Version classiqueVersion mobile

La Collection Cacault

 | 
Blandine Chavanne
, 
Chantal Georgel
, 
Hélène Rousteau-Chambon

Les Cacault collectionneurs

Le musée-école de Clisson

Claude Allemand

Texte intégral

  • 1 Allemand-Cosneau, C., « Le rôle politique du musée-école des frères Cacault à Clisson près de Nan (...)
  • 2 Sarrazin, B., Catalogue raisonné des peintures italiennes du musée des beaux-arts de Nantes : xii (...)

1Le musée-école des Cacault, à Clisson est une belle idée restée à l’état de projet en raison du décès des deux frères, mais on doit la comprendre au regard de leur culture, proche de l’Encyclopédie, et des circonstances politiques particulières de cette période de grands bouleversements. Le musée seul a existé quelques années et on en trouve encore les traces dans ce qu’il reste des bâtiments de la Madeleine à Clisson1. Rappelons que la collection Cacault, selon l’estimation faite en 1808 au moment du projet de vente de la collection à la Ville de Nantes, se composait de plus de l200 tableaux (du xiiie au xviiie siècle), 10 646 gravures de toutes les écoles et 64 sculptures, copies d’antiques ou néo-classiques. Cette collection, François Cacault (1742-1805) l’avait constituée petit à petit, en France sans doute mais surtout en Italie2, comme beaucoup d’autres, Jean-Pierre Collot (1764-1852), Jean-Baptiste Georges Seroux d’Agincourt (1730-1814), Alexis-François Artaud de Montor (1772-1849), Jean-Baptiste Wicar (1762-1834), le cardinal Joseph Fesch (1763-1839) ou Joseph Bonaparte (1768-1844), pour ne citer que des Français.

2C’est probablement en 1793 que naît chez François Cacault l’idée d’un musée-école ou en tout cas l’idée que l’art et les artistes doivent être dans chaque région le moteur d’un progrès.

À Rome

3Rome, en cette année 1793, est le théâtre d’événements dramatiques qui frappent la communauté française. En effet, le 13 janvier, Nicolas Hugou de Bassville, secrétaire de la légation française à Naples, en mission temporaire à Rome, est assassiné en pleine rue et le palais Mancini, siège de l’Académie de France, mis à sac par les émeutiers romains exaspérés des prises de position républicaines des pensionnaires français. Tous les artistes sont chassés de Rome et obligés de fuir vers Naples ou la Toscane avant de pouvoir regagner la France. Le gouvernement de la Convention, pour défendre les intérêts français menacés, dépêche alors en Italie auprès de la Cour pontificale François Cacault, tout juste de retour de Naples. En raison des troubles, ce dernier ne peut regagner Rome et s’arrête à Florence où il séjourne trois ans, dirigeant diverses négociations, en particulier le détachement du grand-duc de Toscane de la coalition antifrançaise. Il s’occupe bien sûr de veiller sur les élèves de l’Académie et sur les autres Français ou artistes chassés de Rome. Parmi ceux-ci, les frères Sablet, peintres suisses, le jeune sculpteur Frédéric Lemot (1772-1827) qui s’établit ensuite à Clisson et son propre frère, Pierre Cacault (1744-1810) à qui il va confier le soin de chercher à Nantes ou dans sa région le moyen d’installer sa collection qu’il s’emploie à rapatrier en France.

4François Cacault est immédiatement soucieux de trouver des solutions durables pour les artistes qui ont séjourné en Italie. Quelques jours après son arrivée à Florence, le 5 mars 1793, Cacault adresse au ministre Lebrun une lettre importante pour notre sujet :

  • 3 Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome, Paris, 1909, t. XVI, n° 9407, p. 27 (...)

