Version classiqueVersion mobile

De l’Orient à la mathématique de l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908)

 | 
Maryse Bideault
, 
Estelle Thibault
, 
Mercedes Volait

En Italie et en Grèce sur les traces de l’ornement classique

Maryse Bideault

Texte intégral

  • 1  Jules Bourgoin, Théorie de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1873, Introduction, p. X.
  • 2  Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français (...)

1C’est l’impérieuse nécessité revendiquée par Jules Bourgoin de se confronter aux œuvres d’art sur place qui le détermine, alors qu’il est absorbé par la rédaction de la Théorie de l’ornement (1873), à se rendre en Italie et en Grèce sur les traces de l’art antique. Il lui manque, pour étayer sa démonstration et pour « noter et signaler expressément un certain nombre de particularités déduites d’un examen comparatif des différentes œuvres d’art à nous connues1 », des exemples tirés de l’Antiquité classique autres que ceux qu’il aurait copiés dans des ouvrages plus anciens, d’après des recueils d’ornements ou d’œuvres et objets vus et dessinés dans des musées selon une pratique préconisée à l’École des beaux-arts. Et parce que cet art ne peut manquer de figurer dans son ouvrage, il entreprend, entre début décembre 1868 et février 1869, un périple que l’on peut qualifier de Petit Tour par opposition au Grand Tour que les élites européennes accomplissaient au xviiie siècle. Par la spécificité de ses intérêts, Bourgoin échappe aussi au « stéréotype du touriste pressé et conquérant qui s’est substitué, tout au long du xixe siècle, au voyageur du siècle précédent2 ».

2C’est parce qu’il a été appelé à Alexandrie d’Égypte, dès 1863, pour surveiller les travaux de rénovation du consulat français, que Jules Bourgoin n’a pas eu l’occasion, ou les moyens, de voyager en Italie et en Grèce comme beaucoup d’architectes et d’artistes sortis de l’École des beaux-arts en même temps que lui. Une seconde mission au Proche-Orient lui ayant été refusée en octobre 1866 en raison de l’état des crédits du ministère de l’Instruction publique, cette fois-ci Bourgoin ne sollicite pas l’administration.

  • 3  Jules Bourgoin, Théorie…, op. cit. (note 1), Introduction, p. IX ; Planche 23. – « Dispositions pa (...)
  • 4  Carnets no 13, 14 et 15, Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, (...)

3Ce que nous savons d’un voyage de Bourgoin dans ces deux berceaux de l’art antique est tiré de l’introduction de sa Théorie de l’ornement : « Pendant un séjour de quelques années en Orient, en Grèce et en Italie, nous y avons recueilli un grand nombre de matériaux lesquels analysés et disséqués nous ont amené insensiblement à étendre nos observations, à élargir notre terrain, en soumettant à la même analyse quantité d’autres matériaux disséminés dans les musées et dans les livres3. » Mais aussi du fonds Bourgoin de l’Institut d’art et d’archéologie qui renferme quatre carnets de dessins et croquis réalisés sur place4 ainsi que des notes éparses.

4Seuls deux carnets, semblables par leur taille – 21,5 × 13,5 cm – et leur couverture toilée bise, mais dont un seul offre des pages bistres et bleues que le dessinateur semble délaisser, illustrent le périple italien en 199 feuillets dessinés au crayon. À son habitude, Jules Bourgoin a, de sa petite écriture fine, paginé chaque feuillet en haut à droite, mais cette information se révèle insuffisante pour une lecture logique des carnets. Un examen attentif oblige à conclure que le dessinateur n’a pas toujours respecté l’ordre des feuillets, ce qui rend encore plus difficile, et même impossible, une restitution du parcours.

  • 5  La seule mention qui puisse permettre de dater certains des carnets de la première mission est cel (...)

5Contrairement aux nombreux carnets de dessins réalisés en Égypte et en Palestine dans les années 1863-1866, qui sont exempts de toute notation chronologique5, ceux d’Italie portent, en marge de quelques feuillets, de rares mentions de dates : ainsi apprend-on que Jules Bourgoin se trouve à Civitavecchia le 3 décembre (jeudi) et à Naples le 13 décembre (dimanche) 1868, les deux seules localités dont il a laissé une vue (fig. 1). Civitavecchia est le port de débarquement des lignes maritimes depuis Marseille, situé à quelque 80 km au nord-ouest de Rome, le port suivant étant celui de Naples. On peut donc penser que Bourgoin s’est arrêté à Rome entre le 3 et le 13 décembre, comme des indications de voyage portées sur le revers de la couverture d’un des carnets le laissent penser – il y note des adresses d’hôtels ou pensions, de restaurants et cafés, adresses données par les guides et dont certaines étaient réputées pour être fréquentées par les artistes – mais aucun carnet de dessins conservé ne vient le confirmer. Nous n’en savons pas davantage sur un possible séjour à Florence.

