Version classiqueVersion mobile

De l’Orient à la mathématique de l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908)

 | 
Maryse Bideault
, 
Estelle Thibault
, 
Mercedes Volait

Jules Bourgoin, artiste et savant

Maryse Bideault

Texte intégral

Une jeunesse icaunaise

  • 1  Paris, Institut national d’histoire de l’art (désormais INHA), Arch. 67, 5.
  • 2  Un premier survol de l’œuvre de Bourgoin avait été fait par Mercedes Volait dans la notice Bourgoi (...)

1Jules Bourgoin qui passa « de longs et studieux séjours, tant en Orient que dans les principaux pays d’Europe, où [il] a eu maintes occasions d’étudier les ruines des villes antiques, comme de suivre l’activité journalière des cités vivantes, d’interroger les artisans dans leurs chantiers et leurs ateliers, d’étudier les nombreuses œuvres contenues dans les musées et les collections particulières, de compulser de nombreux documents…1 » naquit le 12 décembre 1838 à Joigny (Yonne)2 au sein d’une famille implantée de longue date dans la région. Troisième enfant d’une famille de six, il vint au monde dans un milieu de négociants petits propriétaires, originaires, du côté paternel, de Saint-Julien-du-Sault, petite ville située à quelques kilomètres de Joigny et, du côté maternel, les Esclavy, de Fleury-la-Vallée, grand village se trouvant sur la route allant d’Auxerre à Joigny par Champlay.

  • 3  Depuis plusieurs décennies, des Esclavy sont négociants en vin à Paris, rue des Fossés-Saint-Victo (...)

2La branche Esclavy à Fleury-la-Vallée peut être suivie depuis le milieu du xviie siècle et se révèle, au travers des documents d’archives, non seulement prolifique mais d’un milieu social plus aisé que la famille paternelle de Jules Bourgoin3. La lignée Bourgoin, d’un patronyme très fréquent en Bourgogne, est tout aussi solidement implantée mais à Saint-Julien-du-Sault, petite ville située à quelques kilomètres au nord-ouest de Joigny, au riche passé historique dont témoignent encore quelques monuments insignes. La présence du rû d’Ocq permit l’installation de divers moulins (à tan, tannerie, minoterie) et de forges. Les pentes des coteaux étaient plantées des vignes qui n’atteignirent jamais la renommée des vignobles de Joigny.

1. Jules Bourgoin, Panneau sculpté au-dessus de l’escalier de l’hôtel Jacques Cœur, Bourges.

1. Jules Bourgoin, Panneau sculpté au-dessus de l’escalier de l’hôtel Jacques Cœur, Bourges.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 10, 11.

  • 4  Un dénombrement de la population de Joigny dressé en 1851 (Auxerre, Archives départementales de l’ (...)
  • 5  Nous remercions Élisabeth Chat, secrétaire générale de l’ACEJ qui a identifié l’emplacement de cet (...)
  • 6  Voir la base de données Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851 disponible sur http: (...)

3Si Jules Bourgoin naît à Joigny, petite ville installée le long de l’Yonne avec son peuple de vignerons tâcherons et de mariniers, c’est parce que son père, Louis-Étienne Bourgoin, y exerce, dans la rue Montant-au-Palais, la voie principale de la ville ancienne à flanc de coteau, l’activité de confiseur épicier, négociant en gros et demi-gros de vins fins, liqueurs et spiritueux4. La maison familiale, qui abritait également la boutique, a pu être identifiée5, située à l’angle de la rue du Loquet, non loin de la place du Pilori, vers l’église Saint-Thibault, là où se trouvent les maisons les plus anciennes, souvent à pans de bois, tandis que l’autre extrémité de la rue accueille des demeures bourgeoises. Le père de Jules Bourgoin occupe des fonctions au sein de la ville comme celle de juge au tribunal de commerce ou de maire adjoint, mais il se fait surtout connaître par son implication dans les événements survenus dans « Joigny la rouge » lors du coup d’État de décembre 1851. Gagné à la République sociale, déclaré comme étant l’un des chefs du parti socialiste à Joigny et républicain ardent et convaincu, franc-maçon, frère de la loge L’Aigle de Saint-Jean, devenue Le Phénix, ami de longue date du docteur Dominique Grenet, maire de la ville et Vénérable de la loge, qui est cité comme un modèle de bienfaisance, il participe à l’insurrection de décembre 1851. Décrit dans un rapport de police comme particulièrement dangereux car « il sait parler aux ouvriers », Louis-Étienne Bourgoin est arrêté le 13 décembre 1851 en même temps que 600 autres personnes conduites à Auxerre où elles seront emprisonnées. Ayant bénéficié d’un non-lieu en 18526 et étant retourné à ses activités de négoce, il meurt prématurément en 1860 à Saint-Julien-du-Sault chez son père qui ne lui survivra que peu de temps, et est enseveli dans la sépulture familiale au cimetière local. En décembre 1851, date du début des événements insurrectionnels, Jules Bourgoin vient alors d’avoir treize ans et on peut penser que cet épisode, auquel il ne fera jamais allusion, du moins dans ce que livrent ses papiers, ne fut pas sans influer sur la vie familiale et sans laisser de traces sur le jeune garçon. On peut également s’interroger sur l’intérêt montré par Jules Bourgoin pour le métier, le monde des apprentis et des artisans, qu’il affirme et développe tout au long de sa vie et de ses publications ou encore à travers des aphorismes ou des citations choisis qui souvent fustigent les relations de maître à valet. Il n’est pas impossible que tout ceci soit à mettre en lien avec l’engagement politique et social de son père.

2. Jules Bourgoin, Gisant de Guillaume, comte de Joigny, dans l’église Saint-André, Joigny.

2. Jules Bourgoin, Gisant de Guillaume, comte de Joigny, dans l’église Saint-André, Joigny.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 4.

  • 7  Sur Tolstoï et l’art, voir Michel Aucouturier, Tolstoï et l’art. Idées esthétiques et création art (...)
  • 8  Voir Élisabeth David et Anne-Hélène Perrot, « Jules Bourgoin et l’égyptologie, une liaison orageus (...)

4Rien n’est connu de l’éducation ou de l’instruction reçues par le jeune Jules Bourgoin, de ses aptitudes précoces (déjà dans les mathématiques dont il écrira un jour qu’il en avait toujours eu le goût  ? dans l’art du dessin où il affichera des dons sur lesquels tout le monde s’accordera  ? dans la botanique, lui qui fait savoir qu’il aurait voulu être ou mathématicien ou botaniste, une science qu’il mettra en application dans le choix des végétaux les mieux adaptés au jardin qu’il se dessine derrière sa maison à Saint-Julien-du-Sault  ?). Il émettra plus tard un seul regret, celui de n’avoir jamais appris ni la musique ni une langue vivante – à cette époque il ne jure que par la langue russe qu’il associe non seulement à l’œuvre littéraire mais aussi à l’action pédagogique, et sociale, de Léon Tolstoï sur son domaine de Iasnaia-Poliana7. Il n’est probablement pas allé au lycée, le plus proche étant alors le lycée impérial de Sens que fréquente un autre Icaunais, son strict contemporain, à savoir le futur égyptologue Eugène Lefébure né dans le petit village de Prunoy, qu’il aura l’occasion de retrouver au Caire au sein de la Mission archéologique française dont Lefébure assurera la direction de 1881 à 1883, mais nous ne savons que peu de choses, sinon au travers de quelques documents administratifs, des relations établies entre les deux hommes. Il semble que Lefébure, moins « doctrinaire » que Maspero, ait été plus indulgent envers Bourgoin8.

3. Jules Bourgoin, Décor à pans de bois sculptés, Joigny.

3. Jules Bourgoin, Décor à pans de bois sculptés, Joigny.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 4.

Années d’études à Paris

  • 9  Sur l’enseignement des beaux-arts et sur Constant-Dufeux, voir Ralph Goche, « Dans l’atelier de Si (...)
  • 10  Stéphane Laurent, L’art utile : les écoles d’arts appliqués sous le Second Empire et la Troisième (...)
  • 11  Sophie de Quillier de Saint-Phalle, « Ruprich-Robert, Victor (18 février 1820, Paris – 7 mai 1887, (...)
  • 12  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67.
  • 13  Album de 176 feuillets, dessins préparatoires à l’ouvrage Flore ornementale, Paris (France), musée (...)

