Version classiqueVersion mobile

De l’Orient à la mathématique de l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908)

 | 
Maryse Bideault
, 
Estelle Thibault
, 
Mercedes Volait

Jules Bourgoin au miroir de ses contemporains

Maryse Bideault

Texte intégral

  • 1  On sait, grâce à un manuscrit inédit de Marguerite Bauban-Binet, sœur de l’architecte René Binet ( (...)
  • 2  Deux exemplaires du même cliché sont connus, l’un dans une collection particulière avec les légend (...)
  • 3  Marie-Laure Crosnier Leconte et Mercedes Volait, L’Égypte d’un architecte. Ambroise Baudry, 1838-1 (...)

1Ce qui subsiste de l’œuvre pensé et dessiné de Jules Bourgoin masque le personnage qui demeure secret, parfois impénétrable. Son peu de goût pour l’exposition, son refus de se livrer vraiment, l’absence de correspondance privée conservée concourent à rendre l’homme insaisissable. À cela vient s’ajouter l’extrême rareté de son iconographie1 qui eût pu révéler beaucoup sur le personnage. Le seul portrait connu à ce jour2 le montre photographié sur le site d’Abydos en Égypte, en compagnie d’Ambroise Baudry3, architecte français actif en Égypte qui lui demeurera un ami fidèle, de Wasif Salib, le rais des fouilles qui avait antérieurement travaillé pour Auguste Mariette, et de Kurshid effendi, le « circassien », surveillant en chef du musée de Boulaq. Bourgoin est alors âgé de 44 ans, il a déjà passé, avec intermittences, sept ans au Proche-Orient. Le cliché le montre plutôt malingre, vieilli pour son âge, avec un visage émacié, quasi ascétique, sculpté par des yeux creux et des pommettes saillantes, orné d’une barbe courte mais soignée (fig. 1).

1. É. Brugsch, Sur la fouille d’Abydos (à droite, J. Bourgoin), 1883.

1. É. Brugsch, Sur la fouille d’Abydos (à droite, J. Bourgoin), 1883.

Source : Collection particulière.

  • 4  Paris, Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet (désormais INHA), Arch. 6 (...)
  • 5  C’est probablement au travers des articles parus dans la Revue des Deux Mondes ou la Revue politiq (...)

2Seules quelques lettres autographes adressées à l’administration française nous éclairent sur certains aspects de son caractère. Bourgoin s’y décrit plutôt timide, pas vraiment bon orateur lorsqu’il est appelé à faire des cours avec démonstration au tableau, ayant un avis « jusqu’à présent solitaire et taciturne ». De multiples notations trouvées au hasard des nombreuses pièces du fonds d’archives conservé à l’Institut national d’histoire de l’art, Paris4, viennent aussi documenter le personnage, plus particulièrement au cours des dix dernières années de sa vie. Les citations ou aphorismes relevés de manière erratique, en fait au fil de ses lectures, éclairent en demi-teinte un homme devenu amer avec l’âge mais qui semble se connaître bien lorsqu’il fait siennes les pensées pessimistes du romancier espagnol Benito Pérez Galdós5 : « Je me demande si n’être personne équivaut à être tout le monde, et si mon manque d’attributs personnels équivaut à la possession des attributs de l’être en général » ou encore « Ce défaut d’habileté mondaine et cet excès d’habileté généralisatrice proviennent de la différence qui existe entre ma raison pratique et ma raison pure ; l’une incapable, comme faculté d’une personne éloignée de la vie active, l’autre excessivement clairvoyante, en qualité de don naturel, cultivé par l’étude ».

  • 6  INHA, Arch. 67, 4.

