Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire 1895

 | 
Ezio Godoli
, 
Mercedes Volait

Les principales participations

Les projets des architectes Guglielmo Calderini et Ulpiano Bucci

Clementina Barucci
Traduction de Denis Griesmar

Texte intégral

  • 1  Sur le concours voir Mercedes Volait, Architectes et architectures de l'Égypte moderne (1830-1950) (...)
  • 2  Le nombre de participants italiens est mentionné dans une légende manuscrite de l’album d’Ulpiano (...)
  • 3 Voir Ezio Godoli, « Architetti e ingegneri italiani in Egitto : una emigrazione politica di lunga d (...)
  • 4 « The Proposed New Museum at Cairo », op. cit. (note 1), p. 251.

1Guglielmo Calderini (1837-1916), avec son élève et collaborateur Ulpiano Bucci (1861-1933), figuraient parmi les concurrents du concours pour le nouveau musée des Antiquités égyptiennes du Caire. La compétition était importante, le nombre des participants s’élevant à quelque quatre-vingts1, dont trente-cinq ingénieurs et architectes de nationalité italienne2. Ce concours, ouvert en juillet 1894, respectait la volonté du gouvernement égyptien de promouvoir la définition d’une identité par l’architecture institutionnelle du pays à un moment où les architectes européens étaient engagés dans les problématiques des divers « styles nationaux »3. Dans l’exposition qui se tint au Caire du 14 mars au 15 avril 1895, on pouvait voir des propositions de tous genres de styles – comme l’observait un rédacteur du périodique britannique The Builder – à l’exception du gothique4.

2Le projet Calderini-Bucci, comme la plus grande partie des propositions concurrentes, est orienté vers une relecture de l’architecture de l'Égypte pharaonique adaptée aux exigences d’une structure muséale moderne, conjuguée à une scénographie de formulation Beaux-Arts.

  • 5  La famille Bucci, et en particulier Paola et Enrico Bucci, que je remercie pour leur disponibilité (...)
  • 6  Fotografie ed eliografie di Progetti, op. cit. (note 2).

3Parmi les dessins originaux du projet, étudié selon deux variantes, présentées alors par les deux architectes, seules quelques reproductions photographiques sont conservées en Italie, dans les archives de la famille Bucci à Rome5. Les photographies sont montées en trois planches d’un album de grand format qui réunit l’ensemble des projets de l’architecte6, et accompagnées de légendes et de brèves annotations manuscrites en langue française ; de l’une d’elles, on apprend que les dessins originaux sont restés au Caire, propriété du gouvernement égyptien.

  • 7  Académie des beaux-arts de Pérouse, fonds Calderini.

4Il n’a pas été possible de repérer d’autre documentation substantielle sur le projet. À partir d’une recherche que nous avons effectuée aux archives de l’académie des beaux-arts de Pérouse, où est conservée une grande partie de la production graphique des deux auteurs, nous n’avons pu découvrir que quelques photographies des planches du concours7, assez détériorées par le temps, analogues à celles qui se trouvent aujourd’hui dans l’album déjà mentionné.

  • 8  Sur les vicissitudes du palais de Justice, et plus généralement sur l’œuvre de Guglielmo Calderini (...)

5On peut tirer quelques informations concernant le projet de la correspondance échangée entre les deux architectes, qui travaillèrent ensemble pendant vingt ans, surtout pendant les longues années du chantier du palais de Justice à Rome projeté par Calderini8, dont Bucci suivit les travaux à partir de 1888, et du chantier du quadriportique de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs.

  • 9  Ulpiano Bucci, Storia documentata del collaboratore e allievo dell’architetto Guglielmo Calderini (...)

6Une mention des péripéties du concours égyptien se trouve dans le mémoire dactylographié d’Ulpiano Bucci qui, à ce propos, note avec amertume : « le premier prix nous aurait été attribué si le favoritisme à l’égard des Français n’avait prévalu »9. Le verdict en faveur des quatre concurrents français primés, parmi lesquels le vainqueur Marcel Dourgnon, marseillais, au détriment de la participation italienne, est également dû, comme on le sait, à l’absence du commissaire italien Ernesto Basile lors des travaux du jury. Les antécédents d’une rivalité professionnelle de celui-ci avec Calderini ont probablement joué un rôle décisif dans son défaut d’engagement pour la décision prise à l’issue de cette compétition.