1. Jules Bourgoin, Vue de Civitavecchia, 3 décembre 1868.

1. Jules Bourgoin, Vue de Civitavecchia, 3 décembre 1868.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 15.

  • 6  Maryse Bideault, « L’ordre et la forme : remarques sur les carnets de voyage de Jules Bourgoin dan (...)
  • 7  Les dessins faits par Guillaume-Abel Blouet et Félix Duban au musée des Études de Naples, conservé (...)

6Après Civitavecchia, c’est à Naples que Bourgoin signale sa présence le 13 décembre 1868 en signant une vue du Vésuve qui crache encore les laves de l’éruption effusive qui avait débuté le 15 novembre6. Aucun monument de la cité parthénopéenne, aucun paysage de la campagne napolitaine, aucune scène pittoresque n’ont retenu l’attention du dessinateur. Bourgoin visite le Musée national consacré à l’Antiquité classique, installé dans le palais des Études et qui abrite les plus belles pièces découvertes sur les grands sites de fouilles ; il couvre les feuillets de son carnet de relevés d’éléments décoratifs pris d’après les innombrables vases italo-grecs des collections. Comme plusieurs de ses prédécesseurs aux Beaux-Arts, parmi lesquels Guillaume-Abel Blouet qui voyage à Naples, dans ses environs et en Sicile, en 1823-1825 ou bien Félix Duban aux mêmes dates7, il dessine les pièces insignes comme des vasques en marbre (fig. 2) ou encore un vase monumental sculpté de la naissance de Bacchus. Il est d’ailleurs intéressant de mettre en parallèle les dessins respectifs de Blouet, Prix de Rome en 1821, et de Bourgoin, la comparaison témoignant en faveur de celui-ci qui se distingue par la fermeté du trait, par un souci d’observation, par l’attention qu’il porte à l’ornement et au détail. Il en est de même pour un piédestal ou autel que Félix Duban et Bourgoin dessinent tous deux, mais dans une approche très différente, Bourgoin privilégiant la vue rapprochée du décor de guirlande entre deux bucrânes (fig. 3) dans un dessin trahissant une aspiration à la proximité qui permet de saisir la délicatesse de la sculpture magnifiée par le crayon du dessinateur.

2. Jules Bourgoin, Vasque en marbre, musée des Études, Naples.

2. Jules Bourgoin, Vasque en marbre, musée des Études, Naples.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 15.

3. Jules Bourgoin, Bucrânes d’un autel antique, musée des Études, Naples.

3. Jules Bourgoin, Bucrânes d’un autel antique, musée des Études, Naples.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 15.

  • 8  Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe : le trait des entrelacs, Paris : Firmin-Didot & Cie, (...)

7Dans les alentours de Naples, Bourgoin va visiter Pompéi, certainement, Paestum, sûrement, où il se trouve le 28 décembre 1868, et les villes campaniennes d’Amalfi, Ravello et Salerne. Toujours imprégné de la prédominance des « involutions géométriques plus ou moins distinctes ou mêlées, et construites avec symétrie8 » de l’art arabe, il est attiré par ce qui est décor géométrique dans l’art médiéval de cette partie de l’Italie. Il dessine suivant une technique déjà développée dans ses carnets du Caire, quasiment « sténographique », qui privilégie la rapidité d’exécution mais qui est enrichie de suffisamment d’informations pour pouvoir restituer l’ensemble avec exactitude, en particulier en ce qui concerne les couleurs. Ainsi relève-t-il les pavements des églises mais aussi les panneaux à intarsies de marbres et de mosaïques polychromes (fig. 4) qui ornent le mobilier liturgique – ambons, pupitres, chancels – ou encore les candélabres pour cierge pascal tel celui du xiie siècle qui est placé devant l’ambon de l’archevêque Nicola Aiello dans la cathédrale San Matteo de Salerne.