3Il s’agit du même Jules Bourgoin qui, alors qu’il est confronté à des problèmes financiers et à une existence précaire, n’hésite pas à écrire (s’agit-il d’un brouillon de cours ou de conférence6 ?) : « Pour ma part, je n’ai point à me plaindre de la vie, et je la recommencerais volontiers exactement dans les mêmes termes. Tout au plus, ai-je le regret de n’avoir pas appris la musique, et une langue actuelle et bien vivante, le russe par exemple ». C’est aussi l’ami qu’Ambroise Baudry qualifie d’« anabaptiste », ce qui doit être compris au sens figuré comme décrivant un être puriste, tendant à la fermeture, voire libertaire qui refuse toute soumission.

  • 7  Ces pièces, aujourd’hui conservées aux Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine, ont été explo (...)
  • 8  Mercedes Volait, « Arthur-Ali Rhoné (1836-1910). Du Caire ancien au Vieux-Paris ou le patrimoine a (...)
  • 9  Élisabeth David (dir.), Gaston Maspero, Lettres d’Égypte : correspondance avec Louise Maspero : 18 (...)

4Il nous a paru utile de rassembler ici quelques morceaux choisis tirés de correspondances administratives ou privées entre des personnes qui l’ont connu, au Caire (fig. 2) comme à Paris. C’est grâce aux recherches menées par Mercedes Volait et Élisabeth David qui se sont plongées, pour l’une dans les archives des ministères7 et dans la correspondance d’Arthur-Ali Rhoné8, pour l’autre dans la correspondance de l’égyptologue Gaston Maspero9, qu’il nous est possible de mieux appréhender le personnage Bourgoin. Il n’existe quasiment aucun témoignage antérieur aux années 1880 sinon des correspondances administratives liées aux missions d’Égypte (1863-1866) et de Syrie (1874-1875), et certaines ne sont pas toujours flatteuses. À partir de 1880, et jusqu’à la fin de vie de Bourgoin, les témoignages se multiplient, tout d’abord en raison du nombre de personnes qu’il est amené à côtoyer, en particulier au Caire dans les années 1880-1884. Certaines de ces personnes qui ont des relations hiérarchiques vis-à-vis de Jules Bourgoin, tel Gaston Maspero alors directeur de la Mission archéologique au Caire, se révèlent très critiques, soulignant le caractère velléitaire du personnage. Est-il vraiment cet « égoïste et […] paresseux beau-parleur » que fustige Maspero ? Ou plutôt « cet obstiné rêveur qui jamais n’a voulu se plier aux exigences de la vie » à qui d’autres, tels Ambroise Baudry ou Arthur-Ali Rhoné, demeureront attachés, l’entourant de leur sollicitude, allant jusqu’à s’inquiéter de l’état de quasi-misère dans laquelle le « maître de la théorie de l’ornement » achève sa vie ?

2. Jules Bourgoin, Trois hommes assis vus de dos.

2. Jules Bourgoin, Trois hommes assis vus de dos.

Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 16.

5Les scripteurs
Binet, René (1866-1911), architecte français, peintre et théoricien.
Baudry, Ambroise (1838-1906), architecte français exerçant au Caire, frère du peintre Paul Baudry.
Baudry, Fanny (1856-ap.1906), née Marie Eugénie Fanny Rhoné, épouse d’Ambroise Baudry.
Charmes, Xavier (1849-1919), publiciste français, en charge du bureau des missions au ministère de l’Instruction publique et des Cultes depuis 1877.
Coste, Gustave (1833-1900), médecin français, maire de Saint-Julien-du-Sault, sénateur de l’Yonne.
Franz pacha, Julius Heinrich (1831-1915), architecte allemand, architecte en chef de l’administration des waqfs au Caire.
Lefébure, Eugène (1838-1908), égyptologue français, successeur de Gaston Maspero à la tête de la Mission archéologique au Caire.
Maspero, Gaston (1846-1916), égyptologue français, premier directeur de la Mission archéologique au Caire.
Rhoné, Arthur-Ali (1836-1910), amateur et érudit français, défenseur du vieux Caire, membre du Comité de conservation des monuments de l’art arabe.
Rhoné, Gabrielle (1846-1930), née Gabrielle Jane Bertrand, épouse d’Arthur-Ali Rhoné.
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel (1814-1879), architecte, historien de l’art, théoricien, restaurateur français.

