Version classiqueVersion mobile

De l’Orient à la mathématique de l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908)

 | 
Maryse Bideault
, 
Estelle Thibault
, 
Mercedes Volait

Dessiner dans la Bibliothèque khédiviale du Caire

Maryse Bideault

Texte intégral

1Si les arts de l’enluminure trouvent leur place dans le Précis de l’art arabe – 38 des planches sont consacrées aux manuscrits, titres, vignettes, écritures, ornements –, leur présence s’explique très précisément. Dans son premier ouvrage, les Arts arabes, Bourgoin a ignoré les arts souvent dits « mineurs » ou encore « indépendants de l’architecture ». Lorsqu’il dessine des éléments de bronze ou des damasquinures, il s’agit de revêtements de plaques ajourées, de heurtoirs en place sur des portes ; de même, les menuiseries sont architecturales, claires-voies ou moucharabiehs. Il ne publie aucune pièce de mobilier, aucune reliure ou page de manuscrits enluminés, n’accorde aucune place au travail du verre des très belles lampes de mosquées, contrairement à Émile Prisse d’Avennes, qui, au même moment, dans son monumental Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviiie, et pour ne se limiter qu’à la production cairote, publie un nombre non négligeable de planches d’après des pièces d’arts somptuaires, de verreries, damasquinures, écriture arabe, arabesques calligraphiques, manuscrits enluminés, miroirs et coffrets, étoffes, tapis, tentures.

  • 1  Émile Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à l (...)

2L’ouvrage de Prisse présente onze planches d’enluminures de cinq corans cairotes. L’auteur donne quelques précisions sur les circonstances qui lui ont permis de consulter et de copier (ou faire copier) certaines des plus belles pages enluminées de ces manuscrits. Nul doute qu’il ait pu en voir, au cours de ses séjours en Égypte, encore conservés dans les mosquées du Caire (mosquées de Qawsun, de Faraj ibn Barquq, d’al-Ghuri) mais il accorde une grande importance à l’un d’entre eux, un coran provenant de la mosquée d’al-Ghuri, dont des pages avaient été montrées dans des vitrines des Galeries égyptiennes de l’Exposition universelle de Paris en 1867, le manuscrit ayant été vendu au Caire en 1858, acquis par un Grec qui l’apporta à Paris et que Prisse dit avoir eu l’occasion de copier à son aise1.

  • 2  Abraham Thomas, « James Wild, Cairo and the South Kensington Museum », in Mercedes Volait (dir.), (...)
  • 3  Chantal Bouchon, « Astrées polygonales, galérites pyramidales, sycomores « arrondis comme des dôme (...)
  • 4  Id., « Voyage, ornement, industrie : Adalbert de Beaumont saisi par l’Orient », in Rémi Labrusse ( (...)

3Antérieurement, c’est probablement l’Anglais James Wild installé au Caire à partir de 1844 qui fournit les plus beaux dessins aquarellés de pages de corans enluminés2. À peu près au même moment, le Français Adalbert de Beaumont, lui aussi au Caire, dessine des corans, et si l’on peut compter pour peu les assez vilaines planches publiées dans le Recueil de dessins pour l’art et l’industrie3, une très belle gouache sur papier calque d’une page d’un coran du xe siècle conservée à la bibliothèque des Arts décoratifs de Paris témoigne de la qualité du dessin4.

  • 5  Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Douce (...)
  • 6  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), Correspondance 1880-1882.

