Version classiqueVersion mobile

De l’Orient à la mathématique de l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908)

 | 
Maryse Bideault
, 
Estelle Thibault
, 
Mercedes Volait

Compagnonnages dans le milieu des amateurs d’art islamique et des artisans d’Égypte et de Syrie

Mercedes Volait

Texte intégral

  • 1  Jules Bourgoin, Théorie de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1873, p. XI.

1Si la pratique artistique et intellectuelle de Jules Bourgoin fut faite de grande solitude, les liens entretenus avec d’autres amateurs d’art islamique, égyptien ou syrien, n’en furent pas moins substantiels, et orientèrent à l’évidence ses études. Son goût pour la théorie et l’abstraction n’en fait pas pour autant un simple savant de cabinet fermé à tout contact direct avec l’objet de ses recherches ; Bourgoin fut aussi un homme de terrain, arpentant avec aisance, sinon plaisir, les ruelles cairotes ou damascènes, où il sut nouer les contacts utiles à son enquête, dans le monde artisanal en particulier. Enfin, s’il ne cessa de répéter qu’il travaillait pour « la satisfaction de l’esprit » et non pour « le plaisir des yeux »1, il n’en fut pas moins associé à plusieurs projets d’application architecturale de l’expertise acquise en matière de décor islamique.

Approches parallèles et contemporaines des monuments du Caire

  • 2  Voir Maryse Bideault, « Jules Bourgoin, artiste et savant », supra, p. 21-42.
  • 3  Émile Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à l (...)
  • 4  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2287, Rapport de Prisse d’Avennes à la Di (...)
  • 5  Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits occidentaux, Papiers (...)
  • 6  Ibid., Papiers et dessins de Prisse d’Avennes, NAF 20416-20433 pour les vingt volumes de notes.
  • 7  Mercedes Volait (dir.), Émile Prisse d’Avennes, un artiste-antiquaire en Égypte au xixe siècle, Le (...)

2Les relations intellectuelles les moins documentées sont celles qui le lient à l’orientaliste Émile Prisse d’Avennes. Elles sont avérées, on l’a dit, par plusieurs indices conservés dans leurs papiers respectifs2. Tous deux ont en outre partagé le même éditeur durant plusieurs années. Les premières livraisons de L’Art arabe de Prisse d’Avennes commencent en effet à paraître en 1869 chez l’éditeur Vve A. Morel, l’année même où ce dernier lance la publication des Arts arabes de Jules Bourgoin3. La publication de Prisse d’Avennes court jusqu’en 1877, celle de Bourgoin jusqu’en 1873 ; les opportunités de rencontre n’ont pu manquer. La rationalité économique du choix éditorial fait par Morel étonne aujourd’hui. Chaque recueil aborde certes de manière très différente le corpus des monuments du Caire. De trente ans l’aîné de Bourgoin, Prisse d’Avennes a travaillé depuis 1858 au moins à rassembler une « suite de monuments arabes4 », à l’instar du travail consacré aux monuments égyptiens, en portant une grande attention à la chronologie politique et aux commanditaires des édifices. Ayant acquis des rudiments d’arabe au fil des dix-sept années passées en Égypte durant sa jeunesse, l’archéologue amateur sait lire les inscriptions de fondation sur les constructions historiques du Caire et en repérer les dates, même lorsque celles-ci sont données sous forme de chronogramme (prose rimée dont le dernier vers donne la date par la valeur chiffrée des lettres qui le composent) comme il l’explique dans ses notes5. Il a consulté à peu près tout ce qui était disponible en son temps sur l’histoire de l’Égypte et de ses monuments, si l’on en croit les lectures consignées dans ses papiers6. Longuement mûri, l’ouvrage de Prisse, qui devait initialement s’intituler « Études sur l’art arabe en Égypte », participe au genre alors émergent des « histoires monumentales » entreprises dans le sillage des études pionnières de Jean-Baptiste Séroux d’Agincourt ; il s’agit de retracer l’histoire d’une société ou d’un peuple par les traces monumentales qui en ont subsisté. Dans le propos de Prisse, transperce en outre l’ambition de constituer des séries permettant d’élaborer une datation stylistique des monuments ou de leurs fragments lorsque les mentions temporelles font défaut. Sa démarche est enfin fortement teintée de préoccupations ethnographiques concernant les mœurs et coutumes égyptiennes7.

  • 8  Jules Bourgoin, Les Arts arabes…, op. cit. (note 3), p. III.
  • 9  Ibid., pl. 74.
  • 10  Mercedes Volait, Maisons de France au Caire. Le remploi de grands décors mamelouks et ottomans dan (...)

3L’approche de Jules Bourgoin est tout autre ; son immersion sur place bien plus brève aussi. Son enquête relève de la théorie plutôt que de l’histoire, même si la vision historique n’en est pas absente, comme le suggère son introduction aux Arts arabes : « On peut dire que l’art oriental est un syncrétisme de tous les éléments byzantins, persans, indiens, mauresques, etc. qui se mêlent et s’enchevêtrent sous la civilisation arabe8. » Mais sa préoccupation est d’en dégager « le fond essentiel », l’essence dirions-nous aujourd’hui ; son premier ouvrage le montre déjà friand d’abstractions. Aussi ses planches des Arts arabes portent-elles des légendes sommaires, voire anonymes – « fontaine au Caire », « Reliefs sur pierre » – et parfois erronées, lorsque sa mémoire lui fait défaut. Leur valeur archéologique s’en trouve diminuée, alors que certains dessins représentent des éléments de longue date disparus. C’est le cas de l’une des portes, richement revêtues de plaques de bronze ajourées, de la madrasa [collège] de Baybars Ier9 (fig. 1), édifice du xiiie siècle qui périt dans l’une des premières percées exécutées au Caire – un pendant se trouve conservé à la chancellerie de l’ambassade de France au Caire10 et un autre, en pièces détachées, au Victoria and Albert Museum à Londres.

1. Jules Bourgoin, Porte de la mosquée sultan Daahir-Bibars au Caire, pl. 74 des Arts arabes, [1868]-1873.

1. Jules Bourgoin, Porte de la mosquée sultan Daahir-Bibars au Caire, pl. 74 des Arts arabes, [1868]-1873.
  • 11  Greenport, NY, Olana State Historic Site, Olana Research Collection, Books in Church’s library at (...)

4Faut-il dès lors considérer les publications de Prisse d’Avennes et de Bourgoin comme complémentaires ? Leurs lecteurs respectifs l’entendaient-ils ainsi ? Rien n’est moins sûr. Des bibliothèques privées ayant possédé les publications de Bourgoin n’avaient pas nécessairement celles de Prisse d’Avennes en rayon ; la bibliothèque du peintre américain Frederic Edwin Church, conservée dans sa propriété d’Olana sur les rives de l’Hudson, est dans ce cas11.