611 octobre 1866, Eugène Viollet-le-Duc
N’ayant point de fortune et vivant de son travail, ce jeune architecte n’a que ce moyen de compléter une œuvre qui sera nécessairement utile en résultats pratiques pour les diverses branches de l’architecture. Convaincu de cette importance et connaissant d’ailleurs le talent et la délicatesse de Bourgoin, je n’ai pas hésité à joindre cette note à sa demande. (AN, F21 2284 (2)).

7Juillet 1878, ministère de l’Instruction publique à Jules Bourgoin
[...] Je ne puis Monsieur que vous exprimer tout le mécontentement que me cause cette situation. Je comprends difficilement que chargé d’une mission par le gouvernement Français, recommandé par lui aux soins obligeants de ses agents consulaires, vous ayez été aussi peu soucieux du respect que vous deviez au mandat dont vous étiez revêtu.
C’est là, Monsieur, une grave infraction aux règles de l’honneur sur laquelle je dois insister en vous invitant à réparer la faute que vous avez commise. (AN, F17 2941 (36), pièce 46).

8Juillet 1880, Arthur-Ali Rhoné à Gaston Maspero
[…] je n’ai jamais perdu qu’une lettre de Bourgoin qui, je crois bien, n’a jamais été écrite.
[…] Mauvaises nouvelles de Bourgoin. Il ne peut revenir car il est bloqué à Alexandrie sans argent pour payer son passage. On lui doit encore 500 F au ministère, mais l’usage n’est de tout donner qu’au retour du missionnaire et quand il a remis son rapport. Il paraît qu’il a manqué sa mission, s’est mis mal avec le ministère et avec Chipiez en ne lui envoyant rien de ce qu’il demandait. Je crains bien qu’il ait traité de même les instructions précises et précieuses que je lui donnais. (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0237).

911 janvier 1881, Gaston Maspero à Xavier Charmes
[…] Bourgoing et moi nous sommes mis à la disposition de Mariette (en piteux état). Il a accepté Bourgoin avec plaisir, moi avec méfiance […] (AN, F17 2930 (1), pièce X).

1011 février 1881, Gaston Maspero à Xavier Charmes
En ce moment, en tant que sous-directeur Bourgoin suffit à la tâche, avec tous ses défauts. Il vaut mieux lui continuer sa mission un an encore, sans lui donner aucun titre mais en l’utilisant comme dessinateur. (AN, F17 2930 (1), pièce 18 bis).

1120 septembre 1881, Gaston Maspero, Rapport
Peut-être feriez-vous bien de convoquer Bourgoin et lui demander quand il compte repartir. Il nous la baille vraiment trop belle : il n’a cessé de grommeler ici, il intrigue là-bas et entend toucher un traitement à Paris. Je crois qu’il vaudrait mieux ne pas toucher aux personnes composant l’école jusqu’à la discussion du budget, mais il ne faudrait pas pourtant que M. Bourgoin le prît de trop haut avec nous. Si vous jugez qu’on puisse se passer de sa personne, je suis d’avis que l’école n’a aucun besoin de lui : il ne veut rendre aucun service. (AN, F17 2930 (1), pièce 48).

124 novembre 1881, Xavier Charmes à Gaston Maspero
[…] Quant à Bourgoin, je ne pense pas qu’il soit aussi coupable qu’il le paraît : après une longue conversation, j’ai acquis la certitude de sa bonne volonté. Il y a évidemment dans sa conduite des inégalités regrettables mais il faut les attribuer à son tempérament d’artiste et à sa nature hésitante. Bourgoin était traité par Mariette comme Mariette traitait tout le monde : il recevait des ordres constants et précis. Il a besoin de ce coup de fouet. Et si vous le laissez maître de ses actes, juge du travail qu’il peut ou doit faire, il manque de décision et flotte entre plusieurs idées parmi lesquelles il est rare qu’il choisisse. Je serais donc d’avis, Monsieur, que vous eussiez pour cette nature un peu énervée quelque égard particulier et que vous voulussiez bien répondre au besoin qu’elle a d’être vigoureusement dirigée. (AN, F17 2930 (1), pièce 73).

