cache pas son irritation quant aux épreuves de la réédition du Faune, dont il craint qu’elle ne soit « qu’une contrefaçon bâtarde et économique6 » de l’édition originale. Ainsi, le poète n’est pas disposé à accepter n’importe quel portrait et il se montre très circonspect face aux portraits-charges des précédentes livraisons, notamment ceux par Émile Cohl et Coll-Toc, qui comptent alors parmi les deux dessinateurs les plus assidus de la série.

  • 7 David Estoppey, Madame Auguste Verlaine sur son lit de mort, dessin, [1886], Paris, Bibliothèque li (...)

5Probablement pour donner satisfaction à Mallarmé, Vanier suggère que son portrait soit exécuté par un peintre genevois très actif à Paris comme illustrateur et caricaturiste, David Estoppey (1862-1952), proche de Verlaine pour lequel il a notamment dessiné un portrait mortuaire de sa mère en 18867. Quelques lettres, datant des mois de juin et juillet 1886, éclairent le projet, dans le suivi duquel l’écrivain s’est beaucoup investi. Mallarmé invite ainsi Estoppey, qui semble avoir fréquenté ses Mardis de la rue de Rome :

  • 8 Lettre de Stéphane Mallarmé à David Estoppey, 16 juin 1886, t. III.

Notre ami Vanier a dû vous expliquer ma méprise quand il me proposa, pour cette charge des Hommes d’aujourd’hui, votre nom très-bas chuchoté par un ami quand vous me fîtes l’honneur de venir à la maison. Mais puisque c’était de vous qu’il s’agissait, je jubile et vous demande de venir une de ces après-midis, celle que vous voudrez bien m’indiquer, faire ce croquis et fumer quelques cigarettes8.

  • 9 Lettre de Léon Vanier à Stéphane Mallarmé, 17 juin 1886, t. III.
  • 10 Charles Morice, Paul Verlaine, Paris, Léon Vanier, 1888.

6Vanier avertit Mallarmé qu’il « conna[ît] peu ce dessinateur [qui] n’a jamais rien fait pour [lui] dans Les Hommes d’aujourd’hui9 » ; on peut donc aisément avancer que Mallarmé est à l’origine de cette idée. Il fut peut-être appuyé par Verlaine car, en 1888, Estoppey exécutera son portrait, destiné à figurer en frontispice du livre que lui consacre Charles Morice, publié par Vanier10. À l’évidence, Mallarmé cherche un dessinateur en dehors de l’équipe des collaborateurs habituels des Hommes d’aujourd’hui, comme le confirme une lettre qu’il reçut du journaliste et romancier Camille de Sainte-Croix, proche des Zutistes, habitué du Chat Noir de Rodolphe Salis, collaborateur de la revue éponyme et rédacteur en chef du Mirliton d’Aristide Bruant :

  • 11 Lettre de Camille de Sainte-Croix à Stéphane Mallarmé, 9 juillet 1886, t. III.

Willette craint de ne pas très bien réussir une charge. Néanmoins il essaiera avec le plus grand plaisir. Si vous voulez me prévenir du jour où nous pourrons aller le voir ensemble (et de l’heure) en me fixant un rendez-vous, nous pérégrinerions de compagnie vers la rue Rochechouart où demeure Willette11.

  • 12 Voir Anne-Laure Sol et Véronique Carpiaux (dir.), Adolphe Willette, 1857-1926. « J’étais bien plus (...)
  • 13 Je remercie Laurent Bihl, excellent connaisseur des sociabilités montmartroises et de la carrière d (...)

7Le projet n’a pas connu de suite, sans qu’on sache pourquoi. Très accaparé par le désir de fonder son propre journal, Le Pierrot (1888-1891), Adolphe Willette12 multiplie alors les promesses de collaboration dans l’espoir de se financer ; peut-être s’est-il révélé trop gourmand, faisant ainsi capoter l’affaire ? À moins que la dégradation contemporaine des relations montmartroises de Willette et Sainte-Croix n’ait compliqué le projet jusqu’à le compromettre13 ?