Contribution aux travaux d’Arthur Rhoné

5Bourgoin porte sur l’ornement islamique un regard certainement plus spéculatif qu’archéologique. Mais c’est aussi un homme de terrain, comme aimanté par son objet d’étude. Du moins aime-t-il passer pour tel. À peine a-t-il obtenu une charge de cours à l’École des beaux-arts à son retour de Syrie en 1875, qu’il cherche à repartir en avouant à son directeur :

  • 12  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, AJ52 840, Lettre de Jules Bourgoin au directe (...)

Et puis, et c’est presque une infirmité, il me serait impossible de rien faire qui vaille avec des matériaux de seconde main, j’éprouve comme un besoin indicible de voir des choses elles-mêmes de mes propres yeux et autant que possible dans leur milieu. Un herbier suffit au botaniste et j’aime voir les fleurs pleinement épanouies. Voilà pourquoi j’aimerais être libre pendant six mois de l’année12.

  • 13  Voir Élisabeth David et Anne-Hélène Perrot, « Jules Bourgoin et l’égyptologie, une liaison orageus (...)
  • 14  Mercedes Volait, « Arthur-Ali Rhoné (1836-1910), du Caire ancien au vieux-Paris, ou le patrimoine (...)
  • 15  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Douce (...)

6L’opportunité de regagner l’Égypte se présente début 1880. Le ministère de l’Instruction publique le charge de travaux de relevé et de moulage d’antiquités pharaoniques à des fins didactiques13. Avant d’embarquer, Bourgoin reçoit d’Arthur Rhoné, l’un des meilleurs connaisseurs des monuments historiques du Caire14, communication d’une liste de dessins à exécuter, ainsi que divers renseignements et recommandations15.

  • 16  Le Caire, Bibliothèque de l’Université américaine du Caire, Lettre d’Arthur Rhoné à Ernest Desjard (...)
  • 17  Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe : le trait des entrelacs, Paris : Firmin-Didot et Cie, (...)

7C’est sans doute par l’intermédiaire de Xavier Charmes, en charge du bureau des missions au ministère de l’Instruction publique depuis 1877, que le contact a été établi. Autodidacte passionné d’antiquarisme et rentier de son état, Rhoné a découvert l’Égypte en 1864 en compagnie de l’égyptologue Théodule Devéria et de quelques familiers. Chargé de rédiger la relation du voyage, il en vient à se lancer, avec passion, dans une vaste entreprise de description du Caire ancien, qui va l’occuper sa vie durant. Pour « tenter de faire revivre » la ville, il accumule une volumineuse iconographie et interroge tous ceux qui l’ont connue, car, écrit-il en 1874 à l’helléniste Ernest Desjardins, « l’impression est restée vive, mais les détails se sont un peu effacés dans le souvenir16 ». Le premier fruit de ses recherches paraît en 1877 sous le titre L’Égypte à petites journées et Bourgoin en a connaissance, puisqu’il en cite un long passage dans ses Éléments de l’art arabe, parus deux ans plus tard17. Rhoné visite à nouveau l’Égypte au début de l’année 1879, en compagnie de l’architecte Christophe-Édouard Mauss et d’un parent dessinateur, Paul Chardin, afin de rafraîchir sa mémoire et de ramener une nouvelle moisson de documents figurés ; c’est aussi durant ce séjour qu’il fait la connaissance d’Auguste Mariette et de son entourage (le Dr Reil, Luigi Vassali, Albert Daninos) ainsi que d’un groupe d’amateurs très investis dans la défense des monuments du Caire, au rang desquels figurent le diplomate Edward Rogers bey, le préfet Ernest de Blignières et son cousin Liron d’Airoles, mais surtout l’architecte Ambroise Baudry, et le jeune frère de Xavier Charmes, le journaliste Gabriel Charmes, avec lesquels Rhoné se lie d’amitié.

  • 18  Arthur Rhoné, L’Égypte à petites journées, Le Caire d’autrefois, Paris : Société générale d’éditio (...)
  • 19 Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet (...)
  • 20 Ibid., Arch. 67, 10, 8 (carnet 34).
  • 21  Ibid., Arch. 67, 10, 8 (carnet 34, feuillet 44 vo).
  • 22  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0061 et 0062.
  • 23  Jules Bourgoin, Précis de l’art arabe et matériaux pour servir à la théorie et à la technique des (...)
  • 24  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0396 à EBA 7900-0399 ; voir au (...)
  • 25  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0001 et 7900-0002.
  • 26  Voir Maryse Bideault, « Dessiner dans la Bibliothèque khédiviale du Caire », infra, p. 159-170.

8Les instructions données par Arthur Rhoné à Jules Bourgoin avant sa mission de 1880 sont intéressantes à plus d’un titre (transcription en annexe p. 76). Elles révèlent ses intérêts et une familiarité avec la topographie monumentale du Caire que la capacité à nouer contact sur place a sans nul doute facilitée (« Sous Bab Zouweïleh Saleh vendeur d’eau et bon conducteur » signale-t-il à Bourgoin). Elles fourmillent de notations sur la biographie des monuments : niche blanchie à la chaux de la mosquée al-Nasir Muhammad ibn Qalawun, salle circulaire de la muraille de Saladin au Burj al-Zafar assimilée à un hammam par les âniers transportant les touristes, dernier chandelier encore en place dans la mosquée al-Ghuri, remploi gothique dans la mosquée du sultan Hasan, harem meublé dans le style rococo, etc. Elles sont surtout à l’origine de nombre de relevés faits par Bourgoin. Plusieurs des dessins commandés figurent en effet dans le grand œuvre d’Arthur Rhoné, L’Égypte à petites journées, en son édition largement remaniée et augmentée de 1910. Bourgoin a bien dessiné le « pilastre gothique » formant encoignure à l’entrée de la mosquée du sultan Hasan – en 1881, précise la légende de l’illustration – ainsi que Rhoné le lui avait demandé18. Les feuilles et carnets conservés par Bourgoin dans ses papiers personnels gardent également la trace de cette commande de 1880. Un dessin de « l’aigle héraldique de la Citadelle » existe dans le fonds de l’INHA19, de même que sept dessins du Burj al-Zafar20, et des croquis se rapportant à la mosquée dite du « cheik Saleh »21. Deux feuilles du fonds de École nationale des beaux-arts (Ensba) représentent les revêtements de la « maison dite de Khalil pacha en ruines22 », « autrefois dénommée Hassan-bey dans le plan de la Description de l’Égypte » précise Bourgoin dans la légende des planches qu’il en publie dans le Précis de l’art arabe23 (la maison est désormais désignée sous le nom de Radwan bey dans la nomenclature des monuments du Caire). Des dessins de la « maison de Bardak » (aujourd’hui connue comme palais Yashbak) sont conservés aux Beaux-Arts24, de même qu’une série de « minarets persans » ou « profumatoires » (ainsi qu’on nommait alors les calottes crénelées terminant certains minarets) où l’on retrouve la mosquée Baybars25. D’autres correspondances peuvent être établies pour les mosquées « Ayoub Saleh » ou « Kalaoun ». La suggestion d’aller voir les corans enluminés de la bibliothèque khédiviale, en profitant des accointances de Rhoné avec son directeur Wilhelm Spitta bey, n’est manifestement pas tombée dans l’oreille d’un sourd26. Tout porte à croire que Bourgoin a donc procédé au cours de la mission obtenue en 1880, comme avec celle effectuée en Syrie en 1875 : à côté des tâches dont il reçoit officiellement la charge, il se livre à des travaux complémentaires, peut-être contre quelque subside, et en profite pour élargir sa documentation.

