Version classiqueVersion mobile

De l’Orient à la mathématique de l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908)

 | 
Maryse Bideault
, 
Estelle Thibault
, 
Mercedes Volait

Jules Bourgoin et l’égyptologie, une liaison orageuse

Élisabeth David et Anne-Hélène Perrot

Texte intégral

  • 1  Extrait d’une lettre d’Auguste Mariette, s. d., collection particulière, cité par Élisabeth  David(...)

M. Bourgoin (…) travaille avec un succès qui, réellement m’étonne. Je n’ai jamais vu une personne attraper plus vite et plus facilement que lui le style égyptien.1

1Admiré, le talent de Jules Bourgoin le fut sans conteste. Cet éloge, extrait d’une lettre d’Auguste Mariette, prend d’autant plus de sens que le célèbre égyptologue dessinait lui-même avec talent. Comment contredire Mariette ? Le trait de Bourgoin est en effet sûr et minutieux, et de l’art égyptien il restitue avec précision tant les représentations que les inscriptions hiéroglyphiques qui les accompagnent. Les publications de Bourgoin, qui témoignent d’un intérêt constant pour l’ornement arabe, font de lui une référence incontournable des spécialistes d’art islamique, mais certainement pas une personnalité bien connue du monde égyptologique. On ignore souvent qu’il fut membre et même – très – brièvement sous-directeur de la Mission archéologique française (MAF) au Caire au côté de Gaston Maspero.

2Témoignages principaux de la somme toute brève aventure de Jules Bourgoin avec l’égyptologie, les dessins de l’École nationale supérieure des beaux-arts furent acquis par l’État en 1892 et 1893. Cet achat, à vocation didactique puisque destiné à l’enseignement aux élèves, fut déposé à la bibliothèque de l’École des beaux-arts2. Fruits des travaux effectués lors de missions au service du ministère de l’Instruction publique, les dessins sont regroupés par thème et par « campagne iconographique », sans doute par Bourgoin lui-même. Le fonds, tel qu’il apparaît sur la base de données mise en ligne par l’école3, comprend près de 990 dessins dont 206 pharaoniques et 11 coptes. Sur un même feuillet, des détails d’ornementation peuvent côtoyer des motifs isolés copiés dans des tombes, et nous permettent de « pister » le dessinateur : ses pérégrinations l’ont visiblement mené de Saqqara à Thèbes. Si certaines feuilles relèvent plus de l’esquisse que du dessin abouti, d’autres livrent de véritables études. Parfois, ce sont même des segments entiers de parois de tombes ou de monuments qui peuvent être raccordés sur plusieurs pages (fig. 1) : documents de travail de Bourgoin, ils lui permettaient de reproduire finalement les reliefs et peintures égyptiens avec une minutie admirable.

1. Photomontage de quatre dessins de Jules Bourgoin, Paroi nord de la tombe de Hor-hotep, découverte à Thèbes. Aujourd’hui au Musée égyptien du Caire.

1. Photomontage de quatre dessins de Jules Bourgoin, Paroi nord de la tombe de Hor-hotep, découverte à Thèbes. Aujourd’hui au Musée égyptien du Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0084 ; 7901-0083 ; 7901-0082, 7901-0085.

3Les sept gouaches du fonds Maspero, données au département des Antiquités égyptiennes du Louvre, révèlent l’étape intermédiaire entre ces études et les quelques planches gravées que l’on peut admirer dans les Mémoires de la Mission archéologique française du Caire. Carnets de dessins et calques du fonds Bourgoin, conservé à l’INHA, complètent le matériel pharaonique dessiné dont nous disposons pour évaluer le travail de Jules Bourgoin.

4Ces éléments doivent être mis en regard des archives – le plus souvent administratives – relatives aux différentes missions qui lui furent confiées par le ministère de l’Instruction publique, et qui permettent de dater – avec plus ou moins de précision – la production de Bourgoin déposée aux Beaux-Arts. Additionnés de brèves mentions dans la correspondance de ceux qui l’ont fréquenté, ces témoignages précieux restent lacunaires, en l’absence de lettres ou d’un journal qui permettraient de cerner plus précisément l’homme.

Premiers séjours en Égypte (1863-1866)-(1875)

  • 4  Lettres de Jules Bourgoin au ministère de l’Instruction publique, 29 novembre 1873 et janvier 1877 (...)

5C’est en qualité d’« architecte du gouvernement français » que Jules Bourgoin découvre l’Égypte, entre 1863 et 18664.

  • 5  À titre d’exemple, les statues de Rahotep et Nofret figurées sur un carnet de dessin conservé à la (...)
  • 6  Jules Balteau, Marius Barroux, Jean-Charles Romand’Amat, Michel Prévost, Henri Tribout de Morember (...)

6Aucun des dessins dont nous disposons, où abondent les objets et les parois de tombes découverts seulement quelques années plus tard, ne peut être daté avec certitude de ce séjour5. Pourtant, certaines sources bibliographiques y placent la rencontre de Bourgoin et de Mariette, effectivement en Égypte à cette période6. Nulle attestation administrative ou mention épistolaire ne vient accréditer cette hypothèse. Si rencontre il y eut, elle ne marqua sans doute pas le début de leur collaboration, qui est, en revanche, bien attestée en 1880.

  • 7  Lettre du 26 octobre 1866 de la surintendance des Beaux-Arts à Viollet-le-Duc, Pierrefitte-sur-Sei (...)
  • 8  Lettre de M. Shefer (École des langues orientales) à Jules  Bourgoin, 29 juin 1874, Pierrefitte-su (...)
  • 9  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941, pièce n31 : « La part des circons (...)

7Dès son retour en France en 1866, les diverses missions que sollicite l’architecte sont, en outre, envisagées pour compléter les matériaux qu’il a pu réunir sur les arts arabes, et malgré le soutien de Viollet-le-Duc, une subvention pour parachever son travail au Caire lui est refusée7. C’est donc en Syrie que Bourgoin choisira d’approfondir ses travaux sur l’ornement, et qu’une mission d’un an lui est accordée entre août 1874 et 18758. Le mauvais temps, aléa qui semble beaucoup le perturber9, le pousse à se réfugier en Égypte, où il passe trois mois visiblement occupés à compléter son corpus. On le voit, l’Égypte antique semble alors bien éloignée des centres d’intérêt de Bourgoin.

La mission de 1880

8C’est pourtant d’Antiquité qu’il est question lorsque, le 12 janvier 1880, le ministère de l’Instruction publique informe celui des Travaux publics qu’une mission est confiée à Bourgoin :

  • 10  L’homme qui dirigera un jour le département des Antiquités égyptiennes du Louvre a commencé par ét (...)
  • 11  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284-2. Il faut probablement voir derrièr (...)

J’ai chargé Bourgoing [sic], architecte, chargé de cours à l’École des Beaux-Arts et Georges Bénédite, dessinateur10, de se rendre en Égypte pour y étudier les sculptures et les peintures des monuments antiques au double point de vue de l’enseignement du dessin et de la formation du musée des moulages au Trocadéro11.

9Le sous-secrétariat des Beaux-Arts, dans une lettre à Bourgoin précise :

  • 12  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284-2, 12 janvier 1880.

[…] [je] vous informe que vous êtes chargé d’une mission en Égypte à l’effet d’exécuter d’après les sculptures et peintures de monuments antiques et des édifices récemment découverts une série de dessins pouvant servir de modèles à l’enseignement. En ce qui concerne le Musée du Trocadéro, vous aurez à dresser une liste de tous les morceaux importants des différentes époques dont il serait possible de faire prendre des moulages et estamper vous-même les pièces de petites dimensions12.

  • 13  Lettre de Victor Duruy à Gaston Maspero, 23 juillet 1880, Paris (France), bibliothèque de l’Instit (...)

10Le caractère didactique de la mission confiée aux deux dessinateurs est à replacer dans le contexte de l’élection de Jules Grévy en 1879. Jules Ferry s’attelle alors à la réorganisation de l’enseignement et l’égyptologie est insérée dans le programme d’histoire à ce moment même13.

  • 14  EBA 7901-0220, EBA 7901-0223, EBA 7901-0225, EBA 7901-0227 qui trouve son parallèle avec Georges P (...)
  • 15  Georges Perrot et Charles Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, Tome premier : l’Égypte, Pa (...)
  • 16  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284-2.
  • 17  Georges Perrot et Charles Chipiez, op. cit. (note 14), éd. 1911, page de garde.
  • 18  Toujours dans la réédition de 1911, il s’agit des planches XI, XIII et XIV.
  • 19  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284-2, 27 octobre 1880.
  • 20  Arthur-Ali Rhoné (1836-1910).