1320 novembre 1881, Gaston Maspero à Xavier Charmes
Bourgoin n’est pas arrivé. Vous avez penché pour la patience, et je vous ai dit que je pensais que l’intérêt de l’Institut exigeait qu’il n’y eût aucun changement d’ici au mois de novembre 1882. Vous avez trouvé que j’étais dur pour lui : c’est que j’ai eu depuis un an l’occasion de le connaître. Bourgoin est un égoïste et un paresseux beau-parleur. […] Vous vous rappelez que ce sont surtout les conseils dudit Bourgoin qui nous ont déterminés à ne pas permettre aux élèves de retourner en Europe : on avait pour résister au chaud un fonds de forces dont il connaissait la puissance etc., et ce n’est pas à nous seuls qu’il avait fait cette théorie, mais à chacun à plusieurs reprises, si bien qu’à l’École personne n’ignorait que c’était à lui surtout que l’on devait de passer l’été au Caire. Savez-vous comment il annoncé son départ ? Un beau jour, sans transition, il dit : « La saison devient insupportable, je m’en vais » et il s’en alla […].
En résumé, Bourgoin n’est pas un homme sur qui l’on puisse compter. Mariette n’a jamais rien pu tirer de lui que la promesse de dessiner, car il n’y a dans les papiers Mariette aucun dessin de Bourgoin. L’an dernier je lui ai donné à plusieurs reprises des ordres formels. L’ordre de faire aux élèves un cours de dessin et d’architecture : il n’a fait qu’une leçon. Ordre de relever les éléments nécessaires à la reconstruction d’une pyramide : il n’a rien relevé. Il a deux réponses prêtes : « Je suis mal disposé aujourd’hui » ou « Je ne vois pas çà comme vous, je ne puis rien faire dans le sens que vous m’indiquez ». Quand je lui ai laissé la liberté de faire quoi que ce soit dans le sens qui lui plairait, il en a profité pour n’en agir qu’à sa guise, sauf à déblatérer contre la petitesse de son traitement, contre ceci et contre cela avec ses amis du Caire… Dès que nous aurons un budget fixe, hâtons-nous de nous délivrer de lui. Il agit comme dissolvant et décourage les autres par ses fantaisies et par ses propos hargneux. Scheffer qui l’avait connu à Damas nous avait prévenus : nous avons eu tort de ne pas croire ce que nous disait Scheffer. (AN, F17 2930 (1), pièce 84).

146 décembre 1881, Xavier Charmes à Gaston Maspero
Les renseignements qui me parviennent de tous côtés me font regretter la bienveillance que j’ai toujours témoignée à Bourgoin. Je n’aurais peut-être pas dû oublier que les inégalités de sa nature nerveuse avaient soulevé des difficultés toutes les fois qu’il avait été chargé d’une mission à l’étranger. La promesse que M. Bourgoin m’avait faite lors de la fondation de l’Institut du Caire de revenir à une manière d’agir plus correcte était si formelle que je ne pouvais douter de son entière exécution. C’est avec beaucoup de peine, Monsieur le Directeur, que je constate aujourd’hui mon erreur. Il me paraît désormais indispensable que M. Bourgoin soit particulièrement surveillé, que vous lui donniez des ordres précis, et qu’il soit contraint à s’y conformer ponctuellement. Il faut maintenant surveiller de près Bourgoin, lui donner des ordres et exiger qu’il s’y conforme. Sinon, on lui choisit un successeur. (AN, F17 2930 (1), pièce 85).

