Version classiqueVersion mobile

De l’Orient à la mathématique de l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908)

 | 
Maryse Bideault
, 
Estelle Thibault
, 
Mercedes Volait

Pour une généalogie graphique de l’œuvre de Jules Bourgoin sur les arts arabes

Maryse Bideault

Texte intégral

  • 1 Lettre de Bourgoin à Xavier Charmes en date du 4 janvier 1885, Pierrefitte-sur-Seine (France), Arch (...)

1Parce que Jules Bourgoin s’est souvent interrogé, et exprimé, sur la fonction du dessin dans la pratique comme dans l’enseignement, et qu’il a laissé un corpus conséquent de plusieurs milliers de pièces ainsi que des publications illustrées qui ont fait date, il semble opportun de tenter d’établir une généalogie graphique de son œuvre, une généalogie « relative » qui permettrait d’observer l’artiste au travail. Le corpus Bourgoin est complexe, caractérisé, d’un côté, par son éclatement en plusieurs ensembles au classement parfois bousculé, de l’autre, par une décontextualisation des œuvres due à l’absence de légendage et de datation des feuilles, d’où le besoin de recourir à une lecture croisée des sources afin de pouvoir rétablir une chronologie relative à l’intérieur de ce que Bourgoin lui-même qualifiait de « fouillis de toute provenance » constitué de « documents considérables [dont il était lui-même] effrayé…1 ».

Le corpus graphique

2Les trois ensembles aujourd’hui dispersés ont eu des origines et des fortunes différentes qui en expliquent l’hétérogénéité.

  • 2 Ce jeune dessinateur n’a pas pu être identifié. Bourgoin l’a-t-il rencontré lors d’un séjour à Vien (...)
  • 3 Deux cent sept dessins préparatoires sont reliés en trois volumes (Paris (France), Bibliothèque nat (...)

3Le premier, le plus cohérent, est constitué de dessins à la plume préparatoires aux planches du Précis de l’art arabe ([1889]-1892) vendus à la Bibliothèque nationale en 1891-18922. Il s’agit de ces dessins dont Bourgoin écrit qu’il s’est imposé l’obligation de les faire tous lui-même afin de réduire les coûts de fabrication de l’ouvrage mais pour la réalisation desquels il obtiendra, du ministère de l’Instruction publique, une aide financière en vue de s’adjoindre un aide, un jeune Autrichien qu’il avait déjà fait travailler, un certain Schelchta (plus vraisemblablement Schlechta qui est une forme plus habituelle dans l’Empire austro-hongrois). Une collation des dessins à la plume et des planches lithographiées fait apparaître des manques3.

  • 4 Ces dessins, au nombre de 989, sont toujours conservés dans les collections de l’École nationale su (...)
  • 5 Rapport de Charles Yriarte, 2 juillet 1892, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F2 (...)

4Le deuxième ensemble fut cédé en deux lots, en 1892-1893, à l’initiative de Xavier Charmes, qui s’entremit auprès de la direction de l’École des beaux-arts4 pour inciter à l’acquisition d’un grand nombre de dessins dont il craignait qu’ils ne se perdissent entre les mains de Bourgoin qui, d’un autre côté, était contraint de s’en séparer pour des raisons pécuniaires. À l’exception d’Eugène Müntz, alors conservateur des collections des Beaux-Arts, réticent à l’entrée de ces documents car, à l’exception des dessins relatifs à l’Égypte ancienne, ils n’entraient qu’indirectement dans le programme de l’enseignement de l’école, plusieurs autres avis louaient l’intérêt de ces œuvres, l’habileté et le goût du dessinateur, mais aussi, parce qu’il s’agissait essentiellement de relevés, prônaient la nécessité de conserver l’ensemble sous forme de dossiers « qui exigent sinon des commentaires écrits, du moins des légendes explicatives. Faute de cette forme, faute de ce soin, les relevés, dessins, notes dessinées, resteront muets pour celui qui les consultera, ou tout au moins auront moins d’intérêt pour lui5 ». Il s’agissait là d’une utile précaution à laquelle Bourgoin ne répondit pas vraiment. Il livrera quelque 1 200 documents graphiques : dessins et aquarelles exécutés au cours de ses divers séjours au Proche-Orient, avec une prédominance de relevés faits entre 1880 et 1884, des calques de modèles et d’épures obtenus auprès d’ouvriers de Damas en 1875, mais aussi des mises au net destinées à l’illustration de ses ouvrages sur les arts arabes.

  • 6 Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet (...)
  • 7 L’inventaire de ce fonds d’archives est consultable en ligne sur Agorha.

5Enfin le troisième ensemble, le plus considérable mais aussi le plus hétérogène, est le fonds d’atelier proposé lors de la vente après décès organisée à Saint-Julien-du-Sault le 14 juin 1908, qui entre très tôt à la bibliothèque d’Art et d’archéologie fondée par Jacques Doucet6. S’y trouvent des milliers de pages de notes et de croquis, 38 carnets de dessins, des documents qui illustrent toutes les étapes de la pensée de l’auteur mais aussi la variété de ses activités tout au long de sa vie. De formats et supports variés, ces documents trouvés dans des états de conservation très divers, qui connurent un premier classement fait par Henri Saladin en 1910 et dont le reclassement vient de s’achever en 20137, rassemblent certes ce qui a trait aux ouvrages théoriques de Bourgoin, mais aussi des dessins de très haute qualité appartenant à la même série chronologique que celle vendue aux Beaux-Arts et dont on explique mal le fait qu’ils n’aient pas été présentés par Bourgoin en 1892. Ainsi le corpus de dessins relatifs aux manuscrits enluminés de la Bibliothèque khédiviale du Caire est aujourd’hui éclaté entre l’École nationale supérieure des beaux-arts et la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) ; quant au corpus damascène des années 1874-1875, c’est dans le fonds de l’INHA qu’il se révèle le plus riche.