8Il semble que Mallarmé se soit montré assez attaché à la perspective de son portrait-charge par Willette, comme le révèle une autre lettre à Vanier, auprès duquel il se montre insistant :

  • 14 Pourquoi Mallarmé pensait-il que Willette aurait fourni ce dessin gracieusement ? Ce n’était guère (...)
  • 15 Lettre de Stéphane Mallarmé à Léon Vanier, [12 juillet 1886], t. III.

Peut-être y aurait-il lieu de répondre à la proposition que je vous fis, il y a quelques jours, d’un dessin d’art, fait pour rien14, en cas que vous songiez à ma présence parmi Les Hommes d’Aujourd’hui. Je ne saurais faire attendre plus longtemps les personnes qui se sont obligeamment entremises auprès de M. Willette, ni tarder à remercier cet artiste de beaucoup de gracieuseté15.

9Après cette lettre de la mi-juillet 1886, la correspondance de Mallarmé ne mentionne plus le sujet du portrait pour Les Hommes d’aujourd’hui, jusqu’en février 1887, avec un nouveau courrier du poète à l’éditeur, dont le ton cassant et procédurier montre combien il est soucieux de son effigie destinée à publication :

  • 16 Lettre de Stéphane Mallarmé à Léon Vanier, 10 février 1887, t. III.

J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que je m’oppose à la publication dans les Hommes d’Aujourd’hui, d’aucun portrait de moi, qui ne m’ait été soumis au préalable et n’ait obtenu mon autorisation. Je viens de consulter à ce sujet un avocat, qui m’a éclairé sur mes droits ; et préfère à user de rigueur après coup vous avertir dès maintenant16.

  • 17 Paul Verlaine, Les Poètes maudits (1884), Paris, Léon Vanier, 1888.
  • 18 André Gill, Mémoires et correspondance d’un caricaturiste, éd. Bertrand Tillier, Seyssel, Champ Val (...)
  • 19 La Lune, 11 novembre 1866, n. p.

10Entre les lignes, on comprend que Vanier a passé commande d’un portrait-charge de Mallarmé sans consulter ce dernier, qui n’a pas pu choisir le dessinateur, ni poser pour lui, et que l’image ne lui a pas été soumise pour approbation. Il s’agit d’une représentation en faune à la flûte de Pan exécutée par le caricaturiste d’origine espagnole Manuel Luque (1854-1924), définitivement installé en France depuis 1881. Luque a déjà dessiné pour Les Hommes d’aujourd’hui en 1882 (no 173, consacré à Henri de Lapommeraye) et Vanier semble avoir renoué avec lui fin 1886, depuis la livraison no 291 (dédiée à Josephin Soulary). Il lui confiera plus de cinquante portraits-charges pour la série, ainsi que les portraits-vignettes de la réédition en 1888 des Poètes maudits de Verlaine17, où Mallarmé figure en bonne place, dans une composition partiellement démarquée des Hommes d’aujourd’hui. La teneur juridique de la remarque de Mallarmé est infondée, car depuis la grande loi libérale de juillet 1881, la liberté d’expression s’est largement étendue et le régime des autorisations préalables, en vigueur sous le Second Empire et aux débuts de la Troisième République, a été abrogé. Mais on voit combien les mentalités sont demeurées attachées à cette pratique, dont les caricaturistes et plus particulièrement André Gill avaient fait une tribune politique et un jeu satirique, avec la complicité de leurs illustres modèles qui, en légende autographe de l’image, accréditaient leurs traits déformés et leurs visages grimaçants, pour revendiquer la liberté d’expression à travers le droit à la caricature18 : « Si je refusais à La Lune l’autorisation que la loi l’oblige de demander, je contredirais tout mon passé, car ce serait admettre la censure19 », écrivait ainsi Émile de Girardin, en 1866, en contrebas de son portrait-charge.

  • 20 Lettre de Stéphane Mallarmé à Paul Verlaine, 2 mai 1887, t. III.

