Version classiqueVersion mobile

De l’Orient à la mathématique de l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908)

 | 
Maryse Bideault
, 
Estelle Thibault
, 
Mercedes Volait

L’Extrême-Orient dans l’œuvre dessiné de Jules Bourgoin

Geneviève Lacambre

Texte intégral

  • 1  L’identification des dessins de Bourgoin relatifs à l’Extrême-Orient a été rendue possible grâce à (...)
  • 2  Selon l’avis d’Éric Lefèvre. Voir Le Palais du printemps. Peintures érotiques de Chine, catalogue (...)

1S’il semble bien qu’une des principales préoccupations de Jules Bourgoin fut l’analyse de l’art arabe, il apparaît qu’il s’est intéressé à des cultures plus lointaines que la capitale française commençait à mieux connaître. Les papiers de l’architecte conservés à l’Institut national d’histoire de l’art l’attestent1. On y trouve par exemple une feuille de peinture chinoise (fig. 1) dans le style de la ville de Suzhou2 utilisant la technique gongbi, caractérisée par un dessin précis, et datant de l’époque Qing, peut-être du xviiie siècle. Y est également conservée une pochette imprimée (fig. 2), destinée à accueillir le volume 11 de la Manga d’Hokusai, une suite célèbre auprès des artistes depuis le début des années 1860 qui se composait de quatorze, puis de quinze volumes. Même si l’ouvrage, dans son ensemble, avec ses innombrables vignettes naturalistes, ne correspondait pas à son esprit analytique, Bourgoin a dû posséder au moins ce volume. L’affiche de sa vente après décès à Saint-Julien-du-Sault, le 14 juin 1908, signale des « papiers et albums japonais », tandis que l’inventaire après décès précise qu’il possédait « trente cinq albums japonais », très certainement des ouvrages illustrés, comme il s’en trouvait beaucoup à Paris, comprenant nombre de manuels destinés aux artistes et artisans japonais, car Bourgoin n’en lisait pas, comme la plupart des japonisants de l’époque, la langue.

1. Feuille de peinture chinoise, époque Qing.

1. Feuille de peinture chinoise, époque Qing.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 3.

2. Pochette imprimée contenant le volume 11 de la Manga d’Hokusai.

2. Pochette imprimée contenant le volume 11 de la Manga d’Hokusai.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 3.

  • 3  Par exemple, Thomas William Cutler, A Grammar of Japanese Ornament and Design, Londres : B. T. Bat (...)

2On trouve en effet dans ce volume 11 des motifs (fig. 3) qui ont pu l’intéresser : au-dessus de la figure du roi Wen de la dynastie des Zhou sont représentés quatre trigrammes du Yi Jing, l’antique divination chinoise. Bourgoin tente de décliner en des croquis rapides les possibilités d’assemblage de ces trigrammes composés de traits continus (le Yang ou principe créatif) et discontinus (le Yin ou principe réceptif) (fig. 4). Vraisemblablement les a-t-il considérés, sans comprendre leur signification, comme un simple jeu d’alternances. De rares exemples de schémas de motifs décoratifs japonais se trouvent dans les volumes 2 et 9 de la Manga d’Hokusai, mais Bourgoin ne les reprend pas d’une manière littérale ; il pouvait aussi trouver l’équivalent dans d’autres ouvrages, japonais ou, déjà, européens3.

3. Trigrammes du Yi Jing, détail d’une page du volume 11 de la Manga d’Hokusai.

3. Trigrammes du Yi Jing, détail d’une page du volume 11 de la Manga d’Hokusai.

4. Jules Bourgoin, Trigrammes.

4. Jules Bourgoin, Trigrammes.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 26.

  • 4  Carnets conservés à la Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, co (...)

3Bien des éléments extrême-orientaux, notamment japonais, qui se trouvent dans ses carnets 18 et 21 à 264 doivent ainsi provenir de livres de sa bibliothèque qu’il est difficile d’identifier avec précision. Il apparaît clairement qu’il n’a pas négligé les modèles asiatiques de toutes sortes disponibles à son époque et qu’il a, à sa manière, été sensible à la mode du japonisme.

Premiers contacts avec des objets asiatiques dans le Paris du Second Empire

  • 5  Geneviève Lacambre, « Les collections chinoises et japonaises du musée de la Marine avant 1878 : u (...)
  • 6  Ces pièces se trouvent actuellement au musée du Quai Branly, Paris, et aux musées d’Art et d’histo (...)

4Dès le début du Second Empire, les arts de l’Inde et de la Chine étaient présents à Paris, sur le marché comme dans les collections publiques. Les modèles chinois étaient abondants depuis 1849 dans les salles du musée de la Marine sises au deuxième étage de la Cour carrée du Louvre ; ils avaient été rapportés par la mission Lagrené qui avait signé avec la Chine en octobre 1844 le traité de Whampoa, près de Canton5. De nombreux albums de peinture faits à Canton étaient entrés, toujours en 1849, au cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale. Lors de l’Exposition universelle de 1855, la collection de Charles de Montigny, le premier consul de France à Ningpo et Shanghai où il avait ouvert la concession française, exposée au palais des Beaux-Arts, avenue Montaigne, fut acquise pour le musée de la Marine ; en janvier 1856, Napoléon III avait remis à ce musée les objets en métal décorés dans la technique du bidri (du nom de la ville de Bidar dans le Deccan), offerts par les exposants de l’Inde anglaise, brillamment représentée au palais de l’Industrie6. L’art chinois était donc aisément accessible à Paris avant le retour de l’expédition franco-anglaise marquée par le sac du palais d’Été près de Pékin en octobre 1860. Outre la collection offerte à l’impératrice Eugénie, maintenant au château de Fontainebleau, des objets variés, notamment de somptueux cloisonnés, rapportés par des militaires, étaient proposés dès 1861 dans des ventes publiques, souvent anonymes. De son côté, le commerce avec le Japon s’était rapidement développé après le traité signé avec la France en octobre 1858 et l’ouverture du nouveau port de Yokohama en 1859 : livres et estampes modernes, tissus, objets variés étaient disponibles à Paris.

  • 7  Geneviève Lacambre, « Hokusai and the French Diplomats. Some Remarks on the Collection of Baron de (...)
  • 8  Paris (France), musée Gustave Moreau, Inv. 13276 : l’artiste en avait acquis un exemplaire cartonn (...)
  • 9  Owen Jones, Examples of Chinese ornament selected from objects in the South Kensington Museum and (...)
  • 10  Jules Bourgoin, carnet 18, fol. 18v et 19r, Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d' (...)

5Les objets asiatiques sont également connus par les recueils d’ornement qui se multiplient. Adalbert de Beaumont et Eugène Collinot publient, par fascicules de 1859 à 1872, dans les Dessins pour l’art et l’industrie, des planches montrant dans un ordre aléatoire des modèles arabes, chinois, puis, à partir de 1861, japonais, après le retour de l’ambassade du baron Gros7. Par ailleurs, depuis l’Exposition universelle de 1851 à Londres, les publications d’Owen Jones avaient diffusé nombre de motifs décoratifs exotiques. Son ouvrage The Grammar of Ornament de 1856 avait même fait, en 1865, l’objet d’une nouvelle édition française, qui figure dans les bibliothèques de certains artistes français, Gustave Moreau par exemple8. Owen Jones est également l’auteur, en 1867, d’un ouvrage plus spécialisé, illustré de cent planches, Examples of Chinese ornament9, dont Bourgoin copie des pages avec légendes en anglais dans l’un de ses carnets10 ; s’il ne l’a pas lui-même possédé, il a pu en consulter un exemplaire à la bibliothèque des Arts décoratifs, fondée en 1864 et installée alors 15, place Royale (l’actuelle place des Vosges) où il est immédiatement disponible. C’est certainement avant 1870 qu’il copie et analyse divers motifs issus de l’introduction de cet ouvrage (fig. 5).

5. Jules Bourgoin, Continuous stem System, d’après Owen Jones, Examples of Chinese Ornament.

5. Jules Bourgoin, Continuous stem System, d’après Owen Jones, Examples of Chinese Ornament.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 18.