  • 8 Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet (...)

6Les milliers de dessins et aquarelles, simples croquis, dessins plus construits ou planches préparatoires sont, dans un désordre évident, les témoignages du travail effectué lors des différents séjours de Bourgoin autour de la Méditerranée. On pourrait penser, un peu hâtivement, que c’est au cours de sa mission à Damas en 1874-1875 que le dessinateur a définitivement abandonné le carnet de dessins pour la feuille libre, d’un papier satiné qui a fortement jauni et de format identique, 21, 9 × 16, 8 cm. Il n’en est rien. Au cours de son premier séjour en 1863-1866, Bourgoin accumule les carnets tous généralement acquis chez Chapron et successeurs (Guerrier, Chevalier, Coquelin), papetier et relieur situé au 34, rue de Seine, chez qui il s’était déjà fourni du temps de ses études aux Beaux-Arts. Le carnet est rassurant pour qui veut approcher la méthode de travail de Bourgoin car la numérotation des feuillets semble assurer une logique de lecture, ce qui permet d’induire que telle page couverte de croquis peu parlants doit être mise en relation avec le monument, l’œuvre ou l’objet esquissé trois ou quatre feuillets plus avant. Toutefois, le carnet n’échappe pas à la disparition de pages visiblement déchirées ou à l’insertion de pages erratiques provenant de carnets démembrés, ce qui est le cas pour les carnets datant des études aux Beaux-Arts. En ce qui concerne la chronologie relative des carnets, le moindre indice doit être observé puisque Bourgoin ne prenait la peine d’y porter ni date ni localisation. Ainsi, la mention trouvée sur plusieurs carnets précisant l’appartenance de l’objet à « Jules Bourgoin, architecte à Alexandrie, dont la mère habite Joigny en France », permet sans conteste de placer l’exécution de ces carnets d’Égypte et de Palestine dans les années 1863-1866 ; quant à la présence, sur le contreplat supérieur d’un autre carnet, d’un dessin des statues de Rahotep et Nofret découvertes par Auguste Mariette en 1871 à Meïdoum, elle constitue un terminus post quem et détermine à dater cet album soit de 1875 ou bien du dernier séjour cairote entre 1880 et 1884 ; ou encore, les relevés de l’intérieur de la tour d’enceinte dite Burg al-Zafar au Caire (fig. 1), lieu qui n’est pas visité habituellement, est à mettre en relation avec des recommandations faites par Arthur Rhoné à Bourgoin en partance pour l’Égypte en 18808 et ainsi d’attribuer le carnet au dernier séjour de Bourgoin au Caire.

1. Jules Bourgoin, Intérieur de la salle circulaire de la muraille de Saladin au Burj al-Zafar, Le Caire.

1. Jules Bourgoin, Intérieur de la salle circulaire de la muraille de Saladin au Burj al-Zafar, Le Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 8.

  • 9 Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet (...)
  • 10 Max van Berchem, Matériaux pour un Corpus Inscriptionum Arabicarum. Première partie Égypte. Fascicu (...)

7Le corpus graphique de Bourgoin présente des problèmes identiques concernant l’identification des lieux, monuments ou œuvres dessinés et relevés. Car le dessinateur ne légende pas ses dessins, ou si peu et si mal. L’absence d’identifications sera d’ailleurs, pour lui, source d’erreurs, ce que Rhoné ne manquera pas de fustiger en 1892 lorsqu’il sera appelé à relire des épreuves du Précis de l’art arabe9. Les carnets de dessins des années 1863-1866 ne portent pas d’inscriptions et l’identification d’une grande partie des monuments est rendue possible par les légendes des planches qui en ont été tirées et publiées dans les Arts arabes. Il arrive toutefois que Bourgoin demeure vague dans ses légendes comme le montre la planche 91 des Arts arabes légendée « Reliefs sur pierre à Jérusalem » et dont le compartiment supérieur peut être aisément identifié comme un des panneaux sculptés remployés dans les murs de la cour du monastère du patriarcat arménien de Jérusalem. Les carnets du voyage en Italie et en Grèce ne sont guère plus légendés. Pas davantage les feuilles isolées relatives aux maisons de Damas dessinées en 1874-1875 dont beaucoup vont demeurer muettes pour longtemps. L’ensemble des dessins d’art arabe réalisés au cours de son dernier séjour au Caire, celui qui fut remis le 20 janvier 1893 en un bloc de 638 feuilles de même format et réparties en 59 cahiers, semble offrir davantage de légendes mais s’agit-il d’un travail fait a posteriori à la suite des observations de Charles Yriarte ? Certaines de ces légendes sont erronées, d’autres désinvoltes. Bourgoin, qui ne connaissait pas suffisamment l’arabe, utilise parfois les noms vulgaires donnés aux édifices mais aussi les coordonnées et numéros attribués à ces mêmes édifices par l’index du plan de la ville du Caire paru dans la Description de l’Égypte, informations portées parfois en haut de la feuille mais aussi dans une première version des légendes des planches du Précis de l’art arabe, ce qui peut permettre d’identifier plus précisément certains de ces édifices pour peu que l’on croise plusieurs sources. Il est à noter que l’épigraphiste arabisant Max van Berchem recourera lui aussi, dans les notices de son ouvrage Matériaux pour un Corpus inscriptionum arabicarum (1894), à la multiplication des toponymes définis par leurs sources, qu’il s’agisse du Plan français (c’est-à-dire de celui de la Description de l’Égypte), du plan Grand Bey dressé en 1874, du nom vulgaire ou de celui donné, avec des variantes, par le Comité de conservation des monuments de l’art arabe10.