Je propose de rappeler les artistes expulsés de Rome et dont l’existence en Italie ne peut être agréable et tranquille cette année, ni par conséquent utile au progrès de leur art. [...] Je désirerais que chaque département de la République adoptât et accueillît un des artistes distingués que les circonstances actuelles autant que l’expulsion des Français de Rome expose à ne savoir que devenir et au danger de la misère au retour à Paris. [...] Il faudrait placer un peintre, un sculpteur, un architecte, chacun dans l’un des trois départements voisins, pour que chacun servit dans son art à tous les trois. Il faudrait placer les paysagistes dans les départements de montagne ; [...] de cette manière, l’on répandrait dans toutes les parties de la République des artistes d’un goût épuré et nourri des beautés de l’Italie. L’on attirerait la curiosité des citoyens riches et leur intérêt vers les beaux-arts en rapprochant d’eux des hommes qui y ont consacré leur vie et la France donnerait un exemple éclatant de protection des beaux-arts dans le moment où la superstition les bannit parce qu’ils sont amis de la Liberté3.

À Paris

5À Paris, la Commune des arts, créée en septembre 1790 autour du peintre Jacques-Louis David et du théoricien Quatremère de Quincy, avait obtenu la suppression des Académies en août 1793 ; elle est elle-même supprimée en octobre et remplacée par la Société populaire et républicaine des arts qui critique les artistes s’attardant en Italie et exige leur retour. Mais ces artistes chassés de Rome n’ont pas de travail en France et alors que David imagine organiser des concours pour leur fournir une activité, la Convention finit par leur voter une petite pension, ce qui va dans le sens défendu par Cacault, sans pour autant que la proposition initiale de ce dernier soit retenue.

6Les questions d’enseignement, de rapport entre les arts et les techniques sont familières à François Cacault qui adhère en cela totalement aux idées de l’Encyclopédie (notons que Pierre Cacault a été élève à l’école gratuite de dessin de Nantes fondée en 1757, où enseigna le peintre Volaire que François Cacault retrouva à Naples et à qui il avait envoyé comme prix pour cette école un ouvrage de Winckelmann).

  • 4 Cleyet-Michaud, R., « Un diplomate de la Révolution en Italie : François Cacault (1793-1798) », t (...)

7Après la chute de Robespierre en juillet 1794, la constitution de l’an III accorde une place prépondérante à l’éducation et François Cacault, dans la logique de la pensée des Lumières, répondant à la demande de la Convention faite aux agents de la France à l’étranger, écrit de Florence en octobre 1794 un rapport sur « Les arts, les sciences, l’économie et l’éducation4 ».

8Bien qu’il soit éloigné de Paris, Cacault suit sans aucun doute avec intérêt l’évolution de ce qui se passe en France, en particulier la création par le Directoire, avec la loi du 25 octobre 1795, de l’Institut national des sciences et des arts, sorte d’avatar républicain de l’ancienne Académie royale. On peut noter que dans la troisième classe dédiée à la Littérature et au Beaux-Arts se trouve au titre de membre associé non résident l’architecte nantais Mathurin Crucy, ami des frères Cacault, bientôt impliqué dans le renouveau de Clisson avec le sculpteur Lemot.

À Nantes

Fig. 1. Crucy, Théâtre Graslin

Fig. 1. Crucy, Théâtre Graslin

Wikimedia Commons

Fig. 2. La Garenne Lemot

Fig. 2. La Garenne Lemot

©ADAGP / Inventaire Général, Conseil général de Loire-Atlantique
Photographie : Denis Pillet

Fig. 3. La Garenne Lemot, maison du jardinier

Fig. 3. La Garenne Lemot, maison du jardinier

Wikimedia Commons

  • 5 Voir Cosneau, C., Mathurin Crucy 1749-1826, Nantes, musée Dobrée, 1986.

9Mathurin Crucy (1749-1826), grand-prix à l’Académie royale d’architecture en 1774, séjourne quatre années à Rome en même temps que le peintre David. De retour à Nantes comme architecte voyer, il met en œuvre le plan d’embellissement qui transforme Nantes en ville moderne. Il crée en particulier le quartier Graslin avec le théâtre néo-classique (fig. 1). Il est ensuite associé au sculpteur Lemot dans la réalisation de la Garenne à Clisson5 (fig. 2 et 3).