Le Musée oriental exposé en 1869

6L’Exposition universelle de 1867 à Paris où l’envoi officiel japonais fit grande impression est suivie, en 1868, d’une vente organisée au 41, rue de la Victoire à Paris, chez Chevrillon, négociant, de milliers d’objets japonais de toutes techniques. Les collectionneurs privés, en 1869, exposent au palais de l’Industrie leurs premiers trésors des trois civilisations, sous les auspices de l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie, sous le nom de Musée oriental, du 10 avril au 10 novembre 1869. Il semble acquis, à l’époque, que ces cultures orientales de haut niveau étaient riches en motifs décoratifs aptes à renouveler le répertoire occidental englué dans une tradition classique qui s’épuisait.

  • 11  Exposition des beaux-arts appliqués à l’industrie. Guide du visiteur au Musée oriental, Paris : Un (...)
  • 12  Catalogue du Musée oriental. Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie. Exposition de (...)
  • 13  Numéros 288 et 436 – deux vases japonais – (à M. Gasnault).
  • 14  Numéros 282 (à M. Taigny), 293 (à M. Galichon), 321 (à M. le duc de Sangro), 332 (à Mme Furtado), (...)
  • 15  Numéros 917 (à M. de Sainte-Croix), 934 (à M. Galichon), 953 et 954 (à M. Taigny), 957 (à M. Gusta (...)
  • 16  Lucia Caterina, Il Museo Duca di Martina. La collezione orientale, Naples : Electa Napoli, 1999, p (...)

7Il existe du Musée oriental de 1869 un guide11 qui décrit rapidement le type d’objets présentés par les amateurs – notamment des livres, des estampes, des textiles, des céramiques, etc. –, ainsi qu’un catalogue12, en fait très partiel malgré ses 1 069 numéros, qui ne donne la liste que de certaines catégories d’objets dont les bronzes et les cloisonnés. Les bronzes décrits entre les numéros 215 et 588 – un numéro correspondant parfois à une paire – étaient nombreux, sans doute près de quatre cents. Seize sont décrits comme ornés de grecques, dont trois seulement sont indiqués comme japonais13, les autres étant chinois14. Il en était de même pour les émaux cloisonnés, décrits entre les numéros 898 et 1 029 : tous sur fond bleu turquoise dont cinq présentent des grecques, mais aussi, pour certains, des rinceaux et des dents-de-loup15. Il est difficile de savoir ce que ces objets sont devenus. Un des prêteurs, le duc de Sangro, est Placido de Sangro, duc de Martina, actif collectionneur à Paris à la fin du Second Empire qui s’intéressait aussi à la Perse et à l’Inde. Sa collection est maintenant conservée au Museo Duca di Martina de Naples ; sans doute y trouverait-on les bronzes qu’il a exposés en 186916.

  • 17  Jules Bourgoin, Théorie de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1873, p. 82.
  • 18  Ibid., p. 346, il évoque un « vase chinois », sans indiquer la matière.
  • 19  Ibid., p. 349.
  • 20  Ibid., p. 358.

8Ce Musée oriental était suffisamment développé pour fournir à Bourgoin des motifs pour sa Théorie de l’ornement de 1873, où il évoque brièvement « les délinéations cursives et chiffonnées des Japonais et des Chinois17 ». Dans les planches I, III, V18, VI, les rangées dites chinoises pourraient provenir de bronzes, tandis que le motif chinois de la planche IX provient d’un « panneau en laque rouge ciselé19 » et celui de la planche XVII d’une porcelaine20.

  • 21  Elle possède la cote A 30 à la bibliothèque des Arts décoratifs et y était donc disponible dès sa (...)

9Les objets exposés au Musée oriental servirent aussi de modèles aux premières planches de L’Ornement polychrome d’Auguste Racinet, publié par fascicules à partir de 1869, mais, dans les six planches consacrées à la Chine et au Japon, Racinet donne des motifs différents de ceux que dessine Bourgoin. Cette publication qui s’intéresse, comme l’indique son titre, à la polychromie21, ne semble pas avoir servi de modèle à Bourgoin, et les nombreux croquis de Bourgoin annotés de couleurs sont pris devant des cloisonnés, des céramiques ou des textiles observés directement. En fait, il travaillait lui-même à la préparation de ses propres publications à partir de l’observation directe d’objets exotiques.

Une exposition très remarquée : les « Arts de l’Extrême-Orient » en 1873

  • 22  Julien Duchâteau, Une création scientifique française, le premier Congrès international des orient (...)
  • 23  Émile Reiber, Propagande artistique du Musée-Reiber. Le premier volume des Albums-Reiber, biblioth (...)
  • 24  Ce périodique, qui paraît de 1861 à 1905, reproduit en noir et blanc des objets remarquables de to (...)
  • 25  Geneviève Lacambre, « La diffusion de l’art d’Extrême-Orient comme modèle pour les artistes : l’ex (...)

10L’occasion s’est présentée d’étudier plus précisément les ornements d’Extrême-Orient, lorsqu’au moment du premier Congrès international des orientalistes qui se tint à la Sorbonne du 1er au 11 septembre 1873 à l’initiative de Léon de Rosny, professeur de japonais à l’École des langues orientales vivantes, une grande exposition a lieu au palais de l’Industrie, au voisinage du « musée européen » ou musée des copies organisé par Charles Blanc. L’exposition demeure ouverte jusqu’en janvier 1874 ; ses organisateurs sont Adrien Longpérier, ancien conservateur au musée du Louvre et membre de l’Institut, et Henri Cernuschi. Si elle est largement composée de la collection rapportée par Cernuschi de son voyage autour du monde avec Théodore Duret en 1871-1872, d’autres collectionneurs y ont également fait des prêts, certes de moindre importance : l’épouse d’Édouard Madier de Montjau, un des organisateurs du congrès, voyageur dans l’Extrême-Orient qui a séjourné plusieurs années au Japon et en Chine, « inspecteur d’un de nos grands établissements de crédit22 », l’amiral Pierre-Gustave Roze, Léon de Rosny, le baron de Méritens, ainsi qu’un négociant de Yokohama, J. Maron. Il y a même un modèle de magnanerie japonaise proposé par M. Guérin-Méneville. Ainsi Émile Reiber, visiteur des expositions de 1869, de 1873, puis de 1876 organisées par l’Union centrale, reproduit, dans Le Premier volume des Albums-Reiber23 paru en 1877, des objets appartenant en 1873 à Maron de Yokohama (planches 55, 60, 84) et à Madier de Montjau (planche 37) à côté de nombreux objets rapportés par Cernuschi. Le rôle de Reiber, directeur-fondateur de L’Art pour tous24, chef dessinateur chez Christofle, est bien étudié25 et sa démarche d’observation d’objets issus de diverses civilisations non européennes est comparable à celle de Bourgoin : sur 96 pages, 28 sont consacrées au Japon, 11 à la Chine et 5 au monde arabe, avec une majorité d’exemples pris dans cette exposition des arts de l’Extrême-Orient de 1873. Reiber y fait au moins une dizaine de visites, entre le 21 octobre 1873 et le 8 janvier 1874, si l’on se fie aux dates reportées sur les pages de son album pour les seize planches qu’il publie (dont douze illustrent des bronzes de la collection Cernuschi).

  • 26  Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Paris : Robert Laffont, 1989, t. 2, p. 532.
  • 27  Albert Jacquemart, « Les bronzes japonais au palais de l’Industrie », Gazette des beaux-arts, t. 8 (...)
  • 28  L’Inde de Gustave Moreau, catalogue de l’exposition (Paris, musée Cernuschi, 15 février-17 mai 199 (...)
  • 29  Paris (France), musée Gustave-Moreau, Des. 12747-42.