11Alors que cette législation n’a plus cours depuis la promulgation de la grande loi de libéralisation de l’expression publique de 1881, Mallarmé voudrait en quelque sorte en maintenir la coutume, contre ce qu’il considère comme « un portrait sot » publié par Vanier « sans [s]on consentement20 ». Deux questions se posent alors quant à la signification de ces précautions de Mallarmé face à son portrait-charge en faune, exécuté par Manuel Luque. Exerce-t-il là ce qu’on appellerait aujourd’hui son droit à l’image, face à une charge vaguement irrévérencieuse qui l’hybride en faune et lui auréole la tête ? Et, puisqu’il n’est pas apparu comme hostile au principe même de l’image satirique, est-ce l’invention iconographique ou formelle du dessin qui lui paraît médiocre ? On n’en saura pas davantage par la Correspondance du poète, qui demeure muette après 1887 et la parution de la livraison des Hommes d’aujourd’hui.

*

  • 21 Stéphane Mallarmé, Divagations, Paris, E. Fasquelle, 1897.
  • 22 Selon la notion précisée par Dufour 1997, cité n. 2, p. 285.
  • 23 Ibid., p. 290.
  • 24 Lettre de Stéphane Mallarmé à Albert Mockel, 7 décembre 1888, t. III.
  • 25 Ibid.

12Il est probable que Mallarmé ait confronté cette livraison des Hommes d’aujourd’hui à sa propre pratique, telle qu’elle se dessine dans les portraits qu’il écrit dans les années 1880-1890 – ceux de Théodore de Banville, Laurent Tailhade, Villiers de l’Isle-Adam, Arthur Rimbaud ou Edgar Allan Poe –, réunis sous le titre « Quelques médaillons et portraits en pied » au sein des Divagations21. Mallarmé y refuse le « biographisme22 », rejetant les anecdotes et supprimant les indications personnelles relatives à « l’homme » au sens le plus individuel du terme. À la vie en tant que récit biographique, Mallarmé préfère la recomposition d’une évocation symbolique qui marque son aspiration à l’abstraction et qui se veut « un portrait à partir de l’œuvre23 », comme l’a montré Hélène Dufour. En 1888, il en donnera d’ailleurs le conseil à Albert Mockel, qui lui avait demandé « quelques détails de [sa] vie et de [lui]-même que ne peuvent contenir les vers24 », pour écrire sa notice dans Caprice-Revue, en regard d’une photographie : « il ne fallait pas vous renseigner ni recommencer une des fréquentes biographies d’ici. Faites-moi comme je puis vous apparaître de loin et littérairement, voilà l’intérêt25. »

13Cette conception du portrait – à bonne distance de la biographie –, qui procède de l’apparition de la figure de l’écrivain nimbée de son œuvre, se retrouve dans sa lettre à Verlaine où, en novembre 1885, il lui confiait des éléments pour sa notice des Hommes d’aujourd’hui :

  • 26 Lettre de Stéphane Mallarmé à Paul Verlaine, 16 novembre 1885, t. II.

Voilà toute ma vie dénuée d’anecdotes, à l’envers de ce qu’ont depuis si longtemps ressassé les grands journaux, où j’ai toujours passé pour très-étrange : je suis, scrute et ne vois rien d’autre […] Quelques apparitions partout où l’on monte un ballet, où l’on joue de l’orgue, mes deux passions d’art presque contradictoires, mais dont le sens éclatera et c’est tout. J’oubliais mes fugues, aussitôt que pris de trop de fatigue d’esprit, sur le bord de la Seine et de la forêt de Fontainebleau, en un lieu, le même depuis des années : là je m’apparais tout différent, épris de la seule navigation fluviale. J’honore la rivière, qui laisse s’engouffrer dans son eau des journées entières sans qu’on ait l’impression de les avoir perdues, ni une ombre de remords. Simple promeneur en yoles d’acajou, mais voilier avec furie, très-fier de sa flottille26.

  • 27 Stéphane Mallarmé, « Laurent Tailhade », dans id., Œuvres complètes, éd. Henri Mondor et Georges Je (...)
  • 28 Édouard Manet, Stéphane Mallarmé, 1876, huile sur toile, 27 × 36 cm, Paris, musée d’Orsay, inv. 113 (...)
  • 29 James Abbott McNeil Whistler, Stéphane Mallarmé, 1892, lithographie, Vulaines-sur-Seine, musée dépa (...)
  • 30 Edgar Degas, Stéphane Mallarmé et Paule Gobillard devant Jeune fille dans un jardin d’Édouard Manet(...)