10En 1796, Crucy s’adresse aux administrateurs du département de la Loire-Inférieure pour présenter l’esquisse de l’Institut national dont il préconise la création. Pour ce projet de musée-école, il vante les qualités de Nantes, prospère, embellie de monuments publics et qui, au centre d’une région plutôt royaliste, est restée républicaine, à tel point qu’elle représente :

le seul centre de régénération pour un pays considérable absolument démoralisé. Il est essentiel que les arts y établissent leur empire, cet empire tout puissant qui ne peut manquer après les fureurs des guerres civiles, d’acquérir la force la plus salutaire. Il ne faut pas que la dépense vous effraie, citoyens Administrateurs. Il est des cas où dépenser c’est économiser.

11Dans le projet, l’Institut national comporte :

  • 6 Archives départementales de Loire-Atlantique, 21 JJ.

Douze salles d’instruction, une vaste et immense salle susceptible de recevoir des tableaux et des statues et qui formerait une magnifique Galerie ; [...] une galerie couverte avec bassin, au milieu duquel s’élèverait la statue d’Apollon, une bibliothèque, un cabinet d’histoire naturelle et un jardin botanique6

12Ce projet de muséum – après celui proposé par Graslin en 1787 –, même s’il est resté lettre morte, est le signe qu’à Nantes, le rôle progressiste et pacificateur des arts est discuté dans certains cercles. Il est très probable que les Cacault aient eu connaissance du projet de Crucy, qui est leur ami et dont les vues correspondent d’une certaine manière aux leurs.

Les idées de François Cacault

13François Cacault entretient régulièrement des relations avec l’Institut national des sciences et des arts de Paris : en avril 1796 par exemple, on y lit la traduction de deux lettres du citoyen Cacault relatives l’une à des travaux sur la peinture antique, l’autre à la découverte de l’ancienne Privenium, l’actuel Piperno Vecchio, dans la province de Rome. François Cacault est donc certainement au courant de la lecture qui y est faite par Dufourny, en septembre 1796, d’un rapport demandé par le ministre de l’Intérieur sur le choix des dessins destinés aux Écoles Centrale (c’est-à-dire à Paris) et Spéciales (c’est-à-dire dans les départements) : la fourniture de tous les modèles nécessaires aux élèves exige que soit rassemblé un corps complet des principes du dessin d’après l’antique et les maîtres d’après des modèles qui seraient gravés aux frais du gouvernement et diffusés dans toutes les écoles de dessins. On pense immédiatement à l’usage qui aurait pu être fait de l’immense collection de gravures rassemblée par François Cacault, classée par écoles et par genre par son frère Pierre pour le musée de Clisson, d’autant que cette collection d’estampes a encore été enrichie par Cacault à son retour définitif de Rome d’un certain nombre de gravures chinées sur les quais parisiens.

14François Cacault continue à défendre ses propositions de 1793 et, en janvier 1797, la question est de nouveau d’actualité auprès du gouvernement :

  • 7 Archives nationales, AF III 77, 5 pluviôse an V.

Le citoyen Cacault remet cette idée sous les yeux du citoyen ministre, dans la crainte que nous ne perdions sans espoir de régénération et de recréation, notre réputation dans les arts. Il pense qu’il faudrait fonder le plus tôt possible et donner également à chaque chef-lieu de département, une collection complète des soufres d’après les pierres antiques, des plâtres de toutes les meilleures statues d’Italie et toutes les collections de gravures, d’ornements antiques. Un tel fonds près de la nature, avec un maître artiste pour faire commencer les jeunes gens ferait naître naturellement les talents et paraître le génie à mesure que la prospérité et la richesse ferait désirer les jouissances. Le goût épuré des Beaux-arts se répand ensuite sur différents ouvrages de manufactures. C’est une des plus riches sources de richesse et de gloire7.

15Enfin, de Rome, en décembre 1801, François Cacault développe encore pour Talleyrand, ministre des Relations extérieures, ses idées sur la diffusion des modèles de l’art dans les départements pour répondre aux besoins de l’instruction, déplorant le centralisme parisien et soucieux de la formation des publics. Il prend l’exemple de sa région natale où séjournent déjà un architecte – Mathurin Crucy –, un sculpteur – Jacques Lamarie – et un peintre – son propre frère –, tous formés à Rome et susceptibles d’être les acteurs d’un renouveau :

  • 8 Lettre du 6 nivôse an X, archives du ministère des Affaires étrangères, copie à la documentation (...)