7Dans les nombreux concours ouverts pendant le dernier quart du xixe siècle, qui pour la plupart concernaient de grandes commandes publiques, Calderini et Basile s’étaient trouvés plus d’une fois opposés, tout en étant engagés dans la recherche d’un vocabulaire architectural appelé à symboliser les valeurs nationales du nouvel état, marqué par un éclectisme tardif, grandiloquent, dont les caractéristiques étaient communes à tous les pays.

8Ainsi Guglielmo Calderini participa à divers concours, souvent avec la collaboration de Bucci, qui était déjà son élève et son assistant à l’académie des beaux-arts de Pérouse, auteur, dans de nombreux cas, de grandes planches, vues en perspective et détails exécutés avec une grande maîtrise graphique ; les deux architectes étaient présents en 1895 au concours pour le palais du Congrès national de Buenos Aires, ouvert par la jeune nation qu’était alors l’Argentine. Dans les années précédentes, ils s’étaient essayés à diverses compétitions pour des édifices publics, comme l’université de Leyde aux Pays-Bas (1877) et le théâtre d’Odessa la même année. À Rome, Calderini avait participé au concours à deux degrés (1882 et 1884) pour le monument à Victor Emmanuel II, auquel Basile avait également pris part. Il réalisait alors, toujours avec la collaboration de Bucci, le palais de Justice, l’un des plus importants chantiers de Rome, nouvelle capitale de l’Italie, voulu par le ministre Zanardelli.

9L’architecte ombrien avait triomphé au concours ouvert pour le palais de Justice, qui s’était déroulé en trois phases distinctes (1882-1887), et dans lequel il avait finalement prévalu contre Ernesto Basile dans la troisième épreuve de la compétition, avec un projet élaboré sous la devise « Imposant », à l’architecture redondante d’un éclectisme néo-Renaissance baroquisant. Le vocabulaire stylistique de ce projet et son caractère scénographique, hormis les motifs néo-égyptiens, se retrouvent pour le musée du Caire, en particulier dans le traitement de la corniche avec toutefois un remplacement des protomés taurins par des têtes de sphinx.

10La pose de la première pierre du palais de Justice avait eu lieu en 1888 ; au milieu des années 1890, le chantier de construction était en pleine activité ; il devait progresser à travers diverses vicissitudes pendant plus d’une décennie (l’inauguration date de novembre 1910) et malgré de nombreuses polémiques, dont celles qui déclenchèrent la rupture définitive entre Bucci et Calderini, survenue en 1897.

11La vie professionnelle de Calderini, avec ses péripéties, est notamment mêlée à celle de l’architecte sicilien, d’une vingtaine d’années plus jeune ; en 1890, ils reçurent le premier prix ex æquo au concours pour le siège du Parlement national à Magnanapoli, près du forum de Trajan à Rome, ouvert en 1888. Lors du concours proposé à nouveau en 1896-1897 pour le siège du même Parlement, cette fois comme extension du palais de Montecitorio, Calderini était encore présent. L’épreuve ne donna aucun résultat mais l’ouvrage fut par la suite confié à Ernesto Basile (1902). Il n’est donc pas à exclure que l’absence de Basile dans le jury du Caire ait été due à son antagonisme avec le maître ombrien auquel il aurait dû, semble-t-il, donner sa préférence. Selon ce que rapporte Bucci dans une note de son album photographique, Basile aurait déclaré que « [...] s’il avait fait partie du Jury, il aurait classé ce projet au premier rang, en donnant la seconde place à celui du Prof. Muggia et la troisième à celui de Locati de Milan ». Il semble également, selon la même note en marge de la planche, que le projet aurait été jugé favorablement par la presse égyptienne. Il est mentionné que Calderini avait une expérience des projets de musées : il avait participé au concours pour le palais des Expositions à Rome sur la Via Nazionale (1876-1878), construit par Pio Piacentini en 1883, et remporté en 1879-1881 celui pour le palais des Beaux-Arts à Turin qu’il avait ensuite réalisé. L’architecte de Pérouse est une des figures les plus significatives du panorama romain de l’époque, que ce soit dans le monde professionnel ou universitaire, ou dans un rôle de prestige au sein des organismes de tutelle.