14Ce pour quoi plaide Mallarmé, c’est d’être vu de loin, sur le mode de l’apparition incertaine et fragile, presque insaisissable, où la présence est toujours guettée par l’évanescence. Dans ce dispositif, le portrait au crayon jugé trop « aigu » est comme frappé de « superfluité » – pour reprendre ici les mots de Mallarmé dans son « médaillon » de Tailhade27 – par rapport au portrait en phrases fondé sur l’évocation littéraire. Ses portraits par Édouard Manet28 ou par James Whistler29 le montrent méditatif, comme retiré en lui-même et inaccessible, avec « quelque chose d’inquiet et d’inquiétant », pour reprendre les mots de Georges Rodenbach, qui, à propos du portrait flou dû à Whistler – il n’est pas sans rappeler le flou de la photographie d’Edgar Degas30, où Mallarmé figure à côté de Paule Gobillard –, note :

  • 31 Georges Rodendach, « Stéphane Mallarmé », dans id., L’Élite, Paris, E. Fasquelle, 1899, p. 45-46.

[…] le visage s’est estompé, ouaté […] qu’on regarde comme un reflet, qui semble être vu dans un miroir, vu dans l’eau. C’est le poète comme il subsiste dans la mémoire, déjà en recul, hors du temps, tel qu’il apparaîtra à l’avenir. À peine un geste de la main plus achevé et qui le rattache encore un peu à la vie, ce geste contourné, d’une inflexion qui lui est particulière pour tenir la cigarette ou le cigare, fumeur continuel qui ne veut pas cesser une minute de mettre de la fumée entre la foule et lui. Ainsi il s’isole, s’éloigne de la vie, appartient tout au Rêve31.

  • 32 Dornac, Stéphane Mallarmé, vers 1894, dans Nos contemporains chez eux, 1887-1917, album de photogra (...)

15Mallarmé conserva jusqu’à sa mort ces images de lui, comme l’attestent notamment les photographies pour la série Nos contemporains chez eux de Dornac32 où, dans son salon de la rue de Rome, il pose près de son effigie peinte par Manet. On peut déduire de cette mise en abîme qu’il se reconnaissait, dans ses portraits, conformes à sa poétique de la suggestion défendue en 1891 :

  • 33 Stéphane Mallarmé, dans Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, Paris, Charpentier, 1891, (...)

Nommer un objet, c’est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème qui est faite de deviner peu à peu : le suggérer, voilà le rêve. C’est le parfait usage de ce mystère qui constitue le symbole : évoquer petit à petit un objet pour montrer un état d’âme, ou, inversement, choisir un objet et en dégager un état d’âme, par une série de déchiffrements33.

  • 34 Vulaines-sur-Seine, musée départemental Stéphane-Mallarmé, inv. 985.273.2.
  • 35 Les Hommes d’aujourd’hui, 318, janvier 1888.

16Si l’on revient à son portrait-charge par Manuel Luque, on mesure l’écart – pour ne pas parler d’abysse – avec l’esthétique mallarméenne et les portraits prisés par le poète. On comprend que la dureté des traits nets de son visage ait pu heurter le poète, se trouvant ainsi représenté trop littéralement dans un « portrait sot ». Pour le visage, Luque a très vraisemblablement copié voire décalqué une photographie de Paul Nadar exécutée dans le courant des années 188034, selon un principe déjà éprouvé par Luque pour l’effigie de Rimbaud35, reprise d’une photographie devenue fameuse du jeune poète par Étienne Carjat (vers 1870-1871).

  • 36 Lettre de Stéphane Mallarmé au directeur de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, 28 août 1887 (...)

17Pourtant, quelques semaines après avoir vilipendé cette image publiée à la « une » des Hommes d’aujourd’hui – et cela n’est pas sans corser davantage la chose –, Mallarmé indique au directeur de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, parmi les quelques documents « fort complets » le concernant, « [s]es Biographie et Charge dans les Hommes d’aujourd’hui36 ». Une dernière question se pose alors : comment comprendre cette volte-face de l’écrivain qui, après avoir dénigré cette effigie, la recommande comme une source de renseignements, l’avalisant ainsi ?