J’ai à ma petite campagne, près de Nantes, une collection de tableaux respectables et un grand nombre d’estampes d’artistes. Vous voyez qu’il ne manque pour l’instruction du public, dans cette ville, que les plâtres des statues antiques, les soufres et les pâtes de Cadès. Quand le gouvernement aura donné ce nouveau secours, le goût du public aura complètement de quoi se former dans le département de la Loire-Inférieure et je ne fais pas de doute qu’il ne s’élève à Nantes une école des Beaux-Arts8.

16À défaut d’être entendu et de voir prises en compte les préoccupations qu’il exprime sans relâche, François Cacault va tenter de mettre en œuvre lui-même, modestement, les idées qui lui apparaissent comme des nécessités politiques, puisqu’il en a les moyens matériels avec sa collection et bientôt un bâtiment pour les abriter.

À Clisson

17Pendant ce temps, se déroulent dans l’Ouest des événements dramatiques : le 24 février 1793, la Convention a décrété la levée de 300.000 hommes et la rébellion naît dans la région, c’est le début des guerres de Vendée. À Clisson, le 11 mars précisément, des paysans rebelles se rassemblent et menacent la ville défendue par les gardes nationaux. Au mois de septembre 1793, des combats très violents vont opposer les Mayençais établis dans le château médiéval aux hommes de la grande armée catholique et royale. Une partie de la population a été déplacée à 30 km de là, la ville est presque entièrement détruite et le château brûle, dit-on, pendant un mois entier.

  • 9 Clisson ou le retour d’Italie, Cahiers de l’Inventaire, Paris, 1990.

18Clisson occupe une position stratégique, aux marches de la Bretagne, au point de jonction de trois provinces et au confluent de deux rivières, la Moine et la Sèvre ; Clisson est aussi un site pittoresque qui peut faire penser à l’Italie abandonnée, mais Clisson est surtout un lieu où se vendent des biens nationaux à faible coût. Lorsque François Cacault a envisagé de revenir dans sa région natale, sa première idée est de s’établir à Nantes même, mais son frère Pierre le persuade de le faire à Clisson. À partir d’octobre 1797, les deux frères se portent acquéreurs de plusieurs métairies sur les communes voisines, celles de Gétigné, La Bruffière et Cugand ; le presbytère de la Madeleine à Clisson, acheté en août 1798, devient leur résidence et bientôt s’élèvent les bâtiments du musée. Leur patrimoine est modeste comparé à celui de Lemot, mais il fournit quelques revenus9.

  • 10 Voir en annexe.

19Huet dans Recherches économiques et statistiques sur le département de la Loire inférieure, paru en 1804, et Lemot lui-même dans sa Notice historique sur la ville et le château de Clisson, qui est un visiteur privilégié du musée en 1805 lorsqu’il accompagne François Cacault à Clisson et décide de s’y installer lui-aussi, font la description de ce musée10. Les bâtiments, il est vrai, sont modestes et la vue gravée de Thiénon est peut-être idéale mais en se rendant sur place on constate, dans ce qui reste des bâtiments, que l’Italie inspire sans doute la construction dans la création des baies appareillées en brique, sous le comble, plus larges que hautes, évasées vers l’extérieur pour laisser entrer la lumière. Il y a 30 ans, dans un des greniers, subsistaient encore les gros pitons en fer, fichés dans les murs, qui avaient dû servir à accrocher les tableaux.

20En 1817, dans le Journal des savants, Quatremère de Quincy dont on connaît les prises de position contre l’enlèvement des objets d’art en Italie et contre l’institution muséale, fait lui aussi un vibrant éloge de l’entreprise des Cacault, suivant en cela le texte de Lemot dont il salue la parution. Il insiste : « Une pensée patriotique entrait aussi dans leur projet. C’était de rappeler la population et l’industrie dans ce canton en y créant un établissement qui ne pourrait manquer d’y attirer les curieux et les artistes ».