1523 décembre 1881, Eugène Lefébure à Xavier Charmes
J’ai l’honneur de vous informer que j’ai fait part à M. Bourgoin des observations que vous avez bien voulu me communiquer à son égard. Si je le trouve disposé, au moins d’après la conversation que j’ai eue avec lui, à ne point enfreindre la discipline de l’École, je le crois enclin, d’un autre côté, à un certain découragement au sujet de son rôle et de sa mission. Je le regrette d’autant plus qu’il serait peut-être particulièrement fâcheux de le voir se retirer avant la fondation définitive de l’Institut. Dans cette pensée, j’ai cherché quelle tâche pourrait lui être attribuée eu égard à ses aptitudes spéciales. Un premier débouché paraissait s’offrir de lui-même avec la Commission de conservation des monuments arabes, qui vient d’être instituée et dont Bourgoin devait faire partie… Le décret a paru le 21 courant, mais M. Bourgoin ne figure point parmi les membres désignés, dont la grande majorité est indigène, sans doute par suite des tendances actuelles du gouvernement égyptien. Malgré cette élimination, M. Bourgoin reste tout indiqué pour faciliter l’exécution de son programme, et il est extrêmement probable qu’il sera tôt ou tard utilisé ou du moins sollicité dans ce sens.
En second lieu, M. Bourgoin pourrait se rendre à Thèbes, où il y aurait à apprécier l’état et la valeur de la maison et des antiquités qui, à Louqsor, se trouvent appartenir à la France [...].
À Thèbes, M. Bourgoin pourrait encore rendre à la science quelques-uns des services que Mariette attendait de lui à Saqqarah. […]
Tel est le programme que je propose à M. Bourgoin, sauf ratification de la part de M. Maspero et de la vôtre, car il ne m’appartient pas d’autoriser les voyages ou les entreprises des membres de l’École. Je ferai cependant une exception [...] en engageant M. Bourgoin à se rendre pour deux ou trois semaines à Rosette, où il désire dessiner quelques maisons anciennes d’un style particulièrement original. Il trouverait ainsi l’attente moins longue et je ne vois aucun inconvénient à ce qu’il soit occupé de ce côté, au contraire. (AN, F17 2930 (1), pièce 91).

1617 février 1882, Arthur-Ali Rhoné à Ambroise Baudry
M. [Maspero] est sec, raide, impertinent et il n’a jamais comme Mariette le don de revenir, d’adoucir un mot par un regret de cœur. […] Pas un mot de ceci à Bourgoin qui n’est déjà que trop monté. (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0221).

1729 novembre 1882, Gaston Maspero à Arthur-Ali Rhoné
Nous partons vers la Haute-Égypte vers le 15 janvier, bateau complet comme l’année précédente si Renan se décide à venir […] Quant à Bourgoin, on ne sait ce qu’il fera et lui non plus. (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0183).

1815 février 1883, Arthur-Ali Rhoné à Amelia Edwards
Voilà bientôt un mois que la seconde séance du Comité de conservation a eu lieu et aucun membre, Baudry, Artin, Bourgoin ne me répond même un mot ! C’est décourageant ! (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0230).

1913 mars 1883, Ambroise Baudry à Arthur-Ali Rhoné
Qu’arrivera-t-il de tout cela ? Bourgoin m’a paru décidé à faire son relevé (tombeau de Séti), Dulac à estamper les inscriptions « avoisinantes » (?) et ensuite à donner un corps à ces matériaux. […] Dans quelques jours, je reprendrai la chose en invitant Charmes et le sauvage Bourgoin à déjeuner. Maintenant ils sont à Sakkarah avec Maspero, toujours occupé de ses pyramides. (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0011).

206 décembre 1883, Gaston Maspero à Louise Maspero
[À propos de la traversée de Marseille vers Alexandrie sur le Mendoza qui a quitté Marseille le 29 novembre 1883]
Bourgoin a été aimable et a discuté avec nous de toutes les façons sur tous les sujets. (Collection particulière).