« Pour peu qu’on ait la curiosité vive et flâneuse » : la collecte de la documentation

  • 11 Pascal Coste, Architecture arabe, ou Monuments du Kaire, mesurés et dessinés de 1818 à 1826, Paris  (...)
  • 12 Émile Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la (...)

8Cette curiosité amenait trop souvent Bourgoin à ne pas remplir les tâches qui lui étaient confiées mais à prendre des chemins de traverse lui permettant d’exercer ses sens et assouvir sa curiosité d’esprit. Il n’appartient pas à cette lignée d’artistes ou d’archéologues voyageurs qui traitent des descriptions vécues et senties, historiques et poétiques, des dessins pittoresques offrant des vues perspectives, des vues d’ensemble, des mises en contexte à l’exemple de Pascal Coste11, de Karl Girardet, de Paul Louis Léger Chardin ou d’Émile Prisse d’Avennes12 pour l’Égypte, de William J. Tipping, James Wild ou Richard Phené Spiers pour Damas, ou d’innombrables autres artistes ou architectes voyageant en Italie, en Grèce ou sur d’autres sites archéologiques du Proche-Orient.

9Ce qui frappe dans cet œuvre, c’est une forme d’aniconisme tant sont rares les représentations humaines, une quinzaine au plus sur quelque 3 000 dessins et aquarelles, de même que les vues perspectives ou pittoresques dont on a vu que Bourgoin prisait peu le genre. Les carnets liés à son séjour à Alexandrie dès 1863 montrent qu’il savait aussi croquer des portraits ou même des petites scènes d’artisanat local dans la lignée de certaines planches de la Description de l’Égypte ainsi que de celles de Pascal Coste. Mais, rapidement, la personne humaine et l’anecdote disparaissent des carnets. La séquence des dessins préparatoires à la planche 3 des Arts arabes figurant la façade d’une mosquée à Alexandrie, en fait celle d’al-Terbana, illustre cette attitude : si Bourgoin s’essaie à figurer, dans l’embrasure de la porte, un personnage tout d’abord de trois-quarts puis de dos, la planche chromolithographiée finale a effacé toute présence humaine.

  • 13 Mercedes Volait, « Du relevé à la conservation des « Monuments de l’art arabe » : l’itinéraire égyp (...)
  • 14 Gabriel Charmes, « L’Institut d’archéologie orientale du Caire (juin 1883) », in Id., L’Égypte. Arc (...)

10L’approche de Bourgoin dans la pratique du relevé évolue au cours de sa carrière. Il n’avait vraisemblablement pas encore l’idée d’une publication lorsqu’il commence à remplir ses premiers carnets de dessins très variés, très fragmentaires, sans aucune mention de couleurs, ce qui pousse à nous interroger sur la façon dont le dessinateur a réussi à produire les planches colorées des Arts arabes consacrées aux intarsies, mosaïques, enduits ou plafonds polychromés ; il est probable qu’un certain nombre de dessins ou de notes nécessaires à ce travail sont aujourd’hui perdus. À partir de la publication de son premier ouvrage, l’idée de tirer un ouvrage de ses voyages ou missions lui est constamment présente à l’esprit et sa collecte de dessins répond davantage à un projet. L’intuition cède la place au programme, par exemple lors de son séjour damascène. Quant à la production des années 1880-1884, hormis le corpus de dessins réalisés dans le cadre de la Mission archéologique française pour les divers projets et publications des égyptologues qui était lié à une mission précise, elle s’inscrit très clairement en marge de la tentative d’inventaire et de sauvegarde du patrimoine artistique cairote mise en place par quelques amateurs français résidant au Caire13. Si Bourgoin est nommé membre du Comité de conservation des monuments de l’art arabe le 21 janvier 1882, ce n’est pas en tant que dessinateur attitré. Mais, « par zèle pour la quantité et par goût pour la qualité », comme il l’écrit à un autre propos, Bourgoin dessine ce qu’il n’avait pas encore relevé, tant dans les rues et les monuments du Caire qu’au musée d’Art arabe tout d’abord installé à partir de 1881 dans une partie de la mosquée al-Hakim, ou encore à la Bibliothèque khédiviale abritée à Darb al-Gammamiz, en obéissant toutefois aux recommandations d’Arthur Rhoné qui se servira d’ailleurs de certains de ces dessins pour illustrer ses chroniques d’Égypte ou son ouvrage Coup d’œil sur l’état du Caire ancien et moderne. Ce zèle et ce goût montrés par Bourgoin feront écrire à Gabriel Charmes que « Bourgoin les [les monuments du Caire] a relevés et dessinés presque tous, et, quand le Caire n’existera plus, ses cartons pourront le faire revivre14. »

  • 15 Ola Seif, « Topographical Photography in Cairo : The Lens of Biniamino [sic] Facchinelli » in Merce (...)