  • 11 Voir l'article de L. Pierre dans le présent volume.

21Ces textes parlent avec enthousiasme du musée et du projet patriotique qui animent les frères Cacault. Il y est précisé que le projet n’est pas achevé. En effet, les deux inventaires – incomplets –, l’un de la main de Billault, le secrétaire de François Cacault, l’autre écrit par Pierre Cacault, font état d’organisations successives dans les salons du musée. Le classement par genre est approximatif et si l’on comprend qu’il n’est guère aisé pour une telle masse d’œuvres, c’est surtout que l’accrochage répond aux goûts du peintre Pierre Cacault lui-même. Mais il a pris le temps de classer toutes les estampes dans un but pédagogique évident11.

22La mort de François Cacault en octobre 1805 interrompt leur beau rêve et Pierre Cacault se trouve alors dans une situation matérielle si médiocre qu’il est obligé d’envisager de trouver des solutions. Il sollicite en 1806 le Préfet du département et précise dans une lettre capitale qu’il est prêt à céder le musée à l’État mais qu’il a besoin d’argent pour continuer les travaux. N’envisage-t-il pas de construire d’autres locaux susceptibles d’accueillir les élèves dans le cadre de leur projet de musée-école dont il espère encore qu’il pourra se réaliser et même perdurer ? Il argumente ainsi :

  • 12 Archives départementales de Loire-Atlantique, 169 T 1.

Nous voulons qu’il devienne un jour une grande école des arts que le curieux, l’étranger, l’artiste y soient appelés par la beauté du site où nous l’avons élevé, et qui ne le cède en rien aux plus renommés de l’Italie et la Suisse, par le choix des sculptures, tableaux, gravures et livres d’art dont nous l’avons orné. […] Le choix que nous avons fait du local exige que le musée y existe à perpétuité. C’est sa situation avantageuse à nos yeux, qui nous a déterminés dans ce choix et vous n’oublierez pas, Monsieur le Préfet, combien cet établissement a déjà vivifié ce malheureux pays et tout le bien qu’il peut produire, se trouvant placé entre Nantes et Napoléon et à une très petite distance de chacune de ces deux villes. Vous devez sentir Monsieur le Préfet que nous n’avons pas, mon frère et moi, fait d’aussi vastes constructions et tant de dépenses pour qu’un déplacement onéreux et destructeur en soit la suite. Nous avons voulu rappeler à Clisson ce qui reste de ses anciens habitants et même de nouvelles familles, puisqu’une guerre désastreuse et cruelle a détruit entièrement cette ville12

  • 13 Mellinet, C., La commune et la milice de Nantes, Nantes, Mellinet, 1840, t. XI, p. 278.

23Il propose ensuite que le vieux château de Clisson soit annexé au musée et que le sculpteur Frédéric Lemot soit chargé, après lui, de la direction du musée. Le Préfet transmet la requête au ministre de l’Intérieur en précisant que « l’intention de ce respectable magistrat (le sénateur Cacault) était de consacrer à l’éducation de la jeunesse de ce département le fruit de quarante ans de recherches et de tableaux13 ». En fait, l’affaire traîne en longueur et c’est la Ville de Nantes qui se porte acquéreur de l’ensemble, en 1810. Deux jours après la signature de l’acte de vente, Pierre Cacault meurt.

24Mellinet précise encore en 1840 le projet des Cacault :

  • 14 Ibid. Bien que publié tardivement, en 1840, l’ouvrage de Mellinet rassemble des souvenirs et anec (...)

Une école de dessin et de peinture devait être établie dans le musée de Clisson, sous la direction du frère du Sénateur Cacault ; le Conseil général s’imposait l’obligation d’assurer les frais d’entretien, fort modestes, à cette école à une quinzaine d’enfants vendéens. Quelle gloire ne retirerons nous pas de ce simple projet, disait l’excellent sénateur Cacault à M. Bertrand Geslin, s’il peut sortir de là un Rubens, un talent supérieur quelconque. Il y a de ces miracles-là, ajoutait-il en souriant : il ne faut peut-être qu’un hasard pour le produire14.