2116 décembre 1883, Gaston Maspero à Louise Maspero
Bourgoin est aimable et ne cesse de demander de tes nouvelles : il s’intéresse beaucoup à toi. J’ai réussi à lui arracher les dessins à l’intention de Leroux : c’est un effort de diplomatie dont je ne suis pas peu fier. (Collection particulière).

226 janvier 1884, Gaston Maspero à Louise Maspero
Piehl part pour la Haute-Égypte, seul : il va s’établir à Abydos pour un mois. Je plains le pauvre Salib, il va passer de mauvais quarts d’heure. Bourgoin est aimable et souriant : il s’en étonne lui-même et prétend qu’il est mûr pour le mariage. (Collection particulière).

238 février 1884, Fanny Baudry à Gabrielle Rhoné
Les Maspero emmènent Mr Wilbur américain égyptologue qu’ils trimballent depuis trois ans, Mr Dulac élève de l’école, Mr Brugsch, du Musée, et Bourgoin l’incompris. (Collection particulière).

2422 février 1884, Gabrielle Rhoné à Fanny Baudry
Nous avons fait dans Louqsor un petit tour avec lui et Bourgoin (que Maspero n’a pas encore mangé et qui n’a pas mangé Maspero). (Collection particulière).

253 mars 1884, Ambroise Baudry à son épouse Fanny
[…] ce doctrinaire (Maspero ?) : Bourgoin n’en dérage pas et peste toute la journée de la manière la plus comique. (Collection particulière).

2629 mars 1884, Ambroise Baudry à son épouse Fanny
Il est toujours en crise ce bon Bourgoin et je ne sais comment le hasard a pu réussir à associer même pour un court temps, dans une œuvre commune, deux caractères aussi dissemblables que le sien et celui de son ex-directeur. Aussi vivent-ils dans une contradiction tendue qui ne contribue que très médiocrement à l’agrément de la vie commune. Ce sont deux coqs qui se battent de l’aile et se sautent sans cesse à la crête. (Collection particulière).

2713 mai 1884, Gaston Maspero à Arthur-Ali Rhoné
Je sais bien que le bibliophile Jacob [ndlr : Paul Lacroix dit le Bibliophile Jacob (1806-1884)], avec sa haute expérience politique est d’avis que nous sommes dans un état fâcheux, en quoi il est sans le savoir de l’opinion de Bourgoin, dont vous connaissez la compétence en ces matières. (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0184).

285 janvier 1885, Fanny Baudry à Ambroise Baudry
Hier j’ai reçu Bourgoin : il est venu nous faire une grande dissertation philosophico-politique en concluant que la Russie était la reine des Nations. (Collection particulière).

2913 janvier 1886, Gaston Maspero à Louise Maspero [de Maghagha]
Grébaut est pour bien des choses le voyageur selon mon cœur. Tu te rappelles combien les gens que nous avions emmenés pendant les années précédentes goûtaient peu les beautés du paysage : Loret, Bourgoin, Piehl, Schiaparelli restaient enfermés dans leur cabine à griffonner ou à dormir. Quand on les appelait pour leur montrer quelque objet intéressant, un village pittoresque, une montagne singulièrement découpée, ils montaient en rechignant, donnaient un coup d’œil distrait à droite et à gauche, et s’empressaient de redescendre dès qu’ils pouvaient le faire. (Collection particulière).

3017 novembre 1889, Ambroise Baudry à son épouse Fanny
Je me dissipe : j’ai dîné chez Arthur [Rhoné] avec Bourgoin, plus sec et plus jaune qu’un vieux lézard de la Haute-Égypte […]. (Collection particulière).

3110 juillet 1891, Ambroise Baudry à Arthur-Ali Rhoné
Compère, l’ami Bourgoin me demande des nouvelles de la photographie de ton aquarelle qu’il voudrait faire paraître dans la prochaine livraison de planches en cours de tirage. Ne pourrais-tu te renseigner auprès de Leroux et me dire ce que je dois répondre au maître de la théorie de l’ornement ? (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0075).