11Dans l’entreprise d’inventaire lancée par le Comité de conservation des monuments de l’art arabe, Bourgoin se trouve confronté à l’emploi grandissant qui est fait de la photographie, des campagnes étant lancées et proposées à divers professionnels présents au Caire dans les années 1880-1890, parmi lesquels un Italien, Beniamino Facchinelli15 à qui Arthur Rhoné commande des prises de vue spécifiques. Si les daguerréotypes réalisés par Joseph-Philibert Girault de Prangey au Caire en 1842-1844 ou les photographies d’Édouard Athanase Jarrot prises dans le cadre du voyage d’Émile Prisse d’Avennes en 1858-1859 ont servi à l’élaboration de certaines planches d’ouvrages, respectivement des Monuments arabes d’Égypte, de Syrie, et d’Asie Mineure (1846) et de L’Art arabe d’après les monumens du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviiie (1869-1877), les clichés de Facchinelli avaient valeur de témoignage documentaire, négligeant très souvent les qualités techniques de cadrage, d’éclairage mais privilégiant la vision de près, le détail, ce que John Ruskin, enthousiasmé par l’invention du daguerréotype, mettait en avant dès 1851-1853 dans son ouvrage Seven Lamps of Architecture (1849).

  • 16 Gottfried Wilhelm Leibniz, La Monadologie, publ. d’après les ms. et accompagnée d’éclaircissements (...)
  • 17 À son habitude Bourgoin ne cite pas complètement ses sources ou les cite de manière incorrecte. La (...)

12Il convient alors de s’interroger sur l’apport des dessins de Bourgoin. Dessinateur infatigable et sans pareil, il fait provision de dessins analytiques, cherchant « comment derrière les ensembles, bien des détails sont accumulés, que l’on veut savoir et dont on veut prendre possession ». Lui dont les notes manuscrites abondent en citations mettant en avant la question de la relation du tout à la partie, ou vice-versa – ses sources convoquent aussi bien Leibniz dans la Monadologie (« car le composé n’est autre chose qu’un amas ou aggregatum des simples16 ») qu’Émile Littré (« C’est le tout qui est la page suprême des parties »17) – applique cette forme à sa méthode de relevé.

13Dès les premiers carnets des années 1863-1866, Bourgoin pratique une sorte de tachygraphie et développe un système qui lui permet d’optimiser le temps passé à dessiner sur place mais qui, en retour, nécessite une agilité intellectuelle et une grande rigueur pour restituer une vue d’ensemble, qu’il s’agisse de l’élévation d’un édifice, d’un placard en bois travaillé, d’un plafond à caissons, d’une porte aux vantaux revêtus de plaques de bronze travaillées mais fragmentaires. Ses dessins ne sont pas toujours cotés, les échelles manquent mais il semble que Bourgoin se trouve totalement à l’aise avec des informations telles que « trois longueurs d’album » par laquelle il signifie que la page du carnet sur laquelle il a dessiné sert de module, ou encore « quatre [ou sept, huit…] en hauteur [ou en largeur, longueur] » qui lui rappelle que le piédroit du portail est constitué d’autant d’assises ou que la claustra de bois ajourée présente autant de motifs qui se répètent. Au fil des années, non seulement le dessin de Bourgoin s’aiguise, devient de plus en plus assuré, toujours plus délicat dans l’infiniment petit, mais ce système de notations se complexifie. Ces notations permettent surtout d’accorder une attention au détail ornemental en lui assurant sa place définitive dans la composition plus vaste. Parce que l’art décoratif du monde islamique joue souvent sur la symétrie et la géométrie constructive, le système de Bourgoin en est facilité.

  • 18 Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet (...)

14Quoique très rapidement confronté à la réduction des planches en couleurs qui lui est imposée dans ses publications successives, Bourgoin espère toujours pouvoir inclure dans ses ouvrages un certain nombre de planches en chromolithographie et il n’omet donc pas de noter les couleurs, souvent sous une forme réduite à des lettres, réservant la forme en toutes lettres aux tons les plus délicats et aux matériaux les plus rares, par exemple « fond étain granulé » ou « grand rinceau or cerné rouge laque ». La technique force l’admiration face à certains dessins d’ornements végétaux de décor intérieur damascène tant la finesse du dessin des fleurs et des feuilles et la polychromie du travail de pastillage sont grandes (fig. 2). A contrario, on ne peut que rester déconcerté lorsque l’on rapproche deux dessins des ornements des vantaux d’une des deux portes de l’iconostase de l’église Saint-Jacques des Arméniens à Jérusalem (fig. 3 et 4) avec la planche en couleurs de la porte, d’une richesse chromatique et d’une variété infinie des bois et matériaux les plus précieux, qui a été publiée dans les Arts arabes (fig. 5), d’autant que nous ne disposons pas d’autres dessins préparatoires à cette planche que ceux trouvés dans le carnet de Palestine18.

2. Jules Bourgoin, Ornements polychromes d’une porte intérieure d’une maison, Damas.

2. Jules Bourgoin, Ornements polychromes d’une porte intérieure d’une maison, Damas.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 1.

3. Jules Bourgoin, Détails d’une des portes de l’iconostase de l’église Saint-Jacques des Arméniens, Jérusalem.

3. Jules Bourgoin, Détails d’une des portes de l’iconostase de l’église Saint-Jacques des Arméniens, Jérusalem.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 11.

4. Jules Bourgoin, Détails d’une des portes de l’iconostase de l’église Saint-Jacques des Arméniens, Jérusalem.

4. Jules Bourgoin, Détails d’une des portes de l’iconostase de l’église Saint-Jacques des Arméniens, Jérusalem.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 11.