11Dès le 7 septembre 1873, Jules-Antoine Castagnary, critique d’art et ami de Gustave Courbet, avait écrit dans Le Siècle : « Une civilisation toute entière se déroule sous nos yeux […] on y voit des animaux de toutes natures […] et des vases, et quels vases ! ». Quelques jours plus tard, le 19 septembre, Edmond de Goncourt note dans son Journal : « Aujourd’hui, dans l’exposition japonaise de Cernuschi, je rencontre Burty [...] », accompagné de Gambetta26. Dans la Gazette des beaux-arts du 1er novembre 1873, Albert Jacquemart livre ce précieux témoignage : « Partout dessinateurs, modeleurs profitant des autorisations libéralement accordées par M. Cernuschi recueillent des croquis et des empreintes27 ». Gustave Moreau note quelques détails d’objets chinois et japonais et prend des croquis d’après des photographies rapportées de l’Inde et de Ceylan dans des albums toujours conservés au musée Cernuschi28. Il les date de novembre 1873 et précise même sur un dessin : « 7 h 30 du matin – ce 5 9bre 187329 », ce qui montre que les artistes avaient accès aux salles du palais de l’Industrie avant l’ouverture au public. Il y copie également des photographies de l’Inde et de Ceylan, feuilletant les albums mis à la disposition des artistes par Cernuschi, puisque bon nombre sont encore conservés dans son musée. C’est sans doute dans le même contexte – même si le modèle ne se retrouve pas au musée Cernuschi – que Bourgoin a pu observer, peut-être grâce à une photographie de Samuel Bourne, rentré des Indes en 1871, dont Cernuschi avait acquis plusieurs albums, un chapiteau (fig. 6) de style gupta, sans doute un de ceux du site rupestre d’Ajanta. Découverts par les Anglais au début du xixe siècle, ces spectaculaires monastères bouddhiques ont été creusés dans les premiers siècles de notre ère et ce sont d’abord leurs sculptures qui attirèrent les photographes avant que l’on ne s’intéresse aux peintures qui couvrent leurs parois.

6. Jules Bourgoin, Chapiteau indien.

6. Jules Bourgoin, Chapiteau indien.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 22.

12Les pages voisines contiennent aussi des pliages japonais ou noshi, papier destiné à être fixé au paquet contenant un cadeau, sans doute d’après un de ces manuels encyclopédiques destinés à apprendre les bonnes manières aux jeunes filles (fig. 7). On trouve aussi copie d’une partie de bordure à décor végétal dense, typique de ces encadrements des pages de préface des livres japonais de l’époque : il s’agit sans doute ici du bas de la dernière page d’une préface. Bourgoin a dû visiter à plusieurs reprises l’exposition de 1873 et y a notamment dessiné une lanterne (fig. 8) qui n’a pu être retrouvée, mais dont la description apparaît dans l’article, déjà cité, d’Albert Jacquemart :

  • 30  Albert Jacquemart, art. cit. (note 27), p. 463.

Un mot enfin sur la nombreuse série de lanternes qui, au Japon comme en Chine, jouent un si grand rôle dans la décoration des édifices. Nous n’avons pas besoin de signaler celles de taille gigantesque et d’une élégante complication dont le rôle est d’orner les temples, elles ont frappé tous les yeux ; nous nous arrêterons volontiers sur des pièces plus modestes, en forme de ruche et à découpures, qui se suspendent dans les habitations. On en voit plusieurs dont les médaillons principaux reproduisent les armoiries du Taïcoun, et d’autres, semées de fleurs de pêcher, qui détachent leurs fines silhouettes sur un papier transparent. L’effet de ces lanternes, lorsqu’elles sont allumées, est d’une douceur poétique rappelant la lumière de la lune30.

7. Jules Bourgoin, Pliages japonais ou noshi.

7. Jules Bourgoin, Pliages japonais ou noshi.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 22.

8. Jules Bourgoin, Lanterne japonaise.

8. Jules Bourgoin, Lanterne japonaise.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch., 67, 9, 23.

13Les annotations de Bourgoin « papier jusque là, fleurs roses », le dessin de nids d’abeille avec détails, « enveloppement de la base » ou encore de la partie haute, montrent l’attention qu’il porte aux motifs d’ornement de cet objet. La présence de ce croquis d’après un objet dont la trace a disparu, permet d’affirmer que Bourgoin en a pris connaissance avant l’installation définitive de la collection de Cernuschi, peu après sa présentation publique, dans l’hôtel qu’il venait de faire construire tout spécialement au 7, avenue Velasquez, à la limite du parc Monceau. Cet hôtel et cette collection qui s’est encore enrichie par la suite, sont légués à sa mort en 1896 à la Ville de Paris et deviennent le musée Cernuschi, inauguré en 1898.

Une source de fascination : les bronzes de Cernuschi

  • 31  Jules Bourgoin, carnets 22 et 23. Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire d (...)
  • 32  Émile Reiber, op. cit. (note 23), no 37, planche 22.

14C’est donc bien à l’automne de 1873 ou en janvier 1874 que Bourgoin fait plusieurs visites au palais de l’Industrie et remplit de croquis deux carnets de poche à couverture cartonnée mouchetée de noir et vert31. Ils contiennent des motifs relevés sur des cloisonnés, des porcelaines ou des textiles, avec des indications de couleur, voire des meubles à étagères et compartiments – chinois ou japonais, sans doute de grande taille –, ou peut-être encore dans des livres à la disposition des artistes. Peuvent être identifiés soixante-cinq bronzes actuellement conservés au musée Cernuschi dont la silhouette ou les décors remplissent plusieurs pages de carnets (liste en annexe). Ce ne sont pas les mêmes que ceux qui retiennent l’attention de Reiber, à l’exception d’une toute petite verseuse32 à décor et forme naturalistes (fig. 9, 10 et 11).

9. Jules Bourgoin, Objets et ornements japonais, dont verseuse.

9. Jules Bourgoin, Objets et ornements japonais, dont verseuse.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch., 67, 9, 23.

10. Verseuse japonaise.

10. Verseuse japonaise.

Source : Paris (France), musée Cernuschi, MC01334.

11. Émile Reiber, Verseuses japonaises, pl. 22 du Premier volume des Albums-Reiber, 1877.

11. Émile Reiber, Verseuses japonaises, pl. 22 du Premier volume des Albums-Reiber, 1877.
  • 33  Aujourd’hui conservé à Paris (France), musée Cernuschi, MC01398 (annexe, fig. 28).
  • 34  Paris (France), musée Cernuschi, MC01746. Art animalier au temps des derniers Shôgun xviiie-xixe s (...)
  • 35  Ce vase est reproduit dans le catalogue Henri Cernuschi (1821-1896), voyageur et collectionneur, c (...)
  • 36  Voir Jenny Boucard et Christophe Eckes, « Les sources scientifiques de Jules Bourgoin : cristaux, (...)

15S’il consacre une page entière à chacune des deux lanternes au décor complexe, la seconde en bronze se trouvant au musée Cernuschi33, il regroupe généralement de nombreux vases – jusqu’à neuf ou dix – sur la même page. Il s’agit majoritairement de bronzes japonais ; cinq seulement sont chinois. Mais on pouvait trouver des vases chinois sur le marché japonais où Cernuschi s’était fourni lors de son séjour au Japon, avant de passer par la Chine, et ils étaient peut-être présentés dans le voisinage des bronzes japonais. Quelques-uns, sans doute de même origine, n’ont pu être identifiés. Alors que la collection Cernuschi contient nombre de bronzes animaliers dont certains furent copiés par Reiber, Bourgoin n’en dessine qu’un seul, un pluvier debout sur un feuillage stylisé34 (fig. 9) qui fait écho à d’autres croquis d’oiseaux en vol sans doute inspirés par des textiles ou des albums imprimés. Il s’intéresse plutôt à des récipients de toutes sortes : aiguières, bouteilles, carafes, cornets, gourdes, pi-tong, pots à couvercle, tripodes, vases, verseuses pour l’eau et le thé aux silhouettes très variées. Il note le profil des bronzes, complet ou par moitié, et les accompagne parfois de détails décoratifs, comme c’est le cas au voisinage de la silhouette d’un beau vase chinois ancien35 (fig. 12 et 13). Il lui arrive de revenir sur le même objet : ainsi pour une verseuse en forme d’octaèdre en fonte rugueuse (fig. 14 et 16). Cette forme géométrique l’intéressait tout particulièrement, comme le montrent dans les dernières pages du même carnet, de multiples exemples de polyèdres36.

