Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire 1895

 | 
Ezio Godoli
, 
Mercedes Volait

Les principales participations

La participation austro-hongroise et les projets de Rudolf Dick et de Ferdinand Martin

Vittoria Capresi
Traduction de Denis Griesmar

Texte intégral

  • 1  « L’un de ces projets est présenté par Rudolf Dick, l’architecte viennois bien connu », Wiener Bau (...)
  • 2  Les archives historiques du Wien Museum conservent trois dessins de Rudolf Dick, une aquarelle du (...)

1Cette étude est centrée sur les projets de deux concurrents provenant de l’Empire austro-hongrois, qui participèrent au concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire. La Wiener Bauindustrie-Zeitung, l’une des revues les plus diffusées à Vienne à cette époque, consacra en 1895 et 1896 quelques articles au concours ouvert pour le musée. En accord avec les autres sources consultées, la revue mentionnait six participants originaires de l’Empire austro-hongrois ; elle publia en 1895 le projet du « fameux architecte viennois Rudolf Dick »1 et l’année suivante celui de Ferdinand Martin. Parmi ces six projets, on ne connaît aujourd’hui que ceux des architectes Dick et Martin : les dessins originaux des participants au concours n’ont pas été retrouvés à ce jour, et les sources secondaires, essentiellement les revues de l’époque, ne citent que les deux projets qui font l’objet de la présente étude. En l’absence de documents originaux, on se référera aux sources secondaires, aux informations sur le concours et sur les architectes participants originaires de l’Empire austro-hongrois2.

  • 3  Un an après sa naissance, sa mère épouse Johann Josef Dick, l’enfant n’étant légitimé qu’en 1889, (...)

2Rudolf Dick naquit à Vienne en 1860. Grâce à la position sociale de son père naturel, il fit ses études à Paris, à l’École des beaux-arts, de 1879 à 1885, dans l’atelier de Jean-Louis Pascal3. En 1886, il se trouvait à nouveau à Vienne où, avant sa mort en 1910, il réalisa plusieurs constructions à usage résidentiel. Au cours de sa carrière d’architecte, il participa aux grands concours internationaux de l’époque, parmi lesquels celui de la façade de la cathédrale de Milan.

  • 4  Voir bibliographie en annexe.

3L’œuvre de Dick n’a pas encore fait l’objet d’une étude exhaustive et, outre les articles contemporains sur ses réalisations, on trouve une mention dans le catalogue de l’exposition Das ungebaute Wien 1800-2000, où sont présentés les projets – non réalisés – de Dick pour les monuments à François-Joseph sur la Rathaus Platz (1895) et devant la Votiv Kirche (1897), projets dessinés dans le cadre de la mise en valeur de la Ringstrasse4.

  • 5  WBIZ, 1896, p. 400.

4L’œuvre de Ferdinand Martin est au contraire complètement inconnue. L’article sur le résultat du concours du musée du Caire qui lui est consacré dans le numéro de 1896 de la Wiener Bauindustrie-Zeitung, est l’unique information repérée à ce jour. Il y est décrit comme « niederösterreichischer Landesingenieur-Adjunkt », que l’on peut traduire par « ingénieur adjoint actif en Basse-Autriche », et l’on ne connaît de lui – au stade actuel de la recherche – que ce projet pour le musée5.

  • 6 Voir Ihab Bushura Ghaly Morgan, Die Entwicklung des modernen Stadtzentrums von Kairo im 19. und frü (...)

5L’unique référence critique contemporaine aux deux architectes et aux projets présentés au concours pour le musée du Caire se trouve dans la thèse de doctorat d’I.B.G. Morgan, où sont analysées les propositions de Dick et de Martin comme exemple des projets participants. Celui de Dick est seulement mentionné par la constatation laconique de la « crise d’éclectisme de l’Europe de la fin du xixe siècle », tandis que le projet de Martin qui part, de l’avis de l’auteur, d’un tout autre point de vue, est signalé mais non commenté6.

6On examine ici les deux projets pour le musée des Antiquités du Caire présentés par Dick et Martin. Ils sont successivement comparés, tant pour saisir les aspects les plus saillants de la conception architecturale proposée que pour replacer le style et les partis pris des deux architectes dans la production autrichienne de l’époque.

7À la fin de cette étude sont cités quelques-uns des travaux – projets et réalisations – de Dick, complétés de quelques brefs rapprochements entre l’œuvre et l’architecte.

Le projet de Ferdinand Martin

8Le projet présenté pour le concours du musée du Caire est caractérisé par une implantation centrée ; le plan forme un carré si l’on inclut les agrandissements prescrits par le programme du concours. Il s’organise dans une double symétrie autour de deux axes perpendiculaires (fig. 1). Sur le plan, seule la partie antérieure du bâtiment est dessinée, le tiers postérieur, seulement esquissé, complétant le carré (fig. 2).

1. Ferdinand Martin, plan présenté au concours. L'extension de l'édifice est prévue à l'arrière. La ligne fléchée indique le parcours suggéré pour le visiteur (WBIZ, 1896, pl. 53).