5. Jules Bourgoin, Porte de l’église de St Jacques des Arméniens. À Jérusalem, pl. 27 des Arts arabes, [1868]-1873.

5. Jules Bourgoin, Porte de l’église de St Jacques des Arméniens. À Jérusalem, pl. 27 des Arts arabes, [1868]-1873.
  • 19 Ola Seif, op. cit. (note 15).

15De la comparaison entre photographie et dessin, Bourgoin sort vainqueur. Une seule mise en parallèle suffit à s’en convaincre : à peu près au même moment, Beniamino Facchinelli19 et Jules Bourgoin photographie pour l’un et dessine pour l’autre l’intérieur du dôme de la qubba al-Fadawiyya (884-886 / 1479-1481) dans le quartier d’Abbasiyya au Caire, connu pour offrir un décor exceptionnel d’un enduit de chaux colorée où se découpe une véritable guipure d’ornements. La photographie connue de Facchinelli fait voir un décor sans relief, comme écrasé, que vient frapper un rai de soleil ; les dessins de Bourgoin de ce qu’il identifie comme la « koubbé d’Achraf (Abbassieh) » multiplient les détails des écoinçons et du dôme avec un sens exceptionnel de la plasticité du travail du stuc. À son habitude, il prend le temps de mentionner les couleurs. Le dessin de Bourgoin magnifie toujours l’œuvre en lui conférant une finesse d’exécution qui n’est peut-être pas réelle mais surtout en oblitérant les blessures du temps et là aussi une comparaison avec la photographie contemporaine fait apparaître une tendance à restituer un état idéal. Il ne travaille pas comme un dessinateur sur un chantier de fouilles, attentif au moindre manque, mais comme un insatiable collectionneur de formes et d’ornements.

Du dessin à la planche

16Chaque mission au Proche-Orient s’est accompagnée, pour Bourgoin, de la mise en projet d’une publication qui devait exploiter la moisson de dessins rapportée des pays visités. Le premier de ces ouvrages, Les Arts arabes, est en effet illustré de 92 planches tirées des nombreux croquis faits sur le motif en Égypte et en Palestine entre 1863 et 1866. Si la Théorie de l’ornement propose un retravail du corpus de ces mêmes années qui se voit augmenté des dessins et relevés faits en Italie et en Grèce en 1868-1869, la rédaction des Éléments de l’art arabe est à mettre directement en relation avec le séjour damascène de 1874-1875. Quant au Précis de l’art arabe, il résulte des quatre années passées au Caire au service de la Mission archéologique française et du Comité de conservation des monuments de l’art arabe avec un recyclage du corpus de relevés damascènes.

  • 20 Voir Maryse Bideault, « Dessiner dans la Bibliothèque khédiviale du Caire », supra, p. 159-170.

17Aux ouvrages édités, non sans difficultés en raison de leur coût et de leur financement complexe, il convient d’ajouter les nombreux projets qui ne virent pas le jour mais pour lesquels Bourgoin avaient amassé une documentation impressionnante. C’est la mission à Damas qui inaugure cette série de publications inabouties. Bourgoin, qui avait lassé l’administration tant par ses demandes répétées de missions et de financement que par son attitude au cours de sa mission damascène, essuie des refus qui ne le découragent pas totalement puisqu’autour de 1877, il envisage de lancer une publication en série, au titre incertain qui oscille entre Revue de l’ornement et Mémorial des arts, dont la variété des sujets embrassés révèle l’habileté de Bourgoin à recycler dessins et relevés. Ainsi, étaient prévues des livraisons sur le trait des entrelacs dans l’art arabe, les mosaïques byzantines italiennes, le trait et l’appareil des stalactites d’après les monuments du Caire, de Jérusalem et de Damas, les ornements grecs, les éléments de la menuiserie arabe, l’art décoratif à Damas, mais aussi la théorie des grecques, les petits ornements japonais, etc., livraisons pour lesquelles il disposait des dessins préparatoires nécessaires et dont il avait entrepris de mettre au net certaines planches. Il convient d’ajouter à ces titres une autre publication qui n’a pas vu le jour mais pour laquelle la documentation avait été rassemblée, à savoir un ouvrage sur les plus beaux manuscrits enluminés de la Bibliothèque khédiviale du Caire20.

  • 21 Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet (...)
  • 22 Sur cette demeure, sa décoration intérieure et les collections amassées, voir Mercedes Volait, Mais (...)

18Si le corpus graphique de Bourgoin livre quantité de dessins qui n’ont jamais été utilisés, il arrive aussi que certaines planches publiées ne puissent être mises en relation avec aucun dessin connu, aussi bien dans les Arts arabes que dans le Précis de l’art arabe. En outre, un examen des multiples versions que Bourgoin a laissées des légendes des planches du Précis laisse apparaître que la sélection finale a été réduite et différente de ce que Bourgoin avait prévu. Si la légende d’une de ces planches décrivant une « Fleur-de-lys incisée sur le linteau de Bab-el-Hadid à Damas. Le type est certainement occidental et date du temps de Salah-ed-Dîn mais l’interprétation est bien oriental [sic] par la recherche des contournements. Un autre type sensiblement différent se voit encore dans l’ancien Moristan de Damas » renvoie à deux dessins différents conservés dans le fonds Bourgoin de l’INHA21, une autre légende mentionnant un plafond de la maison Saint-Maurice22 dont il dit avoir achevé la planche, ne peut, à ce jour, être mise en relation avec aucun des dessins de plafonds connus. Ces mêmes légendes révèlent que Bourgoin avait prévu d’y faire figurer davantage de précisions relatives aux noms des édifices, à leur localisation, datation, état de conservation, détails qui furent abandonnés.