  • 27  En ouverture des première et seconde livraisons, Gazette des beaux-arts, t. 24, 1er novembre 1881, (...)
  • 28  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Douce (...)

9Le dessinateur a d’ailleurs continué à travailler pour Rhoné, au-delà de cette première commande. En janvier 1881, Rhoné se voit lui aussi accorder une mission du ministère de l’Instruction publique pour étudier les monuments arabes et renforcer l’embryon de mission archéologique que tente de mettre sur pied Gaston Maspero ; il rejoint Le Caire au mois de mars et y reste jusqu’à l’été ; son séjour est prolongé en septembre 1881 pour une nouvelle saison. Au cours de ce nouveau contact avec le terrain égyptien, Rhoné termine de rédiger son « Coup d’œil sur l’état présent du Caire ancien et moderne », paru en trois livraisons dans la Gazette des beaux-arts, puis en tiré à part en 1882 ; deux dessins de Bourgoin y figurent27, dont une frise provenant du Bayt al-Qadi, que Rhoné republie dans la seconde édition de L’Égypte à petites journées (p. 277) en datant le dessin de 188228.

  • 29  Le Caire, musée d’Art islamique, inv. no 34 ; Arthur Rhoné, « Vase en marbre du musée arabe du Cai (...)

10Rhoné travaille ensuite à une restitution des anciens palais fatimides au centre de la vieille ville d’après les traces archéologiques qu’il a identifiées, et étudie à cet effet les objets, trouvés à leur emplacement, qui ont été transportés au musée d’Art arabe provisoirement installé dans la cour de la mosquée ruinée d’al-Hakim. C’est dans ce contexte qu’il s’intéresse à une jarre [zir] en marbre blanc, provenant du sanctuaire de la princesse Tatar al-Higaziyya (xive siècle), lui-même situé à l’emplacement d’une des portes de l’ancienne enceinte des palais fatimides. Pour Rhoné, cette jarre était plus ancienne que l’édifice où elle avait été trouvée, en raison du décor archaïsant, d’inspiration byzantine, qui garnissait sa panse. D’où l’hypothèse qu’un tel objet pouvait être une survivance de l’époque fatimide. Il livre en ce sens un article au Magasin pittoresque, accompagné d’un dessin de Bourgoin, qui restitue magnifiquement, voire magnifie, les rinceaux de la jarre, et détaille son support [kilga] sous plusieurs angles (fig. 2)29.

2. Jules Bourgoin, Jarre [zir] en marbre blanc, provenant du sanctuaire de la princesse Tatar al-Higaziyya (xive siècle), aujourd’hui au musée d’Art islamique du Caire.

2. Jules Bourgoin, Jarre [zir] en marbre blanc, provenant du sanctuaire de la princesse Tatar al-Higaziyya (xive siècle), aujourd’hui au musée d’Art islamique du Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0172.

  • 30  Bernard O’Kane, The Illustrated Guide to the Museum of Islamic art in Cairo, Le Caire : The AUC Pr (...)
  • 31  PariS (France), musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, inv. 4062.
  • 32  Arthur Rhoné, L’Égypte à petites journées… (éd. 1910), op. cit. (note 18), p. 474.
  • 33  Gaston Migeon, Manuel d’art musulman. Les arts plastiques et industriels, tome 1, Paris : A. Picar (...)
  • 34  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0249 ; Paris (France), Bibliot (...)

11Curieusement la jarre repose aujourd’hui sur un support différent et plus ancien, tout en demeurant attribuée au xive siècle30. De telles datations basées sur le seul lieu de découverte se sont avérées à la longue fautives. Il en va ainsi du bois au musicien et au bouquetin provenant de la collection Ambroise Baudry, qui se trouve aujourd’hui au musée du Louvre31. Son possesseur l’avait d’emblée daté du xie siècle, tout comme Arthur Rhoné32, alors que fit longtemps autorité une attribution de deux siècles plus tardive du fait que la pièce avait été trouvée en 1874 dans les décombres du maristan de Qalawun, monument de l’époque mamelouke, jusqu’à ce que la datation Baudry s’impose comme la bonne. Gaston Migeon, qui fut parmi les premiers conservateurs du Louvre à s’intéresser aux arts de l’Islam, reconnut par la suite que Prisse d’Avennes, Lane Poole et lui-même avaient en effet « jadis rajeuni de très nombreux documents de bois sculpté, à représentations animées, du fait que les plus fameux avaient été retrouvés au maristan de Qalawun, où [ils n’avaient] pas supposé qu’ils provenaient de monuments beaucoup plus anciens » – ainsi que des fouilles faites en 1911 l’avaient en fin de compte établi33. Bourgoin dessina ce bois fatimide d’Ambroise Baudry (fig. 3), de même d’ailleurs que d’autres panneaux sculptés, à figures animées, remployés dans des portes de ce même maristan de Qalawun (fig. 4), et déposés au musée d’Art arabe du Caire quand le monument fut définitivement démoli34.

3. Jules Bourgoin, Bois fatimide de la collection Ambroise Baudry (détails), aujourd’hui au Louvre.

3. Jules Bourgoin, Bois fatimide de la collection Ambroise Baudry (détails), aujourd’hui au Louvre.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0057.

4. Jules Bourgoin, Élément de décor fatimide remployé dans une porte du maristan de Qalawun, aujourd’hui au musée d’Art islamique du Caire.

4. Jules Bourgoin, Élément de décor fatimide remployé dans une porte du maristan de Qalawun, aujourd’hui au musée d’Art islamique du Caire.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 1.

  • 35  Arthur Rhoné, L’Égypte à petites journées, études et souvenirs. Le Kaire et ses environs, Paris : (...)

12Le dessinateur se trouve ainsi en prise directe avec le cercle cairote des amateurs d’art islamique, et s’y fait des alliés – sans doute ceux que Maspero en vient à désigner comme « ses amis du Caire », et qui lui restent fidèles jusqu’à la fin de ses jours. Les portefeuilles de Bourgoin reflètent leurs curiosités et leurs centres d’intérêts, et pas seulement ses propres échafaudages conceptuels. On peut se demander si le nombre significatif de pièces dessinées par Bourgoin au musée (plus d’une vingtaine repérables dans les dessins des deux fonds) (fig. 5) n’est pas dû à un projet de publication qui finalement, comme tant d’autres, n’aboutit pas. On est tenté de rattacher à cette série mobilière le dessin d’un carreau de la collection d’Ambroise Baudry « provenant de Damas » (fig. 6), qu’il réalise le 17 juin 1884, peu de temps avant de quitter définitivement l’Égypte. On y distingue des oiseaux et des bouquetins égarés dans un décor floral tapissant, qui n’a plus rien de géométrique ; la composition évoque l’art du tapis ou de l’enluminure. La question de la représentation animée en art islamique n’était pas étrangère à ce milieu d’amateurs ; ils la savaient rare, mais néanmoins possible, c’est le sens du long passage emprunté par Bourgoin à la première édition du livre de Rhoné pour ses Éléments de l’art arabe35.