5Le premier document qui vient nous renseigner sur la formation de Jules Bourgoin est son dossier d’élève à l’École impériale et spéciale des beaux-arts à Paris qu’il intègre en 1859 dans l’atelier de Simon-Claude Constant-Dufeux9, alors professeur de perspective tandis qu’Isidore Francœur est professeur de mathématiques. Il est probable que Jules Bourgoin a également suivi (antérieurement  ?) certains cours de l’École impériale et spéciale de dessin et de mathématiques, architecture, sculpture d’ornements et gravure sur bois pour l’application des beaux-arts à l’industrie (ancienne École gratuite de dessin ou encore Petite école), sise au 5 de la rue de l’École-de-Médecine10. C’est là que Victor Marie Charles Ruprich-Robert11, qui succède à Eugène Viollet-le-Duc dans le poste, assure l’enseignement de l’histoire et de la composition de l’ornement, démontrées et dessinées au tableau, en particulier d’après la fleur, et travaille à ce qui sera la grande œuvre de sa vie, La Flore Ornementale. Essai sur la composition de l’ornement. Éléments tirés de la nature et principes de leur application, publiée de 1866 à 1876, fruit de vingt ans d’enseignement de la composition de l’ornement à la Petite école. Il apporte à ses élèves quelques bases d’histoire de l’art, d’archéologie et des rudiments de botanique, puis il étudie l’ornement proprement dit sur un sujet déterminé, vase, rosace, frise, meuble, avant de passer à l’application inventive. Il y a dans les archives Bourgoin12 de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) plusieurs feuillets de carnets démembrés, sur un papier épais, qui, parce qu’ils s’apparentent à ceux attribués avec certitude aux années 1859-1860, peuvent être datés de cette période d’études. Ces feuillets couverts de dessins de compositions de fleurs très proches des dessins préparatoires de Ruprich-Robert13, accompagnés des noms latins des plantes et de la mention d’agrandissement, ne sont pas des copies mais peut-être des exercices de cours dispensés à la Petite école.

  • 14  Le dossier d’élève de Bourgoin aux Beaux-Arts est en ligne (http://www.purl.org/inha/agorha/002/81 (...)

6Les études de Jules Bourgoin à l’École des beaux-arts sont sans éclat. Son dossier14 révèle qu’admis en 2e classe le 12 novembre 1859 sur la recommandation de Constant-Dufeux, il se présente aux jugements et obtient le 6 mai 1860 une mention en mathématiques et le 20 octobre 1860 une mention en construction de fer. C’est vraisemblablement au cours de ses années d’étude qu’il commence à couvrir de dessins des petits carnets oblongs, le plus souvent à couverture de toile bise, achetés non loin de l’École des beaux-arts, chez Guerrier-Chapron, le papetier relieur installé au 34, rue de Seine. Les croquis sont variés, très souvent réalisés d’après des édifices de Félix Duban ou d’Henri Labrouste, comme la bibliothèque Sainte-Geneviève, mais aussi d’après divers édifices médiévaux de Paris (la cathédrale Notre-Dame, l’hôtel de Cluny), de villes et villages de province (fig. 1) ou de l’Yonne (Joigny, Saint-Julien-du-Sault, Armeau, Saint-Aubin-sur-Yonne, Dixmont, etc.) (fig. 2 et 3). D’autres pages sont couvertes de schémas de fleurs à la manière de Ruprich-Robert.

  • 15  Cette adresse, un hôtel meublé qui abrita Émile Zola en 1858, est celle qui est donnée par Simon-C (...)

7Formé très brièvement à l’architecture, c’est néanmoins en tant qu’architecte qu’il figure de 1860 à 1863 dans l’Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500 000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, installé à diverses adresses – en 1860, au no 8 du passage de l’Élysée-des-Beaux-Arts, une petite rue pittoresque de ce qui est encore la commune de Montmartre au-delà de l’octroi, puis à partir de l’année suivante, rue Notre-Dame-Montmartre dans le 2e arrondissement, enfin au no 60 puis au no 63 de la rue Monsieur-le-Prince15. Nous ne savons rien, là non plus, d’une quelconque activité en tant qu’architecte mais il n’est pas impossible qu’il travaille au sein d’un atelier, peut-être celui de Constant-Dufeux.

Première rencontre avec l’Orient

  • 16  La Courneuve, Archives diplomatiques, Comptabilité des Immeubles, 750SUP 1307 (Dossier Alexandrie (...)
  • 17  Le Temps, no 17 027 du 6 février 1908, rubrique Nécrologie : « Dans une petite ville de l’Yonne, S (...)
  • 18  Le projet initial de la Maison du consulat et des négociants d’Alexandrie (calques de la façade et (...)
  • 19  Charles Muller, Plan d’Alexandrie comprenant toutes ses fortifications, rues et édifices principal (...)

8Grâce aux archives diplomatiques16, les circonstances du premier séjour de Bourgoin en Égypte nous sont désormais bien connues. Contrairement à ce qu’écrit l’ami fidèle que fut l’architecte René Binet dans la nécrologie rédigée pour le journal Le Temps en date du 6 février 190817 et dont le contenu sera plusieurs fois repris avec quelques variantes et erreurs, Bourgoin ne partit pas pour suivre l’égyptologue Auguste Mariette, mais bien pour surveiller les travaux de réfection de la maison consulaire de France à Alexandrie, résidence qui avait été construite sur les plans de l’architecte Charles Frédéric Chassériau-Duchiron18, à la demande de Ferdinand de Lesseps. Lorsque Lesseps prend son poste à Alexandrie en mars 1832, la maison consulaire se trouve dans un état de délabrement tel qu’on craint d’être écrasé par ses ruines, l’eau tombant à l’intérieur à peu près comme dans la rue. Cette situation est d’autant plus regrettable que l’ambassade se trouvant à Constantinople, les consuls ont en Égypte un rôle d’ambassadeurs. L’édification d’une maison davantage digne de la France entre dans les projets d’urbanisme du vice-roi d’Égypte Méhémet Ali qui offre tout le terrain nécessaire à la construction, situé sur la célèbre place des Consuls, à peu près au milieu du côté nord19.

4. Jules Bourgoin, Mosquée de Gabbari, avec le port au loin, Alexandrie.

4. Jules Bourgoin, Mosquée de Gabbari, avec le port au loin, Alexandrie.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 8.

  • 20  Concernant Mauss, voir http://www.purl.org/inha/agorha/002/78463.
  • 21  La reconstruction du consulat d’Alexandrie menée par Marcel Lambert (1847-1928) et Samuel Victor E (...)

9C’est à Christophe-Édouard Mauss20, architecte du ministère des Affaires étrangères chargé par le gouvernement français de la restauration de l’église Sainte-Anne de Jérusalem à partir de 1862, puis en 1866 de la reconstruction de la grande coupole de la basilique du Saint-Sépulcre, que revient le chantier de restauration de la maison consulaire. Un premier devis est établi en 1862 à la suite d’un voyage effectué par Mauss en Égypte dans le but de prendre livraison du bois nécessaire aux travaux à Jérusalem. Tous les rapports insistent sur l’état pitoyable du bâtiment consulaire, en particulier à cause des terrasses trop lourdes pour les étages inférieurs et construites selon une technique pratiquée en Égypte qui mélange terre et herbes, étages qui, infiltrés par les pluies, pèsent sur les planchers dont on préconise le remplacement par des terrasses « à la vénitienne ». L’hôtel consulaire d’Alexandrie est réputé pour être une habitation ruineuse21.

5. Jules Bourgoin, Rue, Alexandrie.

5. Jules Bourgoin, Rue, Alexandrie.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 8.

  • 22  La Courneuve, Archives diplomatiques, Comptabilité des Immeubles, 750SUP 1307 (Dossier Alexandrie (...)

10Les autorités concernées, conscientes de ce que l’éloignement de Mauss pourrait créer comme difficultés, décident de demander à l’architecte Simon-Claude Constant-Dufeux, qui les avait déjà conseillées, de leur indiquer le nom d’un architecte qui serait à même de venir surveiller les travaux à Alexandrie. C’est ainsi qu’est avancé le nom de Jules Bourgoin, lequel est chargé, le 14 août 186322, de la restauration de la maison consulaire sous la direction de Mauss qui avait déjà dressé plans et devis. Une indemnité mensuelle de 500 F lui est allouée en plus des frais de voyage. Dès lors Bourgoin établit des devis, se charge de la réception des travaux en l’absence, de plus en plus longue, de Mauss. Le jeune architecte venu de Paris se trouve de fait seul responsable du bon fonctionnement du chantier. Toute la correspondance échangée entre les consuls et le ministère des Affaires étrangères est emplie de demandes d’augmentations de crédits, toujours insuffisants pour ce qui est plus qu’une restauration et qui s’apparente davantage à une reconstruction partielle.

11Les documents d’archives font apparaître que Jules Bourgoin doit faire face, très tôt, à des problèmes d’argent et que dès ce premier séjour au Proche-Orient, il va se lancer dans une correspondance administrative riche en demandes de remboursements, d’avances sur frais, désagréables aux autorités de Paris qui n’hésitent pas à rappeler les pratiques auxquelles il doit se plier. Dès lors, Bourgoin développe une rhétorique « victimaire » qui se traduira, au long des années, par la pratique d’une phraséologie, pas vraiment cauteleuse mais ampoulée à défaut d’être efficace.