4. Jules Bourgoin, Relevé d’éléments de mosaïques, Campanie.

4. Jules Bourgoin, Relevé d’éléments de mosaïques, Campanie.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 14.

  • 9  Wilhelm Johann Karl Zahn, Ornamente aller klassischen Kunstepochen nach den Originalen in ihren ei (...)
  • 10  Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen. Gesammelt, gezeichnet und mit erläuterndem Texte (...)

8Dans cette application méthodique à décomposer pour recomposer, à scruter toutes les possibilités d’arrangement, de combinaison et de permutation des éléments d’un tout, Bourgoin est totalement à son aise. Son intention n’est pas de publier des relevés de ces mosaïques : d’autres l’ont déjà fait, partiellement comme Johann Karl Wilhelm Zahn en 18439 mais surtout Friedrich Maximilian Hessemer en 184210 dont Bourgoin connaissait la publication puisqu’il en posséda deux planches et qu’il en fit des dessins, accompagnés de légendes en allemand, dans un carnet. En fait, Bourgoin se constitue un répertoire complémentaire de celui qu’il s’était construit d’après les monuments vus, visités et étudiés au Proche-Orient.

9C’est en Sicile que Bourgoin poursuit son périple, l’île qui se trouve sur la route maritime de la Grèce. Trois notes manuscrites indiquent qu’il est à Monreale le 6 janvier 1869, à Palerme le 7 et à Messine le 11. Bourgoin ne va pas sur les traces de la culture islamique dans la Sicile médiévale. Il ne s’attarde pas sur ce qui retient habituellement l’attention des architectes et artistes voyageant en Sicile mais se concentre sur son projet, à savoir accroître le répertoire ornemental qu’il s’est déjà constitué.

10À son habitude, il ne dessine aucune vue perspective d’édifice ; il esquisse, et encore malhabilement, quelques plans d’églises médiévales palermitaines. Il ne montre pas davantage d’intérêt envers les éléments sculptés – portails, transennes, chapiteaux, colonnettes des cloîtres – et encore moins pour tout ce qui est iconique, ignorant totalement la beauté et la richesse des programmes décoratifs de la chapelle palatine et de Santa Maria dell’ Ammiraglio à Palerme ou de la cathédrale Santa Maria Nuova de Monreale, ne retenant que quelques éléments ornementaux, souvent végétaux (fig. 5).

5. Jules Bourgoin, Détails ornementaux, cathédrale Santa Maria Nuova, Monreale.

5. Jules Bourgoin, Détails ornementaux, cathédrale Santa Maria Nuova, Monreale.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9,14.

  • 11  Gioacchino Barbera (dir.), Storie d’acqua e di marmo. Fontane di Messina del Cinquecento e del Sei (...)

11Ce n’est qu’à Messine qu’il dessinera quelques monuments « modernes », comme les deux fontaines majeures de la ville dues à Giovanni Antonio Montorsoli, la fontaine d’Orion et la fontaine de Neptune11, ou encore la chaire en marbre sculptée par Antonio Gagini pour la cathédrale.

12Les pages des deux carnets « italiens » de Bourgoin sont couvertes de dessins exécutés avec une certaine fébrilité, un manque d’assurance dans le trait, une composition flottante qui surprend chez l’artiste et qui tranche par rapport à ses carnets d’Égypte.

13Pas davantage qu’à Alexandrie ou au Caire Bourgoin ne prend la peine de légender ses dessins et plus encore que pour les carnets d’Égypte, l’identification des monuments ou lieux est rendue difficile. Il est vrai que celle de certains feuillets des carnets « égyptiens » est rendue possible par les planches des Arts arabes auxquelles ils avaient servi d’études préparatoires. Des pages italiennes, et contrairement à la moisson qu’il fera en Grèce, Bourgoin tirera finalement assez peu d’éléments pour les planches de la Théorie de l’ornement. Il est vraisemblable que son attention exclusive aux dispositions géométriques des pavements et intarsies médiévales d’Italie du Sud ne vient pas enrichir son répertoire d’exemples significatifs. Il convient d’ajouter que le soin que Bourgoin apporte à la notation des couleurs des éléments les plus infiniment petits – presque jusqu’à la tesselle – avait un but précis : Bourgoin avait toujours à l’idée, quand il envisageait une nouvelle publication, d’offrir le plus grand nombre possible de planches couleur, ce à quoi il devait le plus souvent renoncer pour des raisons de coût.

  • 12  Jules Bourgoin, Théorie…, op. cit. (note 1), Introduction, p. III.
  • 13  Id., Grammaire élémentaire de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1879, p. 5.