11Si quelques dessins de l’École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba) peuvent être rattachés à cette mission14, la majorité de ce travail a été envoyée à Georges Perrot et Charles Chipiez pour illustrer leur Histoire de l’art de l’Antiquité15, selon le rapport de Bourgoin en octobre 188016. Ce premier volume consacré à l’Égypte comporte « 616 gravures dessinées d’après les originaux ou d’après les documents les plus authentiques »17. Les contributions de J. Bourgoin et G. Bénédite sont citées en introduction par Perrot, qui leur attribue les dessins transformés en gravures des monuments de Boulaq (fig. 2). Cinquante-neuf figures sont légendées « dessin de Bourgoin » et trois planches en couleurs complètent le tribut de l’architecte18. Étonnamment, aucun des éléments d’architecture (plans, relevés, chapiteaux ornementés…) n’est de sa main : ceux des Beaux-Arts, thébains, ne peuvent être datés de ce séjour, au cours duquel Bourgoin a « dû renoncer à remonter jusqu’à Thèbes19 ». Aurait-il failli à sa tâche ? C’est en tout cas ce que semble indiquer une lettre d’Arthur Rhoné20 à Gaston Maspero, datée de juillet 1880 :

  • 21  Lettre d’Arthur Rhoné à Gaston Maspero, juillet 1880, Le Caire (Égypte), Archives scientifiques de (...)

Mauvaises nouvelles de Bourgoin. Il ne peut revenir car il est bloqué à Alexandrie sans argent pour payer son passage. On lui doit encore 500 F au ministère, mais l’usage n’est de tout donner qu’au retour du missionnaire et quand il a remis son rapport. Il paraît qu’il a manqué sa mission, s’est mis mal avec le ministère et avec Chipiez en ne lui envoyant rien de ce qu’il demandait…21

2. Jules Bourgoin, Statues du musée de Boulaq, Le Caire, étude pour G. Perrot et Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. 1 L’Égypte, 1882.

2. Jules Bourgoin, Statues du musée de Boulaq, Le Caire, étude pour G. Perrot et Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. 1 L’Égypte, 1882.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0223.

  • 22  Au moins six Ptah-hotep sont propriétaires de mastabas étudiés par Mariette à Saqqara. On est tent (...)
  • 23  Probablement le Khou-hotep de Mariette. Ce nom est lu aujourd’hui Akhethotep, et au moins deux mas (...)
  • 24  Lettre de Jules Bourgoin au sous-secrétariat d’État aux Beaux-Arts, datée du 27 octobre 1880, Pier (...)

12L’autre volet de sa mission, les moulages du musée du Trocadéro, figure aussi dans le rapport du dessinateur qui mentionne les estampages réalisés à Saqqara en compagnie de Mariette. Il rapporte : « 1. Le relevé et les estampages complets du tombeau de Ptah-Hotep22 pour reconstitution au Musée du Trocadéro. 2. Tombeau de Kou-hotep23. 3. Autre tombeau24 ».

  • 25  Arrêté du 4 novembre 1879 du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Musée de sculp (...)
  • 26  Nous remercions Emmanuelle Polack, chargée de mission et responsable des archives des Monuments fr (...)
  • 27 Catalogue des Moulages de sculptures …, op. cit. (note 25), p. 94-95.

13Le musée du Trocadéro désigne le musée de Sculpture comparée qui obtient en 1879 une aile du palais du Trocadéro pour installer ses collections de moulages : il ouvre ses portes en 188225. Parmi les « monuments étrangers26 », l’Égypte y est alors représentée par six moulages de statues du musée de Boulaq ; dans la seconde édition du catalogue, publiée en 189027, la description de dix statues égyptiennes montre que les collections se sont enrichies. Aucun des reliefs que laisserait espérer la lecture du rapport de mission de Bourgoin ne figure aux catalogues.

  • 28  Musée de sculpture comparée, Catalogue des moulages de sculptures appartenant aux divers centres e (...)
  • 29  Inventaire dressé après décès les 22, 23, et 25 mai 1908 par l’étude de Me A. Grégoire, notaire à (...)
  • 30 Supra note 24.

14Inventoriés au Trocadéro en 1900, les « trois bas-reliefs » du mastaba de Ti, qui proviennent de Saqqara28, ne sont sans doute pas cet « autre tombeau » du rapport de Bourgoin. Le tombeau de Ti est si connu – et le nom de son propriétaire si facile à prononcer – qu’il est invraisemblable que Jules Bourgoin l’ait ignoré. L’inventaire après-décès des biens de l’architecte mentionne des moulages de bas-reliefs égyptiens, sans plus de détails29. Tout porte donc à croire que les estampages n’ont jamais été livrés au musée de Sculpture comparée, ce qui expliquerait que Rhoné écrive à Maspero que Bourgoin « s’est mis mal avec le ministère30 »…

  • 31  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0194.
  • 32  Élisabeth David, Mariette Pacha 1821-1881, Paris : Pygmalion, 1994 « Bibliothèque de l’Égypte anci (...)

15La rencontre de Bourgoin et de Mariette n’est sans doute pas antérieure à ce séjour. Un dessin des Beaux-Arts montre précisément la maison de Mariette à Saqqara, avec la pyramide de Djéser en arrière-plan, bien reconnaissable à ses degrés31 (fig. 3). Ce dessin, seul paysage égyptien des Beaux-Arts, est daté du « 23 avril 1880 » ; Mariette ne rentrant en France qu’en juin32, tel un « cliché-souvenir », cette page immortalise vraisemblablement l’une de leurs excursions à Saqqara.

3. Jules Bourgoin, Pyramide de Djéser et maison de Mariette, Saqqara.

3. Jules Bourgoin, Pyramide de Djéser et maison de Mariette, Saqqara.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0194.

  • 33  Lettre de Jules Bourgoin au sous-secrétariat des Beaux-Arts datée du 27 octobre 1880, AN, F21 2284 (...)
  • 34  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0228 à 0231. Il s’agit du Mast (...)

16Dans le compte rendu de sa mission, Bourgoin ajoute : « Maspero et Mariette veulent me confier de faire tous les dessins d’un grand ouvrage sur les tombes de l’Ancien Empire… »33. Des représentations de reliefs des mastabas de Saqqara, le fonds des Beaux-Arts en regorge. Si un certain nombre sont vraisemblablement des études préparatoires aux planches gravées dans la publication du premier volume de la Mission archéologique française en 1884, et sont donc plus tardifs, d’autres pourraient en revanche dater de 1880, comme les dessins du mastaba de Akhethetepher34. Présentés par Bourgoin comme des « esquisses au 1/5e », et inachevées, leurs détails sont pourtant rendus avec une extrême minutie.

  • 35  Georges Perrot et Charles Chipiez, op. cit. (note 14), p. 807, pl. XIII et XIV. PM III2, p. 604 (2 (...)

17Le mastaba de Ptah-hotep, dont Jules Bourgoin affirme rapporter des estampages, a sans nul doute fait également l’objet de relevés précis puisqu’on en retrouve le décor du plafond et d’une partie du mur ouest sur deux planches illustrées de l’Histoire de l’art de l’Antiquité de Perrot et Chipiez35.

  • 36  Auguste Mariette, op. cit (note 22).
  • 37  Lettre de Gaston Maspero à Xavier Charmes datée du 20 novembre 1881, Pierrefitte-sur-Seine (France (...)

18La publication des tombes de l’Ancien Empire mentionnée par Bourgoin verra le jour après la mort de Mariette, ses notes étant réunies par Maspero dans un ouvrage en 188936. À l’exception de quelques plans, tous les croquis et dessins sont de la main de Mariette. À ce sujet, Maspero écrit à Xavier Charmes en 1881 : « Mariette n’a jamais pu tirer de lui (Bourgoin) que la promesse de dessiner, car il n’y a dans les papiers de Mariette aucun dessin de Bourgoin37 ». Ce qui ne signifie pas forcément que ces dessins n’ont jamais été réalisés…

L’École du Caire (1881-1884)

  • 38  Voir Éric Gady, op. cit. (note 11), vol. 1, p. 311-322.

19Si l’égyptologue parle en ces termes rudes de Jules Bourgoin, c’est qu’amenés à travailler ensemble, ils sont promis à bien se connaître : à peine rentré à Paris, le dessinateur repart au Caire pour installer avec Maspero la Mission archéologique française fraîchement créée par décret fin 1880. Dans un contexte où l’état de santé de Mariette, rongé par le diabète, ne cesse de se dégrader, le ministère des Affaires étrangères s’inquiète de voir le service de Conservation des antiquités de l’Égypte, fondé par le célèbre égyptologue, perdre sa direction française et passer aux mains d’étrangers. Pour prévenir ou pallier cette perte, l’idée est lancée de fonder une école au Caire sur le modèle de celles de Rome ou d’Athènes38. La direction de cette mission permanente revient à Gaston Maspero.