12Ce séjour à Alexandrie est la première occasion pour Jules Bourgoin de se confronter à l’Orient. La ville portuaire qui a priori n’offre pas aux Occidentaux la même séduction que Le Caire, est habituellement quittée, dès que les formalités administratives sont accomplies, sauf par les négociants attirés par le cosmopolitisme de l’endroit. Mais elle n’est pas sans offrir encore des monuments et spolia qui disent la grandeur passée du lieu (fig. 4 et 5).

  • 23 Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen. Gesammelt, gezeichnet und mit erläutern dem Texte (...)

13Les carnets de dessins que Bourgoin couvre de croquis durant ce séjour témoignent des intérêts les plus variés, caractéristiques de l’enthousiasme propre à quelqu’un qui découvre un monde alors inconnu de lui. Tout est prétexte à croquis : il n’est certes pas vraiment attiré par les paysages, les vues perspectives ou les monuments dans leur élévation ; il sacrifie toutefois à quelques rares portraits d’Européens non identifiés, à l’exception d’un portrait de Mauss endormi, d’indigènes (un serviteur  ? un interprète  ?), presque tous inexpliquablement biffés, et à quelques scènes de petits métiers croqués rapidement. Jules Bourgoin avait connaissance de la monumentale Description de l’Égypte et plus particulièrement des chapitres et planches consacrés à Alexandrie et à la Basse-Égypte qui mettaient en avant certaines particularités de la cité, telles que le réemploi de spolia dans les arcades de mosquées ou d’églises coptes, le travail raffiné du bois visible dans les treillis, les placards à l’intérieur des demeures, les devantures de cafés, l’ingéniosité des systèmes de serrures en bois qui ont, avant lui, retenu l’attention du baron Vivant Denon et des dessinateurs de la Description de l’Égypte. Mais il s’intéresse aussi aux particularités qu’offrent le delta du Nil et la Basse-Égypte telles l’ornementation des proues de dahabiehs, ces bateaux si caractéristiques, ou encore les austères compositions de briques des façades de la ville de Rosette, ainsi que les dispositions si particulières des porches des demeures. La connaissance qu’avait Bourgoin de la monumentale publication se manifestera également beaucoup plus tard lorsqu’il continuera à noter en marge des dessins des années 1880-1884 les coordonnées de l’index de la Description de la ville et de la citadelle du Kaire qui constitue la deuxième partie du tome XVIII de la Description de l’Égypte. Il avait également connaissance des planches de la publication de l’Allemand Friedrich Maximilian Hessemer qui séjourna en Égypte en 1829-183023 et s’attarda, plus que d’autres, à Alexandrie, et dont Bourgoin note les références sur deux feuillets d’un carnet des années 1863-1866.

  • 24  Les relations entre Jules Bourgoin et Émile Prisse d’Avennes sont très peu documentées mais certai (...)
  • 25  Voir Mercedes Volait (dir.), Le Caire dessiné et photographié au xixe siècle, Paris : Picard, 2013 (...)

14Le travail à Alexandrie n’occupe pas tout le temps de Jules Bourgoin, même s’il n’hésite pas à écrire que sa tâche ne lui laissait que peu de loisirs. Différents carnets de dessins et les planches de son ouvrage Les Arts arabes, architecture, menuiserie, bronzes, plafonds, revêtements, marbres, pavements, vitraux, etc. avec un texte descriptif et explicatif et le trait général de l’art arabe, prouvent qu’il a passé beaucoup de temps au Caire sans que l’on sache dans quelles circonstances car, à ce moment-là, il ne pouvait compter sur des frais de mission payés par le ministère des Affaires étrangères. Nous ne savons rien de ses conditions de séjour au Caire, ni de ses lieux de résidence ni de ses fréquentations. Émile Prisse d’Avennes que Bourgoin rencontrera, mais dans d’autres circonstances et dans d’autres endroits24, ne s’y trouve plus. D’ailleurs, à ces dates, Le Caire ne connaît plus l’extraordinaire concentration d’archéologues, écrivains, artistes, pionniers de la photographie qui s’y voyait dans les années 1840-184425.

15Cependant la quantité de dessins réalisés sur place et le nombre de planches des Arts arabes consacrées, totalement ou partiellement, au Caire (60 sur 92) témoignent du temps passé à visiter les mosquées et autres monuments et à en relever détails, ornements.

16Les sept planches illustrant des monuments de Jérusalem et de Jaffa dans ce même ouvrage, ainsi qu’un carnet de dessins réalisé en Palestine, assurent que Bourgoin a visité ces contrées. Nous sommes moins documentés sur une incursion qu’il aurait faite jusque dans l’actuelle Syrie (fig. 6). Il l’écrit néanmoins lorsqu’il est amené à solliciter une mission à Damas en 1873 mais il n’a été trouvé aucun carnet ou dessins de monuments de Damas des années 1863-1866 qui puissent venir documenter son travail sur le patrimoine monumental de la « Perle d’Orient ». Jules Bourgoin, parti de Paris le 14 août 1863, y revient en octobre 1866, embarquant à Alexandrie, ce qui placerait le voyage en Palestine et en Syrie non sur le chemin du retour vers la France mais antérieurement.

6. Jules Bourgoin, Vue du monastère byzantin de Sednaya, Syrie.

6. Jules Bourgoin, Vue du monastère byzantin de Sednaya, Syrie.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 12.

  • 26  « Mais ayant signalé les lacunes qu’il est nécessaire de combler, Bourgoin sent l’utilité d’un der (...)

17Dès le 11 octobre 1866, Bourgoin, par l’intermédiaire d’Eugène Viollet-le-Duc26, sollicite une nouvelle mission qu’il juge nécessaire pour combler les manques de son ouvrage à venir pour lequel il a déjà trouvé un éditeur. Cette demande sera rejetée en raison de la situation des crédits de la direction des Beaux-Arts.

Dans la fabrique des premières publications : Les Arts arabes et la Théorie de l’ornement

  • 27  Ce prospectus se trouve dans les papiers Prisse d’Avennes (Paris, Bibliothèque nationale de France (...)
  • 28  Béatrice Bouvier, op. cit. (note 27), p. 424.

18Nous ne savons rien des moyens de subsistance de Jules Bourgoin à partir de son retour à Paris. Il se met à travailler à l’ouvrage qui doit être la somme de ses découvertes et de son travail durant ces trois années passées au Proche-Orient, et plus particulièrement en Égypte. Un prospectus édité en 1868 par le libraire éditeur A. Morel27 annonce la parution, en 40 livraisons, au rythme de cinq livraisons tous les deux ou trois mois, d’un ouvrage qui, outre le fait qu’il venait répondre à l’engouement suscité pour les arts musulmans révélés au public par l’Exposition universelle de 1867, se présentait comme une explication définitive et raisonnée, à l’aide des principes de la géométrie, des procédés de composition des arts arabes. Ce même prospectus annonçait un ouvrage composé de 100 planches in-folio, dont 44 gravées sur acier et 56 en chromolithographie. En fait, l’ouvrage définitif, portant la date de 1873, n’offrira que 92 planches dont 51 en chromolithographie et 41 gravées sur acier. On peut s’interroger sur ce qui était prévu : ne s’agissait-il pas de planches consacrées à l’art musulman de Damas dont Bourgoin voulait compléter la documentation par la mission qu’il sollicite en 1866 ? On peut aisément imaginer que le travail de préparation de l’ouvrage a totalement absorbé l’auteur pendant de longs mois, travail rendu compliqué par la parution en livraisons mais aussi par le décès subit d’Auguste Morel en novembre 1869 qui induit une vente du fonds en mars 1870. Le catalogue de la vente mentionne, concernant Les Arts arabes de Bourgoin en cours de parution, l’existence de « Cinq mille deux cent quarante-quatre planches chromos, deux mille six cent quarante planches taille douce, huit mille six cent quarante feuilles de texte, neuf cent une couvertures, prisés trois mille six cent soixante »28. Rien d’autre n’est connu de cette gestation. Bourgoin s’est vraisemblablement appliqué à tirer de ces nombreuses pages de carnets de quoi construire non seulement ses planches mais aussi les nombreux schémas géométriques explicatifs du Trait général de l’art arabe, partie essentielle à la démarche explicative voulue par l’auteur. Un travail énorme, solitaire car il ne dispose pas de moyens financiers lui permettant de faire appel à des collaborateurs. Il fait sienne la citation latine Nulla dies sine linea qu’il transcrit sur un de ses nombreux feuillets couverts de croquis et de notes.

  • 29  Sur ce voyage voir Maryse Bideault, « L’ordre et la forme : remarques sur les carnets de voyage de (...)
  • 30  Voir Estelle Thibault, « Quelle théorie pour l’ornement ? Vers les fondements d’une "science archi (...)