12. Jules Bourgoin, Objets extrême-orientaux dont un vase chinois ancien en bronze, aujourd’hui au musée Cernuschi.

12. Jules Bourgoin, Objets extrême-orientaux dont un vase chinois ancien en bronze, aujourd’hui au musée Cernuschi.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 22.

13. Vase chinois ancien en bronze.

13. Vase chinois ancien en bronze.

Source : Paris (France), musée Cernuschi, MC01154.

14. Verseuse en forme d'octaèdre.

14. Verseuse en forme d'octaèdre.

Source : Paris (France), musée Cernuschi, MC01629.

  • 37  Paris (France), musée Cernuschi, MC01070, MC05452, MC01321 (liste en annexe).

16Pour certains bronzes, on s’aperçoit qu’ils ont perdu, depuis 1873, le socle dessiné par Bourgoin ou qu’ils ont été endommagés : bec plus court pour une aiguière, pieds cassés pour un vase hexagone à panse renflée, bouton hexagonal rivé au couvercle d’une verseuse et remplaçant un motif animalier, perdu dès l’entrée au musée37. Les croquis de Bourgoin constituent ainsi un document précieux pour connaître l’aspect originel de ces pièces (fig. 15, 16 et 17).

15. Vase à quatre pans et à ouverture évasée.

15. Vase à quatre pans et à ouverture évasée.

Source : Paris (France), musée Cernuschi, MC01629.

16. Jules Bourgoin, objets japonais, dont une verseuse et un vase, aujourd'hui au musée Cernuschi.

16. Jules Bourgoin, objets japonais, dont une verseuse et un vase, aujourd'hui au musée Cernuschi.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 22.

17. Jules Bourgoin, Objets japonais dont une aiguière, aujourd’hui au musée Cernuschi, MC01070.

17. Jules Bourgoin, Objets japonais dont une aiguière, aujourd’hui au musée Cernuschi, MC01070.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 23.

La découverte des blasons japonais

  • 38  Certains ont été publiés par Émile Reiber, op. cit. (note 23), planches 30 (bronzes japonais), 71 (...)
  • 39  Liste des conférences de l’année 1879, Paris (France), bibliothèque des Arts décoratifs, Archives, (...)

17De retour à Paris, après un nouveau voyage au Proche-Orient en 1874-1875, Bourgoin trouve la capitale en proie à une mode japonaise envahissante : Philippe Sichel est revenu en 1874 d’un voyage au Japon avec 450 caisses de curiosités japonaises à vendre ; Siegfried Bing s’est orienté clairement vers le commerce de l’art de la Chine et du Japon autour de 1875 et prête des bronzes à l’exposition de l’Union centrale de 187638. L’Exposition universelle de 1878 ne fait qu’accentuer ce « japonisme », Jules Claretie et Philippe Burty utilisant le terme dans leurs écrits depuis 1872. Citons, dans la Gazette des beaux-arts, les articles d’Ernest Chesneau intitulés « Le Japon à Paris » en septembre et décembre 1878, parmi d’autres mettant à l’honneur l’art décoratif japonais. Il ne faut pas s’étonner que Bourgoin ait proposé de parler du Japon dans une de ses trois conférences annoncées à l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie, 3, place des Vosges. Le 4 mars 1879, il donne « Une leçon au tableau sur l’art japonais39 » dont le contenu reste malheureusement inconnu.

  • 40  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Douce (...)
  • 41  Tai-seï-bou-ken, trois volumes, Paris, musée national des Arts asiatiques, cote 15458 à 15460-O.2 (...)
  • 42  La Rochelle (France), Musées d’Art et d’histoire de La Rochelle : Haya Biki Moncho (inv. EO 63) pr (...)
  • 43  Thomas William Cutler, op. cit. (note 3), pl. A.
  • 44  Un exemplaire est conservé au Metropolitan Museum of Art, New York, Thomas J. Watson Library.
  • 45  Collection particulière.
  • 46  Jules Bourgoin, carnet 24 fol. 5. Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire d (...)

18Peut-être a-t-il déjà engrangé les informations contenues dans les carnets 24 et 2540, car au revers de la couverture du carnet 24, une date : « 10 Xbre 1877 » permet de penser qu’il l’a utilisé vers cette époque. Ces deux carnets contiennent d’innombrables dessins faits d’après un recueil de mon ou emblèmes japonais qu’il devait posséder, car il a pris soin de reporter des numéros qu’il avait dû inscrire sur le livre même. Ce devait être une pratique courante que l’on trouve, par exemple, sur un ouvrage plus ancien, en trois volumes, de la bibliothèque du musée Guimet (musée national des Arts asiatiques), répertoriant les différents emblèmes de quelques centaines de familles nobles, dont les mon, numérotés à l’encre en chiffres européens41. D’autres recueils de l’époque d’Edo ne comprenaient que les mon, motifs circulaires inscrits dans un carré, surmontés de leur description, classés traditionnellement dans l’ordre du syllabaire (c’est-à-dire selon l’ordre du poème Iroha, de la période Heian). Il s’agit de publications remises régulièrement à jour, comme des annuaires. La restauration de Meiji a vulgarisé l’usage des mon après la fin de l’aristocratie traditionnelle : ils sont devenus de simples motifs décoratifs, progressivement plus nombreux et utilisables par tous. Citons le recueil que le baron Charles de Chassiron avait acquis en octobre 1858 à Edo lors de la première ambassade française, puis légué en 1870 à la ville de La Rochelle42, mais il ne contient pas assez de motifs pour correspondre à celui utilisé par Bourgoin. Le recueil que possédait Bourgoin comprenait très certainement, après les pages consacrées aux mon accompagnés de leur brève description (en japonais), des annexes, comme celle, analytique, que reproduit Cutler en 1880 qui permet de comprendre les règles de composition utilisées43 (fig. 18). On la retrouve dans des éditions postérieures, par exemple celle de 1893, Shin monchô taizen44 (Le Nouveau grand répertoire des mon ou emblèmes familiaux), compilé par Asai Hironobu et publié en 1893 par Yamada Unsôdô, de Kyôto. Il s’agit d’une maison d’édition fondée en 1891 et qui avait racheté les fonds d’anciens éditeurs de l’époque d’Edo. Une nouvelle édition datée de juin 190045, chez le même éditeur, contient quelques pages de plus et peut être rapprochée des dessins réalisés par Bourgoin. Comme l’explique la préface, cet ouvrage réunit une sélection d’emblèmes familiaux anciens, considérés comme les plus élégants, en vue de les proposer comme modèle aux artisans contemporains. Il reproduit, avec leur description, 2 424 mon. Or le numéro le plus élevé noté par Bourgoin est 2 34846. En considérant la place de ce mon sur la dernière page, précédant les annexes, de l’édition de 1900, on peut estimer que Bourgoin devait avoir une édition contenant sans doute trois pages de 24 mon de moins. En effet, avec un léger décalage dans la numérotation, les mon qu’il copie se retrouvent dans le même ordre dans cette édition, parfois avec quelques légères variantes dans le dessin.

18. Thomas William Cutler, Analyse de la composition des mon, pl. A de la Grammar of Japanese Ornament, 1880.

18. Thomas William Cutler, Analyse de la composition des mon, pl. A de la Grammar of Japanese Ornament, 1880.
  • 47  Un seul est différent des trente que propose Cutler en 1880.

19Au début du carnet 24, il semble d’abord s’intéresser à l’annexe contenant les trente analyses47 de mon (fig. 19), puis il copie les figures en partant des numéros les plus élevés, comme s’il avait ouvert le livre à la manière européenne en commençant par ce qui est la fin au Japon, avant de reprendre dans le sens de lecture japonais.

19. Jules Bourgoin, Série de mon.

19. Jules Bourgoin, Série de mon.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 24.

  • 48  George Ashdown Audsley et James L. Bowes, La Céramique japonaise, Paris : Didot, 1881.