  • 39  Rapport de Gaston Maspero daté du 20 septembre 1881 sur « l’institut archéologique du Caire », tra (...)

20La présence de Jules Bourgoin dans ce projet d’École du Caire, qui deviendra l’Institut français d’archéologie orientale en 1898, peut surprendre quand on connaît ses problèmes avec l’administration. C’est que Maspero tenait à ne pas confiner cette mission à l’égyptologie, et à l’ouvrir aux études orientales – anciennes et modernes – comme il le précise dans le premier rapport sur le fonctionnement de l’École39. Renommé pour ses publications, familier du pays, Bourgoin y fait office de sous-directeur au côté de l’égyptologue dans cette première version de la mission. Pour le dessinateur, outre l’opportunité d’être au plus près de l’objet de ses recherches sur l’ornement, c’est une sécurité financière bienvenue : une imposante correspondance administrative illustre en effet sa quête inlassable de financements.

  • 40  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 10.
  • 41  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 10, 11 janvier 1881.

21Maspero et Bourgoin partent donc tous deux fin décembre 1880 pour arriver le 5 janvier 1881 au Caire, et trouver un logement avant la venue des premiers élèves. Leur arrivée est assombrie par des circonstances dramatiques : Mariette est plus que jamais « en piteux état »40 et mourra le 18 janvier 1881. Maspero prend acte de la confiance de l’égyptologue en Bourgoin, comme il le stipule dans une lettre à Xavier Charmes : « Mariette (…) a accepté Bourgoin avec plaisir, moi avec méfiance…41 ».

  • 42  Urbain Bouriant (1849-1903).
  • 43  Victor Loret (1859-1946).
  • 44  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 15, 5 février 1881.
  • 45  Éric Gady, op. cit. (note 11), vol. 2, annexe 18.
  • 46  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 46.
  • 47  M. L. Bierbrier (dir.), op. cit. (note 10), p. 117.
  • 48  Éric Gady, op. cit. (note 11), vol. 1, p. 327-328.

22La maison pour loger les pensionnaires trouvée, la mission se met en place. En 1881, elle accueille trois élèves aux profils différents : Urbain Bouriant42 et Victor Loret43 pour l’égyptologie, Hippolyte Dulac pour les études arabes. Maspero définit rapidement les missions de chacun : « Programme : Bouriant s’occupera des scarabées funéraires de Boulaq, Loret des statuettes, Dulac étudiera les manuscrits arabes. Bourgoin mènera Dulac une fois par semaine dans les mosquées pour lui inculquer les éléments de l’archéologie arabe. Bourgoin fera de même à tout le monde un cours de dessin et d’architecture, levé de plans… […]44 ». Les compétences de Bourgoin comme enseignant sont donc sollicitées. Arthur Rhoné complète la mission à titre « d’attaché temporaire45 » et fait l’inventaire des papiers de Mariette ; cette tâche sera prolongée jusqu’en 1882 par arrêté du ministère de l’Instruction publique46. Le journaliste Gabriel Charmes47 (Journal des débats), frère de Xavier, complète la petite troupe. Son influence pour que le Service des antiquités reste en des mains françaises semble avoir été non négligeable48.

  • 49  Rapport de Gaston Maspero daté du 20 septembre 1881. Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nati (...)

23À l’égard de Bourgoin, la méfiance initiale de Maspero se transforme en courroux ; il déplore l’absentéisme du professeur, qui n’a donné qu’une seule et unique leçon aux élèves qu’il lui a confiés49. Et manifestement, en tant qu’adjoint Bourgoin ne se distingue pas davantage aux yeux de l’égyptologue.

  • 50  Lettre d’Eugène Lefébure à Gaston Maspero, 20 février 1881. Bibliothèque de l’Institut de France, (...)
  • 51  Lettre de Gaston Maspero à Xavier Charmes datée du 12 mai 1881, Pierrefitte-sur-Seine (France), Ar (...)
  • 52  Philippe Virey, « Notice biographique d’Eugène Lefébure », Bibliothèque égyptologique, tome 34, Pa (...)
  • 53  Voir par exemple Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0137, 0141, 0 (...)
  • 54  Les propos de Loret sont rapportés par René Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux de Gaston M (...)

24Bourgoin ne restera en réalité adjoint du directeur que deux ou trois mois. Les événements en effet se précipitent : Maspero prend la direction du Service des antiquités et c’est Eugène Lefébure, parti pour l’Égypte le 3 mars50, qui le remplace à la tête de la Mission. Plus vraiment besoin de sous-directeur, car c’est G. Maspero qui continue à diriger officieusement. « M. Lefébure est bien ce que nous l’avions jugé : très bon, très simple, très modeste, manquant d’énergie et d’initiative. […] Il tient fort convenablement sa place, et s’il ne règle rien, du moins il n’empêche rien non plus : c’est là surtout ce que nous cherchions, et à dire le vrai, nous avons trouvé aussi bien que nous le désirions51. » Et c’est encore Maspero, pour sa première inspection du Service des antiquités en Haute-Égypte, de fin mars à mai 1881, qui emmène les élèves Bouriant et Loret tandis que Lefébure et Dulac restent au Caire. Une source unique et très postérieure aux faits52 indique que Bourgoin aurait été du voyage, et peut-être certains croquis des Beaux-Arts datent-ils de cette inspection53 ; on sait néanmoins que pour ce premier contact avec la Haute-Égypte Maspero tenait à ce que les élèves s’acclimatent au pays et prennent du recul avant d’effectuer tout relevé iconographique et hiéroglyphique, ce qui semble à Loret digne du supplice de Tantale54.

  • 55  Lettre d’Eugène Lefébure à Xavier Charmes datée du 10 juin 1881, Pierrefitte-sur-Seine (France), A (...)
  • 56  Lettre d’Eugène Lefébure à Xavier Charmes datée du 23 décembre 1881, Pierrefitte-sur-Seine (France (...)

25La correspondance liée à la mission atteste à quel point Bourgoin peine à trouver sa place ; ses défauts sont pointés bien davantage que ses qualités et il disparaît sans préavis de juin à fin novembre, afin de rencontrer son éditeur parisien55. Lefébure et Maspero sont excédés, et interrogent Xavier Charmes sur l’éventualité de se débarrasser de lui. Ce dernier fera une tentative de médiation. Si Bourgoin, à son retour, promet de ne plus enfreindre la discipline de l’École, il se montre découragé quant à son rôle et sa mission, comme le rapporte de nouveau Eugène Lefébure à Xavier Charmes56.

  • 57  Donald Malcolm Reid, Whose Pharaohs ? Archaeology, museums and Egyptian national identity from Nap (...)
  • 58  Voir par exemple la lettre de Jules  Bourgoin à Xavier Charmes, datée de septembre 1882, Pierrefit (...)
  • 59  Le départ de Bourgoin est mentionné le 21 juin 1882, dans une lettre d’Emil Brugsch à Gaston Maspe (...)
  • 60  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0195, 0196, 0198, 0199 et 0200 (...)

26Après ces débuts difficiles, lui qui a tant travaillé sur l’ornement au Caire est associé à un projet où ses connaissances sont un atout précieux : il est appelé à participer au Comité de conservation des monuments de l’art arabe au côté d’Ambroise Baudry, au début de l’année suivante57. Les travaux de cette commission, ainsi que les relevés de monuments au Caire, semblent occuper considérablement cette année 188258, également ponctuée d’un retour à Paris dans le contexte politique troublé de la révolte d’Arabi pacha59. L’année suivante, Maspero recourt à Bourgoin pour réaliser des relevés architecturaux des pyramides qui, à Saqqara, se sont révélées contenir des textes funéraires de l’Ancien Empire, les Textes des pyramides. Celles d’Ounas (5e dynastie), de Téti, de Pépi Ier et de Pépi II (6e dynastie), font l’objet de plans et de croquis cotés (fig. 4), conservés aux Beaux-Arts, destinés à illustrer la publication dans le Recueil de Travaux60. Lefébure a, quant à lui, des projets pour le dessinateur de la Mission qu’il dirige.

4. Jules Bourgoin, Croquis cotés de plusieurs pyramides de l’Ancien Empire, Saqqara.

4. Jules Bourgoin, Croquis cotés de plusieurs pyramides de l’Ancien Empire, Saqqara.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0199.

Les publications de la Mission archéologique française

La tombe de Séthi Ier

  • 61  Lettre d’Eugène Lefébure à Gaston Maspero datée du 30 décembre 1881, Paris (France), bibliothèque (...)
  • 62  Rapport de Gaston Maspero daté du 20 septembre 1881 sur « l’institut archéologique du Caire », tra (...)