12Les titres qui accompagnaient son nom au concours du Caire sont les suivants : « Ingénieur Architecte – Professeur d’Architecture à l’école des Ingénieurs dans l’Université de Rome – Directeur pour la conservation des Monuments de Rome, Aquila, Chieti – Directeur des Travaux du Palais de Justice et du Quadriportique de la Basilique de S. Paul a Roma [sic] ». Ulpiano Bucci était simplement qualifié d’« Ex Professeur d’architecture et de Perspective dans l’école technique industrielle de Pise ».

13Le musée du Caire doit revêtir un caractère grandiose, en raison du lieu et de l’importance des collections d’antiquités égyptiennes qu’il est destiné à abriter. L’ouvrage peut être ramené à un classicisme académique dans la tradition des « Beaux-Arts » ; le plan (fig. 1) s’articule autour d’un axe principal, perpendiculaire à la façade d’entrée, recoupé par trois corps de bâtiment transversaux, les ailes prenant des proportions plus importantes dans la seconde version du projet (fig. 2). Le transept central, aux deux extrémités en abside, se croise avec le corps principal par une grande cour carrée couverte, autour de laquelle se développent les galeries d’exposition. Ce projet s’inscrit bien dans la production architecturale du dernier quart du xixe siècle, d’un classicisme tardif éclectique qui présente une multiplicité de références stylistiques ; dans ce cas, au vocabulaire propre des styles Renaissance et baroque, s’adjoint celui de l’architecture de l'Égypte pharaonique, exprimé par les colonnes du portique monumental et dans les sphinx qui ornent le grand escalier d’accès et la corniche (fig. 3). Le répertoire décoratif égyptien était déjà largement diffusé en Europe, surtout après l’expédition de Bonaparte ; un exemple significatif de ce style à Rome étaient les propylées égyptiens de Luigi Canina à la villa Borghèse, datant de 1826-1827. En élévation, la façade principale du musée du Caire est caractérisée par une composition étagée (fig. 4), avec cette syntaxe d’articulation : un vestibule emphatique en forme de portique scandé par des colonnes et des pilastres massifs, avec un avant-corps central dont la corniche est marquée par des têtes de sphinx, est surmonté par la coupole de la salle centrale. Dans la seconde version (fig. 5), le vestibule à portique est plus ample et la scansion en colonnes et pilastres plus accentuée, caractérisée par un motif de colonnes géminées qui encadrent le portail d’entrée. Nous sommes en présence d’une implantation spatiale et d’une distribution fortement articulées, qui supposent l’emploi des techniques modernes, vraisemblablement le fer et le verre pour les couvertures, surtout celle du vaste espace central, mis en évidence dans la section longitudinale (fig. 6). Dans l’ensemble, on peut dire que le projet Calderini-Bucci est une contribution typique de la culture académique de la fin du xixe siècle, dont il faut signaler la richesse et la qualité de la représentation graphique, ainsi que la caractérisation d’un style qui enrichit le répertoire d’un éclectisme historiciste d’empreinte européenne à travers l’exotisme des motifs néo-égyptiens.

1. Calderini-Bucci, premier projet : plan.

1. Calderini-Bucci, premier projet : plan.

Source : Collection privée.

2. Calderini-Bucci, second projet : plan.

2. Calderini-Bucci, second projet : plan.

Source : Collection privée.

3. Calderini-Bucci, second projet : détail de la façade.

3. Calderini-Bucci, second projet : détail de la façade.

Source : Collection privée.

4. Calderini-Bucci, premier projet : « Premier projet (A). Façade principale extérieure donnant sur la petite place d'intersection des deux avenues ».

4. Calderini-Bucci, premier projet : « Premier projet (A). Façade principale extérieure donnant sur la petite place d'intersection des deux avenues ».

Source : Collection privée.

5. Calderini-Bucci, second projet : « Second projet (B). Façade principale extérieure sur l'alignement de l'avenue ».

5. Calderini-Bucci, second projet : « Second projet (B). Façade principale extérieure sur l'alignement de l'avenue ».

Source : Collection privée.

6. Calderini-Bucci, second projet : coupe longitudinale selon A-B.

6. Calderini-Bucci, second projet : coupe longitudinale selon A-B.

Source : Collection privée.