3219 octobre 1891, Fanny Baudry à Ambroise Baudry
À peine tu étais parti que Bourgoin arrivait […] prétextant pour ne pas être venu Samedi une indisposition [...] subite, je pense, mais vraie sans doute car jamais je ne l’ai vu plus sec, plus jaune, plus nerveux. Toujours aimable et ennemi du genre humain. François était sur mes genoux et avait l’air de se demander qui était cet intrus à barbe grise. (Collection particulière).

3327 décembre 1897, Ambroise Baudry à Arthur-Ali Rhoné
Avez-vous des nouvelles de notre cher Bourgoin ? Ne pourrions nous lui lancer un mandat d’amener à votre logis ou au mien, à l’heure de la réfection de dessous le nez ? J’ai inutilement jeté la sonde au ministère et je m’inquiète 1. de cette absence absolue de nouvelles, 2. de l’arrêt de son affaire à la Direction des Beaux-arts. Que deviendra-t-elle en effet lorsque Xavier Charmes ne sera plus là pour la défendre ? l’expliquer, l’alimenter surtout. Tout cela me met un noir dans les idées, et me fait me demander si vous ne pourriez pas aller aux nouvelles au logis même de notre pauvre ami où j’adresse à tout hasard un mot par ce même courrier. (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0096).

3424 décembre 1905, Julius Franz pacha, à Ambroise Baudry
Quant à Monsieur Bourgoin, je partage tout à fait votre opinion, vous connaissez du reste ma grande vénération pour lui. Il n’était dans sa vie qu’artiste et savant et ne connaissait la valeur d’autre chose. (Collection particulière).

3528 février 1906, Ambroise Baudry à Arthur-Ali Rhoné
Soigne-toi je t’en conjure et soigne bien nos deux anabaptistes Bourgoin et Chardin, si dignes l’un et l’autre quoique à titres divers de notre affectueuse sollicitude au meilleur souvenir desquels je te prie de bien vouloir me rappeler et dont je te recommande l’un à ta sollicitude toute spéciale, à notre sollicitude, veux-je dire, quand tu jugeras mon concours utile ! (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0115).

3617 mars 1906, Ambroise Baudry à Arthur-Ali Rhoné
Ce que vous me donnez à connaître de la situation du pauvre ami Bourgoin dépasse ce que nous savions de sa détresse et mérite un vigoureux effort de ses vieux amis. Plus tard, nous verrons le meilleur mode de secours ! Pour le moment, il faut mettre quelque argent à sa disposition qui lui permette de s’habiller et de coucher sous un toit : je te prie de m’avancer jusqu’à mon prochain retour en avril une somme de 500 F que tu lui remettras au premier signe, et même avant. Car son absolue discrétion me fait craindre qu’il ne meure de faim avant de se décider à parler de sa détresse. Faites cela pour moi, si ce n’est pas une gêne et pardonnez-moi d’en user aussi librement avec vous, en songeant que je n’ai pas à Nice le choix des moyens et que je suis moi-même limité par mes ressources liquides […].
Je me décide après de longues tergiversations à mettre brutalement Mme N. P. [Nubar Pacha] au courant de la situation que tu me fais connaître n’ayant pas trouvé de tour diplomatique pour aborder avec élégance et grâce cette cruelle question : je donne communication de la lettre du Dr Sabouraud, en la priant de la faire lire à Mme Capamegian sa fille qui m’intimide moins ! Il en adviendra ce qu’il en adviendra, mais j’espère qu’on entendra mon appel et que notre pauvre ami sera secouru par ces deux bonnes et nobles créatures dont la bonté m’est connue.
Mais, cher ami, quelle fin d’existence pour cet obstiné rêveur qui jamais n’a voulu se plier aux exigences de la vie. Et combien je me trouve favorisé du ciel d’être né dans une famille d’absolue pauvreté où les leçons de choses ne m’ont jamais manqué ! (Le Caire, Archives scientifiques de l’IFAO, Fonds Rhoné, ms. 2008-0116).