14Alors que l’art grec, « si parfait dans sa sobre élégance et sa sévère beauté12 », dont il écrira quelques années plus tard qu’il s’agit de « l’art par excellence, celui de la forme, [qui] s’épanouit pleinement entre ces deux extrémités : la géométrie concrète, qui informe la matière, et la nature naturante, qui l’anime. C’est pour cela que les Grecs sont des plasticiens, et les plus artistes de tous les hommes13 », va lui livrer des exemples tout à fait originaux.

  • 14  Six de ces planches sont conservées dans les collections de l’École nationale supérieure des beaux (...)

15Toutefois, Bourgoin pensera recycler des relevés de mosaïques, intarsies ou incrustations, pavimentales (fig. 6) comme pariétales, réalisés au cours de ce voyage en Italie, pour une publication qui, comme tant d’autres, ne vit pas le jour. Autour de 1877, il envisage un projet de collection périodique, au titre non arrêté qui oscille entre Revue de l’ornement ou Mémorial des arts et qui se proposait d’offrir, au travers de livraisons mêlant planches et textes explicatifs, une véritable bibliothèque de référence. Bourgoin avait prévu, entre autres, un ensemble consacré aux mosaïques byzantines et il est assuré que ce sont les relevés qui figurent sur les feuillets des carnets d’Italie du Sud qui devaient servir d’études préparatoires à ces planches. Sept projets de ces planches couleur subsistent14 parmi les nombreuses œuvres graphiques conservées, dont une seule sera finalement utilisée mais dans une publication tardive, à savoir le Précis de l’art arabe et matériaux pour servir à la théorie et à la technique des arts de l’Orient musulman ([1889]-1892). La planche 16 de la partie consacrée aux Applications (Faïences – Pierres – Marbres), une des rares planches couleur de l’ouvrage, fait voir une composition d’après des mosaïques d’Amalfi, de la chapelle palatine de Palerme, etc. mais sa présence incongrue dans un ouvrage consacré aux arts arabes est justifiée dans l’explication de la planche lorsqu’il écrit que ces mosaïques « ont été données ici pour montrer le contraste de la tonalité chaude et dorée des mosaïques byzantines et de la Sicile, avec la tonalité froide, en clair de lune des mosaïques caïrotes ».

6. Jules Bourgoin, Pavement, Chapelle palatine, Palerme.

6. Jules Bourgoin, Pavement, Chapelle palatine, Palerme.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 3.

  • 15  Jules Bourgoin, Grammaire élémentaire…, op. cit. (note 13), p. 201-202.

16Dans le programme de sa Revue de l’ornement, Bourgoin avait également prévu de consacrer une ou plusieurs livraisons aux ornements grecs – pas seulement « les beaux et simples ornements de l’art grec, les denticules, les oves, les perles, les rais de-cœur, les godrons, etc. Ces ornements de génie, ou ces maîtresses pièces de l’art, [qui] ont leur plus parfaite et plus sobre expression chez les Grecs15 » – pour lesquelles les carnets dessinés en Grèce constituent un possible réservoir iconographique dans lequel il eût pu puiser des modèles.

  • 16  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Douce (...)

17Jules Bourgoin arrive vraisemblablement en Grèce le 14 janvier 1869, un billet d’entrée à l’Acropole lui est délivré le lendemain, billet que Bourgoin a précieusement conservé parmi ses papiers16. Les deux carnets qu’il va remplir de dessins en Grèce – l’un a été acquis à Naples chez « Migliorato Frères marchand de beaux-arts rue Toledo 232 à Naples » comme l’indique l’étiquette – n’offrent aucune mention de date et on ne peut donc que supposer la durée du séjour de l’artiste. Alors que Bourgoin s’était déplacé en Italie, allant de Civitavecchia à Messine, il semble qu’en Grèce il soit resté dans les environs d’Athènes, les carnets ne renfermant que des vues de l’Acropole, de la ville mais aussi du défilé de Daphni par lequel passe la Voie sacrée qui se dirige vers Eleusis avec le monastère byzantin de la Dormition, situé à quelques kilomètres au nord-ouest d’Athènes.

  • 17  A Historic Photographic Grand Tour. Important Daguerreotypes by Joseph-Philibert Girault de Prange (...)
  • 18  Paris (France), musée d’Orsay, inv. F 3457 C 45 299.