4Il faudra donc attendre le Précis de l’art arabe de Bourgoin entre 1887 et 1892 pour voir publiées d’autres planches d’après des manuscrits enluminés conservés au Caire. En fait, c’est vraisemblablement parce qu’Arthur Rhoné mentionne, dans ses recommandations faites à la veille de son départ de Bourgoin5 pour Le Caire en 1880, les très beaux manuscrits enluminés conservés à la Bibliothèque khédiviale que dirige alors l’orientaliste allemand Wilhelm Spitta (Spitta bey), que Bourgoin porte son intérêt à ces manuscrits et entreprend d’en copier certaines pages. Il semble qu’il ait entretenu de bonnes relations avec Spitta bey qui fait appel à lui et à l’égyptologue Eugène Lefébure pour une relecture attentive de l’édition en français de ses Contes arabes modernes (Leyde et Paris, 1883). Bourgoin s’est vraisemblablement mis à travailler sur ces manuscrits dès 1881 puisqu’il écrit à Xavier Charmes6 qu’au cours de l’hiver 1881 il avait proposé à l’éditeur parisien Didot, avec l’appui du gouvernement égyptien, « un recueil des plus beaux manuscrits du Caire, arabes, persans et turcs, soit au moins 40 planches en couleurs dont 10 exceptionnelles (les vignettes si intéressantes du Boustan de Saadi)… » qui serait précédé d’un texte comprenant l’explication détaillée des planches.

  • 7  Le jeune orientaliste allemand, si actif au service de la Bibliothèque khédiviale, mais affaibli d (...)

5La domination britannique de l’Égypte en 1882 va mettre fin à ce projet. Non seulement la plupart des Occidentaux, et Bourgoin n’est pas le dernier, fuient le pays par Alexandrie bombardée, mais surtout Wilhelm Spitta est révoqué sous des prétextes fallacieux7. L’accès à la bibliothèque ayant été rendu à Bourgoin à l’automne de 1882, celui-ci se fait fort d’achever la copie des dits manuscrits en un mois et de suivre l’impression de l’ouvrage qui pourrait être achevé courant 1883-1884.

6Les 38 planches publiées dans le Précis de l’art arabe, et une centaine de dessins, dont certains rehaussés d’aquarelles, sont les seuls témoignages de cette entreprise inaboutie.

7La Bibliothèque khédiviale, formée sous Ismaïl pacha par la réunion des bibliothèques de divers établissements publics et surtout des fonds d’ouvrages précieux provenant des mosquées, connut sa première installation dans les appartements d’un palais situé à Darb al-Gammamiz et est inaugurée le 24 septembre 1870. L’augmentation des collections contraignit à la construction d’un nouveau bâtiment entre 1899 et 1904 à Bab al-Khalq. Un nouveau bâtiment est construit dans le quartier de Boulaq, sur la corniche du Nil, entre 1961 et 1971 pour l’institution devenue Bibliothèque nationale (Dar al-Kutub). Plus récemment, les manuscrits les plus importants et les plus beaux avaient rejoint le bâtiment de Bab al-Khalq dans une muséographie achevée en 2007 qui exposait dans des vitrines sécurisées les plus beaux exemplaires des manuscrits arabes, turcs et persans. Mais l’explosion d’une bombe à proximité du bâtiment néo-mamelouk le 19 janvier 2014, si elle a causé des dommages irrémédiables aux collections du musée d’Art islamique qui venait d’être totalement rénové dans le même bâtiment, a, par chance, peu atteint les manuscrits exposés au second étage de l’édifice. Ironie de l’histoire, quelques jours avant cette explosion, l’Unesco avait célébré l’inscription au programme Mémoire du monde, de 140 des manuscrits et reliures de cette collection prestigieuse, attribués avec certitude à la période mamelouke (1250-1517) au vu de leurs colophons, de leur dotation et de leurs dédicaces.

  • 8  Gabriel Charmes, L’Égypte : archéologie, histoire, littérature, Paris : C. Lévy, 1891, p. 295.

8Bourgoin avait vraisemblablement eu l’occasion de voir déjà certaines pages enluminées de manuscrits arabes du Caire, tout d’abord en 1867 à l’Exposition universelle de Paris mais aussi les corans, ainsi que le Bustan, prêtés par le khédive et exposés dans les galeries du Trocadéro à l’Exposition universelle de 18788.

  • 9  Ivan Stchoukine, « Les manuscrits illustrés musulmans de la Bibliothèque du Caire », Gazette des b (...)