5. Jules Bourgoin, Élément de vitrail en plâtre ajouré, aujourd’hui au musée d’Art islamique du Caire. Sur la même feuille, éléments de lambris dans la maison Khalil pacha.

5. Jules Bourgoin, Élément de vitrail en plâtre ajouré, aujourd’hui au musée d’Art islamique du Caire. Sur la même feuille, éléments de lambris dans la maison Khalil pacha.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0062.

6. Jules Bourgoin, Carreau de la collection Ambroise Baudry (provenant de Damas) et frises de rinceaux.

6. Jules Bourgoin, Carreau de la collection Ambroise Baudry (provenant de Damas) et frises de rinceaux.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0008.

  • 36  Comité de conservation des monuments de l’art arabe, Procès-verbaux (1882-1884), Le Caire : imprim (...)
  • 37  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0134 à EBA 7900-0151 ; EBA 790 (...)
  • 38  Le Caire (Égypte), Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0007, Lettre d’Ambroise (...)
  • 39  Ibid.
  • 40  Jules Bourgoin, Précis de l’art arabe..., op. cit. (note 23), série 1'Architecture, pl. 85 à 88.

13D’autres relevés de Bourgoin sont directement liés aux activités du Comité de conservation des monuments de l’art arabe, cet équivalent de la Commission des monuments historiques, créée au Caire en décembre 1881, à l’initiative du groupe d’amateurs déjà mentionné. Bourgoin en est nommé membre le 21 janvier 1882. Bien que peu assidu aux séances du Comité (il est présent à six réunions entre décembre 1882 et mai 1884, soit moins d’une sur quatre)36, il est tout de même mêlé à ses travaux. L’extraordinaire série qu’il consacre au décor stuqué du tombeau des Abbassides37 (fig. 7) fait nécessairement suite à la découverte des lieux, le 12 mars 1883, par Baudry et Rogers bey – jusque-là le mausolée était inconnu et à peine accessible, car on ne pouvait y pénétrer que par une étroite ouverture donnant sur la mosquée Sayyida Nafisa38. Baudry dit avoir immédiatement pensé à Bourgoin pour en avoir un relevé complet, dans le récit détaillé qu’il livre de la découverte à son compère Arthur Rhoné39. Cela explique-t-il la présence en outre dans les papiers de Bourgoin d’une vue générale du monument, exécutée sur calque à la plume, probablement d’après une photographie, en complément des quelques planches que le Précis lui consacre40 ?

7. Jules Bourgoin, Éléments des niches à décor stuqué du mausolée des Abbassides, Le Caire.

7. Jules Bourgoin, Éléments des niches à décor stuqué du mausolée des Abbassides, Le Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0151.

Dans l’univers des artisans

  • 41 Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941 (36), pièce no 21bis.

14Les contacts établis par Bourgoin avec les artisans de Damas et du Caire ont laissé des traces plus ténues, mais forment un chapitre original, et méconnu, de son enquête sur l’ornement en pays proche-oriental. Il en livre lui-même un premier indice dans l’un des rapports qu’il adresse au ministère de l’Instruction publique au cours de sa mission à Damas en 1874-1875. Il informe en effet son interlocuteur qu’il a eu la bonne chance de trouver chez quelque ouvrier de Damas, environ 150 dessins anciens relatifs aux entrelacs et aux stalactites ; « comme il m’a été impossible de les acheter, je les ai tous calqués. De plus, j’ai recueilli chez ce même ouvrier quelques renseignements pratiques que je compléterai d’ailleurs en rentrant41. »

  • 42  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941 (36), pièce no 28.

15Il annonce un peu plus tard qu’il a pu ajouter « encore une cinquantaine de dessins d’ouvriers aux 150 que j’avais déjà réunis42 ». Cette collection de dessins ayant « servi à l’exécution » devait initialement donner lieu à la publication d’Éléments de l’art arabe :

  • 43  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941 (36), pièce no 31, lettre du 28 octo (...)

Comprenant environ 400 planches, dont 300 au trait sur le modèle des dessins recueillis chez les artisans de Damas. Les 100 autres planches gravées et en couleur montreraient les objets réels et les types des différentes combinaisons architectoniques et décoratives exécutées par les artisans arabes, tel que le constructeur, le menuisier, le fondeur en bronze, le mosaïste, le verrier, le tisseur43.

16La publication effective est réduite à 190 planches d’épures et à 10 planches en couleurs. Toutes portent d’ailleurs en haut de planche une double numérotation : à droite, classiquement, le numéro en chiffres arabes, et à gauche, de façon plus inattendue, le chiffre qui lui correspond dans la notation indienne utilisée dans le monde arabe. Bourgoin a-t-il voulu signifier ainsi la provenance des dessins ? Ou bien est-ce le signe qu’il les aurait fait calquer localement ? On ne le saura jamais, mais il est piquant d’observer les contresens que ces épures ont pu susciter. D’aucuns ont ainsi tenté d’en identifier les sources archéologiques44, alors que l’ensemble livre en premier lieu les modèles d’ornementation géométrique en usage à Damas au xixe siècle, tels que transmis par la pratique artisanale.

  • 45  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2124, Rapport au M. de l’Instruction Publ (...)
  • 46  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Douce (...)
  • 47  Marque honorifique donnée aux personnes ayant accompli le pèlerinage à La Mecque.
  • 48  Mercedes Volait, Maisons de France au Caire…, op. cit. (note 10), p. 52-55.

17Aucun de ces calques copiés à Damas n’est, malheureusement, parvenu jusqu’à nous sous forme originale. Un « recueil de [187] calques de stalactites et d’entrelacs recueillis à Damas » figure bien dans le lot des dessins vendus par Bourgoin à l’École des beaux-arts en 189245, mais n’a pas été à ce jour retrouvé. Seule survit, dans la collection des papiers conservés à l’INHA46, une épure sur carton gris vert, portant le nom de Muhammad Ibn Hajj ‘Abd al-Rahman al-Hamawi al-najjar bi-Dimashq al-Shams, soit un menuisier prénommé Muhammad, fils du Hajj47 ‘Abd al-Rahman, originaire de la ville de Hama et établi à Damas. Probablement donné par l’artisan à Bourgoin, le carton conserve les marques de construction au compas de figures tracées un peu maladroitement à l’encre noire (fig. 8) ; il constitue un rare témoignage des façons de faire en vigueur à cette époque. Bourgoin connut au moins un autre menuisier syrien, un certain Al-Salih, fils d’‘Ali Abu Lahaf, domicilié à al-Qanawat, un faubourg de Damas, qu’il recruta au printemps 1875 pour le compte du comte Gaston de Saint-Maurice en vue de la construction de son hôtel particulier du Caire, peut-être pour remonter des plafonds de remploi48.

