Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire 1895

 | 
Ezio Godoli
, 
Mercedes Volait

Après le concours

Un chantier chaotique

Marie-Laure Crosnier-Leconte

Texte intégral

  • 1 Ministère des Travaux publics, service administratif, à Marcel Dourgnon, Le Caire : 27 avril 1895 ( (...)

1Un mois après les résultats du concours, le 27 avril 1895, le ministre des Travaux publics d’Égypte, Hussein Fakhry Pacha, adressa aux quatre lauréats une circulaire leur demandant « de formuler les conditions qu’ils mettraient à leur collaboration »1. Rappelant qu’aucun des projets présentés n’avait rempli les prescriptions désirées pour le musée, il fixa des conditions strictes : s’en tenir « d’une façon absolue » à la somme de 120 000 £E, et pour cela reprendre les façades et les parties décoratives « dans un style plus simple que les projets primés ». Par ailleurs, la somme affectée à la construction du musée étant alors disponible, le ministre désirait que les travaux fussent menés avec toute la célérité possible, à savoir un projet prêt pour que les travaux de fondation pussent se faire entre le 1er avril et le 1er septembre 1896, avant la crue du Nil, la durée totale de la construction étant « évaluée à deux ans et demi au plus ».

2Deux combinaisons furent proposées aux architectes : ou ils assuraient la maîtrise d’œuvre, restant sur place au moins jusqu’à ce que les travaux fussent bien lancés, et prenaient à leur charge tous les frais d’agence, tandis que le ministère couvrait ceux du chantier ; ou, à défaut, ils élaboraient en amont un projet suffisamment détaillé pour que le service d’architecture du ministère fût à même de mener le chantier sans problème après le départ de son auteur. Dans un cas comme dans l’autre, la présence de l’architecte au Caire était requise, mais pour une période plus courte si la seconde combinaison était retenue. La circulaire était conclue sur une mise au point sans équivoque :

« Il doit être bien compris que le ministère des Travaux publics se réserve pour le moment toute sa liberté d’action et qu’il n’entend prendre par la présente aucun engagement quelconque de traiter, même avec l’un des quatre architectes primés. Je vous prie de bien vouloir considérer cette lettre comme une simple demande de renseignements & de noter qu’elle n’engage en aucune façon le ministère des Travaux publics en quoi que ce soit ».

  • 2 « Concours du Caire », La Construction moderne, 11 mai 1895, p. 383-384.
  • 3 « Die Pläne des neuen Museums für Aegyptische Alterthümer zu Kairo », Deutsche Bauzeitung, Berlin, (...)
  • 4 Académie des beaux-arts, séance du samedi 20 avril 1895, sous la présidence d’Ambroise Thomas (Pari (...)
  • 5 Andrée Jaunay (dir.), Mémoires de Jacques de Morgan, Souvenirs d’un archéologue, Paris : L’Harmatta (...)

3Le 11 mai suivant, La Construction moderne2 se déclarait en mesure d’annoncer qu’une commission technique internationale, nommée par le ministère des Travaux publics peu après le jugement du 20 mars, avait désigné pour l’exécution le projet de Marcel Dourgnon, avec de légères modifications : sa façade principale devait être inspirée de celle du projet de Guilhem. Cette commission était composée de deux architectes locaux – Manescalco et Franz ? – et des membres de la direction du musée3. Daumet, rentré en France au moins depuis le 20 avril, date à laquelle il fit un compte rendu du concours à l’Institut de France4, n’était plus concerné et ne fit aucun commentaire sur ce choix final. S’il n’allait pas dans ses préférences personnelles, ce choix s’accordait au mieux avec celles des responsables de la conservation du musée et du service des Antiquités égyptiennes, Emil Brugsch Bey et Jacques de Morgan : « Un seul projet, fort bien conçu comme plan et très adéquat comme façade, offrait toutes les conditions requises. C’était celui de M. Marcel Dourgnon qui remporta le prix5 ».

4L’architecte devait donc reprendre son projet en le simplifiant au maximum, avec une façade en pierres locales de petit appareil : disparaissent ainsi les colonnades de Guilhem, de même que ses fins effets de pylônes et toute référence à l’Égypte des pharaons ; les masses murales denses et pratiquement dépourvues d’ornements ne dégagent plus de style particulier, si ce n’est dans les ouvertures cintrées et l’effet triomphal du portique d’entrée, inspirés de la Rome impériale.

5Le nouveau plan est moins compact que celui du concours, mais plus profond (fig. 1-2). Il conserve l’alternance d’atriums vitrés et de salles sur deux niveaux qui a fait son succès au concours, ainsi que la séparation claire entre espaces publics, administration et annexes. Il affecte la forme d’un T renversé articulé autour de deux galeries, l’une située derrière la façade, l’autre perpendiculaire, et dans les angles duquel s’inscrivent les extensions supposées élargir le plan en un carré presque parfait d’environ 125 m de côté. La direction et l’administration apparaissent détachées sur les côtés et en avant de la façade principale ; elles ne seront jamais réalisées, pas plus que les extensions prévues (fig. 3-4).

1. Marcel Dourgnon, musée des Antiquités égyptiennes au Caire, plan du rez-de-chaussée, décembre 1895, Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 27.

1. Marcel Dourgnon, musée des Antiquités égyptiennes au Caire, plan du rez-de-chaussée, décembre 1895, Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 27.

Source : Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 27.

2. Plan du 1er étage, décembre 1895, Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 28.

2. Plan du 1er étage, décembre 1895, Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 28.

Source : Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 28.

3. Façade principale comportant les pavillons de direction et d'administration, décembre 1895, Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 29.

3. Façade principale comportant les pavillons de direction et d'administration, décembre 1895, Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 29.

Source : Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 29.

4. Façade principale et façade arrière, décembre 1895, Deutsche Bauzeitung, 18 avril 1896.

4. Façade principale et façade arrière, décembre 1895, Deutsche Bauzeitung, 18 avril 1896.

Source : Deutsche Bauzeitung, 18 avril 1896.

6Les nécessités d’économie se font encore plus sentir à l’intérieur, avec des structures de murs et d’appuis libres très simplifiées ; elles répondent aussi au souhait de la direction du musée qui était, à travers un traitement sobre des salles, d’assurer la prépondérance aux objets exposés, regroupés de manière simple et harmonieuse comme des motifs décoratifs sur des parois peintes en tons neutres. Seuls les murs des deux pavillons de tête doivent être ornés de paysages égyptiens et de vues de temples de la Haute-Égypte.

7Pour le gros œuvre, la construction, en raison de l’humidité du terrain, doit être établie sur une semelle de béton de 2 m d’épaisseur ; le sous-sol du bâtiment principal doit isoler le rez-de-chaussée, mais aussi servir à rafraîchir et ventiler l’étage par des gaines d’aération montant l’air frais du sous-sol à l’étage. Les sols seront construits en technique mixte où prédominera la pierre.

  • 6 Selon l’historique qu’en donna Marcel Dourgnon dans la réclamation que Thierry, député des Bouches- (...)
  • 7 Un exemplaire de chacun de ces deux imprimés est conservé au Nantes (France), Archives du ministère (...)

8Les nouveaux plans furent approuvés en décembre 18956. Dourgnon avait choisi d’assurer lui-même la maîtrise d’œuvre. Le cahier des charges et le devis estimatif furent imprimés en date du 1er février 1896 et mis à la disposition des adjudicataires, accompagnés d’un ensemble de tirages en bleu portant la même date7. Le devis estimatif ne comporte que les quantités demandées mais aucun prix de détail, il s’agit donc d’une adjudication à forfait, et non au rabais comme habituellement. Par ailleurs, le premier document contient, à l’article 38, une nouveauté importante, l’emploi du ciment armé dans la construction :

« L’entrepreneur devra exécuter les ouvrages en ciment armé par un système d’ossatures combiné de fers et ciment, à l’exclusion absolue du bois dans n’importe quelle partie, de façon à satisfaire complètement aux conditions de stabilité en prenant en considération les charges à supporter.

Il devra d’ailleurs soumettre, avant l’emploi, à l’architecte, la disposition qu’il se propose d’adopter et, malgré l’approbation de l’architecte, il restera entièrement responsable du système et du mode d’exécution adoptés pour l’exécution des formes indiquées par les dessins. Il devra fournir les calculs de résistance et faire tous les essais ou expériences que l’Administration jugera utiles pour vérifier la résistance du système proposé, ces essais et expériences étant à ses frais.

En outre, ces travaux devront être exécutés par un personnel spécial d’ingénieurs et d’ouvriers habitués à ce genre de travail. Toutes ces prescriptions relatives au ciment armé s’appliquent à toutes les parties de l’édifice pour lesquelles ce mode de construction sera employé.

L’Administration pourra, si elle le juge utile et en temps opportun, supprimer les piles du rez-de-chaussée de la grande galerie centrale et les remplacer par un système de voussures en ciment armé. »

  • 8 Gwenaël Delhumeau, L’Invention du béton armé, Hennebique, 1890-1914, Paris, Norma, 1999, p. 139-140
  • 9 Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Ar (...)