9De la collection inestimable rassemblée dans la Bibliothèque khédiviale9, Bourgoin sélectionne quatorze corans différents, datant des xive et xve siècles, qui ont tous en commun d’être de dimensions considérables, le plus petit mesurant 51 cm de haut (un coran légué en 828/1425 par le sultan al-Ashraf Barsbay, planche XXXVIII du Précis), le plus grand 98 cm de haut (un coran légué en 820/1417 par le sultan al-Mu’ayyad, planches XXVIII et XXIX du Précis). Ces dimensions impressionnantes qui ne peuvent s’expliquer que par l’origine et la fonction prestigieuses des manuscrits et l’emploi du papier, celui produit par les ateliers du Vieux-Caire, comme support du texte et de l’enluminure, sont inconnues dans le monde occidental dont les « bibles atlantiques », réalisées en Italie centrale entre le milieu du xie et la seconde moitié du xiie siècle, ou autres bibles géantes ne dépassent pas les quelque 55/60 cm de haut. Ces mêmes dimensions ont vraisemblablement facilité le travail de relevé de Bourgoin, confronté à la complexité du dessin des pages-tapis mais aussi au raffinement des couleurs employées.

  • 10  Émile Prisse d’Avennes, op. cit. (note 1), p. 285.

10Bourgoin possédait davantage la pratique du relevé des compositions d’ensemble et les détails des mosaïques, des enduits ou des plafonds, mais comme l’écrit Prisse d’Avennes à propos d’une des pages d’un coran enluminé de la mosquée de Qawsun, « le milieu présente un entrelac [sic] qui pourrait servir de plafond10 ». Le vocabulaire décoratif employé dans certaines des pages enluminées des corans, en particulier ceux légués par le sultan al-Ashraf Zayn al-Din Sha‘ban, joue sur la géométrie des polygones que Bourgoin a analysée. Beaucoup d’autres font appel à l’arabesque, au rinceau végétal ou floral, à la guirlande, ce qui n’est pas sans rappeler les marges touffues de manuscrits du xve siècle occidental.

11Alors que les pages de manuscrits publiées chez Prisse sont toutes gravées en couleurs par les meilleurs lithographes de l’époque, une seule planche double en couleurs (pl. VII et VIII) illustre dans le Précis de Bourgoin le quart de la première page du coran en deux volumes légué par le sultan Sha‘ban à son complexe religieux situé près de la citadelle (fig. 1), toutes les autres planches ayant été réalisées en photogravure d’après les dessins à la plume de Bourgoin tirés de ses propres dessins préparatoires faits sur place au Caire. Prisse d’Avennes demeure silencieux sur les techniques d’enluminure, ne maîtrisant probablement pas le vocabulaire propre à cet art ; Bourgoin, lui, décrit avec plus de précisions que d’habitude les étapes du travail de l’enlumineur mais aussi les couleurs (par exemple, pour les planches XVI et XVII d’un autre coran légué par le sultan Sha‘ban « … fond bleu clair, rouge carné et nué, terre de sienne orangé et le rouge carné ; […] la rosace milieu fond bleu, rinceaux or, rechampis noir et vert le centre nué rouge carné… ». Peut-être a-t-il bénéficié des conseils de Spitta bey ? Plusieurs dessins préparatoires rehaussés d’aquarelle subsistent (fig. 2) qui permettent de comprendre la méthode de travail du dessinateur qui lui aurait permis de restituer des planches en couleurs.

1. Jules Bourgoin, Quart de la première page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire, étude pour la double planche 7 et 8 de la série Les Manuscrits du Précis de l’art arabe, [1889]-1892.

1. Jules Bourgoin, Quart de la première page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire, étude pour la double planche 7 et 8 de la série Les Manuscrits du Précis de l’art arabe, [1889]-1892.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.

2. Jules Bourgoin, Ornements d’une page de coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

2. Jules Bourgoin, Ornements d’une page de coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.

  • 11  Michael Barry, L’Art figuratif en Islam médiéval et l’énigme de Behzâd de Hérât (1465-1535), Paris (...)