19Mais tout en travaillant à la publication des Arts arabes, Bourgoin entreprend un autre ouvrage qui découle de ce premier séjour et dans lequel il se propose d’identifier les principes fondamentaux de la composition ornementale en étendant et généralisant l’approche analytique aux autres domaines culturels et artistiques. Et pour ce, Bourgoin ressent le besoin de partir sur les traces du monde gréco-romain, et de ne pas se limiter aux œuvres d’art antique vues dans les musées. Parce qu’il sait qu’une nouvelle demande de mission ne serait pas reçue des autorités, il est probable que le périple qu’il entreprend en Italie du Sud (fig. 7) et en Grèce entre décembre 1868 et février 186929 est fait à ses frais, ce qui explique sa brièveté. Les dessins et croquis dont il couvre quatre carnets vont lui servir à composer ses planches comparatives, gravées au trait, qui font se côtoyer des motifs hétérogènes tirés de sources les plus variées. Cet ouvrage sera publié en 1873 sous le titre Théorie de l’ornement30.

  • 31  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284 (2).
  • 32  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284 (2).

20Le 12 décembre 1869, Bourgoin sollicite du ministère de l’Instruction publique une mission à Damas, arguant l’absence de publication sur cette ville31. Bien qu’il ait reçu un appui du ministre des Affaires étrangères, le ministère de l’Instruction publique lui avance de nouveau le manque de moyens de ses services et le fait qu’une souscription avait déjà été accordée en mai de la même année pour la publication des Arts arabes32.

7. Jules Bourgoin, Le Vésuve en éruption, Naples.

7. Jules Bourgoin, Le Vésuve en éruption, Naples.

Source : Paris, Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9 15.

  • 33  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284 (2) (courrier en date du 28 janvier (...)
  • 34  Cette maison est documentée par divers plans et élévations établis par Bourgoin conservés dans le (...)

21Les années 1869-1873 sont consacrées à la rédaction et au financement de ses deux premières publications, Les Arts arabes (publié entre 1868 et 1873) et la Théorie de l’ornement (Paris, Lévy, 1873). Pour ce dernier, une souscription est demandée en 1870 au ministère de l’Instruction publique et au ministère des Affaires étrangères33. Les moyens de subsistance de Bourgoin durant ces années nous sont inconnus. Est-il resté à Paris pendant les tragiques événements du siège de Paris et de la Commune ou s’est-il réfugié dans l’Yonne ? Sa mère, Victoire Esclavy-Bourgoin, décède à Joigny le 18 janvier 1872 et la part successorale qui lui revient va l’aider à financer la construction d’une demeure sur un des terrains qu’il possède à Saint-Julien-du-Sault34.

Seconde mission en Orient

  • 35  AN, F17 2941 (36).

22Dès le 13 mai 1873 Bourgoin se lance dans la quête du financement d’un nouveau séjour en Orient (Le Caire, Jérusalem, Damas). En fait, une mission lui est bien accordée, mais à Damas en juin 187435 grâce à l’intervention d’Eugène Guillaume, directeur de l’École des beaux-arts, et d’Ernest Renan, membre de l’Institut, l’orientaliste Charles Schefer ayant la charge d’en faire le rapport.

  • 36  Lettre de Gaston Maspero à Xavier Charmes en date du 20 novembre 1881 (AN, F17 2930 (1), pièce 84) (...)

23Bourgoin arrive à Damas peu avant le 12 septembre 1874. La mission avait été très clairement définie, plutôt archéologique puisqu’il s’agissait surtout d’achever le relevé complet de la grande mosquée des Omeyyades même si Renan avait noté que quelques maisons de Damas, derniers restes d’une splendeur qui disparaît chaque jour, devraient aussi être relevées. Et c’est cela qui attire Bourgoin qui ne termine pas le relevé de la Grande Mosquée et qui dessine quelques autres monuments insignes de la ville, mais qui porte toute son attention aux maisons ottomanes de Damas. En outre, parce qu’il fait particulièrement froid à Damas au cours du mois de janvier 1875, il quitte brusquement la Syrie et se réfugie sous le climat plus clément du Caire, en s’accordant un séjour à Jérusalem. Cette « désertion » et d’autres inconduites, entre autres l’impayé qu’il laisse chez sa logeuse, lui attireront les foudres du ministère. Schefer, déçu par l’attitude de Bourgoin qui refuse de se plier aux ordres donnés et qui est déjà présenté comme n’honorant pas sa parole, fera connaître l’opinion négative qu’il a de Jules Bourgoin, ce qui sera encore rappelé dans les années 1881-1884 par l’égyptologue Gaston Maspero36.

  • 37  Voir Maryse Bideault et Bassam Dayoub, « Une saison damascène, 1874-1875 », à consulter dans le pr (...)
  • 38 Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941, pièce no 21 bis.

24Néanmoins, Bourgoin revient de Damas avec une nouvelle moisson de dessins, des antiquités qu’il a pu acquérir et qu’il propose à la vente au Caire comme en France37, et quelque 200 calques d’épures utilisées par les artisans de Damas38. Durant son séjour au Caire, il prend le temps de dessiner et remplir d’autres carnets, de même qu’au cours de son passage à Jérusalem qu’il visite une seconde fois.

25Rentré en France en août 1875, Bourgoin rédige un rapport de sa mission dans lequel il suggère que les nombreux matériaux recueillis pendant les huit mois passés à Damas, au Caire et à Jérusalem pourraient donner lieu à trois publications : Les Éléments de l’art arabe, Les Maisons de Damas et La Grande Mosquée de Damas. Des trois titres, seul le premier sera publié en 1879 chez l’éditeur Firmin-Didot. L’ouvrage sur les maisons de Damas restera à l’état de table des matières dont il existe deux versions. Quant à celui consacré à la mosquée des Omeyyades, il n’en sera plus du tout question.

  • 39  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, AJ52 840, pièce 3386. Cette lettre est intégr (...)

26Ayant probablement conscience que son attitude au cours du séjour à Damas lui avait attiré des inimitiés définitives et qu’il lui serait désormais difficile de solliciter d’autres missions, Bourgoin se lance dans des demandes d’autorisation de faire des cours libres sur la théorie de l’ornement (hiver 1877/1878 à l’École des beaux-arts) mais donne aussi des leçons à l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie au cours de l’année 1879. Il semble que le dessein sinon de pédagogie du moins de démonstration soit à mettre en relation à la fois avec son manque de ressources financières et avec ce talent à savoir tirer les bénéfices des expériences précédentes. C’est ainsi qu’il se présente longuement dans une lettre adressée le 10 mai 1878 au directeur de l’École nationale des beaux-arts, Eugène Guillaume, après la décision d’interruption de son cours donné aux Beaux-Arts, où il met en avant son besoin de liberté et d’indépendance pour mener à bien la besogne assez ingrate qu’il a entreprise39.

  • 40  Estelle Thibault, « La Grammaire élémentaire de l’ornement (1880) », in Jules Bourgoin 1838-1908…,(...)

27De cette expérience va naître une nouvelle publication, la Grammaire élémentaire de l’ornement publiée chez Delagrave en 1880, qui vise un public plus large en tendant à établir des bases d’un langage graphique commun à l’ouvrier, à l’artiste et à l’amateur40.

En Égypte de nouveau

  • 41  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284 (2).
  • 42  Georges Perrot et Charles Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité. I, Égypte, Paris : Hachette (...)

28L’année 1880 inaugure pour Jules Bourgoin une période d’activité intense, au Caire à nouveau, et on ne peut qu’être surpris de la multiplicité des tâches qui lui sont confiées, la plupart d’entre elles faisant appel à ses talents de dessinateur loués par tous. Il avait été appelé, au sein de la vie exposition de l’Union centrale des arts décoratifs, à faire partie du jury de la treizième classe consacrée aux publications modernes relatives au travail du métal. Le 12 janvier 1880, Bourgoin se voit chargé d’une mission « à l’effet d’exécuter d’après les sculptures et peintures de monuments antiques et des édifices récemment découverts une série de dessins pouvant servir de modèles à l’enseignement41. » Il part pour l’Égypte accompagné de Georges Bénédite, le futur égyptologue qui n’est encore que dessinateur. Il est également employé à dessiner d’après des pièces et œuvres conservées au musée de Boulaq pour illustrer le premier volume de l’Histoire de l’art dans l’Antiquité de Georges Perrot et Charles Chipiez consacré à l’Égypte42.

  • 43  La mission ne prit son nom définitif d’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) que par un (...)

29C’est alors qu’il est amené à faire la rencontre du grand égyptologue Auguste Mariette pour lequel il réalise des estampages de l’intérieur de plusieurs tombeaux à Saqqara. Mais le grand moment de Bourgoin dans les années 1880 est sa nomination en tant que sous-directeur des études orientales, poste rapidement abandonné, à la mission permanente créée sous le nom d’École française du Caire43 et dirigée par Gaston Maspero. Les relations entre les deux personnages sont le plus souvent conflictuelles, Maspero accusant Bourgoin de ne pas tenir ses engagements, de ne pas obéir aux ordres. Un examen de la correspondance tant administrative que privée de Maspero n’est guère flatteuse pour Bourgoin, même ravalé au rang de dessinateur et de conservateur des archives graphiques de la mission, chargé de former certains membres de la mission aux arts arabes, en les faisant pénétrer dans des édifices religieux, et d’assurer aux élèves un cours de dessin et d’architecture.