27Prévenu de la nécessité de diriger fermement Bourgoin pour optimiser ses talents, Lefébure souhaite l’attacher à une fonction bien précise : la publication complète de la tombe du roi Séthi Ier, « de manière à en soustraire au moins les textes aux ravages inévitables des touristes et des Arabes61 ». Cette publication s’inscrit dans une politique défendue par Maspero : très tôt, celui-ci souhaite en effet la création à l’École d’une imprimerie, afin de diffuser les travaux de la Mission62. Ce projet peine à se concrétiser, et c’est dans le Recueil de Travaux que Maspero publie les premières études de la Mission. En 1884, les premières monographies paraissent dans les Mémoires de la Mission archéologique française au Caire (MMAF) édités non pas en Égypte, mais à Paris par E. Leroux.

  • 63  Eugène Lefébure, « Les Hypogées royaux de Thèbes », Mémoires de la Mission archéologique française (...)
  • 64  Eugène Lefébure, op. cit. (note 63), vol 2, p. 16.
  • 65  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0103 à 0111, EBA 7901-0232 et (...)
  • 66  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0103 et 0104.
  • 67  Eugène Lefébure, op. cit. (note 63), 1886, p. 22-23.
  • 68  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0109.
  • 69  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0110.
  • 70  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0232 et 0233.

28Si l’ouvrage de Lefébure sur la tombe de Séthi Ier prend bel et bien place parmi les MMAF, ce ne sont pas les dessins minutieux de Bourgoin qui l’illustrent63. Une lecture attentive permet néanmoins d’y trouver cette remarque : « Il est maintenant indispensable, pour l’intelligence des planches, de donner une idée sommaire de la décoration, en ce qui concerne au moins son exécution matérielle ; quant à sa valeur artistique, on en jugera d’après un choix de sujets copiés avec une parfaite exactitude par M. Bourgoin, en février et mars 1883 et destinés à paraître en un recueil d’une trentaine de gravures64 ». Quelques dessins des Beaux-Arts illustrent ces sujets, bribes d’études préparatoires à la publication65. L’un des plus détaillés représente la déesse Neith accueillant le roi66, scène qui prenait place dans la « salle à quatre piliers » de Léfébure67. Le dessin est au crayon et certains détails sont rehaussés de rouge (fig. 5). Un système d’annotations détaillées indique au dessinateur la palette de couleurs qui ornait la scène ; à chaque couleur est associée une lettre, parfois une syllabe, et il suffisait de suivre ces instructions sur les dessins destinés à la gravure pour qu’ils restent au plus près du modèle original. Les motifs les plus complexes bénéficient d’études approfondies : ici, le devanteau du pagne royal côtoie les rangs de perles d’un collier ousekh68, là le plumage du canard qui désigne Séthi comme le « fils de Ré » est détaillé à côté du relevé exact de sa titulature69. Élément intéressant, Bourgoin a reproduit certains décors avec leur « mise au carreau », ce qui témoigne de son intérêt pour les techniques de dessin des Égyptiens, observées sur des reliefs inachevés70.

5. Photomontage de deux dessins de Jules Bourgoin, Tombe de Séthi Ier, Vallée des Rois.

5. Photomontage de deux dessins de Jules Bourgoin, Tombe de Séthi Ier, Vallée des Rois.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0103 ; 7901-0104.

  • 71 Travels in Egypt (December 1880 to May 1891). Letters of Charles Edwin Wilbour, Brooklyn, NY : Broo (...)
  • 72  Lettre d’Eugène Lefébure à Gaston Maspero, 24 février 1883, Paris, bibliothèque de l’Institut de F (...)
  • 73  Lettre d’Eugène Lefébure à Gaston Maspero datée du 23 mai 1883, Paris, bibliothèque de l’Institut (...)
  • 74  Lettre d’Eugène Lefébure à Gaston Maspero datée du 1er novembre 1883, AN, F17 2930 (2), pièce 68.
  • 75  Lettre de Jules Bourgoin à Xavier Charmes datée du 4 janvier 1885, AN, F17 2930 (3), pièce 10.

29Le travail de Bourgoin et Lefébure dans la sépulture royale est attesté par différentes sources : Charles Edwin Wilbour, compagnon de voyage de la mission en 1883 et 1884 signale dans sa correspondance la présence des deux hommes dans la tombe le 10 février 188371. À Maspero, Lefébure écrit cependant quelques jours plus tard : « J’aurai terminé dans trois jours seulement le brouillon complet du tombeau de Seti Ier : le relevé de tous les détails est assez long à faire, surtout sans le concours de M. Bourgoin, qui paraît-il ne va pas bien du tout…72 ». Bourgoin semble de santé vacillante, et les années suivantes ses indispositions seront régulièrement sa justification du retard à rendre ses travaux, qui lui est si souvent reproché. Pour la mise au net des dessins, Bourgoin est rappelé à Paris par Émile Guimet, qui supervise l’édition au côté de Leroux73. La correspondance entre Charmes et Lefébure, couplée avec celle de Bourgoin, nous apprend que le dessinateur peine à terminer : une nouvelle fois alité, il ne peut rendre les planches qui lui sont expressément réclamées. Finalement, on décide en novembre 1883, de le remplacer, comme Lefébure le demande à Charmes : « Les dessins de Bouriant et les miens ne sont là que pour guider un dessinateur. Votre intention, au début de l’année, était de choisir Bourgoin (…) mais la saison est trop avancée, maintenant, pour qu’il y ait lieu de s’intéresser à lui. Il faudrait plutôt chercher à Lyon74 ». Les Hypogées royaux de Thèbes sont donc illustrés par une autre main. Quant aux six dessins de la tombe de Séthi Ier, mentionnés par Bourgoin dans une lettre à Charmes où il prend rendez-vous pour leur remise début 188575, ils étaient vraisemblablement destinés au volume supplémentaire annoncé par Lefébure. Il n’est jamais paru, et les dessins des Beaux-Arts sont sans doute les seuls témoignages de ce projet avorté.

Tombeaux de Thèbes et de Memphis

  • 76  Gaston Maspero, « Trois années de fouilles dans les tombeaux de Thèbes et de Memphis », MMAF vol.  (...)

30Des planches gravées à partir des dessins de Bourgoin dans les Mémoires de la Mission archéologique française au Caire, il en existe pourtant quelques-unes. Dans le premier volume de la série, elles illustrent les travaux de la mission entre 1881 et 1884, publiés par Maspero sous le titre « Trois années de fouilles dans les tombeaux de Thèbes et de Memphis76 ». De ces neuf planches, le fonds des Beaux-Arts conserve plusieurs étapes préliminaires : pour quelques éléments finalement publiés, Bourgoin a au préalable réalisé de nombreuses études et documents de mise en place. La comparaison avec les gouaches du Louvre révèle la chaîne opératoire, de l’esquisse à la gravure.

  • 77  Gaston Maspero, op. cit. (note 76), p. 199, pl. I, II, III (A-E), IV et VIII. La tombe est mention (...)
  • 78  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0058 et 0059.
  • 79  E 33125. Elle correspond à la planche I du MMAF.
  • 80  Pour la planche II du MMAF : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0 (...)
  • 81  Nous souhaitons ici remercier vivement Mélanie Salitot, doctorante, pour les précisions qu’elle a (...)

31La tombe de Khoubaou, découverte en avril 1883 à Saqqara77, est particulièrement bien documentée : sur deux feuillets des Beaux-Arts78, les colliers, coffres et vases disposés en frises d’objets sont tracés au crayon, accompagnés des annotations familières à Bourgoin pour restituer la polychromie (fig. 6). Sur la gouache du Louvre79, la mise en couleurs est restée inachevée (fig. 7). Ces détails nous fournissent des informations exceptionnelles sur les préliminaires à la gravure : les études de Bourgoin sont annotées, enrichies parfois de rehauts au crayon de couleur ; sur les dessins du Louvre, certains éléments uniques sont soulignés à la gouache, attestant une étape supplémentaire80, destinée au graveur qui transformera ensuite le travail en planche81.

6. Photomontage de deux dessins de Jules Bourgoin, Tombe de Khoubaou, Saqqara.

6. Photomontage de deux dessins de Jules Bourgoin, Tombe de Khoubaou, Saqqara.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0059 ; 7901-0058.

7. Jules Bourgoin, Tombe de Khoubaou, Saqqara.

7. Jules Bourgoin, Tombe de Khoubaou, Saqqara.

Source : Paris (France), musée du Louvre, département des Antiquités égyptiennes, E 33125.

  • 82  Gaston Maspero, op. cit. (note 76), p. 196-199 ; pl. VI et VII. La tombe est citée dans PM III2, p (...)
  • 83  Dessins EBA 7901-0131 et 132, planche du Louvre E 33123, qui correspondent à la planche VI du MMAF(...)
  • 84  Études des Beaux-Arts : EBA 7901-0214 à 0217, la planche E 33129 du Louvre correspond à la partie (...)