18De tous les carnets de dessins de Bourgoin, les carnets de Grèce sont ceux qui offrent le plus de vues perspectives, d’élévations, mais aussi de relevés d’après des reliefs sculptés ou statues en ronde-bosse, comme si l’architecte dessinateur s’était souvenu de sa formation initiale à l’École des beaux-arts et de ses lectures d’ouvrages sur l’architecture classique et l’art antique. Il multiplie les vues de l’Acropole, du Parthénon, de l’Erechtéion et de la tribune des cariatides (fig. 7) mais aussi de l’Olympeion. Il montre aussi de l’intérêt pour une petite église byzantine du xiie siècle à Athènes, la Panagia Gorgoepikoos ou Agios Elefthérios, dite la Petite Métropole, dont la richesse décorative exceptionnelle des panneaux sculptés insérés et disposés symétriquement et harmonieusement dans les murs extérieurs fournit la matière à cinq dessins (fig. 8). Le daguerréotypiste Joseph-Philibert Girault de Prangey, qui portait un regard exceptionnel sur l’architecture, s’était d’ailleurs déjà intéressé à cet édifice en le photographiant en 184217. Un peu plus tard, vers 1860, Louis Boitte en dessinera également la façade18.

7. Jules Bourgoin, Tribune des cariatides de l’Erechteion, Athènes.

7. Jules Bourgoin, Tribune des cariatides de l’Erechteion, Athènes.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 13.

8. Jules Bourgoin, Façade latérale de la Petite Métropole, Athènes.

8. Jules Bourgoin, Façade latérale de la Petite Métropole, Athènes.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 12.

19Les autres feuillets sont couverts de dessins tirés des métopes, frises, chapiteaux des temples, de stèles, de fragments sculptés décontextualisés et difficiles à identifier à quelques rares exceptions près comme cet ornement de l’église de Daphni (fig. 9). Bourgoin porte son attention à la forme que génère l’image de la « nature naturante », en particulier les motifs végétaux travaillés avec une plasticité exceptionnelle.

9. Jules Bourgoin, Ornement de l’église du monastère byzantin, Daphni.

9. Jules Bourgoin, Ornement de l’église du monastère byzantin, Daphni.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 13.

20Nous ne savons rien de la durée du séjour de Jules Bourgoin en Grèce. Il revient en France avec deux carnets bien remplis, alors qu’il a souvent l’habitude de laisser des feuillets vierges de tout croquis. Certains dessins serviront à l’élaboration de plusieurs des 24 planches de la Théorie de l’ornement. Si des œuvres d’art grec dessinées à Athènes viennent enrichir le répertoire iconographique des planches consacrées aux frises, aux grecques, aux tresses ou aux rangées multiples, d’autres exemples tirés de stèles, de vases et de frises sont employés pour illustrer les dispositions palmées de la planche 23 (ils disputent la page aux ornements de proues de dahabiehs dessinés en Basse-Égypte en 1863-1866) mais surtout les dispositions recourbées ou crosses de la planche 24 (fig. 10).

10. Jules Bourgoin, Étude pour la pl. 24 de la Théorie de l’ornement, 1873.

10. Jules Bourgoin, Étude pour la pl. 24 de la Théorie de l’ornement, 1873.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 7.

21Une petite partie seulement des dessins collectés en Italie et en Grèce au cours du périple de 1868-1869 a été utilisée dans les planches gravées en taille-douce de la Théorie de l’ornement, mais comme Jules Bourgoin l’écrit dans son introduction à l’ouvrage : « […] encore une fois, ceci n’est point un recueil d’images rassemblées pour le plaisir des yeux, mais bien un recueil de choses réunies pour la satisfaction de l’esprit. »

Notes

1  Jules Bourgoin, Théorie de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1873, Introduction, p. X.

2  Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu xviiie siècle-début xixe siècle, Rome : École française de Rome, 2008 (Collection de l’École française de Rome, 398).

3  Jules Bourgoin, Théorie…, op. cit. (note 1), Introduction, p. IX ; Planche 23. – « Dispositions palmées. 4, 5, 6, 7, 8. Motifs de l’art grec tirés de vases, de stèles, de frises, etc., à Athènes » et Planche 24. – « Dispositions recourbées. Fig. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9. Cette planche est consacrée entièrement aux dispositions recourbées ou crosses. […]. Ces motifs tirés des stèles, des vases et des frises d’ornements de l’art grec ont été recueillis à Athènes ».

4  Carnets no 13, 14 et 15, Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 13 ; 14 et 15. Carnet no 38, Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 12.