20Sur la première page du carnet 25, les mots inscrits par Bourgoin « mon ou blasons des princes japonais » peuvent renvoyer au vocabulaire utilisé dans la première édition française, en 1877, de l’ouvrage de George Ashdown Audsley et James Lord Bowes, La Céramique japonaise48, mais c’est d’une autre source européenne qu’il tire la transcription – peu orthodoxe parfois – de certains des noms des familles de daimyô dont il représente l’emblème sur cette page.

  • 49  Jules Bourgoin, carnet 25 fol. 7. Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire d (...)
  • 50 Id., carnet 25 fol. 21, Arch. 67, 9, 25.
  • 51  Ce double motif est reproduit par James L. Bowes, Japanese Marks ans Seals, Londres : Henry Southr (...)

21Il copie ensuite, en prolongement du carnet précédent, des mon avec des numéros entre 900 et 1 500. On trouve ainsi des sujets animaliers avec leurs numéros : « 1 225, 1 226, millepattes, 1 227 lapin, 1 228 trois lapins, 1 229 lapin vague49 » : ces motifs se suivent effectivement encore dans les pages de l’édition de 1900. Les carnets 24 et 25 comprennent bien d’autres mon soigneusement numérotés. S’y trouvent également deux célèbres motifs associés, le chrysanthème impérial et la branche fleurie de paulownia50 (fig. 20) qui semble provenir d’un autre livre ou d’un décor de céramique51.

20. Jules Bourgoin, Mon à motifs de chrysanthème impérial et branche fleurie de paulownia.

20. Jules Bourgoin, Mon à motifs de chrysanthème impérial et branche fleurie de paulownia.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 25.

  • 52  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Douce (...)

22S’il est difficile de savoir, faute de connaître exactement son modèle japonais, à partir de quelle date – vraisemblablement dès 1877-1878 – Bourgoin a rempli les pages des carnets 24 et 25, il faut noter qu’il y a également, dans les carnets 22 et 2352, quelques croquis inspirés d’éléments circulaires qui sont des mon ou des motifs décoratifs que l’on trouve aussi bien sur le mobilier que sur les kimonos ou, pourquoi pas, dans d’autres livres japonais de modèles.

Des motifs décontextualisés

  • 53  Jules Bourgoin, Études architectoniques et graphiques, Paris : Ch. Schmid, t. 2, 1901, pl. 171.
  • 54  Ibid., p. 210.

23Un autre ouvrage japonais était présent dans la bibliothèque personnelle de Bourgoin. C’est celui qu’il reproduit – après y avoir ajouté des pointillés – pour la planche 171 des Études architectoniques et graphiques (fig. 21)53. Il en donne le commentaire : « La multiplication étant indéfiniment répétée, on a finalement une nappe tissue de trois brins dont chacun passe alternativement sur et sous les trois. Cette planche est la copie d’une vignette tirée d’un album japonais, l’un des plus riches en dessins spirituels et élégants que nous connaissons54 ».

21. Jules Bourgoin, Motif japonais, pl. 171 des Études architectoniques et graphiques, t. 2, 1901.

21. Jules Bourgoin, Motif japonais, pl. 171 des Études architectoniques et graphiques, t. 2, 1901.
  • 55  Ce volume (H. 22,2 ; L. 15,7 cm) contient 32 feuilles incluant 59 pages d’illustrations gravées su (...)
  • 56  Paris (France), bibliothèque des Arts décoratifs, album Maciet 296/23 (Tissus-Orient-Japon).
  • 57  Paris (France), bibliothèque des Arts décoratifs, réserve japonaise (A 273) et Annuaire des Arts d (...)
  • 58  Le Japon artistique, no 20, décembre 1890, planche BCD.
  • 59  Inv. JB 301 ; voir Clemenceau, le tigre et l’Asie, catalogue d’exposition (Paris, musée national d (...)
  • 60  Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, (...)
  • 61  Vente d’estampes japonaises, collection Galerie Bérès et privée européenne, 5e vente, Paris, Pierr (...)

24Cette page provient du troisième volume du Ban shoku zukô (Dessins pour les artisans ou Modèles de dessins pour tous les métiers)55 par un élève de Hokusai, Hokusai Taito (actif dans les années 1818-1854) qui avait participé à l’édition du deuxième volume de la célèbre Manga d’Hokusai (fig. 22). Cet ouvrage en cinq volumes fut édité à Osaka en 1835 (pour les volumes 1 à 3) et en 1850 (pour les volumes 4 et 5). La préface du volume 1 est de 1827. Cet artiste signe Katsushika Taito sensei fude et est aussi désigné comme Katsushika Taito II. Le troisième volume qui contient des motifs pour le décor des étoffes, semble avoir été aisément disponible à l’époque. Certaines pages, dont celle qu’utilise Bourgoin, sont collées dans l’un des albums Maciet56 de la bibliothèque des Arts décoratifs. Le volume lui-même est conservé entier dans cette même bibliothèque ; il a été acquis en 1890 de Mme Langweil, ce qui a permis l’identification de l’ouvrage utilisé par Bourgoin57. Une autre page de ce même volume est reproduite en couleur dans Le Japon artistique58. Georges Clemenceau en possédait également un exemplaire, qui apparaît dans la vente de sa collection (« un amateur parisien ») les 17-20 décembre 1894 à l’hôtel Drouot et se trouve maintenant aux musées royaux d’Art et d’histoire de Bruxelles59, acquis alors par le collectionneur belge Edmond Michotte. Il s’en trouve également une série complète au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale dans la collection réunie par Théodore Duret60. Enfin, un exemplaire en a été vendu récemment, provenant du marchand Hayashi Tadamasa61 qui, resté à Paris après l’Exposition universelle de 1878 et installé comme marchand rue de la Victoire quelques années plus tard, a largement contribué à l’importation d’estampes et de livres anciens du Japon et à leur diffusion en France. La page qui retient l’attention de Bourgoin représente un tressage pour une nasse de pêcheur. Il ne s’intéresse qu’à la partie de droite d’un double motif, le filet, visible à gauche continuant sur le feuillet voisin.

22. Hokusai Taito, page extraite du troisième volume du Ban shoku zukô.

22. Hokusai Taito, page extraite du troisième volume du Ban shoku zukô.
  • 62  Catalogue du musée oriental, op. cit. (note 12), notamment les no 1057 (sceptre de mandarin), no 1 (...)

25Dans les Études architectoniques et graphiques, il porte également son intérêt à la passementerie asiatique, lorsqu’il en dessine les nœuds complexes (planche 150, fig. 23). Il a pu voir de tels objets à Paris, comme le montre un dessin portant l’inscription « Jou-i sceptres de mandarin » (fig. 24). Un sceptre de mandarin avec passementerie, conservé au musée Dobrée de Nantes, a été acquis en 1866 chez Louirette, un marchand parisien qui allait se fournir directement en Extrême-Orient. Plusieurs sceptres sont exposés au Musée oriental en 186962 et l’on trouvait également des passementeries dans la section des douanes chinoises lors de l’Exposition universelle de 1878 où s’est fourni le musée de l’École de médecine de Bordeaux.

23. Jules Bourgoin, Nœud japonais, pl. 150 des Études architectoniques et graphiques, t. II, 1901.

23. Jules Bourgoin, Nœud japonais, pl. 150 des Études architectoniques et graphiques, t. II, 1901.

24. Jules Bourgoin, Jou-i, sceptres de mandarin.

24. Jules Bourgoin, Jou-i, sceptres de mandarin.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 6, 5.

26En copiant ces divers motifs extrême-orientaux observés à Paris ou dans le calme de sa bibliothèque personnelle, Bourgoin se révèle homme de son temps, attentif à tout ce qui peut nourrir sa réflexion sur le trait et ses variations. Ce qui l’intéresse est moins la technique utilisée que la combinaison des lignes, le résultat graphique des motifs observés et comme extraits de toute matérialité (fig. 25).