9L’architecte avait probablement été démarché par la toute jeune entreprise bruxelloise de béton armé de François Hennebique qui avait déposé son brevet égyptien le 6 mai 18958. Celle-ci en tout cas s’était procuré le dossier complet, et prenait ses renseignements, comme en témoigne une lettre du responsable de l’agence parisienne d’Hennebique, l’ingénieur Gustave Defretin, dans un courrier à son directeur en date du 27 mars 18969. Malgré toutes les précautions adoptées dans la rédaction du cahier des charges, ce choix d’une technologie encore peu expérimentée sur un édifice de cette ampleur, et nécessitant un personnel hautement qualifié, s’avéra catastrophique.

10L’adjudication des travaux fut fixée au 18 avril, les travaux de construction devant être lancés immédiatement après. Hélas, l’expédition du Soudan par Lord Herbert Kitchener pour mater la révolte de Dongola fut décidée en mars 1896. Le mois suivant, le gouvernement khédivial ordonna, pour assurer les frais de campagne, de surseoir à l’exécution de plusieurs chantiers, dont les deux musées d’art égyptien et arabe.

  • 10 Qui se montait au printemps 1894 à plus de 3 500 000 £E, selon le Times of London du 28 mars 1894.
  • 11 Voir sur ce sujet Éric Gady, Le Pharaon, op. cit. (note 1), p. 540-542 et 1153-1154 ; Id, « Les Égy (...)
  • 12 Sur les diverses correspondances échangées dans le courant du mois de mai, voir Nantes (France), Ar (...)

11Cette confusion entre des dépenses prises, d’un côté comme de l’autre, sur le fonds de réserve de la Caisse de la Dette10, a pu faire craindre aux puissances occidentales, hormis les Anglais sans doute, que le gouvernement égyptien n’agissait pas sans quelque arrière-pensée. S’ensuivit en tout cas un ballet diplomatique, au sein duquel quelques voix fort peu diplomatiques s’élevèrent, comme celles de Jacques de Morgan ou du ministre de l’Instruction publique de France, qui brandirent l’étendard patriotique de la « science égyptologique française11 ». Ils oubliaient un peu vite que ce n’était pas la France, mais l’Égypte qui était propriétaire des collections et qui finançait la construction du musée, ce que l’agent diplomatique et consul général de France au Caire, Georges Cogordan se fit un devoir de préciser dans une lettre au ministère des Affaires étrangères français. Mais il ne manqua pas de saisir de l’affaire les commissaires de la Dette, qui intervinrent pour rappeler que les affectations de crédits prises sur son fonds de réserve n’étaient, en principe, pas modifiables12.

  • 13 Marie-Laure Crosnier Leconte, Mercedes Volait, L’Égypte d’un architecte, Ambroise Baudry, Paris : S (...)
  • 14 Ministère des Affaires étrangères à Alfred Nicolas Rambaud, ministre de l’Instruction publique, 17 (...)
  • 15 Julien Barois, secrétaire général du ministère égyptien des Travaux publics à Boutiron, gérant de l (...)

12Dourgnon, au Caire depuis trois mois, parvint, avec l’appui officieux de Cogordan, à obtenir du ministère des Travaux publics une compensation financière. Pour tromper son attente, le ministère de l’Instruction publique de France lui confia la direction des travaux de l’Institut français d’archéologie orientale, sur les plans d’Ambroise Baudry (1838-1906)13. Heureusement, Dongola fut prise en septembre, on décida deux mois plus tard la reprise des travaux14. Dourgnon fut rappelé par dépêche15.

  • 16 The Times of London, 7 décembre 1896, p. 7 ; The Builders’ Journal and Architectural Record (London (...)
  • 17 Le rabais proposé était de 260 000 francs sur un devis de 2 850 000 francs, soit près de 10 % de 11 (...)
  • 18 La Construction moderne, 12 juin 1897, p. 434-435.

13Trois entreprises locales soumissionnèrent en décembre 189616, et ce furent opportunément des Italiens établis au Caire, les entrepreneurs Garozzo fils, avec la société Zaffrani, qui se montrèrent les moins-disants, proposant même un rabais substantiel sur le budget des travaux – qui avait pourtant été encore rogné à 110 000 £E17 –, assorti de l’engagement de terminer complètement l’édifice en 26 mois, soit vers mars 189918.

  • 19 « Le musée des Antiquités égyptiennes au Caire », L’Architecture, 20 mars 1897, p. 104. Minerve ou (...)

14Ferdinand Faivre (1860-1937), statuaire parisien d’origine marseillaise, comme Dourgnon, se vit confier l’exécution, pour la porte principale, de deux grandes cariatides de 4,75 m de haut, représentant la Haute et la Basse-Égypte (fig. 19-20). On lui commanda aussi une clef de voûte sculptée d’une tête de Minerve – qui s’égyptianisa à la réalisation – pour la clef du porche central (fig. 23), ainsi que des bas-reliefs de lions, têtes d’animaux, etc. qui ne furent finalement pas réalisés19.

  • 20 L’Architecture, 6 février 1897, p. 52.
  • 21 La Construction moderne, 12 juin 1897, p. 434-35.
  • 22 The Times of London, 7 décembre 1896, p. 7. Le nom de Clifton n’y est pas mentionné, mais il est ci (...)

15Les travaux purent commencer, le 26 décembre 189620, officiellement le 4 janvier 189721, avec l’assistance d’un ingénieur anglais du ministère, Contenay Clifton22. Avec le conservateur du musée d’origine berlinoise, Emil Brugsch, l’équilibre entre les nations participantes semblait ainsi assuré.

  • 23 Lettres de M. Dourgnon des 29 juillet et 9 août 1899 (Nantes (France), Archives du ministère des Af (...)

16Des changements très importants intervinrent cependant sur ces entrefaites : « Les fouilles de l’édifice terminées, les plans ayant été approuvés, à la suite d’une visite de Lord Cromer sur les chantiers le ministère décida de changer l’orientation du monument23 ». La façade principale, encore orientée à l’est sur les plans du 1er février 1896, est désormais tournée vers le sud. Cette nouvelle donne aurait entraîné d’après Dourgnon une transformation complète de la partie postérieure du bâtiment. Mais la comparaison entre deux séries de plans que nous datons respectivement de fin 1895 et fin 1896 (fig. 5-6) montre aussi un élargissement substantiel de la galerie centrale au détriment des salles latérales, avec un creusement en son centre et des mezzanines à l’étage, dans le but de dégager un espace pour les sculptures colossales.

5. Coupe longitudinale sur la grande galerie d'honneur, décembre 1895.

5. Coupe longitudinale sur la grande galerie d'honneur, décembre 1895.

Source : Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018.

6. Coupe longitudinale sur la grande galerie d'honneur, décembre 1896.

6. Coupe longitudinale sur la grande galerie d'honneur, décembre 1896.

Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie.

  • 24 Defretin à Hennebique, Paris : le 17 octobre 1896 : Gwenaël Delhumeau, op. cit. (note 8), p. 241 et (...)

17Dourgnon avait, dès la relance du projet à l’automne 1896, rappelé l’entreprise Hennebique, comme l’explique Defretin à son directeur, le 17 octobre 1896 : « Il compte bien que nous ferons l’affaire, et comme il a remanié ses plans et qu’il fait son étude définitive, il voudrait que de notre côté nous fassions avec lui notre étude définitive »24.

  • 25 Inauguré le 17 mars 1904 : Service des Antiquités de l’Égypte, Cérémonie d’inauguration du monument (...)

18Une salle au fond de l’axe central était prévue pour installer le sarcophage de Mariette Pacha dessiné par l’architecte Ambroise Baudry. Il fut même envisagé de l’entourer de momies de pharaons ! Son tombeau trouva finalement une plus juste place devant l’entrée du musée, au centre d’un exèdre conçu par Manescalco et surmonté de sa statue, due au ciseau du statuaire Denys Puech (1854-1942) et dressée sur un piédestal dessiné par son frère Édouard Mariette (fig. 9)25.

7. Plan du rez-de-chaussée, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.

7. Plan du rez-de-chaussée, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.

Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.

8. Façade principale, décembre 1896, La Construction moderne, 12 juin 1897, pl. 58.

8. Façade principale, décembre 1896, La Construction moderne, 12 juin 1897, pl. 58.

Source : La Construction moderne, 12 juin 1897, pl. 58.

9. Monument à Auguste, Mariette.

9. Monument à Auguste, Mariette.

Source : Paris (France), musée du Louvre, DAE, fonds Bonini, E27490.

19L’architecte présenta au ministère des Travaux publics un devis de construction de 160 000 £E, réaliste sans doute, mais en excédant de 50 000 £E par rapport à l’enveloppe budgétaire arrêtée par le gouvernement égyptien, ce qui lui fut fermement rappelé. Dourgnon pourtant ne modifia pas ses plans.

20La première pierre fut posée le 1er avril 1897 (fig. 10) et l’architecte honoré à cette occasion des croix d’officier de l’Instruction publique et de l’ordre impérial du Medjidieh. Cette double décoration marqua hélas sa dernière heure de gloire en terre d’Égypte, car les difficultés s’annonçaient.