5  La seule mention qui puisse permettre de dater certains des carnets de la première mission est celle de « Appartient à Bourgoin architecte à Alexandrie. Sa mère habite Joigny France ». La date de mort de Victoire Esclavy-Bourgoin en 1872 constitue un terminus ante quem.

6  Maryse Bideault, « L’ordre et la forme : remarques sur les carnets de voyage de Jules Bourgoin dans le Sud de l’Italie en 1868-1869 », Bulletin de l’Association des historiens de l’art italien, n15-16, 2010, p. 178-188.

7  Les dessins faits par Guillaume-Abel Blouet et Félix Duban au musée des Études de Naples, conservés à l’École nationale supérieure des beaux-arts, ont été numérisés et sont accessibles sur http://www.ensba.fr/ow2/catzarts. Consulté le 1er octobre 2017.

8  Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe : le trait des entrelacs, Paris : Firmin-Didot & Cie, 1879, Avant-propos, p. 5.

9  Wilhelm Johann Karl Zahn, Ornamente aller klassischen Kunstepochen nach den Originalen in ihren eigenthümlichen Farben dargestellt von Wilhelm Zahn... Zehn Hefte mit Funfzig Tafeln, Berlin : bei G. Reimer, 1843.

10  Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen. Gesammelt, gezeichnet und mit erläuterndem Texte begleitet von F. M. Hessemer, Professor der Baukunst am Städelschen Kunst-Institute zu Frankfurt am Main. Mit 120 in Farben gedruckten Tafeln, Berlin : bei G. Reimer, 1842.

11  Gioacchino Barbera (dir.), Storie d’acqua e di marmo. Fontane di Messina del Cinquecento e del Seicento, catalogue d’exposition (Messine, Museo regionale, 2003), Messine : La Grafica Editoriale, 2003.

12  Jules Bourgoin, Théorie…, op. cit. (note 1), Introduction, p. III.

13  Id., Grammaire élémentaire de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1879, p. 5.

14  Six de ces planches sont conservées dans les collections de l’École nationale supérieure des beaux-arts (EBA7901-0343, 0344, 0345, 0346, 0347, 0348) et une autre dans le fonds Bourgoin de la Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 11, 2.

15  Jules Bourgoin, Grammaire élémentaire…, op. cit. (note 13), p. 201-202.

16  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 1, 4. La date du 3 janvier qui est inscrite sur le billet se rapporte au calendrier julien alors en vigueur en Grèce, ce qui correspond à la date du 15 janvier selon le calendrier grégorien.

17  A Historic Photographic Grand Tour. Important Daguerreotypes by Joseph-Philibert Girault de Prangey : auction, New York NY, Rockefeller Plaza, Thursday 7 October 2010, lot 13.

18  Paris (France), musée d’Orsay, inv. F 3457 C 45 299.

Table des illustrations

Titre 1. Jules Bourgoin, Vue de Civitavecchia, 3 décembre 1868.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 15.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7020/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 2. Jules Bourgoin, Vasque en marbre, musée des Études, Naples.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 15.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7020/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre 3. Jules Bourgoin, Bucrânes d’un autel antique, musée des Études, Naples.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 15.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7020/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 4. Jules Bourgoin, Relevé d’éléments de mosaïques, Campanie.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 14.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7020/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 5. Jules Bourgoin, Détails ornementaux, cathédrale Santa Maria Nuova, Monreale.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9,14.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7020/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 6. Jules Bourgoin, Pavement, Chapelle palatine, Palerme.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 3.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7020/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre 7. Jules Bourgoin, Tribune des cariatides de l’Erechteion, Athènes.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 13.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7020/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre 8. Jules Bourgoin, Façade latérale de la Petite Métropole, Athènes.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 12.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7020/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 9. Jules Bourgoin, Ornement de l’église du monastère byzantin, Daphni.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 9, 13.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7020/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 10. Jules Bourgoin, Étude pour la pl. 24 de la Théorie de l’ornement, 1873.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 15, 7.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7020/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 835k

Auteur

Maryse Bideault, chercheur associé au laboratoire InVisu (USR 3103 CNRS-INHA), a œuvré à l'inventaire et à l'étude du fonds d'archives Bourgoin de l'INHA. Parallèlement à ce travail, ses recherches et publications ont porté sur l'œuvre de Bourgoin, de Friedrich Maximilian Hessemer, sur Émile Prisse d'Avennes ainsi que sur la topographie monumentale du Caire islamique au travers des collections patrimoniales françaises.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search