Un projet politique

25Le hasard ne s’est pas produit mais le projet de musée-école apparaît bien, dans le contexte de l’Empire, comme un élément objectif de la politique de pacification de l’Ouest. Au cœur du territoire de la Vendée militaire, entre Nantes et Napoléon-Vendée (La Roche-sur-Yon), il aurait occupé une position stratégique. Si la mort a arrêté cet élan patriotique et anéanti la réalisation du projet d’école, il faut noter que François Cacault a eu en 1805 le temps de passer le relais en quelque sorte. En effet, il invite à Clisson le sculpteur Frédéric Lemot, grand-prix de l’Académie Royale de peinture et de sculpture en 1790 et pensionnaire de l’Académie de France à Rome jusqu’en 1793. Lemot raconte plus tard comment il est tellement frappé du grand caractère du paysage qu’il se croit transporté en Italie et y crée finalement, en vingt ans, avec l’architecte Mathurin Crucy entre autres, un domaine remarquable : à côté de la maison du jardinier, véritable manifeste d’architecture rustique à l’italienne, se déploie, grandeur nature, un paysage historique composé à la manière de Poussin avec temples, tombeaux, statues et obélisque. Lemot essaie lui aussi d’attirer dans la région ses amis parisiens et, plusieurs années de suite à la fin de l’Empire, des « caravanes » d’artistes viennent passer l’été à Clisson. Le centre artistique voulu par les Cacault puis Lemot n’a jamais réellement existé mais il est vrai que la région est redevenue prospère avec ses moulins et usines le long de la Sèvre. Plus récemment, la Garenne Lemot restaurée a renoué avec la tradition culturelle que soutient désormais le Conseil général propriétaire du domaine, et la collection Cacault, conservée au musée des Beaux-Arts de Nantes constitue l’assise historique majeure de l’institution.

Annexes

Annexe : Description du musée de Clisson

Frédéric Lemot, Voyage pittoresque dans le bocage de la Vendée […] avec une notice historique sur la ville et le château de Clisson, Paris, Didot, 1817, p. 10-14.

Texte collationné par Cl. Allemand

Ces deux hommes estimables étaient persuadés qu’en plaçant leur Musée dans ce lieu, il offrirait la réunion intéressante et peut-être unique des plus nobles productions des arts, encadrées, pour ainsi dire, par toutes les beautés de la nature. Ils eurent aussi la pensée généreuse qu’en attirant par ce moyen les curieux dans ce pays, peu éloigné d’une des plus grandes villes de France, cette affluence y rappellerait la population, et que l’érection des bâtiments du Musée de Clisson deviendrait le signal de la reconstruction et de la nouvelle existence de cette petite ville. En effet, un grand nombre d’habitants, encouragés par cet exemple, rentrèrent dans leurs foyers, en relevèrent les ruines ; et le concours extraordinaire des amateurs qui accoururent de toutes parts pour visiter cet établissement fit promptement rebâtir plusieurs auberges. La construction de ce Musée fut commencée en 1799 et achevée en 1804. Il est bâti sur une colline au bord de la Sèvre, non loin d’une des plus belles chutes d’eau de cette agréable rivière ; c’est un vaste bâtiment, carré et isolé, au milieu duquel se trouve une cour spacieuse. Le rez-de-chaussée, composé d’une galerie et de plusieurs salles, était destiné pour la sculpture. Au premier étage, deux grandes galeries parallèles et neuf salons renfermaient alors plus de douze cents tableaux, dont une grande partie étaient très précieux et des plus grands maîtres. La collection des gravures, une des plus nombreuses et des plus complètes que l’on connaisse, était composée de cent soixante-quatre volumes grand in-folio contenant dix mille six cent quarante-six estampes, classées par ordre d’école et de maître, et parmi lesquelles on trouvait des Marc-Antoine, des Lucas de Leyde et des Rembrandt, fort rares et d’une grande pureté. On y comptait soixante-dix morceaux de sculpture en différentes matières, des statues, des bas-reliefs, des vases, des cippes, des cheminées et des tables en marbres rares et précieux décorées de très belles mosaïques ; on y rencontrait de plus la collection en plâtre des principales statues antiques et des meilleurs ouvrages exécutés par les plus habiles statuaires de nos jours. La commune de Clisson possède la plus riche collection de tableaux qui existe hors de la capitale. Elle appartient à M. Cacault, ambassadeur de France à Rome. C’est sur les bords de la Sèvre, là où la nature est si belle et si riche, qu’est placé ce Musée. La plupart des voyageurs, qui s’y rendent en foule, demandent, en entrant dans la ville, où est le Palais ? On s’attend à traverser des portiques de marbre et des vestibules richement décorés il n’en est pas ainsi ; il faut quitter la ville, parcourir des sentiers sinueux et délicieusement ombragés, à travers des rochers que tapissent le lierre et la vigne sauvage, des rivières, des prairies, des bois, des montagnes ; tels sont les portiques du Musée de M. Cacault. […] On est admis tous les jours, à toute heure. Quand on parcourt ces galeries décorées sans faste; quand on voit ces chefs-d’œuvre de toutes les écoles distribués sans luxe inutile, sous des toits qui n’insultent point aux chaumières, on admire l’homme de goût qui a, pour ainsi dire, mis en opposition les prodiges de l’art et les merveilles de la nature, en choisissant un angle de terre qui ne le cède en rien aux sites les plus renommés de Suisse et d’Italie. [...] Combien de fois n’ai-je pas entendu dire à l’un de nos collègues que ses occupations retiennent à Paris : les poètes, les artistes devraient chaque année visiter les environs de Clisson. Dans ces lieux enchanteurs, et sans s’expatrier, ils trouveraient rassemblé, distribué par des hasards heureux, tout ce qu’on va chercher en Suisse et en Italie.