32Une autre tombe, celle de Pépi-Néni, découverte également à Saqqara82, fait l’objet d’une étude où la polychromie est partiellement restituée à l’aide de hachures de couleur, tandis que le dessin conservé au Louvre est quasiment identique à la gravure finale83 ; une frise d’objets complète nous est aussi connue par des études colorées au crayon puis par la gouache du Louvre, visiblement la plus achevée84.

  • 85  Outre les tombes déjà mentionnées, la tombe de Sokariemterf, PM III2, p. 687. Les dessins des Beau (...)
  • 86  TT 314, 11e dynastie, PM I1, p. 389.
  • 87  Les dessins représentant la tombe de Hor-hotep dans la collection des Beaux-Arts portent les numér (...)
  • 88  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0078, 7901-0191 et 0193.
  • 89  Emil (ou Émile) Brugsch pacha (1842-1930).

33Bourgoin a en outre effectué des relevés très complets de plusieurs autres tombeaux et sarcophages mentionnés dans ce rapport85, comme la tombe d’Hor-hotep86 dont la chambre funéraire, découverte en 1883, a été transportée au musée de Boulaq87. La légende de certains de ces dessins, « Thèbes-Musée de Boulak », pourrait bien indiquer que le dessinateur a essentiellement travaillé au musée. La paroi est du sarcophage de Dagi et sa corniche caractéristique ont les honneurs d’une page indépendante : l’ornementation de la fausse porte, typique des enveloppes funéraires et des tombes des époques les plus anciennes, semble avoir beaucoup intéressé Jules Bourgoin, qui en livre différentes études, dessinées d’après plusieurs exemples88. Pourtant, ces dessins sont supplantés dans la publication par des photographies d’Emil Brugsch89.

  • 90  Lettre de Gaston Maspero à Louise Maspero datée du 16 décembre 1883, transcrite par Élisabeth Davi (...)
  • 91  Lettre de Gaston Maspero à Louise Maspero datée du 27 janvier 1885, Élisabeth David (dir.), Gaston (...)

34Leur absence est-elle due au retard proverbial de Bourgoin ? Maspero écrit en effet à sa femme Louise : « J’ai réussi à lui arracher les dessins à l’attention de Leroux : c’est un effort de diplomatie dont je ne suis pas peu fier90. » Ravi du résultat, il écrira à Louise après la sortie du volume : « Le second fascicule de l’École a paru, avec les planches de Bourgoin et la musique du petit Loret. […] Le volume a fait sensation à l’Institut et fait sensation ici. Il m’a coûté beaucoup de peine à mettre sur pied mais il réussit et c’est l’important91 ».

Bourgoin en société

  • 92  Lettre de Gabrielle Rhoné à Fanny Baudry datée du 22 février 1884, collection particulière.
  • 93  Jean Capart, op. cit. (note 76), 1936, p. 212. Wilbour écrit : « Bourgoin (…) was in ferocious hum (...)

35La présence de Bourgoin au sein de la Mission est l’opportunité d’en apprendre un peu plus sur le personnage. Ses collègues qui le côtoient quotidiennement le mentionnent parfois dans leurs échanges épistolaires, comme Maspero dans ses lettres à sa femme, Arthur-Ali Rhoné, Ambroise Baudry ou encore Wilbour. Ceux-ci ne sont pas avares de remarques sur le caractère ombrageux de leur compagnon. Les moments où cet « ennemi du genre humain92 » ne tempête pas semblent rares, à en croire Wilbour dans ses lettres93.

  • 94 Voir particulièrement la lettre d’Ambroise Baudry à Arthur Rhoné datée du 27 décembre 1897, Le Cair (...)
  • 95  La mission est entre temps passée sous la direction d’Eugène Grébaut (1846-1915), d’octobre 1883 à (...)
  • 96  Lettre d’Ambroise Baudry à Fanny Baudry datée du 3 mars 1884, collection particulière.
  • 97  Lettre de Gaston Maspero à Louise, datée du 16 décembre 1883, Élisabeth David (dir.), op. cit. (no (...)

36Ses amis l’amadouaient par une bienveillance teintée d’ironie à son égard ; la correspondance de Baudry à Rhoné, en particulier, montre que Bourgoin comptait parmi leurs proches94. Maspero, en revanche, n’est pas tendre avec le dessinateur, et les difficultés des débuts ne s’arrangent guère avec le temps. Les tensions sont vives entre les deux hommes, et en mars 1884, Baudry qui accompagne Maspero95 dans son inspection annuelle écrit à sa femme : « Il est toujours comme en crise ce bon Bourgoin et je ne sais comment le hasard a pu réussir à associer même pour un court temps, dans une œuvre commune, deux caractères aussi dissemblables que le sien et celui de son ex-directeur. » Il poursuit : « Aussi vivent-ils dans une contradiction tendue qui ne contribue que très médiocrement à l’agrément de la vie commune. Ce sont deux coqs qui battent de l’aile et se sautent sans cesse à la crête96. » L’incompatibilité de caractère des deux hommes est manifeste, et les tensions sont peut-être aggravées par le fait que Baudry et Rhoné n’apprécient guère Maspero, en qui ils ne voient qu’un « substitut de Mariette ». Le seul point d’entente entre les deux hommes est peut-être Louise, l’épouse de Maspero, que Bourgoin semble beaucoup apprécier : « Bourgoin, le croirais-tu, s’intéresse vraiment à toi, et ne cesse de me demander de tes nouvelles97. »

  • 98  Lettre de Jules Bourgoin à Xavier Charmes datée du 24 octobre 1884, Paris (France), Archives natio (...)

37Bien que Maspero soit renommé pour sa patience, les deux hommes finissent par se brouiller plus gravement : durant l’année 1884, une sombre histoire de bouteilles de bière met le feu aux poudres98 et le 15 septembre 1884, Bourgoin est relevé de ses fonctions : c’est Albert Gayet qui prendra dès lors sa place en tant que dessinateur au sein de « l’École du Caire ».

Des projets inaboutis

  • 99  Par exemple, certains motifs de la tombe de Ramsès III (KV 11) en EBA 7901-0123 et 0124, ou le har (...)
  • 100  Lettre datée du 14 mars 1884. Travels in Egypt (December 1880 to May 1891). Letters of Charles Edw (...)

38Si la correspondance administrative ne plaide pas en faveur d’un grand entrain de Jules Bourgoin dans ses travaux sur l’Égypte pharaonique, les sujets divers des dessins de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris fournissent beaucoup d’études préparatoires à des planches, qui ne furent apparemment jamais publiées. Le dessinateur s’en défendra auprès de Charmes après son éviction de la mission : « Vous me reprochez, et j’y suis sensible de par votre bienveillance à mon égard, d’être ardent à commencer un travail, mais aussitôt fait de l’abandonner… Je ne suis pas le seul coupable : j’ai mis souvent des planches sur pied mais qui ne mènent à rien ». Quelques-uns des croquis des Beaux-Arts permettent en effet d’affirmer que Bourgoin a beaucoup dessiné dans la nécropole thébaine99, où son travail est aussi confirmé par Wilbour en 1884100.

  • 101  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 13, 4, 1 à 12.
  • 102  Victor Loret « Le tombeau de l’Am-xent Amenhotep », MMAF I, fasc. 1, 1889, p. 23-32, pl. I.

39Les plus beaux vestiges de ces études sont probablement les douze calques conservés à l’INHA101. Ils nous livrent le relevé iconographique d’une partie de la tombe thébaine d’un certain Amenhotep (fig. 8), découverte par Maspero en février 1883 ; elle fit l’objet d’une brève publication dans les MMAF102. Les calques étaient probablement voués à illustrer une publication plus conséquente de Loret, qui ne parut, elle non plus, jamais. Si les parois relevées par Bourgoin étaient en excellent état, le reste de la tombe semblait, quant à lui, beaucoup moins bien conservé.

8. Jules Bourgoin, Tombe thébaine découverte en 1883, détail du visage d’Amenhotep.

8. Jules Bourgoin, Tombe thébaine découverte en 1883, détail du visage d’Amenhotep.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 13, 4.

  • 103  Tombe C1 au nom d’Amenhotep, XVIIIe dynastie, règne d’Aménophis III, PM I1, p. 456.
  • 104  Ces calques sont à l’étude et feront l’objet d’une publication par É. David et A.-H. Perrot.

40Cette tombe thébaine est aujourd’hui perdue. Elle n’était déjà plus localisée dans la liste de Bertha Porter et Rosalind Moss en 1960103. Les calques de l’INHA, qui restituent les scènes de manière extrêmement détaillée (fig. 9), fournissent aujourd’hui le témoignage inestimable d’un monument probablement disparu104.