  • 44  Lettre de Raoul de Saint-Arroman, secrétaire de la Commission des missions à l’Exposition universe (...)

30Bourgoin travaillera au sein de cette Mission archéologique française au Caire jusqu’à son retour en France en octobre 1884. Il exécutera un certain nombre de relevés, d’estampages, de calques pour Gaston Maspero, pour Eugène Lefébure, dont certains demeureront inédits, d’autres servant à l’illustration, sous forme de planches colorées, des comptes rendus des premières années de fouilles qui paraîtront dans les deux premiers volumes des Mémoires publiés par les Membres de la Mission archéologique française au Caire. Onze aquarelles et dessins réalisés au cours de ce séjour seront exposés dans une des vitrines conçues par l’architecte Marcel Dourgnon pour le pavillon des Missions à l’Exposition universelle de Paris en 188944. Bourgoin sera également appelé à d’autres interventions, liées à sa formation d’architecte, lorsqu’il est question de trouver une autre maison pour accueillir la mission archéologique. Non seulement il visitera un certain nombre de demeures qui ne donneront pas satisfaction le plus souvent, mais il sera amené, en mai 1884, à agréer les dispositions prévues pour les appartements de la mission dans une maison donnant sur la rue de Faggala.

31Toujours en Égypte, Bourgoin sera nommé membre correspondant de l’Institut égyptien, certainement à l’initiative d’Arthur-Ali Rhoné qui en est également un des membres correspondants.

  • 45  Le décret de création est paru le 21 décembre 1881.
  • 46  Jules Bourgoin a conservé une copie du décret qui se trouve aujourd’hui à l’INHA, Aut. 45, 1, 4.

32Alors qu’il se trouve au Caire, un groupe de Français au nombre desquels Arthur-Ali Rhoné, frappés par la destruction qui semble inéluctable de la ville ancienne menacée par les grands chantiers de rénovation et de modernisation, décident de mettre en place un Comité de conservation des monuments de l’art arabe45 dont Bourgoin aurait dû faire partie mais son nom ne figure pas dans le décret de création, ce qu’Eugène Lefébure déplore. Cet oubli sera réparé puisque Bourgoin sera nommé par décret du Khédive le 21 janvier 188246. Au sein de ce groupe et de cette fonction, Bourgoin, qui renoue avec les passions de son premier séjour au Caire, est amené à entrer dans les monuments les plus insignes comme les plus modestes, les mieux préservés comme les plus menacés et dessine, relève tout ce qu’il peut, non plus sur des carnets mais sur des feuilles libres d’un format un peu plus grand (fig. 8 et 9). Dans cette entreprise d’inventaire dessiné il est souvent accompagné de Rogers bey (Edward Thomas Rogers), de Julius Franz, d’Ambroise Baudry, d’Artin pacha qui travaillent à dresser un catalogue des monuments et édifices qui semble avoir atteint, à la fin de 1883, quelque 800 numéros.

8. Jules Bourgoin, Madrasa-mosquée d’Uljay al-Yusufi, Le Caire.

8. Jules Bourgoin, Madrasa-mosquée d’Uljay al-Yusufi, Le Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0265.

  • 47  Voir Maryse Bideault, « Dessiner dans la Bibliothèque khédiviale du Caire », infra, p. 159-170.
  • 48  Bibliothèque nationale du Caire, Adab Farsi 908.

33Dans le même temps, Bourgoin dit avoir été sollicité pour un autre projet qui ne vit malheureusement pas le jour mais dont des dessins originaux témoignent. Il s’agissait de la publication d’un recueil des plus beaux manuscrits enluminés arabes, persans et turcs conservés à la Bibliothèque khédiviale du Caire47. Les 40 planches de l’ouvrage auraient été accompagnées de la traduction de Wilhelm Spitta, orientaliste allemand qui avait la fonction de directeur de la bibliothèque et que Bourgoin, avec Lefébure, avait aidé dans la traduction en français de son recueil de Contes arabes modernes publié en 1883, après que Spitta bey eut été chassé d’Égypte par les Anglais en 1882. Une partie de ces illustrations, celles réalisées d’après le prestigieux manuscrit enluminé par Behzad48, devait être utilisée pour un tirage à part destiné à accompagner la première traduction complète en français par Charles Barbier de Meynard du Bustan ou Verger du poète persan Sa‘adi, publiée à Paris chez Leroux en 1880. La situation au Caire, après l’intervention anglaise en août 1882, avait rendu la situation très compliquée pour Bourgoin qui ne s’était vu rendre son accès à la bibliothèque qu’en septembre de la même année. Bourgoin qui avait pris des contacts avec l’éditeur parisien Firmin-Didot pour ce recueil est à même, en septembre 1882, d’évoquer un autre projet qu’il soumet au même éditeur, à savoir un ouvrage riche d’environ 400 planches gravées et en couleurs dont le titre provisoire était Matériaux pour servir à l’histoire de l’art oriental, ce qui laisse penser qu’il avait accumulé à cette date le matériel iconographique nécessaire.

34En fait, il s’agit là de la première idée de ce qui deviendra son dernier ouvrage consacré aux arts musulmans, à savoir le Précis de l’art arabe et matériaux pour servir à la théorie et à la technique des arts de l’Orient musulman publié en livraisons de 1889 à 1892.

35Entre temps, et jusqu’à la fin de son ultime séjour au Caire, Bourgoin continuera à accumuler des dessins d’après les monuments de la ville ainsi que des œuvres d’art réunies au musée d’Art arabe installé tout d’abord sous les arcades de la mosquée d’al-Hakim avant de trouver un abri plus sûr dans un bâtiment construit exprès dans la cour de la mosquée.

9. Jules Bourgoin, Rue avec la mosquée de Baybars al-Gashankir, Le Caire.

9. Jules Bourgoin, Rue avec la mosquée de Baybars al-Gashankir, Le Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0332.

« La route que j’ai parcourue avec un labeur si tenace… »

36Une lettre du ministre de l’Instruction publique en date du 10 octobre 1884 fait savoir qu’il est mis fin aux fonctions de Bourgoin en tant que membre de la mission. Il rentre alors en France et se retire, toujours désargenté, dans sa maison de Saint-Julien-du-Sault. C’est dans cette petite ville qu’il va passer les quelque vingt-quatre ans qui lui restent à vivre sans que son activité ralentisse pour autant.

37Même si Bourgoin est appelé à faire de fréquents séjours dans la capitale, son travail, rendu plus solitaire en raison de l’éloignement, devient très différent. Il n’aura plus vraiment de fonctions rémunérées sauf quelques tâches très diverses et plus courtes, souvent confiées sur la recommandation d’amis qui s’inquiètent de sa situation personnelle.

  • 49  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2124 (2).

38Rentré d’Égypte avec une moisson exceptionnelle de dessins, il en organise l’exploitation en poursuivant l’idée de publication d’un ouvrage sur les arts musulmans pour lequel il sollicite des subventions dès 1886 et pour lequel un rapport très favorable est fait par Émile Boeswillwald le 1er février 1887. L’ambition de l’ouvrage est déjà réduite par rapport à ce qui avait été évoqué en 1882 au Caire ; aux 400 planches gravées et en couleurs viennent se substituer 300 planches avec toujours un texte de 600 pages avec figures intercalées. La réalisation finale sera encore réduite, certes avec 300 planches, mais très peu en couleurs, un texte réduit aux légendes des planches, toute la partie historique n’ayant jamais été ni écrite ni publiée, et une parution dans le tome VII de la série des Mémoires publiés par les membres de la Mission archéologique française au Caire. Le travail de mise au point des 300 planches dessinées se fait dans la solitude de sa maison à Saint-Julien-du-Sault. L’activité de dessinateur de Bourgoin est également sollicitée pour d’autres projets. Georges Perrot et Charles Chipiez font toujours appel à lui pour l’illustration d’autres volumes de leur Histoire de l’art dans l’Antiquité, dont le tome II consacré à la Chaldée et à l’Assyrie paru en 1884 et le tome III consacré à la Phénicie et à Chypre paru en 1885. C’est surtout d’après les œuvres conservées au musée du Louvre que Bourgoin travaille. Enfin, une dernière commande lui sera passée par la Manufacture de Sèvres en janvier 1894, pour l’école d’application alors en cours d’organisation, d’« une série de grands modèles d’une étude analytique de la forme et du décor des vases des plus belles époques, depuis les temps les plus reculés49 », 37 planches de grand format achevées en juillet-août 1894 qui n’ont pas encore été retrouvées.