1. Ferdinand Martin, plan présenté au concours. L'extension de l'édifice est prévue à l'arrière. La ligne fléchée indique le parcours suggéré pour le visiteur (WBIZ, 1896, pl. 53).

Source : WBIZ, 1896, pl. 53.

2. Ferdinand Martin, coupe longitudinale de l'édifice, ici complet avec l'extension projetée (WBIZ, 1896, pl. 53).

2. Ferdinand Martin, coupe longitudinale de l'édifice, ici complet avec l'extension projetée (WBIZ, 1896, pl. 53).

Source : WBIZ, 1896, pl. 53.

9Derrière un vestibule rectangulaire terminé par deux demi-cercles parallèle à la façade principale, on pénètre dans un second espace contenant deux volées d’escaliers, de plan semblable, accédant aux étages supérieurs ou bien, en poursuivant tout droit, on rejoint les salles d’exposition disposées au rez-de-chaussée. La distribution est régulée par l’espace central inscrit dans un carré, surmonté par la coupole qui fixe la largeur des deux axes du plan. La salle couverte par la coupole fonctionne comme un noyau central, offrant un espace à double hauteur où les sculptures d’une plus grande taille peuvent être exposées. Les galeries principales sont hautes de deux niveaux (15 m de large et 16 m de haut), tandis que les petites galeries (10 m de large et 9 m de haut) y répondent sur le parterre et au premier étage. Ce schéma engendre six cours intérieures fermées qui procurent la lumière des petites galeries, tandis que les grandes sont éclairées par le haut. L’architecte a indiqué sur le plan le cheminement que le visiteur peut suivre.

10Le programme demandait, outre les espaces d’exposition, des magasins pour les objets non encore restaurés, des bureaux pour le personnel, une salle pour exposer les monnaies, une bibliothèque et un espace de vente. Martin avait résolu le problème des salles annexes en réalisant un étage semi-enterré sur le côté de la façade, qui peut être utilisé pour les appartements des gardiens et pour les bureaux. L’accès aux bureaux se fait par des escaliers de service distincts des escaliers principaux que l’on peut rejoindre à partir du vestibule d’entrée. Ils conduisent à un corridor de distribution parallèle à la façade, qui relie également à l’espace de vente, à gauche de l’entrée, à la bibliothèque à droite et aux magasins sur les côtés du musée.

11La façade du projet de Martin est dominée par l’axe central, marqué par l’imposant portail et par la coupole centrale surhaussée (fig. 3).

  • 7  En coupe, les oculi à l’intérieur de la coupole sont dessinés de façon incorrecte, ne correspondan (...)

12Les deux pavillons cylindriques aux extrémités de la façade ferment la composition horizontale par la verticalité des coupoles secondaires qui les coiffent. Le massif d’entrée, concave, est caractérisé par un soubassement à bossages ; au-dessus, des colonnes corinthiennes colossales surmontées de quatre atlantes portant un entablement couronné d’un fronton cintré. Elles encadrent une loggia surmontée d’une voûte en cul-de-four. La coupole repose sur un tambour, également à bossages, où s’ouvrent des fenêtres cintrées ; sa couverture est scandée de côtes percées de lucarnes7. Au sommet est posé un lanternon particulièrement allongé, terminé par une petite coupole arrondie.

13La façade découpée horizontalement en deux bandeaux contrastés, marqués par une forte corniche denticulée (fig. 3). Le premier niveau comprend l’étage semi-enterré des bureaux et celui des galeries ; il est traité en bossage avec des fenêtres à fronton insérées dans des niches en plein cintre. Le second niveau est rythmé par des fenêtres plus larges à fronton cintré, découpées dans une paroi traitée à l’enduit. Enfin, une balustrade couronne l’ensemble.

14Dans l’ensemble, le projet est assez statique : le plan central étant défini selon le schéma orthogonal d’une galerie principale flanquée de deux galeries mineures, les fonctions secondaires sont reléguées dans des espaces qui sont presque des pièces résiduelles.

  • 8  Pour cela, sont prévus en sous-sol deux moteurs à gaz pour faire fonctionner les ventilateurs qui (...)

15L’éclairage et l’aération sont obtenus par des cours intérieures fermées : ils ne sont donc pas fonctionnellement étudiés comme partie intégrante du projet. La ventilation est artificielle et fonctionne grâce à de l’air pulsé8.

16Le style employé pour le projet est d’origine résolument classique et européenne, d’un caractère néo-Renaissance lisible dans tous ses détails. L’absence d’emprunt au vocabulaire architectural de l’Égypte antique est appréciée par la presse autrichienne, qui commentait :

  • 9 WBIZ, 1896, p. 400.

17« Pour le style de l’édifice, ce sont les formes de la Renaissance italienne qui ont été choisies. Il est intéressant de noter comment, parmi les 83 projets présentés par tous les pays, si l’on se base sur ceux qui ont été communiqués, nombreux sont ceux qui ont eu recours au style égyptien antique, et comment, à cette occasion, l’école d’architecture française a encore montré sa supériorité par rapport à toutes les autres9 ».

  • 10 Ibid.