12L’ensemble des dessins de Bourgoin relatifs aux manuscrits de la Bibliothèque khédiviale du Caire qui atteint actuellement le nombre de 103 feuilles, est partagé à peu près également entre l’École nationale des beaux-arts (Ensba) et l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), mais les feuilles de l’Ensba sont essentiellement des dessins faits d’après les corans tandis que parmi celles de l’INHA beaucoup sont à mettre en relation avec le manuscrit persan le plus prestigieux de la bibliothèque cairote, à savoir une copie du Bustan du poète Sa‘adi, enluminé par Behzad11 et ses élèves.

  • 12  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0014.

13Bourgoin a parfois porté sur les dessins d’après les corans des annotations qui sont des versions des légendes des planches du Précis. Il ne donne pas les cotes des manuscrits, le travail de catalogage ayant pourtant été une des grandes entreprises de Spitta bey. Chaque coran est décrit par le nom du sultan qui a légué le prestigieux manuscrit, par la date de ce legs et par les dimensions de l’objet. Dans un seul cas, la feuille dessinée fournit davantage d’informations que la planche définitive : ainsi, la planche XXX légendée « Ensemble et détails de la dernière page du Coran no 318 du catalogue de la Bibliothèque khédiviale du Caire » possède un dessin préparatoire12 sur lequel est précisé qu’il s’agit d’un coran « légué par le sultan Farag, fils de Barquq (1399-1412), écrit par Abderrahman fils Eççaih en 814 H. 0m, 95 × 0m 75 ».

14Les feuilles dessinées d’après les manuscrits sont construites de la même façon que bien d’autres relevés d’après des monuments du Caire. Bourgoin remplit le champ, juxtaposant divers éléments de la page et rappelant, dans un angle, le schéma général de la page-tapis (fig. 3 et 4). Il s’était déjà exercé en 1874-1875, et ce jusqu’au vertige, sur le dessin des rinceaux, guirlandes, bouquets des décors en pastillage des intérieurs damascènes. Dans d’autres circonstances à la même époque, au Caire, il dessine avec les mêmes délicatesse et justesse les rinceaux d’éléments en stuc ou en marbre. Mais dans le cas de dessins de manuscrits, le crayon est encore davantage affiné, d’une virtuosité sans égale (fig. 5).

3. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

3. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0029.

4. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

4. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0023.

5. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

5. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0022.

  • 13  Lettre de Raoul de Saint-Arroman, secrétaire de la Commission des missions à l’Exposition universe (...)

15Bourgoin consacre neuf planches du Précis de l’art arabe à l’un des corans prestigieux de la bibliothèque, celui en deux volumes légué par le sultan Sha‘ban en 770/1368 dont il a publié une double planche en couleurs, qui sera d’ailleurs choisie, avec d’autres dessins du même, pour être exposée dans le meuble à volets destiné à la mission du Caire à l’Exposition universelle de 188913. C’est sur ce manuscrit que Bourgoin s’appuie pour résumer les différentes phases d’exécution de l’enluminure dans son Explication des planches de la partie consacrée aux manuscrits dans le Précis. Parce que la majorité des planches du Précis vont être imprimées en noir et blanc pour des raisons de coût de fabrication de l’ouvrage, Bourgoin qui avait pourtant rehaussé d’aquarelle certains de ses dessins (fig. 6) entreprend, pour ne pas perdre le bénéfice d’un tel travail, de clarifier les conventions adoptées : « les hachures entre-croisées représentent le bleu lapis ou foncé ; les hachures verticales, le bleu clair ; les hachures horizontales, le rouge ; les hachures obliques de gauche à droite (comme la barre de l’N), le vert ; les hachures obliques de droite à gauche, le pourpre ; le pointillé, l’or, et, exceptionnellement, le jaune ; enfin, le noir plein représente le noir. » Mais manquent les subtilités du vocabulaire de la palette dont il dit qu’elle est celle du blason, un sujet qui l’a fasciné.

6. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

6. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0025.

16Bourgoin n’omet pas non plus de dessiner les meubles et objets qui sont liés à ces manuscrits, comme les pupitres à corans devant lesquels s’accroupissent les lecteurs ou les boîtes destinées à recueillir les précieux manuscrits dont il estampe les décors, ou encore les reliures de ces ouvrages saints.

17Dans son projet de publication des manuscrits enluminés de la Bibliothèque khédiviale, Bourgoin mentionnait également les manuscrits turcs et persans. La bibliothèque est toujours connue pour posséder quelques-uns des chefs-d’œuvre de cet art et en 2007, un ensemble de 71 manuscrits persans enluminés particulièrement précieux ont été inscrits au programme Mémoire du monde de l’Unesco, soit six ans avant les corans enluminés de la même bibliothèque.

18Il apparaît au vu des dessins conservés que Bourgoin a concentré son attention sur un seul de ces chefs-d’œuvre de l’enluminure persane, une copie du Bustan (ou Verger) du poète Sa‘adi (Bibliothèque nationale du Caire, Adab Farsi 908), enluminée en 893-894 / 1488-1489 par le grand maître Behzad, originaire d’Herat (actuel Afghanistan) et actif à la cour du sultan timouride Husayn Bayqara.

  • 14  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), Correspondance 1880-1882.
  • 15  Le Boustan, ou Verger : poème persan de Saadi, traduit pour la première fois en français, avec une (...)
  • 16  Eustache de Lorey, « Behzád », Gazette des beaux-arts, t. 20 (juillet), 1938, p. 25-44 ; Ivan Stch (...)

19Une information supplémentaire est livrée par Bourgoin dans la lettre déjà citée, adressée en septembre 1882 à Xavier Charmes : « En outre, il devait être fait un tirage à part des 10 vignettes du Boustan de Saadi pour accompagner une nouvelle édition de la traduction du Boustan par Barbier de Meynard »14. Effectivement, l’orientaliste Charles Adrien Casimir Barbier de Meynard, professeur de langue et littérature persanes au Collège de France à partir de 1875, est non pas le premier traducteur du Bustan en français mais le premier à en fournir une traduction complète annotée, publiée en 1880 chez l’éditeur parisien Ernest Leroux sans aucune illustration15. On ne sait rien d’autre de ce projet d’édition illustrée mais il semble que Bourgoin ait réalisé de ce manuscrit, d’après une des nombreuses notes manuscrites qu’il a laissées, six cartons, 33 (38 barré) feuilles et huit grandes feuilles, c’est-à-dire 47 feuilles en tout sur un peu plus de 100 feuilles en tout consacrées aux manuscrits. Comme souvent, on ne peut affirmer ce que Bourgoin distingue comme cartons et comme grandes feuilles ; il a dessiné toutes les pages enluminées du manuscrit, sans toutefois les numéroter, ceux signés de Behzad16 à qui la science moderne n’attribue que quatre des enluminures (signature cachée dans des éléments du décor, architecture ou carquois), et ceux donnés aux élèves du maître.

20L’autorité du crayon de Bourgoin assure à ces dessins des folios enluminés une qualité supérieure à ce qu’aurait pu apporter une photographie. Le dessinateur a employé des feuilles d’un format plus grand que celui des feuilles qu’il utilise pour dessiner les corans enluminés, d’un papier plus épais mais qui semble d’une qualité inférieure, et plusieurs de ces dessins ont malheureusement souffert, probablement chez Bourgoin, d’un mauvais état de conservation.

21Une fois la page mise en place, il reste à réaliser une habile mise au point du détail, à figurer ces détails agrandis, comme magnifiés sous une loupe, qui lui auraient permis après coup de tout mieux préciser et définir. En pénétrant dans le monde de l’enluminure persane, Bourgoin se trouve soudainement confronté à la représentation animale et humaine, à un sens de la vie mais aussi à l’utilisation réaliste d’effets. Dans son œuvre de copiste, il n’a certainement pas été fasciné par cet art qui lui est peu habituel mais sa probité et son art consommé de dessinateur font de ces dessins des témoignages exceptionnels de l’art de l’enlumineur Behzad qui use d’une puissance d’invention infinie.