39Une autre de ses multiples activités consistera en des cours qu’il demande à faire à l’École des beaux-arts en 1885 puis en 1892 devant un public de plus en plus réduit, alors qu’il en refuse d’autres à la bibliothèque Forney, en des conférences qu’il sera appelé à assurer à l’École nationale des arts industriels de Roubaix en 1893 ou d’autres sur le tissage et la passementerie qu’il propose en 1904 au président de la chambre de commerce de Lyon.

  • 50  Mercedes Volait, « Bourgoin, architecte : la Rue du Caire (1889) », in Jules Bourgoin 1838-1908…, (...)

40Son expertise dans le domaine des arts musulmans lui vaudra d’être invité à participer à divers projets et réalisations. Toujours en lien avec l’Égypte, Jules Bourgoin est appelé en 1884 par le baron Alphonse Delort de Gléon, qui avait résidé et travaillé pendant plus de vingt ans en Égypte, pour réaliser un salon à l’ottomane dans son hôtel particulier de la rue Vézelay près du parc Monceau à Paris. Plusieurs documents, poncifs, factures subsistent qui viennent documenter l’élaboration de ce salon dont très peu d’éléments demeurent in situ mais dont Bourgoin avait eu le projet de tirer une publication intitulée Un salon arabe à Paris, connue par la seule table des matières. Sa participation à l’élaboration de la Rue du Caire, reconstituée grâce au financement du baron Delort de Gléon à l’Exposition universelle de 1889, n’est absolument pas documentée mais il est probable qu’il ait joué un rôle (de conseiller ?) dans cette réalisation spectaculaire50. Mais son expertise est également convoquée lorsqu’il est appelé à faire partie du comité de l’exposition des Arts musulmans organisée au palais de l’Industrie sur les Champs-Élysées en 1893, comité où il côtoie des personnalités rencontrées plusieurs années auparavant comme Charles Schefer, Ambroise Baudry, Georges Bénédite mais aussi Henri Saladin, architecte, alors membre de la commission de l’Afrique du Nord et qui sera la première personne appelée à classer le fonds Bourgoin entré dans les collections de la bibliothèque d’Art et d’archéologie créée par Jacques Doucet.

41Au début des années 1890, contraint par des ennuis pécuniaires, Bourgoin est amené à proposer des œuvres graphiques à la vente.

  • 51  Deux cent sept dessins préparatoires sont reliés en trois volumes (Paris (France), Bibliothèque na (...)

42Une première soumission sera faite auprès de la Bibliothèque nationale d’acquisition d’une grande partie des dessins à la plume préparatoires aux planches du Précis de l’art arabe et matériaux pour servir à la théorie et à la technique des arts de l’Orient musulman. Ces dessins seront présentés à la commission du 22 mars 1890 et entreront dans les collections du cabinet des Estampes51.

  • 52  Ces dessins, au nombre de 989, sont toujours conservés dans les collections de l’École des beaux-a (...)

43L’autre proposition d’acquisition sera faite, à l’initiative de Xavier Charmes qui fut longtemps un soutien de Bourgoin, auprès des Beaux-Arts. Les tractations dureront du 24 mai 1892 au 30 janvier 1893, certaines personnes émettant des doutes sur l’intérêt des dessins d’art musulman pour l’enseignement des beaux-arts, d’autres exigeant que Bourgoin les classe et les légende. Finalement, Bourgoin livrera, en plusieurs fois, quelque 1 200 dessins52 et croquis divers parmi lesquels les 200 copies faites à Damas d’après des épures trouvées chez des artisans. Le reste est constitué, en grande majorité, des dessins réalisés en Égypte dans les années 1880-1884 (art musulman comme art de l’Égypte ancienne) mais l’ensemble offre également d’autres dessins ou aquarelles en lien avec le premier ouvrage, les Arts arabes ou encore avec la mission à Damas.

  • 53  Estelle Thibault, « Les Études architectoniques et graphiques (1899-1901), in Jules Bourgoin 1838- (...)
  • 54  Id., « La Graphique (1905) » et « Figures d’échiquiers » in Jules Bourgoin 1838-1908…, op. cit. (n (...)

44Les deux dernières décennies de la vie de Jules Bourgoin sont surtout consacrées à la rédaction de ses ultimes ouvrages théoriques, toujours plus abscons, les Études architectoniques et graphiques publiées chez Schmid en 1899-190153 et La Graphique. Collection raisonnée d’études et de matériaux, de notes et de croquis pour servir à l’histoire, à la théorie, à la technique des arts et à l’enseignement dans la famille, dans l’école et dans l’atelier publiée chez Delagrave en 190554.

45Une fois la production scientifique arrêtée, il reste à Jules Bourgoin moins de trois ans à vivre. La maladie l’a souvent atteint au cours de ses divers séjours, aussi bien en Syrie en 1874-1875 qu’en Égypte dans les années 1880-1884. Les longs séjours dans ces pays, mais aussi la réclusion et la misère, usent l’organisme précocement.

46À partir de la fin de 1889, le petit groupe de personnes qui gravite autour d’Ambroise Baudry et d’Arthur-Ali Rhoné s’inquiète de la santé de Bourgoin, de l’état d’isolement dans lequel il se trouve, lui qui paraît « plus sec et plus jaune qu’un vieux lézard de la Haute-Égypte », de sa situation qui « dépasse ce que nous savions de sa détresse et mérite un vigoureux effort de ses vieux amis ».

  • 55  Entre autres, Bourgoin doit toujours le 23 avril 1901, et ce depuis 1880, une somme de 10 305 fran (...)

47En effet, Bourgoin, âgé et sans fortune, que des Icaunais comme le sénateur Gustave Coste, lui aussi originaire de Saint-Julien-du-Sault, ont encore à cœur de défendre en demandant un secours auprès du ministère de l’Instruction publique, achève sa vie non pas dans la maison qu’il s’était fait construire et dont il a dû se séparer, acculé qu’il était par des dettes contractées55, mais dans un petit appartement loué Faubourg-de-la-Croix à Saint-Julien-du-Sault.

  • 56  Ce document ainsi que celui de l’adjudication des lots ne se trouvent plus dans les archives de l’ (...)

48Après sa mort survenue le 4 février 1908, un inventaire est dressé du 23 au 25 mai des biens trouvés dans son appartement56. Si ce document fait apparaître un mobilier des plus modeste, il révèle que Bourgoin avait su se constituer une importante bibliothèque qui rassemblait des ouvrages anciens, des manuels techniques, des albums japonais, des éditions populaires comme la Bibliothèque des Amis des Lettres, ou choix des meilleurs auteurs français ou la Bibliothèque utile, des livres de cuisine et de jardinage, mais aussi un ensemble important d’ouvrages de Léon Tolstoï, écrivain qu’il idolâtrait.

  • 57  Voir le panorama des sources scientifiques consultées par Bourgoin publié en annexe de la contribu (...)
  • 58  Mémoire pour faire un écriteau pour un banquet, 1550, in Jean Baptiste Legrand d’Aussay, Vie privé (...)

49Bourgoin était un grand lecteur, la quantité considérable de notes prises dans des ouvrages les plus divers, parfois particulièrement ardus, qu’il va souvent consulter à la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris, le prouve57. C’était un gourmand de formes rhétoriques, de mots, d’aphorismes, d’assonances, qui se délectait autant de la grammaire héraldique ou du vocabulaire du blason que de celui, infiniment riche, des couleurs, mais aussi des noms de plantes ou encore de ceux donnés aux mets présentés au cours d’un banquet en 1550 tels que « marsouin contrefait, paons revêtus, gelée en pointes de diamants, gelée ondée, écus de gelée, neige en romarin, tarte angoulousée, etc.58 ».

50La vente à l’encan des biens mobiliers, de sa bibliothèque, de ses divers manuscrits et dessins, des quelques antiquités (éléments de menuiserie arabe, estampages d’après des œuvres égyptiennes) ne suffira pas à rembourser le passif de la succession grevée par de nombreuses créances et divers impayés.

  • 59  Lettre d’Ambroise Baudry (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0116).

51Ainsi vécut et œuvra Jules Bourgoin dont Ambroise Baudry déplorera, dans une lettre adressée le 17 mars 1906 à Arthur Rhoné, la fin d’existence subie par « cet obstiné rêveur qui jamais n’a voulu se plier aux exigences de la vie59 ».