18Cependant Martin ne fit aucun effort d’insertion du projet dans le contexte égyptien, que ce soit d’un point de vue stylistique, graphique et encore moins climatique, si bien que la Wiener Bauindustrie-Zeitung critique l’absence d’aération naturelle et le recours à la ventilation artificielle de l’édifice10.

19On n’y trouve qu’une seule citation égyptisante dans un détail du portail d’entrée où, entre les colonnes latérales, sont insérées deux statues de pharaons assis.

3. Ferdinand Martin, façade du musée projeté (WBIZ, 1896, pl. 52).

3. Ferdinand Martin, façade du musée projeté (WBIZ, 1896, pl. 52).

Source : WBIZ, 1896, pl. 52.

Le projet de Rudolf Dick

  • 11 WBIZ, 1895, p. 466.

20Rudolf Dick avait proposé une autre conception du plan : on est loin ici de la rigidité du schéma géométrique de Martin ; Dick avait agencé des espaces soigneusement articulés composant un ensemble fonctionnel (fig. 4). « L’architecte a résolu la question du plan en créant une construction dans laquelle la disposition des espaces doit parler par elle-même : un bâtiment central constituant l’axe principal, sur lequel se greffent des galeries communiquant bien entre elles11 ».

4. Rudolf Dick, plans du rez-de-chaussée (à gauche) et du premier étage (à droite), (WBIZ, 1895, pl. 53 et 54).

4. Rudolf Dick, plans du rez-de-chaussée (à gauche) et du premier étage (à droite), (WBIZ, 1895, pl. 53 et 54).

Source : WBIZ, 1895, pl. 53 et 54.

  • 12  Ibid.

21Le schéma général peut être ramené à celui d’un plan basilical avec une nef centrale terminée par une abside et bordée de doubles bas-côtés. Deux « transepts » se greffent sur l’axe central, et leur point d’intersection avec celui-ci forme deux croisées couvertes chacune par une coupole. Le choix d’organiser les espaces grâce à un corps longitudinal allongé est commenté positivement par la presse autrichienne : « En ce qui concerne le corps central, la solution choisie a été celle d’une salle allongée, qui est particulièrement adaptée à l’exposition de monuments colossaux, mais permet aussi de réduire les coûts de construction, cette solution étant la plus économique parmi tous les plans proposés12 ».

22L’entrée est une salle de plan rectangulaire en forte saillie sur la façade, donnant accès au corps central et à la galerie, large de 5 m, qui court autour du périmètre du grand hall « basilical ». Celui-ci est entouré d’un corridor de 2,50 m de large, où sont ménagés quatre escaliers secondaires permettant d’accéder à l’étage supérieur sans être obligé d’emprunter le grand escalier disposé dans l’abside de l’édifice.

  • 13  Ibid. Ce corps en U est complètement autonome. Sur le dessin de la façade latérale, on note le pro (...)

23Dick avait cherché à assouplir le plan d’ensemble en créant les espaces les mieux adaptés à leur destination : le corps principal dirigé vers la façade et destiné exclusivement à l’exposition, tous les éléments accessoires étant relégués à l’arrière, dans la partie en U ouverte sur l’extérieur. Dans cette partie, au centre, se trouve la bibliothèque, flanquée à droite de bureaux, répartis au rez-de-chaussée et à l’étage, et à gauche du local de vente, pensé comme une petite basilique, accessible par le jardin au moyen d’un vestibule. Au premier étage, l’espace central, à l’exclusion de l’aire carrée consacrée à la présentation des collections, est occupé par des magasins, tandis que dans la zone située à gauche, sont répartis des laboratoires, d’autres magasins et une salle de dépôt. Cette disposition du plan, outre qu’elle sépare les fonctions accessoires des lieux d’exposition, crée une entrée par l’arrière pratiquement autonome : « La cour sur l’arrière est séparée de la rue par un mur, et l’on y trouve des portes d’entrée. Cette cour peut servir à accueillir des pièces non encore destinées à être exposées, et offre, si l’on devait ouvrir une rue à la limite du jardin, une cour d’honneur, avec exactement les mêmes qualités que l’espace d’entrée par l’avant13 ».

  • 14  Sur la coupe longitudinale (Längenschnitt), on peut voir le volume central à deux étages et les co (...)

24Le corps central possède un volume double, les « nefs latérales » en étant séparées par un corridor qui sert également de distribution pour les deux « transepts », lesquels sont également répartis sur les deux niveaux (fig. 5). La couverture utilise le système Monier, avec éclairage zénithal14. Il est intéressant de souligner que le projet de Dick offre la possibilité de faire circuler l’air naturellement grâce aux ouvertures ménagées dans la toiture, tandis que celui de Martin exigeait une ventilation forcée. L’éclairage latéral et zénithal est en outre certainement plus adapté aux nécessités muséographiques, créant des conditions variées d’ombre et de lumière pour les divers objets exposés.

5. Rudolf Dick, coupes transversale (en haut) et longitudinale (en bas) (WBIZ, 1895, pl. 52).

5. Rudolf Dick, coupes transversale (en haut) et longitudinale (en bas) (WBIZ, 1895, pl. 52).

Source : WBIZ, 1895, pl. 52.