376 février 1908, René Binet, nécrologie de Jules Bourgoin
M. Jules Bourgoin a fait son œuvre ; il meurt dans la misère, incompris, méconnu, laissant à la France un chef-d’œuvre dont les multiples applications rayonneront un jour sur l’art et l’industrie. (Le Temps, 6 février 1908, no 17027).

Notes

1  On sait, grâce à un manuscrit inédit de Marguerite Bauban-Binet, sœur de l’architecte René Binet (1866-1911), que ce dernier avait réalisé deux portraits de Jules Bourgoin, l’un à l’aquarelle, l’autre en modelage dont fut tirée une sculpture en bronze (voir Sylvie Ballester-Radet et Lydwine Saulnier-Pernuit, « René Binet et son entourage », in René Binet 1866-1911. Un architecte de la Belle Époque, catalogue d’exposition (Sens, Musées de Sens, 3 juillet-2 octobre 2005), Sens : Musées, 2005, p. 126. Aucun de ces portraits n’a été retrouvé à ce jour.

2  Deux exemplaires du même cliché sont connus, l’un dans une collection particulière avec les légendes portées sur le tirage (publié par Mercedes Volait dans Fous du Caire. Excentriques, architectes & amateurs en Égypte 1867-1914, Apt : L’Archange Minotaure, 2009, fig. 127, p. 174) et l’autre dans les archives de l’Institut d’égyptologie du Collège de France, A.567.7, avec les légendes portées au dos.

3  Marie-Laure Crosnier Leconte et Mercedes Volait, L’Égypte d’un architecte. Ambroise Baudry, 1838-1906, Paris : Somogy, 1998.

4  Paris, Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet (désormais INHA), Arch. 67.

5  C’est probablement au travers des articles parus dans la Revue des Deux Mondes ou la Revue politique et littéraire (Revue bleue), titres que Jules Bourgoin lisait volontiers, qu’il a pu avoir connaissance de l’œuvre de cet écrivain espagnol, romancier, dramaturge et journaliste (1843-1920).

6  INHA, Arch. 67, 4.

7  Ces pièces, aujourd’hui conservées aux Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine, ont été exploitées par Mercedes Volait dans le chapitre IV : Dans la fabrique de la connaissance : Jules Bourgoin (1838-1908), un autodidacte au travail, p. 154-179 de son ouvrage Fous du Caire..., op. cit. (note 2), p. 155-180.

8  Mercedes Volait, « Arthur-Ali Rhoné (1836-1910). Du Caire ancien au Vieux-Paris ou le patrimoine au prisme de l’érudition dilettante », Socio-anthropologie, n° 19, 2006, p. 17-30. Il existe deux sources pour la correspondance d’Arthur-Ali Rhoné : une collection particulière (descendants de la famille Rhoné) et le fonds Rhoné des Archives scientifiques de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) au Caire.

9  Élisabeth David (dir.), Gaston Maspero, Lettres d’Égypte : correspondance avec Louise Maspero : 1883-1914, Paris : Seuil, 2003. La correspondance échangée entre Gaston Maspero et son épouse était alors conservée dans la collection particulière de François Maspero, petit-fils de l’égyptologue, disparu en 2015.

Table des illustrations

Titre 1. É. Brugsch, Sur la fouille d’Abydos (à droite, J. Bourgoin), 1883.
Crédits Source : Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre 2. Jules Bourgoin, Trois hommes assis vus de dos.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Arch. 67, 9, 16.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/7014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 539k

Auteur

Maryse Bideault, chercheur associé au laboratoire InVisu (USR 3103-CNRS), a œuvré à l'inventaire et à l'étude du fonds d'archives Bourgoin de l'INHA. Parallèlement à ce travail, ses recherches et publications ont porté sur l'œuvre de Bourgoin, de Friedrich Maximilian Hessemer, sur Émile Prisse d'Avennes ainsi que sur la topographie monumentale du Caire islamique au travers des collections patrimoniales françaises.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search