9. Jules Bourgoin, Tombe thébaine découverte en 1883, détail du singe sous le siège de l’épouse d’Amenhotep.

9. Jules Bourgoin, Tombe thébaine découverte en 1883, détail du singe sous le siège de l’épouse d’Amenhotep.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 13, 4.

  • 105  Lettre de Gaston Maspero à Xavier Charmes datée du 6 avril 1885, AN, F17 2930 (pièce 41).

41Quant à Maspero, peut-être sa puissance de travail, sa rapidité d’exécution de multiples projets – tant admirées de ses pairs – n’ont pas été étrangères à la mise à l’écart d’une partie des travaux de Bourgoin. En effet, l’égyptologue a-t-il eu la patience d’attendre le travail du dessinateur, perpétuellement retardé par sa « nature hésitante » (Charmes) ? Maspero se félicite d’ailleurs rapidement auprès de ce dernier de l’avoir remplacé, en ces termes : « Gayet nous dédommage par son habileté et sa bonne tenue de Bourgoin105. »

  • 106  Paris (France), Bibliothèque de l’Institut de France, correspondance de Gaston Maspero et Raoul de (...)
  • 107 Ibid., ms. 4042, folio 16.

42Malgré tout, c’est Maspero qui le recommandera à Raoul de Saint-Arroman, chargé d’organiser l’espace dévolu aux travaux de l’École du Caire à l’Exposition universelle de 1889106. Bourgoin fournira pour l’occasion onze dessins, dont deux ont pour sujet l’Égypte ancienne : deux bas-reliefs, l’un du temple de Deir el-Bahari (fig. 10), l’autre d’un temple d’Abydos107.

10. Jules Bourgoin, Souverains du pays de Pount, relief provenant du temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari, aujourd’hui au Musée égyptien du Caire.

10. Jules Bourgoin, Souverains du pays de Pount, relief provenant du temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari, aujourd’hui au Musée égyptien du Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0165.

43Avec l’ajournement de sa mission permanente à l’École du Caire, c’est la relative sécurité financière de Bourgoin qui s’envole. Par la suite, il n’aura de cesse de solliciter aides et financements, et c’est finalement poussé par le besoin qu’il vendra une partie de ses œuvres en 1892 et 1893. Hormis celles que nous pouvons précisément dater par recoupement avec les découvertes archéologiques et avec les planches publiées dans les Mémoires de la Mission, certaines pages de Jules Bourgoin sont de l’ordre du croquis ou de l’esquisse, davantage que du dessin. Il est beaucoup plus difficile de les dater avec précision, et nous devons nous contenter d’une fourchette chronologique allant de 1880 à 1884, de sa première mission au côté de Mariette à son éviction de l’École. Cet événement, exception faite des planches fournies à l’Exposition universelle en 1889 et peut-être produites plus tôt, semble clore définitivement l’histoire commune de Bourgoin et de l’égyptologie.

44Contrairement à l’ornement arabe, l’art égyptien n’intéressait manifestement guère le théoricien. Son temps passé à la Mission paraît en effet plutôt consacré à poursuivre ses travaux sur son sujet de prédilection, et ce sont les obligations de service qui l’ont porté vers l’Égypte antique, davantage qu’un attrait pour les motifs égyptiens. Qu’il se soit intéressé à ce domaine ou non est d’ailleurs aujourd’hui sans importance à nos yeux, tant la qualité du travail est exceptionnelle. Les mots admiratifs de Mariette sont sans doute le plus bel hommage rendu à ses dessins. Bien plus que des relevés archéologiques, ils sont des copies d’une extraordinaire qualité. Là où la plupart des dessinateurs laissent transparaître leur propre style graphique, c’est presque le trait des Égyptiens que Bourgoin nous restitue.

Notes

1  Extrait d’une lettre d’Auguste Mariette, s. d., collection particulière, cité par Élisabeth  David, « Égypte pharaonique » inJules Bourgoin 1838-1908. L’obsession du trait, catalogue d’exposition (Paris, Institut national d’histoire de l’art, 20 novembre 2012-12 janvier 2013), Paris : INHA, 2012, p. 32.

2  Voir les archives de la direction des Beaux-Arts, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2124 datées de 1892-1893 ayant trait à cette acquisition. Nous remercions chaleureusement Mercedes Volait qui nous a transmis de nombreux éléments d’archives de la direction des Beaux-Arts, des Archives nationales et des archives scientifiques de l’IFAO. Sauf mentions contraires, celles citées dans cet article ont été réunies par ses soins.

3 http://www.ensba.fr/ow2/catzarts/index.xsp. Consulté le 29 juin 2014.

4  Lettres de Jules Bourgoin au ministère de l’Instruction publique, 29 novembre 1873 et janvier 1877 : Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941. Le détail de la mission de Jules Bourgoin est mentionné dans une lettre du ministère des Affaires étrangères au ministère de l’Instruction publique datée du 9 octobre 1873 (Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284-2). Voir Maryse Bideault, « Jules Bourgoin, artiste et savant », supra, p. 21-42.

5  À titre d’exemple, les statues de Rahotep et Nofret figurées sur un carnet de dessin conservé à la bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art (Arch. 67, 10, 8, carnet no 34) furent découvertes à Meïdoum en 1871 ; de même, le sarcophage de Dagi, et la tombe de Hor-hotep furent mis au jour par la Mission archéologique française dirigée par Gaston Maspero en 1883.

6  Jules Balteau, Marius Barroux, Jean-Charles Romand’Amat, Michel Prévost, Henri Tribout de Morembert, Jean-Pierre Lobies, Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, tome 6, 1954, p. 1498.

7  Lettre du 26 octobre 1866 de la surintendance des Beaux-Arts à Viollet-le-Duc, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284-2.

8  Lettre de M. Shefer (École des langues orientales) à Jules  Bourgoin, 29 juin 1874, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941, pièce n9 ter.

9  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941, pièce n31 : « La part des circonstances extérieures est que le temps a généralement été mauvais, que la pluie et la neige m’ont contraint de me réfugier en Égypte de Janvier à Mars (…) ».

10  L’homme qui dirigera un jour le département des Antiquités égyptiennes du Louvre a commencé par étudier aux Beaux-Arts l’architecture, l’art et le dessin. Dès son retour de mission, il obéit à sa nouvelle vocation, s’inscrit à l’École pratique des hautes études, et reviendra au Caire en 1887-1888, en tant que membre de la MAF. Sur Georges Aaron Bénédite (1857-1926), voir M. L. Bierbrier (dir.), Who was who in Egyptology ? [4e éd. rév.], Londres : Egypt Exploration Society, 2012, p. 53-54.

11  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284-2. Il faut probablement voir derrière le « ministère de l’Instruction publique » Xavier Charmes (1849-1919). En effet, Xavier Charmes entre au ministère de l’Instruction publique dès 1872 en qualité de secrétaire du député Agénor Bardoux (1829-1897) puis devient son chef de cabinet lorsque Bardoux occupe le poste de ministre de 1877 à 1879. Xavier Charmes dirige alors la section des Sciences et Lettres et s’occupe particulièrement des missions scientifiques à l’étranger. Il reste au ministère après le départ de Bardoux et la direction de la compatibilité est ajoutée à ses fonctions. Voir Ève Gran-Aymerich, Dictionnaire biographique d’archéologie (1798-1945) (DBA), Paris : CNRS éditions, 2001, p. 167, référence citée par Éric Gady, Le pharaon, l’égyptologue et le diplomate. Les égyptologues français en Égypte, du voyage de Champollion à la crise de Suez (1828-1956), thèse soutenue en 2005 à l’université Paris IV-Sorbonne, sous la direction du Pr. J. Frémeaux, volume 1, p. 301.

12  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284-2, 12 janvier 1880.

13  Lettre de Victor Duruy à Gaston Maspero, 23 juillet 1880, Paris (France), bibliothèque de l’Institut de France, ms. 4015, folio 458.

14  EBA 7901-0220, EBA 7901-0223, EBA 7901-0225, EBA 7901-0227 qui trouve son parallèle avec Georges Perrot et Charles Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, Tome premier : l’Égypte, éd. 1911, Paris : Hachette, fig. 165, p. 253.

15  Georges Perrot et Charles Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, Tome premier : l’Égypte, Paris : Librairie Hachette et Cie, 1882.

16  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284-2.

17  Georges Perrot et Charles Chipiez, op. cit. (note 14), éd. 1911, page de garde.

18  Toujours dans la réédition de 1911, il s’agit des planches XI, XIII et XIV.

19  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284-2, 27 octobre 1880.

20  Arthur-Ali Rhoné (1836-1910).

21  Lettre d’Arthur Rhoné à Gaston Maspero, juillet 1880, Le Caire (Égypte), Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0287.