10. Procès-verbal de la pose de la première pierre du musée des Antiquités égyptiennes, 1er avril 1897, La Construction moderne, 12 juin 1897, p. 435.

10. Procès-verbal de la pose de la première pierre du musée des Antiquités égyptiennes, 1er avril 1897, La Construction moderne, 12 juin 1897, p. 435.

Source : La Construction moderne, 12 juin 1897, p. 435.

  • 26 Georges Cogordan à Gabriel Hanotaux, ministre des Affaires étrangères, Le Caire : 1er avril 1897 (N (...)
  • 27 Sur Jacques de Morgan et le Service des antiquités égyptiennes, voir Éric Gady, « Un ingénieur chez (...)

21Le jour même de la cérémonie, Jacques de Morgan informa Georges Cogordan de son intention de donner sa démission26. En vérité, le directeur du service des Antiquités égyptiennes était depuis quelque temps déjà en délicatesse avec le gouvernement égyptien et les Anglais, qu’il avait fini par irriter par son indiscipline, sa morgue aristocratique et son anglophobie. Il délaissait de plus en plus son travail administratif et envisageait depuis l’été précédent de quitter l’Égypte, d’autant qu’une opportunité de retourner fouiller en Iran se dessinait. Il était en droit d’estimer avoir rempli sa mission en menant le musée jusqu’aux fonts baptismaux, mais il ne pouvait ignorer non plus qu’il abandonnait un chantier qui s’annonçait difficile et dont il portait en partie la responsabilité27. Il fut remplacé à la tête du service par Victor Loret (1859-1946), venu de la faculté de Lyon, une personnalité plus discrète et moins charismatique. Brugsch fut maintenu à la direction du musée sous sa tutelle, contrairement au vœu des Anglais qui auraient souhaité que le musée fût désormais indépendant du service des Antiquités et échappât ainsi aux Français.

  • 28 Georges Cogordan au ministre des Affaires étrangères, Le Caire : 20 janvier 1898 (Nantes (France), (...)
  • 29 Dans la mesure où nous n’avons pas trouvé mention de désordres au cours de la construction, il nous (...)

22Soudain, en janvier 1898, alors que les fondations étaient achevées et qu’on s’apprêtait à monter les murs, les entrepreneurs italiens déclarèrent au ministère des Travaux publics que le plan de Dourgnon était inexécutable28. Ce dernier qui avait dû respecter ses maigres crédits sans vouloir leur sacrifier son plan, avait rogné sur la solidité de la construction. Interrogé sur ce point, il avait dû avouer que, trompé par la qualité des matériaux locaux qu’il ne connaissait pas bien, il avait mal évalué ses calculs de résistance des fondations ; il ne manqua pas cependant de préciser que ses plans avaient été approuvés par Julien Barois, secrétaire général français du ministère. Mais le ministère dégagea sa responsabilité au prétexte qu’il lui appartenait seulement de contrôler si le projet répondait aux conditions générales quant à sa destination, tandis que l’architecte était tenu pour sa part – admirable mauvaise foi –, de fournir un projet exécutable29.

11. Chantier de construction, lanterneau.

11. Chantier de construction, lanterneau.

Source : Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018.

12. Chantier de construction, toiture-terrasse et dôme de la grande galerie d'honneur.

12. Chantier de construction, toiture-terrasse et dôme de la grande galerie d'honneur.

Source : Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018.

13. Chantier de construction, atrium central.

13. Chantier de construction, atrium central.

Source : Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018.

  • 30 M. Dourgnon au ministre des Affaires étrangères, Paris le 29 juillet 1899 (Nantes (France), Archive (...)

23Pour compliquer encore la situation, les rapports entre les entrepreneurs et l’architecte avaient été d’emblée exécrables. Ce dernier, qui faisait allusion, chaque fois qu’il évoquait cette affaire, à des pratiques douteuses, s’en expliqua plus tard d’une manière précise dans une lettre au ministre des Affaires étrangères de France, le 29 juillet 189930. Il avait déjà à juste raison été surpris du rabais consenti par l’entreprise adjudicataire :

« Cette diminution de prix était anormale, je me l’expliquais seulement lorsque je dus subir sans m’y attendre, l’offre que me fit l’un des associés d’un intérêt de 5 % sur le montant des travaux si je consentais à en augmenter l’importance et par cela même en élever le chiffre ».

24Trop honnête et rigide, hélas aussi trop ignorant aussi du système local de tractations pour entrer dans ce type d’arrangement, Dourgnon aurait averti sans succès Barois, et se serait immédiatement heurté à l’hostilité des entrepreneurs sans pour autant recevoir un soutien véritable de l’administration égyptienne.

  • 31 M. Dourgnon à Hussein Fakhry, le 12 janvier 1898, et réponse du ministre le 13 janvier (Nantes (Fra (...)

25Il demanda un intermédiaire du ministère entre les entrepreneurs et lui, ce qui lui ôtait toute forme d’autorité sur eux et le plaçait en porte-à-faux avec tous ses interlocuteurs. L’architecte n’avait alors plus d’autre choix que d’abandonner à l’administration égyptienne la direction du chantier, se reportant sur la seconde option qui lui avait été proposée en avril 1895. Il le fit dans une lettre au ministre des Travaux publics, datée du 12 janvier 189831 et dont la raideur de ton donne la mesure du niveau d’exaspération auquel il était parvenu.

26Une phrase grandiloquente dévoile une facette peu agréable de sa personnalité, mais aussi le désarroi d’un homme confronté à une situation qu’il ne maîtrise plus, et qui se voit dessaisir de l’œuvre de sa vie :

« J’userai de mon droit consacré de signer mon œuvre sur la partie centrale de la façade principale et en même temps, assister à l’inauguration en ma qualité d’architecte du monument comme consécration finale ».

27Il n’obtint ni l’un ni l’autre.

28Dès le lendemain, le ministre lui rendit réponse : il acceptait sa proposition, à condition qu’il remît dans un délai de trois mois tous les documents nécessaires à la reprise des travaux, contre une somme forfaitaire de 4 400 £E, calculée sur la base d’une réduction d’honoraires de 5 % pour le travail déjà accompli, à 2 ½ % pour les pièces encore à produire. Ce fut désormais la direction générale des Bâtiments du ministère qui prit en main la construction du musée.

  • 32 Georges Cogordan à Gabriel Hanotaux, ministre des Affaires étrangères, 26 mai 1898 (Nantes (France) (...)

29Dourgnon acheva les dessins modificatifs qui lui étaient demandés et quitta Le Caire le 27 mai 1898. La veille, Cogordan avait fait à son ministre le décompte du surcoût financier qu’entraînait la poursuite du chantier32 : l’exécution du nouveau plan de Dourgnon était estimée à 158 000 £E, un retour au premier devis fourni par l’architecte et qui lui donnait rétrospectivement raison.

  • 33 Georges Cogordan à Gabriel Hanotaux, 19 juillet 1898 (Nantes (France), Archives du ministère des Af (...)

30Le 19 juillet 1898, le diplomate communiqua au Quai d’Orsay que la Caisse de la Dette consentait un prêt supplémentaire de 28 000 £E pour couvrir les frais des modifications demandées33.

  • 34 Document annexé à un courrier du ministère des Affaires étrangères à Raymond Lecomte, Agence diplom (...)
  • 35 Pièces citées en note 6.

31Dourgnon continua à fournir depuis Paris les pièces qui lui étaient demandées, mais malgré l’éloignement, les tensions ne s’atténuèrent pas. Le 24 avril 1899 enfin, alors qu’il avait envoyé les derniers documents nécessaires à l’achèvement des travaux, Fakhry Pacha lui fit savoir que le gouvernement égyptien tenait à sa disposition un dernier paiement de 1 000 £E qui lui restait dû, contre une quittance « constituant un règlement de comptes définitif sans aucune restriction ni réserve34 ». C’en était trop pour l’architecte, qui, après avoir demandé en juillet 1899 au député des Bouches-du-Rhône d’écrire une lettre au ministère de l’Instruction publique français en sa faveur, adressa le 9 août suivant au ministère des Travaux publics égyptien un mémoire récapitulant toutes les sommes qui, d’après lui, lui restaient dues. Il y rappelait notamment que le devis des travaux approuvés par le ministère était passé à 182 277 £E, sans que le montant de ses honoraires eût été augmenté à proportion, oubliant seulement qu’il était tenu pour responsable de cette surcharge de dépenses35.

32Nous épargnerons au lecteur la litanie des plaintes dans lesquelles se répandit un homme entêté et procédurier, acharné à se faire rembourser ses moindres frais, et pourtant touchant dans l’énergie désespérée qu’il mit à tenter de préserver l’intégrité de son œuvre jusqu’au détail le plus futile. Ses réclamations incessantes, où se mêlent arguments d’ordre esthétique recevables, et considérations d’ordre pécuniaire d’autant plus contestables qu’il se permettait de réclamer sa part d’honoraires sur un devis révisé, dont l’augmentation lui était en grande partie imputable, mirent ses interlocuteurs, et surtout la diplomatie française, à rude épreuve. Les précisions apportées sur l’affaire par Raymond Lecomte, gérant de l’Agence diplomatique du Caire en l’absence de Georges Cogordan, à la demande du Quai d’Orsay, comportent d’ailleurs de légères distorsions par rapport à sa version des faits :

  • 36 Raymond Lecomte au ministre des Affaires étrangères, Le Caire, 26 juillet 1899 (Nantes (France), Ar (...)