25Pour la façade, Dick avait proposé un projet moins monumental que celui de Martin : le corps central fait saillie. L’entrée est conçue comme un arc de triomphe (fig. 6, en haut). Au-dessus, la composition s’achève horizontalement par une haute architrave et une frise. Deux obélisques sculptés flanquent l’ouverture centrale en plein cintre.

6. Rudolf Dick, façades reproduites en 1895 (en haut) et en 1897 (en bas) (WBIZ, 1895, pl. 51 ; Der Architekt, III, 1897, pl. 73).

6. Rudolf Dick, façades reproduites en 1895 (en haut) et en 1897 (en bas) (WBIZ, 1895, pl. 51 ; Der Architekt, III, 1897, pl. 73).

Source : WBIZ, 1895, pl. 51 ; Der Architekt, III, 1897, pl. 73.

26La façade de part et d’autre de cette entrée monumentale est résolument plus simple et dépouillée de tout décor : organisée horizontalement selon deux niveaux, elle présente au rez-de-chaussée une galerie à colonnes scandée de pilastres dans lesquels sont aménagées des niches pour des statues. Au-dessus se trouve un mur aveugle, rythmé par le prolongement des pilastres du rez-de-chaussée.

  • 15 WBIZ, 1895, p. 466.
  • 16 Rudolph Dick, « Museum ägyptischer Alterthümer in Cairo », Der Architekt. Wiener Monatshefte für Ba (...)

27La Wiener Bauindustrie-Zeitung expliqua que Dick avait préféré se référer au style Louis XVI plutôt que de réaliser un édifice faisant allusion à l’Égypte antique : « Pour ce qui est du style, en se référant au lieu et à la destination de l’édifice, le plus simple aurait été d’utiliser les formes de l’Égypte antique. Il est parfaitement inutile de faire remarquer à un artiste que ces formes, motivées par le caractère mystique auquel ces dimensions contribuent, ne sont pas transposables à des édifices modernes. C’est pourquoi l’auteur a choisi un style Louis XVI, qui par sa gravité, sa dignité et sa beauté s’accorde à un bâtiment édifié pour recevoir des objets historiques égyptiens15 ». Ce même Dick, commentant son propre projet, écrivait « le terme “style égyptien antique” émergeait immédiatement, mais à peine s’appliquait-on à approfondir le programme que l’on s’apercevait que l’on avait affaire à un édifice utilitaire au sens le plus moderne du terme. Étant donné que l’architecture égyptienne antique avait un caractère purement mystique et symbolique, de nature essentiellement religieuse, et qu’elle était prévue pour de colossales entités idéales, et non à l’échelle de l’Homme, j’ai abandonné l’idée de lui emprunter des détails décoratifs (parce qu’ils auraient été les seuls à pouvoir être utilisés), et je me suis dirigé vers le choix d’un caractère architectural qui, dans les faits, ne s’écarte pas trop des principes de l’antique, pour concevoir un édifice essentiellement moderne susceptible de répondre à toutes les exigences pratiques et stylistiques du programme16 ».

28La modernité à laquelle l’architecte faisait référence doit être lue en mettant en liaison la distribution des espaces avec les fonctions à abriter, ainsi qu’avec les nécessités de l’aération et de l’éclairage. Plutôt que de style Louis XVI, on peut parler ici de néoclassicisme, et plus spécifiquement de citations antiques, dues par exemple à l’utilisation d’éléments verticaux qui soutiennent des entablements, tandis que l’usage des arcs est limité au portail d’entrée et à l’intérieur.

29Les références à l’Égypte antique apparaissent avec l’utilisation de « clichés » comme les deux obélisques latéraux à l’entrée, et la forme des colonnes, s’élargissant vers le haut, sur les parois de la façade. Une attention particulière est portée au rendu graphique : de chaque côté de l’édifice projeté, sont dessinés des palmiers, allusion au contexte local.

  • 17  Il est impossible de dire lequel des deux projets pour la façade fut effectivement présenté au jur (...)

30Outre ce dessin de la façade, en 1897, la revue Der Architekt publia une seconde version, sans cependant faire référence à une variante possible du projet (fig. 6, en bas). Cette version est caractérisée par une redondance d’éléments décoratifs, absents dans le projet publié en 1895, comme les médaillons sur le portique, les sphinx et les obélisques devant la façade. La couverture est légèrement modifiée : sur le dessin publié en 1897, il s’agit de simples lanternons, tandis que dans le projet paru antérieurement, les divers lanternons sont surélevés par rapport au toit, dans le but probable de favoriser la circulation de l’air17.

31Pour mieux comprendre le travail de Rudolf Dick, il est intéressant de le confronter au projet lauréat du Français Dourgnon. Les solutions en plans sont similaires dans l’organisation des espaces, une nef centrale flanquée dans les deux cas de galeries latérales, même si l’utilisation d’appuis ponctuels dans le projet de Dourgnon reste plus innovante. L’un et l’autre alternent niveaux simples et doubles pour recueillir une lumière zénithale naturelle dont l’effet permet de libérer les parois destinées à l’exposition, d’éclairer les objets, ou encore de résoudre les problèmes d’aération des salles.