8. Muhammad Ibn Hajj ‘Abd al-Rahman al-Hamawi (Syrie), Modèle de décor à polygone étoilé.

8. Muhammad Ibn Hajj ‘Abd al-Rahman al-Hamawi (Syrie), Modèle de décor à polygone étoilé.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, 67, 1, 3.

  • 49  Gülru Necipoglu, avec Mohammad al-Asad, The Topkapi scroll : geometry and ornament in Islamic arch (...)

18La connaissance directe qu’acquit Bourgoin du savoir-faire des artisans damascènes dément l’idée que la bibliographie a longtemps donnée de ses travaux sur l’art islamique. Interprétée à l’aune de ses seules publications, sa démarche a été assimilée à une « analyse proto-structuraliste sophistiquée » reposant sur une base empirique limitée (ce qui est erroné), faute d’avoir eu accès aux feuilles de modèles utilisées dans le monde islamique49. En l’occurrence, Bourgoin les a non seulement connues, mais en outre recopiées. Il a ce faisant transmis des renseignements historiques précieux sur les artisans syriens au xixe siècle.

  • 50  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0018 et 0019.
  • 51  Yūsuf Rāġib, « Esclaves et affranchis trahis par leur nom dans les arts de l’Islam médieval », in (...)

19Son intérêt pour l’univers artisanal transparaît également dans quelques rares croquis d’artisans égyptiens au travail, des souffleurs de verre par exemple, ainsi que dans l’attention portée aux signatures d’artisans repérées sur les monuments du Caire. Ainsi ne manque-t-il pas de dessiner deux inscriptions livrant, en calligraphie affrontée, le nom du créateur, à l’époque mamelouke tardive, d’une technique nouvelle permettant de produire aisément des marbres à décor d’entrelacs polychromes50. Les entrelacs étaient entaillés dans le marbre puis remplis d’une pâte résineuse rouge ou noire, ce qui autorisait des compositions plus élaborées que la technique classique de l’opus sectile. Cette forme de décor fut mise à exécution dans les mosquées Abu Bakr Muzhir et Qijmas al-Ishaqi, toutes deux bâties en 1479-1480. Son inventeur signa ses œuvres de façon prééminente et quasi blasphématoire, puisque son nom calligraphié figure notamment au centre du mihrab de la mosquée Qijmas al-Ishaqi, entre autres localisations. On ne sait rien de l’homme, un certain ‘Abd al-Qadir, sinon qu’il accole à sa signature calligraphié le titre de « sculpteur » [naqqâsh] (fig. 9), terme qui peut être également entendu au sens de « décorateur », et porte un nom (« serviteur du tout-puissant ») qui trahit une condition servile ou d’affranchi51.

9. Jules Bourgoin, Éléments de décor à entrelacs et signature de leur auteur en calligraphie affrontée, mosquée d’Abu Bakr Muzhir, Le Caire.

9. Jules Bourgoin, Éléments de décor à entrelacs et signature de leur auteur en calligraphie affrontée, mosquée d’Abu Bakr Muzhir, Le Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0019.

  • 52  Les premières mentions sont dans Hasan ‘Abd al-Wahhab, Tarikh al-masagid al-athariyya [Histoire de (...)

20La présence des deux signatures, différemment calligraphiées, d’‘Abd al-Qadir dans le corpus des dessins de Bourgoin ne peut être fortuite, même si on ignore comment il put avoir vent de leur existence. Certainement pas par des lectures, puisqu’aucun auteur n’en fait mention avant le xxe siècle52. Reste la tradition orale, celle transmise par ses « amis du Caire », tous excellents connaisseurs des monuments de la ville, ou bien par les accointances que Bourgoin s’était faites dans ses vieux quartiers. À moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle manifestation de son sens aigu de l’observation.

Travaux d’application

  • 53  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, AJ52 840, Lettre de Jules Bourgoin à Eugène G (...)
  • 54  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Douce (...)
  • 55  Annie-Christine Daskalakis Mathews, Le porche mamlouk, Paris : musée du Louvre ; Somogy, 2012 (Col (...)

21Les travaux de Bourgoin ne tendaient dans son esprit « à aucune application immédiate53 ». Il a cependant été associé à nombre de réalisations d’architecture orientaliste, dès 1875, on l’a vu, lorsque le comte de Saint-Maurice sollicite sa connaissance des artisans de Damas pour identifier celui qui pourra aider à la réalisation de son hôtel particulier passéiste. Fait de remplois provenant d’édifices cairotes et damascènes, le projet requiert des artisans hautement qualifiés. Outre une entremise probable pour des acquisitions de céramiques ou de boiseries anciennes, Bourgoin travaille également au remontage d’un porche mamelouk pour l’hôtel particulier Saint-Maurice, ainsi qu’en attestent des dessins de sa main54. L’exécution en est finalement abandonnée ; au terme d’un singulier périple, c’est à l’entrée d’une des salles du nouveau département des arts de l’Islam au Louvre que le porche a finalement été remonté en 201255.

  • 56  Paris, Archives des musées nationaux, M8 (1914, 9 mars), Lettre de Théophile Homolle au sous-secré (...)
  • 57  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Douce (...)

22En 1884, Bourgoin est mêlé à l’installation d’un salon à l’ottomane dans l’hôtel particulier que le baron Alphonse Delort de Gléon vient d’acquérir 18, rue Vézelay à Paris : « Le baron avait été assisté dans l’aménagement intérieur de son salon, par le maître incontesté de la décoration musulmane, M. Bourgoin », rapporte un contemporain56. Bourgoin caressa un temps l’idée d’en publier l’agencement, à en croire le sommaire d’un projet d’ouvrage qui figure dans ses papiers personnels sous le titre « Un salon arabe à Paris57 ». On lui connaît en outre une esquisse qui paraît se rapporter à la création d’une galerie orientaliste dans un intérieur parisien.

  • 58  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Douce (...)
  • 59  « La collection Goupil, I – L’art occidental par Émile Molinier, II – L’art oriental » par Henri L (...)
  • 60  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Douce (...)