« La vérité est que le plan de M. Dourgnon, dont le mérite artistique avait séduit le jury du concours, était devenu inexécutable par suite de remaniements apportés par l’auteur afin de réaliser les économies exigées, et que pour utiliser les travaux commencés d’après le plan et sous la direction de cet architecte, le gouvernement égyptien dut recourir à un crédit supplémentaire de 28.000 £E soit 700.000 francs. C’est alors que M. Dourgnon se trouvant fort embarrassé, demanda à se retirer dans des conditions que M. Cogordan, sur sa prière, s’efforça d’obtenir les plus satisfaisantes pour l’amour propre et les intérêts de notre compatriote. [...] Je dois avouer que M. Dourgnon, depuis le désappointement dont il a souffert, qui n’est d’ailleurs imputable qu’à lui-même, et dont l’Agence, de concert avec tous ses compatriotes, a atténué l’amertume, a adopté une attitude querelleuse et vindicative qui ne justifie que trop la précaution d’ailleurs régulière, derrière laquelle le gouvernement khédivial tient à s’abriter36 ».

  • 37 Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (Nantes (France), Arc (...)

33Le successeur de Jacques de Morgan, Victor Loret, se trouvant à son tour en difficulté37, il fut décidé de rappeler au Caire Gaston Maspero pour superviser l’achèvement du musée et l’installation des collections. Celui-ci est, cela mérite d’être signalé, le fils d’un Italien réfugié en France. Il est un archéologue de renommée internationale, ancien adjoint et successeur d’Auguste Mariette, mais surtout un fin diplomate.

  • 38 Georges Cogordan à Théophile Delcassé, ministre des Affaires étrangères, Le Caire, 14 février 1900, (...)

34Maspero et Cogordan visitèrent le chantier au début de 1900. L’effet d’ensemble leur parut satisfaisant sur un plan purement esthétique. Toutefois, Maspero se demandait si « les dispositions intérieures répondent entièrement au but que l’on s’est proposé d’atteindre », s’inquiétant notamment de la capacité du musée à absorber les enrichissements constants apportés par les trouvailles archéologiques38.

14. Vue perspective. L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.

14. Vue perspective. L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.

Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.

  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

35Dourgnon auquel on avait proposé, en sus de son dernier acompte de 1 000 £E, une prime supplémentaire de 300 £E, signa sa quittance en toute fin d’année 1900, pour solde de tout compte39. Il n’en renonça pas moins à assaillir de lettres tout le monde, y compris Maspero, pour recevoir des informations sur l’état du chantier et notamment des photographies que personne ne voulut lui envoyer. Il tenta même d’obtenir du ministère de l’Instruction publique, en juin 1901, une « mission gratuite pour étudier les monuments antiques de la Haute- Égypte et les mosquées40 », mission qui lui fut par prudence refusée. Il avait au moins pu obtenir la date prévue pour l’achèvement des travaux, suite à sa demande formulée le 25 octobre 1899 au consulat de France au Caire, sous prétexte de présenter ses plans à l’Institut de France et de les montrer à l’Exposition universelle de 1900 sous la classification « d’édifice construit ou en fin d’exécution » : il était soumis à l’obligation de fournir la date d’achèvement de l’édifice. Le contrat de Garozzo et Zaffrani était arrivé à expiration le 2 mars 1899,

  • 41 P. Nicour à R. Lecomte, Le Caire, le 5 novembre 1899 (Nantes (France), Archives du ministère des Af (...)

« mais il avait été convenu depuis longtemps que le Gouvernement tiendrait compte aux Entrepreneurs des mois de chômage forcé dus aux accidents survenus par suite des insuffisances des projets et aux modifications qu’il a fallu y apporter. […] D’après le service des Villes et Bâtiments l’achèvement du monument n’aura lieu qu’en septembre 1900 époque où on pourra commencer l’emménagement des antiquités41 ».

36Était-il absolument nécessaire pour Dourgnon de fournir la date d’achèvement des travaux, ou était-ce un prétexte pour obtenir l’information ? Il présenta ses plans à l’Institut, où il reçut le prix Bailly de l’Académie des beaux-arts le 23 juin 1900, avant de les transférer au Salon des artistes français, où ils figurent dans la seconde édition du livret. Ses planches, dessinées pour les élévations et les coupes à l’échelle spectaculaire de 2 centimètres par mètre, sont encore heureusement conservées à la Bibliothèque nationale de France (fig. 6, 18, 21).

  • 42 G. Cogordan à T. Delcassé, ministre des Affaires étrangères, Le Caire, 9 septembre 1901 (CADN, cart (...)
  • 43 Celui-ci avait effectué les sondages sur le terrain où devait être implanté le futur musée, le 15 j (...)
  • 44 Nous pouvons suivre les phases de l'aménagement du musée grâce aux rapports annuels rédigés par Gas (...)

37La mise en caisse des œuvres commença sous la conduite de Gaston Maspero le 7 mai 1900. C’est finalement un an plus tard – bien que promis pour septembre 1901 – que le musée fut provisoirement livré. Le 30 novembre les clefs des portes furent enfin remises aux conservateurs. Il « a coûté en fin de compte plus de 220.000 £E par suite des erreurs et modifications introduites dans les plans42 ». Il fallut attendre encore février 1902 pour que les dernières finitions fussent à peu près achevées. Un ingénieur français du ministère des Travaux publics, José Lambert43, fut détaché sur le chantier pour superviser l’aménagement final du musée. Les collections furent déménagées par bateau ou liaison ferroviaire spéciale (fig. 15-16), entre le 9 mars et le 13 juillet 190244. Le 1er août suivant, les clefs du palais de Giza étaient remises au ministère des Finances. De nombreux éléments du selâmlik, dû à Ambroise Baudry, furent réutilisés dans le nouveau musée, dont des balustres et pavements de marbre, ainsi que la grille de fonte qui ferme le jardin.

15. Déménagement des collections, printemps 1902.

15. Déménagement des collections, printemps 1902.

Source : Paris (France), musée du Louvre, DAE, fonds Bonini, E27490.

16. Installation des collections, printemps 1902.

16. Installation des collections, printemps 1902.

Source : Paris (France), musée du Louvre, DAE, fonds Bonini, E27490.

  • 45 « La solennité est passée, et, seul, je n’étais pas à la fête ! », écrit-il à Maspero de Paris, le (...)

38Le 15 septembre, on commença à entrouvrir les portes aux touristes de passage. L’inauguration put avoir lieu le 15 novembre 1902 (fig. 17). Dourgnon, invité probablement du bout des lèvres, ne vint pas45.

17. Décorations intérieures pour la cérémonie d'inauguration du 15 novembre 1902.

17. Décorations intérieures pour la cérémonie d'inauguration du 15 novembre 1902.

Source : Paris (France), musée du Louvre, DAE, fonds Bonini, E27490.

  • 46 Mercedes Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne, op. cit. (note 22), p. 228-229. (...)

39La presse fut informée d’un coût total s’élevant à « seulement » 5 millions de francs, soit un peu plus de 192 000 £E, un chiffre sous-évalué pour ménager l’opinion. En vérité, les dépenses avaient, comme on vient de le voir, dépassé les 220 000 £E à la remise du bâtiment, et le coût final devait s’élever, avec les annexes, à 256 000 £E46.

  • 47 « Ma la costruzione è stata opera di un’Impresa costuttrice italiana e, in gran parte, di operai it (...)
  • 48 Gaetano Moretti, « La villa Zogheb in Cairo. Due parole sull’architettura moderna in Egitto », L’Ed (...)

40Le nouveau musée semble avoir été globalement bien accueilli par le public. La presse française, très cocardière, salua cette « œuvre française », tandis que chaque communauté mit en avant les mérites de ses ressortissants : il fut ainsi rappelé que les travaux furent menés à bien par une entreprise de construction italienne47. Mais l’achèvement du chantier apaisant enfin les passions, rares heureusement furent les expressions de dénigrement48.

18. Détail décoratif, dessin présenté au Salon des artistes français, 1900.

18. Détail décoratif, dessin présenté au Salon des artistes français, 1900.

Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie.

19. Ferdinand Faivre, la Haute-Égypte, relief ornant la façade principale.

19. Ferdinand Faivre, la Haute-Égypte, relief ornant la façade principale.

Source : Cliché de l'auteur.

20. Ferdinand Faivre, la Basse-Égypte, relief ornant la façade principale.

20. Ferdinand Faivre, la Basse-Égypte, relief ornant la façade principale.

Source : Cliché de l'auteur.

21. Détail de l'entrée principale, dessin présenté au Salon des artistes français, 1900. Les noms des trois musées n'ont pas été indiqués sur l'attique réalisé.