*

  • 37 Fabrice Masanès, « Le choix républicain d’André Gill. Préambule à l’élection d’octobre 1877 », Gavr (...)
  • 38 Voir Ségolène Le Men et Valérie Guillaume (dir.), Benjamin Roubaud et le Panthéon charivarique, cat (...)
  • 39 Voir Loïc Chotard (dir.), Nadar. Caricatures et photographies, cat. exp. (Paris, Maison de Balzac, (...)
  • 40 Gill 2006, cité n. 18, p. 185. Voir aussi Aude Fauvel et Bertrand Tillier, André Gill. Derniers des (...)
  • 41 Annick Chauvière, « Les Hommes d’aujourd’hui », dans Jean-Michel Place et André Vasseur (dir.), Bib (...)
  • 42 Dufour 1997, cité n. 2, p. 74.
  • 43 Loïc Chotard, « La biographie contemporaine en France au xixe siècle. Autour du Panthéon-Nadar », t (...)
  • 44 Voir Pierre et Paul, « Hector Pessard », dessin d’André Gill, Les Hommes d’aujourd’hui, 31, 1879.
  • 45 A. Cinqualbre (54, rue des Écoles ; puis 48, rue Monsieur-le-Prince) était éditeur de « littérature (...)
  • 46 Chauvière 1974, cité n. 41, p. 90-135.

18À l’évidence, Mallarmé connaît bien Les Hommes d’aujourd’hui. Il ne peut ignorer que cette série a été fondée en 1878 par le caricaturiste André Gill, en association avec le plumitif Félicien Champsaur et l’éditeur Cinqualbre, dans le droit fil d’une série antérieure intitulée Le Bulletin de vote37, pour former une galerie de figures contemporaines des arts et des lettres, une sorte de musée de l’éphémère ou de panorama de circonstance, où s’exposent les célébrités du jour qui ne seront peut-être pas les gloires de demain. Gill a placé son projet satirique dans le sillage du Panthéon charivarique de Benjamin Roubaud (1838-1842)38 et du Panthéon-Nadar (1854-1858)39, comme l’atteste une lettre où il se fait adouber par le vieux Nadar avant de se lancer dans l’aventure de ce qu’il nomme son « Panthéon-Gill40 » et dont il nourrira les 141 premières livraisons, avant de passer la main à son confrère dessinateur Henri Demare pour les 79 suivantes41. Dès le début, la série se veut une tentative de « totalisation de la diversité des figures42 » incarnant la modernité – et Mallarmé a bien compris l’enjeu de sa présence dans cette espèce de cortège-feuilleton. La vogue de telles publications mi-louangeuses mi-moqueuses a sévi tout au long du xixe siècle, non sans une forme de frénésie43, conjuguant ce que Mallarmé déteste : une notice biographique menée au pas de charge, où se mêlent des éléments connus et des annonces inattendues, des faits établis et des indications parfois fantaisistes ; et un portrait-charge à grosse tête sur un petit corps, flanqué d’attributs identitaires assurant l’identification du modèle. Car il s’agit de « distribuer avec mesure l’éloge et le blâme » et de « soulever les masques44 », pour édifier un panthéon que Gill avait d’abord voulu intituler L’Étoile et qu’il avait pensé comme une « Encyclopédie illustrée des contemporains », recensant les célébrités des arts et des lettres, de la politique et des sciences, du théâtre et de l’industrie sous la Troisième République. La série fut d’abord éditée par Cinqualbre45, qui en suspendit la parution en 1883 avant d’en céder les droits à Léon Vanier – l’éditeur des Décadents et notamment de Verlaine, qui signa vingt-huit notices biographiques pour Les Hommes d’aujourd’hui, dont celle de Mallarmé. Vanier relance la série en 1885 et la maintient jusqu’en janvier 1899 pour l’éteindre au terme de 469 livraisons, après avoir mis fin au principe du dessinateur unique, préférant s’adjoindre une équipe à laquelle appartenaient plus ou moins assidûment des caricaturistes proches, amis ou disciples de Gill – Émile Cohl, Coll-Toc, Alfred Le Petit, Léandre, Moloch, Grévin, Lemot, Régamey ou Manuel Luque –, puis, à compter de 1890, des artistes tels Émile Bernard, Louis Anquetin, Henry-Gabriel Ibels, Toulouse-Lautrec, Georges Seurat, Paul Signac, Maximilien Luce, Lucien et Camille Pissarro, Théo van Rysselberghe, Émile Schuffenecker… pour des portraits de Gustave Kahn (no 360), d’Odilon Redon (no 386), de Paul Cézanne (no 387), Vincent Van Gogh (no 390), d’Émile Verhaeren (no 431) ou de Paul Gauguin (no 440), autant de collaborateurs et de modèles attestant l’accès de Vanier aux portes de l’avant-garde littéraire et artistique46.