Notes

1  Paris, Institut national d’histoire de l’art (désormais INHA), Arch. 67, 5.

2  Un premier survol de l’œuvre de Bourgoin avait été fait par Mercedes Volait dans la notice Bourgoin, Jules de l’Allgemeines Künstlerlexikon, Leipzig : Saur, 1996, t. 13, p. 381 ; Id. « Bourgoin (ou Bourgoin-Esclavy) Jules (Joigny, Yonne, 1838 – Saint-Julien-du-Sault, Yonne, 1908), in François Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris : Karthala, 2008, p. 141. Une autre notice biographique, plus développée mais avec un grand nombre d’inexactitudes, a été rédigée par Florence Ciccotto pour le Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale (https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/bourgoin-jules.html. Consulté le 1er octobre 2017). Mercedes Volait lui a consacré tout un chapitre, « Dans la fabrique de la connaissance : Jules Bourgoin (1838-1908), un autodidacte au travail » in Id., Fous du Caire. Excentriques, architectes et amateurs en Égypte 1867-1914, Apt : L’Archange Minotaure, 2009, p. 154-179 ; plus récemment, voir Rémi Labrusse, Islamophilies : l’Europe moderne et les arts de l’Islam, catalogue d’exposition (Lyon, musée des Beaux-Arts de Lyon, 2 avril-4 juillet 2011), Paris : Somogy, 2011. Le double patronyme Bourgoin-Esclavy que l’on rencontre également dans des documents d’archives, est un usage dans l’Yonne comme nous l’ont fait remarquer les membres de l’ACEJ (Association culturelle et d’Études de Joigny) que nous remercions ici.

3  Depuis plusieurs décennies, des Esclavy sont négociants en vin à Paris, rue des Fossés-Saint-Victor et au quai Saint-Bernard ; un des oncles maternels de Jules, Louis-Napoléon Esclavy (1804-avant 1887) aura une carrière de négociant et commissionnaire en vins et eaux-de-vie à Rouen, et deux de ses enfants poursuivront le négoce du vin et des spiritueux, dont un avec l’Algérie. Une généalogie a été établie par Dominique Esclavy. URL: http://dominique.esclavy.free.fr/. Consulté le 1er octobre 2017.

4  Un dénombrement de la population de Joigny dressé en 1851 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne [désormais ADY], 7 M 2/93) donne une idée de la composition de la maison Bourgoin-Esclavy. Outre la famille, on peut noter la présence de deux ouvriers confiseurs, d’une demoiselle de boutique et de deux domestiques.

5  Nous remercions Élisabeth Chat, secrétaire générale de l’ACEJ qui a identifié l’emplacement de cette maison sur les matrices cadastrales.

6  Voir la base de données Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851 disponible sur http://tristan.u-bourgogne.fr. Consulté le 1er octobre 2017. La fiche de Louis Étienne Bourgoin le décrit comme l’un des chefs du parti socialiste à Joigny, républicain ardent et convaincu qui « a donné sa parole d’honneur qu’il ne s’occuperait plus de politique, si on l’élargissait (on pouvait compter sur sa parole, note du juge de paix) ».

7  Sur Tolstoï et l’art, voir Michel Aucouturier, Tolstoï et l’art. Idées esthétiques et création artistique, Paris : Institut d’études slaves, 2003.

8  Voir Élisabeth David et Anne-Hélène Perrot, « Jules Bourgoin et l’égyptologie, une liaison orageuse », à consulter dans le présent ouvrage. URL: https://inha.revues.org/7023. Consulté le 1er octobre 2017.

9  Sur l’enseignement des beaux-arts et sur Constant-Dufeux, voir Ralph Goche, « Dans l’atelier de Simon-Claude Constant-Dufeux », à consulter dans le présent ouvrage. URL: https://inha.revues.org/7017. Consulté le 1er octobre 2017.

10  Stéphane Laurent, L’art utile : les écoles d’arts appliqués sous le Second Empire et la Troisième République, Paris ; Montréal (Québec) : L’Harmattan, 1998.

11  Sophie de Quillier de Saint-Phalle, « Ruprich-Robert, Victor (18 février 1820, Paris – 7 mai 1887, Cannes) » in Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. URL: https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/ruprich-robert-victor.html. Consulté le 1er octobre.

12  Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67.

13  Album de 176 feuillets, dessins préparatoires à l’ouvrage Flore ornementale, Paris (France), musée d’Orsay, sans numéro d’inventaire en ligne. URL: http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/catalogue-des-oeuvres. Consulté le 1er octobre 2017.

14  Le dossier d’élève de Bourgoin aux Beaux-Arts est en ligne (http://www.purl.org/inha/agorha/002/81089).

15  Cette adresse, un hôtel meublé qui abrita Émile Zola en 1858, est celle qui est donnée par Simon-Claude Constant-Dufeux en 1863 lorsqu’il recommande Bourgoin pour Alexandrie. Comme beaucoup de ses contemporains en butte aux problèmes d’argent, Bourgoin est amené à déménager très souvent. On ne lui connaît pas moins de dix adresses à Paris, dont celles d’hôtels et de pensions (dont la célèbre pension Laveur au 6, rue des Poitevins). Il est vrai qu’à partir de 1875 son adresse permanente se trouve à Saint-Julien-du-Sault où il s’est fait bâtir une maison.

16  La Courneuve, Archives diplomatiques, Comptabilité des Immeubles, 750SUP 1307 (Dossier Alexandrie Hôtel Consulaire Réparations 1857-1872).

17  Le Temps, no 17 027 du 6 février 1908, rubrique Nécrologie : « Dans une petite ville de l’Yonne, Saint-Julien-du-Sault, vient de s’éteindre, à l’âge de soixante-seize-ans [sic], M. Jules Bourgoin qui fut un savant archéologue. Jeune architecte, il avait suivi Mariette en Égypte. Puis il s’était épris de l’art arabe, et à la mort du grand archéologue, il se consacra entièrement à l’étude des monuments de l’art arabe […] ».

18  Le projet initial de la Maison du consulat et des négociants d’Alexandrie (calques de la façade et plans) en date du 24 avril 1832 est conservé à la chambre de commerce et d’industrie de Marseille, archives consulaires, dossier Égypte, MQ 52/31. Nous remercions Claudine Piaton de nous avoir communiqué ce document.

19  Charles Muller, Plan d’Alexandrie comprenant toutes ses fortifications, rues et édifices principales, Trieste : impr. de B. Linassi, 1855 (Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et Plans, GE D- 4853 : le consulat est mentionné dans la légende sous le no 3). L’édifice construit par Chassériau-Duchiron, et restauré sous la direction de Jules Bourgoin, sera entièrement détruit lors du bombardement d’Alexandrie par les Anglais en juillet 1882.

20  Concernant Mauss, voir http://www.purl.org/inha/agorha/002/78463.

21  La reconstruction du consulat d’Alexandrie menée par Marcel Lambert (1847-1928) et Samuel Victor Erlanger (né à Alexandrie en 1890) est achevée en 1910 (Nantes, Archives diplomatiques, carton 411 – Le Caire – Ambassade).

22  La Courneuve, Archives diplomatiques, Comptabilité des Immeubles, 750SUP 1307 (Dossier Alexandrie Maison Consulaire Reconstruction 1863-1864-1865, dossier Bourgoin).

23 Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen. Gesammelt, gezeichnet und mit erläutern dem Texte begleitet von F. M. Hessemer, Professor der Baukunst am Städelschen Kunst-Institute zu Frankfurt am Main. Mit 120 in Farbengedruckten Tafeln, Berlin : bei G. Reimer, 1842. Sur F. M. Hessemer, voir Jürgen Eichenauer et Clemens Greve (dirs.), Friedrich Maximilian Hessemer (1800-1860).Ein Frankfurter Baumeister in Ägypten, Frankfurt am Main : Waldemar Kramer, 2001 ; Maryse Bideault, « "Mein Fritz geht nach Aegypten !" Friedrich Maximilian Hessemer sur les traces de l’arc brisé au Caire » in Mercedes Volait (dir.), Le Caire dessiné et photographié au xixe siècle, Paris : Picard, 2013 (D’une rive l’autre), p. 17-40.

24  Les relations entre Jules Bourgoin et Émile Prisse d’Avennes sont très peu documentées mais certainement plus fréquentes qu’on ne le suppose. Nous savons qu’ils se sont retrouvés au sein du Congrès international sur l’enseignement du dessin et les progrès de l’art appliqué à l’industrie tenu à Paris en 1869 ; d’autre part, une mention portée au dos du billet d’entrée de Jules Bourgoin à l’Acropole d’Athènes le 15 janvier 1869 révèle que Prisse lui doit de l’argent (pour un travail de dessin effectué au Caire ?) ; enfin, il existe dans les papiers Prisse d’Avennes, conservés au département des Manuscrits occidentaux de la Bibliothèque nationale de France, trois dessins inédits de Bourgoin.

25  Voir Mercedes Volait (dir.), Le Caire dessiné et photographié au xixe siècle, Paris : Picard, 2013 (D’une rive l’autre).

26  « Mais ayant signalé les lacunes qu’il est nécessaire de combler, Bourgoin sent l’utilité d’un dernier voyage au Caire qu’il pourrait faire pendant l’hiver prochain et c’est pour entreprendre ce voyage qu’il sollicite une subvention de 5 à 6 000 F. » (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales [désormais AN], F21 2284-2).