32Pour l’organisation et le style de la façade, les deux projets sont tout aussi proches : tous deux se caractérisent par la simplicité de l’utilisation des volumes, où la ligne horizontale doit prévaloir, sans effets verticaux excessifs. Il en est de même pour la solution apportée au problème de l’entrée, traitée dans les deux cas à la manière d’un arc de triomphe.

33Les façades présentent le même schéma : Dourgnon utilise des arcs en plein cintre au rez-de-chaussée, tandis que Dick propose un entablement, mais le jeu d’ombre et de lumière créé est identique, grâce au contraste entre le rez-de-chaussée percé d’ouvertures et le premier étage compact et fermé, éclairé par le plafond.

La participation austro-hongroise

  • 18  Il est toutefois nécessaire de souligner que Dick semble avoir été plus réactif vis-à-vis des infl (...)

34Les deux projets présentés par Rudolf Dick et Ferdinand Martin, en dépit de quelques solutions intéressantes, ne brillent pas particulièrement par l’innovation technique et encore moins stylistique, si l’on considère qu’à Vienne la production architecturale était alors très vivante, grâce aux travaux engagés pour la Ringstrasse18.

  • 19  En 1867, sont présentés deux projets pour l’achèvement des Kaiserfora, dus à Heinrich von Ferstel, (...)

35Le projet de Martin, d’inspiration néo-Renaissance, rappelle celui qui avait été présenté par Karl von Hasenauer et Gottfried Semper pour les musées jumeaux sur le Ring, quelque vingt ans plus tôt19. La disposition générale est comparable : le corps central de l’édifice est souligné par une coupole, les ailes latérales se terminent par deux blocs légèrement saillants aux angles ; dans le projet de Martin, ces derniers deviennent polygonaux et sont couronnés par une coupole plus petite. Le dessin de la coupole est aussi traité dans le même esprit, le tambour est très allongé et percé de fenêtres. Dans le projet de Martin, le dessin de l’entrée rend le projet plus confus, enlevant de la force à la coupole centrale, encore affaiblie par les deux coupoles plus petites placées aux angles.

36Le projet en style néoclassique/néogrec de Rudolf Dick rappelle au contraire le style d’Heinrich von Ferstel, surtout lorsqu’on compare le langage utilisé par ce dernier pour le projet de l’université de la Ringstrasse (1872) et pour celui du Museum für angewandte Kunst (MAK, 1871) à l’époque Museum für Kunst und Industrie : dans les deux cas, on note une certaine simplification d’ensemble et une clarté des formes. La solution technique d’éclairage par le haut avait été en outre utilisée par Ferstel dans les deux édifices, déjà achevés au moment du concours pour le musée du Caire, et probable source d’inspiration.

37Bien que le projet de Dick soit techniquement le plus innovant des deux dossiers présentés, quoiqu’il ne brille pas particulièrement par sa créativité, il faut lui reconnaître une certaine élégance dans la composition de la façade.

  • 20  On peut dire que le concours pour le musée du Caire en 1895 est l’un des premiers projets conçus p (...)
  • 21  WBIZ, 1893, 10, p. 204 et pl. 39.

38Le projet pour le musée des Antiquités du Caire fut l’un des premiers pas accomplis par Rudolf Dick dans le domaine de l’architecture internationale, probablement encouragé par le résultat du concours pour la façade de la cathédrale de Milan (1887), pour lequel il reçut le troisième prix, ce qui le fit nommer la même année membre d’honneur de l’académie des beaux-arts de Milan20. Le projet pour la façade fut commenté favorablement dans les revues de l’époque, même si la solution adoptée pour le couronnement des deux éléments verticaux fut remarquée et critiquée : « Les deux tours latérales ne sont vraisemblablement pas du goût de tous. En revanche, la partie centrale, en particulier le portail, la grande baie avec la rosace et le fronton avec ses délicats pinacles sont une trouvaille heureuse21 ».

  • 22  Pour le projet de la façade du Musée et Bibliothèque nationale à Valparaiso, voir WBIZ, 1893, 10, (...)

39Au cours de sa relativement brève carrière d’architecte, Rudolf Dick, en dehors du musée des Antiquités du Caire, élabora des projets pour deux autres musées. Le premier chronologiquement est celui conçu pour le Museum und Staatsbibliothek (Musée et Bibliothèque nationale) de Valparaiso, au Chili en 1893 (fig. 7). Il s’y exprimait dans un style historiciste, avec de fortes citations de la Renaissance dans l’organisation de la façade et dans tout l’appareil décoratif. La couverture, au contraire, semble se ressentir d’influences sécessionnistes, le toit faiblement pentu sert de source de lumière par une succession de lanternons sur toute la longueur de la façade, solution reprise pour le musée du Caire22.

7. Rudolf Dick, Projet pour le Musée et la Bibliothèque nationale, Valparaiso, façade principale (WBIZ, X, 1893, pl. 80).

7. Rudolf Dick, Projet pour le Musée et la Bibliothèque nationale, Valparaiso, façade principale (WBIZ, X, 1893, pl. 80).