21. Détail de l'entrée principale, dessin présenté au Salon des artistes français, 1900. Les noms des trois musées n'ont pas été indiqués sur l'attique réalisé.

Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie.

22. Cartouche ornant l'entrée principale avec la date de 1901, année prévue pour l'ouverture du musée.

22. Cartouche ornant l'entrée principale avec la date de 1901, année prévue pour l'ouverture du musée.

Source : Clichés de l'auteur.

23. Ferdinand Faivre, tête de reine d'Égypte, clef de voûte ornant l'entrée principale.

23. Ferdinand Faivre, tête de reine d'Égypte, clef de voûte ornant l'entrée principale.

Source : Clichés de l'auteur.

  • 49 Éric Gady, Le Pharaon, op. cit. (note 1), p. 621, note 1.
  • 50 Donald Malcolm Reid décrypte les inscriptions qui couvrent la façade : « French Egyptology and the (...)

41Dourgnon fut fait chevalier de la Légion d’honneur en 1903, bien que le Quai d’Orsay eût rechigné à porter sa croix sur le contingent des Français d’Égypte49. Il trouva encore matière à récriminer sur la place trop modeste qu’occupe son nom, rejeté sur le linteau d’une porte secondaire (fig. 24)50. Malgré cette ultime mesquinerie à son égard, son nom reste toujours associé à son œuvre, et même si son musée ne répond plus aux critères d’aujourd’hui, il est parvenu à absorber les enrichissements continuels des collections, dont le contenu de la sépulture de Toutânkhamon, comme le flux incessant des visiteurs. Son concepteur est toujours cité comme l’architecte du musée dans tous les guides touristiques, comme si c’était l’homme d’une œuvre unique. Il ne construisit plus guère et se tourna vers une activité édilitaire : il fut élu maire du IXe arrondissement de Paris entre 1908 et 1911, fonctions interrompues par son décès, preuve qu’il n’était pas une personnalité médiocre.

24. Plaque mentionnant l'architecte du musée : Marcel Dourgnon.

24. Plaque mentionnant l'architecte du musée : Marcel Dourgnon.

Source : Clichés de l'auteur.

42Pour sa part, Gaston Maspero s’était déclaré globalement satisfait du bâtiment et défendit toujours dans ses rapports les choix esthétiques de Dourgnon. Ainsi écrivait-il dans son rapport de l’année 1902 :

« Les lignes intérieures en sont fort belles presque partout, et les monuments y sont fort à l’aise ; on peut évaluer qu’au train dont marchent les acquisitions, les salles ne seront pas pleines avant quarante ou cinquante ans ».

43Mais il ajoutait :

« D’autre part, le système d’éclairage est défectueux et devra être réformé promptement, si l’on veut éviter que l’excès de chaleur et de lumière n’endommage ou même ne détruise nombre des monuments pendant les mois d’été ; il n’est pas certain non plus que les toits soient à l’épreuve de l’eau, et les pluies médiocres que nous avons eues pendant les derniers jours de décembre 1902 ont filtré dans quelques salles de l’étage supérieur. Enfin, la surveillance y est assez difficile ».

44Ces défectuosités amenèrent à reprendre une à une toutes les ouvertures au plafond comme au sol, tant pour adoucir la lumière que pour limiter les circulations.

45Mais le défaut le plus sournois, et de loin le plus grave, se cachait dans les toitures-terrasses. Déjà, le 29 mai 1900, Maspero avait écrit à sa femme qu’il avait « fallu démolir deux ou trois endroits de la terrasse qui étaient trop faibles ».

  • 51 José Lambert à G. Maspero, Le Caire, 6 février 1910 : Paris (France), Institut de France, fonds Mas (...)
  • 52 Gabriel Delhumeau, op. cit. (note 8), p. 139-140.

46C’était la première étape de reprises de lourdes malfaçons, dont le déroulement devait être rappelé par José Lambert en janvier 191051. Les poutres qui soutenaient le grand lanterneau ouest de la galerie d’honneur, avaient, dès la mise en place de son plafond vitré en août 1900, fléchi de 6 cm. Au lieu de tout arrêter, on avait cru bon de remonter le plafond, créant une surcharge supplémentaire de cinq tonnes. Même phénomène au lanterneau est, qui, sitôt après la pose, accusait, d’après un nivellement effectué le 18 janvier 1901, une flèche d’une douzaine de centimètres. Hennebique, probablement le fils de François, Édouard, dépêché sur place, défendit d’abord la justesse des calculs de résistance effectués par son entreprise. Il évoqua un excès de sable dans le béton et un mauvais pilonnage, enfin il parla d’un tassement normal et permanent, laissant encore une marge de 18 cm pour empêcher l’eau de passer par le lanterneau. Mais, le 2 août 1901, la société Hennebique donnait pleins pouvoirs pour la gestion et l’administration de ses biens et affaires en Égypte à son correspondant sur place, l’ingénieur Émile Servin, fait apparemment unique dans ses annales. Les archives du chantier du musée du Caire qui sont parvenues jusqu’à nous s’arrêtent à fin 189952.

47José Lambert évoquait méchamment dans son rapport la malice d’Hennebique et la ruse de son entrepreneur Marciano, mais la consultation des archives de la société, très riches pour les années 1898 et 1899, nous amène à faire une part plus juste des choses. On y trouve une quantité impressionnante de feuilles de calculs, ainsi qu’une importante note de recommandation sur les soins à apporter à la qualité des matériaux et à la prise en considération des problèmes de dilatation, dans un pays où les écarts de température peuvent atteindre jusqu’à 50° C entre le jour et la nuit. Enfin, on y relève la précipitation avec laquelle les responsables du chantier au ministère des Travaux publics égyptiens réclamèrent à l’automne 1898 les plans des terrasses et des lanterneaux à Dourgnon et Hennebique, alors même qu’ils avaient conservé les plans de l’architecte après son départ en mai 1898, et ne les lui avaient restitués qu’au 1er septembre. Un peu plus tard, au moment du montage des lanterneaux en septembre 1899, Servin avait écrit sa crainte devant les difficultés de boisage dues à la pression des fers des lanternes dans la galerie d’honneur, et Marciano écrivait textuellement ceci :

  • 53 N. Marciano à Hennebique, Le Caire, 30 septembre 1899 : Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebiq (...)

« Ce qui m’a un peu embarrassé, c’est la question des lanterneaux du musée. Je ne sais pas comment m’en sortir. Les planchers de la terrasse ne pourront pas supporter la charge des lanterneaux et le ministère insiste pour que nous les fassions. Aujourd’hui même, il y a eu une discussion avec M. Clifton. Nous avons répondu que nous attendons votre avis à ce sujet53 ».

48La flexion des poutres s’accentuait inexorablement, laissant l’eau pénétrer à travers le ciment du plafond et ronger les fers de ses armatures. Le 2 avril 1905, un violent orage inonda la galerie d’honneur et les salles adjacentes. Faute de crédits, on se contenta de rendre les terrasses étanches avec du mâchefer et du bitume.

49Le 6 avril 1906, fut organisée une visite du musée avec Hennebique et ses correspondants en Égypte. Les poutres accusaient une flèche de plus de 13 cm, il s’agissait bien d’une flexion progressive, mais il parla une fois de plus de « tassements », quitta Le Caire le surlendemain, et l’affaire en resta là une fois de plus. Ce n’est que le 17 avril 1907 que la direction des Travaux du ministère prit enfin conscience de l’ampleur du danger qu’elle avait jusqu’alors ignorée, ou feint d’ignorer. Des expertises furent enfin diligentées, en février et mars 1908, et conclurent que les poutres soutenant les grands lanterneaux de la galerie d’honneur avaient dépassé leur limite d’élasticité et risquaient de se rompre à tout moment !

50Un crédit de 14 000 £E fut obtenu en urgence du ministère des Finances pour remplacer les poutres défectueuses par des poutres en fer d’une mise en œuvre plus classique, confiée à l’entreprise Charvaut et Mortier. Cette première opération achevée dans le courant de l’année 1909, l’atrium central fut reconstruit à son tour, entre décembre 1910 et fin 1911, sans respect des coffrages dessinés par l’architecte, ce que Maspero déplora d’autant plus qu’il n’avait pas été consulté sur les choix.

51José Lambert, dans son rapport sur cette seconde tranche de travaux, le 25 juillet 1911, portait un diagnostic cruel sur la couverture en béton de la galerie centrale :

  • 54 Paris (France), Institut de France, fonds Maspero, Ms. 4053 (2), fol. 136-138.

« Les démolitions peuvent nous l’apprendre : emploi de mauvais matériaux, dosages faux, malaxage de béton nul ou à peu près, compression de la matière dans les boisages nulle aussi, malfaçon, manque de soins et emploi d’un personnel ouvrier et de surveillance absolument étranger à ce genre de travail54 ».