27  Ce prospectus se trouve dans les papiers Prisse d’Avennes (Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits occidentaux, NAF 20426, fol. 109 ro). Sur ce libraire-éditeur parisien, et plus généralement sur l’édition de livres d’architecture à Paris au cours du xixe siècle, voir Béatrice Bouvier, L’édition d’architecture à Paris au xixe siècle : les maisons Bance et Morel et la presse architecturale, Genève : Droz, 2004, « Histoire et civilisation du livre » n° 27, plus spécialement p. 43-54.

28  Béatrice Bouvier, op. cit. (note 27), p. 424.

29  Sur ce voyage voir Maryse Bideault, « L’ordre et la forme : remarques sur les carnets de voyage de Jules Bourgoin dans le Sud de l’Italie en 1868-1869 », Bulletin de l’Association des historiens de l’art italien, n15-16, 2010, p. 178-188. URL: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00564213/document. Consulté le 1er octobre 2017. Id., « Petit Tour classique. Italie et Grèce (1868-1869) » in Jules Bourgoin 1838-1908. L’obsession du trait, catalogue d’exposition (Paris, Institut national d’histoire de l’art, 20 novembre 2012-12 janvier 2013), Paris : INHA, 2012, p. 12-13 ; voir aussi Maryse Bideault, « En Italie et en Grèce sur les traces de l’ornement classique », à consulter dans le présent ouvrage. URL: https://inha.revues.org/7020. Consulté le 1er octobre 2017.

30  Voir Estelle Thibault, « Quelle théorie pour l’ornement ? Vers les fondements d’une "science architectonique" », à consulter dans le présent ouvrage. URL: https://inha.revues.org/7032. Consulté le 1er octobre 2017.

31  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284 (2).

32  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284 (2).

33  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284 (2) (courrier en date du 28 janvier 1870 et note sur la Théorie de l’ornement).

34  Cette maison est documentée par divers plans et élévations établis par Bourgoin conservés dans le fonds Bourgoin de l’INHA, Arch. 67, 1, 2 ; 67, 12, 4 ; 67, 14, 1. La maison, qui existe toujours, a été identifiée par madame Denise Billaux (1919-2015) et l’équipe de chercheurs locaux que nous tenons à remercier. Nous remercions également l’actuel propriétaire de la maison, monsieur Jean-Olivier Simonetti, de nous en avoir facilité l’accès en 2012.

35  AN, F17 2941 (36).

36  Lettre de Gaston Maspero à Xavier Charmes en date du 20 novembre 1881 (AN, F17 2930 (1), pièce 84). Au sujet des relations entre Bourgoin et Maspero, voir Élisabeth David et Anne-Hélène Perrot, « Jules Bourgoin et l’égyptologie, une liaison orageuse », infra, p. 115-134.

37  Voir Maryse Bideault et Bassam Dayoub, « Une saison damascène, 1874-1875 », à consulter dans le présent ouvrage. URL: https://inha.revues.org/7021. Consulté le 1er octobre 2017.

38 Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F17 2941, pièce no 21 bis.

39  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, AJ52 840, pièce 3386. Cette lettre est intégralement publiée dans ce volume en annexe URL: https://inha.revues.org/7033. Consulté le 1er octobre 2017.

40  Estelle Thibault, « La Grammaire élémentaire de l’ornement (1880) », in Jules Bourgoin 1838-1908…, op. cit. (note 29), p. 24-25. Voir Estelle Thibault, « La Grammaire élémentaire de l’ornement : modèles linguistiques et enjeux pédagogiques », à consulter dans le présent ouvrage. URL: https://inha.revues.org/7033. Consulté le 1er octobre 2017.

41  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2284 (2).

42  Georges Perrot et Charles Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité. I, Égypte, Paris : Hachette, 1882. Voir Élisabeth David et Anne-Hélène Perrot, « Jules Bourgoin et l’égyptologie, une liaison orageuse », infra, p. 115-134.

43  La mission ne prit son nom définitif d’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) que par un décret du 18 mai 1898.

44  Lettre de Raoul de Saint-Arroman, secrétaire de la Commission des missions à l’Exposition universelle de 1889, en date du 18 avril 1899 (bibliothèque de l’Institut de France, ms. 4042, fol. 16). Nous remercions Élisabeth David de nous avoir communiqué ce document.

45  Le décret de création est paru le 21 décembre 1881.

46  Jules Bourgoin a conservé une copie du décret qui se trouve aujourd’hui à l’INHA, Aut. 45, 1, 4.

47  Voir Maryse Bideault, « Dessiner dans la Bibliothèque khédiviale du Caire », infra, p. 159-170.

48  Bibliothèque nationale du Caire, Adab Farsi 908.

49  Pierrefitte-sur-Seine (France), Archives nationales, F21 2124 (2).

50  Mercedes Volait, « Bourgoin, architecte : la Rue du Caire (1889) », in Jules Bourgoin 1838-1908…, op. cit. (note 29), p. 12-13.

51  Deux cent sept dessins préparatoires sont reliés en trois volumes (Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Hd-77 ++-4 à Hd-77 ++++-4). 82 autres dessins (dont des doubles) se trouvent dispersés sous la cote SNR –3 (Bourgoin, J.) dans le même département. Ces dessins ont été numérisés et sont désormais accessibles sur Gallica. URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10509003g. Consulté le 1er octobre 2017.

52  Ces dessins, au nombre de 989, sont toujours conservés dans les collections de l’École des beaux-arts sous les cotes EBA-7900 et EBA-7901. Ils ont été numérisés, catalogués et indexés et sont accessibles sur le site http://www.ensba.fr/ow2/catzarts/index.xsp.

53  Estelle Thibault, « Les Études architectoniques et graphiques (1899-1901), in Jules Bourgoin 1838-1908…, op. cit. (note 29), p. 44-47.

54  Id., « La Graphique (1905) » et « Figures d’échiquiers » in Jules Bourgoin 1838-1908…, op. cit. (note 29), p. 44-45 et 46-47. Voir aussi Estelle Thibault, « La graphique, une science des figures pour l’école et l’atelier », infra, p. 255-280.

55  Entre autres, Bourgoin doit toujours le 23 avril 1901, et ce depuis 1880, une somme de 10 305 francs et 60 centimes au sieur Jean-Baptiste Losset, gérant de la pension Laveur à Paris (Auxerre, ADY, 4Q 3 1262, Registre de formalité. Inscription des privilèges et hypothèques, p. 48).

56  Ce document ainsi que celui de l’adjudication des lots ne se trouvent plus dans les archives de l’étude de Maître Grégoire qui a procédé aux vacations de la vente, archives qui ont été versées aux Archives départementales de l’Yonne, 3E 170/119. Toutefois madame Denise Billaux qui les avait découverts dans l’étude de Saint-Julien-du-Sault, avait fait une photocopie de l’inventaire après décès et nous l’avait communiquée. Nous lui en sommes très reconnaissants.

57  Voir le panorama des sources scientifiques consultées par Bourgoin publié en annexe de la contribution de Jenny Boucard et Christophe Eckes, « Les sources scientifiques de Jules Bourgoin : cristaux, polygones et polyèdres », infra, p. 299-318.

58  Mémoire pour faire un écriteau pour un banquet, 1550, in Jean Baptiste Legrand d’Aussay, Vie privée des Français. Depuis l’origine de la Nation jusqu’à nos jours, Paris, 1782, tome 2, p. 292-296.

59  Lettre d’Ambroise Baudry (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0116).

Table des illustrations

Titre 1. Jules Bourgoin, Panneau sculpté au-dessus de l’escalier de l’hôtel Jacques Cœur, Bourges.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 10, 11.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7016/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 2. Jules Bourgoin, Gisant de Guillaume, comte de Joigny, dans l’église Saint-André, Joigny.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 4.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7016/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre 3. Jules Bourgoin, Décor à pans de bois sculptés, Joigny.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 4.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7016/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre 4. Jules Bourgoin, Mosquée de Gabbari, avec le port au loin, Alexandrie.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 8.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7016/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 5. Jules Bourgoin, Rue, Alexandrie.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 8.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7016/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 6. Jules Bourgoin, Vue du monastère byzantin de Sednaya, Syrie.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 12.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7016/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre 7. Jules Bourgoin, Le Vésuve en éruption, Naples.
Crédits Source : Paris, Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9 15.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7016/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre 8. Jules Bourgoin, Madrasa-mosquée d’Uljay al-Yusufi, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0265.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7016/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 9. Jules Bourgoin, Rue avec la mosquée de Baybars al-Gashankir, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7900-0332.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7016/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Maryse Bideault, chercheur associé au laboratoire InVisu (USR 3103-CNRS), a œuvré à l'inventaire et à l'étude du fonds d'archives Bourgoin de l'INHA. Parallèlement à ce travail, ses recherches et publications ont porté sur l'œuvre de Bourgoin, de Friedrich Maximilian Hessemer, sur Émile Prisse d'Avennes ainsi que sur la topographie monumentale du Caire islamique au travers des collections patrimoniales françaises.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search