  • 47 Stéphane Mallarmé, L’Après-midi d’un faune [Paris, Alphonse Derenne, 1876], Paris, Léon Vanier, 188 (...)
  • 48 Pascal Caron, Faunes. Poésie, corps, danse, de Mallarmé à Nijinski, Paris, Honoré Champion (« Roman (...)

19Quelques années avant cette orientation esthétique de la série, encore plutôt convenue, Mallarmé en comprend le principe de publicité, alors même que Vanier s’apprête à publier une réédition de son Après-midi d’un faune, illustrée par Manet de deux petits motifs, un nénuphar en ex-libris et une grappe de raisin en cul-de-lampe, et de deux planches représentant les nymphes en fleuron et le faune en hors-texte47. Tandis que, pour rééditer le livre une dizaine d’années après sa publication originale, il reprend les compositions de Manet et notamment celle du faune, Vanier établit à dessein une corrélation publicitaire entre ce personnage assimilé au Pan de la mythologie grecque et la personnalité de son auteur, en vue d’assurer une diffusion commerciale à l’ouvrage qu’il s’apprête à actualiser. Là encore, on imagine aisément l’abîme que Mallarmé dut éprouver entre la manière suggestive de Manet dans leur « livre de dialogue48 » et l’image satirique littérale de Luque pour Les Hommes d’aujourd’hui, une caricature de faune.

  • 49 Frédéric-Auguste Cazals, invitation au huitième banquet de La Plume, La Plume, 95, 1er avril 1893, (...)
  • 50 Frédéric-Auguste Cazals, Iconographies de certains poètes présents, t. I : Laurent Tailhade, préfac (...)

20Mais Mallarmé avait sans doute compris que cette satire était paradoxalement le prix à payer pour tenter d’élargir son audience et la concession à accorder à la « gloire de bon marché », afin d’accéder à la reconnaissance médiatique qu’édifiaient alors les panthéons-galeries de papier tels Les Hommes d’aujourd’hui, en quête de recensements, de classements et de nouvelles figures. Mallarmé s’était peut-être résigné à ce que ce « portrait sot » le serve plus qu’il ne le desserve, lui reconnaissant finalement la valeur de symptôme ou de repère de son époque, aux côtés de Rimbaud ou Verlaine qui figuraient aussi dans la série. Cette intuition se trouverait bientôt vérifiée dans l’iconographie mallarméenne, où apparaît la force matricielle de la caricature de Luque, en filigrane des faunes en chèvre-pied ou en hermès, dessinés par Frédéric-Auguste Cazals respectivement pour l’invitation au huitième banquet de La Plume (1893)49 ou pour la préface à l’album Tailhade de l’Iconographie de certains poètes présents (1894)50. En une poignée d’années, l’image de Mallarmé en faune a été le théâtre d’un retournement qui, ayant annihilé sa dimension satirique, l’a acculturée au point de l’ériger en hommage.

Notes

1 Voir Hervé Joubeaux et Hélène Oblin (dir.), Portraits de Mallarmé, de Manet à Picasso, cat. exp. (Vulaines-sur-Seine, musée départemental Stéphane Mallarmé, 14 septembre – 16 décembre 2013), Vulaines-sur-Seine, musée départemental Stéphane Mallarmé/Paris, Illustria, 2013.

2 Hélène Dufour, Portraits, en phrases. Les recueils de portraits littéraires au xixe siècle, Paris, PUF (« Écriture »), 1997.