Source : WBIZ, vol. 10, 1893, pl. 80.

  • 23  Voir Der Architekt, 1901, VIII, pl. 5-6 pour le projet de Wagner, plan p. 4 ; pl. 62 pour le proje (...)

40Le second projet fut dessiné pour le Kaiser Franz-Joseph-Stadt Museum (aujourd’hui Wien Museum, fig. 8) sur la Karlsplatz à Vienne (1901), concours auquel participa également Otto Wagner avec un projet en style sécessionniste. Dick propose deux corps séparés réunis par un pont à arc surbaissé. Le dessin général de la façade est fortement classicisant ; sur un premier niveau à bossages avec fenêtres en plein cintre, s’appuie un ordre colossal en style corinthien qui soutient un entablement et sa couverture23.

8. Rudolf Dick, Projet pour le Franz Josef Stadt Museum, Vienne, 1901 : façade principale sur la Karlsplatz en haut et façade arrière en bas (Der Architekt, VIII, 1902, pl. 62) et plan (ibid., p. 32).

8. Rudolf Dick, Projet pour le Franz Josef Stadt Museum, Vienne, 1901 : façade principale sur la Karlsplatz en haut et façade arrière en bas (Der Architekt, VIII, 1902, pl. 62) et plan (ibid., p. 32).

Source : Der Architekt, VIII, 1902, pl. 62.

  • 24  Il s’agit de cinq immeubles d’habitation dans le IXe district : Liechtensteinstraße 32 et Porzella (...)

41La contribution peut-être la plus intéressante de Rudolf Dick est à rechercher sans doute dans les bâtiments réalisés à Vienne, surtout des immeubles d’habitation, construits entre 1897 et 1900 (fig. 9). Tous de style historiciste, ils sont caractérisés par de fortes influences néo-Renaissance et néobaroque. Même si dans certains cas les décorations ont été réduites, ils sont contemporains des deux édifices publics réalisés à Vienne, qui au contraire conservent encore leur décor et leur beauté d’origine ; ce sont les témoignages vivants laissés par l’architecte, qui font encore partie aujourd’hui de l’image de la Vienne impériale24.

9. Rudolf Dick, Haus der Gewerkschaft der Lebens-und Genußmittelarbeiter Österreichs, Albertgasse 35, Vienne.

9. Rudolf Dick, Haus der Gewerkschaft der Lebens-und Genußmittelarbeiter Österreichs, Albertgasse 35, Vienne.

Source : Photographie de l'auteur.

Bibliographie

Archives, Wien Museum
Dick Rudolf :

  • Projekt für die monumentale Ausgestaltung des Platzes von der Votivkirche, 1900.

  • Rathausplatz, 1895.

  • Saal des Wiener Kaufmännischen Vereins.

Monographies
Dehio-Handbuch. Die Kunstdenkmäler Österreichs.
Topographisches Denkmälerinventar, Bundesdenkmalamt, Vienne : Anton Schroll & Co, 1993-1996, vol. 1 (I. Bezirk), p. 732-733; vol. 2 (II.-IX., XX. Bezirke), p. 169, p. 342.
Rudolf Agstner, « Dream and reality : Austrian architects in Egypt 1869-1914 », in Mercedes Volait (dir.), Le Caire–Alexandrie, architectures européennes, 1850-1950, Le Caire : IFAO ; Cedej, 2001, p. 141-159.
Ludwig Eisenberg, Das geistige Wien. Künstler- und Schriftsteller-Lexikon, Wien : Daberkow, 1893, p. 82-83.
Das ungebaute Wien 1800-2000. Projekte für die Metropole, catalogue d'exposition (Vienne, Historisches Museum der Stadt, 10 décembre 1999-20 février 2000), Vienne : , 1999.
Hermann Clemens Kosel, Deutsch-österreichisches Künstler- und Schriftsteller- Lexikon, Vienne : Verlag der Gesellschaft für Graphische Industrie, 1902.
Ihab Bushura Ghaly Morgan, Die Entwicklung des modernen Stadtzentrums von Kairo im 19. und frühen 20. Jahrhundert, thèse de doctorat, ETH Zürich, 1999.
Stephan Waetzoldt, Bibliographie zur Architektur im 19.Jh., Nendeln : KTO press, 1977.

Revues
Allgemeine Bauzeitung
Camillo Sitte, « Die Ergebnisse der Vorkonkurrenz um den Bau des Kaiser Franz Josef Museums in der Stadt Wien », Allgemeine Bauzeitung, n°°67, 1902, p. 61.
Der Architekt
Rudolf Dick, « Museum ägyptischer Alterthümer in Cairo », Der Architekt, 1897, p. 40, pl. 73-74 ; p. 44, pl. 84 (Jubiläumsmonument vor der Votivkirche) ; 1902, p. 32, pl. 62 (Wettbewerbsentwurf Kaiser Franz Josef Stadtmuseum).
Deutsche Bauzeitung
« Die Preisbewerbung für Entwürfe zu einer neuen Fassade des Domes in Mailand », Deutsche Bauzeitung, 21, 1887, p. 275.
Wiener Bauindustrie Zeitung
Wiener Bauten Album, Wiener Bauindustrie Zeitung, 1893, p. 204, pl. 39 (Entwurf Mailänder Dom); pl. 80 (Museum und Staatsbibliothek in Valparaiso).
Wiener Bauten Album, Wiener Bauindustrie Zeitung, 1895, p. 466, pl. 51 (Museum ägyptischer Alterthümer in Cairo).
Wiener Bauten Album, Wiener Bauindustrie Zeitung, 1897, p. 6, pl. 15 (Wien 9, Porzellangasse 45) ; p. 11, pl. 27 (Wien 9, Lichtensteinstrasse 3).