22Les compositions des pages enluminées données à Behzad facilitent le travail de Bourgoin qui applique sa méthode déjà éprouvée de relation des parties au tout. À part la deuxième miniature qui fait voir un paysage délicieux et idyllique, mais remarquablement construit, qui sert de cadre à la scène du roi Dana avec le pâtre (ou Darius et l’employé des haras selon Barbier de Meynard), les autres scènes sont construites dans des architectures extrêmement complexes, merveilleusement décorées dont le sommet est atteint dans la cinquième miniature présentant l’étrange pavillon aux sextuples portes que fit construire Zuleïka, la femme de Putiphar (fig. 7).

7. Jules Bourgoin, Page représentant la scène de Joseph et Zuleïkha dans le Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

7. Jules Bourgoin, Page représentant la scène de Joseph et Zuleïkha dans le Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.

23La minutie de Bourgoin s’exerce sur le rendu des détails les plus infimes des éléments décoratifs des architectures qui servent de cadre aux scènes, comme la tour hexagonale d’une des pages du frontispice illustrant une fête à la cour du sultan Husayn Mirza (fig. 8) ou la tenture tenue par une perche sur la même page (fig. 9). Il s’amuse également à dessiner les attitudes des nombreux personnages qui animent ces enluminures, ainsi que les objets, instruments de musique (fig. 10) que ceux-ci tiennent. Mais le fou d’ornement qu’est Bourgoin n’oublie pas non plus de collecter les éléments décoratifs les plus variés pour accroître son trésor (fig. 11).

8. Jules Bourgoin, Page représentant une fête à la cour du sultan Husayn Mirza dans le Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

8. Jules Bourgoin, Page représentant une fête à la cour du sultan Husayn Mirza dans le Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.

9. Jules Bourgoin, Détail de la page représentant une fête à la cour du sultan Husayn Mirza dans le Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

9. Jules Bourgoin, Détail de la page représentant une fête à la cour du sultan Husayn Mirza dans le Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.

10. Jules Bourgoin, Détails pris dans des pages du Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

10. Jules Bourgoin, Détails pris dans des pages du Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.

11. Jules Bourgoin, Feuille d’ornements pris dans des pages de manuscrits conservés au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

11. Jules Bourgoin, Feuille d’ornements pris dans des pages de manuscrits conservés au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.

  • 17  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Douce (...)

24L’architecte Henri Saladin appelé pour classer le fonds Bourgoin tout juste entré à la bibliothèque d’Art et d’archéologie ne s’y est pas trompé quand il vante à René-Jean, bibliothécaire de Jacques Doucet, l’exceptionnel intérêt et la beauté des dessins d’après les manuscrits du Caire, et en particulier d’après le Bustan de Sa‘adi17. L’abandon du projet de l’ouvrage consacré aux plus beaux manuscrits enluminés de la Bibliothèque khédiviale du Caire a privé le public de ce qui aurait pu être une véritable révélation d’un art séduisant et méconnu.

Notes

1  Émile Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviiie, Paris : Vve A. Morel, 1869-1877, vol. de texte, p. 286.

2  Abraham Thomas, « James Wild, Cairo and the South Kensington Museum », in Mercedes Volait (dir.), Le Caire dessiné et photographié au xixe siècle, Paris : Picard, 2013 (D’une rive l’autre), p. 48-53. URL: https://inha.revues.org/4871. Consulté le 30 septembre 2017.

3  Chantal Bouchon, « Astrées polygonales, galérites pyramidales, sycomores « arrondis comme des dômes », palmiers « élancés comme des minarets » : Le Caire d’Adalbert de Beaumont », in Mercedes Volait (dir.), Le Caire dessiné et photographié au xixe siècle, op. cit. (note 2), p. 245-274. URL: https://inha.revues.org/4893. Consulté le 30 septembre 2017.