3 Lettre de Stéphane Mallarmé à Léon Vanier, [7 mai 1886], t. III. Sauf mention contraire, les éléments épistolaires relatifs à cette livraison des Hommes d’aujourd’hui dédiée à Mallarmé sont extraits de : Stéphane Mallarmé, Correspondance, 11 vol., Paris, Gallimard (« Nrf »), 1959-1985, tomes II, III et IV (tome I édité par Henri Mondor et Jean-Pierre Richard ; tomes II à XI édités par Henri Mondor et Lloyd James Austin).

4 Voir la lettre de Stéphane Mallarmé à Paul Verlaine, 16 novembre 1885, t. II.

5 Lettre de Stéphane Mallarmé à Paul Verlaine, 16 novembre 1885, t. II.

6 Lettre de Stéphane Mallarmé à Léon Vanier, [7 mai 1886], t. III.

7 David Estoppey, Madame Auguste Verlaine sur son lit de mort, dessin, [1886], Paris, Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet, inv. 7203 (444).

8 Lettre de Stéphane Mallarmé à David Estoppey, 16 juin 1886, t. III.

9 Lettre de Léon Vanier à Stéphane Mallarmé, 17 juin 1886, t. III.

10 Charles Morice, Paul Verlaine, Paris, Léon Vanier, 1888.

11 Lettre de Camille de Sainte-Croix à Stéphane Mallarmé, 9 juillet 1886, t. III.

12 Voir Anne-Laure Sol et Véronique Carpiaux (dir.), Adolphe Willette, 1857-1926. « J’étais bien plus heureux quand j’étais malheureux », cat. exp. (L’Isle-Adam, musée d’art et d’histoire Louis-Senlecq, 15 juin – 28 septembre 2014 ; Namur, musée Félicien-Rops, 18 octobre 2014 – 11 janvier 2015), Paris, Lienart, 2014.

13 Je remercie Laurent Bihl, excellent connaisseur des sociabilités montmartroises et de la carrière de Willette, pour ces éclairages précis.

14 Pourquoi Mallarmé pensait-il que Willette aurait fourni ce dessin gracieusement ? Ce n’était guère dans les habitudes du dessinateur, qui ne manquait jamais de projets à financer.

15 Lettre de Stéphane Mallarmé à Léon Vanier, [12 juillet 1886], t. III.

16 Lettre de Stéphane Mallarmé à Léon Vanier, 10 février 1887, t. III.

17 Paul Verlaine, Les Poètes maudits (1884), Paris, Léon Vanier, 1888.

18 André Gill, Mémoires et correspondance d’un caricaturiste, éd. Bertrand Tillier, Seyssel, Champ Vallon (« Dix-neuvième »), 2006, p. 10-11.

19 La Lune, 11 novembre 1866, n. p.

20 Lettre de Stéphane Mallarmé à Paul Verlaine, 2 mai 1887, t. III.

21 Stéphane Mallarmé, Divagations, Paris, E. Fasquelle, 1897.

22 Selon la notion précisée par Dufour 1997, cité n. 2, p. 285.

23 Ibid., p. 290.

24 Lettre de Stéphane Mallarmé à Albert Mockel, 7 décembre 1888, t. III.

25 Ibid.

26 Lettre de Stéphane Mallarmé à Paul Verlaine, 16 novembre 1885, t. II.

27 Stéphane Mallarmé, « Laurent Tailhade », dans id., Œuvres complètes, éd. Henri Mondor et Georges Jean-Aubry, Paris, Gallimard (« Bibliothèque de la Pléiade »), rééd. 1992, p. 526.

28 Édouard Manet, Stéphane Mallarmé, 1876, huile sur toile, 27 × 36 cm, Paris, musée d’Orsay, inv. 1133, [en ligne] URL : www.musee-orsay.fr/fr/collections/catalogue-des-oeuvres/notice.html?no_cache=1&nnumid=001133&cHash=44547a7751.

29 James Abbott McNeil Whistler, Stéphane Mallarmé, 1892, lithographie, Vulaines-sur-Seine, musée départemental Stéphane-Mallarmé.

30 Edgar Degas, Stéphane Mallarmé et Paule Gobillard devant Jeune fille dans un jardin d’Édouard Manet, 1895, épreuve argentique, 29,7 × 37 cm, Paris, musée d’Orsay, inv. PHO 1986 83, [en ligne] URL : www.musee-orsay.fr/fr/collections/catalogue-des-oeuvres/notice.html?nnumid=12209.