Notes

1 Allemand-Cosneau, C., « Le rôle politique du musée-école des frères Cacault à Clisson près de Nantes 1796-1810 », Rabreau. D. et Tollon, B. (dir.), Le progrès des arts réunis 1763-1815,  actes de colloque (Bordeaux/Toulouse, 1989), 1992, p. 117-123.

2 Sarrazin, B., Catalogue raisonné des peintures italiennes du musée des beaux-arts de Nantes : xiiie-xviiie siècle, Réunion des musées nationaux, Paris, 1994.

3 Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome, Paris, 1909, t. XVI, n° 9407, p. 274-275.

4 Cleyet-Michaud, R., « Un diplomate de la Révolution en Italie : François Cacault (1793-1798) », thèse de l’École nationale des Chartes, 1971, p. 116.

5 Voir Cosneau, C., Mathurin Crucy 1749-1826, Nantes, musée Dobrée, 1986.

6 Archives départementales de Loire-Atlantique, 21 JJ.

7 Archives nationales, AF III 77, 5 pluviôse an V.

8 Lettre du 6 nivôse an X, archives du ministère des Affaires étrangères, copie à la documentation de la Garenne Lemot, communiquée par Adeline Collange-Perugi et présentée en postface dans le présent volume.

9 Clisson ou le retour d’Italie, Cahiers de l’Inventaire, Paris, 1990.

10 Voir en annexe.

11 Voir l'article de L. Pierre dans le présent volume.

12 Archives départementales de Loire-Atlantique, 169 T 1.

13 Mellinet, C., La commune et la milice de Nantes, Nantes, Mellinet, 1840, t. XI, p. 278.

14 Ibid. Bien que publié tardivement, en 1840, l’ouvrage de Mellinet rassemble des souvenirs et anecdotes qui sont souvent avérés. Ces propos corroborent les documents plus anciens.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Crucy, Théâtre Graslin
Crédits Wikimedia Commons
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 2. La Garenne Lemot
Crédits ©ADAGP / Inventaire Général, Conseil général de Loire-AtlantiquePhotographie : Denis Pillet
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 3. La Garenne Lemot, maison du jardinier
Crédits Wikimedia Commons
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 727k

Auteur

Conservateur général du Patrimoine, honoraire

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search