25. Jules Bourgoin, Composition japonisante.

25. Jules Bourgoin, Composition japonisante.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 11, 7.

26. Carnet 23 fo 20v.

26. Carnet 23 fo 20v.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.

27. Carnet 22 fo 4v.

27. Carnet 22 fo 4v.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.

28. Carnet 22 fo 7v.

28. Carnet 22 fo 7v.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.

29. Carnet 23 fo 19.

29. Carnet 23 fo 19.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.

30. Carnet 23 fo 20v.

30. Carnet 23 fo 20v.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.

31. Carnet 23 fo 21v.

31. Carnet 23 fo 21v.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.

32. Carnet 23 fo 22.

32. Carnet 23 fo 22.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.

33. Carnet 23 fo 22 v.

33. Carnet 23 fo 22 v.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.

Annexes

Annexe

Liste des bronzes japonais (sauf mention contraire) de la collection Cernuschi dessinés par Jules Bourgoin en 1873-1874 au palais de l’Industrie (carnets conservés à la Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9) et identifiés dans les réserves du musée Cernuschi.

Sur chaque feuillet de gauche à droite, puis de haut en bas.

Carnet 22 fol. 1 (fig. 26)
– MC02073 (28 × 16,5 cm) : pi-tong cylindrique ou vase à suspendre en forme de branche de bambou.
– MC01131 (27,5 × 11,5 cm) : vase bursuaire à anses tubulaires (Chine).
Bibl. : Michel Maucuer, « Bronzes chinois antiques et archaïsants de la collection Cernuschi », Arts asiatiques, vol. 53, 1998, p. 42, 46, repr. fig. 15.
– Vase cylindrique (pi-tong ?) non identifié.
– MC00123 (23,5 × 17,5 cm) : vase à panse ovoïde (Chine).
– Détail de la partie supérieure de MC01132 (voir carnet 22 folio 5, ci-dessous).

Carnet 22 fol. 4v (fig. 27)
– MC01163 (24,5 × 16,5 cm) : vase quadrilobé.

Carnet 22 fol. 5 (fig. 12)
– MC02069 (20,5 × 8 cm) : bouteille à panse aplatie.
– MC01154 (23,5 × 11 cm) : vase (Chine, xiie-xiiie s.).
– Détail de la partie basse de la panse de MC01154.
– MC01132 (26,6 × 16 cm) : cornet cylindrique.
– MC01599 (28 × 15 cm) : pi-tong cylindrique avec couvercle.
– MC01632 (23 × 13,5 cm) : cornet.
– MC01199 (24,5 × 17 cm) : vase à panse sphérique.
– MC01217 (25 × 11 cm) : pi-tong cylindrique.
– MC01224 (27 × 15,5 cm) : carafe à panse sphérique.
– MC01145 (30,5 × 16 cm) : cornet à panse cylindrique et à ouverture évasée et aplatie.

Carnet 22 fol. 5v (fig. 16)
– MC01216 (25 × 11 cm) : pi-tong cylindrique.
– MC01140 (25,5 × 12,5 cm) : vase à panse sphérique.
– MC01629 (24,5 × 19 cm) : vase à quatre pans et à ouverture évasée.
– MC01124 (19 × 15 cm) : tripode hexagone, couvercle surmonté d’une chimère et ajouré.
– MC02196 (19 × 17 cm) : théière octaèdre à anse supérieure mobile en fer, avec couvercle en bronze. (Théière également représentée au folio 10v).
– MC01321 (11 × 12,5 cm) : verseuse, avec couvercle dont le bouton hexagonal n’est pas d’origine. Remplaçant un motif animalier disparu.

Carnet 22 fol. 7v (fig. 28)
– MC01398 (41 × 25 cm) : lanterne ovoïde hexagone ajourée. Toit octogone, et anneaux fixes en haut représente un dragon (le godet représenté à gauche par Bourgoin est absent).

Carnet 23 fol. 19 (fig. 29)
– MC01129 (24 × 20,5 cm) : vase losangé.
– MC01134 (23 × 11 cm) : bouteille en forme de gourde.
– MC01136 (27,5 × 14 cm) : vase ovoïde.
– MC01135 (27 × 15,5 cm) : vase carré.
– MC01147 (31 × 14 cm) : cornet à panse cylindrique.
– MC02263 (25 × 21,5 cm) : cornet à ouverture évasée.
– MC01137 (27 × 14 cm) : gourde à panse aplatie (ovale damasquiné selon Bourgoin).
– MC01189 (24,5 × 14 cm) : bouteille à panse sphérique.
– MC01220 (27 × 11 cm) : pi-tong cylindrique, couché en bas.

Carnet 23 fol. 20 (fig. 9)
– MC01334 (7,5 × 7,5 cm) : verseuse à eau pour l’encre.
– MC01746 (24 × 16,5 cm) : grue ou pluvier debout sur un feuillage stylisé.

Carnet 23 fol. 20v (fig. 30)
– MC01223 (28,5 × 16 cm) : carafe à pans sphérique aplatie, à poignée fixe.
– MC01153 (23,5 × 12,5 cm) : vase hexagone à anses latérales fixes en forme de courge.
– MC05452 (10 × 16 cm) : vase hexagone à panse renflée, col très plat largement évasé, (quatre pieds cassés actuellement).
– MC01164 (23 × 14 cm) : bouteille.
– MC01054 (25 × 22 cm) : bouteille piriforme.
– MC01215 (21 × 7 cm) : bouteille à panse sphérique, col cylindrique allongé terminé par cinq lobes.

Carnet 23 fol. 21 (fig. 17)
– MC01070 (22 × 22 cm) : aiguière (actuellement, le bec est cassé, une moitié perdue).
– MC01012 (26 × 13 cm) : gourde.
– MC01183 (27,5 × 12,5 cm) : bouteille à panse sphérique.
– MC01184 (22 × 11,5 cm) : vase piriforme à anses latérales fixes, têtes de chimère.
– Vase non identifié.
– MC02077 (23 × 10 cm) : bouteille à panse renflée (avec décor de dragon).

Carnet 23 fol. 21v (fig. 31)
– MC01013 (25,5 × 16 cm) : vase à panse allongée.
– MC01133 (28 × 13 cm) : bouteille à panse sphérique.
– MC01052 : vase oblong.
– MC01072 (23,5 × 17,5 cm) : vase à trois pieds de forme ovoïde (un autre presque semblable MC01074, 23,5 × 17,5 cm).
– Récipient tripode non identifié.
– MC00697 (30,5 × 31 cm) : vase lancelle à panse renflée posé sur trois pieds cachés dessous.

Carnet 23 fol. 22 (fig. 32)
– MC01173 (25 × 14,5 cm) : bouteille en forme de gourde à anses latérales tubulaires fixes.
– MC01228 (31 × 17 cm) : carafe à panse sphérique.
– MC01076 (26 × 22 cm) : aiguière à poignée fixe.
– MC01171 (30 × 16 cm) : vase quadrangulaire (une applique au centre de deux faces opposées, non dessinée).
– MC01225 (27 × 15,5 cm) : bouteille à panse sphérique.
– MC01037 (26 × 16 cm) : pot à couvercle à lobes dentelés (a une anse qui se fixe sur les deux appendices latéraux, non dessinée ; actuellement un couvercle non assorti posé dessus).
– MC01073 (28 × 15,5 cm) : aiguière à poignées fixes.
– MC01140 (25,5 × 12,5 cm) : vase à panse sphérique.
– MC01629 (24,5 × 19 cm) : vase à quatre pans et ouverture évasée.
– Vase non identifié avec socle, couché en bas.

Carnet 23 fol. 22 v (fig. 33)
– MC01141 (26 × 15 cm) : vase bursuaire à anses tubulaires fixes (Chine ?), a perdu une anse.
– MC01197 (24 × 19 cm) : vase lancelle à col évasé. Sur la panse quatre arêtes.
– MC02351 (28,5 × 22 cm) : bouteille à panse aplatie et renflée et à col cylindrique terminé par six lobes. Piédouche.
– MC01984 (20 × 27,5 cm) : vase en forme d’entonnoir. La partie inférieure manque ; proportions sans le pied.
– MC01167 (22,5 × 7 cm) : bouteille cylindrique à la base.
– MC01009 (16,5 × 6,5 cm) : pi-tong cylindrique. La panse ornée de grues en relief au milieu de nuages. Bande de grecques en haut et en bas.
– MC01229 (29,5 × 17,5 cm) : bouteille à panse aplatie et renflée et à col cylindrique renflé vers le haut.
– MC01635 (28 × 18,5 cm) : vase à panse sphérique et ouverture évasée, type « gu », à motifs imitant les bronzes archaïques (Chine).
– MC01169 (23,5 × 12 cm) : vase à quatre faces et à anses.
– MC01149 (32 × 15 cm) : vase hexagone à trois anses mobiles.