19Il est parfois possible de suivre pas à pas la méthode de Bourgoin. Ainsi, la planche LXVII de la troisième partie du Précis de l’art arabe qui figure un des plafonds à caissons de la mosquée du complexe al-Nasir Muhammad ibn Qalawun au Caire (718 / 1318 - 735 / 1335), fait juxtaposer une vue partielle du plafond avec des détails des caissons octogonaux garnis de « calottes hémisphériques en cartonnage de fibres de palmier alternativement de deux dessins différents » et la structure de l’ensemble avec un plan de l’assemblage des bois. Les explications des planches du Précis consacrées aux plafonds du Caire et de Damas abondent en précisions de techniques et couleurs (ainsi, les caissons du plafond de Qalawun sont décrits « … alternativement de deux dessins différents : l’un, figure 2, à fond bleu réseau blanc et fleurons pastillage or ; l’autre, figure 3, à fond bleu, bouton or, chevrons verts de trois tons, l’un local ou franc, l’autre rembruni et le troisième vert jaune clair ; une bordure dorée en pastillage avec cercles rouge brun et une suite de points blancs sur fond bleu. »). La plupart des dessins de plafonds faits par Bourgoin dans les années 1880-1884 portent quantité d’indications de couleurs, ce qui prouve que le dessinateur avait l’intention d’en tirer des planches du plus bel effet. Concernant le plafond de la mosquée de Qalawun, il a été possible de retrouver dans un carnet datant du premier séjour en Égypte, un croquis (fig. 6) donnant les éléments essentiels de la structure des assemblages et du dessin des caissons. Le feuillet ne porte aucune identification et ce n’est que par un examen attentif que ce feuillet a pu être mis en relation avec la planche publiée dans le Précis quelque 20 ans plus tard. Deux autres feuillets erratiques (fig. 7-8), dispersés dans le fonds de dessins de Bourgoin, présentent des mises en couleurs des caissons hémisphériques et de la grille des solives avec un entrecroisement de « listels méplats ciselés, dorés sur les reliefs et azurés dans les creux ». Tout est mis en place, le dessin, les éléments, les ornements, la polychromie qui permet au dessinateur de faire la mise au net à la plume (fig. 9) avant de confier la planche à l’imprimeur qui n’en tirera qu’une photogravure en noir et blanc.

6. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire.

6. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 9.

7. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire.

7. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 9.

8. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire.

8. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 9.

9. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire, étude pour la pl. 67 de la série Menuiserie du Précis de l’art arabe, 1889-1892.

9. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire, étude pour la pl. 67 de la série Menuiserie du Précis de l’art arabe, 1889-1892.

Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, 4-HD-77 (++).

  • 23 Sur cet édifice et son mihrab, voir Laila Ibrahim, Bernard O’Kane, « The Madrasa of Badr al-Dīn al- (...)
  • 24 Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0325, 0330 et 0331.

20Un autre exemple de cette démarche est fourni par les divers dessins et aquarelles qui documentent autant d’étapes du processus d’élaboration des planches finales concernant le mihrab, jadis revêtu de mosaïques de céramique bleue et blanche et surmonté d’une inscription en coufique carré, du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni au Caire (831 / 1428)23, mosaïques qui ont aujourd’hui totalement disparu. Bourgoin a consacré un certain nombre d’œuvres graphiques, aujourd’hui dispersées entre les différents fonds, qui expliquent, une fois leur séquence restituée, la façon de travailler du dessinateur. Aux feuilles réalisées sur place (fig. 10), très remplies, fouillées, enrichies d’annotations diverses dont celles relatives à la polychromie des mosaïques, viennent s’ajouter d’autres dessins plus épurés, proposant le schéma du cadre du mihrab enrichi de cotes (fig. 11-12), le tout se résolvant dans des aquarelles24 (fig. 13-14) avec mise en place de la polychromie. Contrairement aux planches du plafond de la mosquée du sultan Qalawun, celles consacrées au mihrab du mausolée d’al-’Aynī sont imprimées en couleurs. Une fois de plus Bourgoin restitue un état idéal de l’ensemble puisqu’on le sait grâce à une photographie contemporaine, les mosaïques étaient déjà partiellement endommagées, en particulier le long des piédroits.

10. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.

10. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0451.

11. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.

11. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 4, 3.

  • 25 « L’auteur, s’étant imposé l’obligation de faire tous les dessins lui-même et à user des procédés d (...)