Notes

1  « L’un de ces projets est présenté par Rudolf Dick, l’architecte viennois bien connu », Wiener Bauindustrie-Zeitung (WBIZ), 1895, p. 466. La revue WIBZ est consultable en ligne : http://anno.onb.ac.at/. Consulté le 2 décembre 2015.

2  Les archives historiques du Wien Museum conservent trois dessins de Rudolf Dick, une aquarelle du projet pour le monument sur la place qui fait face à la Votiv Kirche (1900), une autre portant sur l’aménagement de la Rathaus Platz (1895), et une perspective de la salle intérieure du Wiener Kaufmännischer Verein (vers 1893). Les deux premiers dessins sont un don de la Wirtschaftsvereinigung der Bildenden Künste, tandis que le troisième a été acquis sur le marché de l’art.

3  Un an après sa naissance, sa mère épouse Johann Josef Dick, l’enfant n’étant légitimé qu’en 1889, même si Rudolf utilisait déjà auparavant le nom de son père adoptif. On trouvera les informations bibliographiques de base dans la notice consacrée à Rudolf Dick par l’Architekturzentrum Wien sous la plume d’Inge Scheidl. Voir le site Internet de cette institution : www.azw.at. Consulté le 2 décembre 2015.

4  Voir bibliographie en annexe.

5  WBIZ, 1896, p. 400.

6 Voir Ihab Bushura Ghaly Morgan, Die Entwicklung des modernen Stadtzentrums von Kairo im 19. und frühen 20. Jahrhundert, 1999, p. 164, 166-167 : le concours du musée n’est illustré que par les projets de Dick et Martin. Le texte est en ligne : http://e-collection.ethbib.ethz.ch/view/eth:22922. Consulté le 2 décembre 2015. Voir aussi Rudolf Agstner, « Dream and reality : Austrian architects in Egypt 1869-1914 », in Mercedes Volait (dir.), Le Caire –Alexandrie, architectures européennes, 1850-1950, Le Caire : IFAO ; Cedej, 2001 (Études urbaines, 5), p. 141-159, part. p. 152-153, avec une brève description des projets.

7  En coupe, les oculi à l’intérieur de la coupole sont dessinés de façon incorrecte, ne correspondant pas avec l’ouverture à l’extérieur. Erreur vraisemblablement voulue, pour augmenter l’effet scénique à l’intérieur de la coupole : si les fenêtres à l’extérieur avaient été dessinées correctement, elles se seraient probablement placées trop haut, perturbant la composition générale d’ensemble de la façade.

8  Pour cela, sont prévus en sous-sol deux moteurs à gaz pour faire fonctionner les ventilateurs qui prennent l’air en deux points du jardin et, après un processus d’humidification et d’extraction de la poussière au moyen de canaux disposés dans les maçonneries, le mettent en circulation à l’étage supérieur.

9 WBIZ, 1896, p. 400.

10 Ibid.

11 WBIZ, 1895, p. 466.

12  Ibid.

13  Ibid. Ce corps en U est complètement autonome. Sur le dessin de la façade latérale, on note le projet pour les fenêtres, conçues pour répondre aux exigences fonctionnelles du contenu des espaces, bureaux et bibliothèque.

14  Sur la coupe longitudinale (Längenschnitt), on peut voir le volume central à deux étages et les couloirs des corps latéraux ; sur la section transversale (Querschnitt), on retrouve les deux étages du transept adossé à la façade, avec éclairage par le haut.

15 WBIZ, 1895, p. 466.

16 Rudolph Dick, « Museum ägyptischer Alterthümer in Cairo », Der Architekt. Wiener Monatshefte für Bauwesen und decorative Kunst, vol. 3, 1897, p. 40. Les numéros de la revue sont consultables en ligne : http://anno.onb.ac.at/. Consulté le 4 décembre 2015.

17  Il est impossible de dire lequel des deux projets pour la façade fut effectivement présenté au jury du concours. La revue Der Architekt, 1897, planche 73 est de toute façon la seule, parmi celles qui ont été consultées, à avoir reproduit cette seconde version de la façade. Il est intéressant que l’article ait été écrit par ce même Rudolf Dick, qui a probablement mis à la disposition de la revue une de ses propres images pour illustrer le texte.

18  Il est toutefois nécessaire de souligner que Dick semble avoir été plus réactif vis-à-vis des influences de l’époque, par exemple dans l’usage du béton pour la couverture Monier, et pour le fonctionnalisme des espaces, tandis que le projet de Martin reste un pompeux assemblage de coupoles.