Notes

1  L’identification des dessins de Bourgoin relatifs à l’Extrême-Orient a été rendue possible grâce à Maryse Bideault et Sébastien Chauffour (INHA), Estelle Thibault (ENSA Paris-Belleville), Laure Haberschill (bibliothèque des Arts décoratifs), Masako Hasegawa-Sockeel (musée national des Arts asiatiques – Guimet), Christophe Marquet (Maison franco-japonaise de Tokyo), et tout particulièrement Michel Maucuer, conservateur en chef au musée Cernuschi, assisté de Nicolas Grangeret, sans qui mes premières pistes d’identification des bronzes n’auraient pu être confirmées.

2  Selon l’avis d’Éric Lefèvre. Voir Le Palais du printemps. Peintures érotiques de Chine, catalogue d’exposition (Paris, musée Cernuschi, 3 février-7 mai 2006), Paris : Paris Musées, 2006, p. 115.

3  Par exemple, Thomas William Cutler, A Grammar of Japanese Ornament and Design, Londres : B. T. Batsford, 1880.

4  Carnets conservés à la Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9.

5  Geneviève Lacambre, « Les collections chinoises et japonaises du musée de la Marine avant 1878 : un cas marginal pour l’ethnographie », in Marie-Barbara Le Gonidec et Didier Bouillon (dir.), Le rôle des voyages dans la constitution des collections ethnographiques, historiques et scientifiques, Actes du 130e Congrès des Sociétés historiques et scientifiques (La Rochelle, 2005), Paris : CTHS, 2008, p. 97-109.

6  Ces pièces se trouvent actuellement au musée du Quai Branly, Paris, et aux musées d’Art et d’histoire de La Rochelle (Trésors de l’Inde. Les collections indiennes du Musée d’Orbigny-Bernon, catalogue d’exposition (La Rochelle, musée d’Orbigny-Bernon, 22 octobre 2010-14 mars 2011), La Rochelle : Musées d’Art et d’histoire de La Rochelle, 2010, p. 10 et p. 38-40.

7  Geneviève Lacambre, « Hokusai and the French Diplomats. Some Remarks on the Collection of Baron de Chassiron », in Gabriel P. Weisberg et Laurinda S. Dixon (dirs.) The Documented Image. Visions in Art History, Syracuse, NY : Syracuse University Press, 1987, p. 71-86.

8  Paris (France), musée Gustave Moreau, Inv. 13276 : l’artiste en avait acquis un exemplaire cartonné le 28 octobre 1867 pour 130 francs chez Rapilly, 5, quai Malaquais à Paris.

9  Owen Jones, Examples of Chinese ornament selected from objects in the South Kensington Museum and other collections, one hundred plates, Londres : S. T. Gilbert, 1867. L’ouvrage est présent à la bibliothèque des Arts décoratifs, Paris (cote XD11).

10  Jules Bourgoin, carnet 18, fol. 18v et 19r, Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 18. Ce carnet toilé de 15 × 9 cm avec porte-crayon a une étiquette de la maison Chapron, Chevalier successeur, papetier relieur, 34, rue de Seine. Chevalier est attesté dans les annuaires du commerce Didot-Bottin depuis 1861 et remplacé à partir de 1872 par Coquelin.

11  Exposition des beaux-arts appliqués à l’industrie. Guide du visiteur au Musée oriental, Paris : Union centrale, 1869.

12  Catalogue du Musée oriental. Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie. Exposition de 1869, Paris : au siège de l’Union centrale, 1869.

13  Numéros 288 et 436 – deux vases japonais – (à M. Gasnault).

14  Numéros 282 (à M. Taigny), 293 (à M. Galichon), 321 (à M. le duc de Sangro), 332 (à Mme Furtado), 337 (à M. Hirsch), 349 (à M. l’amiral Coupvent des Bois), 359 (à M. le docteur Mentzer), 378, 379 (à M. Taigny), 381 (à M. Gasnault), 398 (à M. Burty), 415 (à M. le comte de Butenval), 458 (à M. Burty), 559 (à M. le duc de Martina).

15  Numéros 917 (à M. de Sainte-Croix), 934 (à M. Galichon), 953 et 954 (à M. Taigny), 957 (à M. Gustave Brion).

16  Lucia Caterina, Il Museo Duca di Martina. La collezione orientale, Naples : Electa Napoli, 1999, p. 104-108.

17  Jules Bourgoin, Théorie de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1873, p. 82.

18  Ibid., p. 346, il évoque un « vase chinois », sans indiquer la matière.

19  Ibid., p. 349.

20  Ibid., p. 358.

21  Elle possède la cote A 30 à la bibliothèque des Arts décoratifs et y était donc disponible dès sa publication.

22  Julien Duchâteau, Une création scientifique française, le premier Congrès international des orientalistes, Paris : Maisonneuve, 1875.

23  Émile Reiber, Propagande artistique du Musée-Reiber. Le premier volume des Albums-Reiber, bibliothèque portative des arts du dessin, Paris : ateliers du Musée-Reiber, 1877.

24  Ce périodique, qui paraît de 1861 à 1905, reproduit en noir et blanc des objets remarquables de toutes les civilisations avec un commentaire.

25  Geneviève Lacambre, « La diffusion de l’art d’Extrême-Orient comme modèle pour les artistes : l’exemple de la collection Cernuschi », Ebisu. Études japonaises, no 19, 1998 (Henri Cernuschi (1821-1896), homme politique, financier et collectionneur d’art asiatique), p. 123-134 ; Yoko Masuda, Émile Reiber (1826-1893) chef dessinateur chez Christofle et l’art extrême-oriental, mémoire de maîtrise sous la direction de Bruno Foucart, Paris : Université Paris 4, 2006.

26  Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Paris : Robert Laffont, 1989, t. 2, p. 532.

27  Albert Jacquemart, « Les bronzes japonais au palais de l’Industrie », Gazette des beaux-arts, t. 8, 1er novembre 1873, p. 468-469. Voir aussi Michel Maucuer, « La copie des objets asiatiques au xixe siècle : Émile Reiber, Théodore Deck, et la collection Cernuschi », La revue des musées de France. Revue du Louvre, no 3, 2011, p. 80-90.

28  L’Inde de Gustave Moreau, catalogue de l’exposition (Paris, musée Cernuschi, 15 février-17 mai 1997 ; Lorient (Port-Louis), musée de la Compagnie des Indes, 17 juin-15 septembre 1997), Paris : Paris Musées, 1997.

29  Paris (France), musée Gustave-Moreau, Des. 12747-42.

30  Albert Jacquemart, art. cit. (note 27), p. 463.

31  Jules Bourgoin, carnets 22 et 23. Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 22 et 67, 9, 23. Ils mesurent 15 × 9 cm.

32  Émile Reiber, op. cit. (note 23), no 37, planche 22.

33  Aujourd’hui conservé à Paris (France), musée Cernuschi, MC01398 (annexe, fig. 28).

34  Paris (France), musée Cernuschi, MC01746. Art animalier au temps des derniers Shôgun xviiie-xixe siècles. Animaux d’Edo. Fonds Cernuschi 1871-1872, catalogue de l’exposition (Paris, musée Cernuschi, 17 juin-12 octobre 1986), Paris : musée Cernuschi, 1986, no 58, repr.