22  Au moins six Ptah-hotep sont propriétaires de mastabas étudiés par Mariette à Saqqara. On est tenté d’identifier le tombeau reproduit à celui, numéroté D.62, dont Mariette vantait « la perfection des sculptures… l’ampleur et l’élégance du style… » (Auguste Mariette, Les Mastabas de l’Ancien Empire. Fragment du dernier ouvrage de A. Mariette publié d’après le manuscrit de l’auteur par G. Maspero, Paris : F. Vieweg, 1889, p. 351-352). Pourtant, il s’agit à peu près certainement du mastaba D.64, voir note suivante.

23  Probablement le Khou-hotep de Mariette. Ce nom est lu aujourd’hui Akhethotep, et au moins deux mastabas de Saqqara sont candidats à l’identification. Le numéro D.64 nous paraît le plus plausible, bien que la publication de Mariette (p. 353) n’en fournisse que le plan et soit muette sur son décor. En effet, ce tombeau est double, et comprend les installations distinctes de deux occupants, Akhethotep et son fils Ptah-hotep. Or on sait que Bourgoin a dessiné une partie de la chapelle du Ptahhotep de D.64 : Rosalind L. B. Moss et Bertha Porter, Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs and Paintings (PM), Oxford : Clarendon Press, vol. 3 part. 2, 2e éd. 1979, p. 604 (22). D’ailleurs il s’agit d’un des plus beaux mastabas du site de Saqqara, où sa visite est de nos jours incontournable.

24  Lettre de Jules Bourgoin au sous-secrétariat d’État aux Beaux-Arts, datée du 27 octobre 1880, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284-2.

25  Arrêté du 4 novembre 1879 du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Musée de sculpture comparée, Catalogue des Moulages de sculptures appartenant aux divers centres et aux diverses époques d’art, exposés dans les galeries du Trocadéro, suivi du catalogue des dessins de Viollet-Le-Duc conservés dans la bibliothèque, Paris : Imp. nationale, 1890, p. 5-6.

26  Nous remercions Emmanuelle Polack, chargée de mission et responsable des archives des Monuments français, ainsi que son assistant archiviste, Mickaël Bendali, dont l’aide a été précieuse pour retrouver les éléments liés aux moulages égyptiens.

27 Catalogue des Moulages de sculptures …, op. cit. (note 25), p. 94-95.

28  Musée de sculpture comparée, Catalogue des moulages de sculptures appartenant aux divers centres et aux diverses époques d’art exposés dans les galeries du Trocadéro, Paris : Imp. nationale, 1900, p. 175. La collection égyptienne du musée est à l’étude et fera l’objet d’une prochaine publication.

29  Inventaire dressé après décès les 22, 23, et 25 mai 1908 par l’étude de Me A. Grégoire, notaire à Saint-Julien-du-Sault. Annonce de la vente aux enchères du fonds d’atelier de Jules Bourgoin, 14 juin 1908, Saint-Julien-du-Sault (Yonne), Le Courrier de Joigny, no 22, 30 mai 1908, dans Sébastien Chauffour, « Les archives Bourgoin à la bibliothèque de l’INHA », inJules Bourgoin (1838-1908). L’obsession du trait, op. cit. (note 1), p. 49.

30 Supra note 24.

31  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0194.

32  Élisabeth David, Mariette Pacha 1821-1881, Paris : Pygmalion, 1994 « Bibliothèque de l’Égypte ancienne », p. 259-260.

33  Lettre de Jules Bourgoin au sous-secrétariat des Beaux-Arts datée du 27 octobre 1880, AN, F21 2284-2.

34  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0228 à 0231. Il s’agit du Mastaba D.60, 5e dynastie, Saqqara. Auguste Mariette, op. cit. (note 22), p. 340-348. PM III2, p. 593-595. Ces éléments sont aujourd’hui au musée de Leyde (inv. F. 1904/3.1). Bourgoin indique en légende « Ptah hotep ». Nous remercions Renaud Pietri dont le concours fut précieux pour rectifier cette erreur du dessinateur.

35  Georges Perrot et Charles Chipiez, op. cit. (note 14), p. 807, pl. XIII et XIV. PM III2, p. 604 (22).

36  Auguste Mariette, op. cit (note 22).

37  Lettre de Gaston Maspero à Xavier Charmes datée du 20 novembre 1881, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce no 84.

38  Voir Éric Gady, op. cit. (note 11), vol. 1, p. 311-322.

39  Rapport de Gaston Maspero daté du 20 septembre 1881 sur « l’institut archéologique du Caire », transcrit dans son intégralité par Élisabeth David, Gaston Maspero (1846-1916) le gentleman égyptologue, Paris : Pygmalion, 1999 (Bibliothèque de l’Égypte ancienne), p. 278-290.

40  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 10.

41  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 10, 11 janvier 1881.

42  Urbain Bouriant (1849-1903).

43  Victor Loret (1859-1946).

44  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 15, 5 février 1881.

45  Éric Gady, op. cit. (note 11), vol. 2, annexe 18.

46  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 46.

47  M. L. Bierbrier (dir.), op. cit. (note 10), p. 117.

48  Éric Gady, op. cit. (note 11), vol. 1, p. 327-328.

49  Rapport de Gaston Maspero daté du 20 septembre 1881. Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 48, p. 72.

50  Lettre d’Eugène Lefébure à Gaston Maspero, 20 février 1881. Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 4026, folio 59.

51  Lettre de Gaston Maspero à Xavier Charmes datée du 12 mai 1881, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930-I, folio 30. Référence citée par Éric Gady, op. cit. (note 11), vol. 1, p. 333, note 6.

52  Philippe Virey, « Notice biographique d’Eugène Lefébure », Bibliothèque égyptologique, tome 34, Paris, 1910, p. XXXIX.

53  Voir par exemple Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0137, 0141, 0156, 0158, 0167-0168 et 0170.

54  Les propos de Loret sont rapportés par René Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux de Gaston Maspero », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 61, no 6, 1917, p. 18-19.

55  Lettre d’Eugène Lefébure à Xavier Charmes datée du 10 juin 1881, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 32, ainsi que le rapport de Gaston Maspero daté du 20 septembre 1881. Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 48, p. 72.

56  Lettre d’Eugène Lefébure à Xavier Charmes datée du 23 décembre 1881, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 91.

57  Donald Malcolm Reid, Whose Pharaohs ? Archaeology, museums and Egyptian national identity from Napoleon to World War I, Berkeley, CA ; Los Angeles, CA ; London : University of California Press, 2002, p. 224.

58  Voir par exemple la lettre de Jules  Bourgoin à Xavier Charmes, datée de septembre 1882, Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2930 (1), pièce 115.

59  Le départ de Bourgoin est mentionné le 21 juin 1882, dans une lettre d’Emil Brugsch à Gaston Maspero, Paris, bibliothèque de l’Institut de France, ms. 4008, folio 52.

60  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0195, 0196, 0198, 0199 et 0200. La publication de Maspero comporte effectivement des plans et coupes cotés, sans précision de l’auteur : Recueil de Travaux relatifs à la philologie et à l’archéologie égyptiennes et assyriennes 3, 1882, pl. face à la p. 177 (Ounas) ; RT 5, 1884, pl. face à la p. 2 (Téti), et pl. face à la p. 158 (Pépi Ier) ; RT 9, 1887, p. 179 (Mérenrê) ; RT 12, 1892, p. 55.

61  Lettre d’Eugène Lefébure à Gaston Maspero datée du 30 décembre 1881, Paris (France), bibliothèque de l’Institut de France, ms. 4026, folio 72 et suivant.

62  Rapport de Gaston Maspero daté du 20 septembre 1881 sur « l’institut archéologique du Caire », transcrit dans son intégralité par Élisabeth David, op. cit. (note 39), 1999, p. 278-290. La question de la publication des travaux est spécifiée p. 286.

63  Eugène Lefébure, « Les Hypogées royaux de Thèbes », Mémoires de la Mission archéologique française au Caire (MMAF), vol. 2-3, 1886-1889. Le volume 2, entièrement consacré à Séthi 1er, est assorti de 136 planches autographiées Ch. Chédiac, del. & Autog.

64  Eugène Lefébure, op. cit. (note 63), vol 2, p. 16.

65  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0103 à 0111, EBA 7901-0232 et 0233.

66  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0103 et 0104.

67  Eugène Lefébure, op. cit. (note 63), 1886, p. 22-23.

68  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0109.

69  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0110.

70  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0232 et 0233.

71 Travels in Egypt (December 1880 to May 1891). Letters of Charles Edwin Wilbour, Brooklyn, NY : Brooklyn Museum, 1936, p. 212-213, édité par Jean Capart.