21Divers documents autographes et pièces d’archives témoignent des difficultés rencontrées par Bourgoin dans l’élaboration de ses publications, la principale difficulté en étant le financement. Pour la publication de son premier ouvrage, les Arts arabes, il bénéficie incontestablement de l’appui d’Eugène Viollet-le-Duc auprès du libraire éditeur A. Morel & Cie qui, depuis 1860, affiche un impressionnant catalogue de livres sur l’art et l’architecture. L’ouvrage de Bourgoin, qui paraît en même temps que L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviiie d’Émile Prisse d’Avennes, est proposé en 40 livraisons in folio au prix de 5 F chacune contre 50 livraisons in-plano au prix de 20 F chacune pour l’édition de prestige du Prisse. Les planches seront réalisées par les meilleurs lithographes de l’époque. Pour le Précis de l’art arabe, initialement proposé à la maison Firmin Didot puis finalement publié chez Ernest Leroux, spécialisé dans l’orientalisme et l’archéologie, mais dans la série des Mémoires publiés par les membres de la Mission archéologique française au Caire, le principe des livraisons – 300 planches distribuées en quatre séries distinctes qui paraîtront l’une après l’autre en 30 livraisons (en 1887 il en a paru 12) – sera également adopté. Aucune des planches imprimées du Précis de l’art arabe ne porte de mention de graveur et l’explication se trouve chez Bourgoin lui-même lorsqu’il écrit qu’il avait dû se résoudre à faire les dessins lui-même pour réduire les coûts de la publication25. Ce qui fait comprendre qu’une majorité – pas la totalité – des dessins à la plume préparatoires aux planches du Précis aient été conservées alors que nous ne possédons que très peu de planches destinées aux Arts arabes, les dessins étant restés, comme c’était alors l’habitude, propriété de l’éditeur.

12. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.

12. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0327.

13. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.

13. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0330 ; 7901-0331.

14. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.

14. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0330 ; 7901-0331.

  • 26 Jules Bourgoin, Théorie de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1873, Introduction, p. XI.

22La fortune éditoriale de Bourgoin est caractérisée par un appauvrissement non seulement de la quantité de planches en couleurs mais aussi des techniques d’impression. Le second ouvrage, la Théorie de l’ornement (1873), fait appel à deux techniques différentes, la gravure sur bois pour les figures intercalées dans le texte et la gravure en taille-douce pour les planches, et comme l’écrit Bourgoin26 : « Nous avons dû négliger une grande partie des particularités inhérentes à ces objets, ainsi le voulaient l’échelle du dessin et le plan suivi dans ces études. Ces dessins sont le plus souvent très abrégés, mais ils sont toujours exacts au moins dans leur forme essentielle, celle qui demeure du moins sous toutes les traductions plus ou moins intelligentes que le dessinateur et le graveur peuvent en faire. Nous avons dû nous résoudre à tous ces sacrifices, afin de donner le plus de choses possibles dans un petit nombre de planches ». La couleur réapparaît, mais de manière limitée, dans 10 planches des Éléments de l’art arabe (1879) ; quant au Précis de l’art arabe, quelques rares planches doubles seront rendues en couleur mais selon une technique d’impression assez plate.

23Un examen croisé des croquis, dessins, planches préparatoires qui subsistent dans les différents fonds Bourgoin avec les illustrations des ouvrages publiés fait apparaître une gestation souvent difficile, rendue compliquée non seulement par les difficultés de financement des publications mais aussi par la pensée parfois confuse de l’auteur. Il est toutefois assez rare de disposer d’une telle masse de documents qui viennent éclairer le travail d’un auteur.

Notes

1 Lettre de Bourgoin à Xavier Charmes en date du 4 janvier 1885, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930, 3e dossier, pièce no 4.

2 Ce jeune dessinateur n’a pas pu être identifié. Bourgoin l’a-t-il rencontré lors d’un séjour à Vienne effectué à une date inconnue, qui le voit visiter le K.K. Österreichisches Museum für Kunst und Industrie que dirige alors Alois Riegl ? Pourrait-il s’agir du futur architecte, dessinateur et peintre de l’école d’Otto Wagner, Hans Schlechta qui avait 22 ans en 1889 ? Il est impossible de répondre à cette question dans l’état actuel de nos connaissances.

3 Deux cent sept dessins préparatoires sont reliés en trois volumes (Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Hd-77 ++-4 à Hd-77 ++++-4). Ces planches viennent d’être numérisées et sont consultables sur Gallica. ark:/12148/btv1b10509003g ; ark:/12148/btv1b10509008q ;  ark:/12148/btv1b10509014b. Consulté le 6 octobre 2017.

4 Ces dessins, au nombre de 989, sont toujours conservés dans les collections de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Paris (France) sous les cotes EBA-7900 et EBA-7901. Ils ont été numérisés, catalogués et indexés et sont accessibles sur le site http://www.ensba.fr/ow2/catzarts/index.xsp. Consulté le 6 octobre 2017.

5 Rapport de Charles Yriarte, 2 juillet 1892, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2124.

6 Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. Sébastien Chauffour, « Les archives Bourgoin à la Bibliothèque de l’INHA » in Jules Bourgoin 1838-1908. L’obsession du trait, catalogue d’exposition (Paris, Institut national d’histoire de l’art, 20 novembre 2012-12 janvier 2013), Paris : INHA, 2012, p. 48-49.

7 L’inventaire de ce fonds d’archives est consultable en ligne sur Agorha.

8 Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 1, 1. Ce document est transcrit intégralement dans l’annexe à la contribution de Mercedes Volait publiée dans ce volume, « Compagnonnages dans le milieu des amateurs d’art islamique et des artisans d’Égypte et de Syrie », p. 61-78.

9 Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 4, 6.

10 Max van Berchem, Matériaux pour un Corpus Inscriptionum Arabicarum. Première partie Égypte. Fascicule premier Le Caire, Mémoires publiés par les Membres de la Mission archéologique française au Caire, Paris : Ernest Leroux éditeur, tome 19, 1894.

11 Pascal Coste, Architecture arabe, ou Monuments du Kaire, mesurés et dessinés de 1818 à 1826, Paris : Firmin-Didot, 1837-1839 ; Mercedes Volait, « Les monuments de l’art arabe » in Dominique Jacobi (dir.), Pascal Coste, toutes les Égypte, catalogue d’exposition (Marseille, bibliothèque municipale, 17 juin-30 septembre 1998), Marseille : Éditions Parenthèses ; Bibliothèque municipale de Marseille, 1998, p. 97-130.