23À en croire Delort de Gléon58, Goupil aurait envisagé au cours de l’été 1884 de faire également appel à Bourgoin pour l’installation d’une grande pièce à « décorer à l’arabe ». S’agit-il de la salle orientale qu’Albert Goupil, le fils et associé du célèbre éditeur et marchand d’art parisien, aménagea dans les locaux familiaux de la rue Chaptal (fig. 10), en pendant de sa galerie Renaissance, ou bien d’un nouveau projet destiné à un autre endroit ? Delort le laisse entendre mais la chronologie ne permet pas de le certifier. On ignore en effet à quelle date ces deux galeries furent installées, mais ce fut à coup sûr tardivement, l’acquisition en 1881 d’une partie des remplois utilisés dans la galerie Renaissance en fournissant le terminus post quem59. Bourgoin aurait été pressenti par Goupil pour « s’occuper du détail » et donner son opinion sur « l’installation d’ensemble » de la pièce projetée, étant entendu que le marchand aimait mettre la main à la pâte et était un « bricoleur de premier ordre que le style occupe peu60 ». Le décès prématuré d’Albert Goupil quelques mois plus tard met terme à l’éventuelle collaboration, mais l’affaire révèle la notoriété acquise par Bourgoin en matière d’installations orientalisantes.

10. Ed. Bénard, Salle orientale du collectionneur Albert Goupil en son domicile parisien, vers 1881-1884.

10. Ed. Bénard, Salle orientale du collectionneur Albert Goupil en son domicile parisien, vers 1881-1884.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, 4 Phot 021-37.

  • 61  Alphonse Delort de Gléon, L’architecture arabe des Khalifes d’Égypte à l’Exposition Universelle de (...)

24On ne s’étonne donc pas de trouver dans ses papiers personnels un plan et des élévations pour la Rue du Caire financée par Delort de Gléon à l’Exposition universelle de 1889 à Paris. Confiée à un jeune contrôleur des travaux diocésains, Lucien Gillet, attaché à la direction générale des travaux de l’Exposition, la réalisation diffère sensiblement de l’avant-projet imaginé par Bourgoin, mais inclut certains des édifices historiques que ce dernier proposait de reproduire, telle la façade de la mosquée al-Shawazliyya. Dans l’album qu’il dédie à cette réalisation, Delort de Gléon rend hommage au « bel ouvrage de Bourgoin, en cours de publication », grâce auquel l’amateur peut se faire « une idée très exacte » de la richesse de l’ornementation cairote61. Avec la publication en 1892 de ce Précis de l’art arabe et Matériaux pour servir à la théorie et à la technique des arts de l’Orient musulman se clôt définitivement le cycle en quelque sorte « archéologique » des travaux de Bourgoin.

Annexes

Annexe

1880 Renseignements ou recommandations d’Arthur Rhoné à M. Bourgoin partant pour Le Caire
Paris, Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 1, 4.

1. Khan al-Khalil : dessiner les parties intérieures qui paraissent offrir de l’intérêt dans le bazar

2. Portail, minaret très anciens et ruinés d’Ayoub Saleh au bout d’une ruelle garnie de rôtisseurs qui s’enfonce sous le minaret en face du grand Moristan. Dessiner les détails du minaret et les battants de la vieille porte d’un art ancien et rare.

3. Du même côté après avoir passé la nouvelle percée ancienne entrée de la cour du Qadi que je crois être la porte d’or du palais des khalifes avant Saladin. C’est un corridor en voûtes d’arêtes ogivales. Dans ces parages rechercher les parties les plus anciennes qui peuvent appartenir à l’ancien palais des Fatimides.

4. Mosquée En Nasser, la première après le Moristan : sa façade gothique rapportée d’une église chrétienne de Syrie – très belle niche de prière, blanchie à la chaux à l’intérieur.

5. la mosquée suivante très grande et délabrée est Barquouq, elle a 8 portes plaquées de bronze dans les angles de la cour, d’une bonne conservation.

6. Mosquée al-Hakem L’entrée est dans la même rue par une espèce de brasserie arabe, avant d’arriver au premier minaret d’angle ou à côté. Monter dans les deux minarets qui, peu après la fondation de la mosquée, furent enveloppés d’une sorte de tour carrée à murs inclinés.

7. Fontaine placée à la bifurcation des 2 rues de Bab el-Foutouh et Bab el-Nasr. Y entrer et relever un tableau de faïence représentant la mosquée de la Mecque.

8. mosquée de Bibars, minaret à calotte comme à Hakem. Très bel intérieur. Voir si dans la salle du tombeau ne se trouve pas une tribune avec une grille en fer forgé qui serait un objet historique : cette grille avait d’abord été envoyée de Bagdad au Khalife Mostansar. Makrizi en parle.

9. Murailles : […] escalier en vis qui dépasse en beauté la fameuse vis de St-Gilles

10. Borg ez-Zefer : Je désire vivement avoir un dessin de cette salle ronde que les bourriquiers intitulent à tort un hammam.

11. Relever plan et appareil intérieur d’une des tours.

12. Ruines d’une ancienne porte en arc outrepassé flanquée de tourelles rondes et très enfouies. Point curieux à étudier : appareil encore grec et savant comme à Bab el-Nasr mais ornementation déjà purement arabe.

13. Tours enfouies

14. Rue et bazar El-Ghouryeh : dessiner la grande lampe en bronze suspendue dans la mosquée de Ghouri : c’est la seule que j’ai vue encore en place. Entrer dans le sébil en face qui forme avancée sur la rue. Tâcher de savoir quand cet édifice a été condamné et interdit. Ruelle à gauche avant d’arrivée à Bab Zoweïleh. Tout au fond impasse terminée par une charmante maison à porte ogivale. Sous Bab Zouweïleh, Saleh vendeur d’eau et bon conducteur.

15. Mosquée de Salih Talaïeh, vulgairement appelée du cheik Saleh […] les colonnes du sanctuaire sont toutes penchées par l’effet d’un tremblement de terre dont le souvenir s’est transformé en légende. Je voudrais un dessin des arcades intérieures. Ceci, avec Borg el-Zefer, une étude à laquelle je tiendrais le plus.

16. Rue Sarramatia ou des babouches : la seule ayant conservé sa couverture en planches.

17. À droite maison dite de Khalil pacha en ruines. Jolies mosaïques sous la loggia. J’ai pénétré peut-être le premier dans un salon de harem encore habité, décoré en rococo turc du xviiie siècle extrêmement amusant.

18. Mosquée de Sultan Hassan : reprendre un dessin du pilastre gothique d’encoignure. Savoir qu’est devenue la grande lanterne en bronze de la mosquée. Dessin de la maison de Bardak qui l’avoisine et dont m’avait parlé Baudry.

19. Citadelle dessin de l’aigle héraldique qui est sculpté dans la pierre après la seconde porte.

20. mosquée de Qalaoun : on ne peut y pénétrer qu’avec une permission, la demander à Rogers en arrivant. Intérieur admirable, le plus grandiose après Sultan Hassan.

21. Mosquée Aslam (112) Forme délicieuse des arcs ogivaux à l’intérieur.

22. Rue conduisant à Thouloum : j’aimerai avoir un dessin des ponts qui traversent : ils sont de plus en plus rares.

23. Rue de Thoulum à Sayyida Zeinab

24. Mosquée de Thouloum

25. Hamam Charaïbi dans le bazar Hamzaoui en le traversant on arrive ainsi sur la place de la

26. Mosquée el-Arabi : peu curieuse par elle-même, mais à gauche de son portail vaste et belle maison ancienne d’Ali Kachef, en partie ruinée. Tout en haut sur la terrasse se faire ouvrir une chambre fermée encore revêtue de faïences et ayant son mobilier complet. J’aurais désiré avoir le relevé de la crédence et des détails des boiseries, dont je n’ai qu’une vue pittoresque.