Notes

1  Sur le concours voir Mercedes Volait, Architectes et architectures de l'Égypte moderne (1830-1950). Genèse et essor d’une expertise locale, Paris : Maisonneuve et Larose, 2005 (Architectures modernes en Méditerranée), p. 224-229. On trouve une description des projets les plus significatifs exposés au Caire à partir du 14 mars 1895, avant le verdict du jury, dans « The Proposed New Museum at Cairo », The Builder, vol. 68, 6 avril 1895, p. 251-252, voir dans le même ouvrage : https://inha.revues.org/6895.

2  Le nombre de participants italiens est mentionné dans une légende manuscrite de l’album d’Ulpiano Bucci contenant son curriculum professionnel : Fotografie ed eliografie di Progetti Architettonici ornamentali studiati ed eseguiti dal Prof.re Ulpiano arch. Bucci.

3 Voir Ezio Godoli, « Architetti e ingegneri italiani in Egitto : una emigrazione politica di lunga durata », in Ezio Godoli, Milva Giacomelli (dirs.), Architetti e ingegneri italiani in Egitto dal diciannovesimo al ventunesimo secolo [Italian architects and engineers in Egypt from the nineteenth to twentyfirst century], Florence : Maschietto, 2008, p. 12-45, part. p. 32.

4 « The Proposed New Museum at Cairo », op. cit. (note 1), p. 251.

5  La famille Bucci, et en particulier Paola et Enrico Bucci, que je remercie pour leur disponibilité, m’a aimablement permis de prendre connaissance des documents, et a autorisé leur reproduction ainsi que leur publication.

6  Fotografie ed eliografie di Progetti, op. cit. (note 2).

7  Académie des beaux-arts de Pérouse, fonds Calderini.

8  Sur les vicissitudes du palais de Justice, et plus généralement sur l’œuvre de Guglielmo Calderini, on se référera à Fedora Boco, Terry Kirk, Giorgio Muratore (dirs.), Guglielmo Calderini dai disegni dell’Accademia di Belle Arti di Perugia. Un architetto nell’Italia in costruzione, catalogue d'exposition (Rome, Palazzo delle esposizioni, 22 septembre-22 octobre 1995), Pérouse : Guerra, 1996 ; Fedora Boco (dir.), Guglielmo Calderini, la costruzione di un’architettura nel progetto di una capitale, atti del convegno, Roma, 23 settembre 1995, Pérouse : Guerra, 1996. Sur la pensée théorique : Clementina Barucci, Antonella Greco (dirs.), Guglielmo Calderini. Scritti di architettura, Rome : Clear, 1991 (Classici del Novecento).

9  Ulpiano Bucci, Storia documentata del collaboratore e allievo dell’architetto Guglielmo Calderini autore del Palazzo di Giustizia di Roma, dactylographié [1931], Rome (Italie) : Archives Bucci, p. 122. Sur Ulpiano Bucci, on verra en outre : In memoria di Ulpiano Enrico Bucci Architetto, Rome (Italie) : 1934, publié à l’occasion du premier anniversaire de sa mort, et Clementina Barucci, « Il progetto di Ulpiano Bucci per l’ampliamento del Palazzo Reale al Quirinale », Quaderni del Dipartimento Patrimonio Architettonico e Urbanistico, vol. 13, n° 25-26, 2003-2004, p. 167-172.

Table des illustrations

Titre 1. Calderini-Bucci, premier projet : plan.
Crédits Source : Collection privée.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6929/img-1.png
Fichier image/png, 153k
Titre 2. Calderini-Bucci, second projet : plan.
Crédits Source : Collection privée.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6929/img-2.png
Fichier image/png, 170k
Titre 3. Calderini-Bucci, second projet : détail de la façade.
Crédits Source : Collection privée.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6929/img-3.png
Fichier image/png, 152k
Titre 4. Calderini-Bucci, premier projet : « Premier projet (A). Façade principale extérieure donnant sur la petite place d'intersection des deux avenues ».
Crédits Source : Collection privée.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6929/img-4.png
Fichier image/png, 61k
Titre 5. Calderini-Bucci, second projet : « Second projet (B). Façade principale extérieure sur l'alignement de l'avenue ».
Crédits Source : Collection privée.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6929/img-5.png
Fichier image/png, 56k
Titre 6. Calderini-Bucci, second projet : coupe longitudinale selon A-B.
Crédits Source : Collection privée.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6929/img-6.png
Fichier image/png, 58k

Auteur

Denis Griesmar (Traducteur)

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access