12 Émile Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviiie, Paris : Vve A. Morel, 1869-1877 ; Mercedes Volait (dir.), Émile Prisse d’Avennes : un artiste-antiquaire en Égypte au xixe siècle, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2013 (Bibliothèque d’étude, 156).

13 Mercedes Volait, « Du relevé à la conservation des « Monuments de l’art arabe » : l’itinéraire égyptien d’Ambroise Baudry (1871-1886) », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, no 73-74, 1994, p. 77-97 ; Id., « Arthur-Ali Rhoné (1836-1910). Du Caire ancien au Vieux-Paris ou le patrimoine au prisme de l’érudition dilettante », Socio-anthropologie, no 19, 2006, p. 17-30. URL: https://socio-anthropologie.revues.org/543. Consulté le 6 octobre 2017 ; Arthur Rhoné, L’Égypte à petites journées, études et souvenirs : Le Kaire et ses environs, Paris : E. Leroux, 1877 ; Coup d’œil sur l’état du Caire ancien et moderne, Paris : impr. de A. Quantin, 1882 et L’Égypte à petites journées : le Caire d’autrefois, Paris : Société générale d’éditions, 1910.

14 Gabriel Charmes, « L’Institut d’archéologie orientale du Caire (juin 1883) », in Id., L’Égypte. Archéologie - Histoire - Littérature, Paris : Calmann Lévy éditeur, 1891, p. 230-231.

15 Ola Seif, « Topographical Photography in Cairo : The Lens of Biniamino [sic] Facchinelli » in Mercedes Volait (dir.), Le Caire dessiné et photographié au xixe siècle, Paris : Picard, 2013 (D’une rive l’autre), p. 195-214. URL: https://inha.revues.org/4884. Consulté le 6 octobre 2017.

16 Gottfried Wilhelm Leibniz, La Monadologie, publ. d’après les ms. et accompagnée d’éclaircissements par Émile Boutroux. Suivi d’une « Note sur les principes de la mécanique » dans Descartes et dans Leibniz / par Henri Poincaré, 3e éd., Paris : Ch. Delagrave, 1892, p. 142.

17 À son habitude Bourgoin ne cite pas complètement ses sources ou les cite de manière incorrecte. La citation de Littré est : « Le tout se fit, et c’était l’essentiel ; car, en bien des cas, il est le juge suprême des parties » (extrait de Études et glanures : pour faire suite à l’« Histoire de la langue française », Paris : Didier, 1880).

18 Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 11.

19 Ola Seif, op. cit. (note 15).

20 Voir Maryse Bideault, « Dessiner dans la Bibliothèque khédiviale du Caire », supra, p. 159-170.

21 Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 1.

22 Sur cette demeure, sa décoration intérieure et les collections amassées, voir Mercedes Volait, Maisons de France au Caire. Le remploi de grands décors mamelouks et ottomans dans une architecture moderne, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2012.

23 Sur cet édifice et son mihrab, voir Laila Ibrahim, Bernard O’Kane, « The Madrasa of Badr al-Dīn al-’Aynī and its Tiled Miḥrāb », Annales islamologiques, no 24, 1988, p. 253-268.

24 Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0325, 0330 et 0331.

25 « L’auteur, s’étant imposé l’obligation de faire tous les dessins lui-même et à user des procédés de la photogravure, et afin que l’ouvrage fut d’un prix abordable, a cru bien faire, dans l’intérêt même de ses clients, en fragmentant ainsi la publication. »

26 Jules Bourgoin, Théorie de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1873, Introduction, p. XI.

Table des illustrations

Titre 1. Jules Bourgoin, Intérieur de la salle circulaire de la muraille de Saladin au Burj al-Zafar, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 8.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 2. Jules Bourgoin, Ornements polychromes d’une porte intérieure d’une maison, Damas.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 1.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre 3. Jules Bourgoin, Détails d’une des portes de l’iconostase de l’église Saint-Jacques des Arméniens, Jérusalem.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 11.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 4. Jules Bourgoin, Détails d’une des portes de l’iconostase de l’église Saint-Jacques des Arméniens, Jérusalem.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 11.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre 5. Jules Bourgoin, Porte de l’église de St Jacques des Arméniens. À Jérusalem, pl. 27 des Arts arabes, [1868]-1873.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre 6. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre 7. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 8. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre 9. Jules Bourgoin, Plafond à caissons de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, Le Caire, étude pour la pl. 67 de la série Menuiserie du Précis de l’art arabe, 1889-1892.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, 4-HD-77 (++).
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre 10. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0451.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre 11. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 4, 3.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 12. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0327.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre 13. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0330 ; 7901-0331.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 14. Jules Bourgoin, Mirhab du mausolée de Badr al-Din al-’Ayni, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0330 ; 7901-0331.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7029/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 558k

Auteur

Maryse Bideault, chercheur associé au laboratoire InVisu (USR 3103 CNRS-INHA), a œuvré à l’inventaire et à l’étude du fonds d’archives Bourgoin de l’INHA. Parallèlement à ce travail, ses recherches et publications ont porté sur l’œuvre de Bourgoin, de Friedrich Maximilian Hessemer, sur Émile Prisse d’Avennes ainsi que sur la topographie monumentale du Caire islamique au travers des collections patrimoniales françaises.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search