52Les plafonds furent tous repris les uns après les autres, et par la même occasion, on modifia le système d’éclairage. Les entrepreneurs français, italiens, anglais, se succédèrent sans qu’il ne fût plus jamais fait appel à ceux d’origine. Dans son dernier rapport annuel, en 1914, avant sa retraite et son retour définitif en France, Maspero attendait l’ultime livraison, celle de la partie est du musée, dont les toitures étaient encore en réfection…

53Lors d’une séance publique tenue le 18 décembre 1909, le Conseil législatif s’interrogea sur les origines d’une catastrophe évitée de justesse, et chacun de feindre avoir tout ignoré des fléchissements et des fissures dans les plafonds. Les absents ayant toujours tort, il était facile de faire porter la responsabilité de ce désastre évité in extremis à Dourgnon, pour avoir voulu couvrir son monument de béton armé alors réputé pour son incombustibilité (ce qui est vrai), et même d’avoir été choisi parce qu’il préconisait cette solution dès l’avant-projet du concours (ce qui est peu crédible dans la mesure où le jugement du concours a précédé de deux mois le dépôt du brevet égyptien par Hennebique).

  • 55 Conseil législatif, notes sur la séance publique du 18 décembre 1909 relative aux réparations du Mu (...)

54José Lambert, dans ses commentaires à Maspero sur cette séance, prit sans nuances la défense de l’architecte contre tous55 :

« Sur tout ce qui se dit ensuite, dans la séance du Conseil législatif du 18 décembre 1909, au sujet du béton armé et du coût des réparations des terrasses, mon opinion est toujours la même et se résume en ceci : Si M. Dourgnon avait conservé, jusqu’à la fin, la direction des travaux du musée, jamais l’exécution des planchers en béton armé des terrasses, n’aurait donné lieu à la moindre plainte. Il était bien trop attentif à tout ce que faisaient les entrepreneurs ; la plus petite modification à ses plans, le mettait en éveil, en surexcitation même ; rien ne lui échappait, et si, comme il arrive souvent dans les cours du travail, on avait dû modifier certaines parties de la construction, soit pour les renforcer ou pour toute autre cause, il n’eût pas hésité un seul moment à le faire. Le musée était son œuvre, et il y tenait par-dessus tout. Je suis convaincu qu’il aurait fait en quelque sorte l’impossible, pour avoir la satisfaction de le remettre à l’État dans les meilleures conditions d’achèvement et de sécurité. Malheureusement, lui [Dourgnon] parti au moment où les véritables travaux du musée allaient s’exécuter – puisque, à cette époque, on était seulement arrivé au niveau des planchers du rez-de-chaussée – la direction de cette importante entreprise tomba aux mains d’ignorants, n’ayant aucune idée de construction ni d’architecture, dénigrant tout pour avoir le triste plaisir de dénigrer, repoussant même tout avis utile pour s’en rapporter à celui intéressé des entrepreneurs ou à celui d’inconnus tout aussi ignorants qu’eux-mêmes. De ce gâchis, il ne pouvait en résulter que ce qui arrive aujourd’hui et qui ne semble pas prêt de finir, malgré les assurances contraires données aux membres du Conseil législatif ».

  • 56 José Lambert à G. Maspero, Le Caire : 7 décembre 1913 (Paris (France), Institut de France, fonds Ma (...)

55Seul contre tous en effet, Dourgnon était la victime expiatoire désignée de ce mauvais vaudeville. On ne donnera pourtant à personne le beau rôle dans cette lamentable affaire, où le disputent l’incompétence, le mensonge et la malhonnêteté à tous les niveaux. Mais on remettra la palme de la médiocrité et de la pusillanimité aux responsables du ministère des Travaux publics égyptien – au premier rang desquels les ingénieurs Arnold H. Perry, directeur général des Bâtiments civils, et Contenay Clifton – qui, non contents de se voiler la face sur les affaissements des plafonds, n’eurent jamais le courage d’affronter les entrepreneurs, que ce fût Garozzo et Zaffrani, mais aussi Hennebique. à propos d’une étude faite en 1904 dans le but de remplacer les trémies ovales dans la galerie d’honneur, effectuées sans respect des plans de Dourgnon, offre restée sans suite, José Lambert écrivait à Maspero que le ministère n’avait pas voulu « à cette époque, s’exposer à des ennuis avec M. Hennebique par une anticipation sur le délai de garantie décennale de ses travaux56 ». Sans doute ses fonctionnaires ne se sentaient-ils pas assez sûrs d’eux et de leur gestion pour oser affronter la perspective d’un procès.

  • 57 L’annonce en a été faite par le gouvernement égyptien le 31 décembre 1893 d’après le Times of Londo (...)
  • 58 Éric Gady, « Le musée des Antiquités du Caire : un lieu de mémoire pour les Égyptiens ou pour les O (...)

56Mais il faut d’abord rappeler que tout a commencé par un malentendu. Les Égyptiens n’avaient pas encore intégré dans leur histoire la période pharaonique, étrangère à leur culture et à leur religion. Leur gouvernement, gestionnaire d’une trésorerie encore fragile, après la banqueroute provoquée en 1876 par les dépenses inconsidérées du khédive Ismaïl Pacha, manquait d’implications dans un projet qui intéressait surtout les Occidentaux. Ce n’est qu’à la suite de la destitution du premier ministre Riaz Pacha en avril 1894, que les commissaires de la Dette avaient pu faire accepter à son successeur, Nubar Pacha, de soustraire une somme de 150 000 £E sur son fonds de réserve, qui était remonté à plus de 3 500 000 £E57. Mais dans cette affaire, les Égyptiens semblaient plus soucieux de plaire à leurs « alliés » que personnellement motivés. Ils étaient bien loin encore d’imaginer ce que le tourisme de masse leur rapporterait bientôt grâce aux pyramides, et aux quelque 7 000 visiteurs qui viendraient chaque jour visiter le musée, alors qu’on en prévoyait seulement 500, ce qui était déjà un bon chiffre58. Ainsi, les responsables du ministère des Travaux publics égyptien n’avaient eu de cesse de réduire le budget réservé à la construction du nouveau musée de 150 à 120, puis à 110 000 £E, lésinant sur la moindre dépense, comme on avait pu le constater lors de l’organisation du concours, dans une attitude de protection pitoyable à force d’irréalisme. Une enveloppe budgétaire aussi misérablement réduite n’offrait pas les moyens de réaliser un

25. Musée des Antiquités égyptiennes, partie gauche de la grande galerie d'honneur, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

25. Musée des Antiquités égyptiennes, partie gauche de la grande galerie d'honneur, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

26. La grande galerie centrale, vue du porche, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

26. La grande galerie centrale, vue du porche, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

27. Vue d'un atrium donnant sur la galerie d'honneur, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

27. Vue d'un atrium donnant sur la galerie d'honneur, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

28. Vue intérieure d'un atrium et atriums à la suite, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

28. Vue intérieure d'un atrium et atriums à la suite, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.

Notes

1 Ministère des Travaux publics, service administratif, à Marcel Dourgnon, Le Caire : 27 avril 1895 (lettre jointe en annexe à une lettre de Dourgnon à Raymond Lecomte, chargé d’affaires du Consulat général et de l’Agence diplomatique de France au Caire, en date du 25 septembre 1899) : Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), fonds Le Caire (ambassade), série des 602 articles, 1870-1956, carton 173, sous-dossier « Construction du musée des Antiquités du Caire, 1894-1904 ». Y a-t-il eu un document contractuel signé entre les deux parties ? Dans ses réclamations en 1899, Dourgnon présenta cette circulaire comme un contrat, ce qu’elle n’est en aucun cas. Faute d’avoir pu consulter les archives du ministère des Affaires étrangères à Paris, en cours de déménagement au moment de notre recherche, nous renvoyons à la thèse d'Éric Gady (Le Pharaon, l’égyptologue et le diplomate. Les égyptologues français en Égypte, du voyage de Champollion à la crise de Suez (1828-1956), thèse de doctorat en Histoire contemporaine, université de Paris IV, 2005 sous la direction de Jacques Frémeaux, p. 534-542, 619-630), qui a pu en son temps consulter les archives du Quai d’Orsay – ainsi surnomme-t-on le ministère des Affaires étrangères de France, du nom de son adresse parisienne.

2 « Concours du Caire », La Construction moderne, 11 mai 1895, p. 383-384.

3 « Die Pläne des neuen Museums für Aegyptische Alterthümer zu Kairo », Deutsche Bauzeitung, Berlin, 18 avril 1896, p. 197, 200-201 : lettre adressée du Caire en février 1896. Cet article, dont l’auteur est probablement Julius Franz, offre en outre une très bonne description du projet de Dourgnon, sur laquelle nous nous sommes beaucoup appuyée.

4 Académie des beaux-arts, séance du samedi 20 avril 1895, sous la présidence d’Ambroise Thomas (Paris (France), Archives de l’Institut de France, procès-verbaux des séances de l’Académie des beaux-arts, registre 2 E 19).