19  En 1867, sont présentés deux projets pour l’achèvement des Kaiserfora, dus à Heinrich von Ferstel, Theophil von Hansen, Karl von Hasenauer et Moritz von Loehr. Aucun des projets ne convient. Après une série d’aléas, Gottfried Semper intervient en 1869. Semper met au point un projet avec Hasenauer. Pour l’Exposition universelle de Vienne (1873), Rudolf von Alt termine une perspective du Forum selon le projet de Semper et Hasenauer ; à la même date, la construction en style rustique devait être déjà terminée. Voir, même s’ils sont peut-être dépassés, les volumes de Renate Wagner-Rieger (dir.), Die Wiener Ringstraße - Bild einer Epoche, Graz : Bölhau, 1969-1979, vol. 11.

20  On peut dire que le concours pour le musée du Caire en 1895 est l’un des premiers projets conçus pour des appels d’offres internationaux, considérant la pause qui intervient entre 1887, date du concours pour la façade de la cathédrale de Milan, et 1893, pour le Musée et la Bibliothèque nationale de Valparaiso, au Chili, premier projet documenté par la suite. Voir la notice bibliographique op. cit. (note 3), Architekturzentrum, Vienne.

21  WBIZ, 1893, 10, p. 204 et pl. 39.

22  Pour le projet de la façade du Musée et Bibliothèque nationale à Valparaiso, voir WBIZ, 1893, 10, pl. 80.

23  Voir Der Architekt, 1901, VIII, pl. 5-6 pour le projet de Wagner, plan p. 4 ; pl. 62 pour le projet de Dick, une coupe et perspective d’ensemble p. 30, plan p. 32. Le musée qui s’appelle aujourd’hui le Wien Museum fut réalisé en 1959 sur le projet d’Oswald Haerdtl.

24  Il s’agit de cinq immeubles d’habitation dans le IXe district : Liechtensteinstraße 32 et Porzellangasse 45 et dans le IVedistrict : Tilgnerstraße 3, palais Scanavy sur la Brahmsplatz 8 ; palais Egon Mueller, sur la Brahmsplatz 3. Deux édifices publics dans le Ier district : Wiener Kaufmännischen Vereins, Johannesgasse 4 ; dans le VIIIe district : Haus der Gewerkschaft der Lebens-und Genußmittelarbeiter Österreichs, Albertgasse 35.

Table des illustrations

Titre 1. Ferdinand Martin, plan présenté au concours. L'extension de l'édifice est prévue à l'arrière. La ligne fléchée indique le parcours suggéré pour le visiteur (WBIZ, 1896, pl. 53).
Crédits Source : WBIZ, 1896, pl. 53.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6931/img-1.png
Fichier image/png, 116k
Titre 2. Ferdinand Martin, coupe longitudinale de l'édifice, ici complet avec l'extension projetée (WBIZ, 1896, pl. 53).
Crédits Source : WBIZ, 1896, pl. 53.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6931/img-2.png
Fichier image/png, 60k
Titre 3. Ferdinand Martin, façade du musée projeté (WBIZ, 1896, pl. 52).
Crédits Source : WBIZ, 1896, pl. 52.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6931/img-3.png
Fichier image/png, 77k
Titre 4. Rudolf Dick, plans du rez-de-chaussée (à gauche) et du premier étage (à droite), (WBIZ, 1895, pl. 53 et 54).
Crédits Source : WBIZ, 1895, pl. 53 et 54.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6931/img-4.png
Fichier image/png, 81k
Titre 5. Rudolf Dick, coupes transversale (en haut) et longitudinale (en bas) (WBIZ, 1895, pl. 52).
Crédits Source : WBIZ, 1895, pl. 52.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6931/img-5.png
Fichier image/png, 64k
Titre 6. Rudolf Dick, façades reproduites en 1895 (en haut) et en 1897 (en bas) (WBIZ, 1895, pl. 51 ; Der Architekt, III, 1897, pl. 73).
Crédits Source : WBIZ, 1895, pl. 51 ; Der Architekt, III, 1897, pl. 73.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6931/img-6.png
Fichier image/png, 68k
Titre 7. Rudolf Dick, Projet pour le Musée et la Bibliothèque nationale, Valparaiso, façade principale (WBIZ, X, 1893, pl. 80).
Crédits Source : WBIZ, vol. 10, 1893, pl. 80.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6931/img-7.png
Fichier image/png, 66k
Titre 8. Rudolf Dick, Projet pour le Franz Josef Stadt Museum, Vienne, 1901 : façade principale sur la Karlsplatz en haut et façade arrière en bas (Der Architekt, VIII, 1902, pl. 62) et plan (ibid., p. 32).
Crédits Source : Der Architekt, VIII, 1902, pl. 62.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6931/img-8.png
Fichier image/png, 101k
Titre 9. Rudolf Dick, Haus der Gewerkschaft der Lebens-und Genußmittelarbeiter Österreichs, Albertgasse 35, Vienne.
Crédits Source : Photographie de l'auteur.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6931/img-9.png
Fichier image/png, 109k

Auteur

Denis Griesmar (Traducteur)

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access