27. Musée de Boulaq Copier la statue du naim qui est venue à Paris en 1878. Mr le Dr Reil médecin de la princesse Mansour Pacha (habitant probablement le Shepheard) a la collection complète des photos faites par lui des photographies du tombeau de Zi et m’en avait promis. Si Bourgoin le voit lui rappeler l’amitié de M. Rhoné qu’il appelait toujours M. Rognon. C’est un ami intime de Mariette. Rappeler mon souvenir à Vassali, Brugsch et Khourshid effendi qui ne parle qu’arabe.

28. Bibliothèque khédiviale au Darb el-Gamamiz, contient une vingtaine de Korans anciens tirés des mosquées. Se recommander de Rhoné auprès de Spitta.

Personnes de ma connaissance :
Ambroise Baudry, arch.
Rogers, directeur général de l’instruction publique, très versé dans la connaissance des textes arabes et des monuments du Caire
Daninos-bey a aidé Mariette et déblayé les statues de Meydoum
(tous deux demeurent à côté de chez Baudry, dans la maison de Godart-Pacha)Dr. Reil, Linant pacha, Rochemonteix, égyptologue attaché aux Domaines, Blignières, Liron d’Airolles, Bouteron, Bellaigue, Gabriel Charmes, de Lafitte.

Notes

1  Jules Bourgoin, Théorie de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1873, p. XI.

2  Voir Maryse Bideault, « Jules Bourgoin, artiste et savant », supra, p. 21-42.

3  Émile Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviiie, Paris : Vve A. Morel et Cie, [1869]-1877, 1 vol. de texte et 3 vol. de pl. (IX-296 p. fig. pl., [4] f.-LXVII f. de pl., [4] f. -pl. LXVIII-CXXXIII, [4] f.-pl. CXXXIV-CC) ; Jules Bourgoin, Les Arts arabes, architecture, menuiserie, bronzes, plafonds, revêtements, marbres, pavements, vitraux, etc. avec un texte descriptif et explicatif et le trait général de l’art arabe, Paris : Vve A. Morel, [1868]-1873, IV-VIII-28 p. avec fig., pl. en n. et en coul., 4-3 p., titres en r. et n. 92 planches, 28 pages.

4  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2287, Rapport de Prisse d’Avennes à la Direction des Beaux-Arts, 8 août 1858.

5  Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits occidentaux, Papiers et dessins de Prisse d’Avennes, NAF 20426, Art arabe I, Fol. 378 vo.

6  Ibid., Papiers et dessins de Prisse d’Avennes, NAF 20416-20433 pour les vingt volumes de notes.

7  Mercedes Volait (dir.), Émile Prisse d’Avennes, un artiste-antiquaire en Égypte au xixe siècle, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2013 ; Id., « Une entreprise autodidacte aux premiers temps de l’archéologie égyptienne : « L’Égypte monumentale » d’Émile Prisse d’Avennes (1807-1879) », dans Annick Fenet et Natacha Lubtchansky (dirs.), Pour une histoire de l’archéologie xviiie siècle-1945 : hommage de ses collègues et mais à Ève Gran-Aymerich, Bordeaux : Ausonius éditions, 2015 (Scripta receptorial, 5), p. 381-392.

8  Jules Bourgoin, Les Arts arabes…, op. cit. (note 3), p. III.

9  Ibid., pl. 74.

10  Mercedes Volait, Maisons de France au Caire. Le remploi de grands décors mamelouks et ottomans dans une architecture moderne, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2012.

11  Greenport, NY, Olana State Historic Site, Olana Research Collection, Books in Church’s library at Olana. Je remercie les conservateurs d’Olana de m’avoir communiqué ce document.

12  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, AJ52 840, Lettre de Jules Bourgoin au directeur de l’École nationale des beaux-arts, Eugène Guillaume, 10 mai 1878.

13  Voir Élisabeth David et Anne-Hélène Perrot, « Jules Bourgoin et l’égyptologie, une liaison orageuse », infra, p. 115-134.

14  Mercedes Volait, « Arthur-Ali Rhoné (1836-1910), du Caire ancien au vieux-Paris, ou le patrimoine au prisme de l’érudition dilettante », Socio-anthropologie, no 19, 2006, p. 17-30. URL: https://socio-anthropologie.revues.org/543. Consulté le 1er octobre 2017.

15  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 1, 4, Renseignements ou recommandations d’Arthur Rhoné à M. Bourgoin partant pour Le Caire, 1880.

16  Le Caire, Bibliothèque de l’Université américaine du Caire, Lettre d’Arthur Rhoné à Ernest Desjardins datée du 28 novembre 1874 insérée dans l’exemplaire de L’Égypte à petites journées, édition de 1877.

17  Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe : le trait des entrelacs, Paris : Firmin-Didot et Cie, 1879, p. 6-7.

18  Arthur Rhoné, L’Égypte à petites journées, Le Caire d’autrefois, Paris : Société générale d’éditions, 1910, p. 95 et 468.

19 Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 4 (carnet 30, feuillet 12 vo).

20 Ibid., Arch. 67, 10, 8 (carnet 34).

21  Ibid., Arch. 67, 10, 8 (carnet 34, feuillet 44 vo).

22  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0061 et 0062.

23  Jules Bourgoin, Précis de l’art arabe et matériaux pour servir à la théorie et à la technique des arts de l’Orient musulman, Paris : E. Leroux, [1889]-1892, série 1 Architecture, pl. 27 à 32.

24  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0396 à EBA 7900-0399 ; voir aussi Jules Bourgoin, Précis de l’art arabe…, op. cit. (note 23), série 1 Architecture, pl. 27 à 32.

25  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0001 et 7900-0002.

26  Voir Maryse Bideault, « Dessiner dans la Bibliothèque khédiviale du Caire », infra, p. 159-170.

27  En ouverture des première et seconde livraisons, Gazette des beaux-arts, t. 24, 1er novembre 1881, p. 420 et t. 25, 1er janvier 1882, p. 55.

28  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 1 pour le croquis correspondant rehaussé au crayon de couleur rouge.

29  Le Caire, musée d’Art islamique, inv. no 34 ; Arthur Rhoné, « Vase en marbre du musée arabe du Caire (d’après un vase dessiné par Bourgoin) », Le magasin pittoresque, 30 avril 1883, p. 134-136.

30  Bernard O’Kane, The Illustrated Guide to the Museum of Islamic art in Cairo, Le Caire : The AUC Press, 2012, p. 150-151 ; la jarre est photographiée au musée à la fin du xixe siècle avec le support dessiné par Bourgoin.