5 Andrée Jaunay (dir.), Mémoires de Jacques de Morgan, Souvenirs d’un archéologue, Paris : L’Harmattan, 1997, p. 416.

6 Selon l’historique qu’en donna Marcel Dourgnon dans la réclamation que Thierry, député des Bouches-du-Rhône, adressa en sa faveur au ministre de l’Instruction publique, le 12 juillet 1899 (Paris (France), Archives Nationales de France (AN), F17 17240, ministère de l’Instruction publique, dossier « Fouilles et Musées d’Égypte », sous-dossier « Musée d’Archéologie (Musée de Gizeh) »), dont la teneur a été reprise et amplifiée dans sa propre lettre au ministère des Affaires étrangères de France en date du 29 juillet 1899, puis dans son mémoire récapitulatif adressé de Paris au ministre des Travaux publics en Égypte, le 9 août 1899 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173). Malgré leur part de subjectivité, c’est sur ces trois pièces complémentaires que nous nous sommes basée pour reconstituer les péripéties du chantier, car elles en rapportent la version la plus élaborée ; nous fournirons dans la mesure du possible les éléments contradictoires que nous avons pu rencontrer au cours de notre recherche, pour tenter d’approcher la vérité au plus près.

7 Un exemplaire de chacun de ces deux imprimés est conservé au Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173. Les archives de la Société de béton armé Hennebique conservent également un exemplaire du cahier des charges et les tirages des plans de Dourgnon (dossier n° 975, musée des Antiquités égyptiennes au Caire, Concess. Marciano, Archit. Dourgnon, Prop. Le Gouvernement, conservé à Paris (France), Centre d’archives d’architecture du xxe siècle (CAA), sous la cote 076 Ifa 1018).

8 Gwenaël Delhumeau, L’Invention du béton armé, Hennebique, 1890-1914, Paris, Norma, 1999, p. 139-140.

9 Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018. Defretin, après avoir relevé quelques approximations et insuffisances dans les prescriptions du cahier des charges, concluait sa lettre avec ce commentaire : « Il y a très peu de personnes qui sont allées consulter les documents, le tout était enfoui dans un coin et l’on prévoit au ministère qu’avec les complications au point de vue de la Dette égyptienne très peu de Français se mettront sur les rangs. »

10 Qui se montait au printemps 1894 à plus de 3 500 000 £E, selon le Times of London du 28 mars 1894.

11 Voir sur ce sujet Éric Gady, Le Pharaon, op. cit. (note 1), p. 540-542 et 1153-1154 ; Id, « Les Égyptologues français au xixe siècle : quelques savants très influents », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 32, 2006, p. 41-62. URL: https://rh19.revues.org/1091. Consulté le 2 décembre 2015.

12 Sur les diverses correspondances échangées dans le courant du mois de mai, voir Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173, et AF, F17 17240.

13 Marie-Laure Crosnier Leconte, Mercedes Volait, L’Égypte d’un architecte, Ambroise Baudry, Paris : Somogy, 1998, p. 119-120. L’inauguration eut lieu le 24 décembre 1897. Dourgnon dessina aussi le monument aux soldats français de la campagne d’Égypte (il demanda des nouvelles de sa réalisation dans une lettre à Cogordan le 15 septembre 1899, Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173) dans le cimetière latin du Caire et le palais de l’Égypte à l’Exposition universelle en 1900.

14 Ministère des Affaires étrangères à Alfred Nicolas Rambaud, ministre de l’Instruction publique, 17 novembre 1896, à propos de la réception d’un télégramme de l’Agence diplomatique de France en Égypte, annonçant que le Conseil des ministres égyptien venait de décider la reprise des travaux que la campagne de Dongola avait interrompus (AF, F17 17240).

15 Julien Barois, secrétaire général du ministère égyptien des Travaux publics à Boutiron, gérant de l’Agence et Consulat général de France au Caire, 19 novembre 1896 : « J’ai télégraphié ce matin à M. Dourgnon de revenir au Caire le plus tôt possible. » (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173).

16 The Times of London, 7 décembre 1896, p. 7 ; The Builders’ Journal and Architectural Record (London), 14 avril 1897, p. 138. Hennebique avait proposé ses prix, le 12 décembre, par l’entremise de son concessionnaire exclusif en Égypte N. Marciano, à deux entrepreneurs, Garozzo et Chentonze [sic] (Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018). Centonze, du Caire d’après E. Basile, de Naples d’après L’Architettura pratica (« Museo del Cairo », [1895], p. 11), avait participé au concours pour le musée sous le n° 52.

17 Le rabais proposé était de 260 000 francs sur un devis de 2 850 000 francs, soit près de 10 % de 110 000 £E, ce qui, compte tenu de ce qu’on a déjà dit à propos du budget initial, était dénué de toute crédibilité (voir supra, p. 65) : Dourgnon au ministre des Affaires étrangères, Paris le 29 juillet 1899 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173).

18 La Construction moderne, 12 juin 1897, p. 434-435.

19 « Le musée des Antiquités égyptiennes au Caire », L’Architecture, 20 mars 1897, p. 104. Minerve ou Athéna, déesse du savoir, associée au style grec dont on revêtait traditionnellement les musées, comme nous l’avons déjà écrit plus haut (voir p. 89) à propos du projet de Guilhem, sera finalement transformée plus opportunément en reine égyptienne.

20 L’Architecture, 6 février 1897, p. 52.

21 La Construction moderne, 12 juin 1897, p. 434-35.

22 The Times of London, 7 décembre 1896, p. 7. Le nom de Clifton n’y est pas mentionné, mais il est cité par Mercedes Volait (Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1830-1950), genèse et essor d’une expertise locale, Paris : Maisonneuve et Larose, 2005 (Architectures modernes en Méditerranée), p. 228) et évoqué dans ces termes par Gaston Maspero dans une lettre à sa femme, écrite de Giza, le 19 juillet 1900 : « C’est toujours Clifton qui est chargé de surveiller l’achèvement, et il n’arrive pas à prendre une décision. » (Gaston Maspero, Lettres d’Égypte, correspondance avec Louise Maspero (1883-1914), édition annotée et établie par Élisabeth David, Paris : Seuil, 2003).

23 Lettres de M. Dourgnon des 29 juillet et 9 août 1899 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), voir note 6) ; L’Architecture du 6 février 1897 semble attribuer à l’architecte l’initiative de ce changement d’orientation : « Le projet de M. Marcel Dourgnon, après différentes modifications proposées par lui-même, notamment au sujet de l’orientation, a été, on le voit, définitivement adopté. »

24 Defretin à Hennebique, Paris : le 17 octobre 1896 : Gwenaël Delhumeau, op. cit. (note 8), p. 241 et note 399. Nous n’avons pas retrouvé cette lettre dans les archives Hennebique.

25 Inauguré le 17 mars 1904 : Service des Antiquités de l’Égypte, Cérémonie d’inauguration du monument élevé par les soins du Gouvernement égyptien à Mariette Pacha, Le Caire : Imp. de l’IFAO, 1904. Sur les péripéties d’installation du tombeau de Mariette dans le jardin du nouveau musée, voir Éric Gady, Le Pharaon, op. cit. (note 1), p. 625-630.

26 Georges Cogordan à Gabriel Hanotaux, ministre des Affaires étrangères, Le Caire : 1er avril 1897 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173, sous-dossier musée des Antiquités égyptiennes, gestion de M. de Morgan, 1892-1897).

27 Sur Jacques de Morgan et le Service des antiquités égyptiennes, voir Éric Gady, « Un ingénieur chez les égyptologues », in Caucase, Égypte et Perse : Jacques de Morgan (1857-1924) pionnier de l’aventure archéologique, ouvrage réalisé à la suite du colloque Jacques de Morgan en l’honneur du 150e anniversaire de sa naissance tenu à l’École des mines de Paris le 5 avril 2008, Cahiers du musée d’Archéologie nationale, n° 1, 2009, p. 121-134.

28 Georges Cogordan au ministre des Affaires étrangères, Le Caire : 20 janvier 1898 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173).

29 Dans la mesure où nous n’avons pas trouvé mention de désordres au cours de la construction, il nous est permis de nous interroger sur la réalité de cette accusation. Les entrepreneurs n’ont-ils pas eu recours à ce subterfuge pour obtenir que le budget de la construction soit revalorisé et se prémunir contre des déboires probables, et Dourgnon n’a-t-il pas été obligé de suivre ces mêmes arguments pour les mêmes raisons ? Des désordres surviendront effectivement beaucoup plus tard, mais nous verrons que leur origine en est tout autre.

30 M. Dourgnon au ministre des Affaires étrangères, Paris le 29 juillet 1899 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173).

31 M. Dourgnon à Hussein Fakhry, le 12 janvier 1898, et réponse du ministre le 13 janvier (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173).

32 Georges Cogordan à Gabriel Hanotaux, ministre des Affaires étrangères, 26 mai 1898 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173). C’est dans cette lettre qu’il levait aussi un coin de voile sur l’amputation qu’avait prétendu faire le gouvernement égyptien sur la somme votée par la Caisse de la Dette en 1894 : « Sur un crédit de 150 000 livres, il comptait en employer 120 000 au maximum à la construction du musée et le reste aux diverses dépenses accessoires (déménagement, maison du Directeur, etc.) ».

33 Georges Cogordan à Gabriel Hanotaux, 19 juillet 1898 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173).

34 Document annexé à un courrier du ministère des Affaires étrangères à Raymond Lecomte, Agence diplomatique de France au Caire, Paris, 23 septembre 1899 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173).