72  Lettre d’Eugène Lefébure à Gaston Maspero, 24 février 1883, Paris, bibliothèque de l’Institut de France, ms. 4026, folio 87.

73  Lettre d’Eugène Lefébure à Gaston Maspero datée du 23 mai 1883, Paris, bibliothèque de l’Institut de France, ms. 4026, folio 89. Outre sa publication dans les MMAF, la première division des « Hypogées royaux de Thèbes » est publiée dans le 9e tome des Annales du Musée Guimet, qui correspond au volume II des MMAF.

74  Lettre d’Eugène Lefébure à Gaston Maspero datée du 1er novembre 1883, AN, F17 2930 (2), pièce 68.

75  Lettre de Jules Bourgoin à Xavier Charmes datée du 4 janvier 1885, AN, F17 2930 (3), pièce 10.

76  Gaston Maspero, « Trois années de fouilles dans les tombeaux de Thèbes et de Memphis », MMAF vol. 1 fasc. 2, Paris, 1885, p. 133-242, pl. I-IX.

77  Gaston Maspero, op. cit. (note 76), p. 199, pl. I, II, III (A-E), IV et VIII. La tombe est mentionnée dans PM III2, p. 685. La présence de la mission à Saqqara est en outre mentionnée dans la correspondance d’Ambroise Baudry à Arthur Rhoné, lettre datée du 12 avril 1883, Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0011.

78  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0058 et 0059.

79  E 33125. Elle correspond à la planche I du MMAF.

80  Pour la planche II du MMAF : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0057, et la planche du Louvre portant le numéro E 33126 ; de même, les études de la planche III sont les dessins EBA 7901-0063 et 0071, et la gouache du Louvre E 33127 ; la planche IV correspond aux dessins jointifs EBA 7901-0060 et 0072, tandis que la table d’offrandes figure sur la planche E 33128 du Louvre où sa mise en couleurs est quasiment achevée.

81  Nous souhaitons ici remercier vivement Mélanie Salitot, doctorante, pour les précisions qu’elle a pu nous apporter sur la technique de la gravure dans le cadre de l’édition au xixe siècle.

82  Gaston Maspero, op. cit. (note 76), p. 196-199 ; pl. VI et VII. La tombe est citée dans PM III2, p. 686.

83  Dessins EBA 7901-0131 et 132, planche du Louvre E 33123, qui correspondent à la planche VI du MMAF.

84  Études des Beaux-Arts : EBA 7901-0214 à 0217, la planche E 33129 du Louvre correspond à la partie droite de la planche VII du MMAF.

85  Outre les tombes déjà mentionnées, la tombe de Sokariemterf, PM III2, p. 687. Les dessins des Beaux-Arts EBA 7901-0070 et 0073 correspondent respectivement à la planche Va et Vb de la publication, tandis que le sarcophage de Dagi, aujourd’hui conservé au Musée égyptien du Caire (CG 28023) et provenant de la TT103 (PM I1, p. 216-217), est représenté par les dessins EBA 7901-0115 à 0120. Une partie de sa paroi orientale figure pl. IX du MMAF.

86  TT 314, 11e dynastie, PM I1, p. 389.

87  Les dessins représentant la tombe de Hor-hotep dans la collection des Beaux-Arts portent les numéros d’inventaire EBA 7901-0077 à 0091, 7901-0121 et 0122, enfin 7901-0133 et 0134.

88  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0078, 7901-0191 et 0193.

89  Emil (ou Émile) Brugsch pacha (1842-1930).

90  Lettre de Gaston Maspero à Louise Maspero datée du 16 décembre 1883, transcrite par Élisabeth David, Gaston Maspero, Lettres d’Égypte : correspondance avec Louise Maspero, 1883-1914, Paris : Seuil, 2003, p. 27.

91  Lettre de Gaston Maspero à Louise Maspero datée du 27 janvier 1885, Élisabeth David (dir.), Gaston Maspero, Lettres d’Égypte…, op. cit. (note 90), p. 99.

92  Lettre de Gabrielle Rhoné à Fanny Baudry datée du 22 février 1884, collection particulière.

93  Jean Capart, op. cit. (note 76), 1936, p. 212. Wilbour écrit : « Bourgoin (…) was in ferocious humour because he generally is ».

94 Voir particulièrement la lettre d’Ambroise Baudry à Arthur Rhoné datée du 27 décembre 1897, Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0096.

95  La mission est entre temps passée sous la direction d’Eugène Grébaut (1846-1915), d’octobre 1883 à 1886. M. L. Bierbrier (dir.), op. cit. (note 10), p. 223.

96  Lettre d’Ambroise Baudry à Fanny Baudry datée du 3 mars 1884, collection particulière.

97  Lettre de Gaston Maspero à Louise, datée du 16 décembre 1883, Élisabeth David (dir.), op. cit. (note 90), p. 33.

98  Lettre de Jules Bourgoin à Xavier Charmes datée du 24 octobre 1884, Paris (France), Archives nationales, F17 2930 (2).

99  Par exemple, certains motifs de la tombe de Ramsès III (KV 11) en EBA 7901-0123 et 0124, ou le harpiste de la tombe d’Amenemhat (TT82-Cheikh Abd el-Gourna) en EBA 7901-0135.

100  Lettre datée du 14 mars 1884. Travels in Egypt (December 1880 to May 1891). Letters of Charles Edwin Wilbour, Brooklyn, NY : Brooklyn Museum, 1936, p. 290-291, édité par Jean Capart : « Bourgoin goes accross the river every other day to sketch in the tombs ».

101  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 13, 4, 1 à 12.

102  Victor Loret « Le tombeau de l’Am-xent Amenhotep », MMAF I, fasc. 1, 1889, p. 23-32, pl. I.

103  Tombe C1 au nom d’Amenhotep, XVIIIe dynastie, règne d’Aménophis III, PM I1, p. 456.

104  Ces calques sont à l’étude et feront l’objet d’une publication par É. David et A.-H. Perrot.

105  Lettre de Gaston Maspero à Xavier Charmes datée du 6 avril 1885, AN, F17 2930 (pièce 41).

106  Paris (France), Bibliothèque de l’Institut de France, correspondance de Gaston Maspero et Raoul de Saint-Arroman, ms. 4042, folio 10 à 16 ; 18 à 29, 33.

107 Ibid., ms. 4042, folio 16.

Table des illustrations

Titre 1. Photomontage de quatre dessins de Jules Bourgoin, Paroi nord de la tombe de Hor-hotep, découverte à Thèbes. Aujourd’hui au Musée égyptien du Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0084 ; 7901-0083 ; 7901-0082, 7901-0085.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7023/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 2. Jules Bourgoin, Statues du musée de Boulaq, Le Caire, étude pour G. Perrot et Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. 1 L’Égypte, 1882.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0223.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7023/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 3. Jules Bourgoin, Pyramide de Djéser et maison de Mariette, Saqqara.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0194.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7023/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 4. Jules Bourgoin, Croquis cotés de plusieurs pyramides de l’Ancien Empire, Saqqara.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0199.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7023/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre 5. Photomontage de deux dessins de Jules Bourgoin, Tombe de Séthi Ier, Vallée des Rois.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0103 ; 7901-0104.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7023/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre 6. Photomontage de deux dessins de Jules Bourgoin, Tombe de Khoubaou, Saqqara.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0059 ; 7901-0058.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7023/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 7. Jules Bourgoin, Tombe de Khoubaou, Saqqara.
Crédits Source : Paris (France), musée du Louvre, département des Antiquités égyptiennes, E 33125.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7023/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 8. Jules Bourgoin, Tombe thébaine découverte en 1883, détail du visage d’Amenhotep.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 13, 4.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7023/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 9. Jules Bourgoin, Tombe thébaine découverte en 1883, détail du singe sous le siège de l’épouse d’Amenhotep.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 13, 4.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7023/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 10. Jules Bourgoin, Souverains du pays de Pount, relief provenant du temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari, aujourd’hui au Musée égyptien du Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0165.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7023/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

Auteurs

Élisabeth David, docteur en égyptologie, chargée d'études documentaires, responsable de la documentation du chantier de fouilles de Mouweis (Soudan) et correspondante-archives au département des Antiquités égyptiennes du Louvre, a publié les biographies des égyptologues Auguste Mariette et Gaston Maspero, et édité la correspondance de ce dernier avec son épouse.
Anne-Hélène Perrot, doctorante en égyptologie, chargée de cours à l'École de Louvre, a collaboré avec le musée du Louvre (expositions), en Égypte avec le Centre fanco-égyptien d'étude des temples de Karnak et la mission archéologique de Kom el-Hettan (documentation). Au Liban, elle travaille sur la partie égyptienne du fonds photographique de la Collection Fouad Debbas.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search