31 Georges Rodendach, « Stéphane Mallarmé », dans id., L’Élite, Paris, E. Fasquelle, 1899, p. 45-46.

32 Dornac, Stéphane Mallarmé, vers 1894, dans Nos contemporains chez eux, 1887-1917, album de photographies, Paris, Bibliothèque nationale de France, inv. 4-NA-102 (2), pl. 13, [en ligne] URL : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84329634/f33.item.

33 Stéphane Mallarmé, dans Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, Paris, Charpentier, 1891, p. 60.

34 Vulaines-sur-Seine, musée départemental Stéphane-Mallarmé, inv. 985.273.2.

35 Les Hommes d’aujourd’hui, 318, janvier 1888.

36 Lettre de Stéphane Mallarmé au directeur de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, 28 août 1887, t. III.

37 Fabrice Masanès, « Le choix républicain d’André Gill. Préambule à l’élection d’octobre 1877 », Gavroche, 102, novembre-décembre 1998, p. 13-16.

38 Voir Ségolène Le Men et Valérie Guillaume (dir.), Benjamin Roubaud et le Panthéon charivarique, cat. exp. (Paris, Maison de Balzac, 31 mai – 31 août 1988), Paris, Paris-Musées, 1988.

39 Voir Loïc Chotard (dir.), Nadar. Caricatures et photographies, cat. exp. (Paris, Maison de Balzac, 13 novembre 1990 – 17 février 1991), Paris, Paris-Musées, 1990 ; Bertrand Tillier, « Nadar caricaturiste », Le Serment des Horaces, 6, décembre 1991, p. 115-133.

40 Gill 2006, cité n. 18, p. 185. Voir aussi Aude Fauvel et Bertrand Tillier, André Gill. Derniers dessins d’un fou à lier, Tusson, Du Lérot éditeur, 2010.

41 Annick Chauvière, « Les Hommes d’aujourd’hui », dans Jean-Michel Place et André Vasseur (dir.), Bibliographie des revues et des journaux littéraires des xixe et xxe siècles, t. II, Paris, Éditions de la Chronique des lettres françaises/J.-M. Place, 1974, p. 90-135.

42 Dufour 1997, cité n. 2, p. 74.

43 Loïc Chotard, « La biographie contemporaine en France au xixe siècle. Autour du Panthéon-Nadar », thèse de doctorat, université Paris IV Sorbonne, 1987.

44 Voir Pierre et Paul, « Hector Pessard », dessin d’André Gill, Les Hommes d’aujourd’hui, 31, 1879.

45 A. Cinqualbre (54, rue des Écoles ; puis 48, rue Monsieur-le-Prince) était éditeur de « littérature bohème », de presse satirique et de publications illustrées.

46 Chauvière 1974, cité n. 41, p. 90-135.

47 Stéphane Mallarmé, L’Après-midi d’un faune [Paris, Alphonse Derenne, 1876], Paris, Léon Vanier, 1887 ; voir Jean-Michel Nectoux, Mallarmé, un clair regard dans les ténèbres. Peinture, musique, poésie, Paris, Adam Biro, 1998, p. 26 sq.

48 Pascal Caron, Faunes. Poésie, corps, danse, de Mallarmé à Nijinski, Paris, Honoré Champion (« Romantisme et modernités »), 2006 ; Jean-Marc Illouz, « L’Après-midi d’un faune et l’interprétation des arts : Mallarmé, Manet, Debussy, Gauguin, Nijinski », Littérature, 168 : Arts de lecture, 2012/4, p. 3-20.

49 Frédéric-Auguste Cazals, invitation au huitième banquet de La Plume, La Plume, 95, 1er avril 1893, p. 166.

50 Frédéric-Auguste Cazals, Iconographies de certains poètes présents, t. I : Laurent Tailhade, préface par Stéphane Mallarmé, Paris, Bibliothèque de La Plume, 1894, p. 5.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Luque, Stéphane Mallarmé, en couverture des Hommes d’aujourd’hui, 6/296, 1887.
Crédits © Ville de Paris / Bibliothèque Forney.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/8044/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9M

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access