35  Ce vase est reproduit dans le catalogue Henri Cernuschi (1821-1896), voyageur et collectionneur, catalogue d’exposition (Paris, musée Cernuschi, 8 avril-22 juin 1998), Paris : Paris Musées, 1998, n37, p. 74-75 ; il est daté des xiie-xiiie siècles. Un second vase retenu par Bourgoin est également reproduit (MC01163), no 61, p. 86-87, japonais du xixe siècle, de l’école de Murata Seimin (1761-1837). Il se trouve déjà reproduit dans Louis Gonse, L’Art japonais, Paris : Quantin, 1883, t. 2, p. 63, où il est donné comme œuvre de Seïmin.

36  Voir Jenny Boucard et Christophe Eckes, « Les sources scientifiques de Jules Bourgoin : cristaux, polygones et polyèdres », infra, p. 299-318 et fig. 13.

37  Paris (France), musée Cernuschi, MC01070, MC05452, MC01321 (liste en annexe).

38  Certains ont été publiés par Émile Reiber, op. cit. (note 23), planches 30 (bronzes japonais), 71 et 88 (Japon ancien).

39  Liste des conférences de l’année 1879, Paris (France), bibliothèque des Arts décoratifs, Archives, AAD, D5/26.

40  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 24 et 67, 9, 25. Ils mesurent 17 × 10,5 cm et proviennent, comme l’indique l’étiquette, de la papeterie Chapron, Coquelin successeur, 34, rue de Seine, maison qui porte ce nom depuis 1872.

41  Tai-seï-bou-ken, trois volumes, Paris, musée national des Arts asiatiques, cote 15458 à 15460-O.2 VII.

42  La Rochelle (France), Musées d’Art et d’histoire de La Rochelle : Haya Biki Moncho (inv. EO 63) présenté dans Le japonisme, catalogue d’exposition (Paris, Galeries nationales du Grand-Palais, 17 mai-15 août 1988 ; Tokyo, musée d’Art occidental, 25 septembre-11 décembre 1988), Paris : Éd. de la Réunion des musées nationaux, 1988, no 1.1. repr. dans Thierry Lefrançois, Le baron de Chassiron et l’Asie extrême-orientale au dix-neuvième siècle, catalogue d’exposition (La Rochelle, musée d’Orbigny-Bernon, 1999), La Rochelle : Éditions des musées d’Art et d’histoire de La Rochelle, 1999, no 52.

43  Thomas William Cutler, op. cit. (note 3), pl. A.

44  Un exemplaire est conservé au Metropolitan Museum of Art, New York, Thomas J. Watson Library.

45  Collection particulière.

46  Jules Bourgoin, carnet 24 fol. 5. Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 24.

47  Un seul est différent des trente que propose Cutler en 1880.

48  George Ashdown Audsley et James L. Bowes, La Céramique japonaise, Paris : Didot, 1881.

49  Jules Bourgoin, carnet 25 fol. 7. Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 25.

50 Id., carnet 25 fol. 21, Arch. 67, 9, 25.

51  Ce double motif est reproduit par James L. Bowes, Japanese Marks ans Seals, Londres : Henry Southran, 1881, p. 41 (d’après une boîte à parfum) et se trouve aussi sur des kôgô de la collection de Clemenceau (Montréal, musée des Beaux-Arts, inv. 960 EC 371 et 372).

52  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 22 et 67, 9, 23.

53  Jules Bourgoin, Études architectoniques et graphiques, Paris : Ch. Schmid, t. 2, 1901, pl. 171.

54  Ibid., p. 210.

55  Ce volume (H. 22,2 ; L. 15,7 cm) contient 32 feuilles incluant 59 pages d’illustrations gravées sur bois en couleurs.

56  Paris (France), bibliothèque des Arts décoratifs, album Maciet 296/23 (Tissus-Orient-Japon).

57  Paris (France), bibliothèque des Arts décoratifs, réserve japonaise (A 273) et Annuaire des Arts décoratifs de 1890 signalant l’acquisition.

58  Le Japon artistique, no 20, décembre 1890, planche BCD.

59  Inv. JB 301 ; voir Clemenceau, le tigre et l’Asie, catalogue d’exposition (Paris, musée national des Arts asiatiques, 12 mars-16 juin 2014), Paris : Snoeck ; musée national des Arts asiatiques, 2014, p. 43.

60  Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Livres et albums illustrés du Japon réunis et catalogués par Théodore Duret, Paris : E. Leroux, 1900, p. 198, no 324.

61  Vente d’estampes japonaises, collection Galerie Bérès et privée européenne, 5e vente, Paris, Pierre Bergé et associés, 2 mars 2011, no 2287 (volumes 2 et 3).

62  Catalogue du musée oriental, op. cit. (note 12), notamment les no 1057 (sceptre de mandarin), no 1058 (sceptre chinois), tous deux à M. Evans.

Table des illustrations

Titre 1. Feuille de peinture chinoise, époque Qing.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 3.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 2. Pochette imprimée contenant le volume 11 de la Manga d’Hokusai.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 3.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre 3. Trigrammes du Yi Jing, détail d’une page du volume 11 de la Manga d’Hokusai.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 4. Jules Bourgoin, Trigrammes.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 26.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 5. Jules Bourgoin, Continuous stem System, d’après Owen Jones, Examples of Chinese Ornament.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 18.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 6. Jules Bourgoin, Chapiteau indien.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 22.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 7. Jules Bourgoin, Pliages japonais ou noshi.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 22.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 8. Jules Bourgoin, Lanterne japonaise.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch., 67, 9, 23.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 9. Jules Bourgoin, Objets et ornements japonais, dont verseuse.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch., 67, 9, 23.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 10. Verseuse japonaise.
Crédits Source : Paris (France), musée Cernuschi, MC01334.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 11. Émile Reiber, Verseuses japonaises, pl. 22 du Premier volume des Albums-Reiber, 1877.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 12. Jules Bourgoin, Objets extrême-orientaux dont un vase chinois ancien en bronze, aujourd’hui au musée Cernuschi.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 22.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 13. Vase chinois ancien en bronze.
Crédits Source : Paris (France), musée Cernuschi, MC01154.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 14. Verseuse en forme d'octaèdre.
Crédits Source : Paris (France), musée Cernuschi, MC01629.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 15. Vase à quatre pans et à ouverture évasée.
Crédits Source : Paris (France), musée Cernuschi, MC01629.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre 16. Jules Bourgoin, objets japonais, dont une verseuse et un vase, aujourd'hui au musée Cernuschi.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 22.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre 17. Jules Bourgoin, Objets japonais dont une aiguière, aujourd’hui au musée Cernuschi, MC01070.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 23.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre 18. Thomas William Cutler, Analyse de la composition des mon, pl. A de la Grammar of Japanese Ornament, 1880.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre 19. Jules Bourgoin, Série de mon.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 24.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre 20. Jules Bourgoin, Mon à motifs de chrysanthème impérial et branche fleurie de paulownia.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 25.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre 21. Jules Bourgoin, Motif japonais, pl. 171 des Études architectoniques et graphiques, t. 2, 1901.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre 22. Hokusai Taito, page extraite du troisième volume du Ban shoku zukô.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre 23. Jules Bourgoin, Nœud japonais, pl. 150 des Études architectoniques et graphiques, t. II, 1901.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre 24. Jules Bourgoin, Jou-i, sceptres de mandarin.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 6, 5.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre 25. Jules Bourgoin, Composition japonisante.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 11, 7.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre 26. Carnet 23 fo 20v.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre 27. Carnet 22 fo 4v.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 28. Carnet 22 fo 7v.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre 29. Carnet 23 fo 19.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 30. Carnet 23 fo 20v.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 31. Carnet 23 fo 21v.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre 32. Carnet 23 fo 22.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 33. Carnet 23 fo 22 v.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet, Arch. 67. 9.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7025/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

Auteur

Geneviève Lacambre est conservateur général honoraire du patrimoine et chargée de mission au musée d'Orsay. Elle a été conservateur au département des Peintures du musée du Louvre (1965-1979), puis au musée d'Orsay (1979-2002) et a dirigé le musée Gustave Moreau de 1985 à 2002. Elle a participé à de nombreuses expositions, dont Le Japonisme en 1988, Gustave Moreau en 1998 et Manet Vélasquez en 2002.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search