31  PariS (France), musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, inv. 4062.

32  Arthur Rhoné, L’Égypte à petites journées… (éd. 1910), op. cit. (note 18), p. 474.

33  Gaston Migeon, Manuel d’art musulman. Les arts plastiques et industriels, tome 1, Paris : A. Picard, 1927, p. 304.

34  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0249 ; Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 1 ; Le Caire, musée d’Art islamique, inv. 441 et 554 ; Élise Anglade, Catalogue des boiseries de la section islamique du Musée du Louvre, Paris : Éd. de la Réunion des musées nationaux, 1988, p. 59-62.

35  Arthur Rhoné, L’Égypte à petites journées, études et souvenirs. Le Kaire et ses environs, Paris : E. Leroux, 1877, p. 47 et 295.

36  Comité de conservation des monuments de l’art arabe, Procès-verbaux (1882-1884), Le Caire : imprimerie nationale.

37  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0134 à EBA 7900-0151 ; EBA 7900-0618.

38  Le Caire (Égypte), Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0007, Lettre d’Ambroise Baudry à Arthur Rhoné, 13 mars 1883.

39  Ibid.

40  Jules Bourgoin, Précis de l’art arabe..., op. cit. (note 23), série 1'Architecture, pl. 85 à 88.

41 Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941 (36), pièce no 21bis.

42  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941 (36), pièce no 28.

43  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941 (36), pièce no 31, lettre du 28 octobre 1875.

44  Tony Lee, « Possible Sources for Bourgoin (1879) “ Le Trait des Entrelacs ” », http://www.tilingsearch.org/BourgoinSources.pdf. Consulté le 2 janvier 2015.

45  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2124, Rapport au M. de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts par Charles Yriarte, 30 juillet 1892.

46  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 1, 3.

47  Marque honorifique donnée aux personnes ayant accompli le pèlerinage à La Mecque.

48  Mercedes Volait, Maisons de France au Caire…, op. cit. (note 10), p. 52-55.

49  Gülru Necipoglu, avec Mohammad al-Asad, The Topkapi scroll : geometry and ornament in Islamic architecture : Topkapi palace museum library Ms H. 1956, Santa Monica, CA : Getty center for the history of art and the humanities, 1995, p. 66-69.

50  Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0018 et 0019.

51  Yūsuf Rāġib, « Esclaves et affranchis trahis par leur nom dans les arts de l’Islam médieval », in Christian Müller et Muriel Roiland-Rouabah (dirs.), Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d’Islam. Mélanges offerts à Jacqueline Sublet, Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 2013, p. 247-301.

52  Les premières mentions sont dans Hasan ‘Abd al-Wahhab, Tarikh al-masagid al-athariyya [Histoire des mosquées historiques], Le Caire : Matba‘at Dar al-kutub al-misriyya, 1946, vol. 1, p. 264, vol. 2, p. 129, pl. 196; Id., « Tawqi‘at al-sunna‘ ‘ala atar Misr al-islamiyya » [Signatures d’artisans sur les monuments de l’Égypte islamique], Bulletin de l’Institut d’Égypte, vol. 36, 1953-1954, p. 533-538.

53  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, AJ52 840, Lettre de Jules Bourgoin à Eugène Guillaume, 10 mai 1878.

54  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 1.

55  Annie-Christine Daskalakis Mathews, Le porche mamlouk, Paris : musée du Louvre ; Somogy, 2012 (Collection SOLO n° 55).

56  Paris, Archives des musées nationaux, M8 (1914, 9 mars), Lettre de Théophile Homolle au sous-secrétaire d’État des Beaux-Arts, 6 mars 1911.

57  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 11, 1.

58  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 1, 4, Lettre de Delort de Gléon à Bourgoin, le 16 juillet 1884.

59  « La collection Goupil, I – L’art occidental par Émile Molinier, II – L’art oriental » par Henri Lavoix, Gazette des beaux-arts, t. 31, 1er mai 1885, p. 377-394 ; t. 32, 1er oct. 1885, p. 287-307.

60  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 1, 4, Lettre de Delort de Gléon à Bourgoin, le 16 juillet 1884.

61  Alphonse Delort de Gléon, L’architecture arabe des Khalifes d’Égypte à l’Exposition Universelle de Paris en 1889. La Rue du Caire, Paris : E. Plon, Nourrit et Cie, 1889, p. 8. Voir aussi Mercedes Volait, « Bourgoin, architecte : la Rue du Caire », in Jules Bourgoin (1838-1908). L’obsession du trait, catalogue d’exposition (Paris, Institut national d’histoire de l’art, 20 novembre 2012-12 janvier 2013) Paris : INHA, 2012, p. 36-37.

Table des illustrations

Titre 1. Jules Bourgoin, Porte de la mosquée sultan Daahir-Bibars au Caire, pl. 74 des Arts arabes, [1868]-1873.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre 2. Jules Bourgoin, Jarre [zir] en marbre blanc, provenant du sanctuaire de la princesse Tatar al-Higaziyya (xive siècle), aujourd’hui au musée d’Art islamique du Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0172.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7019/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre 3. Jules Bourgoin, Bois fatimide de la collection Ambroise Baudry (détails), aujourd’hui au Louvre.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0057.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7019/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre 4. Jules Bourgoin, Élément de décor fatimide remployé dans une porte du maristan de Qalawun, aujourd’hui au musée d’Art islamique du Caire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 1.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7019/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 5. Jules Bourgoin, Élément de vitrail en plâtre ajouré, aujourd’hui au musée d’Art islamique du Caire. Sur la même feuille, éléments de lambris dans la maison Khalil pacha.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0062.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7019/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre 6. Jules Bourgoin, Carreau de la collection Ambroise Baudry (provenant de Damas) et frises de rinceaux.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0008.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7019/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre 7. Jules Bourgoin, Éléments des niches à décor stuqué du mausolée des Abbassides, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0151.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7019/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre 8. Muhammad Ibn Hajj ‘Abd al-Rahman al-Hamawi (Syrie), Modèle de décor à polygone étoilé.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, 67, 1, 3.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7019/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre 9. Jules Bourgoin, Éléments de décor à entrelacs et signature de leur auteur en calligraphie affrontée, mosquée d’Abu Bakr Muzhir, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0019.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7019/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre 10. Ed. Bénard, Salle orientale du collectionneur Albert Goupil en son domicile parisien, vers 1881-1884.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, 4 Phot 021-37.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7019/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 679k

Auteur

Mercedes Volait, architecte et historienne, est directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu à l'Institut national d'histoire de l'art. Ses travaux portent sur l'histoire architecturale et patrimoniale de l'Égypte moderne, et en particulier sur l'orientalisme architectural au XIXe siècle. Ses dernières publications incluent Fous du Caire : excentriques, architectes et amateurs d'art en Égypte (1867-1914) en 2009, Maisons de France au Caire : le remploi de grands décors mamelouks et ottomans dans une architecture moderne en 2012 et Émile Prisse d'Avennes, un artiste-antiquaire en Égypte au XIXe siècle en 2013.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search