35 Pièces citées en note 6.

36 Raymond Lecomte au ministre des Affaires étrangères, Le Caire, 26 juillet 1899 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173).

37 Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 174 bis, dossier Victor Loret, juillet 1897-octobre 1899.

38 Georges Cogordan à Théophile Delcassé, ministre des Affaires étrangères, Le Caire, 14 février 1900, transmise à Georges Leygues, ministre de l’Instruction Publique, le 2 mars 1900 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173).

39 Ibid.

40 Ibid.

41 P. Nicour à R. Lecomte, Le Caire, le 5 novembre 1899 (Nantes (France), Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (CADN), carton 173).

42 G. Cogordan à T. Delcassé, ministre des Affaires étrangères, Le Caire, 9 septembre 1901 (CADN, carton 173).

43 Celui-ci avait effectué les sondages sur le terrain où devait être implanté le futur musée, le 15 juillet 1894 (Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018).

44 Nous pouvons suivre les phases de l'aménagement du musée grâce aux rapports annuels rédigés par Gaston Maspero (Gouvernement égyptien, Rapports sur la marche du service des Antiquités de 1899 à 1910, Le Caire : Imprimerie nationale, 1912), complétés par la correspondance reçue par celui-ci (Paris (France), Institut de France, fonds Maspero, Ms. 4053 (2)), ainsi que par ses lettres à sa femme (Gaston Maspero, Lettres d’Égypte, op. cit. note 22).

45 « La solennité est passée, et, seul, je n’étais pas à la fête ! », écrit-il à Maspero de Paris, le 18 novembre (Paris (France), Institut de France, fonds Maspero, Ms. 4053 (2) : correspondance, fol. 250).

46 Mercedes Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne, op. cit. (note 22), p. 228-229. Celle-ci s’appuie sur les Reports upon the Administration of the Public Works Department. Les chiffres sont en réalité extrêmement variables, selon qu’ils englobent le chantier seul, les constructions annexes, le déménagement des collections, l’aménagement du mobilier, le dégagement de la façade, ou encore les réparations entraînées par les lourdes malfaçons de la construction.

47 « Ma la costruzione è stata opera di un’Impresa costuttrice italiana e, in gran parte, di operai italiani. » (« I Nuovi musei, d’antichità, ed arabo, al Cairo », L’Illustrazione italiana, année XXIX, n° 47, 23 novembre 1902, p. 417).

48 Gaetano Moretti, « La villa Zogheb in Cairo. Due parole sull’architettura moderna in Egitto », L’Edilizia moderna, année 12, n° 1, 1903, p. 3, voir Milva Giacomelli.

49 Éric Gady, Le Pharaon, op. cit. (note 1), p. 621, note 1.

50 Donald Malcolm Reid décrypte les inscriptions qui couvrent la façade : « French Egyptology and the Architecture of Orientalism : Deciphering the Façade of Cairo’s Egyptian Museum », in L. Carl Brown et Matthew S. Gordon (dirs.), Franco-Arab Encounters, Studies in memory of David C. Gordon, Beyrouth : American University of Beirut, 1996, p. 35-69. La porte sur le linteau de laquelle est porté le nom de Dourgnon, y est reproduite en page 67.

51 José Lambert à G. Maspero, Le Caire, 6 février 1910 : Paris (France), Institut de France, fonds Maspero. Celui-ci faisait état d’une note retrouvée dans un placard laissé par Sabatelli, qui surveillait les travaux en son absence ; nous avons retrouvé cette note d’Hennebique dans le courrier de Contenay Clifton à Maspero, dans le même fonds Maspero (Ms. 4012, fol. 410).

52 Gabriel Delhumeau, op. cit. (note 8), p. 139-140.

53 N. Marciano à Hennebique, Le Caire, 30 septembre 1899 : Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018.

54 Paris (France), Institut de France, fonds Maspero, Ms. 4053 (2), fol. 136-138.

55 Conseil législatif, notes sur la séance publique du 18 décembre 1909 relative aux réparations du Musée égyptien par José Lambert, le 4 avril 1910 (Paris (France), Institut de France, fonds Maspero, Ms. 4053 (2), fol. 114-115).

56 José Lambert à G. Maspero, Le Caire : 7 décembre 1913 (Paris (France), Institut de France, fonds Maspero, Ms. 4025, fol. 183).

57 L’annonce en a été faite par le gouvernement égyptien le 31 décembre 1893 d’après le Times of London (« The Ghizeh Museum », 28 mars 1894, p. 6).

58 Éric Gady, « Le musée des Antiquités du Caire : un lieu de mémoire pour les Égyptiens ou pour les Occidentaux ? », Outre-Mers, 94, 350-351, 2006, p. 81‑90. URL: http://www.persee.fr/doc/outre_1631-0438_2006_num_93_350_4191. Consulté le 2 décembre 2015.

Table des illustrations

Titre 1. Marcel Dourgnon, musée des Antiquités égyptiennes au Caire, plan du rez-de-chaussée, décembre 1895, Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 27.
Crédits Source : Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 27.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-1.png
Fichier image/png, 109k
Titre 2. Plan du 1er étage, décembre 1895, Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 28.
Crédits Source : Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 28.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-2.png
Fichier image/png, 111k
Titre 3. Façade principale comportant les pavillons de direction et d'administration, décembre 1895, Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 29.
Crédits Source : Les Concours publics d'architecture, 2e année, 3, s. d., pl. 29.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-3.png
Fichier image/png, 44k
Titre 4. Façade principale et façade arrière, décembre 1895, Deutsche Bauzeitung, 18 avril 1896.
Crédits Source : Deutsche Bauzeitung, 18 avril 1896.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-4.png
Fichier image/png, 64k
Titre 5. Coupe longitudinale sur la grande galerie d'honneur, décembre 1895.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-5.png
Fichier image/png, 72k
Titre 6. Coupe longitudinale sur la grande galerie d'honneur, décembre 1896.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-6.png
Fichier image/png, 56k
Titre 7. Plan du rez-de-chaussée, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.
Crédits Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-7.png
Fichier image/png, 121k
Titre 8. Façade principale, décembre 1896, La Construction moderne, 12 juin 1897, pl. 58.
Crédits Source : La Construction moderne, 12 juin 1897, pl. 58.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-8.png
Fichier image/png, 43k
Titre 17. Décorations intérieures pour la cérémonie d'inauguration du 15 novembre 1902.
Crédits Source : Paris (France), musée du Louvre, DAE, fonds Bonini, E27490.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-9.png
Fichier image/png, 14k
Titre 10. Procès-verbal de la pose de la première pierre du musée des Antiquités égyptiennes, 1er avril 1897, La Construction moderne, 12 juin 1897, p. 435.
Crédits Source : La Construction moderne, 12 juin 1897, p. 435.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-10.png
Fichier image/png, 118k
Titre 11. Chantier de construction, lanterneau.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-11.png
Fichier image/png, 107k
Titre 12. Chantier de construction, toiture-terrasse et dôme de la grande galerie d'honneur.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-12.png
Fichier image/png, 98k
Titre 13. Chantier de construction, atrium central.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Bétons armés Hennebique. CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle, 076 Ifa 1018.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-13.png
Fichier image/png, 199k
Titre 14. Vue perspective. L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.
Crédits Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-14.png
Fichier image/png, 100k
Titre 18. Détail décoratif, dessin présenté au Salon des artistes français, 1900.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-15.png
Fichier image/png, 233k
Titre 19. Ferdinand Faivre, la Haute-Égypte, relief ornant la façade principale.
Crédits Source : Cliché de l'auteur.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-16.png
Fichier image/png, 222k
Titre 20. Ferdinand Faivre, la Basse-Égypte, relief ornant la façade principale.
Crédits Source : Cliché de l'auteur.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-17.png
Fichier image/png, 207k
Titre 21. Détail de l'entrée principale, dessin présenté au Salon des artistes français, 1900. Les noms des trois musées n'ont pas été indiqués sur l'attique réalisé.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-18.png
Fichier image/png, 97k
Titre 22. Cartouche ornant l'entrée principale avec la date de 1901, année prévue pour l'ouverture du musée.
Crédits Source : Clichés de l'auteur.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-19.png
Fichier image/png, 81k
Titre 23. Ferdinand Faivre, tête de reine d'Égypte, clef de voûte ornant l'entrée principale.
Crédits Source : Clichés de l'auteur.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-20.png
Fichier image/png, 88k
Titre 24. Plaque mentionnant l'architecte du musée : Marcel Dourgnon.
Crédits Source : Clichés de l'auteur.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-21.png
Fichier image/png, 60k
Titre 25. Musée des Antiquités égyptiennes, partie gauche de la grande galerie d'honneur, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.
Crédits Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-22.png
Fichier image/png, 102k
Titre 26. La grande galerie centrale, vue du porche, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.
Crédits Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-23.png
Fichier image/png, 100k
Titre 27. Vue d'un atrium donnant sur la galerie d'honneur, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.
Crédits Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-24.png
Fichier image/png, 104k
Titre 28. Vue intérieure d'un atrium et atriums à la suite, L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.
Crédits Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6936/img-25.png
Fichier image/png, 109k

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access