4  Id., « Voyage, ornement, industrie : Adalbert de Beaumont saisi par l’Orient », in Rémi Labrusse (dir.), Purs décors ? Arts de l’islam, regards du xixe siècle, collections des Arts décoratifs, catalogue d’exposition (Paris, musée des Arts décoratifs, 11 octobre 2007-13 janvier 2008), Paris : les Arts décoratifs ; musée du Louvre éd., 2007, p. 243.

5  Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 1, 1.

6  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), Correspondance 1880-1882.

7  Le jeune orientaliste allemand, si actif au service de la Bibliothèque khédiviale, mais affaibli depuis longtemps par un état de santé précaire, rentre en Allemagne où il meurt en 1883 à l’âge de 30 ans.

8  Gabriel Charmes, L’Égypte : archéologie, histoire, littérature, Paris : C. Lévy, 1891, p. 295.

9  Ivan Stchoukine, « Les manuscrits illustrés musulmans de la Bibliothèque du Caire », Gazette des beaux-arts, t. 13 (mars), 1935, p. 138-158.

10  Émile Prisse d’Avennes, op. cit. (note 1), p. 285.

11  Michael Barry, L’Art figuratif en Islam médiéval et l’énigme de Behzâd de Hérât (1465-1535), Paris : Flammarion, 2004.

12  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0014.

13  Lettre de Raoul de Saint-Arroman, secrétaire de la Commission des missions à l’Exposition universelle de 1889, en date du 18 avril 1899 (Paris (France), bibliothèque de l’Institut de France, ms. 4042, fol. 16). Nous remercions Élisabeth David de nous avoir communiqué ce document.

14  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), Correspondance 1880-1882.

15  Le Boustan, ou Verger : poème persan de Saadi, traduit pour la première fois en français, avec une introduction et des notes par Charles Adrien-Casimir Barbier de Meynard, Paris : E. Leroux, 1880.

16  Eustache de Lorey, « Behzád », Gazette des beaux-arts, t. 20 (juillet), 1938, p. 25-44 ; Ivan Stchoukine, Les peintures des manuscrits tîmûrides, Paris : P. Geuthner, 1954 (Bibliothèque archéologique et historique ; 60).

17  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Aut. 145, 2, 113.

Table des illustrations

Titre 1. Jules Bourgoin, Quart de la première page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire, étude pour la double planche 7 et 8 de la série Les Manuscrits du Précis de l’art arabe, [1889]-1892.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre 2. Jules Bourgoin, Ornements d’une page de coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7027/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre 3. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0029.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7027/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre 4. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0023.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7027/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 5. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0022.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7027/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre 6. Jules Bourgoin, Ornements d’une page d’un coran conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0025.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7027/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 7. Jules Bourgoin, Page représentant la scène de Joseph et Zuleïkha dans le Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7027/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre 8. Jules Bourgoin, Page représentant une fête à la cour du sultan Husayn Mirza dans le Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7027/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 9. Jules Bourgoin, Détail de la page représentant une fête à la cour du sultan Husayn Mirza dans le Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7027/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 10. Jules Bourgoin, Détails pris dans des pages du Bustan de Sa‘adi conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7027/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 11. Jules Bourgoin, Feuille d’ornements pris dans des pages de manuscrits conservés au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale et des Archives du Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7027/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 366k

Auteur

Maryse Bideault, chercheur associé au laboratoire InVisu (USR 3103 CNRS-INHA), a œuvré à l'inventaire et à l'étude du fonds d'archives Bourgoin de l'INHA. Parallèlement à ce travail, ses recherches et publications ont porté sur l'œuvre de Bourgoin, de Friedrich Maximilian Hessemer, sur Émile Prisse d'Avennes ainsi que sur la topographie monumentale du Caire islamique au travers des collections patrimoniales françaises.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search